Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Les limites méridionales du « JOGASSIEN » et du « MARNIEN »

Alain Villes, Daniel Copret et Alain Koehler

Résumé

Les limites septentrionales du « faciès marnien » (faciès du Hallstatt final et du tout début de La Tène en périphérie nord-ouest de l’« oekoumène » celtique de l’arc alpin) semblent assez bien connues, si l’on se fie, du moins, aux ensembles céramiques présentant le même style que dans la Marne, et que l’on retrouve jusque sur le delta du Rhin, mais pas dans le domaine de l’HEK. En revanche, au Sud et Sud-Est, ces limites sont imprécises, faute de découvertes d’habitats. Au Hallstatt final, l’Aube et la Haute-Marne (bassins supérieurs de la Seine, Aube et Marne) appartiennent au même ensemble culturel, caractérisé par le site de Vix, que la Bourgogne septentrionale et la Marne. En revanche, à La Tène ancienne, le fait est plus difficile à démontrer. Si le style des bijoux et des armes, livrés en abondance par les tombes, indique une parfaite continuité avec le faciès « marnien » plus septentrional, en revanche, le rite funéraire des sépultures aristocratiques indique une concurrence entre incinération en vase métallique et inhumation sur char. Cette concurrence pourrait être l’indice d’une partition, vers 450, de l’ancien domaine de la culture « vixéo-jogassienne » entre deux provinces, dont seule celle du Nord appartiendrait au « Marnien ». Quelques sites d’habitat (Rosnay-l’Hôpital) indiquent que le style céramique marnien se prolonge au-delà des limites sud du département de la Marne à La Tène ancienne I, mais il n’est pas encore prouvé, faute de fouilles d’habitat, qu’il en soit de même dans le Sud de la Haute-Marne et de l’Aube.

Texte intégral

1Le « Marnien » est une expression abandonnée depuis le début du siècle, J. Déchelette (1927) s’étant rallié, comme S. Reinach (1900), à la nomenclature Tischler, par suite de la découverte de La Tène. Faute de données stratigraphiques et de séries documentaires sérieuses, les Champenois ne purent imposer le terme que les nombreuses découvertes funéraires locales leur avaient fait adopter initialement (Bretz-Mahler 1971 : 8- 9). Mais, un siècle plus tard, la définition des « groupes régionaux » conserve dans le terme de « marnien » un auxiliaire commode, non pour mettre en cause la terminologie, mais pour montrer la part décisive que des fouilles d’habitat devraient désormais prendre dans ce type de discussion.

1. Le « faciès marnien »

2Sous la notion de « faciès champenois », D. Bretz-Mahler a tenté de justifier (1971) la nécessité d’isoler une phase ancienne de la civilisation de La Tène particulièrement bien représentée dans la Marne, les Ardennes et l’Aisne. Cette synthèse n’a pas pu se démarquer, faute de méthode, de certains a priori bien ancrés localement avant-guerre, et que l’Abbé Favret avait confortés à partir de ses fouilles aux Jogasses à Chouilly (Marne), selon lesquels deux civilisations « sans mélange » se seraient brièvement affrontées en Champagne, l’une hallstattienne (le « Jogassien » ou Hallstatt final II b), l’autre laténienne (« le Marnien » ou La Tène ancienne) (Favret 1930 et 1936). Sous-tendu par la théorie des invasions, ce point de vue a subsisté (Joffroy 1960 : Bretz-Mahler 1971) jusqu’en 1976, date de la chronologie de J .-J. Hatt et P. Roualet, basée sur des série d’ensembles clos et démontrant que la civilisation du Hallstatt final (HF IIb) ne représentait que la phase initiale de celle de La Tène I en Champagne (Hatt. Roualet 1976-77 et 1976-1981) (1). Bien qu’ils aient pressenti l’existence d’une forme régionale, spécifique à la Champagne, de la civilisation laténienne (Bossavy 1917), les précurseurs locaux n’étaient pas allés jusqu’à conclure, comme Hatt et Roualet. que cette région « paraît être la seule du monde celtique où les mobiliers de la période la plus ancienne (LT AIa), purs et sans mélange, constituent la très grande majorité des matériaux de La Tène actuellement connus » (Hatt. Roualet 1981 : 32 ; voir aussi Hatt 1987) (2).

3Les recherches récentes définissent en outre l’avènement de La Tène comme un phénomène multipolaire de mutation stylistique de la civilisation hallstattienne. Les synthèses, récentes ou non, ont donc d’emblée posé la question de la définition des groupes régionaux. Quelles que soient les opinions sur les facteurs du phénomène (3), sur la précocité d’apparition du « style » laténien ou au contraire, la fidélité à une culture hallstattienne « attardée », et sur le milieu « celtisé », mais « mixte » et initialement déjà « bigarré » (Hatt 1987), dans lequel il s’est produit, le premier faciès de La Tène est défini comme diversifié, tendant progressivement à son unification dans le cours du IVe s. avant J.-C. et réparti sur l’auréole septentrionale de l’arc alpin, à travers trois pôles principaux : Marne à l’Ouest, Hunsrück-Eifel-Kultur au Centre, Dürrnberg à l’Est.

4D. Bretz-Mahler avait eu bien du mal à cerner la « fin du Marnien » (Bretz-Mahler 1968). Seules, les classifications plus récentes (Hatt, Roualet 1977 ; Morgen, Roualet 1975-76 ; Roualet 1991) ont permis d’identifier dans la céramique champenoise un renouvellement, qui confirme l’enracinement dans le répertoire local du Ve siècle mais témoigne d’un abandon généralisé du style anguleux (dit aussi « caréné ») dans le courant du IVe s. C’est alors que, peut-être en concomitance de mouvements connus par les textes mais dont la nature exacte reste encore à cerner (Villes 1995a), s’accélère fortement le processus d’homogénéisation du style laténien (Roualet, 1991), à l’échelle de toute l’« oekoumène » celtique, sans voir disparaître le principe de variantes régionales, cependant moins fortes, semble-t-il, qu’auparavant (4).

5Chronologiquement, le « Marnien » engloberait ainsi le Hallstatt final II, la phase décisive, dite autrefois maladroitement « hallstatto-marnienne » de La Tène ancienne Ia, et l’étape La Tène ancienne Ib, comme étant les trois stades évolutifs d’un seul et même ensemble culturel couvrant essentiellement le Ve siècle (5). Culturellement, il peut être schématiquement caractérisé par les traits suivants (fig. 1) :

  • l’abondance des tombes à inhumation, dites « plates », dans la zone septentrionale et centrale de la Champagne crayeuse ;

  • une série de parures (torques, bracelets, fibules), dont l’évolution constante à l’époque laténienne développe des prototypes apparus dans le stade précédent ;

  • une évolution similaire de la céramique, à riche décor géométrique, où dominent le style anguleux (ou « caréné ») et l’interprétation « indigène » de modèles métalliques et de formes gréco-étrusques (Morgen, Roualet 1975-76 : 36-39) ;

  • la grande densité d’un habitat apparemment peu hiérarchisé (Villes 1995a).

6Pour le secteur qui nous intéresse ici : la Champagne méridionale, nous n’aurons pas besoin de retoucher ou de préciser ce portrait (fig. 1), pour la phase supposée de « déclin » du « Marnien ». À La Tène Ib (LT ancienne II), le corpus disponible en Champagne diminue fortement (Hatt. Roualet 1977), tout en perdant un certain degré de spécificité régionale. Mais le rite funéraire subsiste, les habitats ne semblent guère désertés (Villes 1995a) et le répertoire céramique le plus banal (jattes, écuelles, terrines) reste fidèle à la mode des formes « carénées » (6).

2. Rappel : les limites septentrionales et orientales

7Une synthèse a été récemment tentée à ce sujet (Hurtrelle et al. 1990 : 217-240), fondée sur les mobiliers domestiques de la vaste région comprise entre l’Argonne, la Sarre, la Seine et le delta du Rhin, seuls documents disponibles en plus des « tombelles » de l’Ardenne belge (7). Au terme de cette enquête (fig. 2), on a conclu que le faciès marnien s’étendait jusqu’au Brabant septentrional sans empièter, vers l’Est, sur le domaine de l’HEK. Les limites restent incertaines, par contre, à l’Ouest et au Sud-Ouest de l’Île-de-France, faute de découvertes. La démarche suppose une certaine méthode : apprécier la contingence des conditions de découverte ou de disponibilité des documents et ne comparer, du moins dans un premier temps, que ce qui est comparable. Or dans la Marne, l’Aisne et le Sud des Ardennes, les sépultures sont abondantes, quoique de manière inégale selon les périodes. Les habitats publiés sont encore minoritaires. Dans la Champagne méridionale (Aube, Haute-Marne), les sépultures ne comportent pas de céramique. Par ailleurs, presqu’aucune sépulture n’est encore connue, au Nord et à l’Ouest de la région Aisne-Ardenne-Marne. Dans les directions opposées, les tombes dominent, inversement, par rapport aux découvertes domestiques, et sont principalement tumulaires.

8Il est bien connu que, en dehors des niveaux de dépotoir denses accessibles sur certains sites fortifiés ou stratifiés, l’habitat ne livre de matériel métallique qu’insignifiant. La céramique forme donc le moyen essentiel de toute comparaison entre régions. On a pu constater sans difficulté (Chevallier, Ertlé 1965 ; Ertlé 1974) que la poterie « marnienne » trouvée dans les sépultures relevait de la même production que dans les habitats. Il est clair que c’est dans la vaisselle domestique de qualité que l’on a prélevé les récipients offerts aux morts (8).

9La comparaison de la céramique des ensembles domestiques (encore modestes) publiés en Champagne avec celle des habitats de la Picardie a démontré sans ambiguité qu’elle appartenait exactement au même faciès et subissait la même évolution. Entre autres, le site de Famechon (Somme) a fourni, en milieu humide, un abondant mobilier de type LT AIa, sinon même HF IIb (Vermeersch 1975). La progression des découvertes, toujours basée sur des habitats, n’a fait que confirmer ces données (cf Compiègne Le Fond Pernant dans l’Oise : Lambot 1988).

10Il est ainsi permis d’identifier, en ensembles domestiques clos, un répertoire céramique qui trouve son équivalent exact dans les fosses d’habitat et les sépultures de Champagne (Hurtrelle et al. 1990 : 218- 225) (fig. 1 et 2) :

  • jarres situliformes,

  • cistes,

  • urnes carénées,

  • situles carénées,

  • gobelets et bols à panse surbaissée et fond en calotte ou ombiliqué,

  • gobelets carénés, trapus ou élancés,

  • vases tulipiformes,

  • écuelles et jattes à bord rentrant,

  • écuelles et jattes carénées,

  • bols et jattes à bord droit ou faiblement rentrant et fond large,

  • jattes dites « à bord festonné »,

  • décors géométriques de croisillons, chevrons, grecques, bandes horizontales, losanges et divers motifs très stylisés (feuilles de gui) réalisés en creux et rehaussés de peinture ou réalisés à la barbotine.

11Ce répertoire est représenté de manière homogène et constante dans l’Aisne et l’Oise, ce qui pousse à étendre les comparaisons bien au-delà. L’Artois, le Hainaut, la Flandre et la Hesbaye (fig. 2) ne peuvent se rattacher, d’après les découvertes domestiques, seules disponibles à ce jour, à aucun autre faciès et les différences par rapport aux ensembles picards y sont faibles ou nulles. L’hypothèse qu’il s’agisse ici de la même culture que celle dite « Aisne-Marne » est fondée non seulement sur le caractère identique du répertoire, reconstituable dans les mêmes conditions et avec les mêmes éléments, mais encore sur le fait que les formes « précoces » (hallstattiennes) du « Marnien » (9) sont présentes dans le même secteur, notamment dans le Nord, où les découvertes les plus récentes, à l’occasion de « grands travaux », n’ont fait qu’en multiplier les témoignages (Leman-Delerive 1995).

12La présence du style « marnien », dans les habitats au Nord comme au Sud-Est du fleuve Somme (fig. 2) s’expliquerait ainsi par la même « mutation » du milieu hallstattien, et sous l’effet des mêmes influences méridionales qu’en Champagne, donc sur un espace beaucoup plus large.

13Les trois stades définis en Champagne (Hallstatt final IIb, La Tène ancienne la et Ib) (fig. 1) sont par ailleurs bien représentés, notamment le dernier, dans ces ensembles septentrionaux. Le site qui en témoigne le plus clairement est l’habitat fortifié du Kemmelberg, l’un des rares sites de hauteur à fournir la même image que les « citadelles » princières (Van Dorselaer et al. 1987). Signalons qu’au Kemmelberg certaines similitudes de décors et la silhouette élancée des formes céramiques, déjà repérés comme témoignant d’un stade ancien du « groupe de la Haine » (Mariën 1961), permettent d’envisager des comparaisons avec le matériel, encore mal représenté par la céramique, du niveau LT AIIa de Champagne (10).

Fig. 1 : Répartition des découvertes de type « marnien » en France septentrionale, Belgique et Pays-Bas. Les principaux sites publiés : 1. habitats, 2. sites fortifiés, 3. nécropoles à inhumations, 4. nécropoles à incinérations, 5. nécropoles à rite mixte, 6. habitat et nécropole à inhumation, 7. habitat et nécropole à incinération (d’ap. Hurtrelle et al. 1990).

Fig. 1 : Répartition des découvertes de type « marnien » en France septentrionale, Belgique et Pays-Bas. Les principaux sites publiés : 1. habitats, 2. sites fortifiés, 3. nécropoles à inhumations, 4. nécropoles à incinérations, 5. nécropoles à rite mixte, 6. habitat et nécropole à inhumation, 7. habitat et nécropole à incinération (d’ap. Hurtrelle et al. 1990).

Fig. 2 : Tableau typologique du faciès « marnien » et de son évolution entre 530 environ et 400 environ avant J.-C., dans la Marne, l’Aisne et le Sud des Ardennes : 1. Hallstatt final IIa, 2. Hallstatt final IIb, 3. La Tène ancienne la, 4. La Tène ancienne lb (d’ap. Hatt, Roualet 1977).

Fig. 2 : Tableau typologique du faciès « marnien » et de son évolution entre 530 environ et 400 environ avant J.-C., dans la Marne, l’Aisne et le Sud des Ardennes : 1. Hallstatt final IIa, 2. Hallstatt final IIb, 3. La Tène ancienne la, 4. La Tène ancienne lb (d’ap. Hatt, Roualet 1977).

14Après avoir identifié ces preuves d’implantation septentrionale, on peut poser la question d’une forme de « périphérisation » de la culture marnienne, entre le Limbourg et le Brabant septentrional. Dans ce secteur en effet, une partie seulement du répertoire céramique en question est présent dans le mobilier domestique, les formes carénées basses étant plus fréquemment représentées que les hautes, celles-ci parfois même absentes (Hurtrelle et al. 1990 : 226-228). Ces matériels proviennent d’une trentaine de sites seulement, signalés tantôt par une fosse isolée, tantôt par un petit nombre de structures, dont la céramique ne présente pas un faciès vraiment différent, notamment au niveau de la « céramique commune », des sites un peu plus méridionaux, mais la proportion de poterie fine de style anguleux, peu décorée, y est plus faible. Aucun mobilier spécifique et de qualité n’y fait de concurrence aux types « marniens » (11).

15La notion de « phériphérisation » pourrait convenir aux sites en rive droite du delta du Rhin qui comportent des formes carénées très minoritaires parmi une abondante céramique fort atypique et typologiquement peu différenciée de ses antécédents hallstattiens et Bronze final. On mesure également mal la part entre les influences extérieures et l’identité locale dans le Sud-Est de l’Angleterre, où l’on a, depuis longtemps, fait le rapprochement (bassin de la Tamise), entre le style caréné champenois et certaines formes céramiques anguleuses des habitats des Ve-IVe siècles (Harding 1974 : 57-176), comme témoins d’immigrations ou d’échanges expliquant aussi la présence de pièces métalliques typiquement « continentales ». Le style « marnien » est d’ailleurs de mieux en mieux attesté dans ce secteur, avec son décor caractéristique (Macpherson-Grant 1990), ce qui est d’autant moins surprenant qu’on lui connaît désormais des termes de comparaison immédiats, proches de l’autre rive du « channel ».

16Une récente étude, enfin, a rappelé l’attention sur l’occupation dense, du Ve au IIIe siècle, de la vallée de la Meuse dans les Ardennes (Rozoy 1993). Il y est cherché l’explication des « influences » champenoises sur les tombelles ardennaises, toutes proches. Mais celles-ci s’expliquent, à notre avis, par une appartenance pure et simple à la même culture (Hurtrelle et al. 1990 : 228- 229). Les limites septentrionales du « Marnien » sont fixées, dans cette étude, entre le Kemmelberg en Flandre et les sites du groupe de la Haine, ce qui revient à enfoncer une porte largement ouverte, puisque les sites qui montrent un style céramique caréné jusque sur le cours inférieur de l’Escaut et de la Meuse sont complètement passés sous silence (Rozoy 1993 : 12, fig. 1), tout comme ceux de l’Artois, par visible ignorance de l’étude citée plus haut (Hurtrelle et al. 1990). Or les habitats artésiens, intermédiaires entre ceux de Picardie et ceux du Hainaut, de la Hesbaye et du Limbourg, permettent le mieux d’expliquer de profondes influences « marniennes » aussi bien dans les Flandres que dans les deux Brabant, tout en reculant très au Nord les limites du « Marnien » et relativisant le mobilier de Champagne comme paradygme de cette civilisation (fig. 2).

17En direction de l’Est, on peut se demander (Hurtrelle et al. 1990 : 233-234) si la Lorraine du Ve siècle relève d’une orbite champenoise ou HEK (voire, d’une culture originale). La faible quantité de parures pour cette période et surtout l’absence de céramique publiée limitent toute discussion. En Alsace, la poterie fine du Hallstatt final ne diffère guère de types rencontrés aux Jogasses (12). En revanche, le répertoire des formes évolue différemment de la Champagne à La Tène I. Les décors du Camp d’Affrique à Meissein ne dépareraient pas des ensembles vixéens (notamment les motifs peints en damiers, croisillons et filets parallèles), mais le répertoire des formes et des décors publié semble peu complet (Lagadec et al. 1993). Comme on va le voir pour le Sud haut-marnais, les autres régions du Nord-Est ne peuvent donc faire l’objet d’une comparaison significative avec la Champagne, faute de documents céramiques suffisants. On en est réduit à des suppositions.

18On peut envisager l’hypothèse qu’au Sud-Est et à l’Est du Bassin parisien, la seconde période de cette phase critique qui voit l’émergence de la culture laténienne soit formée par un bloc indépendant du faciès « marnien ». Cela supposerait un certain fractionnement de la culture hallstattienne finale en groupes plus petits, lors de l’« effondrement » des principautés, mais ne peut être vérifié que par des fouilles d’habitats. L’éventualité – sur le modèle de l’entité HEK – d’un maintien à La Tène A1, d’une zone culturelle aussi large qu’au Hallstatt final et regroupant la zone Champagne-Picardie, la Bourgogne septentrionale et les marges nord-ouest de la Franche-Comté, voire la Lorraine méridionale. ne peut non plus être tout à fait exclue.

3. Les limites méridionales

19Les sites du Ve s. connus dans le Sud de la Marne, l’Aube et la Haute-Marne sont moins abondants qu’au Nord-Ouest du « groupe Aisne-Marne ». Les découvertes récentes, cependant, les rendent peu négligeables.

3.1. Département de l’Aube

20Les deux tombes à char à deux roues de Bouranton, Champneux, à l’Est de Troyes et d’Estissac, La Côte d’Airvaux, à l’Ouest (Verbrugghe, Villes 1995 ; Deffressigne, Villes 1995) vont être prochainement publiées. Nous n’insisterons ici que brièvement sur les points suivants :

  • 1) leur position relativement haute dans le Ve s., les intégrant à un contingent restreint de tombes à char antérieures aux années 450-425, très minoritaires dans l’Aisne et la Marne ;

  • 2) leur localisation méridionale, intermédiaire entre le site princier de Vix (Côte-d’Or) ou la nécropole de Gurgy (Yonne) et la concentration des tombes à char de la Marne de LT A1b (13) ;

  • 3) l’absence de céramique, qui handicape les comparaisons mais concorde avec le rite dit « tricasse », propre aux tombes plus récentes de l’Aube ;

  • 4) la présence de l’incinération (exclusive à Estissac, concurrençant l’inhumation à Bouranton) ;

  • 5) leur rattachement à une famille de monuments (dits « enclos type Bouranton ») représentée sur d’autres sites proches : Barberey-Saint-Sulpice (Aube) (Rolin, Villes
    1995 et 1997). Molinons (Yonne) (14), Gurgy (Yonne) (Pellet, Delor 1980), et où certaines dispositions architecturales renforcent le rôle emblématique, voire cultuel, de la sépulture.

21D’autres découvertes moins spectaculaires confirment, dans l’Aube (fig. 3), une implantation claire au Ve s., autour de Troyes comme dans la zone de confluence Aube-Seine (on en trouvera l’inventaire en annexe 1). On restera prudent sur l’attribution au patrimoine local d’un miroir étrusque et d’une situle stamnoïde, trouvés anciennement, dans des conditions mal connues, à La Vendue-Mignot Marivas (site n° 16). Il pourrait s’agir d’une sépulture du début du IIIe siècle, mais mobilisant un récipient plus ancien (Caumont 1995). Les structures du site de la butte à Isle-Aumont font figure de « miniaturisation » d’un oppidum « princier », avec un bâtiment principal, isolé par un fossé en rebord de plateau, et des structures annexes (silos, caves, greniers aériens...) occupant le reste du sommet de cette petite butte-témoin de la haute vallée de la Seine (Villes 1982 : 62-66).

22Aucune recherche systématique n’a donc marqué l’acquisition des données dans l’Aube, ce qui explique en partie la pauvreté de l’inventaire et la surprise relative créée par les deux tombes à char, lors des travaux autoroutiers. Toutefois, certaines trouvailles anciennes (tombelle d’Aulnay, par ex., avec son fragment de figurine étrusque, site n° 17), le grand enclos tumulaire, à tombe centrale probablement à char, de Creney (site n° 18, fouilles A. Villard, inédites) et les prospections aériennes laissent supposer une occupation à ľ Âge du Fer aussi dense que dans la Marne. Barberey-Saint-Sulpice (Rolin, Villes 1995 et 1997), commence à le confirmer, avec un enclos de « type Bouranton » où figure, comme vase cinéraire, mais retrouvée en position secondaire, une situle en bronze de même type qu’à Noslons et Gurgy (Yonne).

3.2. Département de la Haute-Marne

23Dans la partie méridionale de la Marne, certaines découvertes démontrent sans ambiguité la présence du faciès « marnien » du Ve s. : la nécropole à « tombes plates » de Charvais, à Heiltz-l’Evêque (Lepage 1966), fouillée anciennement, mais dont les données sont exploitables et dont le mobilier se superpose parfaitement à celui des Jogasses à Chouilly (fig. 11 et 12) ; la nécropole à « tombes plates » de Norrois, Le Champ St-Martin et l’habitat de Matignicourt, Le Chemin de Concourt, tout proche. Leurs matériels sont identiques à ceux du reste du département, pour la période du Ve s. À cela s’ajoutent Vitry-le-François Les Marvis (fibule du Hallstatt final, fibule de La Tène I : Mougin 1900, fig. 12, n° 1 et 5), Cloyes-sur-Marne et Bignicourt-sur-Marne (deux torques pleins, gravés, à petits tampons, de LT A1B : Lepage 1984 : 103) (fig. 12, n° 3 et 4) et Plichancourt : découverte ancienne (torque à jonc hélicoïdal et petits tampons : fig. 12, n° 2) et site du lieu-dit Les Monts (inhumations du Hallstatt final II, avec torque et bracelets creux, fouilles F. Dugois, inédit). Localisés dans la partie amont de la vallée moyenne de la Marne (Perthois), au contact de l’Aube crayeuse et des plateaux calcaires haut-marnais, ces quelques sites sont en position intermédiaire entre le domaine « classique » du « Marnien » et les découvertes principalement tumulaires de la Haute-Marne (Lepage 1984 ; Charpy 1994 ; Villes 1997) (inventaire dans l’annexe 2).

24Regroupant surtout des parures dont les associations ne sont pas toujours fiables, alors que la céramique est presque totalement absente, cet inventaire appelle quelques observations générales :

  • un large espace vide dessine une bande NE-SO sur 40 km de large, probablement faute de recherches, en travers du département (fig. 4) ;

  • c’est à la phase moyenne de la période (LT A la) que les découvertes sont les plus nombreuses : 12 au HF IIa, 18 au HF IIb, 20 à LT A la, 8 à LT A1 b, soit 38 pour la première moitié du Ve siècle, presque le double de la première et troisième phase réunies. La dernière, avec huit ensembles seulement, semble annoncer la même raréfaction des découvertes funéraires qu’en Champagne sèche, et que l’on attribue – un peu vite selon nous (Villes 1995a) – à un véritable exode (Kruta 1981) ;

  • les découvertes se répartissent indifféremment aux trois phases autour de deux pôles : le plateau de Langres d’une part (sources de la Marne, de la Meuse et de l’Aube et ligne de partage des eaux Mer du Nord-Méditerranée) et d’autre part le débouché de la Marne sur la plaine crayeuse (Perthois et environs de Saint-Dizier) ;

  • dans la zone sud, les découvertes recouvrent exactement celles des « grandes » épées hallstattiennes, aussi denses en Haute-Marne qu’en Côte-d’Or et formant un même ensemble (Villes 1994) ;

  • dans cette zone sud, il s’agit de sépultures principalement tumulaires, dont la chronologie interne signale soit la réutilisation, soit la longue fréquentation : sur 26 sites, 12 sont à tombes secondaires dans un tertre du Bronze ou du Hallstatt ancien et moyen, 3 sont utilisés au Hallstatt final et à La Tène ancienne I et 5 autres du Hallstatt final à La Tène ancienne II ou III. Six sites seulement (dont celui à tombes « plates » de Chamouilley) sont occupés seulement au HF ou à La Tène A la, ou au HF IIb et LT A la. La fréquentation du tumulus entre le VIIIe et le IIIe s. est attestée dans au moins cinq cas ;

  • de rares tertres ne comportant que du matériel du Hallstatt ancien ou moyen, s’ajoutent à la liste : Cusey Les Combottes, Dampierre Ferme du Chêne. Mais on peut en signaler quelques uns également dans la zone des Vosges limitrophe (Dombrot, Contrexéville), où l’occupation du HF prolonge celle du Hallstatt moyen (Suriauville, Sauville, Contrexéville) (Lepage 1984) ;

  • sur les plateaux de Haute-Marne, la fin du premier et le début du second Âge du Fer s’inscrivent ainsi dans une grande continuité du peuplement (15) ;

  • dans la moitié sud du département, aucune fouille de structure d’habitat n’a encore permis de recueillir de céramique du Ve s. Aucun vase n’est clairement associé au bijoux et rares armes répertoriés pour cette période et la céramique signalée consiste en tessons mêlés aux terres du tertre ou en restes d’incinérations du Bronze final ou du Hallstatt ancien mal observées (16) ;

  • en cela, une certaine similitude est notable avec le département de l’Aube, mais on peut, sous cet angle, étendre la comparaison à d’autres régions du Nord-Est ;

  • la concentration la plus importante de trouvailles se situe à mi-chemin entre les habitats « princiers » de Bourguignon-lès-Morey et Vix. Un site de même type existait-il à Langres, maître-oppidum des Lingons, qui se trouve au centre de cet ensemble (17) ?

  • dans toute la Haute-Marne, et cela fait d’autant plus regretter l’impossibilité de comparaison avec de la céramique, le mobilier métallique du Hallstatt final II est identique à celui des Jogasses à Chouilly, de même qu’aux grands ensembles, essentiellement domestiques (Vix, Bourguignon, Messein, Salins, Illfurth) disponibles dans le Nord-Est. La remarque vaut aussi pour LT ancienne I. Aucune différence, non plus, par rapport au mobilier représentatif du Hallstatt D2-D3 ou du tout début de La Tène dans le Jura, d’après les ensembles clos funéraires (Ganard et al. 1992 : 43-44) (18) ;

  • les seuls lots, fort modestes, de poterie (LT A1) proviennent de la zone nord (St-Dizier, Villiers-aux-Bois) (fig. 24). Ils ne sont associés à aucun mobilier métallique. Leur typologie s’intègre parfaitement au répertoire champenois et exprime la même évolution ;

  • la céramique de style « marnien » de Haute-Marne est donc en continuité directe avec le faciès champenois, par l’intermédiaire des découvertes domestiques et funéraires des environs de Vitry-le-François (Norrois, Matignicourt, Plichancourt). Mais cette répartition ne s’étend pas pour l’instant à l’ensemble du bassin supérieur Marne-Aube-Seine et pour le faciès « jogasso-vixéen », aucun grand ensemble ne peut être cité comme intermédiaire, malgré la faible distance, entre Vix/Bourguignon-lès-Morey et Heiltz-l’Evêque/Trémont-sur-Saulx ;

  • en concordance avec la céramique, les torques les plus caractéristiques du faciès « marnien » de LT Al (19) sont peu nombreux en Haute-Marne. Hormis Esnoms, Les Gros Meurgers, ils sont confinés à la zone nord (Perthois) : Plichancourt, Heiltz-l’Evêque, Cloyes et Bignicourt (Marne), quelques pièces torsadées typiques, à fermoir-crochet (Saint-Dizier et Attancourt) se répartissant aux confins du même secteur ;

  • pour LT Al, la riche découverte de La Motte Saint-Valentin, plus méridionale, diffère sensiblement en revanche des sépultures « aristocratiques » marniennes, puisque l’incinération la plus riche y côtoie l’inhumation et que les importations y sont aussi notables que dans l’Aube (miroir, stamnos, canthare, ciste), par opposition au « groupe » Aisne-Marne ;

  • le rituel de la tombe « plate » est concentré au Nord, alors que les tumulus dominent au Sud, mais des inhumations en fosse (HF et/ou LT A1) sont également connues à Rivières-les-Fosses Les Longes (très au Sud) et, à l’inverse, Attancourt, voisin de Chamouilley, était un site tumulaire ;

  • d’une manière plus générale, l’opposition tumulus-tombe plate nous paraît difficile à utiliser comme argument historique. Des sépultures tumulaires existent en Champagne sèche, s’agissant notamment de tombes à char et le sous-sol y est facile à creuser. Inversement, dans les zones centrale et méridionale de la Haute-Marne, où forêts et herbages dominent, le sous-sol est difficile à creuser, alors que les matériaux durable (pierres, argiles) sont disponibles en abondance pour les monuments funéraires ;

  • la raréfaction relative des découvertes de la phase 3 par rapport à celles de la phase 2, sensible d’ailleurs à l’échelle même de certains sites (Chamouilley, Heiltz-l’Evêque), semble faire écho à la représentation très faible des matériels du tout début de La Tène ancienne sur les sites « princiers ». Mais un écart chronologique significatif subsiste entre les deux phénomènes. On ne peut donc parler d’un abandon des sites, mais seulement d’un relatif changement de localisation des sépultures.

25En résumé, on est conduit à deux hypothèses contradictoires. La nette continuité d’évolution sur place, s’agissant de groupes humains installés en un point névralgique du réseau des relations entre l’Europe du Nord et la Méditerranée, plaide pour un même ensemble culturel, aux affinités septentrionales évidentes. Par analogie avec la Champagne crayeuse, et compte-tenu des grandes similitudes entre les matériels de Vix et de Chouilly (récemment rappelée : Hatt, Roualet 1981 : 62- 63) (fig. 7), on serait donc tenté de conclure à une présence du « faciès mamien » sur le plateau de Langres, malgré l’absence de céramique pour comparaisons.

26Mais, à l’inverse, la séparation géographique nette entre les deux concentrations haut-marnaises et la répartition septentrionale des torques et des céramiques les plus typiques suggèrent que seules, la zone du Perthois et ses marges auraient évolué, à La Tène ancienne, dans le même sens que la Marne, l’Aisne et des Ardennes (20). Certaines découvertes récentes doivent être évoquées maintenant pour aider à choisir, si c’est possible, entre les termes de cette alternative.

4. L’apport des sites d’habitat

27Nous ne pouvons citer que deux sites nouveaux, mais riches d’enseignement : Trémont-sur-Saulx (Meuse) et Rosnay-l’Hôpital (Aube).

4.1. La fosse de Trémont-sur-Saulx

28Cette vaste structure (20 m de long pour 3 à 4 de large et 0,60 de profondeur), à profil en cuvette très aplatie correspond probablement à une petite carrière d’argile. Deux niveaux de rejet d’ordures ménagères (B et C), dans une terre argileuse foncée et charbonneuse (argilo-sableuse dans le niveau inférieur : C), étaient séparés par une sorte de sol formé de nombreuses pierres, qui correspondrait à un assainissement (Krzyanowski, Lepage 1993 : 270-71). La comparaison entre la céramique abondante contenue dans chacune des deux couches principales, scellées par un niveau naturel contenant du mobilier résiduel (couche A), démontre une évolution (fig. 25).

29Toutes les formes sont typiques du « Marnien » : situles, jattes et écuelles carénées, bols, coupelles et terrines tronconiques, jattes et écuelles à bord rentrant. On ne trouve d’ailleurs aucun élément signalant d’autre affinité. Mais les décors sont rares et peu typés (peigne, pincements, incisions couvrantes, « en grain de café ») et les mêmes dans les deux niveaux. Les formes hautes de profil complexe ou décorées sont fort rares (gobelets et urnes tritronconiques) (21). La principale différence entre les deux lots de matériel réside dans la très forte proportion des jattes à bord rentrant par rapport aux formes basses carénées, dans la couche C (33 formes sur 40, soit 80 %), alors que dans la couche B, cette proportion s’inverse complètement (3 sur 24, soit 12 %). L. Lepage a attribué la couche B au Hallstatt final et la couche C à La Tène I, sans préciser l’écart de temps entre les deux. À Chouilly Les Jogasses, les formes moyennes ou hautes franchement carénées existent (notamment les situles), mais en minorité. L’absence de gobelets et de fonds ombiliqués interdit, à Trémont-sur-Saulx, de faire aisément un choix entre Hallstatt final IIb et La Tène ancienne la pour la couche C. Mais il faut préciser ici qu’aucune publication d’habitat ne permet encore, en Champagne sèche, de démontrer si la céramique évolue au même rythme que la parure entre ces deux tranches découpées – peut-être trop arbitrairement – dans le « Marnien ». Le matériel de la couche B de Trémont appartient assurément à La Tène ancienne 1. Le seul décor de sillons bien séparés, sur une épaule de vase très anguleux, figurant dans la couche B relève de la fin (LT A1b) et non du début de cette période. S’il semble difficile d’affirmer que la couche C appartient au premier plutôt qu’au second quart du Ve siècle, le faible écart qui sépare apparemment les deux niveaux de remplissage, en l’absence d’une nette phase d’érosion visible au niveau du dallage aménagé, plaide en faveur de La Tène ancienne I a pour le début du comblement de la fosse (22).

30Mais, que l’on adopte la datation de L. Lepage ou celle proposée ici, deux faits restent évidents : d’une part la continuité d’occupation du site sur la période du Ve s., avec évolution sur place, et d’autre part son appartenance totale au « Marnien », ce qui n’a rien d’étonnant, puisque Trémont-sur-Saulx, bien que situé sur un autre substrat que la craie champenoise ou les alluvions quaternaires du Perthois, est étroitement localisé dans le groupe septentrional haut-marnais. Ce site permet donc, en complètant les données sur le faciès culturel des torques de Saint-Dizier, Chamouilley et Attancourt, d’étendre sensiblement vers le Sud-Est les limites du « Marnien », qui n’est plus séparé que par une quarantaine de kilomètres des découvertes formant le groupe « langrois » du Ve s.

4.2. Rosnay-l’Hôpital : quelques données préliminaires

31Ce site est en bordure d’une zone humide, elle-même proche du contact entre la vallée de la Voire, affluent de l’Aube, et le rebord du plateau crayeux (fig. 3). Aucune découverte du premier ou du début du second Âge du Fer n’a été signalée dans un rayon de 20 km. Les plus proches sont celles du Perthois. Pour LT AII et III, des trouvailles isolées (parure) sont localisées entre Rosnay et ce secteur (Moslins-sur-Aube, Ramerupt, Margerie-Hancourt, Humbauville) (Lepage 1984). Cet habitat a été fouillé sur une surface considérable (14 hectares), qui garantit que la quasi-totalité en a été étudiée (23) (fig. 6). Les limites ne sont pas connues aux deux extrémités de la bande d’environ 300 m sur lequel s’étirent les structures. Au Nord cependant, leur répartition se rétrécit fortement en limite actuelle de l’exploitation et au Sud, elles ne sont pas réapparues au-delà, lors du décapage d’une carrière voisine. Quelques aménagements, pas toujours faciles à dater, « parasitent » le plan de l’établissement protohistorique : fossés rectilignes notamment, dont certains doivent remonter à la période gallo-romaine, celle-ci attestée d’ailleurs par un puits (Copret 1996).

32Pour l’Âge du Fer, on peut distinguer cinq ensembles (fig. 6), formés chacun par une nébuleuse plus ou moins dense de trous de poteau et de fosses : le premier au Nord-Ouest de la surface décapée (120 m de côté), le deuxième à l’Ouest (100 m de côté), le troisième au centre (120 m / 100). le quatrième (100 m / 60) au Sud-Ouest et le cinquième, plus diffus, plus vaste et probablement incomplet, au Sud-Est, dont chacun paraît assez bien incrit dans un rectangle, mais sans clôture apparente et au-delà duquel les structures disparaissent ou se raréfient. Chacun semble pouvoir être interprété comme une grande ferme comportant au moins un bâtiment d’habitation et ses annexes (batteries de silos, de « greniers » sur quatre poteaux, triangles, binômes de poteaux et bâtiments un peu plus importants, à six supports). Les bâtiments principaux, au nombre de deux ou trois par ensemble, peuvent indiquer une certaine permanence de l’établissement, dont les éléments semblent avoir été tantôt reconstruits presque sur place, tantôt remplacés progressivement par des constructions voisines (24). Ils mesurent de 50 à 80 m2, sont tantôt à deux nefs, tantôt à trois pièces principales : un large espace central encadré par deux petites travées la séparant des murs-pignons. Ces constructions trouvent des éléments de comparaison assez proches aussi bien en Champagne (par ex. Villemaur-sur-Vanne Les Gossements) qu’en Lorraine (Frouard Le Saule Gaillard) (Deffressigne, Rolin, Villes 1995, Baccega et al. 1988), dès le Bronze final II et III. Les autres structures sont d’un type très banal, mais l’abondance des petites fosses cylindriques ou faiblement rétrécies au niveau de leur ouverture est frappante. Il s’agit en effet de silos et non de puits ou puisards, mais leur aménagement dans un substrat alluvionnaire perméable ne laisse pas d’étonner (25).

33Dans le quart nord-est de l’emprise, le décapage a mis au jour cinq enclos quadrangulaires, matérialisés par des fossés fortement arasés. Quatre enclos forment un premier ensemble sous forme de deux monuments, l’un carré (6 m de côté), orienté Nord-Nord-Ouest/Sud-Sud-Est, l’autre rectangulaire, formé par un enclos initial rectangulaire (12 x 5 m) à l’extrémité sud-est duquel se sont accolés deux enclos carrés successifs, de respectivement 6,5 et 7,5 m de large, sur le même axe nord-ouest/sud-est. Le cinquième enclos, carré et plus vaste (17 m de côté), se trouve 100 m au Sud-Est de ce premier ensemble. Ses relations avec celui-ci sont nettes, dans la mesure où il est orienté comme l’enclos carré, où ses diagonales sont fixées sur un axe de même orientation que l’enclos triple et où cet axe, si on le prolonge vers le Nord-Ouest, passe exactement à mi-distance entre ce monument et le petit enclos carré. Il ne fait guère de doute que cet ensemble funéraire est en corrélation étroite avec l’habitat, dont les structures le respectent complètement, et dans une grande proximité. Chronologiquement, une indication est fournie par une inhumation en fosse peu profonde, trouvée à faible distance de l’angle nord-ouest de l’enclos triple, et qui contenait une fibule en fer à ressort en arbalète et probablement fausse corde à bouclettes (HF IIb). Cette inhumation confirme, avec la forme des fossés (destinés à rester ouverts et dépourvus de tout indice d’utilisation domestique, l’aire étant sans doute occupée par un tumulus en terre, arasé), la fonction funéraire des enclos, tout en les signalant contemporains d’une période au moins de l’habitat lui-même.

34Le matériel du site peut contribuer à un meilleur panorama des affinités culturelles de la zone intermédiaire entre la Champagne centrale et la Bourgogne septentrionale. Il s’agit d’une céramique très fragmentaire (fig. 7) et globalement peu abondante, recueillie surtout dans le remplissage secondaire de divers silos. Il n’est pas encore possible aujourd’hui de présenter la chronologie interne du site et des principaux bâtiments et annexes à l’intérieur de chaque ensemble. Dans l’état actuel des études, il est cependant permis d’affirmer que le Hallstatt moyen et final sont bien représentés. Le matériel n’est pas assez abondant ou diversifié pour reconnaître d’éventuelles sous-phases. Mais il est remarquable que les mobiliers des deux périodes se répartissent largement sur la surface fouillée. La céramique du Hallstatt moyen est tout à fait comparable à celle inventoriée depuis longtemps dans la région des Marais de Saint-Gond (Brisson, Hatt 1966-1967) et qui trouve divers termes de comparaison en Champagne comme dans le Nord-Est de la France (Villes 1984). Celle du Hallstatt D2-D3 s’intègre parfaitement dans la série des formes du HF II des nécropoles et habitats de la Marne ou de Vix (Joffroy 1960). Une liste non négligeable de petits ensembles moins typés ou peu diversifiés pourrait en outre appartenir à une occupation de La Tène ancienne I. L’échantillonnage disponible s’y présente dans les mêmes conditions qu’à Trémont-sur-Saulx, avec des formes appartenant au « lot commun » et un manque de céramique fine et décorée qui interdit de les classer avec certitude dans le premier plutôt que dans le deuxième quart du Ve s. Seule, la fréquence des décors au peigne, dans l’état actuel des études, évoque une durée du site jusqu’à LT A la.

35Ces données encore très liminaires devront être précisées. Mais d’ores et déjà, le site de Rosnay-l’Hôpital confirme les faits suivants :

  • l’occupation au premier Âge du Fer d’un secteur où les tumulus ne semblent pas conservés, où aucune découverte de cette période n’avait été signalée jusqu’ici et où seule la surveillance des aménagements divers et travaux industriels permet de connaître la réalité des sites ;

  • l’aspect « banal » en Champagne (et moitié nord de la France) des fermes du premier et du début du second Âge du Fer, mais illustré ici d’une manière éloquente, car à grande échelle : un bâtiment principal (logis ou étable ou les deux réunis) et une série importante d’annexes standardisées et diversifiées ;

  • l’existence de hameaux, constitués plutôt par l’agrégat d’unités domestiques élémentaires, quoique complexes, que par des ensembles structurés d’habitations ;

  • l’absence d’évolution dans la forme et la dimension des structures, par rapport à l’Âge du Bronze final ;

  • la difficulté de cerner de tels habitats dans leur totalité, du fait de leur dissémination dans les vallées et de l’ampleur des décapages nécessaires ;

  • l’existence d’enclos funéraires de plan carré dès le Hallstatt final, et que l’on a déjà remarquée, comme nouveauté, à propos des monuments de « type Bouranton » (Rolin, Villes 1997) ;

  • l’association étroite d’une nécropole (ou du moins d’un nombre limitatif de monuments funéraires) et d’un agrégat de fermes, alors que la disjonction systématique entre habitat et sépultures paraissait la règle ;

  • la position préférentielle des fermes dans les vallées alluviales, mais dans des conditions où la niche écologique est diversifiée (contiguité entre zones humides aux terres limoneuses et sols maigres du plateau crayeux) ;

  • la distribution lâche de ces fermes, sans clôture importante, à proximité immédiate ou à vue directe les unes des autres, probablement au sein même des parcelles cultivées, et sans hiérarchisation marquée ;

  • la continuité d’occupation des habitats durant toute la période hallstattienne, car si, à Rosnay, la permanence de chaque ferme sur toute cette période est encore difficile

  • au stade actuel des études – à démontrer, la fréquentation et l’organisation de l’habitat sous forme d’une chaîne d’établissements agricoles similaires, sont à l’évidence stables sur cette période ;

  • l’émergence du « jogasso-vixéen » dans le Hallstatt moyen, au sein même de ces ensembles domestiques et non par suite de l’arrivée massive de populations nouvelles, mais pas nécessairement sans influence extérieure ;

  • la complémentarité entre les sites de hauteur, « princiers » ou des établissements « aristocratiques » d’un autre type (fermes « fortifiées » ? Villes, 1995 b) et le réseau des établissements ruraux ;

  • la densité probable de l’occupation du territoire, au Nord de la zone des oppida, notamment en Champagne ;

  • la continuité territoriale de ce faciès depuis la Bourgogne septentrionale jusqu’aux Ardennes, le site de Rosnay étant en position intermédiaire entre Le Mont Lassois et Les Jogasses et ne faisant que densifier les découvertes du Hallstatt final en Champagne méridionale ;

  • la difficulté d’identifier des faciès culturels et d’interpréter leur répartition géographique, tant qu’un certain seuil quantitatif de mobilier n’est pas franchi dans les fouilles d’habitats.

5. Discussion et conclusions

36La prise en compte des habitats renforce le premier terme de l’alternative posée plus haut. Mais elle ne résout pas la question des limites méridionales du « faciès marnien ». Il faut aborder la question à une échelle plus large que les bornes administratives de la Champagne.

5.1. Discussion

37D’après les seuls habitats, le Hallstatt D2-D3 figure désormais en plusieurs points intermédiaires entre Vix et la Marne : Troyes, Rosnay-l’Hôpital, Dival, Trémont-sur-Saulx, Isle-Aumont, Saint-Léger. Cette répartition est la même que pour la parure. Mais on ne dispose encore d’aucun document céramique au Sud d’une ligne Troyes-Chaumont, du moins pour le Ve s. Si le « faciès marnien » doit être défini avant tout comme un cycle culturel homogène, dont le HF II n’est que la première phase, on ne peut mettre au crédit de cette culture les découvertes du Hallstatt final IIb et du début de La Tène ancienne, constituées de parures et d’armes, qui forment le groupe du plateau de Langres, tant que de la poterie à décor géométrique et de style anguleux analogue à celle de la Champagne sèche ou humide (Perthois, vallage marnais) ou de la Picardie n’aura pas été mise au jour dans ce secteur.

38La distance est cependant faible (40 km tout au plus) entre les deux concentrations de découvertes haut-marnaises. Il faut tenir compte, désormais, de l’habitat de Rosnay-l’Hôpital, en position intermédiaire entre le Nogentais et le Perthois, mais assez proche de ce dernier. Il complète en effet fort bien le répertoire céramique pour le Hallstatt final. Le groupe septentrional de découvertes appartient indubitablement au « Marnien ». Le fait est tout aussi clair, et démontré par le même type de documents que, symétriquement, dans la vallée ardennaise de la Meuse (26). Mais le raisonnement peut-il être appliqué symétriquement à la zone sud ?

39Il serait a priori surprenant que les deux groupes haut-marnais aient produit une céramique différente, tout en ayant possédé les mêmes parures, marquées par la même évolution. La question ne peut cependant pas encore être tranchée. On a noté, en outre, que les torques les plus caractéristiques du « Marnien » (dans sa phase moyenne), notamment ceux à jonc torsé ou torsadé, ne dépassaient pas, vers le Sud, la région de Chamouilley. Est-ce à dire que le groupe langrois. tout en possédant la même parure au Hallstatt final que le groupe bragard, relève d’une orbite différente, à la fin de l’époque « marnienne » ? Quant au torque, objet emblématique, représente-t-il un repère totalement fiable, en l’absence de céramique ? Posée sous ces deux angles, la question vaut d’ailleurs aussi pour la Bourgogne septentrionale et la Franche-Comté, dont la culture céramique reste inconnue, mais où le site de Bragny (Saône-et-Loire) atteste la présence d’un style céramique vixéen.

40Nous avons insisté sur la coïncidence géographique étroite entre les découvertes attribuables au Ve s. et celles du Hallstatt ancien et moyen. Ceci vaut aussi bien pour la Haute-Marne que pour l’Aube (27). Globalement, tout plaide en faveur d’une continuité de peuplement du VIIIe au Ve s., les secteurs où se concentrent les grandes épées hallstattiennes étant les mêmes, comme on l’a dit (Villes 1984,1994), que ceux où émergeront les « citadelles » princières. Nous pensons avoir démontré que ceci vaut aussi bien pour la Champagne crayeuse que pour les autres régions du Nord-Est ou le Berry (Villes 1984, 1994), à cette différence près, si peu négligeable, qu’il n’y a pas de citadelle princière connue au Nord du plateau de Langres.

41Quant à la différence soulignée quelquefois (Lepage 1984, 1985) entre le Nord et le Sud de la Haute-Marne au Hallstatt ancien, elle est plus apparente que réelle, on l’a vu. Les enclos funéraires fossoyés et incinérations du Perthois ne peuvent être opposés aux tumulus du plateau de Langres et le faciès à « grandes épées » est bien représenté en Champagne crayeuse (28). Les différences entre les secteurs bragard et langrois tiennent avant tout aux possibilités de découverte et conditions de conservation des sépultures.

42Comme la Champagne crayeuse ne se dissocie pas vraiment du faciès hallstattien de la France orientale, on ne peut donc s’appuyer sur les antécédents hallstattiens et Bronze final pour envisager un pôle culturel spécifique, au Ve s., à chacune des extrémités de la Haute-Marne. Le principe même d’une continuité du peuplement plaide en faveur d’une évolution similaire sur place.

43Mais ne faudrait-il pas formuler la question autrement ? Dans un secteur où les oppida ne sont pas attestés jusqu’à présent, le site de Rosnay-l’Hôpital signale un mode de vie et d’habitat qui ne semble pas avoir sensiblement évolué depuis le Bronze final, sinon peut-être dans une densification du peuplement à partir du VIIIe s. C’est ce que démontre déjà la simple comparaison avec les sites les plus proches : Villemaur-sur-Vanne Les Gossements (Deffressigne, Rolin, Villes 1995), pour le Bronze final IIIb, ou Montsuzain Le Châtelot, pour le Bronze final IIb-IIIa (Fassina 1995), par exemple (29). On peut à bon droit envisager l’hypothèse d’une relative permanence, en Champagne, des modalités de gestion du terroir protohistorique entre le IXe et le IVe s. Cette constance appelle un rapprochement avec l’absence apparente de citadelles princières dans cette région. La densité du peuplement constatée par l’intermédiaire des sépultures y caractérise toutefois la seconde plutôt que la première moitié du Ve s., lors même que la continuité d’occupation des nécropoles (pour la plupart fondées au Hallstatt final IIb), jusqu’à la « rupture » démographique du IVe-IIIe s., offre une image inverse de celle des citadelles « princières », désertées ou peu occupées au tout début de LT A. Ne peut-on dès lors envisager aussi l’hypothèse qu’un peu plus au Sud, les sites « princiers » sont un épiphénomène, dans l’organisation générale d’un réseau plus solide, plus dense et plus dispersé, constitué par le même type d’établissements qu’en Champagne ? Dans la zone même des « citadelles », celui-ci est plus difficile à mettre en évidence (et beaucoup plus ingrat à étudier) que certaines tombes aristocratiques ou divers sites de hauteur. Malgré le manque de fouilles de grande ampleur concernant ces derniers, on peut en effet leur supposer un « arrière pays », dans le cadre d’une complémentarité socio-économique entre « villes » et « campagnes » analogue à celle que l’on observe à La Tène finale.

44Les enclos quadrangulaires arasés de Rosnay-l’Hôpital, le vase cannelé de Di val, les tombes à char à deux roues – assez précoces – de Bouranton. Estissac et Molinons, les incinérations en récipient de bronze, importés ou non, de Courcelles-en-Montagne, Barberey-Saint-Sulpice, Noslons et Gurgy, signalent, de leur côté, une diversité des rituels, une dissémination spatiale, ainsi qu’une difficulté de détection des témoins d’organisation hiérarchique, bien plus grandes que la tombe de Vix ne pouvait le laisser croire.

5.2. Le rituel funéraire

45Dans son inventaire des incinérations en vase métallique, pour les régions situées au Nord des Alpes, S. Verger insiste sur la rivalité entre ce rite et celui des tombes à char, notamment dans la Gaule du Centre-Est (au coeur de laquelle nous sommes ici), rivalité décelable non seulement dans les répartitions géographiques respectives, mais encore dans la conception même du dépôt funéraire. Celle-ci est en effet « allusive » dans le premier rite, « exhaustive » dans le second, quant à l’« évocation des qualités et des fonctions de l’individu enterré » (Verger 1997 : 235-236).

46Mais, là précisément où nous cherchons les limites méridionales du « Marnien », du moins à La Tène A ancienne (faute d’en trouver un peu plus tôt), les frontières entre les deux pratiques ne sont pas si claires. Courcelles-en-Montagne, tombe « laténienne », est à distance encore plus courte du char hallstattien de Nijon que les incinérations Hallstatt D3 de Gurgy le sont des chars à deux roues (Molinons, Estissac, Bouranton). Ceci renforce le constat de la substitution du rite cinéraire au rituel hallstattien de l’inhumation à char (30). Mais, si « intrusif » et « distinctif » (ibid. : 230) soit-il, le rite cinéraire ne met pas fin, ici, aux habitudes aristocratiques locales, puisque ces tombes à char de l’Aube inaugurent – avec quelques autres plus septentrionales – la série de la Champagne et de l’HEK. À Estissac comme à Bouranton, la concomitance des deux rites est nette. En position intermédiaire entre ces deux découvertes, celle de Barberey-Saint-Sulpice combine une incinération en situle, un monument de type Bouranton et un mausolée qui pourrait avoir succédé à une tombe à char, qui semble bien avoir fait l’objet d’une pratique de condamnation, peut-être au profit de l’incinération elle-même, bien que la disposition de cette dernière ne paraisse pas primaire. Quant au char de Molinons, sa position est, à l’inverse, secondaire dans son enclos et la parenté de ce dernier, notamment à son stade II, avec le type Bouranton, est étroite (31). Dans la zone sud-ouest de la Champagne, le rite cinéraire ne fait donc qu’une incursion partielle – ou difficile – dans un milieu assez fidèle à la tradition rituelle hallstattienne. Les deux pratiques semblent s’y combiner comme en vertu de concessions réciproques. La frontière entre elles est plus claire sur le plateau de Langres, mais sur un plan chronologique seulement.

47Est-ce à dire qu’une certaine « résistance identitaire », ou des relations moins « hospitalières » avec les « élites » cisalpines, marquerai (en) t la partie septentrionale du secteur qui nous intéresse ici ? Ce serait un argument de poids, mais le seul pour le moment, en faveur du second terme de notre alternative. Les tombes aristocratiques de la plaine de Troyes et du Sénonais seraient en effet révélatrices d’une interpétation plus traditionnaliste de la proclamation funéraire des « élites », et donc d’une stabilité plus grande de l’aristocratie locale dans la plaine de Troyes que sur le plateau de Langres, l’Auxerrois et le Châtillonnais, et ceci au moment même où les incinérations en urne métallique succèdent aux chars emblématiques dans ce dernier secteur. Le caractère « mixte » du rituel apparaît également dans le monument lui-même : enclos circulaire remanié à Estissac, monument tumulaire à double clôture à Bouranton et Barberey.

48La plaine de Troyes, la vallée de la Vanne et le Perthois étant sur la même latitude, on incline à voir dans tous ces éléments autant d’indices probants de relations « frontalières ». La limite méridionale du « Marnien » coïnciderait alors à peu près avec le vide de découvertes attribuables au Ve siècle, qui marque la Haute-Marne selon sa diagonale nord-est/sud-ouest. Dans l’Aube, les sépultures laténiennes anciennes seraient, du fait de leur rituel « mixte », les indicateurs fiables de relations entre deux aires culturelles, car elles donneraient une valeur géographique aux limites entre les deux domaines rituels, fondées jusqu’à présent en Champagne sur la seule chronologie.

49Si nous pouvons donc avancer l’hypothèse d’une discontinuité moins grande qu’on ne l’a cru, dans le domaine socio-économique, entre le Hallstatt final et La Tène A la, c’est seulement au Nord du plateau de Langres, et donc toujours en marge des « principautés ». Cependant, il s’agit là d’une hypothèse encore très fragile. Il est possible que le rituel cinéraire en urne métallique soit plus fréquent qu’on ne le pense dans l’Aube et le Sénonais. Les découvertes de Barberey, Bouranton et Estissac rendent en effet plausible, aujourd’hui, une appartenance du chaudron de Buchères (Aube) et de la situle de Noslons (Yonne) à des incinérations aristocratiques du début du Ve s. Mais cette éventualité ne retire rien à l’importance du rite des chars à deux roues dans la plaine de Troyes (il semble en avoir existé un à Creney) et le Sénonais et toutes ces découvertes jugées « symptomatiques » sont très peu nombreuses.

50Les ensembles céramiques connus se limitant à des productions « jogasso-vixéennes » (Troyes, Dival) ou, s’agissant du milieu du Ve siècle, à des échantillons de style « marnien » plus orientaux et en quantité encore limitée (Rosnay-l’Hôpital), on ne sait pas dans quel milieu s’intègrent les tombes aristocratiques de La Tène A ancienne du Sud-Ouest de la Champagne. Dans l’éventualité, fort plausible il est vrai, de faibles différences dans le style céramique entre l’aire rème-catalaune et la tricasse durant tout le Ve s., la présence du rituel cinéraire en urne métallique dans la plaine de Troyes pourrait être interprétée comme révélatrice d’évolutions superficielles, de simples variantes dans des pratiques d’importance et représentativité limitées. Les changements de rites, dans la mesure où ils confirment ou renforcent l’expression du « sort particulier » par opposition au « lot commun », ne seraient pas pour autant révélateurs de modifications de la structure sociale, de l’économie et de l’identité culturelle dans la zone ici considérée. Nous pouvons en trouver argument dans la monumentalité des sépultures de La Tène A ancienne en question, qui, avec 40 à 50 m de largeur et une structure fondamentalement tumulaire, agrémentée de retranchements spectaculaires, se démarquent de leurs antécédents du Hallstatt B ou C à peu près aussi clairement qu’au Hallstatt D.

5.3. Conclusions

51C’est bel et bien à mesure de la multiplication des découvertes d’habitats que le « faciès mamien », entendu comme un cycle culturel homogène sur tout le Ve s. et centré sur la Champagne, la Picardie et le bassin de l’Escaut, voit ses limites repoussées de plus en plus bas vers le Sud. Il ne fait plus guère de doute, aujourd’hui, qu’en parfaite continuité avec les nombreuses découvertes de la Marne, il s’étend sur toute la moitié nord des « bassins supérieurs de la Marne, de la Meuse et de l’Aube » (Lepage 1985). Mais ceci reste à préciser pour le cours moyen de la Seine, même si l’on peut aujourd’hui prédire sans grand risque qu’une confirmation de la présence « mamienne » classique, dans la seconde moitié du Ve siècle, viendra d’habitats à étudier dans la plaine de Troyes et le Nogentais.

52Pour la zone vide, mais de plus en plus étroite, qui s’interpose encore entre ces limites méridionales nouvelles et les « citadelles princières » les plus proches : Vix et Bourguignon-lès-Morey, la question a peu progressé. La réponse n’appartient qu’à l’étude d’habitats, de préférence ouverts et de type « banal », dans une vaste zone où ils semblent beaucoup plus difficilement accessibles, mal conservés ou ingrats à fouiller qu’en Champagne, Île-de-France et Picardie. De deux choses l’une, ou bien Vix et le Hallstatt final IIb de la Champagne participent du même complexe culturel et connaissent la même évolution de la culture matérielle au cours de la seconde moitié du Ve s., ou bien une rupture intervient dans cette évolution vers 475-450, isolant la Champagne crayeuse et ses marches méridionales immédiates par rapport aux groupes qui succèdent au phénomène « princier » en Bourgogne septentrionale et Franche-Comté. Mais le faciès céramique de ces groupes (et donc une large part de leur identité culturelle) reste à identifier. Le second terme de l’alternative semble actuellement le plus facile à soutenir, mais à partir seulement des sépultures « aristocratiques » récemment mises au jour et dans la mesure où elles seraient, dans l’Aube, indicatrices d’une frontière. Si nous pouvons reculer vers le Sud les limites du « Marnien », la question reste posée pour la zone en amont des « verrous » de Bar-sur-Aube et Saint-Dizier. La réponse suppose que l’on s’attache à comparer d’abord ce qui est comparable, c’est-à-dire à cerner la présence ou l’absence, dans le modeste matériel fragmentaire fourni par des habitats, des formes fines et décorées illustrées par les tombes champenoises de La Tène A ancienne et qui reflètent la vogue des services vinaires (ou de toilette) des panoplies aristocratiques ou princières. Quelle que soit la réponse, elle sera décisive pour l’étude historique de la « crise » du Ve s., qui voit la désertion brutale des oppida hallstattiens.

53On rappellera pour finir que les limites septentrionales de la culture mamienne sont aujourd’hui assez bien connues. Le groupe des tombelles ardennaises semble constituer une zone tampon par rapport à l’HEK, culture où les éléments typiquement champenois du Ve s. (notamment céramiques) font figure de rares infiltrations (Dehn 1950), en dépit de formes métalliques communes dans la première moitié du siècle (Haffner 1976, Demoule 1989). Pourtant, les deux régions affectionnent le même rite de la tombe à char et n’adoptent que de manière marginale l’incinération en urne métallique. Celle-ci touche également peu les groupes de l’embouchure du Rhin au Ve s. (Verger 1997 : 229-230) et la répartition générale de ce type de tombe montre un vide qui recouvre assez exactement notre carte de la diffusion septentrionale du faciès « mamien » (Hurtrelle et al. 1990), bien que le rite de l’incinération ait toutes chances (ibid.) d’être général sur cette aire, la zone Aisne-Marne-Ardennes faisant exception. Ceci souligne une fois de plus la valeur relative des pratiques funéraires aristocratiques comme repères des ensembles culturels.

54À ne comparer que les éléments emblématiques, et non la production céramique indigène, ou l’habitat et le mode de vie sur une vaste surface, ne risque-t-on pas de réduire la délimitation des faciès culturels aux zones d’échange et de production des objets réservés à une partie de la société ? Le phénomène des « principautés » doit être étudié en tenant compte de larges phénomènes de continuité du peuplement et de la culture matérielle, sur des terroirs répondant à une organisation homogène, plus élémentaire et générale que les « principautés », que ce soit au-delà de l’arc nord-alpin ou dans l’aire même des « citadelles ». Cela suppose une meilleure connaissance de l’ensemble des formes d’habitat et de structuration du territoire sur toute la durée du premier Âge du Fer et le début du second, avant de bâtir des modèles historiques à partir des habitats de hauteur et des sépultures.

NOTES

1) Cet avis était déjà celui de plusieurs protohistoriens champenois, aînés ou contemporains de l’abbé Favret (Bossavy 1917), mais ils l’avaient exprimé dans des conditions contribuant plus à la confusion qu’à la clarté typologique (notamment E. Schmit 1902 et 1923).

2) Sans s’avancer aussi loin, la notion, un peu plus récente, de « groupe Aisne-Marne » de La Tène I (Demoule 1989 et 1993) est une autre manière de dénommer le « faciès marnien » (sans modifier vraiment les subdivisions de la chronologie Hatt-Roualet) et de tenir compte de ses antécédents hallstattiens.

3) Immigrations modérées ou massives, influences méridionales, ou les deux combinées.

4) Ce processus est visible dans le changement de style décoratif et dans l’adoption de pièces d’armement et de bijoux de type « standardisé », diffusés à une large échelle, et dont les fibules dites « de Dux » fournissent le témoignage le plus connu (Kruta 1982 et 1985 ; Charpy 1987).

5) Nous n’entrerons pas dans le détail – ici hors sujet – des variantes régionales du Hallstatt final II (Hallstatt D2/D3) et des chevauchements chronologiques possibles (voire la fusion ou confusion typologique) entre les stades du HF. IIb (D3) et de L-T ancienne Ia (début LT A). Cette recherche reste à approfondir, moins par manque d’inventaires régionaux détaillés et comparatifs des pièces symptomatiques d’innovations ou « inventions » laténiennes (notamment dans la parure), que par la difficulté de les corréler, selon les régions, avec des corpus céramiques représentatifs.

6) Il nous importera donc peu de savoir dans quelle mesure certains ensembles utiles à l’établissement d’une carte de répartition seront difficiles à situer dans La Tène ancienne Ib plutôt que IIa, pour peu qu’ils reflètent encore clairement, dans leur céramique, le « style marnien ».

7) Il s’agissait en effet de situer à leur juste place, chronologique et culturelle, un ensemble de découvertes récentes, fosses domestiques isolées ou groupées, localisées entre les sources de la Lys et de l’Escaut (soit la moitié orientale du département du Nord) (fig. 2).

8) C’est ainsi que l’on a pu discerner dans certains habitats la même évolution typologique qu’à partir des bijoux (Roualet 1973).

9) Gobelets à fond ombiliqué et surbaissé notamment, peinture couvrante ou à motifs géométriques...

10) Cette continuité typologique entre stades « récent » et « final » du faciès « marnien », lequel se prolonge sans doute quelque peu dans le IVe siècle, est particulièrement sensible sur un site tel que Kooigem, « Bos », en Flandre occidentale (Termote 1987).

11) À vrai dire, certaines fosses picardes ou champenoises fournissent des ensembles aussi « pauvres », au sein d’habitats où l’ensemble du répertoire est cependant présent.

12) Notamment les coupes carénées à pied tronconique creux (Normand 1973, pl. VI et VII), qui traduisent la même réappropriation indigène des modèles italo-grecs qu’en Champagne.

13) Ce qui ne doit pas faire oublier la présence d’une tombe à char à 4 roues à Nijon, beaucoup plus au Sud et, en position intermédiaire, celle d’une autre tombe à harnachement, probablement à char, en position géographique intermédiaire, à Chamouilley (Haute-Marne) (Lepage 1985), mais dont la datation reste impossible à trancher entre le HF et LT Al. Notons simplement que dans cette nécropole, les sépultures hallstattiennes dominent par rapport aux laténiennes précoces.

14) Autre tombe à char « précoce » à deux roues (Sarrazin, Villes 1995).

15) Lui-même probablement en place dès la fin de l’Âge du Bronze, sinon avant.

16) Même à Nijon, la céramique du HF est difficile à identifier, malgré l’abondance des tessons, mais elle est indiscutablement présente, avec des décors peints et des formes basses assez banales (écuelles « à bord rentrant »).

17) On n’en a aucune preuve formelle, mais les vestiges d’un barrage d’éperon du Hallstatt final, réutilisé à La Tène III, ont pu être presque totalement oblitérés par les occupations ultérieures, très denses et continues jusqu’à l’époque actuelle.

18) Pour le Hallstatt final, deux vases de la nécropole d’Heiltz-l’Evêque- » Charvais », peuvent être cités. Peu typiques, ils auraient aisément leur place aux Jogasses de Chouilly, où se retrouve le même répertoire métallique.

19) C’est sur cette catégorie d’objets qu’est fondée, rappelons-le, une bonne part de la typo-chronologie évolutionniste de J.-J. Hatt et P. Roualet.

20) Au Ve siècle, la Haute-Marne connaîtrait donc le même partage entre deux sphères culturelles que celui défini par L. Lepage (1984a et b), au Bronze final et Hallstatt ancien : « champs d’urnes » d’affinités champenoises au Nord, « civilisation hallstattienne » plus affirmée au Sud.

21) En tous cas, s’il en figure parmi les bords fins, ces fragments sont trop petits pour envisager un décompte quelconque.

22) Le cabochon de bronze de fibule hallstattienne (HF II b) recueilli est de toute façon résiduel dans la couche B et témoigne indirectement d’une occupation plus globale du site dès cette époque.

23) Le sauvetage a été organisé en quatre étapes, entre juin 1993 et décembre 1995, sous la direction successive d’E. Tappret, A. Koehler et D. Copret.

24) Ainsi s’expliquerait la fréquence relativement faible des recoupements, malgré la densité ou la contiguité, parfois fortes, de certaines structures.

25) Cette fréquence des silos cylindriques ou de profil faiblement « fermé » dans un substrat analogue pose les mêmes questions dans le Perthois, où les mêmes structures sont fréquentes dès le Néolithique ancien (Tappret et al. 1989).

26) La seule différence entre le Perthois ou l’Ardenne et la Marne tient à des conditions contingentes de trouvaille, l’équilibre étant plus équitable entre fosses d’habitat et sépultures sur les terrains limoneux ou dans les vallées alluviales que sur la craie. Il y a vingt ans encore, on aurait jugé les découvertes septentrionales plutôt « périphériques » par rapport au « groupe Aisne-Marne ». Aujourd’hui, elles font clairement figure d’intermédiaire entre celui-ci et les ensembles hainuyers ou brabançons.

27) On rappellera au passage la découverte récente, dans le Nogentais, de parures à grosses oves, dans des dépôts (Périgny-la-Rose, Crancey), et non dans des tombes, mais du même type que celles d’Attancourt et d’autres sépultures haut-marnaises (Villes 1995c). Ces parures de la fin du Hallstatt moyen existent aussi dans des secteurs plus septentrionaux, notamment l’Ile-de-France (Bassée), où les découvertes récentes consistent en des habitats livrant de la céramique décorée de style « jogasso-vixéen » (Gouge, Leconte 1995).

28) Armes de Corbeil et Saulces-Champenoise, éléments de harnachement à Aulnay-aux-Planches, épée « Eward-Park-Challans » de Saint-Thibault, phalères de Saint-Martin-de-Bossenay (Villes 1994, 1995a et d).

29) Rappelons que beaucoup plus au Nord, dans la boucle de la Meuse, secteur « marnien » mais déjà en marge du pôle « Aisne-Marne », le site de Mairy, Les Hautes Chanvières (Marolle 1989 et 1991), comporte deux agglomérations, l’une du Bronze final, l’autre du Hallstatt final-La Tène A 1, qui ne présentent entre elles aucune différence quant à leur surface, leur organisation interne et leurs structures, et sont chacune d’un aspect très proche des ensembles distingués à l’intérieur du complexe de Rosnay-l’Hôpital.

30) A Bouranton d’ailleurs, l’incinération est, plus par sa position stratigraphique que par la typologie de son matériel, superposée à l’inhumation au véhicule.

31) De même sans doute qu’avec le « sanctuaire » de Vix, au stade antérieur (Rolin, Villes 1997).

avec le concours de

Fig. 3 : Répartition des découvertes du Hallstatt à La Tène moyenne, dans le département de l’Aube. À – Hallstatt ancien, B – Hallstatt moyen, C – Hallstatt final, D – La Tène ancienne I, E – La Tène ancienne 2-3 et La Tène moyenne : 1. Crancey, 2. Barbuise-Courtavant, 3. La Saulsotte, 4. La Villeneuve-au-Châtelot, 5. Dival, 6. Périgny-la-Rose, 7. Esclavolles-Lurey, 8. Estissac, 9. Bouranton, 10. Pâlis, 11. Laines-aux-Bois, 12. Rosnay-l’Hôpital, 13. Saint-Léger, 14. Villemaur-sur-Vanne, 15. Troyes, 16. la Vendue-Mignot, 17. Isle-Aumont, 18. Luyères, 19. Barberey-Saint-Sulpice, 20. Lavau, 21. Saron-sur-Aube, 22. Pouan-les-Vallées, 23. Saint-Thibault, 24. Saint-Benoît-sur-Seine, 25. Buchères. Les n° ne sont pas ceux de l’inventaire dans le texte (d’ap. Villes 1995b).

Fig. 3 : Répartition des découvertes du Hallstatt à La Tène moyenne, dans le département de l’Aube. À – Hallstatt ancien, B – Hallstatt moyen, C – Hallstatt final, D – La Tène ancienne I, E – La Tène ancienne 2-3 et La Tène moyenne : 1. Crancey, 2. Barbuise-Courtavant, 3. La Saulsotte, 4. La Villeneuve-au-Châtelot, 5. Dival, 6. Périgny-la-Rose, 7. Esclavolles-Lurey, 8. Estissac, 9. Bouranton, 10. Pâlis, 11. Laines-aux-Bois, 12. Rosnay-l’Hôpital, 13. Saint-Léger, 14. Villemaur-sur-Vanne, 15. Troyes, 16. la Vendue-Mignot, 17. Isle-Aumont, 18. Luyères, 19. Barberey-Saint-Sulpice, 20. Lavau, 21. Saron-sur-Aube, 22. Pouan-les-Vallées, 23. Saint-Thibault, 24. Saint-Benoît-sur-Seine, 25. Buchères. Les n° ne sont pas ceux de l’inventaire dans le texte (d’ap. Villes 1995b).

Fig. 4 : Répartition des découvertes du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de la Haute-Marne. 1 – Hallstatt final (les tumulus sans n° indiquent les découvertes du Hallstatt ancien et moyen), 2 – La Tène ancienne. Les n° renvoient à l’inventaire dans le texte (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 4 : Répartition des découvertes du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de la Haute-Marne. 1 – Hallstatt final (les tumulus sans n° indiquent les découvertes du Hallstatt ancien et moyen), 2 – La Tène ancienne. Les n° renvoient à l’inventaire dans le texte (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 5 : Mobiliers du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de l’Aube : A – Dival, B, découvertes funéraires : 1 et 3, Neuville-sur-Vanne, 2 Droupt-Saint-Basle, 4 – Esclavolles-Lurey, 5 – Barbuise-Courtavant, Le Crépin.

Fig. 5 : Mobiliers du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de l’Aube : A – Dival, B, découvertes funéraires : 1 et 3, Neuville-sur-Vanne, 2 Droupt-Saint-Basle, 4 – Esclavolles-Lurey, 5 – Barbuise-Courtavant, Le Crépin.

Fig. 6 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), site de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, plan général (d’ap. Copret 1996).

Fig. 6 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), site de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, plan général (d’ap. Copret 1996).

Fig. 7 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, « Les Remises » et « Les Grandes Pâtures », échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 1 – structure 1230, 2 – st. 1122, 3 – st. 632, 4 st. 566, 5 – st. H6-17, 6 – st. H6-14, 7 – st. H6-1.

Fig. 7 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, « Les Remises » et « Les Grandes Pâtures », échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 1 – structure 1230, 2 – st. 1122, 3 – st. 632, 4 st. 566, 5 – st. H6-17, 6 – st. H6-14, 7 – st. H6-1.

Fig. 8 : 1- Troyes (Aube), « Porte de Chaillouet », niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde, 1993 et 1994), 2 – Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 2 – st. K6-2, 3 – st. 15-1, 4 – st. H6-3, 5 – st. H6-1.

Fig. 8 : 1- Troyes (Aube), « Porte de Chaillouet », niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde, 1993 et 1994), 2 – Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 2 – st. K6-2, 3 – st. 15-1, 4 – st. H6-3, 5 – st. H6-1.

Fig. 9 : Troyes (Aube), Porte de Chaillouet, niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde 1993 et 1994).

Fig. 9 : Troyes (Aube), Porte de Chaillouet, niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde 1993 et 1994).

Fig. 10 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-V Evêque (Marne) : 1 – tombe 9,2 et 3 – tombe 32,3- tombe 20, 4 – tombe 7,5- tombe 26, 6 – tombe 20, 7 – tombe 13. 8 – tombe 48 et 52 (bracelet fin), 9 – tombe 34, 10 – tombe 39, 11- tombe 24, 12 – tombe 31 (d’ap. Mougin 1877, Lepage 1985).

Fig. 10 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-V Evêque (Marne) : 1 – tombe 9,2 et 3 – tombe 32,3- tombe 20, 4 – tombe 7,5- tombe 26, 6 – tombe 20, 7 – tombe 13. 8 – tombe 48 et 52 (bracelet fin), 9 – tombe 34, 10 – tombe 39, 11- tombe 24, 12 – tombe 31 (d’ap. Mougin 1877, Lepage 1985).

Fig. 11 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-l’Evêque (Marne) : 1 – sans n° de tombe, 2 – tombe 58, 3 – tombe 3, 4 – tombe 44 et 47, 5 – tombe 45, 6 – tombe 33, 7 – tombe 12, 8 – tombe 6,9- tombe 40, 10 – tombe 12, 11 – tombe 24, 12 – tombe 1 (fibule) et tombe 5 (torque) (d’ap. Mougin 1877, Lepagel985).

Fig. 11 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-l’Evêque (Marne) : 1 – sans n° de tombe, 2 – tombe 58, 3 – tombe 3, 4 – tombe 44 et 47, 5 – tombe 45, 6 – tombe 33, 7 – tombe 12, 8 – tombe 6,9- tombe 40, 10 – tombe 12, 11 – tombe 24, 12 – tombe 1 (fibule) et tombe 5 (torque) (d’ap. Mougin 1877, Lepagel985).

Fig. 12 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène dans le Sud-Est de la Marne et le Nord de la Haute-Marne : 1 et 3 – Vitry-le-François, Les Marvis (d’ap. Mougin, 1898). 2 – Plichancourt, 4. 9 et 11 – Saint-Dizier, 5 – Semoutiers, 6 – Cloyes-sur-Marne, 7 – Bignicourt-sur-Marne, 8 et 13 – Heiltz-l’Evêque, Charvais, 12 – Semoutiers, 14 – Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 12 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène dans le Sud-Est de la Marne et le Nord de la Haute-Marne : 1 et 3 – Vitry-le-François, Les Marvis (d’ap. Mougin, 1898). 2 – Plichancourt, 4. 9 et 11 – Saint-Dizier, 5 – Semoutiers, 6 – Cloyes-sur-Marne, 7 – Bignicourt-sur-Marne, 8 et 13 – Heiltz-l’Evêque, Charvais, 12 – Semoutiers, 14 – Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 13 : mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1 – Attancourt, tumulus de La Motte, 2 – Auberive, tumulus de Maigrefontaine, 3 – Bourdons-sur-Rognon, tumulus de L’Etroite Place, 4 – Chamouilley, tumulus de Sèchepierre (d’ap. Lepage, 1985).

Fig. 13 : mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1 – Attancourt, tumulus de La Motte, 2 – Auberive, tumulus de Maigrefontaine, 3 – Bourdons-sur-Rognon, tumulus de L’Etroite Place, 4 – Chamouilley, tumulus de Sèchepierre (d’ap. Lepage, 1985).

Fig. 14 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène du Nord de la Haute-Marne : Chamouilley, nécropole en tombes plates de Sèchepierre (d’ap. Déchelette 1913 et Lepage 1985).

Fig. 14 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène du Nord de la Haute-Marne : Chamouilley, nécropole en tombes plates de Sèchepierre (d’ap. Déchelette 1913 et Lepage 1985).

Fig. 15 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final du Sud de la Haute-Marne : tumulus de la « Mottote » à Nijon : 1 – armement et éléments de char à 4 roues, 2 – parures diverses, 3 – vase supposé en bucchero nero (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 15 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final du Sud de la Haute-Marne : tumulus de la « Mottote » à Nijon : 1 – armement et éléments de char à 4 roues, 2 – parures diverses, 3 – vase supposé en bucchero nero (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 16 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Cohons, La Vergentière, 3. Beaufremont, 2., 4. et 5. Courcelles-en Montagne, tumulus du Champ Rougeau, 6. Courcelles-sur-Aujon, tumulus du Moulin Brûlé (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 16 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Cohons, La Vergentière, 3. Beaufremont, 2., 4. et 5. Courcelles-en Montagne, tumulus du Champ Rougeau, 6. Courcelles-sur-Aujon, tumulus du Moulin Brûlé (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 17 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ournot, 2. Cusey, tumulus des Têtes, 3. Cusey, tumulus de Sur Vesvres, 4. Dardenay, tumulus du Mortot (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 17 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ournot, 2. Cusey, tumulus des Têtes, 3. Cusey, tumulus de Sur Vesvres, 4. Dardenay, tumulus du Mortot (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 18 : Echantillonnage du mobilier du tumulus de La Motte-Saint-Valentin, à Courcelles-en-Montagne (d’ap. Déchelette 1913, Duval 1995, échelles diverses).

Fig. 18 : Echantillonnage du mobilier du tumulus de La Motte-Saint-Valentin, à Courcelles-en-Montagne (d’ap. Déchelette 1913, Duval 1995, échelles diverses).

Fig. 19 : Mobilier de luxe, provenant de découvertes auboises ou présumées telles et comparaisons les plus proches : 1. et 2. La Vendue-Mignot, Marivas (d’ap. Caumont, 1995), 3. à 6. Gurgy (Yonne), La Picardie (d’ap. Pellet, Delor 1980, Villes 1995b).

Fig. 19 : Mobilier de luxe, provenant de découvertes auboises ou présumées telles et comparaisons les plus proches : 1. et 2. La Vendue-Mignot, Marivas (d’ap. Caumont, 1995), 3. à 6. Gurgy (Yonne), La Picardie (d’ap. Pellet, Delor 1980, Villes 1995b).

Fig. 20 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dommarien, 2 et 3. Esnoms- Esnomsau-Val (Val d’Esnoms), tumulus du Champberceau (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 20 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dommarien, 2 et 3. Esnoms- Esnomsau-Val (Val d’Esnoms), tumulus du Champberceau (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 21 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Montsaugeon, tumulus de Charmey, 2. Montsaugeaon, tumulus 1, 3. mobilier du tumulus d’Esnoms, Les Gros Meurgers (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 21 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Montsaugeon, tumulus de Charmey, 2. Montsaugeaon, tumulus 1, 3. mobilier du tumulus d’Esnoms, Les Gros Meurgers (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 22 : Mobiliers funéraires du Hallstatt moyen et final en Haute-Marne : Nijon, tumulus de la Mottote, céramique (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 22 : Mobiliers funéraires du Hallstatt moyen et final en Haute-Marne : Nijon, tumulus de la Mottote, céramique (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 23 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ourno, 2. Nogent-en-Bassigny, tumulus du Marsois, tombe 2, 3. Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet, 4. Rivière les Fosses, 5. Saint-Dizier, 6. Essey-les-Eaux, tumulus de la Ferme de Plesnoy (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 23 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ourno, 2. Nogent-en-Bassigny, tumulus du Marsois, tombe 2, 3. Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet, 4. Rivière les Fosses, 5. Saint-Dizier, 6. Essey-les-Eaux, tumulus de la Ferme de Plesnoy (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 24: Mobilier céramique domestique du début de La Tène A, dans le Nord de la Haute-Marne : 1. Saint- Dizier. La Fosse aux Loups, 2. Villiers-aux-Bois, Derrière le Crassé (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 24: Mobilier céramique domestique du début de La Tène A, dans le Nord de la Haute-Marne : 1. Saint- Dizier. La Fosse aux Loups, 2. Villiers-aux-Bois, Derrière le Crassé (d’ap. Lepage 1985).

Fig. 25 : Fosse de Trémont-sur-Saulx, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Krzyanowski, Lepage 1993).

Fig. 25 : Fosse de Trémont-sur-Saulx, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Krzyanowski, Lepage 1993).

Fig. 26 : Sépultures à char du début de La Tène ancienne récemment découvertes dans l’Aube : 1. Estissac, La Côte d’Airvaux, 2. Bouranton, Michaulot (d’ap. Verbrugghe, Villes 1995, Deffressigne, Villes 1995).

Fig. 26 : Sépultures à char du début de La Tène ancienne récemment découvertes dans l’Aube : 1. Estissac, La Côte d’Airvaux, 2. Bouranton, Michaulot (d’ap. Verbrugghe, Villes 1995, Deffressigne, Villes 1995).

Fig. 27 : Comparaison entre les mobiliers céramiques respectifs de l’oppidum de Vix et des tombes de la Marne (d’ap. Hatt, Roualet 1976 et 1981).

Fig. 27 : Comparaison entre les mobiliers céramiques respectifs de l’oppidum de Vix et des tombes de la Marne (d’ap. Hatt, Roualet 1976 et 1981).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARDOUX B., CHOSSENOT D., TAPPRET E. et VILLES A., 1990. « Découvertes marniennes dans le Perthois : tombe à char de Norrois et habitat de Matignicourt », Association Française pour l’Etude de l’Âge du Fer, Bulletin intérieur, 8, p. 36-38.

BACCEGA S., BLOUET V., FAYE C., KLAG T. MERVELET P. 1988, « Le site du « Saule Gaillard » à Frouard, un exemple d’installation rurale à ľ Age du Bronze final », Les Cahiers Lorrains, 2 juin, p. 119-135.

BOSSAVY J.1917, « Revendication française à propos du marnien (Second Âge du fer) », Bulletin de la Commission des Antiquités et Arts de Seine-et-Oise, t. XXXII, p. 3-11.

BRETZ-MAHLER D., 1968, « La fin de la Tène I ou le déclin du « Marnien ». Rhodania, p. 4-14.

BRETZ-MAHLER D., 1971, La civilisation de La Tène I en Champagne. Le faciès marnien, Paris, C.N.R.S., 295 p., 183 pl. (suppl. à Gallia, XXIII).

BRISSON A., HATT J.-J., 1966-1967, « Fonds de cabanes de l’Age du Bronze final et du premier Age du Fer en Champagne », R.A.E., t. XVII, 1966, fasc. 3-4, p. 165-197 et t. XVIII, 1967, fasc. 1-3, p. 7-51.

BRISSON A., LEMOINE A., 1962, « Fouille de sauvetage à Pont-sur-Seine et complexe sépulcral au lieu-dit Le Crépin », Bulletin du Groupe Archéologique du Nogentais, t. 1, p. 2-9.

CHARPY J.-J., 1987, « Les épées laténiennes à bouterolle circulaire et ajourée des IVe et IIIe siècles avant J.-C. en Champagne », Etudes Celtiques, t. XXIV, p. 43-80.

CAUMONT O., 1995, « La Vendue Mignot (Aube), « Marivas », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 99-100.

COPRET D., 1996, « Rosnay-l’Hôpital (Aube), « La Remise-Les Grandes Pâtures », occupation rurale protohistorique », Journées Archéologiques Champagne-Ardenne, résumé des communications, p. 43-44.

CHOSSENOT M., LENOBLE M., 1983, « La fosse hallstattienne de l’église de Dival à Villenauxe-la-Grande (Aube) », Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, 76e année, n° 4, p. 7-14.

DÉCHELETTE J., 1913, La collection Millon : antiquités préhistoriques et gallo-romaines, Paris, Paul Geuthner éd., 151 p., 22 fig., 34 pl. h.t.

DÉCHELETTE J., 1913, Manuel d’Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. Vol. IV : second Âge du fer ou époque de La Tène, Paris, Picard.

DEFFRESSIGNE S., 1995, « Pâlis (Aube), « Le Buisson Gendre », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 115-116.

DEFFRESSIGNE S., ROLIN D., VILLES A., 1995, « Habitats Bronze final Illb-Hallstatt ancien », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 117-120.

DEFFRESSIGNE S., VILLES A., 1995, « Estissac (Aube). « La Côte d’Ervaux », sépulture à char », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 59-68.

DEHN W., 1950, « Ältere latène-zeitliche Marne Keramik im Rheingebiet », Reinecke Festschrift, p. 33-50.

DEMOULE J-P., 1989, « D’un âge à l’autre : temps, style et société dans la transition Hallstatt/La Tène », in : La civilisation de Hallstatt. Bilan d’une rencontre, Liège 1987, Liège, Université de Liège, p. 141-171 (Etudes et recherches archéologiques, 36).

DEMOULE J.-P, 1993, « Relations chronologiques et culturelles au Hallstatt final et à La Tène ancienne entre Aisne-Marne, Hunsrück-Eifel, Ardennes et Lorraine », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 23-39 (Archaeologia Mosellana, 2).

DESBORDE G, 1993, « Troyes. anciens abattoirs », Châlons-sur-Marne, S.R.A. de Champagne-Ardenne, 1993, p. 33- 35 (B.S.R.)

DESBORDE G., 1994, « Troyes, anciens abattoirs », Châlons-sur-Marne, S.R.A. de Champagne-Ardenne, p. 44-49, (B.S.R.)

DUVAL A., 1995, « Courcelles-en-Montagne (Haute-Marne), le tumulus de « La Motte Saint-Valentin », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 92-95.

FAVRET P.-M., 1930, « De l’extension du terme « jogassien ». B.S.P.F., n° 7-8, p. 1-4.

FAVRET P.-M., 19836, « Les nécropoles des Jogasses à Chouilly (Marne) », Préhistoire, t. V, p. 24-118.

GANARD V., PASSARD F., PININGRE J.-F., URLACHER J.-P, 1992, « Nécropoles, pratiques funéraires et société au premier Âge du fer dans le massif du Jura et le bassin supérieur de la Saône », in : KAENEL G., CURDY Ph. dir., L’Age du fer dans le Jura (actes du XVe colloque de l’AFEAF, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 1991), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise et Cercle Girardot, p. 37-64 (Cahiers d’archéologie romande, 57).

GOUGE P., LECONTE L., 1995, « Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne). Aperçu sur les céramiques du Hallstatt final, de la Tène ancienne et moyenne recueillies sur le territoire de la ferme d’Isle » in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 158-159.

HAFFNER(A., 1976, Die westliche Hunsrück-Eifel-Kultur, Berlin, De Gruyter, 2 vol., 418 p., 179 pl. (Römisch-Germanische Forschungen, 36).

HALLOT M.-T., 1971, Catalogue du Musée de Troyes, époque protohistorique, Paris, université de Paris I, mémoire de maîtrise dactyl., 2 vol.

HATT J .-J., 1987, « Observations sur la période intermédiaire entre la fin du Hallstatt et le début de La Tène », in : La Civilisation de Hallstatt (Actes du colloque de Liège, 22-24 novembre 1987), Liège, 1987, 2 p.

HATT J.-J., ROUALET P., 1976-1977, « La chronologie de La Tène en Champagne », Prétirage du Congrès de Nice de l’U.I.S.P.P., 1976 et R.A.E., t. XXVIII, 1977, fasc. 1-2, n° 107-108, p. 7-36.

HATT J.-J., ROUALET P, 1976-1981., « Le cimetière des Jogasses en Champagne et les origines de la civilisation de La Tène. Première partie : description des tombes de la série hallstattienne », R.A.E., t. XXVII, 1976, fasc. 3-4, n° 105- 106, p. 421-505 et ibid., t. XXXII, 1981, fasc. 1-2, n° 123-124, p. 17-63.

HURTRELLE J., MONCHY E., ROGER F., ROSSIGNOL P., VILLES A., 1990, Les débuts du second âge du Fer dans le Nord de la France (Les dossiers de GAUHERIA, n° 1).

JOFFROY R., 1960, L’oppidum de Vix et la civilisation hallstattienne finale dans l’Est de la France, Paris, Les Belles-Lettres, 206 p., 81 pl. (Publications de l’Université de Dijon, XX).

JOUVE M., 1983, « L’habitat hallstattien de Bois d’Ajeux à Longueil-Sainte-Marie (Oise) », Revue archéologique de Picardie, t. 1, p. 9-10.

KAENEL G., 1992. « Le début de La Tène dans le Jura », in : KAENEL G., CURDY Ph. dir., L’Age du fer dans le Jura (actes du XVe colloque de l’A.F.E.A.F., Pontarlier et Yverdon-les- Bains, 1991), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise et Cercle Girardot, p. 209-215 (Cahiers d’archéologie romande, 57).

KOEHLER A., 1994, « Rosnay-l’Hôpital, « La Remise », « Les Grandes Pâtures », Châlons-sur-Marne, SRA de Champagne-Ardenne, p. 36-39 (B.S.R., 1994)

KRUTA V., 1982, « Aspects unitaires et faciès dans l’art celtique du IVe siècle avant notre ère : l’hypothèse d’un foyer celto-italique », in : L’Art celtique de la période d’expansion, IVe et IIIe siècles avant notre ère, Genève-Paris, Librairie Droz, p. 35-49 (Ecole Pratique des Hautes Etudes, III, Hautes études du monde monde gréco-romain, 13).

KRUTA V, 1985, « Le port d’anneaux de cheville en Champagne et le problème d’une immigration danubienne au IIIe siècle avant J.-C », Etudes Celtiques, t. XXII. p. 27-51.

KRUTA V, 1991., « Les Celtes de la première expansion historique », in : Les Celtes (catalogue de l’exposition internationale de Venise. Milan 1991), Milan, Bompiani, p. 195-213.

KRZYANOWSKI J., LEPAGE L., 1993, « Une fosse de la transition Hallstatt-La Tène à Trémont-sur-Saulx, « La Garenne » (Meuse) », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 269-293 (Archaeologia Mosellana, 2).

LAGADEC J .-P., DUVAL P., EVEILLARD J., LEROY M., PLOQUIN A., 1993, « La « Cité d’Affrique ». habitat fortifié du premier Âge du fer : l’apport des nouvelles fouilles », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 149-173 (Archaeologia Mosellana, 2).

LAMBOT B., 1988, « L’habitat protohistorique du « Fond Pernant » à Compiègne », in : Architectures des âges des métaux : fouilles récentes, Paris, Errance, p. 23-37 (Archéologie aujourd’hui, dossiers de protohistoire, n° 2).

LEMAN-DELERIVE G., 1995, « Mouvements de peuples et occupation du sol entre le Ve et le IIIe siècle dans la partie occidentale de la Gaule belgique. L’Europe celtique du Ve au IIIe siècle avant J.-C. », Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, t. 9, p. 37-48.

LEPAGE L., 1966, « Le cimetière hallstattien de Charvais à Heiltz-l’Evêque », R.A.E., t. XVII, fasc. 1-2, n° 65-66, p. 70- 87.

LEPAGE L., 1967, « Saint-Dizier des origines au Moyen-Age, documents archéologiques », Mémoires de la Société des Sciences et des Lettres de Saint-Dizier, 2e série, I, p. 11-40.

LEPAGE L., 1976, « La fosse protohistorique de Villiers-aux-Bois », Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres. t. XVI. p. 456-459.

LEPAGE L., 1984, « Le passage du Bronze final au Hallstatt en Haute-Marne. Transition Bronze final-Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels », in : Transition Bronze final-Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels (actes du 109e congrès national des Sociétés savantes, Dijon, 1984) Paris, C.T.H.S., p. 153-163.

LEPAGE L., 1985, Les âges du Fer dans les bassins supérieurs de la Marne, de la Meuse et de l’Aube et le tumulus de la Mottote à Nijon (Haute-Marne), Reims, 216 p., 140 fig., 3 pl. h.t. (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 3).

LEROY M., 1993, « Caractères du Hallstatt final et de La Tène ancienne en Lorraine », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 255-268 (Archaeologia Mosellana, 2).

MACPHERSON-GRANT N., 1990. « The Pottery from the 1987-1989 Channel Tunnel Excavations », Canterbury’s Archaeology, 1988-1989, p. 60-63.

MAROLLE C., 1989, « Le village Michelsberg des Hautes Chanvières à Mairy (Ardennes). I. Etude préliminaire des principales structures », Gallia Préhistoire, t. 31, p. 93-117.

MAROLLE C., 1991, « Mairy, « Les Hautes Chanvières », Bilan Scientifique Régional du SRA de Champagne-Ardenne, p. 17-20.

MORGEN M.-L., ROUALET P., 1975 et 1976, « Le cimetière gaulois de l’Argentelle à Beine (Marne) », Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, t. XC, 1975, p. 7-8, pl. I-XXI et ibid. t. XCI, 1976. p. 7-44.

MOUGIN Dr., 1877, « Fouilles du cimetière gaulois de Charvais (Heiltz-l’Evêque, Marne) », Société Sciences et Arts de Vitry-le-François, t. VIII, p. 245-262.

MOUGIN Dr., 1900, « Les Marvis. Etudes archéologiques avec planches », Société Sciences et Arts de Vitry-le-François, 20, p. 200.

NORMAND B., 1973, L’Âge du Fer en Basse-Alsace, Strasbourg, 140 p., 26 pl. h.t. (Publications de la Société savante d’Alsace et des régions de l’Est, coll. « Recherches et Documents », XIV).

PELLET C., DELOR J.-P., 1980, « Les ensembles funéraires de « La Picardie » sur la commune de Gurgy (Yonne). Etude préliminaire », R.A.E., t. XXXI. fasc. 1-2, n° 119-120, p. 7-54.

PIETTE J., 1989, « Le premier Age du Fer dans l’Aube : découvertes inédites ou peu connues », in : Pré- et Protohistoire de l’Aube. Châlons-sur-Marne, édition ARPEP, p. 229-241.

PIETTE J., 1995, « Barbuise-Courtavant (Aube) : la nécropole celtique de « Les Grèves », in : Fastes des Celtes anciens, (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 144-146.

ROLIN D., VILLES A., 1995, « Barberey-Saint-Sulpice (Aube). Tombe aristocratique à monument de type Bouranton », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 55-56.

ROLIN D., VILLES A., 2000, « Un monument de « type Bouranton » à Barberey-Saint-Sulpice, Les Gravières (Aube) », in : VILLES A., BATAILLE-MELKON A., dir., Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VVIe-IIIe siècles avant notre ère (actes du colloque de l’A.F.E.A.F., Troyes, 1995), p. 187-240, (Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, n° 15).

ROUALET P., 1991, « La période de La Tène Ancienne Ha en Champagne », in : Actes du IXe Congrès International d’études celtiques (Paris, 8-12 juillet 1991), Paris, Etudes Celtiques, t. XXVIII. p. 375-399.

ROYER E., ROYER H., 1897, « Le tumulus de Charmoiselles, commune de Rolampont (Haute-Marne) », Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, t. IV, p. 221-236.

ROZOY C., ROZOY J.-G., 1993, « La limite nord de la civilisation marniennne de La Tène I », Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 86, n° 2, p. 11-43.

SARRAZIN J.-P., VILLES A., 1995, « Molinons (Yonne), « Les Graisses », tombe à char », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 69-72.

SCAPULA J., 1975, Un haut-lieu archéologique de la Haute Vallée de la Seine : la Butte d’Isle-Aumont en Champagne, Troyes, imp. Patton, 2 vol., 250 p., 175 fig.

SCHMIT E., 1902, « Découverte d’un nouveau cimetière gaulois à Châlons-sur-Marne », Mémoires de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts du Département de la Marne, p. 77-99.

SCHMIT E., 1923, « Ce qu’il faut penser des cimetières qui, dans la Marne, ont été présentés sous la dénomination de nécropoles hallstattiennes », Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 2, p. 38-43.

TAPPRET E., GE T., VALOIS V., VILLES A., 1989, « Sauvetage d’Orconte, « Les Noues » (Marne). Néolithique et Protohistorique. Note préliminaire », Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 81, n° 2, p. 3-29.

TERMOTE J., 1987, « De Keltische hoogtenederzetting van Kooigem Bos. De opgravingscampagne 1986 », Westlaamse Archaeologica, t. 3, fasc. 2, p. 61-72.

VERBRUGGHE G., VILLES A., 1995, « Bouranton (Aube), lieu-dit « Michaulot ». Sépulture à char du début de La Tène I », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 41-54.

VERMEERSCH D., VERMEERSCH E., 1975, « Les recherches archéologiques sur le site gallo-romain et hallstattien de Famechon (Somme) », R.A.O., t. 6, p. 40-43.

VAN DORSELAER A., PUTMAN R., VAN DER GUCHT K.. JANSSENS F., 1987, De Kemmelberg een Keltische bergvesting, Kortrijk (Westvlaamse Archaeologica Monografieën, Bd III).

VERGER S., 1997, « L’incinération en urne métallique : un indicateur des contacts aristocratiques transalpins », in : BRUN P., CHAUME B. dir., 1997, Vix et les éphémères principautés celtiques : les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale (actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 octobre 1993), Paris, Errance, p. 223-238.

VILLES A., 1982, « Le mythe des fonds de cabanes en Champagne : histoire et contenu d’une idée préconçue », Bulletin de la Société Archéologique Champenoise, t. 75, n° 2, p. 3-114.

VILLES A., 1984, « Sur la « transition » Bronze-Fer en Champagne », in : Transition Bronze final-Hallstatt ancien : problèmes chronologiques et culturels, (actes du 109e congrès national des Sociétés savantes, Dijon, 1984), Paris, C.T.H.S., p. 165-193

VILLES A., 1994, « L’apport de la Haute-Marne à la connaissance du Hallstatt ancien », in : Préhistoire et Protohistoire en Haute-Marne et dans les contrées limitrophes (actes du colloque de Langres, 1992), Langres, Musée de Langres, Société Historique et Archéologique de Langres, Centre d’Etudes et de Recherches Préhistoriques Haut-Marnais, p. 115- 148.

VILLES A., 1995a, « À propos des mouvements celtiques aux IVe-IIIe siècles : confrontation habitats et nécropoles en Champagne », in : L’Europe celtique du Ve au IIIe siècle avant J.-C. Reims. Société Archéologique Champenoise, p. 125- 160 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 9).

VILLES A., 1995b, « Actualité des recherches sur l’Âge du Fer entre l’Yonne et la Marne », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 5-35.

VILLES A., 1995c, « Crancey (Aube). Dépôt d’objets de bronze du Hallstatt moyen », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 130-131.

VILLES A., 1995d, « Saint-Thibault (Aube). Epée hallstattienne en bronze », in : Fastes des Celtes anciens (catalogue d’exposition, Troyes et Nogent-sur-Seine, 26 mai-4 septembre 1995), Sainte-Savine, édition des Musées de Troyes et Nogent-sur-Seine, p. 103.

VILLES A., 1997, « Introduction : avant l’Antiquité », in : THEVENARD J.-J., La Haute-Marne, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 49-76 (Carte Archéologique de la Gaule).

Annexes

ANNEXE N° 1 : inventaire des découvertes du Hallstatt final et de La Tène ancienne I dans le département de l’Aube (N.B. : les numéros du présent inventaire ne sont pas ceux figurant sur la carte, fig. 3)

– 1. Bouranton. « Champneux » : tombe à char :

– 2. Estissac, « La Côte d’Ervaux » : tombe à char ;

– 3. Barbuise-Courtavant, « Le Crépin » : mobilier de plusieurs inhumations secondaires, en enclos circulaire un peu plus ancien (Hallstatt ou BF ?) : torque plein et mince, bracelet à fines incisions (Brisson, Lemoine 1962) ;

– 4. Barbuise-Courtavant, « Les Grèves de La Villeneuve » : fibule à « fausse corde à bouclettes » et anneaux creux, dans l’inhumation de l’enclos E12 (Piette 1989) ;

– 5. Barbuise-Courtavant, « Les Grèves de Frécul », sépulture n° 8, à parure annulaire du HF IIb-La Tène AIa (Piette 1989) ;

– 6. Barbuise-Courtavant, « Les Grèves » : importante nécropole à inhumations des IVe-IIIe siècles, comportent quelques inhumations de la fin du Ve, à parure similaire à celle de la Marne et l’Aisne (Piette 1995) ;

– 7. Dival : petit ensemble du HF IIb, avec formes fines et décorées typiques du HF IIb, et vase cannelé, complet et typique (Chossenot, Lenoble 1983) ;

– 8. Droupt-Saint-Basle : anneau plein et torque creux (fouilles anciennes, Musée de Troyes, attribuables au Hallstatt final (Hallot 1971) ;

– 9. Esclavolles-Lurey (Marne, mais confins de l’Aube) : 5 inhumations, dont une au centre d’un enclos circulaire (fouilles Brisson 1941-1947 dans la vallée de la Seine), avec torques et anneaux creux en bronze, à légères nervures et incisions transversales, armilles et bracelets pleins et minces, à double côte sur la périphérie du jonc (Piette 1989), attribuables au HF IIa ;

– 10. Isle-Aumont, « La Butte » : habitat fortifié, mais de faible ampleur, fortement perturbé par des occupations plus récentes, et comportant des caves, silos, fossés et bâtiments en bois. Le matériel céramique, très partiellement publié, permet d’attribuer cette occupation au HF II (Scapula 1975, Villes 1982) ;

– 11. Neuville-sur-Vanne : torques minces et pleins, à fines incisions transversales sur le jonc (HF), découvertes anciennes (Musée de Troyes) (Hallot 1971) ;

– 12. Pâlis, « Le Buison Gendre » : enclos tumulaire et palissadé, de plan quadrangulaire : inhumation de LT A1b (bracelets minces, incisés, sans tampons, fibule à arc filiforme surbaissé et pied à petit disque, replié sur l’arc) (Deffressigne 1995) ;

– 13. Rosnay-l’Hôpital, « La Remise » et « Les Grandes Pâtures » : vaste habitat présenté brièvement plus bas (Koehler 1994, Copret 1996) ;

– 14. Saint-Léger, « La Colotterie » : habitat sur plus de 2 hectares, avec fosses dispersées (silos, caves, extractions, puits) et occupation assez constante, du Hallstatt ancien au Hallstatt final, avec céramique fine et décorée dans le style « Vix-Les Jogasses » (fouilles S. Doiteau, sur le tracé de l’autoroute A 5, inédit : Villes 1995b) ;

– 15. Troyes, « Porte de Chaillouet » : niveau d’occupation en zone basse : abondant matériel céramique dont les formes et les décors s’intègrent assez bien dans le répertoire du HF IIb (inédit : Desborde 1993, 1994) ;

– 16. La Vendue-Mignot, « Marivas » : situle stamnoïde et miroir étrusque plus récent, provenant peut-être d’une sépulture (Caumont 1995) ;

– 17. Aulnay, « La Tombelle » : très grand enclos circulaire, tumulaire, à fosse centrale apparemment perturbée anciennement, et ayant livré une petite figurine de taureau, en bronze, supposée étrusque (Le Clert 1898).

ANNEXE N° 2 : inventaire des découvertes du Hallstatt final et de La Tène ancienne 1 dans le département de la Haute-Marne

– 1. Attancourt, tumulus de « La Motte » : fibule à grosse timbale cônique et pied terminé en petite boule, bracelets à jonc côtelé (HF Ha) ; torque à décor ornithomorphe, torque torsadé à fermoir-crochet (LT A1a) ;

– 2. Auberive, tumulus de « Maigrefontaine » : sépulture à deux torques filiformes pleins et divers bracelets de même type, certains à très légers tampons et incisions transversales ou obliques (HF IIb ou LT Ala) ;

– 3. Bourdons-sur-Rognon : tumulus de « L’Etroite Place » : paire de bracelets pleins, à fermoir tenon-mortaise (LT A1a) ;

– 4. Chamouilley : inhumations en « tombe plate » de la gravière de « Sèchepierre » : a) deux sépultures du HF IIa, l’une à torque, trois paires d’anneaux (de poignet et cheville), crochet-plaque de ceinture triangulaire (double), armilles à décor transversal incisé, perles d’ambre, l’autre à torque massif gravé, paire de fibules à pied vertical terminé par une plaquette et arc échancré, brassards d’armilles, anneaux de bras et cheville pleins, sans décor, crochet-plaque de ceinture triangulaire ; b) hors association : bracelets creux, à fermeture à goupille et incisions transversales, torque creux à décor de triangles hachurés affrontés (HF IIb), bracelets torsadés fins, à très légers tampons, bracelet à jonc cruciforme, fibule à arc cintré, ressort en petite arbalète et pied vertical terminé en boule, torque creux à riche décor gravé (LT A la). Une tombe à char est attestée par une paire de mors et par une pièce d’attache de la caisse à l’essieu, de type articulé, semblable à celle (T. 16) des « Jogasses » à Chouilly (HF ou La Tène I) ;

– 5. Cohons, « La Vergentière » : fragments de fibules du HF IIb, à ressort en arbalète et pied massif, cylindrique ; bracelet filiforme (LT A la) (Lepage 1984 : 181) ;

– 6. Courcelles-en-Montagne, tumulus du « Champ Rougeau » : inhumations secondaires, dont une à torque, anneaux de jambe et bracelets creux, sans décor (HF IIa), une autre à torque filiforme à fermoir à oeillets (LT A1a), une autre à torque lisse et filiforme, à petits tampons (LT A1b) ;

– 7. Courcelles-en-Montagne, tumulus de « La Motte Saint-Valentin », à plusieurs sépultures : a) incinération en fosse centrale à stamnos étrusque en bronze, avec canthare à figures rouges sur fond noir et épée (LT A1a), b) incinération (mais incertaine) avec miroir en bronze, couteau, épingle, anneaux de jambe (l’un en bronze, l’autre en lignite), c) inhumation à grande épée, bouton à bélière, paire d’aiguillettes de lacets de chaussure et agrafe ajourée (LT AIa ou b) ; divers objets non rattachés avec certitude à un ensemble clos, mais de LT A a (fibule à pied en timbale, fibules à arc cintré filiforme court et pied terminé en boule et rabattu sur l’arc, anneaux de ceinture) (Déchelette 1913 ; Duval 1995) ;

– 8. Courcelles-sur-Aujon, tumulus du « Moulin Brûlé » : sépultures à inhumation, dont une (n° 1) à armilles, bracelets massifs creux et ceinture estampée, une autre (n° 2) à bracelet filiforme à fermeture pointe-cuvette, une autre (n° 3) à bracelets serpentiformes, une (n° 4) à bracelet mince à fines bossettes, ouvert, une fibule à double timbale et un crochet de ceinture triangulaire (HF IIb) ;

– 9. Cusey, tumulus des « Têtes » : fibule de type probablement HF IIa, bracelets en lignites à section ovale étroite (HF IIb) ;

– 10. Cusey, premier tumulus du l.-d. « Sur Vesvres » : bracelets divers, de type filiforme, à fermeture en pointe (HF IIb ou LT Ala), serpentiforme, torsadé à léger tampon (LT A1a et b) ;

– 11. Dampierre, tumulus de la « Combe Ournot » : pendeloque trilobée (H F IIa), bracelet en lignite (HF II), fibule à timbale sur le pied, arc filiforme et long ressort, torque et paire de bracelets à jonc plein, fin et sans décor

– 12. Dardenay, tumulus du « Mortot » : anneaux de bras et de jambe creux, unis (HF II), bracelets pleins, ouverts, sans décor ou côtelés ou à incisions transversales ou décor au trémolo (HF IIb) ;

– 13. Dommarien, tumulus proche du village : mobiliers divers, hors association : grand anneau à jonc fin, orné de légers reliefs (HF IIa ?), anneaux pleins à jet de coulée (HF IIb), bracelets filiformes fermés (HF II), bracelet serpentiforme, à section carrée et à décor incisé au trémolo (HF II b), fibule de type « mixte » (LT A1a ?), bracelet torsadé à petit tampon (LT A1b)

– 14. Esnoms-au-Val (Val-d’Esnoms), tumulus de « Champberceau » : abondant matériel, mais hors association fiable : bracelets creux inornés, armilles à décor incisé (HF IIa), torque plein à jonc mince et bracelets creux, incisés, peu massifs, fibule à ressort en arbalète, anneaux creux, sans décor, bracelets filiformes (dont un à oeillets), fragment de torque creux à riche décor gravé, poignard (HF IIb), aiguillettes de lacet de chaussure, torque creux à décor gravé (LT A la) ;

– 15. Esnoms-au-Val, tumulus des « Gros Meurgers » : mobiliers hors association : torque filiforme à crochet, bracelets filiformes fermés ou à fermoir en pointe, bracelet torsadé (HF IIb et LT A1a), torque et bracelet torsadé à petits tampons, torque à petits tampons et jonc gravé, torque plein à anneaux pour la suspension d’ornements (LT A1b), fibule à timbale (LT A1a), fibules diverses de LT A1b :

– 16. Essey-les-Eaux, tumulus de la « Ferme de Plesnoy » : bracelet ouvert, incisé près des extrémités (HF II), torque à section carrée et petits tampons, bracelet fermé à fines nodosités, bracelet fin, torsadé, à fermoir-crochet, paire de fibules à arc filiforme arqué, ressort à 4 spires et corde externe, à pied rabattu en petit disque sur l’arc (LT A1b) ;

– 17. Montsaugeon, « Charmey », tumulus 1 : anneaux de jambe creux et bracelets filiformes pleins, crochet de ceinture triangulaire (HF II a), trois torques filiformes pleins (dont deux à appendice), fibule à ressort en arbalète à arc en timbale à cupule centrale (HF IIb), anneaux de jambe fermés, pleins, sans décor, bracelets serpentiformes, creux, à décor d’incisions transversales (HF IIa ou b) ;

– 18. Nijon, « La Mottote » : tumulus à sépultures fortement bouleversées, parmi lesquelles, un mobilier du HF IIa et b : armilles et bracelets filiformes, anneaux creux à incisions transversales, bracelet à jonc côtelé, anneaux à jet de coulée, torque plein à jonc mince, de section hexagonale, céramique fragmentaire, bandages de roues de char à 4 roues, mors de bride à deux anneaux, non brisé ;

– 19. Nogent-en-Bassigny, tumulus 4 de la « Forêt de Marsois » : fibule à timbale de la tombe 1 (LT A1a) ;

– 20. Perrogney-les-Fontaines : dans le mobilier hors association, de deux tertes des « Terres du Coeur », fibule à arc filiforme surbaissé ;

– 21. Rivières-les-Fosses, tumulus de « Combe Martin » : anneaux de jambe creux, tantôt sans ornementation (HF IIa), tantôt à riche décor gravé, bracelets filiformes ouverts, bracelets creux, peu épais, à décor au tremolo, deux gros grains d’ambre, épingle de type Vix (HF IIb), bracelet serpentiforme et bracelet ouvert, incisé et filiforme à très petites moulurations aux extrémités (LT A la) ;

– 22. Rolampont, tumulus des « Charmoiselles » : sépultures secondaires du Hallstatt final II (a et b), avec torques et anneaux filiformes, anneaux à appendice, bracelets ouverts incisés, boutons-appliques à griffe (Royer, 1897) ;

– 23. Saint-Dizier : inhumation à deux torques, dont un ornithomorphe (LT A1a), torque torsadé finement à fermoir-crochet, paire de fibules à arc surbaissé filiforme et pied terminé par une boule et rabattu sur l’arc (LTA1b), paire de bracelets de section carrée, ouverts, sans décor (LT Al), fragment de torque creux, sans décor (HF II) ;

– 24. Saint-Dizier, « La Fosse aux Loups » : petit ensemble céramique (coupe tronconique, grand vase tulipiforme), avec décor géométrique de LT AIIb (Lepage 1984 : 114 et 135) ;

– 25. Saint-Dizier (découverte ancienne) : anneau filiforme plein, petit anneau torsadé et pendeloques diverses, regroupés en une seule parure (HF II ou LT A1a) (Lepage 1984 : 119) ;

– 26. Semoutiers-Montsaon, tumulus du « Champ des Prés », sépultures adventices : petits boutons-appliques (HF II a), fibule à timbale (LT A1a), torque en fer à décor ternaire (LT A1a) ;

– 27. Villiers-aux-Bois, « Derrière le Crassé » (fosse) : mobilier céramique typé, peu abondant (Lepage, 1976), semblant plutôt LT A a que HF IIb :

– 28. Vitry-lès-Nogent, nécropole du « Châtelet » : plaque-agrafe triangulaire (tumulus 37) (HF II), bracelets filiformes ouverts, sans décor (tumulus 8 et 18) (HF IIb ou LT A1a), fibule à timbale (tumulus 12) (LT A1a).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Répartition des découvertes de type « marnien » en France septentrionale, Belgique et Pays-Bas. Les principaux sites publiés : 1. habitats, 2. sites fortifiés, 3. nécropoles à inhumations, 4. nécropoles à incinérations, 5. nécropoles à rite mixte, 6. habitat et nécropole à inhumation, 7. habitat et nécropole à incinération (d’ap. Hurtrelle et al. 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2 : Tableau typologique du faciès « marnien » et de son évolution entre 530 environ et 400 environ avant J.-C., dans la Marne, l’Aisne et le Sud des Ardennes : 1. Hallstatt final IIa, 2. Hallstatt final IIb, 3. La Tène ancienne la, 4. La Tène ancienne lb (d’ap. Hatt, Roualet 1977).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 3 : Répartition des découvertes du Hallstatt à La Tène moyenne, dans le département de l’Aube. À – Hallstatt ancien, B – Hallstatt moyen, C – Hallstatt final, D – La Tène ancienne I, E – La Tène ancienne 2-3 et La Tène moyenne : 1. Crancey, 2. Barbuise-Courtavant, 3. La Saulsotte, 4. La Villeneuve-au-Châtelot, 5. Dival, 6. Périgny-la-Rose, 7. Esclavolles-Lurey, 8. Estissac, 9. Bouranton, 10. Pâlis, 11. Laines-aux-Bois, 12. Rosnay-l’Hôpital, 13. Saint-Léger, 14. Villemaur-sur-Vanne, 15. Troyes, 16. la Vendue-Mignot, 17. Isle-Aumont, 18. Luyères, 19. Barberey-Saint-Sulpice, 20. Lavau, 21. Saron-sur-Aube, 22. Pouan-les-Vallées, 23. Saint-Thibault, 24. Saint-Benoît-sur-Seine, 25. Buchères. Les n° ne sont pas ceux de l’inventaire dans le texte (d’ap. Villes 1995b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. 4 : Répartition des découvertes du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de la Haute-Marne. 1 – Hallstatt final (les tumulus sans n° indiquent les découvertes du Hallstatt ancien et moyen), 2 – La Tène ancienne. Les n° renvoient à l’inventaire dans le texte (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 5 : Mobiliers du Hallstatt final et de La Tène AI, dans le département de l’Aube : A – Dival, B, découvertes funéraires : 1 et 3, Neuville-sur-Vanne, 2 Droupt-Saint-Basle, 4 – Esclavolles-Lurey, 5 – Barbuise-Courtavant, Le Crépin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 6 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), site de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, plan général (d’ap. Copret 1996).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 7 : Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, « Les Remises » et « Les Grandes Pâtures », échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 1 – structure 1230, 2 – st. 1122, 3 – st. 632, 4 st. 566, 5 – st. H6-17, 6 – st. H6-14, 7 – st. H6-1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 8 : 1- Troyes (Aube), « Porte de Chaillouet », niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde, 1993 et 1994), 2 – Rosnay-l’Hôpital (Aube), habitat et monuments funéraires de la carrière Bertin, Les Remises et Les Grandes Pâtures, échantillonnage du mobilier céramique livré par les fosses domestiques : 2 – st. K6-2, 3 – st. 15-1, 4 – st. H6-3, 5 – st. H6-1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 9 : Troyes (Aube), Porte de Chaillouet, niveau d’occupation du Hallstatt final, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Desborde 1993 et 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 10 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-V Evêque (Marne) : 1 – tombe 9,2 et 3 – tombe 32,3- tombe 20, 4 – tombe 7,5- tombe 26, 6 – tombe 20, 7 – tombe 13. 8 – tombe 48 et 52 (bracelet fin), 9 – tombe 34, 10 – tombe 39, 11- tombe 24, 12 – tombe 31 (d’ap. Mougin 1877, Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 11 : Mobiliers de la nécropole de Charvais à Heiltz-l’Evêque (Marne) : 1 – sans n° de tombe, 2 – tombe 58, 3 – tombe 3, 4 – tombe 44 et 47, 5 – tombe 45, 6 – tombe 33, 7 – tombe 12, 8 – tombe 6,9- tombe 40, 10 – tombe 12, 11 – tombe 24, 12 – tombe 1 (fibule) et tombe 5 (torque) (d’ap. Mougin 1877, Lepagel985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 12 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène dans le Sud-Est de la Marne et le Nord de la Haute-Marne : 1 et 3 – Vitry-le-François, Les Marvis (d’ap. Mougin, 1898). 2 – Plichancourt, 4. 9 et 11 – Saint-Dizier, 5 – Semoutiers, 6 – Cloyes-sur-Marne, 7 – Bignicourt-sur-Marne, 8 et 13 – Heiltz-l’Evêque, Charvais, 12 – Semoutiers, 14 – Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 13 : mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1 – Attancourt, tumulus de La Motte, 2 – Auberive, tumulus de Maigrefontaine, 3 – Bourdons-sur-Rognon, tumulus de L’Etroite Place, 4 – Chamouilley, tumulus de Sèchepierre (d’ap. Lepage, 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 14 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène du Nord de la Haute-Marne : Chamouilley, nécropole en tombes plates de Sèchepierre (d’ap. Déchelette 1913 et Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 15 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final du Sud de la Haute-Marne : tumulus de la « Mottote » à Nijon : 1 – armement et éléments de char à 4 roues, 2 – parures diverses, 3 – vase supposé en bucchero nero (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 16 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Cohons, La Vergentière, 3. Beaufremont, 2., 4. et 5. Courcelles-en Montagne, tumulus du Champ Rougeau, 6. Courcelles-sur-Aujon, tumulus du Moulin Brûlé (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 17 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ournot, 2. Cusey, tumulus des Têtes, 3. Cusey, tumulus de Sur Vesvres, 4. Dardenay, tumulus du Mortot (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 18 : Echantillonnage du mobilier du tumulus de La Motte-Saint-Valentin, à Courcelles-en-Montagne (d’ap. Déchelette 1913, Duval 1995, échelles diverses).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 19 : Mobilier de luxe, provenant de découvertes auboises ou présumées telles et comparaisons les plus proches : 1. et 2. La Vendue-Mignot, Marivas (d’ap. Caumont, 1995), 3. à 6. Gurgy (Yonne), La Picardie (d’ap. Pellet, Delor 1980, Villes 1995b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 20 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dommarien, 2 et 3. Esnoms- Esnomsau-Val (Val d’Esnoms), tumulus du Champberceau (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 21 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Montsaugeon, tumulus de Charmey, 2. Montsaugeaon, tumulus 1, 3. mobilier du tumulus d’Esnoms, Les Gros Meurgers (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 22 : Mobiliers funéraires du Hallstatt moyen et final en Haute-Marne : Nijon, tumulus de la Mottote, céramique (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 23 : Mobiliers funéraires du Hallstatt final et début de La Tène en Haute-Marne : 1. Dampierre, La Combe Ourno, 2. Nogent-en-Bassigny, tumulus du Marsois, tombe 2, 3. Vitry-lès-Nogent, Le Châtelet, 4. Rivière les Fosses, 5. Saint-Dizier, 6. Essey-les-Eaux, tumulus de la Ferme de Plesnoy (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 24: Mobilier céramique domestique du début de La Tène A, dans le Nord de la Haute-Marne : 1. Saint- Dizier. La Fosse aux Loups, 2. Villiers-aux-Bois, Derrière le Crassé (d’ap. Lepage 1985).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 25 : Fosse de Trémont-sur-Saulx, échantillonnage du mobilier céramique (d’ap. Krzyanowski, Lepage 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 26 : Sépultures à char du début de La Tène ancienne récemment découvertes dans l’Aube : 1. Estissac, La Côte d’Airvaux, 2. Bouranton, Michaulot (d’ap. Verbrugghe, Villes 1995, Deffressigne, Villes 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 27 : Comparaison entre les mobiliers céramiques respectifs de l’oppidum de Vix et des tombes de la Marne (d’ap. Hatt, Roualet 1976 et 1981).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17302/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search