Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Le Yaudet à Ploulec’h (Côtes d’Armor) et le problème des oppida côtiers armoricains

Patrick Galliou et Barry Cunliffe

Résumé

On considère généralement qu’il n’existe pas d’oppida – au sens contemporain du terme – dans l’Ouest de la Gaule. L’examen de deux sites majeurs, Alet en Saint-Malo et Le Yaudet en Ploulec’h montre cependant que des établissements fortifiés apparurent à La Tène finale sur les côtes de l’Armorique, à l’interface des voies maritimes et d’un Hinterland prospère. Le développement de ces établissements s’explique en partie par l’accroissement des échanges entre la Gaule et la Bretagne insulaire de part et d’autre de la conquête césarienne.

Texte intégral

1Il est aujourd’hui admis que les sites fortifiés communément appelés oppida constituent l’un des éléments les plus aisément reconnaissables des civilisations de l’Âge du Fer en Europe tempérée à La Tène récente et finale (Cunliffe, Rowley 1976). Ces “premières villes au Nord des Alpes", comme les a appelées John Collis (Collis 1984), commencèrent d’apparaître en Tchécoslovaquie et en Allemagne centrale au IIIe s. av. J.-C., sous l’influence des cités hellénistiques de Méditerranée et vraisemblablement aussi des Celtes de Cisalpine refluant vers le Nord des Alpes, avant de se répandre, au fil des deux siècles suivants, dans la quasi-totalité de l’Europe centrale et occidentale (Maier 1991). On sait qu’ils témoignent de mutations profondes des communautés laténiennes et attestent en particulier la naissance de sociétés mieux structurées, où l’émergence de monnayages distincts traduit l’affirmation d’un pouvoir centralisé (Nash 1976). Places centrales – au sens géopolitique du terme – de ces systèmes, les oppida virent ainsi se concentrer, derrière des fortifications dont la fonction paraît souvent tout autant ostentatoire que purement défensive, diverses activités politiques et religieuses, commerciales et manufacturières, qui en faisaient de véritables “proto-villes”, au sens plein du terme, caractérisées par un aménagement conscient des espaces intérieurs, sinon par un véritable urbanisme (Bren 1976 : fig. 4 en particulier). Or l’on sait aussi, depuis les travaux de Mortimer Wheeler et de Katherine Richardson dans le Nord-Ouest de la France (Wheeler, Richardson 1957), qu’aucun des sites fortifiés connus et parfois fouillés dans l’intérieur de la péninsule armoricaine ne peut être qualifié d’oppidum, au sens où les protohistoriens l’entendent aujourd’hui, ce que confirment d’ailleurs les ouvrages récents consacrés à ces établissements (Collis 1984 : 221-222). Il convient, dès lors, de s’interroger sur cette apparente absence, que l’on explique d’ordinaire par un développement tardif des peuples armoricains, qu’engendrerait une situation géographique jugée marginale.

1. Les sites laténiens fortifiés de Bretagne

2Bien qu’un nombre assez conséquent de sites fortifiés à La Tène soit connu en Bretagne (1), aucun d’entre eux ne répond aux critères précités. Ainsi, si l’on se fondait sur la seule taille des enceintes terroyées, serait-on tenté de faire entrer dans la catégorie des oppida les sites de Lescouët (56 Guégon) ou du camp du Poulailler (35 Landéan) qui n’ont jamais livré de mobilier de l’Âge du Fer, tandis que le camp d’Artus (29 Huelgoat), fouillé par M. Wheeler en 1938, occupant une trentaine d’hectares défendus – au moins en partie – par un murus gallicus percé de portes aménagées, et souvent considéré comme la place majeure des Osismii, ne livrait aux fouilleurs puis aux prospecteurs (Galliou, Le Bihan 1991) que les maigres vestiges d’une occupation dispersée et d’ampleur très limitée. Par ailleurs, bien que les sites fortifiés de plus petite taille, établis sur des sommets de colline ou, plus fréquemment, sur des promontoires d’interfluve, soient relativement nombreux dans l’Ouest et livrent à la fouille des vestiges d’aménagements internes parfois conséquents, on ne saurait pour autant y voir de véritables oppida. Ainsi la fortification de Saint-Symphorien (22 Paule), fouillée par Yves Menez (Arramond, Menez, Le Potier 1992), si elle a livré les traces d’un artisanat du bronze, du fer et de l’or ainsi que de très nombreux fragments d’amphores gréco-italiques tardives (2) associés à une belle statuette d’un "musicien à la lyre”, n’est-elle vraisemblablement que la résidence d’un petit chef local et non l’une des places principales des Osismii. De même, et ce en dépit de l’utilisation que fait César du terme oppidum dans son récit de la défaite des Armoricains (3), ne peut-on pas classer parmi les oppida stricto sensu les fortifications côtières occupant des sommets de falaise, des promontoires ou des îlots qui abondent sur les côtes de la Bretagne (4), et qui, s’ils présentent parfois des systèmes de fortification relativement élaborés, du type murus gallicus (5), ne montrent pas, à de rares exceptions près, de traces d’occupation conséquente ou prolongée à La Tène récente et finale (Langouët 1988 : 56, Giot 1995 : 275). Seuls deux sites, que nous allons examiner dans ce qui suit, tranchent sur cet ensemble et paraissent rassembler un faisceau de caractéristiques qui les rapproche des oppida tardo-laténiens classiques.

2. Deux sites remarquables, le Yaudet et Alet

2.1. Le site du Yaudet

3Le lieu-dit le Yaudet (22 Ploulec’h) occupe un promontoire granitique élevé sur la rive sud de l’estuaire du Léguer, ou rivière de Lannion, dans l’Ouest du Trégor. Légèrement en retrait de la ligne de côte qui constitue l’arrondi de la baie de Lannion, il est moins exposé que d’autres sites aux rigueurs d’un climat océanique (fig. 1). Des falaises, dont la hauteur varie entre 10 m et 25 m, le bordent au Nord, à l’Ouest et au Sud. formant ainsi de remarquables défenses naturelles. À l’Est. un goulet resserré entre les pentes descendant au Nord vers le Léguer et la déclivité conduisant au Sud à l’anse de la Vierge est le seul accès commode, que ferme d’ailleurs le gros talus, haut d’une quinzaine de mètres, d’un rempart protohistorique.

Fig. 1 : Le Yaudet. Plan de situation.

Fig. 1 : Le Yaudet. Plan de situation.

4La présence de cette fortification, que complète une muraille maçonnée élevée au Bas-Empire romain, la découverte sur ce promontoire et dans ses parages immédiats d’épées de l’Âge du Bronze moyen et final, de monnaies gauloises et exotiques (Massyles de l’Est, Ptolémée, etc.) (Sanquer 1983, Galliou 1996), de nombreuses monnaies romaines enfin, de même que les traditions attachées au site depuis le XIe s. ap. J.-C. au moins (6), ont convaincu les auteurs de ces lignes d’y engager un programme de fouilles à long terme, dont les premiers résultats se sont révélés particulièrement intéressants (Cunliffe, Galliou 1995, Galliou, Cunliffe 1996).

5On constate ainsi qu’après une fréquentation sporadique au cours de la Préhistoire et de l’Âge du Bronze, dont témoigne la découverte de microlithes mésolithiques, d’une hache polie et de céramiques du Néolithique récent et de plusieurs pointes de flèches en silex du Bronze ancien, le promontoire fut probablement occupé de façon continue, sinon permanente, à partir de La Tène moyenne, période dont relèvent vraisemblablement plusieurs murs de pierres sèches, partiellement reconnus sous le rempart de phase 1, sur la falaise dominant la rivière, dans l’angle nord-est du site. À ce stade, le promontoire ne paraît pas avoir été défendu, la première fortification n’étant mise en place que quelques décennies plus tard. Dans les premières décennies du Ier s. av. J.-C. fut en effet édifié sur le pourtour du promontoire un rempart de type murus gallicus, dont nous avons à ce jour exploré deux sections. La mieux conservée, protégée par la masse du rempart de phase 3, a encore près de quatre mètres de haut, tandis qu’au Nord-Est du site, la hauteur préservée ne dépasse pas le mètre. Dans ce premier rempart s’ouvraient deux portes, l’une au sommet de l’éperon, l’autre donnant accès à la rivière et à la mer, tandis qu’un profond et large fossé le précédait du côté de la terre.

6Dans un deuxième temps, sans doute encore quelques décennies après cette première phase, on doubla le rempart de phase 1 par un second murus gallicus, édifié en avant du précédent par un ajout massif de pierres et de sable granitique, portant par endroits la largeur de la masse de ce rempart double à plus de huit mètres. Quelques temps après enfin, on recouvrit ces deux premiers murs d’une masse considérable de terre et d’arène granitique, portant la largeur totale de la fortification à une quinzaine de mètres. Il est cependant à noter que ce rempart de dernière phase, de type Fécamp (7), répond à une conception défensive différente de celle dont témoignent les deux premières murailles. En effet, alors que ces dernières couraient sur tout le pourtour du promontoire – ou du moins sur une bonne part de celui-ci (8) – le nouveau rempart n’avait manifestement plus pour fonction que de barrer l’accès de l’étroit goulet situé du côté terre, créant ainsi un authentique promontoire barré.

7De l’aménagement intérieur de cet ensemble de huit hectares, nous ne savons pas encore grand-chose, les premières campagnes de fouilles ayant essentiellement porté sur les remparts et la zone située immédiatement à l’arrière de ceux-ci. Un mobilier relativement abondant, comprenant céramiques locales et importées, amphores, monnaies, fibules, etc., souvent éparpillé par les travaux postérieurs, témoigne cependant d’une réelle densité de l’occupation à La Tène récente et finale. On rappellera par ailleurs que ce site continua d’être occupé au Haut-Empire romain, et qu’au Bas-Empire on y dressa une muraille maçonnée, reprenant à l’identique le tracé des murailles de phase 1 et 2, sauf dans la zone où celles-ci sont masquées par le rempart de phase 3. Une porte maritime fut ainsi édifiée à l’emplacement exact de la porte s’ouvrant dans le rempart gaulois. L’occupation se poursuivit au haut Moyen Age, donnant en partie naissance à la tradition qui, depuis le XIe s. ap. J.-C., veut que Le Yaudet ait été le premier siège de l’évêché de Tréguier (9).

2.2. Le site d’Alet

8À une centaine de kilomètres à l’Est du Yaudet, le site d’Alet occupe un promontoire rocheux élevé, sur la rive orientale de l’embouchure de la Rance. La découverte sur le site, au siècle dernier, de diverses monnaies gauloises (Colbert de Beaulieu 1974) y laissant présager l’existence d’un site côtier important des Coriosolites, une série de campagnes de fouilles fut entreprise de 1972 à 1978, qui permirent de mieux comprendre l’organisation et la nature de l’établissement laténien (10).

9Il est vraisemblable que les défenses de celui-ci, moins complexes que celles du Yaudet, se résumaient, à la fin de l’Âge du Fer, à un ensemble fossé-rempart barrant l’isthme sableux qui relie le promontoire rocheux d’Alet à la terre. Une rue transversale de Saint-Servan, la rue du Dick, désigne probablement l’emplacement ancien du fossé, aujourd’hui masqué par l’extension urbaine, tandis que la muraille dressée un peu en arrière de celui-ci au Bas-Empire romain marque vraisemblablement la ligne du rempart (Langouët 1988 : 52). La fouille de la zone interne a par ailleurs montré qu’un habitat groupé de La Tène finale occupait au moins trois des quatorze hectares du promontoire, comme le montraient les fossés, les trous de poteaux, les silos qui y furent reconnus, sans qu’un plan d’ensemble puisse cependant être déterminé, en raison de la nature même du terrain et des bouleversements opérés depuis la fin de l’Âge du Fer (fort du XVIIIe siècle, bunkers allemands, etc.). Le mobilier associé à ces structures en creux – monnaies, céramiques locales et importées, amphores, objets de parure, meules et fusaïoles, déchets domestiques, etc.– est abondant et révèle une occupation dense et d’une qualité relativement élevée.

Fig. 2 : Le Yaudet. Le tracé des remparts à la Tène finale.

Fig. 2 : Le Yaudet. Le tracé des remparts à la Tène finale.

10Comme celui du Yaudet, le site d’Alet continua d’être occupé au Haut-Empire romain, mais avec une moindre intensité, et fut pourvu au Bas-Empire d’une muraille maçonnée faisant le tour du promontoire, tandis qu’un castellum du Tractus armoricanus et nervicanus était installé dans ce qui est aujourd’hui le bastion Solidor (Langouët 1983). L’occupation s’y poursuivit aussi pendant le haut Moyen Âge, Alet devenant le siège provisoire de l’évêché de Saint-Malo avant que celui-ci ne soit transféré vers l’agglomération qui naissait alors de l’autre côté de l’anse des Bas Sablons.

3. Problèmes de datation

11Le mobilier archéologique recueilli sur ces deux sites place indubitablement leurs phases majeures d’occupation dans les derniers temps de La Tène et les toutes premières décennies de la présence romaine, sans qu’il soit possible de préciser plus avant la datation de ces phases ou, plus exactement, de les replacer d’un côté ou l’autre de cet événement majeur que constitue la défaite des Armoricains devant César et ses lieutenants en 56 av. J.-C. (11).

12Ainsi les trois phases défensives du Yaudet sont-elles globalement associées à un mobilier homogène comprenant des quarts de statères, des petits billons nord-osismes et des céramiques graphitées à cordons et à stries multiples, classiques des assemblages céramiques de La Tène finale dans la péninsule armoricaine (Daire 1992 : 138-158), mobilier d’où les amphores Dressel IA sont absentes et où les Dressel IB font leur apparition dans les niveaux d’occupation tardifs installés sur la contrescarpe du rempart, en compagnie d’amphores Pascual I de Catalogne, dont la production et l’exportation ne commencent guère avant les années quarante av. J.– C. (12). Sans que nous puissions donc, dans l’état actuel de la fouille, avancer une datation absolue de chacune des phases défensives, il reste néanmoins certain que ce mobilier place résolument l’ensemble de ces fortifications à l’intérieur du premier siècle avant notre ère. Le fait que la stratigraphie montre que ces trois remparts sont séparés par plusieurs décennies pose bien sûr d’intéressantes questions sur leur contexte historique et leur éventuelle association avec les troubles précédant ou suivant la Conquête, de même qu’avec les divers mouvements de rébellion qui se succédèrent en Gaule pendant le règne d’Auguste (Lewuillon 1975).

13Les niveaux laténiens du site d’Alet ont livré un mobilier archéologique homogène, où les céramiques à cordons et à stries multiples voisinent avec les céramiques plus ordinaires et les amphores vinaires Dressel IA et B. Le mobilier métallique comprend, outre 64 monnaies gauloises, dont plus de 80 % sont coriosolites, divers objets de parure, dont quatre fibules de Nauheim (Cotten 1985 : 85-88). L’assemblage se clôt sur quelques importations appartenant aux deux premières décennies du premier siècle de notre ère, assiettes à engobe rouge pompéien (Peacock 1977), gobelets à palmettes stylisées (Galliou 1981), urnes globulaires à engobe micacé (Ferdière, Ferdière 1972).

14Ces diverses données ont conduit Loïc Langouët à dater ces niveaux précoces de la période -80/+20 (Langouët 1988 : 52), le site paraissant ainsi naître quelques décennies avant la Conquête pour décliner et disparaître au début du règne de Tibère, à la suite peut-être d’un déclassement de l’oppidum après un mouvement de révolte des populations locales (Galliou 1980). Ce cadre chronologique a cependant été remis en question voici peu par Philip de Jersey (de Jersey 1993) qui, se fondant tout à la fois sur une lecture stratigraphique différente de celle avancée par L. Langouët et sur une datation alternative de certaines catégories de mobilier, propose de repousser en deçà de la Conquête l’occupation d’Alet, dont le développement s’expliquerait donc par les mutations économiques affectant le nouveau protectorat de Rome plutôt que par l’effet de commerces à moyenne distance avec les côtes méridionales de la Bretagne insulaire et le site d’Hengistbury Head en particulier. Il y a certes là un plaidoyer intéressant, mais qui n’emporte pas totalement la conviction, les amphores Dressel IA étant classiquement datées d’avant la Conquête (13). Il est donc plus sûr, dans l’attente de nouvelles fouilles à Alet, d’attribuer au niveau laténien du site la datation proposée par Langouët, les deux sites que nous venons d’examiner présentant donc une chronologie fort semblable en ce qui concerne les phases qui nous intéressent ici.

4. De l’économique au politique

15Les macrorestes de céréales (froment, orge, avoine) observés au Yaudet, les meules à grain et les ossements animaux (14) mis au jour sur les deux sites donnent à penser que ces places contrôlaient un terroir agricole contigu, dont nous ne savons rien encore de l’extension ni des formes de tenure, mais dont les productions étaient, au moins en partie, destinées aux habitants de ces lieux fortifiés. Un accès aisé à l’estran et à la mer permettait à ceux-ci de varier ou de compléter leurs ressources alimentaires par la récolte de coquillages ou la capture de diverses espèces de poissons, comme le montrent les très nombreux coquillages et ossements exhumés sur les deux sites. Le filage et le tissage de la laine, que manifestent les fusaïoles et les pesons mis au jour à Alet et au Yaudet (15), constituent certes l’activité artisanale la plus visible de ces deux places, mais n’en formaient certainement pas le principal soubassement économique. Ainsi les niveaux laténiens d’Alet ont-ils livré des scories et des fragments de creusets témoignant d’un travail du bronze et du fer ainsi que les vestiges d’une installation métallurgique destinée à la coupellation de l’argent à partir du plomb argentifère, où les fouilleurs ont vu l’un des éléments d’un atelier monétaire servant à la frappe des statères d’argent allié des Coriosolites (Maréchal 1979), dont on sait que les premières émissions ne sont pas antérieures aux années quatre-vingt av. J.-C. (Nash 1987 : 106). Cette hypothèse ayant cependant été vivement contestée par Philip de Jersey (1993 : 324), tant sur la base de la stratigraphie que sur celle du manque de corrélation métallographique entre ces matériaux et l’alliage des statères coriosolites, le débat reste ouvert. De même la découverte au Yaudet d’un statère d’or allié des Osismes, dont le type précis ne se rencontre que dans la région voisine du site (Ouest du Trégor), permet-elle de poser l’hypothèse d’une fabrication locale à l’aide de métaux venus de l’arrière-pays (Jersey 1994 : 89-90).

16La caractéristique économique majeure de ces deux sites, qui les individualise fortement dans l’ensemble des habitats côtiers d’Armorique septentrionale, n’est à vrai dire pas tant une fonction artisanale aux contours encore quelque peu évanescents, que leur place dans les réseaux d’échanges maritimes qui se développèrent à La Tène récente et finale. Tant leur situation géographique que leurs aménagements portuaires – au Yaudet, comme nous l’avons souligné, une porte donne accès à une zone d’échouage (Cunliffe, Galliou 1995 : 61), tandis qu’à Alet, le “port” laténien semble s’être situé sur la face maritime d’un cordon littoral barrant l’anse de Solidor (Langouët 1988 : 74-75) – attestent leur vocation maritime, que confirme d’ailleurs la présence, dans les niveaux laténiens. de divers artefacts témoignant d’échanges à courte et moyenne distance le long des côtes de la Manche. Ainsi la monnaie “abrincate” (16) et les statères coriosolites découverts au Yaudet d’une part, et les monnaies osismes exhumées à Alet d’autre part dénotent-ils des échanges croisés entre ces deux places, tandis que le fragment de moule à sel des ateliers de Hirel (35) recueilli à Alet ou les céramiques à cordons provenant probablement du massif de gabbro de Trégomar (22), près de Lamballe, relativement nombreuses sur les deux sites concernés (17), signalent des transports à moyenne distance entre les sites de production et les lieux de consommation ou de ré-exportation à longue distance qu’étaient alors Le Yaudet et Alet.

17L’un des aspects les plus remarquables de l’économie de ces deux places est en effet sans conteste leur implication dans les trafics qui se développèrent (18), à la fin de La Tène, entre les deux rives de la Manche. Déjà soupçonnés avant la seconde guerre mondiale par plusieurs archéologues britanniques (19), ces échanges ont été remis en lumière voici une quinzaine d’années par la reprise des fouilles d’Alet et du site durotrige d’Hengistbury Head (Cunliffe 1987) d’une part, et l’inventaire des amphores tardo-italiques de l’Ouest de la France d’autre part (Galliou 1982), permettant aux spécialistes concernés d’établir un premier modèle de ces commerces, de leur répartition spatiale et temporelle (Cunliffe 1982). L’avancement des travaux sur certaines catégories de mobilier, la mise au point de leur corrélation stratigraphique sur le site d’Hengistbury Head (Cunliffe et al. 1987 : 309-316) et les découvertes faites au Yaudet depuis 1991 les ont cependant conduit à remettre partiellement en cause ce modèle, sans doute trop simpliste, et dont la logique pure s’accorde mal avec une réalité foisonnante.

18Les premières hypothèses avancées avaient ainsi insisté sur le rôle-clé qu’auraient joué dans ces échanges les sites d’Alet et d’Hengistbury Head, chacun assurant, à sa manière et dans sa zone d’influence, la collecte de diverses denrées (matières premières, céramiques, etc.) extraites ou produites dans son hinterland et l’agrégation de marchandises convoyées par un commerce au long cours (amphores vinaires à Alet), avant d’en gérer l’exportation maritime vers le site opposé. Comme l’écrivait alors Loïc Langouët, cette “ligne maritime” entre Alet et Hengistbury Head, avec escales dans les Iles anglo-normandes, semblait préfigurer les liaisons plus régulières établies voici peu entre Saint-Malo et Portsmouth (Langouët 1988 : 85-86).

19La reprise des fouilles du Yaudet, à partir de 1991, a montré que l’organisation de ces échanges était moins simple que nous ne le pensions au premier abord. La découverte sur ce site maritime d’assemblages de mobilier tardo-laténien, semblables à ceux reconnus tant à Alet qu’à Hengistbury Head, et surtout de plusieurs tessons de céramiques britanniques contemporaines de ces assemblages armoricains (Glastonbury ware, black-burnished ware précoce), auxquels on peut ajouter les fragments de récipients et de bracelets en schiste de Kimmeridge recueillis dans les mêmes niveaux (Galliou, . Cunliffe 1996 : 80-81), montre bien que le port d’Alet n’était pas le seul acteur de ces échanges entre les rives de la Manche. Il convient d’imaginer des trafics singulièrement plus complexes, associant aux apports d’amphores vinaires méditerranéennes transitant par la pointe du Finistère – comme l’attestent les nombreuses trouvailles d’amphores Dressel IA en mer et sur les côtes (Galliou 1982) – ceux de diverses denrées armoricaines véhiculées par des tramps qui, comme le montrent de nombreuses épaves méditerranéennes (20), empruntaient des itinéraires qui variaient suivant les saisons, les fluctuations économiques ou militaires, ou simplement la fantaisie du capitaine, chargeant et déchargeant, achetant et vendant (ou échangeant) lors des escales dans les ports du Yaudet et d’Alet, ou bien encore dans ceux, à ce jour mal connus, des côtes du Cotentin ou des iles anglo-normandes, et plus particulièrement de Guernesey (Burns 1977 et 1986), avant de se diriger plein Nord (Mc Grail 1983) vers le littoral méridional de l’île de Bretagne. L’existence, sur celui-ci, de plusieurs stations maritimes ayant apparemment commercé avec les Amoricains – Mount Batten, dans la baie de Plymouth (Cunliffe 1988), Green Island dans Poole Harbour (Cunliffe 1982 : 46-48) et bien sûr Hengistbury Head – laisse supposer, là aussi, l’existence de réseaux d’échange particulièrement enchevêtrés. Il est évident, en effet, que la densification de l’information fournie par les découvertes fortuites, les fouilles et les analyses de laboratoire (Morzadec 1991), a considérablement affaibli la théorie ancienne qui voulait qu’un itinéraire unique ait relié les côtes armoricaines et bretonnes, de même qu’elle a rendu quelque peu caduque l’hypothèse émise voici peu par Philip de Jersey qui, se fondant d’une part sur une absence d’amphores Dressel I des établissements côtiers armoricains situés entre la baie de Morlaix et Alet – il est plus prudent d’y voir les résultats d’une prospection encore peu poussée – et d’autre part sur une apparente spécificité sub-régionale de certains groupes de céramiques armoricaines (céramiques à stries multiples, céramiques fines à cordons, céramiques graphitées) reconnues sur les sites britanniques – qui ne reflétait alors qu’un état de la recherche, aujourd’hui dépassé (21) –, avait supposé l’existence d’un axe maritime différent de celui précédemment posé (Jersey 1993 : 329-333). Virant vers le Nord-Est dans les parages de la baie de Morlaix pour se diriger vers Guernesey, il aurait laissé au Sud le port d’Alet, qui n’aurait donc joué qu’un rôle mineur dans ces échanges. Il faut cependant admettre qu’une telle hypothèse ne permet guère de prendre en compte l’existence de la station maritime du Yaudet, à vrai dire encore mal connue lors de cette publication.

Fig. 3 : Les axes d’échanges en Manche occidentale à La Tène finale.

Fig. 3 : Les axes d’échanges en Manche occidentale à La Tène finale.

20Si les modalités de ces échanges nous échappent encore dans une large mesure, leur chronologie est sans doute moins sujette à caution. Les deux places armoricaines étudiées ici livrent, comme nous l’avons souligné, des assemblages de céramiques très semblables, où des productions bien identifiables, d’origine régionale (céramiques à stries multiples, céramiques graphitées, céramiques à cordons), voisinent avec des amphores vinaires de provenance méditerranéenne et, bien sûr, des céramiques plus communes qui restent majoritaires dans ces niveaux. Ces ensembles (céramiques armoricaines et amphores Dressel IA) se voient aussi dans les niveaux de La Tène finale I (LIA 1) d’Hengistbury Head, où, associés à des céramiques locales, ils en caractérisent d’ailleurs le faciès archéologique (Cunliffe 1987 : 309- 316). Or, si le contexte chrono-stratigraphique d’Alet peut éventuellement être remis en question (Jersey 1993), et si les zones fouillées au Yaudet. manifestement bouleversées par les travaux postérieurs, n’ont pas encore livré d’ensembles clos parfaitement identiques à ceux d’Hengistbury, la stratigraphie de ce dernier site est suffisamment bien établie pour que l’on puisse constater que la phase d’importation de céramiques armoricaines est exclusivement associée aux apports d’amphores Dressel IA, les deux catégories disparaissant entièrement dans la phase suivante (LIA 2) (Cunliffe 1987 : 309- 316). Il faut bien admettre qu’il serait imprudent de vouloir repousser en-deçà du milieu du Ier s. av. J.-C. la datation d’ensembles d’où est complètement absent le type IB. sensiblement plus tardif, comme on le sait (Peacock, Williams 1986 : 90). Il faut donc admettre, en l’état de la recherche, que les assemblages tardo-laténiens de ces trois sites maritimes témoignent de commerces complexes, nés dans la première moitié du Ier siècle avant J.-C, et qui se poursuivirent jusqu’au début de notre ère, comme le montre également la présence dans ces trois places d’amphores vinaires de Catalogne de type Pascual I, dont l’importation dans le Nord-Ouest ne semble guère antérieure au règne d’Auguste (22).

21Au terme de cette étude, on ne saurait donc guère douter que les deux places du Yaudet et d’Alet aient joué, dans leur zone d’influence respective, un rôle économique majeur, fondé sur l’exploitation des ressources de leur arrière-pays, sur un artisanat aux contours encore imprécis, et sur des échanges à moyenne et longue distance, dont le caractère quelque peu spectaculaire et la corrélation avec les remarques bien connues de César (23) et de Strabon (24) ont peut-être conduit les archéologues à surestimer l’importance. Dans une perspective hypercritique, les amphores et céramiques armoricaines d’Hengistbury Head ne représentent guère plus, en effet, que le chargement d’un ou deux navires de moyen tonnage.

22Ceci étant posé, les caractéristiques de ces deux sites suffisent-elles à les qualifier d’oppida au sens plein que nous lui avons donné en préambule de ce travail ? Il est certain, d’une part, que nous connaissons encore mal leur organisation interne, bien que les futures campagnes de fouilles au Yaudet offrent d’intéressantes perspectives en ce sens et que, d’autre part, les découvertes archéologiques qui y furent faites ne nous donnent qu’une image très floue de leur éventuelle fonction politique dans le cadre tribal. On rappellera cependant que l’installation de nouvelles fortifications tant à Alet qu’au Yaudet au Bas-Empire romain ne traduit peut-être pas seulement la nécessité de défendre contre un danger venu de la mer l’embouchure de rivières donnant accès à l’arrière-pays (Galliou 1980), mais aussi la réappropriation, par les autorités locales, de sites indigènes majeurs qui, au Haut-Empire romain, avaient été marginalisés par un nouveau système économique et le développement de nouvelles villes, mieux placées sur les axes routiers (Galliou 1983). Ainsi au Yaudet, l’érection de murailles maçonnées et d’une porte maritime à l’emplacement exact des défenses et de la porte laténienne prend-elle, dans cette perspective, une valeur autre que purement anecdotique. On ajoutera enfin que le rôle attesté ou supposé de ces deux places dans l’organisation ecclésiastique bretonne du haut Moyen Age vient conforter cette hypothèse qui fait du Yaudet et d’Alet des éléments majeurs du dispositif politico-économique des Osimes et des Coriosolites.

23Si l’on tient compte de ces données, encore partiellement hypothétiques il est vrai, on peut considérer que nos deux sites appartiennent bien à la catégorie des oppida, telle que nous l’avons définie dans ce qui précède, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils relèvent d’un arrière-plan politique strictement identique. Si Alet peut vraisemblablement être considéré comme la place principale d’un territoire tribal unifié, que caractérise un monnayage unique (Jersey 1994 : 95-99), il en va différemment du Yaudet qui, relativement excentré dans le territoire des Osismii, ne peut non plus avoir joué un rôle de place centrale dans une tribu dont le monnayage diversifié montre une division en plusieurs sous-groupes, probablement d’essence régionale Il est donc probable que Le Yaudet était ľoppidum d’un de ces sous-ensembles, que paraît définir un monnayage particulier (Jersey 1994 : 89-90). Ces deux oppida côtiers définissent bien néanmoins les spécificités de la fin de la culture laténienne dans l’Ouest de la Gaule, de part et d’autre d’un événement politique majeur dont il est encore bien difficile d’estimer l’impact sur le cadre politique et économique de ces Gaulois du bout du monde.

NOTES

1) Il n’existe pas encore de répertoire général des sites terroyés protohistoriques de la région. On consultera le Gazetteer – très incomplet – de l’ouvrage précité de Wheeler et Richardson, p. 102-114.

2) Ces fragments représentent certainement plus de 200 amphores, datées de l’extrême fin du second siècle ou du début du siècle suivant.

3) B.G., III, VII-XVI.

4) On en trouvera une liste dans l’ouvrage précité de Wheeler et Richardson, p. 102-114, qu’on complètera par les travaux de P.-R. Giot, « L’Âge du Fer », in : P.-R. Giot, J. Briard, L. Pape, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, 1995 (nouvelle édition), p. 276-283 et de Loïc Langouët, Les Coriosolites, un peuple armoricain, Saint-Malo, 1988, p. 47-56.

5) Ainsi à 22 Erquy (Langouët, op. cit., p. 48), 35 Saint-Coulomb (ibid.. p. 50), 56 Saint-Pierre-Quiberon (Giot, op. cit., p. 282).

6) Les vitae de saint Efflam et saint Tugdual (XI-XIIe siècles), en particulier. Cette documentation, en cours de collationnement, sera présentée prochainement par les auteurs de ces lignes.

7) On se reportera, pour la construction et la diffusion de ce type de fortification, à Wheeler, Richardson, op. cit., p. 62-75.

8) La campagne de 1996 visera, en particulier, à contrôler l’existence de défenses sur le côté méridional du promontoire. 9) Cf. supra, note 6.

10) On en trouvera un résumé commode, avec bibliographie, dans L. Langouët, Les Coriosolites..., op. cit., p. 70-86.

11) B.G., III, VII-XVI.

12) Cf. pour l’Ouest de la Gaule, P. Galliou, « Days of wine and roses ? Early Armorica and the Atlantic wine trade », in : S. Macready, F.H. Thompson (eds.), Cross-Channel Trade between Gaul and Britain in the Pre-Roman Iron Age, London, 1984, p. 24-36 ; P. Galliou, Les amphores Pascual I et le commerce atlantique au Ier siècle de notre ère, in, C. Bémont et. al. (eds.), Mélanges offerts au Docteur J -B. Colbert de Beaulieu, Paris, 1987, p. 379-388 ; P. Galliou, « Les amphores Pascual I et Dressel 2-4 de Tarraconaise découvertes dans le Nord-Ouest de la Gaule et les importations de vins espagnols au Haut Empire », Laietania. Estudis d’Historia i d’Arqueologia del Maresme, n° 6, 1991, p. 99-105.

13) La bibliographie sur ce point est considérable. On se reportera prioritairement à A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986, ch. II et III.

14) Au Yaudet : P. Galliou, B. Cunliffe, Rapport..., op. cit., p. 95 ; à Alet : T. Poulain, « Les vestiges de faune dans l’agglomération pré-romaine d’Alet en Saint-Malo », Dossiers du Ce. R.A.A., n° 7, 1979, p. 31-36.

15) Au Yaudet : P. Galliou, B. Cunliffe, Rapport..., op. cit., p. 82-4 ; à Alet : L. Langouët, Les Coriosolites..., op. cit., p. 70.

16) Selon Philip de Jersey, cette monnaie de type XN, classe II, ne peut être attribuée avec certitude aux Abrincates de l’Avranchin, bien qu’elle ait été frappée sur les côtes de la baie du Mont-Saint-Michel.

17) Le gisement est situé, à vol d’oiseau, à 80 km à l’Est du Yaudet et à 35 km à l’Ouest d’Alet.

18) Ils ne constituent que la phase finale de trafics occupant toute la Protohistoire, cf. par exemple, B. O’Connor, Cross-Channel Relations in the Later Bronze Age, Oxford, 1980.

19) En particulier par M. Wheeler et K. Richardson, op. cit., p. 58-61.

20) On pensera par exemple à l’épave de Yassi Ada, cf. G.F. Bass, F.H. van Dominck Jr, « A fourth-century shipwreck at Yassi Ada », American Journal of Archaeology, t. 75, fasc. 1, 1971, p. 27-37.

21) Les cartes publiées par B. Cunliffe, Hengistbury Head..., op. cit., p. 312, 314, 316, doivent être modifiées à la lecture des cartes de M.-Y. Daire, Les céramiques..., op. cit., p. 140-3, 154-7.

22) Cf supra, note 12.

23) César. B.G., III, VIII

24) Strabon, Géographie, IV, 4,1.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARRAMOND J.-C., MENEZ Y., LE POTIER C., 1992, Le camp de Saint-Symphorien en Paule dans les Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, Conseil général des Côtes-d’Armor, 38 p., ill.

BASS G.F., VAN DORNINCK F.H., 1971, « A fourth-century shipwreck at Yassi Ada », American Journal of Archaeology, t. 75, 1, p. 27-37.

BREN J., 1976, « Earliest settlements with urban character in Central Europe », in : CUNLIFFE B., ROWLEY T. dir., Oppida in Barbarian Europe, Oxford, British Archæological reports, p. 81-94.

BURNS R.B., 1977, « The Late Iron Age site at the Tranquesous, St Saviour’s, Guernsey », Transactions of La Société Guernesiaise, t. 20, p. 190-217.

BURNS R.B., 1986, « Recent work on the Iron Age and Gallo-Roman period in the Bailiwick of Guernsey », in : JOHNSON P. éd., The Archaeology of the Channel Islands, Chichester, Philimore, p. 89-97.

COLBERT DE BEAULIEU J.-B., 1974, « Les monnaies gauloises d’Alet en Saint-Malo », Dossiers du Centre régional d’Archéologie d’Alet, t. 2. p. 49-55.

COLLIS J., 1984, Oppida, Earliest Towns North of the Alps, Sheffield, Université de Sheffield, 260 p., 148 fig.

COTTEN J.-Y., 1985, Les fibules d’Armorique aux Ages du Fer et à l’époque romaine. Rennes, Mémoire de maîtrise inédit, 188 p., 50 pl.

CUNLIFFE B., 1982, « Britain, the Veneti and beyond », Oxford Journal of Archaeology, t. 1, p. 39-68.

CUNLIFFE B., 1988, Mount Batten, Plymouth, a Prehistoric and Roman Port, Oxford, University Committee for Archæology, 108 p., 56 pl.

CUNLIFFE B. et al., 1987, Hengistbury Head, Dorset. vol. I, The Prehistoric and Roman Settlement, 3500 BC-AD 500, Oxford. University Committee for Archæology, 369 p., 256 pl.

CUNLIFFE B., GALLIOU P., 1995, « Le Yaudet, Ploulec’h, Côtes-d’Armor, Brittany. An interim report on the excavations of 1991-4 », The Antiquaries Journal, 43-70.

CUNLIFFE B., ROWLEY T. éds., 1976, Oppida in Barbarian Europe. Oxford, British Archæological reports, 367 p., ill.

DAIRE M.-Y., 1992, Les céramiques armoricaines de la fin de l’Âge du Fer, Rennes, Travaux du Laboratoire d’Anthropologie, 313 p., 56 fig., 73 et 44 pl.

FERDIÈRE A., FERDIÈRE M., 1972, « Introduction à l’étude d’un type céramique : les urnes à bord mouluré gallo-romaines précoces », R.A.E., t. 23, p. 77-88.

GALLIOU P, 1980a, « La première mort d’Alet : une hypothèse », Dossiers du Centre régional d’Archéologie d’Alet, t. 8, p. 37-40.

GALLIOU P., 1980b, « The defence of Armorica in the Later Roman Empire : a tentative synthesis », in : HANSON W.S., KEPPIE L.J.F. éds., Roman Fronder Studies 1979. Oxford, British Archæological reports, p. 397-422.

GALLIOU P., 1981, « A group of early Central Gaulish beakers », in : ANDERSON A.C., ANDERSON A.S. éds., Roman Pottery Research in Britain and North-West Europe. Papers Presented to Graham Webster, Oxford, British Archæological reports, 265-276.

GALLIOU P., 1982, Les amphores tardo-républicaines découvertes dans l’Ouest de la France et les importations de vins italiens à la fin de l’Âge du Fer, Brest. Archéologie en Bretagne, 118p., 23 pl.

GALLIOU P., 1983, L’Armorique romaine, Brasparts, Les Bibliophiles de Bretagne, 310 p., 76 pl.

GALLIOU P., 1984, « Days of wine and roses ? Early Armorica and the Atlantic wine trade », in : MACREADY S., THOMPSON F.H. éds., Cross-Channel Trade between Gaul and Britain in the Pre-Roman Iron Age, Londres, Society of Antiquaries, Thames and Hudson, p. 24-36.

GALLIOU P., 1987, « Les amphores Pascual I et le commerce atlantique au Ier siècle de notre ère », in : BEMONT C. et. al. éds., Mélanges offerts au Docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, Le Léopard d’Or, p. 379-388.

GALLIOU R, 1991, « Les amphores Pascual I et Dressel 2-4 de Tarraconaise découvertes dans le Nord-Ouest de la Gaule et les importations de vins espagnols au Haut Empire », Laietania. Estudis d’Historia i d’Arqueologia del Maresme, t. 6, p. 99-105.

GALLIOU P., 1996, « Trois monnaies inédites du Yaudet », Patrimoine, t. X, p. 45-49.

GALLIOU P., CUNLIFFE B., 1996, Ploulec’h (Côtes-d’Armor), Le Yaudet. Site multi-périodes. Fouille programmée, rapport 1991-1995, Brest, document multigraphié, 99 p., 84 pl.

GALLIOU P., LE BIHAN J.-P., 1991, « Chronique d’archéologie antique et médiévale », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXX, p. 61.

GIOT P.– R., 1995, « L’Âge du Fer », in : GIOT P.-R., BRIARD J., PAPE L., Protohistoire de la Bretagne. Rennes (nouvelle édition), 423 p., ill.

JERSEY Ph. de, 1993, « The early chronology of Alet, and its implications for Hengistbury Head and cross-Channel trade in the late Iron Age », Oxford Journal of Archaeology, t. 12, 3, p. 321-335.

JERSEY Ph. de, 1994, Coinage in Iron Age Armorica, Oxford, University Committee for Archæology, 266 p., 64 pl., 29 cartes.

LANGOUËT L., 1983, Les fouilles archéologiques du Bastion de Solidor, Saint-Malo, Centre régional d’Archéologie d’Alet, 189 p., ill.

LANGOUËT L., 1988, Les Coriosolites, un peuple armoricain, Saint-Malo, Centre régional d’Archéologie d’Alet, 279 p., 91 pl., 21 photos.

LEWUILLON S., 1975, « Histoire, société et lutte de classes en Gaule : une féodalité à la fin de la République et au début de l’Empire », in : Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Berlin, Walter de Gruyter, II/4, p. 425-583.

MAC GRAIL S., 1983, « Cross-Channel seamanship and navigation in the late first millenium BC », Oxford Journal of Archaeology, t. 2, p. 299-337.

MAIER F., 1991, « Les Oppida celtiques » in : MOSCATI (S.) éd., Les Celtes, Milan, Bompiani, p. 410-425.

MARÉCHAL R., 1979, « Note sur un produit métallurgique plombo-cuprifère découvert à Alet, provenant d’un raffinage primitif », Dossiers du Centre régional d’Archéologie d’Alet, t. 7, 25-30.

MORZADEC H., 1991, « Les poteries fines à cordons : synthèse pétro-archéologique à partir de l’étude du site de Hengistbury Head », Oxford Journal of Archaeology, t. 10, p. 75-94.

NASH D., 1976, « The growth of urban society in France », in : CUNLIFFE B., ROWLEY T. éds., Oppida in Barbarian Europe, Oxford, British Archæological reports, p. 95-133.

NASH D., 1987, Coinage in the Celtic World, Londres, 153 p., 24 pl.

O’CONNOR B., 1980, Cross-Channel Relations in the Later Bronze Age, Oxford.

PEACOCK D.P.S., 1977, « Pompeian Red Ware », in : PEACOCK D.P.S. éd., Pottery and Early Commerce, Londres, New York, Academic Press, p. 147-162.

PEACOCK D.P.S., WILLIAMS D.F., 1986, Amphorae and the Roman Economy, Londres, édit. Longman, 239 p., 139 pl.

SANQUER R., 1983, « Les monnaies antiques d’Afrique du Nord découvertes au Coz Yaudet en Ploulec’h (Côtes-du-Nord) », Archéologie en Bretagne, t. 37, p. 13-18.

WHEELER M., RICHARDSON K.-M., 1957, Hill-Forts of Northern France, Oxford, Society of Antiquaries of London, 230 p., 34 fig., 50 pl. (Reports of the Research Commitee of the Society of Antiquaries of London, XIX).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le Yaudet. Plan de situation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 : Le Yaudet. Le tracé des remparts à la Tène finale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3 : Les axes d’échanges en Manche occidentale à La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search