Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Les établissements ruraux gaulois de la plaine de Luçon (Vendée)

Olivier Nillesse

Résumé

Depuis 1992, des systèmes d’enclos du second Âge du Fer sont fouillés dans le Sud-Vendée. La documentation compilée permet de présenter une chronologie de ces sites et des hypothèses sur l’évolution de l’organisation des unités agricoles. Ces études en cours constituent des problématiques qui sont régulièrement confrontées à des découvertes dues à l’archéologie « préventive ».

Texte intégral

Fig. 1 : Localisation des sites.

Fig. 1 : Localisation des sites.

1. Introduction

1La construction de l’autoroute A83 devant relier Nantes en Loire-Atlantique à Niort dans les Deux-Sèvres a occasionné la fouille d’établissements ruraux d’époque gauloise. Ces travaux concernent le Sud-Vendée et plus particulièrement la plaine de Luçon, qui constitue une entité géomorphologique assez bien limitée. Le plateau calcaire, recouvert plus ou moins densément de limons, est limité au Nord par le massif armoricain, au Sud par le Marais Poitevin, à l’Ouest par les collines schisteuses du Bas-Bocage, mais se confond à l’Est avec la Plaine du Haut-Poitou (fig. 1).

2Les sites pris en compte ici sont des enclos dégagés sur des surfaces comprises entre 2 et 12 hectares. En confrontant photographies aériennes et plans des structures découvertes en fouilles, il est parfois possible de compléter les données manquantes situées hors de la zone des travaux. Cette région a bénéficié des vols de plusieurs prospecteurs (M. Marsac, J. Dassié et P. Péridy). Aux clichés obliques obtenus depuis plus de 20 ans, s’ajoutent les missions verticales de l’I.G.N. et surtout celle de l’Armée de l’Air de 1976 qui rassemble la majorité des indices de sites (dépouillement et inventaire d’E. Bernard et G. Pascal, cartographie de D. Pfost, S. Michel et O. Nillesse).

3Quatre établissements sont présentés (1), avec leur plan. Les structures et le mobilier permettent d’aborder les activités et la fonction des enclos. Après avoir proposé leur chronologie, des hypothèses sont formulées sur l’évolution de l’organisation des unités agricoles dans cette région entre La Tène C et le début de La Tène D2.

2. Les sites

2.1. Les Filasses (Debusscher 1995)

4Cet enclos (fig. 2, n° 3) est le plus petit actuellement fouillé. Il couvre une surface de 1800 m2. Son plan globalement trapézoïdal est formé de quatre branches d’inégales longueurs dont trois sont curvilignes. L’entrée n’a pas été repérée. Une structure sur quatre poteaux a été fouillée. Ce type de bâtiment est interprété communément comme un grenier surélevé (2). Il est unique et pourrait correspondre au stockage des réserves de l’habitat. Le mobilier est constitué de déchets domestiques (os, céramiques). Un soc d’instrument aratoire est l’unique objet en fer identifiable.

5L’enclos des Filasses correspond vraisemblablement à un habitat isolé. La rareté du mobilier récolté dans les fossés partiellement fouillés et l’existence d’un bâtiment unique ne permettent pas d’approfondir les hypothèses sur sa fonction.

2.2. Le Grand Paisilier (Nillesse 1994)

6L’établissement (fig. 2, n° 1) est constitué de deux enclos imbriqués couvrant une superficie de 7570 m2. Le premier, de forme trapézoïdale, mesure 2370 m2. Le second est pentagonal, il atteint 5 200 m2. Il est largement ouvert au Sud et fait face à un système de deux fossés formant une entrée en entonnoir.

7L’enclos 1 contient trois greniers, un bâtiment à abside de 7 m x 3,60 m, un amas plus difficilement interprétable et un système de passerelle permettant d’accéder au second enclos.

8Dans l’enclos 2, les structures sur poteaux correspondent à des greniers, un bâtiment ou un petit enclos ovalaire, une palissade et un système de passerelle permettant de communiquer avec l’espace situé derrière le retour d’un des fossés formant l’entrée en antenne. Deux fosses remplies de calcaire brûlé sont probablement des fours culinaires à pierres chauffantes, pour une cuisson à l’étouffée. Deux creusements rectangulaires peuvent correspondre à des bâtiments semi-enterrés à couverture légère. L’un d’eux comporte un aménagement circulaire qui peut être un trou de poteau ou la trace du calage d’un billot ou d’un vase (Nillesse 1994). Enfin, trois greniers sont installés à l’extérieur de la ferme.

9Le mobilier métallique (fig. 3) reflète le travail du bois à des degrés divers, avec un ébranchoir, un ciseau et une gouge. Des outils sont plus polyvalents, comme les haches à douille dont l’une a été découverte dans l’un des deux creusements rectangulaires. Le filage est attesté par une fusaïole. Des pilettes de four à sel témoignent de relation avec les sauneries proches de quatre kilomètres.

10Bien que les maisons ne soient pas formellement identifiées, l’abondance des rejets de mobilier et d’ossements dans les fossés de l’enclos 1 laisse penser qu’il s’agit de la zone d’habitat. Dans l’enclos 2, la seule activité identifiée est domestique. Les huit greniers semblent indiquer une activité agricole conséquente. Cependant, cet établissement est occupé pendant plusieurs générations et il n’est pas certain que tous fonctionnent en même temps. Le mobilier ne permet pas d’identifier la vocation du site.

2.3. Les Grandes Versennes (Nillesse 1994)

11Cet enclos curvilinéaire (fig. 2, n° 2) mesure plus de 30000 m2. Une entrée à l’Est est matérialisée par une interruption de fossé. Une seconde au Sud est de même type, mais elle est associée à un grand porche sur quatre poteaux et elle est protégée par un « couloir » d’une centaine de mètres de long. Á l’intérieur, un système en entonnoir est accolé à un enclos encadré de deux antennes. Il possède une ouverture répondant à l’accès principal du grand enclos. Les trous de poteaux sont rares, aucun plan n’a été identifié. Le mobilier n’est constitué que de quelques céramiques.

12Les systèmes en entonnoir et les goulots d’étranglement correspondent vraisemblablement à des dispositifs liés à la gestion d’un troupeau. L’absence de structures d’habitat et la rareté du mobilier pourraient confirmer l’hypothèse d’un enclos de type pastoral ou « corral ».

Fig. 2 : Plan des sites -1. Le Grand Paisilier -2. Les Grandes Versennes -3. Les Filasses.

Fig. 2 : Plan des sites -1. Le Grand Paisilier -2. Les Grandes Versennes -3. Les Filasses.

Fig. 3 : Mobilier métallique du Grand Paisilier.

Fig. 3 : Mobilier métallique du Grand Paisilier.

2.4. Les Genâts (fig. 4)

2.4.1. Phase 1

13L’enclos principal de 28000 m2 est globalement rectangulaire, mais certains côtés sont curvilignes. Il est divisé en deux secteurs par un fossé. Une branche à l’Est s’articule sur un système de deux fossés formant un couloir dans la partie nord. À l’extrémité sud, les limites de l’établissement sont largement ouvertes.

14Dans l’enclos 1, les maisons ne sont pas identifiables avec certitude, même si certains ensembles pourraient se prêter à cette interprétation (fig. 5). Pour Le Grand Paisilier, la proximité des zones de rejets domestiques de certains bâtiments permettrait de reconnaître une probable zone d’habitat. Sur le site des Genâts, les déchets sont principalement déposés dans le fossé qui sépare l’enclos 1 de l’enclos 2, mais pas particulièrement à côté de structures pouvant correspondre aux maisons. Ce secteur contient des structures identiques à celles de l’enclos 2 du site du Grand Paisilier comme des fours ou un bâtiment semi-enterré (fig. 6 et 7). Il s’agirait d’une zone où se pratiquent au moins des activités domestiques. L’enclos 5, par son système de couloir, rappelle des aménagements de l’établissement des Grandes Versennes. Il peut être identifié à un espace réservé au troupeau avec son dispositif de contention du bétail.

Fig. 4 : Plan des Genâts.

Fig. 4 : Plan des Genâts.

Fig. 5 : Hypothèses de restitution des bâtiments des Genâts.

Fig. 5 : Hypothèses de restitution des bâtiments des Genâts.

Fig. 6 : Batterie de fours des Genâts.

Fig. 6 : Batterie de fours des Genâts.

Fig. 7 : Structure semi-enterrée des Genâts.

Fig. 7 : Structure semi-enterrée des Genâts.

15Dans la phase 1 du site des Genâts, comme pour Le Grand Paisilier, on reconnaît un espace d’activités domestiques, mais l’identification des maisons n’est pas certaine. À ces deux éléments se greffe un enclos à bétail qui n’existe pas au Grand Paisilier. Les greniers pourraient indiquer une activité agricole mais c’est surtout l’outillage qui la révèle de même que l’élevage.

2.4.2. Phase 2

16L’établissement est agrandi par le Sud (fig. 4, zone 3), sa surface atteint 45 000 m2. Une entrée en couloir à l’Ouest et une autre en forme d’entonnoir à l’Est sont créées. Les anciennes limites de la phase 1, après être restées ouvertes pendant une partie de cette période, sont comblées.

17L’extension s’accompagne de la création de deux entrées de formes différentes, mais qui pourraient être liées à la conduite du troupeau. La chronologie relative des autres aménagements (enclos 6, fossé séparant les enclos 4 et 5) par rapport aux deux phases n’est établie que partiellement. L’organisation spatiale s’en trouve « brouillée » et la localisation des activités est incertaine.

18Un enclos carré de 17 m de côté a été mis au jour au Sud du site. Ses fossés ont livré plusieurs centaines de tessons de Dressel 1 brûlés et extrêmement fragmentés (sacrifiés ?), des fusaïoles, un fer de lance ployé et un mouton. Au centre du monument, une fosse vide a été reconnue : il s’agit vraisemblablement du sanctuaire propre de la ferme.

19Le mobilier des deux phases (fig. 8) indique des activités agricoles (faucille, serpette, soc, décrottoir), la transformation de produits de l’agriculture et de l’élevage (meules, forces, fusaïoles), l’utilisation du cheval (mors). Les autres objets concernent la vie quotidienne (fourchette à chaudron, pelle à feu, tranchet), l’entretien, la réparation et des tâches diverses (burin, ciseau, lime, hache à douille).

3. Chronologie

3.1. La phase 1 (Les Filasses)

20Les écuelles possèdent des cols en « S » peu marqués (fig. 9, type 9.4) comparables à ceux de La Tène moyenne de Tartigny (Massy et al. 1986) ou de Breuil-le-Sec dans l’Oise (Degenne, Duval 1983). Certaines formes comportent un décor rayonnant connu dans les ensembles de La Tène moyenne de Breuil-le-Sec, Tartigny, Epiais-Rhus dans le Val d’Oise (Lardy 1983) ou en Allemagne (Miron 1991). Le pot tronconique à bord digité (fig. 9, type 3) apparaît dans les phases anciennes de Lacoste, datées de la fin du IIIe s. au début du IIe s. (Boudet 1986). Un vase (fig. 9, type 8) découvert dans une fosse à l’extérieur de l’enclos est plus ancien que la période d’occupation principale du site. Il est bien connu à La Tène ancienne sur de nombreux sites de culture « marnienne » comme Les Jogasses pour ne citer qu’un exemple célèbre (Hatt, Roualet 1976, 1981). À la différence des autres sites, le corpus ne contient qu’un seul exemplaire de jatte à bord rentrant (3) (fig. 9, type 7) alors que cette forme est largement répandue ailleurs. De même, les amphores n’y apparaissent pas. Cette phase 1 est attribuable à La Tène C sans plus de précision.

Fig. 8 : Mobilier des Genâts.

Fig. 8 : Mobilier des Genâts.

Fig. 9 : Typologie de la céramique du Sud-Vendée – Les Filasses : 3, 8, 9.2, 9.4, 9.5, 9.11, 11, 12.3 – Le Grand Paisilier : 1, 4, 9.3, 9.6, 9.9, 9.10, 9.14, 12.4 – Les Genâts : 2, 5 à 7, 9.1, 9.7, 9.8, 9.12, 10, 12.1, 12.2, 13 à 15, échelle : 1/4.

Fig. 9 : Typologie de la céramique du Sud-Vendée – Les Filasses : 3, 8, 9.2, 9.4, 9.5, 9.11, 11, 12.3 – Le Grand Paisilier : 1, 4, 9.3, 9.6, 9.9, 9.10, 9.14, 12.4 – Les Genâts : 2, 5 à 7, 9.1, 9.7, 9.8, 9.12, 10, 12.1, 12.2, 13 à 15, échelle : 1/4.

3.2. La phase 2 (phase 1 du Grand Paisilier)

21L’établissement n’a connu qu’une seule phase de construction mais les stratigraphies des fossés permettent de distinguer deux phases chronologiques distinctes. La première est représentée par le premier comblement du fossé sur son fond et ses parois selon une dynamique de remplissage « classique » (Nillesse 1994). La seconde correspond à l’effondrement du talus et au comblement définitif du fossé.

22Le mobilier de la 1ère phase comprend quatre fibules de schéma La Tène moyenne, à quatre ou six spires et corde externe (fig. 3). Ce type apparaît à la fin du IIIe s. ou au début du IIe s.. Sa disparition en Gaule méridionale est datée de 100-80 av. n.è. (Feugère 1985). En Gaule septentrionale, où J.– J. Hatt et P. Roualet la considèrent comme marquant la transition Tène moyenne et finale, elle perdurerait jusque vers 80 (Hatt, Roualet 1977).

23Les phases 1 et 2 de Feurs (Vaginay 1988) contiennent les mêmes fibules (type 1b de Feurs). Elles sont datées dans un horizon « Tène finale ancienne ». Elles persistent à La Tène D1 à Manching (Gebhard 1991). Dans cette phase, les écuelles à profil en « S » à décor rayonnant sont comparables à celles du site des Filasses (fig. 9, type 9.4). Les couches de cette phase (4) contiennent 44,54 % d’écuelles à profil en « S » (fig. 9, type 9) et 5,45 % de jattes à bord rentrant (fig. 9, type 7 et fig. 10). Un type (fig. 9, type 4) n’est connu que sur ce site. Quelques fragments de vases à piédestal sont semblables à des exemplaires des phases 1 et 2 du site des Arènes de Levroux (Buchsenschutz 1990).

3.3. La phase 3 (phase 2 du Grand Paisilier)

24Cette phase voit l’apparition des amphores gréco-italiques (1 N.M.I.) et des Dressel 1A (7 N.M. I). La proportion d’écuelles (5) à profil en « S » (fig. 9, type 9) décline avec 16,26 % contre 23,57 % pour la jatte à bord rentrant (fig. 9, type 7). Le baquet (fig. 9, type 1), connu de Bordeaux (Boudet 1986) à l’Armorique (Daire 1992), n’apparaît que dans cette phase. Enfin, un quart de statère de billon est attribuable aux Pictons.

25Les phases 2 et 3 pourraient correspondre à la fin de La Tène C2 et à La Tène D1 a. Le site des Grandes Versennes (6) date peut-être de cette époque.

3.4. La phase 4 (Les Genâts)

26La répartition d’un mobilier peu important dans 17 contextes stratigraphiques ne permet qu’une datation globale.

3.4.1. La céramique

27On remarque la stagnation (17,34 %) de la proportion (7) des écuelles à profil en « S » (fig. 9, type 9) et l’augmentation (40,4 %) des jattes à bord rentrant (fig. 9, type 7). Les variantes anciennes du type 9, caractérisées par des moulures, des cannelures et des décors lissés rayonnants (fig. 9, types 9.2, à 9.6, 9.10,9.11,9.14), sont remplacées par des formes plus simples à profil continu, dont un seul type présente une moulure (fig. 9, types 9.1, 9.7, 9.8, 9.12). Certains vases ne sont connus que sur le site des Genâts (fig. 9, types 13 à 15). Les amphores Dressel 1 sont représentées par 67 lèvres. Deux tessons de campanienne A sont associés à trois fragments de campanienne B, dont une assiette Lamb. 5/7, datée de

– 125/-25 (8).

Fig. 10 : Proportions relatives de la jatte à bord rentrant et de l’écuelle à profil en « S ».

Fig. 10 : Proportions relatives de la jatte à bord rentrant et de l’écuelle à profil en « S ».

3.4.2. Les parures

28La fibule de type pseudo-La Tène moyenne (fig. 8, 31) est présente dans le Midi de la France sur des sites fréquentés à la fin du IIe s. et au début du Ier s. (Feugère 1985). Elle est classée à La Tène D1 par Polenz (Polenz 1971). On la trouve à Bâle, Usine à Gaz pour La Tène DI (Furger-Gunti 1980) mais pas à Bâle, Cathédrale (Furger-Gunti 1979). Sur le site des Arènes de Levroux (Buchsenschutz 1990) où elle est connue, il existe aussi 25 fibules de type La Tène Moyenne, une du type La Tène III et cinq de type Nauheim. Sur l’oppidum de Levroux (Buchsenschutz 1990), elle est associée à une fibule de Nauheim. À la fin de La Tène D1, au Titelberg (Metzler 1995), sa forme sera celle des formes gallo-romaines de type Feugère 3b.

29La fibule de type Nauheim, à arc coudé, possède un pied triangulaire (fig. 8, 1324, 1329), alors qu’il est souvent trapézoïdal. La forme triangulaire de l’exemplaire des Genâts est un caractère que l’on connaît sur des modèles dont la diffusion est plus tardive que la fibule de Nauheim (Feugère 6a, 6b, 8, 9a, 14). L’arc coudé apparaît sur d’autres fibules comme à Manching (Gebhard 1991, par exemple type 24), en Allemagne (Miron 1991, fibule 15), ou à Feurs (Vaginay 1988, type 1c). Cependant, l’arc coudé n’est pas une caractéristique de la fibule de Nauheim « classique ». Ce caractère se développe après l’horizon Nauheim sur plusieurs modèles de La Tène D2 (Feugère 8, 9a, 10, 14). Le petit relief sur l’arc est connu sur la variante 3b de la fibule Nauheim de Metzler. Les fibules des Genâts sont des variantes du type 5a de M. Feugère. Leur schéma de base est celui des fibules de Nauheim de La Tène D1 mais elles présentent des caractères qui pourraient les désigner comme des exemplaires tardifs de ce type.

30Dans la classification de M. Feugère, la fibule filiforme à arc coudé orné d’une bague (fig. 8, 1325,1326) trouve des comparaisons avec la variante 5b de la fibule de Nauheim. Cependant, le pied de l’exemplaire 1325 tend vers une forme triangulaire. M. Feugère a proposé d’appeler 5b1a celles à pied nettement trapézoïdal, et 6b1a celles à pied triangulaire ajouré. Les fibules de Nauheim (5b 1a) comme celles d’Alet (Galliou 1974) et de Châtillon-sur-Seiche (Provost 1990) sont des modèles « classiques » à arc tendu qui se distinguent par une particularité : la bague sur l’arc. Cette ornementation est un souvenir de l’attache du pied sur l’arc des fibules de schéma la Tène IL Quand l’arc est coudé comme à Douarnenez (Clément 1991) ou à Biewer (Miron 1984), il s’agit du type 6b1a. Ce modèle se développerait vers des fibules à porte-ardillon plein, classées à la fin de La Tène D2 par Metzler (Metzler 1995) et qui persistent au Ier siècle ap. J.-C. (Feugère 6a). Un exemplaire de la tombe 1232 de Wederath (Haffner 1978) qui possède une nodosité développée et la variante 3d de la fibule de Nauheim de Metzler sont datables de la fin de La Tène D1. La nodosité du type 6b1a montre aussi des affinités avec certaines fibules de type 8a1 de Feugère (Knotenfibel). L’exemplaire de La Chaussée-Tirancourt (Fichtl 1995) avec une bague peu importante pourrait en être une variante. Il existe des parentés entre ces types. Ils n’évoluent pas de façon linéaire et parfois, une même fibule emprunte les caractères de plusieurs modèles à une époque où les productions se diversifient. Les deux fibules des Genâts ont un schéma classique de La Tène D1 avec un porte-ardillon ajouré. L’arc coudé avec une nodosité et un pied presque triangulaire sont des particularités qui apparaissent sur plusieurs types. Elles se développent à partir de la fin de La Tène D1 et au début de La Tène D2.

31Les fibules en fer (fig. 8, 1337, 1338) sont fragmentaires. La fibule 1337 se rapprocherait des types 22 ou 23 de Gebhard. La datation pour Manching couvre la Tène C et le début de La Tène Dl (Gebhard 1991).

32Les bracelets en tôle de bronze (fig. 8. 38. 55) apparaissent en Suisse dès La Tène C2 (Kaenel 1986). Ils sont connus à Bâle, Usine à Gaz (Furger-Gunti 1980). Aux Arènes de Levroux (Buchsenschutz 1994), il en existe trois, trouvés avec des fibules de schéma La Tène moyenne en fer. À Feurs (Vaginay 1988), ils sont associés à des fibules de type La Tène moyenne, à tête couvrante ou de Nauheim. Ils appartiennent à la phase 3 du site (La Tène D1). À Larina (Perrin 1990), un modèle un peu plus large est rapproché d’une trouvaille d’Essenheim, qui est associée à une fibule de Nauheim. Ils appartiennent à la phase 4 d’Horath : La Tène D1b (Miron 1986). La période de diffusion la plus importante des bracelets en tôle de bronze se situe à La Tène D1 et peut-être à la fin de cette période (La Tène D1b).

33Le bracelet en verre (fig. 8,57) appartient à la série 11 de Gebhard. Il est daté de La Tène C par sa forme et de la fin de La Tène C2 par sa couleur brune (Gebhard 1989) La perle en verre (fig. 8,761) n’est pas caractéristique d’une époque (La Tène C et D).

34En conclusion, la phase 4 est plus ou moins synonyme de La Tène D1b ou du début de La Tène D2. La date de création de l’établissement des Genâts pourrait être antérieure, comme sembleraient l’indiquer certaines parures que l’on aurait pu découvrir sur le site du Grand Paisilier.

Fig. 11 : Photo-interprétation de l’environnement du Grand Paisilier (mission Armée de l’Air 1976).

Fig. 11 : Photo-interprétation de l’environnement du Grand Paisilier (mission Armée de l’Air 1976).

4. L’organisation des unités agricoles : hypothèses

35Le site des Filasses est le plus ancien. L’enclos unique correspond vraisemblablement à l’habitat mais les zones d’activités domestiques et réservées au bétail ne sont pas connues.

36Sur le site un peu plus récent du Grand Paisilier, l’organisation est bipartite. On reconnaît un probable enclos contenant l’habitat et un second où les structures permettent l’interprétation minimum d’un secteur d’activités domestiques. À 600 m de cet établissement un enclos de 30000 m2 a été découvert grâce à la photo-interprétation de la mission de l’Armée de l’air de 1976 et de clichés obliques (fig. 11).

37Sa forme curvilinéaire, la présence d’un d’enclos interne, d’une entrée en couloir rappellent les aménagements de l’établissement des Grandes Versennes interprété comme un « corral ». Ce site n’a pas fait l’objet de sondages, il n’est donc pas daté. Néanmoins, si l’on considère qu’il est nécessaire pour une unité agricole de posséder un lieu pour gérer son troupeau (tonte, traite. reproduction...), la ferme et son corral ont pu fonctionner à la même époque. Le modèle de cette unité agricole pourrait être basé sur une tripartition des activités, où l’enclos à bétail est éloigné de la ferme proprement dite.

38Le site des Genâts est le plus tardif. Son organisation spatiale n’est perceptible que pour la phase 1. Les aménagements ultérieurs et les abandons de certains secteurs nuisent à la compréhension du fonctionnement de la ferme après son extension. Pendant la phase 1. l’établissement est constitué de trois enclos dont les fonctions respectives seraient liées à l’habitat, à une zone de travail et à la gestion du troupeau. La tripartition de cette unité agricole est la même que celle du Grand Paisilier mais ici les éléments sont regroupés.

39L’un des objectifs de la recherche sur les habitats dans le Sud-Vendée pourrait être de mettre en évidence ce que quelques sites semblent indiquer. L’évolution des unités agricoles pourrait être le regroupement progressif des trois éléments que sont habitat, zone à vocation domestique et enclos à bétail au sein du même établissement. Cependant, l’échantillonnage fourni par les fouilles est encore restreint, et c’est la poursuite des opérations préventives dans cette région qui permettra de

NOTES

1) Illustrations : J.-M. Bryand, J. Cornec, M. Guthierez, J.-N. Hemmert, P. Nogues, X. Pinto, D. Pfost.

2) Dans les 20 structures à quatre poteaux du site des Genâts, on distingue deux groupes. Le premier est constitué de bâtiments de moins de 10 m2 dont les supports ne sont pas espacés de plus de 3 m, ils peuvent correspondre à des greniers surélevés. Le second groupe comporte des bâtiments dont les portées entre supports sont plus importantes (entre 3,70 m et 4,75 m), les surfaces couvertes sont comprises entre 13 et 16 m2’ leur fonction n’est pas identifiée. 3) 15 individus pour 50 N.M.I. (bords).

4) Comptages à partir de 110 individus pour un total de 658 N.M.I. (bords toutes phases confondues). 5) Comptages à partir de 123 individus pour un total de 658 N.M.I. (bords toutes phases confondues). 6) 38 individus pour 8 N.M.I. (bords).

7) Comptages à partir de 173 individus pour un total de 553 N.M.I. (bords). 8) Information orale A. Desbat et L. Simon.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOUDET R., SIREIX M., 1986, « La stratigraphie de la zone E (fouille n° 5) de l’habitat gaulois de Lacoste à Mouliets-et-Villemartin (Gironde) », in : DUVAL A., GOMEZ J. dir., (actes du VIIIe colloque de l’AFEAF, Angoulême, 1984), Angoulême, p. 47-58 (Suppl, à Aquitania, 1).

BUCHSENSCHUTZ O., COLIN A., 1990, « Contribution des habitats à la chronologie de La Tène finale », in : Gaule interne et Gaule méditerranéenne aux IIe et Ier siècles avant J.-C., confrontations chronologiques, (actes de la Table Ronde de Valbonne, 11-13 Novembre 1986), Paris, CNRS, p. 217-226 (Suppl, à la Revue archéologique de Narbonnaise, 21).

BUCHSENSCHUTZ O., COLIN A., KRAUSZ S., LEVERY M., SOYER C., 1994, Le village celtique des Arènes de Levroux, Description du mobilier, Levroux, ADEL, 347 p.

CLÉMENT M., GRUEL K., DELESTRÉE L.-P., GALLIOU P., 1991, « Monnaies celtiques découvertes lors des fouilles du temple gallo-romain de Trogouzel à Douarnenez (Finistère) », in : Monnaies Gauloises découvertes en fouilles, Paris, Errance, p. 33-53 (Dossiers de protohistoire, 1).

DAIRE M.-Y., 1992, Les céramiques armoricaines de la fin de l’Age du Fer, Rennes, C.N.R.S., 313 p. (Travaux du laboratoire d’anthropologie de Rennes, 39).

DEBUSSCHER R., 1995, Les Filasses à Fontenay-le-Comte (Vendée). Document final de synthèse, Nantes, S.R.A. des Pays de la Loire.

DEGENNE M., DUVAL A., 1983, « La nécropole de La Tène moyenne de Breuil-le-Sec (Oise) : premières observations », in : Les Celtes dans le Nord du Bassin parisien (actes du Ve colloque de l’AFEAF, Senlis, 1981), Senlis, p. 74-95 (Suppl, à la Revue Archéologique de Picardie, 1).

FEUGÈRE M., 1985, Les fibules en Gaule méridionale, de la Conquête à la fin du Vème ap. J.-C, Paris, C.N.R.S., 509 p., 174 pl., (Suppl, à la Revue archéologique de Narbonnaise, 12).

FICHTL S., 1995, « Les fouilles de la porte intérieure de La Chaussée-Tirancourt (Somme) », Revue Archéologique de Picardie, n° 1/2, p. 135-148.

FURGER-GUNTI A., 1979, Die Ausgrabungen im Basler Munster I. Die spätkeltische und augusteiche Zeit (1. Jahrhundert v. Chr.), Derendingen-Solothum, Habbeger Verlag, 313 p. (Basler Beitrage zur Ur- und Frügeschichte, 6).

FURGER-GUNTI A., BERGER L., 1980, Katalog und Tafeln der Funde aus der spätkeltische Siedlung Basel-Gasfabrik, Derendingen-Solothum, Habbeger Verlag, 450 p. (Basler Beitrage zur Ur- und Frühgeschichte, 7).

GALLIOU P, 1974, « Fibules armoricaines II », Archéologie en Bretagne, Bulletin d’Information de la Direction des Antiquités de Bretagne, n° 14, p. 33-39.

GEBHARD R., 1989, « Pour une nouvelle typologie des bracelets celtiques en verre », in : Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, M. Mergoil, p. 73-83.

GEBHARD R., 1991, Die Fibeln aus dem Oppidum von Manching, Stuttgart, Römisch-Germanische Kommission des deutschen archäologischen Instituts zu Frankfort am Main, 224 p., 86 pl. (Die Ausgrabungen in Manching, 14).

HAFFNER A., 1978, Das keltisch-römische Gräberfeld von Wederath-Belginium, 3, Gräber 885-1260, Mainz, P. von Zabern, 95 p., 105 pl. (Trierer Grabungen und Forschungen, VI, 3).

HATT J.-J., ROUALET P., 1976, « Le cimetière des Jogasses et les origines de la civilisation de La Tène (première partie) », R.A.E., t. 27, 3/4, p. 421-448 et pl. 1 à 57.

HATT J.J., ROUALET P., 1977, « La chronologie de La Tène en Champagne », R.A.E., t. 28, p. 7-36.

HATT J .-J., ROUALET P., 1981, « Le cimetière des Jogasses et les origines de la civilisation de La Tène, deuxième partie : tombes marniennes, chronologie, organisation, continuité », R.A.E., t. 37, 1/2, p. 17-63.

KAENEL G., MULLER F., 1986, Chronologie, datation archéologique en Suisse. Bâle : Société Suisse de préhistoire et d’archéologie, 241 p. (Antiqua, 15).

LARDY J.-M., 1983, « La nécropole d’Epiais-Rhus (Val-d’Oise) », in : Les Celtes dans le Nord du Bassin parisien, (actes du Ve colloque de l’AFEAF, Senlis 1981), Senlis, p. 127-158 (Suppl, à la Revue Archéologique de Picardie, 1).

MASSY J.-L., MANTEL E., MÉNIEL P, RAPIN A., 1986, « La nécropole gauloise de Tartigny », Revue archéologique de l’Oise, t. 3/4, p. 13-81.

METZLER J., 1995, Das Treverische Oppidum auf dem Titelberg, Zur Kontinuität zwischen der spätkeltischen und der frührömische Zeit in Nord-Gallien, Luxembourg, Dossiers d’archéologie du musée national d’histoire et d’art III, 2 vol. MIRON A., 1984, « Die Gräberfelder von Biewer und Euren », Trierer Zeitschrift, Bd 47, p. 15-95

MIRON A., 1986, « Das Gräberfeld von Horath : Untersuchungen zur Mittel- und Spätlatenzeit im Saar-Mosel- Raum », Trierer Zeitschrift. Bd 49, p. 7-198, 18 pl.

MIRON A., 1991, « Die späte Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-Raum », in : Studien zur Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-Raum, (Symposium Birkenfeld 1987), Trier, p. 129-169 (Trierer Zeitschrift Beih., 13).

NILLESSE O., 1994, « Les établissements ruraux gaulois dans le Sud de la Vendée », in : Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Ile-de-France (colloque de Paris), Paris, Presses de l’Ecole Normale Supérieure, p. 277-293 (Études d’Histoire et d’Archéologie, 4.)

PERRIN F., 1990, Un dépôt d’objets gaulois à Larina, Hières-sur-Amby, Isère, Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, 176 p., 148 ill.

POLENZ H., 1971, Mittel- und Spätlatènezeitliche Brandgräber aus Dietzenbach, Landkreiss Offenbach am Main, Stadt und Kreiss Offenbach-am-Main, 115 p. (Studien und Forschungen, 4).

PROVOST A. 1990, « La villa gallo-romaine de Châtillon-sur-Seiche », in : Nos ancêtres les Riedones (cat d’exposition Rennes-La-Bintinais, Ecomusée du Pays), Rennes, Musée de Bretagne, 64 p.

VAGINAY M., GUICHARD V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire) : fouilles récentes (1978-1981), Paris, Maison des Sciences de ľ Homme, 200 p. (Documents d’Archéologie Française. 14).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des sites.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2 : Plan des sites -1. Le Grand Paisilier -2. Les Grandes Versennes -3. Les Filasses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 3 : Mobilier métallique du Grand Paisilier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4 : Plan des Genâts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Hypothèses de restitution des bâtiments des Genâts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 6 : Batterie de fours des Genâts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 7 : Structure semi-enterrée des Genâts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 8 : Mobilier des Genâts.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9 : Typologie de la céramique du Sud-Vendée – Les Filasses : 3, 8, 9.2, 9.4, 9.5, 9.11, 11, 12.3 – Le Grand Paisilier : 1, 4, 9.3, 9.6, 9.9, 9.10, 9.14, 12.4 – Les Genâts : 2, 5 à 7, 9.1, 9.7, 9.8, 9.12, 10, 12.1, 12.2, 13 à 15, échelle : 1/4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 10 : Proportions relatives de la jatte à bord rentrant et de l’écuelle à profil en « S ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 11 : Photo-interprétation de l’environnement du Grand Paisilier (mission Armée de l’Air 1976).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17287/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Bazoin, F – 85420 Damvix

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search