Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Nouvelles données sur l’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine

Jean-Charles Brenon, Pierre Buzzi, Olivier Faye, Laurent Gébus, Thierry Klag, Marie-Pierre Koenig et Marie-Pierre Petitdidier

Résumé

La politique active menée par le Service régional de l’Archéologie de Lorraine dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine a contribué ces dernières années à la fouille de nombreux sites, au sein desquels les habitats de l’Âge du Fer tiennent une place importante. Leur étude a permis d’ébaucher une première typo-chronologie de la céramique, même si les ensembles de La Tène demeurent encore mal documentés. La fréquence des bâtiments fondés sur poteaux autorise une approche typologique, métrique et fonctionnelle plus fiable. Corrélée à l’analyse des structures annexes, elle permet dès lors de proposer un modèle d’habitat et d’entrevoir les changements qui s’opèrent progressivement entre le premier et le second Âge du Fer.

Texte intégral

Introduction

1Depuis le début des années 1980, l’essor de l’archéologie préventive a considérablement modifié nos connaissances sur la Protohistoire en Lorraine. En effet, l’importance et la qualité des données recueillies permettent d’ébaucher une première approche de l’habitat rural à l’Âge du Fer. Quatre axes de recherches ont été privilégiés pour illustrer ce propos : la répartition des habitats, l’étude de la céramique, l’évolution architecturale des bâtiments et les structures annexes composant les unités domestiques.

1. La répartition des habitats de l’Âge du Fer en Lorraine

2214 sites d’habitat de l’Âge du Fer ont été recensés pour la présente étude (2). 158 ont été fouillés, partiellement ou intégralement, à l’occasion d’une opération de sauvetage et 56 sont connus par sondages uniquement (annexe 1). Il s’agit là d’un nombre minimum puisque, au sein de chaque période considérée, toute occupation attestée a été comptabilisée comme un seul site, sans tenir compte de l’éventualité de l’existence de plusieurs phases d’occupation. En outre, les sites fouillés anciennement ou connus par de simples trouvailles isolées ou hors contexte n’ont pas été retenus. Par ailleurs, 130 habitats fortifiés de hauteur sont connus en Lorraine (Liénhard 1970). S’agissant de sites d’habitats spécifiques et souvent mal datés, ils n’ont pas été pris en compte (3). Il en est de même des sites liés à l’exploitation du sel dont l’habitat reste à localiser.

3À l’exception de quelques découvertes fortuites, la majorité de ces sites ont été mis au jour à l’occasion de sondages systématiques réalisés par le Service régional de l’Archéologie de Lorraine, dans le cadre de l’instruc tion des opérations d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Plus que la réalité de l’implantation des populations, la carte de répartition des sites de l’Âge du Fer reflète donc surtout l’activité économique de la Lorraine à la fin du XXe siècle. Ce déséquilibre entre les secteurs présentant une occupation dense et le reste du territoire, résulte, pour l’essentiel, des multiples travaux touchant de manière privilégiée l’axe mosellan, plus particulièrement entre Metz et Thionville (fig. 1). Ainsi, 168 des sites d’habitat répertoriés se trouvent dans le département de la Moselle (78 % du total), 32 en Meurthe-et-Moselle (15 %), 10 en Meuse (5 %) et 4 seulement dans les Vosges (2 %). À l’heure actuelle, en l’absence de données chiffrées concernant les surfaces sondées et leur localisation, toute tentative d’analyse géographique de la répartition des habitats se heurte à cette lacune (4). Il apparaît néanmoins que les habitats de l’Âge du Fer, tant du Hallstatt que de La Tène, sont implantés dans toutes les grandes unités géomorphologiques de la Lorraine, à l’exception toutefois des Hautes-Vosges, où aucun site n’a été mis au jour.

Fig. 1 : Carte de répartition des sites d’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine, répertoriés dans l’annexe 1.

Fig. 1 : Carte de répartition des sites d’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine, répertoriés dans l’annexe 1.

Graphique 1 : sites d’habitats par périodes (données brutes).

Graphique 1 : sites d’habitats par périodes (données brutes).

Graphique 2 : sites d’habitats par périodes (données pondérées).

Graphique 2 : sites d’habitats par périodes (données pondérées).

Graphique 3 : sites d’habitat par phases (données brutes).

Graphique 3 : sites d’habitat par phases (données brutes).

Graphique 4 : sites d’habitat par phases (données pondérées).

Graphique 4 : sites d’habitat par phases (données pondérées).

Tableau 1 : nombre de sites de l’Âge du Fer par période.

Tableau 1 : nombre de sites de l’Âge du Fer par période.

4En ce qui concerne la chronologie, 10 habitats seulement sont datés de ľ Âge du Fer, sans plus de précision ; 106 sites sont datés du premier Âge du Fer, 76 du second et 22 ont été attribués à la transition Hallstatt/La Tène (tabl. 1, graph. 1 et 2) (5). Si l’on ne tient compte que des sites datés avec certitude de La Tène A/B. on constate une diminution importante du nombre de sites après le Hallstatt D3, suivie d’une augmentation à La Tène C/D (graph. 3 et 4). Cependant, ce phénomène disparaît en additionnant les sites de la transition Ha/LT et ceux de La Tène ancienne. Il est donc tentant de classer au début de La Tène les sites attribués à la transition premier/second Âge du Fer, du fait de l’imprécision de la chronologie.

5En dépit de cette correction, la rupture entre le premier et le second Âge du Fer reste nette : après une période de stabilité durant tout le Hallstatt, on observe à La Tène, tant en données brutes qu’en données pondérées, une diminution du nombre de sites, suivie d’une stabilisation. Ceci pourrait être interprété comme une baisse de la démographie, mais pourrait également résulter d’une mutation dans l’occupation du sol au cours de l’Âge du Fer. En effet, tous les sites d’habitat attribués au premier Âge du Fer témoignent d’un habitat dispersé : il s’agit toujours d’une seule unité d’habitat comme, par exemple, à Jouy-aux-Arches, Pagny-Les-Goin ou Vigny (fig. 1 et annexe 1 : n° 40, n° 57, n° 76), éventuellement reconstruite plusieurs fois au même endroit (fig. 1 et annexe 1 : Gravelotte n° 34, Liéhon n° 43, Flévy n° 28). Pour la période laténienne, a contrario, on connaît, parallèlement aux habitations isolées, deux sites très denses en structures d’habitat (fig. 1 et annexe 1 : Ennery Pôle industriel n° 24. Hagondange n° 35). Ceci pourrait traduire une stabilisation de l’habitat isolé, à moins qu’il ne s’agisse, sur ces deux sites, de maisons contemporaines, et donc d’un début de regroupement de l’habitat. Ce dernier phénomène, attesté ailleurs dans les oppida, n’a toutefois pas encore trouvé confirmation en Lorraine dans les quelques fouilles partielles menées sur les sites fortifiés.

6En ce qui concerne les choix d’implantation des habitats de l’Âge du Fer, les informations concernant 175 sites ont été dépouillées, et quelques grandes tendances peuvent déjà être esquissées (tableau 2). En premier lieu, la qualité du sol ne semble pas intervenir dans le choix d’implantation, puisque des sites sont connus sur tous les types de substrat (calcaire, marne, alluvions, grès, loess). Par ailleurs. 74 habitats (42 %) sont installés dans une vallée importante (6). 68 (39 %) sont implantés à la transition entre une vallée et un plateau et 33 (19 %) sont situés sur un plateau. Toutes les unités morphologiques sont donc occupées à ľ Âge du Fer. La similitude du nombre de sites localisés en fond de vallée ou à la transition vallée/plateau semble montrer qu’aucune de ces deux positions n’est privilégiée. L’analyse des données pour chacun des deux Âge du Fer montre des résultats globalement similaires, si ce n’est qu’à La Tène C/D l’implantation sur un versant (49 % des sites) est nettement préférée à celle de fond de vallée (30 %).

7Compte tenu des réserves émises dans l’introdution de ce chapitre, on pourrait envisager que l’apparente désaffection durant tout l’Âge du Fer pour l’implantation sur plateau, qui totalise un cinquième des sites seulement (7). ne soit qu’un effet du déséquilibre de la recherche dans le domaine géographique étudié. Toutefois, les quelques études d’impact archéologique réalisées sur des projets de grande ampleur sur le plateau lorrain (8) ou dans la zone gréseuse (9) montrent que, durant tout l’Âge du Fer, l’occupation y est nettement moins dense qu’à proximité des axes fluviatiles.

2. La céramique du Hallstatt et de La Tène en Lorraine : première approche typo-chronologique

8Il y a encore une quinzaine d’années, le Hallstatt et La Tène n’étaient connus en Lorraine que par quelques ensembles funéraires, généralement fouillés dès le XIXe siècle et par la découverte fortuite d’objets métalliques. Des fouilles minutieuses furent toutefois reprises récemment dans les nécropoles de Clayeures et de Marainville par exemple, offrant des ensembles clos intéressants mais au mobilier peu abondant et typiquement funéraire (Olivier 1982 et 1982a).

9S’il est encore prématuré de proposer une véritable synthèse régionale fondée sur une chronologie fine, une première approche de l’évolution de la céramique peut être tentée. Elle se fonde sur les sites mis au jour sur ľ Aéroport régional de Lorraine (Adam et al. 1989) (10), complétés par quelques ensembles domestiques significatifs (11). Seule la céramique domestique fine sera généralement présentée ici.

Tableau 2 : répartition des habitats de l’ Âge du Fer par unité géomorphologique.

Tableau 2 : répartition des habitats de l’ Âge du Fer par unité géomorphologique.

2.1. L’extrême fin du Bronze final et le Hallstatt C

10Entre l’extrême fin du Bronze final et le Hallstatt C, on assiste au sein de la céramique, à une évolution graduelle des formes en bulbe d’oignon vers des vases à col en entonnoir tandis que se développent progressivement les coupes aux profils variés et les décors au graphite, qui aboutiront aux formes caractéristiques du Hallstatt (Adam et al. 1989, introduction : 57-60). Le mobilier du puits 4005, fouillé à Vigny appartient vraisemblablement à cet horizon de transition. Si quelques caractéristiques réfèrent encore à un contexte Bronze final (peigne mousse à trois dents, vases à forte angulation à la base du col, ...), l’essentiel du mobilier s’apparente aux productions hallstattiennes. En effet, cet ensemble renferme, outre des jattes (fig. 2, n° 12-14), des écuelles à marli (fig. 2, n° 7), des coupes à profil légèrement sinueux et petit col vertical (fig. 2, n° 16-17, 24), des vases à col en entonnoir ou à col quille (fig. 2, n° 1, 11) et quelques vases à col haut et bord subvertical (fig. 2, n° 3). Les décors au graphite sont nombreux, uniformes ou formant des motifs géométriques variés (chevrons, triangles, damiers, ...) (fig. 2, n° 1, 11, 14, 17). Ils montrent que la Lorraine entretient de larges contacts au-delà des Vosges, avec l’Alsace et le Bade-Wurtemberg, où ces décors sont largement en vogue (Normand, 1981).

11Dans le silo de Morsbach, les nombreux vases à col ornés selon le même principe (fig. 2, n° 2) sont très proches de ceux exhumés dans le puits 4005. Seule l’apparition du décor excisé associé à du graphite (fig. 2, n° 9) et des motifs estampés (fig. 2, n° 5) témoignent d’une nouveauté stylistique caractéristique du Ha C. Autre innovation, la création de vases à pied qui, dans cet ensemble, sont représentés par une urne surbaissée (fig. 2, n° 10). Un des indices révélateurs pourrait aussi être la régression progressive des vases à col en entonnoir, au profit de formes plus ovoïdes à petit col subvertical (fig. 2, n° 4, 6).

Fig. 2 : Céramique domestique de l’extrême fin du Bronze final et du Hallstatt C : n° 1, 3, 7, 11-14, 16-17, 24 : Vigny (57), puits 4005 (Adam et al. 1989), n° 18-19, 21, 23, 25-27 : Goin (57), fosse 291 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Morsbach (57), silo 2 (Faye 1993), n° 8, 15, 20, 22 : Jouy-aux-Arches (57), fosse 2059 (Gébus 1990).

Fig. 2 : Céramique domestique de l’extrême fin du Bronze final et du Hallstatt C : n° 1, 3, 7, 11-14, 16-17, 24 : Vigny (57), puits 4005 (Adam et al. 1989), n° 18-19, 21, 23, 25-27 : Goin (57), fosse 291 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Morsbach (57), silo 2 (Faye 1993), n° 8, 15, 20, 22 : Jouy-aux-Arches (57), fosse 2059 (Gébus 1990).

12Les ensembles de Jouy-aux-Arches ou la fosse 291 de Goin, semblent traduire un Hallstatt C déjà bien affirmé. Si les décors au graphite sont encore abondants, il s’agit principalement d’aplats (fig. 2, n° 21, 26), les motifs géométriques se limitant à des chevrons et des bandes rayonnantes décorant l’intérieur des récipients (fig. 2, n° 8, 15). Cet appauvrissement du décor semble aller de pair avec la multiplication du graphitage uniforme qui sera parfois combiné à des motifs incisés, rainures ou cannelés (fig. 2, n° 23, 25. 27). La combinaison graphite/incision (ou cannelure) constituerait le seul indice d’un particularisme régional au niveau du mobilier céramique durant le Ha C. Il s’agirait là d’une version locale simplifiée des techniques de décor caractérisant la céramique de type Alb-Salem classique, si florissante au Ha C dans le Bade-Wurtemberg et la Suisse, où peinture rouge, graphite et décor incisé, incrusté de pâte blanche, et/ou estampé, sont combinés (Bauer 1988, p. 107).

13Si la Lorraine entretient des relations privilégiées avec la vallée du Rhin supérieur, les éléments témoignant de contacts avec les régions septentrionales sont plus ténus. Les vases cannelés d’Haroué (Millotte 1965, pl. 6) rappellent, quant à eux, les principes décoratifs chers à la région champenoise au Ha C (Villes 1984, fig. 6) mais sont probablement d’une datation un peu plus tardive. Des relations plus ponctuelles et plus lointaines pourraient être envisagées pour l’urne à deux anses découverte par J. Beaupré (1907) à Liverdun ; elle évoque nettement les productions de la Bavière au Ha Cl (Kossack 1959. pl. 15, fig. 2).

2.2. Le Hallstatt D

14Quelques critères permettent de cerner cette phase, au niveau de la céramique, mais les fossiles directeurs demeurent incontestablement les objets métalliques, en particulier les fibules qui ont permis de dater du Ha D3 le niveau de sol de Vigny et le site de hauteur du Camp d’Affrique à Messein (Lagadec et al. 1989 et 1993).

15En général à partir du Ha D, les écuelles à marli et les urnes à col en entonnoir diminuent fortement, de même que toutes les formes globuleuses qui semblent remplacées par des modèles élancés à col plus haut et bord subvertical (fig. 3, n° 3-5). Si cette famille de vases commence à se développer et à se diversifier à partir du Ha C (fig. 2, n° 3), elle sera surtout représentée dans les ensembles du Ha D exhumés à Vigny. Selon H.-J. Engels (1967, pl. 9 C4-6), certains de ces vases à col particulièrement développé du Palatinat pourraient être les précurseurs des bouteilles de la transition Ha/LT.

16La présence de coupes se généralise, avec une tendance marquée vers des profils un peu plus sinueux (fig. 3, n° 8, 18, 22-26), quoique n’atteignant que rarement la sinuosité des exemplaires d’Alsace et d’outre – Rhin. Il semble bien en effet que, dans le reste de la France, ces formes à profil en « S » bien marqué soient moins fréquentes (Villes 1984, fig. 5 et 6 ; Blanchet 1984, fig. 225-226). Tout en restant rares, les coupes présentent des pieds légèrement plus développés qu’à la période précédente, ce qu’illustre par exemple le spécimen d’Ennery La Hache (fig. 3, n° 1). Les jattes offrent à présent des profils plus variés (fig. 3, n° 15-17, 20-21) et certains bords deviennent légèrement rentrants (fig. 3, n° 15). Quant aux récipients s’apparentant à des assiettes, ils demeurent exceptionnels (fig. 3, n° 7).

17Au niveau des décors, l’emploi du graphite se raréfie pour disparaître au cours de cette phase, probablement à la fin du Ha DI (Fort-Linksfeiler 1978). Il est en effet absent de tous les ensembles présentant des éléments récents. En revanche, les motifs incisés, cannelés ou poinçonnés (parfois agrémentés d’incrustation de pâte blanche) fleurissent (fig. 3. n° 6, 8-10, 13-14, 17- 18) et l’usage de la peinture rouge, encore exceptionnel au Ha C, est un peu plus fréquent (fig. 2, n° 22- 23) tandis que le décor de digitations multiples reste rare (fig. 3, n° 19, 27). Par ailleurs, le décor au peigne qui prend son plein essor au Ha D dans la Hunsrück-Eifel-Kultur (Joachim 1968, pl. 20 Cl), apparaît également à cette phase en Lorraine (fig. 3, n° 11-12), alors qu’il ne fait qu’une timide apparition à la transition Ha/LT dans la vallée du Rhin supérieur (Biel 1987, p. 168, pl. 88). Le motif de lignes incisées associé à des lignes poinçonnées (fig. 3. n° 13-14) semble également originaire de cette aire culturelle (Joachim 1968 ; Neuffer 1938/39), vers laquelle la Lorraine semble plus se tourner au Ha D (12).

2.3. L’extrême fin du Hallstatt et les débuts de La Tène

18Comme le rappelle J.-P. Demoule (1993, p. 37), une évolution continue s’opère entre la fin du Hallstatt et les débuts de La Tène. Par rapport aux formes précédemment décrites, on observe un certain appauvrissement des types (les formes fermées semblent régresser) (fig. 4, n° 4-5), quelques variantes dans le profil des coupes, de même que l’augmentation nette de certains types de bords. Ceci est particulièrement visible dans les ensembles de Metz Plantières et de Fèves Euromoselle.

19Au sein des jattes à profil hémisphérique (fig. 4, n° 6-13), on note un accroissement de celles à bord ren trant (fig. 4, n° 9-12). Les modèles à paroi tronconique paraissent se développer (fig. 4, n° 14-20) ; certains, assez bas, se rapprochent des assiettes (fig. 4, n° 13-15). On peut également signaler la présence d’une jatte à bec verseur à Hagondange mais son attribution à la phase suivante ne peut être exclue (fig. 4, n° 16). Si les coupes à sinuosité peu marquée persistent (fig. 4, n° 21-22), celles à profil bien sinueux se multiplient (fig. 4, n° 22- 25) . Les décors se raréfient et se limitent à quelques motifs incisés (fig. 4, n° 26), digités (fig. 4, n° 3) ou poinçonnés (fig. 4, n° 24).

Fig. 3 : Céramique domestique du Hallstatt D : n° 3, 11-12, 16-17, 19-20, 23, 25-26 : Vigny (57), niveau de sol 4199 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Vigny (57), niveau de sol 2099 (Adam et al. 1989), n° 8, 18, 21 : Vigny (57), fosse 2456 (Adam et al. 1989), n° 1, 27 : Ennery « La Hache » (57), fosse 7 (Vanmoerkerke 1990), n° 13-14 : Marsal (57), (Gébus inédit), n° 7, 15, 22, 24 : Frouard « Haut de Penotte » (54), silo 2000 (Buzzi, Koenig 1991).

Fig. 3 : Céramique domestique du Hallstatt D : n° 3, 11-12, 16-17, 19-20, 23, 25-26 : Vigny (57), niveau de sol 4199 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Vigny (57), niveau de sol 2099 (Adam et al. 1989), n° 8, 18, 21 : Vigny (57), fosse 2456 (Adam et al. 1989), n° 1, 27 : Ennery « La Hache » (57), fosse 7 (Vanmoerkerke 1990), n° 13-14 : Marsal (57), (Gébus inédit), n° 7, 15, 22, 24 : Frouard « Haut de Penotte » (54), silo 2000 (Buzzi, Koenig 1991).

Fig. 4 : Céramique domestique de l’extrême fin du Hallstatt et du début de La Tène n° 7-10, 14-15, 20, 23-25 : Metz « Plantières » (57), fosse polylobée (Faye 1993a), n° 1-2 : Void-Vacon (55), silo (sondage 3-6) (Blaising, Mangin 1993), n° 3, 6, 21-22 : Fèves « Z.A.C. Euromoselle » (57), fosse 148 (Klag 1995), n° 16 : Hagondange (57), silo 106 (Faye 1991), n° 11, 13, 17-19, 26 : Bure (55), fosse 2 (Adam et al. 1996), n° 4 : Hagondange (57), silo 502 (Faye 1991), n° 5, 12 : Hagondange (57), silo 536 (Faye 1991)

Fig. 4 : Céramique domestique de l’extrême fin du Hallstatt et du début de La Tène n° 7-10, 14-15, 20, 23-25 : Metz « Plantières » (57), fosse polylobée (Faye 1993a), n° 1-2 : Void-Vacon (55), silo (sondage 3-6) (Blaising, Mangin 1993), n° 3, 6, 21-22 : Fèves « Z.A.C. Euromoselle » (57), fosse 148 (Klag 1995), n° 16 : Hagondange (57), silo 106 (Faye 1991), n° 11, 13, 17-19, 26 : Bure (55), fosse 2 (Adam et al. 1996), n° 4 : Hagondange (57), silo 502 (Faye 1991), n° 5, 12 : Hagondange (57), silo 536 (Faye 1991)

20Parmi ces sites, les ensembles meusiens de Void-Vacon (fig. 4, n° 1-2), de Bure (fig. 4, n° 11, 13, 17-19, 26) ou de Trémont-sur-Saulx (Lepage, Krzyzanowski 1993, fig. 4-11) appartiennent peut-être à cet horizon de transition ou à un horizon culturel différent (cf. supra). En effet, si ces formes sont connues en contexte laténien dans le Breisgau par exemple (Röder 1995, pl. 19), les vases à carène anguleuse de Trémont-sur-Saulx apparaissent cependant dès la fin du Hallstatt en Champagne (Hatt, Roualet 1977, pl. II et 1981). Or, compte tenu de la proximité géographique de cette région avec la Meuse, il est pour l’instant délicat de définir s’il s’agit là de différences d’ordre chronologique ou culturel. Seules de nouvelles découvertes dans ce secteur encore peu étudié permettront de retenir l’une ou l’autre de ces hypothèses.

21La découverte récente de céramiques encore très empreintes des formes hallstattiennes, associées à des fibules de La Tène ancienne à Jarny (Feller, Gheller en cours) apportera vraisemblablement de nouveaux éléments pour la compréhension de cette phase de transition.

2.4. La Tène A/B

22C’est probablement cette difficulté à différencier clairement les ensembles de la fin du Hallstatt de ceux de La Tène ancienne, qui rend l’identification des débuts de l’époque laténienne si délicate. De plus, les ensembles clos sont encore rares et ne renferment que peu de formes et décors pertinents. Néanmoins, il semble que la Lorraine puisse se rattacher au faciès culturel couvrant la région Palatinat-Sarre (13), dont H.-E. Engels (1967, p. 54) avait déjà observé l’unité culturelle, J.-P. Millotte (1965, p. 34) soulignant, quant à lui, le peu d’affinités avec la vallée du Rhin supérieur.

23Quelques coupes à profil sinueux ou à carène anguleuse, exhumées sur les sites de Cattenom-Sentzich et d’Hagondange (fig. 5, n° 11-12,21-23) rappellent par certains aspects les productions de la fin du Hallstatt rencontrées sur de nombreux sites de la vallée du Rhin (Koenig, Legendre 1990, fig. 6) mais aussi des régions situées plus au Nord tel le Palatinat, où ces formes perdurent sans changement notable à La Tène ancienne (Engels 1967, pl. 25-26 ; Sehnert-Sebel 1993, p. 123). Pour les jattes, la tendance amorcée à la phase précédente se poursuit (fig. 5, n° 6-8, 15-20). Les vases à haut col, « absents » de la phase de transition, sont illustrés par quelques exemplaires (fig. 5, n° 9-10). Des formes typiquement laténiennes émergent cependant : tel est le cas en particulier du gobelet à col, non tourné, à décor au brunissoir et d’une forme proche du vase-tonneau d’Hagondange (fig. 5, n° 2) que l’on retrouve au début de La Tène en Champagne (Hatt, Roualet 1977, pl. IV) comme dans la Hunsrück-Eifel Kultur (Haffner 1972, annexe 6), et qui annonce les modèles largement en vogue à la phase suivante (Miron 1986-87, fig. 5 et 6). Le pot à col cannelé de Frouard (fig. 5, n° 24) constitue également une nouveauté.

24Outre les motifs digités fréquents sur divers pots élancés et peu galbés (fig. 5, n° 3-4, 12), le corpus des décors inventoriés est extrêmement ténu. Aucune céramique peinte n’a été découverte à l’exception d’une application de vernis noir en aplat sur un grand vase d’Hagondange (fig. 5, n° 5) qui semble plus avoir répondu à un traitement de surface – peut-être dans un but d’étanchéité – qu’à un souci esthétique. Le décor au brunissoir (fig. 5, n° 2, 13-14) semble, quant à lui, faire timidement son apparition.

2.5. La Tène C/D

25Cette phase est, elle aussi, représentée par un corpus encore trop restreint pour dépasser le domaine des généralités et illustre principalement l’horizon C2/D1. Par ailleurs, la documentation géographiquement la plus proche réfère presque exclusivement à du mobilier funéraire (Miron 1986, 1986/87 ; Haffner 1976), qui ne présente que peu d’affinités avec la céramique domestique. Cette constatation fut en particulier formulée par B. Lambot lors de l’étude comparée de l’habitat et de la nécropole d’Acy-Romance (Lambot, Méniel 1993, p 143).

26Par rapport à la phase précédente, la différence notable réside dans la réalisation de poteries à pâte fine, souvent soigneusement polie et dans l’emploi de plus en plus fréquent du tour. À Thionville, Bomy, Malleloy ou Vigny, on observe ainsi l’émergence des gobelets à col à profil galbé (fig. 6, n° 6-8), des vases-tonneaux (fig. 6, n° 1, 10-12, 17), des pots pansus (fig. 6, n° 2, 3,13) et des fragments décorés correspondant probablement à des bouteilles (fig. 6, n° 16). Ces types sont présents au sein du matériel de Bâle Gasfabrik (Furger-Gunti, Berger 1980) et offrent aussi quelques analogies avec les ensembles funéraires de La Tène finale d’Horath (Miron 1986, fig. 3 et 5) ; quelques récipients à col parfois cannelé (fig. 6, n° 24) pourraient d’ailleurs s’apparenter au type « Terrinen » défini par cet auteur. Les coupes, voisines du type 3,2 de Gasfabrik paraissent, quant à elles, peu nombreuses (fig. 6, n° 23). Si l’on s’appuie sur les analyses comparées du mobilier de Breisach et de Bâle, il semblerait que leur nombre diminue au profit de modèles plus hémisphériques ou sphériques (Bender, Pauli, Stork 1993, p. 187), comme on en rencontre à Sion par exemple. Enfin, au sein des jattes (fig. 6, n° 18-22), on rangerait volontiers parmi les modèles de cette phase celles à bord très rentrant et lèvre en bourrelet (fig. 6, n° 18), celles à lèvre moulurée (fig. 6, n° 21) de même que les formes tournées parfois carénées (fig. 6, n° 20).

Fig. 5 : Céramique domestique de La Tène A/B : n° 5 : Hagondange (57), silo 100 (Faye 1991), n° 4, 11, 19 : Hagondange (57), silo 103 (Faye 1991), n° 3 : Hagondange (57), silo 139 (Faye 1991), n° 17-18, 20, 22 : Hagondange (57), fosse 218 (Faye 1991), n° 1-2, 6-8, 16, 21 : Hagondange (57), fosse 504 (Faye 1991), n° 9-10, 12, 15 : Cattenom Sentzich (57), silo 7 (Klag, Thomashausen 1995), n° 13-14, 23-24 : Frouard « Saule Gaillard » (54), silo 2000 (Feller 1990).

Fig. 5 : Céramique domestique de La Tène A/B : n° 5 : Hagondange (57), silo 100 (Faye 1991), n° 4, 11, 19 : Hagondange (57), silo 103 (Faye 1991), n° 3 : Hagondange (57), silo 139 (Faye 1991), n° 17-18, 20, 22 : Hagondange (57), fosse 218 (Faye 1991), n° 1-2, 6-8, 16, 21 : Hagondange (57), fosse 504 (Faye 1991), n° 9-10, 12, 15 : Cattenom Sentzich (57), silo 7 (Klag, Thomashausen 1995), n° 13-14, 23-24 : Frouard « Saule Gaillard » (54), silo 2000 (Feller 1990).

Fig. 6 : Céramique domestique de La Tène C/D : (la céramique tournée est mentionnée par un point), n° 1-2, 6, 16, 20 : Thionville (57), poteau 1 du bâtiment (Faye 1994). n° 5 : Thionville (57), vase-silo (Faye 1994), n° 7-8, 12 : Vigny (57), niveau 2475 (Adam et al. 1989), n° 3, 9, 23 : Metz Borny, fossé H (Buzzi, Gébus 1994), n° 13-15, 21-22 : Goin (57), maison poteau 2509 (Adam et al. 1989), n° 19 : Goin (57), puits 4803 (Adam et al. 1989), n° 4 : Farébersviller (57), poteau bâtiment 6 (Faye, en cours), n° 10-11, 17-18, 24 : Malleloy (54), fosse (Buzzi, sondages inédits).

Fig. 6 : Céramique domestique de La Tène C/D : (la céramique tournée est mentionnée par un point), n° 1-2, 6, 16, 20 : Thionville (57), poteau 1 du bâtiment (Faye 1994). n° 5 : Thionville (57), vase-silo (Faye 1994), n° 7-8, 12 : Vigny (57), niveau 2475 (Adam et al. 1989), n° 3, 9, 23 : Metz Borny, fossé H (Buzzi, Gébus 1994), n° 13-15, 21-22 : Goin (57), maison poteau 2509 (Adam et al. 1989), n° 19 : Goin (57), puits 4803 (Adam et al. 1989), n° 4 : Farébersviller (57), poteau bâtiment 6 (Faye, en cours), n° 10-11, 17-18, 24 : Malleloy (54), fosse (Buzzi, sondages inédits).

27Les grandes jarres présentent, quant à elles, des lèvres variées dont celles en « patte d’éléphant » pourraient constituer une nouveauté, comme en témoigne le vase-silo de Thionville, recouvert d’une peinture noire (vernis ?) (fig. 6, n° 5) ou le récipient exhumé dans un poteau du bâtiment 6 de Farébersviller, dans un contexte daté par dendrochronologie de 190 avant J. -C. (fig. 6, n° 4). L’apparition de pots à lèvre en « T » (fig. 6, n° 9) paraît aussi tardif.

28Parmi les décors les plus courants, on peut évoquer le décor de baguette (fig. 6, n° 14-15) et les motifs effectués au brunissoir (fig. 6, n° 1, 6, 16). Les modèles peints, rencontrés à Sion, Metz ou Etival-Clairefontaine, restent exceptionnels (Legendre 1993, p. 376), de même que l’emploi du peigne à quatre dents (fig. 6, n° 17). Ce dernier, exhumé en contexte d’habitat, semble attribuable à La Tène D2 si l’on se fonde sur le mobilier funéraire.

29Les sites ayant livré de la céramique d’importation, voire des imitations de telles productions sont également rares en Lorraine ; en effet, seul le site de Sion a révélé la présence de céramique campanienne en nombre significatif (Legendre 1993, fig. 1).

30On ne saurait clore ce rapide inventaire sans souligner l’importance de deux sites de hauteur pour la connaissance de la fin de La Tène, à savoir celui de La Pierre d’Appel à Etival-Clairefontaine (Deyber et al. 1984 ; Daulat, Deyber 1987-88) et de Sion (Legendre 1984 et 1993) (14). Si la stratigraphie et le matériel du premier permettent de définir une occupation de La Tène C2 à D2, le mobilier de Sion semble plus spécifiquement de La Tène D2. Il est composé de bouteilles, de vases globuleux à col tronconique, d’écuelles hémisphériques parfois décorées de baguettes mais aussi d’éléments révélateurs d’un faciès tardif que sont la céramique grise à décor ocellé, l’urne de type Besançon (Ferdière 1972) et la céramique campanienne.

Graphique 5 : dimensions des bâtiments.

Graphique 5 : dimensions des bâtiments.

Graphique 6 : dimensions des bâtiments à quatre poteaux.

Graphique 6 : dimensions des bâtiments à quatre poteaux.

3. Les bâtiments fondés sur poteaux : approche typologique, métrique et fonctionnelle

31160 bâtiments appartenant aux deux âges du Fer ont été mis au jour en Lorraine aux cours de ces dix dernières années (annexe ii). Ce chiffre ne tient compte que des structures datées par contexte (34 %), par le mobilier recueilli dans les trous de poteaux (47 %), par C14 (18 %) ou grâce à la dendrochronologie (1 %). Les vestiges de constructions datés par contexte et appartenant à un site où plusieurs occupations différentes sont représentées, ont été écartés afin de limiter les probabilités d’erreurs dans la fourchette chronologique proposée.

32L’analyse comparative de ces structures est essentiellement fondée sur leur aspect général, le nombre de trous de poteaux qui les composent et leurs dimensions (graph. 5). Tout en gardant à l’esprit les difficultés engendrées par l’état de conservation de certains vestiges, on peut ainsi distinguer trois groupes : les bâtiments à 4, 6 et plus de 6 poteaux.

3.1. Les bâtiments à 4 poteaux (graph. 5,6 et 9 n° 1)

3.1.1. Aspects métriques

33Le graphique 6 montre que les bâtiments à 4 poteaux se répartissent par leurs dimensions en deux groupes. Le premier (groupe 4-1) est constitué de structures quadrangulaires inférieures ou égales à 13 m2 au sein duquel les plus petits édifices (inférieurs à 9 m2) sont plutôt carrés (sous-groupe 4-1a), tandis que les autres tendent à être nettement plus rectangulaires (sous-groupe 4-1 b). Le second (groupe 4-2) compte les édifices de surface comprise entre 16 m2 et 65 m2, de forme approchant le carré (14 exemplaires) ou le rectangle, parfois très allongé (9 exemplaires).

3.1.2. Aspects fonctionnels, chronologiques et architecturaux

34Si les constructions du groupe 4-1 correspondent traditionnellement à ce qu’on appelle des « greniers surélevés à quatre poteaux »– structures très répandues en Lorraine dès le Bronze final (Blouet et al. 1992) – force est de constater que pour la période qui nous occupe, cette appellation paraît trop limitative. Le fait que le groupe 4-1 comprenne deux classes de taille et de morphologie différentes pourrait ainsi témoigner de bâtisses à finalités diverses où l’artisanat a sûrement une place importante. À titre d’exemple, le site de Woippy Le Pollieux (57) – daté de La Tène C/D (n° 120) (15) a livré une construction du groupe 4-1 b dont la fonction est sans doute liée à la métallurgie du fer, attestée par les nombreuses scories piégées dans les fantômes de ses poteaux (Buzzi 1995, p. 100). Sur le plan chronologique, les structures du groupe 4-1 sont également représentées durant les deux âges du Fer. Durant la période de La Tène cependant, les trous de poteaux des édifices du groupe 4-1 semblent être de plus gros diamètre. À Manching, ce fait est caractéristique des constructions surélevées, de type grenier (Maier et al. 1992, p. 35).

35Par opposition aux bâtiments précédents, ceux formant le groupe 4-2 ont pour principale caractéristique d’appartenir tous au second Âge du Fer. La taille des trous de poteaux constitue un autre fait important : hormis quelques cas, les constructions de cet ensemble comprennent des fosses de creusement de 0,5 m à 1 m de diamètre. Lorsque le fantôme du poteau est apparent, ce dernier est également de forte dimension, à l’exemple du bâtiment mis au jour à Vittel La Croix Pierrot (n° 94), où l’une des pièces de bois conservée n’était autre qu’un tronc de chêne de 0,80 m de diamètre (Brenon 1996 : 121). Il est donc probable que pour ces édifices, la fonction des poteaux n’est plus de recevoir une charge verticale – cas des greniers – mais plutôt de supporter les contraintes d’une charpente. Nous serions donc en présence de structures domestiques (maison d’habitation), agricoles (étable) ou artisanales (atelier). L’élévation de ce type de construction demeure pour l’instant difficile à appréhender. Plusieurs édifices du groupe 4-2 peuvent cependant être comparés aux « bâtiments à porche », typique de La Tène, dont il ne resterait que les vestiges les plus profondément ancrés dans le sol. Il s’agirait dans ce cas de bâtisses dont l’infrastructure, constituée de quatre gros poteaux, serait ceinte d’une paroi posée sur sablière basse interrompue par une ou deux portes d’accès, type reconnu par exemple à Bopfingen dans le Sud-Ouest de l’Allemagne (Krause, Wiedland 1993). La présence de porches pour les structures du groupe 4-2 n’étant pas attestée, l’hypothèse de murs gouttereaux reliant directement chacun des quatre poteaux d’angle demeure néanmoins plausible.

36Enfin, on notera que parmi toutes les constructions à quatre poteaux, celles datées de La Tène sont seules à présenter, dans 65 % des cas, une orientation préférentielle S.-O./N.-E. (graph. 9, n° 1).

Graphique 7 : dimensions des bâtiments à six poteaux.

Graphique 7 : dimensions des bâtiments à six poteaux.

3.2. Les bâtiments à 6 poteaux (graph. 5,7 et 9, n° 2)

3.2.1. Aspects métriques

37Contrairement au type précédent, la plupart des bâtiments à 6 poteaux sont plutôt rectangulaires et ont une emprise au sol comprise entre 10 et 20 m2. En outre, dans 63 % des cas, ces édifices ont un rapport longueur/largeur qui oscille autour de 5/4 (groupe 6-1), les autres étant plus allongés (groupe 6-2). Enfin se démarquent quelques édifices de plus grande taille, dont le plus vaste atteint 27 m2 dans le groupe 6-1 et 35 m2 dans le groupe 6-2, ce qui les distingue des constructions à quatre poteaux du groupe 4- 2, plus nombreuses et imposantes.

3.2.2. Aspects fonctionnels et chronologiques

38À l’instar des structures du groupe 4-1, les bâtiments à 6 poteaux de petites et moyennes dimensions – majoritaires ici – sont généralement interprétés comme des greniers surélevés. Néanmoins, le fait que ces édifices obéissent à deux gabarits différents peut laisser supposer une certaine dualité fonctionnelle, traduisant une normalisation de la construction en fonction de besoins particuliers (stockage de denrées plus ou moins lourdes, telles que foin ou céréales ; atelier, grange...). À titre d’exemple, le site de Crévéchamps Sous Velle (n° 84) (Koenig et al. 1997, fig. 53) et de Woippy Le Pollieux (n° 152) (Buzzi 1998), ont tous deux livré une palissade datée du HaC/D1, comprenant une ouverture constituée de 6 trous de poteaux nettement mieux ancrés dans le sol que les autres éléments de la clôture. Si l’érosion avait été plus importante sur ces deux sites d’habitat, il ne serait resté de ces palissades qu’une petite construction rectangulaire et étroite à six poteaux, qui aurait très bien pu être interprétée comme étant un grenier.

39Sur le plan chronologique trois faits intéressants méritent d’être signalés. En premier lieu, le type de bâtiment rectangulaire à 6 poteaux d’une emprise de 20 à 30 m2, semble apparaître seulement à partir du Ha C, pour perdurer ensuite au second Âge du Fer. En effet, sur les nombreux gisements de l’Âge du Bronze mis au jour en Lorraine, les constructions à 6 poteaux de ce modèle ne dépassent guère 10 à 12 m2. En second lieu, dans 60 % des structures laténiennes fondées sur six poteaux, ces derniers se caractérisent par un diamètre important situé entre 0,5 et 0,7 m. Cette tendance, déjà observée en Lorraine pour certains édifices à quatre poteaux, pourrait en fait apparaître dès le Ha D, comme l’illustrent certains bâtiments découverts sur le site de la Heuneburg dans le Wurtemberg (Gersbach 1995 : 143). Enfin, la plupart des structures hallstattiennes sont orientées N.– O./S.-E. (84 %), tandis que les édifices laténiens ne semblent pas adopter de direction particulière (graph 9, n° 2).

3.3. Les bâtiments à plus de six poteaux (graph. 5, 8 et 9, n° 3-5 et fïg. 7)

40La grande majorité des bâtiments à plus de six poteaux se caractérise par une emprise au sol rarement inférieure à 20 m2 (2 %), les plus grands pouvant atteindre plus de 150 m2 (graph. 8). La plupart d’entre eux cependant couvrent moins de 60 m2, ce qui semble une caractéristique de l’habitat de l’Âge du Fer en France septentrionale (Villes 1981, p. 75). L’étude de l’agencement des trous de poteaux et de leur module a permis d’établir un classement en 5 grandes catégories, elles-mêmes subdivisées en sous-types.

Graphique 8 : dimensions des bâtiments à plus de six poteaux (les pointillés relient les différentes propositions de restitution pour un même bâtiment).

Graphique 8 : dimensions des bâtiments à plus de six poteaux (les pointillés relient les différentes propositions de restitution pour un même bâtiment).

3.3.1. Les bâtiments de type 1, à une nef (fig. 7 et graph. 9, n° 3)

41Ils sont de loin les plus nombreux (22 plans recensés d’une emprise de 25 à 75 m2). Dans la lignée des bâtiments du Bronze final, ils sont constitués de trous de poteaux régulièrement implantés sur les grands côtés d’un rectangle, supposant une charpente à entraits et parois porteuses (Blouet et al. 1992 : 182). L’aire interne est généralement vide. Dans quelques cas, on y trouve cependant la trace de poteaux placés aux extrémités du grand axe médian, vestiges probable de supports de croupe. Une variante du type 1 (type l’) présente un trou de poteau au centre de l’un des petits côtés de la construction, suggérant un mur pignon. En revanche, l’extrémité opposée forme une croupe, marquée au sol par un négatif de support, situé en retrait du dernier entrait ou sur son axe, ce qui indique une volonté de renforcer cette partie de l’édifice. En outre, si la plupart des constructions de type 1 sont orientées N.O./S. E, 6 des 7 bâtisses de type l’ont une toiture à croupe faisant face aux vents dominants : ce fait peut expliquer le recours à un support supplémentaire, normalement inutile pour ce type de toiture (fig. 7).

42Sur le plan fonctionnel, l’interprétation de ce modèle de construction est délicate. Sur plusieurs sites d’habitat, les édifices de type 1 de grandes tailles sont souvent uniques et associés à des structures domestiques annexes (greniers, fours, silo, etc). Dans ce cas de figure, il s’agit probablement de maisons (superficie moyenne : 60 m2, cf. n° 1, 2, 3, 6, 11, 142). En revanche, les structures de type 1 de taille plus modeste (notamment dans leur largeur), semblent pour leur part jouer un rôle différent (grange, atelier ou étable) : elles accompagnent alors un bâtiment aux dimensions plus importantes faisant office de maison (superficie moyenne : 35 m2, cf. n° 8, 9, 12, 15, 16, 143, 144). Parmi ces structures, citons les bâtiments 30 de Scy-Chazelles Les Hauts de Scy (n° 77) (Buzzi 1993, fig. 7), 2065 de Frouard Haut de Penotte (n° 85) (Buzzi, Koenig 1991, pl. 71) et 726 de Fèves Euromoselle A (n° 78) (Klag 1995, pl. 7). Tous trois datés du Hallstatt, ces édifices se caractérisent par leur étroitesse (largeur moyenne : 3 m) et la régularité de l’implantation des trous de poteaux dessinant chacun de leurs grands côtés. Associé aux poteaux d’une palissade, le bâtiment de Fèves en matérialise l’ouverture et constitue en fait la porte d’entrée d’un enclos. Les deux autres constructions pourraient pour leur part être assimilées à des greniers de type développé, structures connues et analysées par B. Trier (1969) en Allemagne du Nord. L’étude des macrorestes issus des trous de poteaux appartenant au bâtiment de Frouard Haut de Penotte, peut corroborer cette proposition (présence de nombreuses graines de céréales carbonisées). À titre de comparaison, ce genre d’édifice a également été interprété comme grange ou étable sur le site de La Tène ancienne de Compiègne Le Fond Pernant (Lambot 1988 : 25 ; 1991 : 110), ou comme atelier sur l’habitat du Bronze final de Riesbürg-Pflaumloch en Bade-Wurtemberg (Krause 1990 : 87).

Graphique 9 : répartition des bâtiments suivant leur longueur et leur orientation (Halltsatt : rond noir, La Tène : rond blanc, Âge du Fer : croix) : – n° 1 : bâtiments à quatre poteaux, – n° 2 : bâtiments à six poteaux, – n° 3 : bâtiments à plus de six poteaux de types 1 et l’, – n° 4 : bâtiments à plus de six poteaux de types 2, 3 et 4, – n° 5 : bâtiments à plus de six poteaux de type 5.

Graphique 9 : répartition des bâtiments suivant leur longueur et leur orientation (Halltsatt : rond noir, La Tène : rond blanc, Âge du Fer : croix) : – n° 1 : bâtiments à quatre poteaux, – n° 2 : bâtiments à six poteaux, – n° 3 : bâtiments à plus de six poteaux de types 1 et l’, – n° 4 : bâtiments à plus de six poteaux de types 2, 3 et 4, – n° 5 : bâtiments à plus de six poteaux de type 5.

43En Lorraine, les bâtiments de type 1 apparaissent dès ľ Âge du Bronze final et perdurent largement à la période hallstattienne. Durant le second Âge du Fer, ce type est toujours présent, mais de façon sporadique. Aucune variation notable dans les proportions du modèle ne permet d’y voir une évolution au cours du temps. Les deux bâtiments datables de La Tène (n° 20 et 23) présentent cependant des modules de poteaux nettement plus importants, ce qui semble également le cas sur certains sites d’Allemagne du Sud où des constructions comparables ont été mises au jour (Klein 1991 ; Maier et al. 1992).

Fig. 7 : Plans et restitutions schématiques des bâtiments à plus de six poteaux. Le type 4 (un exemplaire actuellement connu) n’est pas représenté ici.

Fig. 7 : Plans et restitutions schématiques des bâtiments à plus de six poteaux. Le type 4 (un exemplaire actuellement connu) n’est pas représenté ici.

3.3.2. Les bâtiments de type 2 à deux nefs (fig. 7 et graph. 9, n° 4)

44Les huit structures rectangulaires appartenant à cette catégorie se caractérisent par la présence de trous de poteaux localisés sur le grand axe médian, destinés à recevoir la poutre faîtière. La toiture, à deux pans, peut être terminée à ses extrémités par des croupes (n° 88, 13, 21, 22, 24) et plus rarement par des pignons (n° 3, 17, 66).

45À l’instar du type 1, les modèles de grande taille correspondent probablement à des maisons (superficie moyenne : 60 m2, cf. n° 88, 4, 21,22, 24), tandis que ceux de petites tailles côtoient d’autres édifices plus vastes et sont assimilables à des dépendances (superficie moyenne : 30 m2, cf. n° 13, 17).

46Aucune construction à deux nefs n’étant actuellement connue dans la région pour la période du Bronze final, les bâtiments de type 2 semblent, de fait, une innovation locale du premier Âge du Fer. Ce phénomène dénote par rapport aux régions localisées notamment plus au Nord et au Sud-Ouest (Warmenbol 1991 ; Leitz 1992 ; Krause 1990). Les maisons laténiennes, pour leur part, paraissent se distinguer par une emprise au sol plus importante et par des supports de faîte au fort calibre, tandis que, pour la première fois à La Tène C, les murs gouttereaux sont fondés sur sablière basse en tranchée (cf. n° 88).

3.3.3. Les bâtiments de type 3 à cadre interne (fig. 7 et graph. 9, n° 4).

47Ce modèle très stéréotypé a été repéré à trois reprises, sur des sites d’habitat du Ha C/D1 (cf. n° 7, 10, 14) et apparaît clairement comme une nouvelle pratique architecturale du début du premier Âge du Fer. Il s’agit d’un plan de construction rectangulaire de grande dimension (emprise minimale de 60 m2) proche du type 1, muni de deux supports de croupes. Il s’en distingue cependant par la présence d’une structure interne rectangulaire à quatre poteaux, localisée sur le grand axe médian de l’édifice. Ce cadre n’est pas exactement au centre du bâtiment, mais décalé de façon à intégrer un des supports de croupe dans l’un de ses petits côtés. Dans deux cas sur trois (graph. 9, n° 4), cette partie de l’édifice est exposée aux vents dominants et peut donc justifier d’un tel renfort de charpente. Une autre différence notable réside également dans l’agencement des poteaux de parois. En effet, ceux-ci sont régulièrement implantés et forment des travées bien rythmées où s’inscrit le cadre interne : la dernière travée fait cependant exception et s’écarte de la précédente dont le centre est occupé par le second support de croupe. Cette variation subite dans l’agencement des deux dernières travées suggère une bipartition de l’espace interne, avec présence d’un corridor d’accès à l’une des extrémités de l’édifice. Sur le site de Jouy-aux-Arches La Machotte (n° 7) (Gébus 1990, fig. 17), cette hypothèse semble corroborée par la présence de deux fosses allongées localisées à hauteur de l’avant dernière travée, et marquant l’emplacement probable d’une paroi séparant un « vestibule » de 3 m de large, d’une salle de 60 m2.

48D’un point de vue architectural, il est probable que, dans les édifices de type 3, le cadre interne a pour but d’augmenter l’espace utile et de supporter ainsi la plus grande partie d’une toiture devenue plus large et donc plus lourde. À titre de comparaison, la largeur des bâtiments hallstattiens de types 1 et 2 dépasse rarement 6 m, alors que celle des bâtiments de type 3 peut atteindre plus de 8 m (cf. n° 14). Le module des trous de poteaux formant les parois indique, pour sa part, que ces dernières soutiennent l’extrémité des versants du toit et les empêchent de fléchir.

49De par leur taille et le type de vestiges archéologiques associés (greniers, fosses, édifices de type 1 de petites dimensions...), les bâtiments étudiés ici peuvent être interprétés comme des maisons d’habitation. Le fait que l’espace interne comprenne sans doute un couloir d’accès, séparé de l’espace domestique, peut confirmer cette proposition.

50Le type 3, qui peut être considéré comme une sorte de prototype des bâtiments de type 4 et 5, ne semble pas connaître de parallèle dans les régions limitrophes à la Lorraine.

3.3.4. Les bâtiments de type 4 à 3 nefs (graph 9, n° 4)

51Le seul édifice appartenant de façon certaine à cette catégorie a été mis au jour à Vigny, sur un site daté de la fin du premier Âge du Fer (n° 5) (Adam et al. 1989, zone B, p. 15-20). Hélas très perturbé par des structures modernes, ce bâtiment est constitué d’une nef centrale de 4 m de large et de deux bas-côtés distants d’environ 2 m, conférant à l’ensemble une largeur approchant 8 m et une longueur estimée à près de 14 m. La disposition régulière des trous de poteaux sur quatre lignes parallèles indique que ces dernières étaient chacune destinée à recevoir une poutre sur laquelle reposaient les chevrons, entre autres éléments de la charpente.

52Assimilée à une maison d’habitation, cette bâtisse connaît de nombreuses comparaisons synchrones aussi bien dans le Bassin parisien (Gouge, Séguier 1994, 55), qu’en Allemagne du Sud où ce type d’architecture n’apparaîtrait pour la première fois qu’entre le VIIIe et le VIe siècle avant notre ère (Schneider 1988, p. 78-79, Zippelius 1953. p. 43).

3.3.5. Les bâtiments de type 5 à porche (fig. 7 et graph. 9, n° 5)

53Il s’agit d’une construction dont l’infrastructure se compose généralement de 4 poteaux de forte taille, disposés en carré ou en rectangle et destinés à supporter le gros d’une toiture à quatre pans. Les côtés de ce rectangle, de 15 à 40 m2 de superficie, sont généralement flanqués de deux trous de poteaux rapprochés et généralement de forme allongée « en trou de serrure ». Le bâtiment 1 du site laténien de Thionville Ateliers Municipaux (n° 139) (Faye 1994, pl. 4), constitue ici une variante : la structure interne, carrée, est bordée sur trois de ses côtés d’un trou de poteau unique, distant d’environ 1,5 m. Lorsque les vestiges sont suffisamment bien conservés – c’est le cas sur le site d’Ennery Route d’accès (n° 145) (Vanmoerkerke, en cours) – ces trous de poteaux sont en fait associés à une petite tranchée de fondation périphérique à la structure quadrangulaire porteuse. Marquant l’emplacement des murs gouttereaux, ces trous de poteaux périphériques indiquent l’emprise réelle des bâtiments de type 5, qui peut être estimée entre 35 et 160 m2. En cas d’érosion importante, ces structures peuvent disparaître. Il ne reste alors du bâtiment que l’infrastructure dont les dimensions se confondent avec celles des constructions du groupe 4-2 étudié plus haut.

54Sur le plan fonctionnel, notons que plusieurs bâtiments de type 5, visiblement détruits par le feu, ont livré un matériel domestique important piégé dans le fantôme des poteaux porteurs, ce qui incite à y voir les vestiges de maisons d’habitation. Il serait cependant dangereux de généraliser cette interprétation à toutes les structures de type 5, qui jusqu’à présent n’apparaissent en Lorraine qu’à partir de La Tène C.

3.4. Conclusion

55En conclusion, l’étude des nombreux plans de bâtiments de l’Âge du Fer mis au jour en Lorraine a permis une première esquisse typologique régionale qui devra bien sûr être précisée et validée par les recherches des prochaines années, tant en Lorraine que dans les régions limitrophes. Ainsi, durant la période hallstattienne, les bâtiments à une nef, les petites constructions quadrangulaires à quatre ou six poteaux, de tradition Bronze final, sont majoritaires. Les grands bâtiments à six poteaux, ceux à deux nefs et surtout à cadre interne, sont le reflet de nouvelles pratiques architecturales visant peut-être à augmenter sensiblement le volume utile. Ils traduisent probablement une certaine spécialisation fonctionnelle. Au cours de la période laténienne et notamment aux phases moyenne et finale, les types précédents perdurent (à l’exception des bâtiments à cadre interne et à trois nefs), mais s’en distinguent par un surdimensionnement général des trous de poteaux constituant les infrastructures. C’est également à cette époque qu’apparaissent et se multiplient les bâtiments à porche, tandis que se développe le principe de construction des murs gouttereaux fondés sur sablières basses.

Graphique 10 : nombre moyen de vases-silos par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 10 : nombre moyen de vases-silos par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 11 : nombre moyen de silos et greniers par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 11 : nombre moyen de silos et greniers par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 12 : nombre moyen de silos et greniers par sites. Diagramme cumulé.

Graphique 12 : nombre moyen de silos et greniers par sites. Diagramme cumulé.

4. Les structures annexes

56L’image de terroirs, marqués par des petites unités agricoles composées d’un habitat et de structures annexes (vases silos, greniers, silos, fosses, enclos, puits), reconnue pour le Bronze final (Blouet et al. 1992, p. 185) prévaut encore aux âges du Fer. Actuellement, l’étude de ces dernières (16), situées à proximité immédiate de l’habitat, a permis de dégager quelques traits dominants qui restent cependant à confirmer (17).

57Mise à part l’utilisation constante des vases-silos (graph. 10), l’étude des structures de stockage (graph. 11) montre une certaine évolution. La baisse sensible des silos, durant le premier Âge du Fer. est compensée par l’accroissement des greniers. Pendant la période de La Tène A/B, les silos semblent en forte hausse au détriment des greniers, mais cette donnée est à relativiser en raison du faible nombre de sites reconnus et de l’existence d’aires de stockage spécifiques, à l’exemple des batteries de silos mis au jour à Hagondange (Faye 1991 : 23 et 24). Une rupture est toutefois visible à La Tène C/D avec la disparition apparente des silos au profit de l’utilisation quasi exclusive des greniers. Le cumul de ces deux données (graph. 12), laisse percevoir une légère augmentation, hormis au Ha D, du nombre des structures de stockage durant les âges du Fer.

58Constamment présentes, les fosses (graph. 13) peuvent être classées en deux grandes catégories : il s’agit d’abord des fosses dites « polylobées » au contour irrégulier, pouvant s’étendre jusqu’à 15 x 4 m et dépassant rarement un mètre de profondeur. Celles-ci sont généralement creusées dans des limons argileux et sont interprétées comme fosses d’extraction. Actuellement la plus récente est attribuée à la période de transition Ha/LT.

59La majorité des autres structures excavées sont de taille plus modeste (L. max. 3 m, 1. max. 2 m et profondeur inférieure à 1 m) et de forme variable (circulaire, ovalaire, ...). La diversité des terrains encaissants et les différences de volumes extraits rendent délicate l’interprétation de leur fonction.

60Il faut signaler l’existence de deux structures quadrangulaires interprétées comme fond de cabane. L’une, à Rettel (L. 2,9 m et 12 m), attribuée à la période de La Tène C2/D1, présente un fond plat et damé (Buzzi, Daux 1995 : 85), l’autre, à Jouy-aux-Arches (L. et 1. = 3 m), contenait de nombreux éléments liés à une activité de tisserand datables du Ha C (Gébus 1990 : 34).

61Si les aires de combustion (graph. 14) existent à toutes les périodes, il s’agit de vestiges fugaces, peu résistants à l’érosion des sols. Aussi, la fonction exacte de ces structures demeure-t-elle difficile à appréhender (fours, foyers...).

62Les enclos palissadés semblent apparaître au Ha C même si, actuellement, leur faible nombre ne permet pas d’établir de données statistiques. Sur plusieurs sites (Gravelotte, Crévéchamps, Woippy, Fèves), une entrée flanquée de 2 à 6 poteaux a été identifiée. Il semble, notamment à Woippy Le Pollieux, que l’enclos délimite l’aire d’habitat.

Graphique 13 : nombre moyen de fosses par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 13 : nombre moyen de fosses par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 14 : nombre moyen d’aires de combustion par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

Graphique 14 : nombre moyen d’aires de combustion par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).

5. Conclusion

63Durant le premier Âge du Fer, le modèle de la ferme isolée, flanquée de ces annexes, se déplaçant cycliquement, proposée pour ľ Âge du Bronze (Blouet et al. 1992 : 177) est toujours valable. Des nouveautés apparaissent cependant au niveau de la structuration de l’habitat, avec en particulier une délimitation précise de l’unité agricole par des enclos palissadés. Sur le plan architectural, de nouveaux types de bâtiments émergent, sans toutefois détroner les schémas déjà existant à la période précédente.

64L’habitat du second Âge du Fer semble le théâtre de mutations profondes. Il est cependant difficile de définir à partir de quand s’opèrent ces changements, les découvertes de La Tène A/B étant relativement rares. À La Tène C/D pourrait apparaître un début de stabilisation de l’habitat, tandis que l’architecture évolue et se diversifie, le modèle du bâtiment à porche étant le plus significatif.

NOTES

1) Cette synthèse n’aurait pu être réalisée sans la collaboration du Service régional de l’Archéologie de Lorraine et le travail de tous nos collègues lorrains.

2) Seules les opérations de sondages touchant des surfaces importantes ou celles publiées dans les bilans scientifiques du S . R.A. de Lorraine ont été comptabilisées ; ce nombre est donc légèrement inférieur au nombre de sites réellement mis au jour. 3) Seuls apparaissent sur la carte les sites de hauteur mentionnés dans l’étude de la céramique.

4) Un bilan relatif aux surfaces sondées ces quinze dernières années en Lorraine est en cours d’élaboration et devrait permettre de préciser la réalité de l’occupation du territoire à l’Âge du Fer.

5) Dans le premier graphique figurent les données brutes, dans le second ces dernières ont été pondérées par la durée de chaque phase, afin de pouvoir les comparer : (nombre de sites/durée) x 100 ; cette remarque vaut également pour les graphiques 3 et 4.

6) Bassins de la Moselle, de la Meuse, de l’Orne, de la Seille, de la Blies et de la Saulx.

7) On observe, à La Tène A/B, une diminution marquée de la proportion de sites sur plateau (9 % seulement). Dans la mesure où la proportion de ce type d’implantation ne montre pas d’évolution durant tout le Hallstatt et La Tène C/D, la faiblesse de ce taux au début du second Âge du Fer est probablement lié à l’état de la recherche.

8) Farébersviller (200 ha), Morhange (80 ha), Hambach (80 ha).

9) Creutzwald (60 ha), Betting-Les-Saint-Avold (25 ha).

10) Les sites mis au jour sur l’Aéroport régional de Lorraine sont localisés sur les communes de Vigny (zones A et B), de Vigny et Goin (zone C), de Goin (zone D) et de Liéhon (zones E et F) (Adam et al., 1989). Lors de l’exploitation des donnés relatives à ces sites, une étude détaillée de la céramique hallstattienne fut élaborée par P. Buzzi et M.-P. Koenig. Cependant, faute d’un financement global pour la publication de ces nombreux sites, elle ne fut pas publiée. Un certain nombre de résultats sont donc repris ici.

11) Il s’agit principalement des découvertes récentes de Benney La Fraise (Buzzi et al. 1994), Borny (Buzzi, Gébus, 1994), Bure (Adam et al. 1996), Cattenom Sentzich (Klag, Thomashausen 1995), Crévéchamps Tronc du Chêne et Sous Velle (Buzzi, Koenig 1992 et 1995 ; Koenig et al. 1997), Ennery Capelle (Chaplier, Vanmoerkerke 1993), Ennery La Hache (Faye 1990), Farébersviller (Faye en cours), Fèves (Klag 1995), Frouard Haut de Penotte (Buzzi, Koenig 1991), Frouard Saule Gaillard (Feller 1990), Hagondange (A31 site 5) (Faye 1991), Jouy-aux-Arches La Machotte (Gébus 1990), Malleloy Au Grand Jardin (Buzzi inédit), Marsal (Gébus inédit), Metz Plantières (Faye 1993a), Morsbach (Faye 1993), Rettel (Buzzi, Daux 1995), Thionville (Faye 1994), Void-Vacon (Blaising, Mangin 1993), Woippy Barreau de La Maxe (Vanmoerkerke et al. 1991) et Woippy Le Pollieux (Buzzi 1998).

12) L’originalité de la région Lorraine et ses affinités avec les régions voisines sont mieux perçues au niveau des productions métalliques, dont une étude détaillée dépasserait cependant le cadre de ce travail. Ainsi, les bracelets en bronze massif, de type à godrons et nervures transversales, se répartissent en Lorraine, Sarre et Palatinat (Olivier 1993 : 118 et fig. 2A), tandis que les bracelets rubanés du Ha D1 se rencontrent en Lorraine, Bourgogne et Sarre (Olivier, 1993a, p. 345). Parmi les fibules, celles à pied terminé par une palette du Ha D3 (type F4G2 de Mansfeld), découvertes au Camp d’Affrique à Messein comme à Vigny (Adam et al. 1989, zone A : 52), correspondent probablement à une production locale (Lagadec et al. 1989 : 160, fig. 14).

13) L’étude du mobilier métallique traduit l’existence d’une entité culturelle couvrant toute la Lorraine. Elle prouve aussi que cette région entretient encore à La Tène ancienne de fortes relations avec le domaine Sarre-Palatinat mais aussi avec la Basse-Alsace et pour ses franges sud-ouest avec la Champagne (Leroy 1984 : 140 et 1993 : 264 ; Legendre, Leroy, 1989 : 468). Quelques innovations propres à la Lorraine sont envisageables, ce qu’illustrent en particulier les bracelets à nodosités de Chaudeney-sur-Moselle (Demoule 1993 : 31 et fig. 5).

14) Compte tenu de la publication récente des sites de La Pierre d’Appel à Etival-Clairefontaine et de Sion, ils n’ont pas été illustrés ici.

15) Les numéros entre parenthèse présentés dans le texte renvoient à la liste des bâtiments figurant en annexe II.

16) Les données présentées ici sont issues de fouilles préventives récentes (51 sites étudiés à partir de 1984). Elles sont calculées comme suit : nombre de structures divisées par le nombre de sites multiplié par 10. Ceci permet de pondérer les résultats en modérant certaines particularités comme le nombre de fosses qui peut varier suivant la nature du substrat, l’étendue des décapages, l’érosion etc...

17) Fréquemment éloignés de l’habitat, les puits semblent souvent hors de l’emprise des petits décapages. Le caractère aléatoire de ces découvertes exclut donc toute approche quantitative et conduit à écarter ce type de structure de la présente étude.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADAM F. et al., 1989, Aéroport Régional de Lorraine, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 9 vol (rapports de fouille).

ADAM F. et al., – Bure. Laboratoire de recherche Andra, sondage Est 103. Evaluation archéologique, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 25 p., ill. (rapport de fouille).

BAUER I., « Das Verzierungsprinzip der Alb-Salem Keramik », Jahrbuch der schweizerische Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, Bd. 71, p. 107-121.

BEAUPRÉ J., 1907, « La station funéraire de la Garenne à Liverdun », Mémoires de la Société d’Archéologie Lorraine, t. LVII, p. 429-460.

BENDER H., PAULI L., STORK I., 1993. Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt-und Latènezeit, München, Beck. 420 p., 82 pl„ cartes.

BIEL J., 1987, Vorgeschichtliche Höhensiedlungen in Südwürttemberg-Hohenzollern, Stuttgart, K. Theiss, 352 p., 162 pl.

BLAISING J.-M., MANGIN G., 1993, Void-Vacon 55 : Projet de Z.A.E. du S.I.V.U. val de Meuse (Commercy, Vaucouleurs, Void-Vacon). Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 151 p., ill. (rapport de prospection).

BLANCHET J.-C., 1984, Les premiers métallurgistes en Picardie et dans le Nord de la France, Paris, S.P.F., 608 p., ill. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 17).

BLOUET V. et al., 1992, « Données récentes sur l’habitat de ľ Age du Bronze en Lorraine », in : MORDANT C.,

RICHARD A. éd., L’habitat et l’occupation du sol à l’Age du Bronze en Europe, (actes du colloque international de Lons-Le-Saunier, 1990), Paris, C.T.H.S., p. 177-193 (Documents préhistoriques, 4).

BRENON J.-C., 1996, « Vittel « La Croix Pierrot », Bilan scientifique 1995, Metz, Service régional de l’Archéologie, p. 120-121.

BUZZI P., 1993, Scy-Chazelles « Les Hauts de Scy. Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 41 p., ill. (rapport de fouille).

BUZZI P., 1995, « Woippy « Le Pollieux ». Bilan scientifique 1994. Metz. Service régional de l’Archéologie, p. 100- 102.

BUZZI P., 1998. Le gisement protohistorique et gallo-romain de Woippy « Le Pollieux » (Moselle). Campagnes de fouille 1994 et 1995. DFS de fouille d’archéologie préventive, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 196 p. : ill. (rapport de fouille).

BUZZI P. DAUX B., 1995, Rettel « Chemin de Sierck » 1993. Fouille préventive, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 106 p., ill.

BUZZI P., DREIDEMY J.-Ch., GUILLAUME Ch., KOENIG M.-P., MERVELET Ph., 1994, « La déviation de la RN 57 en Lorraine : Bilan des recherches archéologiques », R.A. E, t. 45, fasc. 1, p. 15-90.

BUZZI P., GÉBUS L., 1997, Fouille archéologique 1993 Borny « Centre balnéaire », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 163 p., ill.

BUZZI P. KOENIG M.-P., 1991, Frouard « Haut de Penotte ». Fouille de sauvetage – été 1990. Metz. Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 134 p., ill. (rapport de fouille).

BUZZI P., KOENIG M.-P., 1992, L’habitat protohistorique de Crévéchamps “Tronc du Chêne” (Meurthe-et-Moselle). Campagne de fouille 1991 (zones B et C), Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 395 p., ill. (rapport de fouille).

BUZZI P., KOENIG M.-P, 1995, L’habitat protohistorique de Crévéchamps « Tronc du Chêne » (Meurthe-et-Moselle) : Campagne de fouille 1989 et 1992 (zone A), Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 162 p., ill. (rapport de fouille).

BUZZI P. et al., 1996, Noméxy (88) « Zac d’Epinal-Noméxy » 1994, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 194 p., ill. (rapport de fouille).

CHAPLIER F., VANMOERKERKE J. et coll., 1996, Pôles industriels d’Ennery et Argancy zone « Capelle ». Fouille de sauvetage à Ennery « Capelle », 1992. Nécropoles du Néolithique et de l’Age du Fer, habitats de l’Age du Bronze final, de l’Age du Fer et de l’époque romaine, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 221 p., ill. (rapport de fouille).

DAULAT M., DEYBER A., 1987/88, « Les céramiques de l’oppidum laténien de « La Pierre d’Appel » à Etival-Clairefontaine (Vosges) ». Gallia, t 45, p. 29-47.

DEMOULE J.-P, 1993, « Relations chronologiques et culturelles au Hallstatt final et à la Tène ancienne entre Aisne-Marne, Hunsrück-Eifel, Ardennes et Lorraine », in : BOURA F., METZLER J.. MIRON A. dir., 1993. Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 23-39 (Archaeologia Mosellana, 2).

DEYBER A., 1972, « Le briquetage de la Seille – sondages à Burthécourt, commune de Salonnes (Moselle). Etude de la céramique », Bulletin Académie et Société Lorraines des Sciences, t. XI, n° 3, p. 201-212.

DEYBER A., GUILLAUME Ch., 1974. « Fosses hallstattiennes, Koenigsmacker (Moselle) ». RA. E., t. XXV. fasc. 2, p. 175-186.

DEYBER A. et alii, 1984, « L’habitat fortifié laténien de « La Pierre d’Appel » à Etival-Clairefontaine (Vosges) », Gallia, t. 42, fasc. l.p. 175-217.

ENGELS H.J., 1967, Die Hallstatt und Latène Kultur in der Pfalz, Speyer, Verlag der pfälzischen Gesellschaft zur Förderrung der Wissenschaften, 122 p., 43 pl., 9 cartes.

FAYE Ch., 1990, Ennery (Moselle) « La Hache »« Kuweit Petroleum », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 12 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE O. et alii, 1991, Gravelotte (Moselle) « Le Grand Pré ». 1991. Sauvetage programmé, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 1991.74 p. : ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1991, Elargissement autoroute A 31 (Moselle), Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 2 vol., 138 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1993a, Basse Ham (57). « Mittelhaid ». Fouille de sauvetage 1992, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 204 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1993b, Fouilles archéologicpies 1993. Morsbach (Moselle) Opération L V 4, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 13 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1993c, Fouilles archéologiques 1993. Metz « Plantières » (Moselle) CALP. Sauvetage urgent, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 5 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1993d, Basse-Ham (57). Z.A.C. Communale « Kelenveg » et « Gerbrannten Eck », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 145 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE Ch., 1994, Thionville (57) Ateliers municipaux 1994. Fouilles préventives, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 13 p., ill. (rapport de fouille).

FAYE O., GEORGES M., THION P., 1990, « Des fortifications de la Tène à Metz (Moselle) », Trierer Zeitschrift, Bd. 53, p. 55-125.

FAYE O., KLAG Th., 1992, Centre commercial Leclerc. Commune de Marly. Prospection lourde 1992, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, s.p., ill. (rapport de fouille).

FELLER M., 1990, Frouard zone commerciale Saule Gaillard III, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, (rapport de fouille).

FELLER M., 1992, Cocheren (57) Herapel. Sauvetage urgent 1992, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 43 p., ill. (rapport de fouille).

FERDIÈRE A., 1972, « Introduction à l’étude d’un type céramique : les urnes à bord mouluré gallo-romaines précoces », R.A.E., t. 23, p. 77-78.

FORT-LINKSFEILER D., 1978, « Die Schüsseln und Schalen der Heuneburg : Vorbericht », Germania, Bd. 56, fasc.2, p. 434-460.

FURGER-GUNTI A., BERGER L., 1980, Katalog und Tafeln der Funde aus der spätkeltischen Siedlung Basel-Gasfabrik, Derendingen-Solothurn, Habegger Verlag, 450 p., ill. (Basler Beiträge zur Ur-und Frühgeschichte, 7).

GÉBUS L., 1990, Jouy-aux-Arches « La Machotte », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 128 p., ill. (rapport de fouille).

GERSBACH E., 1995, Baubefunde der Perioden IVc – IVa der Heuneburg, Mainz, Philipp von Zabern, 383 p., 42 pl., annexes, (Heuneburgstudien, 9).

GOUGE P., SEGUIER J.-M., 1994, « L’habitat de l’Âge du Fer en Bassée et à la confluence Seine – Yonne (Seine-et-Marne) : un état des recherches », in : BUCHSENCHUTZ O., MÉNIEL P. éd., Les installations agricoles de l’Age du Fer en Ile-de-France, (actes du colloque de Paris, 1993), Paris, Presse de l’Ecole Normale Supérieure, p. 45-69.

HAFFNER A., 1976, Die westliche Hunsrück-Eifel Kultur, Berlin, De Gruyter, 2 vol., 418 p., 10 annexes et 179 pl. (R.G.F., 36).

HATT J .-J., ROUALET P., 1977, « La chronologie de la Tène en Champagne », R.A.E., t. XXVIII, fasc. 1-2, p. 7-36.

HATT J .-J., ROUALET P., 1981, « Le cimetière des Jogasses en Champagne et les origines de la civilisation de la Tène », R.A.E., t. XXXII, fasc. 1-2, p. 18-32, 37 pl.

JOACHIM H.-E., 1968, Die Hunsrück-Eifel Kultur am Mittelrhein, Köln, Böhlau, 302 p., 45 pl., 21 cartes (Beiheft Bonner Jahrbücher, 29).

KLAG Th., 1990, Marly « Clos des Sorbiers », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 156 p., ill. (rapport de fouille).

KLAG Th., 1995, Semécourt Z.A.C. Euromoselle. Fouille d’habitats de l’Age du Fer et de l’époque romaine (zones A, B, C, D et E), Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 148 p., ill. (rapport de fouille).

KLAG Th., GÉBUS L., 1993, Borny (Moselle) Chambre des Métiers 1993 sauvetage programmé, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 20 p., ill. (rapport de fouille).

KLAG Th., THOMASHAUSEN L., 1995, Cattenom-Sentzich « RD1-RD64 », Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 82 p., ill. (rapport de fouille).

Klein F, 1991, « Erste Untersuchungen in einer Viereckschanze bei Riedlingen, Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 111-113.

KOENIG M.-P., LEGENDRE J.-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim « Bruechel » (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, p. 247-274.

KOENIG M.-P., avec la collaboration de COLLING D., DAUX B., DOLATA J. et MERVELET Ph., 1987, Le gisement protohistorique et gallo-romain de Crévéchamps « Tronc du Chêne » et « Sous Velle ». Campagnes de fouilles 1993-1994 (Zones D, E et F). Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 439 p., ill. (D.F.S.).

KOSSACK G., 1959, Südbayern während der Hallstattzeit, Berlin, De Gruyter, 315 p., 156 pl. (R.G F., 24).

KRAUSE R., 1990, « Hausgrundrisse der Urnenfelderkultur von Riesbürg-Pflaumloch, Ostalbkreis », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 85-88.

KRAUSE R., Wiedland G., 1993, « Eine Keltische Viereckschanze an Westrand des Rieses. Ein Vorbericht zur den Ausgrabungen und zur Interpretation der Anlage », Germania, Bd 71, 1, p. 59-112.

KRZYZANOWSKI J., LEPAGE J., 1993, « Une fosse de la transition Hallstatt/La Tène à Trémont-sur-Saulx « La Garenne » (Meuse) », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 269- 293 (Archaeologia Mosellana, 2).

COLLECTIF, L’Âge du Fer en Lorraine, (catalogue de l’exposition de Sarreguemines, mai 1987), Sarreguemines, Association des Amis du musée, 1987. 101 p., ill.

LAFFITTE J.-D., 1986, Prospection systématique au sol dans le Saulnois : relevés des sites préhistoriques et protohistoriques, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 6 p., ill.

LAGADEC J.-P. et alii., 1989, « Bilan de sept campagnes de fouilles à la Cité d’Affrique de Messein (1981-1987) » R.A.E., t. 40, p. 147-197.

LAGADEC J.-P. et alii., 1993, « La « Cité d’Affrique », habitat fortifié du premier Age du Fer : l’apport des nouvelles fouilles », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 149-173 (Archaeologia Mosellana, 2).

LAMBOT B., 1988, « L’habitat protohistorique du « Fond Pernant » à Compiègne », Archéologie aujourd’hui, p. 23-37. (Dossier de protohistoire n° 2, Architecture des âges des métaux : fouilles récentes).

LAMBOT B., 1991, « Le Fond Pernant à Compiègne : Habitat de La Tène Ancienne », in : LAMBOT B. et alii., Archéologie de la vallée de l’Oise. Compiègne et sa région depuis les origines, Compiègne, Telliez, p. 110-112.

LAMBOT B., MÉNIEL P., 1993, Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes). L’habitat gaulois 1988-1990, Châlons-sur-Marne, imp. Paquez et Fils, 181 p., ill. (Mémoires de la Société archéologique champenoise, 7 ; Suppl, au Bulletin n° 2). LEGENDRE J.-P., 1984, La céramique de l’époque laténiennee finale à Sion, Nancy, Université de Nancy II, 97 p., ill. (mémoire de maîtrise dactylographié).

LEGENDRE J.-P., 1993, « Un ensemble de mobilier de la Tène finale à Sion (Meurthe-et-Moselle) », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 375-380 (Archaeologia Mosellana, 2).

LEGENDRE J.-P., LEROY M., 1989, « La chronologie du mobilier du deuxième Age du Fer en Alsace et en Lorraine », in : MOHEN J.-P. dir., Le temps de la Préhistoire, t. 1, Paris, S.P.F. et édition Archéologia, p. 468-469.

LEITZ W., 1992, « Vorgeschichtliche Siedlungen bei Germernig, Landkreis Fürstenfeldbruck, Oberbayern », Das archäologisches Jahr in Bayern, p. 72-74.

LEROY M., 1984, La Tène Ancienne en Lorraine, Nancy, Université de Nancy, 155 p., ill. (mémoire de maîtrise dactylographié).

LEROY M., 1993, « Caractères du Hallstatt final et de la Tène ancienne en Lorraine », in : BOURAF., METZLER J., MIRON A. dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 255-268 (Archaeologia Mosellana, 2).

LIENHARD G., 1970, « Essai de catalogue sur les camps retranchés préhistoriques et protohistoriques de Lorraine », Cahiers archéologiques de Lorraine, Nancy, Groupe de recherche archéologique lorraine, 1970.

MAIER F. et alii, 1992, Ergebnisse der Ausgrabungen 1984-1987 in Manching, Stuttgart, Steiner, 506 p. (Die Ausgrabungen in Manching, 15).

MANGIN G., 1992, Pôles industriels d’Ennery et Argancy 1989, Zone Hôtel Formule 1, Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 44 p. ; ill. (rapport de fouille).

MANSFELD G., 1973. Die Fibeln der Heuneburg 1950-1970. Ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstattfibeln. Mayence, Ph. von Zabern, 299 p., 21 pl., 13 cartes (R.G.F., 33)

MILLOTTE J .-P., 1965, Carte archéologique de la Lorraine (Ages du Bronze et du Fer), Paris, Les Belles Lettres, 170 p., 27 pl., 7 cartes (ALUB, 73).

MILUTINOVIC M., VANMOERKERKE J., avec la collaboration de KIRLACH D., 1993, Fouilles de sauvetage à Ennery-Solotra. 1990. Metz, Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 103 p. (rapport de fouille).

MIRON A., 1986, « Das Gräberfeld von Horath. Untersuchung zur Mittel-und Spätlatènezeit im Saar-Mosel-Raum », Trierer Zeitschrift, Bd 49, p. 7-198.

MIRON A., 1986/87, « Katalog mittel-und spätlatenezeitlicher Grabfunde im Saarland. Teil 1 : Die Kreise Merzig-Wadern und Saarlouis », 27./28. Bericht der staatlichen Denkmalpflege im Saarland, p. 103-143.

NEUFFERE, 1938/39, « Siedlungskeramik der Hunsrück-Eifel-Kultur », Bonner Juhrbücher, Bd 143/144. p. 1-46.

NORMAND B., 1981, Le premier Age du Fer dans la vallée du Rhin Supérieur, thèse de doctorat présentée à Strasbourg en 1978, Lille, service de reproduction des thèses, 490 p., ill.

OLIVIER L, 1982a, « Note sur la fouille de sauvetage programmée de la nécropole de Clayeures-La-Naguée (Meurthe-et-Moselle, Lunéville. Bayon) », R.A.E., t. XXXIII, fasc. 2-4, p. 196-201.

OLIVIER L, 1982b, « Bilan de la première campagne de fouille de sauvetage programmé de la nécropole de la Naguée à Clayeures (Meurthe-et-Moselle) », Le Pays Lorrain, t. 4, p. 197-204.

OLIVIER L, 1993b, « La nécropole de tumulus d’Haroué « Bois de la Voivre » (Meurthe-et-Moselle) : essai d’analyse spatiale d’une aire funéraire du premier Age du Fer », in : BOURA F., METZLER J., MIRON A. dir., 1993, Interactions culturelles et économiques aux Ages du Fer en Lorraine, Sarre et Luxembourg (actes du XIe colloque de l’A.F.E.A.F., Sarreguemines, 1987), Plapeville, p. 115-147 (Archaeologia Mosellana, 2).

OLIVIER L, 1993b, « Les bracelets rubanés de la Lorraine centrale et les relations entre la Sarre, la Lorraine et la Bourgogne au premier Age du Fer », Blesa, p. 345-357.

PÉTREQUIN P., PININGRE J.-F., VUAILLAT D., 1973, Deux fours de potier hallstattiens à Florange (Moselle) ». Gallia. t. 31, fasc. 2, p. 265-291.

RÖDER B., 1995, Frühlatènekeramik aus dem Breisgau : ethnoarchäo-logisch und naturwissenschaftlich analysiert. Stuttgart, K. Theiss, 258 p., 68 pl.

SCHNEIDER O., 1988, « Eine Späthallstattzeitliche Siedlung in Könisbrunn, Landkreis Augsburg, Schwaben », Das archaologisches Jahr in Bayern, p. 78-79.

SEHNERT-SEIBEL A., 1993, Hallstattzeit in der Pfalz, Bonn. R. Habelt, 112 p., 159 pl., 7 cartes (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie aus dem Institut für Ur-und Frühgeschichte der Universität Kiel, 10).

TRIER B., 1969, Das Haus im nordwesten der Germania Liberia, Münster Westfalen, Aschendorffsche Verlagsbuchhandlung, 188 p., 28 pl.

TRONQUART G., 1987, « Le « camp celtique » de la Bure à Saint-Dié (Vosges) », in : L’Âge du Fer en Lorraine, (catalogue de l’exposition de Sarreguemines, mai 1987), s.l., s.n., p. 29-35.

VILLES A., 1981, « Les bâtiments domestiques hallstattiens de la Chaussée-sur-Marne et le problème de la maison à ľ Age du Fer en France septentrionale », Mémoires de la société archéologique champenoise, t. 2, p. 49-97.

VILLES A., 1984, « Sur la « transition » Bronze-Fer en Champagne », in : Actes du 109e congrès national des Sociétés Savantes, Dijon, t. II, p. 165-193.

VANMOERKERKE J. et alii, 1991,Woippy « Barreau de La Maxe ». Metz : Service régional de l’Archéologie de Lorraine, 57 p., ill. (rapport de fouille).

WARMENBOL E., 1990 « Le Bronze Final atlantique entre côte et Escaut », in : Chevillot Ch., COFFYN A. (dir.). – Le Bronze atlantique, (actes du 1er colloque du parc archéologique de Beynac), p. 89-110.

ZIPPELIUS A., 1953, « Das vormittelalterliche dreischiffige Hallenhaus in Mitteleuropa », Bonner Jahrbücher, Bd 153, p. 13-45.

Annexes

Annexe I : sites de l’Âge du Fer recensés pour l’étude présentée (cf. 1 du texte)

Sites fortifiés de hauteur

Dép

Commune

Lieu-dit

Datation

57

Cocheren

Herapel

LTD

82

55

Etival-Clairefontaine

La Pierre d’Appel

LT

83

54

Messein

Camp d’Affrique

Ha D3 et LT

84

88

Saint Dié

Camp de la Bure

LT CD

85

54

Saxon-sion

Côte de Sion

Ha D et LT

Annexe II : bâtiments des deux Âges du Fer répertoriés en Lorraine (cf. 3 du texte). Bâtiments à quatre poteaux

(* : 4 ou 6 ? atypique)

Bâtiments à six poteaux

(* : 4 ou 6 ? atypique)

Bâtiments à plus de six poteaux

(* : 4 ou 6 ? atypique)

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de répartition des sites d’habitat de l’Âge du Fer en Lorraine, répertoriés dans l’annexe 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique 1 : sites d’habitats par périodes (données brutes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 2 : sites d’habitats par périodes (données pondérées).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Graphique 3 : sites d’habitat par phases (données brutes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 4 : sites d’habitat par phases (données pondérées).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 1 : nombre de sites de l’Âge du Fer par période.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 2 : répartition des habitats de l’ Âge du Fer par unité géomorphologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2 : Céramique domestique de l’extrême fin du Bronze final et du Hallstatt C : n° 1, 3, 7, 11-14, 16-17, 24 : Vigny (57), puits 4005 (Adam et al. 1989), n° 18-19, 21, 23, 25-27 : Goin (57), fosse 291 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Morsbach (57), silo 2 (Faye 1993), n° 8, 15, 20, 22 : Jouy-aux-Arches (57), fosse 2059 (Gébus 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 3 : Céramique domestique du Hallstatt D : n° 3, 11-12, 16-17, 19-20, 23, 25-26 : Vigny (57), niveau de sol 4199 (Adam et al. 1989), n° 2, 4-6, 9-10 : Vigny (57), niveau de sol 2099 (Adam et al. 1989), n° 8, 18, 21 : Vigny (57), fosse 2456 (Adam et al. 1989), n° 1, 27 : Ennery « La Hache » (57), fosse 7 (Vanmoerkerke 1990), n° 13-14 : Marsal (57), (Gébus inédit), n° 7, 15, 22, 24 : Frouard « Haut de Penotte » (54), silo 2000 (Buzzi, Koenig 1991).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 : Céramique domestique de l’extrême fin du Hallstatt et du début de La Tène n° 7-10, 14-15, 20, 23-25 : Metz « Plantières » (57), fosse polylobée (Faye 1993a), n° 1-2 : Void-Vacon (55), silo (sondage 3-6) (Blaising, Mangin 1993), n° 3, 6, 21-22 : Fèves « Z.A.C. Euromoselle » (57), fosse 148 (Klag 1995), n° 16 : Hagondange (57), silo 106 (Faye 1991), n° 11, 13, 17-19, 26 : Bure (55), fosse 2 (Adam et al. 1996), n° 4 : Hagondange (57), silo 502 (Faye 1991), n° 5, 12 : Hagondange (57), silo 536 (Faye 1991)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 5 : Céramique domestique de La Tène A/B : n° 5 : Hagondange (57), silo 100 (Faye 1991), n° 4, 11, 19 : Hagondange (57), silo 103 (Faye 1991), n° 3 : Hagondange (57), silo 139 (Faye 1991), n° 17-18, 20, 22 : Hagondange (57), fosse 218 (Faye 1991), n° 1-2, 6-8, 16, 21 : Hagondange (57), fosse 504 (Faye 1991), n° 9-10, 12, 15 : Cattenom Sentzich (57), silo 7 (Klag, Thomashausen 1995), n° 13-14, 23-24 : Frouard « Saule Gaillard » (54), silo 2000 (Feller 1990).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 6 : Céramique domestique de La Tène C/D : (la céramique tournée est mentionnée par un point), n° 1-2, 6, 16, 20 : Thionville (57), poteau 1 du bâtiment (Faye 1994). n° 5 : Thionville (57), vase-silo (Faye 1994), n° 7-8, 12 : Vigny (57), niveau 2475 (Adam et al. 1989), n° 3, 9, 23 : Metz Borny, fossé H (Buzzi, Gébus 1994), n° 13-15, 21-22 : Goin (57), maison poteau 2509 (Adam et al. 1989), n° 19 : Goin (57), puits 4803 (Adam et al. 1989), n° 4 : Farébersviller (57), poteau bâtiment 6 (Faye, en cours), n° 10-11, 17-18, 24 : Malleloy (54), fosse (Buzzi, sondages inédits).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 5 : dimensions des bâtiments.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 6 : dimensions des bâtiments à quatre poteaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 7 : dimensions des bâtiments à six poteaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 8 : dimensions des bâtiments à plus de six poteaux (les pointillés relient les différentes propositions de restitution pour un même bâtiment).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 9 : répartition des bâtiments suivant leur longueur et leur orientation (Halltsatt : rond noir, La Tène : rond blanc, Âge du Fer : croix) : – n° 1 : bâtiments à quatre poteaux, – n° 2 : bâtiments à six poteaux, – n° 3 : bâtiments à plus de six poteaux de types 1 et l’, – n° 4 : bâtiments à plus de six poteaux de types 2, 3 et 4, – n° 5 : bâtiments à plus de six poteaux de type 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 7 : Plans et restitutions schématiques des bâtiments à plus de six poteaux. Le type 4 (un exemplaire actuellement connu) n’est pas représenté ici.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 10 : nombre moyen de vases-silos par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 11 : nombre moyen de silos et greniers par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 12 : nombre moyen de silos et greniers par sites. Diagramme cumulé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 13 : nombre moyen de fosses par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 14 : nombre moyen d’aires de combustion par sites (nombre de structures/nombre de sites x 10).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende (* : 4 ou 6 ? atypique)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende (* : 4 ou 6 ? atypique)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende (* : 4 ou 6 ? atypique)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17269/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search