Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

« Peuples », « cultures » et manifestations archéologiques de l’Âge du Fer. Gustav Kossinna, Gordon Childe et nous

Laurent Olivier

Résumé

La recherche des groupes culturels ou ethniques de la Protohistoire plonge ses origines méthodologiques et théoriques dans l’archéologie ethnique de la tradition pangermanique, et en particulier dans le travail de Gustav Kossinna. Une telle interprétation des données archéologiques repose sur l’hypothèse centrale que les vestiges matériels du passé constituent un témoignage direct de l’identité des “peuples” qui les ont produits ; elle implique également que les dynamiques développées dans les dimensions du temps et de l’espace peuvent être réduites à des processus unilinéaires. Cette approche ethnique du passé s’explique par les liens historiques qui unissent la discipline à la recherche des origines nationales, et qui l’ont conduit à constituer un outil idéologique privilégié pour le nazisme et les régimes fascistes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : les Celtes et la question de l’identité culturelle du passé

“Ici finit ce qui se rapporte aux peuples de la Narbonnaise, c’est-à-dire aux Celtes, pour me servir de l’ancienne dénomination ; car j’ai idée que c’est aux habitants de cette province que les Grecs ont emprunté le nom de Celtes, qu’ils ont étendu ensuite à toute la Gaule”, écrit Strabon pour clore le chapitre qu’il vient de consacrer à la Gaule méridionale (Strabon, IV, I). Quelque temps avant lui, Diodore avait jugé nécessaire de corriger une idée reçue apparemment déjà très répandue dès le Ier siècle av. J.-C., et selon laquelle les Celtes et les populations barbares du reste de la Gaule ne formeraient qu’un seul groupe ethnique : « Il est utile de définir un point ignoré de beaucoup de personnes : on appelle Celtes les peuples qui habitent au dessus de Marseille, entre les Alpes et les Pyrénées » rappelle-t-il (Diodore, V, 2). Pourtant, l’héritage de plus de deux siècles d’archéologie protohistorique nous...

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search