Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Grands groupes et petits groupes : l’étude de la culture matérielle de l’Âge du Fer

John Collis

Résumé

Au siècle dernier, la définition de groupes régionaux était généralement fondée sur l’utilisation de céramiques et de types métalliques communs. Je doute de la valeur archéologique de ces critères et propose d’autres voies pour étudier les modèles régionaux. Différentes pistes sont explorées, comme les résultats de différents types de hiérarchie (société, habitat, production, organisation de l’espace) et la manière dont ils ont influencé la culture matérielle. J’explore ensuite d’autres facteurs, comme la production et les échanges, qui sont peut-être plus significatifs que la notion de “groupes culturels régionaux’’.

Texte intégral

1Je commence par ce prémisse essentiel : je rejette le paradigme qui est à l’origine du thème de cette conférence, à savoir que nous pouvons définir des “groupes culturels’’ par le simple pointage sur des cartes de répartition des mobiliers récoltés sur les sites d’habitat. Je rejette le concept de “groupe culturel’’ ou de “civilisation” comme instrument utile à la recherche archéologique dans les études sur l’Âge du Fer. que ce soit dans la version monothétique de Gordon Childe (1929), dans la version polythétique de David Clarke (1968) et plus particulièrement dans l’interprétation ethnique de Gustav Kossinna (1911).

2Cette approche culturelle est seulement descriptive – et c’est généralement une description médiocre – et elle peut nous induire complètement en erreur. Elle ne nous apporte aucune aide pour étudier et analyser des faits archéologiques comme les modes de production, de diffusion et de déposition. En fait, elle ignore généralement ces faits, ou fait des suppositions à leur sujet qui sont entièrement injustifiées.

3Je prendrai un seul exemple, celui de la “culture hallstattienne”. Les cartes qui montrent la répartition de cette soi-disant culture ignorent généralement les îles Britanniques et l’Irlande, ou n’en prennent en compte qu’une partie seulement. La zone des côtes atlantiques est censée conserver une sorte d’héritage de “l’Âge du Bronze atlantique”, une société conservatrice qui était différente de la culture hallstattienne, dynamique et innovatrice. La culture de cette zone atlantique a pu être différente, mais la “culture hallstattienne” est elle-même un héritage de la “culture des Champs d’urnes” qui l’a précédée ; en fait, nous traitons seulement de sociétés différentes avec leurs propres caractéristiques régionales qui répondaient à leur manière aux innovations nouvelles comme la métallurgie du fer ou le développement de relations du type centre-périphérie, etc.

4Il est intéressant de voir que la principale différence entre la “culture hallstattienne” et la “culture laténienne” réside dans la façon dont elles sont définies ; la première en fonction de pratiques funéraires (sépultures avec char, épée, etc.) ou la présence de types de poterie peinte, la seconde en fonction de types d’objets métalliques (art laténien, épées et fibules laténiennes, etc.). Si la culture de Hallstatt était aussi définie à partir de types d’objets métalliques, alors l’Irlande et la Grande-Bretagne en feraient partie (cf. les cartes de répartition d’objets comme les épées de Gündlingen, les rasoirs, les poignards du Ha D), même si certains types “caractéristiques” de la culture hallstattienne sont inconnus dans les îles Britanniques (comme les épées de Mindelheim – seulement à Llyn Fawr – ou les fibules).

5Une partie de ce problème résulte de la variabilité des modes de déposition. L’absence de poignards du Ha D en Irlande et dans le Nord et l’Ouest de la Grande-Bretagne est due plus probablement à un manque de contextes de dépôt plutôt qu’au fait qu’elles n’étaient ni fabriquées ni utilisées dans ces régions. Nous ne pouvons affirmer qu’un type d’objet est absent dans une région que si nous pouvons démontrer qu’un autre type était utilisé à sa place. Je prends comme exemple d’interprétation erronée qui peut survenir, l’affirmation des Megaw (1989 : 194) et de Raftery (1994), qui voient un lien privilégié entre le Yorkshire et l’Irlande du Nord au début de La Tène sur la base de la présence, dans les deux régions, d’un détail dans le décor des fourreaux en bronze (un motif à trois points). Cela a pu être le cas, mais d’un autre côté ce détail décoratif a pu connaître une distribution plus large, qui n’a été enregistrée que dans deux régions grâce à l’existence de dépôts particuliers inconnus ailleurs (fig. 1 : sépultures dans le Yorkshire, contextes “aquatiques” en Irlande du Nord). De fait, nous ignorons tout simplement ce qui se passait dans le Pays de Galles ou le reste de la Grande-Bretagne ou de l’Irlande à la même époque.

6Ceci, à plus grande échelle, est le problème de la définition de la culture de Hallstatt. Dans les îles Britanniques, comme dans la plus grande partie du Centre et de l’Ouest de la France, l’enfouissement volontaire d’objets en métal s’interrompt pratiquement à la fin de ľ Âge du Bronze, lorsque les trésors disparaissent et le mobilier déposé en rivière se raréfie. Dans la plus grande partie de ces régions, les sépultures sont rares, voire inconnues, de la fin de l’Âge du Bronze à la période romaine. Ce manque de sépultures est en contraste certain avec une grande partie de l’Europe centrale (de ľ Est de la France à la Slovaquie et à la Hongrie). Mais l’absence de sépultures ne signifie pas que d’autres éléments de la culture matérielle sont absents, comme les épées, les poignards ou les objets de style artistique laténien (voir mes critiques sur le concept de “celtisation” du Centre et de l’Ouest de la France, in Collis 1985, 1996).

7Je considère ainsi les concepts tels que Westhallstattkreis comme dépourvus de sens et trompeurs. Les traits qui sont censés caractériser ce regroupement culturel ne sont pas même communs à toutes les régions concernées. Sur la base des mobiliers métalliques, le Westhallstattkreis pourrait réellement ne concerner que les îles Britanniques et l’Irlande ! Mais cet argument n’a absolument aucun sens. Il ne nous dit rien sur l’état ou le fonctionnement des sociétés incriminées. Cependant, après avoir adopté cette attitude hautement négative, je dois maintenant étudier ce que nous, en tant qu’archéologues, pourrions (et devrions) essayer de faire.

Fig. 1 : Différentes interprétations possibles des analogies des décors des fourreaux du Yorkshire et d’Irlande du Nord : a) un lien privilégié entre les deux zones : b) une distribution beaucoup plus large, révélée seulement dans deux régions particulières, par l’existence de dépôts d’armes.

Fig. 1 : Différentes interprétations possibles des analogies des décors des fourreaux du Yorkshire et d’Irlande du Nord : a) un lien privilégié entre les deux zones : b) une distribution beaucoup plus large, révélée seulement dans deux régions particulières, par l’existence de dépôts d’armes.

1. Organisation du peuplement et culture matérielle

8Les objets et plus largement la culture matérielle sont de plus en plus utilisés pour l’analyse de la structure interne des habitats et l’étude des processus de déposition, ce qui produit des résultats parfois surprenants et inattendus. L’analyse effectuée sur une fouille à grande échelle nous aidera ainsi à comprendre les biais qui peuvent résulter de fouilles à trop petite échelle ou de simples prospections de surface. La première étape dans toute démarche analytique est ainsi de considérer que le mobilier dont nous disposons n’est qu’un échantillon et de tenter de comprendre les choix introduits à chaque étape de notre analyse, qui nous permettent de progresser dans le raisonnement et d’extrapoler à partir du "mobilier trouvé” vers les entités d’origine, qui ne sont plus aujourd’hui disponibles pour notre étude (voir Collis 1972-1990 pour un exemple pris en numismatique romaine).

9L’étude comparative des sites d’habitat et plus largement de l’organisation du peuplement peut quant à elle nous permettre de discerner des hiérarchies, selon différents critères :

  1. hiérarchie sociale. Le mobilier peut refléter le statut et la richesse (ou la pauvreté) des individus qui ont vécu sur un habitat particulier.

  2. hiérarchie des habitats. On pense ici à la hiérarchie qui résulte de la fonction différente des sites – marché, village, ferme, etc. –, qui n’est pas forcément corrélée avec la hiérarchie sociale des habitants (ainsi, dans certains contextes, les élites ont pu vivre sur leurs propriétés de campagne).

  3. hiérarchie liée à la production. Bien que la production soit souvent liée à la hiérarchie sociale et à la hiérarchie des habitats, elle peut exister indépendamment. Par exemple, la production est souvent située près des ressources naturelles ou être saisonnière. Dans ces deux cas, elle peut être liée à des sites occupés de façon intermittente et en apparence modestes.

  4. hiérarchie spatiale. Des sites peuvent recevoir certains types de marchandises simplement parce qu’ils sont situés près des sources d’approvisionnement, cela sans corrélation avec le statut de leurs habitants ; c’est le cas par exemple d’habitats situés à proximité d’un centre d’échange ou d’une résidence aristocratique, ou encore d’un centre de production ou d’un axe commercial important.

10D’autres critères peuvent permettre de déterminer des hiérarchies, et plusieurs peuvent être effectifs en même temps. De même, les structures hiérarchisées peuvent être organisées de différentes manières, dont celle dite des central places est la mieux connue. Le concept de central place a été d’abord développé par Christaller pour les sociétés capitalistes concurrentielles d’Europe occidentale, pour lesquelles il a distingué trois modèles théoriques basés sur des principes différents : les transactions commerciales, les transports, l’administration (Wagstaff 1986). Mais la question reste ouverte de savoir si ces modèles sont pertinents pour l’étude des sociétés pré-capitalistes. Plus appropriés sont peut-être les modèles centralisés rayonnants (central solar) – qui décrivent bien, par exemple, l’organisation des sociétés dotées de centres monopolistiques –, les modèles dendritiques décrits par Smith (1978) ou encore le modèle de dépendance (tribute) étudié par Steponaitis (1978). Il sera sans doute utile de considérer quelques exemples concrets.

1.1. Les Fürstensitze

11Notre connaissance de l’organisation du peuplement liée aux habitats princiers du premier Âge du Fer (Fürstensitze) est fondée essentiellement sur le témoignage des sépultures. Plusieurs tentatives ont été faites pour reconstituer la hiérarchie sociale, en se fondant sur l’accès aux biens de prestige tels que les objets importés, l’or, les chars, etc. Cependant, nous sommes toujours confrontés au problème qui est de savoir où vivaient exactement ces élites, sur les sites défensifs ou sur des habitats ouverts périphériques. Dans le dernier cas, le modèle de dépendance de Steponaitis pourrait être le plus adapté à la description de la réalité, avec des centres secondaires attirés par le centre principal plutôt que repoussés par lui comme ce serait le cas dans les modèles concurrentiels de Christaller. En tout cas, il est certain que le parallèle avec les sociétés médiévales reste superficiel, même si les sites défensifs protohistoriques ont pu être le lieu de résidence du “chef suprême”, au même titre que les châteaux.

12À un niveau régional plus large, ces sites peuvent être interprétés comme faisant partie d’un système dendritique, avec Marseille comme centre principal (la “porte”) et les Fürstensitze comme nœuds secondaires ou tertiaires. Mais il reste à savoir dans quelle mesure les sites défensifs avaient un monopole d’accès aux denrées importées – dont certaines sont parvenues sur des sites ouverts comme l’habitat de Hochdorf – et dans quelle mesure la céramique tournée ou peinte peut-être utilisée comme critère de définition de la hiérarchie des habitats. La céramique tournée était-elle réservée à certains sites défensifs comme cela semble être le cas à la Heuneburg ? Est-ce que son apparition à Wolfgantzen, près de Breisach, est due seulement à la proximité de ce site avec Breisach même ? Devons-nous considérer les habitats ouverts proches des sites défensifs comme des entités autonomes ou devons-nous traiter Breisach ou Asperg et l’ensemble des sites ouverts que nous pouvons identifier à leur périphérie comme une entité unique ? De tels agrégats de sites d’habitat marquent les débuts de nombreux états-cités méditerranéens, comme Athènes, Rome, Veii, et c’est peut-être aussi un phénomène que nous rencontrons à La Tène C dans le domaine continental, comme par exemple dans la Grande Limagne d’Auvergne à l’Est de Clermont-Ferrand.

1.2. Les sites portuaires du milieu et de la fin de ľ Âge du Fer en Grande-Bretagne

13L’existence d’une grande diversité de mobiliers importés montre que le site d’Hengistbury Head n’était pas simplement un village de pêcheurs, mais qu’il jouait le rôle de port ou d’emporium (Cunliffe 1987). Ainsi, les types de céramique d’importation retrouvée à Hengistbury Head ne se retrouvent souvent nulle part ailleurs en Angleterre ou seulement sur un ou deux sites de son arrière-pays immédiat. Une telle situation se retrouve sur d’autres sites ayant un accès facile à la mer, comme Mount Batten, qui est clairement un autre site portuaire, bien que peut-être moins important que Hengistbury Head (Cunliffe 1988), et Glastonbury Lake Village, dont le statut est beaucoup moins clair. La répartition des mobiliers d’importation permet ainsi de discerner des sites qui semblent appartenir à une forme embryonnaire de réseau dendritique (en ce sens que nous ne pouvons discerner que les nœuds primaires et peut-être secondaires du réseau).

14Le port de Colchester au début du Ier s. ap. J.– C. représente un exemple beaucoup plus développé de réseau dendritique (Collis 1984). L’importance de ce centre est confirmée à la fois par les sources écrites romaines et par les données archéologiques – monnayage inscrit, importations diversifiées, riches sépultures, etc. Nous pouvons également définir des nœuds secondaires. L’arrière-pays du port, en particulier, peut être défini par exemple par la répartition d’un type céramique particulier, le butt-beaker (type Camulodunum 113), qui peut être une importation continentale, mais qui a plus probablement été fabriqué à ou près de Colchester. Ce type est en effet diffusé jusqu’au Centre de l’Angleterre méridionale, le Sud du Pays de Galles et le Yorkshire.

1.3. Les oppida

15J’ai suggéré dans un autre article (Collis 1984) que le réseau des oppida peut être décrit comme un modèle centralisé rayonnant (central solar) dépourvu de centres secondaires et tertiaires développés, qui n’apparaissent qu’à la période romaine dans les régions considérées. Toutefois, le problème est que nous manquons non seulement des centres secondaires, mais aussi dans certaines régions de tout autre habitat contemporain des oppida, comme en Auvergne où nous les avons pourtant systématiquement recherchés (certains sites sont connus mais ils sont rares). Dans cette région, on constate un déficit quasi complet de sites de plaine au Ier s. av. J.-C., qui fait suite à une occupation très dense au siècle précédent (La Tène C2 et début de La Tène D) ; l’habitat rural ne redevient dense qu’à la fin de l’époque augustéenne. Trois interprétations peuvent être proposées dans cet exemple :

  1. les modes de déposition au Ier s. av. J.-C. présentent des particularités qui font que le mobilier se conserve mal (on peut songer par exemple à un manque de fosses, de fossés, etc.) ;

  2. les mobiliers caractéristiques du Ier s. av. J.– C. (comme la céramique campanienne B, la sigillée italique, les monnaie) étaient seulement utilisés sur les oppida, et pas sur les sites plus modestes ;

  3. la population était en grande partie concentrée sur les oppida. Ces trois interprétations présentent chacune des problèmes spécifiques. On doit du moins constater que ce déficit documentaire pour le Ier s. av. J.– C. est un phénomène général, qui s’observe de façon plus ou moins sensible de l’Ouest de la France à la République tchèque.

1.4. Les réseaux d’habitats non-hiérarchisés

16Jusqu’ici, nous n’avons parlé que des systèmes présentant une hiérarchie de l’habitat ou une hiérarchie sociale évidente, mais de telles sociétés semblent être les exceptions plutôt que la règle. De fait, ces derniers sont plus spectaculaires et plus faciles à étudier – en témoigne le contraste dans les ouvrages généraux entre ce qui est écrit sur le Hallstatt D dans le Bade-Wurtemberg et, par exemple, la Bohême, la France centrale ou même la Bavière.

17L’approche traditionnelle de l’Âge du Fer a été de chercher à discerner des groupes régionaux, mais sans méthodologie convenue sur la façon de les définir, ni réflexion sur ce qu’ils signifieraient s’ils existaient effectivement. La décision de prendre tel ou tel critère comme “fossile directeur” d’une culture est souvent arbitraire. Pour le Hunsrück-Eifel, on utilise les rites funéraires et le mobilier métallique, car la céramique montre une variété considérable de style, de forme et de technique (Nicholson 1989). Pour le groupe britannique d’Arras, on utilise seulement les rites funéraires, car le mobilier métallique est commun avec d’autres groupes de l’Est et du Sud de la Grande-Bretagne. Pour le groupe de la Marne, on utilise surtout les types de céramique, secondairement les rites funéraires.

18Dans les jours anciens de la recherche archéologique, le caractère clairsemé des découvertes disponibles, avec de vastes zones contenant peu ou pas de mobilier, a conduit à insister sur les différences régionales, en particulier là où elles pouvaient être fondées sur du mobilier issu de sépultures. Des points sur des cartes de répartition ont été affectés à un groupe ou à un autre, accentuant encore les différences régionales. Le remplissage des vides sur les cartes de répartition, grâce notamment au développement de la fouille des sites d’habitat, tend à réduire ces limites nettes à de simples tendances. Le taux de représentation d’un type de céramique diminue progressivement, à mesure que la distance depuis son centre de production augmente ; les cartes de répartition deviennent plus confuses dès lors que l’on raisonne en taux de représentation plutôt qu’en simples présence ou absence (ou plutôt présences ; peu de cartes de répartition montrent les absences).

19La figure 2 illustre différents paramètres envisageables pour interpréter les limites de diffusion d’un type d’objets. Dans le premier cas (limite d’origine politique), la culture matérielle est utilisée pour définir des groupes régionaux. Ainsi, leurs limites sont clairement marquées, et le passage d’un groupe à l’autre est marqué par une rupture nette. Dans le deuxième cas (limite d’origine commerciale), la répartition des types est proportionnelle à leur distance depuis le centre de production, la notion de “distance” étant prise au sens le plus large, comme, par exemple, une “distance sociale”, mesurant le passage le long de réseaux sociaux, ou une “distance de valeur”, selon le prestige associé à différents types d’objets en concurrence. Suivant ce modèle, les limites de diffusion sont nettement plus floues ; elles peuvent recouper, quand elles existent, les limites politiques.

20Dans les études sur l’Âge du Fer, peu de tentatives ont été faites pour étudier de telles limites. Dans le sillage de la “Nouvelle Géographie”, Hodder (1977 ; Hodder, Orton 1976) a essayé d’examiner la structure des cartes de répartition en utilisant les monnaies inscrites et la céramique romaine. D’autres (Kimes et al. 1982) ont poursuivi dans cette voie pour l’étude des monnaies. L’une des techniques a été d’examiner précisément des cartes de distribution le long de transects recoupant la limite de distribution de deux types monétaires. Celle-ci a cependant rencontré trois problèmes essentiels :

  1. le transect coupe-t-il réellement la limite à angles droits ?

  2. la limite est-elle restée immuable au cours de la période considérée ?

  3. la taille de l’échantillon est-elle assez grande ?

Fig. 2 : Paramètres envisageables pour interpréter les limites de diffusion d’un type d’objets : 1) origine politique (cf Kimes et al. 1982) ; 2) origine commerciale (cf Peacock 1968, 1969).

Fig. 2 : Paramètres envisageables pour interpréter les limites de diffusion d’un type d’objets : 1) origine politique (cf Kimes et al. 1982) ; 2) origine commerciale (cf Peacock 1968, 1969).

21Par son abondance, la céramique des habitats offre un potentiel plus important : elle évite certains des problèmes de lacunes dans la répartition et elle se prête en général à des études quantitatives. Toutefois, là aussi il y a des problèmes :

  1. comment quantifier les données ?

  2. les données peuvent-elles être standardisées d’un chercheur/site à un autre ?

  3. l’échantillon est-il vraiment représentatif du site sur lequel il a été trouvé ?

  4. les échantillons que l’on compare sur différents sites sont-ils suffisamment contemporains pour que la comparaison soit significative ?

2. Production et distribution

22Le problème de savoir ce qu’il faut enregistrer accentue la différence entre ce que l’on peut appeler, en simplifiant, les approches franco-allemande et anglo-saxonne du passé. Le paradigme dominant des approches franco-allemandes est le paradigme “historico-culturel” et la définition de groupes régionaux, en utilisant surtout des critères comme le décor et la forme des objets et en accordant une grande importance à la chronologie. L’école britannique utilise un paradigme plutôt “socio-économique” et se préoccupe surtout de la production et des échanges (Peacock 1968, 1969 ; Morris 1994, 1996 ; Gosden 1987 ; Nicholson 1989 ; Cumberpatch 1995). Ainsi, dans le domaine de la céramique, on utilise lames minces et autres techniques de caractérisation pour identifier des centres de production, caractériser des modes de production et de distribution. Malgré une réussite considérable, cette approche se heurte à un certain nombre de limites :

  1. dans de nombreuses régions, les critères minéralogiques ne suffisent pas pour définir les centres de production de la céramique, notamment dans l’Est de l’Angleterre ;

  2. la Grande-Bretagne ne dispose généralement pas de la chronologie fine du continent : les objets en métal sont rares, peu de sites sont stratifiés ; les associations de mobilier sont généralement réduites et très difficiles à sérier ;

  3. les types de céramique ont tendance à être très localisés, ce qui fait que les chronologies ne sont pas facilement transférables d’une région à une autre ;

  4. bien que des tentatives aient été faites pour caractériser des styles et des formes de céramique (par exemple les “zones de styles” de Cunliffe 1991), celles-ci ne sont pas très convaincantes ou correctement quantifiées, et elles n’ont pas été correctement comparées aux informations disponibles sur les centres de production (par exemple : les centres de production définis par Peacock ont-ils des caractéristiques de forme et de décoration distinctes ? La production, le décor et la forme sont-ils étroitement liés entre eux ?)

23La démonstration par Peacock de l’existence d’une production centralisée pour différentes catégories de céramique du Sud-Ouest de l’Angleterre (type de Glastonbury, céramique cannelée, céramique estampée) a beaucoup joué dans la destruction de l’approche “historico-culturelle” de la céramique en Grande-Bretagne, mais un certain nombre de questions restent à explorer. Ainsi, pourquoi, à certaines époques et dans certains lieux, observons-nous des styles céramiques diversifiés et localisés (par exemple dans le Sud de l’Angleterre durant l’Âge du Fer moyen), tandis qu’à d’autres époques, certains styles sont très largement diffusés (par exemple la céramique rubannée, les gobelets campaniformes, ou, pour l’Âge du Fer, la céramique peinte dite hallstattienne et celle de la fin de la période laténienne) ? C’est cette question que je souhaite maintenant explorer.

3. Style et production

24Un bon moyen d’attaquer le problème est peut-être d’imaginer, toujours sur l’exemple de la céramique, que l’aspect du produit dépend de trois paramètres de niveaux différents :

  1. le potier.
    Bien qu’il soit rare de pouvoir identifier un potier particulier, nous devons garder en mémoire que chacun a reçu une formation fondée sur la fréquentation d’un ou de plusieurs ateliers et que, par conséquent, il a pu être directement influencé par une ou plusieurs traditions durant son apprentissage.

  2. l’atelier.
    Chaque atelier est habituellement composé de plusieurs potiers, qui exercent simultanément ou qui se remplacent les uns les autres. En utilisant des techniques appropriées de caractérisation, nous serons dans certains cas capables d’identifier des “ateliers” et par conséquent leur gamme de produits et leurs techniques de fabrication.

  3. la tradition.
    Les ateliers peuvent être plus ou moins étroitement liés entre eux, partageant des techniques de fabrication, des formes, des modes.

25Nous pouvons prendre comme exemple la céramique dite de Glastonbury. Sur la base des minéraux retrouvés dans l’argile, Peacock a identifié au moins six ateliers sur une zone d’environ 100 – 200 km. Les distributions de chaque atelier se chevauchent considérablement et des récipients particuliers se retrouvent à une certaine distance hors de la répartition normale de la céramique de Glastonbury (comme par exemple à Winchester, Danebury, Hengistbury Head et Weekley dans le Northamptonshire, et même jusqu’au Yaudet en Bretagne). Le développement chronologique de la production et les relations entre ateliers ne peuvent pas être établis pour l’instant ; la production a pu durer entre 50 et 200 ans. Certaines caractéristiques comme le décor curviligne et les motifs géométriques pleins semblent être communs à tous les centres, tout comme certaines formes telles que les vases fermés surbaissés.

26Comment interpréter cela ? Les méthodes de fabrication, notamment dans les régions où il y avait peu de tradition céramique, impliquent un contact direct entre les ateliers, peut-être par le biais de l’apprentissage. Toutefois, les ateliers orientaux produisent des formes comme les saucepan pots typiques d’ateliers situés plus à l’Est dans le Wessex (mais avec un décor très différent). Dans ce cas précis, il semble que nous ayons au moins un atelier lié à deux traditions différentes.

4. Petites et grandes traditions

27Comme mentionné plus haut, la région où la céramique de Glastonbury était fabriquée est assez petite, malgré le fait que sa diffusion était considérable. D’autres groupes comparables peuvent être identifiés au Sud et à l’Est de l’Angleterre, avec des décors et des formes caractéristiques. Des phénomènes comparables se retrouvent sur le continent, comme par exemple à La Tène A dans le Hunsrück-Eifel et dans ce cas-là même avec des technologies complètement différentes (usage du tour par certains ateliers seulement). À La Tène B cependant, l’usage du tour est plus large, avec les bols tournés de type Braubach.

28En contraste avec ces traditions localisées, nous avons également des traditions très étendues. Un bon exemple est la céramique peinte caractéristique de La Tène moyenne et finale que l’on trouve du Sud de la France jusqu’en Slovaquie et en Roumanie. Les techniques de fabrication, les formes, l’ornementation géométrique standardisée avec une gamme de couleurs limitée, indiquent à l’évidence l’existence de relations entre les ateliers, en particulier quand on compare la céramique peinte avec d’autres céramiques de la période. La finesse de l’argile rend difficile la distinction de centres de production par le biais de la minéralogie, mais il est clair, d’après les résultats des analyses physico-chimiques et des études stylistiques locales, qu’il y avait beaucoup de centres de production dans des régions comme l’Auvergne et le Forez, dans le Centre de la France. Nous pouvons aussi suggérer que la production commence dans le Centre/Sud de la France (à Aulnat “La Grande Borne”, dans le Puy-de-Dôme, elle commence à La Tène C1) et qu’elle s’est répandue vers le Nord et l’Est. La technologie implique que nous n’avons pas affaire à des imitations, mais à des compétences qui se transmettaient de potier en potier.

29Ces grandes traditions sont très caractéristiques de la fin de La Tène moyenne et de La Tène finale. On peut aussi mentionner les exemples de la céramique à pâte graphitée (Graphittonkeramik), des vases à piédestal, des vases de stockage à surface peignée, ou encore celui, ubiquiste, des jattes à bord rentrant. Sur ce dernier type de récipient, Salac et von Carnap-Bornheim (1994) ont remarqué des décors très largement répandus, comme les métopes ou la double ligne rayonnante encadrant une ligne ondulée centrale. La jatte à bord rentrant est par ailleurs essentiellement caractéristique de la France centrale, où elle apparaît en très grande quantité. Dans ces conditions, les exemplaires retrouvés en Bohême sont-ils des produits locaux ou des importations de l’Ouest ? Le fait que de modestes récipients en céramiques pouvaient parcourir des distances considérables est démontré par les quelques tessons de Graphittonkeramik de l’Auvergne et la vallée de la Saône, perdus à quelque 600 km ou plus de leur point d’origine. Mais nous n’obtiendrons aucune réponse en ne faisant qu’étudier la forme et le décor de récipients en céramique et en discutant des “influences” ou des “groupes culturels” que ces paramètres peuvent révéler ; il nous faut aussi caractériser les argiles et examiner les modes de production et d’échange.

30Habituellement, l’uniformité des productions céramiques de La Tène finale est expliquée en termes d’industrialisation”. Cependant, comme mentionné plus haut, cette apparence de similarités généralisées de styles, sur de vastes régions, n’est pas un phénomène nouveau puisqu’il remonte au Néolithique. De même, quelle preuve avons-nous de la centralisation accrue et de la production de masse à La Tène finale ? Il est certain qu’on observe à cette époque de plus gros investissements techniques dans la production (tours de potier, fours plus solidement construits). Les argiles pouvaient être transportées sur des distances considérables et on produisait davantage de poteries. Mais avons-nous la preuve que les potiers approvisionnaient des régions progressivement plus vastes, plutôt que de fournir plus de pots à une clientèle stable ?

31Nous avons certainement affaire à un changement dans la façon dont l’industrie potière était organisée, qui concerne notamment les relations entre les ateliers, et en particulier entre les potiers individuellement. J’ai déjà suggéré que l’apprentissage” a dû être un facteur principal dans la transmission des nouvelles technologies. Dans d’autres cas, l’imitation a pu être le moyen déterminant. Comme exemple, je peux suggérer la céramique à cordons de la Cornouaille de l’Âge du Fer final (Cunliffe 1991 : 34, fig. A). Dans la forme et le décor, elle suit les styles de la poterie tournée, mais elle est modelée à la main. En d’autres termes, le modèle a été transmis mais pas la technologie.

32Par quoi était dictée la gamme des fabrications d’un potier ou d’un atelier ? Il n’est pas facile de démêler les différents facteurs, mais on peut en tout cas invoquer les suivants :

  1. tradition.
    On continue à produire les mêmes formes et décors que les générations précédentes, à cause du conservatisme de la société.

  2. fonction.
    On produit des vases qui correspondent à des usages spécifiques : transport, cuisson, stockage de denrées solides ou de boisson, etc. À noter à ce propos le grand changement qui marque la transition entre la tradition laténienne des jattes et des vases hauts et la tradition du début de l’époque romaine des assiettes et des cruches.

  3. adresse et individualité.
    Le potier fabrique ce qu’il veut et ce qu’il est capable de faire.

  4. demande.
    On produit ce que la clientèle demande.

33Comme exemple illustrant ce dernier point, nous pouvons peut-être prendre celui d’une tradition potière auvergnate de La Tène finale. Cette poterie est, de manière caractéristique, de couleur brun-rougeâtre à brun foncé, de temps en temps noire, avec un décor peigné et un brunissage partiel du pied et de la lèvre. Il y a eu production de quatre formes principales :

  1. un pot à cuire à finition balayée et décor estampé sur le col ;

  2. un vase de stockage avec des caractéristiques techniques comparables ;

  3. une écuelle à bord rentrant relativement grande avec un rebord allongé et rainuré caractéristique, qui est normalement dotée un bec verseur ;

  4. une jatte profonde à bord rentrant avec des anneaux de suspension, une finition balayée et un décor balayé ou estampé caractéristiques (“jatte d’Aulnat”).

34Les deux premiers récipients ont une morphologie qui trouve des comparaisons dans toute l’Europe centrale et occidentale à La Tène finale avec différentes variantes locales. L’écuelle à bord rentrant est une variété locale caractéristique d’une autre forme répandue. La jatte d’Aulnat, en revanche, est une particularité régionale. Elle est extrêmement fréquente sur tous les sites du début de La Tène D1 autour de Clermont-Ferrand, mais sa fréquence chute dès que l’on s’éloigne de seulement 30 km. Des antécédents sont connus régionalement dès La Tène C1 à La Grande Borne ; elle est également connue sporadiquement sur d’autres sites, par exemple à Rodez (P. Gruat, renseignement oral). Il semblerait ainsi qu’un certain nombre de potiers ait essayé cette forme, mais qu’elle soit devenue populaire seulement dans une région très limitée et pendant une brève période (un demi-siècle tout au plus). Les variantes subtiles de décoration et de finition de la jatte d’Aulnat indiquent-elles plusieurs potiers ou ateliers, ou est-ce le travail d’un seul potier ? Nous espérons répondre à cette question par des études plus détaillées.

5. Conclusions

35J’espère que cet article a montré qu’il y a des façons plus intéressantes d’étudier les assemblages de céramiques (et autres mobiliers) issus des fouilles d’habitat que l’approche "historico-culturelle” traditionnelle qui est censée essayer de définir des groupes régionaux ou locaux en dressant des listes de types caractéristiques. Comme l’a remarqué Michel Vaginay au cours de ce colloque, il y a souvent confusion entre les objets produits localement et ceux d’importation, et la distinction claire des uns et des autres est essentielle quand on cherche à définir des groupes régionaux. En fin de compte, que nous apportent toutes ces descriptions ? Je ne dis pas que les groupements régionaux n’ont pas existé, ni que la culture matérielle ne peut jamais servir à caractériser ces groupes. Cependant, comment savoir quel aspect de la culture matérielle est le critère pertinent pour définir un tel groupe ? Si nous souhaitons identifier des groupes, en particulier de nature ethnique, nous ne pouvons le faire seulement en posant des points sur une carte (Eggers 1959).

36Les études céramologiques régionales doivent commencer par la caractérisation des modes de production. Ceci a des implications dans la formation des étudiants qui souhaitent se spécialiser dans l’étude de la céramique. Utilisées seules, les approches historico-artistiques traditionnelles sont totalement inadéquates. La formation doit comprendre les techniques de caractérisation (minéralogie, spectrométrie de fluorescence X, etc.), ainsi que les techniques de fabrication. Ceci demande à son tour un changement d’attitude des universités françaises, qui doivent reconnaître l’Archéologie en tant que discipline scientifique à part entière, et pas seulement comme une annexe de l’Histoire ou de l’Histoire de l’Art.

37La tradition anglaise a mis l’accent sur la production, mais le potentiel de cette approche est encore à réaliser, en étudiant décors et formes conjointement avec les modes de production, dans un cadre chronologique affiné, choses pour lesquelles les données du Continent sont plus appropriées. La définition des ateliers peut ne pas être toujours aisée, mais les résultats présentés dans ce colloque et publiés ailleurs par l’équipe suisse dirigée par Gilbert Kaenel montrent qu’il y a un potentiel considérable. Le programme de travail que je viens de décrire dans ses grandes lignes, aussi difficile à réaliser qu’il soit, devrait produire des résultats plus significatifs que la traditionnelle approche “historico-culturelle”.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARKER G. BRANT A., 1999, éds., forthcoming. An Encyclopaedia of Archaeology. London, Routledge.

BOUDET R., 1996, L’Age du Fer en Europe sud-occidentale (actes du XVIe Colloque de l’A.F.E.A.F., Agen, 28 au 28 mai 1992), Bordeaux (Aquitania, 7).

CASEY J., REECE R., 1988, Coins and the Archaeologist, London, Seab, (second édition).

CHAMPION (T.C.), COLLIS (J.R.) éds., 1996, The Iron Age in Britain and Ireland : recent trends. Sheffield : J.– R. Collis Publications, 1996.

CHILDE V.G., 1929, The Danube in Prehistory. Oxford, Clarendon Press, 1929.

CLARKE D.L., 1968, Analytical Archaeology, London. Methuen.

COLLIS J .-R., 1977a, « The proper study of Mankind is pots », in : Collis J.-R. éd., 1977b, p. 29-31.

COLLIS J.-R. éd., 1977b, The Iron Age in Britain : a review, Sheffield, Dept of Prehistory and Archaeology.

COLLIS J.-R., 1984, Oppida : earliest towns north ofthe Alps, Sheffield. Department of Prehistory and Archaeology.

COLLIS J.-R., 1988, « Data for dating », in : CASEY I., REECE R. éds., 1988, p. 189-200.

C0LLIS J.-R., 1996, « Celtes, culture, contacts : confrontation et confusion », in : BOUDET R. éd., 1996, p. 447-456.

COLLIS J.-R., 1999, « The nature of archaeological evidence », in : BARRER G., GRANT A. éds., 1999, p. 81-127.

CUMBERPATCH C.G., 1995, « Production and society in the later Iron Age of Bohemia and Moravia », in : HILL J.– D., CUMBERPATCH C.G. éds., 1995, p. 67-94.

CUNLIFFE B.W., 1987. Hengistbury Head, Dorset. Vol. I : the prehistoric and Roman settlement, 3500 BC – AD 500., Oxford, Oxford University Committee for Archaeology (Monograph, 13).

CUNLIFFE B.W., 1988, Mount Batten, Plymouth : a prehistoric and Roman port. Oxford, Oxford University Committeefor Archaeology (Monograph, 26).

CUNLIFFE B. W, 1991, Iron Age Communities in Britain, Third edition, London, Routledge and Kegan Paul.

CUNLIFFE B. W, 1995, « The Celtic chariot : a footnote », in : RAFTERY B. éd., 1995, p. 31-39.

DOBIAT C. éd., 1994, Marburger Studien zur Vor- und Frühgeschichte, 16. Festschrift für Otto-Herman Frey zum 65 Geburtstag.

EGGERS H.-J., 1959, Einführung in die Vorgeschichte, Munich, Piper Verlag.

FRANKENSTEIN S. and ROWLANDS M.J., 1978, « The internal structure and regional context of Early Iron Age society in south-western Germany », Bulletin of the Institute of Archaeology, t. 15, p. 73-112.

GOSDEN C., 1987, « The production and exchange of La Tène A wheel-turned pottery in Bohemia », Archeologicke Rozhledy, t. 39, p. 290-316.

GRANT E. éd., 1986, Central Places, Archaeology and History, Sheffield, Dept of Prehistory and Archaeology, University of Sheffield.

HILL J.-D., CUMBERPATCH C.G. éds., 1995, Different Iron Ages : studies on the Iron Age in Temperate Europe, Oxford, Tempus Reperatum (British Archaeological Reports, International Sériés, 602).

HODDER I., 1977, « Distributions of Iron Age material », in : COLLIS J.-R. éd., 1977b, p. 8-16.

HODDER L, ORTON. C., 1976, Spatial Analysis in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

KIMES T., HASELGROVE C.C., HODDER I., 1982, « A method for identification of the location of régional cultural boundaries », Journal of Anthropological Archaeology, t.l, p. 113-131.

KOSSINNA G., 1911, « Zur Herkunft der Germanen. Zur Methode der Siedlungsarchäologie », Mannus Bibliothek, Bd 6. MEGAW R. and MEGAW. V., 1989, Celtic Art, front its Beginnings to the Book of Kells, London, Thames and Hudson. MORRIS E.L., 1994, « Production and distribution of pottery and salt in Iron Age Britain : a review », Proceedings of the Prehistoric Society, t. 60, p. 371-393

MORRIS E.L., 1996, « Artefact production and exchange in the British Iron Age », in : CHAMPION T.C., COLLIS J.– R. éds., 1996, p. 41-66.

NICHOLSON P.T., 1989, Iron Age Pottery Production in the Hunsrück-Eifel-Kultur of Germany : a World-System perspective, Oxford (British Archaeological Reports, S501).

PEACOCK D.P.S., 1968, « A petrological study of certain Iron Age pottery from western England », Proceedings of the Prehistoric Society, t. 34, p. 414-427.

PEACOCK D.P.S., 1969, « A contribution to the study of Glastonbury ware from south-western Britain », Antiquaries Journal, t. 46, p. 41-61.

PÉRICHON R., 1972, « Ein Graphittontopf aus Frankreich », Germania, Bd 50, p. 239-241.

RAFTERY B., 1994, « Reflections on the Irish scabbard style », in : DOBIAT C., 1994, p. 475-492.

RAFTERY B., 1995, Sites and Sights of the Iron Age : essays on fieldwork and museum research presented to Ian Mathieson Stead, Oxford (Oxbow Monograph, 56).

SALA V., CARNAP-BORNHEIM C. von, 1994, « Die westliche Beziehungen Böhmens in der Mittel- und Spatlatènezeit am Beispiel der Keramik », Germania, Bd 72, p. 95-131.

SMITH B.D. éd., 1978, Mississippian Settlement Patterns, London, Academic Press.

SMITH C.A., 1976a, « Exchange Systems and the spatial distribution of eûtes : the organisation of stratification in agrarian societies », in : SMITH C.A. éd., 1976b, p. 309-374.

SMITH C.A. éd., 1976b, Regional Analysis, London, Academic Press.

STEPONAITIS V.P., 1978, « Location theory and complex chiefdoms : a Mississippian example », in : SMITH B.D. éd., 1978, p. 417-454.

WAGSTAFF M., 1986, « What Christaller really said about Central Places », in : GRANT E. éd., 1986, p. 119-122.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Différentes interprétations possibles des analogies des décors des fourreaux du Yorkshire et d’Irlande du Nord : a) un lien privilégié entre les deux zones : b) une distribution beaucoup plus large, révélée seulement dans deux régions particulières, par l’existence de dépôts d’armes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 2 : Paramètres envisageables pour interpréter les limites de diffusion d’un type d’objets : 1) origine politique (cf Kimes et al. 1982) ; 2) origine commerciale (cf Peacock 1968, 1969).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Department of Archaeology and Prehistory. Université de Sheffield, Northgate House. West Street,
GB – Sheffield S1 4ET

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search