Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Deuxième partie. Thème spécialisé : l’apport des habitats et mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer

Dis-moi où tu habites...

Olivier Buchsenschutz

Résumé

Après une critique approfondie des sources, il me semble nécessaire de chercher à définir ce qui caractérise les populations celtiques. Dans le domaine de l’habitat, on peut caractériser schématiquement cette culture sur plusieurs niveaux : la plupart des constructions utilisent le bois et développent une charpente relativement complexe, même si les supports restent plantés dans le sol. Chaque unité d’habitation comprend plusieurs bâtiments juxtaposés ou réunis dans un enclos, chacun étant consacré à une fonction particulière. L’habitat est dispersé, les puissants comme les hommes libres habitent dans des fermes dispersées dans les campagnes. C’est seulement aux deux derniers siècles av. J.-C. que des agglomérations artisanales, puis des centres urbains, font leur apparition.

Texte intégral

1À la frontière entre la préhistoire et l’histoire, les cultures de l’Âge du Fer constituent un champ privilégié pour tester les théories sur l’évolution générale de l’humanité ou sur les fondements de l’identité culturelle. Avant même de discuter des données disponibles, les chercheurs s’interrogent sur la nature de notre regard, sur sa prétendue objectivité scientifique, qui masque mal nos a priori (Coudart, Olivier 1996 ; Todorov 1989). Une critique serrée de nos méthodes d’approche et une lecture rigoureuse des éléments dont nous disposons pour identifier des populations « celtiques » et pour retracer leur chronologie nous invitent à une extrême prudence, à une véritable table rase cartésienne (Collis 1994). Dans le même temps, les fondements universitaires de notre culture restent totalement classiques, du siècle des Lumières au post-marxisme, et nous voyons toujours l’évolution de l’humanité à travers la culture gréco-romaine. Le monde semble, dans cette optique, peuplé de gens qui évoluent de la barbarie vers la civilisation. Malgré une certaine nostalgie pour l’homme naturel de l’âge d’or, nous voyons l’humanité entraînée dans une marche continue et unique vers un progrès dont la finalité reste à préciser. Cette notion de progrès de l’humanité oriente et biaise fortement notre vision du passé (Goudineau 1989 : 191). Elle constitue pour l’historien un handicap dont il est difficile de se débarrasser.

2Les recherches sur les cultures des âges des métaux souffrent particulièrement de cette situation. Au moment où les travaux de sauvetages révèlent des centaines de sites, la protohistoire reste un domaine réservé à quelques spécialistes. Elle est toujours considérée non pas en elle-même, mais en comparaison avec d’autres sociétés. Tantôt on insiste sur les caractères qui permettent de rapprocher les Celtes des cultures classiques (ce ne sont plus tout à fait des barbares), tantôt on les fait entrer dans un stade bien défini de l’évolution de l’humanité (la chefferie, ou le stade pré-étatique), comme si toutes les sociétés devaient passer par les mêmes stades.

3Le développement extraordinaire des données sur l’habitat de l’Âge du Fer auquel nous assistons depuis une dizaine d’années est peut-être l’occasion de réviser fondamentalement notre regard sur les cultures de ces périodes. Si ces populations ne nous ont pas laissé de textes, nous pouvons toutefois par l’archéologie reconstituer de nombreuses caractéristiques de leur façon de vivre. Les données qui s’accumulent permettent déjà non seulement de corriger nos interprétations des textes antiques, mais aussi de découvrir quelquefois un mode de vie qui ne va pas du tout dans la direction de ce que nous appelons d’habitude « le progrès ».

4À travers l’analyse de l’habitat, nous essayons ici de dégager les éléments qui peuvent contribuer à caractériser l’originalité de ces cultures.

1. Une architecture de bois

5Les constructions, maisons d’habitation ou bâtiments de service, sont en majorité construites avec une armature de bois qui supporte une charpente relativement complexe. La toiture à double pente, aux extrémités généralement arrondies en pavillon, est très développée, alors que les murs sont bas, généralement non porteurs et les ouvertures réduites à une seule porte. Il faut imaginer des toits très pentus, dont la faîtière est très haute, qui en même temps descendent presque jusqu’à terre.

6Cette architecture a donc des normes très différentes de celles de la Méditerranée, où les murs sont développés alors que la toiture est un élément simple et secondaire. Dans l’architecture traditionnelle, ce contraste entre les charpentes du Nord et du Sud de la France est encore très visible.

7Il n’y a cependant pas de continuité sur tous les plans entre la construction protohistorique et l’architecture traditionnelle : celle-ci est une architecture à pans de bois, assemblée, contreventée et détachée du sol, alors que les constructions protohistoriques sont généralement construites sur poteaux plantés et donc étroitement liées au sol.

8On a pu différencier plusieurs systèmes de charpente pour les bâtiments rectangulaires, qui restent très théoriques puisqu’ils sont fondés uniquement sur les traces de poteaux au sol : plans à une, deux, ou trois nefs, qui supposent une organisation différente à chaque fois des pièces constituant la charpente. Il existe également des constructions rectangulaires ou ovales, où les poteaux, rejetés pour la plupart dans les parois, reportent sur celles-ci l’essentiel du poids de la toiture. Il existe enfin des constructions sur parois porteuses, formées de poutres verticales ou horizontales, sans support dans l’espace interne.

9Ces types théoriques sont rarement caractéristiques d’une région ou d’une période. L’exemple de la côte sud de la mer du Nord est l’exception qui confirme la règle, avec des bâtiments à trois nefs dont le plan et le système de charpente ne changent pratiquement pas, de l’Âge du Bronze à l’époque moderne.

10Rares sont les plans de bâtiments qui peuvent être ainsi attribués à une région ou à une culture. On sait que les plans circulaires sont caractéristiques des Iles Britanniques, et très rares sur le continent sauf au Nord – Ouest de l’Espagne. Lorsqu’on essaie d’analyser les plans rectangulaires, la diversité semble être la règle, même sur un seul et même site : sur la Heuneburg (Wurtemberg) par exemple, des bâtiments sur poteaux plantés aux plans déjà variés côtoient des constructions sur murs porteurs en poutres horizontales (Blockbau) (Gersbach 1995). Il y a peut-être une différence de fonction entre ces bâtiments, mais la fouille ne permet pas de la préciser.

11Plusieurs considérations pratiques, admises dans les études sur l’habitat traditionnel, expliquent bien nos difficultés pour appréhender ses caractéristiques culturelles. L’architecture rurale est en effet fortement liée aux conditions locales d’approvisionnement en matériau et au climat. On dit souvent que si les peuples se déplacent, les maisons, elles, restent attachées à un terroir. Les maisons en Blockbau sont liées pour leur part à la disponibilité de troncs minces et lisses, on les trouve principalement dans les régions où les résineux sont abondants. Enfin l’archéologie ne nous livre que l’ossature de ces maisons. Toute une série de détails architecturaux, la nature de la couverture, le traitement des murs et des ouvertures, qui distinguent souvent, dans l’habitat traditionnel, les maisons de deux régions voisines, sont pour l’Âge du Fer irrémédiablement perdus.

2. La répartition des fonctions dans les habitats

12Il est possible de caractériser globalement l’habitat de l’Âge du Fer ou de distinguer des groupes régionaux en examinant à côté de l’habitation les constructions annexes : les lieux de stockage essentiellement, et éventuellement des étables et les ateliers. De façon générale en effet, dans les fermes de cette époque, les différentes activités sont abritées par plusieurs constructions indépendantes, éventuellement réunies dans un enclos. Même sur la côte sud de la mer du Nord, où la grande maison à trois nefs abrite déjà la famille et l’étable, les greniers surélevés sont séparés et des bâtiments annexes, aux fonctions à vrai dire mal connues, coexistent avec les précédents (Müller-Wille 1977).

13Partout ailleurs, il est facile d’identifier les greniers, des silos à grain, des caves et des ateliers semi-enterrés ; parmi les grands bâtiments sur poteaux, il reste très difficile de distinguer la grange de l’étable ou de l’habitation. Mais dans tous les cas il faut imaginer la juxtaposition de constructions très diverses, avec un va-et-vient des personnes entre ces différents lieux d’activité.

14Ici aussi nous avons perdu l’aspect extérieur des greniers et des constructions semi-enterrées qui devaient distinguer des groupes régionaux. Nous pouvons seulement opposer les souterrains d’Armorique aux silos de la Gaule centrale, ou encore des gros silos du début de La Tène aux caves du 1er s. avant J.-C., qui reprennent peut-être une partie de leurs fonctions.

Fig. 1 : Représentation schématique des habitats de l’Âge du Fer en Europe tempérée. La majorité de la population vit dans des habitats isolés. Les fortifications de hauteur, avant la période tardive des oppida, n’abritent pas d’habitat permanent.

Fig. 1 : Représentation schématique des habitats de l’Âge du Fer en Europe tempérée. La majorité de la population vit dans des habitats isolés. Les fortifications de hauteur, avant la période tardive des oppida, n’abritent pas d’habitat permanent.

3. La répartition des habitats

15La nature et la répartition des habitats dans les cultures de l’Âge du Fer européen est originale, même s’il existe des parallèles dans d’autres cultures. Il s’agit en effet d’un habitat résolument dispersé dans la campagne (fig. 1). Chaque unité se limite aux quelques maisons formant un petit hameau, ou à une seule ferme dont les bâtiments sont regroupés dans un enclos. On a découvert ces dernières années en France septentrionale plusieurs centaines d’installations agricoles isolées, soit en prospection aérienne, soit au cours de sondages sur les grands travaux. Suivant les périodes, les régions, et sans doute aussi la richesse du propriétaire, la nature, la surface, la morphologie de la clôture diffèrent. Il est encore un peu tôt pour construire une typologie. Ce qu’il faut souligner pour le moment, c’est le caractère dispersé de cet habitat, sur lequel H. Hubert avait déjà attiré l’attention (Hubert 1932). avant La Tène moyenne, les agglomérations restent l’exception. Celles que nous connaissons ont souvent regroupé dans une enceinte fortifiée le plus grand nombre possible de maisons, dans un souci évident de défense : il s’agit là de situations exceptionnelles. Les fortifications de hauteur, avant la phase tardive du développement des oppida, ne sont pas prioritairement destinées à abriter un habitat. Les traces que nous trouvons sont fugaces, souvent limitées à une petite partie de la zone défendue. Visiblement la fonction principale de ces sites de hauteur n’est ni la défense d’un habitat permanent, ni la production agricole ou artisanale.

16Examinons maintenant les activités qui ont été pratiquées dans ces habitats. Élevage et agriculture, le plus souvent associés, constituent de très loin l’activité dominante et la principale richesse. Nous pourrions presque arrêter là notre description, en disant que les Celtes sont des paysans aisés, largement disséminés sur un riche territoire dont ils exploitent activement toutes les ressources. Un artisanat spécialisé existe cependant, hérité de l’Âge du Bronze. Quelquefois plusieurs artisans se sont regroupés sur un site de hauteur, comme par exemple le Fort-Harrouard à Sorel-Moussel (Eure), ou sur une voie de passage comme à Bragny (Saône-et-Loire) (Flouest 1993). Mais dans la plupart des cas, les artisans sont dispersés dans la campagne, soit qu’ils résident dans les fermes, soit qu’ils se déplacent de l’une à l’autre. À La Tène moyenne se développent de petites agglomérations dans lesquelles l’artisanat joue un rôle important, comme à Levroux “Les Arènes” (Indre). La présence d’un commerce à longue distance est également attestée sur ces gisements par la présence d’amphores et de monnaies.

17Ces habitats, qu’on connaît actuellement dans le bassin de la Loire et la vallée du Rhin, préfigurent déjà les fonctions des oppida. Ces derniers réunissent en effet pour la première fois dans le monde celtique la triple fonction d’un centre urbain, agriculture, artisanat et commerce, mais ils sont établis sur des sites de hauteur traditionnels, qui n’avaient sans doute jusque là abrité qu’épisodiquement la population pour des fêtes, des cultes, des assemblées. Le murus gallicus, un rempart à poutrage interne traditionnel, armé de grandes fiches de fer, production massive d’un artisanat du fer en plein essor, résume ce mariage entre la tradition et l’innovation. Avec une cinquantaine d’exemplaires connus en Gaule aujourd’hui, ce murus gallicus est sans doute la marque culturelle la plus précise pour caractériser les Celtes de Gaule au 1er s. avant J.-C. En effet cette mode techniquement aberrante, qui a survécu dans les oppida post-césariens, n’a jamais été employée, ni avant, ni après, ni ailleurs.

Conclusion

18L’habitat des populations de l’Europe tempérée à l’Âge du Fer n’est pas aussi homogène que celui, par exemple, des cultures de la céramique Linéaire. Si les maisons abritent toutes une famille restreinte, elles varient selon les régions, et beaucoup de leurs caractéristiques nous échappent. Les fermes, avec leur maison d’habitation à la charpente savante, leurs silos et leurs greniers séparés, leur clôture marquée par un talus ou un fossé, avaient certainement un air de famille. Mais surtout l’organisation de l’habitat, dispersé dans la campagne, semble être une constante, à peine bousculée par la création des villages artisanaux suivis des grands oppida. La dispersion des sépultures – les plus grands cimetières regroupent à peine 200 tombes – confirme cet éparpillement. Enfin l’organisation de la campagne, avec ses petits champs et ses prairies aux limites bien marquées, devait dessiner un paysage homogène et caractéristique.

19Même s’il est difficile aujourd’hui d’appréhender ces cultures à travers des vestiges archéologiques relativement peu bavards, nous devons chercher à reconstruire leur organisation et leur originalité à partir de ces données, en oubliant un moment les modèles que nous offrent d’autres civilisations plus loquaces. Nous disposons, grâce aux résultats spectaculaires des fouilles de sauvetage de ces dernières années, d’un corpus beaucoup plus important en nombre. Nous pouvons, par le développement des analyses environnementales, reconstituer l’économie, l’alimentation, quelquefois les rituels, domaines sur lesquels les textes ne sont pas d’un grand secours.

20Il me semble indispensable de maintenir, malgré la modestie des sources disponibles, une démarche qui tend à reconstituer les traits culturels de ces sociétés, si limités soient nos résultats. Si nous laissons vide le domaine culturel, d’autres, moins avertis et moins scrupuleux, nous serviront les Celtes et les Germains à toutes les sauces, en déversant leurs fantasmes dans une période réputée “vide” de l’histoire où toutes les hypothèses sont possibles. Pour cette raison, je pense qu’il faut développer à partir de nos données des hypothèses raisonnables, et assumer la liaison entre ces vestiges matériels et les populations celtiques quand elle est vraisemblable. La variété de certains caractères, les plans de bâtiments par exemple, nous montre la relativité de la notion de culture, surtout quand on ne dispose pas de textes pour reconstituer l’intention derrière la réalisation concrète. Néanmoins le système économique général et l’organisation de l’habitat identifient clairement un mode de vie distinct à la fois de celui de ses voisins et de celui de ses successeurs. Dans un milieu naturel qui évolue peu, les cultures de l’Âge du Fer disposent d’un arsenal technique varié qui leur permet non seulement de vivre, mais encore de choisir un mode de vie original, délibérément rural. Sans verser ni dans un évolutionnisme naïf, ni dans une histoire culturelle aux tendances nationalistes – les Gaulois ne sont ni des bons “sauvages”, ni vraiment “nos ancêtres” – il faut étudier cette culture pour elle-même, sans nier ses caractéristiques originales, assez différentes de nos propres modèles culturels.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BUCHSENSCHUTZ O., 1995, « Les Celtes entre l’anthropologie et l’histoire », Archaeological and historical Aspects of west-European Societies, Album amicorum André van Doorselaer, Louvain, p. 21-25 (Acta archaeologica lovaniensia monographiae, 8).

COUD ART A., OLIVIER L., 1996, « Les archéologues au coeur de la crise de la modernité », Les Nouvelles de l’Archéologie, t. 62, p. 29-32.

COLLIS J.R., 1994, « Celtes, culture, contacts : confrontation et confusion », Aquitania, t. 12, p. 447-456.

FLOUEST J.-L., 1993, « Activités métallurgiques et commerce avec le monde méditerranéen au Ve s. av. J.-C. à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) », in : Daubigney A. éd., 1993, Fonctionnement social de l’Âge du Fer : opérateurs et hypohèses pour la France (actes de la table-ronde internationale, Lons-le-Saunier, octobre 1990), Lons-le-Saunier, Cercle Girardot, p. 21-32.

GERSBACH E., 1995, Baubefunde der Perioden IVc-IVa der Heuneburg, Mayence, Ph. von Zabern (Heuneburg Studien, IX).

GOUDINEAU C., GUILAINE J., 1989, De Lascaux au Grand Louvre, Paris, Errance.

HUBERT H., 1932, Les Celtes et l’expansion celtique jusqu’à l’époque de La Tène, Paris, Albin Michel (L’évolution de l’humanité)

HUBERT H., 1952, Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la civilisation celtique, Paris, Albin Michel (L’évolution de l’humanité)

MOHEN J-P., 1983, « L’habitat du Fort-Harrouard, à Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), lecture analytique des compte-rendus de l’abbé Philippe », in : Enclos funéraires et structures d’habitat en Europe du Nord-Ouest, Rennes, 1981, Rennes, Université, p. 149-161.

MULLER-WILLE M., 1977, « Bauerliche Siedlungen der Bronze- und Eisenzeit in den Nordseegebieten » in : JANKÜHN H. et al. éds, Das Dorf der Eisenzeit und des frühen Mittelalters, Göttingen, Van den Hoeck und Ruprecht, p. 153-218.

TODOROV T., 1989, Nous et les autres, La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Représentation schématique des habitats de l’Âge du Fer en Europe tempérée. La majorité de la population vit dans des habitats isolés. Les fortifications de hauteur, avant la période tardive des oppida, n’abritent pas d’habitat permanent.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search