Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Le fossé des Pandours, un oppidum médiomatrique au col de Saverne (Saverne, Bas-Rhin) : état de la question en 1996

Stephan Fichtl

Résumé

Le Fossé des Pandours est le principal oppidum de La Tène finale en Alsace. Il possède un important rempart de barrage construit avec la technique du murus gallicus et se distingue par un parement en blocs taillés. Son âge d’or est à placer à LT DI. Il s’inscrit dans l’histoire de l’Est de la Gaule : oppidum important des Médiomatriques au début du Ier s. av. J.-C., il voit sa puissance décliner avec la disparition des grands oppida d’Allemagne du Sud au profit de Metz.

Texte intégral

1. Présentation du site

1Le Fossé des Pandours est à ce jour le seul site fouillé en Alsace qui puisse correspondre à la définition de l’oppidum de La Tène finale. Ce site est un éperon barré d’à peu près cent soixante dix hectares. Il surplombe à l’Est Saverne et la plaine du Rhin, et se rattache au Nord-Ouest au plateau lorrain. Cette partie, la plus faible au niveau des défenses naturelles, est fermée par un important barrage de plus de 600 m de long. Ce rempart se prolonge sur le reste du site par un rempart de contour plus modeste qui alterne avec des secteurs protégés naturellement par les falaises de grès (fig. 1,2).

2Ce rempart renferme trois sommets, le Kœpfel et le Bœrenkupfel sur la commune de Saverne et le Barbarakopf sur la commune d’Ottersthal. Plusieurs remparts intérieurs ont été repérés, en particulier un barrage au Nord du Kœpfel et un autre, lui faisant face au Sud du Bœrenkupfel. Plusieurs autres anomalies existent, surtout du côté du Kœpfel, sans qu’on puisse dire, toutefois, si ce sont là des tracés de rempart, des terrasses ou simplement des falaises (Wiedenhoff 1977).

2. Historique de la recherche

3Ce site n’a curieusement jamais vraiment attiré les archéologues alsaciens, contrairement à son illustre voisin le Mont-Sainte-Odile, autour duquel les querelles passionnelles n’ont pas fini de faire couler de l’encre. L’oppidum du Fossé des Pandours est généralement absent des inventaires sur les sites fortifiés alsaciens, tel celui de K.S. Gutmann publié en 1913 dans la Prähistorische Zeitschrift (Gutmann 1913). Les premières mentions du site sont dues à L. Bachmeyer, conservateur du musée de Saverne dans l’entre-deux-guerres (Bachmeyer 1922), et à R. Forrer, conservateur du Musée archéologique de Strasbourg (Forrer 1926). Ils ne lui consacrent pourtant que quelques pages de description, aucune fouille ne venant compléter la connaissance du site.

4Il faudra attendre le début des années cinquante (1949-1954) avec l’intervention de J.-P. Wiedenhoff, qui procède, en collaboration avec J.-J. Hatt, à la première fouille à l’intérieur de l’enceinte (Wiedenhoff, Hatt 1954). L’endroit choisi, au lieu-dit ľUsspann, se révèle être une statio gallo-romaine correspondant au Ier et au début du IIe s. ap. J.-C. Ce secteur deviendra dans les années quatre-vingts (1977-93), le chantier-école de l’Université des Sciences humaines de Strasbourg. La fouille de la statio de ľUsspann n’a en fait révélé que peu d’éléments correspondant à la période celtique du site : quelques monnaies, amphores et bracelets de verre trouvés dans des couches de remblais.

Fig. 1 : Plan de l’oppidum du Fossé des Pandours.

Fig. 1 : Plan de l’oppidum du Fossé des Pandours.

5Le premier à proposer une interprétation historique de l’oppidum est F. Pétry, dans plusieurs articles de synthèse sur l’occupation du sol dans la région et les questions historiques liées aux événements du Ier s. av. J.-C. dans la plaine d’Alsace (Pétry 1981). Ces questions ont été reprises par les fouilleurs de ľUsspann, A.-M. Adam et X. Lafon, qui se sont intéressés en particulier au lien éventuel entre les vestiges gallo-romains et le rempart celtique (Lafon, Alexandre-Baudoux 1988 ; Adam, Lafon 1989 et 1993).

6Après la fin du programme sur ľUsspann, l’intérêt a pu se porter sur l’oppidum lui-même. Une fouille du rempart principal a été entreprise, en 1995, dans un premier temps sous la forme d’un sondage effectué au niveau du GR 53 qui le coupe en son milieu. Les résultats de ce sondage nous ont poussés à entreprendre une fouille plus importante dans le cadre du chantier-école de l’Université des Sciences humaines de Strasbourg.

Fig. 2 . Vue aérienne du site. Cliché S. Fichtl

Fig. 2 . Vue aérienne du site. Cliché S. Fichtl

3. Problématique générale du site

7L’intérêt de l’oppidum du Fossé des Pandours se situe à différents niveaux.

8Tout d’abord, la taille du site et la qualité du rempart qui le délimite suggèrent un site important pour la période de La Tène finale en Alsace et plus généralement dans l’Est de la Gaule. Son emplacement, entre le plateau lorrain et la plaine rhénane, en fait une voie de passage privilégiée, depuis ľ Antiquité jusqu’à nos jours. La question qui est posée tout naturellement, est celle du rapport avec la statio gallo-romaine précoce d’Usspann située à l’intérieur même de l’oppidum. Y-a-t-il une succession des occupations, la statio gallo-romaine s’installant dans un site encore en pleine activité, ou au contraire un hiatus entre ces deux phases d’occupation du col ? C’est vers cette dernière hypothèse que nous conduisent les dernières recherches.

9Un autre problème posé par l’environnement de l’oppidum est celui de sa relation éventuelle avec d’autres sites fortifiés voisins, de dimensions plus réduites, comme la Heidenstadt d’Ernolsheim, protégée par un rempart d’aspect analogue. L’hypothèse d’un système de fortifications comportant un “oppidum principal” et des sites fortifiés secondaires a été proposée à plusieurs reprises. Dans cette hypothèse, toutes les vallées qui permettent le passage des Vosges auraient été contrôlées par de petits sites fortifiés. Cependant aucun de ces sites n’a pu être daté et rien ne nous permet de dire qu’ils aient été contemporains ; au contraire il semble que, de façon générale, nombre de ces sites des hauteurs des Vosges soient plutôt à placer au Bas-Empire romain ou au haut Moyen Âge.

10Dépassant le cadre restreint du site et de sa région immédiate, il faudra aborder la question du rôle de l’oppidum du Fossé des Pandours par rapport à la cité des Médiomatriques. En effet les oppida de cette cité sont mal connus, et même de Metz, qui sera la capitale à l’époque gallo-romaine, nous ne connaissons qu’une partie du rempart. Le rapport entre ces deux sites sera à éclaircir : l’un étant le site le plus vaste, l’autre beaucoup plus petit, mais plus important politiquement au Ier siècle ap. J.-C. (fig. 3).

11Toutes ces questions ne pourront être résolues qu’à travers plusieurs campagnes de fouilles prévues dans ces prochaines années. Cependant les recherches menées en 1995 et 1996 nous apportent déjà plusieurs orientations.

Fig. 3 : Carte de la cité des Médiomatriques à LT DI.

Fig. 3 : Carte de la cité des Médiomatriques à LT DI.

3.1. La fouille du murus gallicus

12Le rempart principal de l’oppidum du Fossé des Pandours est de type murus gallicus. Les deux campagnes de fouilles nous ont permis de bien connaître son architecture. Il se compose en fait de deux parties distinctes : à l’avant un massif de pierres renforcé par un poutrage interne et à l’arrière une masse de sable. La largeur totale du rempart avoisine les 12 m (fig. 4).

13Le premier élément remarquable est la préparation du terrain avant la construction. La rupture de pente naturelle a d’abord été retaillée, sans doute accentuée artificiellement. Cette rupture de pente, située dans le secteur le plus étroit du plateau, avec un tracé parfaitement rectiligne, peut difficilement être considérée comme un simple phénomène naturel. Il faut donc envisager d’importants travaux de terrassement. De ce fait, le rempart se trouve déjà surélevé par rapport au terrain situé devant lui. Le sable extrait a ensuite été réutilisé pour former la masse du rempart.

14Une préparation du terrain a aussi été effectuée directement sous le parement. L’ensemble du massif de pierres et son poutrage ont été disposés sur une marche horizontale de 3,50 m, pour en renforcer la stabilité. Ce massif se compose d’un parement en blocs de grès taillés sur cinq faces, disposés régulièrement (fig. 5). Dans ce parement apparaissait l’avant des poutres horizontales, surmontées d’un bloc plus important formant linteau. Le poutrage lui-même est composé de trois rangs de poutres parallèles au rempart dont la première devait se trouver directement dernière le parement. Les poutres perpendiculaires de ce murus gallicus étaient espacées de 1,50 à 1,60 ni. comme l’atteste la quarantaine de clous retrouvés lors de la fouille. Ceux-ci étaient de section carrée (0,9 cm de côté) et mesuraient près de 30 cm. L’avant du parement était protégé par une couche de remblai de 60 cm d’épaisseur, qui servait de fondation. La hauteur du rempart peut être estimée à 6 m avec sa fondation. La partie arrière se compose par contre d’une simple accumulation de sable qui se termine en pente douce (fig. 6).

15Un fossé de 7 m de large a été aménagé à l’avant. Sa faible profondeur, 1,60 m environ, s’explique par la présence de nappes d’eau qui devaient lui conférer un aspect marécageux (fig. 7). L’ensemble de la construction dénote un soin remarquable qui met en évidence l’aspect ostentatoire et prestigieux de l’architecture.

Fig. 4 : Coupe du murus gallicus.

Fig. 4 : Coupe du murus gallicus.

3.2. Les problèmes de datation

16La plupart des réponses aux problèmes énoncés plus haut passent en premier lieu par la datation du site. Pour la résoudre, nous disposons de deux types de données. D’une part le mobilier découvert dans les couches de remblais de la fouille d’Usspann, d’autre part les résultats des fouilles sur les secteurs proprement celtiques, c’est-à-dire les remparts. Cette documentation pose plusieurs problèmes. Le matériel issu de la statio d’Usspann provient de couches remaniées. Un état celtique n’a pas pu être mis en évidence dans ce secteur, mais le matériel – amphores Dressel I et monnaies – suggère la présence d’un habitat laténien à proximité. De même, la fouille du rempart n’a livré que peu de mobilier, ce qui ne permet pas une datation fine du site. Il faudra attendre la fouille d’autres secteurs, en particulier de zones d’habitat, pour avoir des éléments plus précis. Ces fouilles sont prévues lors des campagnes de 1997 à 1999.

17Énumérons cependant rapidement les éléments en notre possession qui permettent une première datation. Tout d’abord le matériel provenant du murus gallicus :

  • un “Muschelstater” (statère de type LT 9444-9, fig. 8) provient de la partie avant du rempart, d’une couche de grands blocs qui forment l’assise du massif de pierres. Cette monnaie était disposée de telle manière que ľ on peut se demander si nous ne sommes pas en présence d’un dépôt de fondation. Dans la vallée du Rhin, elle est datée de la fin du IIe ou du début du Iers. av. J.-C. ;

  • un fragment de bracelet en verre pourpre de section triangulaire attribué généralement à LT D1. Il a été découvert dans la couche scellant le pied du parement. Il est à mettre en relation avec la construction du rempart, au plus tard ;

  • le matériel céramique découvert, en quantité restreinte, forme un lot homogène attribuable à LT D, même si l’on note également la présence de quelques tessons plus anciens (Bronze final ou Hallstatt) trouvés dans la masse du rempart principal.

18Il apparaît donc que le matériel archéologique provenant de la fouille du murus gallicus est assez homogène et lié à LT D. Parmi ces objets plusieurs ont un caractère précoce (LT D1), mais, hormis un fragment de céramique découvert dans les couches supérieures du fossé, aucun n’est caractéristique de LT D2. On peut donc proposer une occupation du site depuis LT D1. Plusieurs fragments d’amphore Dressel 1A ont également été découverts dans la masse du rempart interne du Bœrenkupfel, sur lequel un sondage a été réalisé en 1996. Ces fragments donnent ainsi une indication sur la construction de ce rempart, qui semble être contemporain du rempart principal.

19Cette datation est renforcée par d’autres remarques d’ordre plus général :

  • la numismatique celtique attribuable au site, et qui provient en particulier de remblais de la fouille de ľUsspann, indique une nette prédominance du potin au sanglier dit “leuque” (LT 9078). Si on compare ce faciès monétaire avec ce que ľ on rencontre dans la cité voisine des Trévires, il apparaît qu’il correspond plutôt à un faciès de LT D1. Il manque ici des monnaies plus caractéristiques de LT D2, comme les potins trévires. La seule monnaie celtique récente est une monnaie de TOGIRIX (LT 5550) ;

  • la taille du site en elle-même, aux alentours de 170 ha, correspond plus à un oppidum fondé à LT D1. En effet, si on observe les oppida pour lesquels une fondation à LT D2 est proposée – comme Bâle (Suisse), La Chaussée-Tirancourt (Somme), Pommiers (Aisne) –, on constate que leur taille n’excède jamais quelques dizaines d’hectares ;

  • un dernier élément de réflexion concerne l’architecture du murus gallicus. Il ne comporte qu’une phase construite. Une recharge plus récente est envisageable, mais difficile à mettre en évidence. La durée de vie d’un rempart à poutrage interne est malaisée à estimer. Les études faites en Bohême suggèrent au maximum une trentaine d’années, avant que le bois ne pourrisse et qu’une réfection ne s’avère nécessaire. Même si on double cette estimation, on dépasse tout juste le demi-siècle d’existence. Par conséquent, si on admet une occupation du site dès LT D1, et une construction du rempart peu après, celui-ci a difficilement pu dépasser le milieu du Ier s. av. J.-C.

Fig. 5 : Vue du parement.

Fig. 5 : Vue du parement.

Fig. 6 : Vue de la coupe lors de la campagne de 1996.

Fig. 6 : Vue de la coupe lors de la campagne de 1996.

Fig. 7 : Vue générale de la fouille avec le rempart et le fossé en avant-plan.

Fig. 7 : Vue générale de la fouille avec le rempart et le fossé en avant-plan.

Fig. 8 : Le Muschelstater de la partie avant du rempart (photo E. Meriel).

Fig. 8 : Le Muschelstater de la partie avant du rempart (photo E. Meriel).

3.3. Questions historiques : le Fossé des Pandours et les Médiomatriques

20L’oppidum du Fossé des Pandours est à considérer comme un oppidum médiomatrique. Cette attribution ne pose plus de problème si on admet une fondation du site à LT D1. Reprenons rapidement les événements qui ont jalonné l’histoire de la plaine rhénane au Ier siècle avant J.-C. Les textes qui reflètent l’état le plus ancien sont deux mentions de géographie politique rhénane : César puis Strabon, en se fondant certainement sur Posidonios, énumèrent les cités installées le long du Rhin :

“Il [Le Rhin] prend sa source chez les Lépontes, habitants des Alpes, parcourt d’une allure rapide un long espace à travers les pays des Nantuates, des Helvètes, des Séquanes, des Médiomatrices, des Triboques, des Trévires ; ...” (César IV, 10,3)
“Aux Helvètes succèdent sur les bords du Rhin les Séquanes et les Médiomatrices, au milieu desquels s’est fixé un peuple germanique venu de l’autre rive du fleuve où était son berceau : les Triboques” (Strabon IV, 3,4).

21De ces mentions, il ressort clairement que tant les Séquanes que les Médiomatriques et les Trévires touchaient au Rhin dans leur partie orientale. Cette situation change avec l’arrivée d’Arioviste qui, pour service rendu, réclame un tiers du pays séquane, peu avant l’intervention de César en Gaule. À cette occasion on voit également apparaître le nom des peuples des Triboques, Némètes et Vangiones qui formeront les cités frontalières à l’époque gallo-romaine.

22On peut donc supposer que les trois grandes cités gauloises des Séquanes, Médiomatriques et Trévires ont été amputées d’une partie de leur territoire, côté est, vers le milieu du Ier s. av. J.-C. Le détail de ces bouleversements est plus complexe à saisir, mais pour ce qui concerne les relations entre Médiomatriques et Triboques, il faut peut-être admettre une installation en deux temps. D’abord une installation des Triboques sur le territoire médiomatrique, installation que César a certainement favorisée, comme il a soutenu l’installation des Boïens chez les Éduens. Les Triboques deviennent ainsi en quelque sorte les clients des Médiomatriques. Dans un second temps, lors de la réorganisation administrative sous Auguste, les Triboques obtiennent la pleine possession de leur territoire, correspondant au département du Bas-Rhin, et forment à ce moment la cité des Triboques avec comme capitale Brocomagus (Brumath).

23Ces bouleversements ont certainement laissé des traces sur l’occupation des sols et donc sur les différents sites de la plaine rhénane. Ce n’est certainement pas un hasard si l’oppidum trévire du Titelberg connaît son « âge d’or » à LT D2, à un moment où doit intervenir un déplacement des centres politiques et économiques des cités rhénanes vers l’Ouest.

24Ce phénomène est certainement aussi envisageable pour la cité des Médiomatriques pour laquelle deux oppida importants sont connus au début du Ier siècle av. J.-C. : Metz et le Fossé des Pandours. Ce sont les deux seuls sites qui répondent à la définition d’un oppidum, centre politique et économique qui contrôle une vaste région. Ce sont d’ailleurs les deux seuls sites pour lesquels on connaît un nombre important d’amphores Dressel I, témoins de leur rôle économique (Baudoux 1996). Pour la période de l’Indépendance, il faut certainement envisager la cité des Médiomatriques comme une cité bipolaire. Le titre de capitale n’est attesté pour Metz que bien plus tard. La première mention de Divodurum en tant que capitale ne provient que de Tacite (Histoires, I, LXIII), à propos des événements qui opposèrent Vitellius à Galba en 68 après J.-C. Le centre de gravité de la cité médiomatrique s’est alors définitivement déplacé vers l’Ouest.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ADAM A.-M., LAFON X., 1989, « Col de Saverne », in : PLOUIN S. dir., 1989, L’Alsace celtique : 20 ans de recherches (catalogue d’exposition, Colmar, Mulhouse, Haguenau), Colmar, imp. Edac, p. 105-107.

ADAM A.-M., LAFON X., 1993, « Une occupation militaire au Col de Saverne ? Matériel métallique et questions historiques », C.A.A.A.H., t. XXXVI, p. 115-125.

BACHMEYER L. 1922. Das Köpfel bei Zabern, Saverne, 4 p.

BAUDOUX J. 1996, Les amphores du Nord-Est de la Gaule, Paris, Maison des Sciernces de l’Homme, 215 p. (DAF, 52).

FICHTL S. 1996, « L’oppidum gaulois du Fossé des Pandours au Col de Saverne (Bas-Rhin) », Pays d’Alsace, archéologie, Soc. His. Arch. de Saverne et Environs, t. 177, 4, p. 3-4.

FICHTL S. 1997, « Le murus gallicus de l’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours, (Col de Saverne, Bas-Rhin) : fouille 1995-1996 », C.A.A.A.H., t. XL, p. 33-56.

FICHTL S. 1998, « Le Rhin supérieur et moyen du IIe s. av. J.-C. à la fin du Ier s. av. J.-C. : quelques réflexions sur les questions de peuplement », Germania, Bd 76, 2, à paraître.

FORRER R., 1926, « Des enceintes fortifiées préhistoriques, romaines et anhistoriques d’Alsace », B.S.C.M.H.A., IIe s., t. 26, p. 1- 4.

GUTMANN K.S., 1913, « Die neolithische Bergfeste von Otlingen », Praehistorische Zeitschrift, Bd V, 1/2, p. 158-205.

LAFON X., ALEXANDRE-BAUDOUX J. 1988, « Les amphores Dressel I du Fossé des Pandours (Col de Saverne) », R.A.E., t. XXXIX, p. 129-134.

LAFON X., 1990, « Recherches en cours au Col de Saverne : la statio gallo-romaine de l’Usspann », Pays d’Alsace, archéologie, Soc. His. Arch. de Saverne et Environs, t. 153, IV, p. 20-30.

PÉTRY F., 1981, « Comment s’est organisée la société dans la région de Saverne », Histoire et Archéologie, les Dossiers, 58, novembre 1981, p. 58-69.

WIEDENHOFF J .-P, HATT J .-J., 1954, « La station du relais romain de l’Usspann près du Col de Saverne, fouilles 1949- 1954 », C.A.H.A., n° 134, p. 35-51.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de l’oppidum du Fossé des Pandours.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 . Vue aérienne du site. Cliché S. Fichtl
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3 : Carte de la cité des Médiomatriques à LT DI.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 4 : Coupe du murus gallicus.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 : Vue du parement.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 6 : Vue de la coupe lors de la campagne de 1996.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 7 : Vue générale de la fouille avec le rempart et le fossé en avant-plan.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 8 : Le Muschelstater de la partie avant du rempart (photo E. Meriel).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17236/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Université des Sciences Humaines de Strasbourg, URA 988
Place Sébastien Brant, F – 67000 Strasbourg

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search