Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Les monnaies celtiques du Rhin supérieur

Andreas Burkhardt

Résumé

Les recherches récentes sur le numéraire celtique du Rhin supérieur ont abouti à une nouvelle classification des monnaies. Basée particulièrement sur des analyses métallographiques (spectrométrie par fluorescence X à énergie dispersive) entreprises dans le Laboratoire de Géochimie de l’Institut de Minéralogie et Pétrographie de l’Université de Bâle, cette typologie conduit à de nouvelles données sur les circulations, les origines de fabrication et la reconnaissance indubitable de lots de monnaies semblables. En découlent en outre une chronologie plus assurée des fabrications et de nouveaux indices sur l’économie de la fin de l’époque gauloise. Ces recherches intègrent une série d’études transfrontalières (Bade, Haut-Rhin, Suisse) renouvelant les problématiques de la cité des Rauraques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Modèles et imitations

Les plus anciennes monnaies de notre région remontent au IIIe s. avant notre ère. Copies libres d’exemplaires grecs, ces monnaies celtiques en or sont désignées sous le type de statères dits PHILIPPOU. Ces nominaux sont traités dans le pur style celtique et leur titre est plus faible que celui des modèles grecs, les rapprochant davantage des modules en argent. L’une des formes distinctives des monnaies en or bas de notre région est celle dite “en coquille”, ne renfermant plus que de l’argent (vers – 100). Les quarts de statères sont fortement représentés à Bâle. Leur présence démontre qu’un trafic monétaire intense exige autant de menue monnaie que de nominaux de forte valeur.

Depuis le IIe s. avant notre ère, la part des monnaies divisionnaires d’argent va croissant, de même qu’apparaît une inflation larvée, sensible dans la baisse des alois. Les plus répandues sont les oboles massaliotes, dont les prototypes de Gaule méridionale (MASSALIA) sont...

Auteur

Institut für Zerstörungsfreie Analytik und Archäometrie
Ensingerstrasse 31. CH – 3006 Bern

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search