Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Les monnaies celtiques du Rhin supérieur

Andreas Burkhardt

Résumé

Les recherches récentes sur le numéraire celtique du Rhin supérieur ont abouti à une nouvelle classification des monnaies. Basée particulièrement sur des analyses métallographiques (spectrométrie par fluorescence X à énergie dispersive) entreprises dans le Laboratoire de Géochimie de l’Institut de Minéralogie et Pétrographie de l’Université de Bâle, cette typologie conduit à de nouvelles données sur les circulations, les origines de fabrication et la reconnaissance indubitable de lots de monnaies semblables. En découlent en outre une chronologie plus assurée des fabrications et de nouveaux indices sur l’économie de la fin de l’époque gauloise. Ces recherches intègrent une série d’études transfrontalières (Bade, Haut-Rhin, Suisse) renouvelant les problématiques de la cité des Rauraques.

Texte intégral

1. Modèles et imitations

1Les plus anciennes monnaies de notre région remontent au IIIe s. avant notre ère. Copies libres d’exemplaires grecs, ces monnaies celtiques en or sont désignées sous le type de statères dits PHILIPPOU. Ces nominaux sont traités dans le pur style celtique et leur titre est plus faible que celui des modèles grecs, les rapprochant davantage des modules en argent. L’une des formes distinctives des monnaies en or bas de notre région est celle dite “en coquille”, ne renfermant plus que de l’argent (vers – 100). Les quarts de statères sont fortement représentés à Bâle. Leur présence démontre qu’un trafic monétaire intense exige autant de menue monnaie que de nominaux de forte valeur.

2Depuis le IIe s. avant notre ère, la part des monnaies divisionnaires d’argent va croissant, de même qu’apparaît une inflation larvée, sensible dans la baisse des alois. Les plus répandues sont les oboles massaliotes, dont les prototypes de Gaule méridionale (MASSALIA) sont fortement convertis dans le style celtique propre aux officines régionales. Cette référence, qui connaît ici un grand succès, témoigne d’échanges privilégiés par le couloir rhodanien.

2. Numéraires de métal précieux

3Les nominaux d’argent les plus répandus (entre -100 et -50, voire au-delà) sont les quinaires KALETEDOU, qui apparaissent dans tous les sites laténiens de la région. Là encore, il s’agit d’une imitation des deniers républicains connus depuis le IIe s. avant notre ère. Les qui naires KALETEDOU présentent de nombreuses variantes locales, reflet de l’originalité de chaque atelier monétaire et des graveurs de matrices.

Fig. 1 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 1 à 3 (Bâle, Burkhardt 1994)

Fig. 1 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 1 à 3 (Bâle, Burkhardt 1994)

Fig. 2 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 4 à 6 et Leuques 1 (Bâle, Burkhardt 1994)

Fig. 2 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 4 à 6 et Leuques 1 (Bâle, Burkhardt 1994)

4Depuis le Ier s. avant notre ère coexistent dans notre région les anciens monnayages à exergues grecques et de nouveaux à inscriptions latines, comme les quinaires de NINNO-MAUC, Q. DOCI. SAMF, TOGIRIX.

3. Potins

5Une autre technique de fabrication de pièces s’applique au coulage des potins, avancée technologique remarquable qui, au Ier siècle avant notre ère, est répandue dans tous les grands sites du Rhin supérieur (fig. 1 et 2). Plusieurs groupes très étendus de potins apparaissent : séquanes, leuques ou rauraques, bien que dans une zone géographique déterminée, l’adoption d’un type général prenne la forme de variantes locales, saisissables dans les différences des détails de figuration ou encore de composition des alliages. Les potins leuques comptent parmi les plus anciens, les plus fréquemment rencontrés sont les séquanes. Le développement du numéraire de La Tène finale est aisément perceptible à l’étude du groupe monétaire des potins séquanes. Les plus anciens sont anépigraphiques, tandis que les plus récents supportent des appellatifs latins.

4. Frappes tardives

6Les dernières monnaies celtiques sont encore produites au cours de la période augustéenne précoce. Parmi ces fabrications tardives, l’on compte des potins (ODOCI. TOC-TOC) et des frappes de cuivre au nom de TURONOS CANTORIX, d’autres frappes des ADUATUQUES.

7Également à la période augustéenne précoce appartient un type de frappe, dit GERMANUS INDULLIL., dont l’appartenance celtique ou romaine a été longuement discutée par les numismates.

8Le nombre total des monnaies celtiques étudiées dans notre région se monte à 656, dont 100 de métal précieux. Ce corpus est documenté par les fouilles systématiques et les observations portant sur des contextes assurés réalisées par les archéologues régionaux.

9Cette étude dépasse le cadre strictement numismatique et apporte un nouvel éclairage sur les liens économiques de cette fin de la Protohistoire. L’image émerge d’un grand nombre de nominaux en métal précieux ou en alliages de valeur secondaire, circulant simultanément et reflétant un système monétaire évolué d’une région du Rhin supérieur qui fonctionne comme un espace économique cohérent.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BURKHARDT A.. 1994a, « Keltische Fundmünzen von Basel-Gasfabrik und Basel-Münsterhügel », in : JUD P. dir., 1994, Die spätkeltische Zeit am südlichen Oberrhein/Le Rhin supérieur à la fin de l’époque celtique (actes du colloque de Bâle, 17 au 17 octobre 1991), Basel. p. 72-77.

BURKHARDT A., 1994b, « Les monnaies celtiques de Sierentz et de Haute-Alsace. 2. Etude analytique et numismatique », C.A.A.A.H., t. 37, p. 73-99.

BURKHARDT A.. DEHN R., STERN W., WOLF J .-J., 1996. « Les monnaies celtiques : le premier numéraire du Rhin Supérieur », in : PLOUIN S., DUNNING C., JUD P. dir., 1996, Trésors Celtes et Gaulois (catalogue d’exposition, Colmar, 16 mars au 2 juin 1996), Strasbourg, éd. Valblor, p. 218-227.

BURKHARDT A., STERN W., HELMIG G., 1994, Keltische Münzen aus Basel, Numismatische und metallanalytische Untersuchungen, Bâle, Schweizeriche Gesellschaft fur Ur- und Frühgeschichte, 435 p., ill. (Antiqua, 25).

BURKHARDT A., WOLF J.-J., 1996, Les monnaies celtiques du Rhin Supérieur. Pré-actes du colloque AFEAF, Colmar-Mittelwihr.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 1 à 3 (Bâle, Burkhardt 1994)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 2 : Typologie des potins régionaux du Rhin supérieur : Séquanes 4 à 6 et Leuques 1 (Bâle, Burkhardt 1994)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteur

Institut für Zerstörungsfreie Analytik und Archäometrie
Ensingerstrasse 31. CH – 3006 Bern

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search