Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Les fours de potiers archéologiquement « entiers » du monde celtique et gallo-romain

Erwin Kern

Résumé

De très nombreux fours de potiers sont parvenus jusqu’à nous, mais généralement la partie supérieure du laboratoire est détruite, et les hypothétiques reconstitutions d’une coupole n’ont été attestées par aucun témoin archéologique. L’étude de plusieurs centaines de fours de potiers laténiens et gallo-romains, et la découverte d’un four de potier entier et de quelques témoins de rebords de laboratoire permettent aujourd’hui d’avancer qu’il n’existait dans nos régions, comme dans tout l’empire romain, qu’un seul type de four de potier – sans coupole et à tirage vertical –, hérité du modèle en usage dans le bassin méditerranéen depuis le IVe millénaire.

Texte intégral

1. Bourgheim, un village celtique et gallo-romain

1Le site gallo-romain de Bourgheim (Bas-Rhin) fait l’objet d’une surveillance archéologique depuis 1978, particulièrement à l’occasion de travaux d’assainissement et de l’implantation d’un lotissement sur le lieu-dit Burggartenreben. La bourgade celtique s’était implantée sur la bordure d’une terrasse loessique dominant le Bruch de l’Andlau. Le site laténien fut romanisé dès le début du Ier s. après J.-C. La proximité d’une zone de passage avait favorisé le développement des activités artisanales et commerciales, et notamment la production de céramiques. Pour la période de La Tène finale comme pour la période romaine, les vestiges les plus importants sont liés aux activités de potiers : cinq fours laténiens et une cinquantaine de fours gallo-romains ont été étudiés.

2Si, du fait de leur aménagement souterrain, de nombreux fours sont parvenus jusqu’à nous, même aux fours les mieux conservés il manque la partie supérieure du laboratoire ; en effet cette partie, qui se situe au niveau et au-dessus du sol d’usage, est la plus exposée aux dégradations. À Bourgheim ont été découverts les seuls fours définissables comme archéologiquement “entiers” : un four de la période de La Tène finale III (ou D2 de Reinecke) et un four de la période romaine, qui constituent des vestiges exceptionnels pour le monde celtique et antique. J’ai pu les explorer en 1985, au cours des travaux de viabilisation du lotissement.

2. Un four reconstituable de La Tène finale

3De part et d’autre du four laténien, la zone traversée par la pose du tout-à-l’égout comprenait un épais niveau d’occupation gauloise. Le four se présentait en coupe dans la paroi de la tranchée, ce qui a facilité son étude stratigraphique (fig. 1). Une grande quantité de tessons de vases de forme balustre, provenant peut-être du dernier chargement, se trouvait encore dans le laboratoire, sur les banquettes centrales et dans les carneaux circulaire et médian de la chambre de chauffe (fig. 2).

Fig. 1 : Plan et coupe du four de potier de La Tène finale III (D2). Dans la partie inférieure, les carneaux circulaire et médian ont été taillés dans le loess et les deux banquettes semi-circulaires laissées en réserve. Dans ce four, le chargement de céramiques était déposé directement sur les banquettes, mais le même type de construction pouvait être complété d’une sole perforée à laquelle les banquettes servaient de murets de soutien. Ce four était chauffé par un foyer auquel le reliait un alandier ; le foyer, l ’alandier et les carneaux étaient aménagés à la même profondeur (le même type de four pouvait être chauffé simultanément par deux foyers symétriques). La tranchée du tout-à-l’égout a touché le four et détruit son alandier ; dans la partie est, le laboratoire a été entaillé par une fosse gallo-romaine. Les vestiges du four sont scellés par la couche d’occupation laténienne contenant des céramiques et des monnaies.

Fig. 1 : Plan et coupe du four de potier de La Tène finale III (D2). Dans la partie inférieure, les carneaux circulaire et médian ont été taillés dans le loess et les deux banquettes semi-circulaires laissées en réserve. Dans ce four, le chargement de céramiques était déposé directement sur les banquettes, mais le même type de construction pouvait être complété d’une sole perforée à laquelle les banquettes servaient de murets de soutien. Ce four était chauffé par un foyer auquel le reliait un alandier ; le foyer, l ’alandier et les carneaux étaient aménagés à la même profondeur (le même type de four pouvait être chauffé simultanément par deux foyers symétriques). La tranchée du tout-à-l’égout a touché le four et détruit son alandier ; dans la partie est, le laboratoire a été entaillé par une fosse gallo-romaine. Les vestiges du four sont scellés par la couche d’occupation laténienne contenant des céramiques et des monnaies.

4Un grand fragment de la partie supérieure du laboratoire, comportant un bord arrondi et lissé, s’était détaché au moment du remblaiement du four après sa désaffectation et avait glissé le long de la paroi, contre laquelle il était maintenu, encore en position verticale, par la terre de remplissage (fig. 3). D’après ce témoin, on peut estimer à 0,95 m la hauteur du laboratoire et affirmer que la paroi était verticale jusqu’au sommet ; la courbure du bord épousait parfaitement le cylindre du laboratoire, qui avait un diamètre de 1,23 m.

Fig. 2 et 3 : Les vestiges du four de potier de La Tène finale III (D2). Le fragment du bord du laboratoire, plaqué contre la paroi au long de laquelle il avait glissé, était maintenu en position verticale par les remblais ; il était facilement identifiable par sa structure loessique rubéfiée recouverte d’une couche de torchis durcie par la chaleur, et par son profil arrondi.

Fig. 2 et 3 : Les vestiges du four de potier de La Tène finale III (D2). Le fragment du bord du laboratoire, plaqué contre la paroi au long de laquelle il avait glissé, était maintenu en position verticale par les remblais ; il était facilement identifiable par sa structure loessique rubéfiée recouverte d’une couche de torchis durcie par la chaleur, et par son profil arrondi.

Fig. 4 : Plan et coupe du four gallo-romain du IIe s. ap. J.-C. C’est l’exemple le plus commun des fours de potiers ; il comporte une sole perforée reposant sur un muret de soutien aménagé dans la chambre de chauffe. Le passage de la conduite d’eau principale du lotissement a détruit le foyer, l’alandier et la moitié du four. Le terrassement pour la nouvelle rue a été arrêté à quelques centimètres au-dessus du laboratoire.

Fig. 4 : Plan et coupe du four gallo-romain du IIe s. ap. J.-C. C’est l’exemple le plus commun des fours de potiers ; il comporte une sole perforée reposant sur un muret de soutien aménagé dans la chambre de chauffe. Le passage de la conduite d’eau principale du lotissement a détruit le foyer, l’alandier et la moitié du four. Le terrassement pour la nouvelle rue a été arrêté à quelques centimètres au-dessus du laboratoire.

3. Un four gallo-romain entier

5Au cours de la même phase de travaux de viabilisation, j’ai également étudié un four gallo-romain du début du IIe s., qui présentait la particularité unique d’avoir conservé son laboratoire sur toute sa hauteur (fig. 4). D’un diamètre de 1,24 m et d’une hauteur totale de 0,83 m, la paroi cylindrique, enduite de torchis et rubéfiée, s’achevait par un bord formant un bourrelet (fig. 5). Tout autour, le sol d’usage avait été rehaussé par une couronne de loess de 8 cm d’épaisseur et de 24 cm de large, recouverte du même enduit de torchis que celui de la paroi, mais dont les traces rubéfiées s’estompaient progressivement à partir du milieu du bourrelet vers l’extérieur (fig. 6). Ce laboratoire avait été exceptionnellement conservé grâce à la profondeur de l’enfouissement du four ; cependant, le terrassement s’étant arrêté à quelques centimètres à peine au-dessus du laboratoire, le passage des engins en avait tassé et fissuré le bord ainsi que la paroi.

Fig. 5 et 6 : Les vestiges du four de potier gallo-romain du IIe s. ap. JC. Le passage des engins a entraîné un tassement de la paroi, mais le bord du laboratoire est en grande partie resté en place, permettant d’observer pour la première fois le profil complet d’un four de potier. Le torchis de revêtement de la paroi recouvre également le bord et s ’étend sur une largeur de 024 m, mais il n’est rubéfié que le long de la paroi.

Fig. 5 et 6 : Les vestiges du four de potier gallo-romain du IIe s. ap. JC. Le passage des engins a entraîné un tassement de la paroi, mais le bord du laboratoire est en grande partie resté en place, permettant d’observer pour la première fois le profil complet d’un four de potier. Le torchis de revêtement de la paroi recouvre également le bord et s ’étend sur une largeur de 024 m, mais il n’est rubéfié que le long de la paroi.

4. Autres témoins de bords de laboratoires reconnus

6Dans le remplissage d’un four gallo-romain découvert sur le même site en 1982, j’avais recueilli plusieurs fragments d’un bord de laboratoire. J’en avais déjà retrouvé de semblables en 1974, dans l’officine de céramique sigillée de Boucheporn, en Lorraine, mais l’absence de découverte comparable m’avait à l’époque retenu de proposer la restitution d’un four ouvert : les reconstitutions hypothétiques de fours à coupole faisaient alors autorité ; on en rencontre encore couramment dans les publications, bien qu’aucun témoin archéologique ne soit venu les étayer.

7Les données qui précèdent et les observations que j’ai effectuées sur quelques centaines de fours de potiers laténiens et gallo-romains m’autorisent aujourd’hui à avancer que, malgré les différences de construction, dépendant par exemple du choix du terrain et des matériaux utilisés, il n’existait dans nos régions, comme dans tout l’empire romain, qu’un seul type de four de potier – sans coupole et à tirage vertical –, hérité du modèle en usage dans le bassin méditerranéen depuis le IVe millénaire.

5. Un modèle de four de potier universel

8Le fonctionnement de ce four s’apparente à celui d’une cheminée à feu ouvert et nécessite la prise en compte de divers paramètres : ouverture du foyer, longueur et section de l’alandier, répartition des carneaux, hauteur et diamètre du laboratoire... Qu’il ait été enterré, semi-enterré ou construit en pierres, en briques ou en terre sur la surface du sol, cylindrique ou parallélépipédique, chaque four comportait deux niveaux distincts. La chambre de chauffe, communiquant avec le foyer par l’alandier, était surmontée d’une chambre de cuisson, ou laboratoire ; ces deux niveaux étaient le plus souvent séparés par une sole perforée permettant à la chaleur de se répandre à travers le chargement de céramique. Le laboratoire restait ouvert pour assurer le tirage nécessaire ; selon le type de cuisson, le tirage pouvait être régulé par une couverture partielle du chargement composée de grands tessons, de mottes de terre, ou seulement de touffes d’herbe.

6. Matériaux de recouvrement des laboratoires

9Une fouille de sauvetage effectuée dans l’officine de céramique sigillée de Dinsheim-Heiligenberg en 1993 a livré des fragments de galettes d’argile durcies par la chaleur, portant des empreintes de bords et de pieds de vases avec lesquels les galettes étaient en contact au moment de la cuisson. Il semblerait que ces accessoires, qui ont des analogies avec les colifichets utilisés pour caler les piles de céramiques, aient servi à recouvrir le chargement sur lequel ils avaient été posés, la pâte encore molle ; les galettes mesurent environ 60 cm de diamètre et 1 cm d’épaisseur et présentent par ailleurs de nombreuses marques de semelles cloutées, qui suggèrent la manière dont le potier foulait les pains d’argile pour les aplatir et les étirer. D’après ces témoins, on peut affirmer que les fours destinés à la cuisson de la céramique sigillée relevaient également du principe du tirage vertical, régulé par une ouverture partielle et provisoire.

7. Des productions variées pour un même modèle de four

10Dans les mêmes fours, les céramiques à pâte claire étaient obtenues par une cuisson en atmosphère oxydante (une arrivée d’air vers la fin de la cuisson provoque une réaction des oxydes de fer contenus naturellement dans l’argile) ; les céramiques à pâte grise ou noire, par une cuisson en atmosphère réductrice (dans un four colmaté en fin de cuisson). Un espace aménagé devant le foyer permettait d’alimenter le feu et d’établir une convection naturelle. Dans le four de Bourgheim, par exemple, cet espace est particulièrement réduit, mais il n’était pas nécessaire d’attirer les vents dominants pour conduire le feu. L’orientation du foyer était indifférente, l’influence des vents et des pressions atmosphériques n’intervenant qu’au niveau de l’évacuation.

11Le fragment de bord du four laténien de Bourgheim a été prélevé avec le matériel archéologique contenu dans les remblais ; les vestiges de ce four ont pu être maintenus en place, rue des Potiers. Le four gallo-romain est conservé, archéologiquement “entier”, sous la chaussée, rue des Fours.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan et coupe du four de potier de La Tène finale III (D2). Dans la partie inférieure, les carneaux circulaire et médian ont été taillés dans le loess et les deux banquettes semi-circulaires laissées en réserve. Dans ce four, le chargement de céramiques était déposé directement sur les banquettes, mais le même type de construction pouvait être complété d’une sole perforée à laquelle les banquettes servaient de murets de soutien. Ce four était chauffé par un foyer auquel le reliait un alandier ; le foyer, l ’alandier et les carneaux étaient aménagés à la même profondeur (le même type de four pouvait être chauffé simultanément par deux foyers symétriques). La tranchée du tout-à-l’égout a touché le four et détruit son alandier ; dans la partie est, le laboratoire a été entaillé par une fosse gallo-romaine. Les vestiges du four sont scellés par la couche d’occupation laténienne contenant des céramiques et des monnaies.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 2 et 3 : Les vestiges du four de potier de La Tène finale III (D2). Le fragment du bord du laboratoire, plaqué contre la paroi au long de laquelle il avait glissé, était maintenu en position verticale par les remblais ; il était facilement identifiable par sa structure loessique rubéfiée recouverte d’une couche de torchis durcie par la chaleur, et par son profil arrondi.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 4 : Plan et coupe du four gallo-romain du IIe s. ap. J.-C. C’est l’exemple le plus commun des fours de potiers ; il comporte une sole perforée reposant sur un muret de soutien aménagé dans la chambre de chauffe. Le passage de la conduite d’eau principale du lotissement a détruit le foyer, l’alandier et la moitié du four. Le terrassement pour la nouvelle rue a été arrêté à quelques centimètres au-dessus du laboratoire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 et 6 : Les vestiges du four de potier gallo-romain du IIe s. ap. JC. Le passage des engins a entraîné un tassement de la paroi, mais le bord du laboratoire est en grande partie resté en place, permettant d’observer pour la première fois le profil complet d’un four de potier. Le torchis de revêtement de la paroi recouvre également le bord et s ’étend sur une largeur de 024 m, mais il n’est rubéfié que le long de la paroi.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteur

6, rue du général Gouraud. F – 67000 Strasbourg

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search