Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

L’établissement de La Tène finale de Sausheim Rixheimer Feld-Luessbuehl

Jean-Jacques Wolf et Andreas Nurkhardt

Résumé

Le projet d’aménagement d’une nouvelle zone d’activités à Sausheim a nécessité une intervention de sauvetage en 1994. La stratégie d’investigation a bénéficié de la couverture aérienne réalisée par le SDAHR, ciblant les sondages préalables sur les zones contenant des vestiges archéologiques. Les fouilles de sauvetage ont documenté les ensembles chronologiques du Rubané ancien, Bronze ancien. Hallstatt, La Tène finale et apporté des compléments intéressants sur la géologie du Quaternaire récent et la structure de l’occupation humaine de la plaine de Haute-Alsace.

Texte intégral

1. Les structures (fig. 1)

1Deux fossés parallèles de La Tène finale ont été repérés sur près de 300 m de longueur par la prospection aérienne. Ils pourraient, sous toute réserve, appartenir à une enceinte de très grande taille. À proximité, plusieurs structures (synchrones ?) ont été plus particulièrement étudiées : deux puits à eau et deux fosses composant les annexes d’un établissement de durée et d’extension limitées. Si les puits semblent appartenir à un ensemble d’habitat, encore que le nombre de fibules qui y ont été trouvées soulève l’interrogation, l’une des fosses (n° 2) présente un dispositif dont la fonction nous échappe.

2. Le mobilier

2L’étude ostéologique a porté sur 1531 restes osseux (1209 pour le puits 1 (fig. 2) et 303 pour la fosse 2), où prédominent bovinés, ovicaprinés et équidés. Il faut noter la présence d’os humains dans la fosse 2, dont sept rongés par les chiens, et la faible représentation des espèces issues de la chasse.

3Les structures excavées sont riches en mobilier datant : quatorze fibules (douze pour le puits 1 et deux pour la fosse 2), fragments de bracelets de verre, céramiques culinaires et de service, amphores italiques et ibériques, dont un timbre de DEMETR (fig. 3), potins rèmes et leuque, quinaire. La typologie céramique de Sausheim recouvre une partie de celle de Bâle Münsterhügel, et particulièrement des horizons de La Tène D2. À signaler un rebord de dolium du type Zürich Lindenhof (forme 6) qui survient à Bâle dans les derniers niveaux de La Tène finale. L’absence de céramique sigillée est totale.

3. Chronologie et correspondances

4Deux hypothèses s’affrontent.

3.1. Un seul ensemble chronologique

5L’ensemble du mobilier datant permet de situer l’établissement de Sausheim à La Tène D2. Compte tenu des correspondances avec d’autres sites régionaux datés et au vu du caractère ponctuel des structures, nous sommes enclins à limiter la durée d’occupation et à pla cer son abandon dans la seconde partie de La Tène D2, soit vers -30/-15. L’horizon de référence bâlois pourrait être la charnière entre les niveaux 2 et 3 du Münsterhügel, le quinaire Q. DOCI. SAM. F. et le dolium étant reconnus comme les éléments les plus récents.

Fig. 1 : Plan d’ensemble des structures de La Tèrte finale de Sausheim. 1,3. puits, 2,6. fosses, 4.fossé.

Fig. 1 : Plan d’ensemble des structures de La Tèrte finale de Sausheim. 1,3. puits, 2,6. fosses, 4.fossé.

Fig. 2 : Stratigraphie du puits 1 : 2 à 15. remblais d’abandon ; 16. dépôt d’équidé ; 17 à 20. effondrement du comblement primaire du puits.

Fig. 2 : Stratigraphie du puits 1 : 2 à 15. remblais d’abandon ; 16. dépôt d’équidé ; 17 à 20. effondrement du comblement primaire du puits.

Fig. 3 : Céramiques du puits 1.

Fig. 3 : Céramiques du puits 1.

6Les potins, quant à eux, posent problème et sont, dans ce contexte, des éléments plus anciens, attribués au début de La Tène D1. A priori, en l’absence de la détection d’une occupation de cette phase, il s’agirait plutôt d’éléments de longue utilisation que de mobiliers résiduels. Ceci paraît d’autant moins concevable que les trois potins sont peu usés.

3.2. Deux ensembles chronologiques

7Au vu des remarques établies sur les potins, la structure 2 pourrait, et elle seule, être de La Tène D1. Pourtant, ni le spectre typologique céramique (l’échantillonnage de la structure 2 est de surcroît limité), ni celui des fibules (fig 4) (celles de la structure 1 sont atypiques de La Tène D) ne permettent de trancher avec assurance. Le doute subsiste aussi sur la datation des fossés et leur éventuelle synchronisme avec les structures excavées. Le mobilier signant leur abandon se situe, de façon indistincte, à La Tène finale. Toute conclusion relative à la fonction d’un ensemble chronologiquement cohérent (Jud, Zehner 1996) nous paraît prématurée.

Fig 4 : Fibules des contextes La Tène finale.

Fig 4 : Fibules des contextes La Tène finale.

4. Occupation du sol et paléoenvironnement

8Il ressort de l’analyse de la distribution du peuplement que le terrain de la ZA du Rixheimerfeld se placerait depuis la Préhistoire dans une lacune d’occupation ou dans un terroir portant un habitat très sporadique, entre les sites d’Illzach/Île-Napoléon (auquel se rattachent les deux tertres étudiés en 1994) et de Sausheim-Est.

9Des établissements successifs y bordent un réseau de chenaux, dont le nombre paraît diminuer du Postglaciaire à l’Atlantique, irriguant la terrasse ellienne périodiquement érodée ou alluvionnée. Un certain nombre de formations pléistocènes et holocènes de cette partie de la plaine d’Alsace ont pu être identifiées et synchronisées avec les occupations humaines. Depuis Sierentz et Wettolsheim, les observations sur la série récente, depuis la fin du Rubané récent, d’érosions et de dépôts modifient considérablement notre perception d’une plaine plate, uniforme et monochrome : l’étude détaillée des terroirs devrait au contraire préciser l’adaptation de l’occupation du sol à une mosaïque de terres diverses.

10On a déjà vu pour les périodes plus anciennes (Néolithique) que le lien axial de la plaine de Haute-Alsace chaîne une suite continue de sites aux substrats divers, dont la caractéristique commune – et la raison probable de leur localisation – est, suite à la proximité de cours d’eau, la fertilisation par sédimentation périodique des sols. Cette structuration de l’occupation du sol, introduite par les premières communautés productrices, est, depuis lors, constante. Une permanence manifeste également par les tracés suggérés par les constellations de nécropoles tumulaires hallstattiennes, indices de localisation des habitats, et repris par les voies antiques, réseau dont on a pu voir, ailleurs (stratigraphie de Sierentz), la fixation dès La Tène finale.

5. Annexe : les monnaies de Sausheim

(Andreas BURKHARDT)

11Les potins rèmes du type 2 sont d’un alliage caractéristique de cuivre et d’étain à haute teneur en plomb (près de 20 %), tandis que antimoine (1 %) argent et arsenic (0,5-0,9 %) n’apparaissent que comme éléments résiduels. Quatre exemplaires de même composition proviennent de Bâle, un du Kegelriss. Les deux de Sausheim semblent issus du même atelier.

12Le potin leuque 1. CB, une forme immobilisée typique (casque bridé et croix sous le sanglier) n’est connu qu’à Tarodunum et au Kegelriss. Curieusement, celui de Sausheim s’approche par son effigie de la variante 1. CB, tandis que sa composition, à très fortes teneurs en antimoine et en plomb, le range dans le type 1 . CA. Jusqu’à présent, seuls les types 1 . CA (revers avec bride sous le sanglier) dépassent les 5 g.

13Le quinaire Q. DOCI. SAMF. est massif et son poids correspond aux standards des quinaires de la Gaule de l’Est. Il ne s’agit pas d’une imitation (deux exemplaires à Bâle), mais du type d’origine (un identique à Bâle).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

WOLF J.-J., VIROULET B., 1992, Sausheim, Ensisheim, Service départemental de l’Archéologie du Haut-Rhin.

WOLF J.-J., VIROULET B., BADER M., HEIDINGER H., BAUDOUX J., 1995, « Nouvelles découvertes pré- et protohistoriques à Sausheim (68) », C.A.A.A.H., t. XXXVIII, p. 35-53.

WOLF J.-J., 1996, « Sausheim, Rixheimerfeld », Bilan scientifique 1994, Strasbourg, S.R.A. Alsace, p. 61-62.

JUD P, ZEHNER M. 1996, « La Tène moyenne et finale dans le Sud de la plaine du Rhin supérieur », « in : PLOUIN S., DUNNING C., JUD P. dir., 1996, Trésors Celtes et Gaulois (catalogue d’exposition, Colmar, 16 mars au 2 juin 1996), Strasbourg, éd. Valblor, p. 202.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan d’ensemble des structures de La Tèrte finale de Sausheim. 1,3. puits, 2,6. fosses, 4.fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2 : Stratigraphie du puits 1 : 2 à 15. remblais d’abandon ; 16. dépôt d’équidé ; 17 à 20. effondrement du comblement primaire du puits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 3 : Céramiques du puits 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig 4 : Fibules des contextes La Tène finale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17200/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Auteurs

Institut für Zerstörungsffeie Analytik und Archäometrie
Ensingerstrasse 31, CH – 3006 Bern

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search