Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

La Tène moyenne et finale dans le Sud de la plaine du Rhin supérieur

Peter Jud et Muriel Zehner-Roth

Résumé

Comme dans de nombreuses régions, La Tène moyenne tarde à se faire connaître et les sites de La Tène finale, pourtant abondants, ne nous permettent pas encore de répondre à toutes les questions. La plaine du Rhin supérieur accueille deux ensembles culturels qui se distinguent par leur céramique, mais également par leur coutumes funéraires. La découverte de quelques structures de type “Viereckschanze” et des phases précoces de fana ouvre de nouvelles perspectives de recherches.

Texte intégral

1. Mise en place du cadre chronologique

1À l’image de ce qui se passe dans les régions voisines, les découvertes archéologiques datées de La Tène moyenne nous font défaut. Actuellement, on fait état d’un hiatus entre La Tène ancienne et La Tène finale. L’appauvrissement des tombes à la fin de La Tène ancienne et la rareté des sépultures à la fin du second Âge du Fer ne facilitent pas nos recherches. Nous ne recensons aucune sépulture de La Tène D2 et du début de l’époque romaine dans notre région. Cette absence est probablement liée à un problème de conservation ou de coutume funéraire ? Il faut attendre la période Tibère-Claude pour voir réapparaître des nécropoles.

2Alors que l’habitat La Tène moyenne est absent (1), les sites de La Tène D1 sont relativement nombreux dans la région mais rien ne prouve que tous ont existé simultanément. D’ailleurs, la plupart de ces habitats ne peuvent être datés que grossièrement de La Tène finale. On constate ensuite une récession de l’habitat à La Tène D2. Les sites pour lesquels cette phase est bien attestée sont des sites fortifiés de hauteur tels que Bâle-Münsterhügel et Sasbach-Limberg. Dans la plaine d’Alsace, cette phase est difficile à déchiffrer au niveau du matériel. Ce n’est que vers 60-40 av. J.-C. qu’apparaît à nouveau une série d’habitats qui continuent à être occupés à l’époque romaine.

2. La région et ses habitants

3Les massifs de la Forêt Noire, des Vosges et du Jura constituent les frontières occidentale, orientale et méridionale de la vallée du Rhin. Cette contrée se termine au Nord par le Palatinat. Au Sud-Ouest de la plaine du Rhin supérieur, nous constatons une région vide de sites entre Belfort et Monbéliard ; nous proposons ainsi d’y mettre provisoirement une frontière qui correspond également à la limite linguistique actuelle et à la ligne du partage des eaux.

4Pendant La Tène D1, période qui est bien représentée dans le Sud de la plaine du Rhin supérieur, il est possible de distinguer deux groupes culturels. L’étude céramologique a montré qu’il existait une différence perceptible dans le corpus des céramiques d’usage, c’est-à-dire les pots de stockage ou pots à cuire. Cette différence se perçoit au niveau des formes mais aussi au niveau de la technique.

5En Haute-Alsace, dans le Sud du Bade et dans la région de Bâle, les vases se reconnaissent aisément par l’utilisation systématique de mica doré ou argenté accompagné de chamotte comme dégraissant. Du point de vue morphologique, les bords de vases sont éversés et les cols marqués. Certains sont décorés de lunules ou portent un décor peigné vertical le long de la panse. Cette somme de détails leur confère un aspect très reconnaissable (fig. 1).

6La technique de fabrication d’argile est tout à fait différente dans le groupe nord, localisé en Basse-Alsace, de Haguenau à Sélestat, et seulement sur la rive gauche du Rhin, contrairement au groupe sud. Le mica est remplacé par un dégraissant à base de coquillages fossiles pilés recueillis dans les assises sédimentaires locales. Les formes de ces pots de stockages ou pots à cuire sont également différentes : les formes sont fermées, les bords ont une section en forme de massue et les décors sont inexistants.

7Pour le reste du corpus, notamment les céramiques fines, il n’existe pas de différence notoire.

8La distinction entre ces deux groupes est renforcée par des divergences au niveau des pratiques funéraires. À ce jour, le Nord ne pratiquerait que l’incinération alors que dans le Sud, l’inhumation et l’incinération (structures de type Grabgarten qui ont été repérées lors de photographies aériennes) sont utilisées. C’est un aspect que nous reprendrons un peu plus tard (fig. 2).

9Il est possible d’identifier le groupe sud aux Rauraques cités par les auteurs antiques tels que César, Pline et Ptolémée. Le nom romain de la ville d’Augusta Raurica, qui deviendra la capitale de cette région, confirme cette identification, au moins pour la fin de La Tène.

10La tribu des Triboques venait d’outre-Rhin. On suppose qu’elle obtint de ne pas être repoussée par César après la défaite d’Arioviste. Nous savons ainsi que cette population s’était installée en Basse-Alsace au début de l’époque romaine, mais nous ignorons quel était le nom de la tribu qui occupait ce territoire avant l’arrivée des Romains. La présence des Triboques en Basse-Alsace est attestée par deux bornes milliaires romaine, l’une découverte à Kaufenheim en 1859 (C.I.L. 9097) qui signale la “C(ivitas) TRIB(ocorum) AVRO(comagus)”, c’est à dire : "Brumath, cité des Triboques” ; l’autre découverte, en 1735, à Brumath même (fig. 3a-3b).

11Le spectre monétaire du Sud de la plaine du Rhin supérieur se différencie également des régions alentours et présente un faciès dit de la “Gaule de P Est”. Pour les monnaies en argent, à l’inverse du plateau suisse, il nous manque les imitations des drachmes de Padanie auxquelles sont préférées les oboles massaliotes. À ce jour, les monnaies dites “à la croix” sont également absentes, alors qu’elles sont caractéristiques dans la vallée du Neckar. Les potins de type Zurich sont rares dans la région du Rhin supérieur.

Fig. 1 : la. – Types céramiques du groupe culturel sud ; 1b. – Types céramiques du groupe culturel nord.

Fig. 1 : la. – Types céramiques du groupe culturel sud ; 1b. – Types céramiques du groupe culturel nord.

Fig. 2 : Carte de répartition des deux groupes culturels. – rond : groupe sud – triangle : groupe nord.

Fig. 2 : Carte de répartition des deux groupes culturels. – rond : groupe sud – triangle : groupe nord.

12Cette région peut rivaliser économiquement avec ses voisines grâce aux nombreux gisements de surface de nodules de minerai de fer qu’elle devait exploiter à la périphérie des Vosges et de la Forêt Noire et dans le Jura. Des échanges ont lieu avec la Méditerranée passant par la vallée du Rhône (amphores essentiellement, quelques céramiques campaniennes...) ou encore avec l’Est (céramique graphitée).

Fig. 3 : Les deux bornes milliaires mentionnant les Triboques. 3a – borne milliaire de Brumath (1870) ; – 3b.borne milliaire de Kauffenheim (1859). (extrait de Forrer 1917, fig. 1-3).

Fig. 3 : Les deux bornes milliaires mentionnant les Triboques. 3a – borne milliaire de Brumath (1870) ; – 3b.– borne milliaire de Kauffenheim (1859). (extrait de Forrer 1917, fig. 1-3).

3. Les habitats

13Plusieurs grands habitats de La Tène finale sont connus dans le Sud de la plaine du Rhin supérieur. Les recherches sont cependant insuffisantes pour permettre de les comparer entre eux ou aux habitats d’autres régions. Les deux habitats fortifiés attribuables sans réserve à La Tène finale sont le Kegelriss et Tarodunum ; des doutes subsistent par contre pour Sissach et le Hartmannswillerkopf. Du point de vue géographique, on remarque que ces sites ne se trouvent pas en plaine, mais sur le rebord montagneux ou même à l’intérieur du massif, dans tous les cas à des endroits où ils dominent d’importantes voies de passage. On connaît malheureusement peu de choses sur les structures d’habitat appartenant à ces sites fortifiés.

14La fortification de Tarodunum n’a pas accueilli un ensemble d’habitations, alors qu’il semble exister un grand habitat ouvert à peu de distance en aval, habitat qui n’est hélas connu que par des recherches de surface, trait qu’il partage d’ailleurs avec la fortification du Kegelriss. Á Sissach, la partie fortifiée installée sur une colline aux versants escarpés n’est pas étudiée, alors que l’habitat de vallée a au moins fait l’objet de fouilles partielles.

15La situation est sensiblement meilleure pour les sites de Bâle-Gasfabrik et de Breisach-Hochstetten. Contrairement aux sites fortifiés, ces deux habitats sont situés immédiatement au bord du Rhin, profitant ainsi des opportunités offertes par cette voie de circulation. Bien que les deux sites aient livré de nombreuses fosses, les indices de constructions restent lacunaires. Malgré l’importance des découvertes, les informations sur la structure interne de ces habitats demeurent négligeables. Les fouilles de Sierentz ont par contre mis au jour l’image bien nette, quoique relativement surprenante, de structures interprétées comme étant un petit “habitat”. Différents systèmes de fossés s’organisent de part et d’autre d’une route qui traverse l’agglomération. Cette voie est reprise ensuite par les Romains et constitue l’un des axes les plus importants et les plus fréquentés de la région. Quelques constructions sur poteaux, deux fours de potiers et des fosses composent les structures les plus significatives. On pourrait parler d’une sorte de “protovicus”. Un vicus existe d’ailleurs au même endroit à l’époque gallo-romaine, mais sans que l’on soit parvenu jusqu’à présent à démontrer une continuité avec l’établissement laténien (fig. 4).

16Notre domaine d’étude n’a encore livré aucune ferme indigène, type d’habitat qui est pourtant le plus commun pour La Tène finale. Mais c’est probablement à ce type d’établissement agricole qu’il convient d’attribuer un certain nombre de sites régionaux non encore interprétés faute de restes suffisamment explicites.

17Avec toutes les réserves qu’imposent les problèmes chronologiques, il semble néanmoins que la structure du peuplement de La Tène finale s’organisait autour de plusieurs centres locaux. Cette organisation semble disparaître après la guerre des Gaules au profit d’un centre unique. L’habitat fortifié de Bâle-Münsterhügel prend alors une importance considérable dont ne témoigne pas vraiment sa superficie – seulement 3/4 hectares –, mais bien plutôt la qualité des découvertes mobilières. Avons-nous affaire au précurseur d’Augusta Raurica, dont la fondation remonte à environ 10 av. J.– C. et qui devient indiscutablement le grand centre régional à l’époque gallo-romaine ?

18Le Limberg, près de Sasbach, se rapproche du Münsterhügel par sa position topographique et son système de fortification. Mais les vestiges qu’on y a exhumés n’atteignent pas le niveau des découvertes bâloises. Comme pour le Münsterhügel, ce site voit l’installation d’un camp militaire à l’époque augustéenne ; là s’arrête cependant son destin.

4. Nécropoles

19Le Sud de la plaine du Rhin supérieur se distingue du reste du monde celtique par son originalité : l’inhumation. Pour l’instant nous ne connaissons qu’un seul cimetière : celui de Bâle-Gasfabrik. Il compte 126 tombes à inhumations en pleine terre. La fourchette chronologique proposée est La Tène C2-La Tène D1 : elle est fondée sur la découverte de bracelets en verre et des fibules de type Mötschwil, Lauterach et Nauheim. Une autre inhumation a été découverte à Wettolsheim-Ricoh (Haut-Rhin). Il s’agit d’une “tas d’ossements” découvert en association avec une monnaie séquane.

20Nous savons d’autre part que les Rauraques n’étaient pas les seuls à préférer l’inhumation, particulièrement dans les régions voisines (Helvètes et Séquanes). Des sépultures de type Bâle ont également été découvertes chez les Helvètes notamment à Lausanne -Vidy dont la nécropole a livré dix-sept inhumations (dont neuf enfants de moins de 6 ans) et treize incinérations, toutes datées de La Tène D1 (Kaenel 1995).

21À ce jour, seules des incinérations ont été découvertes en Basse-Alsace. Une nécropole a été fouillée en 1929 à Schweighouse-sur-Moder (Bas-Rhin). Il s’agit de dix-huit tombes à incinération. Malheureusement, cette fouille est assez mal documentée. Nous en avons les objets, mais il est aujourd’hui impossible de connaître les structures dans lesquelles étaient déposées les urnes. Les cendres du défunt se trouvaient dans l’urne, ainsi que ses objets personnels, également incinérés (fibules, armes, anneaux en verre). Le reste des découvertes se limite à des incinérations isolées. Ces tombes datent de la fin de La Tène C2-La Tène D1 a (fig. 5).

22Les tombes sont rares dans notre région, pourtant nous ne manquons pas de cadavres. En effet, beaucoup de sites nous livrent des ossements erratiques, parfois en très grand nombre, dans des fosses d’habitat, dans des enclos ou encore dans des structures interprétées comme des sanctuaires. Toujours en contexte d’habitat, nous constatons parfois de “vraies inhumations”, comme il en existe quelques-unes à Bâle-Gasfabrik (Jud, Mundschin 1996), ou tout simplement des ossements isolés, des moitiés de corps humains, sans qu’il apparaisse une préférence particulière pour telle ou telle partie du corps. Ces ossements sont accompagnés de tessons céramiques, d’objets divers, souvent brisés et d’une quantité impressionnante d’ossements animaux. Pour l’instant nous n’avons pas encore d’indices suffisants pour interpréter ce phénomène.

Fig. 4 : Plan des structures de La Tène finale de Sierentz-Landstrasse (J.-J. Wolf, A. Heindinger).

Fig. 4 : Plan des structures de La Tène finale de Sierentz-Landstrasse (J.-J. Wolf, A. Heindinger).

Fig. 5 : Différents types d’urne découverts dans la nécropole de Schweighouse/Moder (M. Zehner).

Fig. 5 : Différents types d’urne découverts dans la nécropole de Schweighouse/Moder (M. Zehner).

23En dernier lieu, il nous faut signaler l’existence d’enclos quadrangulaires avec fosse centrale, photographiés lors de prospections aériennes en Alsace. Il s’agit principalement de quatre sites : Uffholtz, Heiteren, Muntzenheim et Pulversheim (sites du Haut-Rhin). Dans trois cas, les enclos ont été construits à côté de tumulus. Ces structures peuvent être interprétées comme des enclos funéraires. La fouille de quelques unes de ces structures devrait permettre de combler la lacune concernant les nécropoles de la fin de La Tène.

5. Religion et culte

24Il y a encore quelques années, les Viereckschanzen étaient considérées dans le Sud-Ouest de l’Allemagne comme des sanctuaires celtiques, sans cependant que l’on sache clairement quels cultes on y rendait. La photographie aérienne a aussi révélé de tels monuments pour le Sud de la Plaine du Rhin supérieur. Le bilan des recherches archéologiques menées jusque là est cependant décevant. Plusieurs de ces structures ont en effet été attribuées à l’époque moderne. La seule qui ait pu être datée de La Tène finale est celle de Pulversheim Hoell (Haut-Rhin), sans qu’il soit possible de démontrer une fonction cultuelle (fig. 6).

Fig. 6 : Pulversheim-Hoell, Viereckschanze et tumulus (Sainty, Plouin 1994).

Fig. 6 : Pulversheim-Hoell, Viereckschanze et tumulus (Sainty, Plouin 1994).

25La situation est plus favorable dans le cas des sanctuaires de La Tène finale qui ont continué à fonctionner jusqu’à l’époque gallo-romaine, ce qui ne laisse guère de doute sur leur fonction. À Illfurth (Haut-Rhin), une aire sacrificielle contenant une abondante céramique et des os animaux brûlés a été découverte sous un fanum dont la fondation remonte à la fourchette Auguste-Tibère.

26Un aspect particulier de la vie religieuse à La Tène finale se manifeste par le dépôt simultané dans des fosses ou des puits d’ossements humains et d’un large éventail d’objets archéologiques. Il y a peu, on ne connaissait ce type de dépôts qu’à Bâle-Gasfabrik et Breisach-Hochstetten. Récemment, le site de Sausheim (Haut-Rhin) a livré une enceinte quadrangulaire aux angles fortement arrondis disposée entre deux nécropoles hallstattiennes et entourant plusieurs fosses et puits de La Tène D2. L’un des puits renfermait, entre autres trouvailles, des ossements humains.

27Un dépôt de restes humains et de céramique est également connu pour une grotte du Isteiner Klotz. Ce beau monument naturel se trouvait autrefois directement au bord du Rhin, et son choix comme lieu de culte n’a donc rien d’étonnant.

28Ce cas n’est d’ailleurs pas isolé. Dans le Jura suisse, plusieurs grottes ont livré des restes de La Tène finale. Dans cette région, il semble que l’on ait également implanté assez souvent des dépôts sur ou au pied de certaines formations rocheuses. Waldenburg-Gerstefluh est le seul de ces sites à avoir fait l’objet d’une fouille, en l’occurrence un simple sondage. Sur une crête étroite dominant la vallée de 300 m, a été exhumé un ensemble de qualité comprenant en particulier des fragments d’armes et d’amphores. D’autres sites topographiquement comparables ne sont connus pour l’instant qu’à travers des découvertes de surface et des dépôts monétaires (Zullwil-Portiflueh SO, Eptingen-Riedfluh BL, Trimbach-Frohburg SO, Balsthal-Holzfluh SO).

29Le Sud de la Plaine du Rhin supérieur a également livré de nombreux dépôts de rivières, de sources ou de marais. L’éventail des objets déposés va des outils en fer jusqu’à la vaisselle de bronze, en passant par les lingots de fer. Bien que ces derniers soient aujourd’hui difficiles à dater, il est probable qu’une partie au moins doive être attribuée à La Tène finale.

30De nombreux dépôts, parmi lesquels d’importants trésors monétaires, proviennent cependant d’endroits anodins où aucune structure ne permet de conclure à un usage répété. Pour appréhender la complexité et la diversité de la vie religieuse à La Tène, il ne suffit pas de rechercher des structures bien déterminées qui sont interprétées, a priori, comme des sanctuaires. Pensons à l’exemple des Viereckschanzen. La seule manière de progresser est de partir de l’étude des témoins archéologiques pour tenter de caractériser les installations qui peuvent réellement être considérées comme des sanctuaires. De plus en plus, on s’aperçoit que les activités cultuelles pouvaient être localisées dans toute une gamme de sites, des “sanctuaires”, mais également des habitats ou différents types d’emplacements sacrés.

NOTE

1) La phase absente autant des nécropoles que de l’habitat est en réalité La Tène C1. Des tombes à inhumation ont été découvertes, datées de La Tène B2 (Bretten-Bauerbach Herrnbrunnenbuckel, Karlsruhe, tombe 1). D’autres inhumations ou incinérations datent ensuite de la fin de La Tène C2 (Bâle-Gasfabrik et Schweighouse sur Moder (Bas-Rhin).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ASSKAMP R., 1989, Das südliche Oberrheingebiet in frührömischer Zeit, Stuttgart, 239 p., 123 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frügeschichte in Baden-Württemberg, 33).

BAUDOUX J., Les amphores du Nord-Est de la Gaule (territoire français) – Contribution à l’histoire de l’économie provinciale sous l’Empire romain, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 220 p., 67 ill. (Documents d’Archéologie Française, 52).

BENDER H., PAULI L., STORK I., 1993, Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt – und Latènezeit, Munich, C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 420 p., ill., 81 pl.h.t. et 7 dépl. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 40, 1).

BERGER L., FURGER-GUNTI A., 1980, Katalog und Tafeln der Funde aus der spätkeltischen Siedlung Basel-Gasfabrik, Bâle, 450 p., 175 pl. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 7).

BERGER L., FURGER-GUNTI A., 1981, « Les sites de « l’Usine à Gaz » et de la « Colline de la Cathédrale » à Bâle », in : BUCHSENSCHUTZ O. dir., 1981, Les structures d’habitats à l’Âge du Fer en Europe tempérée. L’évolution de l’habitat en Berry (actes du colloque de Châteauroux, Bouges-le-Château, Levroux, 27 au 27 octobre 1978), p. 172-186.

BERGER L., MATT Ch., 1994, « Zum Gräberfeld von Basel-Gasfabrik », in : JUD P. éd., 1994, Die spätkeltische Zeit am südlichen Oberrhein (actes du colloque de Bâle, 17 au 17 octobre 1991), Bâle, p. 92-106.

BITTEL K., SCHIEK S., MÜLLER D., 1990, Die keltischen Viereckschanzen. Atlas archäologischer Geldndedenkmäler in Baden-Württemberg, Stuttgart, 2 vol., 398 p.

BURKHARDT A., 1992, « Produktionsreste keltischer Potinmünzen vom Kegelriss bei Ehrenstetten, Gemeinde Ehrenkirchen, Kreis Breisgau-Hochschwarzwald ». Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, p. 116-120.

BURKHARDT A., STERN W.B., HELMIG G., 1994, Keltische Münzen aus Basel. Numismatische Untersuchungen und Metallanalysen, Bâle, 434 p., ill. (Antiqua, 25).

ETTLINGER E., SIMONETT C., 1952, « Spätlatèneware », in : Rómische Keramik aus dem Schutthügel von Vindonissa, Gesellschaft pro Vindonissa, Bd. 3, p. 8-10.

FLUCK P., 1984, « Métallogénie », Encyclopédie d’Alsace, 8, p. 5073-5078.

FORRER R., 1906, « Die ägyptischen, kretischen, phönikischen etc. Gewichte und Masse der europäischen Kupfer-, Bronze- und Eisenzeit », Jahrbuch der Gesellschaft für Lothringische Geschichte und Altertumskunde, Bd. 18, p. 1-77.

FORRER R., 1925, Les monnaies gauloises ou celtiques trouvées en Alsace, Mulhouse.

FORRER R., 1926, « Des enceintes fortifiées préhistoriques, romaines et anhistoriques d’Alsace », B.S.C.M.H.A., IIe s., t. 26, p. 1-4.

FORRER R., 1937, « Quatre nouveaux cimetières de l’âge du Bronze et du Fer, Schweighouse, Lingolsheim, Fegersheim et Holtzheim », C.A.H.A., n° 105-110, p. 105-139.

FURGER-GUNTI A., 1979, Die Ausgrabung im Basler Münster L Die spätkeltische und augusteische Zeit, Bâle, 313 p. 43 pl. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte. 6).

HAFFNER A., 1989, Gräber – Spiegel des Lebens. Zum Totenbrauchtum der Kelten und Römer am Beispiel des Treverer-Gräberfeldes Wederath-Belginum, Trèves (Schriftenreihe des Rheinischen Landesmuseum Trier, 2).

HECHT Y., JUD P., SPICHTIG N., « Der südliche Oberrhein in spätkeltischer Zeit. Beispiel einer frühgeschichtlichen Region », Archäologie der Schweiz. p. 98-114.

JEUNESSE Ch., 1988, Wettolsheim-Ricoh, du Néolithique à l’ère post-industrielle. Un sauvetage archéologique dans la plaine d’Alsace. Horbourg-Wihr.

JEUNESSE Ch., 1990, « Wettolsheim “Ricoh” (Haut-Rhin) », in : PLOUIN S. dir., 1990, L’Alsace celtique : 20 ans de recherches (exposition, Colmar, Mulhouse, Haguenau), Colmar, imp. Edac, p. 83-85.

JUD P. dir., 1994, Die spätkeltische Zeit am südlichen Oberrhein/Le Rhin supérieur à la fin de l’époque celtique (actes du colloque de Bâle, 17 au 17 octobre 1991), Basel.

JUD P., MUNDSCHIN M., 1996, « Totenrituale im Industriegebiet. Zu einem Skelettfund aus « Basel-Gasfabrik », Basler Stadtbuch, p. 220-224.

KAENEL G., 1995, « L’Âge du Fer », Archéologie Suisse, t. 18, p. 68-77.

KLEEMANN O., 1981, « Les lingots de fer bipyramidaux, courts et épais, les lingots de fer de type Colmar ». R.A.E., t. 32, fasc. 3-4, p. 109-119.

KURZ G., 1995, Keltische Hort- und Gewässerfunde in Mitteleuropa – Deponierungen der Latènezeit, Stuttgart, 253 p., ill. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 33).

MIRON A., 1984, « Die Gräberfelder von Biewer und Euren. Ein Beitrag zum vorrömischen Trier », Trierer Zeitschrift, 47, p. 15-95.

SAINTY J., PLOUIN S., 1994, « Pulversheim “Hoell” », Bilan scientifique 1992, S.R.A. d’Alsace, p. 47.

SCHWEITZER J., 1995, « Illfurth “Schwartzaecker” ». Bilan Scientifique 1993, S.R.A. Alsace, p. 56-57.

STORK I., 1981, « Le site de Breisach-Hochstetten et ses relations avec le Munsterberg », in : BUCHSENSCHUTZ O. dir., 1981, Les structures d’habitats à l’Âge du Fer en Europe tempérée. L’évolution de l’habitat en Berry (actes du colloque de Châteauroux, Bouges-le-Château, Levroux, 27 au 27 octobre 1978), p. 167-171.

STRAUB A., 1888, « Souvenir et restes d’anciens monuments disparus en Alsace depuis le dix-septième siècle », B.S.C.M.H.A., IIe s., t. 13, 1887-1888. p. 361-377.

STRAUB A., 1889, « Souvenirs et restes d’anciens monuments disparus en Alsace depuis le dix-septième siècle », B.S.C.M.H.A., IIe s., t. 14, 1889, p. 188-192.

WEBER G., 1995, Der Limberg bei Sasbach und die spätlatènezeitliche Besiedlung des Oberrheingebietes, Stuttgart, 159 p., 31 pl., 1 plan h.t. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 29).

WOLF J.-J., 1978, « La contribution de l’archéologie à l’histoire de Sierentz et de sa région », Annuaire de la Société d’Histoire Sundgovienne, p. 145-160.

WOLF J.-J., 1983, « Contribution à l’étude des établissements gaulois du Rhin supérieur. L’aedificium de La Tène III de Sierentz et la station de Habsheim ». Revue d’Alsace, p. 3-29.

WOLF J.-J., 1987, « L’artisanat gaulois des origines du vicus de Sierentz : deux fours de potier témoins d’une production régionale du Ier siècle avant notre ère », Annuaire de la Société d’Histoire de Hochkirch, 1986-1987, p. 62-79.

WOLF J.-J., BADER M, BAUDOUX J., HEIDINGER A., VALLET C., VIROULET B., 1995, « Nouvelles découvertes pré- et protohistoriques à Sausheim (Haut-Rhin) », C.A.A.A.H., t. 38, p. 35-53.

ZEHNER M., 1995, « Sierentz-Landstrasse (Haut-Rhin). Les fours de La Tène finale – Etude de la céramique », C.A.P.R.A.A., t. 11, p. 25-65.

ZEHNER M, 1996, « Deux fosses augustéennes de Haute-Alsace : Balschwiller-Mittelfeld et Houssen-Gravière (Haut-Rhin », C.A.P.R.A.A., t. 12, p. 141-160.

ZEHNER M., 1998, Carte archéologique de la Gaule : le Haut-Rhin, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1998, 375 p., ill.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : la. – Types céramiques du groupe culturel sud ; 1b. – Types céramiques du groupe culturel nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 2 : Carte de répartition des deux groupes culturels. – rond : groupe sud – triangle : groupe nord.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 3 : Les deux bornes milliaires mentionnant les Triboques. 3a – borne milliaire de Brumath (1870) ; – 3b.borne milliaire de Kauffenheim (1859). (extrait de Forrer 1917, fig. 1-3).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4 : Plan des structures de La Tène finale de Sierentz-Landstrasse (J.-J. Wolf, A. Heindinger).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5 : Différents types d’urne découverts dans la nécropole de Schweighouse/Moder (M. Zehner).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 6 : Pulversheim-Hoell, Viereckschanze et tumulus (Sainty, Plouin 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17197/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search