Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Alle, Noir Bois, un habitat de la Tène ancienne (canton du Jura, Suisse)

Catherine Masserey et Catherine Joye

Résumé

Le site de plaine de Alle-Noir Bois a été découvert en 1990 lors des sondages systématiques effectués sur le tracé de l’autoroute A16. La couche archéologique et les vestiges laténiens, répartis sur 2,5 ha, ont été dégagés à la pelle mécanique puis fouillés manuellement. Plus d’un millier de structures, trous de poteaux, fosses et foyers de divers types s’organisent en ensembles comprenant des bâtiments et leurs divers aménagements. Le mobilier archéologique est abondant et varié, évoquant un registre d’activités domestiques et agricoles. Il permet de situer l’occupation à La Tène ancienne, ce qui constitue une découverte encore inédite pour la région.

Texte intégral

1. Introduction

1Le site d’Alle-Noir Bois a été découvert en 1990, lors des campagnes de sondages systématiques (Masserey 1990) effectuées sur le futur tracé de l’autoroute A16 reliant Bienne à Porrentruy. À cette occasion, une couche archéologique et des structures d’origine anthropique ont été mises en évidence sur une surface importante. Des moyens considérables ont dès lors été mis en œuvre par l’Office fédéral des routes pour permettre une fouille de sauvetage. Cette intervention s’est déroulée entre 1991 et 1993 avec le concours de deux équipes, sous l’égide de l’Office du Patrimoine historique du canton du Jura. Au cours des travaux de terrain, le site a déjà fait l’objet d’un article préliminaire (Masserey et al. 1993), dans lequel les diverses occupations mises en évidence ont été mentionnées et où la chronostratigraphie du site a été exposée. Cette nouvelle contribution vise à présenter les éléments de datation et la nature des vestiges laténiens, dont l’étude est actuellement en cours.

1.1. Situation géographique

2Le site d’Alle se trouve en Ajoie, à environ quarante kilomètres à l’Ouest de Bâle (fig. 1). Cette région, située sur le flanc nord-ouest de l’arc jurassien, qui la sépare du Plateau suisse, s’enclave partiellement en territoire français et s’ouvre aussi bien sur l’Alsace et le bassin rhénan que sur la Franche-Comté.

Fig. 1 ; Alle, Noir Bois. JU. Position géographique du site

Fig. 1 ; Alle, Noir Bois. JU. Position géographique du site

3Le gisement archéologique, situé à 450 m d’altitude, s’étend au pied de l’anticlinal du Noir Bois, le long d’un replat dominant légèrement une petite plaine alluviale parcourue par ľ Allaine, un des affluents du Doubs (fig. 2). La zone fouillée s’est limitée à l’emprise des travaux autoroutiers, soit une bande de 640 mètres de long sur 40 mètres de large en moyenne, mais l’occupation protohistorique semble se poursuivre au-delà en direction du Nord.

4Le terrain présente de très faibles pendages sur presque toute la surface fouillée. On note toutefois aux deux extrémités du chantier des dénivellations assez fortes.

1.2. Contexte géologique et stratigraphie

5Les calcaires du Kimméridgien constituent le sub strat rocheux du site. Ce plancher karstique présente de nombreuses irrégularités, notamment des fissures. Des dolines de dimensions variables s’y sont développées, parallèlement à l’anticlinal, tout le long du chantier de fouille. Elles ont fonctionné comme pièges sédimentaires dans lesquels des formations loessiques et caillouteuses périglaciaires ont ainsi été conservées. Surmontant le tout, une séquence de colluvions, plus ou moins épaisse et incluant l’humus actuel, s’est déposée au pied de la colline de Noir Bois dès le Néolithique. Elle a comblé les paléoreliefs, en particulier les dolines évoquées ci-dessus.

Fig. 2 : Alle, Noir Bois, JU. Vue aérienne de la plaine de l’Allaine en direction de l’Ouest. Le site occupait l’emplacement des travaux autoroutiers visibles sur la gauche, au pied de la colline boisée.

Fig. 2 : Alle, Noir Bois, JU. Vue aérienne de la plaine de l’Allaine en direction de l’Ouest. Le site occupait l’emplacement des travaux autoroutiers visibles sur la gauche, au pied de la colline boisée.

6Les stratigraphies observées pendant la fouille présentent des complexités variables et aucune d’entre elles ne réunit toutes les périodes d’occupation du site. Les vestiges laténiens sont contenus dans une couche archéologique, la couche 3, d’une épaisseur moyenne de 0,30 à 0,40 m, constituée de limons bruns (fig. 3), qui s’étend sur les quatre cinquièmes du gisement. Elle correspond à un horizon humique enfoui, localement remanié, qui s’est développé dans les colluvions. Dans les zones de dolines, la couche 3 se dilate jusqu’à atteindre 1,20 m de puissance. Elle s’y subdivise en sous-unités où les occupations campaniforme, laténienne et gallo-romaine sont ainsi bien stratifiées.

Fig. 3 : Alle, Noir Bois, JU. Stratigraphie représentative de l’occupation laténienne. 1. humus ; 2. limons bruns (colluvions) ; 3. couche archéologique : limons brun foncé. Triangles = mobilier archéologique, « trois points = charbons de bois. En sombre, structure (fosse) ; 4. limons argileux brun-orangé ; 5. karst (Sondage 1122, coupe AB).

Fig. 3 : Alle, Noir Bois, JU. Stratigraphie représentative de l’occupation laténienne. 1. humus ; 2. limons bruns (colluvions) ; 3. couche archéologique : limons brun foncé. Triangles = mobilier archéologique, « trois points = charbons de bois. En sombre, structure (fosse) ; 4. limons argileux brun-orangé ; 5. karst (Sondage 1122, coupe AB).

1.3. Conservation

7La conservation des restes archéologiques est inégale. La faible épaisseur des colluvions, l’absence de la couche 3 et la pente importante ont entraîné une forte altération des vestiges dans les secteurs situés à l’extrémité ouest du chantier. C’est pourquoi les anomalies relativement isolées qui s’y trouvent sont difficiles à interpréter. Par contre, sur le reste du site, les conditions de gisement sont assez favorables et les vestiges sont en bon état, mis à part les ossements qui ont beaucoup souffert de l’acidité du sol, ainsi que les pollens qui sont complètement corrodés.

1.4. Méthodes de fouille

8Étant donné l’extension du site et l’urgence des travaux, le décapage s’est effectué à la pelle mécanique, de façon à dégager les aménagements et la couche archéologique. Par la suite, cette dernière a également été fouillée à la pelle mécanique, par décapages fins de quelques centimètres d’épaisseur. Des interventions manuelles ont toutefois été réservées à des zones de bonne conservation et à celles où les vestiges abondaient. Toutes les structures identifiées ont également été fouillées selon des méthodes traditionnelles, de façon à relever leur forme en plan et en coupe, et à documenter leur remplissage.

9Une surface totale de 25000 m2 a été traitée, 1131 anomalies ont fait l’objet d’une intervention. Une quantité importante de mobilier a été récoltée : céramique, terres cuites façonnées, artefacts lithiques, de bronze, de fer ou de verre, pour lesquels plus de 40000 numéros d’inventaire ont été attribués.

2. Les diverses occupations

10En plus de l’occupation laténienne, d’autres périodes sont encore représentées à Noir Bois. Localisés pour l’essentiel à l’Ouest du chantier, des vestiges paléolithiques, campaniformes, gallo-romains et médiévaux ont en effet également été mis au jour. Mentionnons des traces d’atelier de taille moustérien et du Paléolithique supérieur. Les aménagements autres que des concentrations de silex et de céramique sont toutefois rares pour les occupations préhistoriques. L’occupation néolithique, à part quelques trous de poteaux, a livré un important ensemble de céramiques (Othenin-Girard, à paraître). Une route gallo-romaine, bordée par deux fossés, traverse tout le site d’Est en Ouest. Un bâtiment de type « mansio » a été restitué au Nord-Ouest de cette voie. Tout à l’Est, la jonction de la route principale avec un chemin caillouteux a été observée. Ce dernier se dirige vers l’établissement gallo-romain des Aiges, qui est partiellement fouillé. Enfin, quatre tombes du haut Moyen Âge ont été découvertes.

3. Les vestiges laténiens

11Parmi les structures répertoriées sur le site (fig. 4) les trous de poteaux sont la catégorie la mieux représentée. Pour la plupart de faible profondeur, ils ont en plan une forme ovalaire ou angulaire. Les fonds sont plats, les parois verticales. On distingue assez fréquemment en coupe les traces d’une fosse d’installation.

Fig. 4 : Alle, Noir Bois, JU. Plan général des structures laténiennes.

Fig. 4 : Alle, Noir Bois, JU. Plan général des structures laténiennes.

12De nombreuses fosses ont également été fouillées. Une partie d’entre elles a servi initialement de lieu de stockage, et certaines ont fonctionné comme dépotoir dans leur dernier état. Elles sont alors comblées par des apports volontaires et successifs de rejets stratifiés : fragments de terres cuites, charbons de bois, céramique... D’autres fosses irrégulières et polylobées ont été reconnues comme fosses d’extraction de matériau argileux. La plus grande mesure huit mètres de long.

13Une douzaine de foyers ont été identifiés. Situés aussi bien à l’intérieur des maisons qu’à l’extérieur, ils présentent différentes sortes d’aménagements : foyers en cuvette comportant parfois quelques pierres calcaires, ou foyers installés sur des soles d’argile.

14En surface, des concentrations et des amas de mobilier ont été dégagés. Ils apparaissent dans la couche archéologique et sont constitués de pierres calcaires, de nodules et de fragments de terre cuite ainsi que de céramique. Des effets de paroi sont parfois lisibles, ainsi qu’une aire de rejet enserrée entre deux bâtiments.

3.1. Les ensembles de structures

15L’attribution chronologique définitive des structures est partiellement réalisée. Elle se fonde sur l’examen du mobilier contenu dans les structures creuses, sur leur insertion stratigraphique et enfin sur leur association en ensemble cohérent (bâtiment par exemple). Celles des périodes campaniforme, gallo-romaine et médiévale ont ainsi déjà été écartées. Il en reste encore un certain nombre qui ne sont pas datées, notamment celles qui sont isolées. Cependant, la grande majorité, qui se répartit sur toute la surface fouillée, a été attribuée à l’occupation laténienne. Une relation de stricte contemporanéité a momentanément été admise entre elles. Toutefois, il est probable, qu’à l’intérieur de l’occupation LT A, plusieurs phases soient présentes sur le site. Seuls l’analyse fine des stratigraphies les plus complexes, l’étude plus détaillée du contenu des structures et l’examen de leurs relations de proximité spatiale permettront de le démontrer. Ces diverses démarches compléteront et affineront l’image déjà obtenue.

16Ainsi, il apparaît que la plupart des structures repérées dans la couche 3 ou à sa base (fig. 3) appartiennent à l’occupation La Tène ancienne. La répartition spatiale du mobilier LT A (céramique, artefacts en bronze, etc.) confirme cette vision des choses. En effet, ces objets se trouvent au même niveau stratigraphique et sont eux aussi répartis sur l’ensemble des secteurs fouillés à Noir Bois.

17Ces structures, souvent regroupées, se répartissent par plages irrégulières en vingt-sept ensembles distincts. Ceux-ci sont principalement constitués de trous de poteau dont l’organisation spatiale apparaît plus ou moins clairement, associés à des fosses, des concentrations de mobilier et des foyers. Les trous de poteau s’organisent souvent en alignements ou en ensembles quadrangulaires, dessinant le plan au sol de bâtiments de superficie variable, de dimensions plutôt modestes (2/2 m à 5/6 m). Dans d’autres cas, des ensembles plus complexes présentent aussi des alignements, mais sans qu’on puisse immédiatement saisir leur organisation en tant que bâtiment. Cependant la cohérence de la disposition spatiale des structures fait penser que de telles constructions seront reconnaissables après une analyse détaillée.

18Finalement, dans les ensembles ainsi définis, plus d’une vingtaine de bâtiments sont proposés à titre d’hypothèse, dont certains de faibles dimensions (environ 2 m de côté) sont déjà interprétés comme des greniers.

3.2. Le mobilier

19La présentation du mobilier est centrée sur les pièces issues de la fouille manuelle de deux ensembles de structures situés à l’Est du site, zone dite « chantier oriental », d’une superficie totale de 300 m2 (fig. 4). Malgré la surface assez restreinte dont proviennent ces objets, ils peuvent être considérés comme représentatifs de l’occupation laténienne.

3.2.1. La céramique

20Ainsi que cela a été mentionné plus haut, la céramique est issue à la fois d’ensembles clos (fosses, concentrations, trous de poteaux) et de la couche archéologique. Il est possible de distinguer quatre grandes catégories de récipients (fig. 5 et 6) :

  1. des récipients fermés (pots), en céramique fine, tournée, noire ou brun-orangé, portant des cannelures sous le col et sur l’épaule ; pied en couronne ;.

  2. des récipients ouverts, à profil plus ou moins rentrant à l’ouverture (écuelles), correspondant aux formes « Schüsseln » et « Schalen », sous-formes C1 et C2 de B. Röder (Jeunesse et al. 1995). Certains exemplaires comportent une cannelure sous le bord ;

  3. des récipients ouverts à rebord plus ou moins marqué et éversé (bols), correspondant aux formes « Schalen », sous-forme C3 de B. Röder ;

  4. des récipients fermés (pots et bouteilles), correspondant aux formes « Flaschen » et « Töpfe », sous-forme B 3 du même auteur.

21Les récipients des groupes 2 à 4 sont façonnés à la main, seuls ceux du groupe 1 sont clairement montés au tour. Les pâtes sont moyennes à grossières, sauf pour le premier groupe, avec des ajouts de chamotte (diamètre entre 0,5 et 2 mm) et de fibres végétales. L’épaisseur des parois varie entre 0,7 et 1,5 cm. La surface des récipients est souvent bien conservée, des trace de lissage à l’intérieur et à l’extérieur ou un polissage sont bien visibles. Les récipients sont plutôt cuits en atmosphère réductrice, ce qui dénote la volonté d’obtenir, en majorité, des couleurs sombres, mais souvent la cuisson est mal contrôlée et aboutit à des teintes mixtes. Certains pots et écuelles sont, par contre, d’une couleur orangée dénotant une cuisson oxydante nette. Les décors sont rares et consistent en digitations, traces au peigne et cannelures.

Fig. 5 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 1 : céramique fine cannelée. Groupe 2 : écuelles.

Fig. 5 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 1 : céramique fine cannelée. Groupe 2 : écuelles.

Fig. 6 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 3 : bols. Groupe 4 : pots et bouteilles. Autre mobilier (éch.l : 3) : 1. Poids de tisserand, 2-6. Fusaïoles.

Fig. 6 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 3 : bols. Groupe 4 : pots et bouteilles. Autre mobilier (éch.l : 3) : 1. Poids de tisserand, 2-6. Fusaïoles.

3.2.2. Autre mobilier

Activités domestiques

22Filage et tissage sont attestés par de nombreuses fusaïoles et quelques poids en terre cuite, ces derniers provenant presque tous de fosses-dépotoirs. Dans deux cas, ils y voisinaient avec une fusaïole. Une seule de ces dernières comporte un décor d’impressions circulaires. Toutes les autres sont simplement lissées. De diamètre variable, elles sont de forme tronconique ou bitronconique à carène plus ou moins arrondie. La base peut être aplatie, ou souvent marquée d’une cupule (fig. 6, n° 2-6). Les poids de tisserand sont trapézoïdaux. La perforation, quand elle est conservée, se situe dans le tiers supérieur ou vers la moitié de la hauteur des pièces. La pièce présentée ici comporte, sous sa base, un sillon perpendiculaire à la perforation, tracé dans l’argile avant cuisson (fig. 6, n° 1).

Matériel de mouture et autres lithiques

23Les meules et molettes retrouvées sont de type protohistorique, à va-et-vient. Ce matériel de mouture a été fabriqué dans des blocs ou des galets de grès vosgiens dont les dimensions excèdent largement celles des galets présents naturellement sur le site, ce qui dénote une importation de cette matière première. Presque toutes les pièces montrent un fractionnement important dû à un contact avec le feu.

24On retiendra encore la présence d’un petit outillage lithique, tel qu’un lissoir rectangulaire avec une amorce de perforation, retrouvé au fond d’une fosse-dépotoir (fig. 7, n° 15), ainsi que divers galets avec quelques traces de percussion, ou des aplats indiquant une utilisation possible comme aiguisoir.

Éléments architecturaux

25Plusieurs fosses contenaient de nombreux fragments de clayons en argile cuite comportant soit une surface plane et lissée, soit des empreintes de baguettes ou encore associant ces deux caractéristiques.

Activités agricoles

26Un élément remarquable, parmi les objets en fer, est un grand soc d’araire, trouvé à quelques mètres de la paroi d’un bâtiment (fig. 7, n° 16). Cet instrument aratoire indique la vocation agricole de l’établissement, conjointement aux céréales carbonisées mises en évidence dans quelques fosses.

Parures

27Dans cette catégorie, parmi les trouvailles en bronze, on retiendra tout particulièrement la présence d’une fibule à pied libre, grand ressort à quatre spires et corde externe, haute, de type « Marzabotto ». Seuls subsistent l’arc et le ressort (fig. 7, n° 1). À proximité, une fosse-dépotoir recélait le pied et le porte-ardillon d’une autre fibule, (fig. 7, n° 2), ainsi qu’un anneau massif, à section ovale (fig. 7, n° 3). Un petit anneau en tôle de bronze (fig. 7, n° 4), un élément très corrodé évoquant un tampon de torque (?) (fig. 7, n° 5) ainsi que divers fragments indéterminés (fig. 7, n° 6-8) s’ajoutent à ce bref inventaire.

28Il s’y joint une petite série très homogène de perles en verre de couleur bleu foncé, subsphériques (fig. 7, n° 9-14), dont se distingue une perle côtelée dite « en melon » (fig. 7, n° 14). Chacune de ces pièces a été retrouvée isolément, soit en surface, soit intégrée au remplissage d’une fosse.

4. Contexte culturel et éléments de datation

29À Noir Bois, l’occupation de La Tène ancienne ne succède à aucune occupation hallstattienne ; elle n’est pas non plus suivie d’une occupation à La Tène moyenne. Par contre, on a quelques éléments de mobilier La Tène D1 : une fibule de Nauheim et quelques fragments de bracelets en verre de couleur mauve, à tige simple (Guillard 1992).

30Dans les alentours immédiats du gisement, à moins d’un kilomètre, les sites d’Alle, Sur Noir Bois et d’Alle, Pré au Prince (inédits) ont livré quelques fosses et trous de poteaux aussi datés de La Tène finale. Dans un rayon de quatre kilomètres, une occupation à cette dernière période est bien attestée sur le site de hauteur du Mont-Terri, fouillé par l’université de Bâle (Schwarz 1993). Il s’y adjoint quelques fibules attribuées au Hallstatt D1, ainsi que des perles et des fibules de La Tène ancienne (Kaenel et al. 1984).

31Dans la vallée de Delémont, les recherches archéologiques liées à la construction de l’autoroute ont contribué à enrichir la liste des sites laténiens du canton : à Bassecourt-Montchoisi, un fossé situé chronologiquement dans une fourchette comprise entre la fin de LT A et LT C2 (datation C14) a été mis au jour, et à Courfaivre-Les Esserts une installation de La Tène finale est attestée par quelques fragments de récipients (Pousaz et al. 1994).

Fig. 7 : Alle Noir Bois, JU. Mobilier La Tène ancienne (éch. 1 : 1).

Fig. 7 : Alle Noir Bois, JU. Mobilier La Tène ancienne (éch. 1 : 1).

Bronze : 1. Fibule de « Marzabotto » 2. Pied de fibule 3. Anneau ovalaire massif 4. Petit anneau en tôle de bronze 5. Tampon de torque (?) 6-8. Fragments divers.
Verre : 9-13. Perles 14. Perle « en melon » 15. Lissoir de pierre avec amorce de perforation (éch. 1 : 2). 16. Soc d’araire en fer (éch.1 : 4).

32De fait, le corpus de comparaison local est pratiquement inexistant pour La Tène ancienne, et il faut se tourner vers un contexte régional élargi pour l’étoffer. Sur le Plateau suisse, ainsi qu’en France voisine, cette période est surtout connue par des trouvailles faites en contexte funéraire. Le mobilier métallique y est bien représenté, ce qui permet d’établir des parallèles sûrs avec Noir Bois. Pour l’habitat, seuls quelques fonds de cabanes excavés ou des fosses ont été découverts, sans évidence toutefois de bâtiments vraiment comparables à ceux du gisement de Noir Bois. Celui-ci s’apparente pourtant bien, de par l’organisation et le type de ses bâtiments à nombre de gisements protohistoriques situés dans des contextes géographiques plus éloignés (Ile de France...). Quant à la céramique, les comparaisons restent très limitées pour le territoire suisse. Il faut recourir aux sites alsaciens et allemands pour compléter l’information. Enfin, quelques sites de hauteur comprennent, à la fin d’une occupation hallstattienne, un épisode de La Tène ancienne. Ils s’ajoutent à ce tour d’horizon, qui ne vise pas à être exhaustif.

33L’attribution chronologique du gisement de Noir Bois se base principalement sur les comparaisons typologiques du mobilier. La datation No ARC 600 Age 14C Brut : 2250 + – 65 BP, Date 14C calibrée : 430-115 cal BC (courbe de calibration de Stuiver et Becker, Radiocarbon n° 28, 1986) obtenue sur les charbons de bois contenus dans une fosse vient la confirmer.

34Pour la céramique, les trois premières écuelles du groupe 2 (fig. 5) sont particulièrement intéressantes, elles portent une cannelure sous le bord. Une pièce semblable, en céramique tournée, provient de la fosse 30 du site d’habitat de Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin), attribuée à La Tène ancienne. (Jeunesse et al. 1993, pl. 12, n° 4). Les dimensions réduites des tessons ne permettent pas de déterminer si les exemplaires de Noir Bois sont aussi tournés. Des pièces similaires sont également abondamment représentées sur le Münsterberg de Breisach (D), en correspondance avec l’habitat de hauteur du Hallstatt final et de La Tène ancienne (Bender et al. 1993, pl. 20). Elles sont aussi présentes dans l’ensemble céramique du Schlossberg de Neuenbürg, au Nord de la Forêt-Noire, également daté de La Tène ancienne (Jensen 1986, pl. 33, n° 21).

35Quant à la céramique cannelée du groupe 1, on trouve des formes relativement proches dans les sites déjà mentionnés ci-dessus. Des parallèles plus étroits encore sont à remarquer avec les pots du Hallstatt final du site de hauteur de Châtillon-sur-Glâne (FR) (Hopert 1996, fig. 7, 8 et 12) et ceux issus des fosses de Gelterkinden, Im Güllenacher (BL) (Martin et al. 1973, fig 5, n° 2), et de Habsheim-Sud (Haut-Rhin) (Wolf 1968, pl. 6) toutes deux datées de LT A (LT Ib).

36Les formes des autres groupes céramiques se retrouvent dans les mêmes sites ainsi que dans la fosse-foyer LT A, de Sissach-Burgenrainweg (BL) (Tauber 1987, fig. 4, à l’exception des n° 25, 26 et 30) et se placent dans le même contexte chronologique du début de La Tène.

37Les fibules du type de Marzabotto sont largement représentées en contexte funéraire sur le Plateau suisse. Elles constituent l’un des principaux fossiles-directeurs pour La Tène A. On trouve des parallèles proches de celle de Noir Bois dans plusieurs tombes de la grande nécropole de Saint-Sulpice, En Pétoleyres, près de Lausanne (Kaenel 1990), à Münsingen-Rain (BE) (Hodson 1968), ainsi qu’à Murten Löwenberg (FR) (Boisaubert et al. 1984). Plus près de Noir Bois, les inhumations LT A de Pratteln dans la région bâloise en ont également livré plusieurs exemplaires (Lüscher 1985). En France voisine, plusieurs fibules de ce type proviennent de la tombe LT Ib-LT IIa fouillée à Habsheim-Est (Haut-Rhin), (Wolf 1989). Le site de hauteur du Britzgyberg d’Illfurth (Haut-Rhin), à proximité des frontières franco-suisses en recelait également, en relation avec la dernière occupation de cet oppidum hallstattien (Schweitzer 1989).

38Les perles en pâte de verre bleue, de type simple ou plus rarement « en melon » se retrouvent également souvent dans les inhumations LT A. Elles y côtoient parfois des fibules de Marzabotto, comme dans la tombe 44 de Saint-Sulpice, ou dans la tombe 5 du tumulus 3 de Pratteln Neueinschlag.

39Pour ce qui concerne le mobilier moins déterminant, les rapprochements existent aussi : le soc d’araire préfigure les modèles ultérieurs, tel le soc de Manching mentionné par F. Audouze et O. Buschenschutz (1989, fig. 94). Les poids de tisserand présentent une mophologie semblable à ceux retrouvés en contexte Hallstatt, à Bragny-sur-Saône (Bonnot 1992) ou, plus proches, à Wolfisheim (Schnitzler et al. 1994) ou sur le Münsterberg de Breisach (Bender et al. 1993). Par contre, la simplicité des fusaïoles de Noir Bois contraste avec la fréquence des décors sur ce type d’artefacts pour les mêmes sites.

5. Programme d’étude

40Comme mentionné plus haut, vingt-sept ensembles de structures, offrant un intérêt indéniable et de conservation variable, ont été définis. Ils présentent des aménagements plus ou moins complexes, où des bâtiments sont présents. Le mobilier archéologique varié qui les accompagne est réparti dans les structures et dans la couche archéologique (c3 et c3b). Le projet de l’étude en cours vise à élaborer une construction explicative (Gardin 1979). Les objectifs consistent à établir les relations spatiales et chronologiques existant entre les diverses composantes du site, puis à affiner, en déterminant autant que possible leur fonction.

Ce travail se déroule à trois niveaux différents :

Établir et étudier les relations entre :

  • niveau 1 : objets et structures (principalement de type fosse),

  • niveau 2 : structures et surfaces, donc à l’intérieur des ensembles définis,

  • niveau 3 : ensembles de structures, donc sur la totalité du site.

Il s’agit donc :

  1. de montrer la contemporanéité, ou non, des structures et du mobilier, dans un ensemble de structures,

  2. de montrer la contemporanéité, ou non, des ensembles de structures entre eux,

  3. d’établir la fonction : des structures : des ensembles de structures,

  4. de montrer les relations existant entre structures et ensembles de structures dans une synthèse faisant revivre le site de Noir Bois à l’époque de La Tène ancienne.

6. Analyses spécialisées

41Les analyses spécialisées ont débuté sur le terrain, avec les géologues qui ont suivi les travaux pendant une bonne partie de l’intervention. Leur étude est actuellement en cours.

42Les mesures et les prélèvements de foyers à des fins de détermination du paléomagnétisme ont été effectués par Ian Hedley (Département de Minéralogie, Université de Genève) malheureusement sans résultats significatifs pour l’instant, la courbe des datations étant incertaine pour le deuxième Âge du Fer.

43En ce qui concerne l’étude des pâtes, les analyses, encore incomplètes, réalisées par Gisela Thierrin-Michael (Institut de Minéralogie et de Pétrographie, Université de Fribourg) montrent que les récipients ont principalement été façonnés à partir de l’argile locale et cuits à des températures proches de 650 degrés. Quelques céramiques, dont un récipient en pâte fine, à décor cannelé, seraient d’origine exogène.

44Les sédiments, échantillonnés lors de la fouille des structures, se sont parfois révélés riches en macrorestes carbonisés, particulièrement dans les fosses dépotoirs. C’est pourquoi le tamisage des sédiments de certaines structures a été entrepris. Les paléosemences sont étudiées par Christiane Jacquat (Institut für terrestrische Oekologie, ETH, Zürich). Les premiers résultats obtenus à partir du contenu d’une seule fosse permettent déjà d’esquisser une première image de l’environnement végétal à Noir Bois à l’époque de La Tène ancienne. Il apparaît que les plantes rudérales y tiennent une place importante et que les plantes cultivées sont présentes, notamment le millet et l’orge, accompagnés de légumineuses.

7. Conclusion

45L’occupation de Noir Bois est bien située chronologiquement à La Tène ancienne, grâce au mobilier de parure et à la céramique. Cependant le jeu des parallèles typologiques, qui sont bien attestés, ne peut s’effectuer que dans un contexte régional élargi. Sur le plan de la fonction par contre, les sites d’habitats de cette période sont rares et ne se prêtent pas à la comparaison.

46La découverte de cet habitat vient combler une lacune chronologique au niveau local. Son originalité réside dans le grand nombre de bâtiments complets mis en évidence. Répartis sur une grande surface, ceux-ci s’organisent en plusieurs groupes réunissant habitations et zones de stockage. Les aménagements nombreux et variés, assortis d’un mobilier abondant, permettent de reconstituer l’éventail des activités domestiques et agricoles. Il s’en dégage l’image d’un habitat de plaine, à caractère rural, dont l’environnement naturel est déjà esquissé. Les modes d’acquisition de certaines matières premières peuvent être perçus et indiquent une circulation des biens. Ces premiers résultats sont prometteurs et mettent en lumière l’intérêt du gisement, dont la mise en valeur se poursuit actuellement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AUDOUZE F., BUCHSENSCHUTZ O., 1989, Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique, Paris, Hachette, 362 p., ill. (Bibliothèque d’Archéologie).

BENDER H., PAULI L., STORK I, 1993, Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt – und Latènezeit, Munich, C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 420 p., ill., 81 pl.h.t. et 7 dépl. (Miinchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 40, 1).

BOISAUBERT J.-L., BOUYER M., 1984, RN1 -Archéologie. Rapports de fouille 1979-1982, Fribourg, Service archéologique cantonal, Université de Fribourg, 73 p., ill.

BONNOT C., 1992, Le matériel de filage, tissage et couture à Bragny-sur-Saône (71) au Hallstatt final, Lyon, Mémoire de maîtrise, Université de Lyon Lumière 2, 172 p., ill.

CARDIN J.-C., 1979, Une archéologie théorique, Paris, Hachette, 330 p., ill. (L’Esprit critique).

GUILLARD M.-C., 1992, « Les bracelets en verre de Franche-Comté : inventaire rapide » in : KAENEL G., CURDY Ph. dir., L’Âge du Fer dans le Jura (actes du XVe colloque de l’AFEAF, Pontarlier et Yverdon-les-Bains, 1991), Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise et Cercle Girardot, p. 235-238. ill. (Cahiers d’archéologie romande, 57).

HODSON F.R., 1968, The La Tène cemetery at Münsmgen-Rain, Bern. Verlag Stämnpfli AG, 168 p., ill. (Acta Bernensia, V). HOPERT S., 1996, « Frühe scheibengedrehte Keramik aus Südwestdeutschland und der Schweiz », A.S., Bd. 19, 1, p. 18-27, ill.

JENSEN I., 1986, Der Schlossberg von Neuenbürg. Eine Siedlung der Frühlatènezeit im Nordschwarzwald, Stuttgart, Kommissionverlag Landesdenkmalamt Baden-Württemberg, 173 p., ill. (Materialhefte zur Vor-und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 8).

JEUNESSE Ch., MÉNIEL P., RÖDER B., 1993, L’habitat de La Tène ancienne de Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin). Fouilles 1992, Riedisheim, A.P.R.A.A., 160 p., ill. (Monographies d’archéologie alsacienne, 1).

KAENEL G., MÜLLER F., FURGER-GUNTI A., 1984, « L’occupation celtique du Mont-Terri (Jura) sur la base d’anciennes collections jurassiennes », A.S. S. PA., Bd 67, p. 73-122, ill.

KAENEL G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale. Analyse des sépultures, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 457 p., ill. (Cahiers d’archéologie romande, 50).

LÜSCHER G., 1985, « Die Grabhügel in der Muttenzer und Pratteler Hard bei Basel », Basler Zeitscrift für Geschichte und Altertumskunde, Bd. 85. p. 5-84, ill.

MARTIN M., ROOST E., SCHMID E., 1973, « Eine Frühlatène-Siedlung bei Gelterkinden », Baselbieter Heimatbuch, Bd. 12, p. 169-213, ill.

MASSEREY C., 1990, Rapport concernant la découverte archéologique dans la région de Alle, Noir Bois. Intervention octobre à décembre 1990, Porrentruy, Office du Patrimoine Historique, section d’archéologie, 10 p., ill., rapport interne inédit.

MASSEREY C„ OTHENIN-GIRARD B., STAHL-GRETSCH L.-I., 1993, « Taille de silex moustérien. occupation campaniforme, habitat latènien et route gallo-romaine à Alle (JU) ». Archéologie suisse, t. 18, 1, p. 2-11, ill.

OTHENIN-GIRARD B., AFFOLTER J., ASTRUC L., AUBRY D., CONVERTINI F., DETREY J., GUELAT M., OLIVE C., SCHOCH W.-H., 1997, Le Campaniforme d’Alle, Noir Bois (Jura, Suisse), Porrentruy, Société Jurassienne d’Emulation, 207 p., ill (C.A.J., 7).

POUSAZ N., TAILLARD P., SCHENARDI M., 1994, Sites protohistoriques à Courfaivre et Age du Bronze dans le Jura (Suisse), Porrentruy, Société Jurassienne d’Emulation, 185 p., ill. (C.A.J., 5).

SCHNITZLER B., SAINTY J., 1992, Wolfisheim. Un village de l’Âge du Fer. Strasbourg. Musées de la ville de Strasbourg, 59 p., ill. (Fouilles récentes en Alsace 1)

SCHWARZ P.-A, 1993, Die spätlatènezeitliche und spätrömische Höhensiedlung auf dem Mont Terri (Cornol JU). Die Ergebnisse der Grabungskampagne 1987. Derendingen, Habegger Verlag, 144 p., 25 fig., 14 pl. (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte ; 13).

SCHWEIZER J., 1989, « L’oppidum hallstattien du Britzgyberg d’Illfurth (Haut-Rhin) », in : PLOUIN S. dir., 1989. L’Alsace celtique. 20 ans de recherche, (catalogue exposition, Colmar, Mulhouse, Haguenau), Colmar, imp. Edac, p. 64- 67, ill.

TAUBER J., 1987, « Eine « Brandgrube » der Frühlatènezeit in Sissach BL. Ein Arbeitsbericht », Archéologie Suisse, t, 10, 3, p. 102-111, ill.

WOLF J.-J., 1968, « Découvertes récentes au Sud de Habsheim », B.M.H.M., t. LXXVI, p. 5-23, ill.

WOLF J.-J., 1989, « Une sépulture à inhumation de La Tène ancienne à Habsheim (Haut-Rhin) », in : PLOUIN S. dir., 1989, L’Alsace celtique : 20 ans de recherches (catalogue exposition, Colmar, Mulhouse, Haguenau), Colmar, imp. Edac, p. 102.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ; Alle, Noir Bois. JU. Position géographique du site
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 2 : Alle, Noir Bois, JU. Vue aérienne de la plaine de l’Allaine en direction de l’Ouest. Le site occupait l’emplacement des travaux autoroutiers visibles sur la gauche, au pied de la colline boisée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 3 : Alle, Noir Bois, JU. Stratigraphie représentative de l’occupation laténienne. 1. humus ; 2. limons bruns (colluvions) ; 3. couche archéologique : limons brun foncé. Triangles = mobilier archéologique, « trois points = charbons de bois. En sombre, structure (fosse) ; 4. limons argileux brun-orangé ; 5. karst (Sondage 1122, coupe AB).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 4 : Alle, Noir Bois, JU. Plan général des structures laténiennes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 1 : céramique fine cannelée. Groupe 2 : écuelles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 6 : Alle, Noir Bois, JU. Céramique La Tène ancienne (éch. 1 : 3). Groupe 3 : bols. Groupe 4 : pots et bouteilles. Autre mobilier (éch.l : 3) : 1. Poids de tisserand, 2-6. Fusaïoles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7 : Alle Noir Bois, JU. Mobilier La Tène ancienne (éch. 1 : 1).
Légende Bronze : 1. Fibule de « Marzabotto » 2. Pied de fibule 3. Anneau ovalaire massif 4. Petit anneau en tôle de bronze 5. Tampon de torque (?) 6-8. Fragments divers.Verre : 9-13. Perles 14. Perle « en melon » 15. Lissoir de pierre avec amorce de perforation (éch. 1 : 2). 16. Soc d’araire en fer (éch.1 : 4).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteurs

Office du Patrimoine Historique, Hôtel des Halles, CH – 2900 Porrentruy 2

Office du Patrimoine Historique, Hôtel des Halles, CH – 2900 Porrentruy 2

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search