Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Le site protohistorique de Colmar-Houssen : présentation générale, la céramique du Hallstatt C et la céramique de La Tène finale

Suzanne Plouin et Muriel Zehner-Roth

Résumé

Fouillé en 1994 sur près de 2 hectares, ce vaste site d’habitat a livré près de 500 structures, appartenant à six phases d’occupation échelonnées entre 3500 avant notre ère et le Ier siècle après J.C. La céramique du Hallstatt C découverte dans un puits circulaire à cuvelage bien conservé et celle des fosses de La Tène finale font ici l’objet d’une étude synthétique. Installé dans la plaine alluviale, dans un terroir particulier fortement sujet aux inondations par les remontées de la nappe phréatique, le site de Colmar-Houssen suggère l’existence de modalités d’occupation du sol complexes.

Texte intégral

1. Le site protohistorique : présentation générale

1À la limite des bans de Colmar et de Houssen (fig. 1), des sondages systématiques ont été effectués durant l’hiver 1994 par M. Lasserre (Service Régional de l’Archéologie, Strasbourg) sur environ 13 hectares, dans le cadre d’un projet de création d’une zone de loisirs. Aucun indice de surface ne révélait alors l’existence d’une occupation humaine ancienne et la situation topographique et géologique (zone inondable, proximité de la nappe phréatique) ne semblait guère favorable à celle-ci. Suite à quelques sondages positifs, une opération d’archéologie préventive s’est déroulée de mars à septembre 1994

Fig. 1 : Plan de situation du site de Colmar-Houssen.

Fig. 1 : Plan de situation du site de Colmar-Houssen.

2Deux zones d’environ deux hectares chacune ont été sélectionnées. Le décapage a révélé en fait une occupation très dense et complexe, matérialisée par la présence de près de 500 structures archéologiques. Outre quelques vestiges déposés sur un sol ancien, conservé partiellement sous des couches de limons déposées lors d’inondations, la plupart des indices concerne des structures en creux. Il s’agit pour la majeure partie de trous de poteaux, attestant la présence de bâtiments à structure en bois et torchis, mais aussi de fosses de dimensions variables, dont la fonction primaire n’est pas toujours évidente à définir (extraction, puits, caves, etc.) et qui ont servi dans un second temps de fosses-dépotoirs pour les déchets de l’activité domestique. L’analyse des vestiges a révélé l’existence de six phases d’occupation successives, qui s’échelonnent entre 3500 avant J.-C. et le Ier s. après J.-C.

3L’occupation humaine la plus ancienne remonte au Néolithique récent, vers 3500 avant J.-C., phase représentée dans notre région par la culture de Munzingen, du nom du site éponyme situé en Bade. Elle est signalée par d’assez nombreux restes de sol en place sous forme de petites cuvettes ayant piégé des vestiges céramiques, des éléments de meules, quelques éclats de silex ainsi que par des vases-silos enfoncés dans le sol de l’habitat.

4Quelques tessons de céramique, recueillis malheureusement hors de la zone d’emprise des fouilles, attestent l’existence en ce même lieu d’un habitat au début du Bronze final (vers 1200 avant notre ère), dont les structures resteront inconnues.

5Deux occupations distinctes concernent l’Âge du Fer. Au Hallstatt ancien, vers 800-700 avant notre ère, une occupation importante est matérialisée par plusieurs fosses et surtout par la présence de deux puits à eau, dont le cuvelage était partiellement conservé. Des vestiges relativement nombreux appartiennent par ailleurs au début du second Âge du Fer (La Tène ancienne, vers 450-400 avant J.-C). Quelques fosses circulaires de petit diamètre et un puits sans cuvelage ont livré un matériel céramique abondant, qui complètera très utilement le corpus régional encore très lacunaire.

6La fin de la période gauloise (La Tène finale, Ier siècle avant J.-C) est particulièrement bien représentée, car la majorité des structures (et pratiquement tous les trous de poteaux) appartiennent à cette phase. Des fosses circulaires, à planchers en bois partiellement conservés devaient servir de celliers, de longs fossés rectilignes illustrent les divisions parcellaires de l’espace, des regroupements de poteaux par ensemble de quatre individus évoquent la présence de greniers aériens, destinés au stockage des céréales dans un milieu naturel où la proximité de la nappe phréatique ne permettait pas le creusement de silos.

L’ultime occupation date de l’époque gallo-romaine. Elle se répartit de façon très lâche sur l’ensemble des deux zones (quelques fosses et un puits à l’extrémité nord du secteur 1. des poteaux de bâtiment dans le secteur 2) et s’intègre très certainement au domaine rural dont trois bâtiments avaient été observés en 1993 (Plouin 1993, Bonnet, Plouin 1995).

2. La céramique du Hallstatt C

7Parmi les sept fosses ayant livré de la céramique hallstattienne, nous n’évoquerons ici que la structure 2029. particulièrement intéressante puisqu’il s’agit d’un puits dont le cuvelage circulaire était bien conservé à partir d’une profondeur d’un mètre sous la surface actuelle. Cette bonne conservation confirme la pérennité du niveau de la nappe phréatique depuis le début de l’Âge du Fer au moins. Le cuvelage, fait de planches de bois étroites, plantées verticalement et ajustées très soigneusement, est conservé sur une hauteur d’une cinquantaine de centimètres. Il s’agit malheureusement de bois d’aulne, qui n’a pu être daté par dendrochronologie. Grossièrement ovalaire (3,60/2,60 m, cette fosse est aussi celle qui a livré la plus grande quantité de matériel : plus de 35 kg de tessons, appartenant à environ une centaine d’individus distincts. Le matériel, très fragmenté, n’a guère permis de remontage. Outre la céramique habituelle, la fosse a livré deux fragments de faisselle à fond plat, une fusaïole et un bracelet en lignite de section torique étroite, qui appartient à une phase précoce du Ha C, puisqu’il s’inscrit dans la continuité des premiers bracelets en lignite du Bronze final.

8La majorité des récipients sont réalisés dans une pâte très affinée, à dégraissant de très petit calibre, peu abondant. Ils sont pour la plupart très soigneusement lissés intérieurement et extérieurement. Seuls quelques récipients de stockage se démarquent par une pâte plus grossière, à gros dégraissant très hétérogène.

9Si l’éventail des formes est relativement diversifié, la très grande majorité des récipients appartient aux divers types de coupes et de jattes ainsi qu’aux pots de dimensions souvent relativement réduites. Les coupes sont largement majoritaires (fig. 2) ; elles se partagent entre des modèles à bord vertical et lèvre arrondie et d’autres à bords légèrement éversés et lèvre biseautée. Les plats à marli sont plus rares tout comme les jattes à encoches. Parmi les formes fermées (fig. 3) dominent les pots à petit bord éversé. Ils se répartissent équitablement entre les exemplaires à lèvre lisse et ceux à lèvre ornée de digitations. Certains de ces derniers ont d’ailleurs une pâte plus grossière. Seuls deux bords digités appartiennent à des grands récipients de stockage, portant un cordon également digité à la pliure du col.

Fig. 2 : Céramiques de la fosse Ha C : formes ouvertes. (Dessin S. Mentele)

Fig. 2 : Céramiques de la fosse Ha C : formes ouvertes. (Dessin S. Mentele)

Fig. 3 : Céramiques de la fosse Ha C : formes fermées. (Dessin S. Mentele)

Fig. 3 : Céramiques de la fosse Ha C : formes fermées. (Dessin S. Mentele)

10Les décors sont rares. La plupart des céramiques fines ou demi-fines sont simplement lissées très soigneusement. Les urnes basses et les pots portent souvent un motif réalisé au poinçon dans la pliure du col (petits points, motifs triangulaires allongés). Le graphite est largement présent en aplat, aussi bien sur le coté interne des cols des urnes que sur le marli des coupes, et très souvent aussi en couverte interne et externe sur les coupes et les coupelles. Dans un unique cas, sur une coupe à bord vertical, le graphite couvre toute la surface externe et dessine un motif en diagonale à l’intérieur du récipient. La peinture rouge est quasi absente ; elle n’apparaît en aplat que sur deux petites urnes à col très éversé, servant de faire-valoir à des motifs peints au graphite sous forme de bandes horizontales ou de chevrons. Les motifs gravés sont exceptionnels, et seul un petit pot est orné d’une ligne de zigzag.

11Pour la datation, la plupart des formes présentes dans la fosse 2029 de Colmar-Houssen appartiennent à une fourchette chronologique assez large et, dans l’état actuel des recherches, elles restent relativement difficiles à classer précisément au sein du Hallstatt C. On peut néanmoins essayer de les classer au sein du corpus provenant d’autres habitats protohistorique de la région colmarienne. Quelques éléments font encore directement référence au Ha B3 (un pot à panse quasi rectiligne et col court éversé, un bol présentant un petit mamelon accroché directement sous le bord), sont largement minoritaires. Il en est de même pour les jattes à profil sinueux, dont on trouve maints parallèles dans les dernières phases du Hohlandsberg (Bonnet, et al. 1985). Certaines formes caractéristiques du début du Hallstatt C sont aussi présentes, comme des coupes à large marli ou des rebords très développés appartenant à des urnes ; ils sont néanmoins beaucoup moins nombreux que dans les habitats caractéristiques du début du premier Âge du Fer, comme Gundolsheim (Jehl, Bonnet 1960) ou Morschwiller (Lack et al. 1991). Mais il faut remarquer que d’autres formes caractéristiques du début du Hallstatt C manquent totalement ; c’est le cas notamment des urnes à col en quille ou les plats à marli et cannelures internes, ainsi que des motifs excisés que l’on retrouve à Morschwiller, Gundolsheim ou Rosheim dans le Bas-Rhin. On peut donc considérer que la structure 2029 de Colmar-Houssen est postérieure à ces habitats. En revanche, notre ensemble est antérieur à celui de Colmar, route de Rouffach (Bonnet, Plouin, Lambach, 1990) où les indices anciens font totalement défaut, les assiettes à large marli manquent, les profils des coupes et jattes deviennent plus sinueux, et où l’emploi du graphite a très nettement régressé. On peut donc dater la fosse 2029 dans une phase déjà évoluée du Hallstatt C.

3. L’occupation de La Tène finale

12Le matériel La Tène finale provient de 149 structures dont 54 fosses, 84 trous de poteau, 14 segments de fossé d’enclos et un four de potier. Les structures n’étaient pas riches en matériel puisque l’on comptabilise sur l’ensemble du site environ 3600 tessons pour 54 fosses. Il nous est donc difficile de tirer des conclusions précises sur la datation du site et son évolution.

13La céramique de La Tène finale (fig. A à 6) se divise en trois catégories :

  • les céramiques fines (montées au tour) ;

  • les céramiques semi-fines (montées au colombin, pâte fine) ;

  • les céramiques grossières (montées au colombin, pâte grossière).

14Les montages sont réalisés au tour dans 52.97 % des cas. Les céramiques semi-fines sont présentes dans 27.61 % des cas et la céramique grossière à 19.4 %. Le dégraissant est le même, quelle que soit la technique de montage utilisée. Il est composé de chamotte, de silice et de mica doré dans la plupart des cas. Comme le montrent les tessons les plus épais, la cuisson est réductrice suivie d’une post-cuisson oxydante. La famille des céramiques lustrées noires reste prépondérante dans la catégorie des céramiques fines (62.82 %) et dans la catégorie des céramiques semi-fines (59.15 %).

15L’éventail des formes est peu varié. Nous avons recensé cinq groupes différents : les écuelles à bords rentrants (62.62 %), les bouteilles (13.88 %), les tonnelets (2.52 %), les bols carénés (4.79 %) et les pots de stockage ou pots à cuire (16.16 %). Ces différents groupes se divisent en types : sept types d’écuelles, deux types de bols carénés, cinq types de bouteilles, trois types de tonnelets et quatre types de pots de stockage . Les écuelles sont très nombreuses, notamment le type n° 1 qui comprend, sur l’ensemble du matériel 46 % (45.95 %) du NMI.

16L’ensemble des formes ne sort pas de l’ordinaire et se rencontre a priori pendant toute la période de La Tène D dans la région comprise entre Breisach et Bâle. Les céramiques dites de “luxe” sont absentes. Les formes hautes, de manière générale, ne sont pas très représentées (16.41 %). On ne constate pas de service de table varié. Il devait se limiter aux écuelles et aux bouteilles. Les seuls éléments qui sortent de l’ordinaire sont les bouteilles lustrées noires à décor poli, les tonnelets et les bols carénés qui sont d’une finesse de pâte plus grande que les autres types. On remarquera l’absence du bol hémisphérique. Très fréquent à La Tène D2, il fait déjà son apparition à la fin de La Tène D1. À Houssen, nous n’en avons pas rencontré. Signalons également l’absence totale de formes d’imitation romaine et d’amphore sur le site, denrée également très fréquente sur les sites datés de La Tène D2. On n’enregistre pas non plus de céramique engobée de blanc qui devient une constante dès la fin de La Tène D1 et devient prépondérante dans des ensembles datées de La Tène D2 ou du GR 1 (Sausheim-Rixheimerfeld, Wolf et al. 1995 ; Illfurth-Schwarzacker, Schweitzer 1995). Du point de vue technique, on constate que les écuelles qui ont un diamètre supérieur à 20 cm sont systématiquement montées aux colombins et que les formes hautes ne dépassent pas les 30 cm de hauteur. Ces céramiques ne demandaient pas l’utilisation du tour rapide (Amiran, Shenhav 1984). Son introduction n’a pas encore eu lieu à Houssen au moment où le site a été abandonné par ses habitants.

17La production du four (à alandier) n’offre également aucune surprise. Les céramiques fabriquées dans le four se retrouve sur l’ensemble du site. 79.32 % des rejets constituaient des fragments d’écuelles, 12.8 % de bouteilles, 2.7 % de bols carénés, et 5.02 % de pots de stockage. Sa dernière production semble ainsi avoir été composée presque exclusivement d’écuelles, cuites en mode A (cuisson réductrice, post-cuisson oxydante).

18Aucune céramique d’importation ou d’imitation de céramique romaine n’est apparue sur le site. Les objets métalliques sont rares : seule une fibule datée de La Tène C a été découverte dans la fosse 5101. Elle peut néanmoins faire partie d’un horizon plus tardif. Les monnaies font également défaut sur ce site. En comparaison avec le site de Bâle-Gasfabrik et le site de Breisach-Hochstetten, la céramique daterait de la fin de La Tène C2 et de l’ensemble de La Tène D1. Aucune céramique typiquement La Tène D2 n’a été découverte. Le pourcentage de céramique à pâte orange (36.11 %) par rapport au pourcentage de céramique lustrée noire (49.6 %) ainsi que le fort pourcentage de céramiques semi-fines (27.63 %) prêchent en faveur du début de La Tène D.

Conclusions

19Les découvertes effectuées sur le site de Colmar-Houssen apportent des résultats particulièrement intéressants pour la région colmarienne, avec en particulier la découverte de vestiges remontant au Néolithique récent, période très mal connue en Alsace si l’on excepte la région de Strasbourg. Mais le résultat le plus significatif concerne en fait l’occupation même de ce secteur géographique, dont rien à priori ne semblait justifier l’intérêt, la proximité de la nappe phréatique s’ajoutant aux risques certains d’inondations répétées pour en faire une zone relativement impropre à l’habitation, sinon même répulsive. La présence de vestiges d’habitats évidents et la répétition de l’installation humaine pendant près de 4000 ans contredisent cette opinion et renouvellent les conceptions habituellement admises, présupposant une occupation privilégiée des terrasses loessiques considérées comme nettement plus hospitalières pour des civilisations à vocation agricole. Le site de Colmar-Houssen suggère ainsi l’existence de modalités d’occupation du sol très complexes, illustrées, à travers les siècles, par une succession d’installations dont le caractère temporaine ne saurait être exclu. Ces installations dans des terroirs bien spécifiques sont sans doute liées à des activités particulières dont l’ethnoarchéologie peut offrir des exemples à travers certaines pratiques de chasse, de pêche ou d’élevage, sans exclure d’autres possibilités.

Fig. 4 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : écuelles, bols carénés (Dessin M. Zehner).

Fig. 4 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : écuelles, bols carénés (Dessin M. Zehner).

Fig. 5 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : bouteilles (Dessin M. Zehner).

Fig. 5 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : bouteilles (Dessin M. Zehner).

Fig. 6 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : tonnelets, pots de stockage (Dessin M. Zehner).

Fig. 6 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : tonnelets, pots de stockage (Dessin M. Zehner).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AMIRAN R., SHENHAV D., 1984. Experiments with an Ancient Potter’s Wheel. In : RICE P.M. ed. – Pots and Potiers : Carrent Approaches in ceramic archaeology, University of California Press, UCLA Institute of Archaeology Los Angeles (Monograph ; 24).

BENDER H., PAULI L., STORK I., 1986, Der Münsterberg in Breisach II. 357 p., 77 pl. (Münchner Beiträge zur Vor-und Frühgeschichte).

BERGER L. FURGER-GUNTI A., 1980, Katalog and Tafeln der Funde ans der spätkeltischen Siedlung Basel-Gasfabrick. Basel (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, 7).

BERGER L. FURGER-GUNTI A., 1981, «Les sites de l’«Usine à Gaz» et de la «Colline de la Cathédrale» à Bâle » in : BUCHSENSCHUTZ O. dir., Les structures d’habitats à l’Âge du Fer en Europe tempérée. L’évolution de l’habitat en Berry. Actes du colloque de Châteauroux. Bouges-le-Château, Levroux, 27 au 27 octobre 1978, p. 172-186.

BONNET C., JEHL M. 1960, « Habitats pré- et protohistoriques à Gundolsheim-Merxheim » Cahiers Alsaciens d’Art, d’Archéologie et d’Histoire, p. 27-43.

BONNET C., PLOUIN S. 1995, L’environnement gallo-romain de Colmar (3e partie). Cahiers Alsaciens d’Art, d’Archéologie et d’Histoire, 38, p. 87-101.

BONNET C., PLOUIN S., LAMBACH F, 1985, « Linsenbrunnen II, un nouveau secteur de la station d’altitude de Hohlandsberg (commune de Wintzenheim, Haut-Rhin) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 82, p. 449-509.

BONNET C., PLOUIN S., LAMBACH F, 1990, « Colmar, route de Rouffach : un site pré- et protohistorique de Colmar-Sud ». Revue Archéologique de l’Est, t. 41, p 7-15, fig. 15-21.

FURGER-GUNTI A., 1979, Die Ausgrabungen im Basler-Münster. I. Die spätkeltische und auguseische Zeit. Basel, 313 p., 43 pl., (Basler Beiträge zur Ur- und Frühgeschichte, t. 6).

LACK J., LACK B., PLOUIN S., VOEGTLIN Ch., 1991, Le site « hallstattien de Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » (Haut-Rhin) » Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, 7, p. 101-120.

PLOUIN S., 1993, « Domaine rural à Colmar-Housse « Obere Maettle ». DFS, SRA Alsace, Strasbourg.

SCHWEITZER J., 1995, « Illfurth « Schwartzaecker », SRA Alsace, Strasbourg, p. 56-57 (Bulletin Scientifique 1993).

ZEHNER M., 1995. « Sierentz-Landstrasse (Haut-Rhin). Les fours de La Tène finale – Etude de la céramique », C.A.P.R.A.A., 11, p-25-65.

ZEHNER M., (à paraître), « La céramique de la fin de La Tène et du début de l’époque romaine en Alsace. Etat de la question », Actes de la table-ronde d’Arras, 15-17 octobre 1996.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de situation du site de Colmar-Houssen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2 : Céramiques de la fosse Ha C : formes ouvertes. (Dessin S. Mentele)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3 : Céramiques de la fosse Ha C : formes fermées. (Dessin S. Mentele)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 4 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : écuelles, bols carénés (Dessin M. Zehner).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 5 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : bouteilles (Dessin M. Zehner).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 6 : Présentation typologique des céramiques du site de La Tène finale : tonnelets, pots de stockage (Dessin M. Zehner).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17146/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search