Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Structures biologiques et sociales de la nécropole de Dattingen (Bade-Wurtemberg, Allemagne) : l’apport de la paléoanthropologie

Kurt W. Alt, Samuel van Willigen et Werner Vach

Résumé

Les vingt-huit tombes provenant des quatre tertres de la nécropole hallstattienne de Dattingen (Ha D1) ont fait l’objet d’analyses de parenté d’après l’anthropologie, afin d’étudier la structure sociale des populations. Les résultats permettent de proposer des hypothèses sur les relations biologiques entre les individus des différents tertres. On peut aussi proposer de voir dans le tumulus II le cimetière d’un petite entité sociale exogame (par exemple une famille élargie).

Texte intégral

1. Introduction

1Située dans le Sud du Bade, entre Müllheim et Buggingen, au lieu-dit Himmelstiege, la nécropole hallstattienne de Dattingen fut fouillée en 1985 par le Landesdenkmalamt de Fribourg-en-Brisgau (Dehn 1986). Les trente-deux sépultures de cette nécropole forment cinq cercles ou segments de cercle interprétés comme des restes de complexes tumulaires (fig. 1). Les turnulus ayant été nivelés par l’érosion et les travaux agricoles, les sépultures centrales ainsi qu’une partie des sépultures périphériques ont disparu. Seules les tombes disposées en cercle en bordure des turnulus et situées sous le niveau du sol ont été, tout au moins en partie, préservées. Ce n’est que dans le cas du complexe II qu’un cercle a été conservé dans sa totalité. Quatre de ces complexes (I-IV) ont livré les restes de vingt-huit inhumations en position dorsale allongée.

Fig. 1 : Plan de la nécropole hallstattienne de Dattingen.

Fig. 1 : Plan de la nécropole hallstattienne de Dattingen.

2À la suite de Kossack (1958, 1970) les complexes tumulaires sont généralement interprétés comme étant des sépultures familiales (Beinhauer 1985, Spindler 1983). Il est vraisemblable que les relations sociales au sein des populations préhistoriques et historiques ont été dominées par des liens d’ordre biologique et familial (Steuer 1982). Dans le but de vérifier cette hypothèse, la nécropole de Dattingen a été soumise à une analyse de groupements familiaux fondée sur une étude comparative des caractères odontologiques des squelettes conservés (Alt, Munz, Vach 1995). A cause du mauvais état de conservation du matériel osseux, seuls vingt-deux individus ont pu être retenus dans cette analyse. Leur répartition au sein de la nécropole est figurée dans le tableau 1. Les sépultures périphériques étant seules représentées ici, il est vraisemblable que l’échantillonnage dont nous disposons ne soit pas représentatif du groupe démographique inhumé à Dattingen. Les données archéologiques et la structure démographique ne permettent donc ni conclusions en ce qui concerne la composition de la population inhumée ou son organisation, ni reconstitution de la population vivante de cette époque. En outre, le mobilier des sépultures étant homogène, il n’a pas été possible d’établir une chronologie fine en ce qui concerne l’utilisation de la nécropole (Munz 1992). Cette dernière a été attribuée à la période du Hallstatt D1 sur la base de comparaisons typologiques avec des sites voisins. La chronologie des fibules utilisée généralement pour cette période n’a pu être appliquée dans le cas présent, ce genre de parure n’étant pas représenté au sein du mobilier des tombes de Dattingen.

Tableau I : Nombre de caractères évaluables et occurrences chez les sujets de la nécropole de Dattingen.

Sujets

Caractères évaluables – occurrences

Age

Sexe

Tumulus I

13 A

52
12

Juvenil

m

13 B

45
10

Juvenil

f

15

12
1

Infans I

?

Tumulus II

3

33
3

30-40

m

16

49
7

Juvenil

f

18

44
16

40-50

m

20 A

22
3

40-50

m

20 B

14
3

30-40

f

21

40
11

30-40

f

22

46
18

20-30

f

23

29
11

Infans II

?

24

8
4

Infans I

?

25

46
10

40-50

m

Tumulus III

6

17
1

40-50

m ?

29

14
2

30-40

f

30

26
13

50-60

m

31

38
6

20-30

m

32

26
7

20-30

f

Tumulus IV

10

35
7

50-60

f

11

14
37

50-60

m

26

5
20

30-40

f

27

34
9

20-30

f

3Les observations ethnographiques ainsi que les analogies avec des populations historiques nous permettent de penser que les tumulus correspondent soit à de grandes familles locales composées d’individus biologiquement apparentés auxquels peuvent venir se joindre (par exogamie) quelques sujets biologiquement non-apparentés, soit à des communautés économiques (unités de subsistance) rassemblant, outre les membres de la famille, des individus liés par des facteurs sociaux (serviteurs, esclaves).

2. Principe de l’analyse de parenté

4L’analyse de parenté consiste à mettre en évidence les liens familiaux qui existent entre les différents membres d’une communauté en se basant sur les concordances que l’on peut constater au niveau de leurs caractères ostéologiques externes (Alt 1991). Pour être utilisables dans le cadre de l’analyse de parenté, ces caractères doivent à la fois présenter une forte hérédité, être rares au sein de la population étudiée, suffisamment marqués, indépendants de l’âge et du sexe du sujet et indépendants les uns des autres (Alt. Vach 1994). Le critère décisif est l’hérédité forte. Alors que dans le passé l’analyse de parenté était généralement fondée sur les caractéristiques épigénétiques crâniales, on s’appuie aujourd’hui avant tout sur les caractères odontologiques. Ceux-ci ont des avantages qui font leur succès : ils sont simples à enregistrer et la dentition est généralement mieux conservée que le reste du squelette. Les caractéristiques de la dentition offrent de plus la possibilité de vérifier la pertinence de leur choix puisqu’il est possible d’en observer leur comportement chez des populations actuelles. Une série d’applications concrètes sur différents types de complexes sépulcraux a permis de valider un procédé développé au cours de ces dernières années, qui permet de mettre en évidence les liens « génétiques » existant entre les individus d’un groupe humain donné (Alt, Vach 1994 ; Alt, Vach, Pichler 1992 ; Alt, Vach, Wahl 1995 et 1997 ; Alt et al. 1995 et 1996) et de confirmer ceux-ci à l’aide de procédés statistiques (Alt, Vach 1991, 1992, 1995 ; Vach, Alt 1993). Par là, notre méthode se limite donc à constater l’existence ou l’absence probable de liens familiaux. En revanche, elle n’est pas en mesure de déterminer le degré de parenté existant entre les membres d’une famille donnée. La caractérisation de l’ADN fossile qui, appliquée avec des résultats probants sur le matériel osseux, permet déjà la détermination du sexe (Herrmann, Hummel 1994) pourra peut-être dans un avenir proche aller au-delà des résultats que nous présentons ici.

5Le catalogue que nous avons dressé (Alt 1991) pour l’analyse de parenté en préhistoire comprend cent trente sept caractères primaires. Chacun de ces caractères peut être présenté par plusieurs dents, de telle sorte qu’en fin de compte une dentition complète permet de relever environ mille caractères différents. Le principe fondamental de l’analyse de parenté est de déduire de la fréquence élevée de certains caractères génétiques rares les relations parentales pouvant exister entre les membres d’une population donnée. Pour cela, la fréquence élevée de certaines caractéristiques rares n’est pas le seul élément déterminant. Il faut en outre que plusieurs de ces caractères apparaissent de façon cumulée chez les mêmes sujets. Il est ensuite nécessaire de confirmer ces résultats en utilisant les données archéologiques et anthropologiques. Les informations complémentaires indispensables que nous fournit l’anthropologie concernent l’âge et le sexe des défunts. L’archéologie, elle, nous apporte des renseignements relatifs à la chronologie des sépultures, le mobilier, la répartition des tombes et le sexe du défunt (Alt 1991 ; Alt, Vach, Jørgensen 1993).

6Du fait que seules les caractéristiques représentées chez au moins deux sujets peuvent jouer un rôle dans l’analyse de parenté, il résulte une réduction considérable du nombre des caractères utilisés. Ainsi, dans le cas de la nécropole de Dattingen, il ne reste que cinquante-trois caractères, dont le tableau 2 montre la répartition. Chaque composante d’un caractère peut être présente (+), absente (–) ou non-évaluable (?).

7La tâche principale de l’étude est alors de délimiter, au sein de la matrice de données, des groupes d’individus génétiquement apparentés. Pour cela, nous disposons de trois démarches différentes, qui vont être successivement présentées ici. Chacune de ces démarches nécessite l’utilisation de procédés statistiques déjà traités à plusieurs reprises dans le détail (Alt 1997 ; Alt. Vach 1994) et sur lesquels nous ne reviendrons pas. L’analyse est effectuée dans un premier temps au niveau de l’ensemble des individus, pour être ensuite confrontée à leur répartition au sein des tumulus.

Tableau 2 : Répartition des 53 caractères représentés chez au moins deux sujets.

Tableau 2 : Répartition des 53 caractères représentés chez au moins deux sujets.

3. Résultats de l’étude au niveau de l’ensemble de la population de Dattingen

8La première démarche que nous présentons ici part du constat que deux personnes génétiquement apparentées présentent plusieurs caractères communs. Le but de cette démarche est donc de constituer des paires d’individus à partir de l’ensemble des caractères présents chez au moins deux sujets. En calculant pour chaque paire d’individus un taux de ressemblance basé sur le nombre de caractères communs, une famille devrait se distinguer par le fait que ses membres présentent entre eux un taux de ressemblance élevé par rapport aux autres sujets de la nécropole ou à une population de référence. Ce taux de ressemblance (tableau 3) est représenté par le pourcentage du nombre de caractères présentés par les deux individus de cette paire (tableau 4) par rapport au nombre de caractères à la fois évaluable chez les deux individus d’une paire donnée et présent chez au moins l’un d’entre eux (tableau 5). Dans le cas des paires où le nombre de caractères présentés par au moins un des deux sujets et évaluables chez les deux est inférieur ou égal à 4, les bases statistiques ont été jugées trop peu représentatives et le taux de ressemblance n’a pas été calculé.

9Les paires d’individus présentant un taux de ressemblance élevé sont particulièrement intéressantes. Sur la figure 2, toutes les paires présentant un taux de ressemblance supérieur à 25 % sont reliées par une ligne. La largeur de cette ligne est en outre fonction du taux de ressemblance. Les sujets 22 et 30 des tumulus II et III se distinguent par un taux de ressemblance particulièrement élevé. Parmi les douze caractères évaluables et qui sont présentés par au moins un de ces deux sujets, on retrouve neuf caractères communs, ce qui nous donne un taux de ressemblance exceptionnel de 75 %. Les paires 30-11, 18-20A, 13B-31, 11-29 et 13B-11 présentent également des taux de ressemblance importants. Les sujets 11, 13B, 30 et 31 forment un groupe au sein duquel les paires présentent – à une seule exception près – des taux de ressemblance élevés (≥ 30 %). Seule la paire 30-31 ne présente que deux caractères communs, alors qu’elle montre un grand nombre de caractères évaluables.

Tableau 3 : Nombre de caractères qui sont à la fois évaluables chez les deux sujets d’une paire et présentés par au moins un de ces sujets.

Tableau 3 : Nombre de caractères qui sont à la fois évaluables chez les deux sujets d’une paire et présentés par au moins un de ces sujets.

Tableau 4 : Nombre de caractères présentés par les deux sujets d’une paire.

Tableau 4 : Nombre de caractères présentés par les deux sujets d’une paire.

Tableau 5 : Ressemblance relative(%) par paire d’individus résultant des deux tableaux précédents.

Tableau 5 : Ressemblance relative(%) par paire d’individus résultant des deux tableaux précédents.

Fig. 2 : Représentation graphique des taux de ressemblance supérieurs à 25 % existant entre les sujets de la nécropole et de l’appartenance de ces individus à l’un des quatre tumulus (encadré).

Fig. 2 : Représentation graphique des taux de ressemblance supérieurs à 25 % existant entre les sujets de la nécropole et de l’appartenance de ces individus à l’un des quatre tumulus (encadré).

10La seconde approche consiste à mettre en évidence les caractères particulièrement fréquents. Dans le cas où les membres d’une famille présentent tous un caractère particulier typique de cette famille, la fréquence relative de ce caractère au sein d’une population restreinte s’en trouvera augmentée, comme c’est le cas ici. La fréquence élevée d’un certain nombre de caractères peut donc être un indice de liens familiaux. En l’absence de données concernant des populations contemporaines de Dattingen, ce sont des séries diachrones de squelettes ainsi que des populations actuelles qui nous serviront de référentiel. Il en résulte, pour ce qui est de la nécropole de Dattingen, une série de caractères présentant tous une fréquence particulièrement élevée (tableau 6). Parmi ceux-ci, seuls les caractères dont les propriétés génétiques sont suffisamment bien connues pour nous fournir des chiffres de référence sûrs sont retenus pour l’analyse de parenté. La répartition de ces caractères au sein de la nécropole est représentée par le tableau 7. Il est frappant que seul un nombre restreint de paires présente plus d’un caractère parmi ceux qui ont été retenus. Si l’on excepte le caractère 816, qui est très fréquent, il ne nous reste que trois paires (13A-21, 22-25 et 11-30) qui soient porteuses de deux de ces caractères. Seule la paire 11-30 était caractérisée, lors de l’analyse précédente, par un taux de ressemblance élevé. À l’inverse, la paire d’individus 22-30 pour laquelle nous avions constaté un taux de ressemblance de 75 % n’a en commun – en dehors du caractère 816 – que le caractère 265. Le groupe 11-13B-30-31 mis en évidence par la première approche ne partage que le caractère 652.

11Le but de la troisième approche est de mettre en évidence, au sein de la matrice de données, des groupements d’individus partageant plusieurs caractéristiques. Dans le cas où une famille est porteuse d’un certain nombre de caractères typiques, il doit donc exister un groupe d’individus porteurs de plusieurs caractères, chacun de ces caractères étant lui-même représenté chez plusieurs de ces individus. Cette approche nous amène donc à délimiter deux groupes : d’une part un ensemble d’individus pouvant être considéré comme le noyau d’une famille, d’autre part un assemblage de caractères qui sont typiques de cette famille. Le premier exemple de groupement significatif (tableau 8a) nous montre que le taux de ressemblance élevé présenté par les sujets 11, 13B, 30 et 31 et constaté lors de la première approche repose en partie sur des caractères communs. Tous ces sujets sont porteurs des caractères 652 et 1028 et trois d’entre-eux présentent les caractères 142 et 1028 (ce dernier caractère n’était cependant pas évaluable dans le cas du sujet 30). Cette constatation est beaucoup plus significative que les comparaisons faites à l’aide du taux de ressemblance (approche 1). En effet il est tout à fait envisageable que les paires d’individus résultant de cette approche soient basées chacunes sur des caractères différents. Deux autres groupements significatifs se dessinent autour des sujets 22 et 30 : 21, 22, 25 et 30 présentent 5 caractères représentés respectivement par trois des quatre individus (tableau 8b), tandis que les sujets 11,22 et 30 sont tous porteurs des caractères 142, 175. 265 et 603 (tableau 8c).

Tableau 6 : Caractères retenus dans l’analyse de parenté et représentés chez au moins deux sujets (extrait du tableau original).

Caractères

rf- %

cf – %

Références bibliogr*.

14

Face linguale 11 21 12 22 concave

30,0

17

Arête marginale 11 21 mesial

40,0

18

Arête marginale 12 22 mesial

37,5

22

Arête marginale 43 33 mesial

21,4

24

Arête marginale 11 21 distal

50,0

28

Arête marginale 42 32 distal

15,4

4,5

Rudo 1969

36

Arête médiane 43 33

20,0

73

Nombre des racines 43 33 (2)

15,8

4,9

Visser 1948

93

Nombre des cuspides 45 35 (3,4)

41,7

21

De Terra 1905

117

Type des fissures 45 35 (6)

37,5

142

Nombre des racines 14 24 (1)

22,2

146

Nombre des racines 15 25 (2)

18,8

8,7

Visser 1948

159

Nombre des cuspides 17 27 (3)

13,3

33,1

Hofmann 1985

165

Réduction de cuspide 17 27)

14,3

168

Réduction de cuspide 18 28

41,7

171

Nombre des racines 16 26 (2)

13,3

9,8

Visser 1948

175

Nombre des racines 17 27 (2)

33,3

30,0

Visser 1948

197

Fusion radiculaire 17 27

13,3

203

Fusion radiculare 18 28

27,3

204

Fusion radiculaire 18 28

27,3

221

Nombre des cuspides 46 36

20,0

240

Nombre des cuspides 48 38

18,2

253

Type des fissures 47 37

25,0

265

Nombre des racines 47 37 (1)

23,5

6,2

Hofmann 1985

270

Nombre des racines 48 38 (1)

26,7

19,2

Visser 1948

310

Fissure / Arête 12 22

22,2

316

Fissure / Tuberculum dentis 12 22 1)

33,3

333

Dens invaginatus 12 22

25,0

3,0

Grahnén 1956

399

Tubercule de Carabelli 16 26

60,0

50,0

Scheffer 1976

511

Cuspide supplémentaire 18 28 distal

50,0

32,8

Harris et al 1980

521

Cuspide compressé 17 27

14,3

528

Foramen molaire 48 38

25,0

5,2

Alt & Vach 1994

583

Radicula appendiciformis

9,1

1,9

Alt & Vach 1994

603

Concretio dentium 17 27

26,7

6,6

Alt & Vach 1994

611

Racine abnormale

22,7

646

Hypodontie 45 35

10,0

3,0

Derks 1977

652

Hypodontie complètement

22,7

19,8

Alt 1990

816

Aplasie et micro-symptômes d’aplasie

45,5

820

Chevauchement anterior

40,0

15,0

Hütting 1982

rf= fréquence relative au sein de la population de la nécropole de Dattingen
cf = fréquence relative au sein de la population de référence
* Literatur siehe Originalpublikation Alt, Munz & Vach (1995)

Tableau 7 : Sujets porteurs d’au moins un caractère remarquable d’après leur appartenance à l’un des tumulus de la nécropole.

Tableau 7 : Sujets porteurs d’au moins un caractère remarquable d’après leur appartenance à l’un des tumulus de la nécropole.

12Les résultats de chacune des trois analyses présentées ici parlent tous en faveur de l’existence de relations entre les tumulus. Ainsi, parmi les treize paires d’individus présentant un taux de ressemblance ≥30 %, une seule (18-20A) se trouve dans le même tumulus. Cette proportion augmente sensiblement si l’on abaisse le taux de ressemblance minimum de 30 % à 25 %. Dans ce cas en effet, sept des vingt-quatre paires obtenues se trouvent au sein du même tumulus (29 %). Il faut cependant observer que sur un maximum de deux cent trente et une paires, soixante quatre paires seulement se trouvent dans le même tumulus (28 %). L’analyse du taux de ressemblance nous montre donc bien que des liens génétiques existent entre les sujets d’un même tumulus, mais que ceux-ci sont moins marqués que les ressemblances entre les sujets inhumés dans des tumulus distincts. Ces liens familiaux existant entre les complexes tumulaires sont en grande partie confirmés par la répartition des individus ayant en commun des caractères particulièrement fréquents (approche 2). même si l’analyse a également mis en évidence l’existence de liens étroits entre certains sujets du tumulus IL

4. Résultats de l’analyse au niveau des complexes tumulaires

4. 1. Le tumulus I

13Seuls trois sujets provenant de deux des cinq sépultures du tumulus I (sépulture double 13, tombe 15) ont pu être étudiés. Les trois sépultures restantes n’ont fourni aucun reste osseux utilisable. L’enfant de la sépulture 15 ne présentant que très peu de caractéristiques évaluables, il joue un rôle très limité dans l’analyse de parenté. Le deux sujets 13A (masculin) et 13B féminin) de la tombe double 13, pour lesquels un grand nombre de caractères étaient évaluables, ne sont porteurs que d’un seul caractère commun et n’ont très probablement aucun lien biologique.

14Le fait que ces deux sujets, approximativement du même âge, aient été inhumés dans la même tombe permet d’envisager, en l’absence de relation génétique, un lien d’ordre social. Dans l’hypothèse d’une relation maritale, la question des enfants communs mérite d’être soulevée. L’analyse des ressemblances n’apporte aucun élément de réponse, 13A et 13B étant chacun lié à un groupe distinct d’individus. L’absence de descendance peut être causée par le fait qu’une partie seulement des sépultures du tumulus I nous est parvenue et que les caractères odontologiques de l’enfant de la tombe 15 n’ont pu être évalués.

4. 2. Le tumulus II

15Le tumulus II est le mieux préservé des quatre complexes de la nécropole de Dattingen (fig. 3). C’est en effet le seul cas où le cercle des sépultures secondaires est conservé dans sa totalité. Les treize sépultures présentent une organisation particulière. Toutes sont orientées vers le Sud. Cinq d’entre elles se succèdent dans le sens des aiguilles d’une montre, et les sept autres dans le sens contraire. Dix sujets ont livré des restes osseux évaluables dans le cadre de l’analyse de parenté. Le fait que neuf des caractères retenus dans notre analyse ne soient représentés que chez les dix sujets de ce tumulus représente un indice sérieux en faveur d’un complexe sépulcral réservé aux membres d’une même famille. En comparaison, on ne trouve que sept caractères qui soient représentés exclusivement parmi les douze sujets extérieurs au tumulus II. Un autre indice est livré par les deux enfants 23 et 24. Ceux-ci sont particulièrement intéressants dans la mesure où, s’il s’agit bien d’un ensemble funéraire réservé à une famille, les enfants présentent de façon presque certaine des liens génétiques avec le reste de la famille, ce qui n’est pas toujours le cas pour les adultes. Ainsi parmi les quatre caractères que présente l’enfant 24, trois font partie des neuf caractères que nous avons déjà considérés comme typique du tumulus II. De même, au sein de ces neuf caractères, on en retrouve quatre chez l’enfant 23. Trois autres caractères présentés par l’enfant 24 ne se retrouvent en dehors du tumulus II que chez le sujet 13A du tumulus I. De plus les sujets du tumulus II et le sujet 13A ont en commun six caractères qui ne ne retrouvent chez aucun autre sujet de la nécropole.

Tableau 8 a-c : Exemples de groupements significatifs.

Tableau 8 a-c : Exemples de groupements significatifs.

Fig. 3 : Extrait du plan général de la nécropole : tumulus II.

Fig. 3 : Extrait du plan général de la nécropole : tumulus II.

16En ajoutant le sujet 13A au tumulus II, nous obtenons donc quinze caractères spécifiques de ce groupe et nous pouvons constater que les deux enfants sont presque exclusivement porteurs de ces caractères. Il est donc tout à fait justifié de considérer ces caractères comme étant spécifiques de la famille inhumée dans le tumulus II et dont fait probablement partie le sujet 13A. Il faut remarquer que quatre de ces quinze caractères (93, 146, 333,1086) ont une fréquence relative élevée (tableau 6).

17À partir de ces quinze caractères, il est maintenant possible de chercher une structuration interne au tumulus II en y incluant le sujet 13A. La mise en évidence de groupements d’individus selon la troisième approche n’a fourni aucune indication allant dans ce sens. Seule la sériation des sujets et des caractères laisse deviner une certaine structuration au sein du tumulus II. La matrice ordonnée (tableau 9) présente en haut à gauche un groupe de six sujets (16, 20B. 21, 22, 25 et 13A) et de quatre caractères (13, 93, 253 et 1069) spécifiques de ce groupe. La ressemblance entre les sujets 21, 22 et 25 a déjà été constatée lors de la troisième approche. À l’inverse, nous trouvons en bas à droite un deuxième groupe composé de six individus (3, 18, 20A, 23, 24 et 13A) et de cinq caractères (17, 22, 28, 146 et 528) spécifiques.

18La position du sujet 13A entre ces deux groupes pourrait être en rapport avec le fait qu’il est inhumé en dehors du tumulus IL Il est intéressant de constater que l’ordre obtenu correspond à une division selon le sexe de la population du tumulus IL L’interprétation socio-culturelle d’une telle structure est des plus délicate. Ce groupe de huit adultes étant constitué de femmes et d’hommes en nombre équivalent, l’une des hypothèses les plus probables consiste à y voir un ensemble d’au moins quatre couples différents. Le groupe des hommes étant issu d’une famille distincte de celle d’où provient le groupe des femmes, il faut envisager en ce qui concerne la population de Dattingen l’existence de règles ayant pour effet de favoriser les unions entre des lignages précis. Le mauvais état de conservation des squelettes de la sépulture double 20A/20B ne permet malheureusement aucune observation allant dans ce sens.

19Comme le montre le sujet 16 qui, malgré un bon état de conservation, ne présente que deux des quinze caractères spécifiques des sujets du tumulus II, l’assimilation des deux sous-groupes à deux lignages distincts reste donc problématique.

Tableau 9 : Répartition de caractères probablement familiaux chez les sujets du tumulus II ainsi que chez le sujet 13 A du tumulus I.

Tableau 9 : Répartition de caractères probablement familiaux chez les sujets du tumulus II ainsi que chez le sujet 13 A du tumulus I.

4. 3. Le tumulus III

20Cinq des six sujets du complexe III étaient suffisamment bien conservés pour être étudiés dans le cadre de l’analyse de parenté. Parmi eux, trois sépultures (30, 31 et 32) proches les unes des autres présentaient un bon état de conservation. Le matériel osseux des deux autres sépultures situées à quelque distance du premier groupe était moins bien préservé. Si l’on ne retient que les caractères présents chez au moins deux sujets de ce complexe, nous obtenons six caractères représentés exclusivement au sein du sous-groupe 30-31-32. Leur répartition est telle que chaque paire potentielle (30-31, 30-32 et 31-32) présente deux de ces caractères. Cependant ceux-ci sont également représentés au sein des autres tumulus et ne sont donc pas spécifiques du complexe III. Dans un cas comme celui-là, les bases quantitatives sont malgré tout trop restreintes et ne permettent pas de déceler les éventuelles relations génétiques existant entre les sujets de ce complexe.

4. 4. Le tumulus IV

21Les cinq sépultures du complexe IV ont livré des restes osseux. L’enfant de la sépulture 12 n’est cependant porteur d’aucun des cinquante-trois caractères retenus et n’a donc pas pu être soumis à l’analyse de parenté. Les quatre tombes restantes contenaient les squelettes bien conservés de quatre adultes. Les sépultures 10, 11, 12 et 27 forment un segment de cercle continu alors que la tombe 26 est isolée. Malgré le grand nombre de caractères évaluables chez les quatres adultes, les indices révélant des relations biologiques sont très ténus. Parmi les huit caractères présents chez au moins deux sujets du tumulus IV, un seul est spécifique de ce complexe. Aucune paire d’individus n’a plus de trois caractères communs.

5. Interprétation et discussion

22Les résultats obtenus vont avant tout dans le sens de l’existence de liens génétiques entre les différents groupes de sépultures, qui ne peuvent de ce fait être assimilés à des nécropoles strictement familiales et indépendantes les unes des autres.

23Il est cependant possible d’interpréter le tumulus II comme la nécropole d’une petite communauté pratiquant l’exogamie (famille au sens large ou unité de subsistance). Dans ce cas il est intéressant de constater que les femmes d’une part et les hommes d’autre part correspondent par leurs caractères épigénétiques à deux phénotypes distincts. Il semblerait donc que femmes et hommes proviennent de deux groupes différents pratiquant l’exogamie.

24Le mauvais état de conservation des tumulus I, III et IV n’a pas permis d’obtenir de tels résultats, ce qui n’est pas étonnant compte tenu de la faible représentativité de leurs populations respectives. Seuls les sujets 30, 31 et 32 pourraient présenter entre eux des liens biologiques.

25Dans l’hypothèse où le groupe humain inhumé dans la nécropole de Dattingen ait eu des règles de résidence précises, il doit être possible d’isoler un groupe d’adultes apparentés (lignage résidant) ne présentant aucun lien génétique avec un deuxième groupe d’adultes apparentés (lignage étranger). Les enfants résultant des unions entre les deux lignages présentent dans ce cas des phénotypes qui se rapportent en même temps aux deux groupes d’adultes. Les liens génétiques existant au sein du tumulus Il semblent aller dans le sens d’une telle hypothèse.

26Ces règles de résidence pourraient être matrilocales à en croire la situation du sujet masculin 13A inhumé dans le tumulus I alors qu’il est apparenté aux sujets du tumulus IL Cette hypothèse est cependant d’ordre spéculatif dans la mesure où elle ne repose que sur la situation particulière du sujet 13A. Elle aurait cependant l’avantage d’expliquer le fait que le sujet masculin 11 ait été inhumé dans le tumulus IV alors qu’il partage de nombreux caractères remarquables avec les sujets du tumulus II.

27Malgré ses limites, notre méthode permet donc de répondre à certaines questions touchant à la structure sociale des nécropoles hallstattiennes ainsi que de formuler un certain nombre d’hypothèses concernant l’organisation sociale durant l’Âge du Fer. Il serait maintenant nécessaire de confirmer ces résultats et ces hypothèses en élargissant notre étude à d’autres nécropoles de cette période.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALT K.W., 1991, Verwandtschaftsanalyse an Skelettmaterial. Methodenentwicklung auf der Basis odontologischer Merkmale, Freiburg, Med. Habil. Schrift.

ALT K.W., 1997, Odontologische Verwandtschaftsanalyse, Stuttgart, Fischer, 333 p., 117 fig.

ALT K.W., MUNZ M., VACH W., 1995, « Hallstattzeitliche Grabhügel im Spiegel ihrer biologischen und sozialen Strukturen am Beispiel des Hügelgräberfeldes von Dattingen, Kr. Breisgau-Hochschwarzwald », Germania, Bd 73, p. 281-316.

ALT K.W., PICHLER S., VACH W., HUCKENBECK W., STLOUKAL M., 1996, « Early bronze age family burial from Velké Pavlovice », Homo, t. 46, p. 256-266.

ALT K.W., VACH W., 1991, « The reconstruction of genetic kinship in prehistoric burial complexes – problems and statistics », in : BOCK H.H., IHM P. éds., 1991, Classification, data analysis, and knowledge organisation, Berlin, Springer, p. 299-310.

ALT K.W., VACH W., 1992. « Non-spatial analysis of genetic kinship in skeletal remains », in : SCHRADER M. éd., 1992. Analyzing and modeling data and knowledge organisation, Berlin, Springer, p. 247-256.

ALT K.W., VACH W., 1994, « Rekonstruktion biologischer und sozialer Strukturen in ur-und frühgeschichtlichen Bevölkerungen. Innovative Ansätze zur Verwandtschaftsanalyse in der Archäologie », PZ, Bd 69, p. 56-91.

ALT K.W., VACH W., 1995, « Odontologie kinship analysis in skeletal remains : concepts, methods, and results », Forensic Science International, t. 74, p. 99-113.

ALT K.W., VACH W., FRIFELT K., KUNTER M., 1995. « Familienanalyse in kupferzeitlichen Kollektivgräbern aus Umm an-Nar ; Abu Dhabi », Arabian Archaeology and Epigraphy, t. 6, p. 65-80.

ALT K.W., VACH W., JØRGENSEN L., 1993, « Anwendung und Bedeutung archäologischer Informationen in der anthropologischen Verwandtschaftsanalyse », Archäol. Informat., Bd 16. p. 295-300.

ALT K.W., VACH W., PICHLER S., 1992, « Familienanalyse an kaiserzeitlichen Skelettresten aus einer Villa rustica bei Regensburg-Harting ». Bayer. Vorgeschbl., Bd 57, p 261-276, pl. 47/48.

ALT K.W., VACH W., WAHL J., 1995, « Verwandtschaftsanalyse der Skelettreste aus dem bandkeramischen Massengrab von Talheim, Kreis Heilbronn », Fundberichte aus Baden-Württemberg, Bd 20, p. 195-217.

ALT K.W., VACH W., WAHL J., 1997, « La reconstitution "génétique" de la population de la fosse commune rubanée de Talheim, Allemagne », in : JEUNESSE C. éd., 1997, Le Néolithique danubien de l’Ouest et ses marges (5500-4300 av. J .C.). Actualité des recherches, actes du XXIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, octobre 1995, p. 1-8.

BEINHAUER K.W., 1985, Untersuchungen zu den eisenzeitlichen Bestattungsplätzen von Novilara, Provinz Pesaro und Urbino/Italien. Archäologie, Anthropologie, Demographie : Methoden und Modelle, Frankfurt, Haag und Hetchen, 2 vol., 554 p., planches.

DEHN R., 1986, « Ein Gräberfeld der Hallstattzeit von Dattingen, Stadt Müllheim, Kreis Breisgau-Hochschwarzwald », Archäol. Ausgr. in Baden-Württemberg. p. 96-98.

HERRMANN B., HUMMEL S., éds., 1994, Ancien ! DNA, New York, Springer.

KOSSACK G., 1958, « Kammergräber der Hallstattzeit bei Groβeibstadt », in : Neue Ausgrabungen in Deutschland, Berlin. R.G.K., p. 121-126.

KOSSACK G., 1970, Gräberfelder der Hallstattzeit an Main und Fränkischer Saale, Kallmüntz, Lassleben, 179 p., 138 pl. (Materialhefte zu Bayer. Vorgeschichte, 24).

MUNZ M., 1992, Archäologische und anthropologische Studien zur hallstattzeitlichen Nekropole von Müllheim-Dattingen, Kr. Breisgau-Hochschwarzwald, Freiburg, Mag. Arbeit.

SPINDLER K., 1983, Die frülhen Kelten, Stuttgart, P. Reclam, 447 p., 114 fig., 18 pl.

STEUER H., 1982, Frühgeschichtliche Sozialstrukturen in Mitteleuropa, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 613 p., 114 pl. (Abhandl. Akad. Wiss. Göttingen, Philol.-Hist. Kl., 3. F., 128).

VACH W., ALT K.W., 1993, « Detection of kinship structures in prehistoric burial sites based on odontological traits », in : ANDRESEN J., MADSEN T., SCOLLAR I. éds., 1993, Computing the Past – Computer Applications and Quantitative Methods in archaeology, Aarhus, Aarhus University Press, p. 287- 292.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de la nécropole hallstattienne de Dattingen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tableau 2 : Répartition des 53 caractères représentés chez au moins deux sujets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 3 : Nombre de caractères qui sont à la fois évaluables chez les deux sujets d’une paire et présentés par au moins un de ces sujets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 4 : Nombre de caractères présentés par les deux sujets d’une paire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 5 : Ressemblance relative(%) par paire d’individus résultant des deux tableaux précédents.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2 : Représentation graphique des taux de ressemblance supérieurs à 25 % existant entre les sujets de la nécropole et de l’appartenance de ces individus à l’un des quatre tumulus (encadré).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 7 : Sujets porteurs d’au moins un caractère remarquable d’après leur appartenance à l’un des tumulus de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau 8 a-c : Exemples de groupements significatifs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3 : Extrait du plan général de la nécropole : tumulus II.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 9 : Répartition de caractères probablement familiaux chez les sujets du tumulus II ainsi que chez le sujet 13 A du tumulus I.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17134/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteurs

Prof., Institut für Anthropologie, Universität Mainz, Saarstrasse 21, D – 55099 Mainz

Institut für Ur- und Frühgeschichte der Universität Freiburg, Belfortstrasse 22, D – 79085 Freiburg

Prof., Department of Statistics and Demography, University of Southern Denmark, Campusvej 55, DK – 5230 Odense

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search