Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Le tumulus du Hallstatt C de Sausheim Rixheimer Feld-Luessbuehl

Jean-Jacques Wolf

Résumé

Lors de l’intervention de sauvetage en 1994 à Sausheim, deux tertres du Hallstatt ont été étudiés. Le premier est dépourvu de tombe centrale. Il correspond à un type, couramment appréhendé par la détection aérienne, d’enclos circulaires sans sépulture visible. Le second possède une tombe centrale qui a livré une épée en fer du Hallstatt C 2.

Texte intégral

1. Le cadre

1Les tumulus alsaciens ont fait l’objet d’inventaires à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, se limitant aux monuments conservés en élévation. A l’exception du tumulus du Liesbuhl à Blotzheim (Gallia 1974), la centaine de tertres de la partie méridionale de la plaine rhénane n’intéressa guère que les fouilleurs clandestins (Gallia 1978).

2L’Archéologie Départementale recense les sites du Haut-Rhin à l’aide, entre autres, des découvertes récentes de la prospection aérienne (fig. 1). La stratégie d’investigation de ce sauvetage urgent a bénéficié d’une bonne couverture aérienne, ciblant les sondages préalables sur les zones contenant des vestiges archéologiques.

3Non loin d’une structure du Hallstatt ancien, repérée en 1976 sur le tracé de l’autoroute A 36, subsistent deux tertres totalement arasés (fig. 2). L’on ne sait si ces tertres étaient isolés ou s’ils avaient fait partie d’un groupe plus fourni : le lieu-dit est Luesbuehl, toponyme assez répandu qui s’applique à des tertres éminents, comme à Blotzheim/Saint-Louis-la-Chaussée Lisbühl ou Saint-Louis Lysbüchel. Ces tertres s’intègrent dans un chapelet de nécropoles tumulaires, non explorées, disséminées le long de la voie antique nord-sud, entre Saint-Louis et Sainte-Croix-en-Plaine.

Fig. 1 : Les groupes tumulaires de la plaine de Haute-Alsace, entre Ill et Rhin.

Fig. 1 : Les groupes tumulaires de la plaine de Haute-Alsace, entre Ill et Rhin.

Fig. 2 : Les sites archéologiques au Sud-Est de Sausheim :

Fig. 2 : Les sites archéologiques au Sud-Est de Sausheim :

1. Luessbuehl : tertres du Hallstatt.
2. Rixheimerfeld : structures de La Tène finale.
3. Rixheimerfeld : enclos à fossé double de La Tène finale.
4. Rixheimerfeld : structure du Bronze ancien.

Fig. 3 : Plan de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

Fig. 3 : Plan de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

2. Les tertres

4Le tertre 1 est dépourvu de tombe centrale. Il correspond à un type, couramment appréhendé par la détection aérienne, d’enclos circulaire sans sépultures visibles : établies sur le paléosol, elles ont disparu lors de l’arasement. Deux hypothèses, complémentaires, peuvent être avancées à propos du mode d’édification de l’enclos funéraire :

5– l’excavation du fossé circulaire est contemporaine, ou à peu près, de l’aménagement de la tombe ;

6– le fossé tumulaire s’est comblé rapidement, par érosion de l’élévation.

7Le tertre 2 possède une tombe centrale, orientée Nord-Est/Sud-Ouest, rectangulaire (4,10 m x 1,75 m) (fig. 3). Ses déblais d’extraction ont fossilisé le paléosol hallstattien antérieur à l’édification du tumulus et protégé un foyer en relation directe avec l’aménagement du tertre. L’empreinte d’un coffrage sépulcral, de 2,90 sur 0,90 à 1 m, est nettement visible (fig. 4). Les ossements conservés sont très corrodés. L’hypothèse du mécanisme d’aménagement du tumulus. qui serait à rapprocher de celui de Schlierbach Niedere Stocketen (1991) peut être la suivante :

  • un foyer précède le creusement de la tombe.

  • l’excavation du fossé circulaire est contemporaine du foyer ou de l’aménagement de la tombe.

  • l’édification du corps du tertre suit immédiatement le remblai de la tombe, avec le même matériau.

  • le fossé reste ouvert un temps indéterminé, probablement dans la durée de l’hommage funéraire.

Fig. 4 : Profil de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

Fig. 4 : Profil de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

Fig. 5 : Coupe du fossé du tertre 1 de Sausheim-Luessbuehl. Coupe du fossé du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

Fig. 5 : Coupe du fossé du tertre 1 de Sausheim-Luessbuehl. Coupe du fossé du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.

8Comme à Schlierbach, un trou de poteau se situe au pied de la tombe, dans son axe, probable indice d’une signalisation de la sépulture.

3. Le mobilier

9Le tertre 1 est dépourvu de mobilier. Dans le tumulus 2, le paléosol autour de la tombe et le fossé renferment quelques tessons de céramique.

10Le mobilier du tertre 2 est d’un intérêt exceptionnel (fig. 6). Il s’agit d’une épée en fer, longue de 0,96 m, déposée sur le côté droit du corps. Son oxydation a partiellement conservé le fourreau et la poignée. Troisième épée de ce type dans le Haut-Rhin, après celle de Rixheim Hühnerhubel en 1858 et celle d’Appenwihr en 1957, c’est la plus longue et la plus intacte. Elle a été restaurée par le Laboratoire d’Archéologie des Métaux de Nancy-Jarville. Les options de restauration ont fait apparaître les traces de matériaux organiques du fourreau (de l’intérieur vers l’extérieur : cuir/bois/cuir/tissu, ce dernier provenant soit d’une gaine, soit d’un enveloppement lors du dépôt dans la tombe, soit encore de la proximité d’un vêtement de l’inhumé) et de la poignée (bois) constituée de deux garnitures, fixées par trois rivets au niveau de la garde et un rivet à l’extrémité proximale de la soie, et probablement prolongées par un pommeau de bois. La lame semble forgée d’une pièce (soie comprise jusqu’à mi-poignée, soit 0,855 m de long) et porte une carène centrale sur chacune de ses faces. L’épée est du Hallstatt C2.

Fig 6 : L’épée en fer.

Fig 6 : L’épée en fer.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

WOLF J .-J., VIROULET B., 1992, Sausheim, Ensisheim, Service départemental de l’Archéologie du Haut-Rhin.

WOLF J .-J., VIROULET B., BADER M., HEIDINGER H., BAUDOUX J., 1995, « Nouvelles découvertes pré- et protohistoriques à Sausheim (68) », C.A.A.A.H., t. XXXVIII, p. 35-53.

WOLF J.-J.. 1996, « Sausheim, Rixheimerfeld », Bilan scientifique 1994. Strasbourg, S.R.A. Alsace, p. 61-62.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les groupes tumulaires de la plaine de Haute-Alsace, entre Ill et Rhin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 2 : Les sites archéologiques au Sud-Est de Sausheim :
Légende 1. Luessbuehl : tertres du Hallstatt.2. Rixheimerfeld : structures de La Tène finale.3. Rixheimerfeld : enclos à fossé double de La Tène finale.4. Rixheimerfeld : structure du Bronze ancien.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3 : Plan de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 4 : Profil de la sépulture du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 5 : Coupe du fossé du tertre 1 de Sausheim-Luessbuehl. Coupe du fossé du tertre 2 de Sausheim-Luessbuehl.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig 6 : L’épée en fer.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search