Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Le tumulus du Hallstatt C de Schlierbach Niedere Stocketen

André Heidinger, Jean-Jacques Viroulet et Jean-Jacques Wolf

Résumé

Lors de l’intervention de sauvetage en 1991 à Schlierbach, un tertre du Hallstatt a été étudié. Il appartient, par ses dimensions, sa chronologie et ses rites, au même type que le tertre 2 de Sausheim. La tombe centrale a livré un mobilier céramique du Hallstatt C.

Texte intégral

1. Le cadre

1Les tumulus alsaciens ont fait l’objet d’inventaires à la fin du XIXe et au début du XXe siècles, se limitant aux monuments conservés en élévation. À l’exception du tumulus du Liesbuhl à Blotzheim (Gallia 1974), la centaine de tertres de la partie méridionale de la plaine rhénane n’intéressa guère que les fouilleurs clandestins. L’Archéologie Départementale recense les sites du Haut-Rhin, à l’aide, entre autres, de la prospection aérienne. Celle-ci a fourni en 1990 l’image d’un des trois tertres signalés anciennement sur une tranche de la plaine longue de 5 km et a porté leur nombre à 28 (fig- 1).

2À l’occasion de l’extension d’une zone artisanale à Schlierbach, une intervention de sauvetage du Centre de Recherches Archéologiques du Sundgau en 1991 a fourni d’utiles observations sur un tertre menacé de disparition. Celui-ci atteint 32 m de diamètre extérieur et, fortement arasé, se signale sur le terrain par une très légère élévation et une différence de couleur du sol. Un levé topographique et des mesures de résistivité électrique ont précédé les terrassements mécaniques superficiels. Les objectifs assignés à ces interventions complémentaires à la fouille étaient de :

  • documenter au mieux une structure appelée à disparaître ;

  • affiner le repérage des structures avant le décapage mécanique des niveaux superficiels et s’assurer notamment de la présence ou de l’absence de sépultures secondaires ;

  • valider la détection géophysique dans l’environnement géologique particulier du piémont oriental du Sundgau, en vue de l’appliquer au sauvetage d’autres tertres ;

  • confronter les différentes méthodes de prospection, non seulement au plan documentaire, mais aussi à celui de la rentabilité des interventions.

2. Détection aérienne

3La vue prise le 5.06.1990 est fragmentée par une gravière et des aires surbâties (fig. 2). Dans le terrain étudié (section 37, parcelles 73 à 75) apparaissent trois types d’anomalies, les deux premières étant indubitablement d’origine anthropique :

  • la structure circulaire du fossé funéraire ;

  • deux structures quadrangulaires ;

  • un semis diffus de taches ponctuelles.

Ces dernières, qui auraient pu être interprétées comme sépultures à incinération ou trous de poteaux, se sont avérées, à la fouille, des anomalies géologiques, formations sédimentaires fines comblant une surface d’érosion tourmentée des graviers würmiens. L’enclos tumulaire se détache très moyennement d’un contexte à bilan hydrique élevé, réduisant les contrastes. De sorte que la tombe centrale est plus devinée qu’aperçue et qu’aucune indication ne peut en être retirée sur l’existence d’éventuelles sépultures secondaires. Le site a été enregistré dans la Carte archéologique sous 68.4.13.301.003 . AH.

Fig. 1 : Carte archéologique du secteur de Schlierbach.

Fig. 1 : Carte archéologique du secteur de Schlierbach.

Fig. 2 : Vue aérienne et schéma d’interprétation.

Fig. 2 : Vue aérienne et schéma d’interprétation.

3. Géologie

4Caractéristique courante des tertres de cette portion de la plaine, leur arasement total ou quasi total ne les masque pas entièrement au regard du prospecteur attentif. En effet, une tache circulaire d’un diamètre voisin du tertre initial tranche par sa composition et sa coloration sur les formations superficielles ambiantes. Alentour, la sédimentation affleurante est composée d’un mélange, dû au brassage opéré par les façons culturales, de :

  • colluvions loessiques subrécentes à récentes. Les séquences attestées à Sierentz dans un environnement pédologique similaire montrent que ce dépôt est post-romain et qu’il n’a guère été affecté par de fortes érosions ;

  • lehms et graviers würmiens altérés. Les proportions de ces deux composantes varient avec l’épaisseur de la couche supérieure (et ont considérablement évolué avec la mécanisation de l’agriculture...). L’horizon de base est atteint par les charrues aux endroits où la puissance des colluvions ne dépasse pas les 0,20 – 0,30 m. Souvent, et c’est le cas ici, lorsque les colluvions sont dominantes, elles ont évolué en Parabraunerden et sont de couleur gris-brun foncé (5 YR value 4, chroma 4 de Munsell Soil Color Charts).

5Le principe stratigraphique externe au tumulus se présente ainsi :

Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91 X+40

Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91 X+40

6La masse des tertres a été prélevée sur des formations pléistocènes de couleur brune tirant plus nettement vers le rouge (2,5 YR value 5, chroma 8). La trame de notre tertre est faite quasi exclusivement de sables limoneux (avec quelques gravillons) très fortement décalcifiés, comme le confirme l’état de conservation des ossements de la sépulture centrale.

Le bourrelet de gravier provenant de l’excavation de la tombe a fossilisé un paléosol (horizon 6). dont la couleur est quelque peu plus foncée qu’à l’extérieur de l’enclos. Il s’agirait là soit d’une simple variante, localisée, de l’horizon 2, soit, plus vraisemblablement, d’un lambeau d’une formation distincte. Cette variabilité horizontale de formations affectées de solutions de continuité dues à l’érosion, a déjà été observée à Dietwiller. à l’emplacement d’un tertre arasé (Dietwiller 003. AH. tumulus 13a de Naue, 1905). Les correspondances de codage sont :

7La séquence stratigraphique interne du tertre s’énonce ainsi :

Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91X+223

Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91X+223

4. Topographie

8Les tertres ont été fortement arasés, notamment au XIXe siècle, dans les espaces cultivés. Toutefois, du fait de sa position en aboutissant de champ, le profil très atténué du tumulus de Schlierbach est encore révélé par le levé microtopographique (maillage de 5 m. altitudes rapportées à un repère indépendant).

5. Géophysique

5.1. Démarche

9La mise en œuvre de la prospection géophysique est due à l’obligeance de Jean-Bernard Edel, maître de conférence à l’École et Observatoire de Physique du Globe de Strasbourg, avec lequel nous collaborons depuis l’expertise du site de Kembs en 1988.

10Notre choix s’est porté sur la méthode de résistivité électrique, simple d’emploi, bien adaptée à l’exploration des terrains superficiels et d’un pouvoir de résolution intéressant, variant de 70 à 380 Wm. Nous avons opté pour le dispositif WENNER, à 4 électrodes sur un pas d’un mètre, autorisant une vitesse d’exécution optimale et utilisé un résistivimètre Geohm. Le carroyage employé pour le levé topographique étant basé sur un maillage de 5 m, les profils de résistivité ont été écartés de 2,50 m, distance suffisante pour saisir l’essentiel des structures. Afin de vérifier l’incidence de l’anisotropie apparente des cartes de résistivité, les profils ont été croisés, nord-sud et est-ouest. L’effet de distorsion, dû à l’angle d’incidence des profils sur l’orientation des structures, est réel mais ne modifie pas fondamentalement l’apparence des cartes d’isorésistivité (fig. 3).

Fig. 3 : Plans d’isorésistivité.

Fig. 3 : Plans d’isorésistivité.

11Les mesures ont été effectuées les 8 et 15.06.1991. Un épisode pluvieux étant intervenu entre temps, les corrections ont été réalisées à l’aide de mesures sur un profil commun.

5.2. Interprétation

12Les gradients élevés distinguent l’aire occupée par le tertre, de faible à moyenne résistivité (70 à 190 Wm) des surfaces externes où affleurent les graviers würmiens, de forte résistivité (150 à 290 Wm). Une dépression circulaire coïncide avec le fossé tumulaire qui, toutefois, n’est pas formellement rendu. L’emplacement de la tombe centrale n’est guère plus marqué que sur le cliché aérien, mais un pic de résistivité au Sud de la tombe semble dû au bourrelet ceinturant la sépulture, effectivement plus puissant de ce côté. Globalement, un dôme circulaire de 20 m de diamètre est tangent au Sud-Ouest du fossé. Sachant qu’en dehors des structures centrales, la masse du tertre est composée surtout de sédiments fins de faible résistivité, que sous le tertre le niveau supérieur des graviers est relativement plan et qu’un reliquat de bombement du tumulus est encore apparent, il y a lieu de croire que la résistivité apparente, pour laquelle on aurait donc attendu un profil inverse du profil topographique, trahit en fait la présence de graviers noyés dans la trame fine du tertre. Elle refléterait donc un mode d’édification en cône s’étalant vers le Nord-Est.

13À l’Ouest. les enclos quadrangulaires sont également perceptibles par les profils de résistivité, mais, en raison de leurs faibles emprise et profondeur, leurs images insuffisamment contrastées n’autorisent pas une interprétation recevable.

5.3. Critique

14Les structures centrales auraient peut-être été mieux saisies avec un dispositif WENNER de longueur double (pas de 2 m), pour augmenter la profondeur de pénétration. Le procédé avait été testé à Kembs en 1988 où, à part une augmentation générale des résistivités, peu de différences avaient été notées par rapport au pas d’un mètre. Un maillage plus serré, avec un écartement de profils d’un mètre, aurait probablement eu un meilleur rendu, mais alourdi l’opération. A fortiori, l’existence d’éventuelles tombes secondaires n’a pu être établie avant le terrassement.

15Malgré ces imperfections, cet essai conserve sa valeur et démontre l’efficacité de cette méthode de prospection, surtout quand elle peut être réalisée par des moyens mécaniques (traîné électrique par râteau).

6. Les structures du tertre

16L’enclos tumulaire (fig. 4 et 5), d’un diamètre de 32 m, est à rapprocher des tertres de Sausheim Rixheimerfeld (Wolf et al. 1995 : 38,39) et d’Appenwhir (Jehl, Bonnet 1957 : 19). Bien que le tumulus soit fortement arasé (hauteur maximale 0,50 m), l’ensemble funéraire nous est parvenu dans son intégralité. Le dôme a été édifié avec des sédiments prélevés à proximité : il s’agit d’un limon sableux ocre rouge, mêlé à des gravillons. Cette structure repose directement sur le paléosol couvrant le gravier würmien altéré. Ce substrat de gravier présente une légère déclivité nord-sud de 0,009 mètre pour un mètre.

6.1. Le fossé (fig. 6)

17Le fossé tumulaire forme un cercle presque parfait. Il entaille le substrat géologique sur une largeur de 2 m pour une profondeur de 1 m et présente un profil aux parois évasées et au fond plat.

Fig. 4 : Plan de situation.

Fig. 4 : Plan de situation.

18L’étude de la stratigraphie démontre que le fossé est resté ouvert, probablement durant les cérémonies funéraires, jusqu’à l’édification du tertre. Tapissant la paroi extérieure et le fond du fossé, ľUS 8 correspond aux sédiments issus de l’érosion des US 2 et 4. Ce mécanisme de dépôt nécessite un temps relativement long. Quelques éléments de céramiques atypiques ont été trouvés sur un remblai médian de dépôt plus rapide (US 5, 6 et 7 : gravier dominant les sédiments fins). Une couche supérieure, US 3, est le résultat de l’occlusion définitive du fossé par la construction du tertre. Cet épandage qui déborde nettement la limite extérieure du fossé, plaide en faveur de l’absence d’une structure en bois ceinturant le monument funéraire.

19Nous n’avons détecté aucune trace d’interruption dans le tronçon de fossé que nous avons mis au jour. Le grand diamètre de ce fossé se distingue des dimensions relevées généralement en Allemagne du Sud-Ouest (de 8 à 16 m) (Bonnet, Plouin 1991 : 19).

Fig. 5 : Plan d’ensemble des structures et coupe.

Fig. 5 : Plan d’ensemble des structures et coupe.

Fig. 6 : Stratigraphie du fossé.

Fig. 6 : Stratigraphie du fossé.

6.2. La tombe (fïg. 7)

20Le monument funéraire abrite une tombe unique centrale : lors de la surveillance du décapage de la parcelle à la pelle mécanique, nous n’avons remarqué aucune trace de tombe dans la superstructure du tumulus. La tombe, orientée Nord-Ouest/Sud-Est (130°/310°) est encavée dans le gravier würmien à une profondeur de 1,10 m par rapport au paléosol et 2,00 m par rapport au sol actuel. Elle présente une ouverture de 3,90 m x 2,20 m. Les déblais de fossoyage ont été répartis sur une largeur de 2,00 m en périphérie de l’excavation formant un monticule de 0,30 m d’épaisseur (US 3, 4 et 5). Celui-ci a été déposé sur le paléosol du tertre. L’US 6 sur laquelle repose ce paléosol était probablement beaucoup plus épaisse lors de son dépôt, mais elle a subi un écrêtement lors du processus de remblaiement de la tombe.

21À 1,40 m au Sud-Est de la fosse et dans l’axe de celle-ci, un trou de poteau (Ø 0,28 m) a été repéré dans le gravier würmien. S’agit-il d’un vestige de signalisation pour l’hommage funéraire ? Nous n’avons trouvé aucun élément de comparaison.

6.3. Le rituel funéraire (fïg. 8)

22Le défunt a été déposé la tête au Nord-Est. La très forte acidité du remblai de la sépulture n’a pas permis la conservation des éléments du squelette. Seule la cavité céphalique a laissé une trace suffisamment visible pour évaluer son emplacement. Un caisson rectangulaire en matière périssable (bois ?) a laissé une empreinte nettement visible : sa longueur de 2,80 m est celle de l’origine, mais sa largeur, 0,50 m. a subi une modification due à la dégradation du matériau d’assemblage et à la pression du terrain. Ce caisson était épaulé à l’extérieur par un aménagement de galets (de 0,05 m à 0,15 m de Ø) triés et déposés pêle-mêle, sans liant discernable.

23Lors de la préparation et du déroulement de la cérémonie, les parois de la tombe ont été détériorées. Le gravier d’extraction en provenant, de même que l’excédent du bourrelet, a garni progressivement et de manière incomplète la ceinture de cet aménagement.

Fig. 7 : Stratigraphie de la tombe.

Fig. 7 : Stratigraphie de la tombe.

Fig. 8 : Plan de la tombe.

Fig. 8 : Plan de la tombe.

24Chronologie relative de la cérémonie mortuaire :

  • creusement du fossé ;

  • creusement de la fosse sépulcrale, ces deux phases pouvant être simultanées ;

  • cérémonie funéraire (temps indéterminé) ;

  • remblaiement de la fosse centrale, édification du tertre et remplissage du fossé avec le même matériau.

7. LE MOBILIER (fig. 9)

25Un ensemble de cinq céramiques et un objet en fer constituent le dépôt funéraire :

  • céramique (fig. 9, a) (SNS 91.05) : grande urne à col tronconique et large rebord en entonnoir. Décor sur l’épaulement d’un bandeau de petits triangles estampés. Ces triangles sont remplis d’une substance blanche. Des traces de graphite sont visibles sur les deux parois (hauteur : 33 cm ; diamètre : 39,50 cm) ;

  • céramique (fig. 9, d) (SNS 91.10) : coupelle graphitée à rebord très légèrement marqué, fond plat et ombilic (hauteur : 4,80 cm ; diamètre : 11 cm). Ces deux céramiques (a, d) étaient disposées l’une dans l’autre, au pied gauche du défunt ;

  • céramique (fig. 9, b) (SNS 91.06) : écuelle graphitée à rebord légèrement éversé (hauteur : 550 cm ; diamètre : 18,20 cm). Ce récipient était posé près de l’emplacement du pied droit du défunt, contre la paroi en bois (un fragment de phalange a été exhumé près de cet ustensile) ;

  • céramique (fig. 9, c) (SNS 91.07) : grande urne sans décor à col tronconique et large rebord en entonnoir (hauteur : 30,50 cm ; diamètre : 37 cm). Cette urne se trouvait au Sud-Est du pied droit du défunt ;

  • céramique (fig. 9, f) (SNS 91.13) : coupelle graphitée à rebord très légèrement évasé et fond plat (hauteur : 3,90 cm ; diamètre : 9,40 cm). Cette coupelle était déposée dans la grande urne (c) ;

  • fer (fig. 8, e) (SNS 91.04) : un fragment d’objet en fer, fortement oxydé, reposait sur l’emplacement supposé de l’épaule droite. Son altération extrême n’a pas permis d’identifier ni de dessiner cet objet.

Fig. 9 : Mobilier céramique.

Fig. 9 : Mobilier céramique.

Fig. 10 : Déroulement de la fouille.

Fig. 10 : Déroulement de la fouille.

8. Datation

26Bien que les comparaisons régionales soient rares, la morphologie des deux urnes est courante durant la période du Ha C. L’urne du tumulus d’Appenwihr I (Plouin 1996 : 60) beaucoup plus trapue, se rapproche de (c). Le décor à motifs géométriques du récipient (a) peut être comparé aux techniques de décors qui caractérisent la tradition Alb-Salem (Bauer 1988 ; Plouin 1993), bien que le décor de cette urne se réduise à un bandeau unique. Les éléments de comparaison suisses et allemands (profil analogue) présentent un décor beaucoup plus élaboré (Zürn 1987).

27La fosse de Morschwiller-le-Bas (Lack et al. 1991 : 107, 1 et 5) de datation Ha C a livré deux exemplaires décorés d’écuelles similaires au récipient (b).

9. Synthèse

28La fouille de ce tertre (fig. 10) réactualise la question des rituels funéraires au Hallstatt ainsi que l’origine chronologique de leur construction. Pour l’instant aucun indice d’élévation de tumulus dès le Bronze moyen n’a été relevé dans la partie méridionale de l’Alsace. On notera que les rituels funéraires des tertres présentés dans ces actes (Sausheim 2 et Schlierbach) offrent de fortes similitudes. Il est prématuré d’en tirer des règles chronologiques et d’établir des modèles de construction des tertres.

29Les tertres de la zone géographique évoquée plus haut composent un chapelet de nécropoles étiré le long de l’actuel RD 66 de Habsheim à Sierentz, partie du couloir de communication d’une densité extraordinaire, resserré entre Sundgau et coteaux du Bade-Sud. La voie antique nord-sud structure un peuplement très dense dont il faudra préciser l’organisation, et notamment les relations entre habitats et nécropoles.

NOTE

Collaborateurs de la publication : Marc BADER (dessins de céramique), Noële TROUCHAUD (texte). Crédit photographique : Jean-Jacques VIROULET (fouilles), Jean-Jacques WOLF (vue aérienne).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BAUER I., 1988, « Das Verzierungsprinzip der Alb-Salem Keramik », Annuaire de la Société suisse de préhistoire et d’archéologie, t.71, p. 107-120.

BONNET C., PLOUIN S., LAMBACH F., 1991, « Le tumulus I de Colmar-Riedwihr (Haut-Rhin) », Gallia, t. 48, p. 13-57.

JEHL M., BONNET C., 1957, « Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt de Kastenwald près de Colmar », C.A.A.A.H., t. l, p. 19-32.

LACK J., LACK B., PLOUIN S., VOEGTLIN C., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » (Haut-Rhin) ». C.A.P.R.A.A., t. 7,p. 101-114.

PLOUIN S., 1993, « Corpus de la céramique de type Alb-Salem en Alsace », in : GANARD V., LASSERRE M., LOMAZZI H., PASSARD F., PININGRE J.-F., PLOUIN S., URLACHER J.-P., 1993, Occupation et peuplement des plateaux du massif du Jura de 2000 à 400 avant J.-C., rapport annuel de PCR, Besançon, Service régional de l’archéologie de Franche-Comté.

PLOUIN S., BONNET C., 1996, « Le tumulus I d’Appenwihr », in : PLOUIN S., DUNNING C., JUD P. dir., 1996, Trésors Celtes et Gaulois (catalogue d’exposition, Colmar, 16 mars au 2 juin 1996), Strasbourg, éd. Valblor, p. 60-67.

ZÜRN H., 1987, Hallstattzeitliche Grabfimde in Württemberg und Hohenzollern, Stuttgart, K. Theiss Verlag, 2 vol., 246 p., 505 pl. (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 24).

WOLF J-J., 1994, « Schlierbach, Niedere Stocketen », Bilan scientifique 1991, Strasbourg, SRA Alsace, p. 64.

WOLF J.– J., VIROULET B., BADER M., HEIDINGER H., BAUDOUX J., 1995, « Nouvelles découvertes pré- et protohistoriques à Sausheim (68) », C.A.A.A.H., t. XXXVIII. p. 35-53.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte archéologique du secteur de Schlierbach.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 2 : Vue aérienne et schéma d’interprétation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91 X+40
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Schéma stratigraphique Y+20 SCHLIERBACH 91X+223
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 3 : Plans d’isorésistivité.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 4 : Plan de situation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Plan d’ensemble des structures et coupe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 6 : Stratigraphie du fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 7 : Stratigraphie de la tombe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 8 : Plan de la tombe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 9 : Mobilier céramique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 10 : Déroulement de la fouille.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17119/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

Auteurs

Président du Centre de Recherches Archéologiques du Sundgau, 53 rue Bartholdi, F- 68400 Riedisheim

Vice Président du Centre de Recherches Archéologiques du Sundgau, 53 rue Bartholdi, F- 68400 Riedisheim

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search