Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

L’habitat hallstattien D2-D3 de Wolfgantzen (Haut-Rhin)

Gertrud Kuhnle

Résumé

La fouille de sauvetage sur le tracé de la déviation au Nord du village de Wolfgantzen (Haut-Rhin) a mis au jour un habitat de plaine non fortifié avec un grand nombre de fosses, dont de nombreux silos du Hallstatt final. Une bonne partie des plus de deux cents trous de poteaux, dont ceux d’une habitation rectangulaire remarquablement claire, appartient très vraisemblablement à cette phase d’occupation. Le mobilier exhumé, qui laisse supposer des contacts à longue distance (fibules et céramique tournée et cannelée), souvent considéré comme caractéristique d’un contexte d’habitat princier, s’explique probablement par l’implantation du site, proche d’un point de franchissement du Rhin contrôlé par le Münsterberg de Breisach.

Texte intégral

1. LE SITE

1Découvert en 1994 lors de sondages systématiques sur le tracé de la déviation de la RN 415 à Wolfgantzen (Haut-Rhin), le site archéologique a fait l’objet d’une fouille exhaustive, effectuée par une équipe de quatre archéologues de l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales au premier tiers de 1995, dans le cadre d’une convention entre le Service Régional de l’Archéologie d’Alsace et la Direction Départementale de l’Équipement du Haut-Rhin.

1.1. La localisation

2Le site se trouve à 5 km à l’Ouest du cours actuel du Rhin, au Nord du village de Wolfgantzen, sur le tracé de la déviation de la RN 415, immédiatement à l’Est du nouveau giratoire dénivelé (fig. 1). Il est implanté sur des dépôts alluviaux de la plaine rhénane. On distingue deux bancs de gravier clair et une large bande limoneuse qui s’étire du Sud au Nord. Un paléo-chenal coupe ces formations dans la partie nord-ouest (fig. 2).

1.2. Les périodes protohistoriques représentées

3Les soixante-dix ares explorés ont permis de mettre en évidence un ensemble de structures d’habitat dont cinquante-huit fosses et plus de deux cents trous de poteaux, appartenant au Bronze moyen, au Bronze final IIb (R.S.F.O.) et au Premier Âge du Fer. La répartition suivant les périodes met l’accent sur différentes parties du site (fig. 2) :

  • sept des huit structures du Bronze moyen se situent dans la partie septentrionale du décapage. Deux d’entre elles ont été creusées dans le paléo-chenal colmaté ;

  • les neuf structures du Bronze final occupent la partie sud-ouest.

  • la période du Hallstatt est la plus densément représentée et la plus étendue avec trente structures en creux.

Fig. 1 : Plan de situation (fond IGN 1/25000).

Fig. 1 : Plan de situation (fond IGN 1/25000).

Fig. 2 : Plan d’ensemble (échelle : 1/500) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

Fig. 2 : Plan d’ensemble (échelle : 1/500) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

4Il n’y a pas lieu de présenter ici tous les résultats de nos études réalisées ou en cours concernant notamment la céramique, la faune et les objets métalliques ainsi que l’interprétation du site hallstattien. Nous renvoyons le lecteur à l’article monographique consacré exclusivement à l’habitat hallstattien D2-D3 de Wolfgantzen (Kuhnle et al., 1998) et proposons ici un résumé des principales données caractérisant l’habitat et le mobilier domestique du site hallstattien de Wolfgantzen.

2. LES TROUS DE POTEAUX DES BÂTIMENTS

5Des habitations se signalent par de nombreux trous de poteaux répartis préférentiellement suivant un semis nord/sud qui correspond à la légère éminence du gravier clair à l’Est de la bande limoneuse.

6Dans la partie méridionale du site, le plan d’une maison orientée Nord-Ouest/Sud-Est est clairement lisible (fig. 3). Le bâtiment, de construction à entraits, mesure 9,40 m de long et 5,60 m de large. Quatorze trous de poteaux délimitent une surface rectangulaire très régulière ; les traces de deux trous de poteaux juxtaposés, situés à la fois sur le grand axe médian et sur l’axe de l’entrait, pourraient indiquer la présence d’une croupe. En Alsace, les rares habitations connues du Hallstatt ancien (Sainte-Croix-en-Plaine dans le Haut-Rhin : Kuhnle inédit ; Wolfisheim dans le Bas-Rhin : Sainty. Schnitzler 1992) sont des bâtiments à deux nefs.

Fig. 3 : Plan de la maison avec annexes (échelle : 1/100) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

Fig. 3 : Plan de la maison avec annexes (échelle : 1/100) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

7Parmi les trous de poteaux situés immédiatement au Sud de la maison, on peut déceler les plans de deux petits bâtiments à quatre poteaux qui se seraient succédé. Ils pourraient correspondre à des greniers surélevés dont les surfaces, à peu près carrées, mesurent respectivement 12 m2 et 5 m2. À noter que l’orientation du plus petit de ces deux bâtiments concorde exactement avec celle de la maison.

8Deux datations C14 rattachent la maison et un trou de poteau appartenant à une concentration de trous localisés entre les fosses 144, 146 et 150 à la période Hallstatt/La Tène ancienne (Lyon-471 (OxA) et Lyon-472 (OxA) : l’intervalle en années réelles après calibration est respectivement 762-416 av. J.-C. et 748-390 av. J.-C.).

3. Un lambeau de sol

9Une tache sombre (fig. 2 n° 162) composée de limon argileux brun-noir, qui s’étendait sur environ 10 m2, constitue vraisemblablement un lambeau de sol de la période du Hallstatt. Cette couche sédimentaire épaisse de quelques centimètres seulement, qui recouvrait deux fosses du Bronze moyen, a fourni une fibule entière (fig. 7).

4. Les fosses hallstattiennes

10Les trente fosses attribuées à la période du Hallstatt sont en général bien datées d’après la céramique issue de leurs remplissages. Bien qu’on observe quelques éléments plus anciens au sein de certains complexes, la grande majorité des formes céramiques est typique de la fin du Hallstatt (D2-D3). Cette datation tardive est, dans plusieurs cas, corroborée par la présence de fibules caractéristiques du Hallstatt D2 et D3 ainsi que par celle de quelques fragments de céramique tournée, bien datée du Hallstatt final.

4.1. La répartition des fosses

11Les fosses hallstattiennes, structures annexes à l’habitat, sont dispersées sur une large partie du terrain décapé, bien que les trois-quarts de ces fosses se trouvent dans la moitié nord de la fouille. L’espace autour de la maison est moins densément occupé par des fosses que les autres parties de l’emprise archéologique, ce qui paraît tout à fait normal sur le plan fonctionnel. Il faut souligner que la plupart des fosses hallstattiennes ont été aménagées soit directement dans le gravier, soit en surcreusant largement le sous-sol graveleux. Somme toute, la répartition des vestiges hallstattiens laisse penser que nous n’avons probablement découvert qu’une partie d’un important gisement qui pourrait se prolonger notamment au Sud et au Nord de la zone de fouille.

4.2. La typologie des fosses (fig. 4)

12La typologie des fosses hallstattiennes de Wolfgantzen est très variée. Elles peuvent être classées en différents groupes selon des critères morphologiques et dimensionnels.

13Un premier groupe du type « fosse de stockage ou silo » concerne un tiers des fosses (fig. 4) : huit fosses de forme sub-circulaire à profil plus ou moins droit et à fond presque plat (105, 106, 120, 121, 138, 139, 144, 152-154) et deux à profil étranglé (112, 127).

14Trois autres fosses (103, 126, 157) présentent des parois trop évasées pour être identifiées comme fosses de stockage. Pourtant, leurs dimensions sont proches des fosses précitées.

15Dans un autre groupe sont réunies six très grandes fosses (128, 129. 130, 146, 150, 151) dont la grande ouver ture et le profil évasé semblent incompatibles avec l’ensilage (à moins qu’il n’y ait eu des aménagements internes réalisés en matériaux périssables). Les fosses 128 et 129, ovales, sont reliées entre elles par une très large cuvette (161) de faible profondeur (02 à 0,4 m) et à contour irrégulier. Ce dispositif a été aménagé simultanément ; la fosse-silo 127 a ensuite partiellement entaillé le creusement de la cuvette, laquelle n’était pas encore comblée. Pour la fosse 150, on peut se demander si elle n’est pas le résultat malheureux d’une initiative visant à creuser deux silos juxtaposés. Enfin, la fosse 130, la plus profonde en altitude relative (1,4 m) et absolue, pourrait avoir constitué un puits ou au moins l’amorce d’un puits.

Fig. 4 : Typologie des fosses hallstattiennes de Wolfgantzen (éch. 1/50) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

Fig. 4 : Typologie des fosses hallstattiennes de Wolfgantzen (éch. 1/50) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.

16Un groupe de six fosses indéterminées est formé par trois structures de faible dimensions (102, 119, 156), deux petites cuvettes irrégulières (125 et 153) ainsi qu’une large cuvette à fond plat (123).

17Le dernier groupe est constitué de quatre fosses (113, 142, 155, 158) qui présentent des caractéristiques notables (fig.4) :

  • la fosse 113, située à l’Ouest de la maison, est la seule dont le plan s’approche grosso modo d’un rectangle aux angles arrondis (2,5 m x 1,8 m en moyenne). Ses parois sont en grande partie verticales et son fond plus ou moins plat. Il peut s’agir d’une fosse de travail (à peu près 4 m2 au fond), d’une fosse à petit bétail, d’une fosse destinée à recevoir des vases de stockage (sorte de garde-manger) ou simplement d’une fosse devenue dépotoir après avoir fourni du limon lors de son creusement ;

  • la fosse 158, au Sud-Est de la maison, est nettement plus ovale que la fosse 113, mais elle présente un profil tout à fait similaire et sa superficie est également comparable :

  • la fosse 142 est une excavation au contour irrégulier et de faible profondeur (0,45 m à 0,75 m), qui s’étend sur près de 14 m2. Si la fosse a permis dans un premier temps l’extraction d’environ 8 m3 de limon loessique, elle a ensuite éventuellement servi de fosse de travail. En effet, la présence de fines couches très compactes au fond laisse envisager des opérations de piétinement et de tassement. La pratique d’une activité artisanale en ce lieu n’est donc pas à exclure. Le remplissage de la partie supérieure de la fosse a d’ailleurs livré un lot d’éclats de pierres calcaires ;

  • la morphologie de la fosse 155 est particulière : de forme allongée, la partie étroite (à l’Est) est moins profonde que la partie la plus large (1). Son remplissage contenait un matériel intéressant (ci-dessous) qui pourrait provenir d’une utilisation artisanale de la structure.

5. LE MOBILIER HALLSTATTIEN

18Les structures hallstattiennes ont livré au total 39 kg de céramiques, 9 kg de faune (étude : Corinne Tesnier-Hermetey), 100 kg de pierres rapportées, mais seulement une très modeste quantité de torchis (env. 350 g). En ce qui concerne les petits objets, on trouve des fusaïoles en terre cuite, quelques éléments en fer ainsi que deux épingles, trouvées dans la fosse 144, et un nombre important de fibules en bronze (étude : Suzanne Plouin). Parmi les objets de parure, l’unique fragment de lignite, issu de la fosse 129, provient d’un bracelet dont la section est incomplète.

5.1. La céramique (fig. 5)

19Une partie importante de la céramique hallstattienne n’a pu être analysée dans le cadre de la fouille de sauvetage. Cette carence a été atténuée grâce au mémoire de maîtrise réalisé en 1997 par Christine Thurnheer à l’université de Bâle (Institut für Ur- und Frühgeschichte), mais il n’y a pas lieu de présenter ici ni l’étude de la céramique montée à la main ni celle de la céramique tournée, approfondie par Christian Maise, Freiburg (voir Kuhnle et al., 1998).

20L’étude typologique de la céramique montée à la main distingue treize types où le rapport jattes/coupes – pots est d’environ 2h 1. Les jattes, dont près la moitié est caractérisée par un bord légèrement rentrant, dominent nettement par rapport aux coupes, carénées ou au profil sinueux. Certains pots portent – plus fréquemment sur la lèvre que sur la panse – un décor digité et/ou un cordon appliqué.

21Un petit lot de huit fragments de céramique tournée a été recueilli dans cinq fosses (102, 126, 127, 130 et 155). Quatre bords sur les cinq présents sont attribuables aux coupes cannelées ; les cannelures de deux exemplaires sont graphitées. Les coupes cannelées de Wolfgantzen sont tout à fait comparables aux formes découvertes au Mont Lassois et à la Heuneburg, où elles sont associées à des fibules du Hallstatt D3. La présence dans les structures d’habitat de Wolfgantzen de cette céramique tournée, appartenant à la plus ancienne connue au Nord des Alpes, est d’autant plus remarquable qu’il n’est pas exclu qu’une partie ait été produite sur place (voir Kuhnle et al., 1998).

5.2. Le lithique

22La masse de pierres, dont l’origine se situe à l’extérieur du site et qui ont été de ce fait apportées de plus loin, est remarquable. Il s’agit notamment de téphrite provenant du Kaiserstuhl ainsi que de grès et de granit des Vosges. Les nombreuses meules, de forme allongée ou arrondie, sont généralement en granit et plus rarement en grès. S’y ajoutent beaucoup de galets de chauffe, présents dans nombre de fosses, qui attestent l’existence de structures de combustion.

23Dans la fosse 144, par exemple, ces galets et des pierres diverses forment un comblement qui s’intercale entre deux couches cendreuses. Dans la fosse 138, une multitude de galets de chauffe et les fragments d’autres pierres sont inclus dans la couche principale du remplissage qui est à base de limon argileux. Enfin, dans la petite fosse 157 (1,5 m3) qui s’inscrit dans un dispositif de quatre, voire de six trous de poteaux, nous avons exhumé le plus riche mobilier lithique pesant environ 20 kg. Une meule en granit, presque entière, en fait partie.

Fig. 5 : Choix de mobilier Ha D2-D3 de Wolfgantzen (éch. : 1/3 et 2/3) – Dessins : Th. Logel/AFAN ; Ch. Thurnheer/Institut für Ur- und Frühgeschichte, Bâle.

Fig. 5 : Choix de mobilier Ha D2-D3 de Wolfgantzen (éch. : 1/3 et 2/3) – Dessins : Th. Logel/AFAN ; Ch. Thurnheer/Institut für Ur- und Frühgeschichte, Bâle.

5.3. Le fer

24Nous avons retrouvé dans le remplissage de cinq fosses hallstattiennes (127, 128, 130, 144 et 150) cinq fragments d’objets en fer dont l’extrémité d’un fourreau (fosse 130).

25La fosse 155 ne se distingue pas seulement par la présence de céramique tournée mais aussi par son mobilier en fer : deux scalptoriums à extrémité bifide constituent les vestiges d’une trousse de toilette (fig. 5). En plus, elle a livré une scorie de métallurgie du fer qui, d’après sa section polie (observations microscopiques effectuées par Marc Leroy, Laboratoire d’Archéologie des Métaux à Jarville-La-Malgrange), est fort probablement liée à une activité de forge, relative à la fabrication ou la réparation d’objets.

5.4. Le bronze

26L’habitat hallstattien de Wolfgantzen se distingue par sa richesse en objets de bronze. Il s’agit essentiellement de fibules datant du Hallstatt final.

27Les sept fibules ou fragments de fibules proviennent de cinq fosses (105, 139, 150, 156 et 158), de l’entourage immédiat d’une fosse (113) et d’un lambeau de sol (162). À souligner que leurs lieux de trouvaille sont répartis de façon équilibrée sur une large partie du site fouillé.

28Une fibule, à arc simple et disque d’arrêt, date de la transition Hallstatt D1-D2 (158). Un disque d’arrêt d’une fibule n’apporte pas de critère chronologique (113).

29Une fibule à très grande timbale sphérique, sans ressort ni disque, avec pied pourvu d’un bouton mouluré date, d’après la chronologie de la Heuneburg, du Hallstatt D2 (156).

30La fibule à double timbale du Hallstatt D2-D3 semble être représentée par trois exemplaires :

31– une fibule incomplète est constituée d’une timbale sur l’arc et du ressort en arbalète (105) ;.

32– d’une autre fibule reste le porte-ardillon et le pied redressé qui porte une timbale arrondie (139, fig. 6) ;

33– une fibule du type Doppelpaukenfibel, caractéristique du Ha D3, est entière (150, fig. 6) : son arc forme d’abord une grande timbale arrondie avant de venir constituer le porte-ardillon ; son pied est redressé et porte une seconde timbale. Le ressort en arbalète est renforcé par un axe en bronze.

34Enfin, une fibule à pied et arc ornés (Doppelzierfibel) est caractéristique du Hallstatt D3 (fig. 7) : sa timbale de forme conique sur l’arc est ornée de corail au sommet et son pied mouluré est constitué par un bulbe surmonté d’un cône (éventuellement destiné à recevoir une perle). Cette fibule, qui a été trouvée entière et dans un bon état de conservation, provient du lambeau de sol (162).

Fig. 6 : Fibule à double timbale et fragment de pied à timbale Photo : F. Schneikert/AFAN.

Fig. 6 : Fibule à double timbale et fragment de pied à timbale Photo : F. Schneikert/AFAN.

Fig. 7 : Fibule à timbale conique ornée de corail et pied mouluré Photo : F. Schneikert/AFAN.

Fig. 7 : Fibule à timbale conique ornée de corail et pied mouluré Photo : F. Schneikert/AFAN.

6. Conclusion

35Un des points forts de cette fouille est la présence de plus de deux cents trous de poteaux dont une habitation qui se dégage clairement. Cette découverte importante offre un jalon nouveau pour la connaissance de plans de maisons protohistoriques en Alsace. De même, le contexte géographique dans lequel l’habitat de Wolfgantzen a été établi doit désormais être pris en considération dans la réflexion sur l’occupation des sols à l’époque protohistorique.

36Pour la période du Hallstatt, les divers objets exhumés nous renseignent davantage sur les activités des villageois. Des activités agricoles et domestiques sont perceptibles à travers la présence de silos, greniers et meules, de fusaïoles (filage peut-être de la laine) et de restes de faune qui attestent l’existence d’un élevage sur place et l’utilisation d’animaux adultes pour les travaux de champs, les transports et peut-être la production de lait et de laine. Le travail de forge n’est pas à exclure sur le site. L’apport de matériaux comme le grès et le granit des Vosges ou la téphrite du Kaiserstuhl démontre que les occupants du site ne vivaient pas repliés sur eux-mêmes. Bien au contraire, le site hallstattien de Wolfgantzen avait probablement une vocation économique. Les objets précieux comme les fibules et la première céramique tournée évoquent une intégration du site dans un réseau commercial. L’habitat de Wolfgantzen se trouve en effet sur une voie de communication reliant probablement les oppida du Britzgyberg et de Breisach, proche d’un point de franchissement du Rhin contrôlé en rive droite par ce dernier. La présence de riches nécropoles tumulaires à l’Ouest de Wolfgantzen (Jehl, Bonnet 1967 ; Plouin 1997) souligne d’ailleurs l’importance qu’avait, durant la Protohistoire, l’axe ouest/est au niveau du Kaiserstuhl (secteur entre Colmar et Breisach).

NOTE

1) Cette fosse apparaissait déjà dans un sondage préliminaire ; il était inévitable que lors de la fouille la pelle mécanique la surcreuse à nouveau.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BENDER H., PAULI L., STORK I., 1993, Der Münsterberg in Breisach II : Hallstatt – und Latènezeit, Munich. C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 420 p., ill., 81 pl.h.t. et 7 dépl. (Münchner Beiträge zur Vor- und Frühgeschichte, 40, 1).

FEUGÈRE M., GUILLOT A., 1986, « Fouilles de Bragny 1 : Les petits objets dans leur contexte du Hallstatt final », R.A.E., t. 38, fasc. 3-4, p. 159 – 221, ill.

JEHL M., BONNET C., 1957, « Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt de Kastenwald près de Colmar », C.A.A.A.H., t. 1, p. 19-32.

KOENIG M.-P., 1987, « L’emploi du corail dans la parure hallstattienne d’Alsace », C.A.A.A.H., t. XXX, p. 91-101,2 fig.

KOENIG M.-P., LEGENDRE J.-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim : « Bruechel » (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247 – 274, 12 fig., 2 tableaux.

KLUG-TREPPE J., 1995, « Das hallstattzeitliche Siedlungsbild im Breisgau », in : « Fürstensitze, Höhenburgen, Talsiedlungen », Archäologische Informationen ans Baden-Württemberg, 28, Stuttgart, p. 57-65.

KUHNLE G., TESNIER-HERMETEY C., THURNHEER Ch., PLOUIN S., MAISE Ch. 1998, « L’habitat hallstattien de Wofgantzen (Haut-Rhin) », R.A.E., t. 49, p. 135-181.

MAISE Ch., 1996, « Höhensiedlungen als Normalform hallstattzeitlicher Siedlungen. Beobachtungen aus dem Breisgau », Archäologisches Korrespondenzblatt, Bd. 26, p. 65-73.

MANSFELD G., 1973, Die Fibeln der Heuneburg 1950-1970 : ein Beitrag zur Geschichte der Späthallstattfibel, Berlin, Walter de Gruyter & Co, 299 p. ill., 21 pl.h.t., 13 cartes et 2 annexes (fleuneburgstudien II, Römisch-Germanische Forschungen, 33).

PLOUIN S., 1997, « L’environnement funéraire des « résidences princières » dans le fossé rhénan supérieur : évolution sociale entre le Hallstatt C et le Hallstatt D3 », in : BRUN P., CHAUME B., 1997, Vix et les éphémères principautés celtiques. Les VIe et Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, actes du colloque de Châtillon-sur-Seine (27 au 27 octobre 1993), Paris, Errance, p. 67-82,7 fig.

SAINTY J., SCHNITZLER B., 1992, « Un village de l’Âge du Fer : Wolfisheim », Strasbourg, Musées de la ville de Strasbourg, 59 p., ill. (Fouilles récentes en Alsace, 1)

SIEVERS S., 1984, Die Kleinfunde der Heuneburg. Die Funde aus den Grabungen von 1950-1979, Mayence, Philipp von Zabem, 2 vol., 256 p., 18 fig. 1 tableau, 250 pl. (Fleuneburgstudien V, Römisch-Germanische Forschungen, 42).

SCHWEITZER J., 1989, « L’oppidum hallstattien du Britzgyberg d’Illfurt (Haut-Rhin) », in : PLOUIN S. dir., 1989, L’Alsace celtique : 20 ans de recherches (exposition, Colmar, Mulhouse, Haguenau), Colmar, Musée d’Unterlinden, p. 64 – 67.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de situation (fond IGN 1/25000).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 2 : Plan d’ensemble (échelle : 1/500) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 3 : Plan de la maison avec annexes (échelle : 1/100) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 4 : Typologie des fosses hallstattiennes de Wolfgantzen (éch. 1/50) – Dessin : G. Kuhnle/AFAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 5 : Choix de mobilier Ha D2-D3 de Wolfgantzen (éch. : 1/3 et 2/3) – Dessins : Th. Logel/AFAN ; Ch. Thurnheer/Institut für Ur- und Frühgeschichte, Bâle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 6 : Fibule à double timbale et fragment de pied à timbale Photo : F. Schneikert/AFAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 7 : Fibule à timbale conique ornée de corail et pied mouluré Photo : F. Schneikert/AFAN.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17116/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search