Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Un puits du Hallstatt C à Lingolsheim Les Sablières Modernes (Bas-Rhin)

Marina Lasserre

Résumé

La fouille du puits de Lingolsheim a permis de documenter le corpus céramique du début de la période hallstattienne tout en rencontrant les difficultés d’une étude sur une céramique qui évolue très lentement entre le Bronze final IIIb et le début du Hallstatt D.

Texte intégral

1Située à une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de Strasbourg, l’exploitation des Sablières Modernes de Lingolsheim occupe le rebord méridional du placage loessique dit de Lingolsheim. Affectant la forme d’une lentille grossièrement ovale, cette couverture superficielle de loess, couronnant les dépôts alluvionnaires des sables rouges vosgiens de la Bruche, surplombe de moins d’une dizaine de mètres les actuelles formations alluvionnaires de la Bruche au Nord et de la plaine de l’111 à l’Est.

1. Le site des sablières modernes

1.1. Généralités

2En cours de fouille depuis 1988 en suivant les différentes extensions de l’exploitation, ce sont cinq hectares qui ont pu être étudiés. Le point fort de l’occupation du site relève du Néolithique moyen/Grossgartach avec une concentration de fosses dans le quart sud de l’emprise des travaux, au contact direct de la rupture de pente amorçant le lit d’un ancien bras méridional de la Bruche. C’est également sur cette zone d’extrême rebord de terrasse que s’est implantée, après un long hiatus, une occupation du Bronze final IIb. En dehors de ce secteur sud, toute l’extension nord s’est avérée longtemps stérile en occupation, fait qui a été mis sur le compte d’un substrat d’où le loess est pratiquement absent au profit d’un sable rouge très limoneux, ce qui doit donner un terrain impropre aux préoccupations néolithiques et protohistoriques.

3Ainsi, sur l’ensemble de la surface étudiée, le Néolithique, une occupation très légère du Bronze moyen et le Bronze final IIb sont longtemps restés seuls représentés.

1.2. La micro-région

4Sur le plan d’un environnement plus large (terrasse de Lingolsheim), c’est toujours essentiellement le cycle néolithique (du Rubané au Munzingen) qui est présent. Des fouilles récentes ont néanmoins pu commencer à documenter la période du Hallstatt D à Geispolsheim Bruechel (Koenig, Legendre 1990) et à Holtzheim les Abattoirs (Kuhnle, fouille en cours). Il est clair que si pour la séquence néolithique, on est assuré d’une évolution sans trop de migration de population dans cette micro-région de Lingolsheim, pour les âges des Métaux en revanche, et en l’état de nos connaissances, les mouvements de populations étaient à la fois plus amples et plus longs : comme déjà dit, à une faible fréquentation au Bronze moyen succède une importante communauté au RSFO (nécropole à incinération de Lingolsheim, Forrer 1937) puis c’est au Hallstatt D que le secteur est à nouveau habité. Les trouvailles du puits de Lingolsheim viennent combler une lacune de cette séquence.

2 . Le puits et son contexte

5Des sondages en 1992, en limite d’un ancien front de taille remontant à une dizaine d’années, ont permis de découvrir un complexe formé d’une ancienne mare, d’un lambeau d’occupation et d’un puits recreusé dans ce dernier niveau. L’ensemble de ces structures occupe une superficie d’environ 1000 m2 et le reste des sondages s’est avéré complètement stérile.

2.1. L’environnement immédiat (fig. IA)

6L’ancienne mare se présentait sous la forme d’une tâche de sédiment noirâtre (150 m2 environ) globalement circulaire. Une épaisse couche d’argile très localisée, située à 6 mètres en-dessous du niveau de décapage explique cette retenue d’eau en surface, piégée dans un léger creux du toit des sables rouges. Ce sédiment était stérile en mobilier archéologique.

7Le paléosol, sur le côté ouest de la mare, semble avoir également été piégé dans une dépression du toit des sables rouges. Occupant une zone ovale de 200 m2 environ, le limon loessique brun-noir, d’une épaisseur de 0,40 à 0,60 m, présentait un horizon supérieur anthropisé sur une vingtaine de centimètres de hauteur. Dans cet horizon, ont pu être recueillis 80 kg de tessons se présentant sous la forme de concentrations de gros fragments mais également de tessons réduits en petits modules (témoins d’un niveau de circulation).

8Le matériel retrouvé est essentiellement céramique, hormis quelques rares galets éclatés au feu et une épingle à tête en trompette. L’étude de ce mobilier a mis en évidence le fait que l’essentiel de la fréquentation pouvait se caler à la fin du Bronze moyen, avec quelques indices de fréquentation pour le Bronze ancien et le Bronze final (Lasserre, Mombert 1994).

2.2. Le puits

9D’un diamètre d’environ 11 m à l’embouchure et d’une forme ovale en surface, la fosse s’enfonce avec un profil en « V » jusqu’à 4,50 m en dessous du niveau de décapage, dans les sables rouges très meubles des alluvions de la Bruche. Le niveau actuel de la nappe est à moins 6 m du niveau du sol, mais il est connu par ailleurs que celui-ci a subi bon nombre de variations. Le profil est sensiblement dissymétrique avec un côté sud-est présentant des paliers assez accentués (fig. 1B). Neuf couches ont pu être individualisées. Elles s’organisent en trois séquences : un premier comblement dit d’équilibre, très graveleux au fond et sur le côté ouest, stérile en mobilier, une deuxième séquence à mi-hauteur, en provenance du Sud-Est et incluant la quasi-totalité du mobilier archéologique, et enfin un dernier comblement final et lent, quasiment stérile en mobilier. Le remplissage, tout comme le profil, est donc asymétrique, l’apport nord-est étant nettement plus graveleux (et quasiment stérile) que l’apport sud-est, très limoneux et incluant l’intégralité du mobilier archéologique. D’après l’étude du remplissage, le matériau extrait du creusement (110 m3 environ), a été placé sur le côté nord de la structure, devant créer par là un important bourrelet qui a libéré l’espace sud pour les diverses activités domestiques.

10Le comblement détritique médian, épais en son centre de 80 cm, ne comportait que des tessons, placés les uns sur les autres, sans trace de sédimentation intermédiaire. 600 kg de tessons ont ainsi pu être recueillis. Cet ensemble clos n’a malheureusement fourni que peu de possibilités de remontages car cet important rejet est lui-même la conséquence de la réunion de rejets de plusieurs types : ainsi, des tessons ayant visiblement séjourné longuement dans l’eau côtoyaient-ils des tessons passés au feu et des tessons sans particularité aucune. C’est un peu comme s’il s’agissait là d’un grand nettoyage impliquant plusieurs aires d’activités.

Fig. 1 : Localisation du site, plan des structures et coupe du puits.

Fig. 1 : Localisation du site, plan des structures et coupe du puits.

3. Le mobilier archéologique

3.1. Généralités

11En l’absence de tout mobilier métallique, seule l’étude de la céramique va permettre d’approcher une datation. Ainsi, il a semblé nécessaire d’étudier au plus près cette masse de tessons afin d’en tirer un maximum de renseignements.

12La couleur générale des tessons est jaune-orange à brun. Le dégraissant est le plus souvent invisible ou très fin. Quelques rares cas sont dégraissés au sable et à la chamotte. Ce dernier dégraissant apparaît d’ailleurs de manière très abondante dans la confection des jattes à encoches. Pour l’anecdote, il faut signaler qu’un certain nombre de cassures ont été retouchées ou lissées à des fins difficiles à comprendre (une encoche de jatte a été obtenue de cette façon par exemple), comme s’il s’agissait là d’une matière première pouvant être « recyclée ». Après une série de tris successifs, un premier décompte arrive à un nombre de 3231 individus dont 1536 fonds, soit un corpus suffisamment copieux pour que l’on puisse affirmer avoir affaire à plusieurs unités domestiques qui se partagent la jouissance du puits plutôt qu’à une seule.

13Ces formes se répartissent classiquement en :

  • formes ouvertes : coupes, coupelles, jattes, plats avec larges bords et assiettes (sans bord distinct),

  • formes fermées : petites urnes globulaires à col oblique, urnes à épaulement, vases à col, vases de stockage avec cordon, vases de stockage à décor imprimé.

14De ce premier décompte émergent en force deux familles, celle des formes ouvertes (720 individus, soit 42 % environ) et celle des vases à cordons imprimés (533 individus, soit 31 %). Les 27 % restant recouvrent tout le reste du corpus. Notons que sur ce décompte, 141 individus sont décorés au graphite (soit 83 %) et moins de 2 % portent un décor peint et graphité. L’étude des fonds, quant à elle, fait apparaître que les vases sont essentiellement de petits gabarits (diamètre entre 6 et 8 cm), que la poterie grossière (épaisse) est largement minoritaire par rapport à la céramique fine et semi-fine. Elle permet de noter que les coupelles graphitées sont bien mieux représentées que ne le laisse supposer l’étude des formes (fig. 3,24). Par ailleurs, quatre exemples de pieds annulaires (diamètre maximum de 10 cm) sont présents.

3.2. Le décor céramique

3.2.1. La céramique « gravée »/imprimée (de tradition Alb-Salem)

15Ce décor se retrouve sur une petite urne globulaire à col subvertical (fig. 2, 15), sur une coupe (fig. 3, 25) et sur une dizaine de tessons qui, pour la plupart appartiennent à des récipients globulaires (fig. 2, 13). Un exemple d’impressions triangulaires en décor interne sur un plat à léger degré existe. Un motif de cercle imprimé est présent (fig. 2, 12). Les impressions peuvent être plus ou moins fines et triangulaires, ou carrées, profondes (avec incrustation) ou encore portées en oblique. Le décor est organisé soit en panneaux séparés soit en triangles.

16Cette technique est rare et est représentée par moins de dix individus. La plupart d’entre eux sont par ailleurs passés au graphite. Habituellement rattachée à la tradition de la céramique Alb-Salem, le décor gravé et imprimé est considéré comme un fossile directeur du Hallstatt C par les chercheurs allemands et suisses (Keller 1939, Zürn 1987, Bauer 1988). Même si en Alsace, ce décor porte sur des formes légèrement différentes de celles de la zone d’origine et que les variations régionales et la chronologie interne de cette céramique sont encore à l’étude (Bauer 1988), un horizon à céramique gravée/estampée et incisée a été isolée depuis longtemps (Normand 1978). De même que pour la céramique polychrome, il a été remarqué une plus grande concentration de ce style au Sud de Colmar. Les quelques éléments de Lingolsheim se rattachent à cet horizon hétérogène : la coupe décorée de triangles (fig. 3, 25) peut être rapprochée, entre autres, de la coupe (à profil néanmoins différent) du tertre de Wolfgantzen (Jehl, Bonnet 1966) dont les triangles sont remplis d’impressions circulaires. Sur ce site, cette coupe est associée à une urne à col en quille à décor semi-couvrant gravé et graphité. Des impressions carrées se retrouvent également disposées en triangles ou en losanges sur l’urne du tertre 3 d’Obenheim Taspelmatt (Lasserre, Mombert 1991 : fig. 6) datée du C2 par une épingle à tige serpentiforme (Plouin 1996).

3.2.2. La céramique peinte en rouge/graphitée et graphitée seule

17Issu de la tradition du Bronze final IIIb, ce décor est relativement peu fréquent (cf. supra). Pour la céramique peinte, on remarque certains tessons à décor externe rouge uni. Les formes où ce décor est le plus volontiers porté sont classiquement les formes ouvertes (plats à large bord, coupes, assiettes), mais on remarque également une urne à épaulement (fig. 2,7) et des tessons appartenant très vraisemblablement à d’autres urnes avec un motif en croix de Saint-André (fig. 2, 9). Le décor en panneaux semble aussi bien attesté que le décor en chevrons et en rayures (généralement fines et serrées). La couverture de graphite tapissant porte également sur les mêmes formes. La céramique polychrome est très répandue dans la vallée du Rhin supérieur dès le Bronze final III b et perdure jusqu’au cours du Ha D1 (Bonnet et al. 1990). Pour le Bas-Rhin, cet horizon englobe la première phase d’occupation hallstattienne de Haguenau (tombes à incinération avec l’assemblage d’urne à col oblique ou à col en quille, coupe hémisphérique, coupe à lèvre évasée) essentiellement représentée dans les nécropoles de Donauberg, Königsbruck et Kurzgeländ. Cette occupation limitée reste difficile à caler durant le Hallstatt C et se rapporterait à un phase tardive (Ha C2- D1) (Koenig et al. 1993), bien qu’une phase précoce puisse exister (Gitta 1989).

Fig. 2 : Petites urnes (7, 11), petites urnes à col oblique (8, 10, 14), petite urne à col sub-vertical et décor gravé/estampé (15), col de vase à grand col dégagé (16), vase à col (18), petite coupe à décor imprimé (17), décor polychrome avec un motif de croix de Saint-André et de chevrons emboîtés (9). décor de cercles imprimés (12), décor imprimé et incisé du même type que celui de l’urne 15 (13).

Fig. 2 : Petites urnes (7, 11), petites urnes à col oblique (8, 10, 14), petite urne à col sub-vertical et décor gravé/estampé (15), col de vase à grand col dégagé (16), vase à col (18), petite coupe à décor imprimé (17), décor polychrome avec un motif de croix de Saint-André et de chevrons emboîtés (9). décor de cercles imprimés (12), décor imprimé et incisé du même type que celui de l’urne 15 (13).

Fig. 3 : Coupes et coupelles de différents types (19 à 22, 24 à 28, 30), bol ovoïde (23), coupelle à fond étroit (21), assiettes polychromes (29, 31 à 33), jatte (35), jatte à encoche (35).

Fig. 3 : Coupes et coupelles de différents types (19 à 22, 24 à 28, 30), bol ovoïde (23), coupelle à fond étroit (21), assiettes polychromes (29, 31 à 33), jatte (35), jatte à encoche (35).

3.2.3. Le décor plastique

18Réalisé par étirement de la pâte, ce décor à bossettes couvrantes orne aussi bien un petit gobelet qu’un récipient à bord rectiligne légèrement rentrant. Cette technique n’est représentée que par deux individus.

3.3. Les formes céramiques

19Un second décompte va maintenant porter sur les individus étudiables (dessinables) et se réduit à 823 individus (tableau 1), soit environ la moitié du corpus précédemment sélectionné. Ce nouveau décompte modifie sensiblement la première vision du corpus avec plus de 64 % de vases à cordons contre 14 % de formes ouvertes. Cette distorsion est due aux différentes capacités de fragmentation des formes concernées, mais il est difficile de passer outre. Néanmoins, si pour une dernière fois, on tente de raisonner avec des chiffres et que l’on soustrait les formes de stockage (vases à cordons et vases à décor imprimé), on obtient, sur 180 individus, 123 formes ouvertes, soit 68 % du total, largement devant les formes fermées, ce qui rétablit la prééminence de cette famille. Enfin, si l’on considère ce tableau, toujours en dehors des vases de stockage et compte tenu de toutes les erreurs probables de manipulations et de calculs, on peut estimer que l’association dominante jatte à encoche/coupe/petite urne globulaire à col oblique est caractéristique de ce site.

Tableau 1 : Représentativité des formes reconnues.

bols ovoïdes

2

plats à large bord

12

jattes

2

vases à grand col

16

petites urnes à épaulement

3

coupes

35

coupes profondes grossières

4

petites urnes glo. à col oblique

38

coupelles

8

jattes à encoches

40

coupes à bord évasé

10

vases à décor imprimé

110

assiettes polychromes

10

vases à cordons

533

total :

823 individus

20Les jattes à encoches (fig. 3, 35) : ces récipients qui sont facilement reconnaissables par leur pâte peu soignée (grossière d’aspect et de toucher avec un dégraissant de sable et de chamotte assez abondant) ont un diamètre variant entre 16 et 40 cm. Le bord peut quelquefois être aplati au lissoir.

21Les coupes simples (classées ici d’après la morphologie de leur lèvre) représentent les récipients ayant une lèvre simple, en général arrondie (mais qui peut être dans quelques cas amincie) avec un bord rectiligne ou légèrement incurvé. Ces coupes sont soit en calotte (ou hémisphérique) (fig. 3, 20,22,27,30), soit plus rarement à profil plus creux (à carène mousse basse) (fig. 3, 30).

22Les petites urnes globulaires à col oblique peuvent être graphitées (fig. 2,8,10,14), polychromées ou non décorées.

23Les vases à grand col (fig. 2. 16) présentent un col dégagé sur une forme non décorée. Le col peut être grand et bien dégagé ou plus réduit et pratiquement subvertical. Deux exemplaires sont renforcés (fig. 2, 18).

24Les plats à large bord sont très fragmentés. Les seuls décors attestés sont l’application du graphite seul ou de la peinture rouge seule.

25Les assiettes polychromes (fig. 3, 31 à 33) ont un bord rectiligne et le décor est à base de bandes ou de chevrons graphités sur fond rouge. Un seul exemplaire montre un léger ressaut à mi-pente.

26Les coupes à bord évasé (fig. 4) présentent une lèvre nettement infléchie et une facette interne assez large. Les diamètres varient de 15 à 50 cm. Cette forme peut également porter un décor polychrome (fig. 4, 38,42). Un intermédiaire entre cette famille et celle des coupes simples est représenté par quelques cas de lèvre triangulaire avec une facette interne oblique.

27Les petites urnes à ressaut ont un diamètre à l’embouchure entre 12 et 14 cm (fig. 2, 7,11). Un seul exemplaire est décoré.

28Les vases à décor imprimé et les vases à cordon (fig. 5) : ces deux formes ont un profil ovoïde ou un profil en « S ». Les diamètres sont en général de l’ordre de 12 à 22 cm. Pour le décor imprimé, les impressions sont ovales, rondes ou allongées. Elles peuvent être regroupées par trois. Les cordons sont, quant à eux, incisés, imprimés ou en feston. Leur position peut varier sur le tiers supérieur du récipient. Pour en finir avec la céramique de stockage, il faut signaler quelques rares bords ondulés sur des récipients en « S » (sans cordon ou avec impressions).

29À cette rapide revue de quelques formes présentes, il faut rajouter la présence de deux fragments de faisselles représentées par le fond plat perforé d’un récipient à paroi évasée.

Fig. 4 : Coupes à lèvre évasée (36, 38 à 42), décor incisé (36), polychrome (38, 42), graphite (40), non décorées (39, 41), petit vase à cordon imprimé (37).

Fig. 4 : Coupes à lèvre évasée (36, 38 à 42), décor incisé (36), polychrome (38, 42), graphite (40), non décorées (39, 41), petit vase à cordon imprimé (37).

Fig 5 : Vases de stockage à décor imprimé et à cordon (1-6).

Fig 5 : Vases de stockage à décor imprimé et à cordon (1-6).

4. Comparaisons

30Les comparaisons se limiteront à quatre sites alsaciens : pour le Bas-Rhin, les deux sites de Rosheim, Bischenabwand et Sandgrube (Röder, Blanc 1995), pour le Haut-Rhin, les sites de Colmar-sud (Bonnet et al. 1990) et de Morschwiller-le-Bas Simlisberg (Lack et al. 1991) .

31Les coupes polychromes à lèvre évasée se retrouvent à Colmar-sud (E 22), à Rosheim Sandgrube (F 20, F 8) et à Rosheim Bischenabwand (F 7) dans des ensembles considérés comme anciens, voire comme présentant des réminiscences du B.F IIIb par les auteurs. L’assiette polychrome à décor de chevrons (fig. 3, 33) trouve des parallèles à Rosheim Sandgrube (F 7) et à Rosheim Bischenabwand (F 2). La petite urne polychrome à ressaut (fig. 2, 7) peut se comparer à celle de Rosheim Bischenabwand (F 1) et les coupes hémisphériques sont également proches de celles de Rosheim Bischenabwand (F 1, F 2, F 20). De même, le motif de cercle imprimé se retrouve à Colmar-sud (S. 1) et à Rosheim Bischenabwand (S 1). Enfin, les petites urnes à col oblique, très nombreuses d’après les auteurs à Morschwiller-le-Bas, sont par contre mal représentées à Colmar-sud (St 3) comme sur les sites de Rosheim.

Conclusions

32Le puits de Lingolsheim a été creusé au Hallstatt C dans un niveau d’occupation lié à la présence d’une mare fréquentée essentiellement au Bronze moyen. C’est la présence de cette mare, qui devait encore être inscrite dans le paysage, qui a incité les hommes de l’Âge du Fer à rechercher de l’eau à cet endroit.

33L’absence, à Lingolsheim, des coupes à bord évasé et profil sinueux, des jattes à bord rentrant ou à bord ondulé, des bords ondulés sur les vases à cordon, la persistance de certaines formes ovoïdes (fig. 3, 24) et des coupes à lèvre évasée renvoient à une datation assez haute au sein du Hallstatt C, dans un horizon céramique qui puise encore ses racines dans le Bronze final IIIb. Les meilleurs parallèles ont été possibles avec le site de Rosheim Bischenabwand. daté par les auteurs d’un Hallstatt C précoce.

NOTES

Je tiens à remercier Ch. Maise pour m’avoir fait partager sa profonde connaissance du mobilier de la région de Fribourg-en-Brisgau, J. Dotzler pour les dessins céramiques, Ch. Jeunesse pour la traduction du résumé allemand et J.-M. Schill pour sa relecture du manuscrit.

Des analyses de la composition du graphite de certains tessons sont en cours et les résultats seront publiés dès que possible.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BONNET Ch., PLOUIN S., LAMBACH F., 1990, « Le site protohistorique de Colmar-Sud. IIIe partie », R.A.E., t. 14, fasc. 1, p. 7-47.

FORRER R., 1937, « Quatre nouveaux cimetières de l’Age du Bronze et du Fer, Lingolsheim, Schweighouse, Fégersheim, Holtzheim », CA. H A., n° 105-110, p. 105-139.

GITTA C., 1989, « Fouilles récentes dans la nécropole protohistorique de Seltz (Bas-Rhin) », C.A.P.R.A.A., t. 5, p. 188- 203.

JEHL M., BONNET C., 1966, « Le tumulus de Wolfgantzen, forêt de Kastenwald », C.A.A.A.H., t. X, p. 43-46.

KELLER J., 1939, Die Alb-Hegau Keramik der älteren Eisenzeit, Tübingen (Tübinger Forschungen zur Archäologie und Kunstgeschichte, 18).

KOENIG M.-P., LEGENDRE J .-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 41, p. 247-274.

KOENIG M.-P., LAMBERT G.-N., PININGRE J .-F., PLOUIN S., 1993, « L’Âge du Fer dans la forêt de Haguenau », in : DAUBIGNEY A. éd., 1993, Fonctionnement social de l’Âge du Fer, opérateurs, et hypothèses pour la France, actes de la table ronde internationale de Lons-le-Saunier (Jura), oct. 1990, Lons-le-Saunier, Cercle Girardot, p. 177-195.

KUHNLE G., 1998, Holtzheim « Am Schluesselberg » (Bas-Rhin), Strasbourg, Service Régional de l’Archéologie. DFS dactylographié, 2 volumes.

LACK J., LACK B., PLOUIN S., VOEGTLIN Ch., 1991, « Le site hallstattien de Morschwiller-le-Bas « Simlisberg » (Haut-Rhin) », C.A.P.R.A.A., t. 7, p. 101-114.

LASSERRE M., MOMBERT M., 1993, « La nécropole protohistorique d’Obenheim, Taspelmatt (Bas-Rhin) », R.A.E., t. 44, p. 293-309.

LASSERRE M., MOMBERT M., 1994, « Témoignages d’occupation protohistorique à Lingolsheim, « Les Sablières Modernes » (Bas-Rhin), 1989-1992 », C.A.A.A.H., t. XXXVII, p. 49-57.

MAISE Ch., 1996, « Höhensiedlungen als normalform hallstattzeitlicher Siedlungen ? Beobachtungen aus dem Breisgau », Archäologisches Korrespondenzblatt, Bd 26, p. 65-73.

PLOUIN S. 1996, « Les tombes à épées », in : PLOUIN S., DUNNING C., JUD P. dir., 1996, Trésors Celtes et Gaulois, (catalogue d’exposition, Colmar, 16 mars au 2 juin 1996), Strasbourg, éd. Valblor, p. 21-25.

RÖDER B., BLANC E., 1995, « Deux nouveaux habitats hallstattiens à Rosheim (Bas-Rhin) », C.A.A.A.H., t. XXXVIII, p. 55-68.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation du site, plan des structures et coupe du puits.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 2 : Petites urnes (7, 11), petites urnes à col oblique (8, 10, 14), petite urne à col sub-vertical et décor gravé/estampé (15), col de vase à grand col dégagé (16), vase à col (18), petite coupe à décor imprimé (17), décor polychrome avec un motif de croix de Saint-André et de chevrons emboîtés (9). décor de cercles imprimés (12), décor imprimé et incisé du même type que celui de l’urne 15 (13).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3 : Coupes et coupelles de différents types (19 à 22, 24 à 28, 30), bol ovoïde (23), coupelle à fond étroit (21), assiettes polychromes (29, 31 à 33), jatte (35), jatte à encoche (35).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4 : Coupes à lèvre évasée (36, 38 à 42), décor incisé (36), polychrome (38, 42), graphite (40), non décorées (39, 41), petit vase à cordon imprimé (37).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig 5 : Vases de stockage à décor imprimé et à cordon (1-6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search