Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

L’habitat hallstattien en Suisse septentrionale. État de la question

Cynthia Dunning et Ursula Gnepf

Résumé

Cet article présente les sites d’habitat hallstattiens de Suisse septentrionale et en montre l’état de la recherche. Même si elle n’en est qu’à ses débuts, la fouille des habitats de cette période s’avère indispensable pour comprendre la complexité des liens entre les différents types d’habitat existant dans cette région.

Texte intégral

Introduction

1La montée du niveau des lacs et l’abandon des sites palafittiques correspondants ont provoqué une césure dans la transmission des découvertes de sites d’habitat en Suisse septentrionale. Les habitats en zone humide du Bronze final, aux conditions de conservation idéales, sont remplacés par des habitats terrestres du premier Âge du Fer. Les conditions de conservation sont, dans ce cas, souvent mauvaises. Toutefois, le nombre d’habitats connus a augmenté de manière impressionnante ces dernières années. Cela est dû à des programmes de prospection, à des surveillances plus efficaces de chantiers de construction et aussi à une plus grande sensibilité de l’archéologue aux structures cachées dans le terrain. La plupart des découvertes sont isolées et en mauvais état de conservation. Des complexes en relation stratigraphique et les structures d’habitat correspondantes manquent le plus souvent. Il n’est donc encore pas possible de proposer pour ces habitats une chronologie fine, telle qu’on la connaît, par exemple, grâce au mobilier des sépultures. On connaît quand même un certain nombre de sites d’habitat ayant livré davantage de mobilier. Ils ont permis, grâce à des comparaisons avec les régions limitrophes d’Allemagne du Sud, de distinguer au moins une subdivision chronologique relative comprenant une phase ancienne du premier Âge du Fer correspondant environ au Ha C/D1 et une phase récente correspondant environ au Hallstatt D2/Ha D3. Seul un nombre très limité de sites connus permet de confirmer la subdivision en deux phases telle qu’elle est présentée ici.

2L’état de la recherche est semblable en Suisse occidentale. Depuis que les différents types de structures d’habitat – aussi discrètes soient elles – sont mieux connus, ils sont devenus plus faciles à reconnaître et les sites prétendument hallstattiens (jusqu’à confirmation par l’étude du matériel) prolifèrent, en particulier sur la rive occidentale du lac de Neuchâtel et dans le canton de Fribourg. Il est clair que l’importance des constructions dans ces secteurs n’est pas étrangère à ce phénomène : les petits plateaux dominant le lac livrent ainsi leurs secrets.

3Nous présentons, dans ce cadre, un choix de sites significatifs de Suisse septentrionale (fig. 1). Ils ont livré soit des structures d’habitat soit une stratigraphie permettant de les insérer dans la chronologie hallstattienne (Hochuli 1990).

1. Hallstatt ancien (correspondant au ha c/d1)

1.1. Allschwil-Vogelgärten (BL)

4Ce site (fig. 1, 1) a été découvert en 1959 lors de la construction d’une route au lieu-dit Allschwil-Vogelgärten (BL) et publié par G. Lüscher en 1986 (Lüscher 1986). L’habitat était situé au pied d’une colline sur la basse terrasse rhénane, à quatre kilomètres du coude du Rhin. Aucune structure visible n’a pu être mise en évidence. La grande quantité de coupes carénées et de grands récipients à bords élargis ornés de cordons digités indiquerait une datation dans le Hallstatt ancien.

Fig 1 : Répartition des sites d’habitat hallstattiens mentionnés dans l’article (dessin : Service archéologique cantonal de Zoug, S. Pungitore)

Fig 1 : Répartition des sites d’habitat hallstattiens mentionnés dans l’article (dessin : Service archéologique cantonal de Zoug, S. Pungitore)

1. Allschwil BL, Vogelgärten
2. Neunkirch SH, Vorder Hemming
3. Wäldi TG, Hohenrain
4. Baar ZG, Martinspark
5. Wittnau AG, Wittnauer Horn
6. Neunkirch SH, Tobeläcker
7.
Üetliberg ZH, Uto-Kulm
8. Baar ZG, Baarburg

1.2. Neunkirch-Vorder Hemming (SH)

5Neuenkirch-Vorder Hemming (SH) est un habitat de hauteur du Hallstatt ancien (fig. 1,2). Le plateau en avant de ce promontoire dominant l’Oberklettgau est limité à l’Est par un fossé de protection creusé dans la roche. La datation exacte de ce fossé n’est pas connue car on y a découvert aussi quelques éléments du Bronze final.

6La céramique publiée par B. Ruckstuhl (Ruckstuhl 1989) peut être attribuée au Hallstatt ancien grâce à la présence de décors excisés (Kerbschnitf), de peinture rouge et de graphite selon la tradition Alb-Salem ainsi que par l’existence d’assiettes à décor interne. Mais il ne faut pas oublier que la quantité de ce mobilier datable est minime au sein de cet important complexe de tessons. Le style Alb-Salem a son centre de répartition autour du lac de Constance et dans l’A1b ; toutefois il apparaît parfois en Suisse nord-orientale. Des céramiques copiant ce type de décor apparaissent même jusqu’à Coire (GR) à l’Est et Olten (AG) à l’Ouest.

1. 3. Wäldi-Hohenrain (TG)

7Les habitats du Bronze moyen et du premier Âge du Fer de Wäldi-Hohenrain (fig. 1, 3) se trouvent sur un haut plateau à six kilomètres au Sud de Kreuzlingen, dans le canton de Thurgovie. Le site est à trois kilomètres du lac de Constance. Le plateau recouvre 12000 m2, mais le mobilier se trouvait concentré sur environ 300 m2. L’ensemble du matériel archéologique a été découvert dans la couche d’humus et dans la couche sous-jacente, épaisse de 20 cm. La séparation des deux habitats distincts dans le temps n’a pu se faire que par des relevés stratigraphiques fins et par une différenciation des formes et de la matière argileuse du mobilier céramique. Il n’y avait aucune structure d’habitat hallstattienne. S. Hochuli situe la céramique du premier Âge du Fer dans le Hallstatt C/D1 (Hochuli 1990). En effet, le site livre des récipients à bord droit (Kragenhcilsgefässe) et des récipients à col conique (Kegelhalsgefässe) parfois ornés des décors peints ou graphités si particuliers à la Suisse nord-orientale. Ceux-ci se retrouvent aussi bien dans les tombes qu’en habitat. Le nombre de coupes arrondies en forme de calotte à profil en S et à lèvre débordante est extrêmement élevé, environ 50 % des récipients découverts.

1. 4. Baar-Martinspark (ZG)

8Le site du Bronze final et du Hallstatt de Baar-Martinspark (canton de Zoug) se trouve dans le bassin de Baar, à trois kilomètres de la rive du lac de Zoug (fig. 1,4). Les fouilles de sauvetage de 1990-1992 ne mirent au jour aucune trace d’habitat hallstattien. Ce n’est qu’en 1995 qu’on découvrit dans un chantier à l’Est de cet emplacement des traces d’une fosse pouvant appartenir à un habitat de cette période (Hochuli 1993, Gnepf 1994, Gnepf 1995). Profonde de 20 cm et large de 120 m, cette fosse contenait des tessons hallstattiens, une fusaïole et de l’argile brûlée. Une couche épaisse de 25 cm, située directement sous l’humus et constituée essentiellement d’alluvions fluviatiles, contenait le reste des tessons attribuables au premier Âge du Fer. Seuls les critères techniques, tels l’analyse de la matière première ou l’étude des formes, ont permis de différencier la céramique des différentes périodes représentées (BF-Ha). Ici non plus, il n’existe pas de complexe stratigraphique fermé. Seules des comparaisons de mobilier ont permis de dater ce site du Hallstatt C, voire du début du Hallstatt D.

9Un aspect intéressant du site de Baar-Martinspark est sa proximité avec le site de hauteur du Hallstatt final de Baarburg. Peut-être a-t-on, dans ce cas, l’exemple d’un déplacement d’un habitat de la plaine vers un habitat de hauteur au cours du Hallstatt final ?

2. Hallstatt final (correspondant au ha d2/d3)

2.1. Wittnau-Wittnauer Horn (AG)

10Le Wittnauer Horn (fig. 1, 5) est un promontoire dominant la vallée de Wittnau, située entre les axes principaux de l’Aar et du Rhin. Sur ce promontoire se trouve un plateau fortifié renfermant un habitat de hauteur. Celui-ci a été occupé à plusieurs reprises, au Bronze final, au premier Âge du Fer et à l’époque romaine. Il semble y avoir une interruption de l’habitat au Hallstatt C. Le complexe des fortifications semble avoir été agrandi au cours du premier Âge du Fer. Selon G. Bersu (Bersu 1945), qui fouilla ce site en 1934-1935, les formes céramiques et la présence proche de tumulus du Hallstatt final permettent de dater cette occupation du Hallstatt final. Une nouvelle étude du mobilier céramique et des comparaisons avec le mobilier d’habitats connus depuis cette période pourraient renforcer cette proposition.

2. 2. Neunkirch-Tobeläcker (SH)

11Cet habitat de fond de vallée se trouve dans la plaine du Klettgau (fig. 1, 6). Lors de l’exploitation d’une gravière à Neunkirch, on découvrit treize fosses datant du Hallstatt final. Ces fosses et leur remplissage étaient tout ce qui restait de l’habitat : il n’y avait ni sol ni couche archéologique. L’extension du site n’est pas connue, d’autres structures ont du être détruites sans avoir été documentées. À une exception près, toutes les fosses sont circulaires. Elles ont été creusées jusque dans le malm qui forme la roche en place. Les parois des fosses sont rarement conservées. B. Ruckstuhl (Ruckstuhl 1989) a différencié trois types de fosses selon leur forme, leur contenu et leur taille :

12– on fit du feu dans quatre fosses. Leur fonction primaire était certainement la préparation ou la conservation de la nourriture (céréales). Ces fosses circulaires, d’un diamètre de 1,10 m, profondes de 90 cm, contenaient beaucoup de mobilier. Leur usage secondaire devait correspondre à un dépotoir. Une de ces fosses contenait en outre la partie supérieure d’un squelette de nouveau-né.

13– Quatre autres fosses étaient de taille plus grande (un mètre de profondeur pour un diamètre de 1,90 m). L’une d’elles contenait une très grande quantité de céréales carbonisées. Selon B. Ruckstuhl, ces fosses servaient de silos, puis ont été réutilisées comme dépotoirs.

14– Une seule fosse avait une forme quadrangulaire. On découvrit dans la moitié inférieure de cette structure une meule dont la surface de travail était dirigée vers le haut ; on y trouva encore une molette et d’autres pierres portant des traces d’utilisation. B. Ruckstuhl en déduit une place de travail. La partie supérieure de la fosse contenait des déchets d’habitat, soit des tessons et du torchis.

15La céramique découverte peut être considérée comme appartenant à un ensemble clos. Le mobilier métallique permet de dater le site à la fin du premier Âge du Fer. La présence d’une fibule à timbale et à pied orné du Ha D3 indiquerait même un rapprochement étroit avec La Tène ancienne. L’abandon de l’habitat doit se situer au début de La Tène ancienne. Les échantillons C14 ont livré des résultats trop imprécis pour attribuer une datation absolue aux fosses.

2.3. Üetliberg- Uto-Kulm (ZH)

16L’Üetliberg forme le point culminant de la chaîne de l’Albis. Se dirigeant du Nord au Sud, cette montagne domine la région à l’Ouest du lac de Zurich. Le plateau situé au sommet de l’Üetliberg a été occupé à plusieurs reprises au cours de la préhistoire (fig. 1,7). Malgré les quelques trouvailles isolées faites en ce lieu, aucune structure d’habitat hallsttatien n’y a été fouillée. On peut tout de même supposer que le système de fortifications, composé d’une enceinte principale et d’un mur de défense avancé, a été construit à l’époque hallstattienne. Le mobilier découvert sur l’Üetliberg n’est pas en relation stratigraphique. La distinction du mobilier hallstattien de celui de l’âge du Bronze n’est pas toujours évidente. Pour la céramique non tournée, la différenciation se fait sur des critères technologiques comme la forme du bord du récipient, la qualité de l’argile, le traitement de surface et la cuisson. Dans son étude, I. Bauer (Bauer et alii 1991) estime qu’il y a une interruption de l’habitat au cours du Hallstatt ancien avec une reprise au Hallstatt final. La comparaison avec la céramique de la Heuneburg semble confirmer cette réoccupation au Hallstatt final. La céramique tournée confirme également l’existence d’une continuité de l’habitat jusque dans La Tène ancienne. L’occupation principale correspondrait au Hallstatt final. La présence de céramique tournée d’une part et de céramique importée d’autre part met en valeur la signification particulière de l’Üetliberg. En effet, on y a découvert un fragment de cratère à colonnettes à figures noires et quelques tessons de céramique attique, qui prêtent ainsi à ce site les critères nécessaires pour être considéré comme un habitat d’importance centrale, pour ne pas dire un habitat de type princier.

2. 4. Baar-Baarburg (ZG)

17Le Baarburg (fig. 1, 8) doit également être considéré comme un site d’habitat d’importance centrale, au même titre que celui de l’Üetliberg, même si la seule importation méditerranéenne à ce jour est un minuscule tesson attique. Le Baarburg est une impressionnante formation montagneuse située au Nord-Ouest de Baar, dans le canton de Zug. Son sommet est occupé par un plateau de 13 hectares limité de tous les côtés par des pentes abruptes. Ce plateau a été occupé à plusieurs reprises. Des sondages effectués en 1917, 1925 et 1930 ainsi que les fouilles récentes de 1994, 1995 et 1996 ont livré du mobilier datant du Bronze ancien (?), moyen et final, du Hallstatt final, probablement de La Tène ancienne, de La Tène finale, de l’époque romaine et peut-être aussi du haut Moyen Âge (Bauer, Hochuli 1993, Carnes et alii 1995, Hep 1995, Hochuli 1995, Stöckli 1996).

18La couche hallstattienne, épaisse de 20 cm, se trouvait à 1,50 m de profondeur, peu au-dessus de la roche en place. On y a découvert, entre autres choses, des tessons de céramique tournée. Aucune structure d’habitat n’y a été reconnue jusqu’à aujourd’hui, tout au moins dans la petite zone fouillée située en bordure du plateau et qui est constamment menacée d’érosion. Le mobilier du Baarburg été comparé à celui de l’Üetliberg. Par analogie à la typologie chronologique de ce dernier site, la céramique tournée du Baarburg a pu être datée du Hallstatt final. Ceci a été finalement confirmé par la découverte de deux fibules à pied orné.

19L’importance du Baarburg à l’époque hallstattienne n’est pas facile à évaluer. Toutefois, de par sa situation topographique et géographique favorable, ce site contrôlait certainement la voie vers la vallée de la Sihl et du lac de Zurich, la région du lac de Zug et le chemin menant vers le lac des Quatre-cantons. Les relations entre le Baarburg et l’Üetliberg ne devaient pas être inexistantes, car ces deux sites devaient être occupés simultanément, au moins en partie, au cours du Hallstatt final et du début du second Âge du Fer. L’étude de la céramique tournée des deux sites montre que celle-ci pouvait provenir, selon l’hypothèse d’I. Bauer (Bauer 1992), de l’atelier d’un seul et même potier.

Conclusion

20Ces quelques sites ne permettent pas de porter des conclusions concernant les conditions de l’habitat ou sur l’importance de la population hallstattienne. Il est également difficile de s’exprimer au sujet de la dynamique des habitats au cours du premier Âge du Fer. La proposition du déplacement de l’habitat de la plaine vers les hauteurs, postulée au sujet des sites de Baar (Martinspark et Baarburg), ne peut pas être généralisée pour l’ensemble de la Suisse nord-orientale, car l’exemple des sites schaffhousois de Neunkirch (Vorder Hemming et Tobeläcker) montre exactement le contraire !

21Des découvertes toutes récentes de céramique tournée dans des habitats de plaine comme Otelfingen (ZH), Berikon (AG) et Steinhausen-Cosmetochem (ZG) indiquent une coexistence des habitats de plaine et des habitats de hauteur pendant la période du Hallstatt final et peut-être même de La Tène ancienne

22Il est donc clair, que dans cette perspective, nous devons revoir les critères usuels définissant les habitats à caractère central (princier ?) du Hallstatt final. Aussi, il est souhaitable de revoir les constructions théoriques parfois trop simplistes reliant les habitats de différents types entre eux. Bien qu’encore balbutiante, la fouille des habitats hallstattiens s’avère donc indispensable. Complétant l’analyse de plus en plus détaillée que les chercheurs sont capables de mener au niveau des structures funéraires, l’étude de l’habitat permettra de mieux comprendre les structures sociales, économiques et politiques du premier Âge du Fer.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BAUER I., 1992, « Frühe scheibengedrehte Keramik von der Baarburg, Kanton Zug », Annuaire SSPA, 75, p. 155-163.

BAUER I., FASNACHT W., FRASCOLI L., FURGER-GUNTI A., HEDINGER B., PANTLI H., SIEGFRIED A.,

WEIDMANN T., WINDLER R., ZÄCH B., 1991, Üetliberg, Uto-Kulm. Ausgrabungen 1980-1989. Zurich : Berichte der Zürcher Denkmalpflege, 307 p., 117 pl. (Archäologische Monographien, 9).

BAUER I., HOCHULI S., 1993, « Baar und die Baarburg in vorgeschichtlicher » Heimatbuch Baar 1991/1992, p. 13-25.

BERSU G., 1945, Das Wittnauer Horn. Basel, 118 p., 42 pl. (Monographien zur Ur- und Frühgeschichte der Schweiz, 4).

CARNES J., EGGIMANN A., HEP A., KÄLIN A., KEISER R., LÖTSCHER C., SCHAER N., SCHAEREN G. F.,

SIMONETTI D., STREIT D., 1996, « Archäologische Untersuchungen auf der Baarburg 1994 und 1995. », Tugium, 12, p. 71-86.

GNEPF U., 1994, Die spätbronze- und hallstattzeitliche Fundstelle Baar-St. Martinspark (ZG). Travail de licence non publié, Berne, Université de Berne, 141 p., 43 pl.

GNEPF U., 1995, « Die ersten Baarer Dorfbewohner », Heimatbuch Baar 1993-1994, p. 14-20.

HEP A., 1996, « Ausgrabungen und Archäologen auf der Baarburg », Tugium 12, p. 57-70.

HOCHULI S., 1990, Wäldi-Hohenrain TG. Eine mittelbronze- und hallstattzeitliche Fundstelle. Bâle, Schweizerisch Gesellschaft für Ur-und Frühgeschichte, 111 p., 67 pl. (Antiqua, 21).

HOCHULI S., 1993, « Bronze- und eisenzeitliche Siedlungen beim St. Martinspark in Baar », Tugium 9, p. 93-99.

HOCHULI S., 1995, « Die Baarburg – eine Zentralsiedlung der älteren Eisenzeit um 500 v. CHR.? », Heimatbuch Baar 1993-1994, p. 21-27.

LÜSCHER G., 1986, Allschwil-Vogelgärten. Eine hallstattzeitliche Talsiedlung, 71 p. (Archäologie und Museum ; 007).

RUCKSTUHL B., 1989, « Hallstattzeitliche Siedlungsgruben aus Neunkirch-Tobeläcker », Annuaire SSPA, 72, p. 59-98.

STÖCKLI W.E., 1996, « Neue Untersuchungen auf der Baarburg », Archéologie suisse, 19, p. 77.

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Répartition des sites d’habitat hallstattiens mentionnés dans l’article (dessin : Service archéologique cantonal de Zoug, S. Pungitore)
Légende 1. Allschwil BL, Vogelgärten2. Neunkirch SH, Vorder Hemming3. Wäldi TG, Hohenrain4. Baar ZG, Martinspark5. Wittnau AG, Wittnauer Horn6. Neunkirch SH, Tobeläcker7. Üetliberg ZH, Uto-Kulm8. Baar ZG, Baarburg
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search