Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

Constructions hallstattiennes dans le milieu humide du Federsee (Kr. Biberach, Allemagne)

Joachim Köninger et André Billamboz

Résumé

Les prospections effectuées depuis une dizaine d’années dans le marais sud du Federsee ont permis de découvrir les premières traces de constructions hallstattiennes sur l’ancien cours du Federbach, réactualisant d’anciennes trouvailles restées dans l’ombre des grandes fouilles effectuées dans l’entre-deux-guerres. Les résultats des premiers sondages sont présentés ici. Le mobilier archéologique est attribuable au Ha C/D1. Les dates dendrochronologiques obtenues par la synchronisation de différentes essences s’échelonnent entre 721 et 621 av J.-C. Sur l’axe de communication naturelle du Federbach, ce site se caractérise par la conservation des matériaux organiques en milieu humide, situation particulièrement exceptionnelle pour cette période, ouvrant de nouvelles perspectives pour l’étude environnementale.

Texte intégral

Introduction

1Après la découverte des maisons de tourbière d’Aichbühl en 1875, le bassin sud du Federsee a fait l’objet d’une investigation archéologique intense, illustrée principalement par les fouilles effectuées entre 1919 et 1937 dans les stations néolithiques d’Aichbühl, de Taubried, de Dullenried ainsi que dans la station Bronze final de la Wasserburg Buchau. L’exploitation de la tourbe pour l’alimentation des chemins de fer avait également permis la découverte de trouvailles isolées, groupements de pieux et pirogues, sur le cours du Federbach, à mi-chemin entre la baie d’Aichbühl et le lac actuel. Ces découvertes s’intègrent désormais dans le contexte du gisement mis en évidence par les prospections effectuées sur la partie aval du ruisseau.

1. LE RUISSEAU DU FEDERBACH ET LES ANCIENNES DECOUVERTES

2Depuis le rebord morainique au Sud de la baie d’Aichbühl, le ruisseau du Federbach traverse la tourbière sur une distance de 6 km jusqu’au lac actuel (fig. 1). Son cours est aujourd’hui régularisé. À partir des observations effectuées parallèlement aux travaux d’exploitation de la tourbe, l’ingénieur des Forêts W. Staudacher a pu en retracer partiellement les anciens méandres (Staudacher 1928). Après la découverte d’un chemin de planches en 1920, l’aménagement de fossés de drainage permettait en 1926/27 la mise au jour de deux groupements de pieux. Avec la reconnaissance d’un troisième ensemble dans une ancienne fosse d’exploitation, les constructions firent l’objet d’une fouille rapide en 1927 (Paret 1928). L’examen du mobiler archéologique permettait une datation à la fin de l’âge du Bronze voire au tout début de l’Âge du Fer, datation confirmée par l’analyse pollinique (Bertsch 1931). Le contexte des constructions en bordure du Federbach et la présence de pirogues et fragments de rames ont conduit O. Paret à interpréter ces ensembles comme des embarcadères (Landstellen I-III). Pour les restes d’embarcation trouvés au pied des constructions et dans le contexte plus large du Federbach, on se reportera à l’inventaire dressé par le même auteur (Paret 1930).

Fig. 1 : Plan de situation des trouvailles sur le cours du Federbach, reconstitué ici d’après les observations de W. Staudacher et O. Paret (en cartouche, localisation du plan dans le bassin du Federsee). En bas à droite, la zone prospectée dans l’entre-deux-guerres avec les trois embarcadères (Pfahlwerk I-III), fouillés par O. Paret, au Nord des villages néolithiques d’Aichbühl et de Riedschachen. Au centre, le site d’Oggelshausen-Bruckgraben avec indication des points de sondage 1 à 5. Légende : E, Pirogue, N : concentration de poids de filets.

Fig. 1 : Plan de situation des trouvailles sur le cours du Federbach, reconstitué ici d’après les observations de W. Staudacher et O. Paret (en cartouche, localisation du plan dans le bassin du Federsee). En bas à droite, la zone prospectée dans l’entre-deux-guerres avec les trois embarcadères (Pfahlwerk I-III), fouillés par O. Paret, au Nord des villages néolithiques d’Aichbühl et de Riedschachen. Au centre, le site d’Oggelshausen-Bruckgraben avec indication des points de sondage 1 à 5. Légende : E, Pirogue, N : concentration de poids de filets.

2. LES NOUVELLES PROSPECTIONS EN AVAL. LE SITE D’OGGELSHAUSEN-BRUCKGRABEN

3O. Paret avait marqué d’un point d’interrogation une position éventuelle à 1,5 km au Nord des embarcadères présumés. C’est dans cette zone que se développent les nouvelles prospections à partir de 1986. Au cours du printemps 1987, F. Herzig, en surveillant les travaux de curage des fossés de drainage, repère la présence de pieux et bois couchés en sept points disposés sur une distance de 800 m (Schlichtherle 1990). Quelques tessons autorisaient une première datation à l’Âge du Fer. Pour un meilleur aperçu des dimensions et conditions de gisement et, dans un premier temps, pour l’obtention d’échantillons dendrochronologiques, des sondages restreints ont été effectués par le Landesdenkmalamt Baden-Württemberg à partir de 1994. Les points sondés au cours des deux premières années ont déjà fait l’objet d’un rapport (Billamboz, Köninger 1996). Avec le sondage effectué en 1996, ils sont présentés brièvement ici :

4– Au point 1 (= Billamboz, Köninger 1996 : point 31), une rangée de pieux en pin est couchée dans les gyttias. Sa fonction reste encore à définir.

5– Plus au Nord, le point 2 (= 33) a livré les derniers restes d’un niveau archéologique dans un sondage de 3 m de long. On y a trouvé quelques tessons hallstattiens : parmi eux, des tessons à cordons impressionnés et deux petits pots à bord oblique.

6– Le point 3 (= 35) présente les restes d’un horizon archéologique perturbé.

7– Plus important, le point 4 (= 34) a fait l’objet d’un sondage de 4 m2, où l’on a pu dégager un ensemble archéologique de 40 cm d’épaisseur compris entre deux rangées de pieux. Composé de fragments d’argile rubéfiée, de détritus, de pierres fragmentées et de planches carbonisées, cet ensemble n’est conservé que sous forme de lentille, enfoncée dans la gyttia et donne l’impression d’une structure écroulée qui, à l’abri des rangées de pieux, aurait résisté à l’érosion (fig. 2). À côté de nombreux restes de poisson, cet ensemble a livré un riche mobilier archéologique présenté plus bas.

Fig. 2 : Oggelshausen-Bruckgraben. Point 4, profil nord, montrant la conservation de l’ensemble archéologique sous forme de lentille enfoncée dans les gyttias sous-jacentes.

Fig. 2 : Oggelshausen-Bruckgraben. Point 4, profil nord, montrant la conservation de l’ensemble archéologique sous forme de lentille enfoncée dans les gyttias sous-jacentes.

Fig. 3 : Oggelshausen-Bruckgraben. Sondage 1996 au point 5. Les planches de chêne en position oblique relèvent d’une structure écroulée, cloison ou plancher.

Fig. 3 : Oggelshausen-Bruckgraben. Sondage 1996 au point 5. Les planches de chêne en position oblique relèvent d’une structure écroulée, cloison ou plancher.

8– À 150 m au Nord de ce dernier, le point 5 a été sondé au cours de l’été 1996. On y a trouvé une situation semblable, avec un ensemble argileux encaissé entre deux rangées de pieux. Sur le bord de la chape d’argile, des planches de chêne en position oblique témoignent de l’affaissement d’une paroi ou d’un plancher (fig. 3).

2.1. Le mobilier céramique du point 4

9Parmi les formes céramiques, les coupes et les écuelles en calotte, non décorées et à profil courbe sont bien représentées, avec pour quelques-unes d’entre elles un apport graphité sur les deux faces (fig. 4, n° 4 et 9- 12). Notons la présence d’une écuelle à col droit (fig. 4, n° 14). On trouve plus rarement des petits pots (fig. 4, n° 5 et 7) avec pour l’un d’entre eux une marque de réparation (fig. 4, n° 7). Les plus gros pots ont une forme pansue et possèdent des bords abrupts, légèrement déversés ou en entonnoir, quelquefois brossés à l’intérieur ou obliques peu marqués (fig. 4, n° 2, 13 et 15). Ils possèdent également des cordons incisés associés en groupe, des cordons ondulés présentant sur l’ensemble du diamètre des séries d’impression au niveau du resserrement du col (fig. 4, n° 13 et 15) ou bien directement sous le bord (fig. 4, n° 2). Les rainures et les cannelures ne sont présentes que sous une forme simple.

10D’après les écuelles à col, les bords brossés, les bords obliques et le décor à impressions, la céramique appartient à la phase ancienne du Hallstatt à savoir au Hallstatt C/D1. Les éléments caractéristiques du Hallstatt tardif comme les vases à col haut et la céramique rouge sur fond blanc, tels qu’on les rencontre en contexte Ha D1 dans les couches V et IV de la Heuneburg et dans son habitat extérieur (Heuneburg-Aussensiedlung), font ici défaut. On note également l’absence des tessons à décor gravé, comme celle de la céramique incisée, qui dans sa majorité est plus ancienne.

11Un ensemble comparable provient d’Aulendorf-Schützenhausstrasse (Krömer 1980), où il manque également le décor gravé et incisé. Cependant on y trouve, à côté de quelques tessons à rainures, le décor à la peinture rouge. L’absence de ce dernier dans le complexe du Federsee s’explique peut-être par la modestie des sondages et le petit nombre des tessons représentés. La céramique des habitats hallstattiens de la région du Bodensee, du Rhin supérieur et du Jura Souabe se distinguent des inventaires de Haute-Souabe par la forte proportion de la céramique graphitée ou à peinture rouge et par les tessons gravés, estampés ou incisés (fig. 5, II-V). Les écuelles à col droit (fig. 5, XII) sont également rares dans ces ensembles. Doit-on argumenter sur le plan chronologique, ou voir des différences régionales sur le plan stylistique ? Cette question ne peut être résolue sur le champ. Pour des raisons typologiques, s’appuyant sur le caractère ancien attribué aux tessons décorés dans le style Alb-Hegau et sur les formes céramiques précédentes du Bronze final, il pourrait s’agir dans ce cas d’ensembles peu décorés, comme ceux d’Aulendorf-Schützenhausstrasse et d’Oggelshausen-Bruckgraben (point 4) d’une céramique d’habitat plus récente à l’intérieur du Ha C/D1. Dans ce sens, les écuelles à col droit seraient également à situer en position tardive.

2.2. Le mobilier en métal du point 4

12Parmi le reste du mobilier, relevons une aiguille en bronze à fût renflé et un couteau en fer à dos arqué et soie courte.

13L’aiguille, recouverte d’une fine patine dorée, provient du tiers supérieur de la couche archéologique. Sa palette, aplatie par martelage, présente un décor sur une ligne au trémolo en son milieu et sur les bords. De par sa forme et son décor, il s’agit ici d’une aiguille de Billendorf. Elle appartient à la famille des aiguilles à tête en forme de spatule, réparties principalement dans la zone nord de l’Europe moyenne. Ce type d’aiguille se trouve surtout en Saxe et en Pologne, et couramment dans le contexte du groupe de Billendorf, à la phase tardive de la culture de Lusace. Des exemplaires isolés proviennent de la Franconie, du Sud de la Hesse et du cimetière de Hallstatt en Autriche. Selon ce contexte, le Federsee devait être imbriqué dans un vaste réseau de communication au Hallstatt moyen. Dans leur zone principale de répartition, les aiguilles de Billendorf ne peuvent être datées très finement, car il s’agit dans la plupart des cas de trouvailles isolées. En dehors de cette zone, elles perdurent jusque dans le contexte du Ha D1 et une apparition plus précoce dans le Sud-Ouest de l’Allemagne n’est pas à exclure. D’après ces considérations, la céramique associée appartient à une phase du Ha D1, qui, si l’on considère la stratigraphie de la Heuneburg, doit être plus ancienne que la couche V.

Fig. 4 : Oggelshausen-Bruckgraben. Mobilier archéologique provenant du point 4.

Fig. 4 : Oggelshausen-Bruckgraben. Mobilier archéologique provenant du point 4.

14Le couteau a été trouvé à mi-hauteur de l’ensemble archéologique du point 4. Les couteaux de ce type sont bien représentés dans les tombes à incinération du Hallstatt C du Sud de l’Allemagne et de la Suisse mais on en trouve également dans les tombes à inhumation du Hallstatt tardif.

15D’après le mobilier en métal et l’inventaire céramique, les trouvailles du point 4 n’appartiennent pas encore au Hallstatt tardif, mais ne sont pas non plus à attribuer à la phase du Hallstatt C. Une datation au Hallstatt moyen (Ha C/D1) nous semble être une juste mesure.

Fig. 5 : Distribution des critères céramiques dans les habitats hallstattiens du Sud -Ouest de l’Allemagne.

Fig. 5 : Distribution des critères céramiques dans les habitats hallstattiens du Sud -Ouest de l’Allemagne.

3. Le potentiel dendrochronologique

16En l’absence de chêne dans les sondages de 1995, les premières datations ont été effectuées sur des perches de pin de montagne, essence employée en quantité dans les palissades de la Wasserburg Buchau. Cette essence à croissance lente et très résistante, se développe sous sa forme arborescente sur la frange des tourbières hautes (pinus mugo var. arborea/pinus rotundata (LINK). Les dates d’abattage correspondent aux années 721 (point 3), 718 (points 3 et 4), 702 (1) et 654 av. J.-C. (point 4). À ces premiers résultats s’ajoute une datation en 675 av. J.– C. livrée par des planches de chêne, en position oblique dans le sondage du point 5. La poursuite des analyses pour le hêtre a permis l’établissement d’une chronologie de 368 ans, calée entre 988 et 621 av J.-C. L’abattage respectif s’est effectué en 679 (points 4 et 5), 661 (point 5) et vers 621 (point 4). Toutes essences comprises, nous constatons désormais une activité de coupe échelonnée sur cent ans entre 721 et 621 av. J.-C.

17Comme nous l’avons déjà démontré dans le cas de la Station Forschner (Billamboz 1992), l’hétéroconnexion denchrochronologique de différentes essences permettra une lecture plus approfondie de l’histoire de la construction et des formes d’approvisionnement en bois d’œuvre en fonction de l’évolution du couvert forestier. La synchronisation d’essences représentatives de la végétation zonale et azonale est également prometteuse pour une approche au plan dendroécologique et dendroclimatologique de la période-charnière entre Subboréal et Subatlantique.

4. Sur les traces d’un habitat ?

18L’interprétation des structures n’est pas aisée. La distance entre les points 1 et 5 est de 650 m. Si l’on prend en compte les structures trouvées par Paret. ce système de constructions s’échelonne sur près de 3 km le long du Federbach. S’agit-il d’aménagements de berges, d’un système portuaire ou de constructions d’habitat ? La répétition de structures argileuses identiques à 150 m de distance entre les points 4 et 5 et l’abondance du matériel archéologique accréditeraient la dernière hypothèse. Pendant un siècle, entre 721 et 621 av. J.-C., le bassin du Federsee dans la zone prospectée a été le centre d’une importante activité de construction. Avec les nombreuses trouvailles de pirogues, les concentrations de pieux mettent en évidence un axe nord-sud entre le lac et la baie d’Aichbühl, axe qui a dû jouer un rôle important dans le système de communication dans le bassin du Federsee. La poursuite des sondages et la contribution des études naturalistes permettra sans doute de mieux connaître les contours et la nature de l’habitat supposé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BILLAMBOZ A., 1992, « Tree-ring analysis in archaeodendrological perspective. The structural timber from the south west german lake dwellings », in : Tree-ring and environment. Lundqua Report 34, p. 34-40.

BILLAMBOZ A., KÖNINGER J.)., 1996, « Hallstattzeitliche Fundstellen im südlichen Federseemoor, Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1995, p. 96-104.

BERTSCH K., 1931, Paläobotanische Monographie des Federseeriedes (Bibliotheca Botanica, 26).

KRÖMER M., 1980, « Fundschau », Fundberichte aus Baden-Württemberg, 5, p. 73.

PARET O., 1928, « Neue Funde im Steinhauser Ried bei Schussenried », Fundberichte aus Schwaben, NF. IV, 1926- 1928, p. 52-58.

PARET O., 1930, « Die Einbäume im Federseeried und im übrigen Europa », PZ, XXI, 1/2, p. 76-125.

REIM H., 1990, « Hallstattforschungen im Vorland der Schwäbischen Alb bei Balingen, Zollernalbkreis (Baden-Württemberg) », Kölner Jahrbuch für Vor- und Frühgeschichte, 23, p. 721-735.

SCHLICHTHERLE H., 1990, « Neue Fundstellen im Federseemoor bei Bad Buchau, Oggelshausen, Alleshausen und und Seekirch. Kreis Biberach », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1989, p. 57-62.

STAUDACHER W., 1928, Die Verlandungsstadien des oberschwäbischen Federsees. Neudruck in Schallwellen (Neues Jahrbuch für Mineralogie, Beilageband 1).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan de situation des trouvailles sur le cours du Federbach, reconstitué ici d’après les observations de W. Staudacher et O. Paret (en cartouche, localisation du plan dans le bassin du Federsee). En bas à droite, la zone prospectée dans l’entre-deux-guerres avec les trois embarcadères (Pfahlwerk I-III), fouillés par O. Paret, au Nord des villages néolithiques d’Aichbühl et de Riedschachen. Au centre, le site d’Oggelshausen-Bruckgraben avec indication des points de sondage 1 à 5. Légende : E, Pirogue, N : concentration de poids de filets.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2 : Oggelshausen-Bruckgraben. Point 4, profil nord, montrant la conservation de l’ensemble archéologique sous forme de lentille enfoncée dans les gyttias sous-jacentes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3 : Oggelshausen-Bruckgraben. Sondage 1996 au point 5. Les planches de chêne en position oblique relèvent d’une structure écroulée, cloison ou plancher.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 : Oggelshausen-Bruckgraben. Mobilier archéologique provenant du point 4.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5 : Distribution des critères céramiques dans les habitats hallstattiens du Sud -Ouest de l’Allemagne.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search