Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Première partie. Thème régional : le Rhin et la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe, actualité des recherches

L’homme et l’environnement naturel dans la vallée du Rhin supérieur

Jacques-Pierre Millotte

Résumé

De Konstanz à Mannheim, le fossé rhénan, du point de vue environnement, révèle des facteurs d’unité et de diversité. La plaine alluviale, étroite entre le Bodensee et Bâle, s’élargit au niveau de l’Alsace et du Palatinat. Les sols offrent à l’homme des possibilités nombreuses et l’encadrement montagneux influe sur le climat. Une caractéristique essentielle réside dans la voie de passage.

Texte intégral

1Depuis déjà de longues années, archéologues, historiens et géographes disputent sur les rapports du milieu naturel et des installations humaines (Butzer 1982 ; Flatrès 1994). Il ne s’agit pas, dans cet essai introductif, de discuter ni d’échelles cartographiques ni de concepts comme ceux de paysage, territoires ou terroirs, mais de reconnaître seulement des contraintes ou des facteurs favorables liés aux entreprises des hommes (Rougerie, Beroutchachvili 1991).

2Sans tomber dans un déterminisme grossier, force est de reconnaître l’influence du milieu naturel dans ses multiples aspects. Les structures biophysiques, topographiques, climatiques, géologiques et pédologiques entrent plus ou moins en relations avec les structures socio-économiques et historiques, tels les habitats, les échanges commerciaux, l’exploitation des ressources naturelles, voire les rapports politiques. Des modèles graphiques parfois sophistiqués précisent ces interconnexions, qu’il appartiendra aux archéologues de préciser (fig. 1).

1. Une vallée aux orientations originales

3Une caractéristique essentielle de la vallée du Rhin, entre Bodensee et Odenwald, tient dans ses orientations. Coulant d’Est en Ouest de Konstanz à Basel/Bâle, le fleuve tourne brusquement au Nord à la suite d’un phénomène de capture. Cette singularité joue sans doute un rôle important dans la Protohistoire en facilitant relations et échanges entre les Alpes et la Porte de Bourgogne d’une part, entre le Rhône et ses affluents, la plaine d’Alsace et l’Europe du Nord, d’autre part. Mais des voies de transit voisines purent être aussi utilisées. Ainsi le Danube, pénétrant vers l’Europe centrale, et ses affluents prennent leur source à proximité de cours d’eau de la rive droite du Rhin. Importante aussi, la vallée du Neckar qui, à l’Est de la Forêt-Noire, suit une direction sensiblement parallèle à la plaine d’Alsace. La disposition du relief détermine ipso facto les tracés des voies de communication antiques (fig. 2, 3,4). D’abord des itinéraires sud-nord qui empruntent la bordure vosgienne, mais aussi les bords du Rhin ; ensuite des axes transversaux, avec franchissements des massifs montagneux, mais avec des nuances. En effet, malgré un relief d’altitude relativement modeste, les cols, surtout au centre, atteignent 900/1000 m, comme pour la Schlucht ou le Donon. Il en va de même en Forêt-Noire, avec la passe d’Hinterzarten précédée des gorges de l’Höllental. Existent cependant des voies d’accès ou d’utilisation plus aisées : au Sud des Vosges, vers les plateaux de la Haute-Saône et le Bassin parisien, par les vallées accessibles comme celle du Giessen, par un abaissement des lignes de crêtes, à l’Est entre les hauteurs de la Hornisgridde et de l’Odenwald (Kraichgau), à l’Ouest, au seuil de Saverne où conduit la Moder (Vogt 1980). Au carrefour des environs de Strasbourg, aboutit la Kinzig qui facilite, par des affluents comme la Gutach ou la Schiltach, le franchissement de la Forêt-Noire.

Fig. 1 : Modèles graphiques figurant les interactions dans un géosystème (d’après Rougerie, Beroutchachvili 1991).

Fig. 1 : Modèles graphiques figurant les interactions dans un géosystème (d’après Rougerie, Beroutchachvili 1991).

Fig. 2 : Carte générale du Fossé rhénan (d’après Vogt 1980).

Fig. 2 : Carte générale du Fossé rhénan (d’après Vogt 1980).

2. Des caractéristiques topographiques variées

4On ne saurait dénommer terroir ou territoire les divers ensembles topographiques entre Bodensee et confluent Neckar/Rhin. La variété des formes ne manque pas. L’essentiel réside dans la plaine d’Alsace, qui occupe la majeure partie de l’espace entre Vosges et Forêt-Noire (Juillard 1963) (fig. 5). En gros, un fossé entre deux massifs anciens assez semblables dans leurs formes structurales et dans leur nature géologique, mais avec des nuances de détail qui influèrent peut-être sur les installations humaines ? Sur les deux rives, les vallées subirent une forte empreinte glaciaire, avec des formes en ogive ou en berceau, des éperons tronqués, des gouttières latérales (Doller, Fecht, Kinzig, Elz). Des crêtes étroites et arrondies les séparent et ne subsistent que des restes des plateaux tertiaires. En Forêt-Noire, une évolution sensiblement différente du réseau hydrographique laisse ici apparaître des vestiges de plateaux soulevés (Vogt 1980). Dans les Hautes-Vosges méridionales et centrales se développent des crêtes vigoureuses et des versants amples jusqu’aux abords du fossé rhénan. Plus au Nord, à la hauteur du Champ du Feu, les versants s’allongent vers la plaine avec des alternances de pentes raides, de paliers, d’alvéoles perchées, raccordées par des gorges creusées par de petits cours d’eau. Les Vosges gréseuses, au Nord de Saverne, avec leurs prolongements dans le Palatinat rhénan, se caractérisent par la multiplicité des vallées en V, parcourues par des ruisseaux très encaissés, avec parfois des chapelets d’étangs (Nonn 1982/86b).

Fig. 3 : Carte générale du Jura et de ses environs (d’après Wieber)

Fig. 3 : Carte générale du Jura et de ses environs (d’après Wieber)

Fig. 4 : Le contexte géographique du Rhin supérieur à La Tène finale (d’après Wolf 1993).

Fig. 4 : Le contexte géographique du Rhin supérieur à La Tène finale (d’après Wolf 1993).

Fig. 5 : Les unités physiques de l’Alsace (d’après Nonn 1982).

Fig. 5 : Les unités physiques de l’Alsace (d’après Nonn 1982).

5Les bordures immédiates de la plaine rhénane affirment aussi une certaine variété. Des hauteurs aux aspects divers ont été dégagées par l’érosion en limite des massifs anciens : collines sous-vosgiennes en Alsace, Vorbergzone en Bade, reliefs avec un substratum calcaire. À leur pied, à l’Ouest, des cônes alluviaux issus des rivières vosgiennes favorisent la naissance d’une sorte de piémont (Ménillet 1982/86) (fig. 6). Entre Colmar et Strasbourg se développe un paysage original, les Rieds, prairies humides ou secteurs marécageux, résultats de l’alluvionnement et des variations de la nappe phréatique. Une curiosité, sur la rive droite du Rhin, vers Freiburg, le Kaiserstuhl, vestige d’un appareil volcanique, ressemble à un îlot singulier dans le paysage.

6L’allure générale du relief change quelque peu, au Nord du cours inférieur de la Bruche. Existe là un plateau de 10 à 30 km de large, en limite de la faille vosgienne, avec des blocs basculés vers ľ Est et des terrasses, résultats d’une érosion tardi-würmienne (Vogt 1978) (fig. 7). Plus au Nord, ce paysage ne varie guère avec les alentours immédiats du Rhin (Rheinaue), une bande de terrain de 8/10 mètres d’altitude sur 20 km de large (Vorderpfalzer Tiefland) précédant la Hardt avec ses pentes raides et ses collines surbaissées. Enfin, la forêt palatine culmine vers 400/500 m (Sehnert-Seibel 1993). Sur la rive droite, la dépression du Kraichgau correspond à un affaissement de la couverture des grès triasiques (fig. 8).

7Quant au Rhin, son cours ne connaissait pas, dans la Protohistoire, l’endiguement actuel et à son lit principal s’adjoignaient de nombreux bras vifs ou morts, suivant le niveau du fleuve au début variable. Ces divagations multiples opposaient sans doute maintes difficultés aux peuplements permanents et gênaient les communications transversales. Par contre, la vallée rhénane entre Bodensee et Basel/Bâle offre un tout autre aspect.

Fig. 6 : Carte d’extension des alluvions dans le Fossé rhénan méridional (d’après Ménillet 1982).

Fig. 6 : Carte d’extension des alluvions dans le Fossé rhénan méridional (d’après Ménillet 1982).

8À la sortie de l’Untersee, le Rhin longe sur sa rive droite l’Hegau, avec ses pointements volcaniques tel le Hohentwiel. Des terrasses bordent les rivières descendues des contreforts du Jura Souabe (Randen). Au Sud, en limite du Plateau suisse (Mittelland), une zone de collines s’étend jusqu’à la confluence Aar-Reuss-Limmat. Des chutes et des méandres comme celui de l’Altenburg-Rheinau caractérisent ici le cours du fleuve qui, à partir de l’Aar, longe les chaînons du Jura argovien et bâlois au Sud, avec leur crêts dissymétriques et courts séparés par des sillons qui encadrent des formes de relief assez vives, favorables à l’établissement de sites défensifs. Au Nord, le massif ancien affleure parfois et les plateaux calcaires (Vorbergzone) bordent la rive droite du Rhin, vers Basel/Bâle (Dinkelberg) (Wieber 1986) (fig. 3).

9Au-delà de Basel/Bâle, vers l’Ouest, débute le Sundgau, prélude à la Trouée de Belfort ou Porte de Bourgogne : un paysage de coteaux, avec d’amples vallons, des petites rivières issues du Jura de Ferrette qui gagnent l’III dont le cours abondant va drainer la plaine d’Alsace. Au total, des formes adoucies dans l’ensemble, mais avec quelques versants raides et des débris de plateaux (Doise 1982/86) (fig. 5).

3. Des sols aux possibilités multiples

10De Konstanz à Mannheim, la vallée du Rhin et ses abords offrent, de par leur relief, de multiples possibilités d’installation et de défense pour les hommes de la Protohistoire, en particulier du Néolithique à la fin de l’Âge du Fer. Dans la perspective d’une économie agro-pastorale, faut-il encore disposer de sols favorables à de telles activités. Dans la région concernée, les formations pédologiques témoignent d’une grande variété (fig. 5,6).

11Sur certains terroirs, le matériel alluvial sableux originaire des Vosges, déposé par de petits ruisseaux en forêt de Haguenau, crée une ambiance humide peu propice à l’agriculture et favorisant plutôt la pâture et la forêt. Dans les Vosges gréseuses et leurs abords, les sols acides sont également pauvres. Sur substrat granitique, la décomposition des roches, le gneiss en particulier, produit des sols plus épais, plus riches que sur les grès et permet aux défrichements de remonter jusqu’à mi-pente. Dans l’ensemble, ces terroirs ne favorisent guère les riches productions céréalières (Jacob 1982/86).

Fig. 7 : Schéma de l’agencement des imités géomorphologiques entre le Rhin et les Vosges aux environs de Strasbourg (d’après Thévenin 1980).

Fig. 7 : Schéma de l’agencement des imités géomorphologiques entre le Rhin et les Vosges aux environs de Strasbourg (d’après Thévenin 1980).

12De Bâle à Mannheim prédominent les formations alluviales liées au cours du Rhin, après qu’une capture le détourna vers le Nord. Au débouché des rivières vosgiennes dans la plaine d’Alsace, existent les cônes alluvionnaires et, plus à l’intérieur du massif, le long des cours d’eau, s’accumulent des dépôts issus des hauteurs environnantes. Ce schéma, valable en général à l’Ouest de l’Ill, change entre cette rivière et les failles bordières de la Forêt-Noire, là où dominent des formations meubles et épaisses qui occupent tout l’espace disponible, à l’exception du Kaiserstuhl et de ses sols volcaniques. Des nuances multiples singularisent ce paysage des Rieds et sa pédologie, en liaison avec les inondations, créant des écosystèmes originaux. Dans les cuvettes ou dépressions humides, existe un sol pauvre, foncé (ried noir). Vers l’Ill, des alluvions plus riches favorisent les prairies grasses (ried gris). Vers l’Est, entre Marckolsheim et Erstein en gros, le ried de transition gris-brun ou brun (ried brun) supporte les terres de labour. Des terrasses le bordent vers le Rhin et un sol riche permet la culture du blé, du maïs, de la betterave et du tabac. Les bords immédiats du Rhin (Ried rhénan ou blond), avec les lacis d’anciens chenaux supportent des bois plus ou moins vastes, avec une extension maximale vers Mulhouse et Saint-Louis (forêt domaniale de la Hardt nord et sud (Doll 1991). L’établissement de cette dernière résulterait d’un assèchement du sol, consécutif à un abaissement de la nappe phréatique, lié à l’érosion.

13Les dépôts alpins de l’ancien cours du Rhin en direction du Doubs recouvrent les dépôts marno-calcaires du Sundgau (fig. 6). Les sols sont dans l’ensemble acides, mais à l’Est et au Nord du secteur existent des loess fertiles ; vers l’Ouest, les loess anciens évoluent en lehm. Des solifluxions de pente mélangent les graviers et cailloutis des flancs de vallées aux marnes et loess. Entre le Bodensee et Bâle, les sols varient aussi quelque peu. Des formations pédologiques sur molasse prédominent entre l’Untersee et Schaffhouse ainsi qu’en Hegau, où existent aussi des alluvions morainiques (Mosimann 1985 ; Leemann, Ellenberg 1973 ; Fitze 1987). Le substrat calcaire est présent de part et d’autre du Rhin, avec prolongement vers le Jura de Ferrette et le Lomont. Il supporte des sols secs ou humides, souvent peu épais, parfois plus développés.

4. Prédominance d’un climat d’abri

14Parmi les éléments qui favorisent l’établissement d’un mode de production agro-pastoral, on retiendra le climat. Malheureusement pour les âges du Bronze et du Fer des régions étudiées, la vallée du Rhin en particulier, l’état actuel des recherches n’autorise guère à formuler des conclusions péremptoires. Cependant, le relief impose des contraintes qui. hier comme aujourd’hui, influèrent sur la vie quotidienne. La plaine d’Alsace et la rive droite du Rhin jouissent d’un climat d’abri, relativement chaud et sec, mais les caractères continentaux subsistent avec des étés chauds et des hivers froids. Sur les hauteurs des Vosges, de la Forêt-Noire et du Palatinat, les pluies sont plus abondantes. Des vents du Nord aidés par un effet de couloir soufflent parfois avec violence et abaissent les températures. À partir de Bâle, la vallée du Rhin, protégée de ces courants, bénéficie de ceux plus humides venus de l’Ouest atlantique, ainsi que les versants occidentaux et septentrionaux du Jura. Le climat continental apparaît dans ce secteur quelque peu atténué, mais ses caractères essentiels s’accentuent en direction du Bodensee.

Fig. 8 : Les unités physiques du Palatinat rhénan (d’après Sehnert-Seibel 1993).

Fig. 8 : Les unités physiques du Palatinat rhénan (d’après Sehnert-Seibel 1993).

15Pour discuter de la nature du climat dans la région entre 800 B.C. et 0, soit en gros pour la fin du Bronze final et l’Âge du Fer, le débat demeure très ouvert, faute souvent d’informations ponctuelles. Il est toujours possible d’extrapoler les données recueillies dans des contrées plus lointaines. En gros, et au vu des variations du niveau des lacs du Jura et des Alpes, une dégradation correspondrait au passage du subboréal au subatlantique, avec une transgression vers 868/388 B.C., reconnue au lac du Bourget (Magny 1992,1993,1995). Ainsi se trouverait plus ou moins confirmée une proposition sur la fameuse dégradation climatique de 800 B.C. (Smolla 1954). Des articles déjà anciens, mentionnaient aussi cette possibilité (Schaeffer 1928). Une augmentation de la pluviosité à la fin de l’âge du Bronze et au Hallstatt ancien déterminerait l’abandon du site de Strasbourg. Plus tard, vers 388 B.C., une pluviosité moindre entraînerait la réoccupation du lieu, vers La Tène moyenne et finale. Doit-on mettre ce fait en liaison avec une régression des lacs alpins et jurassiens vers 400 B.C. (Vogt 1980 ; Thévenin 1980 ; Hatt 1980) ? Les crues du Rhin jouent dans toute la vallée un rôle important, pouvant inonder la plaine alluviale, en liaison avec celles de l’111 et autres affluents vosgiens. Les renseignements manquent également sur les variations de températures. Une étude récente précise quelque peu ces vues générales : une période froide vers 835, culminant vers 775-735 ; entre 575 et 415, l’Europe jouirait d’un climat tempéré avec un refroidissement vers 405-400 ; une phase froide vers 180-140 B.C. succéderait à une phase tempérée postérieure à 250 B.C. (Maise 1996).

16Ces observations précieuses, qu’il importera dans l’avenir de préciser, ramènent à évaluer le système proposé au début (fig. 1). L’exposition (ensoleillement) et la pluviosité y jouent un rôle essentiel en liaison avec les reliefs et les sols. Dans l’ensemble rhénan ici étudié, les modifications éventuelles du climat agirent donc différemment sur les pentes et les surfaces subhorizontales.

5. Une couverture eorestière importante

17La même incertitude plane, quant à la nature exacte de la couverture végétale du couloir rhénan et de ses abords aux âges du Bronze et du Fer. Aujourd’hui, la forêt recouvre la presque totalité des massifs cristallins et gréseux, descendant assez bas sur le flanc des vallées et abandonnant le fond de ces dernières aux cultures ou pâtures. Sur les sommets des Vosges méridionales et centrales, les Hautes Chaumes, espaces herbeux et dénudés, résulteraient d’un défrichement de terrains ventés, à la végétation buissonnante. Dans la plaine d’Alsace, aux grandes surfaces boisées du Sud (Forêt de Nonnenbruch et de la Hardt), succèdent des étendues forestières moins vastes et plus dispersées à partir de la latitude de Colmar. Au-delà, toujours sur la rive gauche, au pied du ressaut gréseux, deux unités importantes, la forêt de Haguenau et le Bienwald, mais d’autres plus restreintes vers Landau, Speyer, Schifferstadt (Sehnert-Seibel 1993). Sur la rive droite, une bande boisée le long du fleuve avec quelques digitations vers Karlsruhe et Heidelberg.

18Si, dans le Sundgau, les boisements demeurent dispersés et de surface modeste, quelques-uns atteignent des dimensions plus importantes (Bois de Hirtzbach, de Bisel), pendant que les futaies couronnent les plis du Jura septentrional et les sommets des collines jusqu’à l’Untersee. Sur la rive droite du Rhin, existe un boisement important sur les retombées du Schwarzwald et du Randen. Du point de vue de la végétation climatique actuelle, la hêtraie-sapinière recouvre Vosges et Forêt-Noire. Pour les Vosges, une hêtraie acidophile hercynienne de type submontagnard et collinaire s’étend vers l’Est, relayée par une chênaie-charmaie existant aussi au pied de la Forêt Noire et du Palatinat (Wieber 1995).

19Ce couvert végétal existait-il sous ces aspects à l’Âge du Fer ? Pour l’instant et comme pour le climat, la documentation témoigne de faiblesses et toute extrapolation est hasardeuse (Richard 1992). Une thèse ancienne prétendait que se manifestait une progression du hêtre et du sapin au Subatlantique. Encore devons-nous tenir compte des extensions des peuplements, des altitudes, de la topographie locale, de l’exposition des versants et des lessivages possibles (Beaulieu et al. 1994). Des investigations récentes aux lac de Seedorf, au voisinage de la région étudiée, livrent une image plus nuancée de la végétation (Richoz et al. 1994). L’action de l’homme joue aussi un rôle important dans l’extension des cultures ou des forêts, ces dernières mises parfois à forte contribution. Des observations faites à la source du Doubs à Mouthe (933 m), peut-être difficilement utilisables dans la vallée du Rhin, attestent une emprise de l’homme importante à la fin du Bronze final et à l’extrême début du Hallstatt, avec par contre une déprise dans la plus grande partie du premier Âge du Fer et début de La Tène (Richard 1994). Dans un site de plaine, le Maudacher Bruch, un marais des environs de Ludwigshafen, existait à la fin de l’âge du Bronze et au début du Hallstatt, une forêt qui recouvrait une haute terrasse du Rhin (Sehnert-Seibel 1993).

6. Des ressources naturelles sans doute nombreuses et peu connues

20Dans le processus d’adaptation de l’homme à son territoire, la présence de ressources naturelles plus ou moins voisines joue un rôle important. Les deux massifs anciens, Vosges et Forêt Noire, au Néolithique déjà, fournirent des roches solides pour la fabrication d’outils, haches ou herminettes (Pétrequin et al. 1993). Le bois ne manquait pas et ne fut pas uniquement utilisé pour les constructions palustres du voisinage (Schlichtherle, Wahlster 1986). Pour les époques protohistoriques, c’est surtout la présence de filons métallurgiques qui présente un certain intérêt.

21Malheureusement, si l’on se réfère aux travaux récents, les gisements reconnus datent surtout du Moyen Age ou de l’époque romaine. Ils recèlent du cuivre, du plomb, de l’argent et du fer, en particulier dans le Sud de la Forêt Noire et dans les Vosges centrales et méridionales (Fluck 1993 ; Zimmermann 1993 ; Goldenberg 1993 : Hoppe et al. 1993). Mais d’autres sites d’extractions, aux matériels semblables, existent à Wiesloch, vers Heidelberg (Hildebrandt 1933). Les ressources en fer ne manquaient sans doute pas dans le Jura Souabe et le Jura franco-suisse, au Nord de ce dernier en particulier dans les secteurs de Porrentruy/Délémont (Quiquerez 1865).

Fig. 9 : Reconstitution graphique de la surface originelle des alluvions rhénanes sur le site de La Tène finale de Basel-Gasfabrik (d’après Rentzel 1994).

Fig. 9 : Reconstitution graphique de la surface originelle des alluvions rhénanes sur le site de La Tène finale de Basel-Gasfabrik (d’après Rentzel 1994).

Fig. 10 : Carte des sites hallstattiens du Breisgau (d’après Klug-Treppe 1995).

Fig. 10 : Carte des sites hallstattiens du Breisgau (d’après Klug-Treppe 1995).

Fig. 11 : Deux sites de hauteur de la vallée du Rhin supérieur : Sasbach « Limberg » et Singen « Hohentwiel » (d’après Hopert 1995).

Fig. 11 : Deux sites de hauteur de la vallée du Rhin supérieur : Sasbach « Limberg » et Singen « Hohentwiel » (d’après Hopert 1995).

7. Quelques évidences

22Le schéma du géosystème (fig. 1) mentionne les interactions possibles de la société sur l’environnement. Le présent survol néglige cet élément ; dans l’avenir, on peut espérer que le recours à l’ordinateur permettra une approche systémique complète pour mieux fixer les étapes de l’adaptation de l’homme préhistorique à son cadre de vie. En attendant, quelques simples observations prépareront ces démarches futures.

23Une évidence : les hauteurs bien protégées ou aisément défendables attirent au Bronze final et à l’Âge du Fer les peuplades rhénanes, qu’il s’agisse de buttes isolées (Hohentwiel, Sasbach), d’éperons (Britzgyberg, Wittnauerhorn) ou de méandres (Altenburg-Rheinau. Neuenburg). Ces reliefs abondent de part et d’autre du Rhin, la plupart du temps réoccupés au Moyen Âge. Ils contrôlaient sans doute, outre un territoire avec villages et hameaux, des voies de passage fréquentées (Münsterhügel, Sissach, Kirchzarten, Tarodunum, Fossé des Pandours à Saverne) (Bittel 1981 ; Klug-Treppe 1995 ; Hoppert 1995). La haute ou moyenne montagne manquerait d’installations défensives (Le Donon ?).

24Certes, des retranchements occupent des positions moins élevées, comme le Hexenberg à Leutenheim, sorte de butte témoin à l’avant d’une terrasse rhénane, à une altitude modeste, mais profitant de la protection de pentes raides.

25Les terrasses rhénanes abritent des installations (villages et hameaux) qui utilisent parfois de légères éminences du sol alluvial en plaine (Rentzel 1994 ; Sehnert-Seibel 1993) (fig. 9). En tout cas, ces installations se tiennent à l’écart des divagations et des crues du Rhin, ou des secteurs trop humides et soumis aux variations de la nappe phréatique, comme sur les Rieds alsaciens (fig. 10 et 11). Quant aux nécropoles, compte tenu des destructions possibles, elles durent être établies sur des terrains peu favorables alors aux cultures (Lasserre, Mombert 1993). Qu’il s’agisse de l’Alsace, du pays de Bade ou du Palatinat, les forêts abritent encore aujourd’hui la majeure partie des tumulus de l’Âge du Fer (Balkwill 1976).

26Il appartiendra aux recherches futures de mieux reconnaître les efforts des hommes pour s’adapter aux paysages et ressources naturelles du Rhin supérieur. Nul doute que les techniques modernes, les SIG/GIS en particulier, faciliteront leur tâche, pour prouver à l’instar de Butzer, que l’archéologie doit être assimilée à une écologie humaine.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BALKWILL C.J., 1976, « The evidence of cemeteries for later prehistoric development in the Upper Rhine valley », Prodeedings of the Préhistoric Society, t. 42, p. 187-213.

BEAULIEU J.-L. de. RICHARD H., RUFFALDI P., CLERC J., 1994, « History of vegetation, climate and human action in the french Alps and Jura over the last 15000 years », Dissertation.es Botanicae, t. 234, p. 253-275 (Festschrift G. Lang).

BITTEL K., 1981, Die Kelten in Baden-Württemberg, Stuttgart, K. Theiss.

BUTZER K.W., 1993, Archaeology as human ecology, Cambridge, Cambridge University Press.

DOISE J., 1986, « Sundgau », Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, p. 71-77.

DOLL D., 1991, « Ried ello-rhénan », in : Les plus beaux sites naturels de la France. Paris, Eclectis, p. 408-410.

FITZE R, 1987, « Neuen Hypothesen zur Bodenbildung auf Quartärablagerungen der Nordostschweiz », Geographica Helvetica, 2, 1987, p. 117-122.

FLATRES P., 1994, « La géographie rétrospective », Hérodote, 74/75, p. 63-69.

FLUCK P., 1993, « Montanarchäologishe Forschungen in den Vogesen », in : STEUER H., ZIMMERMANN U. éds., Montanarchäologie in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 267-289.

GOLDENBERG G., 1993, « Blei-Silber und Kupfergewinnung im Südschwarzwald », in : STEUER H., ZIMMERMANN U. éds., Montanarchäologie in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 231-248.

HATT J .-J., 1980, « Strasbourg romain », in : Histoire de Strasbourg, des origines à nos jours, Strasbourg, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, t. 1, p. 81-82.

HILDEBRANDT L.H., 1993, « Zum mittelalterlichen Blei-Zink-Silber Bergbau südlich von Heidelberg », in : Steuer H., Zimmermann U. éds., Montanarchäologie in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 256-265.

HOPPE A., FOELLNER A., NOELTNER U.T., 1993, « Historischer Erzbergbau im Scharzwald und Schwermetalle in Böden der Staufener Bucht (Südliche Oberrhein) », in : STEUER H., ZIMMERMANN U. éds., Montanarchäologie in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 249-254.

HOPPERT S., 1995, « Die Späthallstatt/Frühlatènezeitliche Siedlung im Gewann « Mühlenzelgle » in Singen am Hohentwiel Kr. Konstanz », in : Fürstensitze, Höhenburgen, Talsiedlungen, Stuttgart, p. 47-56 (Archäologische Informationen aus Baden-Württemberg, 28).

JACOB J., 1986, « Vosges, végétation », Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, p. 7642-7643.

JUILLARD E., 1963, L’Alsace, le sol, les hommes et la vie régionale, Strasbourg, Colmar, Mulhouse.

KLUG-TREPPE J., 1995, « Das hallstattzeitliche Siedlungsbild im Breisgau », in : Fürstensitze, Höhenburgen, Talsiedlungen, Stuttgart, p. 57-65 (Archäologische Informationen aus Baden-Württemberg, 28).

LASSERRE M., MOMBERT M., 19993 « La nécropole protohistorique d’Obenheim, Taspelmatt (Bas-Rhin). Fouilles 1987 et 1988 », R.A.E., t. 44, p. 293-309.

LEEMAMM A., ELLENBERG L., 1973, « Die Würmschotter im Hochrheinabschnitt von Lottstetten bei Koblenz », Geographica Helvetica, t. 28, p. 89-95.

MAGNY M., 1992, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins », in : Le climat à la fin de ľ Âge du Fer et dans l’Antiquité (500 B.C.-600 A.D.), Les nouvelles de l’Archéologie, t. 50, p. 32-36.

MAGNY M., 1993a, « Un cadre climatique pour les habitats lacustres préhistoriques », C.R. Acad, des Sciences, 316, s. II. Paris, p. 1619-1625.

MAGNY M., 1993b, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins et l’histoire du climat au Moyen Age », Histoire et Mesure, n° 8, p. 5-17.

MAGNY M., 1995, Une histoire du climat, Paris, Errance.

MAISE C., 1996, « Zusammenhänge zwischen Klimaschwankungen und Besiedelungentwicklung im I. Jahrtausend vor Christus », Colloque AFEAF Mittelwihr-Colmar, Préprint.

MENILLET F., 1982, « Alluvions » Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, p. 121.

MOSIMANN T. éd., 1985, Böden der Région Basel, (Materialen zur Physiogeographie, 8).

NONN H., 1982, « Géographie physique », Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, p. 128-131.

NONN H., 1986, « Vosges, géographie et géologie » Encyclopédie de l’Alsace, Strasbourg, Publitotal, p. 7641-7642.

PETREQUIN P., JEUDY F., JEUNESSE C., 1993, « Neolithic Quarries, the exchange of Axes and social control in the Southern Vosges », in : SCARRE C., HEALEY F. éds., Trade and exchange in prehistoric Europe, Oxford, Oxbow, p. 45-60.

QUIQUEREZ A., 1865, Note historique et statistique sur les mines, les puits et les forges de l’ancien évêché de Bâle, Porrentruy, Société jurassienne d’émulation.

RENTZEL P., 1994, « Geologische Untersuchungen auf dem Gelände der spätlatènezeitlichen Siedlung Basel-Gasfabrik. Eine erste Bilanz », in : JUD P. éd., Die spatkeltische Zeit am südlichen Oberrhein, Basel, Archäologische Bodenforschung des Kantons Basel-Stadt, p. 49-55.

RICHARD H., 1992, « Les fluctuations de la limite altitudinale de la forêt », in : Le climat à la fin de l’Âge du Fer et dans l’Antiquité (500 B.C.-600 A.D.), Les nouvelles de l’Archéologie, t. 50, p. 38-41.

RICHARD H., 1994, « Evaluation de l’impact de l’homme sur la végétation : l’apport de la palynologie », Histoire et Mesure, t. 9, p. 305-316.

RICHOZ J., GAILLARD M.-J., MAGNY M., 1994, « The influance of human activities and climate on the development of vegetation at Seedorf Southern Swiss Plateau during the Holocene. À cas study », Dissertationes Botanicae, t. 234, p. 423-445 (Festschrift G. Lang).

ROUGERIE G., BEROUTCHACHVIL1, 1991, Géosystèmes et paysages, Paris, A. Colin.

RUDLOFF H. Von, 1967, « Schwankungen und Pendelungen des Klimas in Europa seit dem Beginn des regelmassigen Instrumentenbelachtungen 1600 », Die Wissenschaft, t. 122. p. 65, 84, 122.

SCHAEFFER F.A., 1928, « La question des variations du climat à l’Age du Bronze et du Fer », Bulletin Archéologique, t. 3, p. 451-458.

SCHLICHTHERLE H., WAHLSTER B., 1986, Archäologie in Seen und Mooren, Stuttgart, Theiss Verlag.

SCHWARZBACH M., 1974, Das Klima der Vorzeit. Eine Führung in die Paläoklimatologie, 8. Auflage. Stuttgart.

SCHWEITZER J., 1991 « L’Âge du Fer », in : L’archéologie en Alsace, Zimmersheim, p. 63-75 (APRAA hors série). SEHNERT-SEIBEL A., 1993, Hallstattzeit in der Pfalz. Bonn, R. Habelt.

SMOLLA G., 1954, Der « Klimasturz » um 800 v. CHR. und seine Bedeutung für Kulturentwicklung in Süddeutschland, Stuttgart (Festschrift für Peter Gössler).

SPRATT D., 1987, « Britische Forschungen zu prähistorischen Grenzen und Territorien », Prähistorische Zeitschrift, Bd 67, p. 113-145.

STEUER H., 1993, « Frühe Erzgewinnung und Verhüttung in Europa » in : STEUER H., ZIMMERMANN U. éds., Montanarchäologische in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 11-29.

THEVENIN A., 1980, « Strasbourg à l’époque de la Préhistoire », in : Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 1, p. 68-69.

VOGT H., 1978, « L’agencement des unités géomorphologiques entre le Rhin et les Vosges à la hauteur de Strasbourg », Recherches géographiques à Strasbourg, t. 7, p. 3-16.

VOGT H., 1980, « L’emprise de la géographie », in : Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, Les Dernières Nouvelles de Strasbourg. 1, p. 5-7.

WIEBER J.-C., 1986, « La nature jurassienne », in : BOICHARD J. éd., Le Jura de la montagne à l’homme, Toulouse, Privat-Payot, p. 11-47.

WIEBER J.-C., 1995, « Milieux et ressources », in : BRUNET R., AURIAC F. éds., Atlas de France, Paris, La documentation française, t. 6.

Wolf J.-J., 1994. « L’établissement de La Tène finale de Sierentz. Eléments de la carte archéologique du Haut-Rhin pour La Tène finale », in : JUD P. éd., Die spätkeltische Zeit am südlichen Oberrhein. Basel, Archäologische Bodenforschung des Kantons Basel-Stadt. p. 126-136.

ZIMMERMANN U., 1993, « Untersuchungen zum frühen Bergbau im Südschwarzwald », in : STEUER H., ZIMMERMANN U. éds., Montanarchäologie in Europa, Sigmaringen, Thorbecke, p. 201-229.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Modèles graphiques figurant les interactions dans un géosystème (d’après Rougerie, Beroutchachvili 1991).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 : Carte générale du Fossé rhénan (d’après Vogt 1980).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 3 : Carte générale du Jura et de ses environs (d’après Wieber)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4 : Le contexte géographique du Rhin supérieur à La Tène finale (d’après Wolf 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 5 : Les unités physiques de l’Alsace (d’après Nonn 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 6 : Carte d’extension des alluvions dans le Fossé rhénan méridional (d’après Ménillet 1982).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 7 : Schéma de l’agencement des imités géomorphologiques entre le Rhin et les Vosges aux environs de Strasbourg (d’après Thévenin 1980).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 8 : Les unités physiques du Palatinat rhénan (d’après Sehnert-Seibel 1993).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 9 : Reconstitution graphique de la surface originelle des alluvions rhénanes sur le site de La Tène finale de Basel-Gasfabrik (d’après Rentzel 1994).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 : Carte des sites hallstattiens du Breisgau (d’après Klug-Treppe 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 11 : Deux sites de hauteur de la vallée du Rhin supérieur : Sasbach « Limberg » et Singen « Hohentwiel » (d’après Hopert 1995).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17101/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Franche-Comté,
Les Hirondelles, rue du Bas de la Fin, F- 39600 Port-Lesney

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search