Version classiqueVersion mobile

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’âge du fer

 | 
Suzanne Plouin
, 
Peter Jud

Habitats, mobiliers et groupes régionaux à l’Âge du Fer

Introduction aux Actes du XXe colloque de l’A.F.E.A.F., Colmar – Mittelwihr, 16-19 mai 1996

Alain Daubigney

Texte intégral

1Le XXe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’ Âge du Fer a été organisé par l’A.F.E.A.F., le Musée d’Unterlinden de Colmar et le Service Régional de l’Archéologie d’Alsace. Il n’aurait pas pu se tenir sans le concours financier ou matériel d’institutions qu’il nous faut ici chaleureusement remercier : le Ministère de la Culture (Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Alsace), le Conseil Général du Haut-Rhin, l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg, la Ville de Colmar, la Ville de Riquewihr, le Musée d’Unterlinden, la Maison de l’Archéologie de Niederbronn et la Société De Dietrich de Niederbronn. Le colloque a été accompagné d’une superbe exposition sur le Rhin supérieur entre 800 et 50 avant J.-C., et notamment ses Trésors Celtes et Gaulois. Inaugurée au Musée d’Unterlinden du 16 mars au 2 juin 1996, elle fut transportée ensuite à Fribourg-en-Brisgau (Museum für Ur- und Frühgeschichte), à Bienne (Musée Schwab) et à Lons-le-Saunier (Musée d’Archéologie). L’édition bilingue du catalogue de l’exposition, qui forme plus qu’un complément aux Actes que nous donnons maintenant, ne peut être que recommandée au lecteur. Toute cette entreprise n’aurait pu être réalisée non plus sans un Comité scientifique et d’organisation perspicace, sans la vigilance de Suzanne PLOUIN et de Peter JUD qui ont réuni et préparé les textes des Actes, sans le dévouement de Suzanne PLOUIN qui fut, au quotidien, avec Jean-Jacques WOLF, l’âme et la cheville ouvrière de l’ensemble de l’opération.

2Sans contributions, point de colloque non plus, et, il nous faut, à cet égard, saluer les communicants et les institutions qu’ils représentent. On y retrouve des Universités françaises associées au Centre National de la Recherche Scientifique (Besançon, Brest, Paris IV Sorbonne, Paris X Nanterre, Strasbourg), des Services Régionaux de l’Archéologie (Alsace, Champagne, Lorraine, Picardie), le Service Départemental de l’Archéologie du Haut-Rhin, l’Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales, le Centre de Recherches Archéologiques du Sundgau, le Centre Archéologique de Soissons, le Musée des Antiquités Nationales et bien sûr le Musée d’Unterlinden. On remarquera, parmi les contributions européennes celles qui proviennent de l’Université de Sheffield, de l’Institute of Archaeology d’Oxford ou du Service Archéologique de Prague. L’Allemagne est bien présente au rendez-vous avec les Universités de Düsseldorf (Institut für Anthropologie) et de Fribourg-en-Brisgau (Institut für Ur- und Frühgeschichte, Freiburger Zentrum für Datenanalyse und Modellbildung) ou encore l’Archäologische Dienstleistungen « Terramare » de Fribourg et le Landesdenkmalamt Baden-Württemberg. Parmi les contributions on lira celles, tout également nombreuses, de nos amis suisses représentant le Musée Schwab de Bienne, l’Office du Patrimoine Historique de Porrentruy, les Kantonsarchäologie de Zug et Zurich, l’institut für Zerstörungsfreie Analytik und Archäometrie de Berne, l’Archäologische Bodenforschung et le Seminar für Ur-und Frühgeschichte de Bâle. À la lecture de cette liste, on aura compris que ce XXe colloque de l’A.F.E.A.F. dépassait singulièrement des intérêts alsaciens pour se doter d’une stature internationale.

3Traditionnellement, les colloques de l’A.F.E.A.F. se découpent en deux parties : la première faisant le point de l’actualité de la recherche régionale et la seconde abordant un thème plus transversal et spécialisé. Le colloque de Colmar n’a pas échappé à cette règle et le lecteur lira d’abord dans les Actes ce qui appartient à la zone rhénane de Bâle à Karlsruhe et ensuite ce qui concerne l’apport des habitats et des mobiliers domestiques à la définition des groupes régionaux de l’Âge du Fer. Le lecteur verra en réalité que. bien souvent dans ces Actes, thème régional et thème spécialisé s’entrecroisent, ce qui fonde l’unité d’un ouvrage dans lequel les questions d’ordre territorial sont essentielles. La première partie s’ouvre d’ailleurs par une introduction de J.-P. Millotte sur la géographie de la vallée du Rhin supérieur, les incidences de l’environnement sur l’activité humaine et le rôle décisif du fossé rhénan comme voie de passage et point de fixation de peuplement. Par la suite, un certain nombre d’articles reprendront plus en détail cette problématique fondamentale de l’interaction hommes/milieux. L’ensemble des communications fait part des conditions de découvertes, le plus souvent associées à des opérations préventives et de sauvetage, et aux moyens mis en œuvre, des plus classiques (méthodes diverses de prospection) aux plus sophistiqués (anthropologie, archéométrie) pour traiter l’information.

4Un premier bloc de sept communications porte sur le premier Âge du Fer « régional ». Les quatre premières concernent l’habitat et permettent de dégager certaines caractéristiques sur les implantations, la chronologie et l’évolution du mobilier. Les trois suivantes aborderont les structures funéraires.

5Concernant l’habitat, J. Köninger et A. Billamboz attirent l’attention sur des constructions installées sur un axe naturel de communications (ancien cours du Federbach), attribuables au Hallstatt C et D1, et plus précisément, par la dendrochronologie, à la période comprise entre 721 et 621 av. J.-C. La remarquable conservation du matériel organique dans ce milieu humide du Federsee permet d’obtenir des datations absolues assez exceptionnelles pour l’époque concernée en même temps qu’elle ouvre de nouvelles perspectives d’étude du paléo-environnement. Si l’habitat est en zone humide au Bronze final, il devient franchement terrestre au premier Âge du Fer dans la Suisse septentrionale pour laquelle C. Dunning et U. Gnepf font le point des recherches. Deux grandes phases de développement de l’habitat, qui comprend différents types, peuvent se distinguer avec d’une part le Hallstatt C et D1 et d’autre part le Hallstatt D2 et D3. Le nombre des habitats connus a récemment augmenté mais les auteurs considèrent que l’état des lieux actuel prendra son sens avec les fouilles à venir, un enjeu principal consistant à comprendre la complexité des liens que tissent entre eux ces habitats. Dans le Bas-Rhin, à Lingolsheim, c’est le contenu d’un puits du Hallstatt C qui permet à M. Lasserre de présenter le corpus céramique du début du Hallstatt et de constater que la production connaît finalement une évolution très lente entre le Bronze final IIIb et le Hallstatt D1. Dans le Haut-Rhin, l’exemple de Wolfgantzen, développé par G. Kuhnle, illustre un habitat de plaine non fortifié, du Hallstatt D2-D3. Son intérêt réside principalement dans le mobilier (fibules, céramique tournée ou cannelée...) mis au jour dans les nombreuses fosses et silos associés aux bâtiments. L’habitat renvoie à un contexte princier sur un site proche d’un point de franchissement du Rhin à Breisach. Ceci nous ramène au rôle des échanges comme facteur de différenciation sociale à la fin du premier Âge du Fer dans cette zone de passage si importante qu’est le Rhin.

6L’organisation du peuplement peut se lire à travers les tombes qui sont par ailleurs irremplaçables pour appréhender des questions plus sociales voire sociologiques. C’est ce que montrent A. Heidinger, J.-J. Viroulet et J.-J. Wolf avec la présentation des tumulus de Schlierbach et Sausheim, attribués au Hallstatt C. En Haute-Alsace, tout un chapelet de nécropoles s’étire entre Habsheim et Sierentz, répercutant ainsi le tracé d’un axe antique nord-sud. Dans la mesure où les indices et l’éventualité de tertres attribuables au Bronze moyen sont quasiment absents, on peut penser que cette forte densité des nécropoles consacre une efflorescence du peuplement au Hallstatt ancien. À Schlierbach la sépulture est unique et l’inhumation a été logée dans un caisson en bois. La chronologie, les dimensions de la tombe, le rituel évoquent le cas de Sausheim. À Sausheim, un des deux tumulus fouillés apparaît plus remarquable par la présence d’une épée en fer (Hallstatt C2) qui accompagne le défunt placé au centre de la tombe. Le second, sans sépulture centrale, s’apparente à nombre d’enclos circulaires reconnus en prospection aérienne. K.W. Alt, S. Van Willigen, W. Vach, présentent ensuite la nécropole Hallstatt D1 de Dattingen dans le Bade-Wurtemberg. Quatre tertres y comprennent trente-deux sépultures. L’objet des auteurs est alors de déterminer les relations biologiques entre les individus, pour tenter de révéler des structures de parenté. D’après l’analyse anthropologique, le tumulus II correspond vraisemblablement au cimetière d’une petite entité sociale exogame (famille élargie par exemple).

7La communication de S. Plouin et M. Zehner sur Houssen (Haut-Rhin) comprend la longue durée puisqu’on a affaire ici à un site qui connaît diverses occupations entre le Néolithique récent et le Ier s. ap. J.-C. Il connaît une occupation ponctuelle au début du premier Âge du Fer ; la céramique est abondante et correspond aux productions locales ; l’état de conservation de deux puits permet d’envisager sur place la pérennité de la nappe phréatique. Après une occupation de La Tène ancienne (absence de céramique tournée), La Tène finale (fin C2 et D1) est la période la mieux représentée. La phase D2 correspond à un hiatus, généralement constaté dans la région, tandis que la reprise s’amorce à partir de 40 av. J.-C. et que le peuplement se stabilise à la fin du Ier s. de notre ère. Le site est installé en zone inondable, en lisière du bassin alluvial de l’Ill, ce qui tranche avec des implantations qui, le plus souvent, privilégient les terrasses loessiques. Cette originalité a peut-être à voir avec des activités spécifiques et peut-être temporaires tels que l’élevage, la chasse et la pêche. Cet exemple ouvre, dans tous les cas, un champ de réflexion important sur la diversité des modalités de l’occupation du sol dans la région de Colmar et sans doute bien au-delà.

8À partir de là, on entre dans l’étude plus particulière de La Tène ancienne sur laquelle portent cinq communications qui ont principalement trait à l’habitat.

9Selon B. Röder, jusque dans les années 1960, La Tène ancienne était mal documentée entre le Jura suisse et la forêt de Haguenau. Aujourd’hui, grâce à l’avancée de la recherche, le sud du Rhin supérieur peut être considéré comme une zone de peuplement dense (environ 70 habitats et 130 sites funéraires reconnus). D’après la culture matérielle et les rites funéraires, cet ensemble territorial présente une unité culturelle certaine et suit une évolution historique homogène. Les fouilles conduites en Brisgau et dans le Bas-Rhin (Rosheim), sur des complexes stratifiés, ont livré une céramique abondante qui a fait l’objet d’une analyse archéologique et archéométrique ; celle-ci met notamment en évidence la production et la diffusion d’une céramique tournée. À Singen, au Nord du lac de Constance, et avec S. Hopert, on reste dans la problématique des activités de tranformation et des circuits qu’elles peuvent induire. Les structures (fonds de cabanes, fosses, plaques de cuisson, foyers) et le mobilier (céramique, os, pierre) désignent un quartier artisanal (transition Hallstatt final/La Tène) dans un contexte propice à des relations commerciales dépassant le cadre régional. L’exemple de Alle, dans le Jura Suisse, donné par C. Masserey et C. Joye, à la suite de travaux autoroutiers, est intéressant ; d’abord parce que cet établissement de La Tène ancienne est inédit pour la région et parce qu’ensuite le gisement (2,5 ha, un millier de structures) nous renvoie l’image d’un établissement rural (bâtiment et aménagements divers) où l’activité est à la fois domestique et agricole. C’est une maison et douze fosses que l’on retrouve à Möhlin, à une vingtaine de km de Bâle ; jusque là rien de très nouveau si ce n’était dans la fosse 3 la découverte des restes d’un faon entier et de trois poules et dans la fosse 5 ceux de cinq lièvres. Avec ces dépôts assurément intentionnels et rituels, c’est sans doute un pan de la religion quotidienne qui se découvre avec W. Brogli, P. Jud et J. Schibler.

10Toujours dans le thème régional du colloque, sept articles traitent principalement de La Tène finale, appréhendée sous des aspects diversifiés touchant à la fois à l’habitat et au peuplement, à des productions spécialisées ou aux oppida.

11La Tène moyenne est mal connue dans le Sud de la plaine du Rhin supérieur comme du reste en bien d’autres régions. Les vestiges de La Tène finale y sont plus abondants, avec par exemple le témoignage d’enceintes quadrangulaires et de fana précoces, ce qui ouvre de nouvelles pistes de travail et de réflexion. Mais, selon P. Jud et M. Zehner, les questions en suspens restent ici nombreuses. D’après les auteurs, la région est désormais partagée entre deux ensembles culturels ; on observera alors un changement par rapport à La Tène ancienne (supra). Les opérations de sauvetage conduites par J.– J. Wolf à Sausheim ont permis de reconnaître sur place des occupations datées du Rubané ancien, du Bronze ancien, du Hallstatt et de La Tène finale. L’établissement de La Tène D2 comprend, entre autres, deux puits à eau, qui ont livré de nombreuses fibules, ce qui fait s’interroger sur leur statut global. Deux longs fossés parallèles (environ 300 m) pourraient désigner une enceinte de grande taille. Le choix d’implantation humaine à Sausheim entre dans un schéma connu dans la plaine de la Haute-Alsace, où le lien entre établissement et cours d’eau (limons de débordement) est patent depuis le Néolithique. L’auteur fait remarquer, d’après des observations relatives à la géologie du Quaternaire récent (depuis la fin du Rubané), que la vision d’une plaine plate et monochrome (déterminée par la vision d’aujourd’hui) est à réviser et qu’il faut pour les périodes anciennes y placer au contraire une mosaïque de terres diverses. Cette observation capitale a valeur locale, mais elle pourrait fort bien, à notre sens, être transposée à d’autres contextes de plaine alluviale.

12Si plusieurs centaines de fours de potiers sont connus dans le monde celtique et gallo-romain, il n’en existe pratiquement pas de complets. E. Kern a donc raison de qualifier d’exceptionnels les fours trouvés archéologiquement entiers à Bourgheim (Bas-Rhin), l’un datant de La Tène D2 et l’autre de l’époque romaine. L’étude que l’auteur a menée sur cette catégorie de vestiges l’amène à penser qu’il n’existait en la matière qu’un seul type de four de potier, sans coupole et à tirage vertical, selon un modèle hérité du 4e millénaire dans le Bassin méditerranéen. Avec la production des bracelets en verre on touche à une autre production artisanale, au demeurant de mieux en mieux connue dans La Tène finale depuis de célèbres travaux de référence. En l’occurrence, le travail de H. Wagner consiste à comparer le matériel du Rhin supérieur avec celui des régions voisines, en prenant en compte les types les plus fréquemment trouvés sur les habitats. Dans le Sud du Rhin supérieur dominent les bracelets de couleur pourpre/violet et à section triangulaire, alors que du côté de la Bavière, de l’ex-Tchécoslovaquie et de l’Autriche augmente la proportion de bracelets de couleur bleu et à section en D. Selon l’auteur, de telles remarques permettent d’avoir des indications sur les lieux de production, les limites de séparation entre groupes culturels, et, ajouterons-nous, sur la chronologie des productions et des consommations locales. Le numéraire celtique du Rhin supérieur offre un champ d’exploration un peu similaire pour A. Burckhardt, qui développe des analyses métallographiques fondées sur la spectrométrie par fluorescence X à énergie dispersive. La méthode permet de mieux déterminer l’origine des fabrications (reconnaissance de lots semblables), de mieux assurer leur chronologie et de mieux comprendre leur circulation. Ce dernier point suppose une étude transfrontalière (Bade, Haut-Rhin, Suisse) et l’ensemble renouvelle la problématique de la cité rauraque. L’article précédent pose en creux la question des pouvoirs émetteurs, des lieux qui contrôlent les mines, des échanges et des sites et méthodes de production du métal. Sur de telles questions et d’autres, S. Schreyer et B. Hedinger apportent le cas de l’oppidum de Rheinau-Altenburg, dans le canton de Zurich, à La Tène D2. Enfin, le Fossé des Pandours, principal oppidum de La Tène en Alsace, est présenté par S. Fichtl. L’oppidum est localisé au col de Saverne (Bas-Rhin), chez les Médiomatriques. Son murus gallicus se distingue par son parement en blocs taillés. L’âge d’or de ľoppidum se situe à La Tène D1 ; son importance demeure au début du Ier s. av. J.-C. puis il décline au profit de Metz, parallèlement à la disparition des grands oppida d’Allemagne du Sud.

13Une quinzaine de communications portent maintenant sur le thème spécialisé du colloque et leur objectif est de définir des groupes régionaux par le biais des habitats et du cadre domestique. Les quatre premières proposent une réflexion générale sur les critères à prendre en compte, sur le comment et le pourquoi d’une telle approche.

14À partir d’une critique des sources sur l’habitat, O. Buchsenschutz s’interroge sur ce qui peut caractériser la civilisation celtique, vue sous l’angle de l’habitat. Le matériau principalement utilisé est le bois. L’architecture sur supports plantés présente des charpentes complexes. L’habitat est dispersé et l’unité d’habitation comprend généralement plusieurs bâtiments, à fonctions différentes, juxtaposés ou enfermés dans un enclos. L’ensemble de la population, quel que soit le niveau social, réside dans ces fermes. Ce n’est qu’à partir du IIe s. av. J.-C. que se développe un habitat groupé, d’abord sous la forme d’agglomérations artisanales puis sous celle de centres urbains. J. Collis s’interroge quant à lui sur le mode de questionnement des petits ou des grands groupes régionaux de l’Âge du Fer. Au XIXe s., on a tenté de les déterminer à partir de la céramique ou des types métalliques communément employés. Il propose maintenant d’explorer d’autres voies et de tenir compte d’autres facteurs : l’organisation sociale, la production, les échanges, l’habitat et l’organisation de l’espace. C’est précisément ce dernier point qui retient surtout M. Chytracek. Il part d’une évaluation critique des tombes, des établissements, fortifiés et non fortifiés et de leurs relations spatiales. Ainsi, au Bronze final et au premier Âge du Fer, on pouvait discerner deux grandes aires culturelles en Bohême. À partir du Hallstatt, la Bohême, et notamment sa partie sud-ouest, se rattachera à l’aire de formation de la civilisation laténienne. Pour L. Olivier, c’est l’obsession des origines nationales qui a motivé une archéologie ethnique pan-germanique en quête de groupes culturels ou ethniques. Cette perpective a nourri les idéologies nazie et fasciste. Elle se fonde sur l’hypothèse discutable que les vestiges archéologiques témoignent directement de l’identité des peuples et que l’évolution culturelle suit une dynamique linéaire.

15Quatre communications s’appuient essentiellement sur les formes de l’habitat pour souligner quelques tendances lourdes. L’analyse typologique, fonctionnelle et chronologique de nombreuses données recueillies en Lorraine sur l’habitat de l’Âge du Fer (214 habitats connus) permet à J.-Ch Brénon et à ses collègues de proposer un modèle régional d’évolution. En l’occurrence, le point fondamental tient dans la transformation profonde qui s’opère entre le premier et le deuxième Âge du Fer. Au premier Âge du Fer (et dans la suite du Bronze final, ajouterons-nous) le modèle est celui de la ferme isolée, déplacée cycliquement sur le territoire ; les enclos commencent à se développer. O. Nillesse caractérise les établissements gaulois de la plaine de Luçon dans le sud de la Vendée. Les fouilles répétées de systèmes d’enclos lui permettent de saisir le mouvement de fond que suivent les unités agricoles au cours du deuxième Âge du Fer. C’est progressivement que se regroupent au sein d’un même établissement, l’habitat, une zone à vocation domestique et l’enclos à bétail. Cette hypothèse sera à confronter avec les résultats obtenus par l’archéologie préventive. P. Galliou et B. Cunliffe réfutent pour leur part la thèse selon laquelle il n’y aurait pas d’oppida dans l’ouest de la Gaule. En Armorique, au contraire, les cas de Ploulec’h ou de Saint-Malo, montrent l’existence d’établissements fortifiés à La Tène finale. Leur apparition est liée au développement des échanges avec la Bretagne insulaire avant et après la conquête romaine.

16Le bloc restant comprend six communications qui ont pour point commun de partir principalement de catégories matérielles.

17A. Villes s’interroge sur la limite méridionale du Jogassien et du Marnien. Avec le Hallstatt final et le début de La Tène, l’Aube et la Haute-Marne se rattachent à la Bourgogne. Mais, vers 450, l’ancien domaine vixéo-jogassien se divise et le nord de la zone entre dans le Marnien d’après certains aspects des rites funéraires et surtout les bijoux et les armes. C’est par le biais du mobilier métallique que J.-P. Guillaumet discute de leur acception régionale. Par exemple, les boutons à bélière ne renseignent que sur leur lieu d’origine et leur diffusion. Les représentations animalières semblent à l’inverse témoigner de relations privilégiées entre tel peuple et tel animal. Les lances échancrées et les clavettes de char ont partout le même usage mais leurs différences de rendus traduisent bien des identités régionales. Pour Ph. Barral, la céramique de La Tène finale répercute des faciès régionaux identifiables sur l’ensemble bourguignon et ses marges. Ces faciès sont au demeurant d’importance géographique variable et peuvent s’emboîter. De grands ensembles cohérents concernent les façades est et ouest du pays éduen alors qu’à l’intérieur de ceux-ci peuvent se discerner des unités économiques et culturelles d’assise territoriale plus limitée, comme par exemple le pays mandubien. Avec Cl. Pommepuy, c’est le matériel de mouture qui est compris comme un marqueur régional. En effet, l’étude typologique des meules rotatives trouvées dans la vallée de l’Aisne, comparée à d’autres ensembles du monde celtique, montre (outre une évolution de ce matériel dans les deux siècles av. n. è.) la variabilité des formes et des mécanismes, la spécificité des adaptations locales et, en la circonstance, l’originalité qui touche les Rèmes et les Suessions. On reste chez ces deux derniers peuples avec P. Pion qui, lui, s’intéresse au monnayage. Après un réexamen critique du matériel numismatique, débouchant sur de nouvelles attributions, l’auteur parvient à l’idée que la création du monnayage d’or de style belge, dont le statère est l’étalon, représente la première tentative d’intégration monétaire à l’échelle régionale dans le nord de la Gaule. On aurait là quelque chose de comparable à la zone du denier dans le Centre-Est de la Gaule. Ce système belge, auquel César peut faire référence, se serait mis en place par étape à partir de la fin du IIe s ou au début du Iers. av. J.-C. à l’instigation des Rèmes et des Suessions et dans le respect de leurs aires d’influence respectives. Enfin, toujours à propos de la Gaule septentrionale au deuxième Âge du Fer, on terminera avec P. Méniel à propos d’éventuelles régions d’élevage. L’étude des restes animaux permet de connaître la morphologie du cheptel et même les pratiques d’élevage. Néanmoins, pour l’auteur, beaucoup de problèmes restent à régler avant de parvenir à définir des entités régionales. En effet, les différences que l’on observe à l’échelle du Nord-Ouest semblent surtout refléter les contraintes de l’environnement. L’analyse des villages, comme Acy-Romance, montre aussi l’ampleur des variations au sein d’un même site. Il conviendra donc pour l’avenir de prendre en compte des sites de nature différente (fermes, hameaux, oppida...) et de mesurer leurs relations à l’échelle des terroirs.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search