Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Deuxième partie. Recherches récentes en peinture romaine

Luxe et représentation du luxe dans la peinture murale romaine au ier siècle ap. J.-C.

Eva Dubois-Pélerin

Texte intégral

1De nombreuses peintures des Troisième et Quatrième styles représentent des villas dans un cadre champêtre, principalement en bord de mer : comme par exemple, cette peinture qui provient du tablinum de la Casa della Venere in conchiglia à Pompéi (II 3, 3).

  • 1 « Partout où l’on verra sourdre un filet d’eau chaude, de nouvelles maisons de luxe surgiront. Part (...)

2Il convient tout d’abord de souligner le fait que la villa maritime est, pour les Romains de la fin du Ier siècle avant J.-C. et le début du Ier siècle après J.-C., la construction typiquement luxueuse. Les auteurs moralisateurs de l’époque comme Salluste (Catil., XX, 11-12), Horace (Odes, III, 33-36), Sénèque le Rhéteur (Controv., II, 1, 13) ou Sénèque le Philosophe condamnent de telles constructions : Ubicumque scatebunt aquarum calentium venae, ibi nova deversoria luxuriae excitabuntur. Ubicumque in aliquem sinum litus curvabitur, vos protinus fundamenta iacetis nec contenti solo nisi quod manu feceritis, mare agetis introrsus.1

  • 2 Sénèque le Rhéteur, Controv., II, 1, 13.

3Les villas maritimes sont condamnées particulièrement parce qu’elles apparaissent comme antinaturelles : c’est-à-dire que l’homme va remblayer la mer à grands frais, construire des digues, donc modifier la nature, la dominer, lui faire violence pour les construire. Et en fin de compte ces villas ne seront que de pâles imitations de la nature réalisées au prix d’une destruction des paysages naturels2. La destruction de la nature qu’entraîne le luxe est un topos récurrent dans la littérature. Et les petits tableaux représentent effectivement de telles villas maritimes construites artificiellement sur des môles et partiellement sur l’élément liquide comme la villa de Manilius Vopiscus décrite par Stace, les bâtiments se répartissant sur les deux rives d’un fleuve et étant reliés par un bâtiment ou un portique traversant son cours :

Alternas servant praetoria ripas

  • 3 « Les palais alternent sur les deux rives, sans avoir à se plaindre que la limite du fleuve les arr (...)

Non externa sibi fluviorum opstare queruntur.3

4La villa de Pollius Felix est à étages et formée de plusieurs ailes à orientations diverses ; depuis la mer un portique rejoint le bâtiment principal (II, 2, vers 30). L’une et l’autre villa possèdent un jardin, comme sur les représentations picturales.

5À la fin de la République, la villa est devenue, plus que la domus, le symbole de la richesse privée ; et c’est avec Cicéron que l’on se rend compte combien la villa est devenue le signe de la réussite sociale et politique. Cicéron rapporte, dans De legibus (III, 30), que Lucullus, s’étant vu reprocher sa villa-musée de Tusculum, objecte que ses voisins, « gens d’ordre inférieur », un affranchi et un chevalier, affichent le même luxe. Les villas ont un double rôle vis-à-vis de leur propriétaire : à la fois contribuer à leur statut social, mais aussi être le cadre idéal où s’adonner à leur otium. De plus, le luxe peut se déployer dans les villas avec une plus grande liberté que dans la domus, parce qu’il y dispose de surfaces plus vastes et surtout qu’il s’y trouve à l’abri de « la surveillance sociale ».

6Or, à la fin du Ier siècle, on remarque dans la littérature une acceptation de ces villas, qui ne sont plus l’objet de critiques. Martial, Stace et Pline le Jeune célèbrent les riches villas et les décrivent avec complaisance.

  • 4 « Plus vous étendrez vos portiques, plus vous élèverez vos tours, plus vous développerez vos bâtiss (...)

7Un des éléments architectoniques typiques de ces constructions luxueuses est le portique, comme le souligne Sénèque : Quo longiores porticus expedierint, quo altius turres sustulerint,… quo maiori mole fastidia cenationum subduxerint, hoc plus erit, quod illis caelum abscondat. In eam te regionem casus ejecit, in qua lautissimum receptaculum casa est... ?4

  • 5 « Il s’est retiré au-delà du Tibre dans ses jardins, où il a pris un vaste espace pour ses immenses (...)

8De même, Pline le Jeune qualifie de sumptuosus un personnage qui possède une demeure avec jardins et portiques : Tenet se trans Tiberim in hortis, in quibus latissimum solum porticibus immensis, ripam statuis suis occupavit, ut est in summum avaritia sumptuosus…5

9Ce personnage sait donner à son avarice l’apparence du faste et celui-ci semble se mesurer à la taille de ses portiques.

10Dans les représentations de villas, le portique à un ou deux étages constitue la façade de la construction. Il est l’élément visuel essentiel, parfois développé à outrance. Il est inhérent à la villa et l’élément architectonique distinctif de cette dernière.

  • 6 « Pour en faire connaître l’étendue et la magnificence, il suffira de dire... qu’elle était si larg (...)

11Nous devons souligner l’importance du portique dans la villa de Poppée à Oplontis (fig. 1). Elle possédait sans doute deux porticus triplices en façade avec en avancée le propylon de la salle (n° 21). Une peinture conservée au Musée National de Naples (MN 9406) représente une telle façade de villa avec une porticus triplex et au centre une avancée de six colonnes. C’est également de tels portiques qui caractérisaient le luxe de la Domus Aurea selon Suétone : De cujus spatia atque cultu sufficerit hoc retulisse : ... tanta laxitas, ut porticus triplices milliarias haberet ; item stagnum maris instar...6. Nous notons donc le rapprochement entre la Domus Aurea et une villa maritime.

  • 7 XVII, 6 ; XXXVI, 3 ; XXXVI, 7 ; XXXVI, 8 ; 45 ; 114.

12Ce qui devait constituer le premier étage du pavillon oriental de la Domus Aurea présente une porticus triplex ornée en son centre de nymphées (fig. 2). Par conséquent, le portique apparaît dans les représentations picturales ou les descriptions littéraires comme l’élément architectonique indispensable à la demeure ou villa luxueuse. Mais de tels portiques seront de préférence parés de colonnes de marbre comme en témoignent les sources littéraires. Trimalcion, homme aux goûts de luxe, possède ainsi une maison avec deux portiques de marbre (Satiricon, 77). Il dit lui-même que sa maison est un vrai temple, sans doute en raison des colonnes de marbre. Dans les livres de Pline l’Ancien, les colonnes de marbre apparaissent à plusieurs reprises comme des éléments significatifs du décor luxueux7. Chez les auteurs du Ier siècle après J.-C., le nombre des colonnes de marbre est le révélateur de l’étendue du luxe. Plus elles seront nombreuses, plus la maison sera luxueuse.

  • 8 « …que de colonnes qui ne portent rien, et que l’on a plantées là par besoin de dépense, pour le dé (...)

13D’ailleurs César, d’après Cicéron (Ad Atticum, XIII, 6, 1), taxa les colonnes des maisons de l’impôt ainsi appelé columnarium. Cette mesure montre à elle seule l’importance que revêtait le nombre de colonnes dans l’exaltation de la richesse. Sénèque ne manque pas de condamner l’inutilité des colonnes qui ne jouent aucun rôle architectonique de soutènement dans la construction et qui ne sont là que pour le décor, donc pour un faste condamnable : ... quantum columnarum est nihil sustinentium, sed in ornamentum positarum impensae causa !8. Dans l’évocation de la demeure de Violentilla par Stace, les innombrables colonnes révèlent la puissance du propriétaire (Silv., I, 2, 144-148) et celles du palais de Domitien placent l’Empereur à l’égal d’un dieu (Silv., IV, 2, vers 18-20).

14C’est une multitude de colonnes que présente le décor de l’atrium toscan de la villa de Poppée à Oplontis (fig. 1, n° 5) : cette décoration spectaculaire du Deuxième style est une imitation de façade de palais hellénistique, rythmée par une multitude de colonnes disposées devant des parois à saillants et à rentrants. De différents types, elles sont d’une hauteur inhabituelle et surtout, détail important, elles semblent être d’albâtre.

15Or, nous savons par les sources littéraires que les colonnes en albâtre furent introduites tardivement à Rome, vers le milieu du Ier siècle avant J.-C. (PLINE l’Ancien, H.N., XXXVI, 59). En 13 avant J.-C., lorsque Cornélius Balbus plaça quatre petites colonnes de ce marbre dans son théâtre, cela parut prodigieux (Ibid., H.N., XXXVI, 60). Par conséquent, au moment de la réalisation du décor de l’atrium de la villa de Poppée, les colonnes d’albâtre devaient représenter un grand luxe. Les données archéologiques témoignent d’ailleurs de la rareté des colonnes en marbre.

16Une seule maison de Pompéi conserve encore aujourd’hui une colonnade de marbre : il s’agit des praedia de Iulia Felix (II, 4) qui possèdent un portique de 35 mètres de long avec seize piliers de marbre blanc, piliers très fins (13 x 24 cm). Deux autres maisons de Pompéi présentaient sans doute des colonnades de marbre : la maison VIII (2, 18-20) et la Casa a cinque piani (VIII, 2, 14/16), puisque les rapports de fouilles de 1893 mentionnent des fragments de colonnes et de chapiteaux de marbre.

17En dehors de Pompéi, ce sont les villas :

  • celle de Poppée à Oplontis, dont le portique (fig. 1, n° 60) possédait des colonnes en cipolin à chapiteaux corinthiens en marbre blanc.

  • la villa Sora de Torre del Greco ;

  • la villa dell’Epitaffio ;

  • la villa de l’île de Giannutri ;

  • la villa de l’île de Giglio.

Fig. 1. Oplontis. Villa de Poppée

(TESSARO PINAMONTI, 1984, fig. 6).

Fig. 2. Rome, Domus Aurea. Étage supérieur de l’aile orientale

(FABBRINI, 1982, plan 1).

18Bien sûr, ces maisons ne devaient pas être les seules à posséder des portiques aux colonnes de marbre ; ces dernières ont dû être récupérées ou dégradées et disparaître au cours des siècles.

19Une grande partie des maisons de Pompéi conserve cependant leur colonnade originale, qui s’avère être en tuf ou en briques, recouvertes souvent de stuc et façonnées de manière à donner l’illusion de vraies colonnes cannelées de marbre. Mais la rareté des colonnes de marbre à Pompéi peut s’expliquer par un fait important : au moment de l’éruption volcanique, la standardisation des colonnes ne devait pas être encore suffisamment développée. Il fallait sans doute passer une commande particulière pour obtenir des colonnes de marbre, ce qui devait coûter bien sûr plus cher encore que des colonnes qu’on aurait pu trouver en stock. Même les propriétaires les plus riches de Pompéi ne devaient pas avoir les moyens de s’offrir des colonnes de marbre achetées sur commande. Mais si nous étudions les plans des différentes maisons de Pompéi, nous remarquons toute l’importance du nombre des colonnes dans les péristyles, même si elles ne sont pas de marbre. La Casa del Citarista (I, 4, 5-25) (fig. 3), par exemple, possède trois péristyles : un premier de 270 m2 avec vingt colonnes (n° 32), un second de 360 m2 avec dix-sept colonnes (n° 17), et un troisième de 270 m2 avec seize colonnes (n° 56). De même, la Casa di Epidius Rufus (IX, 1, 22) possède un atrium corinthien avec pas moins de seize colonnes, au lieu des quatre habituelles.

Fig. 3. Pompéi. Casa del Citarista (I, 4, 5-25)

(DE VOS, 1988, p. 87).

20Nous constatons en fait que pour le même nombre de mètres carrés dans un péristyle, le nombre de colonnes varie sans aucun respect des canons architecturaux. Les propriétaires cherchaient à placer le plus grand nombre de colonnes possible dans leur péristyle, sans doute parce qu’elles étaient le signe révélateur de leur richesse, confirmant les propos de Sénèque.

21La colonnade est incontestablement un signe de puissance sociale et les colonnes recouvertes de stuc devaient donner l’illusion du luxe. Cette illusion du luxe se retrouve d’ailleurs dans les peintures murales qui représentent des colonnes de marbre. Par exemple, la peinture de la pièce (M) de la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale, conservée au Metropolitan Museum de New-York, représente sans doute une villa imaginaire et idéale composée de petits édifices et, couronnant le tout, une haute et longue colonnade. Cette longue colonnade peut faire penser à celle d’un temple, mais la barrière nous dissuade d’une telle interprétation. Nous avons déjà noté le parallèle, souvent établi dans la littérature, entre la demeure luxueuse à colonnade de marbre et les temples.

22Au passage, nous remarquons la porte d’entrée de ce palais imaginaire dont les deux battants et les pilastres seraient incrustés, peut-être, d’écailles de tortues (ANDERSON, 1987, p. 21). Il est vrai que Lucain atteste l’existence de portes incrustées d’écailles de tortues :

  • 9 « Cléopâtre, avec un bruyant fracas, déployait un luxe dont Rome n’avait pas encore eu l’idée... su (...)

Explicuitque suos magno Cleopatra crebro maculas distincta tumultu
Nondum translatas Romana in saecula luxus…
Et suffixa manu foribus testudinis Indae Terga cedant, smaragdo.9

23Mais on peut également songer à du bois précieux, tel que le thuya par exemple, bois très recherché que les Romains faisaient venir de Maurétanie et qui était en voie de disparition à l’époque de Pline l’Ancien. Ce dernier rapporte que l’on imitait le thuya avec de l’écaille de tortue (H.N., XIV, 233).

24Ce qui nous intéresse ensuite dans cette peinture, c’est la représentation de ces colonnes rouges, peut-être de marbre, sur lesquelles s’enroulent des feuillages dorés générant des fleurs dont les boutons sont des gemmes. Une telle colonne parée de gemmes est représentée sur la peinture de la pièce 14 de la villa de Poppée à Oplontis (fig. 1, n° 14). La couleur jaune suggère qu’il s’agit d’une colonne en or. H. Eristov a déjà établi un parallèle entre une telle représentation et la description que fait Athénée (Deipn., XII, 538-539) (ERISTOV, 1994, p. 233) du pavillon d’Alexandre à Suse : pavillon avec colonnes dorées, argentées et incrustées de gemmes. Diodore de Sicile rapporte de même que la chambre funéraire d’Alexandre était soutenue par des colonnes ioniques en or sur lesquelles s’enroulaient des sarments d’acanthes jusqu’à leur sommet (XVIII, 27, 2).

25Un fragment de la voûte du nymphée de la Domus Transitoria se trouvant sous la Domus Flavia présente des gemmes de pâte de verre bleue imitant des lapis-lazuli, au centre de délicats motifs végétaux dorés (DE VOS, 1990, p. 171). Mais nous devons surtout rapprocher ces représentations de colonnes parées de gemmes des découvertes faites dans les Horti Lamiani, jardins impériaux situés sur l’Esquilin à Rome. Ce complexe des Horti Lamiani fut découvert en 1879 et est décrit ainsi par R. Lanciani : « J’ai vu une galerie de 79 mètres de long, dont le pavement était constitué des plus rares et coûteuses variétés d’albâtre et dont le plafond était soutenu par vingt colonnes cannelées en occhio di pavone, posées sur des bases dorées. » (Fascino di Roma antica, p. 156).

26Ces bases de colonnes dorées ne sont pas sans rappeler celles représentées sur les peintures.

27Le nymphée appartenant à la Domus Transitoria, découvert sous le triclinium de la Domus Flavia, présentait également des colonnes en porphyre et serpentin avec des bases et chapiteaux en bronze doré. D’autres découvertes attestent de l’existence d’éléments de décor en bronze doré. Ainsi, au moment de la découverte des épaves des navires de Nemi, auraient été mis au jour des petits fragments de décoration en bronze doré et en argent (CIMA, 1986, p. 127). Des fragments de corniches en argent seraient effectivement conservés : il s’agit de baguettes moulurées de 8 et 30 cm de long par 2 de large (UCELLI, 1950, p. 199). Or, dans ces Horti Lamiani fut également découvert en 1879 un trésorexceptionnel composé entre autres d’un nombre important de décors de bronze doré enchâssés de pierres précieuses et semi-précieuses telles que des améthystes, grenats, péridots, lapis-lazuli, chalcédoines, cornalines, saphirs. Ces décors sont soit des bandes rectilignes de longueur diverse, soit des motifs végétaux de ramification d’acanthes rappelant les motifs qui ornent les colonnes (fig. 4). D’après l’étude qui en a été faite, de tels décors pouvaient très bien faire partie d’une décoration pariétale. Cette découverte atteste la vraisemblance de la description de la Domus Aurea faite par Tacite et Suétone. Ces deux auteurs rapportent que la Domus Aurea était décorée d’or et de gemmae, mais n’oublions pas que gemma peut désigner aussi bien une pierre précieuse ou semi-précieuse qu’une gemme de pâte de verre.

Fig. 4. Horti Lamiani, décor végétal en bronze doré avec gemme incrustée

(tiré de SOMMELLA, SALVETTI dir., 1994, fig. 28).

28La littérature et les découvertes archéologiques attestent donc l’existence de décors luxueux parés ou incrustés de gemmes que l’on retrouve sur les peintures murales.

29En conclusion, je souhaite attirer votre attention sur un fragment d’obsidienne conservé au Metropolitan Muséum de New-York (Inv. n° 1917.17.194-2360) : il s’agit d’un fragment plat qui présente un décor en creux composé de feuillages avec une grappe de fleurs ou de raisins. Deux lignes en creux soulignent cette bande de décor. Ce fragment date du Ier siècle après J.-C. et pourrait provenir d’un panneau de revêtement mural. Les décors en creux pouvaient très bien, selon moi, accueillir des incrustations en or ou en pierres semi-précieuses telles que la malachite, lapis-lazuli, corail comme l’attestent les quatre coupes d’obsidienne retrouvées dans les thermes de la Villa San Marco à Stabies. Une autre coupe en obsidienne est conservée au Musée National de Naples sans numéro d’inventaire. Elle présente un même motif de pampres en fil d’or, de grains de raisin en corail, de feuilles en malachite. Ce fragment du Metropolitan Muséum atteste donc peut-être de l’existence de décors pariétaux en marbre ou obsidienne incrustée de fils d’or et de pierres semi-précieuses.

Bibliographie

Bibliographie

ANDERSON M. L., 1987, Pompeian frescoes in the Metropolitan Museum of Art, New-York (Bulletin of the Metropolitan Muséum of Art).

CIMA M., 1986, « Il prezioso arredo degli Horti Lamiani », in : Le tranquille dimore degli dei : la residenza impériale degli Horti Lamiani, Catalogue de l’exposition Roma Capitale, 1870-1911, Campidoglio, Palais des Conservateurs à Rome, Venise, p. 105-144.

DE VOS A., DE VOS M., 1988, Pompei, Ercolano, Stabia, Rome-Bari.

DE VOS M., 1990, « Seneca, Fabulo e la Domus Transitoria al Palatino », in : Gli Horti Farnesiani su ! Palatino, Roma Antica, 2, Rome, p. 167-186.

ERISTOV H., 1994, Les éléments architecturaux dans la peinture campanienne du IVe style, 256 p., 170 fig., 8 pl., Rome (Collection de l’École Française de Rome, 187).

FABBRINI, 1982, «Domus Aurea. Il piano superiore del quartiere orientale », in : Atti della Pontifica Accademia romana di archeologia, serie III, p. 2-54 (Memorie, XIV).

LANCIANI R., 1986, Fascino di Roma Antica, 2e éd., Rome.

SOMMELLA M., SALVETTI C. dir., 1994, Antiquarium comunale : storia di un museo romano e delle sue raccolte archeologiche, Roma, Fratelli Palombi.

TESSARO PINAMONTI A., 1984, « Rapporti fra ambiente naturale ed ambiente architettonico nella villa romana del I sec. d. C. in Italia », Rivista di archeologia, VIII, p. 48-67.

UCELLI G., 1950, Le navi di Nemi, Rome.

Notes

1 « Partout où l’on verra sourdre un filet d’eau chaude, de nouvelles maisons de luxe surgiront. Partout où s’ouvrira le moindre golfe dans un repli du rivage, à l’instant vous bâtirez et, n’étant satisfaite, que sur un sol artificiel votre ouvrage, vous renverrez la mer sur elle-même. » (Epist., XIV, 89, 21).

2 Sénèque le Rhéteur, Controv., II, 1, 13.

3 « Les palais alternent sur les deux rives, sans avoir à se plaindre que la limite du fleuve les arrête. » (I, 3, 25-26).

4 « Plus vous étendrez vos portiques, plus vous élèverez vos tours, plus vous développerez vos bâtisses,…plus vous surchargerez les plafonds de vos salles à manger, et plus vous aurez fait pour vous cacher le ciel. Votre mauvais sort vous relègue-t-il dans un pays dont le plus somptueux logis soit une cabane ? » (Cons. Ad Helv. IX, 2).

5 « Il s’est retiré au-delà du Tibre dans ses jardins, où il a pris un vaste espace pour ses immenses portiques, la rive pour ses statues, car il sait unir la magnificence à la lésine... » (Ep., IV, 2).

6 « Pour en faire connaître l’étendue et la magnificence, il suffira de dire... qu’elle était si large qu’elle avait des portiques à trois bras et d’un mille de longueur ; un étang pareil à une mer... » (Nér., 31, 1-4).

7 XVII, 6 ; XXXVI, 3 ; XXXVI, 7 ; XXXVI, 8 ; 45 ; 114.

8 « …que de colonnes qui ne portent rien, et que l’on a plantées là par besoin de dépense, pour le décor. » (Ep., 86, 7).

9 « Cléopâtre, avec un bruyant fracas, déployait un luxe dont Rome n’avait pas encore eu l’idée... sur les portes, la main de l’ouvrier avait appliqué en relief l’écaille de tortue de l’Inde : dans chacune de ses taches étincelait une émeraude. » (Bellum civile, X, 109-110 et 120-121).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Oplontis. Villa de Poppée
Crédits (TESSARO PINAMONTI, 1984, fig. 6).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2. Rome, Domus Aurea. Étage supérieur de l’aile orientale
Crédits (FABBRINI, 1982, plan 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. Pompéi. Casa del Citarista (I, 4, 5-25)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Horti Lamiani, décor végétal en bronze doré avec gemme incrustée
Crédits (tiré de SOMMELLA, SALVETTI dir., 1994, fig. 28).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Docteur en histoire antique, associée au CNRS – 6, avenue des Gobelins, 75005 Paris.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search