Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Deuxième partie. Recherches récentes en peinture romaine

Un cas d’assemblage de fragments de peinture murale provenant d’une fouille archéologique

Stefano Pulga

Texte intégral

1Avec cette contribution, je voudrais parler des doutes qu’un restaurateur éprouve devant un ensemble de fragments de peinture murale provenant d’une fouille, surtout si le prélèvement est déjà ancien et ses conditions loin d’être idéales. Il m’est arrivé de me voir confier un ensemble de fragments d’enduit peint qui avait somnolé pendant des années dans les réserves d’un musée. Il s’agit des fragments de peinture murale romaine provenant de la zone appelée « Brut fund », dans la ville de Vercelli. Lors de la construction d’un bâtiment, la pelle mécanique a heurté des structures. Pensant à une ancienne canalisation, l’ouvrier a dégagé avec son engin une vaste zone, mettant au jour le périmètre d’une pièce. C’est seulement à ce moment-là que les archéologues ont été appelés. Jusqu’ici, il s’agit d’un cas classique.

L’aire du « brut fund »

2Le niveau de la zone de fouille est actuellement un des plus bas de la ville, et elle est inondée régulièrement lors des pluies. Les conditions de fouille étaient donc très difficiles. En dépit de cela, les archéologues ont dégagé les restes de quatre pièces d’une domus romaine. Il s’agit de locaux aux sols en opus signinum et aux décorations de marbre polychrome. La plus grande partie du matériel qui couvrait ces restes avait été déplacée, broyée et retournée dans le passé, ce qui avait perturbé les relations stratigraphiques et physiques des fragments de peinture murale tombés des parois. Les pluies et les inondations avaient, en plus, compacté les fragments dans une gangue argileuse.

3Le personnel de la Surintendance Archéologique de Turin a donc dû prélever le matériel dans des conditions désastreuses. L’humidité, la fragmentation des restes, leur extrême fragilité, unis au manque de temps, ont poussé les responsables à prélever les fragments « en motte», c’est-à-dire pris dans l’argile qui les contenait (SPAGNOLO GARZOLI, 1996, p. 263-266).

4Une fois au laboratoire du musée, les fragments se sont révélés très fragiles. Les eaux de la zone de Vercelli sont en effet assez acides, et elles avaient considérablement affaibli la dureté du mortier en dissolvant le carbonate de calcium. Les restaurateurs du musée ont essayé de sortir les fragments de l’argile, constatant, comme c’est souvent le cas, qu’il s’agissait d’une tâche rébarbative...

5Le matériel venant du « Brut Fund », d’interprétation et d’utilisation très difficiles, était donc devenu une sorte de cobaye pour tester différents types de consolidation avant qu’il ne soit oublié dans les dépôts.

6On doit à l’opiniâtreté de Mme Giuseppina Spagnolo, archéologue à Turin, la reprise en main du matériel dont nous parlons. En dépit de la notoriété d’Augusta Vercellorum, jusqu’en 1993 aucun ensemble de peinture murale romaine n’avait été trouvé ou décrit dans la zone. Mme Spagnolo s’est donc battue pour trouver le budget nécessaire à l’étude des fragments.

7Ce n’est qu’en 1994 que les 69 cagettes contenant les mottes d’argile qui enrobaient les fragments d’enduit sont arrivées dans nos ateliers, aussi bien que les enduits qui avaient été l’objet des essais de consolidation.

Les enduits peints

8Le dégagement s’est révélé être une longue lutte contre l’argile et la fragilité des enduits. Les mottes d’argile contenant les fragments étaient de véritables « millefeuilles » où les enduits étaient souvent superposés, surface peinte contre surface peinte. Le dégagement s’est donc fait en utilisant systématiquement des facings ou des backings en gaze et résine acrylique en solution. Ceciétait indispensable pour éviter la fragmentation ultérieure des enduits lors du mouillage nécessaire à les sortir de l’argile.

9On a par la suite dessalé les fragments et on les a consolidés aux silicates d’éthyle avec des techniques expérimentées (PULGA, 1997, p. 39-40).

10Environ 70 % du matériel s’est révélé utilisable, le reste des fragments étant trop petit ou abîmé pour en permettre l’utilisation.

11Un matériel si hétéroclite ne pouvait permettre l’étude du décor peint visible. On a donc commencé à observer d’autres éléments, tels que l’épaisseur et la composition des mortiers et les traces présentes au verso de l’enduit.

12L’observation de ces éléments a suffi pour partager les fragments en plusieurs grandes « familles », provenant d’au moins deux salles différentes.

13Finalement, la direction des travaux a décidé d’essayer la reconstitution des fragments qui apparemment provenaient d’une même pièce. La composition et l’épaisseur du mortier étaient comparables, mais les traces au verso et la finition de la surface peinte étaient très différentes.

14Au verso, on pouvait facilement distinguer un groupe avec des empreintes en chevron, technique d’accrochage assez répandue dans la région alpine (RAMJOUÉ et alii, 1995, p. 178) et un autre avec des empreintes en étoiles. La différence du verso se retrouvait à la surface : un groupe de fragments avait reçu un polissage parfait en cours de prise, en respect des expolitiones décrites par Vitruve (MORA, PHILIPPOT, 1977, p. 112-118) ; l’autre, en revanche, portait les traces d’un outil dentelé visibles en lumière rasante. Les traces d’un outil semblable ont été retrouvées et décrites dans d’autres ensembles de peinture murale romaine de l’arc alpin (DUBOIS, 1997, p. 162).

15L’union de ces éléments nous a autorisé à penser que les groupes appartenaient à deux parois différentes.

Le premier groupe

Les traces de quadrillage

16L’observation en lumière rasante a permis de déceler un nombre considérable de tracés préparatoires sur le groupe de fragments avec finition « dentelée ». Les traces étaient obtenues soit en battant une corde, soit en les gravant dans l’enduit frais avec un outil arrondi large d’environ 2 millimètres.

17Trois fragments d’un groupe appartenaient de toute évidence à la jonction de deux parois.

18Sur ces fragments, on peut remarquer un élément précieux : le trou du clou qui tenait les ficelles utilisées pour graver le dessin préparatoire sur l’enduit frais. L’angle défini par les ficelles est de 90°, décalé de 45° par rapport au périmètre de la salle. Ceci nous a indiqué que le schéma de la décoration était basé sur un quadrillage orthogonal axé sur la diagonale de la pièce.

19Mais cet élément en soi n’était pas suffisant pour définir la distance entre les axes des diagonales.

20L’examen attentif de toute trace du dessin préparatoire nous a convaincu qu’il existait aussi un tracé parallèle aux parois, et c’est seulement après avoir assemblé des fragments jointifs, qu’on a trouvé un ensemble qui nous donnait la distance entre les axes diagonaux. La démarche est illustrée dans le schéma 1 (fig. 1).

21On a donc fabriqué un cadre en bois pour reconstruire le tracé préparatoire avec des ficelles. Vu l’extrême fragilité des fragments, même après consolidation, on a transféré sur papier calque la forme et l’indication des couleurs de chaque fragment. C’est à partir de ces maquettes que nous avons pu placer chaque fragment, en évitant la manipulation directe des enduits.

Le montage

22L’assemblage final, sur panneau de Nida, s’est fait en inteiposant une couche technique réversible (émulsion acrylique chargée) entre les fragments et le nouveau support. Dans nos ateliers, on évite de réduire l’épaisseur du mortier pour ne pas supprimer les informations du verso : cela entraîne l’utilisation de couches de colmatage d’épaisseur considérable. Le colmatage des lacunes s’est donc fait avec un mortier très léger, utilisant une charge de poids spécifique bas (450 g/litre) pour ne pas alourdir excessivement le panneau.

Fig. 1. Brut-Fund, Vercelli. Reconstruction du quadrillage

(S. Pulga).

Le deuxième groupe

23La démarche suivie pour le groupe d’enduits lissés a été différente, car les enduits ne portaient pas de trace de dessin préparatoire.

24Il s’agissait en toute vraisemblance de panneaux verticaux à fond jaune ocre encadrés par des bordures brunes à filets blancs, avec une plinthe séparée du champ médian par une fausse moulure blanche et rouge à filets. Un bandeau brun et noir, encadré à son tour par deux moulures semblables à celle de la plinthe, constituait la zone supérieure, où l’enduit se raccordait au plafond. La zone médiane était décorée par un motif végétal entouré par un système de rubans entrelacés.

25En ayant à nouveau recours aux maquettes en papier calque de chaque fragment, on a pu comprendre que le système de rubans était formé par deux modules superposés, comme nous l’avons synthétisé sur le schéma 2 (fig. 2).

26Dans ce cas, nous avons eu aussi recours au cadre en bois pour tracer les axes d’alignement des filets. On s’est vite rendu compte que plusieurs fragments de mortier appartenaient à l’embrasure d’une porte ou d’une fenêtre, le décor peint se rabattant sur les côtés, à 90° de la surface principale. On était donc en présence de l’ouverture d’une pièce. Après de longues recherches, on a trouvé un fragment de la zone supérieure jointif avec un fragment du premier groupe. On en a déduit que le décor du premier groupe n’était autre que le plafond de la pièce ajourée dont les murs portaient le décor du deuxième groupe.

27L’assemblage et la finition des deux panneaux du deuxième groupe se sont faits avec les techniques déjà décrites.

Conclusions

28L’achèvement de ce travail n’a pas pour autant mis fin à mes doutes. D’un côté, le tracé préparatoire, les traces d’outil, la nature du mortier et de la pellicule picturale, sont les seuls éléments qui ont gouverné notre recherche, sans faire référence à un schéma décoratif connu. L’assemblage final respecte rigoureusement la division de l’espace déterminée par le quadrillage. D’un autre côté, le résultat final se rapproche peu de la plupart des motifs connus. La hauteur des panneaux des parois respecte les indications métriques de l’archéologue, mais elle peut être définie comme arbitraire.

29Enfin, je ne pourrais jamais affirmer que tel ou tel autre fragment a été replacé exactement là où il était il y a dix-sept siècles.

Fig. 2. Brut-Fund, Vercelli. Construction des rubans entrelacés

(S. Pulga).

30Ce que l’on a remonté sur les panneaux n’est qu’une hypothèse plausible de l’aspect d’une partie des parois et du plafond (fig. 3). Je crois être un impératif déontologique et éthique de l’affirmer dans ce contexte. En effet, lors de nos réflexions, on s’est vite trouvé devant un dilemme : fallait-il faire rentrer ces fragments dans un schéma « stylistiquement » connu ou se fier aux traces laissées par le travail des hommes ?

31Je dois remercier Mme Spagnolo qui, après avoir constaté que les traces du dessin préparatoire et du décor peint avaient de la peine à rentrer dans les schémas plus connus qu’elle proposait, nous a fait confiance et a accepté ce pari méthodologique.

32Je remercie pour finir mes collaborateurs MM. Mario Monegato et Giuseppe Di Carlo qui ont mené la partie la plus ardue de la réflexion, ainsi que le travail de relevé et de reconstitution. Sans leur aide et sans les discussions qu’ils ont infligées, preuves à la main, à tout le groupe de travail, ce projet n’aurait jamais pu aboutir.

Fig. 3. Brut-Fund, Vercelli. Reconstitution hypothétique du décor

(S. Pulga).

Bibliographie

Bibliographie

DUBOIS Y., 1997, « Les villae gallo-romaines d’Orbe-Boscéaz et d’Yvonnand-Mordagne : observations sur les techniques de préparation et de réalisation des parois peintes », in : Roman wall Painting. Materials, Techniques, Analysis and conservation, Proceedings of the international Workshop, Fribourg, 7-9 March 1996, Fribourg, p. 153-166.

MORA P., MORA L., PHILIPPOT P., 1977, La conservation des peintures murales, Bologne, 530 p.

PULGA S., 1997, « A note on the use of silicone rubber facings in the reassembly of archaeological painted plasters », in : Studies in Conservation, 42, London, p. 38- 42. IIC.

RAMJOUÉ E., PULGA S., RINUY A., 1995, « Les peintures gallo-romaines de la domus de Saint-Antoine à Genève ; d’une observation à l’autre », Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, Bd 52, Zurich, p. 173- 190.

SPAGNOLO GARZOLI G., 1996, « Vercelli, Domus del Brut Fund. Ambiente L. Restaura di intonaci », Turin, Ministero per i Beni Culturali e Ambientali (Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte, 14).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Brut-Fund, Vercelli. Reconstruction du quadrillage
Crédits (S. Pulga).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 2. Brut-Fund, Vercelli. Construction des rubans entrelacés
Crédits (S. Pulga).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 3. Brut-Fund, Vercelli. Reconstitution hypothétique du décor
Crédits (S. Pulga).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Restaurateur. Via Gran Tournalin, 9-1-11100 Aoste.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search