Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Deuxième partie. Recherches récentes en peinture romaine

Ribemont-sur-Ancre (Somme) : les enduits peints trouvés dans la cella du temple primitif (30 avant J.-C., 160 après J.-C.)

Christine Marchand

Texte intégral

1Situé à une vingtaine de kilomètres d’Amiens, en direction d’Albert, le site de Ribemont-sur-Ancre a livré de la peinture murale depuis le début des fouilles entreprises en 1966 par une équipe de la Sorbonne dirigée par A. Ferdière sur la zone du temple. Il s’agissait alors de deux éléments de plinthes en place, de quelques fragments d’enduits peints rouge ocre, verts, jaunes et noirs, comprenant un petit morceau de candélabre non identifié à l’époque. Cet ensemble a été étudié quelques années plus tard par A. Quillet (QUILLET, 1972) à l’occasion de la découverte de nouveaux fragments dans la même zone par le groupe archéologique des étudiants d’Amiens qui avait poursuivi la fouille dès 1968 sous la direction de J.-L. Cadoux. Un nouvel ensemble fut ensuite mis au jour sur la zone des thermes en 1976 et étudié par C. Allag (ALLAG, 1982). Les fouilles reprises depuis 1990 par J.-L. Brunaux sur la zone du temple (fig. 1) ont permis de retrouver en 1996 et 1997 des éléments complémentaires du candélabre sur fond noir appartenant à la peinture étudiée par A. Quillet, et de comprendre qu’elle décorait l’exèdre d’un portique entourant un petit temple d’origine proto-augustéenne inconnu jusqu’à sa découverte lors de l’été 1997.

2C’est sur l’emplacement de ce petit temple qu’ont été trouvés des enduits peints très fragmentés dans une couche épaisse de remblai contenu dans l’emprise de la cella. Bien que lacunaire, la thématique du décor et surtout son contexte archéologique, à l’intérieur même de la cella d’un temple, donnent à l’étude de cet ensemble un intérêt particulier. Nous en présentons ici les résultats les plus significatifs.

Le contexte archéologique

  • 1 D’après les résultats et les conclusions tirées des dernières fouilles par J.-L. Brunaux.

3Cet édifice est le temple primitif de Ribemont, son origine est proto-augustéenne1 (environ 40-30 avant notre ère) et non laténienne comme on le pensait jusqu’à présent. Son plan général est celui d’un fanum ; ses techniques de construction en font un bâtiment original, pour l’instant unique. La cella (8 m sur 6,20 m) est établie sur un petit socle de craie damée (d’une quarantaine de centimètres de hauteur), la galerie périphérique était ornée de colonnes entièrement en bois qui, dès l’époque de Tibère (phase II) ont été remplacées par des fûts de craie blanche. Des chapiteaux corinthiens, de tradition augustéenne, les surmontaient. Le sol de la cella était constitué d’un béton de mortier rose dans lequel était inclus des fragments de marbre, vert notamment, et ses murs étaient décorés de la peinture murale qui nous occupe ici. Les meilleures comparaisons pour un tel édifice se trouvent dans la colonie romaine d’Avenches (Suisse), au lieu-dit « En Chaplix » avec deux temples datés de l’époque tibérienne (CASTELLA, FLUTSCH, 1990).

4Le temple, avec un, voire deux, petits temples annexes, se trouvait à l’intérieur d’un enclos sacré qui, à l’époque augustéenne, était matérialisé par une simple palissade, remplacée sous Tibère par un mur maçonné. A l’époque flavienne, l’enclos est orné d’un portique présentant sur ses quatre faces une exèdre. Le mur de fond de ce portique était recouvert de la peinture murale à candélabre dont les premiers éléments ont été découverts en 1966. Ainsi, à l’époque flavienne et jusqu’à leur destruction, dans les années 130-140, la peinture murale du temple et celle du portique coexistèrent.

5La peinture murale du temple a été découverte en partie sur l’emplacement même de celui-ci, sous la forme d’un remblai. En effet, à la fin du règne de Trajan ou sous Hadrien, l’ensemble du site de Ribemont a fait l’objet d’un embellissement qui s’est traduit par une monumentalisation des bâtiments publics (temple, théâtre, thermes) qui ont été édifiés ou réédifiés sur un même axe général. Un nouveau temple, d’allure classique (prostyle hexastyle sur un ordre corinthien) fut construit, en partie sur l’enclos sacré, en partie à l’extérieur, sur un podium de plus de trois mètres de hauteur ; il dominait ainsi l’ensemble du site sur près d’un kilomètre de longueur. L’ancien temple, d’origine proto-augustéenne, situé juste devant le nouveau, fut transformé en une vaste aire-autel qui conserva exactement son ancienne emprise. Cette opération fut soigneusement exécutée. Dans un premier temps, le sol de béton rose fut évacué, probablement pour récupérer le marbre qui y était inclus et dont on retrouve les éléments en réemploi dans le temple classique. Ensuite, la peinture murale fut détruite et étalée sur la surface du socle de craie qui avait été mis à nu, ainsi que sur l’allée empierrée menant au temple (elle aussi remise en état) et le surplus des déblais fut jeté dans une fosse située à l’extérieur de l’enclos sacré côté est. En effet, la fouille récente (1999) de l’allée et de cette fosse nous a livré des fragments appartenant sans aucun doute (même mortier et même décor) au même ensemble d’enduits peints. Puis, la toiture et les murs de la cella furent démontés soigneusement. Pour finir, une nouvelle couche de remblai, le mortier rose de l’ancien sol, fut rajoutée sur les débris de la peinture murale, écrasés à l’emplacement de la cella. Dans cette couche se trouvaient de nombreuses monnaies qui nous donnent un terminus ante quem aux environs de 160.

Fig. 1. Plan général des vestiges gallo-romains et restitution du plan du petit « fanum » à l’époque flavienne, avec emplacement des ensembles picturaux et leurs provenances

(Centre archéologique de Ribemont-sur-Ancre).

6La peinture murale se trouve donc datée stratigraphiquement par ce terminus ante quem et par le terminus post quem établi par les six monnaies d’Auguste trouvées dans la dernière recharge de craie du petit podium de la cella. Il faut noter que la peinture murale du portique, datée entre 60 et 80, découverte dans l’emprise du nouveau temple, a connu exactement le même sort que celle de la cella du vieux temple : ses restes, notamment ceux qui couvraient les murs de l’exèdre nord, ont servi de remblai au pronaos du nouveau temple. La destruction des deux peintures est donc synchrone. Leur utilisation, pour un certain nombre d’années, le fut aussi. Mais il est probable que la peinture du temple primitif est sensiblement plus ancienne.

  • 2 Je remercie le CEPMR de Soissons et plus particulièrement C. Allag, S. Groetembril et F. Mortier po (...)

7Dès le début de notre étude2, au regard des enduits peints ramassés uniquement sur l’emplacement du temple, la question de savoir si les fragments provenaient d’un ou de plusieurs murs de la cella s’est posée. L’observation minutieuse du mortier indiquait un ensemble homogène, sauf pour deux ou trois morceaux qui ont été écartés. Depuis la découverte d’autres fragments sur l’allée et dans la fosse, nous avons constaté l’existence d’un petit lot d’enduits peints sur un mortier différent, plus riche en petits cailloux et de couleur plus foncée, tout à fait semblable au mortier des quelques morceaux écartés de notre premier ensemble. On peut donc penser que les murs étaient préparés avec le même mortier, la présence du second mortier, en quantité infime, pouvant correspondre à une réfection ou reprise sur l’un des murs ; nous avons, en effet, constaté sur quelques fragments des reprises de peinture (verte sur un ancien fond rouge ou noire sur un ancien fond vert), comme si l’on avait voulu réajuster un décor à un autre. De plus, la richesse et la profusion du décor semblent indiquer que les quatre murs de la cella étaient peints.

8Nous avons donc conclu que l’ensemble que nous avons collecté et étudié devait appartenir au premier mur qui fut jeté à terre, et peut être contient-il des éléments du second. Le volume des déblais constitués par les quatre murs était sans doute trop important et la partie supérieure de ce tas a dû être retirée et jetée ailleurs. Ceci expliquerait la découverte de fragments du même ensemble sur le chemin d’accès au temple et dans une fosse mêlés à des éléments d’architecture, fragments de pierres et de blocs de mortier rose provenant également de la démolition de la cella.

Les fragments de peinture de la cella

9Ces fragments ont été ramassés sur une surface d’environ 65 m2 et stockés dans quatre-vingts cagettes auxquelles s’ajoutent vingt autres prélevées dans la fosse et sur l’allée. Ils sont majoritairement de petite dimension et pratiquement tous décorés sur fond noir, bleu-vert et rouge ocre. Quelques morceaux représentent des denticules de couleur marron et beige, des oves et fers de lance rose et rose violet et des bandes marron, marron clair, ocre jaune évoquant des corniches. Il existe aussi quelques fragments de couleur vert clair très abîmés qui portent des motifs malheureusement difficilement identifiables. Nous avons constaté que, sur la totalité des enduits, la proportion des fragments à champ uni (rouge, noir ou vert) est infime et les plus nombreux sont les morceaux rouge ocre. L’état de conservation de ces enduits peints est assez inégal ; quelques morceaux sont plus endommagés que d’autres, ce qui est dû au traitement qu’ils ont subi lors de la démolition des murs de la cella et de leur utilisation sur place en remblai pour l’aménagement d’un dallage devant le grand temple du second siècle. Il est rare de retrouver les trois couches du support d’origine sur tous les fragments : il ne reste bien souvent que les deux dernières couches à observer.

10L’état très fragmentaire et surtout lacunaire de cet ensemble d’enduits peints en rend difficile et incomplète l’étude. Nous manquons de fragments portant des éléments clés pour la reconstitution du décor et des panneaux dans leur totalité et nous ne perdons pas de vue que nous pouvons avoir des morceaux appartenant à deux murs. Cependant, il se dégage de façon partielle des données essentielles qui nous permettent d’avancer quelques hypothèses.

Fig. 2. Guirlande de feuilles de couleur bleu-vert sortant d’un cornet blanc sur un fond rouge

(C. Marchand).

11Tout d’abord, mis à part les fragments à champ uni, sur la peinture à fond rouge ocre, sont représentés essentiellement les éléments d’une très grosse guirlande composée de feuilles dans les tons bleu-vert soulignées de traits blancs et ombrées de noir, ainsi que des fragments d’un large ruban blanc (notamment un demi nœud). Cette guirlande de grande dimension (les feuilles mesurent huit centimètres de long sur trois de large), semble sortir d’un grand cornet blanc et jaune clair – système d’accrochage qui semble habituel. Peut-être est-ce seulement le ruban qui l’entoure (fig. 2).

12Sur d’autres fragments à fond rouge ocre, nous avons reconnu des bords de colonnes sur lesquelles s’enroulent des guirlandes de feuilles plus petites (3 cm de long sur 1 cm de large en moyenne). Ces feuilles ainsi que les bords de colonnes sont de couleur différente selon les fragments (jaune, verte ou marron). Nous sommes donc en présence de plusieurs types de colonnes. Nous retrouvons exactement les mêmes différentes colonnes, bordant cette fois un fond noir et aussi une bande verte, située sur un angle saillant. Ces colonnes sont les seuls éléments verticaux que nous possédons séparant un champ de couleur d’un autre (fig. 3).

13Un autre fragment, unique, reproduit un avant-bras long de 8 cm, de couleur beige rosée, sortant de profil, d’un drapé blanc.

14D’autre part, le décor peint sur fond noir, bien que très morcelé, offre un répertoire intéressant et varié de motifs dont certains doivent appartenir à une même scène. Nous avons très peu de fragments qui ne soient pas décorés et nous avons pu reconnaître des éléments de personnages, d’animaux, d’architecture et de végétaux.

15Parmi les personnages, la partie supérieure gauche d’une femme d’assez grande échelle, cheveux au vent et tenant un plateau (fig. 4 et 5), représentée par des traits successifs de peinture rose clair, blanc, violet et rose violet ; d’autres morceaux : un drapé violacé serré à la ceinture et le bas du même drapé (fig. 6), un fragment de bras droit (fig. 7) et un visage abîmé mais reconnaissable indiquent la présence d’au moins une autre figure féminine. Un bras levé dans les tons roses tenant un bâton jaune dans une main serrée (fig. 8), une partie de visage dans les mêmes teintes rosées (fig. 7), la partie supérieure gauche d’un personnage vêtu d’un manteau vert et coiffé d’un casque jaune clair à bord courbe évoquent des figures masculines. De même, une partie d’avant-bras rose et orangé et une main fermée sur une lanière blanche signale la présence d’un aurige. Enfin, deux fragments indiqueraient que des figures volantes ou dansantes participaient également à la scène.

Fig. 3. Montage montrant une colonne bordant un fond noir et un fond rouge

(C. Marchand).

Fig. 4. Fond noir, partie gauche d’une femme, cheveux au vent, qui porte un plateau

(C. Marchand).

16Les animaux que nous avons identifiés sont principalement un morceau d’oiseau qui rappelle ceux du temple de Jublains (NAVEAU, 1997, p. 184), toujours dans les mêmes tons violacés et souligné de traits blancs, et l’arrière-train d’une chèvre crème placée sur une ombelle de candélabre incomplète qui devait atteindre environ 26 centimètres de largeur (fig. 9). L’existence de morceaux de feuilles en bordure de ce fragment nous indique son emplacement probable près d’une colonne, sur un panneau ou inter-panneau noir.

17À ce répertoire viennent s’ajouter des motifs végétaux, comme en témoignent une plaque très fragmentée et abîmée représentant de très grosses feuilles vertes et arrondies qui s’enroulent le long d’une grande hampe marron et rouge bordeaux, probablement un candélabre végétalisé, ainsi qu’un fragment de guirlande de feuilles vert foncé sur un filet jaune. De nombreux fragments portent des traces plus ou moins visibles de feuillage vert. Notons également un fragment de disque de couleur rose (diamètre restitué de 20 cm) sur lequel s’accroche un ruban blanc rose et surtout de nombreux fragments non encore identifiés parce que, de toute évidence, ils appartiennent à un décor peint à grande échelle, trop morcelé pour le reconnaître dans sa totalité.

Fig. 5. Restitution de la femme portant un plateau

(C. Marchand).

18Enfin, une série représentant des motifs tronqués non identifiables pour le moment, de couleur bordeaux, jaune ou blanc sur un aplat de peinture verte limité par un filet jaune, apporte un indice important pour une restitution partielle de la paroi. En effet, ce filet jaune limite horizontalement le décor et permet de le relier à une suite de moulures marron et jaune (fig. 10). Le seul ensemble de cette série qui soit identifiable met en scène un paysage : on y voit au premier plan à gauche, une partie de colonne blanche (celle d’un temple ?) ; un large aplat de peinture verte délimite l’horizon d’un jardin dans lequel on distingue la trace d’une plante dont la peinture a disparu.

19En ce qui concerne les fragments à fond vert, ils sont pratiquement tous trop morcelés pour permettre d’en identifier le décor avec certitude. Cependant, nous avons pu distinguer au moins deux groupes. Un ensemble bleu-vert sur lequel sont peintes la partie supérieure des oves et fers de lances et des « formes serpentines » ocre jaune bordées de noir (fig. 11), et un deuxième groupe composé de plaques vertes parcourues d’une bande horizontale jaune. Quelques-unes d’entre elles portent un décor soit incomplet soit en très mauvais état. La forme de certains fragments, en revanche, apporte des renseignements intéressants. Elle indique qu’ils se trouvaient dans un angle de mur ou d’autres près d’une ouverture qui aurait été réparée (traces d’enduit rose et de peinture noire sur la peinture verte).

Fig. 6. Fond noir, drapé violacé serré à la ceinture et posé sur un sol vert

(C. Marchand).

Approche d’une restitution partielle

20De nombreux indices – denticules, effets de corniches, colonnes, oves et fers de lances – nous révèlent que nous sommes en présence d’une composition architecturale avec une alternance de panneaux rouge ocre et noirs, séparés par des colonnes larges d’environ douze à quinze centimètres sur lesquelles s’enroulent des guirlandes de feuilles. Ces colonnes supporteraient une corniche surmontée d’oves et de fers de lances se détachant sur un champ de peinture verte décorée de formes « serpentines » (animaux marins ?).

  • 3 Ceux portant un aplat de peinture verte bordée d’un filet jaune dont nous avons déjà parlé.

21Une grosse guirlande à ruban suspendue entre les colonnes décorerait les panneaux rouge ocre. Les panneaux noirs porteraient des décors figurés, candélabres avec animaux (chèvre) et personnages, comme sur la peinture d’une maison retrouvée à Cologne (THOMAS, 1993, pl. I, II, III, t. 11-12, pièce 1434 de l’insula H/1). Il est aussi probable que certains éléments figurés3 devaient se trouver sous les panneaux sur un champ horizontal de couleur noire (prédelle) et formaient là, ensemble, une même scène dont la signification pourrait être mythologique ou rituelle.

22Le fait est qu’il est très difficile de relier entre eux de façon définitive ces différents éléments et de nombreuses questions sur la restitution de la paroi se posent encore. Nous avons l’impression que la composition dans son ensemble devait être beaucoup plus compliquée que ce que nous avons pu reconnaître. La grande dimension des oves et de la guirlande sur fond rouge ocre indique un emplacement assez haut et un panneau assez large. L’échelle des personnages sur fond noir permet de les placer moins haut, mais l’impression d’ensemble reste la monumentalité, la complexité et la profusion du décor qui doit se poursuivre, à certains endroits, d’un champ de couleur à un autre.

Fig. 7. Fond noir, partie droite d’un visage et bras droit appartenant à un deuxième personnage

(C. Marchand).

23L’étude stylistique de ce type de peinture et de composition place cet ensemble au cours du premier siècle, ce qui confirme les constatations archéologiques.

Conclusion

24Le fait d’avoir retrouvé des morceaux appartenant à la peinture que nous avons étudiée dans une fosse non loin du temple et sur l’allée y conduisant laisse espérer que d’autres fragments sont peut-être encore enfouis sur le site et qu’ils seront un jour découverts. Il serait alors possible de restituer la paroi entièrement et d’en identifier la représentation mythologique ou rituelle. Le lieu de sa découverte, à l’intérieur d’une cella, donne beaucoup de prix à cet ensemble. En effet, les exemples de peintures provenant de façon certaine de la cella d’un fanum ne sont pas nombreux (BARBET, BECQ, 1992, p. 105) : seuls les fana de Champlieu (Oise) et de St-Germain- d’Esteuil (Gironde), dont le contexte archéologique est sûr, sont comparables, autant par l’importance de leurs éléments figurés que par leur datation.

Fig. 8. Fond noir, fragment d’un personnage, bras tenant un bâton

(C. Marchand).

Fig. 10. Exemple du filet jaune qui relie horizontalement les décors sur aplat de peinture verte au champ de moulures marron et jaune

(C. Marchand).

Fig. 9. Fond noir, partie arrière d’une chèvre juchée sur une ombelle de candélabre

(C. Marchand).

Fig. 11. Ove bordant un champ bleu-vert

(C. Marchand).

25Comme l’a souligné A. Barbet (BARBET, 1985, p. 274), la thématique de ces peintures murales trouvées en milieu cultuel ne semble pas être le fruit du hasard. Le décor apparemment fort complexe de Ribemont en est une preuve supplémentaire. D’autant que bon nombre de motifs (personnages, oiseaux, feuillages) se retrouvent sous une forme sculptée sur le fronton de la façade du grand temple de style classique qui succède à l’ancien édifice.

Bibliographie

Bibliographie

ALLAG C., 1982, « Les enduits peints des thermes de Ribemont-sur-Ancre », Gallia, 40-1, p. 107-122.

BARBET A., 1985, La peinture murale romaine : les styles décoratifs pompéiens, Paris, éd. Picard, 285 p., 200 fig., 8 pl. coul.

BARBET A., BECQ G., 1992, « La peinture à sujets figurés dans les temples de tradition indigène en Gaule », in : Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Actes du colloque d’Argentomagus, 8, 9, 10 oct. 1992, Paris, éd. Errance, p. 104-114 (Coll. Archéologie aujourd’hui).

CASTELLA D., FLUTSCH L., 1990, « Sanctuaires et monuments funéraires à Avenches-en-Chaplix (VD) », Archéologie suisse, 13-1, p. 2-30.

NAVEAU J., dir., 1997, Recherches sur Jublains (Mayenne) et sur la cité des Diablinthes, Rennes, 352 p., ill., 16 phot. (Documents archéologiques de l’Ouest).

QUILLET A., 1972, Les enduits peints du sanctuaire gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre, Mémoire de maîtrise, Université de Picardie.

QUILLET A., 1974, « Les enduits peints du sanctuaire gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre », Société des Antiquaires de Picardie, p. 297-313.

QUILLET A., 1978, « Les enduits peints du sanctuaire gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre », Latomus, 37, p. 325-360.

LERAT B., 1996, Peintures murales romaines, Nord – Pas-de-Calais – Picardie, Mémoire de maîtrise, Université de Lille III, 196 p. (p. 171).

THOMAS R., 1993, Römische Wandmalerei in Köln, Mainz am Rhein, Verlag Ph. von Zabern, 400 p., 182 fig., 26 pl.

Notes

1 D’après les résultats et les conclusions tirées des dernières fouilles par J.-L. Brunaux.

2 Je remercie le CEPMR de Soissons et plus particulièrement C. Allag, S. Groetembril et F. Mortier pour leur aide dans l’identification de certains fragments.

3 Ceux portant un aplat de peinture verte bordée d’un filet jaune dont nous avons déjà parlé.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général des vestiges gallo-romains et restitution du plan du petit « fanum » à l’époque flavienne, avec emplacement des ensembles picturaux et leurs provenances
Crédits (Centre archéologique de Ribemont-sur-Ancre).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 2. Guirlande de feuilles de couleur bleu-vert sortant d’un cornet blanc sur un fond rouge
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 3. Montage montrant une colonne bordant un fond noir et un fond rouge
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 4. Fond noir, partie gauche d’une femme, cheveux au vent, qui porte un plateau
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 5. Restitution de la femme portant un plateau
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6. Fond noir, drapé violacé serré à la ceinture et posé sur un sol vert
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 7. Fond noir, partie droite d’un visage et bras droit appartenant à un deuxième personnage
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 8. Fond noir, fragment d’un personnage, bras tenant un bâton
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 10. Exemple du filet jaune qui relie horizontalement les décors sur aplat de peinture verte au champ de moulures marron et jaune
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 9. Fond noir, partie arrière d’une chèvre juchée sur une ombelle de candélabre
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 11. Ove bordant un champ bleu-vert
Crédits (C. Marchand).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17044/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Centre Archéologique Départemental de Ribemont-sur-Ancre, UMR8546 du CNRS.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search