Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Deuxième partie. Recherches récentes en peinture romaine

Nouveaux décors de la Montagne Sainte-Geneviève (Paris)

Hélène Eristov

Texte intégral

1Plusieurs fouilles récentes menées par la Commission du Vieux Paris sous l’autorité de Michel Fleury ont fourni des enduits permettant des restitutions plus ou moins poussées. Trois d’entre elles sont présentées ici : les fouilles du 14 rue Pierre et Marie Curie, dirigées par Sylvie Robin en 1991, celles de l’École des Mines, par Didier Busson et Sylvie Robin en 1989, celle de l’institut Curie, par Philippe Marquis en 1988.

Rue Pierre et Marie Curie (dossier 634)

2L’îlot se situe à 200 m au sud du forum, entre le cardo (rue Saint-Jacques) et la voie oblique qui mène à Melun. Les quelque 1000 m2 fouillés ont permis de repérer trois habitats différents dont l’histoire architecturale, qui s’étend du début du Ier à la fin du IIIe siècle, s’articule grâce à deux périodes de destruction.

Première période

3La première démolition a affecté une construction en torchis sur pans de bois datable, à la fois par sa technique et par le matériel associé, du Ier siècle (fig. 1).

Habitats 1 et 2

4Si l’habitat 1 (US 1047) n’a fourni que quelques fragments à fond rouge séparé d’une zone noire par un filet blanc, en revanche les enduits provenant de l’habitat 2 (US 2200) permettent de proposer une hypothèse de restitution. Associés à du mobilier tibérien et néronien (sigillée), claudien (monnaie), ils présentent une technique propre aux décors lutéciens précoces : l’intonaco est posé sur une unique couche de mortier fin et homogène dont l’épaisseur varie entre 0,4 et 1,4 cm et dont le revers porte les traces de fins sillons d’accrochage formant des chevrons.

5La paroi comportait, au-dessus d’une plinthe violacée, un soubassement moucheté sur fond gris rosé qui devait être divisé en panneaux par des bandes violacées verticales. En zone médiane, les panneaux rouges finement polis et brillants étaient séparés par un filet blanc des larges bandes ocre jaune marquant les angles (fig. 2).

6Des inter-panneaux noirs séparaient probablement les panneaux rouges, comme en témoignent quelques fragments ; sur l’un d’entre eux (inv. 58) on reconnaît le motif, cher au Troisième style, des tiges enrubannées (fig. 3).

Habitat 3

  • 1 Cet unicum a été étudié par M. Amandry dans le document final de synthèse ; cf. aussi ERISTOV, ROBI (...)

7Le décor peint de l’habitat 3 (US 3075) a été détruit par un incendie bien daté de la fin de l’époque julio-claudienne par un denier anonyme inédit des guerres civiles de 68-691. C’est d’ailleurs cet incendie qui a cuit les murs en torchis et en a conservé la structure ; de sorte que, même si la surface picturale a souffert, nous disposons d’indices pour restituer le décor. La technique de construction – un lattis de bois établi entre des traverses – est identique à l’armature relevée au moment de la fouille pour un autre mur du même habitat (ROBIN, 1990) ; entre les traverses espacées d’environ 98 cm, prennent place environ quatorze lattes verticales ainsi que des traverses horizontales. Une épaisse couche de torchis (env. 4 cm d’épaisseur) vient s’accrocher sur ce lattis ; des sillons curvilignes et rectilignes assurent l’adhérence des deux couches de mortier sur le torchis. Certains fragments, soit totalement brûlés et uniformément gris, soit ayant perdu la couche de torchis, ne permettent aucune hypothèse quant à leur localisation. D’autres ont conservé la couche de mortier et ses sillons d’accrochage groupés en cinq sillons curvilignes ondulant entre deux groupes de quatre sillons rectilignes verticaux. La largeur moyenne d’une de ces séquences semble être d’environ 25 cm, et une dizaine de centimètres séparent le centre d’une courbe et celui d’une contre-courbe. Il y aurait donc, entre deux montants de bois (soit quatorze lattes) environ quatre séries de sillons, en admettant que l’artisan ait strié la couche de torchis avec une régularité certes peu probable. Mais en l’absence d’autres données, c’est sur cette hypothèse que avons dû nous appuyer pour situer les fragments, les stries de brossage intervenant également dans la détermination du sens de lecture.

Fig. 1. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Localisation des remblais de destruction de l’état 3 en torchis contenant des fragments de peinture murale

(M. Colland, S. Robin).

8Les fragments proviennent d’un bas de paroi décoré à l’imitation d’un opus sectile (fig. 4). Au-dessus d’une plinthe rose mouchetée de blanc limitée par une étroite bande ocre rouge horizontale, deux cercles (diam. : 36 cm), l’un noir sur fond gris-beige (plus clair à l’origine ?) moucheté de noir, l’autre rouge moucheté de blanc, s’inscrivent dans des compartiments quadrangulaires beige-rose mouchetés de noir, d’environ 55 cm de côté.

9D’autres fragments suggèrent la présence, entre les carrés à cercle inscrit, d’un compartiment à rectangle inscrit, ou présentent d’étroites bandes noires (1,4 cm) ou ocre rouge séparant des zones mouchetées.

10Au-dessus de cet ensemble de compartiments, une large bande noire (H. : 6,4 cm) assure la transition avec une zone rouge bordeaux conservée sur une hauteur de 8 cm et peut-être surmontée d’une zone gris-beige (H. conservée : 4,8 cm).

11La zone médiane n’est pas connue. Seuls quelques fragments peuvent lui avoir appartenu et portent des vestiges de filets et peut-être des éléments figurés où l’on pourrait reconnaître un clipeus et un animal.

Deuxième période

12La deuxième démolition a touché des constructions maçonnées et plusieurs fois remaniées. Des fragments d’enduit ont été retrouvés dans le comblement de puits ou de fosses creusées après la destruction, ou dans des couches de remblai.

US 2014

13L’US 2014 est un remblai de démolition contenant essentiellement du matériel de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle, avec quelques éléments du IVe. Les indices de datation des enduits peints se situent donc dans une fourchette large.

14Le schéma décoratif se signale par un abâtardissement tel que les éléments en deviennent quasi méconnaissables, rendus encore plus informes par leur exécution négligente. Le vocabulaire décoratif comporte, sur le fond blanc, un clipeus encadré de rubans ocre rouge, et des sortes d’ombelles dont le dessin très approximatif se résume à une calotte frangée.

15Quelques données permettent tout de même d’envisager une restitution possible ; les « ombelles » de couleur alternée, grises, ocre rouge et ocre jaune se situent à proximité d’une bande jaune bordée d’un filet noir ; leur aspect effrangé tend à les faire lire verticalement. Elles occuperaient alors un inter-panneau dont on évalue la largeur (par répétition symétrique) à 29 cm environ, soit un pied ; selon le module le plus habituel, la largeur des panneaux serait alors de 90 cm (fig. 5).

16Par ailleurs une bande rouge bordeaux se situe en angle de paroi et la finesse différenciée de l’intonaco permet de repérer deux séries de fragments, l’une sans doute en bas de paroi, l’autre en zone médiane.

17Il n’est pas exclu que les « ombelles » se situent en bandeau horizontal et la bande jaune entre socle et zone médiane. Toutefois, la restitution proposée n’est pas contredite par le sens des stries d’accrochage.

Fig. 2. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 2. Restitution du décor

(Fl. André).

Puits F 46

  • 2 C’est le seul puits contenant du matériel précoce : de la sigillée de Gaule du Centre et du Sud et (...)

18Le puits F 46 (US 2109-2163) contenait un matériel très hétérogène situé entre la fin du Ier siècle2 et la fin du IIe ou le milieu du IIIe siècle.

19Le décor du soubassement, qui ne devait pas beaucoup excéder 35 cm, est assez bien connu. Une plinthe mouchetée d’ocre jaune et de blanc sur fond rouge bordeaux, haute de 17 cm au moins, est surmontée d’une bande blanche entre un filet rouge bordeaux et une série de filets dégradés du rose au rouge bordeaux évoquant une moulure convexe.

20La zone médiane à fond noir est séparée du soubassement par une large bande ocre jaune que l’on doit comprendre comme un lointain souvenir du mur-podium. Son schéma d’ensemble, articulé en panneaux et inter-panneaux, se déduit de quelques fragments-clés, même si nous en ignorons les proportions exactes comme le détail des motifs. Les panneaux sont encadrés de filets dont il ne reste qu’une trace en négatif très ténue sur le fond noir. Deux fragments présentent une petite barre transversale rose sur un filet très effacé ; on ignore l’espacement de ces barres (supérieur à 15 cm) ainsi que leur emplacement exact ; de façon hypothétique, elles ont été restituées sur les verticales.

21Au centre des inter-panneaux larges de 13 cm, sur un axe vertical blanc à peu près illisible, se développe un fleuron stylisé : une barre et quelques touches blanches. On sait que l’inter-panneau devait avoir un aspect assez vide et qu’aucun motif n’en occupait la base sur une dizaine de centimètres au moins. Arbitrairement, on a donc situé les éléments de fleuron conservés à une quinzaine de centimètres au-dessus du soubassement, sans tenter de les superposer.

Fig. 3. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 2. Tige enrubannée

(H. Eristov).

22Un fragment présente un vestige de filet recoupé de deux barres transversales roses juste au-dessus desquelles se développe une sorte de corolle rose à crochets : il s’agit, selon toute vraisemblance, de l’extrémité supérieure des filets verticaux.

23Le sommet des panneaux semble avoir été relativement complexe. Un tracé incisé part en diagonale du filet rose à la hauteur de l’inter-panneau ; une fine guirlande dont subsistent trois feuilles, blanche, verte et rouge, suivait ce tracé qui n’était probablement pas rectiligne et délimitait une zone ocre jaune. Sous la guirlande, des sortes de pendeloques en zigzags lâches rouge bordeaux et blancs se raccordaient sans doute aux quelques touches lisibles au sommet des corolles. La signification de ce motif reste douteuse.

24Pour restituer les dimensions des panneaux noirs, on ne peut s’appuyer que sur les proportions de la paroi suggérées par la hauteur du soubassement (environ un pied sous la bande jaune) et la largeur de l’inter-panneau (un demi-pied). Il se peut alors que la hauteur des panneaux à l’intérieur des filets corresponde au triple de la hauteur du soubassement et que le rapport hauteur/largeur soit de 3 : 2, soit 1,10 m pour 70 cm, les panneaux représentant quatre fois la largeur des inter-panneaux, soit deux pieds (fig. 6).

25Les caractères stylistiques du décor, marqué à la fois par un goût pour les fins filets bleus et roses mais aussi par un certain relâchement dans le rendu des motifs ornementaux, amènent à le situer dans la mouvance d’un Troisième style abâtardi, au plus tôt à la fin du Ier ou plutôt au IIe siècle, ce qui n’est pas contredit par la chronologie du matériel associé.

Fosse F 64

26La fosse tardive F 64, creusée au IVe siècle, a été remblayée avec les démolitions du dernier état d’occupation du site entre la fin du IIe et le milieu du IIIe siècle. Les enduits correspondant à cette US (3002-3005) sont datables des environs du milieu du IIe siècle et appartiennent à une maison maçonnée aux sols en béton.

27Les éléments de décor se répartissent en deux séries ; je ne mentionne ici que la corniche. Restituable sur une longueur de 1 m et une hauteur de 35 cm, elle présente une série de filets ocre clair et foncé compris entre deux bandes ocre jaune. Immédiatement en dessous de la première, une bande de 4 cm très usée garde des traces de couleur rouge bordeaux ; les filets ocres qui la suivent sont peints sur une couche d’intonaco ultérieure. S’agit-il du raccord de mortier entre le plafond et le haut de la paroi ? Une couche de stuc occupait-elle l’espace compris entre les filets et la bande jaune ? Le raccord de mortier indique en tous cas le sens de lecture de l’ensemble.

28Vers le bas, une dernière zone blanche portait un décor presque illisible ; des éléments verts plus ou moins ovoïdes alternent avec des rectangles divisés en deux triangles, l’un ocre, l’autre marron. Selon toute probabilité il s’agit là de la traduction schématique de modillons vus en perspective entre lesquels prennent place les motifs verts (fig. 7).

Fosse F 65

  • 3 Je dois à Carmen Guiral Pelegrin la communication de ce décor.

29Dans la fosse F 65. qui a traversé tous les niveaux, l’US 3006-3125 a livré, outre des fragments de dallage de marbre rose veiné et blanc, des enduits attribuables àl’habituel schéma de panneaux rouges et d’inter-panneaux noirs. Un fragment d’inter-panneau (inv. 208) s’orne de deux motifs non identifiables : l’un affecte la forme d’un manche à l’extrémité recourbée et près duquel se lit la trace d’une coque de ruban ; sa tonalité ocre jaune est relevée de reflets blancs et ocre rouge qui suggèrent un volume cylindrique. L’autre ne présente qu’une extrémité arrondie, de teinte voisine ; un fin tracé rose blanchâtre le traverse (fig. 8). L’un de ces motifs pourrait représenter l’instrument appelé par les modernes aspergillum qui servait à l’aspersio : un décor trouvé à Bilbilis (Espagne), très semblable, pourrait étayer cette hypothèse3.

Fig. 4. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 3. Fragments du soubassement et revers

(Fl. André).

Fig. 5. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. US 2014. Restitution du décor à ombelles

(H. Eristov).

Fig. 6. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Puits F 46. Restitution du décor

(H. Eristov).

Fig. 7. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Fosse F 64. Corniche feinte

(H. Eristov).

Fig. 8. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Fosse F 65. Motif de l’inter-panneau

(H. Eristov)

École des Mines (dossier 597)

30Les enduits considérés proviennent d’une couche de remblai correspondant à un niveau de destruction qui se situe près de murs récupérés, donc maçonnés (fig. 9). Dans le contexte de Lutèce, il s’agit par conséquent de constructions postérieures à la fin du Ier siècle. L’étude du reste du matériel est en cours et donnera des indications chronologiques plus précises. Le même site avait connu une première phase de construction en torchis qui a entièrement brûlé et où des enduits totalement calcinés ont été recueillis.

31Les éléments lacunaires du décor se répartissent en quatre groupes : une bande en dégradés rose restituée sur une longueur de 1,20 m, sur le fond noir un filet rouge entre deux filets blancs large de 1 à 2 cm et qui tourne à angle droit, des angles rentrants soulignés de bleu-vert restitués sur 0,70 m et qui se situent à proximité du triple filet, enfin une bordure (3,5 cm) à fond blanc ornée d’oves schématiques rouge-rose et bleu-vert, ce jeu de couleurs destiné à rendre le modelé ; des svastikas étirées et des motifs non identifiables les séparent. Peints à sec par-dessus le fond noir, les éléments de ce décor sont très écaillés. Cette bordure est associée à deux zones différentes de la paroi : dans un cas, la bordure sépare un champ noir d’un champ rouge bordeaux, dans l’autre le fond est noir de part et d’autre.

32La restitution s’appuie sur quelques données et un certain nombre d’hypothèses. On sait que la bordure à fond blanc ne suivait pas un axe vertical et donc que l’une des deux séries devait se trouver en bas d’un panneau et l’autre en haut ; c’est le sens d’exécution des oves déterminé par les traits de pinceau et les gouttes de peinture qui a amené à situer la zone rouge bordeaux au-dessus des panneaux noirs.

33Les hypothèses concernent d’une part le schéma décoratif de la bordure : à partir de l’existence des svastikas, d’un motif non identifié et des manques, on déduit une alternance de motifs entre les oves. D’autre part la bande rose n’est pas située de façon certaine. Soit elle se lit verticalement et sert de lésène entre deux panneaux noirs, soit plus probablement elle se lit horizontalement, son dégradé correspondant à la feinte corniche qui limite en bas la zone médiane, et la zone gris moucheté qui la suit appartient au soubassement (fig. 10).

34Un certain nombre de questions restent ouvertes. Nous ignorons les dimensions des panneaux et celles du soubassement. Toutefois, l’aspect miniaturisé du décor et le faible écart entre filet et bordure blanche amènent à penser qu’il s’agit d’une petite paroi. Arbitrairement, nous avons donné aux panneaux une hauteur de 1,60 m et une largeur de 1,04 m, soit une proportion de 1,5 environ. La hauteur totale du montage est de 2,12 m ; en supposant une hauteur de 50 cm pour le soubassement et une dizaine de centimètres de décor inconnu en zone supérieure, la paroi devait avoir de 2,85 à 2,90 m.

35Stylistiquement, la référence à l’esthétique miniaturisée et précieuse du Troisième style amènerait à proposer pour ce décor une datation haute ; cependant elle ne peut être antérieure, pour des raisons architecturales, au dernier quart du Ier siècle : c’est en effet à ce moment que la construction en torchis tend à disparaître à Lutèce, au profit de la construction maçonnée.

Institut Curie (dossier 545)

  • 4 Voir plusieurs articles consacrés à cette découverte : FLEURY, 1989, BÉMONT, 1993, GUINEAU, 1993 et (...)

36Fouillé en 1988, ce site comportait, entre autres, une cave plusieurs fois remaniée entre la fin du Ier et la fin du IIe siècle, où ont été retrouvés les fragments de deux statues (Mercure et Rosmerta)4 ; sculptées dans le même banc de calcaire provenant de Lutèce même et datables stylistiquement du IIe siècle, elles appartenaient à un fanum ou à une petite chapelle probablement situés immédiatement au-dessus de la cave. Celle-ci contenait également une importante couche d’enduits peints effondrés en même temps que la pièce du rez-de-chaussée. Malheureusement le décor posé à sec n’a pas résisté à l’acidité du sol et il n’en subsiste que le négatif.

37Le soubassement, très mal connu, comportait semble-t-il, au-dessus d’une plinthe rose des touffes de feuillages raides sur fond noir. En zone médiane, les panneaux rouges dépourvus de filets surmontaient une prédelle et une fine guirlande jaune et blanche soulignait leur couronnement chantourné. Les inter-panneaux noirs dont la largeur peut être restituée sur 55 cm, portaient un riche décor à candélabres traités dans des tons bleus, mauves et verts dont de rares traces s’étaient déposées dans la terre du comblement. Plusieurs séquences de motifs ont pu être repérées : des fauves, des oiseaux affrontés ou divergents, des harpies, des fuseaux à volutes, tous répartis symétriquement de part et d’autre de la tige du candélabre dont le sommet est accentué par une large ombelle. Ces séquences ne se rattachent pas de façon certaine les unes aux autres, de sorte que la restitution a consisté à proposer quelques solutions possibles (fig. 11).

Fig. 9. Paris (Ve), École des Mines de Paris, 60 boulevard Saint-Michel. Plan de localisation des remblais de destruction contenant des fragments de peinture murale.

Fig. 10. Paris (Ve), École des Mines de Paris,
60 boulevard Saint-Michel. Restitution du décor

(H. Eristov).

Fig. 11. Paris (Ve), Institut Curie. Restitution d’un inter-panneau

(Fl. André).

38Ce décor posé sur des murs maçonnés peut se rattacher techniquement et stylistiquement au IIe siècle, et il est tentant de l’attribuer au petit sanctuaire semi-public d’où proviennent les statues.

39D’autres décors inédits ont été trouvés à Paris : les uns proviennent de fouilles exécutées par la CVP (Institut des Jeunes Sourds, rue des Feuillantines, rue Erasme-ENSAD, boulevard Saint-Michel), d’autres de fouilles AFAN (rue de l’École Polytechnique, rue Monsieur-le-Prince). Progressivement la physionomie propre de la peinture murale à Lutèce se dégage, avec ses habitudes d’atelier et sa chronologie relative. À une exception près jusqu’à présent (la cave 1 de la rue de l’Abbé de l’Épée), nous avons affaire à un corpus de qualité moyenne, conforme au rang de la cité pendant la paix romaine. L’état souvent lacunaire de ces décors permet néanmoins de proposer des restitutions que certains jugeront peut-être hardies mais où les risques d’erreur sont très calculés.

Bibliographie

Bibliographie

BARBIER, 1993, « Sur la provenance des roches ouvrées : l’exemple de deux statues gallo-romaines découvertes rue d’Ulm, à Paris », Cahiers de la Rotonde, 14, p. 26-28.

BÉMONT C., 1993, « Un couple divin d’époque gallo-romaine découvert à Paris », Cahiers de la Rotonde, 14, p. 7-20.

ERISTOV H., ROBIN S., 1998, « Un îlot d’habitations de Lutèce au Haut-Empire : le site de la rue Pierre et Marie Curie (Paris Ve) », Cahiers de la Rotonde, 20, p. 5-59.

FLEURY M., 1989, « Découverte de deux statues d’époque gallo-romaine, Mercure et Rosmerta (ou Maïa) dans la fouille du terrain de l’institut Curie, 34 rue d’Ulm, 11 et 8 rue Louis Thuillier (5e) », Procès-Verbaux de la Commission du Vieux Paris, séance du 14 nov. 1988, p. 6-8 et 10-13 (Bull, municipal officiel de la Ville de Paris du 8 sept. 1989).

GUINEAU B., 1993, « Étude de traces de polychromie observées sur plusieurs fragments de statues d’époque gallo-romaine découverts dans la fouille du terrain de l’institut Curie à Paris », Cahiers de la Rotonde, 14, p. 21-25.

ROBIN S., 1990, « La construction privée à Lutèce, aspects techniques », in : Actes des séminaires de l’Association française de peintures murales antiques, Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres, 1990-1991-1993, p. 199-201 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 10).

Notes

1 Cet unicum a été étudié par M. Amandry dans le document final de synthèse ; cf. aussi ERISTOV, ROBIN, 1998.

2 C’est le seul puits contenant du matériel précoce : de la sigillée de Gaule du Centre et du Sud et de la céramique du milieu du Ier siècle.

3 Je dois à Carmen Guiral Pelegrin la communication de ce décor.

4 Voir plusieurs articles consacrés à cette découverte : FLEURY, 1989, BÉMONT, 1993, GUINEAU, 1993 et BARBIER, 1993.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Localisation des remblais de destruction de l’état 3 en torchis contenant des fragments de peinture murale
Crédits (M. Colland, S. Robin).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 2. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 2. Restitution du décor
Crédits (Fl. André).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 3. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 2. Tige enrubannée
Crédits (H. Eristov).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 4. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Habitat 3. Fragments du soubassement et revers
Crédits (Fl. André).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. US 2014. Restitution du décor à ombelles
Crédits (H. Eristov).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 6. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Puits F 46. Restitution du décor
Crédits (H. Eristov).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 7. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Fosse F 64. Corniche feinte
Crédits (H. Eristov).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 8. Paris (Ve), 14 rue Pierre et Marie Curie. Fosse F 65. Motif de l’inter-panneau
Crédits (H. Eristov)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Fig. 9. Paris (Ve), École des Mines de Paris, 60 boulevard Saint-Michel. Plan de localisation des remblais de destruction contenant des fragments de peinture murale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 10. Paris (Ve), École des Mines de Paris,60 boulevard Saint-Michel. Restitution du décor
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Fig. 11. Paris (Ve), Institut Curie. Restitution d’un inter-panneau
Crédits (Fl. André).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17041/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search