Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Première partie. Peintures murales en Bourgogne

L’opus musivum à coquillages en Bourgogne

Sandrine Heidet

Texte intégral

1L’opus musivum est un type de décor particulier un peu hybride qui tient de la mosaïque, de la peinture murale et du travail du stuc. Son histoire se déroule du Ier siècle avant J.-C. jusqu’au Bas-Empire et à l’époque byzantine. Utilisant, dans ses premiers développements, des matériaux aussi divers que les coquillages, le « bleu égyptien », les racailles, le verre (sous forme de fragments, de figures moulées, de rubans torsadés et de tesselles), la pierre (en éclats ou en tesselles), cet art n’utilise plus sous ses dernières formes que les tesselles de mosaïque. C’est ainsi que, pendant longtemps, l’image de l’ars museiaria s’est limitée aux simples mosaïques de parois et de voûte.

2Le but de cette communication est de faire le point sur la présence de ce type de décor dans la région de l’actuelle Bourgogne qui était, à l’époque, répartie entre deux provinces : la Lyonnaise et la Belgique. Sept sites sont concernés (six en Lyonnaise et un en Belgique) (fig. 1), mais, étant donné le temps qui nous a été imparti, nous avons dû privilégier certains sites, en particulier les trois décors comportant un des matériaux principaux : les coquillages. Il s’agit d’Asquins-sous-Vézelay et de Quarré-les-Tombes dans l’Yonne et de Champvert dans la Nièvre. Nous allons d’abord les étudier individuellement, et essayer ensuite d’en dégager une image représentative de cette région.

Asquins-sous-Vézelay (Yonne)

3En 1894, lors de la captation d’une source pour l’alimentation en eau du village d’Asquins-sous-Vézelay dans l’Yonne, A. Guillon découvrit une citerne d’époque romaine (GUILLON, 1895a, 1895b, et 1896 ; LACROIX s.d.). En creusant le sol, les fouilleurs mirent au jour des murs et des conduites d’eau en pierre « qui [avaient] dû être utilisées autrefois pour une ancienne piscine », aux dimensions probables de 6,10 m de long par 5,80 m de large. Le mur auquel la source était adossée était orné de trois niches en absidioles comportant, selon l’auteur, notre décor.

Fig. 1. Présence d’opus musivum en Bourgogne

(S. Heidet).

4Les deux niches de droite et de gauche mesuraient 30 cm de profondeur pour 60 cm de large et 90 cm environ de haut. Celle du milieu, beaucoup plus grande, était traversée par trois conduites d’eau en pierre ; en face de la bouche de ces tuyaux se trouvait un mur contre lequel devait frapper l’eau en arrivant. Les parois de cette piscine avaient environ 1,80 m de haut, et un « aqueduc » la traversait dans toute sa longueur.

5Il existe à Chartres, en Eure-et-Loire, un petit édifice très proche de celui d’Asquins par son plan mais également par la présence de trois niches sur le mur principal : il s’agit du castellum aquae du « faubourg de la Grappe», au débouché de l’aqueduc d’Houdouenne (OLLAGNIER, JOLY, 1994, fig. 135-136). A. Guillon ne nous a laissé qu’un plan de l’ensemble d’Asquins, mais on peut penser qu’il ressemblait, dans son élévation, à celui de Chartres. Il n’existe malheureusement pour ce dernier ni datation, ni décoration susceptibles d’étayernos hypothèses pour le monument d’Asquins-sous-Vézelay.

6Un seul fragment d’enduit subsiste du matériel dégagé à Asquins. Il fut à l’époque de la découverte déposé au musée de Vézelay, puis proposé pour figurer au musée d’Auxerre ; il se trouve finalement, aujourd’hui, au musée de Sens. C’est par lui seul que l’on peut étudier, dater et tenter de reconstituer le décor.

7Quelques problèmes émergent de sa simple description. En effet, A. Guillon, lors de la publication dans le Bulletin de la Société de l’Yonne de 1895, donne une illustration du fragment découvert sur le site. D’après ses indications, celui-ci aurait mesuré environ 27 x 11 cm et comporté un « colimaçon », des « scories » puis, à nouveau, un rang de « colimaçons », une bande de « scories » et enfin un dernier rang de coquilles d’escargots. Or, le seul fragment conservé (fig. 2) – et cela depuis 1970 au moins, date à laquelle la photo du Recueil des mosaïques de la Gaule fut prise – n’atteint pas cette dimension (DARMON, LAVAGNE, 1977, p. 78-79). Il mesure actuellement environ 7,5 x 6 cm et semble être la partie gauche du fragment dessiné auquel il ne manquerait que le dernier rang de coquilles. Dans ce cas, il ne pourrait en aucun cas avoir eu une telle dimension... Deux hypothèses sont envisageables : soit le fragment dessiné n’est pas celui conservé au musée de Sens, soit A. Guillon a commis quelques erreurs lors de sa transcription graphique. Il nous semble qu’il faille privilégier la seconde hypothèse. En effet, le croquis ressemble en de nombreux points à l’enduit du musée (le sens des coquillages, la disposition de certaines parties d’enduits, des « scories »…) mais les différences sont nombreuses. Ainsi, il n’existe aucune trace de la présence d’un colimaçon à l’extrême gauche du fragment ; la bande de ce qu’il nomme « scories ou pierres vitrifiées » devant lui succéder n’existe pas, et la seconde bande de cette matière « bleu-verdâtre » est nettement moins large que sa représentation.

Fig. 2. Asquins-sous-Vézelay

(S. Heidet).

8Le second problème est posé par l’auteur de la notice d’Asquins-sous-Vézelay du Recueil des mosaïques de la Gaule qui, comme A. Guillon un siècle auparavant, parle d’« escargots » alors qu’il s’agit très clairement de petits coquillages marins appelés littorina (littorea). Contrairement à ce qu’il affirme, ces coquilles existent sur d’autres sites – comme Saintes et Carnac (MILN, 1877) – et nous avons pu en dénombrer dans neuf endroits au total. En Italie, les tesselles alternent très souvent avec les coquillages et la bordure est assurée par des filets de tesselles souvent blanches. Ici, les littorina remplacent cette bordure de tesselles et assurent une transition progressive par la forme et la couleur avec les cardium (edule) et le bleu égyptien. Ce type de coquillage n’est utilisé que sur les décors de Gaule : c’est qu’en effet sa présence n’est attestée que sur les côtes partant de la pointe de la Bretagne et remontant jusqu’à la Norvège. Le « fragment de terre cuite rouge » semble avoir été confondu avec le reste de mortier peint en rouge qui borde les littorina et qui constitue le fond d’une bande de gros coquillages cardium incrustés dont on remarque la trace, alternant avec des tesselles dont il reste une empreinte. Les tesselles pourraient avoir été blanches, comme c’est souvent le cas sur ce type de bordure et comme le confirment les exemples de Saintes et Castelnau-Barbarens.

9Enfin, ce qui est appelé chez l’un « scories ou pierres vitrifiées bleu-verdâtres », chez l’autre « fragments bleus de matière poreuse paraissant oxydée », n’est autre que du bleu égyptien en petites boules : un pigment à base de cuivre, quartz, calcite et sels alcalins (Ca Cu Si4 010) chauffé à plus de 800° dont Vitruve (De Architectura, VII, 11,1) nous donne la recette (BÉARAT, 1997, p. 24).

10Il ne reste aucune trace d’accrochage sur la dernière couche de mortier ; cependant celui-ci présente une légère courbure qui conviendrait bien à la forme des niches et A. Guillon situait déjà le décor sur celles-ci. Malheureusement, replacer précisément ce fragment sur une des niches semble un peu risqué.

  • 1 Il a été assez troublant de retrouver dans le catalogue du musée cette même comparaison et surtout (...)

11Même s’il est unique pour le site, cet enduit permet d’envisager une datation assez précise pour ce castellum aquae, ce qui n’avait pas été fait jusqu’ici. En effet, le fragment comporte de nombreuses analogies avec les enduits provenant du plafond des thermes (?) de Saintes que nous avons précédemment étudiés (HEIDET, à par.). Les matériaux incrustés sont identiques : littorina (littorea), cardium (edule), nodules de bleu égyptien, tesselles de mosaïque. Leur succession elle-même est semblable ; nous avons remarqué que l’enduit était là aussi peint en noir avant d’être incrusté de petites boules du pigment précieux. Ce fragment aurait pu à première vue – s’il n’avait pas comporté d’indication de provenance – être replacé dans le schéma du plafond de Saintes. Seules diffèrent les caractéristiques du mortier : son épaisseur, 3,5 cm à Asquins (bien qu’il soit possible que toutes les couches ne soient pas conservées) contre 7 cm sur certains fragments de Saintes, et surtout la succession des couches : trois roses, une beige clair et la couche d’incrustation blanche à Asquins, quatre couches roses et deux blanches à Saintes1. Mais les couches roses sont posées à la truelle de la même façon et il existe un semblable aspect rugueux de la couche picturale rouge.

12Ces nombreux points communs nous conduisent à émettre l’hypothèse qu’un même artiste ou qu’un seul atelier – italien – aurait pu travailler sur ces deux ensembles, à très peu de temps d’intervalle, sans savoir, bien entendu, quel décor a précédé l’autre. L’origine italienne de ces décors a été précédemment démontrée pour Saintes (nous avions en effet remarqué l’absence d’atelier de mosaïstes locaux) ; les techniques de pose correspondent à celles utilisées en Italie, ainsi que les matériaux employés.

Datation

13Ce rapprochement permet de proposer une datation à cet ensemble puisque le plafond de Saintes est, à présent, daté avec assez de précision.

  • 2 Ce fait s’explique par un probable déplacement de la famille de Vestorius (grand homme d’affaire qu (...)

14Notre fragment comporte aussi l’alliance de tesselles de mosaïque et de nodules de bleu égyptien qui se situe, dans la chronologie de l’opus musivum en Italie, dans un laps de temps assez court. Le bleu égyptien apparaît en Italie dès le « premier système décoratif » (vers le milieu du Ier siècle avant J.-C.), ce qui correspond à peu près à la période d’activité de Vestorius, qui avait importé la technique d’Égypte. Mais les tesselles de verre vont peu à peu remplacer dans les décors cette matière plus coûteuse. À partir de la fin du règne de Tibère, son utilisation disparaît progressivement sur l’ensemble de l’Italie, excepté à Pompéi et Herculanum où son emploi perdure jusqu’à la fin tragique des deux cités sous les Flaviens (79 après J.-C.)2. Enfin, en Italie, les coquillages disparaissent des décors d’opus musivum à partir du règne de Domitien.

15Ce décor d’Asquins-sous-Vézelay remonterait donc à une période située entre le règne de Tibère et, au plus tard, l’époque des Flaviens. Là aussi, il s’agirait d’un décor d’un certain prix appartenant à ce que nous avons défini comme le « troisième système décoratif italien » de l’opus musivum.

16On imagine mal l’existence d’une telle citerne, avec un décor luxueux, dans un monument isolé. Et de fait, l’équipe de prospection aérienne auxerroise a découvert sur la même commune, au « Champ des Églises », un grand ensemble de constructions organisé sur un plan rectangulaire selon une symétrie longitudinale (DELOR, s.d., p. 72-73, plan p. 83). Selon J.-P. Delor, son plan pourrait être celui d’une grande villa, mais un édifice rectangulaire important au centre du tiers occidental, auquel conduit l’axe d’accès au site, pourrait plutôt faire penser à une agglomération-sanctuaire. Le site s’étend sur trois hectares car d’autres bâtiments que ceux présents sur le plan se répartissent encore sur un cinquantaine de mètres vers l’est de la Cure.

17On pourrait alors évoquer deux sites très proches : Saint-Père-sous-Vézelay et les Fontaines-Salées. Les eaux salées très célèbres de ce dernier faisaient l’objet de cures et de pèlerinages. De plus, un autre lieu de captation de source, autrement plus célèbre, celui des Sources de la Seine, comportait également un décor d’opus musivum, mais sans coquillages cette fois, autour du bassin de la source sacrée de la déesse guérisseuse Séquana (DARMON, LAVAGNE, 1977, p. 36 ; MARTIN, 1953, p. 135- 155 ; MARTIN, 1954, p. 289-295). La mosaïque murale en question figurait peut-être cette déesse puisque quelques fragments présentent un bras et un torse féminins.

18L’importance de l’eau dans cette région a peut-être conduit les habitants de l’antique Asquins à faire décorer ainsi d’un riche opus musivum, par un artisan ou un atelier italien, un lieu de captation de source qui devait, au premier siècle de notre ère, être pour eux d’une grande valeur.

Quarré-les-Tombes « Le Carriot » (Yonne)

19Le site, fouillé peu de temps avant 1914, se situe au lieu-dit « Le Carriot », entre les hameaux de Chaumes et le Moulin-Colas. L’inventeur, E. Armandin, pharmacien de la ville, a découvert une villa romaine située près de la voie qui relie Autun à Auxerre. Aucune publication n’a été réalisée ; seuls quelques renseignements permettent de situer les fragments d’opus musivum à coquillages (DARMON, LAVAGNE, 177, p. 79-80, pl. LIV ; POULAINE, 1916, p. 61). Ils auraient été trouvés dans les fouilles de la piscine, dont le fond et les parois étaient constitués de dalles de pierre contenant des poissons fossilisés. La mosaïque avec sa bordure à coquillages devait provenir des parois de la pièce comprenant la piscine.

20À l’époque du Recueil des mosaïques de la Gaule, cinq fragments étaient conservés au musée de Saint-Père-sous-Vézelay mais ils ont été restitués à la Société des Fouilles archéologiques et des Monuments historiques de l’Yonne ; ils sont gardés actuellement dans son local d’Auxerre où j’ai pu les étudier avec l’aimable autorisation de ses membres.

21L’ensemble est donc composé de cinq fragments incrustés de tesselles en verre aux dominantes bleues et vertes de différentes tonalités, de jaune, de rouge (en verre mais aussi en terre cuite), toutes très oxydées ; d’autres sont en pierre blanche. Nous avons remarqué que les cubes rouges en terre cuite étaient beaucoup plus petits que les autres et qu’ils intervenaient dans les motifs sur fond bleu et vert.

22Les photographies du Recueil regroupent sur la photographie 1 trois fragments. Après examen, il semble qu’ils ne soient pas liés de cette manière car les mortiers et les motifs ne correspondent malheureusement pas. De plus, cette « restitution » placerait au centre d’un champ de mosaïque un cardium (edule) sur fond rouge bordeaux, ce qui semble peu vraisemblable. Hélas, les cinq fragments restent isolés et ne s’assemblent pas.

23Les incrustations étaient réalisées sur deux premières couches roses de 2,5 cm, suivies d’une troisième gris-rose de 1,4 cm ; enfin, elles étaient directement posées sur une couche de mortier blanc de 0,5 à 1 cm d’épaisseur selon le type d’incrustation. Les mortiers comportent des éclats de tuileaux, du sable et beaucoup de pailles.

24Deux fragments conservent la trace d’une rangée de cardium. Le fragment 1 (fig. 3) garde deux empreintes de cardium avec des éléments de coquilles encore en place sur un fond rouge bordeaux. Entre eux et en bordure du double filet blanc encadrant la scène en mosaïque, quatre tesselles forment une « demi-fleurette » aux pétales jaunes et au cœur blanc. La séparation entre la bande aux coquillages et le panneau mosaïqué a été défini par un tracé préparatoire gravé sur le mortier. Sur cet élément les tesselles forment deux zones, l’une rouge et l’autre jaune. La pose des coquillages s’est faite directement dans le mortier encore frais.

25Sur le fragment 2 (fig. 4) subsiste une petite trace de l’incrustation d’un cardium sur fond rouge bordeaux ; un tracé préparatoire incisé sépare la zone incrustée de tesselles dont les premiers filets (un petit rouge en terre cuite puis un second blanc) suivent une forme en demi-cercle autour de la coquille qui est ainsi festonnée. Le reste du champ dessine peut-être sur un fond bleu et vert la queue d’un poisson en tesselles bleu pâle et blanches.

Fig. 3. Quarré-les-Tombes. Fragment 1

(S. Heidet).

Fig. 4. Quarré-les-tombes. Fragment 2

(S. Heidet).

26Sur le fragment 3, les vestiges d’une ou deux queues de poissons (en tesselles de terre cuite rouge et en verre bleu foncé) et le début du ventre d’un animal (?) sont encore décelables sur un fond bleu pâle.

27Le numéro 4 est un fragment où seule la mosaïque est présente ; il mesure environ 21 x 25 cm. Le champ est couvert de tesselles aux tonalités de bleu et de vert – dessinant des motifs que nous n’arrivons plus à discerner – sur lequel se place, dans un coin du fragment, un triangle de tesselles rouges en terre cuite, doublées sur une face par trois tesselles en verre rouge oxydé dessinant peut-être la queue d’un autre poisson au corps bleu pâle.

28Enfin, le dernier fragment, le plus petit, présente différentes bandes circulaires blanches, bleu pâle, bleu-vert, bleu foncé, rouge, bleu pâle et foncé.

29Il semble que le décor représentait une scène marine où les poissons nageaient sur un fond bleu, encadrée, sur une partie, par une bande de cardium sur fond rouge bordeaux alternant avec des « demi-fleurettes » jaunes et blanches, et sur une autre par une bande de cardium festonnés sur un même fond rouge bordeaux.

Comparaisons – datation

30Les bandes à cardium sur fond rouge bordeaux sont les plus représentées dans l’opus musivum d’Italie et de Gaule. En Gaule, nous en avons répertorié à Champvert (Nièvre), Castelnau-Barbarens (Gers), Chamiers (Dordogne), bandes constituées d’alternance de coquilles et de tesselles (FERRY, 1989 ; LACAILLE, 1987). Mais, il ne s’agit pas, à Quarré-les-Tombes, de simples bandes comme celles que nous venons de citer. Elles comportent quelques raffinements supplémentaires. Sur la première, les cardium n’alternent pas simplement avec une unique tesselle, mais avec un petit motif de « demi-fleurette » et sur la seconde, les coquillages sont festonnés.

  • 3 Les fontaines de la Casa dell Triclinio all’aperto (II. 9, 1), de la Casa della Fontana grande (VI, (...)

31En Italie, si cet ornement est très fréquent3, les motifs en tesselles ne semblent pas exister entre les coquilles, il s’agit pour la plupart de quelques cubes posés sans ordre et sans motifs réels. En Gaule, le schéma des bandes à cardium sur fond rouge, avec motif intermédiaire, se retrouve à Saint-Romain-en-Gal, dans les petits thermes du IIIe siècle, où coquillages et tesselles sont peints (BARBET, 1982 ; BOUCHER, 1980), et sur un fragment d’Évaux-les-Bains (Creuse) (JANICAUD, 1934).

32La technique de pose des coquillages utilisée ici, est la même qu’à Champvert, à Castelnau-Barbarens en bordure de mosaïque, à Saintes sur un plafond et à Asquins-sous-Vézelay sur une niche. C’est la technique la plus courante ; elle consiste à incruster directement le coquillage dans le mortier frais.

33Le décor de scène marine est très répandu tant pour la mosaïque de sol ou de parois que pour la peinture murale. En opus musivum proprement dit, nous pouvons citer deux décors pompéiens avec des poissons sur fond bleu-vert, en partie basse des niches des fontaines : Casa del Triclinio all’aperto et Casa dell’Orso, toutes deux du milieu du Ier siècle de notre ère. En Gaule, les ensembles étant très fragmentaires, il est souvent difficile d’identifier le thème de la mosaïque murale. À Castelnau-Barbarens, les motifs ne sont même plus reconnaissables. La villa du « Carriot » n’est pas assez documentée et n’a donc pas pu être datée jusqu’ici et nous ne connaissons pas la composition du matériel qui a été recueilli avec ces cinq fragments.

34Seul le site de Champvert semble présenter une scène marine avec poissons et coquillages. Par les motifs et par la proximité géographique, il semble en effet que l’exemple le plus proche de Quarré-les-Tombes soit la mosaïque pariétale de Champvert. Ces deux exemples, à quelques kilomètres de distance, pourraient-ils avoir été réalisés par le même atelier, qui aurait ainsi exécuté au moins deux décors dans cette région ? Pouvons-nous, sur la simple ressemblance stylistique et la proximité géographique, dater ces décors de parois de la même époque ? Et enfin, la mosaïque de Champvert est-elle datable ?

35Nous nous proposons donc d’étudier maintenant la mosaïque de Champvert.

Champvert « Les Chétives Vignes » (Nièvre)

36Des fouilles eurent lieu de 1896 à 1901 à l’extrémité ouest du bourg, à la suite de l’aménagement d’un jardin en 1889. La villa découverte se trouve sur le flanc d’une colline dominant la vallée de l’Aron et couvre environ deux hectares ; les thermes sont à quinze mètres de la route de Decize (GAUTHIER, 1902a ; GAUTHIER, 1902b ; Catalogue, 1946). Ils figurent sur un plan de Gauthier (fig. 5).

37Un sondage a été effectué en 1982 sur le site par le docteur Alain Pagès pour retrouver les murs découverts en 1897. Il semble que le plan de Gauthier n’ait pas été parfaitement retrouvé sur le terrain. La pièce qui nous intéresse n’est malheureusement pas nommée ni décrite avec précision ; nous savons juste qu’elle a été fouillée avant 1901 et il semble qu’elle ne fasse pas partie des thermes, même si un tuyau de plomb traversait son mur à l’angle nord-ouest pour aboutir à un égout. Il pourrait s’agir de la petite pièce appelée X sur le plan.

38Cependant, dans la Carte archéologique de la Nièvre (BIGEARD, 1996), l’auteur situe ce décor dans la pièce B, dont les dimensions conviennent approximativement (à 40 cm près), mais dont les descriptions ne correspondent pas à notre pièce. Pourrait-elle être, comme A, un réservoir d’eau de chaque côté d’un foyer C ?

39En tout cas, notre décor appartient à une petite salle de 3,50 m par 2,20 m. Son sol était composé d’un béton rouge de 85 cm d’épaisseur avec un pavage de dalles de 75 cm par 50 cm en marbre blanc veiné jaune. Le soubassement des murs était orné d’enduit rouge (mortier de tuileau ?) formant des panneaux de dimensions variant de 45 à 60 cm de large, séparés par des rainures de 10 à 15 cm de large et profonde de 5 cm environ. Le revêtement de ces panneaux a disparu mais tout porte à croire que c’était bien la mosaïque marine dont de nombreux morceaux ont été trouvés à cet endroit. Elle formait un panneau dont la hauteur (70 à 80 cm) correspondait exactement à celle de l’enduit adhérant encore aux murs (BLANCHET, 1906 ; BLANCHET, 1913, p. 48 et 116). De plus, la partie exécutée en mosaïque reposait sur une bande de stuc peinte en rouge, de 10 cm de largeur, formant la plinthe et dans laquelle on avait incrusté à intervalles réguliers des cardium accotés de petits cubes blancs. Le panneau de mosaïque était également surmonté d’une seconde frise rouge identique. Son extrémité supérieure était arrondie afin de la faire coïncider avec l’épaisseur de l’enduit peint de la partie supérieure des murs de la salle. Elle passe ainsi d’une épaisseur de 6 cm à 4 cm. Le mortier de pose de ce panneau est constitué d’une première couche rose en tuileau très fin et sableux (3,8 cm) ; le lit de pose des incrustations consiste en une couche de mortier blanc de chaux (0,7 cm).

Fig. 5. Villa de Champvert. Plan des bains

(GAUTHIER, 1902).

40Les peintures murales supérieures reproduisaient sur fond bleu les mêmes sujets que la mosaïque, des poissons de différentes espèces, aux couleurs variées, nageant en tous sens et alternant avec des coquilles marines du genre cardium. Ces coquillages semblent, d’après les descriptions assez confuses qui en sont données, avoir été disposés en bandes (de 10 cm de long et 2 cm de large ?) alternativement jaune foncé et brun foncé. Elles imitaient peut-être une bande d’opus musivum comme il y en a dans la partie inférieure du décor. Malgré le nombre de ces fragments de peinture murale, « plusieurs brouettées de morceaux de stuc avec peinture », les fouilleurs n’ont pas réussi à reconstituer en entier un seul poisson ou une coquille.

41La mosaïque, formée de cubes de 0,5 à 1,2 cm, se compose de tesselles de pierre noir mat, blanches, deux nuances de gris, beige, rose, deux nuances d’ocre jaune, marron ; de céramique rouge et jaune pâle, et de pâte de verre bleu vif, bleu pâle, turquoise, vert clair. Elle représente, sur un fond blanc, divers poissons dont un de 50 cm de long et 18 cm de large nageant vers la droite du décor (tesselles bleu foncé, bleu clair, noires, blanches, roses, rouges), un dauphin et une coquille ovale très incomplète. Dans la partie inférieure, le museiarius a représenté une belle coquille de type Saint-Jacques en forme d’éventail, retrouvée intacte, en cubes bleus (clair et foncé), gris, noirs, blancs, rouges et roses. Des lignes grises symbolisaient l’eau. Le contour du panneau de mosaïque était formé de deux rangs de cubes rouges de 1 cm de côté et de deux lignes de tesselles blanches, deux fois plus petites, qui servaient de séparation entre lamosaïque proprement dite et la bande peinte d’encadrement.

42À l’origine, une trentaine de fragments de mosaïque avaient été exhumés ; lors de son étude pour le Recueil général des mosaïques de la Gaule, il n’en restait plus que quatorze (BLANCHARD-LEMÉE, 1975, p. 124). Conservés par G. Gauthier, ils avaient été acquis par J.-A. Palet, conservateur du musée archéologique du Nivernais ; ils sont encore entreposés aux Archives départementales de la Nièvre à Nevers.

Comparaisons – datation

43La pièce aurait été décorée ainsi avant la première destruction (un incendie au IIIe siècle), puisque l’on trouve un nouveau pavage au-dessus qui daterait peut-être de la reconstruction, au IVe siècle après J.-C.

44Les frises à décor marin sont assez communes aussi bien en mosaïque (MEYBOON, 1977) qu’en peinture murale. Déjà, à la maison du Faune à Pompéi (VI, 12, 2), un sol est orné par un tel décor. En peinture murale, il existe par exemple une frise marine en prédelle du Quatrième style à la maison des Vettii (VI, 15, 1) de Pompéi.

45En opus musivum, de telles scènes bordées de cardium se retrouvent dans la partie basse des niches des fontaines, comme celle de la Casa del Triclinio all’aperto et celle de la Casa del’Orso à Pompéi, ou dans une niche du nymphée de Massalubrense (BUDETTA, 1996 ; SAO PAULO, 1995).

46Pour la Gaule, on rencontre très souvent ce motif d’un tableau central à poissons et coquillages sur les sols ; il est, de plus, bordé d’un faux rang de murex (brandaris) en mosaïque à Vienne, dans un ensemble daté du troisième quart du IIe siècle, découvert en 1772 par Schneyder dans la « plaine de l’Aiguille » (LANCHA, 1981). En peinture murale, une frise de poissons sur fond bleu a été mise au jour au centre hospitalier de Lisieux ; elle daterait du Ier siècle de notre ère.

47Enfin, pour l’opus musivum de Gaule, l’exemple le plus proche, pour le style et la distance, se trouve comme nous l’avons vu à Quarré-les-Tombes. Ici, aussi, la mosaïque est bordée d’une bande de cardium sur fond rouge et, sur un fragment ou deux, nous identifions la queue bifide d’un poisson sur fond bleu.

48Ces deux exemples, à quelques kilomètres de distance, pourraient-ils être issus d’un même atelier ? Pouvons-nous nous autoriser à dater de la même époque Quarré-les-Tombes et Champvert sur la simple ressemblance stylistique et la proximité géographique ?

49Les bandes à coquillages alternant avec des tesselles blanches sur fond rouge bordeaux en bordure de scène de mosaïque sont très communes, aussi bien en Italie dès l’époque tibérienne qu’en Gaule. L’encadrement de cardium sur fond rouge bordeaux alternant avec des petites tesselles isolées se retrouve donc à Quarré-les-Tombes, àCastelnau-Barbarens et aux petits thermes de Saint-Romain-en-Gal où la mosaïque et la bordure sont représentées en peinture imitant un opus musivum.

50L’ensemble de Castelnau-Barbarens pourrait avoir été réalisé avant la fin du IIe siècle de notre ère, date de l’incendie qui ravagea le site ; Quarré-les-Tombes, sans datation, paraît être en relation directe avec Champvert, et Saint-Romain-en-Gal serait daté des réfections du IIIe siècle.

51Les premières monnaies retrouvées sur l’ensemble du site datent d’Hadrien et d’Antonin, et les dernières de Valentinien. Pouvons-nous alors donner une fourchette chronologique allant de la fin du IIe au début du IIIe siècle ?

52Quelle était la destination de cette pièce ? Elle ne semble pas appartenir aux thermes même si, en Gaule, ce type de décor appartient en majorité à ce genre d’édifice (environ 50 % des sites). Cependant, il est certain que le thème de scène marine évoque une pièce en relation directe avec le monde aquatique. Le choix de ce thème pour la décoration en opus musivum et en peinture montre qu’il a existé un programme très planifié et un accord parfait entre le travail du peintre et celui du museiarius. Les motifs de bandes de coquillages peints traduisent peut-être aussi une sorte de jeu entre les différentes disciplines. À Corseul (Côte-d’Armor), au Champ Mulon, nous retrouvons ce genre de mélanges des genres puisqu’il s’agit d’un décor peint imitant une scène de mosaïque (dont le thème est peut-être d’ailleurs marin), encadrée de vrais cardium.

  • 4 « Il pénètre dans un atrium construit avec des pierres ponces poreuses et du tuf non poli ; la terr (...)

53De plus, à Champvert, les fouilleurs avaient découvert un tuyau de plomb traversant le mur à l’angle nord-ouest pour aboutir à un égout. Nous proposons donc de voir dans cette petite pièce un nymphée évoquant directement les demeures des dieux marins de la religion romaine, comme en décrit Ovide4, replacées dans un contexte privé de la fin du IIe et du début du IIIe siècle de notre ère.

54Revenons maintenant à Quarré-les-Tombes.

55En absence d’indices chronologiques sûrs, il est difficile d’affirmer que cette seconde mosaïque date de la même époque, mais il semble fort probable que ces deux sites aient été en relation. Le problème de la destination de la pièce se posait également sur ce site. Il pourrait s’agir encore d’une sorte de nymphée, car la sophistication du revêtement de la piscine (présence de fossiles de poissons) n’est peut-être pas parfaitement compatible avec une simple baignoire de thermes. Il est possible que les propriétaires de cette villa aient souhaité s’entourer d’un tel raffinement pour imiter le décor des demeures des dieux marins à l’intérieur de leur maison de simples mortels, suivant en cela la mode lancée par les empereurs et les aristocrates romains dans un premier temps, et répandue non seulement partout en Italie mais aussi en Gaule dès le Ier siècle de notre ère.

Conclusion

56Ces trois ensembles semblent bien suivre la chronologie et l’évolution de l’opus musivum à coquillages en Gaule. En effet, nous aurions un ensemble du Ier siècle avec Asquins-sous-Vézelay, et deux ensembles de la période de la fin du IIe au début du IIIe siècle : Champvert et Quarré-les-Tombes. Or, nous retrouvons ces deux époques distinctes caractérisant les décors à coquillages sur l’ensemble de la Gaule. La première se définit par une décoration très proche de celle qui existe en Italie à la même période (présence de bleu égyptien, de rocailles, de rubans de verre torsadé) et qui semble réservée à des bâtiments importants et riches. La deuxième, qui se situe de la fin du IIe jusqu’au début du IIIe siècle après J.–.C., comprend des exemples beaucoup plus nombreux. Les Gallo-romains reprennent avec un siècle de retard le « troisième système décoratif » italien tombé en désuétude dans ce pays : les mosaïques murales à bordure de coquillages. Cependant, au cours de cette seconde période, les artisans vont aussi créer un système décoratif spécifique à la Gaule et plus particulièrement à une région qui s’étend dans l’ouest de la Lyonnaise, de la pointe de la Bretagne jusqu’à Poitiers et qui n’est donc absolument pas représenté en Bourgogne. Il est à noter que divers sites bourguignons (Belleneuve, Corsaint, Nuits-Saint-Georges et les Sources de la Seine) représentent d’autres aspects de l’opus musivum (composé uniquement de tesselles) que nous n’avons pas eu le temps d’exposer pour cette présente communication, mais qui auront leur place dans l’étude complète des décors de parois et de plafonds à matériaux mixtes que nous avons entreprise dans le cadre de notre doctorat.

Bibliographie

Bibliographie

BARBET A., 1982, « Quelques rapports entre mosaïques et peintures murales à l’époque romaine », in : Recueil d’hommages à Henri Stem, Paris, p. 43-53.

BÉARAT H., 1997, « Quelle est la gamme exacte des pigments romains ? Confrontation des résultats d’analyse avec les textes de Vitruve et de Pline », in : Roman Wall Painting, Materials, Techniques, Analysis and Conservation, Proceedings of the International Worshop, Fribourg, 7-9 March 1996, Fribourg, p. 11-34.

BIGEARD H., 1996, Nièvre, Carte archéologique de la Gaule 58, Paris, p. 90-96.

BLANCHARD-LEMÉE, 1975, Recueil général des mosaïques de la Gaule. Gaule II : Lyonnaise 2, Paris (Xe suppl. à Gallia).

BLANCHET A., 1909, Inventaire des mosaïques de la Gaule, II, Paris.

BLANCHET A., 1913, Étude sur la décoration des édifices en Gaule romaine, Paris, p. 48 et 116.

BOUCHER J.-P., 1980, « Informations archéologiques», Gallia, 38, p. 528.

BUDETTA T., 1996, « Il ninfeo a mosaico di Massalubrense : nuove scoperte », in : Atti del III colloquio dell’Associazione italiana per lo studio e la conservazione del mosaico, Bordighera, 6-10 décembre 1995, Bordighera, p. 695-704.

DARMON J.-P., LAVAGNE H., 1977, Recueil général des mosaïques de la Gaule. Gaule II : Lyonnaise 3, Paris, p. 36 (Xe suppl. à Gallia).

DELOR J.-P., 1994, Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, Asquins-sous-Vézelay (n° 53), p. 72-73, plan p. 83.

FERRY D., 1989, « La villa gallo-romaine du Taros à Castelnau-Barbarens (Gers) », Bull, de la société du Gers, 90, p. 415-440.

GAUTHIER G., 1902a, « Les bains de la villa gallo-romaine de Champvert », Bull, de la société des antiquaires de France, p. 183-186.

GAUTHIER G., 1902b, « Les bains de la villa gallo-romaine de Champvert », Bull, de la société nivernaise, IX, Nevers, p. 449-459.

Catalogue de l’exposition nivernaise d’Art celtique et gallo-romain, Nevers, Chapelle Sainte-Marie, 7-23 avril 1946, publié par la société de Compierre.

GUILLON A., 1895a, L’ami des monuments, IX, p. 228.

GUILLON A., 1895b, « Piscine romaine à Asquins-sous-Vézelay », Bull, de la société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 49, IIe partie, p. 109- 112.

GUILLON A., 1896, Bulletin Monumental, p. 375.

HEIDET S., à paraître, « Redécouverte d’un plafond en opus musivum à coquillages à Saintes (Charente Maritime) », in : Actes du XVe séminaire de l’AFPMA, Sois sons, 18-19 octobre 1996.

JANICAUD G., 1934, « Évaux gallo-romain », Mémoire de la société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 25, 3e fasc., p. 401-425.

LACAILLE A., 1987, « Un fragment de décor pariétal gallo-romain découvert à Chamiers en 1886», Document d’archéologie périgourdine (ADRAP), II, p. 993- 995.

LACROIX (abbé), s.d., Répertoire des établissements gallo-romains répartis dans le bassin du cours moyen de la Cure.

LANCHA J., 1981, Recueil général des mosaïques de la Gaule. Gaule III : Narbonnaise 2, Paris, p. 132-135 (Xe suppl. à Gallia).

MARTIN R., 1953, « Les fouilles des Sources de la Seine », Mémoire de la C.A.C.O., 1947-53, p. 135-155.

MARTIN R., 1954, « Les fouilles des Sources de la Seine », RAE, 19, fasc. V, p. 289-295.

MEYBOON P. G. P., 1977, « I mosaici pompeiani con figure di pesci », Mededelingen van Het Nederlands Instituts te Rome, 39, p. 49-94.

MILN J., 1877, Fouilles faites à Carnac (Les Bosseno) et le Mont-Saint-Michel, Paris.

OLLAGNIER A., JOLY D., 1994, Eure-et-Loir, Carte archéologique de la Gaule 28, Paris, fig. 135-136.

POULAINE F., 1916, « Excursion géologique et archéologique à Quarré-les-Tombes », Bull, de la Société Scientifique de l’Yonne, p. 61.

SAO PAOLO V., 1995, « Il ninfeo a mosaico di Marina della Lobra (Massalubrense) », in : Atti del II colloquio dell’Associazione italiana per lo studio e la conservazione del mosaico, Roma, 5-7 décembre 1994, Bordighera, p. 59-70.

Notes

1 Il a été assez troublant de retrouver dans le catalogue du musée cette même comparaison et surtout une coquille d’escargot remplie de mortier rose comportant l’étiquette : « ornementation des bains de Saintes. Don de M. J. Jullist ». Cette coquille ne correspond à aucun enduit du musée de Saintes.

2 Ce fait s’explique par un probable déplacement de la famille de Vestorius (grand homme d’affaire qui avait importé d’Égypte et perfectionné la technique du bleu égyptien, qui adopta son nom et devint le «bleu Vestorien ») de Pouzzoles à l’ager Pompeianus (VITRUVE, De Architectura, VII, 11, 1 ; PLINE l’Ancien, N.H., XXXIII, 162).

3 Les fontaines de la Casa dell Triclinio all’aperto (II. 9, 1), de la Casa della Fontana grande (VI, 8, 22), de la Casa dell’Orso (VII, 2, 45) à Pompéi, le fronton du jardin de la Casa dei Cervi (IV, 21) à Herculanum, pour ne prendre que quelques exemples.

4 « Il pénètre dans un atrium construit avec des pierres ponces poreuses et du tuf non poli ; la terre humide y était recouverte d’une mousse spongieuse ; le plafond était orné de caissons formés par des coques et des murex alternés » (atrium de la grotte où demeure le dieu-fleuve Achéloüs, fils d’Océan et de Thétis : OVIDE, Mét., VIII, 562-564, édition et traduction G. Lafaye, 6e tirage revu et corrigé par H. Le Bonniec, collectionuniv.deFrance, Paris, 1989,p. 80).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Présence d’opus musivum en Bourgogne
Crédits (S. Heidet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 2. Asquins-sous-Vézelay
Crédits (S. Heidet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 3. Quarré-les-Tombes. Fragment 1
Crédits (S. Heidet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 4. Quarré-les-tombes. Fragment 2
Crédits (S. Heidet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 5. Villa de Champvert. Plan des bains
Crédits (GAUTHIER, 1902).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Doctorante, Université de Dijon –4, rue Armand Peugeot, 25700 Valentigney.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search