Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Première partie. Peintures murales en Bourgogne

Peinture romaine du troisième style à Dijon

Karine Caspard

Texte intégral

  • 1 Ayant fait l’objet d’une évaluation préliminaire par Alix Barbet, cet ensemble a été présenté brièv (...)

1Les fragments qui nous ont été confiés proviennent d’une fouille de sauvetage, dirigée par Laurent Pelletier et effectuée au mois de mai 1995 au 32, rue Sainte-Anne à Dijon (Côte-d’Or) à l’emplacement de l’actuelle résidence « Les Visitandines » (fig. 1)1.

2L’ensemble d’enduits peints se compose essentiellement de petits fragments, dont la plupart appartenaient de toute évidence au même ensemble. Leur taille et leur nombre réduit (quelques caissettes) ne nous permettront pas de reconstituer précisément un décor.

Observations techniques

Le mortier

3Les fragments comportent trois couches de mortier dont la première, de couleur beige et composée d’éléments fins, a été passée en deux fois. La seconde couche est de couleur plus claire – un beige virant au gris clair – et mesure environ 0,8 cm. La troisième, couche de surface supportant l’enduit, est blanche et son épaisseur varie de 0,4 à 1 cm.

Fig. 1. Dijon, rue Sainte-Anne. Plan de situation.

La couche picturale

La couche picturale est, dans l’ensemble, bien lissée. Le sens de lissage se remarque sur quelques fragments rouge ocre, mais il est peu lisible sur les noirs. Seuls quelques fragments, moins soignés, que nous localiserons en zone inférieure, ont gardé les stries du pinceau, ou de la brosse, utilisé par le peintre. La couleur est particulièrement dense et ne laisse pratiquement jamais apparaître l’enduit sous-jacent.

Restitution du décor

4L’ensemble d’enduits peints étudié appartient, on l’a dit, à un même groupe. Plusieurs « fragments clés » isolés nous permettent de comprendre la composition générale du décor qui répond à un schéma habituel : un compartimentage de la paroi en grands panneaux unis rouge ocre, séparés par de petits inter-panneaux noirs ornés d’un candélabre grêle. Sur la restitution proposée, les dimensions des panneaux et de la paroi sont totalement hypothétiques (fig. 2).

5Un fragment noir uni (n° 57) présentant une arête verticale de mur atteste que la paroi commençait par un champ noir. Nous l’avons placé en zone basse, mais rien n’empêche qu’il s’agisse d’un inter-panneau et d’un angle de paroi à gauche ; ainsi la paroi aurait été découpée au niveau d’un inter-panneau et non pas, comme dans le cas de la première hypothèse, au niveau du panneau rouge ocre.

6Nous nous sommes référée à des schémas communs pour évaluer la hauteur des deux zones principales composant la paroi ainsi que la largeur des panneaux. Nous avons estimé la hauteur de la zone basse à 80 cm, celle de la zone médiane à 160 cm, soit deux fois la précédente, tandis que la zone terminale, très réduite, devait mesurer 10 cm au maximum (la hauteur conservée de cette partie est de 7 cm). L’élévation à laquelle nous aboutissons est d’environ 250 cm, ce qui est plausible.

Fig. 2. Dijon, rue Sainte-Anne. Restitution proposée

(K. Caspard).

La zone inférieure

7Au bas de la paroi court une sous-plinthe noire mouchetée de blanc, d’ocre jaune et de rouge ocre. Elle est séparée par un double filet blanc et noir d’une plinthe à longs compartiments noirs avec filet d’encadrement intérieur blanc et à compartiments étroits ocre jaune moucheté de rouge ocre. Rien ne permet de dire qu’il y ait eu un quelconque ornement à l’intérieur des compartiments noirs.

8La sous-plinthe pouvait mesurer 15 cm de haut et la plinthe s’élever sur une soixantaine de centimètres.

9La transition vers la zone médiane s’effectue par l’intermédiaire d’une succession de bandes horizontales de différentes largeurs, par lesquelles on a voulu créer un soubassement fictif avec des effets d’ombre et de lumière. Les bandes, rouge bordeaux et noires, rappellent sans doute les parties ombrées d’une corniche. Elles sont suivies d’une succession de bandes vertes et blanches en dessous desquelles apparaît un dégradé de violet suggérant peut-être une nouvelle zone d’ombre. En dessous, à nouveau, une alternance de bandes vertes et blanches repose sur des couleurs plus sombres, vert foncé, noir et rouge bordeaux.

La zone médiane

10D’après les fragments, la zone moyenne devait recevoir un schéma décoratif simple, dans lequel, rappelons-le, se trouvait l’alternance de panneaux rouge ocre et d’inter-panneaux noirs. Les panneaux et les inter-panneaux sont séparés par un quadruple filet, deux filets blancs encadrant un filet bleu et un filet bordeaux.

11Chaque panneau rouge ocre comporte – sur au moins trois côtés: les parties verticales (fragment n° 8) et la limite supérieure (fragment n° 36) –, un filet d’encadrement intérieur blanc de 0,5 cm d’épaisseur. En revanche, on ignore s’il en existait un en bas. Deux fragment attestent que le filet blanc vertical rejoint la partie basse (fragment n° 37) et la partie supérieure (fragment n° 55).

12Le décor de ces panneaux devait être assez réduit. En effet, nous n’avons que trois fragments présentant un motif sur fond rouge ocre. Deux d’entre eux montrent des fragments d’oiseaux que nous avons replacés en vignette. Sur l’un (n° 35), on voit un oiseau bleu vu de profil et dirigé vers la gauche ; un petit ver pend de son bec. La patte avant gauche est encore levée dans l’attitude de porter la proie au bec. Dessus de la tête noir, œil cerné de noir au-dessus de la joue blanche, plumage gris bleu du ventre, aile noire dont chaque plume est marquée d’une tache blanche : malgré l’absence de la partie postérieure, l’oiseau est bien identifiable, c’est une bergeronnette grise (fig. 3 et 4).

Fig. 3. Dijon, rue Sainte-Anne. Motifs figurés sur fond rouge

(K. Caspard).

13Sur un autre (n° 53) apparaît une tête d’oiseau tournée vers la droite, plus gros que le premier. C’est peut-être un canard. Cette proposition est tout à fait hypothétique puisque nous ne possédons pas le reste du corps. Nous nous sommes inspirée d’une représentation pompéienne, la peinture qui ornait le côté gauche de la paroi est du tablinum 5 de la maison située rég. I, ins. 9, n° 12, pour restituer l’oiseau et proposer une autre vignette (fig. 3). Le troisième fragment (n° 5), présente un motif tronqué que nous avons identifié comme une ombelle, mais que nous n’avons pas pu replacer dans la restitution (fig. 3).

14Dans chaque inter-panneau noir se dessine un candélabre grêle occupant sans doute toute la hauteur de la zone médiane (fig. 5 et 6). La hampe est traitée dans un dégradé – vert ocré allant jusqu’au blanc crème – qui doit traduire un volume. Elle recevait des éléments simples, comme les trois bagues superposées avec une ligne de perles tombant de la bague médiane, la plus large (n° 42). La base du candélabre est restituée d’après un seul fragment (n° 31) sur lequel deux supports différents sont posés sur la pseudo moulure : l’un mesure 2,5 cm tandis que l’autre, qui semble évidé, n’a qu’une largeur de 2 cm. Nous avons restitué un support symétrique au plus mince. Nous pourrions être en présence d’une base de candélabre en trépied schématisé.

15Nous n’avons pas pu replacer dans le dessin, ni même expliquer, un fragment (n° 44) présentant un double trait composé de deux filets, vert ocré et crème, mesurant 0,1 cm chacun ; semblable à une tige de candélabre, il forme une oblique rectiligne peu au-dessus de la bande de transition entre la zone médiane et la zone basse.

Fig. 4. Dijon, rue Sainte-Anne. Oiseau (bergeronnette).

(K. Caspard).

Fig. 5. Dijon, rue Sainte-Anne. Éléments de candélabre sur fond noir

(K. Caspard).

16La zone médiane se termine par une succession de bandes de couleurs suggérant une corniche. Un fragment (n° 32) marque, par la forme de son enduit en biseau, la limite sommitale de la paroi.

Analyse stylistique

17La composition de la paroi est commune et nous pouvons la rapprocher, par exemple, de la paroi de la pièce I de la maison dite « Le Prétoire » à Vaison-la-Romaine (ALLAG, BARBET, 1995). Elle se distingue par la sobriété de son décor mais aussi par la minutie dont a fait preuve le peintre pour son exécution.

Fig. 6. Dijon, rue Sainte-Anne. Candélabre (détail)

(K. Caspard).

18Nous ne pouvons guère avancer de datation précise d’après les motifs du décor, trop fragmentaires et trop peu nombreux. Le motif de l’oiseau, sans ligne de sol apparente sur le fragment et que nous avons replacé en vignette, n’est pas exceptionnel puisqu’on peut trouver des exemples similaires, notamment dans la peinture pompéienne. Toutefois son coloris dans les tons bleutés est plus rare. Ce bleu froid apparaît également dans le quadruple filet séparant les panneaux rouge ocre et les inter-panneaux noirs, entre le rouge bordeaux et le blanc. Rien d’exceptionnel en ce qui concerne le choix du sujet, mais il faut souligner la facture très fine, l’aspect léché dans le rendu du plumage de l’oiseau et la finesse des détails.

19Une datation d’ordre stylistique peut être avancée grâce à la finesse du quadruple filet, au choix et au traitement des motifs dont la facture s’apparente au Troisième style précoce, encore marquée par la phase dite « sévère ». Il semble que la sous-plinthe à fond noir lisse soit également caractéristique de cette période.

20Ces vestiges, si modestes soient-ils, apportent un témoignage d’une peinture précoce dans un îlot d’occupation antique se trouvant dans le centre-ville de Dijon.

Bibliographie

Bibliographie

ALLAG C., BARBET A., 1995, « Vaison-la-Romaine, la maison dite ‘Le Prétoire’ », in : Actes des séminaires de l’Association française de peintures murales antiques, Aix-en-Provence, Narbonne et Chartres, 1990-1991-1993, p. 85-92 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 10).

BARBET A., 1982, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule », Gallia, 40, fasc. 1, p. 54-82.

BARBET A., 1983, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule », Gallia, 41, fasc. 1, p. 111-165.

BARBET A., 1984, « La peinture murale en Gaule », Dossiers/Histoire et Archéologie, n° 89, p. 29-34.

BARBET A., 1985, La peinture murale romaine : les styles décoratifs pompéiens, Paris, éd. Picard, 285 p., 200 fig., 8 pl. coul.

DESTI M. (d’après L. PELLETIER), 1998, « Dijon, 32, rue Sainte-Anne », Bilan Scientifique 1995, Dijon, SRA Bourgogne, p. 31.

Notes

1 Ayant fait l’objet d’une évaluation préliminaire par Alix Barbet, cet ensemble a été présenté brièvement par elle lors du séminaire d’Auxerre. Il a ensuite été confié pour étude à l’auteur de cet article, alors stagiaire au CEPMR de Soissons, guidée par Cl. Allag et Fl. Monier.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Dijon, rue Sainte-Anne. Plan de situation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2. Dijon, rue Sainte-Anne. Restitution proposée
Crédits (K. Caspard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 3. Dijon, rue Sainte-Anne. Motifs figurés sur fond rouge
Crédits (K. Caspard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 4. Dijon, rue Sainte-Anne. Oiseau (bergeronnette).
Crédits (K. Caspard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 5. Dijon, rue Sainte-Anne. Éléments de candélabre sur fond noir
Crédits (K. Caspard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6. Dijon, rue Sainte-Anne. Candélabre (détail)
Crédits (K. Caspard).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17026/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

DEA, Université de Dijon – 15, rue Pierre Loti, 21000 Dijon.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search