Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Première partie. Peintures murales en Bourgogne

Escolives-Sainte-Camille (Yonne) : étude d’un décor peint

Alix Barbet, Pascale Laurent et Claire Lepert

Texte intégral

Présentation du secteur du nymphée (Pascale Laurent)

1Le site gallo-romain d’Escolives-Sainte-Camille, à dix kilomètres au sud d’Auxerre, est situé à environ cinq cents mètres de l’Yonne, à la limite de la plaine alluviale et d’un plateau calcaire appartenant aux formations du sud-est du Bassin parisien.

2Le village d’Escolives a connu une occupation continue du Néolithique à nos jours. La période gallo-romaine est la mieux connue, avec l’installation d’une villa non loin de la route d’Agrippa. La proximité d’Autessiodurum, déjà une ville, dépendante des Éduens, a certainement été un facteur favorable. La villa a connu maintes reconstructions entre le Ier et le Ve siècle, avec une période particulièrement opulente durant les IIIe et IVe siècles. L’interprétation du site est rendue complexe par les réoccupations ultérieures, notamment à l’époque mérovingienne.

  • 1 Une étude géomorphologique a eu lieu dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (DAGOBERT, 1998).

3Les vestiges sont installés en majeure partie dans la plaine alluviale ; ils viennent s’appuyer au sud contre ce qui est aujourd’hui une colline (« Grippe-Soleil »). Nous ne savons pas exactement comment se présentait cette partie du site à l’époque gallo-romaine, mais il est probable que la pente était beaucoup plus abrupte1, même s’il n’est pas possible dans l’état actuel de nos connaissances de préciser la limite sud de l’implantation.

4La salle d’où provient la peinture murale qui va être étudiée se trouvait dans ce secteur, à la limite de la plaine et au pied du plateau calcaire. Par conséquent, le mur sur lequel la peinture était conservée était plus élevé qu’au nord, en raison de la présence de remblais, puis de colluvions, qui l’ont protégé.

Historique de la découverte du site

5C’est en 1955 que les éléments d’une nécropole mérovingienne ont été mis au jour par Raymond Kapps. Le site gallo-romain a été découvert peu après, les sépultures ayant été creusées dans ses ruines. Ce sont principalement les thermes qui ont été fouillés. Ils se situaient à l’est d’une grande cour, dont les ailes ouest et sud comportaient des pièces d’habitation et des salles d’apparat.

6La photographie aérienne a permis de voir l’emprise totale du site, d’environ six hectares. L’interprétation en a été longtemps difficile car les structures n’étaient que partiellement connues. Une analyse globale est en cours depuis 1990, en vue d’une synthèse.

7L’identification de l’ensemble a pu être faite récemment : il s’agit, comme nous l’avons dit, d’une villa de grande étendue. Le problème d’un éventuel sanctuaire subsiste en raison de la présence d’un grand nombre de sculptures, religieuses pour la plupart et dont on ignore l’affectation, trouvées en réemploi sous les thermes.

Le secteur du bassin de captage de la source et la pièce RG

8Ce secteur a été fouillé par Daniel Prost (1985-1987) et n’a pas été publié en raison du décès brutal de ce dernier en 1990. Il s’agit d’une zone de captage de source romain (fig. 1). Le bassin en lui-même est composé de deux murs en grand appareil construits à la fin du IIIe s. Il s’agit d’un nymphée, lié à un culte, peut-être uniquement local au Haut Empire, car des ex-voto ont été mis au jour dans le bassin et à proximité. On ignore s’il pouvait être en relation avec les sculptures ci-dessus mentionnées et retrouvées sous les thermes.

La pièce RG

9On ne connaît pas les limites de la pièce où a été trouvée la peinture murale – la fouille étant restée partielle (fig. 2).

Fig. 1- Escolives Sainte-Camille. Plan du secteur du bassin de captage. Peinture en place en RG

(J. Rintjema, mise au net et informatisation P. Laurent).

10La peinture en place sur le mur nord est partiellement détruite à l’est par la construction, immédiatement postérieure, d’un mur allant s’accoler à l’aile sud de la grande cour. Par conséquent, il manque trois mètres environ à la peinture. L’étude de cette dernière a beaucoup apporté à celle de l’architecture. La restitution de l’ensemble, en effet, permet de compléter la partie manquante et de savoir que la longueur totale était de 9,30 m ou de 10 m, selon l’hypothèse retenue (cf. ci-après la contribution d’Alix Barbet et de Claire Lepert).

11Le mur ouest est partiellement connu ; il continue au nord dans la salle RE. Il n’y avait pas de peinture sur ce mur lors de sa découverte.

12On ne connaît pas le mur sud, car les limites de fouille ont juste permis de dégager le support de la peinture afin qu’elle soit déposée, et les recherches n’ont pas été poursuivies.

Fig. 2. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Vue du mur avant la dépose (1986)

(D. Prost).

13Quant au mur est, il a été arasé dès l’époque romaine. Nous savons où il se trouvait grâce à l’apport de la peinture et à sa restitution, mais rien n’a été observé lors de la fouille, pas même ses fondations. Un mur perpendiculaire au mur nord a bien été retrouvé en RH : mais les deux hypothèses de restitution de la longueur du mur nord (9,30 ou 10 m) ne coïncident pas avec son emplacement, à 10,40 m du mur ouest. Ce mur, sans doute reconstruit par la suite, explique que le premier ait été détruit. Ses fondations sont situées au-dessus de celles du support de la peinture. Il est toutefois possible, la fouille n’ayant pas été menée jusqu’au sol géologique, qu’il recouvre l’ancien mur est de RG.

Stratigraphie

14Les données de la stratigraphie, et surtout celles de l’architecture, ont permis de retracer l’histoire de cette zone. L’ensemble a été abandonné et remblayé immédiatement après la destruction de la peinture.

15L’état 1 correspond à la construction de la salle RG, contemporaine ou immédiatement postérieure à celle du captage de source. Il comprend plusieurs phases d’occupation. Seuls les murs attestent d’un premier état : aucun sondage n’a été fait dans le sol en mortier de la salle pour chercher les fondations de l’ensemble. On trouve un sol en mortier blanc en RH, à l’est de RG : il est possible qu’il corresponde à une première phase d’occupation, mais trop peu de surface a été fouillée et il aurait fallu enlever le sol contemporain à la peinture en RG pour pouvoir le prouver.

16L’état 1, phase 2, est le moment où la peinture a été réalisée sur le mur nord de RG. Le mur sud n’a pas été retrouvé et le mur est a été détruit, comme nous l’avons dit plus haut. On ne peut pas avoir plus de précisions car nous n’avons, là encore, que les données de l’architecture. Outre les murs, il y a un sol en mortier avec un décor d’incrustations de schiste. Les murs nord et ouest sont liés et contemporains, mais le mur ouest n’a pas gardé de peinture en place.

17L’état 2 est celui où la salle est remblayée. Nous n’avons donc pas de couche d’occupation, mais seulement les remblais de destruction et la partie est du mur nord. L’ensemble est difficile à dater ; le seul mobilier est de la céramique métallescente, en petite quantité, qui a été fabriquée entre le IIe et le IVe siècle. La fourchette est très large, même si le type de gobelet laisse plutôt penser à une fabrication tardive, fin IIIe ou IVe siècle. La salle est modifiée et un nouveau mur est construit à l’est, mur qui restera en place par la suite. L’ancien est totalement détruit.

18La seule autre information correspond à une deuxième phase de l’état 2, avec une couche d’incendie qui vient se placer au-dessus des couches de destruction. Malheureusement, nous ne disposons pas de mobilier archéologique qui permette de dater cet événement.

19L’état 3 est celui de la réoccupation mérovingienne avec l’installation de sépultures sur et dans les couches de destruction.

20D’autres éléments nous sont donnés par la fouille de la salle RE, au nord de RG, où des peintures fragmentaires, avec un décor analogue, ont été découvertes. On s’est demandé s’il s’agissait de gravats de RG, ou s’il y avait le même décor au revers du mur, les deux solutions étant possibles puisqu’il s’agissait de couches de remblais. C’est l’étude de la peinture qui a apporté la réponse : le mortier du revers n’est pas le même que dans RG. Il s’agirait donc plutôt de deux décors contemporains de part et d’autre du même mur (cf. infra).

21Nous ne pouvons qu’exprimer des regrets, car la seule datation possible est stylistique et nous n’avons qu’une chronologie relative. On ne peut donc pas vérifier certaines hypothèses, mais l’étude globale du secteur, en cours, pourra sans doute apporter des précisions.

Interprétation

22La pièce RG a été identifiée comme une salle d’apparat, en raison principalement de ses dimensions importantes. Le mur nord mesurait plus ou moins 10 m.

23Il reste à savoir si cette pièce est liée à celles qui se trouvent autour de la grande cour, ou seulement au captage de source. Nous penchons plutôt pour cette dernière hypothèse, l’ensemble étant en retrait et construit en même temps que la première occupation du bassin, ou immédiatement après. Elle doit donc être liée à ce dernier, en rapport peut-être avec un culte. Il est toutefois difficile de l’affirmer en l’absence totale de mobilier lié à l’occupation.

Les peintures murales des pièces RG et RE près du nymphée (Alix Barbet et Claire Lepert)

  • 2 La dépose a été effectuée par Marylène Barret, avec la collaboration de Rui Nunes Pedroso ; la rest (...)

24Les peintures murales présentées ici proviennent de deux pièces situées au sud-ouest de la cour ID : RE et RG. Les décors de la pièce RG ont été dégagés lors des fouilles de la colline de Grippe-Soleil en 1986, comme Pascale Laurent l’a détaillé (cf. supra). Leur état de conservation – plaques soulevées par des racines – et l’humidité du lieu – proximité d’un bassin de captage – ont nécessité une dépose rapide, suivie de la restauration des panneaux par le Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines du CNRS, installé à Soissons2. La pièce RE n’a fourni que des peintures fragmentaires dont une partie a pu être recomposée et restaurée. Plusieurs autres décors ont été étudiés mais ils restent très lacunaires.

Les peintures en place de la pièce RG

Description (C. L.)

25La partie conservée en place, peinte de motifs d’opus sectile (fig. 2), mesure 6,36 m de long sur 1,13 m de haut ; cependant, si l’on complète le cinquième compartiment visible, la longueur minimale était de 6,48 m.

26Le décor se compose, de bas en haut, d’une sous-plinthe noire uniforme de 18 cm, séparée de compartiments d’imitation de marbres par une bande marron rouge de 7 cm, délimitée par deux filets roses et traversée par un troisième filet médian de même couleur (fig. 3). Les compartiments sont scandés par des pseudo-pilastres faits d’une bande blanche à rainure centrale marron rouge, avec deux filets verts à la base. Chaque compartiment, de 128 cm de largeur en moyenne, est constitué d’une composition centrale carrée avec des plaques de rallonges verticales qui en font des rectangles, dont la restitution est possible par symétrie (cf. infra). Des filets blancs, parfois doublés de noir, simulent les baguettes de marbre blanc utilisées pour un véritable opus sectile dans les interstices entre les plaques. Il y a trois types différents :

    • 3 Les identifications des marbres copiés ont fait l’objet de discussions avec Mme Isabel Rodâ que nou (...)

    Compartiment n° I (fig. 4), à l’angle ouest, 148,5 cm de largeur y compris les bandes et filets de bordures : il est caractéristique du type A. C’est un carré sur la pointe, noir veiné de vert, inclus dans un disque d’imitation de porphyre rouge bordé de perles et pirouettes. Ce motif s’inscrit dans un marbre vert (cipolin de Karystos), bordé de bandes verticales roses veinées de marron rouge, représentant peut-être du « pavonazzo »3. L’encadrement de cet ensemble est rouge bordeaux, moucheté de blanc et de rose, imitant ainsi un porphyre rouge.

  • Compartiment n° II (largeur 128,5 cm) (fig. 5) : c’est le mieux conservé. Il est bien représentatif du type B : un disque d’imitation de porphyre rouge cerclé de perles et pirouettes blanches est inscrit dans un cercle d’imitation de marbre vert (porphyre vert de Lacédémone ?). Des perles et pirouettes bordent également ce cercle, inséré dans un champ rose à veinures marron rouge, imitant peut-être de façon schématique du « pavonazzo ». L’ensemble est bordé de bandes verticales noires marbrées de vert, et entouré par une bordure ocre jaune à marbrures marron.

Fig. 3. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Relevé du décor en place

(C. Lepert, J.-F. Lefevre)

  • Compartiment n° III (largeur 127,5 cm) (fig. 5) : il est représentatif du type C. Un disque central de porphyre rouge cerclé de perles et pirouettes blanches s’inscrit dans un carré sur pointe marbré de vert sur fond noir. L’ensemble est inclus dans une plaque présentant la même imitation de marbre, bordée de bandes verticales ocre jaune à marbrures marron. L’encadrement général est marron rouge.

  • Compartiment n° IV (largeur 129 cm) (fig. 6) : il répète le compartiment n° I. Le motif central est un carré sur pointe imitant un marbre vert, inscrit dans un disque marron rouge – simulant le porphyre – bordé de perles et pirouettes blanches à ombres portées noires. Le tout est inséré dans une plaque marbrée de vert sur fond noir. Les bandes verticales sont à veinures marron rouge sur fond rose, la bordure d’encadrement est ocre jaune, imitant peut-être un chemtou.

  • Compartiment n° V (largeur 119 cm) : il reprend la composition du compartiment n° 3. Le motif central se compose d’un cercle de marbre marron rouge sur fond rose, bordé de perles et pirouettes blanches. Il s’inscrit dans un carré sur pointe à imitation de marbre vert sur fond noir. De chaque côté, les bandes verticales sont ocre jaune. L’ensemble est bordé de marron rouge à filet ocre jaune.

Observations techniques (C.L.)

  • 4 Dans une même pièce, la zone basse d’un décor peut comporter du tuileau tandis que la zone haute n’ (...)

27L’état de conservation de la peinture suit celui du mur en moellons, haut d’1,20 m, qui la supportait. La partie ouest est la mieux préservée. La pellicule picturale est posée sur un enduit de chaux blanche, puis sur trois couches de mortier de tuileau rose de deux à trois centimètres d’épaisseur chacune. Ce mortier comporte des inclusions de tuile, d’un diamètre maximum de 0,3 cm. L’emploi de mortier de tuileau, fréquent en Gaule du Nord, se justifie par l’humidité de l’endroit ; il explique peut-être la conservation de la partie basse de la paroi malgré l’action de l’eau et des racines (BARBET, ALLAG, 1972, tabl. H. T)4.

28Les pigments utilisés sont de bonne qualité et les couleurs sont restées stables. La peinture a été exécutée à fresque, sans sous-couche d’imprégnation. Les traces de pinceau sont visibles, mais il n’y a pas d’empâtement. Le nettoyage a permis de constater la présence de chaux sur la plinthe et la bordure du compartiment n° V. Ces traces ne semblent pas être des concrétions, mais paraissent plutôt contemporaines de la réalisation de la peinture. Il s’agit peut-être de chaux projetée accidentellement.

Fig. 4. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiment n° I, type A

(A. Barbet).

Fig. 5. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiments nos II et III, types B et C

(A. Barbet).

Fig. 6. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiments nos IV et V

(A. Barbet).

29On note la présence de cercles préparatoires gravés au compas à pointe sèche (compartiment n° I), ainsi que les trous au centre (compartiment n° II).

Restitution (A.B.)

30Chacun des compartiments étant une composition assez régulière de formes géométriques enchâssées, il n’est guère difficile de les restituer par symétrie (fig. 3). Avec les bordures, ils avaient donc une hauteur de 88 cm. En analysant leur décor, on observe que le carré sur pointe inscrit dans un cercle (type A), placé à l’extrême gauche (panneau n° I), se répète dans le panneau n° IV ; par ailleurs, le cercle inscrit dans un carré sur pointe (type C), bien reconnaissable sur le panneau n° V, constitue le motif du panneau n° III, tandis que le cercle simple (type B) du panneau n° II est unique. En partant de ce constat, avec un rythme : A-B-C-A-C, il était tentant de proposer de restituer une symétrie parfaite en imaginant un sixième panneau de type B et un septième panneau de type A (DELOR, ROLLEY, 1989). Dans cette hypothèse, la composition aurait pour axe de symétrie le panneau n° IV (fig. 7).

31Les observations faites sur place (le mur est sectionné et on n’en connaît pas les dimensions réelles), ne contredisent pas cette hypothèse et, au contraire, cette restitution peut fournir, à quelques dizaines de centimètres près, la place du mur en retour. En effet, nous avons vu que les panneaux ne sont pas du tout réguliers. Hormis le panneau d’angle beaucoup plus long, ce qui pourrait s’expliquer par un rattrapage à cet endroit, les autres ont une largeur qui varie : 119 – 127,5 – 128,5 -129 cm. Faut-il compter une moyenne de 128 cm pour les deux panneaux manquants, ou considérer que l’axe de symétrie passe au milieu du panneau n° IV ? Il faut compter aussi avec l’épaisseur du mortier du mur perpendiculaire qui devait approcher les 6 cm.

32Dans l’hypothèse de panneaux manquants de 128 cm de largeur en moyenne, il manque 282 cm aux 648 cm des cinq panneaux complets, et nous obtenons un total de 930 cm (auxquels il faut ajouter 6 cm de mortier pour le mur en retour).

33Si nous considérons que le centre du mur est au milieu du panneau n° IV, distant de 5 m de l’angle de gauche de la paroi, nous aurions une longueur totale de 10 m, avec toujours 6 cm à rajouter d’épaisseur de mortier du mur de retour. Malheureusement, les traces au sol repérées au moment de la fouille ne permettent pas de choisir entre les deux hypothèses (cf. supra RL.). Si l’on choisissait l’hypothèse du mur est primitif sous le mur reconstruit à 10,40 m du mur ouest, la solution de 9,30 m de décor à panneaux réguliers conviendrait, à condition d’imaginer une large porte et son chambranle sur les 1,10 m restants, à l’angle, ce qui est plausible mais invérifiable.

34Quant à la partie haute, totalement disparue, elle pourrait être restituée grâce aux peintures de la pièce RE ; chaque compartiment aurait été surmonté d’un panneau rectangulaire, séparé de ses voisins par une colonne, supportant une corniche à modifions plats, accompagnée d’une moulure et terminée par une zone d’imitation de marbre (cf. infra).

35Cette supposition est d’autant plus plausible qu’on aurait pu imaginer que le haut du mur RG, au lieu de s’écrouler en avant se serait renversé en arrière et que le décor retrouvé en RE lui appartiendrait. Les différences techniques, notamment le type de mortier utilisé, même en partie basse pour les compartiments retrouvés, viennent ruiner cette idée.

Fig. 7. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Restitution théorique du décor

(A. Barbet).

Les peintures d’imitations de marbre et d’architecture de la pièce RE

Description

36Ce décor, très proche de celui de la pièce RG, est malheureusement très fragmentaire. On peut recomposer principalement deux disques provenant d’une imitation d’opus sectile et quatre colonnes supportant une corniche.

37Les disques : ils présentent les mêmes imitations de porphyre rouge et les mêmes perles et pirouettes à ombres portées noires que sur le décor de la pièce RG (fig. 8). Leurs dimensions sont sensiblement identiques (diamètre 65 cm). Le premier disque est entouré par un cercle d’imitation de porphyre vert du type de Lacédémone, lui-même inscrit dans une plaque blanche et bleue à veines rouge bordeaux, imitant peut-être un marbre de Phrygie. Autour apparaît une bande de séparation noire à veinures vertes. L’autre disque à fond blanc et marbrures marron rouge, s’inscrit dans une plaque noire veinée de vert. L’encadrement est marron rouge moucheté de vert.

38Les colonnes : les éléments de quatre colonnes différentes, au fût veiné de marron rouge sur fond jaune ou jaune et vert, cherchent à imiter, de façon très schématique, le chemtou. Aucune base n’a pu être reconstituée.

39Les chapiteaux sont de style corinthien (fig. 9) ; le plus complet présente une couronne d’acanthes au-dessus de l’astragale, les cannelures du caulicole entre deux volutes. La collerette du caulicole a malheureusement disparu. Un autre chapiteau offre une réalisation différente de la couronne d’acanthes. Entre les deux volutes, trois points figurent probablement la représentation stylisée d’une gousse, et remplacent le caulicole.

40L’ensemble est de bonne qualité, tant dans le rendu des volumes, avec les parties éclairées en vert clair, que dans le traitement des couleurs. Les colonnes sont surmontées d’une corniche à modifions plats marron, sur fond blanc. Les côtés éclairés des modifions sont évoqués avec le même vert que celui employé sur les chapiteaux. Ceux qui ont subsisté sont tous vus de biais sur le côté gauche. Vient ensuite une moulure verte où les dégradés en gris plus ou moins clair délimitent la zone d’ombre et de lumière d’un relief fictif de quart-de-rond. Enfin une bande d’imitation de marbre vert sur fond noir constitue sans doute la zone de raccord avec le plafond.

41Les panneaux intermédiaires entre les colonnes étaient décorés de diverses imitations de marbres comme l’attestent les nombreux fragments retrouvés.

Observations techniques (C. L.)

42La réalisation est totalement différente de ce que nous avons vu pour le premier décor étudié : la pellicule picturale repose sur une fine couche de mortier de chaux ; les deux autres couches sont composées d’un mortier de sable et de chaux comportant des nodules de chaux (diamètre de 0,3 cm parfois), des lentilles d’argile (de 0,5 cm), des cailloux (de 0,6 cm) et du mica. Le diamètre de ces inclusions diminue légèrement dans le mortier de la couche intermédiaire, passée en deux fois. Chaque couche est épaisse de 1,5 cm à 3 cm. Il n’y a pas de trace de tuileau dans ce mortier, même pour les éléments de compartiments en bas de paroi. Située plus loin du bassin de captage, cette salle devait être moins humide et ne nécessitait pas l’emploi de ce matériau hydrofuge.

43La pellicule picturale est bien lisse, sans empâtement. Contrairement à la peinture de la pièce RG, la couche picturale repose sur une sous-couche d’imprégnation rose ou jaune. Cette méthode fragilise la peinture. En effet, la couche d’imprégnation posée sur mortier frais a dû sécher et les pigments n’étant pas en contact direct avec la chaux insuffisamment humide, la réaction de carbonatation s’est peut-être mal faite et, à terme, la peinture s’est écaillée.

Restitution (A. B.)

  • 5 Sur les études de proportions des panneaux et la règle de deux unités pour trois, voir BARBET. 1990 (...)

44En cumulant les observations faites en pièce RG et en pièce RE, on peut imaginer un même décor de placage de marbres fictifs à colonnes et panneaux sous une corniche à modifions. Elles devaient avoir la même ampleur. Du fait que l’on connaît la largeur des compartiments de bas de paroi, on sait que celle des panneaux de zone moyenne était identique. En prenant la base de 128 cm pour cette largeur, nous pouvons calculer approximativement la hauteur des panneaux : il suffit de diviser la largeur par deux (soit 64 cm), de multiplier par trois le résultat obtenu, et nous obtenons 192 cm5. En y ajoutant la zone de sous-plinthe de 28 cm, celle du couronnement au moins équivalente et en ménageant une bande intermédiaire de quelques centimètres avant le plafond, nous obtenons au minimum 28 cm + 88 cm + 192 cm + 28 cm + 4 cm = 340 cm.

45Transposé en pieds romains (variant de 28,6 cm à 32 cm sans que l’on puisse choisir ici), on se rend compte des proportions suivantes : un pied pour la sous-plinthe, trois pieds pour la plinthe, six pieds pour les panneaux de zone moyenne et peut-être deux pieds pour la zone haute inconnue.

46Bien entendu, rien ne nous interdit de supposer une zone haute plus importante avec d’autres placages de marbres, mais rien ne nous y autorise non plus, faute de preuves. L’élévation de cette salle, comme sa voisine, devait être assez monumentale.

Fig. 8. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Imitations de marbre

(A. Barbet).

Fig. 9. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Colonnes et corniches

(A. Barbet, C. Lepert).

Autres décors (C.L.)

47D’autres décors fragmentaires résiduels ont été trouvés dans les pièces RE et RG. Aucun n’a pu être restauré. Il s’agit de décors de style schématique et végétal pour lesquels il est impossible de proposer une date, ni un emplacement.

Décor à hampes de la pièce RG

48Deux hampes sur fond vert reposent sur une partie basse de couleur ocre (fig. 10). Elles sont éclairées de façon symétrique, l’une par la gauche, l’autre par la droite. Les tiges sont composées de dégradés du rose au rouge bordeaux et présentent un départ de feuille. Elles portent une bague florifère jaune.

49Le mortier est identique à celui utilisé dans la pièce RE. On note l’absence de tuileau, contrairement aux autres décors connus dans la pièce RG. On ne peut rien supposer cependant sur son emplacement d’origine.

50Les pigments utilisés sont les mêmes que ceux du décor en place, hormis le fond, très grumeleux. On constate la présence de gros cristaux de bleu égyptien (silicate de cuivre double et de calcium).

Décors schématiques de la pièce RE

51Il y a trois types différents, à fond blanc lisse, à fond blanc strié et à motifs végétaux ; on ne peut établir de liens entre eux.

Décor schématique sur fond blanc lisse

52D’après les fragments retrouvés, en majorité à fond blanc, bordés d’un filet vert, à filet et bande marron rouge, on peut imaginer l’existence d’un panneau blanc à bordures de ce type. En partie basse figuraient peut-être des touffes végétales, comme nous le suggère un fragment ; elles pourraient reposer sur une plinthe rouge bordeaux (n° RE 86 LXXX).

53Un fragment (n° RE 87 XVII) nous permet d’observer la superposition de deux états du décor : le premier état présentant un mortier bombé peint en rouge bordeaux, le deuxième un filet rouge bordeaux sur fond blanc. La surface bombée du premier état indique peut-être la présence voisine d’un angle annonçant une ouverture, porte ou fenêtre, bouchée par la suite.

Décor schématique sur fond blanc strié

  • 6 Des mouchetis incontestables existent sur des peintures restaurées anciennement sur plâtre et mises (...)

54Les fragments appartiennent à deux types de panneaux : un panneau blanc encadré d’une bande marron rouge, un panneau blanc où courent deux filets verticaux et un filet horizontal, verts. Ces filets sont disposés perpendiculairement les uns par rapport aux autres. Sous ces panneaux apparaît une partie basse blanche à filet vert où sont visibles des gouttes de peinture rouge bordeaux, réalisation d’un mouchetis grossier ou gouttes tombées par inadvertance6 ?

Fig. 10. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Décor de hampes

(C. Lepert).

55Les deux séries présentent un support semblable à ceux déjà décrits dans cette pièce. Elles ont la particularité de comporter des stries verticales assez profondes sur la première couche de mortier. Leur sens de lecture nous est imposé par l’empreinte des moellons du mur au revers d’un fragment. Ces stries sont sans doute dues à un vigoureux brossage exécuté avant la pose de la pellicule picturale, peut-être afin de donner un effet de relief. Plusieurs fragments présentent un angle, laissant à penser à une ouverture dans la paroi d’origine.

Décor végétal

56Il subsiste quelques éléments d’un motif végétal de feuillages verts et de fruits, réalisés avec du rose, de l’ocre jaune et du marron rouge, évoquant probablement des pommes (fig. 11). Fruits et feuillages se rattachent à des tiges roses. Il pourrait s’agir d’une guirlande courant de part et d’autre d’une bande rouge bordée de deux filets blancs ; un fragment présente, outre cette bande rouge, ce qui semble être un nœud de ruban d’attache de la guirlande (n° RE 86 LXV).

57À l’origine, le fond de ce décor était noir, il est aujourd’hui entièrement délavé. Il pourrait représenter aussi un inter-panneau, souvent de cette couleur, entre deux panneaux rouge ocre de zone moyenne.

58Le mortier sur lequel repose la pellicule picturale est composé de cinq couches. La première, très fine (0,1 cm d’épaisseur) est constituée uniquement de chaux. Les autres sont faites de chaux et de sable et comportent des nodules de chaux (d’un diamètre de 0,2 cm au maximum), et des cailloux d’un diamètre variant de 0,1 cm en deuxième couche à 0,5 cm en troisième couche. Cette dernière présente également des lentilles d’argile (0,1 cm de diamètre). La pellicule picturale est bien lissée, comme sur l’ensemble des peintures d’Escolives.

Étude stylistique (A. B.)

59La caractéristique majeure des deux premiers décors analysés est L’imitation de placages de marbres, appelés opus sectile. Il ne s’agit pas de simples imitations de plaques de marbres mais de compositions à figures géométriques enchâssées les unes dans les autres avec reproduction de différents matériaux. Les types de marbres copiés sont presque exclusivement orientaux ou africains, si l’on en croit l’analyse qu’a bien voulu nous en faire I. Rodâ. Outre le porphyre rouge d’Égypte et le porphyre vert de Lacédémone, facilement reconnaissables, il y aurait du « pavonazzo » d’Ajyon, du cipolin de Karystos, du « rosso antico » de Tenaros et du chemtou de Tunisie. Ces copies ne sont pas tout à fait fidèles, cependant elles cherchent à caractériser le matériau sans détails trop précis.

  • 7 La question est effleurée par F. Braemer (BRAEMER, 1986), particulièrement p. 319 et 320 où l’A. in (...)

60Le choix qui a été fait n’est pas sans signification car il reflète des modes, des édifices monumentaux sculptés dont nous n’avons qu’une faible idée, étant donné l’absence d’une synthèse, difficile au demeurant7.

  • 8 Cf. également BARBET, 1997, n° le et 1g, p. 11-12.

61Un rapprochement évident est à faire en premier lieu avec le décor de la galerie du temple à Genainville (Val-d’Oise), qui date du troisième tiers du IIe siècle (MITARD, 1993). On y trouve la même plinthe uniforme, d’une taille un peu supérieure, surmontée de compartiments carrés portant des placages de marbres où l’on reconnaît les disques de porphyre, séparés les uns des autres par des plaques ocre jaune à rainures qui copient des placages réels, tels ceux d’Epiais-Rhus, desquels elles sont rapprochées (MITARD, 1993, fig. 51, p. 252)8. L’exécution diffère cependant de celle d’Escolives.

62La présence de perles et pirouettes permet peut-être de resserrer le faisceau des comparaisons possibles qui, sinon, serait trop important. À Trêves, dans la maison sous les Thermes impériaux, existe une peinture (face sud du mur 151), avec des disques à perles et pirouettes. La date des années 140 de notre ère est assurée par une stratigraphie très rigoureuse (REUSCH, 1966, pl. 29).

Fig. 11. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Décor végétal de frise ou d’inter-panneau 1 : RE 86 LX ; 2 : RE LXII ; 3 : RE LXV ; 4 : RE LXI; 5 : RE LVIII; 6 : RE LIV; 7 : RE LIX

(A. Barbet).

63On retrouve encore à Trêves, place Constantin, des imitations de marbres plus simples qui reprennent cependant les perles et pirouettes en bordure de demi-cercles placés contre les petits côtés du rectangle.

64À Aix-en-Provence, rue des Chartreux, une peinture grandiose allie une plinthe à plaques de marbres verts fictifs, aux veinures formant chevrons, à de grands pilastres marbrés et frise, où les formes en clipeus sont bordées de perles et pirouettes (BARBET, s.d., fig. 25, p. 24).

  • 9 Cf. article dans cet ouvrage.

65À mentionner également, le décor d’Auxerre, trouvé lors des fouilles du boulevard Vaulabelle et étudié au CEPMR à Soissons, sous la direction de C. Allag9. Dans les pièces 18-19, un ensemble, placé en partie basse du décor à échappées architecturales, et datable d’un point de vue stylistique du premier tiers du IIe siècle, présente les mêmes caractéristiques.

66À Münsingen, les imitations de marbres du décor de la salle thermale présentent encore ce poncif du disque de faux porphyre rouge bordeaux cerclé de perles et de pirouettes blanches sur fond de marbre veiné vert. La datation proposée est du milieu du IIe siècle ou de la deuxième moitié du même siècle (KAPOSSY, s.d.), par comparaison avec les peintures de Porto Fluviale à Rome, datées avec précision par des estampilles de 123 ap. J.-C.

67Un deuxième élément intéressant est constitué par les consoles plates, qui existent dans plusieurs décors provinciaux. Citons les thermes de Hölstein, où elles couronnent des panneaux d’imitations de marbres, dont la restitution ne leur donne sans doute pas assez d’ampleur. La datation proposée (milieu IIe siècle, deuxième moitié du IIe siècle) est identique à celle de Münsingen (KAPOSSY, 1966, p. 43).

  • 10 Cf. ROBERT, 1990, fig. 3 ; datation du milieu du IIe siècle ap. J.-C., par comparaisons stylistique (...)

68Le même type se retrouve à Aix-en-Provence, boulevard de la République, en haut de paroi, avec un biseau caractéristique ménagé au contact du plafond10.

  • 11 Les seules colonnes marbrées déjà au Deuxième style se limitent à celles de la maison du Labyrinthe (...)

69Quant aux colonnes à marbrures et veinures apparentes sur le fût, elles sont très rares. À ce titre les exemplaires d’Escolives peuvent être seulement rapprochés de décors tardifs de Grande-Bretagne (DAVEY, LING, 1981)11.

Conclusion (A. B.)

70Il s’agit d’une mode qui n’existe pas au Ier siècle, même si ses prémisses sont visibles dans les décors pompéiens, et bien typé. On peut donc proposer le milieu du IIe siècle pour la réalisation du décor des pièces RE et RG. Chaque fois qu’il a été possible de préciser la fonction de la pièce d’où provenaient ces compositions, on s’aperçoit qu’il s’agit souvent de galeries ou de salles de belles proportions, qui visent un certain prestige. Ainsi au temple de Genainville, dans la galerie, mais aussi dans des édifices plus modestes, comme dans le bâtiment secondaire VI, la pièce à hypocauste (MONIER, 1997).

  • 12 Le dessin a été modifié depuis grâce à un nouveau collage.

71Il est très frappant de constater que dans les pièces les plus riches, celles où il y a par exemple une mosaïque figurée, le choix du décor des parois s’est porté sur des imitations d’opus sectile. Citons la maison dite des Philosophes à Autun, où précisément les imitations de marbres ornent de grands pilastres en relief du salon des philosophes (CHARDRON-PICAULT, 1996, p. 212)12.

72Nous avons déjà évoqué, dans une des maisons romaines de la fouille des Chartreux à Aix-en-Provence, le décor à pilastres de faux marbres, de clipeus à perles et pirouettes sur les parois, qui correspond à une mosaïque de sol figurée et polychrome représentant le combat de Darès et Entelle (LAVAGNE, s.d.).

73Par ailleurs, dans la pièce la plus importante d’un édifice, celle où l’on trouve un décor figuré majeur, c’est encore les imitations d’opus sectile qu’on trouve en partie basse. Nommons la pièce K de la maison à portique de Narbonne, au Clos de la Lombarde, qui contient la scène figurée monumentale du culte impérial et dont la partie basse présente des imitations d’opus sectile (SABRIÉ et alii, 1987, fig. 236).

  • 13 À noter que le motif est employé aussi dans d’autres types de bâtiments et n’est pas exclusivement (...)

74Enfin n’oublions pas à Lisieux, au centre hospitalier, dans le complexe thermal romain, la représentation également monumentale des Neuf Muses, au-dessus de somptueuses imitations d’opus sectile sur un haut socle (ALLAG, BATREL, 1985). La liste n’est pas limitative, mais ces quelques exemples illustrent bien la corrélation entre le statut des pièces et le choix d’un faux opus sectile très fréquent13.

75À Escolives, la pièce RG atteignait presque, ou sûrement, les dix mètres de long sur l’un de ses côtés pour une élévation plausible de près de 4 m. La pièce RE devait avoir à peu près le même statut puisqu’elle était ornée de la même façon et date de la même période.

Bibliographie

Bibliographie

ALLAG C., BARDOUX B., CHOSSENOT D., 1988, « La mort d’Adonis », Bull, de la Société archéologique champenoise, 81-2, p. 93-107.

ALLAG C., BATREL M., 1985, « Les peintures murales de Lisieux », in : Peinture murale en Gaule, Actes des Séminaires AFPMA 1982-1983, 1er et 2 mai 1982 à Lisieux, 21 et 22 mai 1983 à Bordeaux, p. 28-38 (BAR International Series, 240).

BARBET A., s.d., « Les peintures murales », in : BÉRARD G., DE LUCA B., LANDURÉ C. et collab., Les fouilles de l’enclos des Chartreux. De l’Antiquité au XVIIe siècle, Aix-en-Provence, p. 24, fig. 25 (Documents d’Archéologie Aixoise, 5).

BARBET A., 1985, « Peinture murale romaine à Bordeaux », in : Peinture murale en Gaule, Actes des Séminaires AFPMA 1982-1983, 1er et 2 mai 1982 à Lisieux, 21 et 22 mai 1983 à Bordeaux, p. 103-112 (BAR International Series, 240).

BARBET A., 1990, «Peintures disparues du site de la Villasse-nord à Vaison-la-Romaine », in : BELLET M.-E. et alii, Nouvelles observations sur l’habitat gallo-romain à Vaison-la-Romaine (Vaucluse), p. 99-104 (p. 101) (Revue Archéologique de Narbonnaise, 23).

BARBET A., ALLAG C., 1972, « Techniques de préparation des parois dans la peinture murale romaine », Mélanges de l’École Française de Rome, Antiquité, 84- 2, p. 935-1069.

BARBET A., DOUAUD R., LANIEPCE V., ORY F., 1997, Imitations d’opus sectile et décors à réseau : essai de terminologie, Paris, éd. du CNRS / Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines, 46 p., ill. (Bulletin de liaison, n° 12).

BRAEMER F., 1986, « Répertoire des gisements de pierres ayant exporté leur production à l’époque romaine », in : Colloque International du CTHS, sur les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, Grenoble, 1983, Paris, p. 287-328.

CHARDRON-PICAULT P, 1996, Trente ans d’archéologie en Saône-et-Loire, Catalogue d’exposition, Dijon, p. 208-214.

DAVEY N., LING R., 1981, Wall-Painting in Roman Britain, Londres, 222 p., ill. (Britannia Monograph Series, 3).

DAGOBERT C., 1998, Étude géomorphologique et géoarchéologique : exemple sur le site archéologique d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne), Mém. de Maîtrise des Sciences de la Terre, Université de Bourgogne, 30 p., 41 fig.

DELOR J.-P., ROLLEY C., dir., 1989, L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition, Arnay-le-Duc.

KAPOSSY B., 1966, Römische Wandmalereien aus Münsingen und Hölstein, Berne, éd. Stämpfli & Cie, 51 p., ill., 51 pl. (pl. 10-13 et p. 42-43) (coll. Acta Bernensia, IV).

LAURENT P., 1990, « Le sanctuaire de source gallo-romain d’Escolives-Sainte-Camille », Bull, de la Société des Sciences de l’Yonne, 122, p. 9-19.

LAVAGNE H., s.d., « Les mosaïques », in : BÉRARD G., DE LUCA B., LANDURÉ C. et collab., Les fouilles de l’enclos des Chartreux. De l’ Antiquité au XVIIe siècle, Aix-en-Provence, p. 20-22 (Documents d’Archéologie Aixoise, 5).

MITARD P.-H. et alii, 1993, Le sanctuaire gallo-romain de Genainville (Val-d’Oise), Guiry-en-Vexin, 266 p., 53 fig. (coll. Centre de Recherches archéologiques du Vexin français).

MONIER F., 1997, « Site gallo-romain de Genainville : les peintures murales du bâtiment secondaire VI », Bull, archéologique du Vexin français, 29, p. 25-35.

PROST D., 1985, Rapport de la campagne de fouilles d’Escolives-Sainte-Camille (Yonne) en 1985, Dir. des Antiquités Historiques de Bourgogne, 61 p.

PROST D., 1986a, Rapport sur les fouilles archéologiqueseffectuées en 1986 sur le site d’Escolives-Sainte-Camille, Dir. des Antiquités Historiques de Bourgogne, 61 p.

PROST D., 1986b, « Le captage de la source du Creusot à Escolives-Sainte-Camille », Le Paissiau, n° 1, p. 15-27 ; n° 2, p. 12-16.

PROST D., 1987, Rapport sur les fouilles archéologiques effectuées sur le site d’Escolives-Sainte-Camille en 1987, Dir. des Antiquités Historiques de Bourgogne, 40 p.

REUSCH W., 1966 « Wandmalereien und Mosaikboden eines Peristylhauses im Bereich Kaiserthermen », Trierer Zeitschrift, 29, p. 187-235.

ROBERT R., 1990, « Fragments d’enduits peints découverts à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) », in : La peinture murale romaine dans les provinces du Nord, Actes du XIe Séminaire de l’AFPMA, Reims, 30 avril- 1er mai 1988, p. 103-107 (Revue archéologique de Picardie, n° 1-2).

SABRIÉ M., SABRIÉ R., SOLIER Y., 1987, La maison à portiques du Clos de la Lombarde à Narbonne et sa décoration murale, Paris (8e suppl. à la Revue archéologique de Narbonnaise).

STEINER P., 1927, «Römische Wandmalerei in Trier », Trierer Zeitschrift, 2, fig. 18, p. 65.

Notes

1 Une étude géomorphologique a eu lieu dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (DAGOBERT, 1998).

2 La dépose a été effectuée par Marylène Barret, avec la collaboration de Rui Nunes Pedroso ; la restauration est l’œuvre de Laurence Krougly assistée par Claire Lepert et Anne Genevard.

3 Les identifications des marbres copiés ont fait l’objet de discussions avec Mme Isabel Rodâ que nous remercions ici.

4 Dans une même pièce, la zone basse d’un décor peut comporter du tuileau tandis que la zone haute n’en reçoit pas.

5 Sur les études de proportions des panneaux et la règle de deux unités pour trois, voir BARBET. 1990, p. 101.

6 Des mouchetis incontestables existent sur des peintures restaurées anciennement sur plâtre et mises en dépôt, dont les provenances sont parfois incertaines. Elles sont inédites.

7 La question est effleurée par F. Braemer (BRAEMER, 1986), particulièrement p. 319 et 320 où l’A. indique que le chemtou coloré fut surtout utilisé au IIe siècle.

8 Cf. également BARBET, 1997, n° le et 1g, p. 11-12.

9 Cf. article dans cet ouvrage.

10 Cf. ROBERT, 1990, fig. 3 ; datation du milieu du IIe siècle ap. J.-C., par comparaisons stylistiques.

11 Les seules colonnes marbrées déjà au Deuxième style se limitent à celles de la maison du Labyrinthe à Pompéi et à la villa de Poppée à Oplontis pour citer les exemples les plus fameux. On préfère généralement les colonnes cannelées. Plus tard, ce sont les colonnes baguées au Troisième style, composites au Quatrième style. Au IIe siècle, les modèles sont moins fantaisistes et s’inspirent des colonnes cannelées ou lisses.

12 Le dessin a été modifié depuis grâce à un nouveau collage.

13 À noter que le motif est employé aussi dans d’autres types de bâtiments et n’est pas exclusivement réservé aux salles d’apparat dans l’habitat privé ou dans les édifices publics. Ainsi, on le trouve fréquemment dans les tombeaux : à Bordeaux-Saint-Seurin (BARBET, 1985) ; à Boult-sur-Suippe (ALLAG et alii, 1988) ; à Erhang (STEINER, 1927).

Table des illustrations

Légende Fig. 1- Escolives Sainte-Camille. Plan du secteur du bassin de captage. Peinture en place en RG
Crédits (J. Rintjema, mise au net et informatisation P. Laurent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 2. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Vue du mur avant la dépose (1986)
Crédits (D. Prost).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Relevé du décor en place
Crédits (C. Lepert, J.-F. Lefevre)
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiment n° I, type A
Crédits (A. Barbet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 5. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiments nos II et III, types B et C
Crédits (A. Barbet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Fig. 6. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Compartiments nos IV et V
Crédits (A. Barbet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 7. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Restitution théorique du décor
Crédits (A. Barbet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 8. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Imitations de marbre
Crédits (A. Barbet).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 9. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Colonnes et corniches
Crédits (A. Barbet, C. Lepert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 10. Escolives Sainte-Camille, pièce RG. Décor de hampes
Crédits (C. Lepert).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 11. Escolives Sainte-Camille, pièce RE. Décor végétal de frise ou d’inter-panneau 1 : RE 86 LX ; 2 : RE LXII ; 3 : RE LXV ; 4 : RE LXI; 5 : RE LVIII; 6 : RE LIV; 7 : RE LIX
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17014/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search