Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Première partie. Peintures murales en Bourgogne

Peintures murales de Mâlain-Mediolanum

Éric Aujas

Texte intégral

Mâlain-Mediolanum

1Mâlain, situé à 24 km à l’ouest de Dijon, 10 km à l’est de Sombernon, à quelques pas de la ligne de partage des eaux entre la Manche et la Méditerranée, est l’endroit idéal d’implantation humaine. Son exposition au sud permet une installation permanente au point de contrôle des vallées de la Douix et de l’Ouche.

Le site gallo-romain

2Le site gallo-romain de Mediolanum, connu de longue date, a fait l’objet de recherches systématiques entre 1968 et 1993. Actuellement, grâce aux sondages, aux fouilles et à la photographie aérienne, nous savons que la bourgade s’étendait sur environ 200 ha. Elle était dotée d’un théâtre, de plusieurs temples et de sanctuaires dont celui d’Ancey (à l’est de Mâlain), d’une nécropole, etc. Point de rencontre géographique à la jonction des deux bassins de la Saône et de la Seine, nœud routier au carrefour des antiques voies Seine-Saône et Massif Central-Est et Nord, riche de ses carrières de calcaire et de granit comme des ressources agricoles variées de son terroir, Mediolanum comptait, au temps de sa prospérité, parmi les plus riches bourgades de Bourgogne (ROUSSEL, 1978, p. 4-6).

3L’agglomération gallo-romaine succède à un habitat gaulois des derniers temps de l’indépendance (80-70 av. J.-C.). Les premières constructions maçonnées sont antérieures à l’ère chrétienne, mais le quartier n’est pleinement formé qu’au milieu du Ier siècle après notre ère. Le IIe siècle de notre ère est, comme partout, une période de prospérité qui s’achève sur des troubles importants marqués par des démolitions et un relatif tassement de l’habitat. Au IIIe siècle, on entretient ce qui existe, sans plus ; la période n’est pas à la prospérité et à l’optimisme, et la ville disparaîtra très rapidement par abandon dans les années 270/280 de notre ère.

Le quartier présenté : son organisation

4Le quartier retenu est bâti sur un épaulement de terrain en bordure de la place centrale (fig. 1). Il est commandé par une grande rue est-ouest, bordée d’une galerie couverte, sur laquelle s’ouvrent échoppes, boutiques et lieux de culte. Des couloirs ou des passages privés permettent d’accéder de là aux habitations établies en contrebas. Boutiques et échoppes ne sont en effet que la façade commerçante et artisanale de deux grandes demeures seulement, organisées autour de cours regroupant activités domestiques et artisanales. Ces maisons sont celles de maîtres entourés d’un personnel nombreux et non pas celles de petits propriétaires indépendants ou à plus forte raison de pauvres, qui durent occuper des quartiers moins centraux.

Les phases de construction

5L’occupation la plus ancienne de l’îlot remonte à la période augustéenne. Le Ier siècle de notre ère apporte son lot de constructions et de modifications. Ainsi, les salles 5 à 12 sont édifiées au début du Ier siècle et les salles 7-8 sont transformées en espace cultuel dédié à Mars Cicoluis sous les Flaviens. À la fin du IIe siècle ou au début du IIIe, un incendie permettra une réorganisation de l’îlot à l’intérieur de ses limites préexistantes. Certaines salles voient leur destination radicalement modifiée – le temple 34-36 devient un entrepôt – ou bien, non reconstruites, elles sont abandonnées. Ces remaniements sont à l’origine de remblais comme celui de la cour 41.

Le décor

Généralités

6La zone fouillée a livré de nombreux fragments de décor mural. Cependant, l’état très fragmentaire de la peinture ne permet actuellement qu’une ébauche de restitution du décor, qui ne peut être effectuée que par comparaison avec les enduits des sites déjà étudiés et publiés. Outre les peintures de la Narbonnaise (Vienne ; Vaison-la-Romaine ; GZanwm/Saint-Rémy-de-Provence), de l’Aquitaine (Roquelaure ; Périgueux ; Limoges), de la Lyonnaise et de la Belgique (Lyon ; Martizay ; Champlieu ; Genainville), les références pour cette étude ont d’abord été locales (Alise-Sainte-Reine/Alésia ; Nuits-Saint-Georges/les Bolards ; Vertault ; Port-sur-Saône ; Escolives ; Colmier-le-Bas), puis internationales (Allemagne : Trêves, Cologne ; Suisse : Commugny, Avenches, Lausanne, Martigny). Il faut remarquer que les décors de la Narbonnaise et de l’Aquitaine, même s’ils sont parfois différents de la partie est de la Gaule, n’en restent pas moins des références incontournables en matière de motifs.

7Certains enduits de Mediolanum ont été étudiés par Michel Frizot lors de son travail universitaire réalisé en 1975 (FRIZOT, 1975, p. 184-197) et partiellement publiés dans le Cahier du Mesmontois n° 4 (FRIZOT, 1979).

8Sur l’ensemble des salles fouillées, au nombre de 90, l’inventaire établi nous renseigne sur la densité des peintures murales. Trente-quatre salles de l’îlot est (salles 5 à 50) recelaient des fragments d’enduits ; seule la salle 36 a livré une plinthe en place, aujourd’hui déposée et exposée à la « Maison des Fouilles » à Mâlain. L’îlot ouest, quant à lui, a été moins généreux et seulement dix-neuf salles nous ont renseignés sur le décor pictural (fig. 2). Il est à noter toutefois que cette partie du site est bien plus arasée et que, de ce fait, elle ne présente pas toujours les éléments nécessaires à la restitution de ses décors. Certaines salles n’ont livré aucun mobilier pictural. C’est pour ces raisons que notre réflexion ne concerne que l’îlot est.

9Nous avons observé la présence d’un décor dans presque toutes les salles destinées à l’artisanat et au logement (fig. 3). La maçonnerie de plusieurs caves est relevée par des joints tirés au fer, soulignés d’un trait rouge.

La composition des couches

10Michel Frizot a effectué les observations suivantes : la première couche est composée parfois de sable calcaire (salle 5), parfois de mortier de tuileau (salle 15), parfois de chaux et de sable calcaire (salle 18) ; la deuxième contient de la chaux et des grains de calcaire (salle 5), du marbre broyé et de la chaux (salle 18), ou encore de la chaux pure passée en pâte très liquide (salle 11) ; la troisième constitue la couche picturale (FRIZOT, 1975, p. 184-197).

La fixation des couches sur le support

11À Mâlain, l’appareil irrégulier à parements et blocage interne (opus caementicium) permet une accroche aisée de l’enduit, aussi bien au rez-de-chaussée qu’à l’étage. L’étude exhaustive des revers nous renseignera sur les techniques utilisées. En l’état actuel des recherches, tous les revers conservés et examinés montrent que le seul support utilisé à Mâlain est l’opus caementicium.

Les statistiques

12On entend par salle, une pièce dont les murs ou les fondations délimitent la surface ; nous ne tenons pas compte de l’élévation. Il peut s’agir actuellement d’une cave alors que le décor provenait de l’étage (deux niveaux au-dessus) ou encore des salles voisines. De ce fait, les chiffres ne donnent qu’un ordre d’idées. De même, certaines salles sont en fait des cours, des jardins ou encore des passages (salles 26, 70).

13Il existait dans le monde romain des enduits décoratifs intérieurs et des enduits protecteurs extérieurs. En ce qui concerne Mâlain, une étude plus approfondie et l’analyse de certains fragments pourront permettre d’apporter une réponse aux questions qui se posent actuellement à propos de ces enduits extérieurs. Il est toutefois certains qu’ils sont à chercher parmi les fragments de couleur blanche ou jaune pâle. Certains d’entre eux présentent effectivement une surface striée, ce qui n’est pas le cas de l’enduit intérieur (salle 11 par exemple).

14Sur les quatre-vingt-dix salles fouillées, cinquante-deux ont livré des enduits – soit 57,7 %. Trente-quatre de ces salles se situent dans l’îlot est (65,4 %). Cette proportion s’explique par le fait que certaines pièces de cet ensemble ont été fouillées jusqu’aux niveaux gaulois (80/70 avant notre ère) alors que seuls les sols les plus récents de l’îlot ouest – IIe/IIIe siècles – ont fait l’objet d’un décapage.

Les couleurs

15Aucune analyse chromatique n’a été réalisée. Les couleurs principales sont les suivantes : blanc, rouge, noir, jaune, ocre, bordeaux, vert, brun, marron. D’autres couleurs, plus rares, se rencontrent dans certaines salles : bleu, violet, rose, beige, gris.

16Quarante-quatre des cinquante-deux salles présentent la couleur blanche (84,6 %), trente-six le rouge (69,2 %), trente le noir (57,6 %), quinze le jaune (28,8 %), douze l’ocre (21,1 %), neuf le bordeaux (17,3 %), huit le vert et huit le brun (15,3 %). En ce qui concerne l’îlot est, sur les trente-quatre salles le blanc est majoritaire avec 85,3 %, suivi par le rouge et le noir (76,5 et 73,5 %). La combinaison blanc/rouge est la plus représentée avec vingt-huit salles sur cinquante-deux (53,8 %). La combinaison jaune/ocre ne se trouve qu’associée au noir (quatre salles sur cinquante-deux = 7,7 %). L’îlot est rassemble 90 % des combinaisons blanc / noir / rouge et noir / jaune / ocre.

Les couleurs dominantes

Le fond (fig. 3). Sur une surface totale de 7,57 m2, dont 7,52 m2 pour l’îlot est, les fragments uniquement de couleur noire représentent 3,38 m2, soit 44,6 % de la surface totale des enduits unis. Le rouge et ses nuances (rouge brique, bordeaux) = 2,8 m2 (36,8 %) ; le blanc = 1,15 m2 (15,1 %) ; le jaune et le vert se situant largement en retrait.

Fig. 1. Mâlain-Mediolanum. Agglomération antique. Plan de situation du quartier étudié

(R. Goguey et A. Richeton).

Fig. 2. Mâlain-Mediolanum. Emplacement des salles à enduits peints

(É. Aujas).

Les motifs linéaires (fig. 4). Seules sept des trente-quatre salles de l’îlot est, soit 20,6 %, sont concernées. Sur une longueur totale de 40,8 m (salle 5 à 50) de motifs linéaires (ligne, trait, filet, bande), les filets représentent 28,18 m (69,1 %), les bandes 7,8 m (19,2 %), les traits 4,8 m (11,6 %). Une ligne de couleur blanche a été trouvée dans la salle 43 (îlot ouest). Blanc, noir et vert dominent les motifs linéaires : blanc 22,46 m (55,1 %), noir 6.4 m (15,7 %), vert 5.02 m (12,3 %). L’îlot est représente cinquante-trois des soixante-quatre motifs linéaires comptabilisés sur le site, soit 82,8 % du total.

Les couleurs dominantes par salle

17Sur les cinquante-deux salles décorées, dix-huit (34,6 %) n’ont livré que peu d’indices permettant de déceler la couleur dominante ; les trente-quatre autres montrent une présence prépondérante du blanc (dix-sept salles – 32,7 % du total, 50 % des salles déterminées), le rouge (huit salles – 23,5 %), le noir (cinq salles – 14,7 %), le jaune (quatre salles – 11,7 %). Dans l’îlot ouest (dix-neuf salles à enduits), le blanc est dominant puisqu’il compose le fond de onze des seize salles dont la couleur de fond est déterminée, soit 68,7 % et représente 64,7 % du total, soit onze des dix-sept salles à fond blanc du site.

Analyses et hypothèses de restitution

18Outre les deux ensembles proposés, les salles 7-10-11 et la salle 111, nous présentons un aperçu des motifs et couleurs utilisés par les peintres à Mediolanum (salles 40-41-43, fig. 5, 6 et 7).

Salles 7-10-11

Description

19Éléments appartenant à la zone inférieure :

  • Sous-plinthe noire ? (fragment se trouvant en bas de mur).

  • Plinthe mouchetée blanc et noir sur fond rouge bordeaux.

  • Partie basse à motif végétal vert (touffes de feuillage) comportant des pistils jaunes sur fond noir (fig. 8).

20Ordonnancement : il est actuellement impossible de préciser si la zone basse était composée de compartiments alternant mouchetures et touffes végétales sur une sous-plinthe noire, ou si elle comportait une sous-plinthe mouchetée surmontée des touffes végétales ; la sous-plinthe noire appartiendrait alors à une autre paroi.

21Le bandeau de séparation entre la zone inférieure et la zone médiane est constituée d’un ensemble de filets dont la couleur dominante est le vert (fig. 9).

22Éléments appartenant à la zone médiane :

  • Panneau rouge brique à double filet d’encadrement extérieur ocre et beige et à filet intérieur blanc dont les extrémités se coupent aux angles et se terminent par une boule blanche soulignée d’un trait blanc (fig. 10).

  • Inter-panneau à fond noir débordant de part et d’autre du panneau rouge sous forme d’un encadrement et comportant un candélabre du type métallique à hampe éclairée par un dégradé vert clair et blanc, donnant ainsi une impression d’ombre et de lumière. Sa base est ornée de boules. Des nœuds à coque, dont il nous reste trois exemplaires, ornaient la hampe (fig. 11).

23Il est également à noter dans cette partie de la paroi la présence d’une colonnette (candélabre ?) composée de filets violets, gris-rose et brun clair sur fond noir d’où pouvaient prendre naissance des excroissances végétales (fig. 12). En ce qui concerne le sommet, il est dans les deux cas inconnu.

24Ordonnancement : succession des panneaux rouges et inter-panneaux noirs comportant les candélabres. Il est actuellement impossible de préciser si la zone médiane présentait une alternance de ces deux motifs de part et d’autre du champ rouge brique ou si l’un et l’autre scandaient des parois différentes.

25La figuration féminine (tête, bras et haut du buste – dimension : environ 5,5 cm du haut de la chevelure au menton) appartenait peut-être à un personnage couché et se situait sur un panneau à fond noir. Des éléments verts et un filet blanc se remarquent à proximité du visage (fig. 13).

26Zone supérieure :

27Aucun élément significatif n’a été repéré à part des fonds unis, noirs ou bordeaux.

Corrélation

28Les composantes du décor de Mediolanum étant fréquents dans la peinture murale romaine, nous ne proposons ci-dessous qu’un aperçu des divers sites dont les motifs sont similaires ou proches.

Motif figuré

  • France :

– Colmier-le-Bas (BARBET, HARMAND, 1980), Les Cloisets : petit tableau comportant en son centre une tête féminine de profil sur fond bleu. Début Ier siècle de notre ère.

– Vaison-la-Romaine (BARBET, 1983, p. 143-144), la cathédrale : figure ailée dont la tête mesure environ 7 à 8 cm. Antérieur à 40 de notre ère.

– Nuits-Saint-Georges (PLATEAU, 1982), Les Bolards : petite figure (environ 5 à 7 cm) encadrée. Antérieur à 50 de notre ère (BARBET, HARMAND, 1980, p. 151).

  • Suisse :

– Augst (FUCHS, 1989, p. 11 et 15), Insula 28 : tête féminine sur fond bleuâtre de trois-quart gauche, 8,5 cm du menton à la racine des cheveux ; début IIIe siècle de notre ère. Insula 50 : figure volante féminine, 30 cm de la tête aux pieds ; milieu, deuxième moitié du Ier siècle de notre ère.

Fig. 3. Mâlain-Mediolanum. Plan d’une partie de l’îlot est. Couleurs des fonds et fonctions des salles

(É. Aujas).

Fig. 4. Mâlain-Mediolanum. Plan d’une partie de l’îlot est. Principaux motifs

(É. Aujas).

Fig. 5. Mâlain-Mediolanum. Salles 40 et 41.
Candélabre, colonnette et imitation de marbre

(E. Aujas).

Fig. 6. Mâlain-Mediolanum. Salle 41. Séparation de panneaux et colonnettes

(É. Aujas).

Fig. 7. Mâlain-Mediolanum. Salle 43.
Guirlande, motifs végétaux et séparation de panneaux

(E. Aujas).

Fig. 8. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Touffes de feuillage.
Légende des trames commune à toutes les figures

(É. Aujas).

Fig- 9. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Moulure fictive

(E. Aujas).

Fig. 11. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Candélabre sur fond noir

(E. Aujas).

Fig. 10. Mâlain- Mediolanum. Salle 11. Filets d’encadre
ment sur fond rouge et séparation de panneaux

(E. Aujas).

Fig. 12. Mâlain- Mediolanum. Candélabre sur fond noir avec excroissances végétales

(É. Aujas).

  • Turquie :

– Éphèse, Maisons du flanc (ERDEMGIL, 1988, p. 15). Maison A : fresque de la jeune fille (fig. 14), dont la forme du visage, la position et la taille des bras ressemblent au portrait de Mâlain.

Plinthes mouchetées

Allemagne :

  • Trêves (ERISTOV, 1987), Maison sous les Thermes Impériaux : plinthe rose moucheté. Deuxième moitié du Ier s.

  • Kempten (ERISTOV, 1987). Plinthe mouchetée. Entre 50 et 81 de notre ère.

29Belgique :

  • Anthée (DELPLACE, 1991, p. 43-44). Plinthe grise mouchetée de rouge. Fin Ier, début IIe siècle de notre ère.

30France :

  • Lyon (BODOLEC, LE BOT, 1984, p. 36), Rue des Farges : sous-plinthe grise mouchetée de noir, plinthe de couleur grise mouchetée de vert, noir, jaune et rouge. Fin Ier siècle av. notre ère.

  • Chizé (ALLAG, 1974), Le Vert.

  • Mercin-et-Vaux (ERISTOV, 1987). Plinthe rose mouchetée de blanc, noir et vert.

Fig. 13. Mâlain-Mediolanum. Figure féminine

(É. Aujas).

Feuillage en plinthe

Allemagne :

  • Trêves (ERISTOV, 1987), Maison sous les Thermes Impériaux : panneaux noirs occupés par des touffes de feuillages. Deuxième moitié du Ier s.

  • Kempten (ERISTOV, 1987). Soubassement alternant panneaux noirs à touffes de feuillages et étroits compartiments rouges. Entre 50 et 81 de notre ère.

France :

  • Champlieu (BARBET, 1983, p. 158), galerie nord du fanum : alternance touffes/échassiers. Compartiment noir à trait d’encadrement intérieur jaune séparé d’un champ rouge ocre par un filet blanc. Dans le compartiment, touffes de feuillages verts et vert clair, pointus et rigides.
    40 de notre ère.

  • Saint-Ulrich (HECKENBENNER, 1984). Feuillage sur fond noir. Dernier quart du Ier siècle de notre ère.

  • Vienne (BARBET, DUGAST, 1986, p. 120-121), Place St-Pierre : plinthe rouge ocre avec compartiments à touffes de feuillages et de fleurs. Vers 40 de notre ère.

31Suisse :

  • Avenches (FUCHS, 1989, p. 25- 27 et 31), Insula 9 : touffes de feuillage sur fond blanc ; 70-100 de notre ère. Insula 10 : touffes de feuillage entre compartiments roses ; fin Ier siècle de notre ère. Insula 18 : touffes de feuillage (salon rouge) ; milieu Ier siècle de notre ère. Feuillage sur plinthe à compartiments noirs et compartiments rouges (portique) ; milieu Ier siècle de notre ère.

Fig. 14. Éphèse. Figure féminine

(ERDEMGIL, 1988, p. 15).

Candélabre

Allemagne :

  • Trêves (BARBET, 1974, p. 128-132), Maison sous les thermes impériaux : panneaux rouges et inter-panneaux noirs à candélabres. Deuxième moitié du Ier siècle de notre ère.

Belgique :

  • Anthée (DELPLACE, 1991, p. 43-44). Candélabre dans les tons vert-blanc sur panneau à fond rouge. Fin Ier, début IIe siècle de notre ère.

32France :

  • Lyon (BODOLEC, LE BOT, 1984, p. 36), Rue des Farges : candélabres gris-vert à base reposant sur trois boules. Fin Ier siècle av. notre ère.

  • Metz (HECKENBENNER, PÉRICHON, 1987, p.
    181), Rue Marchant : candélabre à fût lisse, ombrée, à base munie de trois boules. Entre 40 et 60 de notre ère.

  • Nuits-Saint-Georges (PLATEAU, 1982), Les Bolards : candélabre vert/blanc sur fond noir ; inter-panneaux et panneaux rouges. 30-50 de notre ère.

  • Vienne (BARBET, 1982, p. 65), Place Saint-Pierre : candélabre au fût lisse blanc et crème, ombré de marron. Base comportant trois petites boules crème, ombrées de brun.

  • Saint-Ulrich (ERISTOV, 1987). Décor à panneaux jaunes et inter-panneaux à candélabres grêles. Fin Ier ou début IIe siècle.

33Hollande :

  • Elst (BARBET, 1974, p. 126-128), Temple II : panneaux rouge brique et inter-panneaux noirs à candélabres avec ombelles, nœuds à coque et pan retombant, excroissances végétales sur la hampe. Époque flavienne.

34Suisse :

  • Avenches (FUCHS, 1989, p. 25-27 et 31), Insula 18 : portique. Panneaux rouges et inter-panneaux noirs à candélabres à hampe nervurée blanc-beige et beige verdâtre.

  • Oberwichtrach (FUCHS, 1989, p. 43), pièce de l’aile sud, panneau 1, paroi nord. Zone médiane à panneau rouge et inter-panneau noir à candélabres à base moulurée beige, brune et blanche. 70-100 de notre ère.

Filet d’encadrement intérieur se croisant dans les angles

France :

  • Lyon (BARBET, 1982, p. 67), Rue des Farges : grands panneaux rouges ou verts à bordures à trois traits qui se croisent dans les angles avec formation de boules.

  • Vaison-la-Romaine (BARBET, 1983, p. 66), la cathédrale : encadrement de filets triples qui dépassent dans les angles pour former une croix ponctuée de boules pour chaque branche.

Conclusion

35Après observation des divers fragments livrés par les salles 7-10 et 11, il s’avère que des décors différents ont coexisté sur les parois de la salle 7, à moins que la présence d’enduits dans cette pièce ne soit le résultat de l’effondrement des cloisons et murs de l’étage. L’utilisation de cet espace, sous les Flaviens, en temple dédié à Mars justifie la présence de décors plus variés et relativement luxueux par rapport aux autres relevés sur le site.

36La datation du matériel archéologique et des structures – transformation de la boutique en temple sous les Flaviens – et les éléments stylistiques livrés par les fragments d’enduits (plinthe mouchetée, motif végétal, candélabre), nous conduisent à penser que le décor se situe entre le Troisième et le Quatrième style pompéien, soit une appartenance au Troisième style, adapté et modifié en Gaule, peut-être au gré des régions (ERISTOV, 1987, p. 48-49).

Salle 111

Description

37La salle 111 se situe immédiatement à côté de l’hypocauste 22, avec lequel elle est certainement en relation (fig. 15). Il s’agirait donc d’une pièce d’habitation bénéficiant de chaleur. Cependant, elle se trouve à proximité directe d’un ensemble lié à l’artisanat (salles 21, 100, 110) avec lequel elle communique par l’intermédiaire d’une porte percée dans son mur nord.

Fig. 15. Mâlain-Mediolanum. Salle 111. Plan de situation

(E. Aujas).

38Cette salle a livré un enduit en place correspondant à une plinthe conservée sur une hauteur d’environ 80 cm et sur 130 cm de longueur. Le reste de la salle ne présente que la base de la peinture murale, sur une quinzaine de centimètres de hauteur, à son contact avec le sol. C’est à cette jonction que l’on note la présence de mortier de tuileau. Cependant ce mortier hydraulique se trouve en avant de l’enduit et non entre lui et le mur. Il a donc dû jouer le rôle de joint étanche entre le sol et le mur.

39Le décor de la plinthe présente des compartiments blancs rectangulaires irréguliers – alternance de grands compartiments de 115 à 137 cm et de compartiments plus petits de 45 à 50 cm de largeur – limités en haut par une bande rouge horizontale de 5 cm de largeur et dans la longueur par des filets verticaux noirs de 1 cm de largeur environ, surmontés d’un point se trouvant dans la bande rouge. De la partie médiane du décor, il ne reste que le départ d’un filet rouge vertical de 0,5 cm de largeur et de 64 cm de hauteur sur fond blanc, situé à 5 cm de la bande rouge verticale qui limite le champ blanc au coin nord-est du mur (fig. 16 et 17). Nous n’avons aucun renseignement sur l’ordonnancement de la partie médiane ni sur la zone supérieure.

40Sur les trois murs mis au jour, nous ne trouvons que le départ des filets verticaux noirs à intervalles irréguliers. C’est pour cette raison que nous ne savons pas si chaque filet vertical est systématiquement surmonté d’un point. De même, nous ne savons pas si le décor se termine, comme à l’angle nord-est du mur, par un filet vertical situé à une quinzaine de centimètres de l’angle sud-est. Le mur nord présente un filet noir vertical à 13 cm de l’angle avec le mur est. Le mur sud, partiellement dégagé, comporte un filet noir vertical à 138 cm de l’angle avec le mur est. L’arrêt des fouilles ne nous a pas permis de mettre au jour le mur ouest.

41L’enduit a été appliqué sur un mur dont les joints avaient été préalablement tirés au fer, probablement lors d’une occupation antérieure. Le blanc est la couleur de fond alors que le rouge et le noir ont été appliqués « a tempera ».

Conclusion

42Le matériel archéologique recueilli date la salle des IIe et IIIe siècles de notre ère. De nombreux sites dont les décors datent du IIe siècle présentent ces champs monochromes blancs parfois ornés (ALLAG, BARBET, 1982, p. 14). Cette vogue du panneau blanc se retrouve dans tout l’Empire au cours du IIe siècle, ainsi en Hollande, à Maasbracht (SWINKELS, 1987) et aussi en Slovénie, à Emona, Celeia et Poetovio (PLENISCAR-GEC, 1987).

43Datation archéologique du matériel et datation stylistique, style linéaire (BARBET, 1984, p. 33 ; DE VOS, 1984, p. 22), sont donc en adéquation.

Conclusion générale

44Les deux ensembles présentés montrent que les maisons de Mediolanum étaient largement décorées, parfois très simplement par des champs monochromes structurés par des filets d’encadrement dans les boutiques, et parfois d’une manière plus luxueuse, dans les pièces d’habitation et lieux cultuels, par des motifs tels que les candélabres, touffes de feuillages, oiseaux ou encore figurations humaines.

45À Mediolanum, on reconnaît les caractéristiques des styles pompéiens dans les décors, mais l’éloignement de l’Italie ainsi que les compétences diverses des artistes locaux ( ? ) ont entraîné une adaptation des schémas romains qui a souvent modifié la représentation des motifs classiques ; ceux-ci restent cependant reconnaissables. Il est alors aussi aisé de repérer des composantes de ces parois que difficile d’identifier des parois entières.

46Une étude plus approfondie des peintures, en relation avec le CEPMR, permettrait une meilleure et plus complète compréhension du décor.

Fig. 17. Salle 111, paroi est. Restitution du décor

(É. Aujas).

Fig. 17. Salle 111, paroi est. Restitution du décor

(É. Aujas).

Bibliographie

Bibliographie

ALLAG C., BARBET A., 1982, La peinture murale romaine de la Picardie à la Normandie, Catalogue d’exposition, Paris, Lisieux, 109 p., ill.

ALLAG C., DEBIEN B., RÉ M., 1974, « L’établissement gallo-romain du Vert », Bull, de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 7, n° 2-3, p. 193-214.

BARBET A., 1974, « Peintures murales de Mercin-et-Vaux (Aisne) : étude comparée », Gallia, 32-1, p. 107-135.

BARBET A., 1981, Les peintures romaines de Martizay (Saint-Romain), Martizay, Ass. des Amis du Vieux Martizay, 43 p., ill. (Cahiers Historiques de Martizay, n° 9).

BARBET A., 1982, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule », Gallia, 40-1, p. 54-82.

BARBET A., 1983, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule», Gallia, 41-1, p. 111-165.

BARBET A., 1984, « La peinture murale en Gaule», Dossiers/Histoire et Archéologie, n° 89, p. 29-34.

BARBET A., DUGAST J., 1986, Peintures gallo-romaines dans les collections publiques françaises, Paris, éd. du C.N.R.S. / Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines, 125 p., 39 ill. (Bulletin de liaison, n° 8).

BARBET A., HARMAND J., 1980, « Les peintures murales de la villa gallo-romaine des Cloisets à Colmier-le-Bas », Mém. de la Société Historique et Archéologique de Langres, 5, p. 285-303.

BÉNARD J., MANGIN M., GOGUEY R., ROUSSEL L., 1994, Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Paris, éd. Les Belles Lettres (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 522, série Archéologie, n° 39).

BODOLEC M.-J., LE BOT A., 1984, « Rhône-Alpes : vers une typologie régionale », Dossiers/Histoire et Archéologie, n° 89, p. 35-40.

DELPLACE C., 1991, Les peintures murales romaines de Belgique, Bruxelles, 75 p. (Amphora, n° 63).

DE VOS M., 1984, « La peinture italienne du IIe au IVe siècle », Dossiers/Histoire et Archéologie, n° 89, p. 18-28.

ERDEMGIL S. dir., 1988, Les maisons du flanc à Éphèse, Istanbul, Hitit Color.

ERISTOV H., 1987, « Les peintures murales provinciales d’époque flavienne », in : Pictores per Provincias, Avenches, p. 45-53 (Cahiers d’Archéologie Romande, n° 43).

FRIZOT M., 1975, Mortiers et enduits peints antiques ; étude technique et archéologique, Université de Dijon, 351 p., 26 pl. (Publ. du Centre de Recherches sur les Techniques Gréco-Romaines, n° 4).

FRIZOT M., 1979, « Le décor » in: Mâlain, Mâlain, Groupe Archéologique du Mesmontois, p. 26-27 (Cahiers du Mesmontois, n° 4).

FUCHS M., 1989, Peintures romaines dans les collections suisses, Paris, éd. du C.N.R.S. / Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines, 119 p., 29 ill. (Bulletin de liaison, n° 9).

HECKENBENNER D., 1984, « Les peintures murales de la villa gallo-romaine de Saint-Ulrich (Moselle) », in : Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires AFPMA de Limoges (1980) et Sarrebourg (1981), Nancy, p. 53- 61 (Studia Gallica, I).

HECKENBENNER D., PÉRICHON D., 1987, « Les peintures murales de la rue Marchant à Metz », in : Pictores per Provincias, Avenches, p. 181-185 (Cahiers d’Archéologie Romande, n° 43).

PLATEAU D., 1982, Les peintures murales du vicus gallo-romain des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), Mémoire de maîtrise, Paris IV Sorbonne.

PLENISCAR-GEC L., 1987, « Wall-Paintings in Roman Slovenia », in : Pictores per Provincias, Avenches, p. 222-226 (Cahiers d’Archéologie Romande, n° 43).

ROUSSEL L., 1978, Mâlain, Mediolanum, 1968-1977 : bilan de 10 années de fouilles, Mâlain, Groupe Archéologique du Mesmontois, 300 p. (Cahiers du Mesmontois, n° 2).

ROUSSEL L., 2003, Mâlain-Mediolanum, une ville gallo-romaine (Ier s. av. notre ère/IIIe ap.) : 25 ans de fouilles archéologiques 1968-1993, Groupe Archéologique du Mesmontois (Cahiers du Mesmontois, n° 74).

SWINKELS L. J.F., 1987, « A gladiatorium munus depicted in a roman villa at Maasbracht », in : Pictores per Provincias, Avenches, p. 191 (Cahiers d’Archéologie Romande, n° 43).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Mâlain-Mediolanum. Agglomération antique. Plan de situation du quartier étudié
Crédits (R. Goguey et A. Richeton).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 2. Mâlain-Mediolanum. Emplacement des salles à enduits peints
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 3. Mâlain-Mediolanum. Plan d’une partie de l’îlot est. Couleurs des fonds et fonctions des salles
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 4. Mâlain-Mediolanum. Plan d’une partie de l’îlot est. Principaux motifs
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 5. Mâlain-Mediolanum. Salles 40 et 41.Candélabre, colonnette et imitation de marbre
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 6. Mâlain-Mediolanum. Salle 41. Séparation de panneaux et colonnettes
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 7. Mâlain-Mediolanum. Salle 43.Guirlande, motifs végétaux et séparation de panneaux
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 8. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Touffes de feuillage.Légende des trames commune à toutes les figures
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Fig- 9. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Moulure fictive
Crédits (E. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Fig. 11. Mâlain-Mediolanum. Salle 11. Candélabre sur fond noir
Crédits (E. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 10. Mâlain- Mediolanum. Salle 11. Filets d’encadrement sur fond rouge et séparation de panneaux
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 12. Mâlain- Mediolanum. Candélabre sur fond noir avec excroissances végétales
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende Fig. 13. Mâlain-Mediolanum. Figure féminine
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 14. Éphèse. Figure féminine
Crédits (ERDEMGIL, 1988, p. 15).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 15. Mâlain-Mediolanum. Salle 111. Plan de situation
Crédits (E. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 17. Salle 111, paroi est. Restitution du décor
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 17. Salle 111, paroi est. Restitution du décor
Crédits (É. Aujas).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/17008/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Groupe Archéologique du Mesmontois - La Serrée, 21410 Saint-Victor-sur-Ouche.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search