Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Première partie. Peintures murales en Bourgogne

Quelques ensembles peints bourguignons

Florence Monier

Texte intégral

1En guise d’introduction aux exposés qui vont suivre, j’ai essayé de regrouper sur une carte de Bourgogne (fig. 1) – c’est-à-dire les quatre départements de la Côte-d’Or, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l’Yonne – les sites ayant fourni des peintures murales, des stucs, et éventuellement des sculptures polychromes, que ce soit la simple mention d’enduit coloré dans des archives ou la découverte récente d’ensembles importants de peintures en place et fragmentaires, comme à Auxerre avec l’ensemble du boulevard Vaulabelle.

2Soixante-deux sites ont été ainsi recensés. C’est vrai que la Bourgogne est riche d’une longue tradition de recherches archéologiques menées dès le XVIIIe siècle par les sociétés savantes, et qui ont, souvent, donné lieu à des publications scientifiques.

3Sur la carte de la région, on voit bien que les limites administratives modernes ne correspondent pas aux limites des peuples gaulois et des cités gallo-romaines, et que certains sites, comme Colmier-le-Bas (Haute-Marne) s’y rattachent parfaitement (fig. 1). Parmi ces sites, on trouve aussi bien les capitales des cités des Éduens, des Sénons et des Lingons, des agglomérations secondaires que des villas isolées, des quartiers artisanaux, de riches domus ou de modestes habitats urbains, des thermes publics ou des bains privés, des sanctuaires. Je ne vais pas passer en revue tous ces sites, dont plusieurs ont été présentés aux précédents séminaires, mais simplement en évoquer rapidement quelques-uns.

4Il est impossible de ne pas mentionner, en préambule, la stèle de Sens, datée du IIe siècle de notre ère et qui illustre si parfaitement le travail de la fresque.

5En Bourgogne, nous rencontrons quelques sites où des décors précoces, apparentés au Troisième style pompéien, ont été identifiés. Parmi les agglomérations secondaires, Alésia (Côte-d’Or) a fourni de nombreux ensembles, tant dans des édifices publics que dans des habitats privés, et ce, dès le Ier siècle, avec le monument d’Ucuetis.

6Aux Bolards, vicus près de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), occupé du Ier siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C., ont été recomposés des décors muraux du milieu du Ier siècle de notre ère, avec candélabres sur fond noir, panneaux rouges, petit tableau, vase ou oiseau (PLATEAU-COMTE, 1985).

7À Vertault (Côte-d’Or), bourgade fouillée depuis le XIXe siècle, M. et J.-M. Mangin ont repris des fouilles ponctuelles et les anciennes documentations. C. Allag a étudié les enduits peints et les stucs dont des fragments sont dispersés entre plusieurs musées de la région. Ces éléments épars de décors muraux s’échelonnent entre le Ier et le IIe siècles de notre ère (ALLAG, 1998). La publication générale du site antique de Vertillum est en cours.

8Le Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines de Soissons est intervenu sur le site rural de Villeperrot, lieu-dit Le Deilly (Yonne), fouillé par J.-Y. Prampart, où ont été reconnus un fanum et une villa, avec une pièce conservant sur deux murs une plinthe de faux marbre très simple dont un panneau a été déposé et restauré. L’ensemble peut être daté du IIe siècle de notre ère.

9De la même époque datent sans doute les peintures d’Escolives-Sainte-Camille, Grippe-Soleil (Yonne), gros ensemble architectural dont l’une des pièces, située près d’un nymphée, se caractérise par sa haute plinthe aux riches imitations d’opus sectile où alternent des marbres variés (voir article dans ce volume).

10Enfin, parmi les villes importantes, citons Auxerre (Yonne) et surtout Autun (Saône-et-Loire), dont les peintures découvertes sur trois des sites fouillés par Pascale Chardron-Picault et son équipe (CHARDRON-PICAULT, 1996) ont été étudiées en 1994 au CEPMR.

11Nous avons à Autun trois exemples de décors pariétaux liés à trois structures bien différentes : 

  • dans la vaste maison des Auteurs grecs, il a été possible de restituer la zone basse du décor, exceptionnel par sa monumentalité, de la salle d’apparat où se trouvait la célèbre mosaïque : haut soubassement à imitations de marbres verts, oranges et jaunes, avec décrochements supportant sans doute des demi-colonnes engagées ou des pilastres à chapiteau de stuc. Ce décor luxueux est datable du IIe siècle de notre ère ;

Fig. 1. Mentions de peinture romaine en Bourgogne et principaux axes antiques

(Fl. Monier).

  • sur le site du Lycée Militaire, dans un quartier d’artisanat métallurgique, l’habitat modeste de la fin du Ier siècle de notre ère nous a fourni les bribes d’un décor pariétal simple, répandu en Gaule : une alternance de grands panneaux rouge ocre et d’inter-panneaux noirs à candélabres, dont une plaque montrait deux états superposés (GROETEMBRIL, 1999) ;

  • enfin, sur le troisième site, la maison à l’ampulla, ont été mis au jour de nombreux fragments de stucs de belle qualité : plusieurs types de corniches, lisses ou décorées, motifs végétaux, colonnes, et les éléments d’un plafond à caissons. Ceci laisse supposer que l’une des pièces de cette riche demeure pouvait être un balneum.

12Ce dernier ensemble confirme également la richesse exceptionnelle en stucs de la ville d’Autun, richesse qui semble être une caractéristique de la Bourgogne, comme l’a montré M. Frizot. Pour mémoire, je rappellerai les stucs de la villa des Girelles à Arcy-sur-Cure (Yonne) (FRIZOT, 1977, p. 166-167), et ceux du Crot-du-Port, près de Vézelay (Yonne) (Ibid. p. 160-161).

13Ce n’est là qu’un bref aperçu de quelques décors peints très divers tant par leur nombre que par leur qualité, provenant de sites bourguignons bien différents, mais qui illustrent néanmoins l’importance de cette région pour notre connaissance de la peinture murale en Gaule et de son évolution dès le milieu du Ier siècle de notre ère.

Bibliographie

Bibliographie

ALLAG C., 1985, « Les enduits peints », in : Autun, Augustodunum, capitale des Éduens, Catalogue d’exposition, Autun, Musée Rolin, p. 85-90.

ALLAG C., 1995a, « L’héritage en Gaule », in : Jeunesse de la beauté : la peinture romaine antique, Catalogue d’exposition, Paris, p. 109-113.

ALLAG C., 1995b, « Les peintures dans les provinces de l’occident romain. Inventaire succinct – France », in : Jeunesse de la beauté : la peinture romaine antique, Catalogue d’exposition, Paris, p. 161-168.

ALLAG C., 1998, « Vertault : la décoration murale », Bull, archéologique et historique du Châtillonnais, 6e série, n° 1,p. 31-54.

Autun 1993 = Atlas des vestiges archéologiques, Carte archéologique de la Gaule, vol. 71/2, Paris.

BARBET A., DAVREU Y., LE BOT A., MAGNAN D., 1977, « Peintures murales romaines d’Alésia : l’hypocauste n° 1 », Gallia, 35, fasc. 1, p. 173-199.

BARBET A., 1982, « La diffusion du IIIe style pompéien en Gaule », Gallia, 40, fasc. 1, p. 53.

BARBET A., DUGAST J., 1986, Peintures gallo-romaines dans les collections publiques françaises, Paris, éd. du C.N.R.S. / Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines, 125 p., 39 ill. (Bulletin de liaison, n° 8).

BÉNARD J., MANGIN M., GOGUEY R., ROUSSEL L. ; 1994, Les agglomérations antiques de Côte-d’Or, Paris (Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 522, Série Archéologie, n° 39).

CHARDRON-PICAULT P., 1996, « Autun-Augustodunum : bilan des dernières découvertes », in : Les villes de la Gaule Lyonnaise, Limoges, p. 35-57 (Caesarodunum, XXX).

FRIZOT M., 1977, Stucs de Gaule et des provinces romaines : motifs et techniques, Université de Dijon, 254 p., ill. (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, n° 7).

FRIZOT M., 1982, Mortiers et enduits peints antiques : étude technique et archéologique, Université de Dijon, 2e édition, 351 p., 26 pl. (Publ. du Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, n° 5).

GROETEMBRIL S., 1999, « Étude d’un décor mural », in : CHARDRON-PICAULT P., PERNOT M. dir, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun : le site du Lycée militaire, Paris, éd. de la M.S.H., p. 145-149, fig. 123-127 (DAF, 76).

JANNET-VALLAT M. dir., 1990, Il était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition, Dijon, Musée Archéologique/Paris, éd. Errance, 247 p., ill.

Mediolanum, 1988 = Mediolanum, une bourgade gallo-romaine, Dijon, Musée Archéologique, 323 p., 108 pl.

PLATEAU-COMTE D., 1985, « Peintures murales romaines précoces des Bolards, Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) », in : Peinture murale en Gaule, Actes des séminaires de l’AFPMA 1982-83, p. 65-78 (BAR International Series, 240).

REBOURG A., 1993, Autun, Carte archéologique de la Gaule, vol. 71/1, Paris.

REBOURG A., 1994, Saône-et-Loire, Carte archéologique de la Gaule, vol. 71/3, 71/4, Paris.

ROLLEY C., DELOR J.-P. dir., 1989, L’Yonne et son passé: 30 ans d’archéologie, Catalogue d’exposition, Arnay-le-Duc.

THEVENOT É., 1948, « La station antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges, Côte-d’Or », Gallia, XII, fasc. 2, p. 289-347.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Mentions de peinture romaine en Bourgogne et principaux axes antiques
Crédits (Fl. Monier).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search