Desktop versionMobile version

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Avant-propos

Claudine Allag

Full text

1L’habitude est, depuis longtemps, bien installée : d’année en année, le séminaire de l’Association Française pour la Peinture Murale Antique entraîne ses adhérents à la découverte d’une région et des nouvelles recherches archéologiques qui y sont menées. Ainsi les connaissances s’élargissent, des liens se nouent, des collaborations s’instaurent – en même temps qu’est présenté le traditionnel bilan des travaux en cours.

2L’opportunité de se tourner vers la Bourgogne s’est offerte d’elle-même : de nombreux fragments d’enduit peint, découverts sur le site de Vaulabelle à Auxerre au cours des fouilles dirigées par Annie Bolle, venaient d’être étudiés et traités au Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines à Soissons. À l’issue de ce travail, la conservatrice du musée-abbaye Saint-Germain à Auxerre, soucieuse de présenter les résultats de la plus récente recherche archéologique, mettait en place une présentation de ces vestiges. Expliquer au public l’intérêt iconographique, social, anecdotique, de peintures très fragmentaires est une entreprise courageuse dans laquelle Micheline Durand s’est engagée avec chaleur et compétence. L’inauguration de ce nouveau secteur des salles d’archéologie du musée fut mise en parallèle avec celle de deux expositions temporaires : l’une consacrée précisément à « La peinture romaine : du peintre au restaurateur », offrait un panorama des décorations murales antiques, de leur technique et des moyens déployés pour les conserver et les présenter. L’autre, présentant des œuvres de l’artiste japonais Hisa Takahashi, restaurateur de peintures médiévales et fresquiste contemporain, illustrait magistralement la persistance des techniques, « bouclant la boucle » d’un savoir-faire intemporel. Notre séminaire s’intégrait ainsi parfaitement au déroulement de ces manifestations : de la documentation ancienne aux analyses chimiques en passant par le recours aux textes, les interventions se sont attachées à quelques décors de Rome et des provinces, et tout particulièrement de Bourgogne.

3Pour renforcer encore cette idée de continuité, la ville d’Auxerre, si riche en fresques carolingiennes et médiévales, se prêtait naturellement à des confrontations artistiques et techniques avec la peinture de l’Antiquité tardive. Dès l’élaboration du projet, Christian Sapin, au Centre d’Études Médiévales, s’est prêté avec enthousiasme à ces discussions comparatives : étude de l’héritage antique dans la peinture du haut Moyen Âge, mais aussi énoncé des moyens d’étude et d’analyse mis en œuvre par les divers spécialistes.

4Le séminaire et la publication des Actes – indispensable outil de travail pour tous ceux que rassemble un même intérêt pour la peinture antique – ont bénéficié de soutiens efficaces et d’aides compétentes :

  • la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne,

  • le Comité Régional de la Recherche Archéologique en Bourgogne, et bien sûr la Revue Archéologique de l’Est.

5C’est grâce à eux que ces rencontres ont pu avoir lieu, que ce volume peut paraître.

6Que leurs représentants veuillent bien trouver ici l’expression de notre gratitude.

© ARTEHIS Éditions, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search