Version classiqueVersion mobile

Peinture antique en Bourgogne

 | 
Claudine Allag

Préface

Micheline Durand

Texte intégral

1En 1991-1992, en préalable à la construction d’immeubles par l’office municipal de H.L.M., des fouilles archéologiques permettaient de dégager d’importants vestiges de l’antique ville d’Auxerre, Autessiodurum. Blocs lapidaires, aménagement urbain relativement sophistiqué, statues et statuettes, céramique, trésor monétaire, tous les objets retrouvés témoignaient d’un certain niveau de vie des habitants de notre cité du Ier au IIIe siècle.

2Mais la découverte sans doute la plus émouvante a consisté en des centaines de fragments de peintures murales qui ornaient certaines pièces d’habitation de ce quartier de la ville. Émouvante, parce que plus évocatrice qu’un mur nu, du décor familier qu’ont aimé les « auxerrois » gallo-romains ! Après avoir été dégagés et inventoriés par les archéologues, ces fragments ont été confiés au Centre d’Études des Peintures Murales Romaines, à Soissons, où, peu à peu, ils ont été nettoyés, restaurés, remontés pour être présentés de manière permanente dans une salle du musée Saint-Germain.

3Comme on peut le dire pour le Moyen Age, les hommes de l’Antiquité avaient le goût de la couleur et les choix esthétiques, les compositions de ces grands panneaux où domine le rouge, renvoient à des thèmes typiquement romains. Le savoir est une chose, le voir en est une autre. Nous aurions pu, après le travail des archéologues et des restaurateurs, nous contenter de la publication du site et des objets ; mais nous avons souhaité aller plus avant dans une des missions essentielles du musée, qui est bien de « donner à voir », sinon malheureusement « à toucher ». Et « donner à voir » dans une relation authentique, directe, sans le truchement de l’image, pour que la matérialité même de l’objet induise le discours qui lui redonnera toute sa signification.

4Accueillir, préserver – et cela n’a rien de passif ! – restituer au public, transmettre aux générations suivantes : c’est la définition pleine du musée, bien ancré dans son territoire, porteur et garant de la mémoire de ce territoire et des hommes qui l’ont habité !

5Cette fonction vivante du musée suppose la collaboration préalable de tous ceux qu’anime la passion du patrimoine : c’est ainsi que nous poursuivons depuis de longues années notre fructueux travail commun au sein du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, par l’organisation de colloques et expositions impliquant le plus large public possible dans le résultat de recherches pluridisciplinaires de très haut niveau ; c’est ainsi, dans le même esprit, que le musée avait accueilli un des séminaires proposés et organisés par l’Association « Pro Pictura Antiqua », en prélude à l’installation des éléments de peintures murales du site de Vaulabelle, fragiles témoignages qui ont considérablement enrichi ce que nous connaissions du passé de notre cité.

6Les choix de restitution qui ont été faits (un angle de pièce d’habitation formé par deux murs, un plafond voûté...) résultent d’un dialogue constructif entre chercheur, restaurateur et conservateur, prenant en compte la difficulté de lecture pour un public non spécialiste et tentant, sans illusionnisme, d’apporter les plus justes réponses.

7L’avenir du patrimoine réside dans l’approfondissement de ces dialogues et j’ai beaucoup de gratitude pour tous ceux qui ont partagé et partagent cette même conviction.

Auteur

Conservateur en chef du musée-abbaye Saint-Germain à Auxerre

© ARTEHIS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search