Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre XI. Comportements funéraires originaux des chasséens du niveau 7 de la Redoute au Camp de Chassey

Germaine Depierre

Texte intégral

1Nous avons décompté 197 fragments humains numérotés et précisément cartographiés auxquels nous pouvons ajouter 85 fragments non numérotés dont l’essentiel vient de la travée XLI. Il s’agit surtout de morceaux de côtes, de vertèbres, de quelques petits éléments des mains... Leur poids moyen est assez faible (0,8 g). Ils ont été collectés lors du tamisage des sédiments.

2Les trois grandes concentrations osseuses (fig. 1) se situent dans les carrés XLI-56 (17 fragments), XLI-57 (84 fragments) et XLV-54 (63 fragments). Les deux premières regroupent les restes d’un homme d’environ 20 ans (l’essentiel de la partie haute du corps, du crâne au bassin osseux) ; dans le troisième carré, sont rassemblés des vestiges humains appartenant à un adulte mature gracile (une partie de l’extrémité céphalique, la colonne vertébrale, les côtes et des éléments des membres supérieurs).

3Nous avons, dans un premier temps, examiné les os en ignorant volontairement les plans de répartition des pièces afin de ne pas être influencée dans les tentatives d’appariements.

4Pour calculer le nombre minimum d’individus (NMI) et tenter d’apparier les pièces osseuses, nous n’avons pu utiliser que les liaisons de deuxième ordre (Duday, 1995) et en particulier les liaisons par collage de fragments jointifs, par contiguïté articulaire (le dessin de certains contours articulaires permettait d’associer une pièce avec une autre), par identité de stade de maturation. Les liaisons grâce à l’appartenance à un même ensemble pathologique n’ont pu être utilisées, les os ne montrant pas de lésions suffisamment significatives. Les seules liaisons de premier ordre résultent de l’association d’os fragmentés sur place, mais dont une partie des éléments a bénéficié d’un prélèvement individuel (XLV-54, 279, 313, 315 par exemple). Nous avons privilégié, pour le dénombrement, l’examen des os du crâne.

5L’existence de trois autres sujets adultes au moins est attestée par des pièces faisant double emploi ou par des éléments non symétriques.

6Il faut ajouter à ce dénombrement deux sujets immatures au moins : un enfant, mort a priori légèrement prématuré, et un enfant d’environ 6 ans.

LE SUJET ADULTE (sujet 1)

7Les vestiges osseux sont essentiellement concentrés dans le carré XLV-54, avec quelques fragments dans les carrés contigus.

Le CRÂNE

Les fragments associés par collage

8Il s’agit des pièces suivantes : XLV-54, 314, 318, 315, 279, 313, 316, 292, 278 (par ordre de collage de la gauche vers la droite). Le fragment de temporal 316 était relativement éloigné de 65 cm de ceux auxquels il a été associé par collage dans notre étude (fig. 2 et 3). La partie ainsi reconstituée du crâne comprend un grand fragment d’occipital, l’angle inféro-postérieur du pariétal droit, l’essentiel du temporal et la grande aile du sphénoïde droits.

Fig. 1.– Vue d’ensemble de la zone fouillée avec le nombre de pièces osseuses humaines par carré.

Fig. 1.– Vue d’ensemble de la zone fouillée avec le nombre de pièces osseuses humaines par carré.

Les fragments associés par proximité géographique et aspect osseux

9Il s’agit des pièces suivantes : 319, 320, 331, 365. Elles restituent une partie de la face (fig. 3). La première (94) et la deuxième (327) prémolaires supérieures gauches s’associent aussi par collage avec les maxillaires tandis que la racine de la première incisive supérieure droite (322) s’emboîte parfaitement dans l’alvéole. Il faut ajouter à cet ensemble la première et la deuxième prémolaires supérieures gauches.

10La couronne et le tiers supérieur de la racine de la canine supérieure gauche (376), découverte à proximité immédiate de ces pièces, ne peut trouver une jonction satisfaisante avec le maxillaire supérieur gauche. Cependant, la relation est compatible d’autant qu’elle présente une symétrie frappante avec sa controlatérale.

11On peut ajouter à cette rubrique les fragments 317, 323, 324, qui constituent l’essentiel de la mandibule. Ces fragments dentaires sont à proximité immédiate des maxillaires et nous avons une excellente correspondance des surfaces triturantes des molaires.

Le squelette post-crânien

12Exception faite du tronc, le squelette post-crânien est peu représenté (fig. 4). Le basi-crâne n’étant pas conservé, il n’est pas possible de conclure avec certitude à l’appartenance des ensembles anatomiques crâne-tronc. Cependant, la concentration des pièces et l’absence d’incompatibilité dans les stades de maturité ou de vieillissement, rendent l’association possible. Aucun segment rachidien n’est complet. Il manque une vertèbre lombaire, six thoraciques et trois cervicales au moins.

Fig. 2.– Relevé en plan des os des carrés XLV-53 et 54 et XLIV-53 et 54 (sujet 1).

Fig. 2.– Relevé en plan des os des carrés XLV-53 et 54 et XLIV-53 et 54 (sujet 1).

13Les membres supérieurs sont réduits à des pièces fragmentées et lacunaires qui semblent compatibles avec l’aspect général de ce sujet. Les membres inférieurs pourraient être représentés par le fragment de fibula 286 et le talus 316. Cependant, l’absence totale d’os entre le tronc et ces os, appartenant à l’extrémité distale du squelette, rend impossible un appariement avec un degré de fiabilité aussi important que celui que nous pouvons attribuer aux os de la partie supérieure du squelette. Leur éloignement des amas osseux n’a pas de caractère d’exclusion puisque la première côte droite, parfaitement symétrique à sa controlatérale qui appartient à l’amas osseux, se trouve éloignée de celle-ci de 0,75 m. Il en va de même avec le radius 211 qui est symétrique (en son extrémité distale au moins puisqu’il présente sur la face antérieure les mêmes reliefs) au fragment de radius 251 qui appartient à la concentration ; ils sont distants de 1,20 m. Il est de plus compatible avec l’ulna droite 280. Par conséquent, ces os des membres inférieurs ne présentant pas d’incompatibilité notable ne peuvent pas être utilisés pour suggérer la présence d’un autre sujet.

Sexe, âge, stature

14En l’absence des os coxaux, il est difficile de proposer une diagnose sexuelle fiable. Cependant, pour ce sujet, la robustesse de la mandibule, sa hauteur et celles des os zygomatiques nous donnent à penser qu’il y a une très forte probabilité que le sujet soit un homme. Les crêtes nucales sont marquées sans que cela soit excessif ; la mastoïde est courte et trapue.

15La portion du segment 2 de la lambdoïde droite n’est plus lisible sur la face endocrânienne ; sur le reste de la suture (côté occipital), on peut observer plusieurs zones d’arrachement attestant de la synostose avancée de l’ensemble de la suture. Les dents observables présentent une usure de stade 3-4 (Vleck et alii, 1975), la colonne vertébrale ne montre pas de lésions dégénératives particulières si ce n’est des ossifications du ligament jaune (enthésopathies). Ceci nous incite à penser qu’il pourrait s’agir d’un individu adulte mature (entre 30 et 50 ans au moins).

16En l’absence de grands os longs complets, il n’est pas possible d’estimer la stature de l’individu. Nous pouvons simplement affirmer que comparés au radius et à l’ulna du jeune adulte, les os de ce sujet sont plus courts. Il y a donc une très forte probabilité pour que ce sujet soit plus petit que l’autre.

Fig. 3.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 1.

Fig. 3.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 1.

État biologique du sujet

17On peut l’aborder par la prise en compte des différentes lésions ou indicateurs de carences que l’on peut observer.

L’état de la denture

18L’état sanitaire du sujet.– Lorsque ceci est observable, nous avons pu remarquer que l’os de soutien de la dent ne présente pas d’aspect inflammatoire ; cependant, les racines sont mises à nu sur environ un tiers de leur longueur. Nous n’avons pas observé de lésions carieuses, ni de perte ante mortem aux alvéoles cicatrisées. À priori, la denture était saine.

19Les traumatismes – Ils concernent essentiellement les dents des maxillaires (XLV-54, 319, droit ; XLV-54, 320, gauche), qui, bien qu’à proximité, ne sont plus en connexion et apparaissent par leur face inférieure (fig. 2). Nous les avons classés en trois groupes.

20a) Le premier groupe concerne des lésions récentes dues aux variations hygrométriques lors de leur découverte puis lors du traitement et du stockage. Entrent dans cette catégorie la fissure dans la couronne de la deuxième incisive supérieure droite qui partage la couronne dans le plan transversal (fig. 5), ou l’éclat de la partie labiale de la première prémolaire supérieure droite. La surface de la zone brisée est claire, non patinée.

Fig. 4.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 1.

Fig. 4.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 1.

Fig. 5.– Maxillaire gauche, face externe (sujet 1).

Fig. 5.– Maxillaire gauche, face externe (sujet 1).

Fig. 6.– Maxillaire droit, face externe (sujet 1) : les flèches indiquent les enlèvements d’émail et de dentine sur la troisième et la deuxième molaire.

Fig. 6.– Maxillaire droit, face externe (sujet 1) : les flèches indiquent les enlèvements d’émail et de dentine sur la troisième et la deuxième molaire.
  • 1 Collet de la dent (collum dentis) : partie rétrécie de la dent, intermédiaire entre la couronne et (...)
  • 2 Traduction libre G. Depierre.

21b) La seconde catégorie se caractérise par des enlèvements d’émail et de dentine allant de la face occlusale vers l’apex (fig. 6) et pouvant légèrement dépasser le collet1. Cela concerne essentiellement le maxillaire droit et en particulier la première et la deuxième molaires supérieures. Les surfaces des fractures sont lissées, polies, et le bord de la fracture au niveau de la face triturante de la première molaire ne marque pas d’arête vive avec la zone d’usure. On doit donc voir ces lésions comme le résultat de traumatisme(s) intervenant bien avant le décès du sujet. Elles peuvent être comparées à celles présentées par Ortner et Putschar (Ortner, Putschar, 1985, p. 453). Elles sont, dans les populations actuelles, le résultat d’accidents de voiture ou de la pratique de sport entraînant des chocs violents, et concernent souvent les enfants. Pindborg (Pindborg, 1970, p. 277, cité par Ortner, Putschar, 1985, p. 453) rapporte « que les incisives centrales du maxillaire sont les plus fréquemment fracturées et ces fractures sont deux fois plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes ». Il ajoute de plus, que « Les fractures de la couronne concernent plus fréquemment à la fois l’émail et la dentine, moins communément l’émail seul »2. Dans l’objet de notre étude les incisives centrales sont absentes (la gauche est brisée, nous ne disposons plus que du tiers apical de la racine, isolé), ainsi que l’incisive latérale gauche (également brisée mais la racine reste incluse). Cependant, l’incisive latérale droite est toujours dans son alvéole et une grande partie de la couronne est observable. Elle présente un enlèvement sur la face labiale qui touche la face occlusale. L’aspect de la surface de la lésion est similaire à celui décrit pour les molaires. Ajoutons que la fréquence observée pour les incisives n’exclut pas de tels traumatismes sur les molaires comme le montre l’illustration 760 de l’ouvrage de Ortner et Putschar (Ortner, Putschar, 1985, p. 453).

Fig. 7.– Maxillaire gauche, face inférieure (sujet 1).

Fig. 7.– Maxillaire gauche, face inférieure (sujet 1).

Fig. 8.– Canine gauche, face mésiale (sujet 1).

Fig. 8.– Canine gauche, face mésiale (sujet 1).

22Les dents étant des molaires permanentes, on peut en déduire que le ou les traumatisme(s) est (sont) intervenu(s) alors que l’individu avait au moins 12 ans (Ubelaker, 1978).

23La zone très claire sur la partie la plus distale de la face labiale de la deuxième molaire est à attribuer au premier groupe de lésions traumatiques, c’est-à-dire une perte d’émail consécutive à des chocs thermiques au moment de la fouille et lors des manipulations postérieures. Elle se distingue des lésions du deuxième groupe par sa couleur, par le fait qu’elle ne concerne que l’émail et surtout par l’absence d’enlèvement par ondes de choc atteignant la dentine selon un schéma qui rappelle les impacts lors de la taille du silex sur les nucléus. L’émail serait alors décollé de son support.

24Nous sommes donc en présence de lésions provoquées par un ou des choc(s) faisant entrer violemment en contact les dents des deux arcades bien avant le décès du sujet. Chute ou acte de violence ? Il n’est pas possible de répondre.

  • 3 Ces axes de frappe sont donnés, selon les conventions anatomiques et en fonction de l’orientation d (...)

25c) Le troisième groupe concerne des lésions qui atteignent exclusivement le maxillaire gauche (fig. 5 et 7). Les dents, de l’incisive centrale à la seconde prémolaire, ont été cassées par un choc violent porté du haut vers le bas et de l’intérieur vers l’extérieur du maxillaire3 comme le confirment l’aspect tranchant de l’os sur la face linguale et l’aspect arraché sur la face labiale. L’angle de frappe ne peut suggérer qu’un acte post mortem et très vraisemblablement après décomposition. Le maxillaire devait être indépendant de la mandibule, mais il pouvait être encore attaché au frontal. L’os zygomatique gauche, qui peut être associé par collage, a été trouvé stratigraphiquement sous la partie antérieure de la mandibule 323, c’est-à-dire à une proximité telle du maxillaire concerné qu’on peut initialement envisager au moment du dépôt une connexion de premier ordre.

Fig. 9.– Canine gauche, face linguale (sujet 1).

Fig. 9.– Canine gauche, face linguale (sujet 1).

26Nous avons associé à ce troisième groupe les traces que porte la canine XLV-54, 376. Pour la face labiale, on peut à nouveau faire une analogie avec la taille du silex puisqu’il s’agit d’une cassure en charnière (fig. 8). Sur la face linguale, elle porte deux entailles parallèles (fig. 9) : la première et la plus apicale mesure 3 mm ; elle est plus large sur le bord distal (0,8 mm) et oblique, de l’apex vers la face occlusale ; la seconde est moins profonde, moins longue et oblique dans le même sens. Ces deux entailles peuvent être interprétées comme le coup (la grande) et le contrecoup par rebond (la plus petite) d’un choc volontaire porté par percussion avec un outil tranchant, un silex probablement. Lorsque l’on replace la dent dans son alvéole, même si cela n’est pas d’une précision absolue puisqu’il n’y a pas de vrai contact entre les deux pièces (la racine incluse et le reste de la dent), la trace du rebond apparaît très (trop) légèrement au-dessus de l’os alvéolaire subsistant. De plus, la partie la plus large de la grande entaille est, rappelons-le, sur bord distal de la racine. Ces deux faits nous incitent à penser que ces entailles n’appartiennent pas au coup qui a laissé une trace nette sur la face interne du palais et qui, selon nous, a conduit au bris des dents. Par conséquent, il faut envisager que ces entailles ont été faites après que les dents aient été cassées. La pièce étant de petite taille, 13 mm, il fallait une grande habileté de l’opérateur ou une grande confiance en celui-ci pour tenir la pièce lorsque le coup a été porté.

27La plupart des dents cassées ont été retrouvées à proximité du maxillaire :

  • la première prémolaire (297), à environ 30 cm à l’est de la position du maxillaire ;

  • la seconde prémolaire (327), à environ 10 cm à l’ouest ;

  • la canine (376) se situe à environ 20 cm à l’est.

28La présence de ces pièces et leur relative dispersion ainsi que l’éloignement du maxillaire nous incitent à penser que le bris des dents a été fait à l’endroit où les os ont été trouvés par les archéologues. Nous avons restitué une image de la succession des gestes : l’opérateur probablement assis à proximité immédiate de l’amas osseux du carré XLV-54, prend le maxillaire, auquel adhère encore l’os zygomatique au moins, et donne un coup violent sur la face interne de l’os, afin de briser les dents, en choisit au moins une qu’il tente de fracturer à nouveau avec un outil tranchant, outil qui laissera deux traces parallèles sur la face linguale de la dent. Évidemment, il ne s’agit que de l’hypothèse la plus satisfaisante à nos yeux, puisque nous ne pouvons pas exclure que le bris ait été fait ailleurs, et que pour une raison inconnue, les opérateurs aient prélevé volontairement ou non, avec des fragments d’os volumineux, ces petites pièces.

29Nous n’avons pas d’explication quant aux deux enlèvements sur la face linguale des deuxième et troisième molaires gauches (fig. 7). Ils sont consécutifs là encore à un choc violent, de la face occlusale vers l’apex. L’ouverture de la cavité pulpaire de la deuxième molaire n’ayant pas entraîné de réaction inflammatoire ou infectieuse, il est probable que le coup a été porté soit peu de temps avant la mort du sujet, soit post mortem.

30Les raisons qui sont à l’origine de ces actes nous échappent totalement, la seule hypothèse que nous puissions émettre, parce qu’elle a déjà fait l’objet de réflexion, c’est la fabrication de pendeloque, mais il nous semble que dans cette optique, l’extraction de la dent en détruisant l’os de soutien serait plus pertinente.

31La mandibule constituée des fragments 317, 323 et 324 ne permet des observations dentaires que sur la partie gauche de la pièce et seulement de la canine à la troisième molaire. La première molaire présente sur sa face labiale deux enlèvements qui pourraient être en relation avec le groupe 2 des lésions dentaires du maxillaire. L’enlèvement d’émail dans l’angle labiodistal de la seconde molaire est rattaché au groupe 1 ; il s’agit en effet d’un décollement de l’émail du support de la dentine. La lésion sur l’angle mésio-lingual qui atteint l’émail et la dentine, présente des arêtes vives qui permettent de l’exclure des groupes 1 et 2 ; mais, rien ne semble l’apparenter au groupe 3.

Le squelette post-crânien

32Nous n’avons pas observé de lésions dégénératives sévères sur les os de la colonne vertébrale qui est pourtant leur siège privilégié. Les contours de la fovea dentis sont marqués avec des conséquences sur la surface concordante de l’axis, témoignages d’une arthrose atlo-odontoïdienne, mais sans prolifération excessive d’os. Aucune surface articulaire observable sur les autres vertèbres ne montre de remaniement. Cependant, les enthésopathies liées à l’ossification du ligament jaune sont très marquées sur les vertèbres thoraciques. Elles peuvent déborder de la zone d’insertion d’au moins 5 mm.

33L’ulna (280) et le radius droits présentent aussi des ossifications ligamentaires ; dans le premier cas sur l’olécrane, dans le second sur le pourtour de la tubérosité. Les surfaces articulaires des os des membres ne présentent pas de remaniement articulaire attestant de lésion arthrosique.

34Nous n’avons observé sur aucun des os de traces de découpe, d’entailles, de coup pouvant évoquer des actes de violence, ni même de stigmates de traumatismes accidentels du vivant de l’individu. Nous n’avons pas remarqué de traces de dents de canidés comme nous avons pu l’observer sur certains fragments d’os de faune qui pourraient suggérer un charognage.

La répartition des pièces osseuses

35L’aspect lacunaire du squelette et des segments rachidiens ainsi que la dispersion des os semblent attester que ceux-ci sont en situation secondaire, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas à l’emplacement où s’est effectuée la décomposition. Les os peuvent se répartir selon deux grandes zones. La première, au nord-est, de forme oblongue, de grand axe nord-est/ sud-ouest, d’une longueur maximale 0,60 m pour une largeur 0,35 m si nous excluons les 343 et 275, et 0,45 m si nous les incluons ; elle contient essentiellement les pièces de l’extrémité céphalique ainsi que les trois premières vertèbres cervicales (fig. 2). La seconde, de forme demi-circulaire, au sud-ouest, d’une dimension de 0,45 m d’axe nord-est/sud-ouest pour 0,50 m d’axe nord-ouest/sud-est ; elle contient l’essentiel du tronc, c’est-à-dire la dernière cervicale, les thoraciques, les lombaires et les côtes ainsi qu’un fragment de corps sternal. Les deux dernières vertèbres lombaires (185 et 274) ainsi qu’une coccygienne (258) sortent de ce schéma, mais restent à proximité. En revanche, la première côte (212) est à 0,75 cm de sa controlatérale qui se situe dans la limite sud de la concentration.

36La colonne vertébrale n’est pas complète comme nous l’avons indiqué plus haut (fig. 4). Les côtes, malgré leur structure fragile, sont assez bien représentées. Leur degré de fragmentation n’a pas permis de les intégrer dans le schéma de conservation.

37Les os des membres qui peuvent être associés à cet individu sont d’une part stratigraphiquement dans la partie supérieure de la concentration nord-est (280 : ulna droite ; 251 : extrémité distale du radius gauche) et d’autre part à distance des amas osseux : à l’est un fragment de diaphyse de radius gauche (263), au sud le radius droit (211) et à l’ouest, l’extrémité distale de l’ulna gauche (218). On pourrait terminer cette répartition cardinale en incluant l’ulna droite (280) dont le tiers proximal dépasse de la concentration nord-est.

38Il est n’est pas possible d’associer le talus 316 et le fragment de fibula 286. Les fragments de crâne 191 et 192 sont incompatibles avec celui reconnu dans l’amas osseux nord-est.

39Il est difficile de trouver des raisons à de telles répartitions. Comme nous l’avons déjà évoqué plus haut, l’absence de marques de dents de canidés, contrairement à ce que nous avons pu observer sur certains fragments de faune, atteste, selon nous, que les os ont été apportés alors que la décomposition était totale et/ou que les restes humains étaient surveillés.

40Si les concentrations peuvent correspondre à deux lots apportés d’un autre endroit, dans deux récipients différents ou dans des actes différés, la position des autres pièces reste plus énigmatique : répartition volontaire ou dispersion accidentelle ? Il est probable que cette question ne puisse recevoir de réponse avant longtemps.

41D’autres questions resteront aussi posées :

  • Pourquoi avoir apporté les os appartenant en grande majorité à un seul individu dans un endroit qui fait partie des aires de circulation en périphérie immédiate de l’habitat ?

  • S’il l’on accepte l’hypothèse que le bris des dents et les entailles de la canine 376 ont été effectués là où furent trouvés les os, cela sous-entend qu’ils n’étaient pas recouverts de sédiment. L’absence de fracture sur os sec, comme on peut en retrouver dans les zones de piétinement sur d’autres gisements, sous-entend que dans cette aire de circulation, ils étaient soigneusement évités lors des différents va-et-vient entre l’habitat et le bord du plateau qui sert de zone de rejet. Le radius droit (211) fait exception à ce schéma. En effet, la fracturation dans la partie moyenne pourrait correspondre à l’impact d’un pas sur de l’os sec. Cependant, l’os n’ayant été fracturé qu’à un endroit, on peut légitimement supposer que le fait n’a pas été répété. Peut-être s’agit-il alors d’un accident (de circulation !).

  • Comment interpréter la présence d’os humains incompatibles avec le sujet principal ? S’agit-il là encore d’un acte volontaire d’association ou d’une « erreur » lors de la collecte des os. Cette dernière hypothèse laisserait supposer que les deux sujets étaient à proximité l’un de l’autre, dans leur emplacement antérieur, voire l’un au contact de l’autre.

LE SUJET ADULTE JEUNE (sujet 2)

42Les vestiges osseux sont essentiellement concentrés dans le carré XLI-57, avec un groupe plus réduit dans le carré XLI-56 et des pièces isolées dans les carrés contigus.

43Comme le sujet précédent, le squelette est lacunaire bien que mieux représenté (fig. 10 et 11). La partie supérieure du corps est conservée jusqu’au bassin. De petites pièces osseuses sont présentes en nombre relativement important, en particulier des os du carpe et des phalanges de la main droite.

Le CRÂNE

Les fragments associés par collage

44Ils sont pour l’essentiel contenus dans le carré XLI-56, 119, 134, 138, 139, 140, 148. La concentration est assez lâche. Il faut ajouter le fragment XLI-55, 265. Ce dernier se situe à environ 0,50 m au nord-ouest des deux fragments avec lesquels il est en liaison directe. Ces fragments constituent l’essentiel de l’occipital, une partie postérieure du pariétal gauche ainsi qu’un petit secteur du pariétal droit dans l’angle que forment le segment 4 de la suture sagittale avec le segment 1 de la lambdoïde (fig. 10).

Les fragments associés par proximité géographique et aspect osseux

45Bien que nous n’ayons pas de liaison directe avec les maxillaires, leur aspect osseux et l’appartenance du maxillaire gauche (120) à l’amas osseux nous ont conduit à les considérer comme ayant de très fortes probabilités d’appartenir à ce sujet.

Les fragments appariés par aspect osseux

46Nous avons considéré comme pouvant être compatibles avec ce sujet, le zygomatique gauche (353) ainsi que les deux fragments de frontal gauche (145, 149). Bien qu’étant dans le carré XLI-57 avec le squelette post-crânien et non pas avec les autres pièces du crâne dans le carré XLI-56, leur aspect, leur couleur et l’épaisseur du frontal ne permettent pas de les exclure. Cependant, la certitude ne pourra jamais être établie en l’absence de liaison directe.

Fig. 10.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 2.

Fig. 10.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 2.

47Nous n’avons, dans ce lot d’ossements crâniens, aucun élément mandibulaire. La seule liaison possible pour le maxillaire peut se faire avec la mandibule lacunaire présente dans le carré XLVII-58. Si l’on positionne la suture palatine à l’aplomb de la symphyse mandibulaire, les reliefs des molaires supérieures et inférieures sont en parfaite concordance ; de plus, le degré d’usure, ainsi que la robustesse générale de la mandibule sont compatibles. L’éloignement des pièces ne saurait être, comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, un paramètre d’exclusion, ni même l’aspect plus érodé de l’os. Par conséquent, il n’est pas impossible de l’associer à ce sujet. De plus, l’absence totale d’abrasion de la troisième molaire supérieure gauche (la seule conservée) tend à confirmer l’appariement de la mandibule avec le maxillaire.

Le squelette post-crânien

48Il est concentré dans le carré XLI-57. Bien que moins lacunaire que celui du sujet précédent, le squelette n’est pas complet (fig. 11). Le tronc est très bien représenté, il ne manque que la première vertèbre cervicale et la première lombaire. Les côtes sont également toutes présentes bien que quelquefois trop fragmentées pour que l’on puisse en attribuer un morceau à telle ou telle côte avec précision. Les os de la ceinture scapulaire ont également été reconnus. Le membre supérieur droit existe jusqu’aux petits os du carpe et des phalanges proximales. Les deux phalanges distales trouvées dans ce secteur peuvent également lui être associées. Les membres inférieurs ne vont pas au-delà des os de la ceinture pelvienne (les os coxaux et le sacrum), exception faite d’un os du tarse. En effet, un calcanéus (108) et un talus droits (124) ont été trouvés dans le carré XLI-56. Bien qu’appartenant au même segment anatomique, ils ne sont pas compatibles. L’emboîtement des deux pièces est impossible et la tubérosité du calcanéus porte de nettes enthésopathies émergeant du corps de l’os de plus de 2 mm. Le talus par son aspect et l’absence de lésions dégénératives s’accorde mieux avec notre sujet.

Fig. 11.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 2.

Fig. 11.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 2.

49En revanche, la diaphyse fibulaire (92), par sa robustesse et l’aspect des reliefs, ne peut être compatible avec ce sujet. Elle est stratigraphiquement très au-dessus de la concentration.

Sexe, âge, stature

50La présence des os coxaux ne laisse aucun doute quant à la diagnose sexuelle : le sujet est un homme.

  • 4 Il s’agit de la surface contre laquelle repose le cartilage de conjugaison.
  • 5 Il s’agit d’un bourrelet annulaire d’os compact que l’on trouve aux faces supérieures et inférieure (...)

51Nous avons remarqué de nombreux indices d’immaturité biologique. Les têtes des côtes présentent, dans la plupart des cas, des surfaces métaphysaires4. Sur les corps vertébraux, les listels5 ne sont soudés qu’en partie. La séparation entre diaphyses et épiphyses sur le radius et l’ulna droits est encore matérialisée par un léger sillon. Les crêtes iliaques ne sont qu’en partie synostosées à l’aile alors que le point d’ossification secondaire de la tubérosité ischiatique a complètement fusionné avec l’ischium.

52Tout cela confirme que le sujet est décédé aux alentours de 20 ans. Bien que biologiquement immature, il ne fait aucun doute qu’il était socialement adulte.

53L’estimation de la stature n’a pu être effectuée que sur l’humérus droit. La longueur de celui-ci étant rapportée au tableau de Trotter et Gleser publié par Olivier (Olivier, 1960), on peut estimer que le sujet mesurait 1,70 m plus ou moins 4 cm.

État biologique du sujet

54La denture, quand elle est observable, ne présente pas de lésion. L’os de soutien de la dent est peu, voire pas rétracté. Nous n’avons reconnu aucune carie et le stade d’abrasion des dents est faible, stade 2 selon les références de Vleck (Vleck et alii, 1975). L’aspect piqueté du crâne indiquerait une hyperostose poreuse peut-être liée à des carences vitaminiques de l’enfance.

55Le reste du squelette est sain. On notera toutefois, sur les thoraciques bases, des enthésopathies correspondant à l’ossification du ligament jaune. Bien que moins marquées que sur le sujet précédent, elles sont nettes.

56Nous n’avons observé ni traumatisme ni pathologie infectieuse.

Les variations anatomiques

57Il s’agit d’anomalies qui ne sont ni invalidantes ni douloureuses et qui ont une origine héréditaire, fonctionnelle ou carentielle, ces trois paramètres pouvant se cumuler.

58Nous avons observé sur toutes les deuxièmes molaires des extensions radiculaires de l’émail, sur la face labiale. Elles se matérialisent par une « coulée » d’émail qui se glisse entre les racines en direction de l’apex. Cette variation a été observée à plusieurs reprises sur des populations néolithiques ou protohistoriques en Bourgogne (Barral, Depierre, 1993 ; Müller et alii, 1997). Ce paramètre à forte héritabilité peut, sur de grandes collections, aider à envisager les mouvements de populations en isolant un groupe d’un autre.

59Nous avons également noté l’agénésie c’est-à-dire l’inexistence des troisièmes molaires inférieures. Ce paramètre est plutôt considéré comme ayant une origine génétique et héréditaire.

La répartition des pièces osseuses

60Les os appartiennent, comme pour le sujet précédent, à deux grandes concentrations (fig. 12 A). La moins importante occupe essentiellement la moitié sud du carré XLI-56. Elle contient, comme nous l’avons vu, l’essentiel des fragments crâniens ainsi que quelques grands morceaux de côtes puisque la 121 est presque complète. La seconde concentration, et la plus importante, se situe dans les deux tiers sud du carré XLI-57, avec une plus grande densité dans la partie moyenne de la bande est. Ce secteur est en fait le remplissage du fossé.

61La projection stratigraphique des os trouvés dans le fossé et sur le bord de celui-ci (fig. 12 B) suscite deux remarques. La première intéresse l’effet de délimitation contre lequel s’arrêtent les os 168, 249, 355, 354, 358, 395. Il est difficile d’interpréter cette image. Les os viennent-ils s’arrêter contre une palissade ? Ou entrent-ils dans un creusement spécifique à l’intérieur du fossé ?

Fig. 12.– A, relevé en plan des os des carrés XLI-56 et 57 (sujet 2). B, projection stratigraphique des vertèbres découvertes dans le carré XLI-57 : a, vertèbres cervicales ; b, vertèbres thoraciques ; c, vertèbres lombaires.

Fig. 12.– A, relevé en plan des os des carrés XLI-56 et 57 (sujet 2). B, projection stratigraphique des vertèbres découvertes dans le carré XLI-57 : a, vertèbres cervicales ; b, vertèbres thoraciques ; c, vertèbres lombaires.

62La deuxième remarque concerne la dispersion des os. Certaines pièces ont gardé une certaine logique anatomique comme les os du bassin (166 et 113 pour l’os coxal droit ; 163, sacrum ; 175, os coxal gauche) à proximité desquels on retrouve des éléments du rachis lombaire (deuxième vertèbre lombaire, 119 ; troisième, 164, quatrième, 197 ; la première manque et la cinquième (300) est dans la concentration de forte densité à l’est des précédentes), ou encore les os du membre supérieur droit (scapula, clavicule, humérus, radius, ulna, respectivement 170, 160, 123, 11 1 et 110). Leur position et leur face d’apparition pourraient suggérer que ces os appartiennent à un individu reposant sur le dos, membre supérieur droit le long du corps.

63Il en va différemment pour la plupart des autres pièces. Le maxillaire gauche (XLI-56, 120) est à environ 0,90 m de son controlatéral (XLII-55, 259). Rappelons que la mandibule qui lui a été attribuée vient du carré XLVII-58. L’essentiel des côtes se situe à proximité des vertèbres, dans le carré XLI-57, mais on en compte à proximité des os du crâne, dans le carré XLI-56 et, même une dans le carré XLI-55 (131). Parmi ces côtes éloignées, nous dénombrons deux fragments de différentes côtes droites (131, 141) et trois de différentes côtes gauches (121, 127, 142). Dans le carré XLI-57, la dispersion des éléments du tronc est tout aussi marquée. Certaines côtes sont au contact ou à proximité immédiate des os coxaux (115, 116, 118, 120, 150, 165). Un fragment important de corps sternal (142) a été retrouvé à 10 cm au sud de l’humérus et le reste du tronc se regroupe dans l’angle nord-est de la concentration, dans le remplissage du fossé. La répartition stratigraphique des os atteste de leur déconnexion (fig. 12 B). La vertèbre la plus profonde, la plus proche du fond du fossé, est la deuxième cervicale ; 6 cm plus haut se trouve C3 ; C4 est 25 cm plus haut mais 27 cm plus bas se situe C5 et il faut remonter au niveau de C4 pour trouver C6... La clavicule gauche est éloignée de 40 cm de la scapula homo-latérale et les pièces de la main droite se retrouvent sur toute la hauteur du remplissage.

64Pour résumer, un premier examen du plan de répartition peut restituer une image de logique anatomique partiellement conservée (les os du bassin osseux et le membre supérieur droit) en opposition à des dispersions importantes ; les éléments du crâne dans la partie ouest du carré XLI-56 à l’opposé de la partie supérieure du tronc qui se situe dans la partie est du carré XLI-57, sans oublier la dispersion stratigraphique des éléments de la partie supérieure du tronc dans le fossé. Comment expliquer ce paradoxe ? On peut envisager que les os ont été apportés ici, comme pour le sujet précédent, et que les logiques anatomiques partiellement conservées sont l’effet d’une volonté « funéraire » particulière, d’une facétie, ou encore qu’elles témoignent du dépôt primaire du corps et par-là, de son emplacement initial. On imagine mal quelle coïncidence ou quelle intention a pu conduire à la disposition des pièces dans cette logique anatomique. Il peut aussi s’agir de pratiques « funéraires » ou sociales... que nous sommes bien en mal de restituer parce que nous n’avons pas les moyens de les imaginer et donc de les comprendre. La première hypothèse, le témoignage d’un dépôt primaire, nous semble plus rationnelle, en partie probablement parce qu’elle appartient aux possibilités connues en archéologie funéraire. Ceci étant, si l’on accepte que le cadavre a été placé ici après le décès du sujet, il faut envisager que les membres inférieurs ont été prélevés pour être déposés dans un autre lieu, le talus 124 pouvant être l’ultime vestige de ceux-ci, que le crâne a été déplacé loin de sa position primaire, peut-être alors qu’il était déjà cassé, ce qui expliquerait la présence des fragments dans la concentration du carré XLI-57 (145, 149, 353...), une partie des grils costaux déplacés dans la même direction que le crâne. Nous l’avons dit, la dispersion des os dans le fossé témoigne du fait que les pièces étaient libres de toutes contentions ligamentaires et tendineuses. Ceci peut être confirmé par l’absence de traces de découpe sur les os. Par conséquent, tous les déplacements d’amplitude ont été effectués après la décomposition du corps, mais il n’est pas possible de préciser s’ils sont le fait d’une même action ni si celle-ci est concomitante à la chute des os du tronc dans le fossé. La répartition des pièces dans celui-ci semble indiquer qu’elles étaient mêlées au sédiment.

65Il existe d’autres problèmes : si les os qui ont gardé une position anatomique logique sont vraiment à leur emplacement primaire sur le bord du fossé, il faudrait imaginer qu’initialement la partie haute du corps (extrémité céphalique, vertèbres cervicales, os de la ceinture scapulaire) reposait à l’emplacement du fossé ; son creusement aurait nécessairement occasionné leur déplacement. Dans ce cas pourquoi introduire ensuite lors de son comblement une partie des pièces seulement et essentiellement le tronc et la main droite ? Désintérêt pour le sujet, volonté funéraire ou sociale, pratique spécifique concernant un sujet particulier...? Le problème reste entier bien que l’hypothèse d’un déplacement avant le creusement du fossé paraisse peu probable.

  • 6 Elles sont aussi bien conservées, voire mieux, que celles que l’on peut trouver sur des sujets appa (...)
  • 7 Toute personne ayant fouillé une fois au moins un squelette sait que les côtes sont souvent forteme (...)

66La bonne conservation des os et en particulier de ceux ayant une structure fragile comme les côtes6 laisse supposer que le sujet s’est décomposé dans un espace protégé. Il peut s’agir d’une structure en matériau périssable (natte en végétaux, contenant en cuir...) éventuellement enfouie ou protégée par une autre structure : fosse fermée, aménagement de pierres... Si l’on imagine une exposition à l’air, il faut alors envisager une protection du cadavre contre les charognards puisque les os ne portent pas de traces de dents de carnivores (contrairement à la faune). De plus, l’enfouissement avec un apport immédiat de sédiment sur le cadavre semble peu probable. L’exhumation aurait conduit à une plus grande fragmentation des os et en particulier des côtes7.

67Nous retenons donc comme hypothèse le dépôt primaire, dans les carrés XLI-56-57-58, d’un sujet que nous savons être un homme jeune, la partie supérieure au moins reposant sur le dos, le cadavre protégé par une enveloppe en matériau périssable, le tout à l’abri des charognards dans une autre structure dont les traces n’existent plus. Ce lieu, que nous définissons par des numéros de carrés, avait-il au moment du dépôt du cadavre une vocation spécifique ?

68Après la décomposition du cadavre, probablement plusieurs années, sans que nous puissions être plus précis, la structure est ouverte et les os manipulés, certains emportés dans des endroits dont nous n’avons pas connaissance, d’autres à distance plus ou moins importante de leur emplacement initial. L’amplitude des déplacements suppose que les os ne sont plus à l’intérieur d’un contenant, mais plutôt éparpillés sur un niveau qu’il est difficile d’appréhender. Ce secteur a clairement été identifié par les données archéologiques comme une zone de circulation entre un habitat et le bord du plateau. Leur situation stratigraphique dans la partie haute de la couche indique qu’ils appartiennent à ce niveau de circulation. L’absence de fragmentation, sauf pour l’ulna droite 110, atteste comme pour le sujet précédent qu’ils n’ont pas été piétinés par les va-et-vient entre la zone domestique et le secteur de rejet. Cela sous-entend qu’ils étaient soigneusement évités par les occupants, peut-être parce qu’ils étaient visibles, mais peut-être aussi parce qu’ils faisaient partie intégrante de la vie quotidienne, spirituelle autant que sociale, des néolithiques utilisant cet espace. La répartition des os, telle qu’elle nous est donnée par les relevés archéologiques, correspond-elle alors à un schéma intentionnel ?

69La présence initiale du cadavre (rappelons que si l’on garde l’hypothèse d’un dépôt primaire, la partie haute du corps passe au-dessus du fossé) a-t-elle une relation avec le creusement du fossé ? Et que penser des os dans le remplissage de celui-ci ? Leur apport est inévitablement volontaire, mais régi par quel degré d’intention ? Sont-ils tout simplement là et poussés dedans avec un sédiment assez aéré pour permettre une telle répartition, ou entrent-ils dans une réflexion beaucoup plus complexe qu’il ne nous est pas possible d’envisager ? En d’autres termes, s’agit-il de pratique funéraire intéressant le monde des morts et sa relation avec les vivants ou d’un acte tout à fait pratique de comblement avec nettoyage de la périphérie du fossé ?

70De plus, comme pour le sujet précédent, qu’elle interprétation donner à la présence d’os humains incompatibles avec le sujet principal, comme le calcanéus 108 et la fibula 92, cette dernière étant isolée stratigraphiquement du reste des os ?

LES AUTRES INDIVIDUS

71Comme nous l’avons déjà énoncé, des os appartenant à d’autres sujets ont été retrouvés dans les carrés à forte concentration osseuse XLI-56 (17 fragments), XLI-57 (87 fragments) et XLV-54 (63 fragments), mais aussi dans d’autres secteurs (fig. 1). Nous avons pu dénombrer trois autres sujets adultes au moins (fig. 13) à partir des os du crâne :

  • l’un est représenté par les fragments d’un occipital (XLIV-53, 191, 192) et d’une mandibule (XLII-57, 116) qui constituent des doublons avec les sujets 1 et 2 ;

  • l’autre par un fragment de pariétal droit 372 (LII-55) qui n’est pas compatible avec les deux sujets bien individualisés, ni symétrique avec le fragment de pariétal gauche 133 (XLIII-58) ;

  • ce dernier fragment pourrait appartenir à un autre adulte. En effet, s’il peut en théorie appartenir au sujet 1, son aspect, sa texture, son épaisseur infirment la liaison.

72Le squelette post-crânien est moins révélateur (fig. 14).

73Nous avons également isolé les restes de deux enfants. L’un est mort légèrement prématuré (fig. 15) ; il est représenté par un fémur et un tibia gauches (respectivement XLIV-57, 167 et XLIV-56, 490). Le second est un enfant d’environ 6 ans (Ubelaker, 1978) représenté par une première incisive lactéale supérieure gauche montrant une usure de stade 3 et une racine complètement résorbée, ainsi qu’une première molaire permanente inférieure gauche. Sur cette dernière, l’absence d’usure des cuspides et la racine seulement constituée à la moitié, attestent de l’imminence de son éruption, voire de sa toute récente sortie avant le décès du sujet.

Fig. 13.– Schéma de conservation des éléments crâniens n ’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.

Fig. 13.– Schéma de conservation des éléments crâniens n ’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.

74L’étude des os découverts et l’examen de leur répartition dans le niveau 7 de Chassey apportent plus de questions qu’ils ne résolvent de problèmes. Il en va souvent ainsi, pour ne pas dire toujours, des os humains trouvés hors de sépultures clairement identifiées comme telles.

75Il est difficile d’expliquer la présence d’os isolés et même celle des deux sujets individualisés, d’autant que chacun présente des similitudes et des différences avec l’autre. Si l’on peut envisager que le sujet 1 s’est décomposé en un autre lieu que celui où il a été trouvé, il en va différemment du sujet 2 dont une partie des os a gardé une logique anatomique, ce qui tendrait à montrer que le sujet était initialement déposé sur le dos (la partie haute en tout cas), le membre supérieur droit au moins le long du corps. Les traumatismes volontaires et post mortem observés sur le maxillaire du sujet 1 n’existent pas pour l’autre individu. Et ces traumatismes sont difficilement explicables.

76Nous avons observé que, pour les deux sujets individualisés, l’occipital est l’os le mieux conservé du crâne ; il en va de même pour un autre adulte. S’agit-il simplement d’une coïncidence ? Le fait qu’il s’agisse de deux hommes a-t-il un sens particulier ?

77Dans quel schéma entrent les os d’enfants qui sont de petite taille ? Cette « originalité » dans les dépôts osseux se retrouve sur différents sites néolithiques. Rappelons le monument A. 185 de Saint-Michel-du-Touch à Toulouse (Haute-Garonne) qui a livré deux dépôts osseux distincts. Dans chacun d’eux, bien que la déconnexion des articulations ait pu être prouvée, les os avaient été disposés de manière à redonner un aspect humain aux individus. De plus, ils étaient accompagnés d’une quantité importante de mobilier (Beyneix, 2003), ce qui n’est pas le cas à Chassey. Des individus lacunaires ont également été découverts dans les « long barrow » de Grande-Bretagne. La particularité manifeste de Chassey tient également dans le fait que l’on ne reconnaît pas leur lieu de dépôt, ni leur environnement immédiat comme un lieu funéraire, encore moins sépulcral. Comment les néolithiques envisageaient-ils la présence de ces os humains, à une période où la sépulture individuelle – ou éventuellement double dans des structures de types silos – semble la règle ?

Fig. 14.– Schéma de conservation des os post-crâniens n’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.

Fig. 14.– Schéma de conservation des os post-crâniens n’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.

Fig. 15.– Données métriques des différents individus : a, mesures des grands os longs des sujets adultes selon les indications de Martin (Martin, 1928) ; b, mesures des grands os long du (ou des) sujet(s) périnatal(s) et estimation de la stature (Duday et alii, 1995 ; Fazekas, Kosa, 1978). Toutes les mesures sont en millimètres.

Fig. 15.– Données métriques des différents individus : a, mesures des grands os longs des sujets adultes selon les indications de Martin (Martin, 1928) ; b, mesures des grands os long du (ou des) sujet(s) périnatal(s) et estimation de la stature (Duday et alii, 1995 ; Fazekas, Kosa, 1978). Toutes les mesures sont en millimètres.

78L’échantillon est trop faible pour que l’on puisse en tirer des conclusions ; les références et les comparaisons n’existent pas. Notre objectif a été de présenter les faits et les hypothèses qui nous ont semblé les plus vraisemblables.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barral (P.), Depierre (G.), 1993.– La nécropole celtique des Quétinières à Longvic (Côte-d’Or), R.A.E., t. 44, fasc. 2, p. 365-410.

Beyneix (A.), 2003.– Traditions funéraires néolithiques en France méridionale (6000-2200 av. J.-C.), Paris, éd. Errance.

Depierre (G.), Jacquemin (M.), Mordant (C.), Müller (F.), 2000.– « Propositions pour une nouvelle lecture des pratiques funéraires du Bronze final : la nécropole de Passy-Véron, ‘Les Prés Pendus’ (Yonne), in : Archéologie de la Mort, Archéologie de la tombe au Premier Âge du Fer, Actes du XXIe colloque international de l’A.F.E.A.F., Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997, Thème spécialisé, Lattes, p. 179-193 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5).

Duday (H.), 1995.– Anthropologie ‘de terrain’, Archéologie de la Mort, in : La Mort, Passé, Présent, Conditionnel, Actes du Colloque de la Roche-sur-Yon, 18-19 juin 1994, p. 33-58.

Duday (H.), Laubenheimer (F.), Tillier (A.-M.), 1995.– Sallèles d’Aude : nouveau-nés et nourrissons gallo-romains, 147 p. (Annales littéraires de l’Université de Besançon, 563 – Centre de recherches d’histoire ancienne, 144, Série Amphores, 3).

Fazekas (I.G.), Kosa (F.), 1978.– Forensic fœtal osteology, Budapest, Akadémiai Kiado, 413 p.

Kamina (P.), 1990.– Petit dictionnaire d’Anatomie, d’Embryologie et d’Histologie (Nomina Anatomica), Paris, éd. Maloine, 775 p.

Martin (R.), 1928.– Lehrbuch der Anthropologie : in systematischer Darstellung, Jena, Verlag von Gustav Fischer.

Müller (F.), Duhamel (P.), Augereau (A.), Depierre (G.), 1997.– Une nouvelle nécropole monumentale Cerny à Gron, Les Sablons (Yonne), in : Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22e colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, p. 103-133 (Suppl, aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace).

Olivier (G.), 1960.– Pratique anthropologique, Paris, éd. Vigot frères, 299 p.

Ortner (J.), Putschar (W.G.J.), 1985.– Identification of pathological conditions in human skeletal remains, Washington – London, Smithsonian Institution Press (Smithsonian contributions to anthropology, 28).

Pindborg, 1970. – Pathology of the dental hard tissues, Philadelphia, W.B. Saunders Company.

Ubaleker (D.-H.), 1978.– Human skeletal remains. Excavation, analysis, interpretation, Chicago.

Vleck (E.), Kominek (J.), Bily (B.), 1975 – Proposal of unification in documentation and determining : the dental âge on skeleton material, Scripta medica, 48, p. 299-311.

Notes

1 Collet de la dent (collum dentis) : partie rétrécie de la dent, intermédiaire entre la couronne et la racine (Kamina, 1990, p. 141).

2 Traduction libre G. Depierre.

3 Ces axes de frappe sont donnés, selon les conventions anatomiques et en fonction de l’orientation de la pièce dans le plan anatomique de référence, c’est-à-dire l’individu debout.

4 Il s’agit de la surface contre laquelle repose le cartilage de conjugaison.

5 Il s’agit d’un bourrelet annulaire d’os compact que l’on trouve aux faces supérieures et inférieures des corps vertébraux.

6 Elles sont aussi bien conservées, voire mieux, que celles que l’on peut trouver sur des sujets appartenant à des sépultures primaires dans lesquelles les cadavres se seraient décomposés en espace colmaté immédiat ou différé.

7 Toute personne ayant fouillé une fois au moins un squelette sait que les côtes sont souvent fortement fragilisées au moment de leur découverte dans leur gangue de terre et qu’il est difficile de les détourer sans les abîmer.

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Vue d’ensemble de la zone fouillée avec le nombre de pièces osseuses humaines par carré.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2.– Relevé en plan des os des carrés XLV-53 et 54 et XLIV-53 et 54 (sujet 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 4.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 1.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5.– Maxillaire gauche, face externe (sujet 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 6.– Maxillaire droit, face externe (sujet 1) : les flèches indiquent les enlèvements d’émail et de dentine sur la troisième et la deuxième molaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 7.– Maxillaire gauche, face inférieure (sujet 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8.– Canine gauche, face mésiale (sujet 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 9.– Canine gauche, face linguale (sujet 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Fig. 10.– Schéma de conservation de l’extrémité céphalique du sujet 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 11.– Schéma de conservation du squelette post-crânien du sujet 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 12.– A, relevé en plan des os des carrés XLI-56 et 57 (sujet 2). B, projection stratigraphique des vertèbres découvertes dans le carré XLI-57 : a, vertèbres cervicales ; b, vertèbres thoraciques ; c, vertèbres lombaires.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 13.– Schéma de conservation des éléments crâniens n ’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 14.– Schéma de conservation des os post-crâniens n’appartenant ni au sujet 1 ni au sujet 2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 15.– Données métriques des différents individus : a, mesures des grands os longs des sujets adultes selon les indications de Martin (Martin, 1928) ; b, mesures des grands os long du (ou des) sujet(s) périnatal(s) et estimation de la stature (Duday et alii, 1995 ; Fazekas, Kosa, 1978). Toutes les mesures sont en millimètres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16942/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search