Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre X. Les mollusques aquatiques du site néolithique de Chassey

Gilbert Cochet

Texte intégral

1Les fouilles effectuées de 1969 à 1979 sur le site de Chassey ont fourni des restes de Mollusques aquatiques, dulcaquicoles et marins, qui ont pu faire l’objet de déterminations plus ou moins précises.

2Des photographies, réalisées par Édouard Loydreau, apportent des renseignements supplémentaires sur des échantillons, en partie conservés, provenant de ses fouilles menées de 1866 à 1880.

3Les connaissances actuelles sur le milieu de vie de ces espèces ainsi que leur répartition permettent d’envisager les lieux de collecte par les hommes du Néolithique.

MOLLUSQUES DULCAQUICOLES

4Il s’agit ici uniquement de bivalves appartenant aux familles des Unionidés et Margaritiféridés, rassemblées parfois sous l’appellation naïades. En préambule, il convient de préciser que ce groupe a fait l’objet d’un éclatement spectaculaire en terme de description d’espèces durant le xixe siècle, notamment sous l’influence de l’école Bourguignat. Ainsi, le Lyonnais Arnoult Locard décrira près de six cents espèces de naïades pour la France, alors qu’aujourd’hui, seules onze espèces sont reconnues comme valides (Falkner, Ripken, 2002). Aussi, les références aux ouvrages anciens doivent-elles être utilisées avec une grande prudence.

5La détermination des espèces est très difficile en l’absence des dents cardinales qui relient les deux valves. Pour cette raison, certains restes de faible taille sont pour l’instant impossibles à déterminer.

Unionidés

Unio mancus

6Au moins deux échantillons des fouilles récentes se rapportent à cette espèce (cf. annexe). Dans la collection Loydreau, au moins trois individus ont été collectés avec deux valves appariées, une valve gauche et une valve droite (fig. 1). L’examen des dents permet de rattacher les différentes pièces à Unio mancus, mais son statut taxonomique et sa séparation nette d’avec Unio pictorum sont encore discutés.

7Cette espèce vit dans les eaux suffisamment minéralisées, courantes même faiblement, mais non stagnantes. Son milieu est représenté par les rivières et fleuves de dimensions très variables. Actuellement, c’est probablement l’espèce la plus répandue dans les rivières françaises.

8Les restes d’Unio mancus trouvés sur le site de Chassey peuvent donc provenir de rivières très proches comme la Dheune, mais aussi de la Saône ou de cours d’eau du bassin de la Loire.

Potomida littoralis

9Une pièce des fouilles récentes est à rapporter à cette espèce (cf. annexe). Dans la collection Loydreau, une seule coquille d’un adulte d’environ 6 cm (non mesurable précisément, car altérée) s’y rapporte également (fig. 2). La détermination est facilitée par la présence de dents de grande taille, mais aussi par la forte épaisseur de la coquille. Le périostracum, qui correspond au tégument organique protégeant la coquille, a entièrement disparu.

Fig. 1.– Unio mancus, valves appariées. Noter la quasi-disparition du périostracum. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 1.– Unio mancus, valves appariées. Noter la quasi-disparition du périostracum. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig.2. – Valve gauche de Potomida littoralis. Noter la forme rhomboédrique de la coquille. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig.2. – Valve gauche de Potomida littoralis. Noter la forme rhomboédrique de la coquille. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

10Cette espèce vit toujours en rivières et peut supporter des courants très vifs. Il s’agit de l’espèce française la plus Théophile, capable de se développer, par exemple, au milieu des rapides de l’Ardèche, rivière pourtant soumise à des crues d’ampleur considérable. Cependant, elle peut tout aussi bien supporter des courants plus faibles, mais n’occupe jamais les eaux stagnantes. Des eaux riches en calcium sont préférées et l’épaisseur de la coquille est en général proportionnelle à la concentration en hydrogénocarbonate de calcium dissous, mais aussi à la vitesse du courant. Ainsi, dans notre cas, il est probable que cet individu provenait d’une rivière coulant sur un terrain calcaire avec une pente relativement importante.

11On notera l’absence, parmi les Unionidés, du genre Anodonta qui correspond à deux espèces de milieux beaucoup plus lents que les milieux précédemment décrits. La faible épaisseur des coquilles et donc leur fragilité expliquent peut-être cette absence.

Margaritiféridés

Margaritifera margaritifera (Mulette ou Moule perlière)

12Dans les pièces des fouilles récentes, l’espèce apparaît avec cinq échantillons dont un perforé, preuve d’une utilisation comme élément de parure (cf. 1ère partie, fig. 20, n° 7). Dans la collection Loydreau, deux valves appariées de cette espèce sont caractérisées par l’absence de dents latérales, la présence de ponctuations lacrymiformes et de nacre colorée. La détérioration des coquilles ne permet pas de mesures précises, mais la longueur est comprise entre 7 et 8 cm. Deux autres individus présentent des perforations montrant également une utilisation comme pendentif (fig. 3, nos 3 et 10 ; fig. 4).

13L’habitat de cette espèce correspond à des eaux obligatoirement oligotrophes sur des substrats siliceux (fig. 5). La Moule perlière ne vit qu’en rivière et nécessite une eau très oxygénée et de grande qualité.

14La provenance la plus proche de ce mollusque correspond au massif cristallin du Morvan où l’espèce est toujours présente, soit sur les affluents de l’Arroux tels que le Méchet ou le Ternin, soit sur les bassins de la Cure et de l’Yonne (cochet, Paris, 2000). Cette provenance indique une distance d’au moins 21 km entre le lieu de récolte et le site de Chassey.

15Il faut souligner que cette espèce peut aussi produire des perles et fut l’objet de nombreuses pêcheries, au moins depuis l’époque romaine (Faideau, 1938 ; cochet, 2001). La remarquable représentation numérique de cette espèce dans nos échantillons semble montrer une recherche ciblée de la Moule perlière, très probablement pour ses qualités de nacre, et ce, malgré l’éloignement géographique des stations les plus proches.

Fig. 3.– Mollusques aquatiques du camp de Chassey. Cette photographie d’É. Loydreau, prise en 1885, rassemble les différentes espèces de bivalves dulcaquicoles utilisées par les Néolithiques pour faire des éléments de parure ; elle montre aussi des espèces marines (n°s 4, 7-8, 11, 14) qui ne peuvent être rapportées à une culture précise. 1, 5, coquilles de Pseudunio auricularius tranformées en pendentifs ; 2, valve gauche de Pseudunio auricularius ; 3, 10, valves de Margaritifera margaritifera transformées en pendentifs ; 4, Ostrea edulis ; 6, 9, 12-13, valves droites et gauches d’Unio mancus ; 7, Thais haemastoma percé pour servir de pendeloque ; 8, Conus ventricosus percé pour servir de pendeloque ; 11, 14, valves droites de Glycymeris percées pour servir de pendeloques.

Fig. 3.– Mollusques aquatiques du camp de Chassey. Cette photographie d’É. Loydreau, prise en 1885, rassemble les différentes espèces de bivalves dulcaquicoles utilisées par les Néolithiques pour faire des éléments de parure ; elle montre aussi des espèces marines (n°s 4, 7-8, 11, 14) qui ne peuvent être rapportées à une culture précise. 1, 5, coquilles de Pseudunio auricularius tranformées en pendentifs ; 2, valve gauche de Pseudunio auricularius ; 3, 10, valves de Margaritifera margaritifera transformées en pendentifs ; 4, Ostrea edulis ; 6, 9, 12-13, valves droites et gauches d’Unio mancus ; 7, Thais haemastoma percé pour servir de pendeloque ; 8, Conus ventricosus percé pour servir de pendeloque ; 11, 14, valves droites de Glycymeris percées pour servir de pendeloques.

Fig. 4 – Valves de Margaritifera margaritifera. En haut, valve néolithique (coll. Loydreau). En bas, valve actuelle. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique.

Fig. 4 – Valves de Margaritifera margaritifera. En haut, valve néolithique (coll. Loydreau). En bas, valve actuelle. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique.

Fig. 5.– Margaritifera margaritifera actuelle. Noter la forme allongée, la couleur sombre du périostracum et le sommet excorié.

Fig. 5.– Margaritifera margaritifera actuelle. Noter la forme allongée, la couleur sombre du périostracum et le sommet excorié.

16La Moule perlière formait autrefois de véritables pavages recouvrant complètement le fond des cours d’eau et les effectifs de chaque rivière étaient évalués en millions d’individus. De nos jours, il ne reste qu’environ 100000 individus en France (Cochet, 1998).

Pseudunio auricularius (Grande Mulette)

17Cette espèce de très grande taille est la plus représentée dans les lots récoltés sur le site de Chassey-le-Camp. Dans les fouilles récentes, les restes d’un jeune individu (cf. annexe) ainsi qu’une pendeloque (cf. 1ère partie, fig. 131, n° 3) confirment sa présence. Dans la collection Loydreau, au moins dix-neuf individus sont présents dont six avec les deux valves appariées.

18Les caractéristiques de l’espèce permettent une détermination sans ambiguïté : coquille épaisse et de très grande taille (un maximum de plus de 15 cm) ; présence de très fortes dents cardinales et dents latérales en forme de crête et gouttière ; coquille sinuée en forme d’oreille (fig. 3, n° 2 ; fig. 6 et 7). Par contre, les agressions du temps ont fait disparaître le périostracum noir. Sur les coquilles actuelles, cet épiderme se desquame assez rapidement (quelques mois) en cas d’exposition au soleil, événement fréquent sur les grèves.

Fig. 6.– Valve gauche de Pseudunio auricularius (néolithique). Noter la forme allongée et sinuée de la coquille (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 6.– Valve gauche de Pseudunio auricularius (néolithique). Noter la forme allongée et sinuée de la coquille (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

19Les mesures faites sur les six individus avec valves appariées ont donné les résultats suivants : 13,5 cm ; 13,7 cm ; 14,5 cm ; 14,6 cm ; 14,6 cm ; 16,6 cm.

20Les mesures faites sur trois valves gauches seules ont donné les résultats suivants : 11,7 cm ; 11,8 cm ; 11,9 cm.

21Des échantillons brisés de cinq autres valves gauches et de deux valves droites ne peuvent être mesurés précisément, mais leur taille approximative les positionne dans les valeurs précédentes. Par contre, on notera la présence d’au moins trois jeunes individus, nettement plus petits. Les valeurs chiffrées peuvent être comparées avec les seules mesures actuelles dont nous disposons. Ainsi, sur l’Èbre, en Espagne, R. Araujo et M.A. Ramos indiquent, sur quatre cent trente-huit (438) individus mesurés, des valeurs nettement plus élevées puisque la majorité des individus dépasse 15 cm, avec des maxima supérieurs à 17 et même 18 cm (Araujo, Ramos, 2000a, 2000b). Au contraire sur le bassin de la Vienne, deuxième site actuellement connu, nous avons mesuré 292 individus et la plus grande valeur est de 16,7 cm, comparable aux données de Chassey (Cochet, 2001). Ces différences sur les tailles maximales atteintes par Pseudunio auricularius s’expliquent probablement par des teneurs plus ou moins élevées de calcium dans les cours d’eau. Par contre, il n’est pas possible de comparer les classes d’âge, car d’une part l’échantillonnage en provenance de Chassey est trop faible et sans doute biaisé par un ramassage sélectif (en faveur des gros individus ?) et d’autre part les dernières populations actuelles ne se reproduisent pratiquement plus et présentent une très forte proportion d’individus âgés.

Fig. 7.– Valves de Pseudunio auricularius. En haut, coquille néolithique. En bas, coquille actuelle, bassin de la Loire. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 7.– Valves de Pseudunio auricularius. En haut, coquille néolithique. En bas, coquille actuelle, bassin de la Loire. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 8.– Pseudunio auricularius vivante. Noter le manchon d’algues vertes qui correspond à la partie non enfouie dans le sédiment.

Fig. 8.– Pseudunio auricularius vivante. Noter le manchon d’algues vertes qui correspond à la partie non enfouie dans le sédiment.

22Pseudunio auricularius ou Grande Mulette est une espèce caractéristique des parties basses des grands cours d’eau riches en calcium, ce qui l’oppose complètement aux exigences de l’autre espèce de Margaritiféridés vue précédemment (fig. 8). Elle nécessite la présence d’un fond graveleux avec un courant suffisant pour ce filtreur rhéophile. La profondeur peut varier de moins de 50 cm sur certaines stations de la Vienne à plus de 6 m dans l’Èbre. Pouvant vivre plus de cent cinquante ans, la Grande Mulette a besoin d’une grande stabilité, dans le temps, de son substrat.

23La Grande Mulette était autrefois présente dans pratiquement tous les fleuves d’Europe de l’Ouest, mais la France constituait le véritable bastion de l’espèce (Araujo, Ramos, 2000a ; Cochet, 2001). Il s’agit actuellement probablement de l’invertébré le plus menacé d’Europe avec seulement trois populations dans l’Èbre, dans le bassin de la Vienne et dans la Charente (Altaba, 1990 ; Araujo, Ramos, 2000b ; Cochet, op. cit. ; Nenhuis, 2003). La quasi-disparition de cette espèce est liée à la destruction systématique de son habitat par l’aménagement des grands cours d’eau et par la disparition de ses poissons hôtes dont l’Esturgeon. Comme pour la Mulette perlière, la grande Mulette a fait l’objet de très importants ramassages pour les perles et la nacre.

24La provenance la plus probable des échantillons trouvés sur le site de Chassey-le-Camp est la Saône. En effet, sur ce grand cours d’eau, la Grande Mulette est notée à la fin du xixe siècle par A. Grognot et par H. Drouet (Grognot, 1863 ; Drouet, 1889). Ces données sont confirmées par la présence d’échantillons collectés et déposés, notamment, au Musée Guimet de Lyon. L’espèce semble bien avoir disparu de ce cours d’eau récemment. Cette provenance indique une distance minimum (à vol d’oiseau !) de 18 km. Une provenance plus lointaine telle que la Loire, n’est cependant pas à exclure, la Grande Mulette ayant occupé ce fleuve par le passé.

25Sur une des photographies réalisées par É. Loydreau, deux échantillons percés d’un orifice circulaire sont à rattacher à cette espèce (fig. 3, n°s 1 et 5). Si ces échantillons ne semblent pas être arrivés jusqu’à nous, une pendeloque taillée dans une coquille de Grande Mulette a été trouvée dans les fouilles récentes. Nous avons là, comme pour Margaritifera margaritifera, la preuve d’une utilisation de cette espèce comme élément de parure.

26Ainsi, les deux espèces de Margaritiféridés sont, et de loin, les plus représentées. On peut écarter une plus grande propension à la conservation, car si Pseudunio auricularius, avec sa coquille très épaisse, peut se conserver longtemps, en revanche, Margaritifera margaritifera possède une coquille beaucoup plus fragile et, de nos jours, elle peut disparaître complètement en quelques mois ou quelques années dans les terrains acides qui l’abritent normalement. On notera que le transfert des coquilles de moules perlières vers des contrées à terrain calcaire par les hommes du Néolithique n’est sans doute pas étranger à cette conservation sur plusieurs millénaires. Par ailleurs, Potomida littoralis, parmi les Unionidés, possède une coquille qui est très épaisse et se conserve très bien ; or l’espèce est ici très peu représentée.

27Ainsi, tout semble confirmer que la représentation dominante des Margaritiféridés est essentiellement liée à leur plus grande qualité en matière de nacre ; quant à leur production de perles, données comme les plus belles parmi celles produites par les espèces européennes de bivalves d’eau douce, nous n’avons pas d’indice qu’elle ait été recherchée par les Chasséens.

28Par ailleurs, pour les deux familles de bivalves d’eau douce, Unionidés et Margaritiféridés, les taxons récupérés dans la collection Loydreau se retrouvent dans les échantillons provenant des fouilles récentes. Cette confirmation, à plus d’un siècle de distance, donne, s’il en était besoin, toute sa valeur aux recherches passées.

MOLLUSQUES MARINS

29Témoins de ramassages ou d’échanges à longues distances, des mollusques marins ont été trouvés à Chassey. De nombreux restes de Scaphopodes proviennent des fouilles récentes. Trois échantillons de mollusques bivalves marins et deux de mollusques gastéropodes marins collectés à Chassey-le-Camp par É. Loydreau sont parvenus jusqu’à nous. Il nous a paru intéressant de signaler ces échantillons des recherches anciennes, même si la période de leur utilisation et leur référence culturelle ne peuvent être précisées.

Scaphopodes

30Des restes d’individus appartenant à cette classe de Mollusques ont été trouvés en relative abondance dans les fouilles récentes : quatorze échantillons dans le niveau 9, un dans le niveau 8, deux dans le niveau 6 (cf. 1ère partie fig. 53, 77 et 115).

31Sur les côtes de l’Atlantique et de la Méditerranée existent plus de seize espèces, difficiles à déterminer. Cependant, si l’on considère les tailles conséquentes des restes (un à deux cm), seules les représentants de la famille des Dentaliidés restent en liste. De plus, en se limitant à la Méditerranée, avec laquelle les Chasséens avaient des liens privilégiés, il reste encore six espèces possibles. Tout au plus peut-on évoquer Dentalium dentalis, en raison de son abondance, mais sans certitude.

32Cette abondance de Dentales, quelle qu’en soit l’espèce, suggère une utilisation sélective à des fins de parure par les hommes du Néolithique.

Bivalves

33Les échantillons de bivalves et de gastéropodes proviennent tous des fouilles d’É. Loydreau. Certains ont été conservés, d’autres ne sont connus que par des photographies du fouilleur.

Glycymeris sp.

34Un individu de ce genre ne peut être déterminé plus précisément, car il existe trois espèces difficiles à différencier, même sur des échantillons frais. Ce genre occupe à la fois Atlantique et Méditerranée. Les deux échantillons figurant sur la photographie d’É. Loydreau sont percées à l’umbo pour être transformés en pendentifs (fig. 3, nos 11 et 14 ; fig. 9, n° 3).

Cerastoderma

35Un échantillon de petite taille est à rattacher probablement au genre Cerastoderma ; il est présent aussi bien sur la façade atlantique que méditerranéenne (fig. 9, n° 2).

Ostrea edulis

36Surnommée huître plate ou belon, cette huître est la seule espèce indigène de nos côtes atlantiques et méditerranéennes. Les individus de grande taille sont désignés sous l’appellation « Pied de cheval ». Une valve supérieure (valve droite) a été récoltée sur le site (fig. 9, n° 1).

37Cette espèce formait un banc naturel quasi continu du Danemark à l’Espagne avec des millions de milliards d’individus, banc qui a été complètement anéanti par les dragages. Ces chiffres donnent un sens aux notions d’abondance passée et de destruction massive.

Gastéropodes

Thais haemastoma

38À partir de la représentation photographique, nous pouvons déterminer cette espèce, notamment grâce à la présence d’une coquille tuberculée (fig. 3, n° 7). Thais haemastoma étant limité à l’Atlantique tropical et la Méditerranée, nous apporte une précision sur sa provenance probable et, par là même, des autres espèces marines, à savoir la Méditerranée. La coquille a été utilisée comme pendentif.

Conus ventricosus

39Cet échantillon a été conservé et sa diagnose indique très probablement son appartenance à l’espèce Conus ventricosus (fig. 3, n° 8). Il s’agit d’un individu de belle taille. La répartition de cette espèce est intéressante car, comme Thais haemastoma, elle est limitée à la Méditerranée et à l’Atlantique au large du Portugal. Il s’agirait donc d’une nouvelle confirmation de la provenance méditerranéenne des taxons marins de Chassey. Cet individu est percé d’un orifice circulaire indiquant un usage comme pendentif.

40L’examen des Mollusques aquatiques récoltés sur le site de Chassey-le-Camp nous montre qu’à côté de provenances plus ou moins locales (autour de 20 km) dont témoignent les espèces dulcaquicoles, viennent s’ajouter des provenances beaucoup plus lointaines, marines, au moins en partie de la Méditerranée.

Fig. 9.– Coquilles marines : 1, Ostrea edulis ; 2, Cerastoderma ; 3, Glycymeris (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 9.– Coquilles marines : 1, Ostrea edulis ; 2, Cerastoderma ; 3, Glycymeris (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

41Les échantillons récoltés localement proviennent tous de cours d’eau et aucun d’étang, mais on sait que ce type de milieu est en très grande partie artificiel dans notre pays. Toutes les espèces d’eau douce sont comestibles, mais l’utilisation comme élément de parure des coquilles est notable pour les deux espèces de Margaritiféridés. Les différentes espèces trouvées existent encore dans les cours d’eau des environs à l’exception de la Grande Mulette, probablement disparue récemment à la suite de la destruction de son habitat. Cependant, les effectifs des espèces encore présentes sont en nette diminution. Ainsi, si des changements des conditions naturelles ne semblent pas pouvoir être mis en évidence par l’analyse de cet échantillonnage néolithique, il apparaît bien un appauvrissement de la biocénose lié à l’impact de l’homme, notamment durant le dernier siècle. Il est difficile d’imaginer aujourd’hui les cours d’eau du Néolithique avec des fonds littéralement pavés par les différentes espèces de naïades. En effet, en l’absence de prédateur, hormis l’homme, seul l’espace limitait le nombre d’individus.

42En ce qui concerne les espèces marines, elles sont aussi comestibles, mais leur utilisation doit avoir surtout été réservée à la parure. Par contre, comme pour les Margaritiféridés, on notera l’utilisation comme parure de deux Gastéropodes et de nombreux Dentales.

43Ainsi, grâce à la conservation de leur coquille, les mollusques récoltés par les hommes du Néolithique témoignent de l’intérêt porté par l’homme à ce groupe d’invertébrés dont l’utilisation peut être multiple et, dans le même temps, nous confirment que les biotopes de cette époque étaient très proches de ceux que nous aurions actuellement sans les bouleversements écologiques liés à notre espèce.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Altaba (C.), 1990.– The last know population of the freshwater mussel Margaritifera auricularia (Bivalvia, Unionoida) : a conservation priority, Biological conservation, 52, p. 271-286.

Araujo (R.), Ramos (M.A.), 2000a.– A critical revision of the historical distribution of the endangered Margaritifera auricularia (Spengler, 1793) (Mollusca : Margaritiferidae), Journal of Conchology, 37, p. 49-59.

Araujo (R.), Ramos (M.A.), 2000b.– Status and conservation of the giant European freshwater pearl mussel (Margaritifera auricularia) (Spengler, 1793) (Bivalvia : Unionoidea), Biological Conservation, 96, p. 233-239.

Cochet (G.), 1998.– Inventaire des cours d’eau à Margaritifera margaritifera en France. Paris, Ministère de l’environnement, Direction de l’eau, 175 p. (texte), Atlas 60 cartes.

Cochet (G.), 1999.– Le statut des Margaritiferidae en France (Mollusca : Bivalvia : Unionidae), Vertigo, 6, 1996, p. 27-31, Avignon.

Cochet (G.), 2001a.– La Moule perlière, une espèce en chute. Adour Garonne, Revue de l’Agence de l’Eau, 82, p. 13-17.

Cochet (G.), 2001b.– Redécouverte d’une population vivante de la Grande Mulette, Margaritifera auricularia, sur la Vienne et la Creuse, Recherches Naturalistes en Région Centre, 10, p. 3-16.

Cochet (G.), 2004.– La moule perlière et les naïades de France : histoire d’une sauvegarde, Catiche productions, 32 p.

Cochet (G.), Paris (L.), 2000.– La Moule perlière (Margaritifera margaritifera) dans le Morvan, Cahiers scientifiques du Parc Régional du Morvan, 2, p. 1-22.

Drouet (H.), 1889.– Unionidae du bassin du Rhône, Mém. Acad. Dijon, 4, 1, p. 27-114, 3 pl.

Faideau (F.), 1938.– Les perles d’eau douce en Saintonge, Annales de la Société des Sciences Naturelles de la Charente Inférieure, III, 5, p. 37-52.

Falkner (G.), Ripken (T.), Falkner (M.), 2002.– Mollusques continentaux de France. Liste de références annotées et Bibliographie, Patrimoines naturels, 52, 350 p.

Grognot (A.), 1863.– Mollusques testacés du département de Saône-et-Loire ou qui y sont déposés par les rivières qui s’y rendent, avec des tableaux synoptiques pour faciliter la détermination des familles, des genres et des espèces et les caractères abrégés de toutes les divisions établies, Autun, Dejussieu, 22 p.

Nienhuis (A.J.H.), 2003.– The rediscovery of Spengler’s freshwater pearlmussel in two river systems in France, with an analysis of some factors causing its decline, Basteria, 67, p. 67-86.

Annexes

ANNEXE. Liste des mollusques dulcaquicoles et marins des niveaux 10 à 5

Niveau 10 (Chasséen)

XLVII-59,554 : Margaritifera margaritifera (valve droite, percée en pendentif).

Niveau 9 (Chasséen)

XLI-61, 309 : Dentalium.

XLI-61, 479 : Dentalium.

XLI-61, 480 : Dentalium.

XLI-62, 81 : Dentalium.

XLI-62, 82 : Dentalium.

XLI-62, 83 : Dentalium.

XLI-62, 96 : Dentalium.

XLI-62, 97 : Dentalium.

XLI-62, 103 : Dentalium.

XLI-62, 128 : Dentalium.

XLI-62, 131 : Dentalium.

XLII-56, 404 : Dentalium.

XLIII-58, 539 : Margaritifera margaritifera (fragment).

XL II-58, 262 : Unio mancus (valve gauche).

XLV-59, 164 : Margaritifera margaritifera (valve droite).

XLV-61, 213 : Margaritifera margaritifera (valve gauche).

XLVII-56, 266 : Unio mancus ? (fragment).

XLVII-56, 483 : Margaritifera margaritifera (fragment).

XLVII-59, 234 : Pseudunio auricularius (fragment, jeune individu).

XLVII-59, 394 : Margaritifera margaritifera (fragment).

XLVIII-57, 385 : Dentalium.

XLVIII-57, 476 : Dentalium.

LI-57, 274 : Margaritifera margaritifera (fragments de 3 valves, 3 individus).

Niveau 8 (Chasséen)

XLIII-58, 209 : Unio sp. (valve gauche).

XLIV-58, 110 : Dentalium.

XLVI-56, 194 : Potomida littoralis (dent cardinale).

XLVIII-55, 413 : Unio sp. (fragment).

Niveau 7 (Chasséen)

XLV-56, 200 : Margaritifera margaritifera (fragment).

Niveau 6 (Néolithique Moyen Bourguignon)

XLIV-56, 85 : Dentalium.

XLIV-56, 85 : Dentalium.

Niveau 5 (Néolithique final)

XLII-57, 34 : Pseudunio auricularius (pendeloque découpée dans une valve épaisse).

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Unio mancus, valves appariées. Noter la quasi-disparition du périostracum. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig.2. – Valve gauche de Potomida littoralis. Noter la forme rhomboédrique de la coquille. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 3.– Mollusques aquatiques du camp de Chassey. Cette photographie d’É. Loydreau, prise en 1885, rassemble les différentes espèces de bivalves dulcaquicoles utilisées par les Néolithiques pour faire des éléments de parure ; elle montre aussi des espèces marines (n°s 4, 7-8, 11, 14) qui ne peuvent être rapportées à une culture précise. 1, 5, coquilles de Pseudunio auricularius tranformées en pendentifs ; 2, valve gauche de Pseudunio auricularius ; 3, 10, valves de Margaritifera margaritifera transformées en pendentifs ; 4, Ostrea edulis ; 6, 9, 12-13, valves droites et gauches d’Unio mancus ; 7, Thais haemastoma percé pour servir de pendeloque ; 8, Conus ventricosus percé pour servir de pendeloque ; 11, 14, valves droites de Glycymeris percées pour servir de pendeloques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 4 – Valves de Margaritifera margaritifera. En haut, valve néolithique (coll. Loydreau). En bas, valve actuelle. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 5.– Margaritifera margaritifera actuelle. Noter la forme allongée, la couleur sombre du périostracum et le sommet excorié.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 6.– Valve gauche de Pseudunio auricularius (néolithique). Noter la forme allongée et sinuée de la coquille (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7.– Valves de Pseudunio auricularius. En haut, coquille néolithique. En bas, coquille actuelle, bassin de la Loire. Noter la disparition du périostracum sur la coquille néolithique (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 8.– Pseudunio auricularius vivante. Noter le manchon d’algues vertes qui correspond à la partie non enfouie dans le sédiment.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 9.– Coquilles marines : 1, Ostrea edulis ; 2, Cerastoderma ; 3, Glycymeris (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16936/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Correspondant du Muséum national d’Histoire Naturelle de Paris. F – 07130 Saint-Romain-de-Lerps.

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search