Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre IX. Les amphibiens du néolithique moyen du Camp de Chassey : un nouvel exemple de la consommation de grenouilles dans le Néolithique français

Salvador Bailon

Texte intégral

1Les amphibiens constituent un groupe de vertébrés fréquent parmi les faunes des sites archéologiques. Tout comme les poissons et les reptiles, ce sont des animaux dont la température interne du corps est déterminée par la température externe du milieu et qui constituent donc de bons indicateurs des conditions climatiques de celui-ci. D’autre part, par leurs exigences écologiques, ils peuvent apporter des informations importantes lors de la reconstitution des paléoenvironnements dans lesquels vivait l’homme. Enfin, comme cela semble être le cas dans le site de Chassey, des relations plus directes entre ces animaux et l’homme peuvent être aussi relevées (Rage, 1989 ; Bailon, 1993, 1997 ; Bailon, Rage, 1992).

MATÉRIEL

2Le matériel étudié dans ce travail a été récolté dans l’ensemble néolithique du rempart défensif, dit « la Redoute », qui ferme vers le sud le camp de Chassey (Thevenot, 1990). Dans cet ensemble, seuls les niveaux archéologiques du Néolithique moyen (niveaux 9, 8 et 7 du Chasséen ; niveau 6 du Néolithique Moyen Bourguignon) semblent avoir fourni des restes d’amphibiens, tandis que les reptiles ne sont pas représentés dans le site.

3Le tri du matériel a été effectué après le tamisage à sec ou à l’eau du sédiment dans des tamis à maille de 5 et 3 mm.

ÉTUDE SYSTÉMATIQUE

4Dans le camp de Chassey cent cinquante et un éléments squelettiques rapportés exclusivement à des amphibiens anoures ont été déterminés. Ils sont représentés par deux espèces : le crapaud commun (Bufo bufo) et la grenouille rousse (Rana temporaria). Les critères de détermination suivent ceux qui ont été établis par Bailon concernant les amphibiens anoures de France (Bailon, 1991. 1997).

5La grenouille rousse (Rana temporaria) se différencie principalement des autres espèces européennes d’anoures par la présence, dans l’os ilion, d’une aile dorsale relativement basse et incurvée du côté médial (= interne), par l’angle que forment la limite antérieure de la tubérosité supérieure et la limite dorsale de la « pars ascendans », angle nettement supérieur à 90°, et par la présence, en vue postérieure, d’une jonction ischiatique de faible hauteur (fig. 1, A). Les humérus possèdent une diaphyse droite, moins robuste que chez l’ensemble des grenouilles vertes et un condyle sphérique situé sur l’axe longitudinal de la diaphyse ; chez les individus de sexe masculin, les crêtes radiale et mésiale sont orientées vers la face dorsale de la diaphyse et remontent assez haut sur celle-ci (fig. 1, C). Le scapula possède une « pars glenoïdalis » non détachée de l’os et, en vue ventrale, la crête interne se prolonge longitudinalement sur la face interne de l’os.

Fig. 1.– Pièces osseuses de Rana temporaria et de Bufo bufo. Rana temporaria. A : ilion gauche, vues latérale et postérieure (Niveau 9, XLVII-56, 547) ; B : tibio-fibula (niveau 9, XLVII- 56, 546) ; C : humérus gauche mâle, vue ventrale (niveau 7, XLIV-55, 340). D : Bufo bufo, humérus femelle, vue ventrale (Niveau 8, LII-59, 96).

Fig. 1.– Pièces osseuses de Rana temporaria et de Bufo bufo. Rana temporaria. A : ilion gauche, vues latérale et postérieure (Niveau 9, XLVII-56, 547) ; B : tibio-fibula (niveau 9, XLVII- 56, 546) ; C : humérus gauche mâle, vue ventrale (niveau 7, XLIV-55, 340). D : Bufo bufo, humérus femelle, vue ventrale (Niveau 8, LII-59, 96).

6Les autres éléments squelettiques attribués à cette espèce montrent les caractères typiques du genre Rana : vertèbres procoeles, avec un arc neural court et un corps vertébral modérément développé ; urostyle pourvu de deux condyles d’articulation sphériques et bien individualisés et d’une crête neurale haute ; coracoïde possédant une extrémité distale élargie ; absence de crête fémorale ; fémurs et tibio-fibules longs et minces (fig. 1, B).

7Les éléments squelettiques attribués au genre Bufo, se différencient de ceux du genre Rana par la présence d’un corps vertébral plus développé ; l’urostyle possède une crête neurale plus basse ; l’ilion présente une tubérosité supérieure bien individualisée et la crête dorsale manque ; la diaphyse de l’humérus est légèrement incurvée et le condyle huméral se trouve déplacé du côté radial par rapport à l’axe diaphysaire ; les tibio-fibulas sont plus courts et robustes (fig. 1, D). L’attribution de ces éléments au crapaud commun (Bufo bufo) est fondée principalement sur la présence d’une tubérosité supérieure de l’ilion unilobée, relativement basse et à limite dorsale arrondie, et sur des critères de taille, le crapaud commun étant l’anoure européen de plus grande taille.

8Le tableau de la figure 2 montre la distribution des éléments par espèces identifiées dans chacun des niveaux stratigraphiques où ces animaux sont présents.

9La grenouille rousse (Rana temporaria), représentée par cent quarante-cinq éléments osseux, est l’amphibien le plus abondant (96 % du nombre total d’éléments déterminés) ; avec seulement six éléments, le crapaud commun (Bufo bufo) est nettement plus discret (4 % du total des restes).

DISTRIBUTION STRATIGRAPHIQUE DES ESPÈCES

10Le tableau de la figure 2 indique les niveaux ayant fourni des restes d’amphibiens dans le site de Chassey, le nombre total de restes (NRT) et la proportion de ceux-ci (% T) pour chacun des niveaux, tout comme le nombre de restes déterminés (NR) et les proportions relatives(%) par niveau de chacune des espèces représentées.

Fig. 2.– Distribution des restes d’amphibiens dans le site de Chassey. Pour les abréviations, voir dans le texte.

Fig. 2.– Distribution des restes d’amphibiens dans le site de Chassey. Pour les abréviations, voir dans le texte.

11Du point de vue stratigraphique, le niveau 9, avec cent vingt-cinq ossements (83 % du nombre total), dont cent vingt-trois appartiennent à la grenouille rousse et deux au crapaud commun, est nettement le plus riche de tous. Dans les niveaux 8, 7 et 6, le nombre d’ossements récoltés décroît fortement : dix-sept (11 %), six (3,9 %) et trois (1,9 %) respectivement.

12Parmi les différents éléments osseux qui constituent le squelette d’un amphibien anoure, seul onze d’entre eux sont représentés, mais dans des proportions très différentes. La tableau de la figure 3 indique le nombre de restes déterminés par élément osseux pour chacune des espèces et par niveau stratigraphique.

Fig. 3.– Distribution du nombre de restes osseux par espèce et par niveau stratigraphique. Vb = vertèbres ; Uro = urostyle ; Sc = scapula ; Co = coracoïde ; R-U = radio-ulna ; Hu = humérus ; Il = ilion ; F = fémur ; T-F = tibio-fibula ; Tr = tarse ; Ph = phalange.

Fig. 3.– Distribution du nombre de restes osseux par espèce et par niveau stratigraphique. Vb = vertèbres ; Uro = urostyle ; Sc = scapula ; Co = coracoïde ; R-U = radio-ulna ; Hu = humérus ; Il = ilion ; F = fémur ; T-F = tibio-fibula ; Tr = tarse ; Ph = phalange.

ORIGINE DU DÉPÔT

13Dans ce chapitre, nous avons étudié seulement les éléments squelettiques de grenouille rousse (R. temporaria) récoltés dans le niveau 9, le seul niveau où le nombre d’ossements est suffisamment élevé pour pouvoir réaliser une étude taphonomique.

14Pour cela, nous avons observé la distribution spatiale des ossements, calculé leur pourcentage de représentation et les modifications squelettiques qu’ils présentent (fragmentation des os et étude des traces).

Distribution spatiale

15Le tableau de la figure 4 indique le nombre d’éléments déterminés pour chacune des zones du niveau 9 ayant livré des ossements, tout comme leurs proportions relatives. Nous pouvons observer que cette distribution n’est pas homogène, car 91 % des éléments déterminés se trouvent dans les zones XLVI, XLVII et XLVIII et c’est dans la zone XLVII où nous trouvons la plus forte densité (78 % des ossements). Il existe donc une concentration des éléments squelettiques dans la zone XLVII de ce niveau. Ce type de distribution hétérogène est principalement engendré par l’action de divers agents physiques d’accumulation, tels que le transport et/ou le dépôt par l’eau ou par le sédiment, la présence de zones de piégeage ou des agents biologiques tels que les prédateurs (excréments de carnivores, pelotes de rejection de rapaces ou alimentation carnée de l’homme). Dans le site de Chassey, aucun agent physique de transport n’a été mis en évidence et les ossements récoltés ne proviennent pas de structures de piégeage telles que les fosses, les silos ou les puits. À partir de l’étude de la distribution spatiale des os, l’hypothèse d’un prédateur comme agent d’accumulation doit être retenue.

Fig. 4.– Distribution des éléments osseux de grenouille rousse (R. temporaria) dans le niveau 9.

Fig. 4.– Distribution des éléments osseux de grenouille rousse (R. temporaria) dans le niveau 9.

Fig. 5.– Pourcentage de représentation des différentes parties squelettiques de grenouille rousse (R. temporaria) exprimées selon l’indice de Dodson et Wexlar (1979) ; (PR = (FO/ (FTx NMI)) x 100). Le nombre minimum d’individus (NMI = 16) à été calculé à partir des tibio-fibulas.

Fig. 5.– Pourcentage de représentation des différentes parties squelettiques de grenouille rousse (R. temporaria) exprimées selon l’indice de Dodson et Wexlar (1979) ; (PR = (FO/ (FTx NMI)) x 100). Le nombre minimum d’individus (NMI = 16) à été calculé à partir des tibio-fibulas.

Pourcentage de représentation

16Le tableau de la figure 5 montre les fréquences relatives des parties squelettiques (PR) exprimées selon l’indice de Dodson et Wexlar (Dodson, Wexlar, 1979). Celui-ci met en évidence le fort pourcentage de survie des os longs de la partie postérieure du squelette : 144 % pour les tibio-fibulas ; 72 % pour les ilions, 69 % pour les fémurs et 56 % pour les urostyles. Pour les autres éléments squelettiques, les fréquences sont nettement inférieures, voire parfois nulles.

17Exception faite des os du tarse et des phalanges, il existe dans ce niveau 9 une sur-représentation des os de la partie postérieure du corps d’une grenouille qui semble exclure les différents agents d’accumulation autres que l’anthropique.

Modifications squelettiques

Fragmentation

18Le taux de fragmentation des os les plus abondants (tibio-fibula, fémur et ilion) est élevé : 80 %, 77 % et 74 % respectivement, ce qui correspond en moyenne à moins de 30 % d’os entiers ou presque entiers. Ces os sont principalement fragmentés à leurs extrémités ; 63 % des fémurs, 48 % des tibio-fibulas et 23 % des ilions conservent encore les deux tiers de leur longueur totale.

Traces de digestion

19L’observation à la loupe binoculaire des tibio-fibula, fémur et ilions, montre qu’aucun de ces éléments ne présente des traces indubitables produites par l’action des sucs gastriques. Si celles-ci existent, elles sont très légères, d’identification douteuse et dans de très faibles proportions (2 %, 2 % et 3 % pour chacun des os).

20Les deux paramètres antérieurs ont été comparés aux données obtenues par Pinto-Llona et Andrews (Pinto-Llona, Andrews, 1999) concernant la fragmentation et les traces de digestion produites sur les os longs d’amphibiens anoures par différents prédateurs (fig. 6). Le matériel de Chassey ne répond pas aux modèles (carnivores, rapaces nocturnes) obtenus par ces auteurs et il s’en distingue nettement. À partir de cette étude, les carnivores et les rapaces nocturnes ne semblent donc pas être à l’origine du dépôt d’ossements du niveau 9 de Chassey.

Autres types de traces

21L’observation réalisée à la loupe binoculaire montre, sur les tibio-fibulas et sur les fémurs, la présence de fissures longitudinales dans les extrémités, fragmentées ou non, de ces os dans des proportions relativement élevées : 24 % pour les tibio-fibulas et 50 % pour les fémurs. D’après Pinto-Llano et Andrews, ce type de modification apparaît dans les os longs d’amphibiens anoures comme conséquence de l’action des sucs gastriques et/ou du mâchouillage des os (Pinto- Llano, Andrews, 1999). L’absence de traces de digestion sur ceux-ci nous semble donc indiquer que les os ont été très probablement mastiqués à leur extrémité, mais pas ingurgités. Signalons enfin l’absence de surfaces d’abrasion qui caractérisent le transport par l’eau ou par le sédiment.

Fig. 6.– Modèle des variables fragmentation/digestion produit par différents prédateurs sur les os longs d’amphibiens anoures (d’après Pinto-Llano, Andrews, 1999) et position des os longs (Tibio-fibula, fémur et ilion, de haut en bas) du Niveau 9 de Chassey (Ch), cette étude. Ll = Lutra lutra ; Pp = Putorius putorius ; Ml = Mustek lutreola ; G = Genetta sp. ; Mm = Meles meles (Carnivores) et Af = Asio flammeus ; Bb = Bubo bubo ; Sa = Strix aluco et Ta = Tyto alba (rapaces nocturnes).

Fig. 6.– Modèle des variables fragmentation/digestion produit par différents prédateurs sur les os longs d’amphibiens anoures (d’après Pinto-Llano, Andrews, 1999) et position des os longs (Tibio-fibula, fémur et ilion, de haut en bas) du Niveau 9 de Chassey (Ch), cette étude. Ll = Lutra lutra ; Pp = Putorius putorius ; Ml = Mustek lutreola ; G = Genetta sp. ; Mm = Meles meles (Carnivores) et Af = Asio flammeus ; Bb = Bubo bubo ; Sa = Strix aluco et Ta = Tyto alba (rapaces nocturnes).

DISCUSSION ET CONCLUSION

22L’accumulation d’ossements d’amphibiens anoures provenant du niveau 9 (Néolithique moyen, Chasséen) du site de Chassey est donc caractérisée :

  • par son aspect pratiquement monospécifique, avec une très large prédominance des éléments appartenant à la grenouille rousse (R. temporaria) par rapport à ceux attribués au crapaud commun (B. bufo) ;
  • par la concentration des éléments osseux dans une zone bien déterminée de ce niveau (zone XLVII) ;
  • par une forte représentation des éléments se rapportant à la région postérieure du squelette d’un anoure (urostyle, ilion, fémur et tibio-fibula) ;
  • par un taux de fragmentation des os élevé (> 74 %) ;
  • par la présence d’un nombre important d’os longs présentant à leurs extrémités des fissures longitudinales ;
  • par l’absence de traces de digestion et de surfaces d’abrasion.

23Les caractéristiques des paramètres étudiés concernant l’origine du dépôt d’amphibiens du niveau 9 de Chassey nous amènent donc à penser que celui-ci présente une origine anthropique. Compte tenu de la très forte représentation d’éléments situés sur la région postérieure du corps, de la présence de fissures longitudinales, probablement dues au mâchouillage des extrémités des os, et de l’absence de traces de digestion évidentes sur ceux-ci, il semblerait, que l’homme ait utilisé ces animaux en tant que source de nourriture, qu’il ait apporté sur le site, presque de façon systématique, la région postérieure du corps de l’animal, après lui avoir enlevé le pied, puis consommé les masses charnues de ces régions postérieurs sans avaler l’os. Cette consommation semble être ponctuelle et restreinte à ce niveau 9.

24D’autres cas de consommation de grenouilles ont été auparavant mis en évidence :

  • dans les couches du Néolithique final de Chalain 3 (niveau VI, cycle culturel Horgen : – 3100-3130 av. J.-C.) (Bailon, 1993 et 1997 ; Arbogast et alii, 1997), où l’homme semble aussi avoir consommé les membres antérieurs et parfois l’animal entier comme le démontrent les restes de grenouille trouvés dans un coprolithe attribué à l’homme,
  • dans une fosse, datée du dernier quart du xvie siècle ou du début du xviie siècle, du site des Jardins du Carrousel, à Paris,
  • dans les comblements du xvie siècle de la latrine-dépotoir de Saint-Pierre-Lentin, à Orléans (Bailon, 1993)
  • et très probablement dans le village néolithique de Clairvaux-les-Lacs (rage, 1989 ; Bailon, Rage, 1992).

25D’après ces données, les niveaux chasséens (entre 5660 + 150 et 5120 ± 110 B.P. ; Évin et alii, 1988) du site de Chassey, et plus précisément le niveau 9, constituent, en France, une des plus anciennes traces de consommation de grenouilles par l’homme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arbogast (R.-M.), Bailly (M.), Bailon (S.), Baudais (D.), Beugnier (V.), delattre (N.), Desse (J.), Desse-Berset (N.), Duplaix-Rata (A.), Eisenstein (V.), Giligny (F.), Grudler (A.), Lundström-Baudais (K.), Maître (A.), Pétrequin (P.), Pétrequin (A.-M.), Sene (G.), 1997.– Synthèse 4. Variations démographiques, transferts culturels et adaptations des modes de production, p. 757-765.

Bailon (S.), 1991.– Amphibiens et reptiles du Pliocène et du Quaternaire de France et d’Espagne : mise en place et évolution des faunes, Thèse de l’Univ. de Paris VII, 449 p., 89 fig.

Bailon (S.), 1993.– Quelques exemples de la consommation d’amphibiens à travers le temps, in : Desse (J.), Audoin-Rouzeau (F.) éd., Exploitation des animaux sauvages à travers le temps, Actes des XIIIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, IVe Colloque international de l’Homme et l’animal, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 320-326.

Bailon (S.), 1997.– La grenouille rousse (Rana temporaria) : une source de nourriture pour les habitants de Chalain 3, in : Pétrequin (P.) dir. : Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-Les-Lacs et de Chalain (Jura). Chalain station 3 (3200-2900 av. J.-C.), 2., Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, p. 711- 716.

Bailon (S.), 1999.– Différenciation ostéologique des anoures (Amphibia, Anura) de France, Antibes, éd. APDCA, 41 p. (Fiches d’ostéologie animale pour l’Archéologie, Série C : Varia).

Bailon (S.), Rage (J.-C.), 1992.– Amphibiens et reptiles du Quaternaire : relations avec l’Homme, Mém. de la Soc. géol. de France, n.s., n° 160, p. 95-100.

Dodson (P.), Wexlar (D.), 1979.– Taphonomy Investigations of Owl Pellets, Paleobiology, 5, p. 275- 284.

Évin (J.), Gabasio (M.), Thevenot (J.-P), 1988.– Les datations radiocarbone du site de Chassey, in : Du Néolithique moyen II au Néolithique final au Nord-Ouest des Alpes, Actes du 12e colloque interrégional sur le Néolithique de l’ Est de la France, Lons-le-Saunier, oct. 1985, p. 27-31.

Pinto-Llona (A.-C.), Andrews (P.-J.), 1999.– Amphibian taphonomy and its application to the fossil record of Dolina (middle Pleistocene, Atapuerca, Spain), Palaeogeology, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 149, p. 411-429.

Rage (J.-C.), 1989.– Les batraciens du niveau V, in : Pétrequin (P.) dir., Les sites littoraux néolithiques de Clairvaux-Les-Lacs, II, Le Néolithique moyen, Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, p. 405-406.

Thevenot (J.-P.), 1990.– Le camp de Chassey et le Néolithique de Bourgogne orientale, in : Die erstern Bauern, 2, Landesmuseunt Zürich, p. 197-204.

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Pièces osseuses de Rana temporaria et de Bufo bufo. Rana temporaria. A : ilion gauche, vues latérale et postérieure (Niveau 9, XLVII-56, 547) ; B : tibio-fibula (niveau 9, XLVII- 56, 546) ; C : humérus gauche mâle, vue ventrale (niveau 7, XLIV-55, 340). D : Bufo bufo, humérus femelle, vue ventrale (Niveau 8, LII-59, 96).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 2.– Distribution des restes d’amphibiens dans le site de Chassey. Pour les abréviations, voir dans le texte.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3.– Distribution du nombre de restes osseux par espèce et par niveau stratigraphique. Vb = vertèbres ; Uro = urostyle ; Sc = scapula ; Co = coracoïde ; R-U = radio-ulna ; Hu = humérus ; Il = ilion ; F = fémur ; T-F = tibio-fibula ; Tr = tarse ; Ph = phalange.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 4.– Distribution des éléments osseux de grenouille rousse (R. temporaria) dans le niveau 9.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5.– Pourcentage de représentation des différentes parties squelettiques de grenouille rousse (R. temporaria) exprimées selon l’indice de Dodson et Wexlar (1979) ; (PR = (FO/ (FTx NMI)) x 100). Le nombre minimum d’individus (NMI = 16) à été calculé à partir des tibio-fibulas.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Titre Fig. 6.– Modèle des variables fragmentation/digestion produit par différents prédateurs sur les os longs d’amphibiens anoures (d’après Pinto-Llano, Andrews, 1999) et position des os longs (Tibio-fibula, fémur et ilion, de haut en bas) du Niveau 9 de Chassey (Ch), cette étude. Ll = Lutra lutra ; Pp = Putorius putorius ; Ml = Mustek lutreola ; G = Genetta sp. ; Mm = Meles meles (Carnivores) et Af = Asio flammeus ; Bb = Bubo bubo ; Sa = Strix aluco et Ta = Tyto alba (rapaces nocturnes).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

URA 6569 du CNRS, « L’homme préhistorique : son évolution, son milieu, ses activités », Laboratoire Départemental de Préhistoire du Lazaret, Conseil général des Alpes-Maritimes, 33 bis Boulevard Franck Pilatte, F – 06300 Nice.

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search