Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre VIII. Les poissons des niveaux néolithiques de la Redoute au Camp de Chassey

Nathalie Desse-Berset

Texte intégral

1Les restes osseux de poissons mis au jour au camp de Chassey sont présents dans quatre niveaux néolithiques (niveaux 9, 8, 7 et 6), mais ils sont en faible nombre : trente-sept restes.

2L’état de conservation des ossements est bon ; il faut cependant signaler qu’il s’agit en majorité d’os pharyngiens inférieurs, os particulièrement résistants (trente-deux os pharyngiens sur trente-sept restes osseux).

3Les méthodes de fouille ayant inclus le recours au tamisage systématique des sédiments (mailles de 5 et 3 mm), la faiblesse de ce nombre de restes est donc le reflet réel du rôle de la pêche à Chassey, tout au long de son occupation.

4L’environnement naturel était probablement plus propice à d’autres activités, comme la chasse, plutôt qu’à l’exploitation du petit cours d’eau qui coule au pied de la colline calcaire, la Dheune.

TAXONS PRESENTS ET RECONSTITUTION DES TAILLES (cf. annexe)

Les cyprinidés

5La famille des Cyprinidés est de loin la plus largement représentée, en particulier par des os pharyngiens inférieurs, qui offrent de bonnes clés de détermination spécifique et nous ont permis de déterminer deux espèces, essentiellement la vandoise (vingt-quatre restes) et le hotu (deux restes).

La vandoise (Leuciscus leuciscus L. 1766)

6La vandoise affectionne les eaux courantes et fraîches, bien qu’elle se rencontre parfois dans des eaux stagnantes. On peut l’observer dans les parties basses des zones à truites (Spillmann, 1961). Ce poisson est de petite taille, entre 15 et 25 cm.

7Les vandoises de Chassey sont très petites puisque, d’après les mesures prises sur les os pharyngiens, elles sont pour la plupart inférieures à 20 cm, ce qui correspond à des poissons de 100 g (fig. 1 et 2 ; pour les méthodes de reconstitution des tailles, voir Desse, Desse-Berset, 1998).

Le hotu (Chondrostoma nasus L. 1766)

8Le hotu est représenté par deux os pharyngiens (fig. 3).

9Il affectionne les eaux assez rapides des grands cours d’eau, sauf pendant la fraye ; il remonte alors les collatéraux (Spillmann, 1961).

10Il peut atteindre 50 cm (pour un poids de plus d’un kilo), mais son poids moyen est de 400 g.

11Les deux restes de Chassey correspondent à des poissons beaucoup plus petits, certainement inférieurs à 20 cm.

les ésocidés

Le brochet (Esox lucius L. 1766) (un reste)

12Ce poisson d’eau calme est représenté par un seul reste, provenant du niveau 9.

13Il s’agit d’une vertèbre thoracique de forte taille (fig. 4), qui correspond à un individu de 90 cm (pour un poids de 7-8 kilos).

Fig. 1.– Répartition des tailles des vandoises (Leuciscus leuciscus) de Chassey, à partir de deux mesures prises sur les os pharyngiens inférieurs du site (niveaux 9, 8, 7 et 6) et sur deux spécimens modernes. Quelques vandoises devaient atteindre 22-23 cm de longueur totale (ce qui correspond à un poids de 120-130 g), mais la plupart des poissons étaient beaucoup plus petits (M1 : plus grande longueur ; M3 : plus grande largeur).

Fig. 1.– Répartition des tailles des vandoises (Leuciscus leuciscus) de Chassey, à partir de deux mesures prises sur les os pharyngiens inférieurs du site (niveaux 9, 8, 7 et 6) et sur deux spécimens modernes. Quelques vandoises devaient atteindre 22-23 cm de longueur totale (ce qui correspond à un poids de 120-130 g), mais la plupart des poissons étaient beaucoup plus petits (M1 : plus grande longueur ; M3 : plus grande largeur).

Fig. 2.– Os pharyngiens inférieurs de vandoise (Leuciscus leuciscus) (norma medialis et norma lateralis) ; a, XLIV-57, 117, niv. 6 ; b, XLIII-56, 118, niv. 7).

Fig. 2.– Os pharyngiens inférieurs de vandoise (Leuciscus leuciscus) (norma medialis et norma lateralis) ; a, XLIV-57, 117, niv. 6 ; b, XLIII-56, 118, niv. 7).

Fig. 3.– Os pharyngien inférieur de hotu (Chondrostoma nasus) (norma lateralis et norma medialis) (XLV-55, 359, niv. 7).

Fig. 3.– Os pharyngien inférieur de hotu (Chondrostoma nasus) (norma lateralis et norma medialis) (XLV-55, 359, niv. 7).

les salmonidés

La truite (Salmo trutta) (un reste)

14Elle vit dans des eaux pures et bien oxygénées. La truite de rivière peut atteindre 40 à 50 cm (pour un poids de 2 à 2,5 kilos), mais beaucoup moins quand elle vit dans de très petits cours d’eau ; la croissance des truites présente en effet une nette relation entre la dimension du cours d’eau dans lequel elles vivent et leurs propres dimensions (Desse, Desse-Berset, 1997). Ainsi, les truites des torrents de montagnes ne dépassent pas 20 cm, alors que les truites vivant dans les lacs peuvent atteindre 80 à 90 cm de longueur totale (pour un poids de 10 à 20 kilos).

15À taille égale, le comptage des lignes d’arrêt de croissance (LAC) visibles sur les vertèbres nous permet d’estimer l’âge, et par là même, selon la rapidité de croissance, le milieu dans lequel la truite a vécu (Desse, Desse-Berset, 1992).

Fig. 4.– Vertèbre thoracique de brochet (Esox lucius) (XLIII-59, 85, niv. 9).

Fig. 4.– Vertèbre thoracique de brochet (Esox lucius) (XLIII-59, 85, niv. 9).

Fig. 5.– Vertèbre caudale de truite (Salmo trutta) (XLII-54, 405, niv. 8). Plusieurs lignes d’arrêt de croissance sont visibles (sept LAC).

Fig. 5.– Vertèbre caudale de truite (Salmo trutta) (XLII-54, 405, niv. 8). Plusieurs lignes d’arrêt de croissance sont visibles (sept LAC).

16À titre d’exemple, une truite du lac Léman de notre collection, dont les vertèbres sont de même dimension que celle de Chassey, est âgée de moins de 4 ans : sa croissance est beaucoup plus rapide dans le lac Léman que dans un petit cours d’eau.

17La vertèbre caudale de truite provenant du niveau 8 de Chassey correspond à un poisson de plus de 50 cm (pour un poids de 2 kilos) et d’au moins 7 ans (sept LAC sont en effet visibles sur la face interne) (fig. 5). Cette truite provient donc probablement d’un cours d’eau moyen, et l’on peut exclure la provenance d’un petit torrent, tout comme celle d’un grand lac.

RÉPARTITION STRATIGRAPHIQUE (c/. annexe)

Niveau 9 (Chasséen)

  • Leuciscus leuciscus : 7 os pharyngiens inférieurs
    (5 droits, 2 gauches).
  • Esox lucius : 1 vertèbre thoracique.

Niveau 8 (Chasséen)

  • Leuciscus leuciscus : 4 os pharyngiens inférieurs
    (3 droits, 1 gauche).
  • Cyprinidé (non précisé) : 4 os pharyngiens inférieurs (1 droit, 1 gauche, 2 indéterminés).
  • Salmo trutta : 1 vertèbre caudale.

Niveau 7 (Chasséen)

  • Leuciscus leuciscus : 7 os pharyngiens inférieurs (3 droits, 4 gauches).
  • Chondrostoma nasus : 2 os pharyngiens inférieurs (2 droits).
  • Cyprinidé (non précisé) : 1 vertèbre.

Niveau 6 (Néolithique Moyen Bourguignon)

  • Leuciscus leuciscus : 6 os pharyngiens inférieurs (4 droits, 2 gauches).
  • Cyprinidé (non précisé) : 2 os pharyngiens inférieurs (1 droit, 1 ind.).
  • Cyprinidés : 2 vertèbres caudales de très petite taille.

18L’analyse des restes osseux de poissons du camp de Chassey nous permet de constater la part modeste des ressources halieutiques, à côté de l’importante exploitation des mammifères sauvages et domestiques, et la constance de cette faiblesse tout au long de l’occupation du site au Néolithique moyen.

19Le poisson a sans doute joué un très faible rôle économique et, du niveau 9 au niveau 6, on ne voit aucune évolution, ni dans le choix des principales espèces pêchées, ni dans leur nombre.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Desse (J.), Desse-Berset (N.), 1992.– Âge et saison de mort des poissons : applications à l’archéologie, in : Baglinière (J.-L.), Castanet (J.), Conan (F.), Meunier (F.-J.) éd., Tissus durs et âge individuel des vertébrés, Colloque national, Bondy, mars 1991, Paris, éd. ORSTOM / INRA, p. 341-353.

Desse (J.), Desse-Berset (N.), 1997.– Les poissons de Chalain et de Clairvaux (Doubs), in : Pétrequin (P.), Chalain III, du Néolithique final à la fin du IVe millénaire, Paris, éd. Maison des Sciences de l’Homme, p. 685- 689 (Monographies de Chalain et Clairvaux, III).

Desse (J.), Desse-Berset (N.), 1998.– Sans queue ni tête ? Reconstitution de la taille et du poids des poissons à partir des restes osseux issus de sites archéologiques ; in : Camps (G.) éd., L’homme préhistorique et la mer, Actes du 120e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, oct. 1995, Paris, éd. du CTHS, p. 366-376.

Spillmann (C.-J.), 1961.– Faune de France, Vol. 65 : Poissons d’eau douce, Paris, éd. Paul Lechevalier, 304 p., 102 fig., 11 pl.

Annexes

ANNEXE Liste des restes de poissons des niveaux 9 à 6

Niveau 9 (Chasséen)

XLIII-59, 85 : Esox lucius, 12e vertèbre thoracique (13.0/14.1/9.2).

XLIII-59, 261 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLV-57, 454 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLVI-56, 656 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLVII-55, 425 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLVII-56, 532 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLVII-56, 567 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLVII-58, 314 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

Niveau 8 (Chasséen)

XLII-54, 405 : Salmo trutta, 45e vertèbre caudale (7.7/8.6/7.0).

XLII-54, 476 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLII-54, 480 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-56, 421 : Cyprinidé indéterminé, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-58, 172 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-59, 217 : Cyprinidé indéterminé, os pharyngien inférieur gauche.

XLV-55, 667 : Cyprinidé indéterminé, os pharyngien inférieur.

XLVII-55, 272 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLVII-58, 282 : Cyprinidé indéterminé, os pharyngien inférieur.

Niveau 7 (Chasséen)

XLIII-56, 118 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIII-56, 141 : Chondrostoma nasus, os pharyngien inférieur droit.

XLIII-56, 157 : Cyprinidé indéterminé, vertèbre (1.8/2.2/2.6).

XLIII-56, 175a : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLIII-56, 175b : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLIV-57, 176 : Leuciscus leuciscus (prob.), os pharyngien inférieur gauche.

XLV-55, 359 : Chondrostoma nasus, os pharyngien inférieur droit.

XLV-56, 274 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLV-56, 280 : Leuciscus leuciscus (prob.), os pharyngien inférieur droit.

XLV-56, 295 : Leuciscus leuciscus (prob.), os pharyngien inférieur droit.

Niveau 6 (Néolithique Moyen Bourguignon)

XLII-57, 36 : Cyprinidé indéterminé, fragment d’os pharyngien inférieur.

XLIII-57, 49 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-55, sans n° : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLIV-56, 102 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-57, 79 : Cyprinidé indéterminé, vertèbre (2.5/2.1/3.1).

XLIV-57, 87 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur gauche.

XLIV-57, 92 : Cyprinidé indéterminé, vertèbre thoracique (2.1/2.5/2.8).

XLIV-57, 117 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-58, 19 : Cyprinidé indéterminé, os pharyngien inférieur droit.

XLIV-57, 74 : Leuciscus leuciscus, os pharyngien inférieur droit.

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Répartition des tailles des vandoises (Leuciscus leuciscus) de Chassey, à partir de deux mesures prises sur les os pharyngiens inférieurs du site (niveaux 9, 8, 7 et 6) et sur deux spécimens modernes. Quelques vandoises devaient atteindre 22-23 cm de longueur totale (ce qui correspond à un poids de 120-130 g), mais la plupart des poissons étaient beaucoup plus petits (M1 : plus grande longueur ; M3 : plus grande largeur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Fig. 2.– Os pharyngiens inférieurs de vandoise (Leuciscus leuciscus) (norma medialis et norma lateralis) ; a, XLIV-57, 117, niv. 6 ; b, XLIII-56, 118, niv. 7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 3.– Os pharyngien inférieur de hotu (Chondrostoma nasus) (norma lateralis et norma medialis) (XLV-55, 359, niv. 7).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 4.– Vertèbre thoracique de brochet (Esox lucius) (XLIII-59, 85, niv. 9).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5.– Vertèbre caudale de truite (Salmo trutta) (XLII-54, 405, niv. 8). Plusieurs lignes d’arrêt de croissance sont visibles (sept LAC).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16924/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

CEPAM/CNRS, 250, rue A. Einstein, Sophia Antipolis, F- 06560 Valbonne.

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search