Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre VI. La faune des niveaux néolithiques de la Redoute au Camp de Chassey

Thérèse Poulain

Texte intégral

1Notre travail a porté sur un total de 12 555 fragments osseux, dont 11 959 déterminables (95 %), appartenant à 622 animaux domestiques et sauvages, tous mammifères, d’autres spécialistes assurant l’étude des oiseaux, poissons et amphibiens. Les espèces sont très variées.

  1. Animaux domestiques :
    • le bœuf (Bos taurus L.)
    • le porc (Sus domesticus L.)
    • le mouton (Ovis aries L.)
    • la chèvre (Capra hircus L.)
    • le chien (Canis familiaris L.)
  2. Animaux sauvages :
    • le grand bœuf sauvage (Bos primigenius L.)
    • le cerf élaphe (Cervus elaphus L.)
    • le chevreuil (Capreolus capreolus L.)
    • le cheval (Equus caballus L.)
    • le sanglier (Sus scrofa L.)
    • l’ours brun (Ursus arctos L.)
    • le loup (Canis lupus L.)
    • le renard (Vulpes vulpes L.)
    • le lynx (Lynx lynx L.)
    • le chat sauvage (Felis sylvestris L.)
    • le blaireau (Meles meles L.)
    • le putois (Meles putorius L.)
    • la belette (Mustela nivalis L.)
    • le castor (Castor fiber L.)
    • le lièvre (Lepus Europaeus Pallas)
    • le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus L.)
    • l’écureuil (Sciurus vulgaris L.)
    • le hérisson (Eirinaceus europaeus L.)

2Ils sont répartis entre six niveaux archéologiques tous de l’époque néolithique (fig. 1).

3Nous étudierons successivement ces différents niveaux.

NIVEAU 10

4Le niveau 10 a livré 644 fragments osseux dont 615 déterminables (95,5 %), appartenant à 55 animaux domestiques et sauvages (fig. 2) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 593 fragments correspondant à 42 individus (76 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, sanglier, belette, lièvre, écureuil, hérisson : 22 fragments correspondant à 13 individus (24 %).

Ce niveau comporte une subdivision, 10a, qui correspond à un petit foyer bien individualisé.

5Les animaux domestiques représentent un peu plus des 3/4 de la faune et plus de 95 % des restes osseux. Les ovicapridés dominent avec 33 % des animaux et 42 % des vestiges. Ils devancent le bœuf et le porc.

Âge

6Une majorité d’adultes, quelques jeunes et très jeunes, uniquement parmi les moutons, porcs et veaux.

Répartition

Le bœuf

7– Niveau 10. 222 fragments : 25 de membres postérieurs, 31 de membres antérieurs, 26 de ceintures, 34 de vertèbres, 83 de côtes, 7 fragments crâniens, 2 fragments de mandibules, 12 dents inférieures et 2 dents supérieures.

Fig. 1.Nombre de fragments osseux par niveau.

Fig. 1.– Nombre de fragments osseux par niveau.

8Correspondant à 7 animaux : 1 très jeune de 4- 5 mois, 1 jeune de 18-20 mois et 5 adultes dont 1 d’environ 3 ans et 1 très âgé.

9– Niveau 10a. 19 fragments : 2 de membres postérieurs, 15 de membres antérieurs, 1 vertèbre et 1 sternèbre.

10Correspondant à 2 animaux : 1 jeune de 18-20 mois et 1 adulte.

11De nombreuses marques de découpage, des traces de sciage sur plusieurs côtes et un fragment de diaphyse tibiale ; des os rongés (1 phalange I antérieure, des côtes), d’autres brûlés (1 fragment de mandibule gauche, 1 calcanéum gauche, 1 fragment de diaphyse humérale), tous en niveau 10.

Le porc

12– Niveau 10. 63 fragments : 11 de membres postérieurs, 10 de membres antérieurs, 2 de vertèbres, 16 de côtes, 8 fragments de crânes, 2 de mandibules, 2 de maxillaires supérieurs, 5 dents inférieures et 7 dents supérieures.

13Correspondant à 8 animaux : 1 très jeune (de 3- 4 mois), 3 jeunes (1 de 8-10 mois, 2 de 18-20 mois) et 4 adultes dont 1 d’environ 3 ans et 1 âgé ;

14– Niveau 10a. 14 fragments : 2 de membres postérieurs, 1 de membre antérieur, 4 de vertèbres, 6 de côtes et 1 fragment crânien.

15Correspondant à 2 animaux : 1 jeune d’environ 2 ans et 1 adulte.

16Des marques de découpage dont une très profonde laissée sur un humérus droit dans le niveau 10a.

Le mouton

17– Niveau 10. 136 fragments : 39 de membres postérieurs, 25 de membres antérieurs, 5 de métapodes, 9 de ceintures, 16 de vertèbres, 31 de côtes, 2 fragments crâniens, 2 de mandibules, 6 dents inférieures et 1 dent supérieure.

Fig. 2.– Niveau 10. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombre d’individus %
d’individus
bœuf 241 39,2 9 16,7
porc 77 12,5 10 18,5
mouton 260 42,3 18 33,3
chèvre 12 1,9 3 5,6
chien 3 0,5 2 3,7
grand bœuf 1 0,2 1 1,8
cerf élaphe 3 0,5 1 1,8
chevreuil 2 0,3 1 1,8
cheval 1 0,2 1 1,8
sanglier 7 1,1 3 5,6
belette 1 0,2 1 1,8
lièvre 5 0,5 2 3,7
écureuil 1 0,2 1 1,8
hérisson 1 0,2 1 1,8

18Correspondant à 13 animaux : 2 très jeunes de 3- 4 mois, 3 jeunes de 12-15 mois et 8 adultes.

19– Niveau 10a. 124 fragments : 24 de membres postérieurs, 49 de membres antérieurs, 12 de ceintures, 11 de vertèbres, 16 de côtes, 2 fragments crâniens, 3 de chevilles osseuses, 4 de mandibules, 1 de maxillaire supérieur, 1 dent inférieure et 1 dent supérieure.

20Correspondant à 5 animaux : 1 très jeune de 3- 4 mois, 1 jeune d’environ 1 an et 3 adultes.

21De nombreuses marques de découpage dans le niveau 10 : un métatarsien a été façonné en poinçon ainsi que cinq métapodes (sans qu’il soit possible de dire s’il s’agit de métatarsiens ou de métacarpiens ; deux d’entre eux sont partiellement brûlés). Pas de traces particulières dans le niveau 10a.

La chèvre

22– Niveau 10. 9 fragments : 1 métacarpien d, ext. prox, 1 fémur d, 1 calcanéum d, 1 diaphyse humérale d, 2 os du carpe (capitato-trapézoïde et semi-lunaire droits), 1 fragment de côte, 1 M3 inférieure gauche (ad. âgé), 1 M3 supérieure gauche (ad.).

23Correspondant à 2 animaux : 2 adultes dont 1 âgé.

24– Niveau 10a : 3 fragments de l’omoplate gauche d’ 1 adulte (cavité glénoide).

25Des marques de découpage.

Le chien

26Niveau 10. 3 fragments : 1 calcanéum g (gros ad.), 1 fémur d (ad. jeune), 1 carnassière inférieure droite (gros ad.).

27Correspondant à 2 adultes dont 1 assez jeune. Pas de marques particulières.

Le grand bœuf sauvage

28Niveau 10. 1 phalange I antérieure d’un très gros animal.

Le cerf élaphe

29Niveau 10. 3 fragments osseux d’au moins 1 adulte : 2 fragments de bois (partiellement brûlés), 1 fragment de métapode façonné en pointe.

Le chevreuil

30Niveau 10. 2 fragments du radius gauche d’1 adulte (ext. prox).

Le cheval

31Niveau 10. 1 diaphyse radiale gauche d’1 adulte.

Le sanglier

32Niveau 10. 7 fragments : 1 astragale g (ad.), l’ext. distale d’1 très gros péroné (ad.), 1 cubitus g (très gros ad.), l’ext. distale d’ 1 métacarpien central (III ou IV) présentant des exostoses d’origine arthritique (ad. très âgé), 1 fragment d’os iliaque g (ad.), 1 fragment de côte (ad.), 1 incisive centrale inférieure d (ad. très âgé).

33Correspondant à 3 animaux : 3 adultes dont 1 très âgé.

34Des marques de découpage.

La belette

35Niveau 10. 1 extrémité distale d’1 radius gauche (ad.).

Le lièvre

36Niveau 10. 4 fragments d’1 adulte : 1 diaphyse radiale droite, 1 os iliaque droit, 1 humérus et 1 cubitus gauches.

37Niveau 10a. 1 mandibule gauche d’1 adulte.

L’écureuil

38Niveau 10. 1 diaphyse fémorale droite (ad.).

Le hérisson

39Niveau 10. 1 tibia droit d’1 adulte.

40En résumé, le niveau 10 avec son foyer 10a, est caractérisé par la présence d’une faune variée comprenant :

  • un groupe d’animaux domestiques, stable dans l’ensemble du gisement : bœuf, porc, mouton, chèvre, chien ;
  • des animaux chassés, grand bœuf, cervidés, cheval, sanglier, ainsi qu’une petite faune sans doute recherchée pour ses peaux et ses fourrures.

41Les animaux domestiques constituent 77 % de la faune et 96,7 % des vestiges déterminés. Les ossements portent de nombreuses marques de découpage, de rares traces de carbonisation ; certains sont rongés, d’autres ont été façonnés par l’homme : pointes et poinçons en métapodes de mouton et de cerf élaphe.

NIVEAU 9

42Le niveau 9 a livré 3 757 fragments osseux dont 3482 déterminables (92,7 %) appartenant à 149 animaux domestiques et sauvages (fig. 3) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 2921 fragments, correspondant à 107 individus (72 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, sanglier, ours brun, loup, renard, chat sauvage, blaireau, putois, castor, lièvre, écureuil : 561 fragments, correspondant à 42 individus (28 %).

43Le bœuf prédomine largement, aussi bien par le nombre d’animaux que par celui des vestiges.

Âge

44Des jeunes et très jeunes parmi les espèces domestiques et quelques espèces sauvages.

Répartition

Le bœuf

452047 fragments (soit plus de la moitié des vestiges déterminables) : 430 de membres postérieurs, 375 de membres antérieurs, 226 de ceintures, 212 de vertèbres, 487 de côtes, 134 fragments crâniens, 7 de chevilles osseuses, 14 de mandibules, 6 de maxillaires supérieurs, 109 dents inférieures et 47 dents supérieures.

46Correspondant à 45 animaux : 5 très jeunes (2 de 2-3 mois, 3 de 4-5 mois), 8 jeunes de 15 à 20 mois et 32 adultes, dont 5 âgés d’environ 3 ans, 2 âgés et 3 très âgés.

47De nombreuses marques de découpage alimentaire, dont certaines profondes (fragment de diaphyse radiale), 6 fragments rongés (dont 3 phalanges I antérieures), 1 diaphyse humérale portant des marques de canines de carnivores, des os brûlés, d’autres déformés par l’arthrose, mais aussi un frontal dont les 2 chevilles ont été enlevées, 5 fragments de chevilles droites et 2 gauches portant les traces de l’enlèvement des étuis cornés ; 9 côtes ont été appointées et amincies, une taillée en pointe de flèche.

Fig. 3.– Niveau 9. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombres d’individus %
d’individus
bœuf 2047 58,8 45 30,2
porc 429 12,3 30 20,1
mouton 400 11,5 22 14,8
chèvre 32 0,90 7 4,6
chien 13 0,4 3 2
grand bœuf 193 5,5 7 4,6
cerf élaphe 79 2,3 6 4,
chevreuil 11 0,3 2 1,3
cheval 24 0,6 2 1,3
sanglier 226 6,5 15 10
ours brun 1 p. 1 0,7
loup 1 p. 1 0,7
renard 2 0,1 1 0,7
chat sauvage 1 p. 1 0,7
blaireau 9 0,2 2 1,37
putois 3 0,1 1 0,7
castor 1 p. 1 0,7
lièvre 8 0,2 1 0,7
écureuil 1 p. 1 0,7

Le porc

48429 fragments : 105 de membres postérieurs, 88 de membres antérieurs, 54 de ceintures, 27 de vertèbres, 42 de côtes, 36 fragments crâniens, 3 de mandibules, 14 de maxillaires supérieurs, 25 dents inférieures et 35 dents supérieures.

49Correspondant à 30 animaux : 3 très jeunes de 3- 4 mois, 8 jeunes (4 de 8-10 mois, 4 de 18-20 mois) et 19 adultes dont 3 d’environ 3 ans, 1 âgé et 1 très âgé.

50De nombreuses marques de découpage, des os brûlés : omoplate d, calcanéum g, astragale d, ph. II latérale post, canine inf. d (femelle), des os rongés (5 humérus, 1 cubitus, 1 fémur).

Le mouton

51400 fragments : 91 de membres postérieurs, 76 de membres antérieurs, 10 de métapodes, 13 de ceintures, 34 de vertèbres, 1 de sternèbre, 3 de chevilles osseuses, 75 de côtes, 20 fragments crâniens, 13 de mandibules, 7 de maxillaires supérieurs, 30 dents inférieures et 27 dents supérieures.

52Correspondant à 22 animaux : 5 très jeunes (1 de quelques semaines, 2 de 3-4 mois, 2 de 4-5 mois), 6 jeunes (1 de 6-8 mois, 1 de 8-10 mois, 4 de 15 à 20 mois) et 11 adultes, dont 1 assez jeune, 1 âgé, 1 très âgé.

53Des marques de découpage, 1 astragale gauche rongé, des fragments brûlés (tibia, petit sésamoïde postérieur, vertèbre lombaire, côte...) ; 3 chevilles osseuses portent les marques de l’enlèvement des étuis cornés ; 1 côte a été amincie et travaillée. Présence de nombreux poinçons : 3 ont été façonnés dans des métacarpiens, 6 dans des métatarsiens, 10 dans des métapodes dont les extrémités distales sont conservées, 3 étant désépiphysées (animaux de moins de 18 mois), 2 brûlées ; enfin, 2 ont été fabriqués dans des diaphyses tibiales gauches, 1 dans un cubitus droit.

La chèvre

5432 fragments : 5 de membres postérieurs, 3 de membres antérieurs, 3 de ceintures, 1 de vertèbre, 6 de chevilles osseuses, 5 de côtes, 2 fragments crâniens, 2 de mandibules, 1 de maxillaire supérieur, 3 dents inférieures et 1 dent supérieure.

55Correspondant à 7 animaux : 1 jeune de 9-10 mois et 6 adultes dont 1 âgé et 2 très âgés.

56Parmi les chevilles osseuses, nous trouvons 3 droites et 3 gauches ; le frontal porte la base de la cheville gauche d’un mâle.

57Des fragments de découpage, 1 os brûlé (maxillaire supérieur d) ; sur les chevilles osseuses les traces de l’enlèvement des étuis cornés.

Le chien

5813 fragments : 1 bourgeon de la molaire lactéale supérieure d, 1 tibia g, la rotule g d’ 1 gros animal, 2 phalanges I postérieures, 1 cubitus g, 2 vertèbres cervicales, 1 côte, 1 fragment d’arcade zygomatique, 1 Pm2 inférieure g, 1 M1 supérieure g.

59Correspondant à 3 animaux : 1 très jeune chiot et 2 adultes.

60Aucune trace particulière sur ces vestiges.

Le grand bœuf sauvage

61193 fragments : 38 de membres postérieurs, 48 de membres antérieurs, 10 de ceintures, 17 de vertèbres, 67 de côtes, 11 fragments crâniens, 2 de mandibules.

62Correspondant à 7 animaux : 1 jeune de 12-15 mois et 6 adultes dont 1 assez jeune.

63Des marques de découpage, 2 extrémités distales droites d’humérus rongées ; absence de fragments brûlés ; des traces d’arthrose (vertèbres dorsales, 2 lombaires soudées, des exostoses sur une phalange I antérieure), et surtout, 1 fragment d’omoplate gauche raclé, évidé, usé, ayant peut-être servi comme manche d’outil.

Le cerf élaphe

6479 fragments : 15 de membres postérieurs, 20 de membres antérieurs, 5 de métapodes, 3 d’omoplates, 9 de côtes, 1 fragment crânien, 15 de bois, 1 de mandibule, 2 de maxillaires supérieurs, 4 dents inférieures et 4 dents supérieures.

65Correspondant à au moins 6 animaux : 1 très jeune, 1 jeune d’environ 15-18 mois et 4 adultes dont 1 d’environ 2 ans 1/2.

66Des marques de découpage, mais aussi quelques os brûlés (tibia gauche, métacarpien d. bois), d’autres rongés (humérus g, métacarpien d), des fragments travaillés : 2 côtes amincies, 5 poinçons ou pointes taillés dans des métacarpiens, 2 dans des métatarsiens, 5 dans des métapodes ; 1 base de bois de chute sciée, 3 fragments de bois sciés et usés, 2 fragments de bois évidés ainsi qu’un fragment d’ 1 grosse perche ; 1 crache a été utilisée comme bijou.

Le chevreuil

6711 fragments : 2 fragments de bois sciés et grattés, 1 mandibule droite (Pm3 et 4) ad., 1 maxillaire sup. d (avec les 3 molaires usées) ad. âgé, 1 M2 supérieure droite (ad, non usée), 1 métacarpien g (désépiphysé) façonné en pointe, 2 métatarsiens droits, façonnés en pointes, 3 fragments de métapodes façonnés en pointes.

68Correspondant à au moins 2 animaux : 2 adultes dont 1 âgé.

69Sur ces 11 fragments, 8 ont été aménagés.

Le sanglier

70226 fragments : 59 de membres postérieurs, 45 de membres antérieurs, 20 de ceintures, 19 de vertèbres, 28 de côtes, 24 fragments crâniens, 2 de mandibules, 4 de maxillaires supérieurs, 20 dents inférieures et 5 dents supérieures.

71Correspondant à 15 animaux : 1 jeune de 18-20 mois et 14 adultes dont 1 jeune d’environ 3 ans, 2 adultes âgés, 2 mâles très âgés. 11 s’agit d’animaux de forte taille dont les mensurations sont importantes.

72De nombreuses marques de découpage ; quelques os brûlés (fragments crâniens, métacarpien latéral) ; des dents inférieures aménagées : 2 défenses droites, 5 gauches dont 1 très grosse qui a été taillée en pointe.

Le cheval

7324 fragments : 1 fragment d’omoplate droite, 17 fragments de côtes dont 1 rongée, 6 fragments crâniens (1 condyle occipital d, 2 gauches, 1 frontal d, avec le bord orbitaire, 1 fragment de maxillaire sup., 1 basi-occipital).

74Correspondant à 2 animaux : 2 adultes.

75Des marques de découpage.

L’ours brun

761 canine inférieure gauche dont la racine a été percée pour en faire un pendentif.

Le loup

771 canine inférieure gauche percée (pendentif).

Le renard

783 fragments d’ 1 adulte : 1 fragment de diaphyse radiale, 1 vertèbre cervicale, 1 canine inférieure gauche.

Le chat sauvage

791 phalange II postérieure d’ 1 adulte.

Le blaireau

809 fragments : 1 phalange I postérieure, 1 phalange I antérieure, 1 métacarpien V droit, l’extrémité d’ 1 métacarpien g, celle d’ 1 métacarpien d, la première côte g, 3 dents inferieures : 1 canine d (ad.), 1 canine lactéale g et 1 carnassière inférieure g (très jeune).

81Correspondant à 2 animaux : 1 très jeune et 1 adulte.

Le putois

823 fragments d’ 1 adulte : 1 cubitus et 1 radius d, 1 extrémité distale du radius g.

Le castor

831 incisive inférieure droite travaillée.

Le lièvre

848 fragments 1 adulte : 1 calcanéum g, 4 fragments de côtes, 1 fragment de sternum, 1 incisive inférieure g, 1 incisive supérieure g.

L’écureuil

85L’extrémité proximale du radius gauche d’ 1 adulte.

86En résumé, le niveau 9 est caractérisé par la présence d’une faune très variée qui comprend :

  • des animaux domestiques prédominants avec 72 % de la faune et 84 % des vestiges ;
  • des animaux chassés pour leur viande, mais aussi leur peau ou leur fourrure et comme matière première pour la fabrication d’outils : grand bœuf, cervidés, cheval, sanglier, ours brun, loup, renard, chat sauvage, blaireau, putois, castor, lièvre, écureuil.

87Les marques de découpage alimentaire ou utilitaire sont très nombreuses, celles de carbonisation rares. Quelques os ont été rongés. De nombreux fragments d’ossements ont été travaillés : côtes de bœuf amincies et appointées, chevilles de cornes de bœufs et d’ovicapridés portant les traces de l’enlèvement des étuis cornés, métapodes de mouton, de cerf élaphe et de chevreuil façonnés en pointes ou poinçons, ainsi que deux tibias et un cubitus de mouton, fragments de bois de cerfs raclés, grattés, polis ou évidés, incisives inférieures de castor et défenses de sangliers aménagées en outils ; des canines d’ours brun et de loup percées, un crache de cerf élaphe utilisé en objet de parure.

NIVEAU 8

88Le niveau 8 a donné 3 289 fragments osseux dont 3 136 déterminables (95 %) appartenant à 131 animaux domestiques et sauvages (fig. 4) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 2 884 fragments, soit 106 individus (82 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, san glier, lynx, blaireau, lièvre, lapin de garenne, écureuil : 252 fragments, soit 25 individus (18 %).

89Le bœuf occupe la première place aussi bien par le nombre d’individus (27 %) que par celui des vestiges (54 %). Il devance de peu le porc et les ovicapridés.

Âge

90Une majorité d’adultes, des jeunes et très jeunes parmi les espèces domestiques et sauvages (le chevreuil et le sanglier).

Répartition

Le bœuf

911696 fragments : 288 de membres postérieurs, 235 de membres antérieurs, 188 de ceintures, 275 de vertèbres, 3 de sternèbres, 398 de côtes, 152 fragments crâniens, 16 de chevilles osseuses, 21 de mandibules, 7 de maxillaires supérieurs, 91 dents inférieures et 22 dents supérieures.

92Correspondant à 35 animaux : 5 très jeunes (1 de 3-4 mois, 4 de 5-6 mois), 7 jeunes (1 de 10-12 mois, 1 de 15-18 mois, 5 de 2 ans-2 ans 1/2) et 23 adultes dont 3 âgés d’environ 3 ans, 2 âgés, 3 très âgés.

93Parmi les fragments « crâniens », présence de 6 os hyoïdes. De nombreuses marques de découpage, d’assez nombreux fragments brûlés (parmi eux, 2 radius d, 1 cubitus d, 2 tibias d, 1 métatarsien g (jeune), des côtes, des vertèbres, des fragments de mandibules, des os du carpe et quelques dents inférieures) ; des os rongés (2 diaphyses radiales, 1 cubitale d, 1 tibiale g et 2 d, 1 tête humérale d, 1 métacarpien d, 1 calcanéum g, des fragments de mandibules). Signalons aussi quelques os pathologiques (arthrose) dont 1 métatarsien d et 1 M3 inférieure g. Une côte a été amincie et arrondie, 15 autres ont été plus ou moins appointées. Un fragment de diaphyse tibiale a été façonné en pointe.

Fig. 4.– Niveau 8. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombre d’individus %
d’individus
bœuf 1696 54,1 35 26,7
porc 641 20,4 34 25,9
mouton 477 15,2 27 20,6
chèvre 38 1,2 6 4,6
chien 32 1 4 3
grand bœuf 65 2,1 3 2,3
cerf élaphe 40 1,3 3 2,3
chevreuil 10 0,3 3 2,3
cheval 24 0,8 1 0,8
sanglier 101 3,2 9 6,9
lynx 1 p. 1 0,8
blaireau 1 p. 1 0,8
lièvre 6 0,2 2 1,5
lapin de gar. 1 p. 1 0,8
écureuil 3 0,1 1 0,8

Le porc

94641 fragments : 153 de membres postérieurs, 128 de membres antérieurs, 80 de ceintures, 39 de vertèbres, 71 de côtes, 83 fragments crâniens, 6 de mandibules, 30 de maxillaires supérieurs, 18 dents inférieures et 33 dents supérieures.

95Correspondant à 34 animaux : 3 très jeunes dont 2 de 3-4 mois, 1 de 4-5 mois, 10 jeunes (2 de 6-8 mois, 2 de 8-10 mois, 3 de 12-15 mois, 3 de 18-20 mois) et 21 adultes dont 3 âgés d’environ 3 ans.

96De nombreuses marques de découpage, des os brûlés (côtes, phalanges postérieures, astragale, os du tarse, bassin, 1 Ml inférieure) ; l’humérus g d’1 très jeune a été brûlé et rongé, 3 cubitus d et 1 calcanéum g ont été également rongés.

Le mouton

97477 fragments : 117 de membres postérieurs, 85 de membres antérieurs, 7 de métapodes, 30 de ceintures, 48 de vertèbres, 1 de sternèbre, 1 os hyoïde, 72 de côtes, 4 de chevilles osseuses, 28 fragments crâniens, 18 de mandibules, 6 de maxillaires supérieurs, 29 dents inférieures et 21 dents supérieures.

98Correspondant à 27 animaux : 8 très jeunes (5 de 3-4 mois, 3 de 4-5 mois), 5 jeunes (2 de 6-8 mois, 2 de 8-10 mois, 1 de 12-15 mois) et 14 adultes dont 1 adulte très âgé.

99Des marques de découpage, quelques fragments brûlés (2 radius g de très jeunes, 1 maxillaire sup. droit d’adulte), la poulie distale d’un humérus d, rongée ; des os ont été travaillés : 1 tibia d, façonné en poinçon, 7 métapodes et 4 diaphyses de métacarpiens également.

La chèvre

10038 fragments : 11 de membres postérieurs, 6 de membres antérieurs, 4 d’os iliaque, 1 vertèbre atlas, 6 fragments de côtes, 4 de chevilles osseuses, 1 de maxillaire supérieur, 2 dents inférieures et 3 dents supérieures.

101Correspondant à 6 animaux : 6 adultes dont 1 très âgé.

102Des marques de découpage, 1 radius d pathologique (déformé), 1 astragale g carbonisé, l’extrémité distale d’1 humérus g rongée, des traces d’enlèvement des étuis cornés à la base des chevilles osseuses.

Le chien

10332 fragments : 2 tibias g, 1 d, 1 tête de fémur g, 1 fémur d, 2 diaphyses radiales d, 1 g, 12 vertèbres (1 cervicale, 6 dorsales, 5 lombaires), 3 fragments de côtes, 1 fragment crânien (pariétal), 2 mandibules (d et g), 3 dents inférieures (Pm2 g, C d, I d, cassée et brûlée), 3 dents supérieures (C d, C g, I 3 d), plus un coprolithe.

104Correspondant à 4 animaux : 4 adultes, dont 1 assez jeune.

Le grand bœuf sauvage

10565 fragments : 12 de membres postérieurs, 16 de membres antérieurs, 4 de ceintures, 13 de vertèbres, 2 sternèbres, 10 de côtes, 5 fragments crâniens, 1 mandibule g, 1 dent inférieure et 1 dent supérieure.

106Correspondant à 3 animaux : 3 adultes dont un très gros.

107Des marques de découpage, 1 très grosse côte brûlée.

Le cerf élaphe

10839 fragments : 11 de membres postérieurs, 6 de membres antérieurs, 3 de vertèbres, 6 de côtes, 1 dent inférieure et 12 fragments de bois (2 pointes d’andouillers polies et raclées ; 1 pointe d’andouiller usée ; 1 fragment scié au niveau d’une empaumure ; 2 fragments de bois évidés ; 1 fragment de perche gratté et raclé).

109Correspondant à 3 animaux : 3 adultes.

110Des marques de découpage, mais surtout des fragments façonnés : des pointes ont été fabriquées dans 1 métacarpien d. 1 métatarsien d et 1 g, ainsi que dans 2 fragments de diaphyses de métatarsiens et 1 métapode. Une baguette a été découpée dans un métatarsien d. Plusieurs fragments de bois ont été raclés, grattés et polis, 2 ont été évidés.

Le chevreuil

11110 fragments, dont 1 naviculaire g, 1 fragment d’occipital et 4 mandibules.

112Correspondant à 3 animaux : 2 adultes et 1 jeune d’environ 1 an.

113Des marques de découpage.

Le sanglier

114101 fragments : 21 de membres postérieurs, 17 de membres antérieurs, 12 de ceintures, 6 de vertèbres, 9 de côtes, 16 fragments crâniens, 1 de mandibule, 7 de maxillaires supérieurs, 5 dents inférieures et 7 dents supérieures.

115Correspondant à 9 animaux : 1 jeune de 18-20 mois et 8 adultes dont 1 assez jeune, 1 âgé, 1 très très âgé dont les dents sont entièrement usées.

116Des marques de découpage, 1 os rongé (astragale d), 1 brûlé (semi-lunaire), des os travaillés : 2 côtes ; 1 canine inférieure droite, 2 gauches.

Le cheval

11724 fragments d’ 1 adulte, soit : la diaphyse d’1 métacarpien g, 1 fragment d’omoplate d, 2 vertèbres dorsales, 20 fragments de côtes.

118Des marques de découpage.

Le lynx

1191 phalange II postérieure d’ 1 adulte.

Le blaireau

1201 carnassière inférieure gauche.

Le lièvre

1216 fragments : l’extrémité distale d’ 1 fémur g, 1 vertèbre dorsale, 2 fragments d’ 1 lombaire, 1 côte, 1 fragment de diaphyse radiale g.

122Correspondant à 2 animaux : 2 adultes.

Le lapin de garenne

1231 métacarpien III gauche d’ 1 adulte.

L’écureuil

1243 fragments d’1 adulte, soit : 1 fémur et 1 tibia gauches, 1 phalange I postérieure.

125En résumé, le niveau 8 a livré une faune variée comprenant :

  • des animaux domestiques formant 81 % des animaux et 91,96 % des vestiges, parmi lesquels le bœuf est largement prépondérant en ce qui concerne le nombre de restes osseux, et qui devance les porcs et les ovicapridés.
  • des animaux chassés : grands herbivores, mais aussi petite faune de carnivores et rongeurs.

126Les marques de découpage sont nombreuses ainsi que les fragments carbonisés. Quelques os rongés, un petit nombre de fragments pathologiques (bœuf, chèvre).

127Des fragments façonnés : des côtes de sanglier, de bœuf (arrondies ou appointées), des pointes et poinçons façonnés dans des tibias de bœuf et de moutons, des métacarpiens, métatarsiens et métapodes de mouton et de cerf élaphe ; une baguette préparée dans un métatarsien de cerf élaphe ; des fragments de bois de cerf élaphe ; des défenses de sangliers aménagées en pointes.

NIVEAU 7

128Le niveau 7 renfermait 2 821 fragments osseux dont 2723 déterminables (96,5 %), appartenant à 164 animaux domestiques et sauvages :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, sanglier, ours brun, renard, blaireau, castor, lapin de garenne.

129Ils sont répartis entre le niveau proprement dit (niv. 7), un fossé (niv. 7 F) et le niveau à l’extérieur du fossé, du côté de la pente (niv. 7 hors fossé). Ces deux derniers secteurs ayant subi des remaniements ne sont pas intégrés dans cette analyse.

130Le niveau 7 proprement dit contient 1 727 fragments osseux dont 1 692 déterminables (97,9 %), appartenant à 85 animaux domestiques et sauvages (fig. 5) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 1 541 fragments, soit 64 individus (75 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, sanglier, ours brun, renard, blaireau, castor : 151 fragments, soit 21 individus (25 %).

131Les animaux domestiques forment 75 % de la faune et 91 % des restes osseux. Le bœuf prédomine, devançant les ovicapridés et le porc aussi bien pour le nombre d’animaux que pour le nombre de fragments.

Âge

132Une majorité d’adultes (68 %), plus de jeunes que de très jeunes.

Répartition

Le bœuf

1331057 fragments : 189 de membres postérieurs, 124 de membres antérieurs, 94 de ceintures, 223 de vertèbres, 181 de côtes, 8 os hyoïdes, 96 fragments crâniens, 12 de chevilles osseuses, 6 de mandibules, 4 de maxillaires supérieurs, 55 dents inférieures et 65 dents supérieures.

134Correspondant à 26 animaux : 3 très jeunes (1 de 2-3 mois, 2 de 4-5 mois), 5 jeunes (1 de 8-10 mois, 1 de 12-15 mois, 3 de 18-24 mois) et 18 adultes dont 4 d’environ 3 ans, 2 âgés et 1 très âgé.

135De très nombreuses marques de découpage, quelques os brûlés (1 os malléolaire d, 2 omoplates g, la racine d’une molaire sup.), des os rongés (1 tête humérale, 1 astragale g, 1 fragment d’os iliaque, 1 omoplate g, 2 têtes de fémur d ad., 1 tête d désépiphysée), des os portant des marques de sciage, de martelage, de raclage.

Le porc

136208 fragments : 36 de membres postérieurs, 28 de membres antérieurs, 24 de ceintures, 40 de vertèbres, 18 de côtes, 17 fragments crâniens, 1 de mandibule, 8 de maxillaires supérieurs, 17 dents inférieures et 19 dents supérieures.

137Correspondant à 15 animaux : 1 très jeune de 3- 4 mois, 7 jeunes (1 de 6-8 mois, 1 de 8-10 mois, 1 de 10-12 mois, 1 de 15-18 mois, 3 de 18-24 mois) et 7 adultes dont 2 âgés d’environ 3 ans.

138Des marques de découpage, quelques os brûlés (1 calcanéum et 1 scaphoïde g, 1 diaphyse fémorale), 2 os rongés (l’ext. distale d’ 1 cubitus d, 1 omoplate d), des marques parallèles profondes sur une côte.

Le mouton

139216 fragments : 67 de membres postérieurs, 30 de membres antérieurs, 14 de ceintures, 7 de métapodes, 31 de vertèbres, 2 de sternèbres, 30 de côtes, 5 fragments crâniens, 4 de mandibules, 4 de maxillaires supérieurs, 10 dents inférieures et 12 dents supérieures.

Fig. 5.– Niveau 7. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombre d’individus %
individus
bœuf 1057 62,5 26 30,6
porc 208 12,3 15 17,6
mouton 216 12,8 15 17,6
chèvre 52 3,1 6 7,1
chien 8 0,5 2 2,4
grand bœuf 69 4,1 5 5,9
cerf élaphe 37 2,2 4 4,7
chevreuil 5 0,3 2 2,4
cheval 9 0,5 1 1,2
sanglier 26 1,5 5 5,9
ours brun 1 p. 1 1,2
renard 1 p. 1 1,2
blaireau 1 p. 1 1,2
castor 2 0,1 1 1,2

140Correspondant à 15 animaux : 2 très jeunes de 3- 4 mois, 4 jeunes (2 de 6-8 mois, 2 de 12-15 mois) et 9 adultes dont 1 assez jeune.

141Des marques de découpage, dont certaines assez profondes (sur une côte, par exemple), des fragments façonnés en pointes ou poinçons : 1 tibia g, 1 métacarpien d, 2 fragments de métacarpiens, 2 métatarsiens, 7 métapodes.

La chèvre

14252 fragments : 11 de membres postérieurs, 7 de membres antérieurs, 3 de ceintures, 12 de vertèbres, 4 de côtes, 2 fragments crâniens, 2 de mandibules, 2 de maxillaires supérieurs, 6 dents inférieures et 3 dents supérieures.

143Correspondant à 6 animaux : 2 très jeunes et 4 adultes dont 1 très âgé.

144Uniquement des marques de découpage.

Le chien

1458 fragments : 2 tibias d (1 j. et 1 ad.), 1 péroné d (ad.), l’ext. distale d’ 1 humérus d (ad.), 1 canine supérieure g (ad.), 1 pince inférieure d, 1 canine g, 1 carnassière d (ad).

146Correspondant à 2 animaux : 1 jeune de 8 mois environ et 1 adulte.

Le grand bœuf sauvage

14769 fragments : 16 de membres postérieurs, 16 de membres antérieurs, 12 os iliaques, 1 vertèbre dorsale, 14 fragments de côtes, 4 fragments crâniens, 1 de mandibule, 1 dent inférieure et 4 dents supérieures.

148Correspondant à 5 animaux : 5 adultes dont 1 âgé d’environ 3 ans 1/2.

149Des marques de découpage, la poulie distale d’un humérus droit rongée, 1 tête fémorale rongée et brûlée.

Le cerf élaphe

15037 fragments : 7 de membres postérieurs, 20 de membres antérieurs, 1 de ceinture, 2 de côtes, 1 dent inférieure, 2 dents supérieures et 4 bois (1 pointe d’andouiller, très fine et usée, 1 pointe arrondie et usée, 1 pointe brûlée, le frontal de chasse d’un gros mâle dont la perche et l’andouiller basilaire sont sciés).

151Correspondant à 4 animaux : 4 adultes dont 1 âgé.

152Des marques de découpage et d’utilisation (bois) ainsi que des os façonnés (3 métacarpiens et 1 métatarsien transformés en pointes).

Le chevreuil

1535 fragments : 1 diaphyse d’ 1 métatarsien g, 1 métacarpien d, 2 mandibules g (1 avec Pm4 et M1, 1 avec M2 et M3), 1 Pm4 inf. g.

154Correspondant à 2 animaux : 2 adultes.

155Des marques de découpage, 1 os façonné en pointe (métacarpien d).

Le sanglier

15626 fragments : 5 de membres postérieurs (dont 1 métatarsien désépiphysé), 7 de membres antérieurs (dont 1 très gros cubitus), 5 de ceintures, 3 vertèbres, 2 fragments de côtes, 1 maxillaire supérieur aux dents très usées d’un gros ad., 2 défenses gauches (1 appartenant à un très gros mâle, l’autre, plus petite, brûlée) et 1 pince d (usée).

157Correspondant à 5 animaux : 1 jeune de 18 à 24 mois, 4 adultes dont 1 âgé.

158Des marques de découpage, 1 fragment brûlé et partiellement aménagé (défense).

Le cheval

1599 fragments d’1 adulte : 1 fragment de diaphyse tibiale, 1 grand sésamoïde antérieur, 7 fragments de côtes.

L’ours brun

1601 carpien droit (grand os) d’ 1 adulte.

Le renard

1611 astragale droit d’ 1 adulte.

Le blaireau

1621 métacarpien V d désépiphysé d’ 1 jeune.

Le castor

1632 fragments d’ 1 adulte : 1 mandibule g (avec une prémolaire), 1 incisive inférieure g (cassée).

164En résumé, le niveau 7 a livré une faune un peu moins variée que celle des niveaux précédents :

  • les animaux domestiques forment 75 % des animaux et 91 % des vestiges et parmi eux, le bœuf avec 30 % est l’animal dominant ;
  • la faune sauvage réunit le grand bœuf sauvage, le cerf élaphe, le chevreuil, le cheval, le sanglier, l’ours brun, le renard, le blaireau et le castor.

165Les marques de découpage et désarticulation sont nombreuses, les fragments brûlés ou rongés, peu abondants. Certains fragments ont été aménagés ou façonnés : pointes ou poinçons dans des tibias, métacarpiens, métatarsiens ou métapodes de mouton, cerf élaphe et chevreuil ; bois et andouillers de cerf élaphe raclés, grattés et polis ; défense de sanglier grattée et partiellement aménagée.

NIVEAU 6

166Le niveau 6 renfermait 2332 fragments osseux dont 2248 déterminables (96 %), appartenant à 129 animaux domestiques et sauvages (fig. 6) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 1990 fragments, soit 100 individus (77,5 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, chevreuil, cheval, sanglier, ours brun, renard, chat sauvage, blaireau, castor, lièvre, écureuil : 258 fragments, soit 29 individus (22,5 %).

167Les animaux domestiques représentent plus des 3/4 des animaux (77,5 %) et 88,5 % des vestiges. Le bœuf devance le porc et les ovicapridés aussi bien en nombre d’individus qu’en nombre de restes.

Âge

168Les adultes forment plus de 70 % des animaux.

Répartition

Le bœuf

169C’est l’animal le mieux représenté dans ce niveau, avec 1 332 fragments : 305 de membres postérieurs, 244 de membres antérieurs, 95 de ceintures, 143 de vertèbres, 188 de côtes, 135 fragments crâniens, 25 de chevilles osseuses, 19 de mandibules, 7 de maxillaires supérieurs, 68 dents inférieures et 103 dents supérieures.

170Correspondant à 46 animaux : 4 très jeunes, âgés de 3-4 mois, 8 jeunes (1 de 6-8 mois, 2 de 8-12 mois, 5 de 18 à 24 mois) et 34 adultes dont 3 âgés d’environ 3 ans, 2 de plus de 5 ans et 2 très âgés (plus de 7 ans).

171De très nombreuses marques de découpage, 1 fragment de diaphyse de métatarsien façonné en poinçon ; l’extrémité distale d’un autre métatarsien a été aménagée.

Le porc

172409 fragments : 88 de membres postérieurs, 119 de membres antérieurs, 26 de ceintures, 26 de vertèbres, 26 de côtes, 17 fragments crâniens, 18 de mandibules, 12 de maxillaires supérieurs, 41 dents inférieures et 43 dents supérieures.

173Correspondant à 31 animaux : 5 très jeunes (1 de quelques semaines, 1 de 2-3 mois, 3 de 3-4 mois), 10 jeunes (2 de 6-8 mois, 2 de 8-10 mois, 2 de 10- 12 mois, 4 de 18-24 mois) et 16 adultes (dont 2 d’environ 3 ans, 1 âgé, 1 très âgé), dont sûrement 4 mâles et 4 femelles.

174De nombreuses marques de découpage, un seul fragment rongé (humérus gauche), un seul fragment brûlé (phalange II antérieure), un fragment travaillé : 1 canine inférieure gauche d’une femelle présentant des marques d’usure et dont la racine a été aménagée.

Le mouton

175189 fragments : 51 de membres postérieurs, 39 de membres antérieurs, 2 de métapodes, 10 de ceintures, 14 de vertèbres, 1 sternèbre, 12 de côtes, 5 fragments crâniens, 2 de chevilles osseuses, 1 de mandibule, 1 de maxillaire supérieur, 31 dents inférieures et 20 dents supérieures.

176Correspondant à 15 animaux : 2 très jeunes, de 3- 4 mois, 3 jeunes de 6-8 mois et 10 adultes dont 1 âgé et 1 très âgé.

177Des marques de découpage, 6 fragments façonnés : 4 poinçons fabriqués dans des métatarsiens gauches, 2 dans des diaphyses de métapodes.

La chèvre

17822 fragments : 1 calcanéum g, 6 fragments d’ 1 tibia d, 1 diaphyse humérale g, 1 fragment d’atlas, 1 fragment de côte, 1 cheville osseuse g, la branche montante d’ 1 mandibule d (jeune), 3 dents inférieures (coin d, 2 M3 g), 7 dents supérieures [2 M2 d, 1 M3 d, 1 g (ad.) ; 1 Ml g, 1 M3 d, 1 g (ad. âgé)].

179Correspondant à 4 animaux : 1 jeune de 6-8 mois et 3 adultes dont 1 très âgé.

180Des marques de découpage.

Le chien

18138 fragments : 4 de membres postérieurs, 9 de membres antérieurs (dont 1 gros cubitus), 7 de vertèbres, 3 de côtes, 2 fragments crâniens, 6 dents supérieures (3 canines g et 3 canines d) ; 7 dents inférieures (1 pince g, 1 Pm3 g, 1 carnassière d, 1 g ; 2 canines d. 1 g).

182Correspondant à 4 animaux : 4 adultes dont 1 très gros.

1831 fragment partiellement brûlé (métacarpien I) ; des canines percées : 2 inférieures g, 3 supérieures g, 2 d (bijoux).

Le grand bœuf sauvage

18431 fragments : 7 de membres postérieurs, 10 de membres antérieurs, 10 de vertèbres, 3 fragments crâniens, 1 de mandibule (avec les M2 et M3).

185Correspondant à 3 animaux : 3 adultes dont 1 particulièrement gros.

186Des marques de découpage.

Le cerf élaphe

18790 fragments : 14 de membres postérieurs, 10 de membres antérieurs, 6 de métapodes, 1 d’omoplate, 1 de vertèbre dorsale, 1 dent inférieure, 2 dents supérieures et 55 de bois.

Fig. 6.– Niveau 6. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombre d’individus %
d’individus
bœuf 1332 59,3 46 35,7
porc 409 18,2 31 24
mouton 189 8,4 15 11,6
chèvre 22 1 4 3,1
chien 38 1,7 4 3,1
grand bœuf 31 1,4 3 2,3
cerf élaphe 90 4 4 3,1
chevreuil 3 0,1 1 0,8
cheval 23 1 2 1,5
sanglier 85 3,8 8 6,2
ours brun 4 0,2 1 0,8
renard 9 0,4 3 2,3
chat sauvage 3 0,1 1 0,8
blaireau 6 0,3 3 2,3
castor 2 0,1 1 0,8
lièvre 1 p. 1 0,8
écureuil 1 p. 1 0,8

188Correspondant à 4 animaux : 3 adultes et 1 jeune.

189Des marques de découpage, mais aussi des fragments travaillés : 1 tibia g, 2 métatarsiens, 4 métacarpiens, 4 métapodes et 2 fragments de métapodes façonnés en pointes ; des bois sont également travaillés : 1 perche est coupée aux 2 extrémités et partiellement évidée, 1 pointe d’andouiller a été arrondie, 2 fragments portent des traces de raclage.

Le chevreuil

1903 fragments d’ 1 adulte : 1 phalange II postérieure, 1 pointe d’andouiller arrondie par utilisation et 1 tibia gauche, façonné en poinçon.

Le sanglier

19185 fragments : 13 de membres postérieurs, 27 de membres antérieurs, 6 de ceintures, 5 de vertèbres, 5 de côtes, 8 fragments crâniens, 3 de mandibules, 3 de maxillaires supérieurs, 10 dents inférieures et 5 dents supérieures.

192Correspondant à 8 animaux : 1 jeune, âgé de 8- 10 mois, 7 adultes dont 1 âgé, 1 très âgé et 1 très, très âgé.

193Des marques de découpage ; 2 défenses inférieures (d et g) ont été aménagées, 1 incisive centrale d a été percée.

Le cheval

19423 fragments : 3 de membres postérieurs, 5 de membres antérieurs, 1 omoplate, 10 de côtes, 3 fragments crâniens et 1 dent supérieure.

195Correspondant à 2 animaux : 2 adultes.

196Des marques de découpage.

L’ours brun

1974 fragments d’ 1 adulte arthritique : 1 phalange I postérieure, 1 griffe postérieure, 1 os crochu (carpe) et 1 fragment de côte.

Le renard

1989 fragments : 1 métatarsien g (ad.), 1 cubitus g (tj), 1 fragment de côte (ad.), 1 intermaxillaire sup. g (avec l’incisive caniniforme), 1 fragment de maxillaire sup. d (avec la carnassière et la deuxième molaire), 1 de mandibule d (avec la Pm3), 1 canine inférieure d (très usée, adulte âgé), 2 dents supérieures (Pm4 d, M1 g).

199Correspondant à 3 animaux : 1 très jeune et 2 adultes dont 1 âgé.

200Pas de traces d’intervention humaine.

Le chat sauvage

2013 fragments d’1 adulte : 1 cubitus d, 1 radius g et 1 canine supérieure d.

Le blaireau

2026 fragments : 1 cubitus d (ad.), 1 radius d (jeune), 1 phalange I ant. (ad.), 1 M2 supérieure g, 2 canine inférieures d (dont 1 percée) ; cette canine droite a été utilisée comme bijou.

203Correspondant à 3 animaux : 1 jeune et 2 adultes.

Le castor

2042 fragments d’ 1 adulte : 1 fémur g, 1 fragment de diaphyse tibiale g.

Le lièvre

2051 métatarsien (brisé) appartenant à 1 adulte.

L’écureuil

2061 fragment de mandibule gauche (avec toutes ses dents).

207En résumé, le niveau 6 a livré une faune variée dans laquelle les animaux domestiques représentent 77 % des animaux et 88,5 % des vestiges. Parmi eux, le bœuf domine avec 35 % de la faune, 59 % des restes osseux.

208Parmi les animaux sauvages, il y a peu de différences avec les couches précédentes. Les marques de découpage sont nombreuses ; quelques fragments ont été brûlés ou rongés ; d’autres ont été façonnés ou aménagés.

209Des pointes ou des poinçons ont été fabriqués dans des métapodes, métacarpiens ou métatarsiens de bœuf, de mouton, de cerf élaphe, ainsi que dans 1 tibia de ce dernier animal ; des bois de cervidés ont été raclés, polis, usés ainsi qu’une perche de cerf élaphe partiellement évidée ; une canine inférieure de truie, 2 défenses de sangliers ont été aménagées en outils.

210La parure est également présente, avec des dents percées : 2 canines inférieures, 5 canines supérieures de chien, 1 incisive centrale inférieure droite de sanglier et 1 canine inférieure droite de blaireau.

NIVEAU 5

211Le dernier niveau de la séquence néolithique a livré 806 fragments osseux dont 786 déterminables (97,4 %). Ils appartiennent à 73 animaux domestiques et sauvages (fig. 7) :

  • bœuf, porc, mouton, chèvre, chien : 689 fragments, 51 individus (69,9 %) ;
  • grand bœuf, cerf élaphe, cheval, sanglier, renard, chat sauvage, blaireau, castor, lièvre : 97 fragments, 22 individus (30,1 %).

212Notons l’absence du chevreuil.

213Le porc devance les ovicapridés et le bœuf bien qu’il ne représente que 23,8 % des vestiges tandis que le bœuf en compte 47 %.

Âge

214Quelques très jeunes et jeunes, une majorité d’adultes.

Répartition

Le bœuf

Fig. 7.– Niveau 5. Nombre de fragments osseux par animal.

Animaux Nombre de fragments % de fragments Nombre d’individus %
d’individus
bœuf 374 47,60 14 19,9
porc 187 23,80 20 27,4
mouton 106 13,50 12 16,4
chèvre 11 1,8 3 4,1
chien 11 1,4 2 2,7
grand bœuf 15 1,9 2 2,7
cerf élaphe 17 2,2 3 4,1
cheval 1 0,1 1 1,8
sanglier 50 6,4 9 12,3
renard 4 0,5 1 1,4
chat sauvage 1 0,1 1 1,4
blaireau 5 0,6 3 4,1
castor 3 0,4 1 1,4
lièvre 1 0,1 1 1,34

215374 fragments : 88 de membres postérieurs, 77 de membres antérieurs, 27 de ceintures, 57 de vertèbres, 50 de côtes, 1 sternèbre, 18 fragments crâniens, 2 de chevilles osseuses, 5 de mandibules, 25 dents inférieures et 24 dents supérieures.

216Correspondant à 14 animaux : 2 très jeunes (dont 1 âgé de quelques semaines, 1 de 4-5 mois), 2 jeunes (18 mois-2 ans) et 10 adultes (1 âgé, 1 très âgé).

217De nombreuses marques de découpage, quelques os rongés (côte, cubitus d et g, phalange II postérieure – également fendue dans le sens de la longueur –, calcanéum g) ; 1 pointe a été façonnée dans un cubitus g.

Le porc

218187 fragments : 30 de membres postérieurs, 35 de membres antérieurs, 7 de ceintures, 6 de vertèbres, 8 de côtes, 15 fragments crâniens, 6 de mandibules, 5 de maxillaires supérieurs, 50 dents inférieures et 25 dents supérieures.

219Correspondant à 20 animaux : 4 très jeunes, 6 jeunes (2 de 12-15 mois, 4 de 18-24 mois) et 10 adultes dont 2 âgés d’environ 3 ans et 1 âgé.

220Des marques de découpe, 2 os rongés (1 calcanéum g, 1 astragale d).

Le mouton

221106 fragments : 16 de membres postérieurs, 14 de membres antérieurs, 2 de métapodes, 2 de ceintures, 4 de vertèbres, 5 de côtes, 5 fragments crâniens, 3 de mandibules, 2 de maxillaires supérieurs, 23 dents inférieures et 30 dents supérieures.

222Correspondant à 12 animaux : 1 très jeune de 3- 4 mois, 2 jeunes de 15-18 mois et 9 adultes dont 1 âgé et 1 très âgé.

223Des marques de découpage, 2 fragments rongés (humérus g), 3 poinçons (1 métacarpien g, 2 métapodes).

La chèvre

22410 fragments : l’extrémité distale d’ 1 tibia d, 1 vertèbre atlas, 1 fragment de diaphyse radiale g, 5 dents inférieures (2 M1 et 3 M3 d), 3 dents supérieures (1 M1 d, 1 g ; 1 M2g).

225Correspondant à 3 animaux : 3 adultes.

226Quelques marques de découpe sur les os longs.

Le chien

22711 fragments : 1 fémur d, 1 tibia d, 1 cubitus d (gros), 1 phalange I antérieure, 2 vertèbres (1 atlas, 1 axis), 3 fragments de côtes, la branche montante d’ 1 mandibule g, 1 13 inférieure g (incisive caniniforme).

228Correspondant à 2 animaux : 2 adultes dont 1 assez gros.

Le grand bœuf sauvage

22915 fragments : 4 de membres postérieurs, 6 de membres antérieurs, 1 vertèbre atlas, 1 de côte, 2 fragments crâniens et la base d’une cheville osseuse d.

230Correspondant à 2 animaux : 2 adultes.

231Uniquement des marques de découpe.

Le cerf élaphe

23217 fragments : 2 phalanges II dont l’une coupée en deux, 3 fragments de membres antérieurs, 1 d’ 1 vertèbre atlas, 1 de côte, 10 bois (1 frontal avec le pivot d’un bois de chute, 1 fragment de perche (fortes pierrures) évidé, 1 fragment de perche (évidé), 1 bois de chute appartenant à un adulte âgé, scié, raclé et préparé pour être transformé, 4 pointes d’andouillers aux extrémités usées, 2 massacres).

233Correspondant à 3 animaux : 3 adultes.

234Des marques de découpe et surtout d’utilisation et de fabrication.

Le sanglier

23550 fragments : 7 de membres postérieurs, 11 de membres antérieurs, 4 de bassin, 2 de vertèbres, 5 de côtes, 1 frontal g, 3 de mandibules, 1 de maxillaire supérieur, 8 dents inférieures et 8 dents supérieures

236Correspondant à 9 animaux : 1 jeune et 8 adultes dont 1 très, très gros mâle âgé.

237Des marques de découpe ainsi que 2 dents aménagées : 1 défense inférieure d, 1 mitoyenne (12) inférieure g.

Le cheval

2381 seul fragment d’ 1 adulte : 1 métacarpien d.

239Des traces de découpe près de la poulie.

Le renard

2404 fragments d’ 1 adulte : 1 cubitus gauche, 3 métacarpiens d (I, III, IV) brisés.

Le chat sauvage

2411 cubitus gauche d’ 1 adulte.

Le blaireau

2425 fragments : 1 calcanéum d (ad.), 1 mandibule d (ad.), 1 d (très jeune), 1 g (très jeune un peu plus âgé), 1 13 supérieure g (ad.).

243Correspondant à 3 animaux : 2 très jeunes et d’1 adulte.

Le castor

2443 fragts d’ 1 adulte : 2 fragts d’ 1 fémur g (tête et ext. distale), 1 molaire inférieure d.

Le lièvre

2451 diaphyse tibiale, partiellement rongée.

246En résumé, le niveau 5 est caractérisé par la prédominance des porcs et l’absence du chevreuil. La faune y est moins abondante et moins variée que dans les niveaux supérieurs.

247Des marques de découpe, mais pas de fragments brûlés et un seul rongé (tibia de lièvre).

248Quelques os travaillés : une pointe façonnée dans un cubitus de bœuf, des poinçons dans 1 métacarpien et 2 métapodes de mouton ; des outils aménagés dans des dents de sangliers : une défense droite, 1 mitoyenne inférieure g (12) ; 2 massacres de cerf élaphe, cassés, quelques andouillers raclés et usés, 1 perche évidée.

249C’est le niveau où le pourcentage d’animaux domestiques est le plus faible, avec 70 %, alors que le pourcentage de fragments atteint 88 %.

CONCLUSION

250Les niveaux néolithiques des fouilles de la Redoute au Camp de Chassey ont livré 13 649 fragments osseux dont 12 990 ont pu être déterminés. Ils représentent 95 % du total des vestiges. Les proportions varient quelque peu suivant les niveaux :

niveau 10 = 95,5 % niveau 7 = 98 %
niveau 9 = 92,6 % niveau 6 = 96,4 %
niveau 8 = 95,3 % niveau 5 = 97,4 %

251Les os sont très fragmentés, mais bien conservés. Les traces d’une altération physico-chimique sont rares. Ces os sont, en majorité, des déchets de cuisine ou des résidus de fabrication.

252Ils appartiennent à une faune domestique et sauvage de 620 animaux, tous mammifères. Les espèces sont variées (fig. 8).

253Tous les animaux domestiques, le grand bœuf sauvage, le cerf élaphe, le cheval et le sanglier sont communs aux différentes couches. La répartition des autres espèces est moins régulière, certaines sont ponctuelles : belette et hérisson dans le niveau 10 ; loup et putois dans le niveau 9 ; lynx dans le niveau 8. Le chevreuil est absent du niveau 5.

Fig. 8.– Répartition des espèces animales à l’intérieur des différents niveaux.

Fig. 8.– Répartition des espèces animales à l’intérieur des différents niveaux.

Fig. 9.– Rapports animaux domestiques / animaux sauvages : a = calculés à partir du NMI, b = à partir du NR.

Fig. 9.– Rapports animaux domestiques / animaux sauvages : a = calculés à partir du NMI, b = à partir du NR.

254La présence de ces animaux nous renseigne sur l’environnement végétal du camp :

  • l’ours brun, le loup, le lynx, le chat sauvage, l’écureuil habitent des forêts assez denses ;
  • le cerf élaphe fréquente des forêts plus claires ;
  • le grand bœuf et le chevreuil préfèrent des zones plus dégagées en lisière de forêt ;
  • le sanglier, le blaireau, le putois, la belette, le renard, le hérisson recherchent l’abri de bois, broussailles et buissons ;
  • le lapin de garenne gîte dans des taillis ou des zones herbeuses (garennes) ;
  • le cheval et le lièvre vivent dans des prairies ;
  • le castor au bord des rivières et des lacs de régions boisées.

255Les grandes espèces ont été chassées pour la viande, mais aussi comme fournisseurs de matière première (peaux, os, bois...), les petites espèces forestières surtout pour leurs peaux et fourrures.

256Les animaux domestiques prédominent dans tous les niveaux, que nous calculions les pourcentages à partir du Nombre minimum d’individus (NMI) ou à partir du Nombre de restes (NR) (fig. 9). Les diagrammes ont un profil identique, à quelques petites différences près. Dans le diagramme b, l’écart qui existe entre les niveaux 8 et 7 est beaucoup moins grand et la légère augmentation constatée dans le niveau 6 du diagramme b fait totalement défaut dans le diagramme a.

257Comparons ensuite les différentes espèces entre elles. Nous avons établi deux diagrammes pour chacune d’entre elles, l’un basé sur le NMI (fig. 10), l’autre sur le NR (fig. 11). Dans ce cas, comme dans le précédent, les diagrammes sont très voisins.

  • Si nous nous basons sur le NMI (fig. 10) les ovicapridés dominent dans la couche 10, le bœuf dans les couches 9, 8, 7, 6 ; le porc dans la couche 5.
  • Si nous nous basons sur le NR (fig. 11) les ovicapridés dominent toujours dans la couche 10, le bœuf dans tous les autres niveaux. Ce décalage tient à l’abondance des restes de bœuf (nous venons leur répartition dans la figure 19).

Âge des animaux au moment de l’abattage

258Nous trouvons une majorité d’adultes (fig. 12).

259L’écart entre les extrêmes est assez faible :

  • les adultes varient entre 68,2 et 72,7 % ;
  • les jeunes varient entre 15 et 22,3 % ;
  • les très jeunes varient entre 9,3 et 12,3 %.

260Jeunes et très jeunes réunis atteignent leur maximum dans le niveau 7 (32 %) et leur minimum dans le niveau 10 (27 %). Ces chiffres indiquent une assez grande continuité dans l’exploitation des animaux. Elle nous sera perceptible par l’étude des périodes d’abattage des principales espèces, dans les niveaux où elles sont le mieux représentées : 9, 8, 7, 6.

Fig. 10.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NMI.

Fig. 10.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NMI.

Fig. 11.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NR.

Fig. 11.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NR.

261Pour le bœuf (fig. 13) l’âge d’abattage le plus fréquent se situe entre 3 ans 1/2 et 5 ans, c’est-à-dire à l’âge adulte. Nous trouvons aussi des veaux de moins de 2 ans 1/2, et quelques bêtes âgées ou très âgées ; ces dernières sont des reproducteurs ou des animaux trop vieux, consommés après réforme ; de son vivant il fournit le lait (et ses dérivés = crème, fromage), après sa mort, sa viande, sa peau (cuir), ses cornes, ses os.

Fig. 12.– Courbes des âges.

Fig. 12.– Courbes des âges.

262Chez le porc (fig. 14) nous distinguons deux périodes d’abattage :

263La première correspond aux porcelets âgés de 0 à 1 an (cochons de lait) ; la deuxième période d’abattage, plus importante, aux adultes de 3 ans 1/2 à 5 ans. Dans les niveaux 8 et 7, les animaux de 1 an à 2 ans 1/2 sont presque aussi abondants. Les âgés et très âgés sont rares. Le porc est essentiellement destiné à la consommation de la viande et de la graisse ; comme de nos jours, tout ce qui était utilisable devait être récupéré.

264En ce qui concerne le mouton (fig. 15) ces deux périodes d’abattage sont encore mieux délimitées :

265Les périodes intermédiaires entre les agneaux de 0 à 1 an et les adultes de 3 ans 1/2 à 5 ans font parfois totalement défaut (niveaux 8 et 6). Les animaux âgés ou très âgés restent rares. Le mouton était destiné à la consommation carnée, mais aussi de son vivant, fournissait de la laine (vêtements), du lait et ses dérivés (fromage).

266Les diagrammes de la chèvre (fig. 16) sont encore plus contrastés. Il y a toujours 2 périodes d’abattage : les chevreaux de moins de 1 an et les adultes de plus de 3 ans 1/2. Les âges intermédiaires manquent dans tous les niveaux, les âgés et très âgés sont abondants. La chèvre était consommée ou très jeune, ou après réforme. Entre-temps elle fournissait du lait (et ses dérivés : fromages).

Poids de viande

267Nous avons essayé de calculer le poids de viande obtenu dans chaque niveau, pour l’alimentation des habitants de Chassey. Il faut le considérer comme une « indication » et non comme une « affirmation » ; il est calculé à partir du Nombre Minimum d’individus et d’après un poids arbitraire, fixé à partir de données actuelles de l’élevage. Cette estimation est donc théorique et certainement très inférieure à la réalité, mais elle permet néanmoins une comparaison entre les différents niveaux archéologiques (fig. 17).

268Les poids retenus sont les suivants :

  • bœuf : poids vif = 500 kg ; poids de viande = 250 kg ;
  • porc : poids vif = 80 kg ; poids de viande = 70 kg ;
  • mouton : poids vif = 30 kg ; poids de viande = 20 kg ;
  • chèvre : poids vif = 30 kg ; poids de viande = 20 kg.

269Ces poids sont certainement surestimés en ce qui concerne l’époque néolithique, mais nous manquons de données plus adaptées.

270Nous avons également tenu compte des restes de grand bœuf sauvage et de sanglier, chassés tous deux dans un but essentiellement alimentaire, et avons calculé leurs poids en viande en utilisant les mêmes bases que pour le bœuf domestique et le porc.

271Dans tous les niveaux, le bœuf occupe la première place en apportant le maximum de viande, c’est-à-dire au moins les 2/3. Son rôle est un peu moindre dans les niveaux 10 et 5 (fig. 18). Le porc arrive en deuxième position, les ovicapridés en troisième, loin derrière le bœuf et le porc ; la place de la chèvre est d’ailleurs fort restreinte, entre 0,5 % (niveau 6) et 1,5 % (niveau 10). Le grand bœuf et surtout le sanglier représentent une part non négligeable du poids total de la viande (entre 8,5 et 18 %). Il n’existe pas de périodes d’abattage pour les animaux sauvages, mais dans l’ensemble, les chasseurs ont respecté les jeunes et les femelles, afin de permettre la survie des espèces. Nous trouvons ainsi, une majorité d’adultes.

272La répartition des fragments sur le squelette correspond à l’utilisation des animaux, qu’il s’agisse de la consommation de la viande ou de l’utilisation de certaines parties comme matière première pour la confection d’outils ou d’objets de parure.

273Les animaux domestiques sont élevés puis abattus sur place ; ils nous lèguent ainsi la totalité de leurs squelettes ou du moins ce qui en reste après plusieurs milliers d’années.

274Les animaux sauvages, s’ils sont encombrants, sont débités sur le lieu de chasse et seuls les morceaux intéressants sont rapportés au camp. S’ils sont petits, ils sont rapportés entiers. Dans tous les cas, l’homme choisit les parties utilisables et abandonne celles qui ne le sont pas.

Fig. 13.– Âges d’abattage des bœufs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 13.– Âges d’abattage des bœufs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 14.– Âges d’abattage des porcs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 14.– Âges d’abattage des porcs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 15.– Âges d’abattage des moutons. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 15.– Âges d’abattage des moutons. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 16.– Âges d’abattage des chèvres. 1 = 0 à 1 an ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 16.– Âges d’abattage des chèvres. 1 = 0 à 1 an ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.

Fig. 17.– Poids et pourcentages de viande obtenus par espèce animale et par niveau.

Fig. 17.– Poids et pourcentages de viande obtenus par espèce animale et par niveau.

275Parfois un seul fragment représente un animal ; dans le niveau 9, l’ours brun, le loup et le castor ne sont attestés que par deux canines et une incisive inférieures.

276Nous avons établi un certain nombre de diagrammes correspondant aux principales espèces domestiques et sauvages (fig. 19 à 24). Nous y distinguons deux groupes de vestiges :

  • groupe I : le squelette : os des membres, des ceintures, vertèbres, sternèbres, côtes (nos 1 à 6).
  • groupe II : les fragments crâniens et dentaires (nos 7 à 12).

Le bœuf (fïg. 19)

277La majorité de ses fragments appartient au groupe I dont les pourcentages sont très élevés :

niveau 10 = 85 % niveau 7 = 77 %
niveau 9 = 84 % niveau 6 = 73 %
niveau 8 = 82 % niveau 5 = 80 %

278Le groupe II est beaucoup plus réduit, bien qu’il marque une légère augmentation dans les couches 7 et 6. Mis à part la langue, la cervelle, les joues, les cornes, il y a peu à récupérer sur une tête de bœuf.

Le porc (fig. 20)

279Il présente un schéma un peu différent du précédent. Le groupe I domine encore, mais de moindre façon :

niveau 10 = 68 % niveau 7 = 73 %
niveau 9 = 74 % niveau 6 = 70 %
niveau 8 = 74 % niveau 5 = 46 %

Fig. 18.- Pourcentages par rapport au poids de viande total.

Fig. 18.- Pourcentages par rapport au poids de viande total.

280La tête de porc fournit beaucoup plus de viande que celle de bœuf. Dans le niveau 5, ce sont les restes dentaires qui font la différence (nombreuses dents inférieures isolées).

Le mouton (fig. 21)

281Les diagrammes diffèrent suivant les niveaux, mais le groupe I reste prépondérant, sauf dans le niveau 5 où l’abondance des dents isolées, inférieures et supérieures, fait la différence :

niveau 10 = 91 % niveau 7 = 84 %
niveau 9 = 75 % niveau 6 = 68 %
niveau 8 = 75 % niveau 5 = 40 %

La chèvre (fig. 22)

282Nous ne présentons que les niveaux 9, 8, 7, 6, le nombre de vestiges étant trop faible dans les niveaux 10 et 5 :

niveau 9 = 53 % niveau 7 = 71 %
niveau 8 = 74 % niveau 6 = 45 %

283L’augmentation des restes du groupe II correspond dans la couche 9 à un lot de chevilles osseuses (dont on a retiré les étuis cornés) et dans la couche 6 à de nombreuses dents isolées.

Fig. 19.– Répartition des restes de bœuf. 1, membre postérieur ; 2, membre antérieur ; 3, ceintures ; 4, vertèbres ; 5, côtes ; 6, sternèbres ; 7, fragments crâniens ; 8, chevilles osseuses ; 9, mandibules ; 10, maxil. sup. ; 11, dents inf. ; 12, dents sup.

Fig. 19.– Répartition des restes de bœuf. 1, membre postérieur ; 2, membre antérieur ; 3, ceintures ; 4, vertèbres ; 5, côtes ; 6, sternèbres ; 7, fragments crâniens ; 8, chevilles osseuses ; 9, mandibules ; 10, maxil. sup. ; 11, dents inf. ; 12, dents sup.

Fig. 20.– Répartition des vestiges de porc. Même légende que pour la figure précédente.

Fig. 20.– Répartition des vestiges de porc. Même légende que pour la figure précédente.

Fig. 21.– Répartition des vestiges de mouton. Même légende que pour la figure 19, avec en plus un numéro 2bis : métapodes, sans distinction de patte antérieure ou postérieure.

Fig. 21.– Répartition des vestiges de mouton. Même légende que pour la figure 19, avec en plus un numéro 2bis : métapodes, sans distinction de patte antérieure ou postérieure.

Fig. 22.– Répartition des restes de chèvre. Même légende que pour la figure 19.

Fig. 22.– Répartition des restes de chèvre. Même légende que pour la figure 19.

Fig. 23.– Le grand bœuf sauvage (a) et le cerf élaphe (b).

Fig. 23.– Le grand bœuf sauvage (a) et le cerf élaphe (b).

284Nous avons représenté de façon plus simplifiée les diagrammes des trois grandes espèces sauvages : grand bœuf, cerf élaphe, sanglier, car, parallèlement à l’élevage, la chasse a été une source de viande et de matières premières (peaux, poils, fourrures, os, bois...). En ce qui concerne le grand bœuf sauvage (fig. 23a), une fois récupérées les cornes et les parties consommables, les chasseurs ne se sont pas embarrassé des têtes, aussi la différence entre les groupes I et II est-elle très importante. Dans le cas du cerf élaphe, la différence est moins nette, car les bois occupent une place de choix, surtout dans la couche 6 (fig. 23b).

285Le cas du sanglier (fig. 24) est différent des précédents ; les rapports entre les deux groupes sont plus équilibrés car ces animaux ont dû être rapportés au Camp en entier et découpés comme l’ont été les porcs.

Les traces sur les os

286Les traces sur les os sont nombreuses et d’origines variées. Nous distinguons des marques naturelles et des marques artificielles.

Les marques naturelles

287Elles forment deux groupes distincts : les os pathologiques et les os rongés.

Fig. 24.– Répartition des restes de sanglier.

Fig. 24.– Répartition des restes de sanglier.

288Les os pathologiques. Peu nombreuses, ces marques sont liées, dans la majorité des cas, à des lésions arthritiques :

  • niveau 9. Bœuf : 1 grand cunéiforme déformé ; grand bœuf : des vertèbres dorsales et lombaires soudées, 1 phalange I antérieure hérissée d’exostoses ;
  • niveau 8. Bœuf : 1 métatarsien d (exostoses), 1 M3 inf. g (déformée par un abcès) ;
  • niveau 6. Ours brun : 4 fragments d’ 1 adulte arthritique [phalanges I et III postérieures, 1 os du carpe (os crochu), 1 fragment de côte].

289Les os rongés. Les traces de dents de carnivores (chiens) sont les plus fréquentes, quoique très rares.

On les trouve :

  • niveau 10 = sur 0,6 % des vestiges ;
  • niveau 9 = sur 0,5 % des vestiges ;
  • niveau 8 = sur 1,3 % des vestiges ;
  • niveau 7 = sur 0,6 % des vestiges ;
  • niveau 6 = sur 0,3 % des vestiges ;
  • niveau 5 = sur 0,04 % des vestiges.

290Nous avons relevé quelques traces de dents de rongeurs sur des côtes de bœuf et des bois de cervidés de la couche 7.

Les marques artificielles

291Elles sont dues à l’intervention de l’homme :

  • traces de dépeçage sur les métapodes et les crânes, de désarticulation des membres sur les poulies distales des gros os, les omoplates et le bassin ; de découpage sur de nombreux fragments (boucherie), de martelage sur de grosses diaphyses d’os longs pour en extraire la moelle ;
  • d’enlèvement des étuis cornés, sur la base des chevilles osseuses de bovidés et ovicapridés, ainsi que sur le frontal ;
  • marques de carbonisation dues à la cuisson : elles sont peu nombreuses bien que la viande ait été certainement cuite.
  • niveau 10 = sur 1,1 % des vestiges ;
  • niveau 9 = sur 1,3 % des vestiges ;
  • niveau 8 = sur 1,3 % des vestiges ;
  • niveau 7 = sur 0,5 % des vestiges ;
  • niveau 6 = sur 0,08 % des vestiges.

292Elles manquent dans le niveau 5.

293– os travaillés :

294Il en existe de plusieurs types :

  • côtes amincies, arrondies ou appointées (bœuf, mouton, cerf) ;
  • diaphyses d’os longs façonnées en pointes ou poinçons : bœuf, mouton, cerf élaphe, chevreuil ;
  • dents aménagées en outils : porc, sanglier, castor ;
  • dents isolées percées ou non : chien, cerf, sanglier, ours, loup, blaireau ;
  • bois de cervidés utilisés et façonnés en outils.

295Peu nombreux dans le niveau 10, les os travaillés sont bien représentés dans les autres niveaux, principalement dans les niveaux 9 et 8.

La taille des animaux

296Le calcul de la hauteur au garrot des principaux animaux est uniquement fondé sur des os entiers, ce qui est assez rare à Chassey.

297Nous avons utilisé les coefficients établis par Matolcsi pour le bœuf (Matolcsi, 1970), ceux de Teichert pour le porc (Teichert, 1983) et pour le mouton (Teichert, 1975), de Schramm pour la chèvre (Schramm, 1967), repris par Driesch et Boessneck (Driesch, Boessneck, 1975).

Le bœuf

298Bien que les restes de cet animal soient très nombreux, nous n’avons trouvé qu’un seul os long utilisable, 1 radius, dans la couche 6 (radius = coef. 4,3) = 272 mm x 4,3 = 1 169,6 mm = 116,9 cm.

Le porc

299Nous n’avons disposé que d’astragales, mieux conservés que les autres vestiges, et avons écarté 1 astragale de la couche 10 et 1 de la couche 6, qui appartenaient à des pré-adultes, et dont les mensurations étaient très inférieures à celles des autres astragales (coef. 17,72) :

  • niveau 9 = 2, L = 42 et 45 mm, soit : 42 mm x 17,72 = 744, 2 mm = 74,4 mm ; 45 mm x 17,72 = 797,4 mm = 79,7 mm ; moyenne = 77 cm ;
  • niveau 8 = 3, L = 42, 43, 45 mm = 744,2 ; 761,9 ; 797,4 mm ; moyenne = 767,8 mm = 76,7 cm ;
  • niveau 7 = 1, L = 44 mm = 779,6 = 77,9 cm ;
  • niveau 6 = 2, L = 41,5 mm et 44 mm = 735,8 et 779,6 mm ; moyenne = 757,4 mm = 75,7 cm. La taille des porcs est comprise entre 75,7 et 77,9 cm.

300P. Méniel a constaté que les tailles calculées à partir des astragales étaient légèrement minorées par rapport à celles calculées à partir d’autres os (Méniel, 1984a). Ici, nous n’avions pas le choix ; les tailles réelles seraient donc légèrement supérieures à celles que nous donnons.

Le mouton

301Les vestiges entiers sont plus nombreux ; ce sont des métacarpiens, des radius et des astragales :

  • niveau 10 = 3 astragales, L = 26,5 ; 27 ; 27,5 mm (coef. 22,68) ; soit, 601 ; 612,3 ; 623,7 mm = 60 ; 61,2 ; 62,3 cm ;
  • foyer 10 a = 1 radius (coef.4,02), L = 140 mm = 562,8 mm = 56,2 cm ; 2 métacarpiens (coef. 4,89), L = 117 ; 117 mm = 572,1 mm = 57,2 cm ; soit pour la couche 10 une moyenne de 59 cm ;
  • niveau 9 = 1 radius (coef. 4,02), L = 163 mm = 655,2 = 65,5 cm ; 3 astragales (coef. 22,68), L = 24 ; 28 ; 31 mm ; soit : 544 ; 635 ; 703 mm = 54,4 ; 63,5 ; 70,3 cm ; moyenne = 63,4 cm ;
  • niveau 8 = 1 métacarpien (coef. 4,89), L = 114 mm = 557,4 mm = 55,7 cm ; 1 radius (coef. 4,02), L = 149 mm = 598,9 mm = 59,8 cm ; 6 astragales (coef. 22,68), L = 26 mm (x 3) ; 29 mm ; 30 mm (x 2) ; soit : 589,6 ; 657,7 ; 680,4 = 58,9 ; 65,7 ; 68 cm ; moyenne = 61,6 cm ;
  • niveau 7 = 4 astragales de 28 mm (coef. 22,68) = 635 mm ; moyenne 63,5 cm. Il n’y avait pas d’os entiers dans les couches 6 et 5.

La chèvre

302Un seul os entier dans la couche 8, 1 humérus (coef. 3,86) : L = 152 mm = 586,7 mm = 58,6 cm.

Le chien

303Nous n’avons pas pu calculer sa taille faute d’éléments bien conservés entiers. Dans l’ensemble nous avons rencontré des animaux de taille moyenne et quelques-uns nettement plus grands dans les couches 10, 6 et 5.

304Soit, pour les animaux domestiques de Chassey, les hauteurs au garrot suivantes :

  • bœuf = 116,9 cm ;
  • porc = entre 75,7 et 77,9 cm ;
  • mouton = entre 59 et 63,5 cm ;
  • chèvre = 58,6 cm.

305Parmi les animaux sauvages, nous aurions aimé calculer la taille du grand bœuf sauvage et du cerf élaphe, mais avons manqué d’éléments. Seul le sanglier nous a livré des astragales bien conservés (coef. 17,72) :

  • niveau 10 = 1, L = 50 mm = 886 mm = 88,6 cm ;
  • niveau 9 = 4, L = 50 ; 51 ; 52 ; 55 mm = 88,6 à 97,4 cm ; moyenne = 92,1 cm ;
  • niveau 8 = 2, L = 46 ; 47 mm = 81,5 ; 83,2 cm ; moyenne = 82,3 cm ;
  • niveau 7 = 1, L = 52 mm = 921 mm = 92,1 cm.

306Il n’y en avait pas dans les niveaux 6 et 5. Les astragales de la couche 8 semblent appartenir à de jeunes adultes qui n’ont pas encore atteint leur taille définitive. Si nous ne tenons compte que des adultes confirmés, la taille au garrot est comprise entre 88,6 et 92,1 cm, ce qui est nettement supérieur à celle des porcs domestiques.

307Les sangliers étaient-ils particulièrement grands ? Ou les hommes ont-ils choisi seulement les plus grands ? Il est impossible de répondre à ces questions.

Chassey... et les autres...

308Pour terminer cette étude, nous comparerons le camp de Chassey avec d’autres sites contemporains ou très voisins. Nous avons choisi des gisements du Bassin parisien et du Centre-Est, à l’exclusion de ceux du Midi, qui se trouvent dans des contextes très différents.

Sites chasséens

  • Jonquières « Le Mont d’Huette » (Oise) ; fouilles : J.-C. Blanchet ; étude de la faune : Th. Poulain (Poulain, 1984) ;
  • Boury-en-Vexin « Le Cul Froid » (Oise) ; étude de la faune : P. Méniel (Méniel, 1984b) ;
  • Catenoy « Le Camp de César » (Oise) ; étude de la faune : P. Méniel (Méniel, 1984c) ;
  • Incarville (Eure). Autoroute A 13 ; fouilles : J.-C. Dauphin ; étude de la faune : Th. Poulain (Poulain, 1973, inédit) ;
  • Soumont Saint-Quentin « Le Mont Joly » (Calvados) ; fouilles : B. Edeine, 1961 ; étude de la faune : Th. Poulain (Poulain, inédit).

Sites Michelsberg

  • Maizy « Les Grands Aisements » (Aisne) ; étude de la faune : L. Hachem (Hachem, 1989) ;
  • Saint-Omer « Montagne de Lumbres » (Pas-de-Calais) ; fouilles : Dom René Prévost, 1955-1956 ; étude de la faune : Th. Poulain, in : Prévost, 1962.

Sites Néolithique Moyen Bourguignon

  • Camp de Myard, Vitteaux (Côte-d’Or) ; fouilles : J.-P. Nicolardot ; étude de la faune : Th. Poulain, in : Nicolardot, 2003.
  • Marcilly-sur-Tille « Mont de Marcilly » (Côte-d’Or) ; fouilles : E. Planson, 1961 ; étude de la faune : Th. Poulain, in : Planson, 1979.

Sites Groupe de Noyen

309– Noyen-sur-Seine « Le Haut des Nachères » (Seine-et-Marne) ; fouilles : D. et C. Mordant ; étude de la faune : Anne Tresset (Tresset, 1988 a et b).

310Ces camps appartiennent au type « éperon barré », mis à part ceux de Noyen et de Maizy qui sont des sites de fond de vallée.

311Les espèces qui proviennent de ces gisements sont très variées (fig. 25). Les animaux domestiques sont présents dans les divers gisements, mais la chèvre manque à Incarville et le chien au Mont Joly. Les animaux sauvages n’existent pas dans tous les sites. Nous trouvons un âne à Incarville, une loutre à Noyen, des Martres à Maizy, Marcilly, Myard, alors qu’ils manquent à Chassey, mais ce camp est le seul à posséder du loup et du lynx.

Fig. 25.– Présence des différentes espèces, à Chassey et dans différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.

Fig. 25.– Présence des différentes espèces, à Chassey et dans différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.

Fig. 26.– Rapports animaux domestiques / animaux sauvages. * Pour Chassey, le Mont d’Huette et Myard, sites formés de plusieurs niveaux ou secteurs de même époque, nous avons calculé les pourcentages sur un global regroupant les divers niveaux.

Sites chasséens Animaux domestiques Animaux sauvages
Chassey (global) * 75,8 % 24,2 %
Mont d’Huette (global) 76,6 % 23,3 %
Boury-en-Vexin 81,5 % 1 8,4 %
Catenoy 75,6 % 24,4 %
Incarville 79,4 % 20,6 %
Mont-Joly 74,9 % 25,1 %
Sites Michelsberg
Maizy 65,2 % 24,8 %
Lumbres 68 % 32 %
Néol. moyen bourguignon
Myard (global) 74,6 % 25,85 %
Marcilly 67,2 % 32,8 %
Groupe de Noyen
Noyen 68,4 % 31,6 %

312Les animaux domestiques prédominent dans tous les gisements (fig. 26).

313Dans les gisements chasséens, les animaux domestiques sont compris entre 75 % au Mont-Joly et 82 % à Boury-en-Vexin ; le Camp de Myard, rapporté au Néolithique Moyen Bourguignon, en est très proche avec 74 %. Par contre les gisements Michelsberg sont compris entre 65 % à Maizy et 68 % à Lumbres ; le site de Noyen peut en être rapproché avec ses 68 %.

314La chasse est plus importante dans ces sites.

315Le bœuf occupe la première place dans sept des onze gisements. À Incarville, Maizy, Myard et Noyen, il est remplacé par le porc. Les ovicapridés restent en troisième position, sauf au Mont d’Huette, au Mont-Joly et à Lumbres où ils remplacent le porc (fig. 27).

316Si nous considérons les âges d’abattage des animaux domestiques, nous voyons qu’il existe des points communs entre les différents sites. Les adultes sont toujours prépondérants, les jeunes et très jeunes plus nombreux chez les porcs et les moutons. L’étude qui en a été faite est particulièrement intéressante (ArboGAST et alii, 1991).

Fig. 27.– Comparaison des espèces, entre Chassey et différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.. * À Boury, porc et sanglier ne sont pas séparés. ** Les « divers » comprennent toutes les autres espèces.

Fig. 27.– Comparaison des espèces, entre Chassey et différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.. * À Boury, porc et sanglier ne sont pas séparés. ** Les « divers » comprennent toutes les autres espèces.

317D’après les auteurs, en ce qui concerne les bovins, leur âge d’abattage se situe entre 2 et 4 ans à Boury et Catenoy, avant 2 ans à Noyen, et, dans tous les cas, on trouve aussi des adultes âgés et même très âgés. Ils pensent que cela indique un changement d’orientation dans la finalité de l’élevage qui ne serait plus uniquement axé sur la production de viande, mais également sur le travail. À Chassey, il se situe entre 3 ans 1/2 et 5 ans et nous avons quelques bêtes âgées et très âgées.

318Les porcs sont abattus de préférence avant 1 an ou entre 12 et 18 mois à Boury, Catenoy et Noyen. Les animaux plus âgés correspondent à des reproducteurs réformés. À Chassey, les animaux de 0 à 2 ans sont abondants, mais les abattages sont plus fréquents entre 3 et 5 ans.

319Les ovicapridés sont sacrifiés entre 6 et 12 mois à Maizy, entre 2 et 4 ans à Boury. À Chassey, pour le mouton il existe deux pics d’abattage, l’un entre 0 et 1 an (agneaux), l’autre entre 3 ans 1/2 et 5 ans. À la consommation de viande (très jeunes) s’ajoute la conservation d’adultes vivants, producteurs de lait et de laine, qui seront consommés après réforme.

320Pour la chèvre, à côté de chevreaux de 0 à 1 an, nous trouvons des adultes de plus de 3 ans 1/2, parmi lesquels nous remarquons un fort pourcentage d’animaux âgés et surtout très âgés (plus de 7 ans) consommés, eux aussi, après réforme.

321Il ne semble pas que les chiens de Chassey aient été consommés (pas de traces de dépeçage ou découpage), alors que cette hypothèse est envisagée pour les chiens de Noyen (Tresset, 1988).

Fig. 28.– Comparaison des hauteurs au garrot du bœuf, du porc, du mouton et de la chèvre de Chassey avec les animaux d’autres gisements.

Sites bœuf porc mouton chèvre
Chassey (couche 6) 116,9 cm 75,7 à
77,9 cm
59 à
63,5 cm
58,6 cm
Boury-en-Vexin 118 cm
1 21 cm
77,3 cm 60,5 à
66,9 cm
58,6 à
60,6 cm
Mont d’Huette 121,7 cm
Incarville 11 5,5 cm
Mont-Joly 58,9 cm
Marcilly 67,3 cm 68 cm
Lumbres 114,9 cm
Myard 72,6 cm 65,7 cm
Noyen 113 cm 83 cm
85 cm
55,5 cm

322Comparons la hauteur au garrot des animaux de Chassey avec celle des autres gisements (fig. 28). Les calculs sont effectués à partir d’os entiers et de ce fait nous manquons de données pour un certain nombre de sites.

323Le bœuf de Chassey est assez proche du plus petit bœuf de Boury ; celui de Noyen est beaucoup plus petit ; le deuxième bœuf de Boury et celui du Mont d’Huette sont plus grands.

324Les porcs ressemblent à ceux de Boury et de Myard ; celui de Marcilly est beaucoup plus petit, ceux de Noyen nettement plus grands.

325Les moutons sont proches de ceux du Mont-Joly, de Boury et de Myard, alors que celui de Noyen est plus petit et celui de Marcilly, plus grand.

326La seule chèvre a la même taille que la plus petite de Boury.

327Chassey occupe une place intermédiaire, très proche de celle de Boury-en-Vexin.

328En résumé, le Camp de Chassey, dans une séquence de six niveaux archéologiques (niv. 10 à 5) nous donne un aperçu de l’élevage et de la chasse à cette époque du Néolithique moyen et final. Il est caractérisé par la présence de restes osseux bien conservés, déterminables à plus de 90 %, ce qui est assez rare.

329Nous trouvons, dans tous les niveaux, une faune domestique importante, montrant le rôle primordial de l’élevage, et une faune sauvage qui, si elle n’est pas très abondante, est du moins variée puisqu’elle représente 18 espèces différentes ; on peut la partager en deux groupes :

330– le premier réunit le grand bœuf sauvage, les cervidés, le cheval et le sanglier, chassés pour la viande, mais aussi la peau, les os et les bois utilisés pour la fabrication d’outils ;

331– le second, des animaux essentiellement recherchés pour leurs peaux ou leurs fourrures : ours, loup, renard, lynx, chat sauvage, mustélidés, castor, lièvre, lapin de garenne, écureuil.

332Les animaux domestiques forment, dans toutes les niveaux, plus de 85 % des vestiges et plus de 70 % des animaux.

333Les ovicapridés dominants dans le niveau 10, sont ensuite remplacés par le bœuf (niveaux 9, 8, 7, 6) et le porc (niveau 5).

334Les adultes, très abondants parmi les bœufs et surtout les chèvres, sont concurrencés par les jeunes et très jeunes chez le porc et le mouton. Les animaux sauvages sont en majorité des adultes mâles (protection des femelles et des jeunes afin d’assurer la survie des espèces).

335Plus de 50 % du poids de viande obtenu dans les diverses couches est fourni par le bœuf. Suivant les espèces, la répartition des vestiges varie. Les animaux domestiques, sacrifiés sur place, ont laissé la presque totalité de leurs vestiges, alors que les restes d’animaux sauvages, souvent découpés sur le lieu de chasse, ont fait l’objet d’un choix lié à leur destination : consommation ou utilisation des ossements et bois.

336Les os portent de très nombreuses marques d’origines naturelle ou artificielle qui correspondent soit à la consommation alimentaire (débris de cuisine), soit à la transformation des restes (déchets de travail).

337La comparaison des animaux de Chassey avec ceux provenant d’autres sites contemporains montre que, ni très grands, ni très petits, ils se situent dans une moyenne assez proche de celle du site chasséen de Boury-en-Vexin.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arbogast (R.-M.), Hachem (L.), Tresset (A.), 1991.– Le chasséen du Nord de la France : les données archéozoologiques, in : Identité du Chasséen, Actes du colloque international sur le Néolithique, Nemours, 1989, p. 351-363 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Blanchet (J.-C.), Bouchain (P.), Decormeille (A.), 1984.– Le ‘Camp de César’ à Catenoy (Oise) : bilan des anciennes recherches et des fouilles récentes de 1982- 83, in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 173-204 (Revue archéo. de Picardie, 1984, 1-2).

Driesch (A. von den), Boessneck (J.), 1974.– Kritische Anmerkungen zur Widerristhöhenberechnungs aus Längenmassen vor- und frühgeschichtlichen Tierknochen, Säugetierkundliche Mitteilungen, 22, Jhg 4, München, BLV-Verlagsgesellschaft, p. 325-348.

Hachem (L.), 1989.– La faune et l’industrie osseuse de l’enceinte Michelsberg de Maizy (Aisne) : approche économique, spatiale et régionale, Revue archéo. de Picardie, 1989, 1-2, p. 67-108.

Jourdan (L.), 1976.– La faune du site gallo-romain et paléochrétien de la Bourse (Marseille) : espèces domestiques et espèces sauvages, l’élevage et l’alimentation à Marseille du IIe au Ve siècle, Paris, éd. du CNRS, 338 p., ill. (Publ. du Laboratoire de Paléontologie humaine et de Préhistoire, 13).

Lombardo (J.-L.), Martinez (R.), Verret (D.), 1984.– Le site chasséen du Cul Froid à Boury-en-Vexin dans son contexte historique et les apports de la stratigraphie de son fossé, in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 269-284 (Revue archéo. de Picardie, 1984, 1-2).

Matolcsi (J.), 1970.– Historische Erforschung der Körpergrösse des Rindes auf Grund von hungarischen Knochenmaterial, Zeitschr. f. Tierzüchtg. und Züchtungsbiol., 87, Hamburg, p. 89-137.

Méniel (P.), 1984a.– Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie, du Néolithique à l’Âge du Fer, Soc. de Préhistoire du Nord et de Picardie, 56 p., 2 microfiches (Revue archéo. de Picardie, n° spécial).

Méniel (P.), 1984b.– Les dépôts d’animaux dans le fossé du camp de Boury-en-Vexin : premières observations, in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 285-292 (Revue archéo. de Picardie, 1984, 1-2).

Méniel (P.), 1984c.– Les vestiges animaux chasséens du ‘Camp de César’ à Catenoy (Oise), in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 205-211 (Revue archéo. de Picardie, 1984, 1-2).

Nicolardot (J.-P.), 2003.– L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or : les camps de Myard à Vitteaux et du Châtelet d’Étaules dans le contexte archéologique régional (du Ve millénaire au IVe siècle avant J.-C.), Dijon, 374 p., 2 dépliants h.t. (19ème suppl. à la R.A.E.).

Planson (E.), 1979.– Le camp-refuge néolithique de Marcilly-sur-Tille, R.A.E., t. 30, fasc. 1-2, p. 47-56.

Poulain (T.), 1984.– Le camp chasséen du Mont d’Huette à Jonquières (Oise). IV – La faune, in : Le Néolithique dans le Nord de la France et le Bassin parisien, Actes du 9e colloque interrégional sur le Néolithique, Compiègne, 1982, p. 257-264 (Revue archéo. de Picardie, 1984, 1-2).

Prévost (R.), 1962.– L’habitat néolithique de la Montagne de Lumbres. Chapitre II – Thérèse Poulain = la faune, Mémoires de la Commission départementale du Pas-de-Calais, t. XI, p. 25-42.

Schramm (Z.), 1967.– Long Bones and Height in Withers of Goat, Roczniki Wyzszej Szkoly Rolniczej w Poznaniu / Annuals of the Pozna’n Agricultural College, 36, p. 89-105.

Teichert (M.), 1975.– Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widerristhöhe bei Schafen, in : Clason (A.-T.) ed., Archaeozoological Studies, Amsterdam, p. 51-71.

Teichert (M.), 1983.– Osteometrische Untersuchungen zur Berechnung der Widerristhöhe bei vor- und frühgeschichtlichen Schweinen, rééd. de Halle-Wittenberg, 1966, p. 237-292.

Tresset (A.), 1988a.– La faune néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), Anthropozoologica, 8, p. 12-14.

Tresset (A.), 1988b.– La faune néolithique de Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne), Mémoire de Maîtrise, Université de Paris I.

Table des illustrations

Titre Fig. 1.Nombre de fragments osseux par niveau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 8.– Répartition des espèces animales à l’intérieur des différents niveaux.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 9.– Rapports animaux domestiques / animaux sauvages : a = calculés à partir du NMI, b = à partir du NR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 10.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NMI.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 11.– Comparaison des différentes espèces. Pourcentages calculés à partir du NR.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 12.– Courbes des âges.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Fig. 13.– Âges d’abattage des bœufs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 14.– Âges d’abattage des porcs. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 15.– Âges d’abattage des moutons. 1 = 0 à 6 mois ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 16.– Âges d’abattage des chèvres. 1 = 0 à 1 an ; 2 = 1 an à 2 ans 1/2 ; 3 = 2 ans 1/2 à 3 ans 1/2 ; 4 = plus de 3 ans 1/2.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 17.– Poids et pourcentages de viande obtenus par espèce animale et par niveau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 18.- Pourcentages par rapport au poids de viande total.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 19.– Répartition des restes de bœuf. 1, membre postérieur ; 2, membre antérieur ; 3, ceintures ; 4, vertèbres ; 5, côtes ; 6, sternèbres ; 7, fragments crâniens ; 8, chevilles osseuses ; 9, mandibules ; 10, maxil. sup. ; 11, dents inf. ; 12, dents sup.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 20.– Répartition des vestiges de porc. Même légende que pour la figure précédente.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 21.– Répartition des vestiges de mouton. Même légende que pour la figure 19, avec en plus un numéro 2bis : métapodes, sans distinction de patte antérieure ou postérieure.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 22.– Répartition des restes de chèvre. Même légende que pour la figure 19.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 23.– Le grand bœuf sauvage (a) et le cerf élaphe (b).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 24.– Répartition des restes de sanglier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 25.– Présence des différentes espèces, à Chassey et dans différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Fig. 27.– Comparaison des espèces, entre Chassey et différents gisements du Bassin parisien et du Centre-Est.. * À Boury, porc et sanglier ne sont pas séparés. ** Les « divers » comprennent toutes les autres espèces.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16915/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Chargée de Recherche, UA 275 du CNRS, Laboratoire d’Ethnologie Préhistorique.

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search