Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre III. Les matières premières siliceuses du site néolithique de Chassey-le-Camp : provenances et évolution des choix culturels

Jehanne Affolter

Texte intégral

1La série de Chassey a été étudiée selon le protocole mis au point lors de l’analyse de sites suisses et franc-comtois (Affolter, 2002). L’analyse consiste à déterminer le microfaciès sédimentaire de chaque pièce sous le stéréomicroscope. Le recours aux lames minces destructrices n’apporte pas d’indications quant à l’origine des matériaux, il est donc rejeté. La série étant très importante, il n’a pas été possible d’en faire l’analyse exhaustive. L’ensemble de l’outillage accessible à Dijon entre 1993 et 1997 a été examiné. En outre, pour le débitage, les corpus des couches 10a, 10 et 8 ont été analysés de façon exhaustive, tandis que dans les couches 9, 7, 6 et 5, seul un lot d’éclats tirés au hasard a pu être examiné. Chaque pièce déterminée est reportée sur une liste, avec l’indication de sa matière première et la mention de l’occurrence de cortex et de stigmates de feu. Cela permet d’aborder les relations entre matières premières, typologie et répartitions stratigraphiques. L’attribution d’une matière à un gîte consiste à indiquer l’affleurement le plus proche du site considéré qui contient des silex du même microfaciès sédimentaire. Il est cependant possible, dans certaines circonstances, que des gîtes plus éloignés aient aussi été exploités. C’est notamment probablement le cas pour les variétés qui existent à l’état remanié dans les alluvions et les argiles à silex. Une provenance n’est affirmée ou infirmée que si un échantillon géologique de silex provenant du lieu considéré est présent dans la lithothèque de référence (consultable au Laténium, Musée cantonal d’archéologie de Neuchâtel, Suisse, collection à laquelle le numéro de référence renvoie, ou à défaut dans ma lithothèque personnelle pour les échantillons prélevés après la constitution de la collection du Laténium).

LES MATÉRIAUX PRÉSENTS

2Dans l’ensemble du matériel analysé, vingt variétés de silex ont été identifiées. En outre, on note la présence de deux variétés de cristal de roche, de quartz filonien et de granitoïde. La description des silex est donnée de façon systématique. Les codes de couleur sont ceux du code Munsell (Munsell, 1992), les textures sédimentaires sont définies selon la classification de Dunham (Dunham, 1962), les classes utilisées pour définir la forme des éléments figurés sont celles de Pilkey et alii (Pilkey et alii, 1967).

Description systématique

Type 112 (fig. 1a)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur ; 1,5X412 (olive grisâtre) à 7,5Y7/2 (gris clair) ;
    Aspect : hétérogène, opaque à translucide, mat à brillant ;
    Cortex ; siliceux ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 50 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : pas de structures particulières.

    1. quantité : 1 à 5 % ;

    2. forme : classe 4 ;

    3. taille : 40 à 100 µ ;

    4. nature : filaments algaires, rares foraminifères (Milliolidés), organisme incertae sedis (tube conique blanc ouvert aux deux extrémités), fragments de mollusques occasionnels.

  • Conclusion : milieu marin, plate-forme interne.

  • Attribution géologique : Paron (F-89 ; échantillon
    A. Masson ; coordonnées approximatives N 48°60’/
    E 3° 14’ ; n° de référence NAT- 1359). Gîte secondaire, Turonien final à Coniacien.

Fig. 1.– Microfaciès siliceux : a, type 112 (Paron, F-89) ; b, type 113 (Arces-Dilo/Charmes, F-89) ; c, type 119 (Poncin/Saint-Alban, F-01) ; d, type 129 (Veaux/Mont Ventoux, F-84) ; e, type 139 (Meusnes, F-41) ; f type 149 (Origny-Sainte-Benoite, F-02) ; g, type 165 (Sennecé-lès-Mâcon, F-71) ; h, type 166 (Oberfecking, Kreis Kelheim, D).

Fig. 1.– Microfaciès siliceux : a, type 112 (Paron, F-89) ; b, type 113 (Arces-Dilo/Charmes, F-89) ; c, type 119 (Poncin/Saint-Alban, F-01) ; d, type 129 (Veaux/Mont Ventoux, F-84) ; e, type 139 (Meusnes, F-41) ; f type 149 (Origny-Sainte-Benoite, F-02) ; g, type 165 (Sennecé-lès-Mâcon, F-71) ; h, type 166 (Oberfecking, Kreis Kelheim, D).

Type 113 (fig. 1b)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5Y5/3-8 (gris olive à olive) ;
    Aspect : homogène, translucide, brillant ;
    Cortex : mince, crayeux, limite franche vers l’extérieur, plus irrégulière vers l’intérieur ;
    Forme : nodules irréguliers ;
    Taille maximale : 50 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 2 % ;

    2. forme : classe 3 à 4 ;

    3. taille : jusqu’à 0,5 mm ;

    4. nature : spiculés de spongiaires, organisme incertae sedis (tube blanc), foraminifères (Hedbergella sp., cf. Whitheinella sp.), rares gros intraclastes.

  • Conclusion : milieu marin, faciès pélagique.

  • Attribution géologique : Arces-Dilo/Charmes (F-89 ; échantillon A. Masson, coordonnées approximatives
    N 48°05’/ E 3°36’ ; n° de référence NAT- 1357). Gîte primaire, Sénonien ; exploitation néolithique (com. pers. J.-P. Thevenot).

Type 119 (fig. 1c)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR7/1 (gris clair) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, opaque, mat ;
    Cortex : alluvionnaire ;
    Forme : galets ;
    Taille maximale : ?

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone (et boundstone).
    Éléments figurés :
    Structures : (biologiques).

    1. quantité : 1 % (100 %) ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 40 à 200 µ ;

    4. nature : tissus de spongiaires, macrosclères et microsclères plus ou moins en connexion.

  • Conclusion : milieu marin infratidal (silicification de colonies massives de spongiaires en voie de désagrégation) ou péri-récifal.

  • Attribution géologique : se trouve en gîte secondaire à Poncin/Saint-Alban (F-01 ; coordonnées kilométriques 842,00/2126,00/560 ; échantillon A. Masson ; n° de référence NAT- 1388) ; probablement Crétacé supérieur.

Type 129 (fig. 1d)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5Y5/2 à 2,5Y5/3 (gris olive à brun jau
    nâtre), 10YR6/2-3 (brun jaune grisâtre à jaune orange pâle).
    Aspect : homogène, semi-translucide à translucide, brillant ;
    Cortex : calcaire à siliceux, mince, à limite nette vers l’extérieur, irrégulière vers l’intérieur ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 40 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 1 à 5 % ;

    2. forme : classe 3 ;

    3. taille : 25 p à 200 µ ;

    4. nature : foraminifères (cf. Sabaudia sp., Marssonella sp., formes en peloton indéterminées), dinokystes (Palaeohystrichophora infusorioïdes), particules de boue, rares oxydes de fer, éléments non identifiés.

  • Conclusion : milieu marin, faciès peu profond calme ouvert.

  • Attribution géologique : Veaux/Mont-Ventoux (F-84 ; coordonnées kilométriques 828,00/3216,40/380 ; n° de référence NAT- 1354). Gîte primaire, Barrémien ; exploitation néolithique.

  • Remarque : ce silex est une des variétés des « silex blonds méridionaux » (cf. Courtin, 1974 ; Beeching,
    1991).

Type 139 (fig. 1e)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5Y4/1 à 10YR7/8 (gris à jaune orangé) ;
    Aspect : homogène, semi-translucide, brillant ;
    Cortex : calcaire, jaunâtre, limite nette mais non rectiligne avec le silex ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 20 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 1 % ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 40 à 100 p (2 mm) ;

    4. nature : organisme incertae sedis (tube blanc) occasionnel, rares foraminifères (Hedbergellidés), gros bioclastes (mollusques, bryozoaires, vertèbres et arêtes de poissons), cristaux de pyrite.

  • Conclusion : milieu marin, faciès littoral peu agité, ouvert.

  • Attribution géologique : Meusnes (F-41 ; coordonnées N 47°14.88’/ E 1°29.54’ ; n° de référence NAT-
    11340). Gîte primaire, Sénonien ; exploitation néolithique.

  • Remarques : ce gîte a été exploité pendant la période historique pour la fabrication des pierres à fusils (Slotta, 1980). Des variétés rouges ont aussi été employées en bijouterie comme pierres semi-précieuses. À l’état naturel, ces variétés rouges n’existent pas ; il s’agit en fait de pièces ayant subi une chauffe contrôlée en vue de modifier leur couleur. Il s’agit très probablement d’une variété du type 07 d’A. Masson (Masson, 1981).

Type 149 (fig. 1f)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : noir ;
    Aspect : homogène à hétérogène, translucide brillant ;
    Cortex : crayeux, mince, à limite nette vers l’extérieur mais irrégulière vers le silex ;
    Forme : nodules irréguliers ;
    Taille maximale : 40 x 30 x 15 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : matières organiques en traînées de densités différentes.

    1. quantité : 2 à 5 % ;

    2. forme : classe 2 ;

    3. taille : 50 µ à 1 mm ;

    4. nature : fragments de bryozoaires, organisme incertae sedis (tube blanc), rares foraminifères (basales chitinoïdes non identifiables), plancton probable, cristaux rhomboédriques, matières organiques plus ou moins abondantes.

  • Conclusion : milieu marin, faciès néritique calme.

  • Attribution géologique : Origny-Sainte-Benoîte (F-02 ; coordonnées 1°147 40°49’/100 ; n° de référence NAT- 1362). Gîte primaire, Sénonien.

Type 165 (fig. 1g)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5B7/1 (gris bleu clair) à 10Y7/6 (brun jaune vif) ;
    Aspect : hétérogène, semi-translucide, mat ;
    Cortex : mince, passage net au silex ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 15 x 10 x 10 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 1 à 5 % ;

    2. forme : classe 2 ;

    3. taille : 50 µ à 1 cm ;

    4. nature : gros fragments de colonies de bryozoaires branchus, rares spiculés grêles de spongiaires, foraminifères (Hedbergellidés).

  • Conclusion : milieu marin infratidal.

  • Attribution géologique : Sennecé-lès-Mâcon (F-71 ; échantillon A. Masson, coordonnées approximatives N 46°21’/ E 4°50’ ; n° de référence NAT- 1393). Gîte secondaire, Crétacé supérieur.

Type 166 (fig. 1h)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 2,5GY7/1 (gris olive clair) ; 5Y7/1 (gris clair) ; 5Y3/1 (noir olive) ; 10YR5/8 (brun jaunâtre) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, opaque, brillant ;
    zonation à limites floues fréquente ;
    Cortex : très mince, à limites nettes ;
    Forme : plaquettes et rares nodules ;
    Taille maximale : épaisseur 2 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone (boundstone).
    Éléments figurés :
    Structures : cf. fragments de colonies mélangées de spongiaires et d’algues filamenteuses.

    1. quantité : 1 à 3 % (100 %) ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 40 à 100 p (2 mm) ;

    4. nature : filaments algaires, rares fragments de bivalves et d’échinodermes, spicules de spongiaires punctiformes, foraminifères encroûtants.

  • Conclusion : milieu marin, faciès péri-récifal externe.

  • Attribution géologique : Oberfecking (D, Kreis Kelheim ; coordonnées N 48°50.12’/ E 11°52.60’ ;
    n° de référence NAT- 1137). Gîte primaire, Malm ζ ; exploitation néolithique (Rind, 1987).

Type 167 (fig. 2a)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR6/6 à 10YR7/3 (brun jaune vif à orange pâle) ;
    Aspect : homogène, translucide, brillant ;
    Cortex : roulé, mince ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 20 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone.
    Éléments figurés :
    Structures : pas de structure.

    1. quantité : 1 à 2 % ;

    2. forme : classe 3 ;

    3. taille : 50 à 200 p ;

    4. nature : plancton, rares fragments de mollusques, oxydes de fer, foraminifères occasionnels.

  • Conclusion : milieu marin, partie extérieure d’une plate-forme ouverte.

  • Attribution géologique : Treschenu-Creyers/Pellebit (F-26 ; échantillon C. Bressy, coordonnées approximatives N 44°44’/ E 5°32’ ; n° de référence NAT-
    1310). Gîte secondaire, Crétacé supérieur.

Type 212 (fig. 2b)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5Y5/3 ; 2,5Y6/2 à 5Y5/2 (olive grisâtre à jaune gris) ;
    Aspect : hétérogène, translucide ou opaque, mat à brillant ;
    Cortex : ?
    Forme : plaquettes ;
    Taille maximale : ?

  • Aspect microscopique :
    Texture : wackestone.
    Éléments figurés :
    Structures : pseudo litage occasionnel.

    1. quantité : 10 à 20 % ;

    2. forme : classe 2 ;

    3. taille : variable (jusqu’à 1 cm) ;

    4. nature : gastéropodes trochospiralés, oogones de characées (cf. Gyrogona wrighti), filaments algaires donnant un aspect lité.

  • Conclusion : silicification lacustre, bord de lac soumis à des courants, toujours immergé.

  • Attribution géologique : proximité d’Oullins (F-69 ; échantillon A. Masson, coordonnées approximatives N 45°42’/ E 4°48’ ; pas d’échantillon géologique, mais échantillon archéologique). Oligocène. Il ne s’agit en aucun cas du silex bédoulien (d’origine marine) de Rochemaure signalé par H. Floss (Floss, 2000), identifié sur la base de caractères macroscopiques dans la série azilienne de Varennes-lès-Mâcon, pour lequel nous avons seulement confirmé la convergence macroscopique avec certaines pièces archéologiques de la station précitée, tout en attirant l’attention de ce chercheur sur la nécessité d’analyses plus poussées avant tout diagnostic.

Type 252 (fig. 2c)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5YR4/6 ; 7,5YR3/3 (brun-rouge à brun sombre) ;
    Aspect : hétérogène, semi-translucide, brillant à mat ;
    Cortex : mince et de contours irréguliers, passage franc vers le silex et vers l’encaissant ;
    Forme : nodules et plaquettes ;
    Taille maximale : épaisseur 8 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone à wackestone
    Éléments figurés :
    Structures : bioturbations.

    1. quantité : 2 % ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : jusqu’à 1 cm ;

    4. nature : traces de racines, gastéropodes (cf. Limnées).

  • Conclusion : milieu lacustre littoral.

  • Attribution géologique : Sanilhac/La Laouzas (F-30 ; échantillon A. Masson, coordonnées approximatives N 44°32’/ E 4° 14’ ; n° de référence NAT- 1450). Oligocène.

Type 261 (fig. 2d)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : très variable ; 2,5Y8/4 ; 10YR6/1-2 ;
    10YR4/6 ; 10YR7/3 (jaune pâle, gris brun à brun, jaune orange pâle) ; passées sous corticales 7,5R3/6 (rouge sombre) possibles ;
    Aspect : homogène à hétérogène, opaque à translucide, mat à brillant ;
    Cortex : quatre variétés ; mince et non roulé, épais et partiellement désilicifié, imprégné d’oxydes de fer, ou alluvionnaire ;
    Forme : rognons et galets ;
    Taille maximale : 15 x 10 x 10 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : variable de mudstone à packstone, wackestone dominant.
    Éléments figurés :

    1. quantité : 10 à 30 % ;

    2. forme : classe 1 (foraminifères) et classe 4 (autres éléments) ;

Fig. 2.– Microfaciès siliceux : a, type 167 (Treschenu-Creyers/Pellebit, F-26) ; b, type 212 (proximité d’Oullins, F-69) ; c, type 252 (Sanilhac/La Laouzas, F-30) ; d, type 261 (Mellecey, F-71) ; e, type 330 (Lains, F-39) ; f, type 334 (Vassieux-en-Vercors, F-26) ; g, type 352 (Verzé, F-71) ; h, type 353 (Limagne, F-63).

Fig. 2.– Microfaciès siliceux : a, type 167 (Treschenu-Creyers/Pellebit, F-26) ; b, type 212 (proximité d’Oullins, F-69) ; c, type 252 (Sanilhac/La Laouzas, F-30) ; d, type 261 (Mellecey, F-71) ; e, type 330 (Lains, F-39) ; f, type 334 (Vassieux-en-Vercors, F-26) ; g, type 352 (Verzé, F-71) ; h, type 353 (Limagne, F-63).
  • taille : 30 à 600 µ ;

  • nature : foraminifères rares ou abondants (Hedbergellidés...), spicules grêles de spongiaires, fragments de colonies de coelentérés, rares fragments de bryozoaires, fragments de radioles d’échinodermes et de poissons occasionnels ; pyrite en chapelets possible.

  • Structures : sédiment hétérogène et mélangé, figures de courants et de décharge.
    – Conclusion : milieu marin infratidal profond du Crétacé supérieur (zone de décharge de sédiments d’origines variées).
    – Attribution géologique : environs de Chassey : Mellecey/Forêt de Marlou (F-71 ; coordonnées E 2°25’8”/ N 46°48’55”/220 ; n° de référence NAT- 1425) est le plus proche de Chassey. Gîte secondaire, Crétacé supérieur.

Type 330 (fïg. 2e)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur-. 2,5Y7/2 ; 5YR5/8 ; 10YR6/3 (jaune grisâtre ; brun rouge vif ; jaune orange pâle) ;
    Aspect : hétérogène, translucide à opaque, mat à brillant ;
    Cortex : irrégulier, peu épais, limite nette avec le silex ;
    Forme : rognons irréguliers et plaquettes ;
    Taille maximale : 15 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : essentiellement packstone, localement mudstone à grainstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 1 à 60 % ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 30 à 300 µ ;

    4. nature : spiculés de spongiaires et d’échinodermes, petits fragments de bryozoaires et de mollusques, foraminifères (Hétérohélicidés, Lagénidés, Hedbergellidés), résidus calcaires.

  • Conclusion : milieu marin peu profond ouvert sur le large, du Crétacé supérieur.

  • Attribution géologique : Lains/Forêt de Coissonnet (F-39 ; coordonnées kilométriques : 841,6/158,1/450 ; n° de référence NAT- 1399) (correspond pro parte aux types 56 et 57 d’A. Masson) ; exploitation néolithique probable.

Type 334 (fïg. 2f)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : N5/0 (gris) à 5B5/1 (gris bleu) ; 10YR6/4 (jaune orange pâle) ;
    Aspect : hétérogène, semi-translucide à opaque, brillant ;
    Cortex : siliceux, épais, limite nette vers l’extérieur, progressive vers l’intérieur ;
    Forme : nodules et bancs ;
    Taille maximale : 50 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : packstone, parfois autre.
    Éléments figurés :
    Structures : litage possible.

    1. quantité : 30 à 50 % ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 50 à 200 µ ;

    4. nature : rares spiculés de spongiaires et radioles d’échinodermes, entroques, fragments de plaques d’échinodermes, basales chitinoïdes de foraminifères, spores, dinokystes (Tanyosphaeridium sp., Epicephalopyxis adhaerens, Micrhystridium sp.), fragments charbonneux, pyrite, glauconie occasionnelle, dolomite, grains de quartz occasionnels, pelloïdes.

  • Conclusion : milieu marin, plate-forme interne peu profonde.

  • Attribution géologique : Vassieux-en-Vercors (F-26 ; coordonnées kilométriques 838,70 à 841,50/289,50 à 292,20 ; n° de référence NAT- 1315 à NAT-1318). Gîte primaire, Barrémo-Bédoulien (« Urgonien ») ; exploitation néolithique (Riche, 1998).

Type 352 (Fig. 2g)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 5YR7/2 (gris brun clair) à 2,5Y7/3 (jaune clair) ;
    Aspect : hétérogène, opaque, mat ;
    Cortex : progressif ;
    Forme : rognons irréguliers ;
    Taille maximale : 10 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : packstone.
    Éléments figurés :
    Structures : litage prononcé.

    1. quantité : 30 % ;

    2. forme : classe ;

    3. taille : 200 à 500 µ ;

    4. nature : spicules monaxones grêles de spongiaires ; fragments de colonies de bryozoaires branchues, d’hexacoralliaires isolés, de bivalves et de radioles d’échinodermes, filaments algaires, petits intraclastes.

  • Conclusion : milieu marin infratidal, à proximité d’une « prairie sous-marine », probablement remanié du Crétacé supérieur (le substrat local est daté du Callovien et présente un autre faciès).

  • Attribution géologique : Verzé (F-71 ; coordonnées N 46°22.68’/ E 4°44.05’ ; non intégré dans la lithothèque).

Type 353 (fig. 2h)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR7/6 (brun jaune vif) à blanc ;
    Aspect : hétérogène, semi-translucide à opaque, brillant ;
    Cortex’.?
    Forme : ?
    Taille maximale : ?

  • Aspect microscopique :
    Texture : packstone.
    Éléments figurés :
    Structures : pseudo litage, figures de charge.

    1. quantité : 20 à 30 % ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : 150 à 500 µ ;

    4. nature : quartz élastique, cf. traces de racines et fragments de sol remaniés.

  • Conclusion : silicification pédologique d’âge indéterminé.

  • Attribution géologique : ? probablement Limagne. Correspond peut-être au type 24 d’A. Masson. Pas d’échantillon géologique correspondant.

Type 407 (fig. 3a)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 2,5Y5/2 (gris jaune sombre) à 10YR6/3 (jaune orangé pâle) ; taches occasionnelles 7,5YR7/8 (jaune orangé) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, translucide, brillant, gras, occasionnellement taches « truitées » comme le Grand-Pressigny ;
    Cortex : granuleux, calcaire, épais de 2 mm, à limites nettes ; aussi à l’état remanié dans les molasses et alluvions, cortex résiduel ;
    Forme : nodules aplatis ? et galets quand remanié ; Taille maximale : ?

  • Aspect microscopique :
    Texture : grainstone (localement packstone)
    Éléments figurés :
    Structures : litage occasionnel (provoquant une orientation des éléments allongés) ; éléments souvent partiellement micritisés ; cristallisation épigénétique perpendiculaire à la surface des bioclastes (il ne s’agit pas d’un ciment palissadique).

    1. quantité : 60 % ;

    2. forme : classes 3 et 4 ;

    3. taille : 400 µ à 1 mm (+ cristaux 50 µ) ;

    4. nature : foraminifères (benthiques), spicules de spongiaires, fragments de bivalves, gastéropodes, échinodermes, colonies de bryozoaires ; pelloïdes en accumulations localisées, glauconie en épigénie des bioclastes, grains de quartz clastique occasionnels, matières organiques résiduelles, petits cristaux de dolomie et de pyrite.

  • Conclusion : marin infratidal, plate-forme ouverte.

  • Attribution géologique : Bugey ? Valanginien. Pas d’échantillon géologique.

Type 425 (fig. 3b)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR7/6 (brun jaune vif) à 10YR 8/1 (gris clair) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, opaque, mat ;
    Cortex : épais, passage progressif au silex ;
    Forme : fragments de bancs ;
    Taille maximale : 10 x 10 x 10 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : grainstone
    Éléments figurés :
    Structures : sédiment peu tassé, litage possible, cristallisations autour des éléments dues à une diagenèse carbonatée antérieure à la silicification.

    1. quantité : 40 % ;

    2. forme : classe 3 ;

    3. taille : 100 à 300 µ ;

    4. nature : entroques, fragments de radioles d’échinodermes, de bivalves, occasionnellement de bryozoaires.

  • Conclusion : milieu marin de bas de plage ; âge non déterminable.

  • Attribution géologique : environs de Chassey : Saint-Gilles, Chamilly (F-71 ; coordonnées N 46°52.28’/ E 4°40.43’ ; n° de référence NAT- 11108). Gîte primaire et secondaire, Dogger.

Type 723 (fig. 3c)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR6/6 (brun jaune vif) à 10YR7/4 (jaune orange pâle) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, semi-translucide, brillant (points scintillants) ;
    Cortex : grisâtre, limite nette avec l’encaissant, floue vers le silex ;
    Forme : nodules et dalles ;
    Taille maximale : 1 m.

  • Aspect microscopique :
    Texture : packstone à grainstone.
    Éléments figurés :
    Structures : litage possible.

    1. quantité : 40 à 70 % ;

    2. forme : classes 2 et 3 ;

    3. taille : 80 µ à 2 mm ;

    4. nature : gravelles, fragments d’algues (Dasycladacées), de bivalves, de bryozoaires, foraminifères, cristaux de quartz, oxydes de fer souvent en épigénie des bioclastes.

  • Conclusion : milieu marin, faciès infratidal.

  • Attribution géologique : Le Grand-Pressigny (F-37 ; coordonnées kilométriques 475,00 à 484,00/2210,00 à 2220,00/60 à 140 ; n° de référence NAT- 1324). Gîtes primaires et secondaires, Turonien ; exploitation néolithique (Giot, 1986 ; Mallet, 1992).

  • Remarques : il s’agit du type 23 d’A. Masson. Il existe quelques petites variations de faciès qui ont été décrites de façon précise par cette auteur. Au Néolithique final, ce matériau a été débité selon la technique dite « pressignienne ».

Fig. 3.– Microfaciès siliceux : a, type 407 (Bugey ?, F-01) ; b, type 425 (Saint-Gilles, Chamilly, F-71) ; c, type 723 (Le Grand-Pressigny, F-37) ; d, type 735 (Mailly, Iguerande, F-71) ; e, type 802 (Forêt d’Othe, F-89) ; f, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 112, 113, 129, 139, 261 (la lame de droite mesure 5,2 cm) ; g, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 139, 113, 139, 112, 139 (le deuxième silex à partir de la gauche mesure 4 cm) ; h, lamelle en silex « bavarois » d’Oberfecking (L = 4,1 cm).

Fig. 3.– Microfaciès siliceux : a, type 407 (Bugey ?, F-01) ; b, type 425 (Saint-Gilles, Chamilly, F-71) ; c, type 723 (Le Grand-Pressigny, F-37) ; d, type 735 (Mailly, Iguerande, F-71) ; e, type 802 (Forêt d’Othe, F-89) ; f, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 112, 113, 129, 139, 261 (la lame de droite mesure 5,2 cm) ; g, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 139, 113, 139, 112, 139 (le deuxième silex à partir de la gauche mesure 4 cm) ; h, lamelle en silex « bavarois » d’Oberfecking (L = 4,1 cm).

Type 735 (fig. 3d)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 10YR6-5/8 (brun jaunâtre à brun jaune vif) ;
    Aspect : hétérogène, semi-opaque, brillant ;
    Cortex : à limite progressive vers l’intérieur ;
    Forme : rognons irréguliers ;
    Taille maximale : 1 m.

  • Aspect microscopique :
    Texture : mudstone à packstone.
    Éléments figurés :
    Structures : absentes.

    1. quantité : 1 à 15 % ;

    2. forme : classe 4 ;

    3. taille : 80 µ à 5 mm ;

    4. nature : pelloïdes ovales et oolithes occasionnelles, gros éléments calcaires micritisés non déterminables.

  • Conclusion : milieu marin infratidal calme.

  • Attribution géologique : Mailly-Iguerande (F-71 ; coordonnées N 46° 12.207 E 4°04.44’). Gîte secondaire, Dogger. Non intégré dans la lithothèque.

Type 802 (fig. 3e)

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : 7,5Y7/3 (jaune clair) ; 5Y6/3 (jaune olive) ;
    Aspect : homogène à hétérogène, opaque à semi-translucide, mat ;
    Cortex : calcaire siliceux, roulé ; limite floue vers l’intérieur ;
    Forme : nodules ;
    Taille maximale : 50 cm.

  • Aspect microscopique :
    Texture : boundstone.
    Éléments figurés :
    Structures : (biologiques).

    1. quantité : (100 %) ;

    2. forme : classe 1 ;

    3. taille : zoécies de 200 µ ;

    4. nature : grosses colonies massives de spongiaires, très recristallisées.

  • Conclusion : milieu marin infratidal agité.

  • Attribution géologique : Forêt de l’Othe (F-89). Gîte primaire, Crétacé supérieur ; exploitation néolithique (Labriffe, 1995). Non intégré dans la lithothèque.

Type CR

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : incolore ;
    Aspect : homogène, translucide, brillant ;
    Cortex : pas de cortex ;
    Forme : prisme ;
    Taille maximale : variable.

  • Aspect microscopique : limpide et homogène.

  • Conclusion : cristal de roche.

  • Attribution géologique : Morvan ?

  • Remarque : les cristaux de roche du Massif central contiennent le plus souvent des impuretés (GONNARD, 1876) visibles au stéréomicroscope, ce qui n’est pas le cas de ceux du Morvan.

Type CRf

  • Aspect macroscopique :
    Couleur : incolore ;
    Aspect : homogène, translucide ou semi-opaque, brillant ;
    Cortex : pas de cortex ;
    Forme : prisme ou masse cristallisée ;
    Taille maximale : variable.

  • Aspect microscopique : cristallisation souvent orientée, laiteux.

  • Conclusion : quartz filonien.

  • Attribution géologique : anciens massifs cristallins.

Correspondance avec les types d’A. Masson

3Le territoire situé à l’ouest et au nord-est de Chassey a été en partie prospecté par A. Masson dans les années 1980. Cependant, dans nombre de cas, la provenance de ses types n’était pas indiquée de façon précise et ses échantillons ne portaient pas toujours les mêmes indications que celles des publications (Masson, 1981, 1985, 1986). C’est pourquoi, à l’exception du silex turonien du Grand-Pressigny, il n’a pas été possible dès le début d’utiliser ses codes. Au cours de nos recherches, il a cependant été possible d’identifier certains de ses types. Aussi nous paraît-il utile de faire le lien entre les appellations d’A. Masson et les nôtres (fig- 4).

4Ainsi que l’on peut le constater, il subsiste quelques incertitudes. C’est pourquoi il nous paraît indispensable d’indiquer pour chaque matière un gîte de référence précis avec ses coordonnées, même si, dans certains cas, l’on peut retrouver le même type de silex sur plusieurs gîtes. C’est le cas par exemple du type 261, que l’on peut récolter à Mellecey, mais aussi en d’autres points de la côte chalonnaise (Thevenot, 1973).

Fig. 4.– Correspondance entre les types de J. Affolter et les types d’A. Masson.

Type

Provenance

Type
A. Masson

112

Paron (F-89)

05 pro parte

113

Arces-Dilo/Charmes (F-89)

05 pro parte

119

Poncin/Saint-Alban (F-01)

04 pro parte ?

129

Mont-Ventoux/Combe de Launier (F-84)

21

139

Meusnes (F-41)

07

165

Sennecé-lès-Mâcon (F-71)

04 pro parte ?

252

Sanilhac/La Laouzas (F-30)

33 ? Et G

261

Mellecey/Forêt de Marlou (F-71)

04 pro parte ?

330

Lains/Forêt de Coissonnet (F-39)

53 à 56

334

Vassieux-en-Vercors (F-38)

Vassieux

353

Tertiaire des Limagnes ?

24 ?

723

Le Grand-Pressigny (F-36)

23

735

Mailly-Iguerande (F-42)

35

cr

Morvan ?

98

Correspondance avec les groupes de J.-P. Thevenot

5Lors d’un article préliminaire rédigé bien avant l’analyse pétrographique des silex, un premier essai de classement, basé sur des caractères macroscopiques, a été effectué sur une partie du corpus (Thevenot, 1991). Six ensembles macroscopiques ont alors été distingués, qui regroupent les types pétrographiques suivants :

  1. « un ou des silex blonds » = types 112, 113, 129, 139, 167, 261, 165 ;

  2. « silex locaux chalonnais » : ocre marron à passées brunes = 261, 330 ; gris = 165 ;

  3. « quartz hyalin et fumé » = CR ;

  4. « chaille grise locale » = 425 ;

  5. « calcédoine = « opale-résinite » = 353 ;

  6. « quartz fibreux » = CRf.

6Les autres variétés identifiées au cours de l’analyse pétrographique n’étaient pas présentes dans le corpus étudié dans le cadre de cet article.

ORIGINES GÉOGRAPHIQUES DES MATÉRIAUX

Définitions

7La distance entre site et gîte nous semble être une notion importante, car elle permet d’aborder la notion de territoire. Cette distance est évaluée par l’éloignement mesuré en ligne droite, car il serait illusoire – dans l’état actuel des connaissances – de prétendre reconstituer précisément les chemins parcourus. L’erreur d’approximation ainsi introduite est systématiquement la même pour tous les gîtes. Cette distance peut être subdivisée en classes d’éloignement qui reflètent des modes d’acquisition divers.

8Les matières considérées comme locales sont aisément accessibles autour du site, à l’intérieur du territoire régulièrement parcouru au cours d’autres activités (déplacements vers les champs, collecte de bois, pâture des animaux domestiques...). Elles peuvent être collectées par tous de façon opportuniste et ne nécessitent pas d’expéditions spéciales.

9Les matières régionales sont issues de gîtes qui se trouvent à moins de 60 km du site. Cette distance correspond à peu près au territoire visité lors d’expéditions cynégétiques. L’apport de matériaux issus de cette tranche de distance peut donc elle aussi se faire de façon opportuniste, au cours de petites expéditions centrées sur d’autres buts. Il faudra cependant passer au moins une nuit en dehors du site principal, ce qui implique une planification des déplacements.

10Au-delà de 60 km de distance, on parlera de matériaux d’origines lointaines. Cette catégorie peut être à son tour subdivisée en deux sous-groupes : lointain 1 et lointain 2. De 60 à 120 km, on se trouve dans la zone d’éloignement 1 : si la matière est acquise directement par les occupants du site considéré, le trajet aller-retour et l’exploitation du gîte les obligeront à quitter leur village pour une durée de trois jours à une semaine, ce qui implique une expédition spécialisée, ciblée et planifiée ; dans le cas d’une acquisition indirecte, cela induit des contacts avec les exploitants du gîte et un surcroît de production locale pour effectuer des échanges. Il s’agit dans tous les cas d’un approvisionnement prévu et planifié.

11Au-delà de 120 km, on se trouve dans la zone d’éloignement 2. En général, cette limite correspond à une frontière géographique, on se trouve dans un autre bassin sédimentaire ou dans un autre ensemble géomorphologique. Il est très peu probable que les occupants du site considéré soient allés s’approvisionner eux-mêmes. Les matériaux issus de ces gîtes très lointains ont pu être acquis selon au moins trois modalités différentes : soit par une succession d’échanges de proche en proche (modèle « down the line » de Renfrew : Renfrew, 1977), soit par la visite de « colporteurs » assurant le transport des matériaux jusqu’au site même, soit par des contacts individuels occasionnels non liés à la recherche de matières premières. Dans le premier cas, la matière sera représentée par un ensemble disparate de pièces plus ou moins transformées et/ou usées. Dans le second cas, on observera soit un ensemble cohérent d’éléments correspondant aux besoins du site, soit quelques pièces isolées correspondant à une typologie ou à une fonction particulière. Dans le troisième cas, l’on aura affaire à des pièces isolées ou en nombre très réduit.

Fig. 5.– Provenance des matériaux siliceux utilisés en fonction de leur groupe d’origine.

Fig. 5.– Provenance des matériaux siliceux utilisés en fonction de leur groupe d’origine.

12Les vingt variétés de silex utilisées à Chassey se répartissent de manière très inégale en fonction de ces groupes d’origines (fig. 5 et 6).

Les matériaux locaux de Chassey

13Pour le site de Chassey, les matériaux locaux sont les silex de Mellecey (type 261) et du secteur de Saint-Gilles et Chamilly (type 425). Le premier est de bonne qualité et ses nodules permettent d’extraire des lames régulières d’assez grandes dimensions (6 cm en moyenne). Le second est peu silicifié et sa forme en bancs irréguliers n’autorise pas de débitage régulier.

Les matériaux régionaux

14Seules trois variétés régionales, parmi toutes celles qui existent, ont été utilisées à Chassey. Curieusement, le silex de Sennecé-lès-Mâcon (type 165) est très proche du point de vue macroscopique et qualitatif de celui de Mellecey ; cependant, il offre des nodules de plus grandes dimensions. Celui de Verzé (type 352) présente des qualités équivalentes à celles du silex de Saint-Gilles, avec peut-être une résistance à l’usure légèrement plus prononcée.

15Le cristal de roche (types CR et CRf) représente quant à lui un cas particulier. En fait, dans certains affleurements du Morvan, on peut trouver les deux variétés imbriquées l’une dans l’autre, les parties plus limpides correspondant à la partie centrale de filons dont les deux bords ne se sont pas rejoints (Adolphe, Desmanèges-Lorenz, 1971).

16En outre, la façon de débiter le cristal de roche diffère légèrement de celle utilisée pour le silex, du fait de l’orientation de la cristallisation et de la forme des blocs de départ.

Les matériaux d’origine lointaine

17Les matériaux d’origine lointaine traduisent des relations dans diverses directions. Ceux du premier groupe indiquent des contacts avec les bordures des massifs montagneux environnants (Massif central, types 735 et sans doute 353 ; Massif jurassien, types 330, 119 et probablement 407). Les autres montrent des liaisons avec la Touraine (types 723 et 139), le Bassin parisien (types 112, 113, 149 et 802) et avec le Sud. Dans cette dernière direction, on constate l’occurrence de matériaux issus des deux côtés de la vallée du Rhône : de la rive ouest (types 212 et 252) et de la rive est (types 167, 129 et 334). Il convient de remarquer l’absence totale de matériaux italiens : les relations éventuelles de Chassey avec la culture de Lagozza ne se traduisent absolument pas dans la diffusion des matières premières siliceuses. En revanche, l’abondance des matériaux de l’Yonne dans certains niveaux de Chassey implique un échange voulu et systématique avec le Bassin parisien.

Fig. 6 – Répartition des gîtes à silex et origine des matériaux siliceux employés à Chassey. Ronds noirs, gîtes avérés ; ronds blancs, régions d’origine probables ou possibles.

Fig. 6 – Répartition des gîtes à silex et origine des matériaux siliceux employés à Chassey. Ronds noirs, gîtes avérés ; ronds blancs, régions d’origine probables ou possibles.

RÉPARTITION STRATIGRAPHIQUE DES MATIÈRES PREMIÈRES

18Rappel : la stratigraphie de Chassey (cf. chapitre II) comporte plusieurs niveaux, qui ont été regroupés en deux ensembles en fonction des datations. L’ensemble chasséen, constitué, du plus ancien au plus récent, des niveaux 10a, 10, 9, 8 et 7, est placé dans une fourchette comprise entre 4500 et 4000 av. J.-C. Le niveau 6, considéré comme appartenant au Néolithique Moyen Bourguignon, se situerait entre 3700 et 3500 av. J.-C. Le niveau 5, clairement typé de la fin du Néolithique par la céramique, serait classé entre 2800 et 2400 av. J.-C.

19Les diverses variétés de silex n’ont pas toutes été employées pendant la durée d’occupation totale du site de Chassey (fig. 7). La plus grande variété se rencontre dans le niveau 9.

Les matières premières dans l’ensemble chasséen de Chassey

20Dans les niveaux 10 et 10a, les matériaux locaux ont servi à la fabrication d’un bon tiers des pièces. Les variétés du Crétacé supérieur les plus translucides et les plus homogènes ont été préférées. Les matériaux exogènes proviennent du Bassin parisien pour la plus grande part. Quelques pièces sont originaires du Sud : silex de Lains, du Mont-Ventoux (une seule pièce) et du Gard (type 252, six pièces).

Fig. 7.– Répartition des silex par matière et par niveau : A, concernant les niveaux du Néolithique moyen et final ; B, concernant l’ensemble chasséen.

Fig. 7.– Répartition des silex par matière et par niveau : A, concernant les niveaux du Néolithique moyen et final ; B, concernant l’ensemble chasséen.

21Le niveau 9 se distingue par la recherche de quelques nouvelles variétés régionales (types 119 et 353) et surtout par l’occurrence d’une pièce confectionnée dans un matériau d’origine bavaroise (type 166). En outre, le silex de Meusnes (type 139) semble prendre de l’importance par rapport au silex de l’Yonne (type 112).

22Dans le niveau 8, on observe un léger resserrement du spectre des matériaux. Cependant, les silex de l’Yonne (types 112 et 113) sont plus variés et semblent reprendre de l’importance, de même que ceux d’origine méridionale (types 167, 252, 129). Cela pourrait traduire la mise en place d’un axe de circulation nord-sud (« axe Saône-Rhône »).

23Le niveau 7 reflète une nouvelle réduction de la variété des matières premières, ainsi que des contacts vers le Sud.

Les matières premières dans l’ensemble néolithique moyen et final de Chassey

24Le niveau 6 est attribué au Néolithique Moyen Bourguignon. L’approvisionnement en matières premières y est essentiellement local. On observe cependant la présence de quelques matériaux régionaux. Les variétés lointaines (issues de Touraine, de l’Yonne et de la rive ouest du Rhône) sont très peu représentées.

25Au Néolithique final, représenté par le niveau 5, les ressources locales sont encore plus exploitées. Les matières régionales sont peu abondantes. Parmi les matériaux d’origines lointaines, ceux qui étaient déjà utilisés auparavant sont faiblement représentés ; en revanche, on note l’apparition du silex du Grand-Pressigny (type 723) et d’une variété issue du nord du Bassin parisien.

Évolution du choix des matières premières durant le Néolithique

26Les matériaux locaux sont largement dominés par le silex de Mellecey, qui constitue environ 40 % de tous les outillages analysés. Le silex de Saint-Gilles, quant à lui, a été peu recherché et manque totalement dans le niveau 8.

27Les matériaux régionaux sont dans l’ensemble peu représentés. La variété de Sennecé-lès-Mâcon constitue en moyenne 3 % de l’industrie. Celle de Lains est un peu plus abondante, sauf dans le niveau 10 où elle fait totalement défaut. Le cristal de roche se trouve uniquement dans la série chasséenne. Le silex de Verzé est absent des séries chasséennes et semble surtout caractériser le NMB.

28Parmi les matériaux d’origines lointaines, il faut distinguer deux groupes. D’un côté, les silex du sud du Bassin parisien (Yonne et Meusnes) constituent des ensembles importants (environ 20 % chacun) et reflètent sans doute au moins en partie un besoin économique. Au cours du Néolithique, on observe une alternance entre les gîtes de Paron et d’Arces-Dilo, et une augmentation progressive de l’influence du dernier. Le silex de Meusnes est surtout important dans les niveaux chasséens ; dans le niveau 8, une chauffe ménagée a souvent été observée sous stéréomicroscope (elle se manifeste par un début de ségrégation des oxydes de fer dans la matrice). Il ne s’agit pas d’une chauffe contrôlée, régulière et systématique telle qu’elle a été décrite dans le Midi (Binder, Gassin, 1988). De l’autre côté, les autres matériaux d’origines lointaines semblent refléter des comportements variés plutôt liés au hasard. Le silex de Sanilhac est peu abondant, mais assez constant. Les autres matériaux semblent anecdotiques en ce qui concerne les quantités. Le silex du Mont-Ventoux est présent dans la séquence chasséenne uniquement, de même que celui de Pellebit. Parmi les matériaux représentés par des pièces uniques ou presque, le silex bavarois et celui de Vassieux se trouvent dans des niveaux chasséens, tandis que ceux d’Oullins, du Grand-Pressigny et d’Origny n’apparaissent qu’au Néolithique final.

UTILISATION ET MODES D’INTRODUCTION DES MATIÈRES PREMIÈRES

29Les matières premières identifiées à Chassey n’ont pas toutes fourni le même type d’objets. Afin de mieux cerner ce phénomène, les classes typologiques définies par l’archéologue (voir supra chapitres III à VIII) ont été regroupées en huit ensembles dont l’occurrence peut être interprétée de façon variable. Pour des raisons pratiques, ces groupes ont été désignés par les abréviations suivantes, dans les figures : « Fle » pour pointes de flèches, « Atfb » pour les armatures, troncatures, foliacés et bifaciaux, « Hac » pour les haches, « Llpc » pour les lames, lamelles, poignards et couteaux à dos, « Aou » pour les autres outils (grattoirs, racloirs, perçoirs, burins, denticulés, retouchés, utilisés et grignotés), « Ecl » pour les éclats, « Ppe » pour les percuteurs et pièces esquillées, et « Nuc » pour les nucléus.

30Étant donné que la question peut se poser de savoir si certaines pièces ont pu être débitées au moyen d’une « chauffe intentionnelle ménagée », l’occurrence de pièces brûlées et de pièces non identifiées est relevée.

31L’occurrence de cortex sur les silex, qui peut être un indice de débitage sur place, est mentionnée. Il est cependant clair que, pour les silex en plaquette, la présence de cortex n’est pas l’indice que des blocs bruts ont été introduits sur le site.

32Niveau 10a (fig. 8) : toutes les pièces de ce niveau ont pu être déterminées ; une seule pièce est brûlée. On note la présence de pièces à cortex dans le type 261. Les types 112, 139 et 330 sont représentés chacun par une pièce unique à cortex.

33Du point de vue des outils, les pointes de flèches sont essentiellement confectionnées dans le silex de Sanilhac (type 252). Le silex de Mellecey (type 261) semble avoir été introduit à Chassey sous forme de supports prédébités.

Fig. 8.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10a (analyse exhaustive).

Fig. 8.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10a (analyse exhaustive).

34Niveau 10 (fig. 9) : douze pièces sont brûlées et douze n’ont pas pu être déterminées car trop altérées. Des pièces à cortex sont présentes dans les types 112, 139, 261, 330.

35Le silex de Mellecey (type 261) a probablement été apporté sous la forme de supports prédébités. Dans le silex de Saint-Gilles et Chamilly (type 425), on trouve seulement des outils ; il a donc été débité à l’extérieur. Le silex de Lains (type 330), représenté par des éclats et grattoirs, a été introduit sous la forme de supports prédébités, de même que le silex de Sennecé-lès-Mâcon (type 165). Le silex du Mont-Ventoux (type 129) correspond seulement à un outil. L’existence du silex de Sanilhac (type 252) est attestée uniquement par des pointes de flèches. En revanche, les silex du sud du Bassin parisien (types 112 et 139) témoignent d’un mode d’introduction plus varié, avec éclats, supports bruts et outils ; cependant, aucun nucléus n’a été relevé dans ce niveau. Apparemment, il n’y a pas eu de débitage dans ce secteur.

Fig. 9 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10 (analyse exhaustive).

Fig. 9 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10 (analyse exhaustive).

36Niveau 9 (fig. 10) : cinquante-trois pièces sont brûlées, mais seulement dix-huit sont trop altérées et demeurent indéterminées. L’occurrence de pièces à cortex dans les types 112, 139, 165, 261 et 425 laisse supposer un débitage sur le site. Dans le type 330, l’abondance relative des pièces à cortex, malgré l’absence de produits de débitage, est probablement due au choix de supports en plaquettes pour la fabrication de grattoirs, choix qui peut s’expliquer par une meilleure adhérence en cas d’emmanchement. Le silex de Mellecey (type 261) présente tous les stades de débitage (y compris la récupération en percuteur des blocs qui ne sont plus débitables) et a été travaillé sur place pour une utilisation immédiate. Pour les types 425 et 165, un débitage sur le site est probable, des nucléus en ayant été récoltés dans ce niveau en sus des éclats et outils. Le silex du Mont-Ventoux (type 129) est présent sous la forme de quatre supports bruts. Le type 353 est représenté par un unique nucléus en phase d’exhaustion. On note l’occurrence d’un outil unique d’origine bavaroise (type 166) dans ce niveau.

Fig. 10.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 9 (analyse non exhaustive).

Fig. 10.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 9 (analyse non exhaustive).

37Niveau 8 (fig. 11) : quarante et une pièces portent des stigmates de feu ; dix restent indéterminées, pour la plupart à cause d’une altération thermique trop intense. On observe des pièces à cortex dans les types 112, 113, 139, 165, 261, 330.

38Cependant, le type 261 correspond probablement à un apport de supports choisis prédébités ailleurs (lames et éclats laminaires). Le cristal de roche a été introduit prédébité, de même que les types 330 (grattoirs et 1 lamelle), 165 (outils préformés), 112, 113, 139 (supports laminaires et éclats). Le silex du Mont-Ventoux (type 129) est représenté par une lame retouchée, les autres matériaux méridionaux (types 167 et 252) par des outils.

Fig. 11 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 8 (analyse exhaustive).

Fig. 11 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 8 (analyse exhaustive).

39Niveau 7 (fig. 12) : quarante-huit pièces sont brûlées et dix-neuf indéterminables, presque toutes par une altération thermique trop intense. On observe des pièces à cortex dans les types 112, 113, 139, 261, 330, 425.

Fig. 12.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 7 (analyse non exhaustive).

Fig. 12.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 7 (analyse non exhaustive).

40Les silex de Mellecey (type 261) et de Lains (type 330) témoignent de l’introduction de supports prédébités. Les autres matériaux indiquent globalement un débitage hors du site. Le cristal de roche est présent sous la forme d’éclats et de lamelles. Le silex du Mont-Ventoux (type 129) correspond vraisemblablement à un réemploi et intervient en tant qu’outil, le silex de Vassieux (type 334) apparaît en tant que lamelle brute.

41Niveau 6 (fig. 13) : cinquante-deux pièces sont brûlées ; dix-huit restent indéterminées. Des pièces à cortex sont observées dans les types 139, 165, 261, 352, 425, 735. Pour les types 252 et 407, l’effectif est trop réduit pour être significatif.

42Le silex de Mellecey a été débité sur place de même que celui de Saint-Gilles. Les autres matériaux ont été introduits prédébités (types 735, 112, 165) ou correspondent probablement à des réemplois (types 139, 252). La hache issue de l’Yonne (type 802) témoigne d’une typologie atypique par rapport aux haches mises en évidence sur les sites d’extraction de cette région (Labriffe, Sidéra, 1995), qui sont des haches taillées et de grandes dimensions, tandis que celle de Chassey est totalement polie et de dimensions réduites. Il s’agit là selon toute vraisemblance d’un objet « en fin de vie ».

Fig. 13 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 6 (analyse non exhaustive).

Fig. 13 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 6 (analyse non exhaustive).

43Niveau 5 (fig. 14) : vingt-neuf pièces sont brûlées, vingt indéterminées. Des pièces à cortex sont présentes dans les types 112, 261 et 425. Les types 149, 330 et 352 sont représentés par des pièces uniques. Les deux pièces du type 139 ont probablement été récupérées dans un niveau antérieur.

Fig. 14 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 5 (analyse des outils) ; non déc. : non décompté.

Fig. 14 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 5 (analyse des outils) ; non déc. : non décompté.

44Le silex de Mellecey (type 261) a été débité sur place : des nucléus sont présents, et un rapide sondage dans les éclats (pas analysés de façon systématique) a montré que ce matériau en a livré beaucoup. Il en va de même pour le silex de l’Yonne (type 112) et celui de Saint-Gilles (type 425). Une partie des matériaux représentés par des pièces uniques peut être récupérée de niveaux antérieurs.

LA QUESTION DES SILEX « BLONDS CHASSÉENS »

45Dans le courant Cortaillod-Chassey-Lagozza, la présence de silex blond débité en lamelles régulières est considérée comme caractéristique d’un courant originaire de la Méditerranée (Courtin, 1972 ; Beeching, 1991 ; Gallay, 1995).

46L’origine de ce matériau est traditionnellement attribuée aux gîtes du Mont-Ventoux, la couleur blonde étant interprétée comme le résultat d’une chauffe avant le débitage. En fait, l’analyse du corpus de Chassey, dont l’industrie a participé à la définition de cette notion (avant l’analyse pétrographique), a montré que cette appellation (d’origine non contrôlée) recouvrait plusieurs variétés d’origines complètement différentes, qui n’ont en commun que leur aspect macroscopique, plus ou moins translucide et de couleur miel (de forêt). Il serait donc plus prudent de ne plus employer ce terme de silex blond comme un indicateur d’origine, mais plutôt comme un indice technologique ou culturel.

Fig. 15.– Abondance (A) et proportion (B) des « silex blonds » dans les niveaux néolithiques de la Redoute. En italique : pourcentages non représentatifs.

Fig. 15.– Abondance (A) et proportion (B) des « silex blonds » dans les niveaux néolithiques de la Redoute. En italique : pourcentages non représentatifs.

47En fait, l’analyse de l’industrie de Chassey a montré que l’ensemble des « lamelles » chasséennes en « silex blond » regroupe des pièces issues des gîtes de Mellecey (type 261), de Sennecé-lès-Mâcon (type 165), de Meusnes (type 139), de Paron (type 112), d’Arces-Dilo (type 113), et exceptionnellement de Treschenu-Creyers (type 167) et du Mont-Ventoux (type 129) (fig. 15 ; voir également fig. 3f et g). Du point de vue macroscopique, on peut effectivement considérer que l’écrasante majorité de l’industrie siliceuse de Chassey est constituée de « silex blonds ». Cependant, si l’on se limite aux variétés réellement issues de gîtes méridionaux, leur présence est anecdotique. On peut cependant envisager que l’aspect macroscopique unifié de cette industrie a été recherché intentionnellement, et que l’on se trouve face à un facteur culturel lié à une volonté d’arborer une couleur particulière.

48Dans le Sud de la France, les « silex blonds » correspondent à plusieurs gîtes du Mont-Ventoux et sont travaillés sur plusieurs ateliers selon plusieurs techniques dès le Néolithique ancien (période de la céramique à impressions ; Binder, 1998). Par la suite, l’approvisionnement en « silex blonds », toujours associés à du silex lacustre dont l’origine peut varier, se fait sous la forme de nucléus soigneusement préparés et de lames et lamelles dans toute l’influence cardiale ; seules les lames et les lamelles sont diffusées au-delà de cette zone d’influence. Vers l’ouest, le silex sénonien du Bassin d’Aquitaine limite leur diffusion (Briois et alii, 1998). Vers l’est, ils sont assez fréquents en Ligurie (Crépaldi, 2000), mais semblent entrer en concurrence avec les matériaux de la région véronaise (Starnini, 1999). Cette tentative de pénétration de la plaine padane par les groupes d’obédience cardiale est interprétée tantôt comme une volonté de contrôler les sources de roches vertes – supports des haches qui sont diffusées d’est en ouest (Barfield, 1999) –, tantôt comme la trace de la mise en place de réseaux de diffusion transalpins (Thirault, 2001) concernant à la fois les haches, les silex et peut-être d’autres biens, et fonctionnant dans les deux sens. Dans la direction nord, le site de Chassey semble bien se trouver aux marges de cette diffusion des « silex blonds » d’origine méridionale et on n’y retrouve que des lamelles isolées. Il faut noter que, vers le nord-est, quelques lamelles en silex du Mont-Ventoux ont été identifiées en Valais dès les débuts du Néolithique suisse, à Sion/Planta ainsi que dans les séries, datées de la culture de Cortaillod, de Twann/Bahnhof et Hauterive/ Champréveyres (Affolter, 2002).

DISCUSSION

49L’exploitation des silex de l’Yonne semble liée au Chasséen septentrional (Labriffe et alii, 1995) et avoir pour but la fabrication de haches, taillées pour la plupart. Les silex du Bassin parisien sont diffusés sous forme de nucléus jusqu’à Chassey ; au-delà, ils voyagent sous la forme de lames et de lamelles. Ce changement du type de support diffusé correspond à la limite de l’aire d’influence chasséenne (Perrin, 2001), et suit en cela le schéma de diffusion évoqué pour les « silex blonds » méridionaux (Binder, 2000).

50Le silex de Vassieux-en-Vercors est essentiellement connu pour avoir fourni des grandes lames débitées selon la technique pressignienne au Néolithique final (Malenfant, 1990). Il a cependant aussi fourni d’autres supports dès le Néolithique ancien (Riche, 1998).

51L’occurrence d’une pièce en silex bavarois est remarquable. Ce fait rapproche Chassey de la série des couches Cortaillod de Twann (Uerpmann, 1981) et de Muntelier/Fischergässli (Affolter, 2000). Ce matériau bavarois a été diffusé de façon massive jusqu’au lac de Constance (Schlichterle, 1994) et caractérise les cultures néolithiques du sud de l’Allemagne (De Grooth, 1995). En deçà du Rhin, on ne le retrouve plus qu’à l’état de lamelles isolées (Jeunesse, Schnitzler, 1993). La pièce retrouvée à Chassey y est sans doute parvenue soit par l’intermédiaire du Plateau suisse, puis du Val de Travers et de l’Ain – les gîtes de Lains et de Poncin se trouveraient alors sur le même chemin –, soit via l’Alsace et le Bassin parisien ; s’il avait transité par la Trouée de Belfort et la vallée de la Saône, on aurait sans aucun doute aussi du silex de Mont-lès-Étrelles à Chassey, ce qui ne semble pas être le cas (en tout cas, il n’y avait aucune pièce en silex de Mont-lès-Étrelles dans la série analysée).

52À la fin du Néolithique, la fabrication standardisée de grandes lames sur les ateliers du Grand-Pressigny (Mallet, 1992) est aux mains de quelques artisans saisonniers spécialisés, qui viennent probablement du centre du Bassin parisien (Millet-Richard, 1997). Leur diffusion est le plus souvent interprétée comme la recherche de signes ostentatoires (Honegger, 1999).

53Si l’on considère comme utilitaires les variétés qui ont été employées pour tous les types d’outils, et comme non utilitaires (Bagolini, 1998) celles qui ont servi de support aux poignards, aux pointes de flèches et aux objets récoltés le plus souvent en contexte funéraire, un tableau (fig. 16) permet de résumer la finalité (fond grisé) des produits d’origines lointaines pour chaque niveau de Chassey.

54La fonction des matériaux locaux de Chassey est clairement utilitaire et le reste à travers toute la séquence néolithique ; cela n’exclut cependant pas que l’on fabrique aussi des artefacts pouvant avoir un caractère symbolique dans ces variétés.

55Pour plusieurs matériaux, on peut envisager un premier apport « de démonstration », effectué par des personnes extérieures au site de Chassey (ancêtres de nos « représentants de commerce »), à la suite de quoi ces matières sont importées soit en quantités à des fins essentiellement utilitaires (cas pour les variétés de Lains, de Meusnes et de l’Yonne éventuellement), soit en faibles quantités pour une fonction pouvant avoir un caractère plus symbolique (cas des silex de Sennecé et du Bugey). Dans le premier cas, on observe dans les niveaux sus-jacents à la phase d’introduction tous les éléments d’un débitage sur le site, dans le second cas on ne rencontre dans toute la série que des pièces isolées. La présence sporadique de quelques matériaux peut alors être interprétée dans le sens d’une introduction pour démonstration non suivie d’une décision d’importation (silex supposé des Limagnes, silex de Poncin).

56Quelques variétés peuvent être considérées comme ayant été introduites sur le site de Chassey chargées d’une valeur symbolique : silex de Sanilhac, du Mont-Ventoux, cristal de roche en premier, silex de Treschenu-Creyers et de Vassieux ensuite. Ce sont essentiellement ces variétés qui montrent des changements de statut au cours des occupations de Chassey. Les silex du Mont-Ventoux et de Sanilhac, ainsi que le cristal de roche, semblent perdre leur statut de matériaux privilégiés et sont employés aussi à des fins utilitaires vers le haut de la séquence.

57Enfin, dès la fin des occupations chasséennes de Chassey, on observe des réemplois d’artefacts issus des niveaux sous-jacents. Ces réutilisations à finalité utilitaire peuvent marquer la fin du statut d’exception dont bénéficiaient éventuellement certaines matières (Mont-Ventoux, Bugey, cristal de roche), ou plus pragmatiquement une pénurie liée à une cessation des importations (silex de Lains, Meusnes, Verzé).

58D’un autre point de vue, dès le début des occupations de Chassey, le matériau local de Mellecey fournit l’essentiel des supports de l’industrie siliceuse. Il est clairement complété cependant par des variétés issues du sud du Bassin parisien, dont l’occurrence à Chassey pourrait marquer un attachement à la région d’origine de la population du site éponyme. Les apports de matériaux d’origines lointaines ne correspondent donc pas toujours à un besoin économique. On peut ainsi émettre plusieurs hypothèses quant au statut des matières premières d’origines lointaines :

Fig. 16.– Évolution de la fonction des matières premières à Chassey : s, objets pouvant avoir un statut symbolique (flèches, lames et lamelles isolées, poignards, couteaux et haches isolés), souvent trouvés en contexte funéraire ; u, objets utilitaires (armatures, troncatures, foliacés, burins, grattoirs, éclats retouchés...) en général trouvés en contexte d’habitat ; d, objets servant au débitage ou résidus de celui-ci (percuteurs, pièces esquillées, éclats) trouvés en contexte d’habitat ou d’atelier. En grisé foncé, matière non représentée dans la couche considérée. En grisé clair, interprétation statutaire : O, matière destinée à l’usage ordinaire (commun) ; E, matière destinée à un usage extraordinaire (pouvant avoir été réservée à une fonction symbolique) ; D, matière de démonstration (pouvant correspondre à une recherche de marchés de diffusion) ; R, matière de réemploi (en provenance probable d’un niveau inférieur).

Fig. 16.– Évolution de la fonction des matières premières à Chassey : s, objets pouvant avoir un statut symbolique (flèches, lames et lamelles isolées, poignards, couteaux et haches isolés), souvent trouvés en contexte funéraire ; u, objets utilitaires (armatures, troncatures, foliacés, burins, grattoirs, éclats retouchés...) en général trouvés en contexte d’habitat ; d, objets servant au débitage ou résidus de celui-ci (percuteurs, pièces esquillées, éclats) trouvés en contexte d’habitat ou d’atelier. En grisé foncé, matière non représentée dans la couche considérée. En grisé clair, interprétation statutaire : O, matière destinée à l’usage ordinaire (commun) ; E, matière destinée à un usage extraordinaire (pouvant avoir été réservée à une fonction symbolique) ; D, matière de démonstration (pouvant correspondre à une recherche de marchés de diffusion) ; R, matière de réemploi (en provenance probable d’un niveau inférieur).

59Marqueurs du statut. Dans cette hypothèse, les flèches seraient un marqueur social au début du Chasséen, et indiqueraient l’importance des chasseurs ou/et guerriers. Au cours du Chasséen, ce groupe de personnes perdrait de son importance face aux cultivateurs pourvus de lames ou lamelles exogènes, ce qui pourrait être interpété comme une période plus calme favorable au développement de l’agriculture. Au Néolithique final, on retrouve des pointes de flèches, associées aux grands poignards visibles de loin, ce qui a été interprété comme le signe d’une société guerrière et hiérarchisée (Honegger, 1999). Les silex de Sanilhac au Chasséen et du Grand-Pressigny au Néolithique final pourraient éventuellement correspondre à ce statut.

60Marqueurs culturels. Dans cette hypothèse, les flèches exogènes correspondraient aux sacrifices rituels d’animaux par une petite population pastorale (cas courant dans les zones périphériques par rapport aux centres de population : Gallay, 1977 ; Pétrequin, 1996). Puis le passage à l’agriculture serait marqué par un changement dans la nature des « sacrifices », ceux-ci correspondant alors à des récoltes symboliques effectuées avec des lames exotiques. Au Néolithique final, on reviendrait à des cérémonies plus camées utilisant du bétail de plus grande taille, celui-ci ayant grandi au cours du Néolithique (Chaix, Schibler, 1995), nécessitant l’emploi de grandes lames de poignards. Ce modèle permettrait de justifier l’occurrence du silex de Sanilhac au début des occupations sous la forme de pointes de flèches, puis son remplacement progressif par les silex du Mont-Ventoux, puis de Pellebit sous forme de lamelles, parallèlement au développement de l’industrie lamellaire constaté sur l’ensemble du corpus étudié au cours de la séquence ; l’apparition du silex du Grand-Pressigny au Néolithique final suivrait la même logique.

61Cadeaux. L’occurrence de matériaux exotiques sous la forme de pièces isolées ou de très petites séries est parfois interprétée comme marqueur de présents entre personnes, voire d’échanges de personnes (Schlichterle, 1994). Dans cette optique, les matières exotiques sont perçues comme un reflet soit de ce qui se passe dans les zones centrales des aires d’influence, soit de souvenirs d’expéditions individuelles (Spindler et alii, 1995). À Chassey, l’occurrence d’un objet en silex bavarois et celle d’une hache en silex de l’Yonne pourraient répondre à ce modèle.

62Présence liée au hasard. On ne peut cependant exclure totalement que l’occurrence de certains matériaux exogènes dans un site soit totalement liée au hasard d’une succession de contacts et d’échanges à faibles distances. Dans ce cas de figure, les quantités décroissent à peu près régulièrement avec la distance (Féblot-Augustins, 1994), ce qui signifie que des matériaux issus de distances équivalentes devraient se retrouver en quantités équivalentes dans le site considéré. Cela n’est pas observé à Chassey, puisque, par exemple, dans la couche 9, le silex de l’Yonne est plus abondant que celui de Lains, pourtant plus proche et plus facile d’accès. En outre, le silex de Mont-lès-Étrelles serait probablement aussi présent dans les séries de Chassey, ce qui ne correspond pas aux observations.

63En fonction de ces constatations, l’interprétation des provenances des matériaux utilisés à Chassey doit être quelque peu amendée en fonction des niveaux archéologiques. Le premier niveau d’occupation de Chassey est clairement le reflet d’une nouvelle implantation, accompagnée d’une recherche de contacts ou se trouvant encore dans une aire d’influence plutôt liée au Bassin parisien du point de vue des ressources utilitaires, mais en rapports avec la rive ouest de la vallée du Rhône du point de vue culturel. Le niveau sus-jacent peut être interprété comme une consolidation de l’installation, avec une extension du territoire contrôlé vers l’ouest (investissement d’une zone de moyenne montagne), un début de développement de rapports régionaux et l’ouverture d’un passage vers la rive est du Rhône. Le niveau 9 témoigne d’une plus grande variété de matériaux. C’est dans cette couche que l’on constate l’occurrence d’une pièce isolée d’origine bavaroise, phénomène observé dans les sites d’obédience Cortaillod autour de 3800 avant J.-C. (datations dendrochronologiques). Le niveau 8 manifeste d’un regain d’apports depuis le sud du Bassin parisien ; la valeur attachée aux matériaux d’origine méridionale semble faiblir. Dans le niveau N.M.B., on observe une intensification du réemploi et une diminution des distances d’apport pour les matériaux utilitaires. La hache issue de l’Yonne peut être interprétée comme un cadeau individuel, car sa typologie indique qu’elle a subi plusieurs phases de transformation entre son gîte d’origine et Chassey. Dans le Néolithique final, il semble y avoir un regain de la signification symbolique attachée aux silex, mais seulement sous la forme ostentatoire de poignards ou de lames assez grandes. Le débitage sur le site même est réduit, la récupération d’objets plus anciens est évidente – pour ne pas dire systématique. Ce fait a déjà été observé ailleurs (Affolter, 1995).

64L’analyse pétrographique de l’industrie siliceuse de Chassey met en évidence un approvisionnement allochtone essentiellement issu du Bassin parisien. Elle permet de préciser l’origine des « silex blonds » caractéristiques du Chasséen : ils sont issus à la fois de gîtes locaux, de gîtes du Bassin parisien et de gîtes méridionaux. Cette multiplicité des sources implique que ce concept de « silex blonds chasséens » recouvre une dimension culturelle (recherche d’un aspect particulier), mais ne doit pas être invoqué comme argument pour une origine méridionale de la culture chasséenne. Cependant, les niveaux chasséens de Chassey témoignent de contacts avec le sud de la France dans le domaine non utilitaire.

65L’analyse niveau par niveau de l’industrie lithique de Chassey met en évidence des comportements différenciés et susceptibles de changements dans les modes d’acquisition des matériaux siliceux en fonction de leur finalité sur le site.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adolphe (J.-P.), Desmanèges-Lorenz (J.), 1971.– Géologie buissonnière en Morvan, Autun, Marcelin et Cie éd, 112 p. (Suppl. au Bull. de la Société d’histoire naturelle d’Autun).

Affolter (J.), 1995.– Rohmaterial/Matière première (article bilingue), in : Stöckli (W.), Niffeler (U.), Gross Klee (E.) éd., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, vol. II : Néolithique, Bâle, p. 122- 124 (Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie).

Affolter (J.), 2000.– Origine des matières premières en silex, in : Ramseyer (D.) et alii, Muntelier / Fischergässli : un habitat néolithique au bord du lac de Morat (3895 à 3820 avant J.-C.), Fribourg, éd. Universitaires, p. 72-77 (Archéologie Fribourgeoise, 15).

Affolter (J.), 2002.– Provenance des silex préhistoriques du Jura et des régions limitrophes, Neuchâtel, Musée cantonal d’Archéologie, 342 p. (Archéologie Neuchâteloise, 28).

Bagolini (B.), Pedrotti (A.), 1998.– L’Italie septentrionale, in : Guilaine (J.) dir., Atlas du Néolithique Européen, vol. 2A : L’Europe occidentale, p. 233-341 (Études et recherches archéologiques de l’ Université de Liège, 46).

Barfield (L.H.), 1999.– Neolithic and Copper Age flint exploitation in northem Italy, in : Della Casa (Ph.) éd, Prehistoric alpine environment, society, and economy, Papers of the international colloquium PAESE’ 97 in Zurich, 1997, Zurich, p. 245-252 (Universitätsforschungen zur prähistorischen Archäologie, Bd 55).

Beeching (A.), 1991.– Sépultures, territoire et société dans le chasséen méridional : l’exemple du bassin rhodanien, in : Beeching (A.) et alii dir., Identité du Chasséen, Actes du Colloque international de Nemours, 1989, p. 327-341 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Binder (D.), 1998.– Silex blond et complexité des assemblages lithiques dans le Néolithique liguro-provençal, in : D’Anna (A.), Binder (D.), Production et identité culturelle : actualité de la recherche, Antibes, éd. A.P.D.C.A., p. 111-128.

Binder (D.), 2000.– Mesolithic and Neolithic interaction in Southern France and northern Italy : new data and current hypothèses, in : Price (Th. D.), Europe’s first farmers, Cambridge University Press, p. 117-143.

Briois (F.), Brossier (S.), Gernigon (K.), vaquer (J.), 1998.– Polymorphisme des industries chasséennes en silex entre le Rhône et l’Aquitaine, in : D’Anna (A.), Binder (D.), Production et identité culturelle : actualité de la recherche, Antibes, éd. A.P.D.C.A., p. 129-144.

Chaix (L.), Schibler (J.), 1995.– L’évolution économique sur la base de données archéozoologiques, in : Stöckli (W.), Niffeler (U.), Gross-Klee (E.) éd., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, vol. II : Néolithique, Bâle, p. 97-120 (Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie).

Courtin (J.), 1974.– Le Néolithique de la Provence, Paris, éd. Klicksieck, 359 p., ill. (Mémoires de la Société Préhistorique Française, 11).

Crépaldi (F.), 2001.– Le Chasséen en Ligurie, Bull. de la S.P.F. 98-3, p. 485-494.

De Grooth (M.E. Th.), 1997.– The organization of chert exploitation in South-eastern Bavaria during the Neolithic, in : Schild (R.), Sulgostowska (Z.) éd., Man and flint, Proceedings of the VIIth International Flint Symposium, Varsovie, sept. 1995, p. 163-172.

Dunham (R.J.), 1962.– Classification of carbonate rocks according to depositional texture, Mem. Amer. Ass. Petrol. Geol., Tulsa 1, p. 108-121, 7 pl.

Féblot-Augustins (J.), 1997.– La circulation des matières premières au Paléolithique : synthèse des données, perspectives comportementales, Liège, Service de Préhistoire de l’Université, 275 p., 135 fig., 38 tab. (Études et recherches archéologiques de l’Université de Liège, 75).

Floss (H.) 2000.– Le couloir Rhin-Saône-Rhône : axe de communication au Tardiglaciaire ?, in : Les derniers chasseurs-cueilleurs d’Europe occidentale, Actes du colloque international de Besançon, 1998, Besançon, p. 313- 321 (Annales Littéraires, 699).

Gallay (A.), 1977.– Le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône : contribution à l’étude des relations Chassey-Cortaillod-Michelsberg, Frauenfeld, éd. Hubert, 344 p. (Antiqua, 6).

Gallay (A.), 1995.– Pour un modèle de la société néolithique, in : Stöckli (W.), Niffeler (U.), Gross-Klee (E.) éd., La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, vol. II : Néolithique, Bâle, p. 275- 288 (Soc. suisse de Préhistoire et d’Archéologie).

Giot (D.) et alii, 1986.– Les silex de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire) : recherche géologique et analyse pétrographique, Revue Archéologique du Centre, 25-1, p. 21-36.

Gonnard (F.), 1876.– Minéralogie du département du Puy-de-Dôme, Paris, éd F. Savy (2e éd. 1981, Plein Air Service-Éditions, 192 p.)

Honegger (M.), 1999.– Le Néolithique moyen et final en Suisse : apport de l’étude technologique et typologique des industries en silex et en quartz taillés, Thèse de l’Université de Genève, Dép. d’Anthropologie et d’Écologie. T. 1 : Synthèse, 225 p. ; t. 2 : Catalogue, 148 p.

Jeunesse (Ch.), Schnitzler (B.), 1993.– Les premiers agriculteurs : le Néolithique en Alsace, Strasbourg, éd. des Musées de la ville de Strasbourg, 128 p. (Les collections du Musée archéologique, 2).

Labriffe (P.-A. de), Sidéra (L), 1995.– F-52 : Serbonnes ‘Le Revers de Brossard’, Yonne district ; F-53 : Pâlis ‘Le Buisson Gendre’, Aube district ; F-54 : Villemaur-sur-Vanne ‘Le Grand Bois Marot’, Aube district ; Villemaur-sur-Vanne ‘Les Orlets’, Aube district., in : Jacek (L.), Spécial Theme : Flint mining, p. 313-345 (Archaeologia Polona, 33).

Malenfant (M.), 1990.– L’outillage de l’atelier vertacomicorien P 51 de Vassieux-en-Vercors (Drôme), 72 p. (Bull, du Centre de recherches préhistoriques du Vercors, 5).

Mallet (N.), 1992.– Le Grand-Pressigny : ses relations avec la civilisation Saône-Rhône, 2 vol. : 275 p., 123 pl. (Suppl. au Bull. de la Société des Amis du musée du Grand-Pressigny).

Masson (A.), 1981.– Pétroarchéologie des roches siliceuses : intérêt en Préhistoire, Thèse de 3ème cycle, Lyon, Géologie- Ensembles sédimentaires, 111 p., 32 fig., 7 pl.

Masson (A.), 1985.– Exploitation préhistorique de la molasse burdigalienne des environs de Seyssel (Haute-Savoie), R.A.E., t. 36, fasc. 1, p. 3-11.

Masson (A.), 1986.– Les silex utilisés par les néolithiques de Chalain et Clairvaux, in : Catalogue des collections du musée de Lons-le-Saunier.

millet-richard (L.-A.), 1997.– Habitats et ateliers de taille au Néolithique final dans la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Technologie lithique, Thèse de nouveau doctorat, Université de Paris I, 2 vol.

Munsell (R.C.) 1992.– Soil Color Chart, New York, revised edition.

Perrin (T.), 2001.– Évolution du silex taillé dans le Néolithique haut-rhodanien autour de la stratigraphie du Gardon (Ambérieu-en-Bugey, Ain), Résumé de Thèse, Bull. de la Soc. préhist. française, 98-4, p. 737- 739.

Pétrequin (P.), Jeudy (F.), Jeunesse (Ch.), 1996.– Minières néolithiques, échanges de haches et contrôle social du sud vosgien à la Bourgogne, in : duhamel (P.) dir., La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Actes du XVIIIe colloque interrégional sur le Néolithique, Dijon, 1991, p. 449-476 (14ème suppl. à la R.A.E.).

Pilkey (O.H.), morton (R.W.), Lutenauer (J.), 1967.– The carbonate fraction of beach and dune sands, p. 311 – 327, 4 pl., 5 fig. (Sedimentology, 18).

Renfrew (C.), 1977.– Alternative models for exchange and spatial distribution, in : Earle (T.K.), Ericson (J.E.), Exchange Systems in Prehistory, New York, Studies in Archaeology, p. 71-91.

Riche (C.), 1998.– Les ateliers de taille de Vassieux : exploitation des gîtes et diffusion des produits, Thèse inédite, Université de Paris X, 476 p.

Rind (M.), 1987.– Feuerstein : Rohstoff der Steinzeit – Bergbau und Bearbeitungstechnik, Kelheim, 103 p. (Archäologisches Museum der Stadt Kelheim, Museumsheft, 3).

Schlichterle (H.), 1994.– Exotische Feuersteingeräte am Bodensee. Plattform 3, Zeitschrift des Vereins für Pfahlbau- und Heimatkunde, V, p. 46-53.

Schmid (E.), 1960.– Über eine Ausgrabung im Bereich der Silex-Bergwerke von Veaux bei Malaucène (Vaucluse), Der Anschnitt, 12-6, p. 3-10.

Slotta (R.), 1980.– Flint und Flinte – Feuerstein als strategischer Rohstoff, in : Weisgerber (J.), Weiner (J.) éd., 5000 Jahre Feuersteinbergbau : die Suche nach dem Stahl der Steinzeit, p. 349-361 (Veröffentlichungen aus dem Deutschen Bergbau-museum Bochum, 22).

Spindler (K.), Rastbichler-Zissernig (E.), Wilfing (H.), Zur Nedden (D.), Nothdurfter (H.) dir., 1995.– Der Mann im Eis. 2 : Neue Funde und Ergebnisse, Wien/New York, Springer-Verlag, 326 p. (Veröffentlichungen des Forschungsinstituts für Alpine Vorzeit der Universitat Innsbruck, 2).

Starnini (E.), 1999.– Industria litica scheggiata, in : Tiné (S.), Arobba (D.) dir., Il Neolitico nella Caverna delle Arene Candide : scavi 1972-1977, Bordighera/Genova, p. 219-236 (Collezione di monografie preistoriche ed archeologiche, 10).

Thevenot (J.-P.), 1973.– Le village préhistorique d’Ouroux-sur-Saône, 174 p. (Travaux du Centre de recherches de Solutré, 1).

Thevenot (J.-P.), 1991.– Remarques préliminaires sur l’industrie lithique des niveaux chasséens de Chassey (La Redoute), in : Beeching (A.) et alii dir., Identité du Chasséen, Actes du Colloque international de Nemours, 1989, p. 251-259 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 4).

Thirault (É.), 2001.– Production, diffusion et usage des haches néolithiques dans les Alpes occidentales et le Bassin du Rhône. Résumé de thèse, Bulletin de la Soc. préhist. française, 98-4, p. 740-742.

Uerpmann (M.), 1981.– Die Feuersteinartefakte der Cortaillod-Schichten, Bern, Staatl. Lehrmittelverl., 163 p., ill. (Die neolithischen Ufersiedlungen von Twann, 18).

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Microfaciès siliceux : a, type 112 (Paron, F-89) ; b, type 113 (Arces-Dilo/Charmes, F-89) ; c, type 119 (Poncin/Saint-Alban, F-01) ; d, type 129 (Veaux/Mont Ventoux, F-84) ; e, type 139 (Meusnes, F-41) ; f type 149 (Origny-Sainte-Benoite, F-02) ; g, type 165 (Sennecé-lès-Mâcon, F-71) ; h, type 166 (Oberfecking, Kreis Kelheim, D).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 2.– Microfaciès siliceux : a, type 167 (Treschenu-Creyers/Pellebit, F-26) ; b, type 212 (proximité d’Oullins, F-69) ; c, type 252 (Sanilhac/La Laouzas, F-30) ; d, type 261 (Mellecey, F-71) ; e, type 330 (Lains, F-39) ; f, type 334 (Vassieux-en-Vercors, F-26) ; g, type 352 (Verzé, F-71) ; h, type 353 (Limagne, F-63).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 3.– Microfaciès siliceux : a, type 407 (Bugey ?, F-01) ; b, type 425 (Saint-Gilles, Chamilly, F-71) ; c, type 723 (Le Grand-Pressigny, F-37) ; d, type 735 (Mailly, Iguerande, F-71) ; e, type 802 (Forêt d’Othe, F-89) ; f, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 112, 113, 129, 139, 261 (la lame de droite mesure 5,2 cm) ; g, lamelles en « silex blonds », de g. à d. types 139, 113, 139, 112, 139 (le deuxième silex à partir de la gauche mesure 4 cm) ; h, lamelle en silex « bavarois » d’Oberfecking (L = 4,1 cm).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 5.– Provenance des matériaux siliceux utilisés en fonction de leur groupe d’origine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6 – Répartition des gîtes à silex et origine des matériaux siliceux employés à Chassey. Ronds noirs, gîtes avérés ; ronds blancs, régions d’origine probables ou possibles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 7.– Répartition des silex par matière et par niveau : A, concernant les niveaux du Néolithique moyen et final ; B, concernant l’ensemble chasséen.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 8.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10a (analyse exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 9 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 10 (analyse exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 10.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 9 (analyse non exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 11 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 8 (analyse exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 12.– Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 7 (analyse non exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 13 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 6 (analyse non exhaustive).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 14 – Utilisation des matériaux siliceux dans le niveau 5 (analyse des outils) ; non déc. : non décompté.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 15.– Abondance (A) et proportion (B) des « silex blonds » dans les niveaux néolithiques de la Redoute. En italique : pourcentages non représentatifs.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 16.– Évolution de la fonction des matières premières à Chassey : s, objets pouvant avoir un statut symbolique (flèches, lames et lamelles isolées, poignards, couteaux et haches isolés), souvent trouvés en contexte funéraire ; u, objets utilitaires (armatures, troncatures, foliacés, burins, grattoirs, éclats retouchés...) en général trouvés en contexte d’habitat ; d, objets servant au débitage ou résidus de celui-ci (percuteurs, pièces esquillées, éclats) trouvés en contexte d’habitat ou d’atelier. En grisé foncé, matière non représentée dans la couche considérée. En grisé clair, interprétation statutaire : O, matière destinée à l’usage ordinaire (commun) ; E, matière destinée à un usage extraordinaire (pouvant avoir été réservée à une fonction symbolique) ; D, matière de démonstration (pouvant correspondre à une recherche de marchés de diffusion) ; R, matière de réemploi (en provenance probable d’un niveau inférieur).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16897/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search