Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Seconde partie. Études spécialisées

Chapitre II. Paléoenvironnement du site néolithique de Chassey : analyses palynologique et malacologique

Jacqueline Argant et Nicole Limondin-Lozouet

Texte intégral

1Un objectif des fouilles de « la Redoute » était de préciser le paléoenvironnement du gisement néolithique de Chassey et de mettre en évidence le rôle de l’homme dans son évolution. C’est dans ce but qu’ont été réalisées une étude pollinique par J. Argant en 1980 (Argant, 1980, 1996) et une étude malacologique par N. Limondin-Lozouet en 1986.

ANALYSE POLLINIQUE

2Dans le secteur XLIII-56 étudié par l’analyse pollinique, l’ensemble de l’Âge du Bronze (niv. 4 et 3) repose directement sur le niveau du Néolithique supérieur (niv. 5) dont le sommet a subi des remaniements plus ou moins profonds dus aux terrassements nécessités par la construction du rempart (niv. 3). Les couches sous-jacentes du Néolithique final (niv. 5), du Néolithique Moyen Bourguignon (niv. 6) et du Chasséen (niv. 10 à 7) ont livré un abondant matériel céramique, lithique et osseux et des éléments de parure. Les niveaux chasséens 8 et 9 peuvent être mis en relation directe avec des habitats (foyer, aire de rognons de chaille brûlés du niveau 8 ; foyers alignés du niveau 9). Le niveau 10 correspond à un remblai.

3Ce secteur comporte huit couches divisées en deux séquences principales : les couches 10 à 5 appartiennent au Néolithique, les couches 4 et 3 sont protohistoriques (fig. 1).

Position stratigraphique DES PRÉLÈVEMENTS

4Deux séries de prélèvements ont été réalisées en février 1977 dans l’axe des carrés XLIII. La première série (carré XLIII-56) comprend vingt-deux échantillons allant du sommet des couches en place jusqu’au substratum calcaire. Une deuxième colonne de contrôle de sept échantillons a été prélevée dans le carré XLIII-54 afin de permettre de compléter et de vérifier les résultats de la colonne précédente. L’abondance des blocs et des cailloutis a contraint à un espacement de l’ordre de 10 cm en moyenne entre deux échantillons consécutifs (fig. 1).

Étude palynologique

5Les échantillons préparés suivant la méthode classique et efficace de concentration en liqueur dense après destraction de la fraction minérale et des acides humiques se sont montrés très riches en matière organique.

6La succession des couches 10 à 5 est illustrée par une série de datations 14C effectuées sur charbons de bois et sur os, jugées fiables, et sur poteries (cf. ante, première partie, chap. II, fig. 10) ; elles s’échelonnent entre 5660 ± 150 et 4000 ± 50 BP. Il n’apparaît aucun bouleversement entre la base et le sommet de la stratigraphie. Les couches 10 à 7, bien individualisées, caractérisent la séquence chasséenne.

Fig. I.– Localisation des prélèvements palynologiques dans l’axe XLIII (coupe vue depuis le nord-nord-est), a, prélèvements pour analyse poll inique ; b, prélèvements effectués dans une diaclase située à la base de la coupe ; c, limite entre deux couches.

Fig. I.– Localisation des prélèvements palynologiques dans l’axe XLIII (coupe vue depuis le nord-nord-est), a, prélèvements pour analyse poll inique ; b, prélèvements effectués dans une diaclase située à la base de la coupe ; c, limite entre deux couches.

7La deuxième série de sept échantillons (XLIII-54) a donné des résultats, qui tout en confirmant l’analyse principale, ne correspondent qu’à un nombre beaucoup plus réduit de grains de pollen, peut-être en raison de la position marginale par rapport à la zone d’habitat.

Analyse du diagramme

8Les pourcentages de chaque taxon ont été calculés par rapport à la somme pollinique totale incluant les spores de Ptéridophytes.

9Le diagramme (fig. 2) montre que l’environnement végétal n’a que faiblement varié qualitativement au cours de l’occupation du site. S’il ne permet pas de déceler de variations d’ordre climatique, il donne la mesure de l’impact anthropique sur la végétation aux abords mêmes du gisement.

10Le rapport AP/T (nombre de pollen d’arbres/somme pollinique totale) présente des variations, mais sa valeur se situe presque toujours légèrement au-dessus de 50 %, sauf pour les échantillons 4 et 5 (42 % et 44 %) et 16 (46 %). Le maximum est atteint à l’échantillon 1 (84 %).

Fig. 2.– Diagramme pollinique correspondant à la coupe du carré XLIII-56.

Fig. 2.– Diagramme pollinique correspondant à la coupe du carré XLIII-56.

11Ces valeurs laissent imaginer des abords du site déboisés, résultat d’un défrichage important. Toutefois, un milieu forestier net subsiste à proximité.

Les arbres

12Dix-sept taxons se répartissent entre deux biotopes principaux.

  1. Le plateau calcaire et les pentes : forêts ou bois clairs, fruticées (buissons), friches
    • Corylus, le noisetier, est globalement l’arbre dominant. Assez exigeant en lumière et en humidité, il peuple généralement les lisières forestières, fruticées, bois... (Rameau et alii, 1989). Il est fréquemment abondant au Néolithique, favorisé par le défrichage et préservé pour ses noisettes.
    • Tilia, le tilleul, tient la seconde place. Sa présence est constante et ses pourcentages assez élevés pour indiquer un peuplement proche et abondant.
    • Quercus, le chêne, absent dans les deux échantillons les plus profonds, est relativement peu représenté (moins de 10 %).
    • Buxus, le buis, apparaît assez régulièrement. Xérophile, il peut se développer sur des sols très secs à frais, en demi-ombre ou en plein découvert. Sur les coteaux calcaires de Bourgogne son expansion est très souvent liée à la dégradation de la chênaie par l’homme. Plutôt thermophile, il donne une tonalité tempérée-chaude aux conditions climatiques locales.
    • Ilex, le houx, espèce à large amplitude, recherche cependant des conditions hygrométriques favorables et pousse en lisière forestière, dans les haies et même en forêt (Rameau et alii, 1989.).
    • Pinus, le pin joue un rôle très discret jusqu’à l’échantillon 4 à partir duquel sa courbe devient continue.
    • Carpinus, le charme, apparaît dans plusieurs spectres. Or, en Bourgogne, dans le Jura, dans le Massif Central, il est réputé n’apparaître que beaucoup plus tard, au Subatlantique, et de ce fait sa présence à Chassey au Néolithique mérite un examen attentif. En faisant le point sur l’apparition de cet arbre, L. Visset constate qu’il est signalé par différents auteurs dans le Calvados pendant l’Atlantique et pendant le Subboréal dans le Loir-et-Cher, en Charente et en Dordogne (Visset, 1979). Sa présence est incontestable au Subboréal et à l’Atlantique dans l’estuaire de la Loire et en Grande Brière où il se manifeste même dès la fin du Boréal (Visset, 1979). Dans leurs études récentes en aval de la Loire, en Mayenne, dans la vallée de l’Erdre, trois auteurs le signalent également à ces mêmes périodes (Barbier, 1999 ; Cyprien, 2002 ; Ouguerram, 2002). L’arrivée du charme semble donc être nettement plus précoce dans l’ouest de la France proche de l’océan. Son occurrence à Chassey est possible avant le Subatlantique classiquement admis pour cet arbre, et à mettre peut-être en relation avec une influence océanique encore plus marquée à l’Atlantique que de nos jours.
  2. Les vallées : ripisylves et zones marécageuses Deux zones humides encadrent le plateau, la vallée de la Dheune à l’ouest et le vallon des Bas-Roches à l’est. Elles permettent le développement d’arbres ou arbustes exigeant une humidité édaphique importante : c’est le cas pour Alnus, l’aulne, Salix, le saule, et pour Myrica gale. Ce dernier ne s’observe aujourd’hui qu’exceptionnellement en Bourgogne (Bugnon et alii, 1993, 1998). À Chassey, sa présence confirme le caractère humide et tempéré chaud de toute la période d’occupation néolithique et rejoint la remarque précédente sur Carpinus.
    • Ulmus, l’orme, n’apparaît qu’une fois, à la base du diagramme. Sa rareté est surprenante, car il est d’ordinaire bien représenté à l’époque néolithique, du moins dans les sites naturels. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cette quasi-absence :
    • raison taphonomique : ne prospérant que sur les terrains fertiles et frais, l’arbre, cantonné dans les vallées, disperse mal son pollen qui n’apparaît ainsi pas dans les spectres du plateau. À cela peut s’ajouter aussi une moindre résistance de ce pollen à l’action destructrice des micro-organismes ;
    • raison anthropique : souvent invoquée pour expliquer la chute de cet arbre aux alentours de 6000 BP, l’utilisation intensive du feuillage comme fourrage pour le bétail gênant le développement de l’arbre qui ne fructifie pas. La pression exercée par les populations de Chassey pratiquant culture et élevage peut-elle seule expliquer la rareté de l’orme ? La même raison pourrait aussi justifier l’absence surprenante de Fraxinus, le frêne.
    • Betula, le bouleau, arbre strictement héliophile, ne supporte pas la concurrence des autres arbres. Suivant l’espèce, B. pubescens ou B. pendula, il peut demander des sols humides ou se montrer frugal en s’adaptant à tous les substrats (Rameau et alii, 1989). Il peut donc être à la fois présent dans les vallées et se développer sur le plateau.

Les herbacées

13Les mieux représentées sont :

  • les Poaceae présentes à tous les niveaux, avec, de l’échantillon 21 à l’échantillon 5, des grains de type céréale ;
  • les Cichorioideae dont l’extension s’affirme à partir de la couche 10 jusqu’à la couche 5 ;
  • Artemisia, l’armoise, qui domine dans les couches 10 et 9, puis régresse en disparaissant pratiquement à l’échantillon 8.
  • Ensuite viennent des rudérales et des plantes de prairies : Asteroideae diverses, Ranunculaceae, Chenopodiaceae, Apiaceae, Caryophyllaceae, Brassicaceae, Rumex, Urtica, Dipsacaceae, Lamiaceae, Plantago, Rubiaceae, Liliaceae, Geraniaceae. Le pollen de ces plantes se répand peu. Trouver par exemple des amas de pollens de céréales agglomérés comme à l’échantillon 15 (observation d’une vingtaine de grains) indique que celles-ci poussaient bien sur le site même ou à proximité immédiate, ou témoigne d’un apport volontaire pour leur utilisation.
  • Enfin, des plantes liées à l’eau sont également observées à partir de la couche 7 : Myriophyllum, Typha, Nymphea.

Validité des spectres

14Avant d’aborder l’interprétation de ces résultats, il est nécessaire de les resituer dans le contexte archéologique, bien différent du cadre des analyses polliniques de milieux naturels (tourbières, milieux humides...).

15Ici, les grains de pollen doivent être considérés comme des vestiges archéologiques au même titre que les restes osseux, les coquilles, la poterie, le silex... Qu’il s’agisse de l’intérieur d’une cabane, d’une aire d’activité entre des habitations, d’un foyer, l’homme a joué un rôle primordial dans leur apport en introduisant litières, fourrages et différentes plantes alimentaires. Les animaux ont circulé transportant du pollen sous leurs pattes et dans leur fourrure. Leur fumier a pu s’accumuler et enrichir le sédiment en pollen représentatif de leur nourriture, donc de leur environnement (Argant, 1990). L’origine anthropique de l’ensemble des sédiments néolithiques assure une représentation pollinique directement liée aux activités humaines. L’interprétation qui en découle doit donc en tenir compte. Si les données recueillies ne peuvent servir à construire un modèle pour une région, l’analyse d’un site archéologique fournit cependant une image de l’environnement immédiat et local. Des variations climatiques peuvent difficilement en être déduites, sinon avec toute la prudence qui s’impose.

16La seule question – d’importance – reste celle de la validité des spectres obtenus. Chaque site est un cas particulier. À Chassey, la bioturbation signalée dans les couches 8 et 9 (Courty, 1982 ; Petit, Ollive, dans ce volume) laissait craindre de possibles remaniements. Mais il est peu probable que cette bioturbation ait affecté plus d’une couche à la fois compte tenu du mode de mise en place des sédiments. L’individualisation de chaque couche apparaît nettement, comme le montrent les études géologiques et sédimentologiques, en cohérence avec les dates 14C et l’industrie. L’analyse palynologique confirme cette conclusion. Les débris d’origine végétale sont très abondants dans les préparations. Le pollen est assez bien conservé dans l’ensemble. Quarante-six taxons peuvent être reconnus, ce qui correspond à une biodiversité satisfaisante, gage de validité des spectres, même si l’altération de certains grains de pollen rend difficile leur détermination. Dans le contexte de ces couches très organiques, l’action des micro-organismes est sans doute la cause principale des détériorations observées. Elle peut expliquer aussi la rareté ou l’absence de certains taxons parmi les moins résistants (tels Fraxinus, Ulmus, Quercus...) (Havinga, 1971). L’action de la chaleur peut être également invoquée (grains brunis, amorphes), ainsi que celle du piétinement (grains cassés). Dans neuf échantillons appartenant aux couches 10, 9, 8, 6 et 5 ont été découverts des amas de pollens le plus souvent homogènes (Tilia, Corylus, Cichorioideae, Brassicaceae, Artemisia, Chenopodiaceae, Poaceae et céréales), prouvant un transport très réduit de ces grains avant leur fossilisation. Le diagramme montre la répétition d’épisodes de défrichement (baisse de taux de pollens d’arbres et pointes synchrones de Betula) écartant un mélange entre couches différentes.

17Les spectres polliniques obtenus peuvent être considérés comme fiables sur le plan qualitatif. Une légère surreprésentation de certains taxons existe sans doute (Tilia et Corylus en particulier) dont il est tenu compte dans l’interprétation.

Interprétation du diagramme. Mise en évidence de l’action humaine

Le défrichage

18Les preuves en sont le rapport AP/T (qui dénote un milieu ouvert) et ses fluctuations. Le diagramme montre nettement pour quatre échantillons (19, 16, 12, 8) la répétition d’un schéma de défrichage comparable. Prenons l’exemple de l’échantillon 16 : nous voyons se développer Betula, espèce pionnière « pouvant après les exploitations abusives, les incendies, envahir promptement les sols dénudés... » (Lieutaghi, 1969), en association avec Pinus, pionnier lui aussi. Nous constatons également une pointe de Cichorioideae, alors que Corylus régresse et atteint son taux le plus bas. Ce schéma peut s’expliquer par un défrichage par le feu (Iversen, 1949 ; Reille, 1977 ; Vuorela, 1986) aux dépens de Corylus, permettant aux essences pionnières de coloniser les premières les terrains mis à nu pour permettre l’extension des cultures et l’obtention de pâturages.

19Aux phases de développement de Betula et Pinus succèdent une nouvelle extension de Corylus et le déclin des espèces pionnières.

20La répétition de ce schéma sur quatre niveaux (fig. 2, parties grisées numérotées 1, 2, 3, 4) permet d’imaginer une succession de coupes ou de brûlis marquant un temps fort dans les phases d’occupation correspondantes (Chasséen 10, 9 et 7, début du Néolithique final).

L’activité agricole

21Pour admettre la présence de graminées cultivées il faut réunir les facteurs suivants : présence de pollen de type céréale se faisant suite dans plusieurs échantillons, déboisement même peu marqué et associations de plantes rudérales (Leroi-Gourhan, Girard, 1971). Tous ces éléments se retrouvent à Chassey. Artemisia tient la première place parmi les rudérales qui sont nombreuses. Son recul, à partir de l’échantillon 17, indique probablement que les terrains issus du défrichage s’utilisent progressivement. Les céréales amorcent une présence continue. Les rudérales connaissent une grande extension (Chenopodiaceae, Plantago, Rumex en particulier).

22Lames de faucilles en silex et meules découvertes à la fouille confirment une activité agricole importante.

L’élevage

23Les actions de défrichage qui viennent d’être signalées avaient sans doute pour autre but de gagner des pâturages sur la forêt. L’extension des Cichorioideae, en particulier, peut être mise en relation avec une forte activité pastorale, confirmée par les restes osseux découverts à la fouille (Bovidés, Capridés et Ovinés).

L’approvisionnement en eau

24Le problème de l’emplacement des points d’eau et du transport de certains pollens est posé. Admettre des sources sur le plateau calcaire lui-même est exclu. Une venue d’eau existe encore actuellement, en bas de la falaise bordant le camp de Chassey, au contact du calcaire et des marnes, à quelques centaines de mètres au nord-ouest. Une humidité plus importante devait en faire un point d’approvisionnement en eau des habitants. Il est permis de penser que des plantes aquatiques poussaient en cet endroit. Des réserves d’eau étaient peut-être également constituées, sur le plateau, au milieu des habitations, réserves alimentées par l’eau de pluie, mais peut-être aussi par transport à partir du point d’eau précédent ou du ruisseau des Bas-Roches, enfin de la Dheune. Cette rivière a joué un rôle important pour les habitants de Chassey : la fouille a livré des restes abondants de poissons, de grenouilles et de coquilles de mollusques dulcaquicoles. La présence de pollen de Typha et de plantes aquatiques telles Myriophyllum ou Nymphea trouve donc une explication.

Chronologie. Comparaison avec les données régionales

25On peut distinguer deux zones principales dans le diagramme.

Zone pollinique a (échantillons 22 à 5)

26Les spectres polliniques permettent de rapporter à la période de l’Atlantique récent cette partie allant du Chasséen 10 au Néolithique final, ce qui est tout à fait en accord avec les dates 14C obtenues pour les couches 10 à 5. Le pollen de Corylus est le plus abondant avec celui de Tilia et Pinus reste rare. Abies apparaît sporadiquement et Alnus se développe. Les signes d’une humidité réelle sont présents. Le paysage est déboisé sur le site lui-même et dans ses alentours immédiats, mais subsiste un milieu forestier proche.

27Ceci est en accord avec les spectres obtenus dans des gisements comparables de la côte dijonnaise (Saint-Romain, grotte de la Mollepierre, en Côte-d’Or) où le tilleul tient une large place et où les défrichements se lisent surtout sur les taux modestes du chêne et la présence d’héliophiles (bouleau, noisetier), de plantes rudérales et parfois de céréales. Dans la vallée de la Saône, l’action de l’homme se fait sentir également dès 6000 BP. Les agriculteurs s’installent nettement dès la fin de l’Atlantique ancien, entraînant la chute brutale de l’orme et du chêne (Argant et alii, 1996 ; Richard, 1996).

Zone pollinique b (échantillons 4 à 1)

28Un changement important intervient avec l’expansion brutale de Pinus et la disparition des céréales. Les spectres de cette zone qui correspond à l’Âge du Bronze traduisent probablement un changement dans le mode d’occupation du site, avec un relatif abandon des cultures au profit éventuel de l’élevage (?). Il est difficile d’être plus précis dans cette interprétation étant donné le faible nombre d’échantillons et les possibles remaniements qui ont pu intervenir dans cette zone de rempart.

ANALYSE MALACOLOGIQUE

ÉCHANTILLONNAGE ET TRAITEMENT DES DONNÉES

29L’analyse des malacofaunes de Chassey vise à restituer une succession de photographies environnementales du site en liaison avec les différentes phases d’occupation humaine. Afin de recouper tous les niveaux archéologiques représentés, les prélèvements malacologiques ont été effectués sur deux profils de la coupe est-ouest de la Redoute (fig. 3, A). Au niveau du profil 2, la couche 7 présentait une structure de fossé et une lentille d’accumulation de coquilles qui ont chacune fait l’objet d’un échantillon supplémentaire pour évaluer une éventuelle variation locale des conditions environnementales (fig. 3, B).

30Chaque échantillon est désigné par le chiffre du profil suivi du numéro de couche. La taxonomie employée suit la liste de référence de Falkner (Falkneret alii, 2002) et les espèces ont été classées par groupes écologiques (fig. 4) dont les proportions, calculées en pourcentages, sont présentées sous forme de graphiques (fig. 5) selon le protocole établi par J.-J. Puisségur (Puisségur, 1976). Sur les seize échantillons seul le prélèvement 2-11, qui s’est révélé trop pauvre pour permettre une interprétation fiable, n’apparaît pas sur les diagrammes d’abondance. L’espèce Cecilioides acicula présente la particularité de vivre sous terre parmi les racines ou dans les creux rocheux (Kerneyet alii, 1983). Sa coquille effilée lui permet de s’enfoncer à des profondeurs qui peuvent parfois dépasser un mètre. Sa contemporanéité avec les autres taxons est par conséquent toujours douteuse et, si elle est recensée dans la liste de faune (fig. 4), elle a en revanche été éliminée dans la suite du traitement des données.

Analyse et interprétation

31De manière globale les spectres des espèces montrent que deux composantes principales du paysage sont représentées dans la séquence de Chassey : le milieu forestier avec les groupes 1 et 2 et le milieu ouvert avec les groupes 4 à 7’, l’ensemble des mollusques liés au domaine aquatique étant absent. La répartition spécifique au sein de ces groupes fait apparaître une distribution équilibrée des deux ensembles définis précédemment dans tous les niveaux néolithiques et une dominance de la composante milieu ouvert dans la structure du fossé ainsi que pendant la phase protohistorique.

32Les spectres des individus permettent de préciser cette distribution et de mettre en évidence ses fluctuations. Au sein du groupe 2 des espèces semi-forestières, qui prend une importance particulière, un taxon Discus rotundatus a été distingué par un figuré gris sur les spectres (fig. 5), car il représente souvent l’essentiel des effectifs de cet ensemble. Cette espèce colonise des habitats humides et ombragés de divers types, bois, litière, sous les pierres et dans les herbages humides (Kerney et alii, 1983). La présence de nombreux cailloux dans la séquence de Chassey a pu favoriser son développement.

33À la base de la séquence, la couche 10, qui a livré des vestiges attribués au Chasséen, présente un spectre des individus équilibré entre groupes du domaine forestier et mollusques de milieu ouvert.

34Les autres niveaux du Chasséen (couches 9 à 7) livrent des spectres d’individus dominés par les groupes du domaine forestier, proches de celui défini par J.-J. Puisségur (Puisségur, 1976) comme correspondant à un paysage de forêt à proximité d’un terrain découvert.

35Parallèlement les assemblages malacologiques récoltés dans la structure archéologique (2-7N et 2-7F) indiquent des conditions beaucoup plus sèches, favorables au développement des espèces du groupe 5. Dans le niveau du Néolithique Moyen Bourguignon (couche 6) une régression du domaine forestier est enregistrée par les malacofaunes. À l’inverse les assemblages de la couche 5 (Néolithique final) montrent une densification du couvert végétal, le groupe 1 des espèces strictement forestières augmentant nettement.

36Les populations malacologiques des niveaux de l’Âge du Bronze (couches 4 et 3) sont dominées par les groupes de mollusques de milieu ouvert. Cette régression du couvert forestier semble s’inverser à nouveau dans la couche 2 attribuée au Hallstatt final. Cependant il convient de souligner dans ce cas que les effectifs du groupe 2 des semi-forestiers sont essentiellement dus à l’espèce Cochlostoma septemspirale (fig. 4). Ce mollusque calciphile est particulièrement abondant sur les substrats rocheux et peut s’accommoder aussi bien des habitats ombragés que des biotopes exposés (Kerney et alii, 1983). Ainsi sa présence dans la couche 2 ne peut-elle forcément impliquer le développement de la couverture végétale, d’autant moins que la proportion de mollusques strictement forestiers (groupe 1) n’augmente pas par rapport aux niveaux de l’Âge du Bronze. La dernière association (niveau la, moderne) contient également une popu lation développée de cette espèce et des proportions importantes de mollusques de milieu plus ouvert.

Fig. 3.– LOCALISATION DES PRÉLÈVEMENTS MALACOLOGIQUES DANS L’AXE XLI (coupes vues depuis le nord-nord-est). A, coupe schématique avec positionnement des profils 1 et 2. B, profils 1 et 2 dans l’axe XLI, avec attribution archéologique des niveaux (NMB = Néolithique Moyen Bourguignon).

Fig. 3.– LOCALISATION DES PRÉLÈVEMENTS MALACOLOGIQUES DANS L’AXE XLI (coupes vues depuis le nord-nord-est). A, coupe schématique avec positionnement des profils 1 et 2. B, profils 1 et 2 dans l’axe XLI, avec attribution archéologique des niveaux (NMB = Néolithique Moyen Bourguignon).

Fig. 4.LISTE DES MALACOFAUNES. Les échantillons sont nommés par le numéro de coupe suivi du numéro de couche. Les espèces sont ordonnées selon les groupes écologiques (GE) définis par Puisségur (PUISSÉGUR, 1976) : 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’occurrence de l’espèce Cecilioides acicula est indiquée, mais ses effectifs ne sont pas pris en compte dans le total final.

Fig. 4.– LISTE DES MALACOFAUNES. Les échantillons sont nommés par le numéro de coupe suivi du numéro de couche. Les espèces sont ordonnées selon les groupes écologiques (GE) définis par Puisségur (PUISSÉGUR, 1976) : 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’occurrence de l’espèce Cecilioides acicula est indiquée, mais ses effectifs ne sont pas pris en compte dans le total final.

37Globalement les assemblages malacologiques des phases d’occupation néolithique sont les plus riches en espèces de milieu ombragé. Cependant des fluctuations de ces groupes mettent en évidence deux épisodes d’ouverture du paysage dans les couches 10 et 6 qui alternent avec des milieux de type forêt à proximité d’un terrain découvert pendant les phases chasséennes et Néolithique final. Les malacofaunes de la partie supérieure de la coupe, qui correspondent à la période protohistorique, révèlent un environnement plus sec correspondant à des sols plus exposés.

Fig. 5.– Spectres des malacofaunes. 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’espèce Discus rotundatus a été individualisée en gris sur les spectres des individus. À droite des spectres sont mentionnés le nombre d’espèces et d’individus contenus dans chaque échantillon.

Fig. 5.– Spectres des malacofaunes. 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’espèce Discus rotundatus a été individualisée en gris sur les spectres des individus. À droite des spectres sont mentionnés le nombre d’espèces et d’individus contenus dans chaque échantillon.

CONCLUSION

38Le plateau de Chassey, sur lequel s’installe vers 4500 à 4400 av. J.-C. une population chasséenne, est colonisé par une forêt dans laquelle le noisetier et le tilleul accompagnés principalement par le chêne jouent un rôle prépondérant.

39Tout au long de l’occupation chasséenne, puis au Néolithique moyen et final, des actions de défrichage, la pratique de culture et d’élevage font reculer, au moins localement, cette forêt et favorisent le développement d’espèces pionnières. La présence de céréales et de leur cortège de plantes rudérales témoigne de la mise en culture du plateau à proximité des habitations. Les populations malacologiques aussi reflètent bien cette coexistence d’un milieu forestier et d’un milieu ouvert.

40Depuis, le plateau de Chassey a subi bien d’autres occupations et s’il porte encore des marques de l’activité pastorale des siècles derniers, celles-ci s’effacent rapidement en raison de sa colonisation par les arbustes depuis qu’il n’est plus utilisé comme pâturage.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Argant (J.), 1980.– Analyse palynologique de trois gisements du Quaternaire de Saône-et-Loire : Château, Solutré, Chassey, DES Sciences Nat., Sciences, de la Terre, n° 82, Fac. des Sciences de Lyon, 76 p., 18 fig., 10 tabl.

Argant (J.), 1990.– Climat et environnement au Quaternaire dans le Bassin du Rhône d’après les données palynologiques, 199 p., 29 fig., 18 tabl., 11 diag. (Doc. des Labo. de Géologie Lyon, 111).

Argant (J.), 1996.– Néolithique. Palynologie, in : 30 ans d’Archéologie en Saône-et-Loire, p. 112-113.

Argant (J.), Chastel (J.), Ferrier (C.), 1996.– La moyenne vallée de la Saône, il y a 6000 ans : archéologie et paléoenvironnement, R.A.E., t. 47, p. 35-45, 5 fig.

Barbier (D.), 1999.– Histoire de la végétation du nordmayennais de la fin du Weichsélien à l’aube du XXIe siècle : mise en évidence d’un Tardiglaciaire armoricain : interactions homme-milieu, Nantes, Groupe d’Études des Milieux Naturels, 284 p. (vol. texte).

Bugnon (F.), Felzines (J.-C.), Loiseau (J.-E.), Royer (J.-M.), 1993.– Nouvelle flore de Bourgogne. Tome I : Catalogue général et fichier bibliographique, 216 p. (Bull. Scientifique de Bourgogne, h.-s.).

Bugnon (F.), Felzines (J.-C.), Loiseau (J.-E.), Royer (J.-M.), 1998.– Nouvelle flore de Bourgogne. Tome III : Atlas de répartition, clés des groupements végétaux, 489 p. (Bull. Scientifique de Bourgogne, h.-s.).

Courty (M.-A.), 1982.– Étude géologique de sites archéologiques holocènes : définition des processus sédimentaires et post-sédimentaires, caractérisation de l’impact anthropique ; essai de méthodologie, Thèse de 3e cycle n° 1726, Université Bordeaux I, 314 p., 55 fig., multigraphié.

Cyprien (A.-L.), 2002.– Chronologie de l’interaction de l ’homme et du milieu dans l’espace central et aval de la Loire (Ouest de la France), Nantes, Groupe d’Études des Milieux Naturels, 183 p. (vol. texte).

Falkner (G.), Ripken (T.), Falkner (M.), 2002.– Mollusques continentaux de France : liste de référence annotée et bibliographie, Paris, Muséum National d’Histoire Naturelle, 350 p. (Coll. Patrimoines Naturels, 52).

Havinga (A.J.), 1971.– An experimental investigation into the decay of pollen and spores in various soil types, in : Sporopollenin, London, Academic press, p. 446-479.

Iversen (J.), 1949.– The influence of prehistoric man on végétation (Danemarks Geologiske Undersøgelse, IV, Bd 3, Nr 6).

Kerney (M.P.), Cameron (R.A.D.), Jungbluth (J.H.), 1983.–. Die Landschnecken Nord- und Mitteleuropas : ein Bestimmungsbuch für Biologen und Naturfreunde, Hamburg und Berlin, Paul Parey, 384 p.

Leroi-Gourhan (A.), Girard (M.), 1971.– L’abri de la Cure à Baulmes (Suisse) : analyse pollinique, Ann. Soc. Suisse de Préhist. et Arch., vol. 56, Basel, p. 7-15.

Lieutaghi (P)., 1969, Le livre des arbres, arbustes et arbrisseaux, Paris, R. Morel éd., 1381 p.

Ouguerram (A.), 2002.– Histoire de la vallée de l’Erdre (affluent de la Loire, Massif armoricain, France) de la fin du Tardiglaciaire aux époques actuelles, Nantes, Groupe d’Études des Milieux Naturels, 121 p. (vol. texte).

Puisségur (J.-J.), 1976, Mollusques continentaux quaternaires de Bourgogne : significations stratigraphiques et climatiques, rapports avec d’autres faunes boréales en France, Paris, Doin, 241 p. (Mémoires Géologiques de l’Université de Dijon, 3).

Rameau (J.-C.), Mansion (D.), Dumé (G.), 1989.– Flore forestière française : guide écologique illustré. Vol. 1. Plaines et collines, Paris, Institut pour le développement forestier, 1 785 p.

Reille (M.), 1977.– Quelques aspects de l’activité humaine en Corse durant le Subatlantique et ses conséquences sur la végétation, in : Laville (H.), Renault-Miskovsky (J.) dir., L’approche écologique de l’homme fossile, Paris, p. 331-342 (47ème Suppl. au Bull. de l’As soc. franç. pour l’étude du Quaternaire).

Richard (H.), 1996.– Nouvelles données polliniques en Bresse : le marais de la Peupleraie à Le Miroir (Saône-et-Loire, France), C.R. de l’Acad, des Sciences Paris, 323, série IIa, p. 531-538.

Visset (L.), 1979.– Recherches palynologiques sur la végétation pléistocène et holocène de quelques sites du district phytogéographique de Basse-Loire, Nantes, 282 p. (Suppl. h.s. au Bull. de la Soc. des Sciences nat. de l’ Ouest de la France).

Vuorela (L), 1986.– Palynological and historical évidence of slash-and-burnt cultivation in South Finland, in : Behre (K.-E.) éd., Anthropogenic Indicators in Pollen Diagrams, Rotterdam / Boston, A.A. Balkema, p. 53- 64.

Table des illustrations

Titre Fig. I.– Localisation des prélèvements palynologiques dans l’axe XLIII (coupe vue depuis le nord-nord-est), a, prélèvements pour analyse poll inique ; b, prélèvements effectués dans une diaclase située à la base de la coupe ; c, limite entre deux couches.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 2.– Diagramme pollinique correspondant à la coupe du carré XLIII-56.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 3.– LOCALISATION DES PRÉLÈVEMENTS MALACOLOGIQUES DANS L’AXE XLI (coupes vues depuis le nord-nord-est). A, coupe schématique avec positionnement des profils 1 et 2. B, profils 1 et 2 dans l’axe XLI, avec attribution archéologique des niveaux (NMB = Néolithique Moyen Bourguignon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 4.LISTE DES MALACOFAUNES. Les échantillons sont nommés par le numéro de coupe suivi du numéro de couche. Les espèces sont ordonnées selon les groupes écologiques (GE) définis par Puisségur (PUISSÉGUR, 1976) : 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’occurrence de l’espèce Cecilioides acicula est indiquée, mais ses effectifs ne sont pas pris en compte dans le total final.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 5.– Spectres des malacofaunes. 1, forestier ; 2, semi-forestier ; 4, steppique ; 5, terrain découvert ; 7, mésophile ; 7’, limaces ; 8, hygrophile. L’espèce Discus rotundatus a été individualisée en gris sur les spectres des individus. À droite des spectres sont mentionnés le nombre d’espèces et d’individus contenus dans chaque échantillon.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search