Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre X. Chassey et le Néolithique de Bourgogne orientale

Texte intégral

1Pour compléter la conclusion au compte rendu des fouilles de Chassey que nous avons donnée dans le chapitre précédent, nous voudrions tenter ici, au risque de quelques redites, de replacer ce que nous connaissons du gisement chalonnais dans le cadre de ce que nous pouvons savoir du Néolithique de Bourgogne orientale. Il n’est guère possible encore de brosser un tableau cohérent de cette période pour la région concernée tant sont grandes les carences documentaires, rares les gisements convenablement fouillés, exceptionnelles les stratigraphies même peu développées. Cet exposé, fondé sur l’étude des artefacts et donc chrono-culturelle, s’efforcera de rassembler aussi les données relatives aux modes d’habitat, aux fondements de l’économie, aux pratiques funéraires, à la manière des synthèses ou des atlas qui décrivent les groupes culturels (Guilaine dir., 1976 et 1998), à défaut de pouvoir aborder l’analyse des structures sociales ou l’organisation du territoire, points sur lesquels nous manquons largement d’information. Mais cela même ne sera que partiellement possible pour des groupes culturels comme le Chasséen, le Néolithique Moyen Bourguignon ou le groupe de la Saône. Dans d’autres cas, comme pour le Néolithique ancien non rubané, le Villeneuve-Saint-Germain, l’Augy-Sainte-Pallaye ou le Cerny, cultures dont l’existence en Bourgogne de l’Est n’est pour le moment pas clairement déterminée, nous nous limiterons à une discussion critique en l’attente de données plus précises. Nous conservons naturellement ici le système chronologique qui a cours depuis plusieurs lustres en France orientale et en Suisse occidentale (jeunesse et alii, 1998, p. 501-503).

LE NÉOLITHIQUE ANCIEN

2Si le Néolithique ancien peut être convenablement évalué dans l’Yonne, en ce qui concerne le Rubané récent, grâce à des sites d’habitat généralement accompagnés de tombes, comme ceux d’Armeau, Charmoy, Champlay, Gron, Gurgy ou Villeneuve-la-Guyard (Carré et alii, 1989 ; Duhamel, 1991 ; Prestreau, 1992), il n’en va pas de même dans les départements de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire où nos connaissances relatives à la néolithisation restent encore extrêmement incertaines. Les quelques éléments susceptibles d’être discutés sont pour les uns de caractère rubané, pour les autres de caractère non rubané.

Éléments d’appartenance rubanée

3Les documents rubanés ou de caractère rubané sont représentés par le mobilier, aujourd’hui perdu, de la sépulture des Lentillières, à Dijon, ainsi que par des objets en pierre dure polie dépourvus de contexte.

Une inhumation du Rubané moyen

4Le mobilier de la sépulture des Lentillières, à Dijon, découvert en 1849 et conservé au Muséum d’histoire naturelle de Dijon, a été détruit pendant la seconde guerre mondiale ; il était de ce fait tombé dans l’oubli, d’autant que la publication qui en avait été faite à l’époque était devenue très rare (Marchant, 1864). L’abbé J. Joly qui avait vu le mobilier le mentionnait dans ses conférences comme datant du Néolithique final. L’article du Dictionnaire archéologique de la Gaule, qui reprend la description de cette sépulture (D.A.G., 1875, 1, p. 342, pl. Temps primitifs, fig. 2 à 7) a permis à G. Gallay de la ramener au jour (Gallay, 1981).

5Suivant les indications données par L. Marchant, la tombe contenait un bracelet de 11,5 cm de diamètre extérieur et de 7,5 cm de diamètre intérieur confectionné dans une coquille déterminée comme étant celle d’un pétoncle (Pectunculus pulvinatus), une bague haute de 4,5 cm, à tête arrondie en « chaton », avec un passage de doigt de 3,3 cm, tirée d’une coquille épaisse, ainsi qu’un « très grand nombre » d’éléments de collier de silhouette triangulaire (dont une cinquantaine ont été recueillis), longs de 2,5 cm en moyenne, découpés dans des valves identifiées comme étant celles de cardium (Cardium edule) et percés d’un seul trou (fig. 149).

Fig. 149.– Dijon, les Lentillières. 1, bracelet taillé dans une coquille de pétoncle (Pectunculus pulvinatus) ; 2, bague à chaton arrondi, façonnée dans une coquille épaisse ; 3-4, plaquettes triangulaires découpées dans des coquilles de cardium (Cardium edule) et percées d’un trou ; 5, montage en collier des plaquettes perforées. L’échelle correspond aux dimensions des objets indiquées par L. Marchant (extrait de Marchant, 1864).

Fig. 149.– Dijon, les Lentillières. 1, bracelet taillé dans une coquille de pétoncle (Pectunculus pulvinatus) ; 2, bague à chaton arrondi, façonnée dans une coquille épaisse ; 3-4, plaquettes triangulaires découpées dans des coquilles de cardium (Cardium edule) et percées d’un trou ; 5, montage en collier des plaquettes perforées. L’échelle correspond aux dimensions des objets indiquées par L. Marchant (extrait de Marchant, 1864).

6La bague est l’objet le plus significatif. Elle a en effet des homologues, taillées dans l’os ou la coquille, dans le sud de l’Alsace et l’est de la Champagne, toutes découvertes en milieu sépulcral. En Haute-Alsace, trois sépultures de la nécropole du Rubané moyen de Rixheim contenaient des bijoux de ce type ; trois bagues en os à section plate rectangulaire se trouvaient dans la sépulture 5, deux dans la sépulture 15, une en os à section plate et une en spondyle à tête arrondie, comparable à celle de la tombe de Dijon, dans la sépulture 12 (Schweitzer, Schweitzer, 1977. pl. 6, 18 et 11). En Champagne, des bagues en os, à section plan-convexe et peu épaisses, ont été découvertes également en milieu funéraire, une dans la tombe de Frignicourt (Chertier, 1974, fig. 3 ; Tappret, villes, 1994, fig. 4, n° 20), une dans celle des Aulnes à Moncetz-l’Abbaye (Nicaise, 1886), plusieurs dans la sépulture 2 et deux dans la sépulture 5 de Champ Buchotte à Larzicourt, une enfin dans la sépulture 5 des Noues à Orconte (Tappret et alii, 1988, p. 17 ; Tappret, villes, 1996, p. 190 ; Villes, 1997, p. 13).

7Des bracelets et des anneaux, comparables à celui des Lentillières, se rencontrent également dans ces régions. En Haute-Alsace, un bracelet en coquille de pétoncle fait partie du mobilier de la tombe 1 de la nécropole de Rixheim et un en spondyle de celui de la tombe 14 (Schweitzer, Schweitzer, 1977, pl. 1 et 16). En Champagne, deux paires d’anneaux (de 5 cm de diamètre intérieur), à savoir trois en coquille de spondyle et un en pierre dure, figuraient dans la tombe de Frignicourt (Villes, 1990, fig. 13, B) et un anneau en os dans celle de Moncetz-l’Abbaye (Nicaise, 1886). Un anneau en os a été découvert également, mais en milieu d’habitat, à Armeau, en Sénonais (Bailloud, 1964, p. 55).

8À considérer sa répartition dans le quart nord-est de la France, la bague en os ou en coquille semble être un bijou propre à la région qui s’étend du sud de l’Alsace à la Champagne méridionale et qui englobe le nord-est de la Bourgogne. C’est aussi un type de bijou présent dans le Néolithique ancien du Midi de la France (Barge, 1982, 1987), ce qui a conduit A. Villes à estimer qu’au sein du Rubané occidental, un tel élément de parure traduisait probablement une influence méridionale (Villes, 1997, p. 13). En tout cas, par sa bague et probablement aussi par ses perles en coquille de forme triangulaire qui sont également des parures répandues dans la partie occidentale du monde Rubané, la tombe de Dijon peut être rattachée au Rubané moyen, tout comme les tombes alsaciennes de Rixheim (Schweitzer, Schweitzer, 1977) et les tombes perthoises de Frignicourt, Moncetz-l’Abbaye, Larzicourt et Orconte (Lanchon, 1984 ; Tappret, Villes, 1996 ; Villes, 1997).

Des objets, sans contexte, du Rubané final

9De rares objets isolés, en pierre polie, peuvent aussi être rapportés à la séquence rubanée, confirmant la présence de cette culture en Bourgogne de l’Est à une phase récente et finale de son évolution et amplifiant quelque peu son aire d’occupation.

10Il s’agit d’abord d’une herminette étroite en « forme de bottier », façonnée dans une roche sédimentaire métamorphisée de couleur brune (peut-être andalousite), découverte en surface de labour et sans contexte, sur la commune des Maillys, dans la plaine de la Saône, en retrait de la rivière (fig. 150, n° 1). Elle appartient au modèle étroit, plus épais que large, à section transversale en plein cintre. Elle est comparable à la forme de bottier de la sépulture 46 d’Hœnheim, type III-4 de J.-R Farrugia (Farrugia, 1992, fig. 2, n° 3). Elle renvoie au Rubané alsacien et peut être classée dans le Rubané récent.

11D’autres herminettes en forme de bottier marquent des jalons sur la voie « méridionale » suivie par le Rubané de Haute-Alsace, tels les exemplaires de Fontenois-lès-Montbozon, en bordure de la vallée de l’Ognon, et de Rochefort-sur-Nenon, sur la rive du Doubs (Pétrequin, 1967, 1976). Du côté du pôle champenois, une forme de bottier étroite est signalée au Dessus de la Folie à Saint-Léger-près-Troyes, dans l’ Aube (Chertier, 1974, fig. 3) et une autre à Vanault-le-Châtel, dans la Marne (Bailloud, 1964, fig. 3, n° 1).

12Il s’agit ensuite d’une « masse » ou « herminette plate » perforée, fabriquée dans une roche verte veinée très dense, découverte à la fin du XIXe siècle dans une carrière d’argile, à Vénarey-les-Laumes, en Auxois (Collenot, 1886, n° 175). Elle est du modèle large, de forme rectangulaire, à côtés et « tranchants » cintrés, et percée d’un trou rond à larges entrées coniques (fig. 150, n° 2). Elle est comparable, régionalement, à l’une des deux masses perforées découvertes en rive gauche de Saône aux Buissons des Cugnots à Saint-Aubin dans le Jura (Planson, 1962, p. 142) et à celle du gué de Salcy à Sens (Bailloud, 1964, fig. 3, n° 4) ; elle ressemble aussi à la masse rectangulaire de Rouffach dans le Haut-Rhin (Jeunesse, 1983 ; Farrugia, 1992, fig. 5, n° 3). Référence faite aux quelques données relatives aux masses perforées du Rubané, trouvées dans des inhumations comme celles de la tombe 6 de Quatzenheim, de la tombe 26 de Souffelweyersheim dans le Bas-Rhin, de la tombe 37 des Octrois à Ensisheim dans le Haut-Rhin et de la tombe 66 d’Aiterhofen en Allemagne, elle semble devoir être classée dans un Rubané récent ou final (Farrugia, 1992, fig. 5 ; Jeunesse, 1997b, p. 265 ; 1997c, p. 88, fig. 32).

13Il faut citer enfin quelques soi-disant « haches-marteaux » courtes et trapues, en forme de « coins perforés » et à talon plus ou moins large, susceptibles d’être rattachées également à la tradition rubanée (fig. 150, nos 3 à 5). Des objets de ce type ont été trouvés en bordure de Saône, deux à Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux, en Haute-Saône (Thévenin, 1960, fig. 9, nos 3 et 4 ; Millotte, 1960, fig. 20, nos 3 et 4), et, en Côte-d’Or, un à Mercey près de Lamarche-sur-Saône (Marchant, 1866, pl. 2, n° 2), un au moins aux Maillys (coll. Caillet), deux, taillés d’ailleurs dans la même sorte de roche, dans la vallée de la Vingeanne, respectivement à Sacquenay (n° 4) et à Fontaine-Française, un aussi dans la plaine de l’Auxois à Marigny-le-Cahouët (n° 5 ; Collenot, 1886, n° 169). L’exemplaire le plus méridional a été mis au jour à Thury, en bordure du bassin d’Épinac (n° 3). Tous sont dépourvus de contexte.

14Ces instruments (outils, armes ou objets de prestige) sont du modèle des coins perforés bien connus dans les milieux de tradition rubanée en Alsace et en Moselle. Les spécimens alsaciens à talon large, oblique ou droit, peuvent être rapportés au Rubané récent, au Grossgartach, mais aussi au Rössen pour les plus jeunes (Farrugia, 1993 ; Löhr, 1986). Nous n’avons pas d’élément d’appréciation pour situer précisément les exemplaires de Bourgogne dans la tranche chronologique que recouvrent ces cultures, sauf peut-être le coin des Maillys qui pourrait être, si on le rapproche de l’herminette mentionnée ci-dessus, rapporté au Rubané récent.

15En tout état de cause, les bijoux de la tombe des Lentillières à Dijon ainsi que plusieurs des objets polis signalés nous permettent d’affirmer que la Bourgogne du Nord-Est a connu la présence rubanée au cours de ses phases moyenne et récente, selon la chronologie alsacienne. Nous avions envisagé l’arrivée éventuelle d’influences du Rubané dans la vallée de la Saône par le sud de l’Alsace (Thevenot, carré, 1976, p. 404). Les éléments réunis aujourd’hui tendent à confirmer l’existence de liens spécifiques entre la Haute-Alsace, la Bourgogne du Nord-Est et la Champagne, au Rubané moyen (Gallay, 1981 ; Lanchon, 1984, p. 104-105, p. 134 ; Thévenin, 1993, fig. 4). Le processus de « colonisation » semble s’être déroulé en l’occurrence en suivant la voie passant par la Trouée de Belfort, les vallées de l’Ognon et du Doubs, le Dijonnais, puis la vallée de la Marne en direction de la Champagne (fig. 151). Ces régions forment apparemment, dès cette époque, le domaine d’un seul et même ensemble culturel (Tappret, villes, 1996, p. 248), élément constitutif du « Rubané du Sud-Ouest » que C. Jeunesse dénomme groupe de « Mulhouse-Est et de la Marne » (Jeunesse, 1995b, p. 18 ; 1997b, fig. 2 ; 1997c, p. 82- 83 ; 1999, p. 344).

Fig. 150.– Objets polis rapportés au Néolithique ancien. 1. herminette étroite en « forme de bottier », en roche brune litée (andalousite ?), Les Maillys, en Charmes ; 2, « masse » perforée rectangulaire en roche verte marbrée, Vénarey-les-Laumes, carrière Tripier ; 3, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation conique, Thury ; 4, « coin » en pierre de couleur grise d’aspect lité, à fines passées noires, à perforation conique désaxée, Sacquenay ; 5, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation légèrement conique, Marigny-le-Cahouët. (Nos 2 et 5, Musée municipal, Semur-en-Auxois ; n° 4, Musée d’art et d’histoire, Langres).

Fig. 150.– Objets polis rapportés au Néolithique ancien. 1. herminette étroite en « forme de bottier », en roche brune litée (andalousite ?), Les Maillys, en Charmes ; 2, « masse » perforée rectangulaire en roche verte marbrée, Vénarey-les-Laumes, carrière Tripier ; 3, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation conique, Thury ; 4, « coin » en pierre de couleur grise d’aspect lité, à fines passées noires, à perforation conique désaxée, Sacquenay ; 5, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation légèrement conique, Marigny-le-Cahouët. (Nos 2 et 5, Musée municipal, Semur-en-Auxois ; n° 4, Musée d’art et d’histoire, Langres).

16Dans le bassin supérieur de la Saône, la présence du Rubané ne se concrétise pas toutefois de façon très importante, quoiqu’il faille s’attendre à de nouvelles découvertes dans ce domaine. Il n’est pas à exclure en effet que le Rubané ait réellement colonisé la région dijonnaise, qu’il y ait même connu un développement assez durable et qu’il ait pu de ce fait essaimer en outre en direction du nord-ouest, à travers l’Auxois et par les vallées de l’Armançon et de la Seine (fig. 151). Le Rubané présent dans le bassin supérieur de la Moselle pourrait de la même façon avoir emprunté le cours supérieur de la Saône (Blouet et alii, 1988).

17Dans le bassin moyen de la Saône, aucun document rubané avéré n’a été encore découvert, alors que l’existence d’influences du Cardial en Chalonnais tend à se confirmer. Cela permettrait de supposer que le contact, fortement présumé, entre les influences septentrionales et les influences méridionales a pu s’effectuer, à ce moment, dans ce secteur. Dans la vallée de l’Yonne en revanche, les choses sont plus claires. À sa phase récente, le Rubané y connaît en effet un réel développement, préfigurant très précocement semble-t-il le Villeneuve-Saint-Germain, si l’on se fonde sur la chronologie en cours (Prestreau, Duhamel, 1991, p. 100).

Des éléments de tradition danubienne conjecturaux

18Nous ne connaissons aujourd’hui en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire aucun ensemble de matériels caractéristique du groupe de Villeneuve-Saint-Germain « classique » tel qu’il a été défini dans le Bassin parisien (Constantin, Demoule, 1982 ; Lanchon, 1984 ; Constantin, 1985). Les techniques de décor céramique par incision, poinçonnage, impressions au peigne basculant, pincements digitaux, de même que les motifs en arêtes de poisson et les compositions en guirlandes, en bandes et en V qui en résultent, n’y sont pas signalés. Seuls les décors plastiques de cordons en relief, éventuellement disposés en V à partir d’une anse, intégrés également dans la liste des éléments caractéristiques de ce groupe comme dans le répertoire céramique du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye, sont représentés dans plusieurs gisements de la région. Il s’agit de l’habitat de l’Arène à Granges, du camp de Crais à Charigny, voire du camp du Mont à Marcilly-sur-Tille, pour mentionner les sites de Bourgogne que les auteurs retiennent généralement dans leur argumentation ; il faudrait y ajouter les anses flanquées de cordons du Petit Bois à Ouroux-sur-Saône, en réalité privées de contexte (Bontemps, 1997, fig. 48).

19Certains des tessons dotés de cordons qui proviennent de ces sites ne détoneraient sans doute pas dans un milieu Villeneuve-Saint-Germain. En fait, l’absence dans les répertoires céramiques invoqués, d’ailleurs très restreints, des techniques et des motifs décoratifs qui caractérisent en propre ce groupe et la présence de cordons en relief, quelle que soit leur disposition, ont conduit plusieurs auteurs à les ranger, en tout ou partie, dans l’Augy-Sainte-Pallaye, considéré en l’occurrence comme représentant la phase finale du Villeneuve-Saint-Germain (Villes, 1984, p. 83 ; Schœnstein, Villes, 1990, p. 278 ; Simonin, 1997, p. 56, 60 ; Constantin, 1997, p. 191, 193 ; Constantin, Blanchet, 1998, p. 596). La céramique du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye se singularise par des formes simples, vases hémisphériques, écuelles, et surtout par un décor de cordons horizontaux, verticaux ou obliques s’attachant aux anses, de lignes de boutons placées sous le bord, de boutons au repoussé alignés ou regroupés en plages ou encore par des bords à lèvre élargie et aplatie (Bailloud, 1964, p. 131 et 134 ; 1985, p. 542). Des remarques sont émises, à l’occasion, sur la validité de ce groupe, en raison de la faible représentativité des séries céramiques de référence et de l’imprécision des données stratigraphiques, voire de l’indétermination des caractères stylistiques (Constantin, Manolakakis, 1991, p. 49). Le groupe peut ne pas être pris en compte parmi les groupes culturels du Bassin parisien où il est censé s’être formé ou au moins développé (Constantin, Blanchet, 1998) et se trouver intégré dans ceux de l’est de la France (Jeunesse et alii, 1998, p. 515). Devant ces incertitudes et malgré l’absence d’une définition assurée, nous garderons le terme, sachant que l’Augy-Sainte-Pallaye ne sera en fait pour nous, en attendant, qu’un « Néolithique à cordons » (Prestreau, Duhamel, 1991, p. 100).

Fig. 151.– Extension du « Rubané du Sud-Ouest » dans le Bassin parisien. On s’accorde aujourd’hui à considérer qu’à la phase moyenne de son évolution (selon la chronologie alsacienne), le Rubané de Haute-Alsace a essaimé par la Trouée de Belfort en direction de la vallée de la Saône dijonnaise, puis qu’il a suivi la vallée de la Marne pour s’établir dans le Perthois. De là, au cours d’une phase ultérieure (Rubané Récent), ce groupe culturel aurait colonisé le centre du Bassin parisien. Il est fort probable qu’au nord, le Rubané lorrain ait joué parallèlement un rôle dans la colonisation de la vallée de l’Aisne. Au sud, il n’est pas à exclure non plus que le Rubané du Dijonnais (à supposer qu’il se soit installé durablement dans cette région) ait pu aussi intervenir dans ce phénomène de diffusion en empruntant les vallées de l’Armançon et de la Seine en direction de la confluence Seine-Yonne, voire la vallée supérieure de la Saône en direction des vallées du Madon et de la Meuse. (Daprès Lanchon, 1984, p. 133 ; Thévenin, 1993, fig. 4 ; Jeunesse, 2000, fig. 5).

Fig. 151.– Extension du « Rubané du Sud-Ouest » dans le Bassin parisien. On s’accorde aujourd’hui à considérer qu’à la phase moyenne de son évolution (selon la chronologie alsacienne), le Rubané de Haute-Alsace a essaimé par la Trouée de Belfort en direction de la vallée de la Saône dijonnaise, puis qu’il a suivi la vallée de la Marne pour s’établir dans le Perthois. De là, au cours d’une phase ultérieure (Rubané Récent), ce groupe culturel aurait colonisé le centre du Bassin parisien. Il est fort probable qu’au nord, le Rubané lorrain ait joué parallèlement un rôle dans la colonisation de la vallée de l’Aisne. Au sud, il n’est pas à exclure non plus que le Rubané du Dijonnais (à supposer qu’il se soit installé durablement dans cette région) ait pu aussi intervenir dans ce phénomène de diffusion en empruntant les vallées de l’Armançon et de la Seine en direction de la confluence Seine-Yonne, voire la vallée supérieure de la Saône en direction des vallées du Madon et de la Meuse. (Daprès Lanchon, 1984, p. 133 ; Thévenin, 1993, fig. 4 ; Jeunesse, 2000, fig. 5).

Sites mentionnés : 1, Quatzenheim (Aufdem Spitzenpfad) ; 2, Souffelweyersheim (tuilerie Reiss et Bund) ; 3, Hœnheim ; 4, Rouffach ; 5, Ensisheim (les Octrois) ; 6, Rixheim ; 7, Fontenois-lès-Montbozon ; 8, Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux ; 9, Rochefort-sur-Nenon ; 10, Saint-Aubin (les Buissons des Cugnots) ; 11, Les Maillys (en Charmes) ; 12, Lamarche-sur-Saône (Mercey) ; 13, Thury ; 14, Dijon (les Lentillières) ; 15, Fontaine-Française ; 16, Sacquenay ; 17, Marigny-le-Cahouët ; 18, Vénarey-lès-Laumes (carrière Tripier) ; 19, Armeau (les Sablons) ; 20, Sens (gué de Salcy) ; 21, Saint-Léger-près-Troyes (le Dessus de la Folie) ; 22. Larzicourt (Champ-Buchotte) ; 23, Moncetz-l’Abbaye (les Aulnes) ; 24, Orconte (les Noues) ; 25, Frignicourt ; 26, Vanault-le-Châtel ; 27, Marainville-sur-Madon (Sous le chemin de Naviot) ; 28, Granges (l’Arène) ; 29, Ouroux-sur-Saône (le Petit Bois).

20La succession généralement admise à l’heure actuelle des groupes culturels dans le Bassin parisien place sur une même ligne évolutive Rubané Récent, Villeneuve-Saint-Germain, Augy-Sainte-Pallaye, Cerny, qui sont considérés comme inscrits dans la même tradition danubienne (Bailloud, 1985, fig. 52). Dans ce schéma, l’Augy-Sainte-Pallaye est lié phylétiquement au Villeneuve-Saint-Germain (Simonin, 1997, p. 61) et c’est à ce dernier qu’il est supposé emprunter les cordons (Lanchon, 1984, p. 158).

21Il apparaît nettement aujourd’hui que tous les cordons des sites de la région ne se rangent pas dans la même phase ni dans la même culture. Toutes les céramiques qui en portent n’appartiennent pas nécessairement à l’Augy-Sainte-Pallaye. Les cordons en relief existent du Néolithique ancien au Bronze ancien. En eux-mêmes, les cordons lisses en relief ne suffisent donc pas pour identifier le Villeneuve-Saint-Germain, ni même l’Augy-Sainte-Pallaye.

22La question peut se poser encore de savoir si d’autres éléments comme les bracelets discoïdes plats en pierre, schisteuse ou autre, bien connus en Bourgogne orientale, pourraient être rattachés à la tradition rubanée. Des bracelets étroits figurent en nombre en effet dans la bijouterie des gisements du Villeneuve-Saint-Germain dont ils sont spécifiques (Lanchon, 1984, p. 137 ; Simonin, 1997, fig. 10-11). Ils sont courants dans les contextes domestiques et funéraires de ce groupe dans le nord de la Bourgogne, par exemple dans la sépulture 9 associée à l’habitat de la Sablonnière à Passy dont le défunt portait aux coudes des bracelets étroits, en schiste ardoisier et en roche dure (Thevenot, 1985b, fig. 33), et dans les structures 3 et 4 de l’habitat voisin qui contenaient respectivement huit et douze bracelets du même genre (Thevenot, 1982, fig. 43).

23Il existe en effet dans tout le bassin de la Saône, du Dijonnais au Beaujolais, plusieurs dizaines d’anneaux et de fragments d’anneaux en roche schisteuse et en roche « noble » (Mortillet, 1907, 1911 ; Barthélemy, 1973 ; Roussot-Larroque, 1990). Leur contexte archéologique, en particulier céramique, n’est pas identifié et ils sont souvent, par tradition, rapportés au Néolithique final. Des bracelets du modèle étroit, qui correspondraient au type habituel du Villeneuve-Saint-Germain, se rencontrent dans le bassin moyen de la Saône, en Chalonnais par exemple où il en a été trouvés aussi bien dans la plaine comme au Moulin de Droux à Saint-Rémy (Gros, à paraître) et au Petit Bois à Ouroux-sur-Saône (Bontemps, 1997, fig. 46, nos 3), que dans les collines de la Côte, comme au Roc Blanc à Aluze (Gros, 1959) et au camp de Chassey (coll. Loydreau) ; il s’en trouve également en Mâconnais, par exemple à Varennes-lès-Mâcon où sont mentionnés un bracelet étroit et un bracelet large (Barthélemy, 1973). Des anneaux sont signalés aussi en nombre dans le nord du bassin de la Saône (Thévenin, 1964, fig. 49). Des exemplaires de silhouette régulière, larges et plats, ou « anneaux-disques », au chant extérieur souvent aminci, et façonnés dans des pierres dures colorées, ont été découverts en dehors de tout contexte, à Oslon et à Ouroux-sur-Saône en Chalonnais (Armand-Calliat, 1951 ; Thevenot, 1978, fig. 21), à Volnay en Beaunois (Mortillet, Mortillet, 1881, pl. LXIII, 612 ; Déchelette, 1908, fig. 186 ; Mortillet, 1907, fig. 12 et 1911, fig. 83), à Ruffey-les-Échirey en Dijonnais (Marchant, 1865, pl. ; Mortillet, 1907, fig. 5 et 1911, fig. 82) ou encore dans l’Auxois (Marlot, 1908, p. 89).

24Nous avons mentionné les bracelets étroits de la Sablonnière et des Graviers à Passy dans l’Yonne, mais des bijoux de ce type sont connus aussi, dans la même région, en milieu Villeneuve-Saint-Germain, dans la fosse 6 du Brassot à Étigny (Connet et alii, 1995, pl. IX, nos 2, 3, 6), la fosse 30-48 des Gourmandes à Bassou (Poyeton et alii, 1997, fig. 2-5, nos 9- 12) ou encore dans la sépulture 156 des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard (Prestreau, 1992, p. 181). Dans le site des Dépendances de Digny à Échilleuses dans le Loiret, les deux types de bracelets, étroit et large, sont clairement associés et bien datés de la fin du Néolithique ancien par un ensemble céramique caractéristique du Villeneuve-Saint-Germain récent et par trois dates 14C (Simonin, 1988, fig. 5 ; 1997, fig. 10).

25En revanche, dans la région qui nous concerne, aucun anneau large en pierre dure n’est réellement situé sur le plan chronologique ni culturel. Le segment d’anneau large de l’abri sous roche du Poron des Cuèches à Nan-sous-Thil a été trouvé dans des couches manifestement remaniées (Mouton, Joffroy, 1957, fig. 3, n° 3). Le segment de bracelet étroit en pierre du Petit Bois à Ouroux-sur-Saône n’a pas de contexte (Bontemps, 1997). La question peut se poser de savoir si le fragment de bracelet du Moulin de Droux à Saint-Rémy est à rapprocher de deux petits tessons à décor au poinçon bifide et de trois fragments de cordons dont le style évoque une période antérieure au Chasséen (Gros, à paraître). Quant aux fragments de bracelets en pierre, larges ou étroits, trouvés au camp de Chassey (coll. Loydreau), il n’y a rien dans ce que l’on connaît du matériel provenant du site même qui puisse leur donner un point d’attache antérieur au Néolithique moyen. L’existence d’une tradition danubienne caractérisée en Bourgogne orientale, dans la vallée moyenne de la Saône, même si elle est présumée, reste à l’évidence à prouver.

Éléments non rubanés

26La présence en Bourgogne de l’Est d’un Néolithique ancien non rubané tend aujourd’hui à s’affirmer, bien que son identité n’en soit pas encore nettement reconnue. S’agit-il en effet d’un complexe à céramique de La Hoguette déjà bien analysé dans le Jura voisin (Jeunesse, 1998c, p. 214) ou d’une autre entité culturelle d’origine méridionale à définir ? Nous sommes pour le moment dépourvus du site ou de la stratigraphie qui permettrait de répondre à la question et donc réduits à nouveau, volens nolens, à des conjectures fondées sur la typologie.

Des armatures de silex connues dans le complexe de La Hoguette

27Nous connaissons, dans la vallée de la Saône, quelques artéfacts qui peuvent laisser supposer l’existence d’un Néolithique ancien non rubané. Il s’agit d’armatures en silex, pointes (ou fléchettes) asymétriques à base concave du type de Bavans (Aimé, 1993, fig. 154, 155, 157). Deux exemplaires trouvés anciennement au Villars en Tournugeois, privés cependant de contexte assuré (Duriaud et alii, 1983, fig. 14, nos 12-13 ; Duriaud, 1998, fig. 3, nos 2 et 3), sont conformes à ce type que caractérisent des retouches marginales plus ou moins denticulées à gauche et une base concave à retouches bifaciales courtes (Jaccottey et alii, 1997). Deux autres pointes du même type ont été recueillies, sans contexte défini, en Chalonnais, l’une sur les rives de Saône à Ouroux-sur-Saône (recherches J.-P. Thevenot), l’autre aux Vernusses à Saint-Rémy (recherches J.-N. Blanchot).

28Ces pointes peuvent être associées à des céramiques du type de La Hoguette, comme à Bavans même (Aimé, Jeunesse, 1986) et dans le site du Col des Roches au Locle en Suisse (Jaccottey, Daval, 1996, p. 316). Elles sont présentes dans le Rubané alsacien, comme dans le site de Rufacher Huben à Colmar dans le Haut-Rhin (Mauvilly, 1989) où ce modèle d’armature est considéré comme un élément n’ayant pas son origine dans le monde rubané, mais procédant plutôt du monde méditerranéen (Thévenin, 2000. p. 123). Les données concernant la céramique de La Hoguette sont encore très réduites, mais son origine méditerranéenne est aujourd’hui généralement reconnue, les décors traînés qui en caractérisent le style semblant trouver leur source dans les décors du Cardial ancien (Voruz, 1991a, p. 21 ; Jeunesse, 1995c, p. 145).

29Les armatures à base concave des niveaux 57, 56 et 54 de la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, classés dans le « Néolithique ancien rhodanien » (Nicod, 1995, p. 128 ; Perrin, 1996, 2003), viennent confirmer le rôle de l’axe Rhône-Saône dans le processus d’expansion et de mise en place d’un phénomène de néolithisation précoce qui pourrait être effectivement lié à la propagation du complexe de La Hoguette. L’introduction de ces éléments céramiques (associés à d’autres innovations comme l’élevage du mouton et de la chèvre) a pu se faire aux alentours de 5500-5400 avant J.-C. (Jeunesse, 1995c, p. 145). Dans l’aire rhénane, le phénomène de La Hoguette aurait été assimilé plus ou moins rapidement par le Rubané (Gronenborn, 1994).

30À considérer les quelques pointes de Bavans signalées dans le Chalonnais, rien n’interdit de supposer que s’est produit dans la vallée de la Saône un premier moment de néolithisation d’origine méridionale, lié éventuellement au phénomène de La Hoguette, qui a pu s’exercer dans un contexte de la fin du Mésolithique.

Des céramiques à cordons d’obédience cardiale

31Les séries céramiques à cordons de Bourgogne orientale, d’attribution longtemps hésitante, sont généralement classées aujourd’hui, comme nous l’avons indiqué ci-dessus, dans l’Augy-Sainte-Pallaye assimilé au Villeneuve-Saint-Germain final. Les séries régionales auxquelles il est fait le plus souvent référence en la matière, celles de Granges, de Charigny et même de Marcilly-sur-Tille, ne recouvrent pourtant pas, comme nous l’avons dit, les mêmes domaines culturels. Les tessons de Granges nous paraissent en effet aujourd’hui devoir être mis à part.

32Les fragments de céramiques du gisement de l’Arène à Granges ont été recueillis sur dix années, entre 1935 et 1944, lors de travaux d’extraction de sables et de graviers effectués épisodiquement et artisanalement dans une carrière ouverte dans la formation géologique des sables et argiles dite de la Ferté qui s’étend au pied de la Côte chalonnaise. Ils se distribuent en deux lots, l’un néolithique, l’autre protohistorique (Armand-Calliat, 1940). Le lot néolithique comprend moins de trente objets, anses isolées et tessons à décor de cordons qui ont été à l’évidence sélectionnés et qui ne constituent pas un « ensemble » dont l’homogénéité soit garantie, d’autant qu’une anse intégrée dans le lot provient d’un lieu voisin, dit le Paradis. Leur technique de fabrication semble cependant rapprocher ces quelques tessons : pâte à dégraissant de sables locaux quartzo-feldspathiques, surfaces simplement lissées, cuisson de qualité moyenne (fig. 152 et 153). Un éclat laminaire, en silex apparemment local, est le seul document lithique qui les accompagne. Quelques silex et tessons recueillis par la suite n’apportent pas de réel complément à cette série d’objets (Trémeau et alii, 1992, fig. 11 et 12).

33Les tessons conservés proviennent de vases dont les formes sont difficiles à reconnaître ; même l’orientation des fragments est quelquefois incertaine. Sur deux segments de rebords, la lèvre est ondulée par une excroissance arrondie, sorte de courte languette légèrement éversée (fig. 152, nos 1 et 2). Sur un autre, issu d’un vase de forme peut-être sphérique, un cordon vertical se prolonge sur la lèvre par un petit bou ton (n° 3). Deux autres tessons appartenant sans doute à un même récipient dont le diamètre pourrait être de l’ordre de 30 à 35 cm, montrent des protubérances du même genre, mais apparemment plus rapprochées ; ils présentent en outre, à l’extérieur, un cordon lisse vertical appuyé sur un cordon horizontal qui vient s’accoler à l’une des saillies et, à l’intérieur, à 1,5 cm sous la lèvre, un cordon lisse horizontal qui forme un renfort (nos 6 et 8). Des cordons lisses, étroits et arrondis, disposés à l’équerre, se retrouvent sur deux autres fragments (nos 4 et 9). Enfin cinq tessons portent un cordon lisse soit vertical, soit horizontal (nos 5 et 7).

Fig. 152.– Granges, l’Arène. 1-2, rebords à lèvre ondulée ; 3, cordon vertical dépassant la lèvre ; 4, 9, cordons orthogonaux ; 5, 7, cordons (verticaux ou horizontaux) ; 6, 8, bords de vases à lèvre ondulée, présentant, à l’extérieur, des cordons verticaux appuyés sur un cordon horizontal et, à l’intérieur, un cordon horizontal placé sous la lèvre ; 10, fragment de mamelon perforé ; 11, languette perforée fixée sur un cordon. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).

Fig. 152.– Granges, l’Arène. 1-2, rebords à lèvre ondulée ; 3, cordon vertical dépassant la lèvre ; 4, 9, cordons orthogonaux ; 5, 7, cordons (verticaux ou horizontaux) ; 6, 8, bords de vases à lèvre ondulée, présentant, à l’extérieur, des cordons verticaux appuyés sur un cordon horizontal et, à l’intérieur, un cordon horizontal placé sous la lèvre ; 10, fragment de mamelon perforé ; 11, languette perforée fixée sur un cordon. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).

Fig. 153.– Granges, l’Arène. 1, mamelon perforé sous une lèvre aplatie ; 2-3, 5, languettes perforées ; 4, oreille perforée ; 6, languette flanquée d’une pastille ; 7-8, oreilles accotées d’un bouton. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).

Fig. 153.– Granges, l’Arène. 1, mamelon perforé sous une lèvre aplatie ; 2-3, 5, languettes perforées ; 4, oreille perforée ; 6, languette flanquée d’une pastille ; 7-8, oreilles accotées d’un bouton. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).

34Les anses sont au nombre de seize, fragments compris. Elles sont massives et caractérisées par de grosses perforations. La petitesse des tessons ne permet pas toujours de les orienter convenablement. Ce sont des mamelons dont l’un est accolé à une lèvre aplatie (fig. 153, n° 1) et des oreilles ou languettes placées en pleine paroi ou près du rebord (nos 2 à 5). S’en détachent une languette épaisse flanquée d’une grosse pastille (n° 6) ainsi que deux fragments d’anses en boudin soutenant un bouton en légère saillie (nos 7 et 8).

35Les cordons internes, les anses à petit bouton accolé, ne s’inscrivent pas en fait dans la liste des caractères propres des ensembles céramiques de l’Augy-Sainte-Pallaye, ni de ceux du Néolithique Moyen Bourguignon. Nous ne croyons donc plus devoir ranger les tessons de Granges dans l’Augy-Sainte-Pallaye proprement dit, comme nous l’avons fait initialement (Thevenot, Carré, 1976). Pour certains auteurs, les cordons s’enracinent dans le Villeneuve-Saint-Germain et les sites de Granges et de Charigny traduisent une expansion vers le Midi de la France du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye, dénommé un temps « Cerny Sud » (Constantin, 1990, fig. 3 ; Constantin, 1995, p. 149). D’autres auteurs insistent à l’inverse sur l’importance de la part que le Néolithique ancien méridional a pu ou dû jouer dans la formation des groupes de Villeneuve-Saint-Germain et d’Augy-Sainte-Pallaye (Bailloud, 1985, p. 531 ; Schœnstein, Villes, 1990, p. 278 ; Roussot-Larroque, 1993 ; Willigen, 2000). Les avis sont fort partagés (Lanchon, Constantin, 1992, p. 170-171). Nous considérons cependant comme possible, suivant en cela G. Bailloud (Bailloud, 1985, p. 533), que la céramique à cordons de Granges ne ressortit pas au Villeneuve-Saint-Germain classique ni final, mais que son origine est à rechercher dans le Midi de la France.

36Le décor de cordons lisses orthogonaux et de cordons verticaux dépassant la lèvre, associés à des cordons internes, renvoie en effet concrètement au Cardial et à l’Épi-Cardial méditerranéens dans lesquels il est commun (Binder, Courtin, 1986, p. 85). De même, les anses flanquées d’un ou de deux petits boutons, présentes à Granges, sont connues comme nous l’avons signalé dans le précédent chapitre, dans le Néolithique ancien Cardial du groupe Cèze-Ardèche (grotte de l’Aigle à Méjannes-le-Clap dans le Gard, Baume Ronze à Orgnac, Baume des Roches à Saint-Remèze, Combe Obscure à Lagorce en Ardèche), de même que dans le Saint-Uze (Beeching et alii, 1995, fig. 1, n° 10). En ce sens, le matériel de Granges semble effectivement trouver ses racines dans les sites cardiaux du Rhône inférieur et moyen (Beeching et alii, 1995, fig. 4). Il viendrait alors en prolongement naturel du mobilier des sites cardiaux des Perches et des Feuilly à Saint-Priest près de Lyon (Daugas et alii, 1996 ; Hénon, Ramponi, 2002), comme de celui des sites de la Grande Rivoire à Sassenage (Picavet, 1988 ; Bintz et alii, 1995) et encore de la grotte du Gardon où figure, dans la séquence du Néolithique ancien des niveaux 60 à 54, un décor apparemment impressionné à la coquille (Nicod, 1995 ; Nicod et alii, 1996, p. 94).

37La découverte récente, hors contexte, à la Cygonière à Ouroux-sur-Saône, de fragments d’un vase qui porte un décor présent à Saint-Priest, peut venir conforter ce point de vue (recherches C. Bontemps). Ces tessons appartiennent à un récipient de forme semi-sphérique de 25 à 30 cm de diamètre, monté au colombin (fig. 154). Le vase est cerclé, à 6 cm sous le plan d’ouverture, d’un cordon fin qui relie deux mamelons perforés ; des deux mamelons partent d’étroits cordons qui montent, en légère oblique, jusqu’à la lèvre bordée elle-même, en continu, de petits boutons olivaires ; ces éléments de décor sont fixés en applique.

38L’idée d’une influence méridionale dans la vallée de la Saône et plus précisément celle de l’existence de liens avec le Cardial, probablement dans sa phase récente ou finale, doit donc être retenue. Le phénomène pourrait marquer un moment important dans la néolithisation du sud-est de la Bourgogne. En parallèle, l’action d’une influence méridionale jusqu’à la Loire moyenne, à partir du Cardial de la Limagne (sites du Brézet et de la rue des Quatre Passeports à Clermont-Ferrand, site du Parc logistique à Gerzat), souvent invoquée, se renforce aussi (Lanchon, 1984, p. 186 ; Villes, 1984, p. 89 ; Schœnstein, Villes, 1990, p. 277 ; Nicod et alii, 1996, p. 94).

39Les caractères des cordons lisses présents à Granges nous portent naturellement à considérer que le mobilier auquel ils appartiennent est plus ancien que celui des sites rapportés à l’ Augy-Sainte-Pallaye proprement dit. Nous sommes amené aussi, en toute logique, à présumer que les cordons du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye pourraient avoir leurs antécédents dans les « cordons de Granges » plutôt que dans ceux du Villeneuve-Saint-Germain. Le matériel du type de Granges pourrait même constituer le substrat de l’ Augy-Sainte-Pallaye (Bailloud, 1985, p. 533). Ceci renforcerait l’idée que le Villeneuve-Saint-Germain et l’ Augy-Sainte-Pallaye prennent en partie au moins leur origine dans le Cardial final ou l’Épi-Cardial tel qu’il se manifeste dans le site chalonnais, ce qui a déjà été envisagé (Lanchon, 1984, p. 158). Le vase provenant de l’habitat des Plantes du Mont à Gurgy dans l’Yonne, comparable à celui de la Cygonière à Ouroux-sur-Saône par ses cordons partant des anses et ses boutons alignés sous la lèvre, qui est rapporté à un Villeneuve-Saint-Germain final, pourrait plaider aussi en ce sens (Delor, 1991, p. 20). Nous n’avons pas pour le moment les données stratigraphiques qui nous permettraient d’asseoir ou de prolonger ces hypothèses.

40Le Néolithique ancien non rubané de Bourgogne de l’Est semblerait donc procéder de l’arrivée dans la région, par la vallée de la Saône, d’un groupe ou bien d’influences d’origine méridionale d’obédience cardiale dont Granges fournit toutefois une image très réduite. Les découvertes récentes de céramiques cardiales à Saint-Priest montrent que, à une époque que l’on s’accorde pour le moment à situer vers 5200- 5100 av. J.-C., l’aire d’extension ou d’influence du Cardial intègre déjà la région de la confluence de la Saône et du Rhône (Beeching, 1987, p. 521). La progression du mouvement cardial s’est opérée ensuite, en quelque sorte de manière traditionnelle, d’un côté vers l’est par le Rhône et de l’autre au nord en direction du Bassin parisien par la vallée de la Saône (Perrin, 2003, fig. 10). Les découvertes de tessons et de vases de style cardial de Vinneuf (Carré, 1991, fig. 6) et de Ribeaupré à Larzicourt dans la Marne (Chertier, 1980, fig. 21 ; Tappret, Villes, 1996, fig. 29, n° A1) sont les témoins les plus pertinents de la progression vers le nord de ce mouvement qui a pu gagner aussi le Rubané final alsacien, à considérer le vase à décor de style Épi-Cardial de la fosse 14 de Ziegelhof à Westhouse (Lefranc et alii, 1998). La voie Loire-Allier a selon toute vraisemblance, comme nous l’avons indiqué plus haut, joué un rôle équivalent dans le processus de « montée » vers le nord de ces influences.

Fig. 154.– Ouroux-sur-Saône, la Cygonière. 1-3, fragments du rebord d’un vase semi-sphérique orné d’un cordon horizontal reliant deux mamelons perforés et de cordons dressés partant des anses et montant jusqu’à la lèvre, elle-même décorée d’une ligne de petits boutons olivaires ; 4-5, cordons horizontaux ; 6, cordon vertical. (Recherches C. Bontemps).

Fig. 154.– Ouroux-sur-Saône, la Cygonière. 1-3, fragments du rebord d’un vase semi-sphérique orné d’un cordon horizontal reliant deux mamelons perforés et de cordons dressés partant des anses et montant jusqu’à la lèvre, elle-même décorée d’une ligne de petits boutons olivaires ; 4-5, cordons horizontaux ; 6, cordon vertical. (Recherches C. Bontemps).

41Il faut donc considérer qu’un Néolithique ancien d’origine méridionale est réellement intervenu dans la néolithisation de la vallée de la Saône, voire de ses bordures montagneuses, comme c’est le cas en Franche-Comté (Bailloud, 1985, p. 532). Le phénomène s’est effectué très certainement en plusieurs phases dont la première pourrait être liée au développement du complexe de La Hoguette et la seconde, peut-être plus affirmée et plus importante, liée à l’extension du Cardial final et de l’Épi-Cardial vers le nord, une troisième, avec le Saint-Uze, étant susceptible de prendre le relais (Perrin, 2002, fig. 17). Nous ne saisissons pourtant pas encore vraiment l’ampleur. ni les réelles conséquences du contact entre le courant rubané et le courant méridional sur la mise en place et l’évolution du Néolithique régional ; les sites du sud du Bassin parisien où le Rubané a une forte implantation devraient aider à la compréhension de ce phénomène.

Un Néolithique ancien à céramiques lisses hypothétique

42C’est par hypothèse, en restant dans la même perspective, que nous évoquons l’existence éventuelle d’un horizon à céramiques lisses dans la moyenne vallée de la Saône. Pouvons-nous en effet envisager qu’y existe réellement un horizon Saint-Uze ? Les éléments Saint-Uze qui participent à la définition du Chasséen de Chassey pourraient l’indiquer. Si le Chasséen de Bourgogne orientale a intégré ces éléments, comme nous l’avons proposé dans le chapitre précédent, il a pu le faire soit dans le couloir rhodanien lors de sa progression vers le nord, soit dans la vallée même de la Saône au moment où il s’y est installé ; cela supposerait, dans ce dernier cas, que le Saint-Uze aurait été alors bien implanté dans cette région, au moins dans le sud. La preuve de cette présence n’étant pas faite, nous avons considéré que le Chasséen a opéré les emprunts au Saint-Uze dans son épicentre rhodanien.

43Nous avons pensé un temps avec G. Bailloud qu’un vase ovoïde à paroi épaisse doté d’un unique gros bouton olivaire plein trouvé dans la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (Thevenot, Carré, 1976, fig. 2, n° 19 ; Gallay, 1977, pl. 2, 35, n° 1) pouvait témoigner en faveur de l’existence d’un Néolithique ancien à céramiques lisses en Bourgogne de l’Est parce qu’il ressemble à un vase de forme ovoïde muni de quatre gros boutons perforés, provenant du niveau XI de la grotte de la Baume à Gonvillars en Haute-Saône (Pétrequin, 1970a, fig. 12, n° 2 ; 1974, fig. 15). Comme A. Gallay, nous rapportions initialement ce récipient au Néolithique Moyen Bourguignon. De son côté D. Mordant tend à rattacher ce même vase au courant Wauwil du fait qu’il ressemble aussi à un récipient ovoïde à deux oreilles aplaties de Cannes-Écluse où s’inscrit la marque du Rössen (Mordant, 1986a, fig. 2, A 5 et p. 314).

44La céramique du niveau XI de Gonvillars (Pétrequin, 1974), comme celle du niveau IXb inférieur de la grotte de la Tuilerie à Gondenans-Montby dans le Doubs (Pétrequin, 1972), se différencie par des formes simples sphériques et ovoïdes, quelquefois refermées en bouteilles, munies d’anses en bouton et d’anses en ruban. Cette céramique lisse relève effectivement en grande partie d’une tradition méridionale sur laquelle plusieurs auteurs ont insisté ; elle est attribuée au Néolithique ancien et est tenue pour contemporaine du Rubané récent (Pétrequin, 1976, p. 303 ; Bailloud, 1985, p. 531 ; jeunesse et alii, 1998, p. 515).

45Quelle que soit la pertinence de cette remarque appliquée à un seul vase, nous n’excluons pas la possibilité qu’un ensemble à céramiques lisses, à l’instar du ou d’un équivalent du « faciès de Gonvillars » de Franche-Comté, ait pu s’intercaler dans la séquence du Néolithique ancien de la vallée de la Saône et de ses bordures montagneuses (Bailloud, 1985 ; jeunesse et alii, 1998, p. 502 ; Perrin, 2002, fig. 17), occupant alors la place du Villeneuve-Saint-Germain que nous n’avons pas réellement identifié. Mais il ne s’agit là encore que d’une hypothèse.

LE NÉOLITHIQUE MOYEN

46Les données sont en apparence un peu plus complètes en ce qui concerne le Néolithique moyen régional. Les sites reconnus sont nettement plus nombreux. Mais les ensembles provenant de niveaux bien en place et bien datés sont rares. Plusieurs lots de matériels auxquels il est souvent fait référence posent de sérieux problèmes quant à leur appartenance culturelle et à leur position chronologique ; même les données jugées acquises, comme peuvent l’être (au moins en partie) celles relatives au Néolithique Moyen Bourguignon, sont à prendre en compte avec une certaine prudence. Le schéma structurel des cultures du Néolithique moyen reste donc un tant soit peu aléatoire. La période est scindée en deux phases caractérisées l’une par l’aboutissement des lignées cardiale et rubanée et l’installation du Chasséen, l’autre par l’établissement du Néolithique Moyen Bourguignon.

Charigny en question

47L’un des problèmes principaux à prendre en compte est celui que pose la présence de cordons dans les ensembles céramiques. En Bourgogne orientale, les sites de Granges et de Charigny sont souvent rapportés au groupe d’Augy-Sainte-Pallaye du seul fait de l’existence de cordons lisses dans leur répertoire décoratif (Jeunesse et alii, 1998, p. 516). Nous avons rattaché ci-dessus le matériel de Granges au Néolithique ancien en raison de ses affinités apparentes avec le Cardial. Le mobilier de Charigny a été attribué au début au Chasséen par G. Bailloud auquel la présence des cordons lisses posait toutefois question (Bailloud, 1964, p. 136). Nous avons, comme A. Gallay, rangé un temps ce mobilier dans le Néolithique Moyen Bourguignon (Gallay, 1977, p. 147-148 ; Thevenot, 1986), puis, à cause des cordons lisses disposés en V partant d’une anse, nous l’avons classé dans l’Augy-Sainte-Pallaye (Prestreau, Thevenot, 1996).

48Les éléments céramiques du camp de Crais à Charigny proviennent de fouilles conduites par J. Joly et J.-J. Puisségur en 1954, dans un habitat de hauteur situé en bordure de la plaine de l’Auxois (Joly, 1954 ; Joly, 1965a, fig. 4 et 5). Le camp occupe une petite colline, dégagée en promontoire du plateau bajocien, dont le sommet, incliné et bordé de faibles abrupts rocheux, est barré par trois légères levées parallèles équidistantes et peut-être synchroniques ; la levée intérieure dont l’extrémité nord rabattue en équerre vers l’intérieur de l’enceinte semble correspondre à un éventuel aménagement d’entrée, est la plus importante. L’aire interne où la roche affleure présente quelques dépressions interprétées comme de possibles « fonds de cabanes ». Sur la bordure méridionale du camp, le sédiment, plus épais, forme une sorte de replat artificiel large de quatre à six mètres, localement tronqué par l’érosion naturelle, où semblent se concentrer les vestiges archéologiques.

49Les cinq sondages peu étendus, pratiqués en 1954 sur la marge externe de ce replat, à la rupture de pente, ont montré une stratigraphie constante qui comporte un seul niveau archéologique inclus dans une couche de terre noire ; celle-ci est pincée entre une couche supérieure de terre brune contenant quelques rares vestiges roulés erratiques et une couche inférieure née de l’altération de la roche-mère (notes de J. Joly). Les sondages de contrôle que nous avons effectués en 1973, avant que la surface du camp ne fût défoncée pour une mise en culture temporaire, confirment totalement ces relevés.

50L’essentiel des objets provient des sondages 1 et 2 de 1954 (fig. 155 et 156). Dans le sondage 1, un squelette placé en décubitus dorsal, celui d’une femme de 25 à 30 ans selon une analyse inédite de M. Chabeuf, a été découvert à la partie supérieure de la couche noire, sans mobilier particulier près de lui selon les indications de J. Joly (Joly, 1954). Le matériel archéologique mis au jour dans le niveau proprement dit comprend des éclats et des microéclats de silex souvent brûlés, des fragments de céramiques, mais pas de forme reconstituable, d’assez nombreux fragments de meules et de broyons en roches granitiques ou gréseuses ainsi que des restes peu fournis de faune domestique. Parmi ces vestiges se remarque surtout une statuette féminine acéphale en terre cuite, au bassin large, aux seins bien dessinés, aux jambes réduites à des boutons, dont le cou présente une perforation verticale destinée à la fixation d’une tête amovible (fig. 156, n° 5). Dans le sondage 2, le niveau archéologique contenait les fragments d’un vase sphérique de plus de 35 cm de diamètre muni de deux mamelons perforés prolongés bilatéralement par des cordons lisses disposés en V et venant s’appuyer sur la lèvre (fig. 155, nos 1 et 2) ainsi que des fragments de poteries micacées et une lame de silex. Quelques objets ont été extraits de trois autres sondages de surface plus réduite.

51Le mobilier du camp de Crais comprend majoritairement des vases à paroi épaisse, à surface simplement lissée, à dégraissant toutefois assez calibré, plus rarement des vases à paroi fine un peu plus soignés. La forme la plus complète dérive de la sphère (fig. 155, nos 1 et 2), mais une forme à tendance cylindrique et une autre carénée (n° 8) peuvent être reconnues. Les rebords ont une lèvre généralement arrondie (nos 4 et 5). Quelques fonds sont aplatis (nos 6 et 7). Le disque de terre cuite est représenté par deux exemplaires (n° 9). Les anses comprennent des boutons pleins parfois pincés (coll. G. Farine), des mamelons ronds ou olivaires, des boutons aplatis à grosse perforation, ensellés dans deux cas (fig. 156, nos 1 à 4 et 6). Il y aurait aussi, objets aujourd’hui disparus, un morceau de barrette multiforée, un segment de baguette, un fragment de coupe à socle non décoré et un cordon peu épais en arc de cercle (Gallay, 1977, pl. 6, 107). Le lithique comporte quelques éclats courts ou laminaires, un grattoir sur éclat cortical, un racloir épais au bord sinueux, une pointe unifaciale sur large lame, une pièce ovalaire à retouches directes, une pointe trapue du genre foret, enfin une armature tranchante à retouches abruptes (nos 7 à 12). L’industrie osseuse ne compte qu’un fragment de gaine de hache en bois de cerf entièrement décortiquée, à talon de section carrée et à fort bombé distal, un segment de fût débité par sciage et l’extrémité d’un poinçon en os (nos 13 et 14).

52Le problème qui se pose avec le mobilier du camp de Crais vient du fait que le matériel céramique comporte des éléments qui renvoient de façon concrète à des styles culturels différents. Les cordons lisses ouverts en V et partant d’une anse perforée ainsi que la forme sphérique qui les porte, orientent en eux-mêmes vers une entité telle que l’Augy-Sainte-Pallaye. Les mamelons ronds et les mamelons ensellés à grosse perforation, les fonds aplatis, les plats à pain, suggérent le Néolithique Moyen Bourguignon. La coupe à socle et l’élément multiforé que signale A. Gallay (Gallay, 1977, pl. 6, 107, nos 41, 42 et 54), tout comme le fragment de carène et la statuette féminine, inclinent vers le Chasséen. L’intrication de ces caractéristiques a pu être considérée comme le résultat d’une « compaction » stratigraphique (Jeunesse et alii, 1998, p. 516). Mais nos fouilles, comme celles de J. Joly et J.-J. Puisségur, n’ont fourni aucun indice d’un tel phénomène. Il est malgré tout étonnant, dans notre vision actuelle, que des cordons en V, censés caractériser un Augy-Sainte-Pallaye, c’est-à-dire un Villeneuve-Saint-Germain final, puissent être associés à du Chasséen et à du Néolithique Moyen Bourguignon même débutant. L’écart chronologique l’interdit sauf à supposer que l’Augy-Sainte-Pallaye ait pu se perpétuer sous une forme spécifique dans la région. Si c’était le cas, Charigny marquerait alors soit une phase très finale d’un Augy-Sainte-Pallaye régional prolongé, soit une phase initiale du Néolithique Moyen Bourguignon, dans un cas comme dans l’autre avec la marque d’une influence chasséenne. L’hypothèse ne trouve pas pour le moment de soutien.

53Le fait que nous ne connaissions pas en Bourgogne orientale de site susceptible d’être attribué sans conteste au groupe d’Augy-Sainte-Pallaye, c’est-à-dire d’en représenter la phase de plein développement, complique les choses. Les cordons en V partant d’une anse en mamelon perforé découverts au Petit Bois à Ouroux- sur-Saône n’ont pas de contexte (Bontemps, 1997, fig. 48) et le cordon oblique, souvent cité, du Poron des Cuèches à Nan-sous-Thil est issu d’un milieu perturbé (Mouton, Joffroy, 1957, fig. 3, n° 2). De plus la présence, dans la région, du Cerny qui succède normalement à l’Augy-Sainte-Pallaye, n’est encore que supposée. Nous n’avons donc pas pour le moment les éléments suffisants pour résoudre ce problème et nous ne pouvons affirmer que Charigny, même si cela n’est certainement pas à exclure, représente vraiment quelque chose d’original. Que le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye proprement dit ou un groupe apparenté se soit développé durablement dans le bassin de la Saône, comme c’est le cas en Bourgogne icaunaise et dans le sud du Bassin parisien (Lanchon, 1984 ; Bailloud, 1985, p. 533 et 542), reste encore à prouver.

Fig. 155.– Charigny, le Crais. 1-2, vase en portion de sphère doté de deux mamelons perforés flanqués de rubans disposés en V et faisant saillie sur la lèvre ; 3, cordon lisse vertical attenant à une lèvre plate ; 4-5, rebords à lèvre arrondie ; 6- 7, fonds aplatis ; 8, carène anguleuse ; 9, disque de cuisson à bords relevés.

Fig. 155.– Charigny, le Crais. 1-2, vase en portion de sphère doté de deux mamelons perforés flanqués de rubans disposés en V et faisant saillie sur la lèvre ; 3, cordon lisse vertical attenant à une lèvre plate ; 4-5, rebords à lèvre arrondie ; 6- 7, fonds aplatis ; 8, carène anguleuse ; 9, disque de cuisson à bords relevés.

Fig. 156.– Charigny, le Crais. 1, mamelon olivaire perforé ; 2-4, mamelons plats, plus ou moins ensellés, perforés ; 5, statuette féminine ; 6, bouton plein ; 7, grattoir sur éclat cortical ; 8, racloir latéral à face plane amincie ; 9, pointe sur lame large ; 10, pièce ovalaire à retouches semi-abruptes ; 11, pointe courte (foret) ; 12, armature tranchante à retouches abruptes ; 13, gaine droite brute ; 14, gaine à talon anguleux décortiqué et bombé distal grèsé (vue latérale). Nos 1-6, terre cuite ; nos 7-12, silex ; n°s13-14, bois de cerf.

Fig. 156.– Charigny, le Crais. 1, mamelon olivaire perforé ; 2-4, mamelons plats, plus ou moins ensellés, perforés ; 5, statuette féminine ; 6, bouton plein ; 7, grattoir sur éclat cortical ; 8, racloir latéral à face plane amincie ; 9, pointe sur lame large ; 10, pièce ovalaire à retouches semi-abruptes ; 11, pointe courte (foret) ; 12, armature tranchante à retouches abruptes ; 13, gaine droite brute ; 14, gaine à talon anguleux décortiqué et bombé distal grèsé (vue latérale). Nos 1-6, terre cuite ; nos 7-12, silex ; n°s13-14, bois de cerf.

Fig. 157.– Pouilly-sur-Saône, la Pièce du Château : 1, fragment d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé et d’une ligne de pastilles appliquées, disposées en feston ; 2, tenon perforé ; 3-4, languettes perforées ; 5, anse à perforation sous-cutanée.Ouroux-sur-Saône, le Petit Bois : 6, fragments d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé, disposées en feston de part et d’autre d’une anse en ruban ; 7, tesson à décor de points imprimés avec un poinçon à trois dents. (N°s 1 -5, Musée municipal, Seurre ; n°s 6-7, recherches C. Bontemps).

Fig. 157.– Pouilly-sur-Saône, la Pièce du Château : 1, fragment d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé et d’une ligne de pastilles appliquées, disposées en feston ; 2, tenon perforé ; 3-4, languettes perforées ; 5, anse à perforation sous-cutanée.– Ouroux-sur-Saône, le Petit Bois : 6, fragments d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé, disposées en feston de part et d’autre d’une anse en ruban ; 7, tesson à décor de points imprimés avec un poinçon à trois dents. (N°s 1 -5, Musée municipal, Seurre ; n°s 6-7, recherches C. Bontemps).

Le Cerny possible ou probable

54Une autre question qui se pose avec autant d’acuité pour la période considérée est en effet celle de la présence éventuelle du groupe de Cerny dans le bassin de la Saône. Un petit lot de matériels céramique et lithique découvert en 1943 à la Pièce du Château à Pouilly-sur-Saône permet de l’aborder. Les documents en question ont été mis au jour à l’occasion du creusement d’une tranchée de canalisation tirée à partir d’un puits en direction de la berge de la Saône (Javelle, 1955, 1978) ; ils proviennent d’une couche archéologique observée à 0,80 m de profondeur dans les limons de la formation fluviolacustre surplombant la rivière. Il s’agit là sans doute d’un véritable habitat, conservé en stratigraphie et comportant selon toute vraisemblance des traces de structures domestiques, voire de substructions.

55L’élément le plus typé du matériel recueilli est un fragment du rebord d’un vase, probablement de forme semi-sphérique, décoré de deux lignes légèrement cintrées de boutons formés au repoussé surmontant une ligne de grosses pastilles appliquées et aplaties au pouce (fig. 157, n° 1). Le mobilier qui accompagne ce tesson est composé d’un bouton en tenon et de deux languettes perforés, d’une anse plate à perforation sous-cutanée (nos 3 à 5), de deux rebords à lèvre arrondie, ainsi que de quelques lames de silex de module moyen, d’un grattoir rond et du talon pointu d’une lame de hache en roche éruptive vert clair. Le décor de boutons au repoussé, de pastilles appliquées, les languettes perforées, évoquent bien le style Cerny ; ce décor est connu dans l’Yonne dans le site du Pré Tomery à Gisy-les-Nobles par exemple (Prestreau, Thevenot, 1996, fig. 2 ; Duhamel, Prestreau, 1997, fig. 11).

56Le problème est le même si l’on considère les fragments d’un vase trouvés dans les limons bruns des alluvions récentes de la Saône au lieu-dit le Petit Bois à Ouroux-sur-Saône, à l’occasion de fouilles préventives (Bontemps, 1997). Il s’agit de fragments d’un récipient de forme sphérique répartis sur une sizaine de mètres carrés, sans autre objet d’accompagnement. La pâte est partiellement dégraissée à l’os. Le vase présente, sous le rebord et de part et d’autre d’une anse en ruban, deux lignes en léger feston de pastilles effectuées au repoussé, dans le style Cerny (fig. 157, n° 6). Ce vase est peut-être à mettre en relation avec deux concentrations voisines de coquilles de noisettes carbonisées datées au 14C de 5790 ± 65 BP (entre 4790 et 4460 av. J.-C.). Un petit tesson à décor de points imprimés au poinçon à trois dents, trouvé dans un autre secteur du site, confirmerait la présence du style Cerny à Ouroux-sur-Saône (n° 7).

57Il n’est pas possible de dire si ces témoins stylistiques traduisent l’existence d’installations permanentes proprement Cerny dans le bassin de la Saône ou bien la simple influence du groupe de Cerny, à partir de son domaine icaunais par exemple, sur les communautés en place dans la vallée de la Saône. Nous n’écartons pas la première hypothèse, comme d’autres auteurs (Constantin, 1990, p. 213), car même si leur contexte ne comporte pas de document utilisable, les vestiges de Pouilly-sur-Saône semblent bien appartenir à un établissement permanent organisé. Les éléments céramiques du site d’À Chaudarde à Ruffey-sur-Seille dans le Jura, qui comportent en particulier des lignes de boutons au repoussé de style Cerny, pourraient conforter cette idée (Séara, Ganard, 1996, fig. 8.34 et 8.5). Cela pourrait signifier qu’existerait dans la vallée de la Saône, au moins dans son cours moyen, un groupe Cerny proprement dit. Les influences Cerny décelables dans les industries du Chasséen de Chassey auraient dans ce cas une explication directe.

Le Chasséen

58Pour le Chasséen, les choses sont de prime abord plus claires. Caractériser les industries de ce groupe ne pose pas en principe de réel problème ; la technologie céramique évoluée, les formes segmentées des vases et les décors géométriques gravés des coupes à socle et des écuelles à rebord plat, les anses multiforées, les silex blonds débités en lames, les armatures de flèches tranchantes caractéristiques, sont aisés à reconnaître. La culture est bien identifiée même si les phases de son évolution sont encore méconnues dans la région.

Documentation

59Le Chasséen de Bourgogne orientale, dominé par le gisement éponyme, n’est en fait représenté que par un nombre réduit de sites avérés. La documentation relative au Chasséen provient en effet essentiellement des niveaux 10 à 7 de la Redoute à Chassey, que peut compléter une partie des abondantes séries de la collection d’É. Loydreau (Thevenot, 1969). En dehors de cette documentation, existent seulement deux ensembles de bien moindre ampleur, produits de fouilles de sauvetage. Le premier provient du gisement des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône dans l’Ain, dans lequel un sondage d’une douzaine de mètres carrés a été effectué en 1981 et 1982 ; celui-ci a permis de relever dans les limons de débordement de la Saône une stratigraphie qui comporte, sous deux niveaux respectivement du Bronze ancien et du Néolithique final, un niveau chasséen qui a livré un mobilier surtout céramique en relation directe avec quelques traces de structures d’habitat (Barthélemy, 1983a, 1983b, 1996). Le second vient du gisement de la Condemine, au Villars, où une opération menée en 1997 a mis au jour une petite fosse, creusée dans les formations argileuses qui recouvrent la corniche bathonienne surplombant la Saône, dans laquelle ont été recueillis aussi quelques éléments céramiques (Duriaud, 2000).

60Un autre ensemble lithique et céramique a été constitué quant à lui à partir de prospections de surface effectuées, entre 1958 et 1964, dans le gisement du Moulin de Droux à Saint-Rémy, qui occupe le sommet d’une légère éminence située au bord de l’Orbise, un petit tributaire de la Saône (recherches J.-P. Thevenot et A.-C. Gros) ; cette série peut être tenue pour cohérente dans la mesure où les pièces lithiques qui lui sont rapportées se différencient en principe assez nettement, par les matériaux et les types d’artéfacts, d’un lot de microlithes mésolithiques. Un autre gisement, prospecté seulement depuis 1999, celui des Vernusses à Saint-Rémy qui est implanté également sur le bord de l’Orbise, à 1,5 km de distance du précédent, a donné déjà quelques documents lithiques et céramiques chasséens très typés (recherches J.-N. Blanchot).

61Sont à signaler également quelques silex et tessons chasséens caractérisés découverts en 1973, en prospection, dans un habitat de hauteur, éloigné de Chassey puisqu’il est situé sur la bordure orientale du socle primaire du Morvan, à l’extrémité sud-est de la dépression de l’Auxois (recherches P. Chaugne). Ce gisement, certainement très important et qui plus est non fouillé, est établi, à la façon de Chassey, sur le sommet tabulaire bajocien de la Montagne de Bard que se partagent les communes de Marcheseuil, Manlay et Bard-le-Régulier (Nicolardot, 2003, fig. 175). Dans l’ouest de la Saône-et-Loire, un autre site qui occupe un sommet granitique arrondi, celui du Mont Dardon à Uxeau, a donné quelques éléments chasséens (Parriat, 1973, pl. 3, n° 37).

62Des fragments de poteries chasséennes au contexte indécis ont été découverts en outre dans l’arrière-côte beaunoise, dans la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot (Parriat, 1975 ; Galan, 1990 ; Dufay-Galan, 1995, 1996) et dans celle du Pertuis à Saint-Romain (musées de Beaune), ainsi que dans l’arrière-côte dijonnaise, dans la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (Joly, 1959, fig. 1, n° 1).

63Deux séries lithiques attribuables au Chasséen ont été recueillies en surface de labours, en Tournugeois, dans la station du Champ-Villars au Villars, située, comme le gisement de la Condemine, sur le bord de la formation calcaire qui surplombe la Saône (Duriaud et alii, 1983), et dans l’Autunois, au Champ de la Justice à Saint-Pantaléon, dans la vallée de l’Arroux, affluent de la Loire (Philibert, 1975 ; Creusaton, Thevenot, 1987) ; leur homogénéité ne peut être bien entendu garantie.

64Enfin des silex isolés présumés chasséens, comme des armatures tranchantes à retouches semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre, sont signalés dans la vallée de la Saône, par exemple aux Recourbes à Simandre, à la Tuilerie Jeanton à Thorey (Duriaud, 1998, fig. 3), au Bas de la Reppe à Gergy (recherches J.-N. Blanchot), sans que l’on puisse dire encore si ces objets sont rattachés ou non à des implantations permanentes susceptibles de fournir un matériel cohérent ou d’être soumises à des fouilles.

Sites

65Comme le montre cette liste de sites, les lieux d’implantation des habitats chasséens ne sont pas uniformes. Aux Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône et à la Condemine au Villars, ils sont localisés sur le bord de la Saône. L’habitat des Ordeliers est établi en terre ferme, au bord même de la rivière, les structures domestiques étant creusées dans les limons alluviaux. Nous ne connaissons pas suffisamment les conditions climatiques de la période concernée pour dire quelles étaient à l’époque les variations du niveau des eaux. L’habitat de la Condemine est situé quant à lui sur le rebord de la corniche bathonienne qui surplombe directement la Saône d’une trentaine de mètres, implanté sur les sols argileux qui recouvrent le substrat calcaire. Les habitats du Moulin de Droux et des Vernusses à Saint-Rémy, sont installés à la limite de la plaine alluviale de la Saône, sur de légères éminences de la formation fluviolacustre dite de Saint-Cosme, à proximité de l’Orbise, petit ruisseau tributaire ; même aujourd’hui, ces légers reliefs restent à l’abri des inondations de la Saône. Nous ignorons tout de l’organisation de ces habitats que nous ne pouvons qualifier sans réserve de villages. Nous supposons qu’ils étaient totalement ouverts plutôt qu’entourés par une enceinte, parce qu’autant qu’on puisse le savoir, les Chasséens de la région considérée ne paraissent pas avoir prisé ce type d’installation qui se développera en revanche dans le nord de la Bourgogne.

66Les sites de hauteur occupés sont, dans les deux cas les mieux connus, des plateaux calcaires limités par des abrupts rocheux et de fortes pentes, en forme de promontoire à Chassey ou en butte isolée à la Montagne de Bard à Marcheseuil et Manlay. Ces lieux paraissent avoir été retenus en priorité pour leur situation élevée permettant de contrôler un large territoire et pour leur facilité à être aménagés dans le but supposé de garder ou de parquer des animaux. Nous n’avons pas en effet à ce jour identifié, sur ces emplacements, de levée ni de rempart construit dans un but strictement défensif. Le remblai du niveau 10 de Chassey est interprété comme un terrassement destiné à régulariser et à étendre une aire d’occupation. La tranchée étroite qui borde le niveau 7 dans le secteur fouillé, même si elle était renforcée comme nous le supposons ci-avant par une clôture, ne paraît pas devoir être considérée comme une réelle construction de défense ; nous n’y avons pas relevé de trace de poteau de gros diamètre et ne pouvons imaginer qu’une superstructure légère ; de plus cette clôture éventuelle ne devait être dressée qu’aux endroits où l’épaisseur du sol permettait de creuser une tranchée suffisamment profonde. Sa fonction paraît de ce fait être surtout celle d’une simple clôture. À la Montagne de Bard aucune structure défensive n’a été relevée à ce jour (Nicolardot, 2003, p. 149). Ces deux gisements semblent donc répondre à une conception différente de celle que manifestent les sites chasséens de hauteur dotés de remparts et de fossés palissadés du Bassin parisien comme Boury-en-Vexin, Catenoy ou Jonquières (Bailloud, 1982, p. 21 ; Blanchet, Martinez, 1988, p. 160) et de celle dont témoignent les enceintes à fossés et palissades établis en terrain plat dans le nord de la Bourgogne à Esnon, Beaumont et Monéteau (Prestreau, 2002).

Habitations

67Les habitations chasséennes elles-mêmes nous sont inconnues. Les structures domestiques répertoriées dans les niveaux de la Redoute se réduisent en effet d’une part aux foyers du niveau 9 alignés en bordure du plateau à sa pointe méridionale, mais dépourvus de tout encadrement construit, et donc sans relation avec une habitation proprement dite, d’autre part au foyer du niveau 8 attenant à une aire formée par une accumulation de rognons de chaille et bloquée probablement par une cloison, mais pas intégrée non plus semble-t-il dans une véritable construction couverte. Les fouilleurs du xixe siècle avaient identifié à Chassey des structures, foyers et agencements de pierres, dont certains devaient être chasséens, mais leurs descriptions trop rapides et l’absence de relevé ne nous permettent pas d’en tirer parti aujourd’hui (Perrault, 1870).

68Le niveau inférieur du gisement des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône a livré un mobilier qui se trouvait en relation directe avec un petit foyer creusé en cuvette et deux trous de poteaux ; ces trous de poteau et l’effet de cloison que la répartition des vestiges forme sur leur alignement, paraissent marquer la bordure d’une construction élevée en terre ferme sur une armature de poteaux de bois ; il peut s’agir d’une partie d’une habitation proprement dite (Barthélemy, 1983a, 1983b, 1996). Quant à la fosse de la Condemine, cavité de 2,50 m de diamètre et de 0,70 m de profondeur, elle était probablement, compte tenu des conditions de comblement, reliée à un niveau d’habitat voisin, mais sa fonction reste inconnue (Duriaud, 1998). En définitive, sur les maigres indices dont nous disposons, nous pouvons imaginer tout au plus des maisons à ossature relativement légère, ce qui pourrait être de règle chez les Chasséens de la région.

69Les quelques documents chasséens découverts en grottes ne paraissent témoigner que d’une fréquentation occasionnelle des cavités. Le ou les foyers simples du ou des niveaux profonds du remplissage de la salle principale de la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot paraissent en effet avoir servi de centres d’activités domestiques à l’occasion d’occupations temporaires de la cavité (Galan, 1990 ; Dufay-Galan, 1996).

Industries

70Les seules séries chasséennes étendues, associant lithique et céramique, dont nous disposions pour définir les industries du Chasséen régional sont en fait celles qui ont été recueillies au camp de Chassey. Les autres sites, y compris celui du Moulin de Droux à Saint-Rémy, n’ont pas été soumis à des fouilles étendues ni à des prospections assez longues pour apporter une documentation susceptible d’autoriser des analyses statistiques (fig. 159 et 160) ; de plus les éléments céramiques lorsqu’ils existent dans les sites mentionnés sont trop fragmentaires pour permettre la reconstitution de formes. Pour ne pas reprendre la définition des industries du Chasséen régional, exposée dans le chapitre précédent, nous en résumerons les caractéristiques principales.

Industrie lithique

71L’industrie lithique utilise, de préférence aux silex locaux, des matériaux de grande qualité d’origines variées souvent lointaines, notamment des silex « blonds » dont la proportion importante montre qu’ils avaient certainement une signification culturelle ; ces matériaux sélectionnés (et probablement de statut particulier) proviennent pour une très faible partie du Midi de la France, et pour l’essentiel de Bourgogne orientale d’une part et de Bourgogne du Nord et du Berry d’autre part ; d’autres silex plus rares proviennent du Jura et d’Auvergne ainsi que d’autres régions (fig. 158). Ces matériaux choisis (lorsqu’ils ne sont pas importés sous forme de supports préparés, comme les silex du Midi) sont débités en percussion indirecte pour donner surtout des lames et lamelles ; l’observation à l’oeil nu ne révèle pas l’aspect calcédonieux et gras de la chauffe préalable observée sur les silex du Chasséen méridional ; les pièces du niveau 8 qui présentent les caractéristiques d’un début de chauffe ne correspondent pas du tout à la technique utilisée de manière systématique dans le Midi (Affolter, dans ce volume).

72Les perçoirs fins, les pointes étroites à bords abattus, l’essentiel des armatures tranchantes, quelques burins et grattoirs ont des lames de silex pour supports, alors que les autres pièces de l’outillage sont le plus souvent sur éclats quelconques. Cet outillage se compose de grattoirs nombreux, de burins de types variés et de perçoirs fins en bout de lame ou sur éclat, de forets et de pointes étroites, de troncatures, d’armatures tranchantes triangulaires et trapézoïdales à retouches abruptes simples ou à retouches semi-abruptes sur une face et envahissantes sur l’autre, d’armatures perçantes bifaciales foliacées, losangiques et à pédoncule naissant, de tranchets triangulaires et de ciseaux étroits, enfin de quelques rares microlithes. Dans cet ensemble proprement chasséen, les armatures perçantes à base concave traduisent une influence du Rössen et les tranchets et ciseaux étroits une influence probable du Cerny. L’outillage poli emploie des roches éruptives venant des Alpes, du Massif central, des Vosges et de Bourgogne du Sud d’où sont tirées des lames de haches généralement de petit module ; dans des calcaires fins durs sont faites des masses sphériques perforées. Les roches grenues et abrasives dans lesquelles sont faits meules, broyons, polissoirs, aiguisoirs, proviennent presque toutes des formations paléozoïques et triasiques que recoupent la Dheune et ses affluents (fig. 161).

Industrie céramique

73L’industrie céramique, d’excellente qualité générale, se caractérise techniquement par des associations complexes de dégraissants, des pâtes quelquefois colorées de paillettes dorées de mica, un montage soigné par modelage ou par plaques, des finitions minutieuses par lissage et lustrage, une cuisson contrôlée donnant aux vases des couleurs plus souvent foncées (noir, brun, brun rouge) que claires (ocre, chamois). Le répertoire des types de vases du Chasséen de Bourgogne, dans la seule phase de son évolution sur laquelle nous avons le plus d’informations, associe aux types spécifiques du Chasséen ancien méridional qui en constituent le fonds, des éléments issus du Saint-Uze et de la culture des Vases à bouche carrée ou « V.B.Q. », d’autres formes et décors témoignant de contacts avec les groupes Rössen et Cerny. Dans ce complexe, le répertoire chasséen se compose en premier de bols, d’écuelles et de jattes à paroi distincte rentrante ou sortante et à carène vive ou à ressaut, ou plus rarement à carène ronde, ainsi que de coupes en calotte sphérique ; il comprend aussi des vases ovoïdes et cylindriques à anses en ruban de style Saint-Uze, des vases à panse sphérique ou ovoïde et col individualisé, des coupes à socle cylindrique ou cubique et des écuelles à rebord nues ou à décor géométrique rayé-quadrillé, des cuillères à bouche et des louches à poignée plate ; il comporte, au moins dans une phase précoce voire initiale, le vase à bouche carrée d’origine « V.B.Q. », le bol à décor au poinçon de type Rössen et la bouteille (à trois anses) de style Cerny. Les éléments de préhension et de suspension proprement chasséens comprennent des boutons perforés de formes variées, des anses multiforées en plaquettes, en baguettes et rubans, des poignées rondes et des poignées plates.

Fig. 158.– Chassey-le-Camp, la Redoute. Origines des silex utilisés dans les niveaux chasséens (niv. 10 à 7). Carte dressée d’après les déterminations de J. Affolter (Affolter, dans ce volume) localisant les gîtes d’où proviennent les silex utilisés dans les niveaux 10 à 7 de la Redoute. 1, Chantilly ; 2, Mellecey ; 3, Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire). 4, Lains (Jura). 5, Poncin ; 6, « Bugey » (Ain). 7, Vassieux-en-Vercors ; 8, Treschenu-Creyers (Drôme). 9, « Mont Ventoux » (Vaucluse). 10, Sanilhac (Gard). 11, « Limagne » (Puy-de-Dôme). 12, Meusnes (Loir-et-Cher). 13, Paron ; 14, Arces-Dilo (Yonne). 15, Oberfecking (Kr. Kelheim, Allemagne). Les principales régions d’approvisionnement en silex sont, de façon constante et importante, le Chalonnais, le Berry et le Sénonais. Les autres régions ont un rôle très secondaire (Mâconnais, Revermont, sud du bassin du Rhône), voire anecdotique (une lame du niveau 9 vient d’Oberfecking dans la vallée du Danube ; une lamelle du niveau 7 est originaire de Vassieux-en-Vercors).

Fig. 158.– Chassey-le-Camp, la Redoute. Origines des silex utilisés dans les niveaux chasséens (niv. 10 à 7). Carte dressée d’après les déterminations de J. Affolter (Affolter, dans ce volume) localisant les gîtes d’où proviennent les silex utilisés dans les niveaux 10 à 7 de la Redoute. 1, Chantilly ; 2, Mellecey ; 3, Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire). 4, Lains (Jura). 5, Poncin ; 6, « Bugey » (Ain). 7, Vassieux-en-Vercors ; 8, Treschenu-Creyers (Drôme). 9, « Mont Ventoux » (Vaucluse). 10, Sanilhac (Gard). 11, « Limagne » (Puy-de-Dôme). 12, Meusnes (Loir-et-Cher). 13, Paron ; 14, Arces-Dilo (Yonne). 15, Oberfecking (Kr. Kelheim, Allemagne). Les principales régions d’approvisionnement en silex sont, de façon constante et importante, le Chalonnais, le Berry et le Sénonais. Les autres régions ont un rôle très secondaire (Mâconnais, Revermont, sud du bassin du Rhône), voire anecdotique (une lame du niveau 9 vient d’Oberfecking dans la vallée du Danube ; une lamelle du niveau 7 est originaire de Vassieux-en-Vercors).

Industrie sur matières dures animales

74L’industrie des matières dures animales marque une nette préférence pour l’os ; elle compte en effet surtout des pointes rondes sur métapodes d’ovi-capridés, des stylets et des ciseaux sur métapodes de cervidés, des palettes sur côtes refendues de bovidés. De dents de suidés et de castor sont tirés quelques outils, ciseaux et pointes plates, et du bois de cerf quelques rares baguettes, ciseaux et emmanchures.

Fig. 159.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2, lame en silex blond ; 3-4, grattoirs simples ; 5, lame à retouches bilatérales continues alternes ; 6, lame à retouches en pointe ; 7, troncature oblique ; 8, pointe étroite à bords abattus ; 9-10, lamelles étroites à retouches bilatérales directes semi-abruptes ; 11-13, burins ; 14-16, perçoirs à pointe dégagée ; 17-18, 22, armatures tranchantes à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes surface convexe ; 19, armature tranchante à retouches semi-abruptes alternes ; 20-21, armatures perçantes losangiques ; 23, tranchet ; 24-25, lames de haches en roche verte. (Nos 1-3, 5-6, 9-15, 17-24, coll. A.-C. Gros).

Fig. 159.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2, lame en silex blond ; 3-4, grattoirs simples ; 5, lame à retouches bilatérales continues alternes ; 6, lame à retouches en pointe ; 7, troncature oblique ; 8, pointe étroite à bords abattus ; 9-10, lamelles étroites à retouches bilatérales directes semi-abruptes ; 11-13, burins ; 14-16, perçoirs à pointe dégagée ; 17-18, 22, armatures tranchantes à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes surface convexe ; 19, armature tranchante à retouches semi-abruptes alternes ; 20-21, armatures perçantes losangiques ; 23, tranchet ; 24-25, lames de haches en roche verte. (Nos 1-3, 5-6, 9-15, 17-24, coll. A.-C. Gros).

Parure

75La parure, assez variée, est composée de coquilles de moules d’eau douce (mulette perlière) à double perforation, de dentales, de dents percées (d’ours, de loup, de blaireau, de castor, de cerf), de pendeloques et de perles en pierre, en terre cuite ou en os.

Économie

Économie vivrière

76Les modes d’approvisionnement en nourriture des Chasséens de Bourgogne orientale ne nous sont connus, à vrai dire de manière partielle, qu’à travers les documents recueillis dans les fouilles de la Redoute. En matière d’agriculture, en effet, nous savons, par l’analyse palynologique, que des céréales étaient cultivées (Argant, Limondin-Lozouet, dans ce volume). Il est probable d’ailleurs que le phénomène de déboisement qui s’observe dans le diagramme pollinique du site ait accompagné le développement de l’activité agricole (Argant, 1980). Nous n’avons pas trouvé cependant de graine déterminable lors des fouilles. Le lot de graines qui a été rassemblé au xixe siècle reste inexploitable faute de référence stratigraphique (Gillot, 1907), même s’il contient des espèces de blé qui font partie du « grenier » des Chasséens de Bercy par exemple (Lanchon, 2000). Nous pouvons également inférer la culture de céréales à Chassey de la présence, dans tous les niveaux chasséens, de fragments de meules et de broyons en granité ou en grès et peut-être aussi de celle d’éclats de silex à lustré marginal comme ceux du niveau 9, éventuelles garnitures d’outils à moissonner. L’importance réelle de la culture (céréalière et potagère) nous échappe cependant.

Fig. 160.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, bouton plein attenant à la lèvre ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, bouton olivaire perforé ; 5-7, boutons ensellés perforés en long ; 8, bouton polyédrique perforé ; 9, anse en ruban ; 10-12, baguettes multiforées ; 13, perforations multiples dans un ressaut ; 14, poignée perforée ; 15, fragment de couvercle ; 16, ressaut ; 17-18, rebords de coupes en calotte sphérique (n° 17 avec un trait incisé) ; 19-21, 25, fragments de coupes à socle décoré ; 22, boutons au repousé ; 23-24, décors au poinçon penché Rössen ; 26, « poids » fusiforme perforé en long. (Nos 1-2, 8-12, 14-16, 20-24, coll. A.-C. Gros).

Fig. 160.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, bouton plein attenant à la lèvre ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, bouton olivaire perforé ; 5-7, boutons ensellés perforés en long ; 8, bouton polyédrique perforé ; 9, anse en ruban ; 10-12, baguettes multiforées ; 13, perforations multiples dans un ressaut ; 14, poignée perforée ; 15, fragment de couvercle ; 16, ressaut ; 17-18, rebords de coupes en calotte sphérique (n° 17 avec un trait incisé) ; 19-21, 25, fragments de coupes à socle décoré ; 22, boutons au repousé ; 23-24, décors au poinçon penché Rössen ; 26, « poids » fusiforme perforé en long. (Nos 1-2, 8-12, 14-16, 20-24, coll. A.-C. Gros).

77En matière d’élevage par contre, l’abondante documentation faunique recueillie a permis d’évaluer le rôle respectif des espèces domestiques au sein du troupeau et d’estimer leur importance par rapport aux espèces chassées (Poulain, dans ce volume). Le défrichage lisible dans le diagramme pollinique peut avoir eu également pour but d’étendre les aires de pâturage (Argant, 1980). Le cheptel chasséen est composé classiquement du bœuf, du porc, du mouton et de la chèvre. tous animaux de petite taille. Dans les niveaux 9, 8 et 7, les mieux documentés et qui correspondent à des niveaux d’habitat dont on est en droit de supposer qu’ils reflètent convenablement les facettes de la vie quotidienne, le bœuf est toujours prédominant (35 à 40 %), suivi par le porc (25 à 30 %), le mouton (20 à 25 %) et la chèvre (6 à 10 %). La gestion de ces animaux semble répondre à certaines règles, les bêtes étant abattues à des âges qui paraissent quelquefois déterminés (Poulain, dans ce volume). Le chien est présent dans tous les niveaux, identifié par ses restes osseux, des coprolithes ou encore par les traces de morsure laissées sur des ossements d’animaux jetés aux ordures, mais il ne paraît pas avoir été lui-même consommé.

Fig. 161.– Chassey-le-Cattip, la Redoute. Origine des roches abrasives utilisées au Néolithique moyen et final (niv. 10 à 5). Carte des gîtes les plus proches du site de Chassey d’où sont susceptibles de provenir les roches abrasives (Garcia, Petit, dans ce volume). Les Chasséens du niveau 9 n’ont pas utilisé les grès paléozoïques (carbonifères et permiens) à l’inverse des Chasséens des niveaux 8 et 7 et surtout des gens du Néolithique Moyen Bourguignon (niveau 6) qui ont privilégié ce matériau. D’après la carte géologique de la France à 1/50 000, Le Creusot (Courel et alii, 1989).

Fig. 161.– Chassey-le-Cattip, la Redoute. Origine des roches abrasives utilisées au Néolithique moyen et final (niv. 10 à 5). Carte des gîtes les plus proches du site de Chassey d’où sont susceptibles de provenir les roches abrasives (Garcia, Petit, dans ce volume). Les Chasséens du niveau 9 n’ont pas utilisé les grès paléozoïques (carbonifères et permiens) à l’inverse des Chasséens des niveaux 8 et 7 et surtout des gens du Néolithique Moyen Bourguignon (niveau 6) qui ont privilégié ce matériau. D’après la carte géologique de la France à 1/50 000, Le Creusot (Courel et alii, 1989).

78La chasse au gros gibier joue un rôle notable. Dans les quatre niveaux étudiés, cinq espèces sont toujours chassées, à savoir pour une part importante (entre 15 et 25 % de l’ensemble des animaux consommés), le sanglier, le grand bœuf, le cerf élaphe et à un degré moindre, le chevreuil et le cheval. Ces animaux sont, à l’instar des espèces domestiques, également source de matière première pour l’industrie osseuse (stylets tirés de métapodes de cerf, outils taillés dans les « défenses » de sanglier) et la peausserie (à considérer les traces d’incision que portent certains os). Les autres animaux sauvages comme l’ours brun, le renard et le castor présents dans les niveaux 9 et 7, le loup et le chat sauvage qui figurent dans le niveau 9 et le lynx du niveau 8, sont occasionnellement abattus ou piégés. La chasse aux oiseaux entre également en ligne de compte dans l’alimentation, les oiseaux répertoriés étant, suivant les niveaux, le geai des chênes, la corneille noire, le pic épeiche, le merle, le canard colvert, mais aussi le faucon pèlerin et l’aigle royal ou le pygargue (Mourer-Chauviré, dans ce volume).

79Si la pêche ne paraît pas avoir revêtu une très grande importance, elle a été pratiquée cependant de façon constante, car des restes de poissons et de batraciens se trouvent dans tous les niveaux chasséens. La Dheune et ses petits affluents ainsi que les éventuels secteurs marécageux de la vallée dans laquelle elle serpente, ont sans doute été mis à profit. Les Chasséens ont pêché surtout la vandoise (niv. 9, 8 et 7) et le hotu (niv. 7), poissons blancs qui affectionnent les eaux courantes et fraîches, mais qui sont tous ici de petite taille, ainsi que la truite et le brochet, trouvés respectivement dans les niveaux 8 et 9, qui sont par contre de grande taille et peuvent provenir du cours aval de la Dheune (Desse-Berset, dans ce volume). La consommation de grenouilles, en l’occurrence de grenouilles rousses, bien établie dans le niveau 9, est avérée dans les niveaux 8 et 7 (Bailon, dans ce volume). On peut supposer enfin que les mollusques d’eau douce, Unionidés et Margatiféridés, dont les coquilles apparaissent également dans tous les niveaux chasséens, ont été ramassés non seulement pour la fabrication d’éléments de parure, mais aussi pour la consommation ; ils proviennent de la Dheune et de la Saône, voire des rivières vives du Morvan proche comme c’est le cas pour la mulette perlière par exemple (Cochet, dans ce volume). On peut tenir pour probable que dans les habitats chasséens des bords de la Saône, des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône et de la Condemine au Villars, les ressources halieutiques aient naturellement joué un rôle beaucoup plus important qu’à Chassey.

80En définitive, ce catalogue d’animaux sauvages indique très nettement que tous les milieux environnants étaient exploités, forêt dense, lisière de forêt, zones dégagées de prairie, espaces aquatiques et zones humides, secteurs des corniches calcaires, tous milieux sans doute normalement parcourus qui devaient être inclus dans le « territoire » des gens de Chassey. Ce territoire devait être assez vaste si l’on considère par exemple qu’ils allaient chercher couramment des silex et des roches abrasives dans un rayon de 6 à 10 km autour du site ou qu’ils ramassaient des mollusques à plus de 20 km dans les rivières morvandelles ou sur les berges de la Saône.

Échanges

81Les courants d’approvisionnement en matières premières, tout autant que certains types d’artéfacts lithiques ou de profils et de décors céramiques inspirés des productions d’autres groupes culturels, permettent d’apprécier la nature et l’ampleur des relations que les Chasséens entretenaient avec l’extérieur.

82Il est à noter, aussi bien à Chassey qu’à Saint-Rémy et au Villars, que les Chasséens avaient un très grand souci de la qualité des roches siliceuses qu’ils employaient, un penchant affirmé pour les matières « rares » comme le quartz hyalin ou l’opale résinite et les matières nobles comme les roches tenaces colorées, telle la fibrolite, destinées spécifiquement aux lames polies. Dans tous les niveaux chasséens de Chassey, les « silex blonds », avérés les plus fins, sont présents en quantité, indice très probable d’un choix technologique ou d’une affirmation culturelle. Ils proviennent d’endroits aussi éloignés de Chassey que la Drôme (silex de Treschenu-Creyers), le Vaucluse (silex du Mont-Ventoux), la vallée du Cher et le Sénonais ; mais une partie est originaire du Chalonnais même et une autre plus faible du Mâconnais (fig. 158). D’autres silex de qualité, moins abondants toutefois, proviennent du Jura (silex du type de Lains) et de l’Ain (silex du type de Poncin). Qu’on ait trouvé à Chassey, dans le niveau 9, un silex originaire des bords du Danube bavarois (Oberfecking) ne laisse pas de surprendre, car il reste unique pour la Bourgogne ; mais ce matériau est connu en Suisse occidentale, à titre exceptionnel également, dans des niveaux Cortaillod (Affolter, 2002, p. 193 et fig. 113). Quant à « l’opale résinite » elle provient du Massif central, probablement de Limagne. Mais nous ne savons pas encore où étaient récoltés les cristaux de quartz hyalin ou fumé couramment taillés dans le site de Bourgogne ; le Morvan paraît très vraisemblable, mais le massif alpin n’est pas à exclure a priori (Honegger, 2001, fig. 28).

83Les roches d’origine éruptive dans lesquelles sont façonnées les lames de hache confirment ces relations à longues distances puisque certaines proviennent en nombre des Alpes (amphibolite, microdiorite, pyroxénite, épidotite, éclogite), d’autres du Massif central (ankaramite) ou des Vosges (pélite, siltite gréseuse) et, pour les moins éloignées, du Haut-Clunysois (actinotite) (Ricq-de Bouard, 1996). Les fibrolites sont quant à elles venues d’Auvergne (Philibert, 1975, fig. 94).

84Les origines très variées des matières premières impliquent un système complexe de relations avec des régions très séparées d’où proviennent matériaux, objets de parure (coquilles marines) et certainement idées. Il peut s’agir soit de rapports directs avec les zones d’exploitation ou de ramassage des matières premières, soit de contacts par des intermédiaires (Briois, 1999, p. 19), sans que l’on puisse dire toutefois si les premiers sont probables pour les régions voisines et les seconds vraisemblables pour les régions lointaines. Ces échanges s’exercent avec des groupes humains qui sont tantôt de même culture, tantôt de culture différente. Des réseaux de diffusion des silex de qualité à grande distance sont bien connus dans le monde chasséen provençal (Binder, 1991b) et languedocien (Briois et alii, 1998, p. 141). Dans l’ensemble, les silex trouvés à Chassey semblent avoir été acheminés sous forme de rognons ou de nucléus préparés, compte tenu de l’importance des restes de débitage retrouvés, mais certains silex, au moins ceux du Midi (Mont-Ventoux, Treschenu-Creyers), sont importés sous forme de lames simples, voire d’outils (Affolter, dans ce volume). L’intensité des relations établies avec les régions d’approvisionnement en silex varie dans des proportions importantes à considérer les pourcentages respectifs des matériaux importés qui peuvent représenter de 1 % pour les silex du Midi à 40 % pour ceux de l’Yonne (Affolter, dans ce volume). Les importations de silex du Midi, toutes réduites qu’elles apparaissent, traduisent la permanence de contacts entre le Chasséen de Bourgogne et sa zone d’origine ; il se peut que ces contacts aient joué un rôle constant dans l’évolution de l’industrie, lithique notamment.

85En ce qui concerne la céramique, c’est moins dans le domaine des matériaux que les relations avec l’extérieur sont perceptibles, que dans celui des techniques et des particularités stylistiques adoptées, formes et décors. Les techniques de décor au poinçon, les motifs ornementaux qu’elles créent, la forme des vases qui les portent, ont été empruntés au monde Rössen, dans son aire d’occupation d’origine comme l’Alsace ou plus abondamment semble-t-il dans les zones occidentales du Rössen, au sein du Bassin parisien (Bischheim occidental). Ils ont même été en partie adaptés à l’esprit chasséen : en témoigne le décor de triangles pendants en lignes superposées traité de façon classique dans le style rayé-quadrillé, mais à l’aide d’un poinçon penché dans le style Rössen, qui couvre un vase dont les anses tubulaires verticales sont on ne peut plus méridionales (Thevenot, 1969, pl. 39, n° 4). Il s’agit bien là d’un phénomène d’acculturation. Des emprunts techniques, morphologiques, décoratifs de même nature ont été faits au Cerny (pâte à dégraissant à l’os, bouteille à anses en boudin, décor de points partant d’un mamelon perforé), soit auprès de groupes Cerny effectivement installés dans la vallée de la Saône comme nous pouvons le supposer, soit auprès des groupes Cerny du sud du Bassin parisien, de l’Yonne en particulier. Tout cela démontre certes la complexité du réseau de relations que les Chasséens de Chassey avaient tressé à partir de leur territoire « chalonnais », mais aussi leur esprit d’ouverture au monde extérieur.

Pratiques funéraires et idéologie

Funéraire

86Nous ne connaissons aucune sépulture chasséenne bien caractérisée en Bourgogne de l’Est. Les restes humains trouvés dans la grotte de la Mollepierre ne paraissent pas se rapporter au Chasséen (Dufay-Galan et alii, 1993, p. 19). Quant aux ossements humains isolés découverts dans le niveau 9 de Chassey et aux éléments de squelettes partiellement conservés amenés au jour dans le niveau 7, leur appartenance à des sépultures peut être discutée compte tenu de leurs conditions de gisement (Depierre, dans ce volume). Les restes de l’homme jeune du niveau 7 dont la partie supérieure du corps reposait sur le dos peut témoigner soit d’un dépôt primaire in situ si l’on considère que le cadavre était placé dans une structure, éventuellement protégé par une enveloppe en matériau périssable, soit d’un dépôt secondaire, mais avec des segments anatomiques décomposés de manière incomplète. Les ossements du second individu, en partie représentés et très dispersés, appartenant à un adulte mature, font penser en revanche à un dépôt secondaire. Dans les cas semblables, il est souvent difficile de dire si les ossements plus ou moins épars correspondent à des dépôts primaires perturbés, à des dépôts en plusieurs temps ou à de simples rejets détritiques (Pariat, 2001). Il est permis de supposer qu’à Chassey le secteur concerné du rebord du plateau où se trouvaient les restes humains du niveau 7, sans doute proche d’une zone d’habitat comme nous l’avons suggéré, pouvait cependant, compte tenu du nombre des restes osseux et de leur condition de gisement, avoir une fonction spéciale sur le plan « funéraire ».

87L’inhumation individuelle, quels que soient le type de la tombe et le mode d’ensevelissement pratiqué, est assez habituelle dans la culture chasséenne (Vaquer, 1998, p. 434). Dans les deux ensembles funéraires que contient l’enceinte de Sur Machurin à Monéteau en Auxerrois, la sépulture en fosse, avec le défunt couché en position repliée sur le côté gauche, semble être de règle puisqu’une seule des tombes contient trois squelettes (Augereau et alii, 2001). En Sénonais, à la Belle Oreille à Saint-Denis, une tombe en fosse à fond aplati renfermait le squelette d’une femme de trente à quarante ans, reposant sur le côté droit en position contractée, accompagnée d’une coupe à socle cylindrique à décor géométrique rempli au pointillé (Grizeaud, 1995). L’examen des restes humains du niveau 7 de Chassey laisse à penser que les pratiques funéraires auxquelles les Chasséens avaient recours étaient probablement beaucoup plus variées et beaucoup plus complexes qu’on ne l’imagine ; les observations faites dans le Midi de la France sont significatives à cet égard (Beyneix, 2003).

Idéologie

88Des statuettes féminines, réalisées en terre cuite, sont bien connues dans le « monde » chasséen (Daugas et alii, 1984 ; Blanchet, 1987a, 1987b, 1989, 1990). La jambe, avec mollet et pied bien modelés, trouvée dans le niveau 9 de Chassey, appartenait certainement à une figurine de ce genre (fig. 136, n° 1). Dans le répertoire des idoles féminines, les statuettes complètes de l’enceinte de Maizy dans l’Aisne (Lebolloch et alii, 1986, fig. 11) et celles fragmentées du site de Noyen-sur-Seine (Mordant, mordant, 1987, fig. 3) possèdent des membres inférieurs avec le pied dégagé comme à Chassey.

89Une statuette trapue de la collection Loydreau, dont on peut supposer qu’elle est réellement chasséenne en raison de la qualité de la cuisson et de sa finition lustrée, est la seule autre figuration humaine reconnaissable qui provienne de Chassey (Gascó, Gernigon, 2002). Elle présente une partie cylindrique, perforée verticalement, qui forme un torse sans relief et une base élargie qui figure un bassin féminin ; deux petits reliefs coniques suggèrent le départ des membres inférieurs (fig. 136, n° 2). Cette statuette ne répond pas au modèle classique en plaquette peu modelée du Chasséen du Bassin parisien (Blanchet, 1990, fig. 3).

90De manière générale, on s’accorde à reconnaître à ces représentations féminines une signification religieuse, considérant qu’elles sont l’expression du culte de la fécondité propre aux communautés sédentaires agro-pastorales, conception tout à fait conforme à la tradition anatolico-balkanique (Daugas et alii, 1984).

91Les restes humains en connexions partielles découverts dans le niveau 7 et dans le fossé qui le borde, sont en revanche des indices de la spiritualité des Chasséens difficiles à interpréter comme nous l’avons vu. Ils renvoient aux observations faites par exemple à Boury-en-Vexin et à Gravon où des restes humains déconnectés ont été trouvés dans un fossé et à proximité immédiate de celui-ci (Mordant, 2001, p. 20). Le secteur de la Redoute a pu être réservé à des pratiques funéraires spéciales, que les corps aient été initialement déposés complets ou non près du fossé ouvert et que leur enfouissement ait été naturel ou provoqué.

92Nous n’avons pas d’autre indication sur les éventuelles pratiques cultuelles. Nous pourrions les évoquer si nous considérions que les coupes à socle par exemple étaient des objets d’un culte comme leur interprétation en tant qu’incense cups a pu le laisser supposer. Ce sont à tout le moins des objets dont la fonction ne paraît pas banale comme leur forme particulière et leur riche décoration semblent l’indiquer. Le dépôt d’un vase de ce type dans la sépulture de Saint-Denis citée plus haut peut en donner une illustration.

Chronologie

Datation

93La liste des dates 14C disponibles en Bourgogne orientale concernant le Chasséen (vingt et une à Chassey, une à la Condemine au Villars) ne permet pas de situer de manière satisfaisante cette culture dans le temps. Suivant les chronologies régionales, le Chasséen se développerait entre 4400 et 3500 av. J.-C. dans le Midi de la France où il s’avère connaître une vie particulièrement longue (Vaquer, 1998, p. 427). Il évoluerait sur une période équivalente, c’est-à-dire entre 4300-4200 et 3500-3400 av. J.-C., dans le Bassin parisien où il va de pair avec le Michelsberg (Constantin, Blanchet, 1998, p. 605). Nous avons vu que ces évaluations sont en léger décalage par rapport à celles de la chronologie en cours dans l’est de la France, dans laquelle les contacts avérés entre le Chasséen, le Rössen et le Cerny, sont placés aux environs de 4500 av. J.-C. Dans ce schéma, nous situerions le Chasséen de Bourgogne, entre 4500 et 4000 av. J.-C., sachant que le Néolithique Moyen Bourguignon s’élabore à la fin du Ve millénaire avant notre ère.

Stades

94Il est logique et partant très probable que le Chasséen initial de Bourgogne, qui correspondrait à un Chasséen ancien de type méridional dépourvu d’influence Rössen, soit représenté dans la vallée de la Saône, en tout cas dans sa section inférieure. Le gisement des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône pourrait en être l’illustration, si ce n’était la minceur des informations dont nous disposons à son sujet. Mais cette éventuelle phase initiale reste à documenter.

95Au camp de Chassey, le Chasséen est marqué, dès le niveau 10 de la Redoute, d’influences caractérisées du Rössen et plus particulièrement du Rössen III. Cette présence allogène qui marque un moment important dans l’évolution de la culture chasséenne est aujourd’hui attestée au Moulin de Droux à Saint-Rémy (fig. 160 et 161), dans la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot ainsi que dans la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche où voisinent des décors typiques des deux styles (Gallay, 1977, pl. 2, 35, nos 2 et 7). À ce moment-là, le Chasséen est bien implanté dans la région ; il se trouve même à une phase essentielle de son évolution, peut-être la plus importante, en réalité la seule sur laquelle nous ayons à l’heure actuelle une information de quelque ampleur.

96Le matériel du niveau 7 de Chassey dans lequel le Rössen n’apparaît plus, pourrait représenter une phase suivante, mais il faudrait d’autres exemples plus complets pour l’assurer. Comment le Chasséen évolue-t-il ensuite ? L’industrie de Champs-Villars pourrait caractériser un Chasséen « en régression » du fait de l’abâtardissement apparent de la technique de débitage du silex (Duriaud et alii, 1983) ; mais l’absence de mobilier céramique ne permet pas de l’affirmer. Les industries du niveau inférieur du site du Champ pendu à Mesmont (fouilles E. Guyot) qui montrent en association une coupe à socle à décor quadrillé-rayé, un « peson » fusiforme perforé en long et des formes céramiques typiques du Néolithique Moyen Bourguignon telle que la jarre élevée à épaulement, seraient susceptibles d’indiquer dans quelles limites et dans quelles conditions le Chasséen a pu intervenir dans la formation du Néolithique Moyen Bourguignon.

Faciès

97Il faut noter qu’entre Haute et Basse Bourgogne, le Chasséen ne présente pas les mêmes caractères. Dans le bassin de l’Yonne, il fait montre, dans ce que nous en connaissons à l’heure actuelle, de différences sensibles par rapport à celui du bassin de la Saône non seulement dans la composition des industries, mais aussi dans les types d’habitats et le mode d’occupation du territoire. En Bourgogne du Nord, les Chasséens semblent avoir privilégié les terrains plats des zones alluviales pour y construire de vastes enceintes à l’instar des gens du Cerny (Prestreau, 2002). Ces « constructions » se présentent sous forme d’une palissade plantée dans un fossé profond et percée de place en place d’étroites entrées dans le gisement de Sur Machurin à Monéteau dans la vallée de l’Yonne (Augereau et alii, 2001), d’une ligne de fossés interrompue doublée à l’intérieur d’une palissade simple ou double dans le complexe d’enceintes du Crot aux Moines à Beaumont, à la confluence du Serein et de l’Yonne (Pellet et alii, 1982 ; Thevenot, 1982 ; Prestreau, Thevenot, 1996), d’un fossé interrompu renforcé intérieurement d’une palissade dans le site du Bas d’Esnon à Esnon, en bordure de l’Armançon (Prestreau, 2002). Dans cette région, le Chasséen subit à l’évidence une adaptation essentielle en adoptant et en développant ce type d’établissement si particulier, inconnu à ce jour en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or, et vraisemblablement un genre de vie différent de celui qui prévaut dans le bassin de la Saône.

98Le mobilier répertorié de ces enceintes et celui qui provient de gisements tels que la grotte de Nermont à Saint-Moré (Bailloud, 1956), traduisent aussi cette différenciation. L’inventaire céramique de Beaumont par exemple ne comporte plus l’écuelle à rebord plat décoré ni les anses multiforées ou multitubulées ; l’industrie lithique, si elle utilise toujours des silex blonds et recourt à un débitage de lames à la façon du Midi et de Chassey, ne reproduit pas la variété des types d’outils et d’armes connue dans le bassin de la Saône (Prestreau, Thevenot, 1996). Même si le Chasséen de l’Auxerrois paraît par certains de ses aspects proche de celui de Bourgogne orientale, il manifeste donc de nettes transformations. Celles-ci résultent soit d’une évolution naturelle liée au temps, soit de contacts avec la population autochtone. Il semble que la seconde hypothèse soit la plus pertinente. En effet, dans le nord de la Bourgogne, le Chasséen paraît confronté à une forte implantation du Cerny qui a pu sinon bloquer, du moins ralentir son expansion et susciter les transformations constatées dans les industries et les installations. Dans le nord même du département de l’Yonne le Chasséen ne paraît pas connaître une très large emprise, les témoins se réduisant encore à quelques pièces céramiques, coupes à socle de la sépulture de la Belle Oreille à Saint-Denis (Grizeaud, 1995) et du Bisson à Villemanoche par exemple (Carré et alii, 1989, fig. 60).

99Le fait que le Chasséen du sud de l’Yonne ait perdu beaucoup de ses caractères méridionaux et qu’il ait en quelque sorte marqué là un point d’arrêt, vient renforcer l’idée que le Chasséen de la région Centre, d’Île-de-France et de Picardie n’a pas suivi le chemin du Chasséen de la vallée de la Saône. Il est peu probable à notre avis que le premier soit intervenu de manière fondamentale dans la formation du second. Le courant passant par les vallées de la Loire et de l’Allier et par le cours supérieur du Cher semble avoir joué en effet dans la formation du Chasséen « septentrional » un rôle beaucoup plus important qu’on ne le reconnaît d’habitude (Thevenot, Pétrequin, 1984, p. 154).

100À partir du Chasséen vellave et auvergnat (Daugas, Raynal, 1982), des gisements comme les sites de hauteur du camp de César à La Groutte dans le Cher (Hugoniot et alii, 1980) et des Châtelliers à Amboise en Indre-et-Loire (Cordier, 1995 ; Irribaria, 2001) viennent confirmer le rôle de ces axes méridiens. Dans ces deux gisements, la céramique ne comporte déjà plus l’écuelle à rebord plat alors que les coupes à socle cylindriques et cubiques sont légion. Aux Châtelliers, dans un milieu où les formes segmentées souvent profondes dominent, les bouteilles à panse ovoïde et cylindrique sont bien représentées, comme dans le Bassin parisien. L’essentiel des caractères méridionaux du lithique s’est également estompé. Dans ce domaine où l’éclat tend à tenir plus de place que la lame, les burins sont encore nombreux et de types variés, mais les tranchets se multiplient, les armatures tranchantes adoptent un modèle étroit et les perçoirs sont plus souvent sur éclats épais qu’en bout de lames. Le Chasséen du Centre de la France est en ce sens un Chasséen déjà de type « septentrional », même s’il manifeste quelques particularités propres à cette région (Irribaria, 2001). Dans l’ouest de la Bourgogne, dans la vallée de la Loire, le gisement de l’Harlot à Saint-Éloi près de Nevers est aussi un témoin encore discret de ce courant sud-nord (Thevenot, 1985b, fig. 12).

101Dans la même perspective, l’influence chasséenne qui participe à la mise en place du groupe de Noyen nous paraît être arrivée plutôt par la vallée de la Loire que par celle de la Saône, ce que D. Mordant avait pressenti (mordant, 1982, p. 126). Les composantes du groupe de Noyen nous paraissent témoigner de l’interaction, dans cette région du bassin de l’Yonne et de la confluence Seine-Yonne où le Cerny a connu un développement particulièrement fort, du Chasséen, du Cerny et du Bischheim (Dubouloz, 1998, fig. 5). C’est sur ce fonds que le Michelsberg pourrait s’être développé (Jeunesse, 1998b, p. 42).

Le Néolithique Moyen Bourguignon

102Le groupe « Néolithique Moyen Bourguignon » défini avant 1975 en Bourgogne (Thevenot, Carré, 1976 ; Gallay, 1977) et en Franche-Comté (Pétrequin, 1976), révisé en 1984 (Gallay et alii, 1986), demanderait aujourd’hui à être examiné sur une plus large échelle compte tenu des découvertes récentes effectuées notamment sur les marges occidentales et méridionales de son aire d’extension initialement reconnue (Rialland, 1991 ; Bois-Gérets et alii, 1991 ; Liégard et alii, 1999). Le mobilier du site du Mont à Marcilly-sur-Tille, si typique de ce groupe, aurait pu servir à le définir, mais le terme « groupe de Marcilly » avait été déjà proposé pour une entité culturelle du sud-ouest du Bassin parisien, variante de l’Augy-Sainte-Pallaye (Bailloud, 1976a, p. 378 ; 1985, p. 530). Que le gisement du Mont de Marcilly-sur-Tille ait été rapporté au groupe d’Augy-Sainte-Pallaye simplement parce que le mobilier céramique qu’il a livré contient quelques cordons pourrait déjà justifier cette remise à jour. Les nouvelles fouilles engagées par P. Pétrequin à Clairvaux XIV où des indices d’une stratigraphie développée ont été relevés y aideront sans doute grandement.

Documentation

103Le Néolithique Moyen Bourguignon est connu par un nombre de sites beaucoup plus important que celui des gisements appartenant au Chasséen, mais les objets qui en proviennent ne revêtent pas un égal intérêt, ni la même fiabilité. La documentation céramique peut sembler abondante ; en réalité, les ensembles issus de fouilles conduites dans des conditions satisfaisantes sont peu nombreux et plusieurs séries importantes par le nombre ou la spécificité des formes, qui sont des références obligées, n’ont pas de repère stratigraphique affirmé.

104En Saône-et-Loire, les ensembles du Néolithique Moyen Bourguignon de provenance et de qualité assurées sont issus de gisements qui ont donné lieu à des fouilles plus ou moins étendues. Deux gisements tournugeois, celui des Essards à Préty et celui de la Charette à Tournus, sont situés sur le bord de la Saône, inclus dans les limons alluviaux. Du premier sont connues quelques formes céramiques trouvées dans un foyer (Duriaud, 1995) et du second un matériel lithique, céramique et osseux, assez abondant provenant de plusieurs fosses (Duriaud, 1996c). Un autre site tournugeois, celui de Bois-Derrière à Ozenay, localisé dans les collines calcaires, a donné quelques tessons typés et des silex (Duriaud, 1996d). Le dernier site est celui de Chassey dont le niveau 6 rassemble la plus nombreuse documentation.

105En Côte-d’Or, les ensembles du Néolithique Moyen Bourguignon proviennent de gisements très différents. Les séries connues sont le fruit de fouilles, anciennes ou récentes, de qualité scientifique très inégale, ou encore de simples ramassages. Le mobilier assez fourni du camp du Mont à Marcilly-sur-Tille provient des fouilles de P. Perrenet, vieilles de près de cent ans, qui ont porté sur une « habitation » placée en arrière du barrage inférieur néolithique (Perrenet, 1907), des fouilles inédites d’É. Socley effectuées en 1913 au flanc même de la colline et surtout de celles conduites en 1961, 1962 et 1964 par E. Planson dans le barrage inférieur lui-même et dans plusieurs dépressions alignées contre son flanc intérieur tenues pour des emplacements de cabanes (Joly, 1961a, p. 217- 220 ; 1965a, p. 66-69 ; Planson, 1963, 1979). Un seul niveau archéologique, correspondant à une couche de terre noire épaisse de 30 cm en moyenne assise à même la roche, a été relevé dans ces « cabanes » (Joly, 1961a, p. 219 ; Planson, 1963, pl. II). Des vestiges néolithiques existent en d’autres endroits du camp puisqu’il s’en est rencontré dans un niveau mince conservé sous le barrage intermédiaire protohistorique (Planson, 1963, pl. III ; 1979, fig. 2 ; Joly, 1965a, p. 67). Les conditions de prélèvement et d’enregistrement des séries recueillies ne permettent pas aujourd’hui de reformer précisément les ensembles cohérents issus des fouilles des années 1960 (Planson, 1963, 1979 ; Gallay, 1977) ; mais le lot céramique le plus important montre, tant par la technique que par les formes, une apparente homogénéité.

106Bien que très fragmentaire, le mobilier céramique du camp du Mont Myard à Vitteaux, produit des recherches que J.-P. Nicolardot a menées de 1969 à 1976 et en 1996 et 1997 en plusieurs secteurs du rempart, comporte quelques formes céramiques (Nicolardot, 1998, 2003). Celui, plus rare, du camp du Châtelet à Étaules, provient des fouilles de technique ancienne qu’E. Guyot a pratiquées au début des années 1960 au pied du rempart (Guyot, 1964) et de celles systématiques que J.-P. Nicolardot a effectuées de 1976 à 1987 en recoupant le rempart dans sa totalité (Nicolardot, 1978, 1982a, 1982b, 1988b, 2003). Une documentation plus fournie est issue des fouilles qu’E. Guyot a conduites de 1945 à 1947 au Champ pendu à Mesmont où un niveau du Néolithique Moyen Bourguignon a été découvert en place sous deux niveaux respectivement du Bronze final et du Hallstatt (Guyot, 1954 et notes inédites).

107D’autres séries d’objets assez importantes par le nombre, mais non situées en stratigraphie, sont le fruit des recherches effectuées par R. Ratel dans la grotte du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant (Ratel, Tintant, 1961 ; Ratel, 1964) ou par E. Guyot, R. et M. Vernet dans le chaos de blocs effondrés de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (Guyot et alii, 1940 ; Vernet, 1955 ; Gallay, 1977). Un autre lot très important a été recueilli dans la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot, à l’occasion des ramassages effectués par des spéléologues (Parriat, 1975), mais surtout à la suite des fouilles menées par A. Galan de 1983 à 1987 dans la salle principale à la stratigraphie complexe et dans une diaclase attenante (Galan, 1988, 1990 ; Dufay-Galan, 1994, 1995, 1996 ; Dufay-Galan et alii, 1993). Enfin des objets proviennent de tertres funéraires récemment fouillés tels ceux des Champs-d’Aniers et du Bas de Chagny à Marcilly-Ogny (Nicolardot, 1993, 1996) ou de la grotte du Trou du Diable à Mâlain (Buvot, martin, 1996, 1998). Des découvertes ont été faites dernièrement dans la plaine à l’est de Dijon au lieu-dit Larrivoux à Pluvet (fouilles R. Labeaune).

108Plusieurs autres gisements sont susceptibles d’être rapportés au Néolithique Moyen Bourguignon, mais les quelques éléments céramiques ou osseux qu’ils ont donnés ne sont pas suffisants pour nous permettre de l’affirmer catégoriquement ; ainsi le camp d’Évelle à Baubigny dans l’arrière-côte beaunoise (recherches Labry), le camp du Châtelet à Véronnes (fouilles R. Ratel) ou le site de la Grande Charme à Couternon dans les environs de Dijon (Joly, 1965a, fig. 6). Peuvent aussi être pris en compte des objets isolés sortis des sables de la Saône par les dragues comme au gué des Piles à Chalon-sur-Saône ou à Marnay au PK 127 (Musée Denon à Chalon-sur-Saône).

Sites

109Les lieux d’implantation des habitats du Néolithique Moyen Bourguignon sont variés. Dans la plaine de la Saône, l’habitat de la Charette à Tournus (Duriaud et alii, 1994 ; Duriaud, 1996c, 1998) et celui des Essards à Préty, à supposer que le foyer qu’on en connaît soit bien en relation avec un habitat (Duriaud, 1995), sont établis l’un et l’autre tout près de la rivière, sur les basses terres du lit mineur, en zone aujourd’hui périodiquement inondée, mais dont nous ne savons pas à quel régime précis elle était soumise à l’époque. Les structures qui appartiennent à ces habitats sont creusées en sol ferme dans les limons alluviaux, comme c’est le cas dans le site chasséen des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône. La structure la plus remarquable est une fosse foyère ronde à fond plat, de 85 cm de diamètre et 20 cm de profondeur, du site de la Charette (Duriaud et alii, 1994, fig. 12). Les découvertes de vases du Néolithique Moyen Bourguignon dans les sables et graviers extraits de la Saône chalonnaise tendent à confirmer une occupation notable des bords de la rivière.

110Dans la plaine dijonnaise des habitats existent aussi sur les terres argilo-sableuses de la plaine alluviale comme l’indiquent clairement les fosses et la céramique découvertes dernièrement dans le site de Larrivoux à Pluvet (fouilles R. Labeaune). La vallée de la Saône semble donc avoir été plus largement occupée qu’on ne le supposait jusqu’ici. Nous ne savons pas quelle était la forme des agglomérations ni si elles étaient ouvertes ou encloses.

111Dans les collines bordières du Val de Saône, les habitats répondent semble-t-il à d’autres préoccupations. Ils sont établis soit sur des plateaux bordés d’abrupts rocheux fermés par des levées ou des remparts comme les camps du Mont à Marcilly-sur-Tille (Perrenet, 1907 ; Planson, 1963, 1979 ; Joly, 1965a), du Châtelet à Étaules (Guyot, 1964 ; Nicolardot, 1984b, 1988b, 2003) et de Myard à Vitteaux (Nicolardot, 1986, 1998, 2003), soit sur des plateaux aux bords escarpés, mais dépourvus d’aménagement particulier de protection comme ce semble être le cas à Chassey, au Mont-Milan à Meursault (Chevillot, 1984b) et au Champ pendu à Mesmont (Guyot, 1954). Il se peut que des habitats aient été construits en base de corniche comme au Verger à Saint-Romain (Grappin, Rollier, 1984) ou en flanc de colline comme à Baubigny (recherches Labry).

112Les camps de hauteur tirent parti des caractéristiques topographiques et des conditions géologiques rencontrées ou s’y adaptent. Au camp de Myard, dont la superficie est de 4 ha, le rempart qui coupe le plateau dans sa largeur, a été construit sur le substrat rocheux, partiellement mis à nu après un nettoyage du terrain par un brûlage général dont les traces ont été nettement observées (Delattre, Nicolardot, 1976, p. 51 ; Nicolardot, 2003, p. 34). Le rempart néolithique, long de 180 m et large de 2,30 à 2,80 m, conservé sur 1,30 m de hauteur, possède deux parements réguliers faits de grosses pierres qui retiennent un blocage de pierraille et de terre (Nicolardot, 1975, pl. 7 ; 2003, fig. 22 et 238). Les pierres, dalles et plaquettes de calcaire, ont été extraites en carrière à partir d’un ressaut naturel du socle bajocien diaclasé, par desquamation ou délitage de la roche, au sein de fosses ouvertes les unes à la suite des autres en avant du rempart. Le dénivelé créé par les fosses venait renforcer de plus de 1 m la hauteur initiale de la construction qui devait être de l’ordre de 2,50 m. De grandes dalles étaient appliquées, de place en place, contre la façade extérieure dans un but indéterminé (Nicolardot, 1998, p. 4 ; 2003, fig. 29). Cette muraille imposante s’arrêtait, à l’est, à l’aplomb de la corniche qui borde le plateau. Une entrée d’une largeur comprise entre 2 et 3 m, dont l’architecture n’est pas connue, était réservée à l’extrémité ouest.

113Au camp du Châtelet d’Étaules, d’une superficie de l’ordre de 5 ha, le rempart qui barre le promontoire se développe sur 80 m de longueur ; il comporte trois phases d’érection respectivement du Néolithique moyen, du Bronze final et du Hallstatt (Guyot, 1964 ; Nicolardot, 1982b, p. 23-26 ; 2003, fig. 239). Le rempart néolithique est construit avec deux types de matériaux tirés des formations du Callovien, à savoir d’une part des dalles et des blocs extraits en carrière au-devant de la construction, comme à Myard, du niveau de la « Dalle nacrée » et d’autre part des plaquettes recueillies sur les affleurements voisins. Le rempart est constitué par un massif de blocs, large de 10 m, haut de 2 m, dont les flancs ne sont pas parementés ; il est recouvert aux trois quarts et renforcé du côté extérieur du camp par une masse de plaquettes accumulées en gradins et retenues par un parement haut de 1 m, qui portent à 3 m la hauteur totale de la défense ; au sommet du massif de plaquettes, des trous de poteau alignés indiquent qu’une palissade devait encore le rehausser. À l’ouest, la construction vient à l’aplomb de la corniche. À l’est, est réservée une entrée de l’ordre de 2 m de largeur ; deux trous de poteau à pierres de calage évoquent l’aménagement d’une porte en bois située dans le prolongement de la palissade mentionnée (Nicolardot, 2003, fig. 102-104).

114Au camp du Mont de Marcilly-sur-Tille, la construction protectrice s’étire au pied de la colline sur une longueur de l’ordre de 600 m en tirant parti d’un léger ressaut du socle rocheux rauracien sur lequel elle est élevée. Le « barrage » présente, à son tiers occidental, une solution de continuité qui correspond sans doute à une entrée (Joly, 1961a). Il est formé par un mur, large de 3,50 m environ, conservé sur moins de 1 m de hauteur, constitué de deux parements construits avec des plaques et des blocs calcaires bien empilés tirés des affleurements rocheux voisins ; le parement du mur extérieur est aujourd’hui tout éboulé ; le mur intérieur est conservé sur plusieurs assises ; le blocage qui les relie est constitué de pierres et de terre rougeâtre rapportées ; localement deux grosses dalles ont été dressées contre le parement de la même façon qu’à Myard, mais du côté intérieur (Planson, 1963, pl. II et III et 1979, fig. 2 ; Joly, 1965a, fig. 12). Aucun trou de poteau susceptible d’indiquer l’existence d’une palissade n’a été observé.

115Au camp de la Côte d’Étang à Fleurey-sur-Ouche, le rempart intérieur qui semble appartenir en partie au Néolithique Moyen Bourguignon délimite une surface de l’ordre d’un hectare et demi. Le ravivage d’une coupe faite dans la structure en 1982, montre une construction établie à même la roche qui se présente, comme dans les autres camps, sous la forme d’une blocaille à gros éléments retenue par deux murs parementés ; elle est large d’environ 3 m (Nicolardot, 1984a ; 2003, fig. 182-183). Un trou de poteau observé contre le flanc intérieur du rempart peut se rattacher soit à une cabane, soit à une palissade. Il n’a pas été possible de reconnaître si les vestiges archéologiques trouvés contre le parement intérieur étaient à l’emplacement d’habitations. Un massif de pierres daté de l’Âge du Bronze recouvre le rempart néolithique.

116Ces « camps », fermés par des murs élevés montés en pierres sèches et parfois précédés d’un fossé, ont une destination que nous ne saisissons sans doute pas dans sa totalité. Ils se présentent certes à Vitteaux, à Étaules, comme des lieux d’habitat en principe permanent avec des maisons alignées contre le parement intérieur du barrage et de ce fait bien protégées. Mais la situation élevée de ces camps et l’aspect monumental de leur rempart peuvent témoigner aussi d’un rôle économique, voire politique. Leur implantation en bordure de vallées, axes de passage, peut être l’indice (mais il s’agit peut-être là d’une vision trop moderne) de l’exercice d’un contrôle par exemple sur les échanges des matières premières. Ils peuvent également constituer des centres culturels et des pôles d’attraction pour des villages de leur aire d’influence parmi lesquels pourraient être compris par exemple des sites que ne protège en apparence aucun barrage comme au Champ pendu à Mesmont.

117Au camp de Chassey, le niveau 6 ne se trouve pas en relation avec une construction parementée comme dans les camps de Côte-d’Or. Le léger exhaussement du terrain, à sa pointe méridionale, par un remblai de terre et de pierres, ne relève pas vraiment de la défense. Mais il se peut que le rempart nord du Château recouvre une construction de cette époque.

118Les autres lieux où se trouvent des témoignages d’activité domestique du Néolithique Moyen Bourguignon sont assez souvent des grottes. Les unes ont en effet été fréquentées en tant qu’abris temporaires, lieux d’activité domestique occasionnels, refuges éventuels. D’autres ont pu servir en outre de lieux de sépultures. Les grottes de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot (Parriat, 1975 ; Galan, 1990 ; Dufay-Galan, 1996), du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant (Ratel, 1964) se prêtent plus ou moins à de telles interprétations.

Habitations

119Les traces d’habitations proprement dites du Néolithique Moyen Bourguignon, dans la région, n’ont été relevées en fait que dans le site de Myard à Vitteaux. Dans la plaine de Saône, nous avons de rares structures probablement annexées à des maisons, mais pas de réelle trace de substruction.

120Au camp de Myard, des restes d’habitations ont été observés en effet avec précision contre la face intérieure du rempart (Nicolardot, 1986, fig. 2 ; 2003, fig. 24). Dans la section 7 en particulier, des traces importantes de pièces de bois brûlées, certaines verticales et d’autres horizontales, de grandes dalles utilisées en calage et d’autres disposées en lignes, une masse importante de pierres et de plaquettes en position de chute, évoquent des constructions en pierre et en bois (Nicolardot, 2003, fig. 24 et 30). La disposition orthogonale de bois brûlés, du mur du rempart et des lignes de pierres, suggère des bâtiments de plan rectangulaire (fig. 162). Ces maisons qui mesuraient environ 4 m de largeur et 6 m de longueur, étaient solidaires de l’ouvrage défensif et devaient se distribuer de façon plus ou moins régulière le long de son parement intérieur. Le détail de leur architecture n’est pas reconnu, mais elles devaient comporter une armature de grosses pièces de bois, poteaux calés de pierres ou parfois assis dans un trou creusé dans la roche, sablières et poutres, que complétaient des murs de pierres sèches et des calages de grosses dalles. Des sols et des foyers ont été aménagés avec de l’argile à l’intérieur des maisons, mais leur organisation interne n’est pas connue. Il pourrait s’agir de constructions à plancher surélevé (Nicolardot, 1998 ; 2003, fig. 30). Les aires situées en avant des habitations semblent avoir accueilli en partie les activités quotidiennes.

Fig. 162.– Vitteaux, Myard- Vue axonométrique des structures d’habitats du Néolithique Moyen Bourguignon relevées contre le parement interne du rempart (d’après Nicolardot, 2003, fig. 24). Les pièces de bois carbonisées, verticales ou horizontales, disposées en équerre, les dalles piquées pour servir de calage ou alignées pour accoter une paroi, les fragments de torchis (1), les nappes de « tuf » mêlé de charbons de bois (2), les sols tassés (3), les enduits de glaise (4), les pierres brûlées voire transformées en chaux, indiquent l’existence d’habitations de plan quadrangulaire construites en pierre et colombage au dos du rempart. La position « en hauteur » de certaines pièces de bois (5) suggère des maisons à deux niveaux (ibid., fig. 30).

Fig. 162.– Vitteaux, Myard- Vue axonométrique des structures d’habitats du Néolithique Moyen Bourguignon relevées contre le parement interne du rempart (d’après Nicolardot, 2003, fig. 24). Les pièces de bois carbonisées, verticales ou horizontales, disposées en équerre, les dalles piquées pour servir de calage ou alignées pour accoter une paroi, les fragments de torchis (1), les nappes de « tuf » mêlé de charbons de bois (2), les sols tassés (3), les enduits de glaise (4), les pierres brûlées voire transformées en chaux, indiquent l’existence d’habitations de plan quadrangulaire construites en pierre et colombage au dos du rempart. La position « en hauteur » de certaines pièces de bois (5) suggère des maisons à deux niveaux (ibid., fig. 30).

121Des éléments de constructions comparables à ceux de Myard ont été relevés dans le camp de la Vergentière à Cohons, en Haute-Marne (Lepage, 1982, 1992). Dans ce camp en effet, dans le secteur 1 des fouilles de L. Lepage, des structures d’habitat ont été observées sous la levée qui barre le promontoire et délimite le camp. Les constructions qui leur correspondent étaient établies à même la roche, mais appuyées contre le bord extérieur de la levée que matérialise simplement un amoncellement de pierres enrobées de terre, conservé sur une hauteur de l’ordre du mètre (Lepage, 1992, fig. 25-27). Les structures relevées comportent des concentrations de charbons de bois et des pierres de calage indices de bois verticaux, des traces de charbons alignées correspondant à des pièces de bois disposées à l’horizontale, des lentilles de chaux, des pierres chauffées et des taches de terre rubéfiée restes probables des murs et des sols (Lepage, 1982, fig. 1, 2). Tous ces éléments dont certains sont en disposition orthogonale évoquent, comme au Mont Myard, des habitations de plan rectangulaire, montées en colombage, avec poteaux de bois, murs de pierres sèches et poutres de bois, et dont la couverture pouvait être en matériau périssable.

122Au Châtelet d’Étaules les habitations ont été construites, de même qu’à Myard, en arrière du rempart, contre son parement intérieur. Mais la mise en place des constructions défensives protohistoriques les a presque totalement détruites. Des habitations, assises sur la roche nue, ne subsistent que quelques trous et dalles piquées calant des bois verticaux et de rares témoins du niveau d’occupation (Nicolardot, 1988b).

123Au Mont de Marcilly, les dépressions examinées en 1907 par P. Perrenet et au début des années 1960 par E. Planson en arrière de la levée inférieure, n’ont pas révélé de structures vraiment lisibles d’habitations. Le niveau qui leur appartient repose à même la roche et s’appuie contre le parement intérieur du mur du barrage (Joly, 1965a, fig. 12). Aucune organisation spéciale dans la répartition du mobilier susceptible d’esquisser un plan n’a été observée, mais des restes de foyers ont été relevés à plusieurs endroits, taches plus ou moins étendues de rubéfaction du socle rocheux ou quelquefois agencements de pierres plates brûlées (Planson, 1963, 1979). Des dalles dressées contre le mur du barrage évoquent les aménagements du camp de Myard où des dalles levées servent de calage à des poteaux (Nicolardot, 2003, fig. 22). Les bourrelets séparant les dépressions devaient, selon J. Joly, soutenir des superstructures de bois parce qu’ils contenaient beaucoup de pierres brûlées et des morceaux d’argile cuite ayant gardé des traces ligneuses (Joly, 1961a, p. 219).

124Dans la vallée de la Saône les choses sont naturellement différentes. Dans le site de la Charette, les fosses sont creusées dans les limons alluviaux (Duriaud, 1996c ; Duriaud et alii, 1994), ce qui permet de supposer que les habitations avaient des pièces de bois plantées dans des trous ou des tranchées. Aux Essards à Préty, de l’habitation éventuelle on ne connaît qu’un foyer installé dans une légère cuvette préparée dans le sol (Duriaud, 1995).

125L’adaptation des habitats aux conditions géologiques des terroirs occupés est bien nette : les matériaux de construction sont la pierre et le bois dans les collines calcaires, la terre et le bois dans la plaine de Saône. L’organisation des agglomérations nous échappe. Nous n’avons pas d’élément pour juger de l’éventuelle association des habitats de plaine avec des habitats de hauteur fortifiés. Mais il est vraisemblable que les grandes structures de hauteur jouaient un rôle dans l’organisation, voire l’exploitation du territoire environnant (Mordant, Mordant, 1988).

Industries

126Les séries d’industries cohérentes proviennent du niveau 6 de Chassey, des sites de la Charette à Toumus et des Essards à Préty en Saône-et-Loire. Les autres mobiliers typés du Néolithique Moyen Bourguignon sont ceux de la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot, de la grotte du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant, de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche, du camp du Mont à Marcilly-sur-Tille (fig. 163 et 164), du camp de Myard à Vitteaux en Côte-d’Or.

Industrie lithique

127L’industrie lithique est surtout connue par l’ensemble du niveau 6 de Chassey, les autres gisements (en dehors de celui de la Mollepierre encore inédit) n’ayant pas fourni de séries suffisamment nombreuses. Elle ne reflète donc qu’une partie de la réalité. Il semble cependant que de manière générale l’industrie lithique mette surtout en œuvre des roches d’origine locale, silex de qualité généralement moyenne, voire médiocre, ainsi que des chailles ; les silex exogènes, tels les silex importés de l’Yonne présents à Chassey, paraissent plus rares (Affolter, dans ce volume). Les matériaux, débités généralement en percussion directe, donnent des éclats simples ou laminaires et quelques lames de module moyen.

128L’outillage compte de nombreux grattoirs sur éclats souvent corticaux, des denticulés et des coches, quelques racloirs, raclettes, troncatures, burins, couteaux à dos, ainsi que de nombreux éclats microretouchés et microdenticulés. À Chassey, les armatures sont toutes perçantes, à retouches bifaciales plus souvent envahissantes que couvrantes, de modèle triangulaire ou ogival à base droite, convexe ou légèrement concave, foliacé, losangique ou encore à pédoncule ; des armatures tranchantes se rencontrent sur quelques sites comme au Châtelet d’Étaules (Nicolardot, 2003, fig. 117). Les lames de haches sont faites dans des roches provenant des Alpes, du Massif central ainsi que des Vosges ; quelques-unes, façonnées dans du silex, sont soit seulement taillées, soit reprises par un polissage partiel.

Industrie céramique

129La céramique, beaucoup mieux représentée, est dans tous les cas de bonne qualité ; les pâtes sont bien cuites et les surfaces traitées par lissage ou battage et plus rarement grattage. Les couleurs (ocre, orange, rouge, marron clair, brun), peuvent varier suivant les ensembles et indiquer en partie leur place chronologique, les ensembles où le rouge domine semblant être les plus anciens. Les dégraissants, abondants et à granulométrie généralement moyenne à fine, sont, à Chassey, à base de calcite pilée éventuellement associée à des éléments granitiques. La technique du montage au colombin prévaut largement, bien visible sur les gros récipients ; l’estampage semble plutôt réservé aux disques de cuisson.

130En ce qui concerne les formes, la composante chasséenne est bien sensible en Bourgogne orientale ; elle se manifeste dans les bols et coupes à paroi dégagée par une carène, un ressaut ou un léger épaulement, dans les gobelets et les bols hémisphériques à paroi fine, les coupes en calottes sphériques très plates, les cuillères, les rares coupes à socle (niveau inférieur du Champ pendu à Mesmont : fouilles E. Guyot 1945- 1947) ; elle se distingue aussi dans les barrettes et les baguettes massives à perforations multiples, ainsi que dans les rares décors gravés plus ou moins dégénérés. La composante Michelsberg apparaît surtout dans les vases de genre tulipiforme à panse ovoïde ou conique et à col évasé, caractère du Michelsberg ancien. La bouteille à col étroit et corps ovoïde dotée de boutons perforés bas placés sur la panse, comme celle de Lux, s’inscrit aussi dans la tradition Michelsberg (Thevenot, 1982, fig. 20). La tendance Cortaillod est peu perceptible dans le domaine céramique, hormis peut-être à travers le goût prononcé pour les boutons ou barrettes couplés et les mamelons attenants à la lèvre. Les éléments propres au Néolithique Moyen Bourguignon sont les vases à panse profonde, ovoïde, à col dressé ou évasé qu’individualise un épaulement parfois appuyé d’un trait et qui porte quelquefois deux barrettes verticales appariées, deux boutons rapprochés ou un petit ruban arciforme pendant. Des cordons lisses s’inscrivent dans le répertoire décoratif ; associés par trois ou par quatre, ils barrent verticalement la paroi distincte de grandes coupes carénées comme celles du tumulus des Champs d’Aniers à Marcilly-Ogny (Nicolardot, 1993, fig. 19 et 20) et de la grotte du Trou du Diable à Mâlain (Buvot, Martin, 1996, fig. 10 et 12, B). Dans le niveau 6 de Chassey les fonds plats connaissent un notable développement comme à Clairvaux V (Pétrequin, Pétrequin, 1980). Les disques de cuisson, généralement nombreux, simples ou parfois dotés de perforations ou d’impressions digitales, font partie du fonds commun du Néolithique moyen.

Industrie sur matières dures animales

131L’industrie sur matières dures animales est relativement abondante. Elle comporte nombre de pointes rondes sur métapodes d’ovicapridés et de cervidés ou sur os longs non refendus, des ciseaux sur les mêmes types de support, des palettes et des lissoirs sur côtes, des pièces bipointes. L’utilisation importante du bois de cerf est une constante. Les gaines de haches les plus courantes sont droites, soit du modèle simple, soit du type à talon décortiqué, à ressaut plus ou moins accentué et à couronne plus ou moins large ; mais quelques-unes sont totalement grattées ou poncées (fig. 163, n° 23). Il existe quelques gaines à ergot. Des objets perforés, gaines et masses, sont également présents. De petits manches sont faits dans des segments d’andouillers. Des gobelets taillés dans des merrains, issus de la tradition Cortaillod, ne sont pas exceptionnels. Quelques outils sont fabriqués dans des canines de suidés refendues et abrasées. L’emploi élargi du bois de cerf semble être indépendant de l’environnement, comme le signale J.-L. Voruz (Voruz, 1986, p. 122). En effet, dans un milieu en apparence identique, les Chasséens n’en ont pas fait un usage aussi développé.

Fig. 163.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1, grattoir court ; 2-3, grattoirs carénés ; 4, grattoir double sur lame retouchée ; 5, ciseau sur éclat épais retouché sur les deux faces et partiellement poli ; 6-7, éclats à retouches marginales uni ou bilatérales ; 8, éclat appointi ; 9, burin sur éclat laminaire retouché ; 10-11, pointes foliacées ; 12-14, pointes, à base concave, losangique, triangulaire ; 15, armature tranchante à retouches bifaciales de type « chasséen » ; 16-17, lames de haches en pierre polie ; 18-19, pointes rondes ; 20, ciseau ; 21, ciseau large ; 22, gaine à talon décortiqué ; 23, gaine entièrement décortiquée et abrasée. N°s 1-15, silex ; n°s 16-17, « roches vertes » ; nos 18-21, os ; nos22-23, bois de cerf. (Musée archéologique, Dijon).

Fig. 163.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1, grattoir court ; 2-3, grattoirs carénés ; 4, grattoir double sur lame retouchée ; 5, ciseau sur éclat épais retouché sur les deux faces et partiellement poli ; 6-7, éclats à retouches marginales uni ou bilatérales ; 8, éclat appointi ; 9, burin sur éclat laminaire retouché ; 10-11, pointes foliacées ; 12-14, pointes, à base concave, losangique, triangulaire ; 15, armature tranchante à retouches bifaciales de type « chasséen » ; 16-17, lames de haches en pierre polie ; 18-19, pointes rondes ; 20, ciseau ; 21, ciseau large ; 22, gaine à talon décortiqué ; 23, gaine entièrement décortiquée et abrasée. N°s 1-15, silex ; n°s 16-17, « roches vertes » ; nos 18-21, os ; nos22-23, bois de cerf. (Musée archéologique, Dijon).

Fig. 164.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1-2, gobelets à carène vive et paroi concave ; 3, bol caréné à panse semi-sphérique et paroi verticale ; 4-5, coupes carénées à paroi évasée ; 6, écuelle profonde ; 7-9, vases à panse ovoïde et col dégagé, avec barrettes pleines ; 10-11, carènes ; 12, rebord éversé ; 13-14, fonds plats ; 15, disque décoré de points sur sa face inférieure ; 16, bouton rond perforé ; 17, bouton olivaire perforé ; 18, bouton ensellé perforé ; 19, barrette quadriforée sur carène ; 20-21, cordons lisses en relief. (Musée archéologique, Dijon).

Fig. 164.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1-2, gobelets à carène vive et paroi concave ; 3, bol caréné à panse semi-sphérique et paroi verticale ; 4-5, coupes carénées à paroi évasée ; 6, écuelle profonde ; 7-9, vases à panse ovoïde et col dégagé, avec barrettes pleines ; 10-11, carènes ; 12, rebord éversé ; 13-14, fonds plats ; 15, disque décoré de points sur sa face inférieure ; 16, bouton rond perforé ; 17, bouton olivaire perforé ; 18, bouton ensellé perforé ; 19, barrette quadriforée sur carène ; 20-21, cordons lisses en relief. (Musée archéologique, Dijon).

Parure

132La parure semble témoigner d’un attrait particulier pour les dents de carnivores perforées, canines de chien ou de blaireau par exemple, ce que les objets de parure de la grotte de la Mollepierre viennent confirmer (Dufay-Galan et alii, 1993). Quelques éléments originaux les complètent, pendeloques en bois de cerf (Chassey, Myard), pendentif biforé découpé dans une hémi-mandibule de suidé (Myard), segments de dentales (Chassey).

Économie

Économie vivrière

133Pour le Néolithique Moyen Bourguignon, comme pour le Chasséen, nous n’avons qu’une vue très partielle de l’économie alimentaire. Dans le niveau 6 de Chassey, l’importance réelle de l’agriculture reste encore inconnue. Seule la présence de pollens de céréales dans le spectre pollinique (Argant, Limondin-Lozouet, dans ce volume) ainsi que des restes d’outils comme des fragments de meules en grès, des éclats denticulés portant un lustré, ainsi qu’une lame lustrée ayant conservé la trace du goudron de fixation à un manche et interprétée de ce fait comme couteau à moissonner (fig. 102, n° 16), peuvent témoigner de la pratique de la culture de graminées. Dans le camp de la Vergentière à Cohons, la culture de céréales, non perceptible dans le diagramme pollinique, est attestée en revanche par la présence de graines de blé carbonisées (Lepage, 1992 ; Heim, 1992). Les pommes coupées et séchées de la grotte de la Mollepierre confirment en outre la pratique de la cueillette (Dufay-Galan et cilii, 1993).

134À l’inverse, le rôle respectif de l’élevage et de la chasse est plus facile à évaluer. Dans le niveau 6 de Chassey, les animaux domestiques apparaissent trois fois plus nombreux que les animaux sauvages (Poulain, dans ce volume). Les animaux d’élevage se répartissent dans le même ordre que dans les niveaux chasséens, avec en tête le bœuf (36 %), suivi du porc (24 %), du mouton (12 %) et de la chèvre (3 %). Pour ce qui est du grand gibier, les espèces chassées sont les mêmes qu’au Chasséen et, dans le tableau de chasse, le sanglier devance encore le cerf élaphe et le grand bœuf, le cheval et le chevreuil restant exceptionnels. Les autres animaux sauvages chassés sont le renard et le blaireau et, à titre plus rare, l’ours, le chat sauvage, le castor, l’écureuil, le lièvre. La chasse aux oiseaux est attestée à Chassey par la présence d’une oie du genre Anser (oie des moissons ou oie rieuse) dont une ulna a été transformée en sifflet ou appeau (Mourer-Chauviré, dans ce volume). La pêche est pratiquée aussi et, comme au Chasséen, la vandoise est tirée de la Dheune (Desse-Berset, dans ce volume). Comme au Chasséen encore, les grenouilles rousses n’ont pas été négligées (Bailon, dans ce volume). Le chien est présent, mais ne semble pas intervenir dans l’alimentation. Au total, on constate qu’à Chassey, au Néolithique Moyen Bourguignon comme au Chasséen, les mêmes milieux sont exploités ; l’environnement végétal ne devait donc pas avoir sensiblement varié.

135Dans la vallée de la Saône, la faune du site de la Charette à Tournus compte pour ainsi dire autant d’animaux sauvages que d’animaux domestiques, différence notable par rapport à Chassey qui tient peut-être à la nature du secteur fouillé (Poulain, 1994). Le sanglier et le cerf élaphe (23 et 14 %) devancent largement le grand bœuf, le cheval et l’ours brun, chez les uns ; le bœuf et le porc l’emportent dans les mêmes proportions (21 et 14 %) sur le mouton et la chèvre, chez les autres. Le chien est présent comme à Chassey.

136Dans le camp de la Vergentière à Cohons, la faune recueillie dans le secteur 1 qui est le plus documenté, ne se répartit pas de la même façon (Lepage, 1992). Pour les animaux domestiques, le schéma diffère quelque peu de celui de Chassey, en ce sens que le bœuf et le porc tiennent une place équivalente (28 %), alors que le mouton (15 %) et la chèvre (2 %) se maintiennent dans les mêmes proportions que dans le site chalonnais (Poulain, 1992). Pour les animaux sauvages, le grand bœuf, le sanglier et le cerf élaphe sont les premiers chassés ; le cheval, le chevreuil et, fait particulier à Cohons, le bison, jouent un rôle secondaire. Les autres animaux abattus ou piégés sont le loup, le castor, le lièvre, le lapin. Des batraciens et des oiseaux sont également consommés. Ces animaux apportent la preuve que tous les milieux étaient exploités comme à Chassey, et que le paysage végétal devait être comparable à celui du gisement chalonnais, avec des zones boisées, des prairies et des espaces ouverts, en partie sans doute défrichés et cultivés.

137Au total, le rôle de la chasse paraît toujours important dans l’économie alimentaire des gens du Néolithique Moyen Bourguignon. L’industrie de l’os et du bois de cerf par son développement en porte témoignage.

Échanges

138L’approvisionnement en silex ne montre pas, sauf exception, une recherche particulière pour les matériaux de grande qualité. Les silex locaux, quelquefois très médiocres comme les chailles du Champ pendu à Mesmont, sont le plus souvent utilisés. Les fournitures en roches vertes indiquent des relations traditionnelles avec les Alpes et le Massif central et un courant en provenance des Vosges apporte la pélite quartzeuse (Pétrequin, jeunesse, 1995).

139Des relations avec l’extérieur peuvent être inférées de la présence dans le domaine céramique et dans l’industrie osseuse de particularités morphologiques ou stylistiques ou d’objets inspirés d’autres groupes culturels, tel le Cortaillod à l’est et le Michelsberg au nord.

Pratiques funéraires et idéologie

Funéraire

140Il est probable que les ossements humains tirés de la grotte du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant aient été en relation avec les mobiliers du Néolithique Moyen Bourguignon recueillis dans cette cavité (Ratel, 1964). La chose est moins évidente pour ceux de la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot découverts en partie en position détritique (Dufay-Galan et alii, 1993, p. 19).

141En fait, les sépultures qui appartiennent de façon certaine ou très probable à cette culture sont des sépultures sous tumulus. Nous ne connaissons pas d’inhumation en fosse. Dans le tumulus n° 1 des Champs d’Aniers à Marcilly-Ogny, deux sépultures, mentionnées ci-dessus, sont placées au pied d’un mur parementé servant d’appui à un massif de pierres haut de 1 m qui constitue l’armature d’un tertre de forme ovalaire de 11 m sur 7 (Nicolardot, 1993). Les squelettes, orientés l’un parallèlement et l’autre perpendiculairement au mur, étaient recouverts chacun par un agencement de pierres plates. Le premier individu était en position repliée, le second probablement allongé sur le dos. En avant de ces tombes étaient répartis de très nombreux tessons de poteries venant en particulier d’une bouteille à col dotée de deux boutons perforés placés sur l’épaulement, d’un vase à panse ovoïde et col dégagé par un ressaut ainsi que de deux jattes carénées décorées de cordons lisses jumelés allant de la carène à la lèvre (Nicolardot, 1993, fig. 19 et 20). Une telle organisation du lieu funéraire suggère un rituel particulièrement complexe.

142Des sépultures individuelles en petits coffres de pierre sous tumulus peuvent être considérées comme ressortissant au Néolithique Moyen Bourguignon. Nous retenons celle d’un petit tumulus des Chaumes d’Auvenay à Aubigny-la-Ronce, en raison de la présence près du squelette d’un gobelet creusé dans une base de bois de cerf (Mortillet, Mortillet, 1881, pl. LVII, n° 545), et celle d’un tumulus de Cormot parce qu’elle renfermait un gros poinçon et des tessons de céramiques d’aspect et de technique rappelant le Néolithique Moyen Bourguignon (fouille J. Joly).

143Nous mentionnons ici des tertres allongés plutôt bas, construits en pierres sèches, qui présentent à chaque extrémité un petit coffre en pierres plates semblant avoir reçu un ou deux individus. Plusieurs sont connus au Bois du Chêneau à Chambœuf et l’un des tumulus allongés de cette nécropole possède même en son milieu une petite dalle plantée comme une stèle (fouilles E. et B. Guyot). Les coffres ont donné quelques éclats et lames de silex, mais pas de poterie caractéristique. Ils nous paraissent pouvoir correspondre à l’esprit du Néolithique Moyen Bourguignon particulièrement attaché régionalement, comme on sait, aux constructions de pierres monumentales.

Idéologie

144Les recherches récentes consacrées aux menhirs de Saône-et-Loire et les fouilles effectuées au pied d’un certain nombre d’entre eux ont renouvelé grandement nos connaissances à leur sujet (Lagrost, Buvot, 1998). Elles tendent à prouver que ces monuments apparaissent dans la région en même temps que le Néolithique Moyen Bourguignon.

145Deux découvertes faites dans la vallée de l’Arroux sont significatives à cet égard : celle d’abord d’un vase à panse globuleuse flanquée de deux mamelons aplatis perforés et à col élevé trouvé dans le remplissage de la fosse d’implantation du menhir de la Grande Corvée à Monthelon (Lagrost, 1996b ; Lagrost, Buvot, 1996, fig. 2 à 6 ; 1998, p. 113-116), celle ensuite d’une grande coupe carénée à paroi rentrante de 40 cm de diamètre à la carène, recueillie avec d’autres fragments de céramiques au pied du menhir de Chafaud à Saint-Nizier-sur-Arroux (Lagrost, 2001, fig. 12) ; elle ne détonne pas en effet dans le corpus des formes du Néolithique Moyen Bourguignon même si elle évoque un modèle chasséen.

146La mise en place de grandes pierres dressées par le groupe Néolithique Moyen Bourguignon, opération exigeant organisation sociale et en quelque sorte « volonté politique », ne saurait surprendre si l’on considère que sont construites à l’époque des architectures de pierre aussi imposantes que les remparts de Myard et de Bourguignon-lès-Morey (Piningre, 1999). Des constructions de cette ampleur ne sont pas en adéquation avec ce que l’on peut présumer de la « philosophie » chasséenne, mais semblent plutôt répondre à une « logique » du groupe Néolithique Moyen Bourguignon. Leur fonction toutefois est discutée, qu’elle réponde à des motifs cultuels (monuments) ou à des motifs politiques (bornes repères). Il est vraisemblable que certains des signes schématiques qui ornent plusieurs menhirs de Saône-et-Loire soient anciens, mais leur signification est obscure (Lagrost, 1996c ; Lagrost, Buvot, 1996, 2000). Il reste que les pierres dressées sont la manifestation d’un esprit ou d’une idéologie en nette rupture avec ceux de la période précédente.

147Ces mégalithes, comme les remparts monumentaux, exigent un travail collectif et témoignent de ce fait d’une organisation sociale élaborée qui s’exprime soit au niveau d’un camp et de son environnement proche, soit dans le cadre d’un territoire englobant plusieurs établissements.

Chronologie

Datation

148Il est admis aujourd’hui que le Néolithique Moyen Bourguignon doive se former avant la fin du Ve millénaire et qu’il se poursuive au moins jusque vers le milieu du IVe millénaire (Jeunesse et alii, 1998). Cette tranche de temps se voit sensiblement reculée par rapport à celle proposée il y a deux décennies (Gallay, 1986b, p. 132). Dans la chronologie actuelle, il occuperait ainsi une fourchette comprise entre 4100-4000 et 3600-3500 av. J.-C., cette dernière évaluation étant confirmée par Clairvaux où il est établi par la dendrochronologie que, vers 3500 av. J.-C., le Néolithique Moyen Bourguignon cède la place au Port-Conty (Pétrequin, Pétrequin, 1988, p. 61). Plusieurs des dates dont nous disposons à ce jour en Bourgogne se rangent dans le laps de temps retenu présentement.

Stades

149Une mise en phases de l’évolution du Néolithique Moyen Bourguignon pourrait être proposée en faisant référence aux ensembles documentés de Franche-Comté classés essentiellement toutefois sur des critères typologiques (Pétrequin, Pétrequin, 1986). Pour le moment, en Bourgogne orientale, deux stades peuvent se distinguer assez clairement sur ces critères.

150La phase ancienne est représentée en Franche-Comté par le mobilier du niveau inférieur du camp de Moulin Rouge à Lavans-lès-Dole dans lequel les influences chasséennes sont manifestes (Pétrequin, 1970b ; Pétrequin, Pétrequin, 1986, fig. 12-18). À Cet ensemble correspond l’essentiel du mobilier du Mont de Marcilly-sur-Tille dont la céramique comporte des formes dérivées elles aussi du Chasséen (fig. 163 et 164). D’autres formes dans le style du Michelsberg ancien, telles les coupes à corps individualisé et col évasé et les jarres à boutons placés en bas de panse, permettent de rattacher une partie du mobilier de la Mollepierre à cette phase ancienne (Dufay-Galan, 1996, fig. 6). Le mobilier de Charigny, s’il s’avérait recevable, devrait se situer au début de cette phase ancienne.

151Le mobilier du niveau V de la Motte aux Magnins à Clairvaux-les-Lacs illustre la phase récente du Néolithique Moyen Bourguignon (Pétrequin, Pétrequin, 1986, fig. 3), comme celui du chenal 2 d’À Daupharde à Ruffey-sur-Seille, à l’est de la Bresse (Séara, Ganard, 1996, fig. 8.38). Avec les coupes et les jattes, les bols et les écuelles à carène ou à léger épaulement, les jarres hautes à fond plat, l’industrie du niveau 6 de Chassey s’inscrit dans le même stade. À ce moment, l’héritage chasséen est encore bien présent en Bourgogne. Les huit vases des Essards à Préty et le mobilier de la Charette à Toumus pourraient se placer aussi dans cette phase récente (Duriaud, 1995,1996c).

Faciès

152Le Néolithique Moyen Bourguignon de la plaine de Saône et de ses collines bordières constitue une province particulière où les influences du Bassin parisien sont importantes, à la différence de la région de Franche-Comté où prédominent les influences du nord et de l’est comme l’ont bien montré A.-M. et P. Pétrequin (Pétrequin, Pétrequin, 1986). Les sites des Grandes Levées à Varennes-Vauzelles dans la Nièvre (Liégard et alii, 1999), de Chez Duret à Lapalisse dans l’Allier (Liégard et alii, 2000) et de l’enceinte du Champ de la Grange à Bruère-Allichamp dans le Cher (Rialland, 1991) dans lesquels le corpus des formes céramiques a de forts rapports d’analogie avec le Néolithique Moyen Bourguignon de la province bourguignonne, en sont pour le moment les témoins les plus occidentaux. Qu’ils attestent eux aussi de particularités régionales semble très probable.

LE NÉOLITHIQUE FINAL

153Dans la région, pour le Néolithique final, les données stratigraphiques manquent. Seul le niveau 5 de Chassey s’intercale, dans la séquence de la Redoute, entre Néolithique Moyen Bourguignon et Bronze final. Les parts respectives de la composante autochtone, mais aussi du Horgen, du Seine-Oise-Marne, voire des influences méridionales qui caractérisent normalement la première partie de la période, ne sont pas encore reconnues. Un important hiatus est à combler dans la première partie de la période, c’est-à-dire en gros entre 3500 et 3000 avant J.-C. selon la chronologie en cours. Les groupes culturels que nous distinguons pour le moment au sein du Néolithique final de la région, caractérisés respectivement, par Chassey (niveau 5 de la Redoute), Ouroux-sur-Saône (habitat du Grand Bois et du Taillis) et Saint-Marcel (habitat campaniforme de la Noue), se rangent tous trois dans la seconde partie de la période.

Le Néolithique final du « type de Chassey »

154Nous avons considéré dans le chapitre précédent que les industries du niveau 5 de Chassey comportaient suffisamment de différences par rapport à celles du groupe de la Saône, qu’illustre le gisement d’Ouroux-sur-Saône, pour caractériser en propre une entité culturelle particulière que nous avons dénommée Néolithique final « du type de Chassey » dans l’attente d’une désignation plus adéquate qu’apporterait un autre gisement au moins aussi renseigné.

Documentation

155Toute la documentation susceptible d’être rattachée à ce groupe provient de sites de hauteur. Au camp de Chassey, le niveau 5 apporte la série d’objets la plus fournie. Le camp du Mont-Milan à Meursault offre quelques éléments complémentaires qui proviennent de secteurs d’habitats partiellement conservés et de zones où les vestiges néolithiques, y compris du Néolithique Moyen Bourguignon, ont été plus ou moins mélangés lors des remaniements impliqués par la construction du rempart en pierres sèches du second Âge du Fer et l’occupation afférente (Chevillot, 1984b, 1990). Le camp du Châtelet à Étaules ainsi que le camp de Myard à Vitteaux ont donné des lots peu nombreux d’objets souvent très fragmentaires et en situation stratigraphique variable (Nicolardot, 1988b, 1998, 2003). D’autres pièces susceptibles d’être rapportées à ce Néolithique final, armatures de flèches, éléments de parure, poteries, ont été recueillies aussi dans des grottes comme celle de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche, voire dans des sépultures en coffres sous tumulus comme celles des Combes d’Arches à Fley fouillées en 1949 (fouilles J. de La Bussière).

Sites

156Les sites d’habitat reconnus sont localisés sur des sites de hauteur dont le caractère défensif n’est pas toujours attesté. En effet, à Chassey, le secteur fouillé de la Redoute ne présente pour cette période aucune trace d’aménagement de protection, rempart ou fossé ; le niveau 5 s’étale simplement à la pointe du plateau jusqu’au rebord, d’ailleurs dépourvu à cet endroit d’abrupt rocheux, mais quelque peu rehaussé comme nous l’avons vu, par les gens du Néolithique Moyen Bourguignon. Nous ignorons si le grand rempart du Château intègre une structure qui appartiendrait à cette culture. Au Mont-Milan, les restes de sols d’habitats ont été observés sur le plateau même, à l’écart du rempart de La Tène (Chevillot, 1984b). Dans ces deux cas, les habitations semblent donc avoir été érigées sur des plateaux, en espace apparemment ouvert.

157Au camp de Myard, en revanche, les objets du Néolithique final ont été recueillis en arrière du rempart déjà existant, érigé par les représentants du Néolithique Moyen Bourguignon. La répartition de ces vestiges semble indiquer que l’on a cherché alors simplement à utiliser la protection de la construction sans y apporter de modification particulière (Nicolardot, 2003, p. 52). Aucune trace d’habitation n’a été constatée au contact même du rempart de sorte que l’on peut imaginer que les maisons, si le camp était largement occupé à cette époque, étaient érigées à quelque distance sur le plateau à l’abri de la fortification (Nicolardot, 1998, 2003). Au camp du Châtelet à Étaules les conditions sont peu différentes, bien que quelques aménagements à la construction défensive du Néolithique moyen aient pu être apportés localement ; mais les quelques objets du Néolithique final recueillis étaient disséminés en dehors de toute structure d’habitat proprement dit (Nicolardot, 1988b. 2003).

158Pour le moment aucun ensemble du Néolithique final du type de Chassey n’a été identifié dans la plaine de la Saône ni dans les vallées qui y débouchent. Les matériels recueillis dans les stations dites de surface des collines ne comportent pas d’élément céramique susceptible de les caractériser sur le plan culturel.

Habitations

159Nous ne connaissons ni le plan, ni l’architecture des habitations de cette époque. Dans le niveau 5 de Chassey, les fragments d’enduits de clayonnages et de terre cuite ainsi que les deux trous de poteau observés, suggèrent l’existence d’une cloison clayonnée, recouverte d’argile, appartenant à une construction dont la fonction n’a pas été reconnue. Nous avons été amené à considérer sans plus, que le secteur concerné devait se trouver à proximité d’une habitation et en tout cas d’une aire où se déroulaient les activités domestiques quotidiennes.

160La technique des constructions à parois de clayonnages enduits d’argile n’a pas été observée dans un autre gisement. Nous n’avons pas non plus d’exemple d’emploi de la pierre comme cela a pu être le cas dans les habitats installés sur les plateaux calcaires au Néolithique moyen. Au Mont-Milan les aires à forte concentration de mobiliers et de restes de faune, les trous de poteaux, les emplacements de foyers, indiquent à l’évidence l’existence de maisons, mais leur plan et leur organisation n’ont pu être reconnus non plus (Chevillot, 1984b, p. 46, 52-53 ; 1990, p. 18).

Industries

161En ce qui concerne les industries, il faut encore ici faire référence au mobilier de Chassey, le seul encore suffisamment nombreux.

Industrie lithique

162L’industrie lithique emploie pour l’outillage courant des silex d’origine chalonnaise et mâconnaise et, plus rarement, des silex identifiés comme provenant du Sénonais, du Berry et occasionnellement de la vallée de l’Oise (Affolter, dans ce volume). Les matériaux courants sont débités principalement en éclats et en éclats laminaires comme dans le Néolithique Moyen Bourguignon. En sont tirés des grattoirs courts frontaux, des denticulés. des microdenticulés et des racloirs de facture généralement peu élaborée. Des racloirs simples ou à encoches sont taillés dans des éclats ou de fortes lames. Des poignards avec ou sans soie et quelques racloirs à coches sont façonnés dans du silex turonien de la région du Grand-Pressigny importé semble-t-il sous forme de lames. Les armatures de flèches découvertes à Chassey sont toutes perçantes, de modèles foliacé, losangique, à pédoncule ou à pédoncule et ailerons, mais pour ce dernier type la technique et la forme sont généralement peu évoluées par rapport aux armatures du groupe de la Saône et du Campaniforme. Les armatures tranchantes semblent rares. L’outillage poli comprend des lames de taille moyenne à grande, en roches très variées, moins souvent régionales qu’étrangères et dans ce cas originaires des Alpes, du Massif central ou encore des Vosges (pélite quartz). Il est probable qu’il faille ajouter à cette liste des instruments perforés présents dans la collection Loydreau, hache-marteau simple et à renflement médian par exemple.

Industrie céramique

163L’industrie céramique, référence toujours faite surtout à Chassey, se compose de deux catégories techniques de vases ; les uns, d’aspect rustique, ont un dégraissant quartzeux de gros calibre souvent apparent et une pâte colorée par l’incorporation de paillettes de mica doré ; les autres, de finition soignée, ont un dégraissant siliceux fin peu visible, des surfaces lissées, quelquefois lustrées, et des couleurs généralement sombres. Les anses sont des boutons et des mamelons ronds ou ovalaires, plus souvent pleins que perforés, des languettes pleines ou percées d’un à trois trous, des barrettes massives, des anses rubanées, des poignées-tiges rondes. L’anse rostriforme est exceptionnelle.

164Le répertoire des formes ne couvre pas un éventail très large. Des récipients à surface soignée, vases à paroi distincte et carène anguleuse ou arrondie ou détachée par un épaulement, vases hémisphériques, petites coupelles en calotte sphérique rappellent les types chasséens. Les cuillères à bouche et les louches, très courantes, y font penser également. Des écuelles carénées à anse appuyée sur la carène évoquent les tasses du Bronze ancien. Les vases d’aspect rustique à surface rugueuse et souvent à pâte micacée, sont des récipients de forme haute, tronconiques ou galbés « en tonneau », à fond aplati ou plat, dotés de deux anses opposées en boutons ou en languettes, des récipients de forme cylindrique de même aspect dont certains présentent sous le rebord un épaississement de la paroi ou une cannelure profonde dans le style Horgen. Les décors se limitent à des cordons lisses horizontaux et verticaux qui évoquent les cordons qui se développeront dans le Bronze ancien. Les campaniformes à décor au peigne sont rares, éventuellement fabriqués selon les techniques propres au groupe en question (pâte enrichie en mica doré dans un cas). Des fusaïoles biconiques et discoïdes sont en terre cuite, mais pas en pierre.

Industrie sur matières dures animales

165L’industrie des matières dures animales semble utiliser autant l’os que le bois de cerf. Des pointes rondes faites dans des métapodes et d’autres os longs sont plutôt massives à l’instar de celles du Néolithique Moyen Bourguignon. D’autres outils existent comme l’armature bipointe losangique. Les gaines en bois de cerf sont du modèle droit à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal brut de découpage ou soigneusement grésé ; d’autres, droites également, sont entièrement décortiquées, abrasées et polies. Des éléments d’emmanchure et des objets perforés de la collection Loydreau peuvent venir compléter cet outillage.

Parure

166La parure est assez diversifiée puisque son répertoire comprend des éléments percés, canine de suidé, pendeloque arciforme en pierre verte, pendeloque quadrangulaire en coquille de lamellibranche, et d’autres objets originaux comme des canines de suidé fendues et polies dotées de deux pointes relevées que nous tenons pour un ornement corporel ou vestimentaire.

Économie

Économie vivrière

167Le niveau 5 de Chassey n’apporte pas plus d’indications que les niveaux précédents sur la culture des céréales en particulier dont la présence n’est confirmée en fait que par le diagramme pollinique et, indirectement, par les fragments de meules et de broyons ou éventuellement par des éclats de silex à poli brillant susceptibles d’avoir été utilisés pour la moisson.

168En matière d’élevage, il y a lieu de noter qu’à l’inverse de ce l’on observe dans les niveaux précédents du Chasséen et du Néolithique Moyen Bourguignon, le porc devance le bœuf, les taux respectifs étant de 27 % et de 19 % ; en revanche, comme dans les niveaux antérieurs, le mouton et la chèvre restent dans les mêmes proportions avec des taux déséquilibrés, de 16 % pour l’un et de 3 % pour l’autre.

169En matière de chasse au gros gibier, la première place est tenue par le sanglier (12 %) ; le cerf élaphe, le grand bœuf et le cheval ont une représentation beaucoup plus faible (1 à 4 %). Les autres espèces chassées déterminées sont le blaireau, le renard, le chat sauvage, le castor, le lièvre. Parmi les oiseaux n’ont été reconnus que le gros bec, oiseau de forêt, et le fuligule malouin, oiseau d’eau douce. Aucun reste de poisson ni d’amphibien n’a été découvert, mais il n’est évidemment pas certain pour autant que les milieux aquatiques aient été délaissés.

Échanges

170Les lieux d’approvisionnement en matières premières lithiques donnent une idée des liens directs ou indirects établis par les gens de Chassey avec d’autres régions. En effet, si l’essentiel des silex est d’origine locale (69 %), d’autres, en quantité parfois infime, sont issus des formations mâconnaises distantes d’une soixantaine de kilomètres ou de contrées plus lointaines : Sénonais, Berry, vallée de l’Oise, et Touraine pour le silex miel du type du Grand-Pressigny (Affolter, dans ce volume). Les roches tenaces destinées aux outils polis proviennent d’endroits très variés : des Alpes pour l’éclogite et la diorite, du Massif central pour l’ankaramite, des Vosges pour la pélite-quartz, de Bourgogne du Sud-Est pour l’actinotite. Ces échanges s’appuient, comme c’était le cas antérieurement, soit sur des relations directes, soit sur des intermédiaires.

171Les particularités stylistiques perceptibles dans les formes et les décors céramiques, sur lesquelles nous avons insisté, indiquent l’existence de relations multiculturelles de nature sans doute diverses avec des groupes voisins ou éloignés, le Campaniforme implanté régionalement, l’Artenac vers l’ouest. Les modes d’application des influences subies et les périodes de leur exercice nous restent inconnus.

Pratiques funéraires et idéologie

Funéraire

172Nous pensons devoir attribuer au Néolithique final du type de Chassey une partie des sépultures en coffres de dalles sous tumulus des côtes calcaires bordant la vallée de la Saône parce qu’ils contiennent des objets qui sont présents dans son répertoire industriel ou qui le caractérisent en propre. Parallèlement, un certain nombre de coffres contiennent des mobiliers qui sont les uns nettement campaniformes et d’autres clairement du début du Bronze ancien, comme nous le verrons ci-après.

173Certains vases comme les écuelles carénées des monuments à coffres de la Garenne et de la Chaume à La Rochepot (Joly, 1965b, fig. 5, n°s 3 et 4) ou le vase à pâte micacée et boutons pleins du coffre n° 3 du Champ du Saule à Marcilly-Ogny (Dorion, 1990, n° 70), s’intègrent dans la liste des types céramiques du Néolithique final du type de Chassey. Il en est de même pour un vase globuleux et une écuelle carénée à anse attachée à la carène très proche de celle du niveau 5 de Chassey provenant du tumulus 2 de Nonceuil à Francheville ; ces vases sont associés à un poignard en silex de Touraine et à des fragments d’un campaniforme couvert de lignes tracées au peigne (fouilles G. Martin).

174Un élément de parure à double pointe, taillé dans une canine de suidé, comparable à celui du niveau 5 de la Redoute (fig. 131, n° 4) et identique à un autre exemplaire conservé dans la collection Loydreau (fig. 147, n° 1), a été trouvé dans le coffre du tumulus 1 des Combes d’Arches à Fley en Chalonnais (fouilles J. de La Bussière). Il accompagnait entre autres des lames de silex non retouchées, une armature tranchante à retouches abruptes et un fragment d’un outil en os poli. Ce type d’objet n’a pas été signalé jusqu’ici dans un autre contexte que celui du Néolithique final du type de Chassey.

175Les coffres susceptibles d’être attribués au groupe en question sont enfermés dans des tumulus dont l’architecture ne répond pas à un seul modèle. Les variations observables dans la construction des monuments peuvent toutefois être fonction des conditions géologiques locales. Aux Combes d’Arches à Fley les coffres, faits de dalles peu épaisses, sont engagés dans des tertres très plats. Au Champ du Saule à Marcilly-Ogny, ils sont construits en lourdes dalles et enclavés dans des tertres plus hauts et de plus petit diamètre. Dans ces deux gisements les tumulus à coffres sont groupés en petites nécropoles avec deux monuments dans un cas et quatre dans l’autre.

Idéologie

176Ces tertres funéraires, témoins discrets de l’organisation sociale, ne laissent rien transparaître des idées religieuses. Chaque coffre peut être considéré comme le sépulcre d’une unité familiale et leur rassemblement en petits groupes peut correspondre au cimetière d’un village.

177Nous ignorons tout des modes d’inhumations, aucune fouille sérieuse n’ayant porté sur un coffre non remanié. Les auteurs font toujours état d’un grand désordre de leur remplissage et de la fragmentation des ossements dont tous d’ailleurs ne seraient pas représentés. La pratique du dépôt secondaire pourrait être la règle.

178Les matériels déposés avec les restes humains sont des outils, des armes, des récipients nus ou décorés, témoins de la vie quotidienne ou possibles « objets de prestige » comme pourraient l’être par exemple les poignards en silex.

Chronologie

Datation

179Les deux dates 14C dont nous disposons pour Chassey : Ly 3469 : – 4760 ± 140 (– 3950 à – 3050) et Ly 1893 (OxA) : – 4000 ± 50 (– 2840 à – 2340) ne nous renseignent pas vraiment sur la période de mise en place du niveau du Néolithique final. D’après les données admises aujourd’hui, une fourchette comprise entre 3000 et 2400 av. J.-C. pourrait être proposée. Nous considérons en effet que le niveau 5 de Chassey ressortit au Néolithique final II et le mettons en parallèle avec le groupe de Gord qui est placé quant à lui entre 3000 et 2500-2400 av. J.-C. (Blanchet, Lambot, 1985 ; Constantin, Blanchet, 1998, p. 614).

Stades

180Les histogrammes concernant les industries lithiques du Néolithique final du type de Chassey et du Néolithique Moyen Bourguignon montrent que ces deux entités sont comparables dans la composition et dans le style (fig. 143 supra). Les industries respectives en matières dures animales restent dans la même lignée. Le lithique, fondé sur l’éclat, garde le même caractère assez fruste. L’industrie céramique de son côté conserve quelques traits du Néolithique moyen, notamment les formes carénées. L’écart chronologique qui sépare les deux groupes n’est pas en faveur du maintien d’une tradition du Néolithique moyen (Pétrequin et alii, 1988, p. 72), mais le Néolithique final du type de Chassey semble bien se placer dans la ligne du Néolithique Moyen Bourguignon et il n’est pas à exclure, pour cela, que ce dernier ait joué un rôle dans sa genèse. La Bourgogne orientale se trouve sur les marges de faire d’extension du Seine-Oise-Marne et du Horgen (Jeunesse et alii, 1998, p. 527 et 528), mais nous ne savons pas dans quelles conditions ces deux entités culturelles ont pu exercer leur influence sur le groupe en place.

181Nous ne disposons pas en effet des séries qui permettraient de caractériser vraiment la première étape du Néolithique final où ces influences devraient être censément plus importantes.

182L’influence du Seine-Oise-Marne est cependant en apparence la plus sensible. Un vase à fond plat, de forme tronconique à la façon des pots à fleurs de ce groupe, provenant du coffre du tumulus 1 des Combes d’Arches à Fley, porte un décor lâche de points imprimés en lignes horizontales espacées qui semble inspiré de certains décors « aérés » de campaniformes comme ceux faits d’impressions en virgules de Pierrefitte à Autun (Creusaton, Thevenot, 1987) et de la Ferme de Champagne à Augy (Kapps, Bailloud, 1960). Il ressemble aussi à deux vases tronconiques à fond plat de la fosse 5 des Sablons à Gron qui s’inscrivent dans le répertoire des formes du Seine-Oise-Marne (Muller et alii, 1997). Il évoque l’implication de ce groupe dans le Néolithique final du type de Chassey par sa forme et celle du Campaniforme par son décor. D’autres documents qui peuvent témoigner de l’influence Seine-Oise-Mame sont connus dans des coffres : un objet en os en forme de bobine, identique à celui du monument semi-hypogée des Durillons à Marsangy (Thevenot, Carré, 1976, fig. 5, n° 3 ; Carré, 1982), qui provient du tumulus à coffre n° 2 de la nécropole du Croconnet à Bouze-lès-Beaune (recherches Thevenot), et une pendeloque arciforme en grès micacé, bijou signalé par J. Joly (Joly, 1965b, p. 72).

183Dans sa période terminale, il est probable que le Néolithique final du type de Chassey marque le passage au Bronze ancien. La présence de la tasse carénée à anse en ruban attachée à la carène, voire les cordons en relief, semblent plaider en ce sens.

Faciès

184Dans ce que nous pouvons connaître du groupe présenté ici, il n’y a pas suffisamment de données pour identifier des particularités locales. Le Néolithique final du type de Chassey présente certes des analogies avec le Gord et avec l’Artenac, mais cela peut tenir au fonds céramique commun de l’époque dans lequel plusieurs formes sont partie prenante. Le niveau 5 de Chassey paraît correspondre à une phase évoluée du groupe qu’il caractérise ; la première phase reste donc à déterminer.

Le groupe de la Saône

185Même si l’entité culturelle dite « Civilisation Saône-Rhône » définie il y a maintenant presque trois décennies (Thevenot et alii, 1976) a dû être réévaluée (Pétrequin et alii, 1988) et se trouve aujourd’hui limitée géographiquement à la vallée de la Saône et aux Alpes du Nord (Jeunesse et alii, 1998, p. 535), le faciès ou le groupe culturel que nous avons dénommé alors « groupe de la Saône », présente une originalité évidente. Il se distingue très nettement du Néolithique final du niveau 5 de Chassey ne serait-ce que par ses productions lithiques techniquement très élaborées et par le genre de vie lié au milieu aquatique.

Documentation

186Les gisements inclus dans les limons de débordement des bords de la Saône n’ont qu’exceptionnellement fait l’objet de recherches spécifiques depuis les fouilles que nous avons menées dans les années 1960 à Ouroux-sur-Saône (Thevenot, 1973). En dehors d’une intervention limitée effectuée près de nos fouilles par A.-C. Gros en 1963 et 1964 (Gros, à paraître), une seule opération a été conduite en 1996 et 1999 au lieu-dit le Petit Bois, au nord immédiat du gisement connu, avant l’ouverture d’une vaste carrière de sables exploités à la drague (Bontemps, 1997). Aucun « stationnement » organisé n’a été découvert dans ces sondages, mais des témoignages importants d’occupations anciennes et récentes du Néolithique ont été recueillis et ont été confirmés en partie par des datages par le 14C.

187Des fouilles de sauvetage plus limitées ont été menées en Val de Saône mâconnais dans le site de Saint-Laurent-sur-Saône où un foyer a été étudié en sauvetage (Jeannet, 1963) et dans le gisement des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône où un niveau du Néolithique final peu documenté a été relevé au-dessus du niveau chasséen présenté plus haut et au-dessous d’un niveau attribué au Bronze ancien (Barthélemy, 1983b, 1996), enfin en Bresse tournugeoise dans celui du Mortier à Préty dans l’Ain, qui a donné quelques silex et d’assez nombreux fragments de poteries (Duriaud, 1995, fig. 2 et 3).

188En dehors de cela, des vestiges lithiques, céramiques et osseux, ont été occasionnellement extraits de la rivière par les dragues ou ramassés sur les plages après les inondations dans plusieurs des gisements repérés autrefois le long de la Saône par H. de Ferry et A. Arcelin (Ferry, 1869 ; Arcelin, 1869 ; Thevenot, 1973, fig. 3 ; Dumont, 2002). L’exploitation de ces derniers objets reste aléatoire.

Sites

189Tous les sites répertoriés au xixe siècle, attribués au groupe de la Saône, sont localisés en bordure de la rivière, presque exclusivement en rive gauche ; le secteur le plus occupé concerne essentiellement la Grande Saône (Thevenot, 1973, fig. 3). Les habitats qui leur correspondent sont implantés au contact de la rivière et sont dressés de préférence semble-t-il à hauteur d’un gué comme c’est le cas à Ouroux, ou près de l’embouchure d’un tributaire de la Saône comme à Saint-Laurent-sur-Saône (Limard, 1890 ; Jeannet, 1963), ou encore en relation avec une île et un gué comme à l’île Saint-Jean à hauteur de Feillens au nord de Mâcon (Jeanton, Lafay, 1917 ; Barthélemy, 1963). Ces établissements pourraient être qualifiés de villages compte tenu du nombre de constructions qu’ils sont supposés rassembler et de leur extension qui peut être importante si l’on fait référence à Ouroux-sur-Saône où les traces d’installations, qui se sont d’ailleurs probablement déplacées au cours du temps, peuvent être suivies sur plus de mille mètres (Thevenot, 1973, fig. 11).

190Les bâtiments d’habitations et les éventuelles bâtisses à vocation agricole regroupés dans ces agglomérations sont construits sur la terre ferme. À Ouroux, les fossés et les trous qui assoient les superstructures de bois des maisons, de même que les fosses d’extraction de sable et d’argile destinés à en assainir le sol ou enduire les murs, les puits perdus et les autres structures excavées, sont creusés dans les limons alluvionnaires et certains atteignent ou pénètrent profondément la couche des graviers jaunes à concrétions calcaires sous-jacente située à l’époque à plus de 60 cm de profondeur. Cela veut dire qu’alors les rives de la Saône n’étaient pas inondables ou à tout le moins pas soumises à des inondations de grande amplitude comme c’est le cas aujourd’hui.

191Il est possible que des installations aient été construites sur les plages elles-mêmes ou sur des hauts fonds dans le lit de la rivière (Dumont, 2002, p. 130). Les découvertes de pieux de bois effectuées à l’embouchure de la Roie de Crissey à Chalon-sur-Saône (Landa, 1869), et celles d’objets abondants comportant des meules, faites dans l’île Saint-Jean en amont de Mâcon (Jeanton, Lafay, 1917) ou sur le gué de Grelonges à Saint-Georges-de-Reneins (Savoye, 1899), évoquent les sites lacustres jurassiens et savoyards. Dans tous les cas, on ne saurait dire si les villages des rives étaient totalement ouverts ou bien protégés par une enceinte quel qu’en ait été le type.

192Quoi qu’il en soit, la rivière ne devait pas être un obstacle à leurs habitants puisqu’à Ouroux par exemple les analyses pétrographiques ont montré qu’ils allaient chercher des silex pour leurs outils dans les collines du Chalonnais et du Mâconnais et des roches pour les meules et les dégraissants de leurs poteries dans les formations granitiques de l’ arrière-côte chalonnaise. Nous pouvons supposer qu’ils utilisaient pour ce faire et pour leurs activités halieutiques plus que probables, des pirogues monoxyles, bien qu’aucune de celles qui ont été amenées au jour ne puisse être datée avec assurance de l’époque néolithique.

Habitations

193Au sujet des habitations, nous avons des indices ténus, mais significatifs, qui concernent plus les techniques architecturales que les plans des bâtiments et leur organisation interne. Les traces de substruction relevées à Ouroux correspondent aux fondations d’une maison (Thevenot, 1973, fig. 62). Nous n’avons dégagé en fait que l’un des angles de la construction que dessine un fossé profond coudé en équerre, creusé à travers les limons jusqu’à la couche de graviers jaunes, étalés, une fois extraits, sur le sol de circulation. De grosses pièces de bois non refendues étaient plantées côte à côte dans la tranchée pour former un mur. L’interruption du fossé, au retour d’angle, correspond certainement à l’entrée. Il est donc possible d’imaginer un dispositif symétrique par rapport à cette entrée, sans pouvoir cependant évaluer la largeur possible du bâtiment. Les trous de poteau intérieurs à pilier de bois unique ou à piliers couplés supportaient une toiture que l’on peut supposer à deux pans. La profondeur des trous et du fossé qui dépasse parfois le mètre et la grosseur observée des bois dressés indiquent un bâtiment lourd et solide, probablement de grandes dimensions.

194Cette technique de construction à fossés d’implantation de poteaux est classique, en Bourgogne, depuis le début du Néolithique (Coudart, 1998, fig. 78). A. Villes a rapproché la partie connue du plan de la maison d’Ouroux de l’angle d’une maison de la Trichterbecherkultur, découverte à Øster Hassing dans la région plate du nord du Jylland au Danemark, qui lui est pour ainsi dire superposable (Villes, 1999, fig. 8). Il s’agit là sans doute d’un phénomène de convergence.

195À Ouroux, les maisons étaient accompagnées de fosses de types divers, petites cavités profondes, cylindriques, coniques, pouvant servir de puits perdus ou d’annexes domestiques aux fonctions probablement diverses. Une grande fosse de plusieurs dizaines de mètres carrés creusée profondément est en fait une carrière, avec rampe d’accès, d’où étaient extraits des limons gras et des sables légers nécessaires, on le suppose, à la confection des enduits des murs et à l’assainissement des sols (Thevenot, 1973, fig. 79).

196Nous ignorons tout de la distribution des bâtiments au sein des villages. Les maisons étaient-elles alignées le long de la berge à la manière des habitations des villages néolithiques des bords des lacs du Jura et de Savoie (Pétrequin, Pétrequin, 1986) ? La réponse ne peut venir que d’une fouille extensive.

Industries

197Les informations relatives aux industries du groupe de la Saône sont issues pour l’essentiel des fouilles du site d’Ouroux-sur-Saône. Elles ne concernent sans doute qu’un moment dans l’évolution du groupe.

Industrie lithique

198L’industrie lithique (fig. 165) se caractérise alors par sa grande qualité technique et par sa diversité typologique. Les silex les plus couramment employés sont recherchés, de façon systématique ou traditionnelle, au-delà de la Saône, dans les collines du Chalonnais et du Mâconnais, mais d’autres silex dont sont tirées de grandes pièces arrivent de gîtes éloignés comme ceux du Grand-Pressigny (Mallet, 1992), ainsi que d’autres régions qui restent à déterminer. Les techniques de taille et de retouche sont très élaborées puisqu’elles peuvent faire appel par exemple à la retouche oblique par pression (en « ripple flaked ») précédée d’une première taille de formage et préparée par un polissage unifacial soigné, à la manière égyptienne des couteaux du type de Djebel-el-Arak (Midant-Reynes, 1999, fig. 1). Même les objets courants qui ont pour support des éclats simples et des éclats laminaires, sont très soigneusement retouchés.

199L’outillage courant se compose de grattoirs de tous types, de burins, de racloirs simples convexes et de racloirs à encoches, de quelques troncatures, denticulés et lames appointies. De grandes lames, de silex exogènes, et en apparence pas exclusivement de Touraine, ont été transformées en couteaux à retouches marginales, en poignards du type étroit, du modèle à encoches et du modèle losangique ou à soie dont certains peuvent avoir été repris par un polissage partiel (Thevenot, 1961b ; Gros, Gros, 2000). Les armatures de flèches sont très nombreuses et presque exclusivement perçantes ; elles sont triangulaires ou ogivales à base droite, convexe ou concave, foliacées ou losangiques à encoches, triangulaires, ogivales ou foliacées à pédoncule, lancéolées à bords convexo-concaves et base triangulaire proches du type de Sigottier ; les modèles à pédoncule et ailerons ont des bords droits, convexes ou concaves, un pédoncule et des ailerons arrondis, pointus, carrés ou tronqués, quelquefois alignés. Les armatures tranchantes sont rares. La présence avec ces outils et ces armes très évolués de microlithes de style mésolithique, longtemps critiquée, n’est plus mise en cause aujourd’hui (Cupillard et alii, 1991, p. 365).

200L’outillage poli comporte des lames de haches en roches vertes de petit module et quelques haches en silex poli. Certaines des haches-marteaux perforées trouvées sur les rives de la Saône ou extraites de la rivière semblent devoir être rapportées au groupe de la Saône (Thévenin, 1960 ; Thevenot, 1963), de même probablement que les rares grandes lames de haches à bords équarris et tranchant évasé dont on suppose qu’elles imitent les modèles en cuivre (Ferry, Arcelin, 1870, pl. 36, n° 1 ; Lafay, 1932, pl. 44).

Industrie céramique

201L’industrie céramique, à Ouroux, n’égale pas techniquement la qualité du lithique (fig. 166). Les dégraissants sont mélangés aux argiles dans des proportions très variables (de 10 à 60 %). Il s’agit le plus souvent de grains anguleux de granite, de microgranite, voire de grès, obtenus par concassage et, plus rarement, de grains roulés de sable ; ces éléments sont parfois associés à des fragments de poteries écrasées. Les techniques de montage, mal connues, révèlent cependant l’utilisation du colombin. Les surfaces sont souvent rugueuses, mais quelques vases fins ont une surface lissée. Les pâtes des récipients d’aspect rustique peuvent être colorées par l’inclusion de paillettes dorées de mica. La cuisson est de qualité moyenne donnant des poteries fragiles ; les tessons se désagrègent facilement. Les couleurs sont en général rouges et brunes. Les fonds aplatis et les fonds plats sont courants et quelques-uns mêmes débordants. Les anses comprennent des boutons et des mamelons pleins ou perforés, des oreilles et des languettes à un ou deux trous, des mamelons aplatis à dos quelquefois ensellé, des barrettes massives à dos ondulé, des baguettes fines et multiforées suivant la mode chasséenne.

Fig. 165.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, grattoirs frontaux ; 3, racloir latéral ; 4, racloir transversal ; 5, racloir à encoches ; 6, troncature oblique ; 7, burin double d’angle sur troncature ; 8, pointe à pédoncule ; 9-10, pointes à encoches ; 11-14, pointes à pédoncule et ailerons ; 15, armature tranchante ; 16, segment de poignard à retouches « en écharpe » : 17, poignard à soie ; 18, lame à retouches continues ; 19, lame de hache en pierre polie ; 20, manche de poinçon taillé dans une esquille d’os ; 21, perle sphérique ; 22, pendeloque ovalaire ; 23, perle biconique ; 24-25, perles cylindrique et biconique. N°s 1-18, silex ; n°s 19, 22-23, « roches vertes » ; nos 20, os ; n° 21, terre cuite ; n°s 24-25, cuivre.

Fig. 165.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, grattoirs frontaux ; 3, racloir latéral ; 4, racloir transversal ; 5, racloir à encoches ; 6, troncature oblique ; 7, burin double d’angle sur troncature ; 8, pointe à pédoncule ; 9-10, pointes à encoches ; 11-14, pointes à pédoncule et ailerons ; 15, armature tranchante ; 16, segment de poignard à retouches « en écharpe » : 17, poignard à soie ; 18, lame à retouches continues ; 19, lame de hache en pierre polie ; 20, manche de poinçon taillé dans une esquille d’os ; 21, perle sphérique ; 22, pendeloque ovalaire ; 23, perle biconique ; 24-25, perles cylindrique et biconique. N°s 1-18, silex ; n°s 19, 22-23, « roches vertes » ; nos 20, os ; n° 21, terre cuite ; n°s 24-25, cuivre.

202Les vases soignés sont des écuelles à carène basse ou galbée, des gobelets et des bols hémisphériques. Les formes les plus rustiques et les plus communes aussi, à pâte souvent micacée, sont des vases à profil galbé « en tonneau » et fond aplati, munis généralement de deux anses en boutons ou en languettes, des vases cylindriques à fond aplati ou plat, des coupelles en calottes sphériques simples ou avec languette débordante, des récipients à col et à panse globuleuse. Le décor, très rare, est fait de discrètes impressions au doigt ou à la spatule sur le bord intérieur de coupes en calottes, de motifs géométriques incisés, à la manière chasséenne, sur rebord intérieur de coupe ou sur bombé de panse, ou encore de cordons lisses faisant saillie sur la lèvre. Le décor au peigne est connu sur des vases campaniformes en fait peu nombreux. Les fusaïoles, toutes en terre cuite, sont biconvexes ou biconiques.

Fig. 166.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, bols carénés à paroi verticale (n° 2 avec bouton probablement unique sur la carène) ; 3, écuelle à panse galbée munie d’une baguette anguleuse pleine ; 4, bol à paroi verticale avec anse(s) en languette ; 5, vase subcylindrique doté de deux boutons coniques haut placés perforés verticalement ; 6, coupe tronconique à fond peu convexe ; 7, 11, récipients subcylindriques de grande contenance munis de quatre anses en languettes pleines en opposition diamétrale ; 8, vase en forme de tonneau avec anse(s) haut placée(s) en languette biforée ; 9, col de vase à panse probablement sphérique ; 10, coupelle simple en calotte sphérique ; 12, baguette multiforée placée sur une carène ; 13, baguette épaisse, pleine, à dos ondulé ; 14, décor de triangles hachurés sur rebord intérieur de coupe en calotte sphérique à lèvre éversée ; 15, décor campaniforme de lignes parallèles tracées au peigne à dents carrées ; 16, fusaïole biconvexe ; 17, fusaïole biconique. (Nos 7 et 11, d’après Gros, à paraître).

Fig. 166.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, bols carénés à paroi verticale (n° 2 avec bouton probablement unique sur la carène) ; 3, écuelle à panse galbée munie d’une baguette anguleuse pleine ; 4, bol à paroi verticale avec anse(s) en languette ; 5, vase subcylindrique doté de deux boutons coniques haut placés perforés verticalement ; 6, coupe tronconique à fond peu convexe ; 7, 11, récipients subcylindriques de grande contenance munis de quatre anses en languettes pleines en opposition diamétrale ; 8, vase en forme de tonneau avec anse(s) haut placée(s) en languette biforée ; 9, col de vase à panse probablement sphérique ; 10, coupelle simple en calotte sphérique ; 12, baguette multiforée placée sur une carène ; 13, baguette épaisse, pleine, à dos ondulé ; 14, décor de triangles hachurés sur rebord intérieur de coupe en calotte sphérique à lèvre éversée ; 15, décor campaniforme de lignes parallèles tracées au peigne à dents carrées ; 16, fusaïole biconvexe ; 17, fusaïole biconique. (Nos 7 et 11, d’après Gros, à paraître).

Industrie sur matières dures animales

203L’industrie des matières dures animales n’est pas très développée semble-t-il. Sont à mentionner des pointes rondes sur métapodes, une plaquette d’os percée en bout pour maintenir une pointe éventuellement en cuivre (fig. 165, n° 20). Le bois de cerf est réservé à quelques gaines de hache droites simples. Si l’on considère que les objets en os et en bois de cerf tirés des sables de la Saône appartiennent bien au groupe de la Saône, s’y ajoutent alors des pics et des masses perforées (Marchant, 1866) et surtout un poignard, taillé dans un métapode de grand bœuf, qui reproduit la forme des poignards en silex munis de leur manche (Thevenot, 1978, fig. 17).

Parure

204La parure comporte des perles en pierres vertes de forme olivaire ou biconique, en terre cuite de forme sphérique, en cuivre de forme cylindrique ou biconique, ainsi que des pendeloques, petite plaquette ovalaire en pierre verte ou segment d’anneau-disque réutilisé après perforation (fig. 165, nos 21 à 25). Une palette de pierre verte à décor géométrique gravé découverte à Ouroux-sur-Saône, pourrait être rapportée au groupe de la Saône (Gros, 1963a).

Métallurgie

205Deux perles de cuivre, l’une biconique roulée par martelage, l’autre cylindrique coulée, font partie de la bijouterie des gens d’Ouroux. Ces perles peuvent venir du Midi de la France (Barge-Mahieu, 1995).

Économie

Économie vivrière

206Sur les fondements de l’économie alimentaire du groupe de la Saône, nous n’avons pas d’autres indications que celles, relativement réduites, tirées des fouilles d’Ouroux-sur-Saône. La malacofaune décèle un paysage découvert (Puisségur, 1973), indice possible de la pratique de la culture de céréales que des fragments de meules en grès, à défaut de graines et de pollens, peuvent confirmer.

207Les restes fauniques montrent bien, en revanche, le rôle essentiel que l’élevage joue dans l’alimentation puisque les animaux domestiques constituent 95 % des espèces animales représentées (Poulain, 1973). Les animaux élevés appartiennent tous à la petite race dite des palafittes. Le cheptel est composé pour la moitié environ de bovidés ; le porc et le mouton, moins nombreux, tiennent l’un et l’autre une place à peu près équivalente (autour de 20 %) ; la chèvre, comme d’habitude, occupe le dernier rang (5 %).

208Les animaux sauvages, parmi lesquels figurent le cerf élaphe, le sanglier, le castor et la tortue, n’interviennent que pour une part très faible dans les ressources carnées (5 %). Il est plus que probable, bien que nous n’ayons pas trouvé de restes de poissons, que la pêche ait été pratiquée compte tenu de la liaison particulière de l’habitat avec la Saône, mais nous ne savons pas à quelle échelle.

209Le schéma de l’économie de la nourriture observé à Ouroux ne constitue peut-être pas un modèle général valable pour tous les sites du groupe de la Saône distribués le long de la rivière sur près de deux cents kilomètres, les conditions environnementales étant susceptibles de varier suivant les secteurs concernés et l’arrière-pays n’étant peut-être pas exploité de la même façon.

Échanges

210Les néolithiques d’Ouroux trouvaient dans les collines du Chalonnais et du Mâconnais les silex destinés à leur outillage courant et dans l’arrière-côte les granites et les grès nécessaires à la fabrication des meules et à la préparation des dégraissants céramiques. La Saône était donc couramment franchie soit par les gués, soit, si ces derniers n’étaient pas praticables, comme en période de hautes eaux, à l’aide de pirogues. Les approvisionnements courants en matériaux s’exercent comme par tradition dans les limites d’un territoire qui devait être habituellement parcouru et parfaitement connu.

211À Ouroux, certains objets témoignent de relations à longue distance, comme les grandes lames de silex couleur miel des poignards importées d’Indre-et-Loire (Mallet, 1992). La part des relations avec le Midi paraît être importante, ce dont témoignent par exemple les armatures de flèches losangiques à encoches et à base en doucine, les perles olivaires ou biconiques en pierres colorées, qui sont légion par exemple dans le Fontbuisse, et encore probablement les perles cylindriques ou biconiques en cuivre martelé ou coulé qui peuvent provenir des gîtes de cuivre du sud du Massif central (Barge-Mahieu, 1995 ; Ambert, 2001).

Pratiques funéraires et idéologie

Funéraire

212Nous n’avons pas d’indication sur les pratiques funéraires propres au groupe de la Saône. Nous ne connaissons pas de tombe individuelle ni de sépulture collective susceptible de lui être rapportée sans conteste.

213À Ouroux, comme à Chassey, des restes osseux humains ont été pourtant découverts dans des structures à vocation ou fonction en principe non funéraire. À Ouroux en effet, quelques ossements d’un adulte étaient dispersés à l’intérieur même du bâtiment partiellement fouillé décrit ci-dessus. De plus, les restes de trois individus gisaient au milieu de rebuts de boucherie, ossements de bœuf, porc, mouton, chèvre, jetés dans la grande fosse d’extraction de matériaux argilosableux citée plus haut, apparemment en fin d’exploitation. Il s’agissait d’une femme de trente à quarante-cinq ans représentée par une demi-mandibule et les os d’un bras et d’une main, d’un homme de quarante à quarante-cinq ans identifié à partir d’un fragment de mandibule, des os d’un bras et d’une jambe et d’un enfant de moins de dix ans dont ne restait que le crâne et le maxillaire inférieur attenant (Chabeuf, 1973). La question que soulèvent ces restes humains est donc de même nature que celle que nous nous posions pour Chassey au sujet des ossements humains du niveau 7 répandus à même le sol et dans le remplissage du fossé. Dans ce genre de cas, l’interprétation reste limitée : le traitement donné à ces restes témoigne soit d’un abandon total, soit, hypothèse souvent soutenue, d’un rituel funéraire spécial, ce qui paraîtrait cependant peu plausible à Ouroux.

Idéologie

214La situation particulière de ces ossements humains laissés par terre ou mêlés à des restes d’animaux abandonnés dans un trou à ciel ouvert ne nous éclaire guère sur l’idéologie des gens d’Ouroux et l’absence de sépulture structurée nous prive d’éventuelles données sur le sujet.

215Une remarque peut être faite cependant sur ce point à propos d’une petite cavité ovalaire de 25 cm de profondeur creusée à l’extrémité de la tranchée de fondation des murs de rondins, à l’entrée probable du bâtiment décrit plus haut. Elle contenait des ossements de bœuf et de mouton, deux armatures de flèches à ailerons équarris et des fragments d’un vase cylindrique à deux languettes de préhension (Thevenot, 1973, fig. 62 et p. 100). Compte tenu de son emplacement près de l’entrée de la construction, il semble que l’on ait affaire selon toute vraisemblance à un dépôt intentionnel auquel on peut reconnaître une fonction apotropaïque. Mais il ne s’agit ici que d’un fait très anecdotique.

Chronologie

Datation

216La seule date 14C qui concerne le groupe de la Saône se rapporte au site d’Ouroux (Gif 1528 : – 1800 ± 150) ; elle ne correspond pas avec celle que l’on supposerait aujourd’hui et qui situerait le gisement plusieurs siècles avant 2000 avant J.-C. La date de la fosse du site du Combard à Trévoux dans l’Ain, dont le matériel s’intégre bien dans le groupe concerné (Ly – 4618, – 4105 ± 120, soit – 2935 à – 2345) s’inscrit plus logiquement dans la chronologie admise (Hénon, 1991a, 1991b). On tend en effet à situer le développement du groupe entre 2900-2800 et 2400-2300 av. J.-C. (Jeunesse et alii, 1998, p. 535).

Stades

217Nous ne pouvons déterminer vraiment pour le moment sur quel substrat s’est formé le groupe de la Saône. Avec les réserves qu’impose un écart de temps considérable, la présence de céramiques dont les caractères « chasséens » ont été soulignés plus haut (formes carénées, baguettes étroites multiforées, décor « quadrillé-rayé »), porterait à penser qu’y subsiste une lointaine tradition du Néolithique moyen, tradition qui a pu être jugée peu ou non vraisemblable (Pétrequin et alii, 1988, p. 72), les éléments de style chasséen étant susceptibles de trouver leur origine dans des contacts renouvelés avec le Midi méditerranéen. D’un autre point de vue, le Néolithique Moyen Bourguignon ne semble pas jouer un rôle sensible dans la formation du groupe de la Saône (Chastel, Voruz, 1988, p. 103). Quoi qu’il en soit, notre documentation ne permet pas pour le moment de combler le hiatus qui demeure entre le Néolithique moyen et la phase avancée du Néolithique final que représente Ouroux-sur-Saône. En Dauphiné, avec Charavines, la situation est la même.

218L’industrie du gisement chalonnais d’Ouroux (du moins celle recueillie dans le secteur qui en a été fouillé) représente une phase avancée dans l’évolution du groupe de la Saône, ne serait-ce que du fait de la présence des perles de cuivre. À Ouroux ces perles métalliques accompagnent quelques vases campaniformes à décor au peigne. Des fragments de campaniformes ont été trouvés aussi dans d’autres gisements des bords de la rivière et dans les sables sortis de son lit par la drague, par exemple à la Maison Blanche à Marnay, aux Montets à Ouroux-sur-Saône, au Mont à Crissey ou encore à la Maladière à Gergy (Gros, Gros, 1968 ; Bill, 1973, 1976, 1984) sans qu’on puisse affirmer s’ils témoignent de contacts avec le Campaniforme, comme ce doit être le plus souvent le cas, ou bien de la présence d’occupations propres à ce groupe à l’instar du gisement de la Noue à Saint-Marcel.

Faciès

219Les comparaisons entre Charavines et Ouroux ont laissé supposer que le premier gisement était un peu plus ancien que le second, mais l’un et l’autre pourraient caractériser deux faciès régionaux de la Civilisation Saône-Rhône comme la remarque a été déjà faite (jeunesse et alii, 1998, p. 536). Pour le moment nous ne saurions reconnaître si le groupe de la Saône, sur tout le cours de la rivière, conservait une certaine uniformité ou s’il présentait des variantes dans ses industries ou ses modes de vie. En tout cas, une séparation ou une ségrégation très nette existe entre sites de la vallée de la Saône et sites des collines bordières aussi bien en Mâconnais et en Tournugeois (Duriaud, 1996a) qu’en Chalonnais ; nous pouvons supposer qu’elle correspond à la juxtaposition du groupe de la Saône et du groupe Néolithique final du type de Chassey.

220J. Roussot-Larroque a proposé d’inclure la Bourgogne et le groupe de la Saône dans l’aire d’extension de la culture d’Artenac, en particulier du fait de la présence de poignards et de racloirs à encoches en silex du Grand-Pressigny et de spécificités céramiques telles que les anses dites « nasiformes » (Roussot-Larroque, 1986, p. 412). Nous pencherions à ce sujet, avec d’autres, en faveur d’un phénomène de propagation de caractères artenaciens au sein du groupe de la Saône (en même temps d’ailleurs qu’au sein du groupe du type de Chassey niveau 5) plutôt que d’une intégration pure et simple du ou de ces groupes bourguignons à l’Artenac ; une telle propagation est susceptible d’ailleurs d’avoir accompagné les échanges des objets en silex du Bergeracois et surtout, pour la Bourgogne, de Touraine (Pétrequin et alii, 1988, p. 71).

Le campaniforme

221Il est avéré aujourd’hui que des sites propres au Campaniforme existent en Bourgogne orientale. La présence de ce groupe était certes attestée dans des tombes comme celle de Vertempierre à Chagny (Variot, 1912 ; Thevenot, 1961a), mais c’est la découverte du site de Saint-Marcel (Amrane, Ducreux, 1996) qui, avec celle de Géovressiat dans l’Ain (Hénon, 1997), a renouvelé notre vision de ce groupe culturel dans le bassin de la Saône. Pour les sépultures en tumulus que nous rapportons au Campaniforme les informations sont anciennes ; les quelques monuments qui ont été repris récemment pour contrôle apportent plus d’indications sur les techniques architecturales des coffres et des tertres qui les enserrent que sur les mobiliers qu’ils contiennent.

Documentation

222Nous ne connaissons en fait qu’un site d’habitat campaniforme confirmé, celui de la Noue à Saint-Marcel, étudié en 1995 en fouille préventive sur plusieurs centaines de mètres carrés (Amrane, Ducreux, 1996). Il est connu par un abondant lot de céramiques et par un ensemble de fosses, trous de poteaux et aires circonscrites de vestiges, dépendant directement d’un habitat. Les autres structures campaniformes connues, même si elles semblent appartenir à des habitats, restent isolées : un foyer et son environnement immédiat fouillés sur une vingtaine de mètres carrés à la Croix Léonard à Tournus (Duriaud, 1996b, fig. 4 ; 1996e), une fosse mise au jour dans une carrière de graviers au Cras du Dessus à Premeaux-Prissey (Joly, 1968, p. 377-379), une petite fosse ronde incluse dans un semis de trous de poteaux et peut-être reliée à un petit fossé, étudiée aux Allées Cavalières à Quetigny (Saint-Jean-Vitus, 2000, fig. 40), quatre petites fosses en cuvettes et une fosse profonde en « puits » découvertes au Champ Chardon à Chevigny-Saint-Sauveur (Virlogeux dir., 2002, pl. 4.87), enfin des traces d’occupation au Pré Saclé à Saint-Apollinaire (fouilles R. Labeaune et F. Ducreux). Le mobilier peu abondant que les structures ont donné compte des vases décorés ou non et quelques restes de faune.

223Existent en outre de nombreux morceaux de vases campaniformes isolés ou trouvés sur des sites dits de surface, en plaine de Saône, comme au Breuil à Saint-Marcel, au Mont à Crissey, à Bougerot à Gergy, dont il n’est pas possible de reconnaître s’ils appartiennent ou non à des ensembles campaniformes proprement dits (Combier, Thevenot, 1959 ; Bonnamour, Moyne, 1963 ; Gros, Gros, 1968 ; Bill, 1973, 1976, 1984 ; Alary, 1993).

224Un mobilier funéraire, assez varié, vient compléter la documentation trouvée dans les structures dites d’habitats. Il provient de deux sépultures individuelles, l’une protégée par un tumulus, déformé par l’adjonction d’une tombe du début de La Tène, à Vertempierre à Chagny, fouillé en 1912 par G. Variot (Variot, 1912 ; Thevenot, 1961a), l’autre installée dans une fosse découverte récemment aux Quetinières à Longvic (Labeaune et alii, 2003). 11 provient également de plusieurs tombes en coffres de grandes dalles sous tumulus, fouillées anciennement, dont nous retiendrons, en raison du caractère représentatif et de l’homogénéité apparente de leur mobilier, celle du Poiset à Détain-et-Bruant (Guyot, 1940 ; Dorion et alii, 1987) et celle des Épenottes à La Rochepot (joly, 1965b).

225Le tumulus à coffre compartimenté du Poiset a été fouillé en 1932 par E. Guyot (Guyot, 1940), et repris en sauvetage, en 1985 et 1986, dans le but d’étudier l’architecture du monument (Dorion et alii, 1987) ; le mobilier se compose d’un vase campaniforme, de silex (armatures de flèches, hache polie, grattoirs), d’outils en os et d’éléments de parure (fig. 167) ; la tombe a été réutilisée au Hallstatt. Le tumulus à coffre des Épenottes a été entièrement désorganisé par des travaux agricoles dans les années 1940. Il formait une légère butte constituée de pierres et de terre recouvrant un coffre de grandes dalles, érigée sur le substratum sinémurien, en contrebas d’une colline calcaire sur laquelle s’élèvent d’autres monuments mégalithiques (Joly, 1965b). Le mobilier qui comprend des fragments de plusieurs vases campaniformes décorés et de l’outillage lithique et osseux a été recueilli en 1943 par J. Dupuis et en 1954 par J. Joly qui fit une fouille de quelques mètres carrés avant que le coffre ne fût détruit et le tertre arasé ; le monument ne semble pas avoir été l’objet d’une réutilisation à l’époque protohistorique.

226Des fragments de vases campaniformes ont été trouvés dans d’autres coffres en association avec des matériels contemporains ou en mélange avec des mobiliers plus récents de l’Âge du Bronze ou de l’Âge du Fer (Joly, Puisségur, 1965).

Sites

227Les Campaniformes ont établi leurs habitats aussi bien dans la vallée de la Saône que dans les collines bordières. Celui de la Noue à Saint-Marcel s’étale en terrain plat dans la plaine alluviale de la Saône, à un kilomètre de la rivière, sur des sables légers qui bordent son lit mineur, dans une zone aujourd’hui inondable (Amrane, Ducreux, 1996). Dans la région dijonnaise, les habitats sont installés sur les formations graveleuses de la plaine, qu’ils semblent occuper d’ailleurs avec une densité particulière. Les découvertes de la Croix Léonard à Tournus prouvent que des habitats étaient également dressés dans les collines de l’arrière-côte sur les sol argileux des sommets calcaires (Duriaud, 1996e).

228Nous ne savons pas si le choix de milieux aussi distincts traduit des différences dans les modes de construction, dans l’économie et dans le genre de vie, ni même s’il coïncide avec des phases différentes dans l’expansion du groupe considéré.

Habitations

229Aucun plan d’habitation n’est précisément connu. À Saint-Marcel pourtant, le niveau archéologique de faible épaisseur se présente sous la forme de nappes plus ou moins étendues de terre de couleur sombre où se concentrent des vestiges céramiques et lithiques, de la faune et des restes d’enduits de clayonnage ; elles sont, pour trois d’entre elles, à proximité de fosses rondes ou ovalaires de petite dimension et de rares trous de poteau. Ces plages de vestiges peuvent correspondre à des zones de rejets domestiques, mais les effets de paroi perceptibles dans la répartition des objets peuvent aussi indiquer des limites de maisons ; dans ce cas, leur construction peut avoir fait appel à des architectures de bois particulières avec assises sur sablières par exemple (Amrane, Ducreux, 1996). Le gisement du Breuil, situé à quelque cinq cents mètres de celui de la Noue et inclus également dans la formation géologique des sables dits de Saint-Marcel, a livré aussi des fragments de vases campaniformes (Bonnamour, Moyne, 1963) ; mais il ne semble pas que les deux sites aient été en relation.

230À la Croix Léonard sur les vingt mètres carrés fouillés, seul un foyer simple en cuvette a été relevé. Pour les autres gisements, toutes les structures observées sont des fosses. Il s’agit au Cras du Dessus à Premeaux-Prissey, d’une fosse conique de 1,30 m d’ouverture et de 1,80 m de profondeur, creusée dans les graviers pour en tirer des matériaux, puis réutilisée semble-t-il comme dépotoir (Joly, 1968) ; aux Allées Cavalières à Quetigny, d’une cuvette ronde de 0,70 m de diamètre, profonde de 16 cm, entourée de trous de poteaux et peut-être associée à un petit fossé (Saint-Jean-Vitus, 2000, fig. 30) ; au Champ Chardron à Chevigny-Saint-Sauveur, de trois petites fosses, deux en cuvettes simples et une profonde de 1,50 m en forme de « puits » (Virlogeux, 2002, pl. 2.43, 4.69, 4.71). Tout cela ne nous renseigne guère sur l’organisation des habitats. Le village campaniforme de Sur les Rochettes-Est à Cortaillod, sur le plateau de Bevaix en Valais, avec ses grandes maisons rectangulaires ou légèrement trapézoïdales disposées en ligne, donne une comparaison possible (Burg, 2002, fig. 60).

Industries

231En ce qui concerne les productions matérielles, les deux sources d’information dont nous disposons, l’une domestique, l’autre funéraire, se complètent de manière équilibrée.

Fig. 167.– Détain-et-Bruant, le Poiset. 1, grattoir sur éclat cortical ; 2-3, lames à bords retouchés ; 4-6, pointes à pédoncule et ailerons ; 7, lame de hache en silex, taillée et polie ; 8-9, pointes rondes ; 10, pendeloque ; 11, perle olivaire ; 12-13, perles cylindriques ; 14, rondelle biforée ; 15, dent de carnivore percée ; 16, vase campaniforme décoré au peigne (Guyot, 1957). s 1-7, silex ; nos 8-10, 12-13, 15, os ; n° 11, pierre ; n° 14, coquille ; n° 16, poterie. (N°s8, 15 et 16 pro parte, cf. Dorion et alii, 1987).

Fig. 167.– Détain-et-Bruant, le Poiset. 1, grattoir sur éclat cortical ; 2-3, lames à bords retouchés ; 4-6, pointes à pédoncule et ailerons ; 7, lame de hache en silex, taillée et polie ; 8-9, pointes rondes ; 10, pendeloque ; 11, perle olivaire ; 12-13, perles cylindriques ; 14, rondelle biforée ; 15, dent de carnivore percée ; 16, vase campaniforme décoré au peigne (Guyot, 1957). N°s 1-7, silex ; nos 8-10, 12-13, 15, os ; n° 11, pierre ; n° 14, coquille ; n° 16, poterie. (N°s8, 15 et 16 pro parte, cf. Dorion et alii, 1987).

Industrie lithique

232Dans le matériel lithique provenant des sépultures, la part respective des matériaux locaux et des matériaux exogènes employés, de même que leur origine, ne sont pas déterminées. Le mobilier des tombes, que l’on suppose d’habitude sélectionné, se compose de lames brutes de bonne venue, de grattoirs frontaux sur éclats laminaires, d’exceptionnels poignards de forme étroite ou à soie (les Épenottes), d’armatures perçantes triangulaires ou ogivales à pédoncule et ailerons pointus, carrés ou tronqués (le Poiset), et de quelques armatures tranchantes à retouches abruptes. L’outillage poli est représenté par une lame de hache en silex au Poiset (fig. 167).

233Dans les sites d’habitat tournugeois de la Croix Léonard et chalonnais de la Noue, les silex utilisés paraissent être surtout d’origine locale, complétés à la Croix Léonard par des silex mâconnais à bryozoaires. Les nucléus débités en éclats et en lames sont exploités en lamelles en fin de débitage, comme à Ouroux-sur-Saône (Thevenot, 1973) ; l’outillage comprend des grattoirs sur éclats et en bout de lames, des troncatures, de rares microlithes et, à la Croix Léonard, des armatures perçantes triangulaires à pédoncule et ailerons et des armatures tranchantes (Amrane, Ducreux, 1996 ; Duriaud, 1996e).

Industrie céramique

234Dans les sépultures, l’industrie céramique est représentée presque exclusivement par des vases campaniformes (Joly, 1965b). Dans l’ensemble domestique de la Noue à Saint-Marcel (Amrane, Ducreux, 1996) et, avec bien moins d’ampleur, dans la fosse des Allées Cavalières à Quetigny (Saint-Jean-Vitus, 2000), elle l’est à la fois par des campaniformes et par des récipients non décorés. Les vases dits d’accompagnement du site de la Noue sont comparables à ceux de l’ensemble de Derrière-le-Château à Géovressiat dans l’Ain (Hénon, Vérot-Bourrély, 1998, fig. 6, 19, 30 ; Bailly et alii, 1998, fig. 3). Les formes représentées à la Noue sont des campaniformes de différentes contenances, des coupes hémiphériques à fond plat, simples ou avec un rebord cerclé par un cordon, des coupelles, des pots élevés à panse basse et fond plat parfois débordant, des faisselles tronconiques (fig. 168). Le vase haut à fond plat et cordon sous le bord est connu à la Croix Léonard (Duriaud, 1996e). Aux Allées Cavalières un récipient de ce type présente un cordon orné de chevrons comme un vase de Sur les Rochettes-Est à Cortaillod (Burg, 2002, fig. 68) et le flanc couvert d’impressions linéaires comme le grand vase de Champ Chardron à Chevigny (Jeudy, in Virlogeux, 2002, pl. 4.87). Trois tessons du coffre n° 3 de la nécropole de Bouze-lès-Beaune portent des incisions comparables (recherches J.-P. Thevenot).

235Dans l’habitat de la Noue, les vases densément décorés, nombreux, sont essentiellement des vases campaniformes, secondairement des coupes. Les décors font montre d’une très grande variété (Amarane, Ducreux, 1996, fig. 29-32, 38-40 et 43). Les plus courants sont faits soit de lignes simples tracées au peigne couvrant tout le vase jusqu’au contact du pied ou s’appuyant sur une ligne de triangles pendants qui cerne le pied, soit de lignes regroupées, quelquefois par quatre, pour former des bandes comme sur une coupe dont la base est entourée d’une ligne de triangles hachurés au peigne. D’autres décors sont des bandes remplies de hachures perpendiculaires ou de hachures obliques, des lignes de triangles pendants. Des décors plus originaux associent dans un cas des bandes scalariformes à des bandes à rayures obliques qu’entrecoupent des panneaux quadrillés, dans un autre cas des lignes parallèles à des bandes de triangles nus et à des bandes remplies de rayures transversales. Il existe aussi des lignes de chevrons et des bandes quadrillées.

236Une partie de ces décors au peigne se retrouve sur les campaniformes des sépultures : lignes horizontales simples couvrant toute la surface du vase (Chagny, Marcilly-Ogny, Bouze-lès-Beaune), bandes formées de quatre lignes (le Poiset), bandes à hachurage oblique ou scalariforme (le Poiset, Fleurey-sur-Ouche), lignes de triangles pendants (les Épenottes), tous traités au peigne. Mais les sépultures individuelles ou collectives de Bourgogne de l’Est contiennent très rarement des récipients communs.

Industrie sur matières dures animales

237L’industrie des matières dures animales n’est connue pour le moment que dans les sépultures. S’y rattachent de rares gaines de hache en bois de cerf (Joly, 1965b, fig. 4) et des poinçons à poulie sur métapodes (fig. 167, nos 8 et 9).

Parure

238La parure provient exclusivement des sépultures. Dans celles que nous avons retenues ce sont des dents de carnivores percées, des perles tubulaires courtes en os, une pendeloque allongée en os, un disque taillé dans une coquille et perçé de deux trous de style Seine-Oise-Marne (fig. 167) ; à ces objets s’ajoutent des perles olivaires et biconiques en pierre blanche ou verte et des perles discoïdes en calcite ou en pierre (Joly, 1965b, fig. 4).

Métallurgie

239Dans le développement de la métallurgie du cuivre et la diffusion des objets de ce métal, le Campaniforme est généralement considéré comme ayant joué un rôle primordial (Bailloud, 1985, p. 566). Dans la région, en dehors des perles de cuivre d’Ouroux qui font partie d’un mobilier typique du groupe de la Saône (Thevenot, 1973, fig. 59-60), aucune perle en cuivre, aucun autre objet en ce métal, n’a été signalé dans un ensemble campaniforme proprement dit. La perle en tôle roulée du coffre de la Chaume à La Rochepot est en bronze (Joly, 1965b, fig. 4, n° 4), comme celle du coffre du Mont Afrique à Flavignerot (fouilles R. Charrier).

240Il se pourrait cependant que les poignards en cuivre à soie plate des Varennes à Dracy-le-Fort et de la Saône à Gergy (Armand-Calliat, 1962 ; Bonnamour, 1969, pl. 8, nos 58 et 59), ainsi que la pointe de flèche pédonculée apparentée au type de Palmella découverte aux Las à Épervans (Bonnamour, 1976, fig. 9), voire la grande hache plate de type espagnol extraite de la Saône à Seurre (Musée Denon, Chalon-sur-Saône), aient été véhiculés par le Campaniforme ; mais ces objets sont dépourvus de contexte tout comme les rares haches plates supposées en cuivre signalées dans la région.

Fig. 168.– Saint-Marcel, la Noue. 1, grand vase campaniforme non décoré ; 2, coupe à rebord renforcé par un cordon ; 3, vase de forme élevée à rebord renforcé par un cordon, souligné par un décor d’impressions lunulées ; 4-6, décors d’impressions ; 7, faisselle ; 8, coupelle à fond plat ; 9, vase campaniforme non décoré ; 10, vase élévé, non décoré, à panse basse, fond plat à pied débordant et col droit renforcé par un cordon. (D’après Amrane, Ducreux, 1996).

Fig. 168.– Saint-Marcel, la Noue. 1, grand vase campaniforme non décoré ; 2, coupe à rebord renforcé par un cordon ; 3, vase de forme élevée à rebord renforcé par un cordon, souligné par un décor d’impressions lunulées ; 4-6, décors d’impressions ; 7, faisselle ; 8, coupelle à fond plat ; 9, vase campaniforme non décoré ; 10, vase élévé, non décoré, à panse basse, fond plat à pied débordant et col droit renforcé par un cordon. (D’après Amrane, Ducreux, 1996).

Économie

Économie vivrière

241Nous n’avons pas encore d’indication sur les ressources économiques du groupe Campaniforme. Les ossements contenus dans la fosse des Cras du Dessus à Premeaux-Prissey indiquent, sans plus, l’élevage du bœuf (déterminations de T. Poulain). Mais il y a tout lieu de supposer que la trilogie bœuf-porc-ovicapridés ait été la norme dans la production de viande et de lait. L’étude des restes de faune du site de Saint-Marcel apportera quelques précisions sur ce point (Ducreux et alii, à paraître).

Échanges

242Des relations avec le Midi de la France peuvent être inférées de la présence en Bourgogne de perles de pierre. Mais certains objets de cuivre, perles, alènes bipointes, peuvent également avoir été importés des ateliers languedociens du Fontbouisse avant que ne se développe le Campaniforme (Ambert, 1997, 2001 ; Barge-Mahieu, 1995). Avec le Campaniforme le couloir rhodanien a sans doute joué dans la circulation des produits de cuivre un rôle important, mais probablement pas exclusif.

243L’influence du Campaniforme sur les groupes régionaux ne semble pas pouvoir être contestée. Elle est perceptible notamment dans la présence de vases à décor au peigne au sein des séries céramiques du groupe de la Saône et du groupe Néolithique final du type de Chassey. Les pointes de flèches de types évolués comme les pointes ogivales ou triangulaires à pédoncule et ailerons carrés ou tronqués qui figurent dans le répertoire du lithique d’Ouroux (fig. 165), peuvent être les témoins de relations et partant d’échanges dans le cadre même de la région. Le moment où s’exerce cette influence correspond sans doute à une phase avancée dans l’évolution des deux groupes régionaux. En revanche, si le Campaniforme a marqué quelque empreinte sur les groupes en place, il ne semble pas avoir enregistré lui-même, du moins d’après ce que montre la documentation que nous avons pour le moment, d’influence très affirmée de leur part. Le site de la Noue illustre bien en ce sens la personnalité et l’originalité du groupe Campaniforme.

Pratiques funéraires

244Les sépultures qui se rapportent au Campaniforme sont soit des sépultures individuelles, soit des sépultures collectives ; les premières paraissent propres aux us campaniformes, les secondes correspondent soit à l’utilisation, voire à l’annexion, des tombes collectives en coffres, soit à la construction de ce type de monument à l’exemple du groupe autochtone implanté dans les collines bordant la vallée de la Saône.

245Des deux sépultures individuelles connues, celle de Vertempierre à Chagny, protégée par un petit tumulus de pierres, semble être une tombe simple, c’est-à-dire sans coffre de dalles ni dallage de fond particulier ; le défunt dont la position n’a pas été observée, avait pour mobilier un vase campaniforme au profil anguleux décoré sur toute sa surface de lignes horizontales tracées au peigne, une canine de loup perforée et deux boutons en os fusiformes à perforation biconique aux extrémités évasées en tampons (Thevenot, 1961a). La sépulture des Quetinières à Longvic est une fosse peu profonde creusée dans le gravier du substrat, sans superstructure apparente ; elle contenait les restes d’une femme âgée, couchée en position fléchie sur le côté droit, avec un vase campaniforme décoré de lignes espacées faites au peigne placé à ses pieds, deux valves de coquillages marins du genre Glycymeris sp. posées près du cou et deux autres près du bassin (Labeaune et alii, 2003, fig. 6).

246Il apparaît nettement que les gens du Campaniforme ont utilisé des coffres déjà construits ou les ont même annexés pour leur usage, comme ce semble être le cas pour les dolmens de Ternant et pour tout ou partie des coffres de Bouze-lès-Beaune, mais il est très vraisemblable qu’ils en ont construits eux-mêmes de nouveaux. Nous pensons que ce peut être le cas au moins pour les coffres que nous avons retenus tels ceux du Poiset à Détain-et-Bruant et des Épenottes à La Rochepot.

247Les coffres mégalithiques considérés sont maintenus dans des tertres de pierres et de terre de 8 à 10 m de diamètre, peu élevés (moins de 1 m), construits sur une légère pente orientée à l’est (le Poiset) ou sur un plateau (les Épenottes). Le coffre proprement dit, fait de quatre dalles, mesure entre 2 et 3 m de longueur et 1,50 à 2 m de largeur. Les dalles sont engagées dans des diaclases ou posées sur la roche et calées avec des pierres plantées et quelquefois des murets. Avant la construction du coffre et l’érection du tertre, la roche peut avoir été mise à nu. Au Poiset, la nappe d’argile étalée volontairement à même la roche avant la réalisation du monument paraît exceptionnelle (Dorion et alii, 1987). Le coffre du Poiset est en outre original et unique en son genre du fait qu’il est divisé en deux cellules par une dalle transversale dont la plus petite, située en tête, a été reconnue comme ayant abrité spécifiquement les objets d’offrandes (Guyot, 1940, 1957 ; Joly, 1965b).

248Les rituels funéraires ne sont guère accessibles. Comme dans les coffres susceptibles d’être rapportés au Néolithique final du type de Chassey et dans ceux qui appartiennent sans conteste au Bronze ancien, aucun squelette en connexion, aucun crâne intact n’a été signalé. Les corps des défunts devaient donc être soumis à un traitement particulier avant d’être placés dans le coffre sépulcral. L’inhumation secondaire paraît être traditionnelle dans ce genre de monument.

249Le nombre d’individus dont les restes ont été déposés dans un même coffre n’a jamais été établi. Chaque monument peut avoir reçu les ossements des membres d’une même famille, les tertres groupés pouvant constituer la nécropole d’une communauté villageoise.

250La nature des objets déposés dans ces sépultures collectives paraît résulter d’un choix. Les céramiques sont presque exclusivement des vases caliciformes décorés. On a pu considérer que ces vases particuliers étaient sinon faits pour les morts, du moins propres à les accompagner dans leur tombe (Salanova, 2000, p. 194). Les autres objets sont des outils en silex du quotidien, lames brutes, grattoirs, mais aussi des armes comme des armatures de flèches et plus rarement des poignards, enfin des éléments de parure, tous objets qui peuvent faire référence au sexe de l’individu ou à son statut au sein de la société. Quelques pièces originales telles des pyrites brillantes apparaissent comme de possibles fétiches. Les pratiques funéraires semblent varier d’une région à une autre puisqu’en Bourgogne les sépultures ne reçoivent généralement pas en dépôt des vases communs.

Chronologie

Datation

251La position chronologique du Campaniforme, fondée sur les dates 14C, n’est pas nettement définie. Le Campaniforme couvrirait une période que les auteurs situent entre 2400-2300 et 2100-2000 avant J.-C. En France de l’Est, il se placerait ainsi entre 2400 et 2100 (Jeunesse et alii, 1998, p. 536) ou entre 2300 et 2000 (Bailly, Salanova, 1999). En Suisse il débuterait vers 2500 ou 2400 avant J.-C. selon les auteurs et se terminerait vers 2200-2100 (Strahm, 1997, p. 13 ; Burg, 2002).

Stades

252La « périodisation » du Campaniforme en France n’est pas réellement établie (Salanova, 2000, p. 169, 194), mais une évolution fondée sur les styles décoratifs, tirée du modèle hollandais, est généralement appliquée (Bailloud, 1985 ; Treinen-Claustre, 1989 ; Besse, 1996a ; Jeunesse et alii, 1998). Elle tend à distinguer, pour le nord de la France, trois phases d’évolution qui existeraient en Bourgogne.

253À la phase 1, caractérisée surtout par des gobelets décorés sur toute leur surface de lignes parallèles équidistantes tracées au peigne à dents carrées et plus rarement de lignes imprimées à la cordelette, appartiendraient entre autres les vases de Chagny (Vertempierre) et de Marcilly-Ogny (le Champ du Saule). La phase 2, à laquelle sont attribués les gobelets décorés de bandes groupées ou remplies de hachures obliques ou verticales dessinées au peigne, serait illustrée en particulier par Longvic (les Quetinières) et Détain-et-Bruant (le Poiset). La phase 3 que des gobelets à décor zoné enrichi de motifs géométriques complexes définiraient, serait représentée par l’ensemble funéraire de La Rochepot (les Épenottes) et par l’ensemble domestique de Saint-Marcel (la Noue) dont le répertoire décoratif est particulièrement varié. Cette division tripartite n’est encore étayée en Bourgogne par aucune donnée stratigraphique.

254Aujourd’hui, la tendance est souvent à considérer que le Campaniforme marque en lui-même la dernière phase du Néolithique final (Besse, 1996a, p. 29-30 ; Jeunesse et alii, 1998, p. 502). Dans la réalité, la présence de vases campaniformes dans les complexes de la seconde phase du Néolithique final (groupe de la Saône et groupe Néolithique final du type de Chassey) tend à prouver que le Campaniforme a exercé une influence très nette sur ces groupes autochtones et qu’il a dû se développer en même temps qu’eux sur une période probablement assez longue. Cette contemporanéité partielle entre Campaniforme et certaines cultures du Néolithique final est confirmée dans d’autres régions comme le Midi (Bally, Salanova, 1999).

255En Bourgogne, les interactions entre ces trois entités culturelles du Néolithique final contribuent sans doute à la formation de ce qui marque la phase initiale du Bronze ancien. Une influence campaniforme est perceptible dans le décor de la tasse, sans conteste Bronze ancien, de La Truchère (Gallay, Gallay, 1968, fig. 11). La coupe carénée à anse que l’on retrouve dans les tumulus du Bronze ancien de Verzé (Combier, 1962) a des précédents dans le Néolithique final du type de Chassey. Les coffres mégalithiques en tumulus érigés par les gens du Néolithique final du type de Chassey et par ceux du Campaniforme sont encore utilisés si ce n’est construits au début du Bronze ancien à l’exemple de ceux de Collonges-lès-Bévy (Joly, 1965b) et du Val Courbe à Bordes-Pillot (fouilles E. Guyot). Ces éléments indiquent à l’évidence qu’il n’y a pas de solution de continuité entre Néolithique final et début de l’Âge du Bronze, que le passage de l’un à l’autre n’est affecté d’aucune rupture.

256La fouille du rempart méridional du camp de Chassey, dont les chapitres précédents ont voulu rendre compte, a révélé une stratigraphie, certes rare, mais qui ne couvre qu’une partie de la séquence chrono-culturelle relative au Néolithique de Bourgogne orientale. La présentation que nous venons de proposer fait apparaître toutes les carences de notre information. Le déroulé historique du Néolithique régional reste encore extrêmement lacunaire.

257Pour le Néolithique ancien, même si la présence du Rubané tend à se confirmer dans le bassin supérieur de la Saône, même si l’influence du Cardial est à prendre en compte dans le bassin moyen, la documentation dont nous disposons au sujet de ces groupes culturels est trop réduite pour permettre d’en faire une diagnose suffisante. Nous sommes encore pour cette période à rechercher des données de base.

258Nous avons tout aussi peu d’indications pour identifier et caractériser les groupes qui sont issus de ces premières cultures néolithiques. Un blanc demeure en effet entre ce Néolithique ancien et le seul Néolithique moyen que nous définissons assez bien pour le moment, à savoir le Chasséen (fig. 169). Le ou les groupes culturels, en descendance logique du Rubané et du Cardial, que nous supposons s’être développés dans cet intervalle, restent à trouver. Nous avons évoqué, par hypothèse, le Saint-Uze et le Villeneuve-Saint-Germain, ou, avec de trop rares arguments, l’Augy-Sainte-Pallaye et le Cerny.

259Pour le Néolithique moyen, nous ne savons pas encore quelle est la place réelle du Cerny en Bourgogne de l’Est, même si son interaction avec le Chasséen est bien confirmée. Des indices pertinents de la présence ou de l’influence du Cerny se trouvent jusque dans la vallée moyenne de la Saône, mais ils demandent à être renforcés. Nous ne saississons pas non plus quelle évolution suit le Chasséen lui-même après la phase que marquent ses relations avec le Rössen ni dans quelles conditions il participe à la mise en place du Néolithique Moyen Bourguignon. Nous ignorons de plus quel est le réel substrat du Néolithique Moyen Bourguignon.

260Pour le Néolithique final, un autre blanc notable nous empêche de saisir le passage entre la fin du Néolithique moyen et la seconde période du Néolithique final. Nous supposons que les groupes de Horgen et de Seine-Oise-Marne ont joué alors un rôle important sinon prépondérant. Si ces groupes ne se sont pas installés en propre dans la région, ce sur quoi nous n’avons pas d’indication, ils ont pu exercer en revanche, depuis leur aire d’occupation, une influence sur un éventuel groupe autochtone qui se placerait sur une lignée menant au Néolithique final du type de Chassey. Les points communs que nous avons cru déceler (notamment dans les industries lithique et osseuse) entre le Néolithique Moyen Bourguignon du niveau 6 de la Redoute et le Néolithique final du type de Chassey du niveau 5, peuvent laisser supposer en effet qu’il n’y a pas eu nécessairement d’interruption entre les deux et qu’une évolution continue est envisageable.

261Dans la seconde période du Néolithique final, il est avéré que le groupe de la Saône et celui du Néolithique final du type de Chassey ont été en contact avec le groupe Campaniforme au moins au cours de leur dernière phase d’évolution. Il est avéré aussi qu’entre le Néolithique final et le Bronze ancien il n’y a pas eu d’interruption dans le processus de développement culturel.

262Les cultures impliquées dans l’évolution du Néolithique de Bourgogne orientale se placent soit dans une ligne évolutive continue, soit apparaissent de manière intrusive. Sont nettement dans ce cas le Chasséen et le Campaniforme qui arrivent dans la région en groupes totalement constitués. Le premier au moins y a subi des modifications culturelles voire économiques notables ; il a joué aussi un rôle non négligeable sinon dans la genèse du moins dans l’évolution du Néolithique Moyen Bourguignon. D’après ce que nous pouvons en savoir à l’heure actuelle, le Campaniforme ne semble pas avoir eu un impact de cette ampleur, à moins qu’il faille réellement lui attribuer l’introduction du métal cuivre ; il semble qu’il ait du reste conservé assez longtemps son individualité.

263Les remarques qui précèdent font ressortir les points sur lesquels les études à venir devront se fixer. Parmi les problèmes fort nombreux à prendre en compte certains semblent s’imposer. Dans ce but, il faudrait :

  • analyser le processus de néolithisation de la région, autrement dit évaluer le rôle respectif des courants méridional et septentrional dans la mise en œuvre du phénomène, estimer la place tenue par les groupes culturels qui en sont à l’origine (Hoguette, Cardial, Rubané) et la ou plutôt les périodes de leur action,

  • identifier et définir les groupes qui tirent, en tout ou partie, leurs fondements des entités initiales du Néolithique ancien, qu’il s’agisse du Villeneuve-Saint-Germain, de l’Augy-Sainte-Pallaye, du Saint-Uze ou de groupes apparentés, discerner leur évolution dans la région et apprécier leur rôle dans la constitution du Néolithique moyen,

  • déterminer la place exacte du Cerny dans le Néolithique régional et en fixer les caractères, suivre l’évolution du Chasséen et juger plus précisément de son action lors du passage au Néolithique Moyen Bourguignon,

  • établir la « périodisation » du Néolithique final dont la phase initiale n’est régionalement pas encore définie, évaluer la part respective du Seine-Oise-Mame et du Horgen durant cette période et reconnaître l’existence éventuelle d’un groupe autochtone original dont le niveau 5 de Chassey représenterait une phase récente d’évolution.

Fig. 169.– Tableau situant les niveaux 10 à 5 de Chassey dans la chronologie du Néolithique de Bourgogne orientale (Côte-d’Or et Saône-et-Loire). En l’absence de données dendrochronologiques, la présente proposition se fonde sur les estimations de dates généralement retenues à l’heure actuelle pour situer les groupes culturels du Néolithique, sachant que les marges d’incertitude pour la période considérée se comptent encore souvent en siècles.

Fig. 169.– Tableau situant les niveaux 10 à 5 de Chassey dans la chronologie du Néolithique de Bourgogne orientale (Côte-d’Or et Saône-et-Loire). En l’absence de données dendrochronologiques, la présente proposition se fonde sur les estimations de dates généralement retenues à l’heure actuelle pour situer les groupes culturels du Néolithique, sachant que les marges d’incertitude pour la période considérée se comptent encore souvent en siècles.

Fig. 170.– Autun, les Grands Champs. Il existe en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or de nombreux gisements bien conservés, surtout du Néolithique moyen, susceptibles de compléter notre connaissance de la structure du Néolithique régional. Le camp des Grands Champs à Autun est l’exemple de l’un de ces sites, important puisqu ’il est le seul de ce type connu dans la région, mais dont nous ne connaissons encore ni l’âge ni l’appartenance culturelle (Thevenot, 1996d). Cette vaste enceinte, identifiée en 1976 par R. Goguey en prospection aérienne, est constituée d’une ligne de trous de poteaux, localement doublée ou triplée par de larges fosses disposées en tireté, qui a la forme d’un ovale dont le grand axe mesure plus de 300 m. Elle renferme des structures qui ne sont sans doute pas toutes contemporaines. Une voie antique, proche d’un théâtre gallo-romain, recoupe la partie orientale de l’enceinte. (Dessin effectué d’après des photographies de R. Goguey et de P. Buvot. Mise au propre par J. Gauthey).

Fig. 170.– Autun, les Grands Champs. Il existe en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or de nombreux gisements bien conservés, surtout du Néolithique moyen, susceptibles de compléter notre connaissance de la structure du Néolithique régional. Le camp des Grands Champs à Autun est l’exemple de l’un de ces sites, important puisqu ’il est le seul de ce type connu dans la région, mais dont nous ne connaissons encore ni l’âge ni l’appartenance culturelle (Thevenot, 1996d). Cette vaste enceinte, identifiée en 1976 par R. Goguey en prospection aérienne, est constituée d’une ligne de trous de poteaux, localement doublée ou triplée par de larges fosses disposées en tireté, qui a la forme d’un ovale dont le grand axe mesure plus de 300 m. Elle renferme des structures qui ne sont sans doute pas toutes contemporaines. Une voie antique, proche d’un théâtre gallo-romain, recoupe la partie orientale de l’enceinte. (Dessin effectué d’après des photographies de R. Goguey et de P. Buvot. Mise au propre par J. Gauthey).

264En Bourgogne de l’Est, les possibilités de réponse aux questions soulevées diffèrent considérablement selon les périodes concernées (fig. 170). Pour le Néolithique ancien, nous ne pouvons compter en effet que sur des découvertes fortuites ou sur les recherches liées aux actions de fouilles préventives, car nous ne connaissons pas les types de gisements qui caractérisent les entités culturelles intéressées. Pour le Néolithique moyen, nous ne manquons pas de gisements propres à compléter des données encore trop partielles, qu’il s’agisse de Cerny (la Pièce du Château à Pouilly-sur-Saône), de Chasséen (la Montagne de Bard à Marcheseuil) ou de Néolithique Moyen Bourguignon (le Champ pendu à Mesmont, la Charrette à Tournus). Pour le Néolithique final les potentialités paraissent pour le moment moins importantes, mais existe au moins le moyen d’étudier la fin de la période qui voit l’apparition du cuivre (la Noue à Saint-Marcel, le Grand Bois à Ouroux-sur-Saône).

265Le tableau schématique des cultures du Néolithique de Bourgogne orientale que nous pouvons présenter aujourd’hui, tout rempli d’hypothèses et d’incertitudes, nécessiterait à l’évidence la mise en œuvre d’un programme de quelque ampleur pour être efficacement complété et corrigé.

Table des illustrations

Titre Fig. 149.– Dijon, les Lentillières. 1, bracelet taillé dans une coquille de pétoncle (Pectunculus pulvinatus) ; 2, bague à chaton arrondi, façonnée dans une coquille épaisse ; 3-4, plaquettes triangulaires découpées dans des coquilles de cardium (Cardium edule) et percées d’un trou ; 5, montage en collier des plaquettes perforées. L’échelle correspond aux dimensions des objets indiquées par L. Marchant (extrait de Marchant, 1864).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 150.– Objets polis rapportés au Néolithique ancien. 1. herminette étroite en « forme de bottier », en roche brune litée (andalousite ?), Les Maillys, en Charmes ; 2, « masse » perforée rectangulaire en roche verte marbrée, Vénarey-les-Laumes, carrière Tripier ; 3, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation conique, Thury ; 4, « coin » en pierre de couleur grise d’aspect lité, à fines passées noires, à perforation conique désaxée, Sacquenay ; 5, « coin » en pierre de couleur vert sombre, à perforation légèrement conique, Marigny-le-Cahouët. (Nos 2 et 5, Musée municipal, Semur-en-Auxois ; n° 4, Musée d’art et d’histoire, Langres).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 151.– Extension du « Rubané du Sud-Ouest » dans le Bassin parisien. On s’accorde aujourd’hui à considérer qu’à la phase moyenne de son évolution (selon la chronologie alsacienne), le Rubané de Haute-Alsace a essaimé par la Trouée de Belfort en direction de la vallée de la Saône dijonnaise, puis qu’il a suivi la vallée de la Marne pour s’établir dans le Perthois. De là, au cours d’une phase ultérieure (Rubané Récent), ce groupe culturel aurait colonisé le centre du Bassin parisien. Il est fort probable qu’au nord, le Rubané lorrain ait joué parallèlement un rôle dans la colonisation de la vallée de l’Aisne. Au sud, il n’est pas à exclure non plus que le Rubané du Dijonnais (à supposer qu’il se soit installé durablement dans cette région) ait pu aussi intervenir dans ce phénomène de diffusion en empruntant les vallées de l’Armançon et de la Seine en direction de la confluence Seine-Yonne, voire la vallée supérieure de la Saône en direction des vallées du Madon et de la Meuse. (Daprès Lanchon, 1984, p. 133 ; Thévenin, 1993, fig. 4 ; Jeunesse, 2000, fig. 5).
Légende Sites mentionnés : 1, Quatzenheim (Aufdem Spitzenpfad) ; 2, Souffelweyersheim (tuilerie Reiss et Bund) ; 3, Hœnheim ; 4, Rouffach ; 5, Ensisheim (les Octrois) ; 6, Rixheim ; 7, Fontenois-lès-Montbozon ; 8, Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux ; 9, Rochefort-sur-Nenon ; 10, Saint-Aubin (les Buissons des Cugnots) ; 11, Les Maillys (en Charmes) ; 12, Lamarche-sur-Saône (Mercey) ; 13, Thury ; 14, Dijon (les Lentillières) ; 15, Fontaine-Française ; 16, Sacquenay ; 17, Marigny-le-Cahouët ; 18, Vénarey-lès-Laumes (carrière Tripier) ; 19, Armeau (les Sablons) ; 20, Sens (gué de Salcy) ; 21, Saint-Léger-près-Troyes (le Dessus de la Folie) ; 22. Larzicourt (Champ-Buchotte) ; 23, Moncetz-l’Abbaye (les Aulnes) ; 24, Orconte (les Noues) ; 25, Frignicourt ; 26, Vanault-le-Châtel ; 27, Marainville-sur-Madon (Sous le chemin de Naviot) ; 28, Granges (l’Arène) ; 29, Ouroux-sur-Saône (le Petit Bois).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 152.– Granges, l’Arène. 1-2, rebords à lèvre ondulée ; 3, cordon vertical dépassant la lèvre ; 4, 9, cordons orthogonaux ; 5, 7, cordons (verticaux ou horizontaux) ; 6, 8, bords de vases à lèvre ondulée, présentant, à l’extérieur, des cordons verticaux appuyés sur un cordon horizontal et, à l’intérieur, un cordon horizontal placé sous la lèvre ; 10, fragment de mamelon perforé ; 11, languette perforée fixée sur un cordon. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 153.– Granges, l’Arène. 1, mamelon perforé sous une lèvre aplatie ; 2-3, 5, languettes perforées ; 4, oreille perforée ; 6, languette flanquée d’une pastille ; 7-8, oreilles accotées d’un bouton. (Musée Denon, Chalon-sur-Saône).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 154.– Ouroux-sur-Saône, la Cygonière. 1-3, fragments du rebord d’un vase semi-sphérique orné d’un cordon horizontal reliant deux mamelons perforés et de cordons dressés partant des anses et montant jusqu’à la lèvre, elle-même décorée d’une ligne de petits boutons olivaires ; 4-5, cordons horizontaux ; 6, cordon vertical. (Recherches C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 155.– Charigny, le Crais. 1-2, vase en portion de sphère doté de deux mamelons perforés flanqués de rubans disposés en V et faisant saillie sur la lèvre ; 3, cordon lisse vertical attenant à une lèvre plate ; 4-5, rebords à lèvre arrondie ; 6- 7, fonds aplatis ; 8, carène anguleuse ; 9, disque de cuisson à bords relevés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 156.– Charigny, le Crais. 1, mamelon olivaire perforé ; 2-4, mamelons plats, plus ou moins ensellés, perforés ; 5, statuette féminine ; 6, bouton plein ; 7, grattoir sur éclat cortical ; 8, racloir latéral à face plane amincie ; 9, pointe sur lame large ; 10, pièce ovalaire à retouches semi-abruptes ; 11, pointe courte (foret) ; 12, armature tranchante à retouches abruptes ; 13, gaine droite brute ; 14, gaine à talon anguleux décortiqué et bombé distal grèsé (vue latérale). Nos 1-6, terre cuite ; nos 7-12, silex ; n°s13-14, bois de cerf.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 157.– Pouilly-sur-Saône, la Pièce du Château : 1, fragment d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé et d’une ligne de pastilles appliquées, disposées en feston ; 2, tenon perforé ; 3-4, languettes perforées ; 5, anse à perforation sous-cutanée.Ouroux-sur-Saône, le Petit Bois : 6, fragments d’un vase globuleux orné de deux lignes de boutons au repoussé, disposées en feston de part et d’autre d’une anse en ruban ; 7, tesson à décor de points imprimés avec un poinçon à trois dents. (N°s 1 -5, Musée municipal, Seurre ; n°s 6-7, recherches C. Bontemps).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 158.– Chassey-le-Camp, la Redoute. Origines des silex utilisés dans les niveaux chasséens (niv. 10 à 7). Carte dressée d’après les déterminations de J. Affolter (Affolter, dans ce volume) localisant les gîtes d’où proviennent les silex utilisés dans les niveaux 10 à 7 de la Redoute. 1, Chantilly ; 2, Mellecey ; 3, Sennecé-lès-Mâcon (Saône-et-Loire). 4, Lains (Jura). 5, Poncin ; 6, « Bugey » (Ain). 7, Vassieux-en-Vercors ; 8, Treschenu-Creyers (Drôme). 9, « Mont Ventoux » (Vaucluse). 10, Sanilhac (Gard). 11, « Limagne » (Puy-de-Dôme). 12, Meusnes (Loir-et-Cher). 13, Paron ; 14, Arces-Dilo (Yonne). 15, Oberfecking (Kr. Kelheim, Allemagne). Les principales régions d’approvisionnement en silex sont, de façon constante et importante, le Chalonnais, le Berry et le Sénonais. Les autres régions ont un rôle très secondaire (Mâconnais, Revermont, sud du bassin du Rhône), voire anecdotique (une lame du niveau 9 vient d’Oberfecking dans la vallée du Danube ; une lamelle du niveau 7 est originaire de Vassieux-en-Vercors).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 159.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2, lame en silex blond ; 3-4, grattoirs simples ; 5, lame à retouches bilatérales continues alternes ; 6, lame à retouches en pointe ; 7, troncature oblique ; 8, pointe étroite à bords abattus ; 9-10, lamelles étroites à retouches bilatérales directes semi-abruptes ; 11-13, burins ; 14-16, perçoirs à pointe dégagée ; 17-18, 22, armatures tranchantes à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes surface convexe ; 19, armature tranchante à retouches semi-abruptes alternes ; 20-21, armatures perçantes losangiques ; 23, tranchet ; 24-25, lames de haches en roche verte. (Nos 1-3, 5-6, 9-15, 17-24, coll. A.-C. Gros).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 160.– Saint-Rémy, le Moulin de Droux. 1, bouton plein attenant à la lèvre ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, bouton olivaire perforé ; 5-7, boutons ensellés perforés en long ; 8, bouton polyédrique perforé ; 9, anse en ruban ; 10-12, baguettes multiforées ; 13, perforations multiples dans un ressaut ; 14, poignée perforée ; 15, fragment de couvercle ; 16, ressaut ; 17-18, rebords de coupes en calotte sphérique (n° 17 avec un trait incisé) ; 19-21, 25, fragments de coupes à socle décoré ; 22, boutons au repousé ; 23-24, décors au poinçon penché Rössen ; 26, « poids » fusiforme perforé en long. (Nos 1-2, 8-12, 14-16, 20-24, coll. A.-C. Gros).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 161.– Chassey-le-Cattip, la Redoute. Origine des roches abrasives utilisées au Néolithique moyen et final (niv. 10 à 5). Carte des gîtes les plus proches du site de Chassey d’où sont susceptibles de provenir les roches abrasives (Garcia, Petit, dans ce volume). Les Chasséens du niveau 9 n’ont pas utilisé les grès paléozoïques (carbonifères et permiens) à l’inverse des Chasséens des niveaux 8 et 7 et surtout des gens du Néolithique Moyen Bourguignon (niveau 6) qui ont privilégié ce matériau. D’après la carte géologique de la France à 1/50 000, Le Creusot (Courel et alii, 1989).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 162.– Vitteaux, Myard- Vue axonométrique des structures d’habitats du Néolithique Moyen Bourguignon relevées contre le parement interne du rempart (d’après Nicolardot, 2003, fig. 24). Les pièces de bois carbonisées, verticales ou horizontales, disposées en équerre, les dalles piquées pour servir de calage ou alignées pour accoter une paroi, les fragments de torchis (1), les nappes de « tuf » mêlé de charbons de bois (2), les sols tassés (3), les enduits de glaise (4), les pierres brûlées voire transformées en chaux, indiquent l’existence d’habitations de plan quadrangulaire construites en pierre et colombage au dos du rempart. La position « en hauteur » de certaines pièces de bois (5) suggère des maisons à deux niveaux (ibid., fig. 30).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 163.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1, grattoir court ; 2-3, grattoirs carénés ; 4, grattoir double sur lame retouchée ; 5, ciseau sur éclat épais retouché sur les deux faces et partiellement poli ; 6-7, éclats à retouches marginales uni ou bilatérales ; 8, éclat appointi ; 9, burin sur éclat laminaire retouché ; 10-11, pointes foliacées ; 12-14, pointes, à base concave, losangique, triangulaire ; 15, armature tranchante à retouches bifaciales de type « chasséen » ; 16-17, lames de haches en pierre polie ; 18-19, pointes rondes ; 20, ciseau ; 21, ciseau large ; 22, gaine à talon décortiqué ; 23, gaine entièrement décortiquée et abrasée. N°s 1-15, silex ; n°s 16-17, « roches vertes » ; nos 18-21, os ; nos22-23, bois de cerf. (Musée archéologique, Dijon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 164.– Marcilly-sur-Tille, le Mont. 1-2, gobelets à carène vive et paroi concave ; 3, bol caréné à panse semi-sphérique et paroi verticale ; 4-5, coupes carénées à paroi évasée ; 6, écuelle profonde ; 7-9, vases à panse ovoïde et col dégagé, avec barrettes pleines ; 10-11, carènes ; 12, rebord éversé ; 13-14, fonds plats ; 15, disque décoré de points sur sa face inférieure ; 16, bouton rond perforé ; 17, bouton olivaire perforé ; 18, bouton ensellé perforé ; 19, barrette quadriforée sur carène ; 20-21, cordons lisses en relief. (Musée archéologique, Dijon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 165.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, grattoirs frontaux ; 3, racloir latéral ; 4, racloir transversal ; 5, racloir à encoches ; 6, troncature oblique ; 7, burin double d’angle sur troncature ; 8, pointe à pédoncule ; 9-10, pointes à encoches ; 11-14, pointes à pédoncule et ailerons ; 15, armature tranchante ; 16, segment de poignard à retouches « en écharpe » : 17, poignard à soie ; 18, lame à retouches continues ; 19, lame de hache en pierre polie ; 20, manche de poinçon taillé dans une esquille d’os ; 21, perle sphérique ; 22, pendeloque ovalaire ; 23, perle biconique ; 24-25, perles cylindrique et biconique. N°s 1-18, silex ; n°s 19, 22-23, « roches vertes » ; nos 20, os ; n° 21, terre cuite ; n°s 24-25, cuivre.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 166.– Ouroux-sur-Saône, le Grand Bois et le Taillis. 1-2, bols carénés à paroi verticale (n° 2 avec bouton probablement unique sur la carène) ; 3, écuelle à panse galbée munie d’une baguette anguleuse pleine ; 4, bol à paroi verticale avec anse(s) en languette ; 5, vase subcylindrique doté de deux boutons coniques haut placés perforés verticalement ; 6, coupe tronconique à fond peu convexe ; 7, 11, récipients subcylindriques de grande contenance munis de quatre anses en languettes pleines en opposition diamétrale ; 8, vase en forme de tonneau avec anse(s) haut placée(s) en languette biforée ; 9, col de vase à panse probablement sphérique ; 10, coupelle simple en calotte sphérique ; 12, baguette multiforée placée sur une carène ; 13, baguette épaisse, pleine, à dos ondulé ; 14, décor de triangles hachurés sur rebord intérieur de coupe en calotte sphérique à lèvre éversée ; 15, décor campaniforme de lignes parallèles tracées au peigne à dents carrées ; 16, fusaïole biconvexe ; 17, fusaïole biconique. (Nos 7 et 11, d’après Gros, à paraître).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 167.– Détain-et-Bruant, le Poiset. 1, grattoir sur éclat cortical ; 2-3, lames à bords retouchés ; 4-6, pointes à pédoncule et ailerons ; 7, lame de hache en silex, taillée et polie ; 8-9, pointes rondes ; 10, pendeloque ; 11, perle olivaire ; 12-13, perles cylindriques ; 14, rondelle biforée ; 15, dent de carnivore percée ; 16, vase campaniforme décoré au peigne (Guyot, 1957). s 1-7, silex ; nos 8-10, 12-13, 15, os ; n° 11, pierre ; n° 14, coquille ; n° 16, poterie. (N°s8, 15 et 16 pro parte, cf. Dorion et alii, 1987).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 168.– Saint-Marcel, la Noue. 1, grand vase campaniforme non décoré ; 2, coupe à rebord renforcé par un cordon ; 3, vase de forme élevée à rebord renforcé par un cordon, souligné par un décor d’impressions lunulées ; 4-6, décors d’impressions ; 7, faisselle ; 8, coupelle à fond plat ; 9, vase campaniforme non décoré ; 10, vase élévé, non décoré, à panse basse, fond plat à pied débordant et col droit renforcé par un cordon. (D’après Amrane, Ducreux, 1996).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 169.– Tableau situant les niveaux 10 à 5 de Chassey dans la chronologie du Néolithique de Bourgogne orientale (Côte-d’Or et Saône-et-Loire). En l’absence de données dendrochronologiques, la présente proposition se fonde sur les estimations de dates généralement retenues à l’heure actuelle pour situer les groupes culturels du Néolithique, sachant que les marges d’incertitude pour la période considérée se comptent encore souvent en siècles.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 170.– Autun, les Grands Champs. Il existe en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or de nombreux gisements bien conservés, surtout du Néolithique moyen, susceptibles de compléter notre connaissance de la structure du Néolithique régional. Le camp des Grands Champs à Autun est l’exemple de l’un de ces sites, important puisqu ’il est le seul de ce type connu dans la région, mais dont nous ne connaissons encore ni l’âge ni l’appartenance culturelle (Thevenot, 1996d). Cette vaste enceinte, identifiée en 1976 par R. Goguey en prospection aérienne, est constituée d’une ligne de trous de poteaux, localement doublée ou triplée par de larges fosses disposées en tireté, qui a la forme d’un ovale dont le grand axe mesure plus de 300 m. Elle renferme des structures qui ne sont sans doute pas toutes contemporaines. Une voie antique, proche d’un théâtre gallo-romain, recoupe la partie orientale de l’enceinte. (Dessin effectué d’après des photographies de R. Goguey et de P. Buvot. Mise au propre par J. Gauthey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16873/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search