Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre IX Diagnose des industries néolithiques de Chassey (la Redoute)

Texte intégral

1Les mobiliers néolithiques du secteur de la Redoute ne proviennent pas de « sols » bien déterminés, mais de couches, toutes d’origine anthropique, qui se sont élaborées dans un laps de temps apparemment très variable. Ce temps a été court semble-t-il pour les couches 10 et 6 constituées de matériaux rapportés et que l’on pourrait qualifier de couches artificielles. Il a été plus long de façon certaine pour les couches 9, 8, 7 et 5, créées par accumulation progressive de matériaux et qui se sont formées pour ainsi dire de manière naturelle. Nous avons reconnu cependant à ces ensembles néolithiques une cohérence en général assez forte en raison de leur intégration dans des entités stratigraphiques bien définies du point de vue sédimentologique et archéologique.

2La validité statistique de ces ensembles est cependant inégale, car le nombre des objets qui les composent reste quelquefois trop limité, comme c’est le cas pour le niveau 10. De plus leur représentativité respective n’est pas nécessairement idéale étant donné que les niveaux étudiés n’ont pas tous la même fonction ; il s’agit tantôt de remblais, tantôt d’aires de circulation ou de rejet liées à un habitat, tantôt de zones d’activités particulières mal déterminées et en aucun cas d’une habitation proprement dite. En dépit de ces remarques, nous croyons pouvoir reconnaître une valeur significative à ce genre d’analyse qui autorise en outre les comparaisons entre industries. Nous ne pensons pas qu’il faille pour autant considérer les résultats chiffrés autrement que comme des marqueurs de tendance.

3Les documents lithiques retouchés, retenus ici, ont été répertoriés selon des critères typologiques, technologiques, voire fonctionnels, car nous souhaitions prendre en compte le plus grand nombre possible d’éléments pour essayer de mettre en évidence les particularités stylistiques essentielles des industries considérées. Dans la même perspective, certains critères morphologiques et certains caractères techniques déterminants ont été plus spécialement analysés que d’autres. Nous nous rapprochons en cela de la conception de D. Binder dont la liste-type mêle caractères morphologiques, technologiques et fonctionnels (Binder, 1987, p. 31-82). Pour cette raison les géométriques et les pointes bifaciales, les retouches abruptes et les retouches envahissantes par exemple ont été analysés avec plus de détail.

4Pour essayer de définir les caractères de l’industrie céramique, nous nous sommes contenté d’examiner, d’un point de vue statistique, d’une part les anses, éléments de préhension et de suspension réunis, d’autre part les formes, nues et décorées ; des études technologiques (composition des pâtes, procédés de façonnage, techniques de finition, modes de cuisson) qui eussent évidemment permis d’apporter des compléments d’information n’ont été en fait qu’esquissées. Cependant les examens macroscopiques effectués par C. Colas, complétés par quelques lames minces d’échantillons sélectionnés et analysés par F. Chevalier, ont donné, comme nous l’avons vu, des indications utiles sur ce sujet (Colas, 2000 ; Chevalier, dans ce volume). Dans les stricts inventaires des vases, nous n’avons tenu compte que de ceux dont la forme a pu être identifiée avec quelque certitude. Ce genre de répertoire ne donne certainement pas les proportions réelles des différentes formes existantes, les vases les plus grands, de profil simple galbé ou sinueux, non décorés, ayant moins de chance d’être intégrés dans les listes que les vases de petite taille, de silhouette anguleuse, parfois ornés, dont le profil est plus facile à restituer à partir d’un petit fragment. Nous ferons cependant entrer les vases décorés dans nos dénombrements, même si leur forme est mal connue ou inconnue, lorsqu’il s’agira d’évaluer le pourcentage des récipients ornementés par rapport aux récipients nus. Il est à remarquer en outre qu’avec respectivement soixante-dix-sept et soixante et onze individus, le nombre total des formes identifiées dans les niveaux 7 et 5 est relativement faible.

5On peut considérer que l’industrie des matières dures animales est représentée dans les mêmes conditions que celles du silex et de la poterie, car les restes fauniques sont généralement très bien conservés à Chassey. Mais le faible nombre des objets typés fait obstacle aux analyses statistiques, puisque leur effectif global va de onze objets seulement pour le niveau 10 à soixante-huit pour le niveau 9, le plus documenté.

6En dehors de ces données numériques, nous avons pris en compte dans la mesure du possible les indications obtenues sur l’origine géographique des matériaux employés dans les industries lithiques, matériaux siliceux (Affolter, dans ce volume), « roches vertes » (Ricq-de Bouard, 1996) grenues (Garcia, Petit, dans ce volume) et sur la nature des dégraissants intégrés dans les pâtes des céramiques (Chevalier, dans ce volume), puisqu’elles entrent elles aussi dans la caractérisation et la définition des industries correspondantes.

LE CHASSÉEN

7Les ensembles chasséens qui forment le principal complexe industriel dans la séquence stratigraphique du rempart de la Redoute ne peuvent tous être définis avec la même précision compte tenu, comme nous venons de l’indiquer, des variations importantes du nombre des individus qui les constituent.

Diagnose des industries

Industrie lithique

Caractéristiques principales de l’industrie lithique suivant les niveaux

8Parmi les ensembles lithiques des niveaux 10, 9, 8 et 7, seuls les trois derniers peuvent être utilement comparés ; le premier, trop peu fourni en documents, doit être considéré comme sous-représenté.

9Niveau 10.– En effet, avec seulement soixante-quatre individus, l’ensemble lithique du niveau 10 a une valeur statistique aléatoire (fig. 132). C’est ce que paraissent démontrer, par comparaison avec les niveaux 9, 8 et 7, le taux particulièrement élevé des pointes à retouches bifaciales qui atteint 14 % des objets retouchés ou le taux apparemment trop bas des burins qui se situe seulement à 3 %.

10Du point de vue technologique le fait que les retouches abruptes égalent presque en nombre les retouches bifaciales semble de même constituer une anomalie ; les deux types représentent en effet respectivement 26 et 20 % de l’ensemble des pièces retouchées, taux qui peuvent être considérés comme trop importants par rapport aux taux correspondants des niveaux supérieurs beaucoup mieux documentés.

11Les caractères chasséens de cette industrie se manifestent essentiellement dans les armatures tranchantes à retouches bifaciales, les perçoirs et les outils sur lames, de même que dans l’utilisation des « silex blonds » pour la plupart exogènes, matériau comme on sait préféré des Chasséens. Les armatures perçantes à base concave dont l’une est en silex de Sanilhac et l’autre en silex local (Affolter, dans ce volume), traduisent l’intégration d’un type issu du Rössen.

12Niveau 9.– Le nombre important des pièces retouchées du niveau 9 (trois cent soixante et onze pièces) peut laisser supposer que la composition de son industrie lithique est assez proche de la réalité archéologique (fig. 132). Avec des taux respectifs de 30, 15 et 15 %, trois types d’objets prédominent très largement dans l’ensemble des matériels retouchés, à savoir, par ordre, les grattoirs, les burins et les armatures tranchantes. À l’exception de ces documents, seules les troncatures se signalent par un taux notable de 7 %.

13Dans le domaine technologique les retouches abruptes constituent un élément distinctif de l’industrie lithique du niveau puisqu’elles caractérisent 19 % de l’ensemble des retouchés ; elles concernent toute une variété de types qui sont, par ordre décroissant, des armatures géométriques à tranchant (27 individus), des troncatures (14), des pointes étroites (8), des microlamelles (5), des raclettes (3), des perçoirs (2), plus quelques autres objets (10), soit une population de soixante-neuf individus. Les retouches bifaciales sont tout aussi marquantes puisqu’elles occupent 17 % du nombre total des retouchés ; les types qui les portent sont des armatures géométriques tranchantes (33), des pointes (10), des ciseaux et tranchets (10), des perçoirs (7) et des objets divers (3), soit au total soixante-trois pièces. Les armatures tranchantes à retouches bifaciales semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre (8), ont un taux discret de 2 % et les pointes bifaciales à base concave un taux de 1 %.

14Les « silex blonds », dans leur catégorie, proviennent presque tous des gîtes locaux (56 %) et des gîtes du Sénonais et du Berry (42 %) ; à peine plus de 1 % vient du sud (Drôme et Vaucluse). Ces silex blonds représentent près des neuf-dixièmes des matériaux siliceux utilisés (Affolter, dans ce volume). Les autres matières (quartz hyalin, chaille, opale résinite et autres roches) sont d’utilisation occasionnelle. Les éclats sont quatre fois plus nombreux, dans les rebuts de taille, que les lames et lamelles qui proviennent essentiellement des « silex blonds » (plus de 70 %), accessoirement d’autres silex, surtout locaux (à peu près 25 %). Environ trois quarts des outils sont sur lames et le quart restant sur éclats.

Fig. 132.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.

Fig. 132.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.

15Niveau 8.– L’industrie lithique du niveau 8 compte cent quatre-vingt-dix-sept individus (fig. 132). Dans l’outillage courant, les burins et les grattoirs s’inscrivent nettement en tête puisqu’ils occupent respectivement 20 et 16 % des outils retouchés. Les troncatures ont elles aussi un taux remarquable de 11 %, de même que les perçoirs pour lesquels il avoisine 9 %. Tous les autres objets ont un taux inférieur à 3 %, sauf les armatures tranchantes qui représentent 14 % de l’effectif retouché et les pointes bifaciales qui en tiennent presque 9 %.

16Sur le plan technologique les pièces à retouches abruptes couvrent 15 % de l’outillage ; elles correspondent à des types d’outils également variés qui sont, par ordre décroissant, des troncatures (14 individus), des armatures géométriques tranchantes (9), des pointes étroites à bords abattus (4), des raclettes (2), un ciseau (1), soit trente pièces au total. Les objets à retouches bifaciales les dépassent nettement puisqu’ils parviennent à 24 % des produits retouchés ; il s’agit de pointes (17), d’armatures géométriques à tranchant (17), de perçoirs (10), de ciseaux (3), soit quarante-sept pièces. Les retouches semi-abruptes en face ventrale et envahissantes en face dorsale, qui caractérisent, dans cet ensemble, des armatures tranchantes (11) et des perçoirs (8), approchent 10 % des objets retouchés.

17Les pourcentages des seuls « silex blonds » se répartissent entre 38 % pour les locaux, 60 % pour les septentrionaux (Yonne et Loir-et-Cher) et moins de 2 % pour les méridionaux (Drôme et Vaucluse) ; les silex venant du sud restent anecdotiques (Affolter, dans ce volume). Les trois quarts des déchets de débitage sont des éclats, les autres des produits laminaires et lamellaires. Les lames sont pour les deux tiers en « silex blonds », pour le quart en d’autres silex. Les outils sur lames et lamelles sont également prédominants (près de 70 %). Sur ce point les niveaux 9 et 8 se ressemblent beaucoup.

18Niveau 7.– L’industrie lithique du niveau 7 comporte cent vingt-huit individus (fig. 132). La répartition typologique met en exergue, comme précédemment, les grattoirs et les burins dont les taux s’élèvent respectivement à 18 et 16 %. Les armatures tranchantes l’emportent très largement sur les pointes à retouches bifaciales, avec des taux toutefois décalés de 21 % pour les unes et 9 % pour les autres. Parmi les autres pièces, les troncatures, les racloirs et les perçoirs se détachent quelque peu avec des taux respectifs de 5, 5 et 4 %.

19Au regard de la technologie, les objets travaillés en retouches abruptes sont des armatures géométriques tranchantes (11 individus), des troncatures (4), des raclettes (3), des pointes à bords abattus (2) et un perçoir (1), soit 16 % de l’effectif retouché. Les pièces à retouches bifaciales sont des armatures géométriques tranchantes (13), des pointes (11), un perçoir (1), des ciseaux (2) et une pointe bifaciale (1), soit 22 % du matériel retouché. Les retouches « chasséennes », semi-abruptes et envahissantes, concernent des armatures géométriques tranchantes, des perçoirs et une lame appointie, soit 10 % des objets retouchés.

20Le niveau 7 se démarque des niveaux précédents par le fait que les « silex blonds » ne représentent plus que 82 % des matériaux siliceux employés : les silex locaux sont utilisés à concurrence de 54 %, ceux du nord (Yonne et Loir-et-Cher) à hauteur de 45 % et ceux du sud (Drôme et Vaucluse) restent au niveau de 1 % (Affolter, dans ce volume). Les éclats sont prédominants et fournissent les supports des trois quarts des outils. En effet un dixième seulement des produits du débitage est constitué de lames et de lamelles ; ces dernières sont, comme précédemment, plus souvent tirées des « silex blonds » que des silex d’autre qualité. Le niveau 7 diffère également des précédents par la disparition des pièces de style Rössen.

Définition de l’industrie lithique du Chasséen de Chassey

Fig. 133 – Camp de Chassey. Chasséen (niv. 8). Origine des matériaux siliceux. Les matériaux siliceux du niveau 8 ont été analysés de façon exhaustive (Affolter, dans ce volume). 30 % des silex utilisés sont originaires du Chalonnais (1, Mellecey). 6 % proviennent de régions proches, Mâconnais (2, Sennecé-lès-Mâcon) et Revermont (3, Lains). Les silex exogènes de provenance lointaine, Yonne (4, Paron ; 5, Arces-Dilo) et Loir-et-Cher (6, Meusnes), ont des taux respectifs de 39 et de 20 %. Les silex de la basse vallée du Rhône (7, Treschenu-Creyers ; 8, Mont-Ventoux ; 9, Sanilhac) représentent moins de 4 % de l’approvisionnement. Sur l’ensemble des « silex blonds » du niveau 8, ceux qui viennent du sud ne représentent que 1,6 %. Pour les niveaux 9 et 7, les proportions entre les différents types de silex varient sensiblement. Voir également infra (fig. 158) la carte des lieux d’origine des silex utilisés par les Chasséens de Chassey.

Fig. 133 – Camp de Chassey. Chasséen (niv. 8). Origine des matériaux siliceux. Les matériaux siliceux du niveau 8 ont été analysés de façon exhaustive (Affolter, dans ce volume). 30 % des silex utilisés sont originaires du Chalonnais (1, Mellecey). 6 % proviennent de régions proches, Mâconnais (2, Sennecé-lès-Mâcon) et Revermont (3, Lains). Les silex exogènes de provenance lointaine, Yonne (4, Paron ; 5, Arces-Dilo) et Loir-et-Cher (6, Meusnes), ont des taux respectifs de 39 et de 20 %. Les silex de la basse vallée du Rhône (7, Treschenu-Creyers ; 8, Mont-Ventoux ; 9, Sanilhac) représentent moins de 4 % de l’approvisionnement. Sur l’ensemble des « silex blonds » du niveau 8, ceux qui viennent du sud ne représentent que 1,6 %. Pour les niveaux 9 et 7, les proportions entre les différents types de silex varient sensiblement. Voir également infra (fig. 158) la carte des lieux d’origine des silex utilisés par les Chasséens de Chassey.

21Il faut remarquer que si certaines catégories d’objets l’emportent toujours en nombre dans les trois niveaux en question, comme les grattoirs et les burins, d’autres catégories, qui se détachent également par le nombre, comme les armatures tranchantes à retouches abruptes ou à retouches semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre, les troncatures, les pointes bifaciales et les perçoirs sur lames à pointe fine, ont des taux respectifs qui enregistrent de variations notables (fig. 132). Ces variations parfois importantes des taux suivant les unités stratigraphiques, ne nous paraissent pas correspondre nécessairement à une diminution ni à un développement significatifs d’une catégorie d’objets ou d’une autre, mais peuvent aussi être dues au fait que les niveaux concernés ne sont pas, comme nous l’avons déjà signalé, représentés de la même façon compte tenu de leurs différences de nature.

22Quoi qu’il en soit, l’industrie lithique des niveaux chasséens de Chassey revêt un certain nombre de caractères distinctifs dont nous avons déjà donné quelques éléments de définition (Thevenot, 1991) et qui peuvent se résumer comme suit. De manière globale en effet, ces traits caractéristiques sont :

  1. du point de vue de l’approvisionnement (fig. 133),

    1. l’attrait pour les « silex blonds », matériau d’excellente qualité, venant de régions plus ou moins éloignées, à savoir de la vallée du Rhône pour une part très faible (1 % des silex blonds) et, à peu près à parité, de Bourgogne orientale (entre 38 et 56 %) d’une part et du Bassin parisien, à savoir Sénonais et Berry (entre 42 et 60 %) d’autre part (affolter, dans ce volume),

    2. l’utilisation cependant régulière des silex d’origine locale, chalonnaise et mâconnaise, de qualité très inégale,

    3. la recherche d’autres matériaux siliceux à longue distance et dans des régions très diverses comme le Jura, le Bugey, la Limagne, etc. (fïg. 158 infra),

    4. l’intérêt pour les matériaux rares tels que la calcédoine ou opale résinite qui pourrait provenir de Haute-Loire et surtout le quartz hyalin ou fumé (substitut possible de l’obsidienne), présent sous deux variétés (quartz filonien et quartz granitoïde) dont l’origine reste à déterminer ;

  1. du point de vue technologique,

    1. l’emploi privilégié, pour ainsi dire culturel, d’un matériau particulier, le « silex blond » issu de gîtes très variés comme nous venons de l’indiquer, et celui plus réduit de silex locaux et d’autres silex exogènes (les « silex blonds » représentent 89 % des matériaux siliceux dans le niveau 9, 94 % dans le niveau 8 et 82 % dans le niveau 7),

    2. un débitage orienté vers la production de lames et de lamelles, probablement surtout par percussion indirecte, effectué en général sans recours à un chauffage préalable (la technique d’un début de chauffe observée sur quelques silex de Meusnes donne des caractéristiques différentes de celles observées dans le Midi de la France et surtout ne revêt pas un aspect systématique comme dans les industries méridionales : Affolter, dans ce volume),

    3. le choix des supports laminaires, entiers ou segmentés, pour certains objets comme la presque totalité des armatures tranchantes, et pour une bonne partie des perçoirs, des burins, des troncatures, des pointes étroites, etc.,

    4. l’utilisation préférentielle des éclats pour les grattoirs,

    5. le recours signalé à la retouche abrupte pour les armatures tranchantes, les pointes étroites, les troncatures et les tranchets,

    6. la pratique de la retouche semi-abrupte sur face plane et envahissante sur face convexe pour un certain nombre d’armatures tranchantes et pour les perçoirs fins sur lames en particulier ;

  1. du point de vue typologique,

    1. la place essentielle des grattoirs, plus souvent sur éclats que sur lames, et des burins souvent bien typés et installés indifféremment sur lames ou sur éclats,

    2. le rôle important des armatures tranchantes, triangulaires ou trapézoïdales,

    3. la spécificité des pièces dotées de retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe que sont certaines armatures tranchantes, plus souvent trapézoïdales que triangulaires, du type de Jean Cros (vaquer, Guilaine, 1979), ainsi que les perçoirs sur lame à pointe fine à extrémité souvent tranchante (pièces à chanfrein ou perçoirs « tournevis »),

    4. le taux notable de pointes étroites à retouches abruptes,

    5. la diversification des formes des pointes bifaciales, triangulaires et losangiques, certaines esquissant un pédoncule,

    6. la présence de pointes bifaciales à base concave plus ou moins prononcée d’appartenance Rössen,

    7. la présence de ciseaux à retouches bifaciales et de tranchets à retouches abruptes de parenté Cerny.

      Il est plus difficile de définir l’industrie de la pierre polie compte tenu du faible nombre d’objets inventoriés, mais on remarquera :

    8. que les outils sont des lames de haches et de ciseaux, de taille généralement petite ou moyenne,

    9. que le quart au moins de ces outils est en actinotite, roche d’origine régionale, venant probablement de la région de Matour dans le sud de la Saône-et-Loire (Ricq-de Bouard, 1996, p. 117),

    10. que les autres sont taillés dans des roches exogènes originaires principalement des Alpes (massif de Belledone) et du Massif central (Mont Pilat),

    11. que de très petits tranchets en roches vertes ou en fibrolite provenant du Massif central (Philibert, 1975, fig. 94), sont d’usage courant,

    12. qu’il existe des masses sphériques perforées assez lourdes (lests de bâtons à fouir ?) taillées dans des roches calcaires à grain fin (fïg. 34, n° 19 ; Déchelette, 1908, fig. 187).

Industrie céramique

23Qu’il s’agisse des anses, des formes ou des décors, seuls les niveaux 9 et 8 fournissent des éléments suffisamment nombreux pour permettre de donner une diagnose recevable de l’industrie céramique. Le niveau 7, bien que moins documenté, permet d’en reconnaître cependant les caractéristiques essentielles. Le niveau 10 est quant à lui trop peu représenté pour entrer ici en ligne de compte.

Caractéristiques principales de l’industrie céramique suivant les niveaux

24Niveau 10 – En ce qui concerne le niveau 10 en effet, aucune conclusion ne peut être tirée d’un nombre aussi réduit d’anses (fig. 134) ; on peut même dire qu’aucun élément chasséen bien typique, sauf peut-être un bouton olivaire biforé, ne se détache de cette courte série. Au sujet des formes nues et décorées, rares elles aussi (fig. 135), il convient de remar quer la présence, dans un contexte que l’écuelle à rebord plat et la coupe à socle cylindrique définissent comme chasséen, d’une part d’un décor au poinçon de style Rössen (fig. 19, n° 18), d’autre part d’un vase à bouche carrée à décor en feston d’inspiration Cerny (fig. 19, n° 19), forme totalement absente des niveaux postérieurs 9, 8 et 7, et dont on ne sache pas que d’autres exemplaires aient été trouvés à Chassey.

Fig. 134.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses.

Fig. 134.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses.

Fig. 135.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des formes de vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.

Fig. 135.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des formes de vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.

25Niveau 9.– Dans le niveau 9, ce sont les anses rubanées, quelle que soit leur taille, qui occupent la première place avec 43 % des deux cent treize éléments de préhension et de suspension répertoriés (fig. 134), les anses en ruban à gorge ne tenant que 2 %. Les boutons, tous types confondus (70 individus), représentent 33 % de cet ensemble ; les boutons olivaires perforés prévalent nettement dans la série. Suivent de loin les anses en boudin (8 %) et les baguettes multiforées (7 %). Tous les autres modes de préhension et de suspension ont des taux très réduits, inférieurs à 3 %.

26Les anses du niveau 9 sont libres de tout décor, sauf dans un cas où une série de traits parallèles bordés de pointillés inscrits à cru, d’esprit Rössen, borde un segment d’anse rubanée (fig. 48, n° 19) et dans un autre où deux petits boutons flanquent une anse en ruban sur un modèle bien connu dans le Cardial rhodanien, le Saint-Uze et le Cerny (fig. 39, n° 3). Les éléments considérés comme typiquement chasséens, baguettes et plaquettes multiforées, poignées plates, boutons polyédriques, atteignent environ 13 % de l’effectif total des anses.

27Pour le niveau 9, le nombre de récipients, évalué à deux cent quatre-vingt-dix individus, est un minimum (fig. 135). On peut penser de ce fait que le répertoire développe l’éventail complet des types. Les vases à paroi distincte et carène anguleuse occupent près du tiers des formes identifiées (32 %). Les coupes en calotte sphérique en constituent un sixième (17 %). Ce sont les vases à paroi distincte et carène ronde, puis les vases à ressaut et les coupes à socle cylindrique qui, avec des taux de 10, 8 et 8 %, caractérisent ensuite l’ensemble céramique et confirment son caractère chasséen. Les vases ovoïdes et les vases cylindriques qui les suivent ont des taux respectifs de 5 et de 4 %.

28L’ensemble des vases décorés occupe 14 % du total des récipients dénombrés. Le décor géométrique gravé, réservé aux écuelles à rebord plat et aux coupes à socle, atteint 11 % et les décors poinçonnés de style Rössen, qui concernent d’autres formes, seulement 1 %.

29Niveau 8.– Les anses en ruban représentent presque le tiers (32 %) des cent quinze individus que compte la population des éléments de préhension et de suspension du niveau 8 (fig. 134). Les boutons, tous modèles réunis, par leur taux global de 41 %, forment un groupe d’anses privilégié ; les boutons olivaires perforés y sont les plus nombreux (10 %). Les éléments chasséens, baguettes et plaquettes multiforées, boutons polyédriques, poignées plates, représentent 18 % de l’ensemble des anses ; les baguettes multiforées y tiennent la première place (13 %).

30Les formes comptent un nombre minimum de cent cinquante-trois individus (fig. 135). Les récipients les plus nombreux sont, comme dans le niveau 9, les vases à paroi distincte et carène anguleuse (24 %) ainsi que les coupes en calotte sphérique (23 %). Les vases à paroi distincte et carène mousse, de même que les vases à ressaut, ont cependant un pourcentage notable, respectivement de 15 et de 10 %. Les formes segmentées auxquelles appartiennent les vases carénés à paroi distincte et les vases à ressaut jouent un rôle déterminant dans le style céramique.

31Les vases à décor non modelé, que leur forme soit reconnue ou non, représentent environ 16 % du total des vases ; les récipients à décor géométrique incisé ou gravé ont un taux voisin de 10 % et ceux à décor poinçonné Rössen un taux proche de 3 %.

32Niveau 7 .– Le nombre d’anses est trop faible dans le niveau 7 (soixante et un individus) pour que les pourcentages soient très significatifs (fig. 134). Il est à noter cependant que les anses en ruban sortent nettement du lot (28 %), comme dans les séries des deux niveaux précédents. Les boutons, dans leur ensemble, sont proportionnellement aussi nombreux que dans le niveau 8 (43 %). Le taux des baguettes multiforées (16 %) se singularise également.

33Même si le nombre réduit des récipients identifiés, avec seulement soixante-dix-sept individus (fig. 135), met également en cause la valeur des pourcentages dans la série des formes, les vases à paroi distincte et carène anguleuse demeurent encore à la première place (39 %) et les coupes en calotte sphérique viennent encore à leur suite (13 %).

34Les vases décorés, formes reconnues ou non, couvrent ensemble 16 % du total des vases. Le décor Rössen ne figure pas dans ce niveau.

Définition de l’industrie céramique du Chasséen de Chassey

35Les différences des taux entre les catégories d’anses, de formes ou de décors, entre les trois niveaux concernés, niveaux 9, 8 et 7, nous amènent aux mêmes remarques sur la validité des analyses que celles que nous avons faites pour l’industrie lithique. Elles se révèlent cependant limitées et les histogrammes des pourcentages des types de formes et surtout des types d’anses mettent en évidence un nombre significatif de points communs (fig. 134 et 135). Globalement les conclusions peuvent être tenues pour valables. On notera :

  1. en ce qui concerne la technique,

    1. l’utilisation préférentielle de dégraissants de nature granitique provenant de roches locales,

    2. les mélanges parfois complexes de dégraissants de différentes compositions (éléments provenant d’une à quatre roches différentes),

    3. l’inclusion de paillettes sélectionnées de mica doré dans la pâte de certains vases à paroi épaisse (d’utilisation probablement spéciale),

    4. l’emploi très exceptionnel d’autres dégraissants (comme le dégraissant à l’os et la chamotte),

    5. le montage essentiellement par « plaques », plus rarement au colombin, et la grande qualité de la finition qui estompe généralement les traces des opérations de montage et donne à la plupart des formes carénées un poli brillant,

    6. l’excellence générale de la cuisson ;

  1. en ce qui concerne les anses,

    1. la prédominance, dans les trois niveaux, des anses en ruban et des anses en boutons, pour ainsi dire aussi courantes les unes que les autres et représentant conjointement les deux tiers de l’effectif total des éléments de préhension et de suspension,

    2. la place importante des anses multiforées, baguettes et plaquettes,

    3. la faible représentativité des poignées plates, présentes dans les seuls niveaux 9 et 8 ;

  1. en ce qui concerne les formes,

    1. la primauté des formes carénées anguleuses (écuelles à paroi distincte surtout), même si leurs caractères morphologiques les désignent plus facilement que d’autres formes,

    2. la place nettement moindre des vases à paroi distincte et à carène mousse,

    3. l’espace important tenu par les coupes en calottes sphériques à rebord quelquefois renforcé, mais presque toujours dépourvues de décor interne de sillon,

    4. le taux réduit des coupes à socle cylindrique ou cubique,

    5. le rôle relativement faible des écuelles à rebord plat, décoré ou non décoré,

    6. la présence remarquable, dans le niveau 10, d’un vase à embouchure carrée et, dans le niveau 9, d’un vase à col à trois anses au dégraissant coquillier et d’un petit vase décoré dans un style « post-rubané » ;

  1. en ce qui concerne les décors,

    1. la place constante et importante des vases décorés qui représentent 14 à 16 % des formes dénombrées,

    2. la décoration plutôt réservée aux coupes à socle qu’aux écuelles à rebord plat (taux compris entre 5 et 9 % pour les unes et entre 3 et 7 % pour les autres par rapport au total des vases),

    3. le pourcentage important des décors géométriques gravés typiquement chasséens qui intéressent environ 10 % de l’ensemble des vases,

    4. la rareté des formes décorées au poinçon, dans le style Rössen (taux de l’ordre de 1 %), dans les niveaux 10, 9 et 8, et de celles attribuables au Cerny (moins de 1 %).

36Toutes ces remarques intéressent les pièces du vaisselier chasséen, mais il faut noter que d’autres objets, fabriqués en terre, interviennent dans la définition de l’industrie céramique, tels que les boudins perforés en long, qu’il s’agisse de « poids », de « pesons » ou de « perles » (fig. 49, n° 1 ; fig. 75, n° 16), les « osselets » modelés (fig. 49, nos 7 à 10) et les « jetons » ronds ou quadrangulaires découpés dans des tessons qu’ils soient nus ou gravés (fig. 49, nos 2 à 6 ; fig. 75, nos 12 et 13).

37Il convient d’ajouter enfin aux productions en terre cuite les statuettes anthropomorphes en ronde-bosse (fig. 75, n° 17 ; fig. 136, nos 1 et 2).

Fig. 136.– Camp de Chassey. Chasséen. Figurines anthropomorphes en terre cuite. 1, jambe de statuette en ronde bosse provenant du niveau 8 (fig. 75, n° 17) ; 2, statuette féminine dont le torse, de section ovalaire, est percé d’un trou vertical profond et dont le bassin, large et callipyge, est muni de deux boutons qui esquissent les jambes. (N° 2, coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 136.– Camp de Chassey. Chasséen. Figurines anthropomorphes en terre cuite. 1, jambe de statuette en ronde bosse provenant du niveau 8 (fig. 75, n° 17) ; 2, statuette féminine dont le torse, de section ovalaire, est percé d’un trou vertical profond et dont le bassin, large et callipyge, est muni de deux boutons qui esquissent les jambes. (N° 2, coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Industrie sur matières dures animales

38La pauvreté relative de l’industrie des matières dures animales, os et bois de cerf principalement, dans les niveaux 10 à 7, interdit toute analyse statistique sauf, à la limite, pour le niveau 9 qui compte soixante-huit objets, à savoir cinquante-six outils en os, six en bois de cerf et six en dents travaillées (fig. 137).

Fig. 137.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 5). Objets en matières dures d’origine animale (os, bois de cerf, canines de suidés) et éléments de parure : décompte typologique.

Fig. 137.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 5). Objets en matières dures d’origine animale (os, bois de cerf, canines de suidés) et éléments de parure : décompte typologique.

39Dans tous les niveaux, l’outil en os essentiel est la pointe ronde, souvent très effilée, sur métapode d’ovicapridé et, beaucoup plus rarement, de cerf. On compte dix pointes rondes sur onze objets en os dans le niveau 10, trente-deux sur cinquante-six dans le niveau 9, seize sur vingt-cinq dans le niveau 8 et quinze sur vingt-deux dans le niveau 7.

40Les biseaux, qui ont principalement pour support des métapodes de cervidés, n’apparaissent, en nombre très réduit de surcroît, que dans les niveaux 10, 9 et 7. Les pointes plates ou palettes, sur côtes refendues de bovidés, figurent quant à elles dans les niveaux 9, 8 et 7.

41L’os a donné aussi matière, de façon exceptionnelle, à la fabrication d’objets particuliers, une pointe de flèche triangulaire et deux manches de petits outils dans le niveau 9, et quelques outils dont la fonction reste indéterminée dans chaque niveau. L’os apparaît donc nettement comme le matériau dur d’origine animale le plus employé dans les niveaux chasséens.

42La situation est très différente pour le bois de cerf qui demeure extrêmement rare puisque les niveaux 9, 8 et 7 ne contiennent respectivement que six, un et deux objets fabriqués dans cette matière, surtout ciseaux et pièces d’emmanchement. Enfin seuls les niveaux 9 et 8 renferment des objets tirés de dents de suidé ou de castor.

43Au total, en dépit de sa discrétion, l’industrie des matières dures animales montre les caractères suivants :

  • préférence affirmée pour l’utilisation de l’os, principalement d’animaux domestiques,

  • prédominance des pointes rondes fines, le plus souvent sur métapodes d’ovicapridé,

  • présence notable de palettes ou spatules sur côtes refendues,

  • faible utilisation du bois de cerf,

  • emploi de dents de suidé et de castor pour la fabrication d’outils spécifiques.

Parure

44Dans les niveaux chasséens, la parure reste très discrète : un élément dans le niveau 10, dix-neuf dans le niveau 9, quatre dans le niveau 8, aucun dans le niveau 7 (fig. 137).

45Il s’agit cependant de pièces variées : coquille perforée de mulette perlière (niv. 10), dentales (niv. 9 et 8), canines perforées d’ours, de loup, de blaireau et crache de cerf (niv. 9), pendeloques et perles faites en pierre (niv. 9), en terre cuite (niv. 8) ou en os (niv. 9 et 8).

46La plupart des éléments de parure, vraisemblablement néolithiques, conservés dans la collection Loydreau, peu nombreux du reste, ne peuvent être attribués sans réserve à un groupe culturel précis. Quelques objets cependant, nous semblent pouvoir être affectés au Chasséen compte tenu des pièces de référence découvertes en stratigraphie. Il s’agit notamment de pendentifs faits de valves biforées de naïades, moule perlière et grande mulette (fig. 138, nos 1 à 3) et de pendeloques réalisées dans des incisives de castor (nos 4 à 8). Ces dernières se présentent sous la forme de plaquettes, réduites à la face externe d’incisives inférieures, extraites de la dent par clivage, puis régularisées intérieurement par abrasion. La face colorée est tantôt conservée en l’état, tantôt grattée au silex ou au grès, par facettes ou par points, pour faire apparaître sur le fond rouge ou orangé de l’émail, des motifs composés de petites taches blanches semées sans ordre ou bien disposées en barres transversales ou encore de petits points oblongs placés en lignes (Mortillet, 1916, fig. 1). Une pendeloque faite avec l’extrémité d’une mandibule de castor se trouvait dans la sépulture St 549 de la nécropole chasséenne de Sur Machurin à Monéteau (Augereau et alii, 2001, fig. 54, n° 4 ; Augereau et alii, 2003, p. 135).

47Les dentales qui sont, avec d’autres coquillages marins, répandus dans le Chasséen du Midi de la France (Vaquer, 1998, p. 433), ne paraissent pas spécifiques du Chasséen de Bourgogne, mais y semblent très prisés. En revanche, les bracelets en pierre blanche, bien représentés dans le Midi, notamment en Provence, dès le Cardial (Courtin, Gutherz, 1976 ; Barge, 1982, 1988), restent inconnus à ce jour à Chassey et dans les sites contemporains répertoriés dans la région.

Les caractères du Chasséen de Chassey

48Dans les ensembles des niveaux 10 à 7 de la Redoute, quelques objets à forte valeur stylistique ou réunis dans des assemblages significatifs, permettent, à des degrés divers, de cerner quelque peu la personnalité du Chasséen de Chassey. Celui-ci se singularise par des caractères méridionaux affirmés et par les marques des influences successives, reçues dans le couloir rhodanien, puis venues de la vallée du Rhin et du Bassin parisien. La situation géographique de Chassey au cœur du bassin de la Saône joue en effet un rôle primordial dans la constitution de l’identité spéciale que le Chasséen acquiert en Bourgogne.

Fig. 138.– Camp de Chassey. Éléments de parure rapportés au Chasséen. 1-2, valve droite et valve gauche de moule perlière (Margaritifera margaritifera) biforées ; 3, fragment de valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) perforée ; 4-8, pendeloques, entières ou fragmentées, tirées de la face antérieure d’incisives inférieures de castor, les unes décorées, par grattage ou abrasion, de bandes transversales (n° 4), de taches semées en désordre (n° 5) ou de points alignés (n° 6) qui apparaissent en blanc sur le fond orange vif de l’émail, les autres dépourvues de décor (n°s 7-8). (N°s 3, 6-8, d’après des photographies d’É. Loydreau). (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 138.– Camp de Chassey. Éléments de parure rapportés au Chasséen. 1-2, valve droite et valve gauche de moule perlière (Margaritifera margaritifera) biforées ; 3, fragment de valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) perforée ; 4-8, pendeloques, entières ou fragmentées, tirées de la face antérieure d’incisives inférieures de castor, les unes décorées, par grattage ou abrasion, de bandes transversales (n° 4), de taches semées en désordre (n° 5) ou de points alignés (n° 6) qui apparaissent en blanc sur le fond orange vif de l’émail, les autres dépourvues de décor (n°s 7-8). (N°s 3, 6-8, d’après des photographies d’É. Loydreau). (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Le fonds méridional

49L’origine « méditerranéenne » de l’industrie chasséenne, en particulier céramique, du gisement éponyme avait déjà été reconnue explicitement par J. Déchelette au début du xxe siècle (Déchelette, 1908). Toutes les études des décennies suivantes consacrées au Chasséen, de V. Gordon-Childe à J. Arnal, n’ont que très rarement fait appel au site de Bourgogne, faute de données stratigraphiques réellement utilisables (Thevenot, 1968, p. 181 sq.). Les références dont nous disposons aujourd’hui, sur l’axe rhodanien, permettent de mieux saisir certains aspects de cette cognatio meridionalis.

L’ascendant méditerranéen

50Dans le Chasséen de Chassey, tel qu’il apparaît notamment dans les niveaux 9 et 8 les plus informatifs, les caractères méridionaux sont très largement prédominants. Ce sont dans l’ensemble les caractères du Chasséen méditerranéen, provençal et languedocien, tels que J. Courtin, J. Vaquer et R. Montjardin les ont définis (Courtin, 1974 ; Vaquer, 1990, 1991a ; Montjardin, 1995 ; François, Vaquer, 2000), plus assurément que ceux sensiblement différenciés du Chasséen caussenard (Costantini, 1984 ; Clottes, Giraud, 1991) ou vellave (Houdré, Vital, 1979, 1981 ; Daugas, 1981 ; Daugas et alii, 1982).

51Ces caractères méridionaux sont particulièrement nets dans le domaine de l’industrie lithique pour laquelle la sélection des matériaux, les techniques de débitage et de façonnage, le répertoire et le style de l’outillage, présentent de très nombreux points communs. Dans ce domaine en effet, la composante méridionale fondamentale se manifeste à Chassey par :

  • l’utilisation sélective de « silex blonds » dans des proportions importantes (80 à 90 %) et leur débitage en percussion indirecte, mais de manière générale sans chauffage préalable comme il sera de mode dans le Chasséen classique du Midi (Briois et alii, 1998), pour l’obtention prioritaire de lames et de lamelles,

  • la présence effective, mais faible (1 %), des « silex blonds » d’origine méridionale (Drôme et Vaucluse) par rapport aux « silex blonds » locaux (entre 35 et 51 %) et à ceux provenant du Bassin parisien, Sénonais et Berry (entre 36 et 57 %), et leur importation sous forme de supports laminaires, voire d’outils (Affolter, dans ce volume),

  • le choix de lames et de lamelles comme supports spécialisés de perçoirs à bout pointu ou tranchant (de type Trets), de troncatures, de pointes étroites à bords abattus et, après segmentation, d’armatures géométriques tranchantes en particulier,

  • la variété typologique des burins sur lames ou sur éclats (burins d’angle sur cassure ou sur troncature retouchée, simples ou multiples, dièdres ou transversaux) et le caractère spécifique des perçoirs (perçoirs fins à extrémité tranchante installés en bout de lames, lamelles étroites à bords abattus du genre foret),

  • l’existence conjointe d’une part de nombreuses armatures tranchantes triangulaires et trapézoïdales (14 à 21 % de l’outillage), presque exclusivement sur segments de lames, à retouches abruptes ou semi-abruptes, et souvent à retouches semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre, du type de Jean Cros, d’autre part d’armatures perçantes, nettement moins abondantes toutefois (3 à 9 %), à retouches bifaciales envahissantes ou couvrantes, foliacées ou plus rarement losangiques, dont certaines ébauchent un pédoncule,

  • un stock développé de grattoirs (entre 16 et 30 %), plus souvent installés sur éclats que sur lames,

  • la présence de pièces microlithiques rares, comme des segments de cercle,

  • la relativement faible représentation de l’outillage en roches polies où figurent des lames et des ciseaux souvent de petite taille, fabriqués dans des roches vertes de nature éruptive dont certaines d’origine alpine. Dans le domaine de la céramique, tant en matière de technologie que de morphologie, de décoration que de modes de préhension et de suspension, les caractères méridionaux sont également très nets. Ils se reconnaissent dans :

  • la grande qualité technique d’une bonne partie des vases, très bien montés (par plaques ou par moulage), parfaitement finis (au point que leur mode de construction est très rarement visible), aux surfaces lissées, voire lustrées, toujours bien cuits, et aux couleurs sombres prédominantes,

  • le taux relativement important des vases aux formes anguleuses, vases à paroi distincte, verticale, rentrante ou sortante, dégagée par une carène ou un ressaut, et qui font montre d’une grande variété de tailles (et partant de fonctions),

  • la fréquence des coupes en calotte sphérique (en principe dépourvues de sillon interne), mais dont certaines présentent un épaississement du rebord, esquissant un méplat comme l’aile des « assiettes »,

  • la présence notable de vases à col plus ou moins dégagé, à panse ovoïde ou sphéroïdale (5 à 7 %),

  • l’existence d’instruments à puiser (louches à poignée plate et cuillères à poignée ronde),

  • la préférence donnée aux coupes à socle cylindrique (6 à 8 %), mais aussi cubique (2 %) ainsi qu’aux écuelles à rebord plat (3 à 9 %), pour recevoir le plus souvent une décoration généralement faite de motifs géométriques incisés et gravés, d’ordinaire remplis de hachures simples ou croisées,

  • la diversité des éléments de préhension et de suspension, qui sont des boutons ronds, olivaires ou prismatiques, à perforation basale mordant souvent la paroi, des anses tunelliformes, des barrettes, baguettes et plaquettes multiforées, des rubans multiforés ou multitubulés, des poignées plates.

52Sur tous ces critères et en dépit d’un certain nombre de différences obligées, le Chasséen de Chassey peut être considéré somme toute comme le pendant bourguignon du Chasséen méridional caractérisé, pour ne pas dire le point septentrional le plus avancé dans son aire d’expansion dans l’axe rhodanien.

53Ce Chasséen, longtemps monolithique, est divisé aujourd’hui de manière consensuelle, sur des repères typologiques et sur des données stratigraphiques, en Chasséen ancien, Chasséen moyen auquel est réservé désormais le qualificatif de classique, Chasséen récent et quelquefois Chasséen final (Vaquer, 1982, 1991a, 1991b, 1998 ; Clottes, Giraud, 1991 ; Montjardin, Roger, 1991 ; Guilaine et alii, 1991 ; etc.). Ce Chasséen à trois ou quatre volets, dont la durée d’existence atteint presque le millénaire dans le Midi de la France, fait suite à un horizon antérieur au Chasséen proprement dit dans lequel il trouve une partie de ses fondements, bien identifié en Provence, moins connu en Languedoc, à l’exception cependant du groupe de Montbolo en Roussillon et Catalogne (Guilaine et alii, 1974b ; Treinen-Claustre, 1986, 1991).

54Du point de vue chronologique et culturel, nous considérons que c’est avec le Chasséen ancien méridional, tel qu’il est défini actuellement, que le Chasséen de Chassey a les attaches les plus directes ; ce rapprochement a été quelquefois souligné (Vaquer, 1991 a, p. 33 ; 1991 b, p. 181 ; Beeching et alii, 1997, p. 585). Nous estimons en effet que c’est à une phase précoce de son évolution dans l’aire méridionale, mais alors qu’il est déjà fondamentalement constitué, que le Chasséen qui arrivera en Bourgogne amorce un déplacement vers le nord par le couloir rhodanien (Thevenot, Pétrequin, 1984, fig. 1). Il est difficile de situer avec précision le phénomène dans le temps, car les chronologies en cours varient sur ce point, le début du Chasséen ancien étant placé vers 4400 av. J.-C. dans le Midi (Vaquer, 1998, p. 427) et plus de deux siècles plus tôt dans le bassin rhodanien (Beeching, 2000, p. 469-470). Les dernières évaluations seraient plus en adéquation avec la chronologie qui prévaut dans l’est de la France (Jeunesse et alii, 1998, p. 520). Dans cette vision, l’expansion du Chasséen vers le nord pourrait être situé aux environs de 4500 avant notre ère. Quant au décalage qu’il doit y avoir entre le Midi de la France et la Bourgogne, nous ne saurions en évaluer l’ampleur, qu’il s’agisse de quelques décennies ou d’un siècle.

55Les éléments essentiels du Chasséen ancien méridional provençal et languedocien sont de manière effective présents à Chassey. Le Chasséen ancien de Provence est connu en stratigraphie dans la grotte supérieure de l’Église à Baudinard-sur-Verdon, niveaux 7, 8A et 8B (Courtin, Pélouard, 1971 ; Binder, 1991a, p. 151 ; gassin, 1996), dans la baume Fontbrégoua à Salernes, niveaux 27 et 28 (Courtin, 1976a, 1984, 1988 ; Binder, 1991a, p. 151 ; Luzi, Courtin, 2001), la station 2 de Miouvin à Istres (Camps-Fabrer, D’Anna, 1983). D’une manière générale, il possède, en matière céramique, des récipients aux formes segmentées, des vases pansus à col, des coupes en calotte sphérique sans décor, des écuelles à rebord plat décoré de motifs géométriques rayés-quadrillés, des boutons simples et tunnelliformes, des anses en ruban, des cordons multiforés et multitubulés, des poignées plates, auxquels sont associés des éléments morphologiques et décoratifs issus de la culture italienne des « Vases à bouche carrée ». Il présente dans le lithique, un outillage sur lames souvent en silex blonds qui comporte des perçoirs fins, des burins variés et des armatures soit tranchantes, triangulaires et trapézoïdales, soit perçantes, foliacées et losangiques (Vaquer, 1975, p. 29 ; 1998, p. 436 ; Gassin, 1996, p. 99 sq.) ; cet outillage conserve des éléments du substrat ante Chasséen qu’illustrent par exemple les armatures géométriques à retouches semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre, du type de Jean Cros, déjà présentes dans le Cardial (Guilaine et alii, 1979, p. 125 ; Escalon de Fonton, Guilaine, 1979 ; Vaquer, 1998, pl. 3).

56Le Chasséen ancien du Languedoc, connu par le site de Jacques Cœur II à Montpellier dans l’Hérault (Jallot et alii, 2000), l’abri de Font-Juvénal à Conques-sur-Orbiel, couche C10 inférieure (Guilaine et alii, 1974a, 1976a, 1976b, 1991 ; Barthès, 1988) et le site de plein air des Plots à Berriac dans l’Aude (Vaquer, 1991b), les gisements de Villeneuve-Tolosane, D4-7 (François, Vaquer, 2000) et des Monges à Launaguet en Haute-Garonne (François, Vaquer, 2000, p. 325-326 ; Servelle, 1980), rassemble les mêmes éléments céramiques de base : écuelles carénées (rares aux Plots à Berriac), coupes en calotte sphérique simples non décorées, vases globuleux à col, écuelles à rebord plat et coupes à socle cylindrique décorées de motifs rayés-quadrillés, louches à poignée plate, boutons prismatiques, cordons et rubans multiforés et multitubulés, anses en ruban, et le même outillage lithique fait de lames, tirées de roches locales, mais aussi de silex blonds, tronquées ou appointies, ou transformées en armatures tranchantes, ainsi que d’armatures perçantes et de burins (Vaquer, 1991a, p. 30-33 ; 1998, p. 436).

57C’est ce répertoire des productions du Chasséen ancien méridional qui, de manière globale, nous paraît constituer le « stock industriel » fondamental du site éponyme. Préciser cependant quel pourrait être le lieu d’origine du Chasséen de Chassey reste un problème. Le Chasséen ancien du Midi (comme d’ailleurs le Pré-Chasséen) ne se présente pas en effet de manière homogène sur l’aire géographique qu’il occupe. Il revêt des styles, des types ou des faciès différents qui peuvent au demeurant avoir une signification chronologique. Ainsi, en Provence, où ils sont en cours de définition (Luzi, Courtin, 2001, p. 479), le répertoire des formes et des décors céramiques du Chasséen ancien de la Villa Giribaldi à Nice par exemple dans lequel des écuelles à rebord plat et des coupes à socle à décor rayé-quadrillé accompagnent des vases à décor excisé et impressionné dans le style nord-italien des « Vases à bouche carrée » (Binder, 1991a), proche de ceux de la grotte de l’Église supérieure et de la baume Fontbrégoua, paraît caractériser un ensemble spécifique. En Languedoc, où les assemblages céramiques autorisent une sériation chronologique, une première étape du Chasséen ancien semble marquée par la rareté des vases carénés et une seconde par la présence plus affirmée de vases de ce type (Vaquer, 1990). En témoigne le Chasséen ancien des Plots à Berriac dans l’Aude qui possède de très nombreux vases globuleux à bord épaissi et munis d’anses en ruban, des « assiettes » à aile décorée, des coupes à socle, des anses multiforées, mais reste pauvre en formes carénées (Vaquer, 1990, p. 178 ; 1991a, p. 30). À l’inverse, dans les niveaux de base de la grotte de La Madeleine à Villeneuve-lès-Maguelonne (Arnal, 1956, 1960) et à Jacques Cœur II à Montpellier dans l’Hérault (Jallot et alii, 2000), le Chasséen ancien, est fourni en vases à carène. La situation est comparable dans la vallée de la Garonne, à Villeneuve-Tolosane D4-7, aux Monges à Launaguet et à Saint-Michel-du-Touch à Toulouse, où le Chasséen ancien qui utilise des écuelles carénées, des écuelles à rebord plat et des coupes à socle décorées, des anses multiforées, mais qui ne dispose pas de coupe en calotte à décor interne de sillons, revêt aussi un caractère particulier (Vaquer, 1990 ; François, Vaquer, 2000). Dans cette mosaïque culturelle, le Chasséen de Chassey présente des liens de parenté évidents avec le Chasséen ancien provençal, mais il est possible de lui trouver aussi un certain nombre d’affinités avec le Chasséen ancien des sites garonnais. En fait, la complexité et l’intrication des éléments qui composent le Chasséen ancien du Midi ne permet pas encore de définir dans quels secteurs déterminés le Chasséen de Bourgogne trouve ses attaches, ni dans quelles conditions il s’en est séparé.

58Suivant les régions, le Chasséen ancien évoluera d’ailleurs selon des schémas différents comme l’a bien montré J. Vaquer (Vaquer, 1998). Le Chasséen de Chassey ne fait pas exception, qu’il ait abandonné des éléments ou qu’il en ait acquis d’autres. Les coupes en calotte à décor interne de sillons, voire à décor de motifs géométriques gravés, que le Chasséen moyen ou classique méridional multipliera (Vaquer, 1975, fig. 23 ; 1991a, p. 33-35 ; 1998, p. 433, 437 ; Montjardin, Roger, 1991 ; Boutin, Costantini, 1993), existent dans la vallée moyenne du Rhône, mais, en dehors des deux fragments de coupes à sillon de Chassey et du Moulin de Droux à Saint-Rémy qui font vraiment l’exception (fig. 19, n° 16 ; fig. 161, n° 17), ne semblent pas être de mode dans le bassin de la Saône. En revanche, le Chasséen de Bourgogne s’enrichit en particulier en coupes à socle, surtout quadrangulaire, à décor rayé-quadrillé que le Chasséen moyen ou classique de Provence et du Languedoc oriental ne développe pas, alors que cette forme est adoptée aux marches de l’épicentre chasséen, en Languedoc occidental et en moyenne vallée du Rhône. À la différence encore de ce que l’on observe dans le Chasséen ancien du Midi (Villa Giribaldi à Nice, Église supérieure couches 7 et 8 à Baudinard-sur-Verdon, Les Plots à Berriac), les « assiettes » de Chassey ont des rebords dans l’ensemble plus étroits. Dans le même ordre d’idée, le Chasséen de Chassey, comme ses homologues vellave (Daugas et alii, 1982) et forézien (Combier, 1977, p. 644-645), mais de façon en fait plus discrète, retient le disque de terre cuite, alors que le Chasséen méridional n’en fait pas usage.

59Dès qu’il s’engage dans le couloir rhodanien, le Chasséen suit une voie propre d’évolution. Il conserve certes les caractères fondamentaux méditerranéens, mais commence à subir sans doute très tôt ses premières modifications.

L’apport rhodanien

60Il y a lieu en effet de supposer que les premiers changements, quelle qu’en soit l’ampleur, se sont probablement opérés tout d’abord en moyenne vallée du Rhône au contact du groupe humain déjà installé, phénomène somme toute naturel auquel il a déjà été fait allusion (Vaquer, 1998, p. 436).

61L’existence dans le Midi de la France, d’un horizon s’intercalant entre le Cardial final ou l’Épi-Cardial et le Chasséen ancien proprement dit de la chronologie en cours, est confirmée par plusieurs séquences stratigraphiques, même s’il reste encore largement à définir. Cet horizon est qualifié de Préou de Proto-Chasséen (Guilaine, 1997, p. 638 ; François, Vaquer, 2000), de Chasséen ancien, très ancien ou archaïque (Montjardin, 1970 ; Rodriguez, 1971, p. 22 ; Courtin, 1976b, p. 259 ; Thevenot, Pétrequin, 1984 ; Guilaine et alii, 1991, p. 163, 168 ; Voruz, 1991a, p. 7 ; Nicod, 1995 ; François, Vaquer, 2000) ou encore de post-Cardial (vaquer, 1998, p. 420), à défaut d’une dénomination précise adaptée aux aires géographiques concernées et, partant, aux groupes correspondant impliqués. C. Luzi et J. Courtin se sont arrêtés au terme de Pré-Chasséen pour désigner les industries des couches 30 à 37-38 de la baume Fontbrégoua à Salernes dans le Var qui en caractérisent, probablement en partie, le faciès provençal (Luzi, Courtin, 2001).

62En Provence, cet horizon Pré-Chasséen est identifié dans les gisements déjà cités de la baume Fontbrégoua, niveaux 30 à 38, où il est marqué d’influences italiennes (Courtin, 1976a, 1984, 1986, 1988 ; Escalon de Fonton, 1980 ; Lasserre-Martinelli, 1979 ; Échallier, Courtin, 1994 ; Luzi, Courtin, 2001), dans l’abri de la Font des Pigeons à Châteauneuf-les-Martigues, niveaux 2 à 6 (Courtin et alii, 1985). En Languedoc, il est connu dans la grotte de Camprafaud à Ferrières-Poussarou, niveau C ou couches 15 et 14 (Rodriguez, 1971, p. 22 ; 1984, p. 71-85), dans le site de Font-Juvénal, couche 11 (Guilaine et alii, 1974a, p. 278 ; 1991, p. 168), dans la grotte Gazel à Sallèles-Cabardès, partie supérieure de la couche 2 (Guilaine, 1970b ; Sacchi, Guilaine, 1976), dans la grotte I de Sargel à Saint-Rome-de-Cernon dans l’Aveyron, niveaux XI-XII et XIII-XIV (Maury, 1967 ; Costantini, 1970, 1984).

63Les caractéristiques essentielles sont une vaisselle lisse aux formes simples (hémisphériques, ovoïdes, cylindriques) comportant quelques vases pansus à col individualisé, quelques vases carénés, des éléments de préhension et de suspension constitués de mamelons perforés et surtout d’anses en ruban ; l’industrie lithique (qui utilise le silex blond à Sargel) compte des armatures tranchantes et foliacées (notamment à Fontbrégoua).

64Dans le Bassin rhodanien, il est avéré aujourd’hui qu’existe aussi un complexe précédant le Chasséen, reconnu initialement par A. Beeching comme Chasséen ancien (Beeching, 1986, p. 262 ; Beeching et alii, 1995, p. 101-102), puis identifié par le même auteur, à partir des productions céramiques, comme un ensemble original, désigné en terme d’attente, d’après les caractéristiques de la poterie, « style de Saint-Uze » (Beeching et alii, 1997). La position chronologique de cette entité stylistique, considérée depuis comme une représentation culturelle, est fournie dans la vallée du Rhône par la stratigraphie du site du Moulin au Barret-de-Lioure où un niveau Saint-Uze (niveau 5) surmonte un niveau Épi-Cardial (Pahin, 1986), et dans le Bugey par celle de la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey où deux ensembles attribués au Saint-Uze (niveaux 53 à 51 et 50 à 48) s’intercalent entre un Néolithique ancien dit rhodanien et un Chasséen ancien (Bois-Gérets et alii, 1991 ; Nicod, 1995). Le Saint-Uze est situé entre 4900 et 4300 avant notre ère (Beeching, 2000, p. 470).

65La céramique de style ou de type Saint-Uze telle que les sites du Plateau Raverre à Saint-Uze, de Sainte-Luce à Vercoiran (Beeching et alii, 1988), du Moulin au Barret-de-Lioure ou de Chanqueyras à Die dans la Drôme, le site des Estournelles à Simandres dans le Rhône, fosse A1 (Thiériot et alii, 2000), la grotte du Gardon à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain (Nicod, 1995), permettent d’en fixer les premiers caractères, est une céramique lisse, dans l’ensemble de technologie assez peu élaborée si on la compare à celle du Chasséen. Elle comporte des vases aux formes simples, hautes et non segmentées, souvent cylindriques ou ovoïdes, et des coupes en calotte sphérique. Elle utilise très communément des anses en ruban dont certaines creusées d’une gorge ou ensellées et des anses en boudin, de même que des boutons qui sont placés sous le rebord ou font saillie sur la lèvre ou flanquent des anses (Beeching et alii, 1997, p. 578, 586). Le lithique, encore peu connu, semble toutefois avoir une certaine spécificité (Perrin, 2002 ; Saintot, Riche, 2002) ; les armatures pourraient même, suivant leurs types, caractériser une phase ancienne et une phase récente (Perrin, 1996, p. 132 ; 2001, p. 352).

66A. Beeching a fait les premiers rapprochements de cette entité « Saint-Uze » avec les ensembles « ante Chasséen » à céramiques lisses de Provence et du Languedoc mentionnés ci-dessus, sur la base de quelques traits communs comme les formes simples hautes, la technologie archaïque, les anses en ruban nombreuses (Beeching et alii, 1997, p. 586). Les fondements culturels de ces ensembles, se référant en grande partie au Cardial, sont encore à conforter d’autant qu’ils ont sans doute, suivant les régions concernées, des caractères propres. Cette phase qui précède le Chasséen correspond à un important moment d’expansion des influences méridionales par le couloir rhodanien, vers le Jura et la Suisse, dont nous avons déjà rappelé le phénomène (Thevenot, Pétrequin, 1984, p. 152) ; elles ont aussi très probablement atteint les hautes vallées de la Loire et de l’Allier (Daugas et alii, 1982, p. 91), mais nous n’avons pas d’élément pour dire si elles ont pu parvenir comme telles, à ce moment-là, jusqu’à la Bourgogne.

67C’est pourquoi nous sommes porté à considérer que certains éléments présents à Chassey correspondent à des emprunts faits au Saint-Uze. Les formes hautes cylindriques ou ovoïdes du Saint-Uze, souvent dotées d’anses en ruban, alternant parfois avec des boutons, ou encore de boutons distribués sur le rebord, se retrouvent à Chassey dans les niveaux 9 et 8 (fig. 71, n° 6, fig. 72, n° 3) et dans la collection Loydreau au musée Rolin à Autun (Thevenot, 1969, pl. 13, n° 1 ; Gallay, 1977, pl. 6). La technologie archaïque que retient A. Beeching pour la céramique Saint-Uze caractérise précisément à Chassey ces vases profonds à tendance subcylindrique ou ovoïde qui sont presque toujours d’élaboration un peu moins soignée que celle des vases carénés ou des formes classiquement chasséennes souvent dotées d’un poli brillant, leur surface étant en général simplement lissée, comme l’a signalé C. Colas (Colas, 2000, p. 234). Ces vases de style Saint-Uze peuvent être rapprochés du Proto-Cortaillod du Jura tel qu’il se présente à la grotte des Planches-près-Arbois (Pétrequin et alii, 1985, fig. 17) et de Suisse tel qu’il apparaît dans l’abri sous roche du Vallon-des-Vaux à Chavannes-le-Chêne (Sitterding, 1972, pl. 33, 37). On les retrouve, comme à Chassey, dans le Chasséen ancien de la grotte du Gardon (Nicod, 1995, fig. 12).

68En dehors de ces formes hautes bien identifiables, on peut supposer que le Chasséen a pu emprunter au Saint-Uze des éléments qui, dans le corpus éponyme, témoignent d’un héritage du Cardial. Ce nous semble pouvoir être le cas de l’anse en ruban flanquée d’un ou de deux petits boutons. C’est un modèle très méridional connu à Gazel, dès la phase III, dans l’Épi-Cardial (Guilaine, 1997, p. 637), identifié aussi dans le Cardial du groupe Cèze-Ardèche, par exemple dans le Gard à la grotte de l’Aigle à Méjannes-le-Clap, et en Ardèche, à l’aven de Baume Ronze à Orgnac, à la Baume des Roches à Saint-Remèze et à Combe Obscure à Lagorce (Beeching, 1987, tabl. 1 ; Beeching et alii, 1995, fig. 1, n° 10) ; il figure aussi beaucoup plus au nord, à Granges, en contexte antérieur au Chasséen comme nous le verrons dans le chapitre suivant. L’anse à bouton est présente dans l’ensemble supérieur de la grotte des Planches en milieu Proto-Cortaillod (Pétrequin et alii, 1985, fig. 13, n° 1). Elle se trouve au Gardon dans le Chasséen ancien, couches 50 à 48 (Nicod, 1995, fig. 12). Elle existe en Bourgogne orientale, en contexte chasséen, dans le site de la Condemine au Villars près de Tournus (Duriaud, 2000, fig. 6, n° 3) et dans le niveau 9 de la Redoute à Chassey (fig. 39, n° 3).

69L’anse à boutons connaît un large développement vers le nord. Elle est répertoriée dans l’Augy-Sainte-Pallaye à la Bajoulière à Saint-Rémy-la-Varenne dans le Maine-et-Loire (Gruet, 1986, pl. 2, n° 19) ainsi que dans le Cerny, par exemple aux Réaudins à Balloy en Seine-et-Marne (bourdeau, 1997, fig. 4), à Fougerolles à Villermain dans le Loir-et-Cher (Villes, 1984, fig. 6, n° 3), aux Roches à Videlles et à la Cancherie à Buno-Bonnevaux dans l’Essonne (Louboutin, Simonin, 1997, fig. 2 et 5). Elle est identifiée aussi en milieu Chambon au Parc du Château à Auneau en Eure-et-Loir (Dubois, Verjux, 1991a, fig. 26 ; Irribaria, 1997, p. 233 et fig. 11, n° 3). À défaut de pouvoir reconnaître vraiment les étapes et les modalités de son cheminement, on peut au moins émettre l’hypothèse que le modèle de l’anse accotée d’un ou de deux boutons du Chasséen de Bourgogne, du Cerny et du Chambon est héritée du Néolithique ancien méridional.

70Les anses en ruban, quelquefois ensellées ou à gorge, se prêtent à la même interprétation. Elles sont prédominantes dans les niveaux 9 et 8 de Chassey où elles représentent 30 à 40 % des modes de préhension et suspension. Le Chasséen ancien du Languedoc occidental a un pourcentage d’anses en ruban très élevé puisqu’il peut dépasser 50 %, comme dans le site des Plots à Berriac, s’inscrivant en cela dans la tradition des groupes plus anciens tel que le Montbolo éponyme (vaquer, 1991a, p. 30). Ces anses sont courantes dans le Cerny, par exemple aux Réaudins (bourdeau, 1997, fig. 4), et dans le Chambon, par exemple aux Sables de Mareuil à Ligueil (Prudhomme, villes, 1989, fig. 7, 8, 11), où elles sont généralement considérées comme un héritage du Villeneuve-Saint-Germain final (Irribaria, 1997, p. 233). Mais les anses en ruban ensellé, de même que les anses à boutons, existent dès l’Épi-Cardial à Gazel, phase III ; elles se développent notablement dans ce gisement au cours de la phase suivante, ainsi que dans les niveaux du Pré-Chasséen de Fontbrégoua et de Camprafaud (Guilaine, 1997, p. 637) et dans le Saint-Uze (Beeching et alii, 1997). Ces anses qui équipent, au nord, des formes différentes de celles du Chasséen, peuvent être issues elles aussi du Néolithique ancien méridional.

71L’assimilation par le Chasséen ancien d’éléments Saint-Uze, même ténus et difficiles à isoler, peut s’expliquer naturellement par les contacts que ces deux complexes ont connus et sur lesquels A. Beeching a insisté (Beeching et alii, 1997). La présence de quelques éléments chasséens typés dans les ensembles Saint-Uze (un ruban multitubulé et une « assiette » à rebord décoré dans le site éponyme, un décor incisé dans celui du Barret-de-Lioure) tend à le confirmer. Les deux dates 14C du site d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois viennent corroborer la contemporanéité au moins partielle du Chasséen ancien avec le Saint-Uze (Beeching et alii, 1997, p. 583, fig. 8). Cette remarque a été faite également sur le mobilier du site du Seuil des Chèvres à La Balme, en Savoie (Nicod et alii, 2000, p. 64).

72Dans l’état actuel de la recherche, la question de la nature des emprunts que le Chasséen ancien a pu faire au complexe Saint-Uze et les conditions dans lesquelles ils se sont effectués, restent évidemment à approfondir ; les vases à bouche carrée apparaissent pourtant comme partie prenante dans le processus ce que montre nettement le mobilier du site des Estournelles à Simandres (Thiériot et alii, 2000).

L’incidence de la culture des « Vasi a Bocca Quadrata

73Le niveau 10 de Chassey comporte, dans un milieu qui est chasséen de type méridional, un fragment d’un vase à ouverture quadrangulaire, à pâte grise très dure dégraissée au granité concassé, dont la paroi porte une languette biforée de chaque côté de laquelle partent deux lignes d’impressions rondes disposées en feston (fig. 19, n° 19). Cette forme et ce type de décor étaient inconnus dans le répertoire morphologique et décoratif du Chasséen de Bourgogne. Si la forme oriente naturellement vers la culture italienne des Vases à bouche carrée (ou « V.B.Q. »), le décor évoque une thématique Cerny dont on sait qu’elle fait une large place à la technique de l’impression et au motif en guirlande.

74Les sites qui ont donné des vases à embouchure quadrangulaire se distribuent sur une grande partie de la France et concernent des complexes culturels différents (Bazzanella, 1997, fig. 2). Les ensembles industriels cohérents ou bien situés en stratigraphie qui en contiennent sont encore peu nombreux et les cadres chronologiques dans lesquels on les place ne sont pas toujours assurés. Le rattachement des vases à ouverture quadrangulaire du Sud de la France à la culture des Vases à bouche carrée a été pressentie ou reconnue depuis longtemps (Courtin, 1974, p. 101), d’autant que d’autres éléments, comme les rebords à languette dépassante, viennent le confirmer (Vaquer, 1975, p. 323). Il se peut d’ailleurs que l’obsidienne ainsi que des roches vertes liguriennes ou alpines aient accompagné ces productions italiennes (Courtin, 1976b, p. 259 ; Vaquer, 1986, p. 241). Dans le Midi de la France, en Provence, des vases à embouchure carrée ont été trouvés en contexte précédant le Chasséen à l’abri Pendimoun à Castellar (Binder et alii, 1993), en contexte Pré-Chasséen ou Chasséen ancien dans le site de Giribaldi à Nice (Binder, 1991a, p. 155), en contexte du Chasséen ancien dans la grotte de l’Église supérieure à Baudinard-sur-Verdon (Courtin, 1974).

75Si l’on s’accorde aujourd’hui à considérer les exemplaires trouvés en France comme les témoins d’une influence venant bien de la culture des Vases à bouche carrée (Bazzanella, 1997 ; Irribaria, 1997 ; Beeching, 2000), leur situation chronologique, comme nous le notions ci-dessus, et les conditions dans lesquelles les milieux culturels les ont adoptés, sont encore peu nettes. À l’heure actuelle le schéma d’évolution de la culture originale des Vases à bouche carrée est divisé en trois stades caractérisés par le style décoratif des céramiques (Bagolini, Pedrotti, 1998). Il semble que l’influence de cette culture sur l’horizon précédant le Chasséen, ou la période de relations entre ces deux entités, corresponde principalement au stade initial de la culture italienne, caractérisé par des vases au décor de style géométrico-linéaire (Bazzanella, 1997 ; Beeching, 2000, p. 469 ; Thiériot et alii, 2000, p. 423). A. Beeching place même en parallèle, pour le domaine rhodanien, sur des données qui demandent toutefois à être confirmées, mais que nous aurions tendance à faire nôtres, « V.B.Q.I » et Saint-Uze, « V.B. Q. II » et Chasséen ancien, « V.B. Q. III » et Chasséen récent (Beeching, 2000, p. 469).

76Dans la vallée du Rhône et sur ses marges, plusieurs vases à embouchure quadrangulaire ou déformée sont aujourd’hui connus (Beeching, 2000). La plupart sont privés de contexte comme le vase original de la grotte de Louoï à Vallon-Pont-d’Arc issu probablement d’un milieu chasséen (Vaquer, 1975), ou en relation avec des ensembles trop pauvres, comme ceux du site du Serre à Roynac, dans la Drôme, ou du Pas de la Charmatte à Châtelus, en Isère (Bintz, 1995 ; Beeching, 2000, fig. 14, n° 3). En revanche, des vases à embouchure carrée ont été recueillis en contexte de type Saint-Uze dans le site de Tresclar à Ballons (ibid., 2000, fig. 13, nos 5-6) et dans la grotte d’Antonnaire à Montmaur-en-Diois, dans la Drôme (ibid., 2000, fig. 13, nos 1-4), dans le site des Estournelles à Simandres, dans le Rhône (Thiériot et alii, 2000, fig. 9), ainsi que dans la grotte du Gardon, couches 51 à 53 (Nicod et alii, 1996, p. 93). Même si on ne peut encore évaluer concrètement toutes les données du problème, notamment garantir que tous ces vases se situent à un même stade d’évolution, on peut au moins assurer que la culture des Vases à bouche carrée a exercé une influence, encore supposée indirecte, sur les groupes de la vallée du Rhône à une phase précédant immédiatement le Chasséen, que celle-ci corresponde à du Saint-Uze ancien (ce que nous serions tenté de penser) ou à du Saint-Uze récent.

77Le vase à embouchure carrée du niveau 10 de Chassey constitue un jalon en direction du Bassin parisien où des vases de ce type ont été trouvés en contexte Cerny de type Barbuise dans le monument 5 de Richebourg à Passy (Duhamel et alii, 1997, fig. 8), dans l’enceinte F des Réaudins à Balloy (Mordant, 1997, fig. 12 ; bourdeau, 1997, fig. 9), dans le site de Bercy à Paris (Dubouloz, Lanchon, 1997, fig. 5) et en contexte moins affirmé, à la Pièce de l’Étang à Escolives-Sainte-Camille (Duhamel, 1999). La présence du vase à embouchure carrée dans le Chasséen de Chassey et dans le Cerny-Barbuise de Passy, apporte un argument en faveur de l’existence de contacts et de relations entre le Chasséen de la Saône et le Cerny de l’Yonne, voire le Cerny de Côte-d’Or si l’installation de ce groupe dans le nord du bassin de la Saône s’avérait effective.

78La distribution des vases à embouchure carrée à partir de l’Italie du Nord au-delà des Alpes paraît s’être faite au sein des groupes culturels extérieurs tantôt suivant un processus d’importations directes par ces groupes, notamment à travers le massif alpin comme semblent en témoigner les exemplaires valaisans de Sur le Grand Pré à Saint-Léonard (Sauter et alii, 1971) et de Sous-le-Scex à Sion (Baudais et alii, 1990), tantôt suivant un processus d’emprunts stylistiques par les groupes des zones plus éloignées, comme ce semblerait être le cas le plus général sur le versant français des Alpes. On peut être amené à en conclure que les vases à embouchure carrée ont accompagné le mouvement précédant le Chasséen, puis le Chasséen ancien au fur et à mesure de sa progression, suivant un schéma d’influences par contacts successifs, du sud vers le nord, en suivant les voies classiques empruntées par cette culture (Thevenot, Pétrequin, 1984), à savoir : – la vallée du Rhône vers le Jura et la Bourgogne en direction du Bassin parisien, – les vallées de l’Allier et de la Loire en direction du bassin de la Loire moyenne, le centre du Bassin parisien et le sud de la Bretagne (Irribaria, 1997, p. 236), – la plaine du Languedoc en direction de l’ouest du Massif central.

79La voie auvergnate par exemple est bien matérialisée, confirmation de l’importance des vallées de la Loire et de l’Allier dans le phénomène de diffusion du Néolithique ancien et moyen (Philibert, 1984b). Les sites régionaux qui ont livré des vases à embouchure carrée ou ovalisée, rue de l’Oradoux (Daugas, 1986, fig. 3) et Poncharaud à Clermont-Ferrand en Limagne (Loison et alii, 1991, fig. 5, n° 17), le Châtelard de Lijay à Débats-Rivière-d’Orpra dans le Forez (Georges, Béfort, 2003), font le relais avec les sites de la vallée de la Loire, Contres, Muides-sur-Loire, mais aussi Néons-sur-Creuse, Chambon, Ligueil, (Prudhomme, villes, 1989 ; Irribaria, 1996, fig. 1 ; Hamon et alii, 1997, fig. 11 ; G.E.N.A.C.O., 1998, fig. 4). Là, les vases à embouchure déformée sont en milieu du type de Chambon, contemporain du Cerny (Villes, 1987, p. 712 ; Hamon et alii, 1997) ; à partir de là ils atteindront le sud de la Bretagne (Irribaria, 1997, p. 236).

80La présence des vases à embouchure carrée dans des ensembles provençaux ou rhodaniens rapportés à l’horizon précédant le Chasséen ou au Chasséen ancien, accrédite encore l’arrivée du Chasséen dans la vallée de la Saône à une phase initiale de son développement. L’idée des vases à ouverture carrée, assimilée très tôt, n’aurait-elle pas inspiré la forme des coupes à socle cubique ?

81Le Chasséen de Chassey est l’héritier du Chasséen du couloir rhodanien (Thevenot, 1969), mais il connaît dans le bassin de la Saône d’autres modifications qui complèteront son patrimoine et lui donneront sa personnalité bourguignonne.

La composante Rössen

82Nous avons souligné la présence d’éléments de style Rössen dans les collections anciennes de Chassey (Thevenot, 1969, p. 47). Dans les ensembles céramiques des niveaux 10, 9 et 8 de la Redoute, le document Rössen le plus complet est un vase du niveau 9 à décor de lignes pendantes poinçonnées distribuées en rideau sous une ligne de pastilles au repoussé qui ceint la base du col (fig. 48, n° 14). Ce vase a une pâte originale contenant de la calcite, à la différence des pâtes chasséennes dont le dégraissant est généralement à dominante granitique (Colas, 2000, p. 226). Son décor simplifié ou « décor réduit » selon C. Jeunesse, se réfère précisément au Rössen III et se range dans le groupe de Bischheim occidental (Jeunesse, 1998a), équivalent du groupe de Menneville sensu lato (Bailloud, 1982 ; Dubouloz, 1998, p. 16). Ce vase renvoie concrètement vers le Bassin parisien et non vers la vallée du Rhin. Forme et décor sont connus par exemple à la Croix Maigret à Berry-au-Bac (Dubouloz, 1992, fig. 1).

83Le microfragment du niveau 10 (fig. 19, n° 18), le fragment à décor de triangles alignés remplis de lignes poinçonnées et celui à décor de chevrons du niveau 9 (fig. 48, n° 16), tout comme les petits tessons décorés de lignes et de quadrillages appartenant au niveau 8 (fig. 75, nos 1 à 7), se réfèrent également au Rôssen III ; des comparaisons peuvent être établies par exemple avec des tessons de la Rue de la Forêt à Wittenheim dans le Haut-Rhin (Lefranc, Jeunesse, 1998, fig. 3, n° 3).

84Cette présence bien affirmée du Rössen dans les niveaux 10, 9 et 8 de la Redoute est concrétisée en outre à Chassey par une série de tessons décorés trouvés lors des fouilles anciennes, conservés pour l’essentiel dans la collection Loydreau au Musée Rolin à Autun, et qui méritent l’attention (fig. 139).

85Deux fragments de vases à rebord éversé dont la base est marquée dans un cas d’une ligne de boutons au repoussé (fig. 139, n° 1) et dans l’autre d’une ligne de coups de poinçon plat traîné (n° 3), se rapportent au Bischheim occidental. Ils sont bien « parisiens », car le premier tesson a des équivalents au Mont d’Huette à Jonquières (Blanchet, Burnez, 1984, fig. 11, 12, 14) ainsi qu’à la Croix Maigret (Dubouloz et alii, 1982, fig. 3) et le second tesson a des homologues dans le gisement 2 des Carpes à Champlay (Duhamel, Prestreau, 1997, fig. 14) ainsi qu’à nouveau à la Croix Maigret (Bailloud, 1982, fig. 7, n° 15). Un vase à col court et à panse sphérique dont la partie supérieure est soulignée de lignes de coups de poinçon s’intégre aussi dans la sphère du Bischheim occidental (n° 4).

86Un fragment issu d’un vase à panse sphérique (fig. 139, n° 5) est orné de lignes de triangles pendants qui se retrouve à Berry-au-Bac (Dubouloz, 1992, fig. 1, B ; Bailloud, 1982, fig. 7, n° 19) et à Jonquières (Blanchet, 1984, fig. 12). Un autre tesson s’en rapproche (fig. 139, n° 2). Deux anses en mamelons très plats à perforation mordant la paroi sont recouvertes de bandes poinçonnées organisées en chevrons imbriqués (nos 8 et 9) qui témoignent très nettement d’une adaptation du style Rössen à l’esprit chasséen. Un vase à panse sphérique de la collection Loydreau doté d’anses tunelliformes verticales de style tout à fait méridional et d’un panneau décoratif fait de lignes de triangles pendants traités au poinçonné-sillonné répondant à une mode septentrionale, illustre également cette assimilation ou ce métissage (Thevenot, 1969, pl. 39, n° 4).

87La plupart, sinon la totalité, des fragments précédents peut être attribuée au Rössen III. Un tesson venant d’un vase à panse sphérique doté d’un bouton rond perforé semble en revanche être plus récent (fig. 139, n° 7) ; il porte un décor de lignes, superposées en registre, de triangles pendants remplis de lignes poinçonnées accrochées à une bande faite de quatre et cinq lignes poinçonnées ; ce décor, connu en Haute Alsace, peut se placer en effet à la jonction entre le Rössen III et l’Épi-Rössen de type Bruebach-Oberbergen (jeunesse, 1990a) ; sa forme globuleuse se rattacherait plutôt cependant au domaine du Bassin parisien. Les lignes superposées de triangles traitées au poinçonné-traîné ou sillonné, évoquent le Chasséen en même temps que le Bischheim occidental (Jeunesse, 1998b, p. 39) ; elles existent dans le fossé de Berry-au-Bac, sur les sites de Givry dans le Hainaut (Michel, Tabary-Picavet, 1979) et de Koslar 10, sur le plateau d’Aldenhoven à l’ouest de Cologne (Lüning, 1979, fig. 13). Un bol de forme et de technique chasséennes dont la carène porte une ligne de coups de poinçon obliques à laquelle s’accrochent deux verticales matérialisées par deux points (fig. 139, n° 10), décor qui renvoie à celui d’un bol caréné de Saint-Léonard dans le Valais (Gallay, Gallay, 1966, fig. 1 et 2), renforce l’idée de l’existence à Chassey d’un épisode Épi-Rössen de type Bruebach-Oberbergen.

88Un seul tesson typiquement Bischheim (fig. 139, n° 11) est susceptible d’être rapporté au domaine rhénan en raison de sa pâte et surtout de son décor composé d’une bande spatulée sommée d’un trait large effectué à coups de poinçon obliques qui soutient des triangles remplis de lignes tracées au poinçon traîné, dans le genre dit « décor à triangles hachurés » par C. Jeunesse (Jeunesse, 1994, p. 16). La partie supérieure d’un autre vase à panse globuleuse et col bien dessiné, décoré de triangles et de chevrons imbriqués surmontés d’une ligne de pastilles appliquées (n° 12) évoque des décors du Rössen III et de l’Épi-Rössen de l’Allemagne du Sud-Ouest, mais il est présent aussi en Alsace dans le matériel Bischheim de la fosse 8 du site d’Entzheim (Schmitt, 1974, pl. VI, n° 4).

89Il semble, au total, que la marque Rössen la plus perceptible à Chassey concerne essentiellement le Bischheim occidental et que la ligne de liaison privilégiée s’établisse avec le Bassin parisien, sans qu’il faille pour autant exclure des liens avec l’Alsace. Un vase de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche de style très Bischheim rhénan confirme d’ailleurs l’existence de tels liens (fig. 140). L’aire du Bischheim occidental, centrée pour ce que les données actuelles permettent d’en juger sur la vallée de l’Aisne, peut paraître très éloignée de la côte chalonnaise. En fait de telles relations ne sauraient surprendre dans la mesure où Chassey établit par ailleurs des connexions très lointaines comme le prouve clairement par exemple l’approvisionnement en matériaux siliceux (Affolter, dans ce volume). L’essentiel du Rössen présent à Chassey est certes du Rössen III, mais il y a très probablement, comme nous venons de le voir, des éléments de la transition avec l’Épi-Rössen, au moins du début de la phase Bruebach-Oberbergen, que nous n’avons pas rencontrés dans nos fouilles (Jeunesse, 1990a, 1994). La liaison entre Chasséen et Rössen III reconnue en Bourgogne (Chassey), comme en Picardie (Jonquières), est illustrée en Alsace par le mobilier de la fosse 1 du site d’Entzheim qui réunit une forme carénée chasséenne et deux vases décorés, l’un rhénan et l’autre caractéristique du Bischheim occidental (Schmitt, 1974, pl. I).

Fig. 139.– Camp de Chassey. Décors de style Rössen. 1, ligne de boutons au repoussé ; 2, 5, 7, lignes superposées de triangles, pendants ou dressés, remplis à la pointe penchée ; 3, ligne tracée au poinçon plat penché ; 4, lignes de coups de poinçon bifide ; 6, quadrillage effectué à la pointe penchée ; 8-9, bandes poinçonnées disposées en chevrons imbriqués, sur des mamelons plats perforés ; 10, décor au poinçon bifide sur une carène ; 11, bande tracée au poinçon plat, pincée entre une ligne de coups de pointe penchée et une bande de triangles pendants hachurés à la pointe penchée ; 12, triangles et chevrons imbriqués tracés à cru sous une ligne de pastilles appliquées. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun, sauf n° 10, coll. Perrault, Musée Henri Régnier, Mont-Saint-Vincent).

Fig. 139.– Camp de Chassey. Décors de style Rössen. 1, ligne de boutons au repoussé ; 2, 5, 7, lignes superposées de triangles, pendants ou dressés, remplis à la pointe penchée ; 3, ligne tracée au poinçon plat penché ; 4, lignes de coups de poinçon bifide ; 6, quadrillage effectué à la pointe penchée ; 8-9, bandes poinçonnées disposées en chevrons imbriqués, sur des mamelons plats perforés ; 10, décor au poinçon bifide sur une carène ; 11, bande tracée au poinçon plat, pincée entre une ligne de coups de pointe penchée et une bande de triangles pendants hachurés à la pointe penchée ; 12, triangles et chevrons imbriqués tracés à cru sous une ligne de pastilles appliquées. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun, sauf n° 10, coll. Perrault, Musée Henri Régnier, Mont-Saint-Vincent).

90En dehors des objets surtout céramiques, quelques pièces lithiques, voire des parures, apportent également la preuve d’une influence du Rössen sur le Chasséen de Chassey. Les éléments lithiques qui renvoient à ce groupe sont les armatures perçantes, triangulaires ou ogivales, à base concave ; leur forme, leur technique de façonnage et leur taille importante les séparent des pointes chasséennes. Des armatures triangulaires à base concave de même module sont présentes dans les niveaux Xb et X à céramique Rössen de la Baume de Gonvillars (Pétrequin, 1970a, fig. 17 et 25) et dans le niveau IX de la grotte de la Tuilerie à Gondenans-Montby (Pétrequin, 1972, fig. 18, n° 5).

91En matière de parure, on peut penser que la prédilection pour l’emploi de valves de moules d’eau douce à deux perforations est en rapport avec une pratique courante en Alsace. De tels pendentifs sont connus dans cette région dès le Grossgartach, par exemple dans la nécropole de la Sablière Zimmer à Lingolsheim (Jeunesse, 1997a, fig. 2, n° 3), jusque dans le groupe d’Entzheim, comme dans le site d’habitat de la Rue du Stade à Bischoffsheim (Jeunesse et alii, 2004, fig. 38). Les boudins fusiformes en terre cuite percés en long de Chassey que nous avons dénommées « poids » en les assimilant à des lests de filets, mais qui sont interprétés en Allemagne comme des « perles », existent dans le Néolithique moyen du Rhin dès le Grossgartach comme dans les sites de Ricoh à Wettolsheim (Jeunesse, 1997a, fig. 2, n° 4) ou des Sablières Modernes à Lingolsheim (Lasserre, 1997, pl. 2) ; mais ils restent en usage durant le Rössen comme on l’observe dans l’habitat Bischheim de Guntersblum en Rhénanie-Palatinat (Eisenhauer, Daszkiewicz, 2003, fig. 1, k et o). Étant donné que ces « poids » ou « perles » ne sont pas signalés dans le Chasséen méridional, il est fort probable qu’ils témoignent eux aussi de l’influence du Bischheim rhénan sur le Chasséen de la vallée de la Saône. Cette influence s’exercerait alors non seulement en Chalonnais, à Chassey (fig. 49, n° 1 ; fig. 75, n° 16) ainsi qu’au Moulin de Droux à Saint-Rémy (infra fig. 161, nos 26), mais aussi jusqu’en Tournugeois, à la Condemine au Villars, où de tels objets ont été identifiés (Duriaud, 2000, fig. 7, n° 11).

Fig. 140.– Barbirey-sur-Ouche, Grotte de Roche-Chèvre. Vase à décor Rössen de style Bischheim rhénan. (Coll. R. et M. Vernet, Agey).

Fig. 140.– Barbirey-sur-Ouche, Grotte de Roche-Chèvre. Vase à décor Rössen de style Bischheim rhénan. (Coll. R. et M. Vernet, Agey).

92La présence de décors typiques du Rössen III dans les niveaux 10, 9 et 8 permet de placer ces trois niveaux dans une suite continue. Le niveau 7 n’a pas livré de décor Rössen caractérisé. Cette absence n’est pas forcément due au faible nombre d’objets recueillis, car le niveau 7 se démarque aussi des niveaux sous-jacents par l’absence de grande armature de flèche à base concave bien typée. Mais nous ne saurions dire s’il s’inscrit dans l’épisode Bruebach-Oberbergen dont le seul témoin identifié se trouve dans la collection Loydreau. Si l’on reconnaît une évolution dans la série stratigraphique de la Redoute, c’est entre les niveaux 9 et 8 étroitement proches l’un de l’autre d’une part et le niveau 7 d’autre part qu’il faudrait la placer, car les différences qu’on y décèle semblent correspondre à une modification, légère toutefois, de la composition des industries.

L’empreinte du Cerny

93Dans les matériels céramiques du Chasséen de Chassey se rencontrent des éléments qui ne caractérisent ni le Chasséen, ni le Rössen, mais qui renvoient plutôt au Cerny.

94Ainsi, le décor du vase à embouchure carrée du niveau 10 composé d’impressions disposées en guirlandes reprend-il un thème ornemental caractéristique du Cerny qui apprécie comme on sait les décors en feston (fig. 19, n° 19). La pâte dégraissée à l’os concassé d’un vase à ressaut du même niveau 10 (fig. 19, n° 13) correspond à un procédé inhabituel dans le Chasséen proprement dit, mais très utilisé dans l’industrie céramique du Cerny puisqu’un très grand nombre des pièces y est traité avec ce matériau (Constantin, 1986, p. 122).

95Le vase à col du niveau 9 doté de trois anses en boudin très ouvertes (fig. 45, n° 16), dont la pâte est dégraissée à la calcite et non pas au granité comme c’est d’habitude le cas pour les vases proprement chasséens (Colas, 2000, p. 229 ; Chevalier, dans ce volume), nous semble devoir être également rapproché du Cerny. Ce type de vase dont les anses sont généralement de symétrie binaire dans le Cerny classique, sans exclure quelquefois une composition ternaire, figure dans le corpus céramique des Réaudins à Balloy (Bourdeau, 1997, fig. 11) ou dans celui de Bercy à Paris (Dubouloz, Lanchon, 1997, fig. 7).

96Enfin, on peut citer une anse tunnelliforme de la collection Loydreau, bordée d’une ligne de coups de poinçon ronds qui est très certainement d’affinité Cerny (fig. 141), comme l’anse entourée de points très comparable du Mont d’Huette à Jonquières qui est rapportée à une influence du Cerny sur le Chasséen de la première période, considéré du reste comme « imprégné » de Cerny (Blanchet, Burnez, 1984, fig. 10, n° 21 et p. 239 ; Constantin, Blanchet, 1998, p. 607).

97En complément de ces éléments céramiques « cernoïdes », nous citerons la petite écuelle à carène ronde du niveau 8 (fig. 75, n° 8) qui fait figure d’exception dans la panoplie décorative du Chasséen. Bien qu’elle soit de technique de fabrication très chasséenne, elle se singularise en effet par un décor composé de chevrons accrochés à une bande horizontale, tous formés de trois traits parallèles incisés ; ce décor qui n’appartient pas à la thématique du Chasséen ni à celle du Cerny, peut être qualifié de style « rubané ». Ce sujet décoratif est d’ailleurs classique dans le Rubané Récent du Bassin parisien (Constantin, Ilett, 1997, p. 285) ; il est connu par exemple dans l’Yonne sur le site des Carpes à Champlay (Merlange, 1982, fig. 30) et il se retrouve aussi, avec le même esprit, dans l’Aisne à Cuiry-les-Chaudardes (Ilett, Constantin, 1993, p. 95). Même si nous avons du mal à suivre et à expliquer son itinéraire, le décor de ce récipient, original en milieu chasséen, concorde à tout le moins avec une influence venant du Bassin parisien.

98Dans le domaine du lithique, nous sommes porté à considérer que deux types d’outils peuvent se référer, au moins en raison de leur nombre, au domaine septentrional, à savoir les tranchets et les ciseaux. Ces objets sont certes présents dans le Cardial final et le Pré-Chasséen méridional et l’on pourrait supposer qu’ils sont encore un des éléments conservés du substrat du Néolithique ancien ; mais, dans le Cerny, ces outils connaissent un développement tel qu’ils constituent un caractère spécifique de l’industrie lithique de ce groupe (Augereau, 1994, p. 358). Le Cerny de l’Yonne s’intégre entièrement dans ce modèle (Duhamel et alii, 1997). Dans le site chalonnais, ces outils sont cependant plus petits que dans le Bassin parisien. Les ciseaux en particulier, du fait de leur section plan-convexe, de leur technique de taille régulière et de leur support fait souvent de silex blonds (fig. 33, nos 3-10), sont bien conformes au concept technique chasséen. Dans le mobilier lithique du Chasséen septentrional, par exemple à Bercy (Augereau, 1993) et à Jonquières (Blanchet, 1984), le tranchet tient une place importante, conformément au modèle du Cerny. Comme il paraît un peu moins abondant en Bourgogne, nous laissons cette remarque au niveau de l’hypothèse.

99Le Cerny et le Chasséen de Chassey pourraient être considérés comme se rapprochant aussi du fait qu’ils utilisent largement les burins. L’emploi de ces outils se développera, dans le Midi, dans les phases classique et récente du Chasséen (Gassin, 1996). À Chassey, ils sont de types très variés, mais ceux du Cerny, bien qu’assez nombreux, sont typologiquement moins diversifiés et de modèles nettement plus massifs (Augereau, 1997, fig. 4). Quoi qu’il en soit, le fait qu’une part des silex blonds employés à Chassey provienne du nord du département de l’Yonne confirme bien en soi l’existence de contacts entre le Chasséen du bassin de la Saône et cette région où l’on sait que le groupe Cerny s’est fortement développé (Dubouloz et alii, 1991, p. 220 ; Duhamel, Prestreau, 1997).

100Il y a en outre des éléments communs au Chasséen et au Cerny qui résultent d’une même influence méridionale dans le Pré-Chasséen dont nous avons débattu ci-dessus. En témoigneraient entre autres, comme nous l’avons envisagé, les anses en ruban à dos ensellé et les anses flanquées d’un ou de deux petits boutons (Irribaria, 1997, fig. 11). L’affiliation méridionale dont certains de ces éléments viennent témoigner a été pressentie par M. Lichardus (Lichardus-Itten, 1986, p. 158). Mais la balance entre une action nord-sud telle que l’envisage C. Constantin (Constantin, 1995, 1997) et une action sud-nord, penche aujourd’hui en faveur de la seconde (Guilaine, 1997, p. 638).

101Si la liaison entre Chasséen ancien et Rössen III est bien établie notamment en Bourgogne et en Picardie, les relations entre le Rössen et le Cerny sont également reconnues et signalées dans le bassin icaunais (Lichardus, 1992, p. 14 ; Dubouloz, 1998, p. 16). Dans le Bassin parisien, le Chasséen de la période initiale ou « Chasséen ancien » régional, tel celui de Jonquières, proche de la phase initiale de Chassey, est marqué d’influences à la fois du Rössen III et du Cerny (Constantin, Blanchet, 1998, p. 588, 607). Dans la vallée inférieure de l’Yonne et dans la zone de confluence avec la Seine, les relations bi ou tripartites entre Chasséen, Rössen III et Cerny dans son faciès Barbuise se discernent nettement dans plusieurs sites.

  • Le synchronisme entre le Chasséen ancien et le Rössen III, pressenti dans une phase ancienne du site de Noyen-sur-Seine (Mordant, Mordant, 1972, fig. 12 ; 1988 ; Mordant, 1997, p. 85), se manifeste dans le dépôt de céramiques de la structure 22 du Chemin de Sens à Marolles-sur-Seine qui comporte une forme à carène très basse de style chasséen et un vase élevé de type Rössen final (Augereau, 1995, fig. 39-41).

  • La connexion entre le Cerny-Barbuise et le Rössen III a été bien mise en évidence par le matériel de la fosse de la Vallée des Moulins à Cannes-Écluse qui associe un bol à décor Cerny-Barbuise à deux vases à panse ovoïde et col esquissé et une bouteille à panse sphérique décorée de triangles attribuables au Rössen III (Mordant, 1980b, fig. 2 ; Mordant, 1986a, p. 311. fig. 2A ; Mordant, 1997, p. 85-86). Le site du Pré Tomery à Gisy-les-Nobles la confirme par un matériel essentiellement céramique, dont l’homogénéité ne semble pas faire de doute, qui rassemble des formes et des décors du Rössen III et des formes et des décors du Cerny de type Barbuise (Prestreau, Thevenot, 1996, fig. 1 et 2 ; Duhamel, Prestreau, 1997, fig. 11).

  • La correspondance entre le Chasséen et le Cerny est illustrée par le site de Richebourg à Passy qui a livré un ensemble clos contenant deux vases décorés du Cerny-Barbuise accompagnés d’un vase caréné à paroi distincte sortante de type chasséen (Prestreau, Duhamel, 1991, fig. 3 ; Jeunesse, 1998b, p. 35).

  • Enfin on pourrait discerner la coïncidence des trois entités culturelles en question dans la présence conjointe de formes carénées chasséennes, de décors du Cerny et d’autres du Rössen, dans l’ensemble céramique du « puits » de la fosse 14 de Port Renard à Vinneuf (Carré, 1991, fig. 3).

102Les interactions et les échanges entre le Chasséen ancien, le Rössen III et le Cerny se sont exercés avec une intensité et dans des conditions sans doute très variables suivant les aires géographiques concernées (Dubouloz, 1998). À Chassey, ils paraissent d’ampleur relativement réduite du moins dans ce que les industries céramiques et lithiques laissent entrevoir. Il s’agit cependant de l’adoption et de l’assimilation d’éléments culturels donnés et sans doute pas systématiquement de simples importations. Il semblerait que ce puisse être aussi le cas au moins en partie pour les coupes à socle trouvées dans le milieu Michelsberg du site de Koslar 10 en Allemagne, dont le décor géométrique est traité pour plusieurs d’entre elles selon la technique Rössen du poinçon penché comme le sont plusieurs anses de Chassey (Lüning, 1979, fig. 13 ; Jeunesse, 1984, p. 171 ; Jeunesse et alii, 2004, fig. 141).

L’originalité du Chasséen de Bourgogne orientale

103Il n’est guère possible aujourd’hui d’évaluer dans une vraie mesure quelles influences le Chasséen a pu subir au moment de son arrivée dans la vallée de la Saône de la part du ou des groupes humains qui y étaient déjà installés. Ce ou ces groupes ne sont d’ailleurs pas nettement identifiés, comme nous l’avons vu, faute de documentation mobilière suffisante et de référence stratigraphique. Peuvent s’inscrire dans cette perspective le Cerny et le Saint-Uze. Si l’influence du Cerny est nettement confirmée comme nous l’avons vu, il n’est pas possible encore d’assurer que ce groupe se soit largement installé dans le bassin moyen de la Saône. La présence du Saint-Uze pourrait être également envisagée ne serait-ce que dans le sud du bassin (Jeunesse et alii, 1998, p. 576). Enfin, nous n’avons pas d’argument pour étayer l’hypothèse de l’existence d’un autre groupe culturel local dont le mobilier du camp de Crais à Charigny (s’il est bien homogène, ce dont nous discuterons dans le chapitre suivant) pourrait illustrer la phase finale.

104Dans ces conditions, nous n’avons pas mis en évidence au sein du Chasséen de Chassey, ni reconnu dans les rares ensembles chasséens de Bourgogne orientale, l’existence d’une composante régionale particulière (fig. 141). Le Chasséen d’essence méridionale en mouvement vers le nord, a connu probablement très tôt lors de son arrivée et de son installa tion dans le bassin de la Saône, l’influence du Rössen récent d’une part et celle du Cerny d’autre part. Au total, c’est ce mélange de caractères qui fait en quelque sorte l’originalité du Chasséen du bassin de la Saône. Ces caractères sont certes perceptibles dans le domaine du lithique et de la céramique, mais on peut supposer qu’ils ont pu s’exprimer également dans celui de l’économie, de la société, voire de l’habitat. En définitive, la Bourgogne joue son rôle classique de creuset au sein duquel se mélangent les différentes entités culturelles reconnues (Duhamel, Prestreau, 1997, fig. 18). C’est là le caractère majeur du Chasséen régional, du moins dans le seul domaine qui nous soit quelque peu accessible, celui des productions matérielles.

Fig. 141.– Composantes du Chasséen de Chassey (d’après les matériels des niveaux 10 à 8, complétés par quelques objets de la collection Loydreau). 1, éléments de type méridional, intégrés dans le « stock de base » du Chasséen ancien ou issus éventuellement des relations postérieures entretenues avec le Midi ; 2, éléments empruntés au Saint-Uze dans la vallée moyenne du Rhône ; 3, élément traduisant l’influence de la culture italienne des Vases à bouche carrée (transmise par le Chasséen ancien ou par le Saint-Uze) ; 4, éléments témoignant d’une influence du Cerny ; 5, éléments Rössen attachés aux relations avec le Bassin parisien et avec la vallée du Rhin. Dans le complexe matériel de Chassey, le fonds méridional tient la plus grande place (environ les deux tiers) ; les emprunts au Saint-Uze et au Rössen paraissent à peu près d’égale importance (entre 10 et 15 %) ; l’influence du Cerny semble plus faible (moins de 10 %) ; celle des Vases à bouche carrée reste ponctuelle.

Fig. 141.– Composantes du Chasséen de Chassey (d’après les matériels des niveaux 10 à 8, complétés par quelques objets de la collection Loydreau). 1, éléments de type méridional, intégrés dans le « stock de base » du Chasséen ancien ou issus éventuellement des relations postérieures entretenues avec le Midi ; 2, éléments empruntés au Saint-Uze dans la vallée moyenne du Rhône ; 3, élément traduisant l’influence de la culture italienne des Vases à bouche carrée (transmise par le Chasséen ancien ou par le Saint-Uze) ; 4, éléments témoignant d’une influence du Cerny ; 5, éléments Rössen attachés aux relations avec le Bassin parisien et avec la vallée du Rhin. Dans le complexe matériel de Chassey, le fonds méridional tient la plus grande place (environ les deux tiers) ; les emprunts au Saint-Uze et au Rössen paraissent à peu près d’égale importance (entre 10 et 15 %) ; l’influence du Cerny semble plus faible (moins de 10 %) ; celle des Vases à bouche carrée reste ponctuelle.

105Nous n’avons pas assez de données pour reconnaître une évolution dans le Chasséen de Bourgogne orientale. Existe-t-il dans cette région un Chasséen dépourvu d’influence Rössen ? Ce n’est pas le cas en Chalonnais, au Moulin de Droux à Saint-Rémy, comme nous le croyions initialement (Thevenot, carré, 1976, p. 408), car on y a trouvé deux petits tessons à décor Rössen au poinçon penché (recherches A.-C. Gros). Mais ce l’est peut-être plus au sud, en Mâconnais, par exemple dans le gisement des bords de Saône des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône où l’influence de ce groupe n’est pas attestée (Barthélemy, 1983a, 1983b). Ce qui est sûr, c’est que le Chasséen méridional des plus anciens niveaux connus à ce jour à Chassey est déjà imprégné d’influences du Rössen et du Cerny (niveaux 10, 9 et 8). La composition des industries du niveau 7 semble isoler un Chasséen n’enregistrant plus d’influence Rössen bien évidente et nous pouvons présumer pour cela qu’il représente une phase particulière dans l’évolution du Chasséen régional. En revanche, nous avons à Chassey une coupure nette avec le Néolithique Moyen Bourguignon du niveau 6 et aucune indication sur le Chasséen, récent ou final, que l’on pourrait imaginer préparer le passage vers le Néolithique Moyen Bourguignon. La stratigraphie complexe de la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot qui comporte à sa base un niveau du Chasséen à influence Rössen et une superposition de foyers ou de niveaux du Néolithique Moyen Bourguignon proprement dit, pourrait apporter quelques éléments de réflexion sur ce sujet (Dufay-Galan, 1995).

106Le Chasséen de Chassey connaît, par rapport au Chasséen ancien du Midi de la France, un développement en nombre par exemple des pièces à chanfrein « de type Trets », des burins ou encore des vases carénés à ressaut, tous éléments qui, dans le Midi, se multiplient surtout durant la phase clas- sique. Le maintien avéré des relations que Chassey a gardées avec le monde méridional peut expliquer en partie ce phénomène.

► Fig. 142.– Expansion du Chasséen, hors du Midi méditerranéen, en direction de la Bourgogne et du Bassin parisien. Ce phénomène se situerait vers 4500-4400 av. J.-C. selon la chronologie généralement admise à l’heure actuelle dans l’est de la France. La ou les zones de Provence et du Languedoc d’où le Chasséen de Bourgogne serait issu ne peuvent être encore reconnues. Dans la vallée moyenne du Rhône, le Chasséen ancien traverse l’aire d’occupation du Saint-Uze. En s’engageant dans la vallée de la Saône, il entre dans un milieu culturel qui n’est pas encore nettement identifié (Saint-Uze dans la basse vallée de la Saône ? Cerny ou autre dans la vallée moyenne ?). Une fois installé dans le bassin moyen de la Saône, le Chasséen enregistre une influence du Rössen venant d’une part du Bassin parisien (Bischheim occidental ou Menneville sensu lato), d’autre part de l’Alsace (Bischheim rhénan) et intègre aussi quelques éléments Cerny venus du domaine icaunais ou assimilés sur place. Il connaît à ce moment là un développement important dans la région. – Le Chasséen du Midi languedocien qui emprunte les vallées de la Loire et de l’Allier, a déjà dans la vallée moyenne de la Loire perdu une part importante de ses caractères méridionaux. À hauteur de la confluence Seine-Yonne il entre en contact avec un Cerny encore fortement implanté et participera à la naissance au groupe de Noyen. Dans le Bassin parisien (Picardie), le Chasséen septentrional se trouve au contact du Bischheim occidental.

► Fig. 142.– Expansion du Chasséen, hors du Midi méditerranéen, en direction de la Bourgogne et du Bassin parisien. Ce phénomène se situerait vers 4500-4400 av. J.-C. selon la chronologie généralement admise à l’heure actuelle dans l’est de la France. La ou les zones de Provence et du Languedoc d’où le Chasséen de Bourgogne serait issu ne peuvent être encore reconnues. Dans la vallée moyenne du Rhône, le Chasséen ancien traverse l’aire d’occupation du Saint-Uze. En s’engageant dans la vallée de la Saône, il entre dans un milieu culturel qui n’est pas encore nettement identifié (Saint-Uze dans la basse vallée de la Saône ? Cerny ou autre dans la vallée moyenne ?). Une fois installé dans le bassin moyen de la Saône, le Chasséen enregistre une influence du Rössen venant d’une part du Bassin parisien (Bischheim occidental ou Menneville sensu lato), d’autre part de l’Alsace (Bischheim rhénan) et intègre aussi quelques éléments Cerny venus du domaine icaunais ou assimilés sur place. Il connaît à ce moment là un développement important dans la région. – Le Chasséen du Midi languedocien qui emprunte les vallées de la Loire et de l’Allier, a déjà dans la vallée moyenne de la Loire perdu une part importante de ses caractères méridionaux. À hauteur de la confluence Seine-Yonne il entre en contact avec un Cerny encore fortement implanté et participera à la naissance au groupe de Noyen. Dans le Bassin parisien (Picardie), le Chasséen septentrional se trouve au contact du Bischheim occidental.

Principaux sites mentionnés. 1, Nice (villa Giribaldi) ; 2, Salernes (baume Fontbrégoua) ; 3, Baudinard-sur-Verdon (grotte supérieure de l’Église) ; 4, Châteauneuf-lès-Martigues (la Font des Pigeons) ; 5, Istres (station 2 de Miouvin) ; 6, Montpellier (Jacques Coeur II) ; 7, Villeneuve-lès-Maguelonne (grotte de la Madeleine) ; 8, Ferrières-Poussarou (grotte de Camprafaud) ; 9, Sallèles-Cabardès (grotte Gazel) ; 10, Conques-sur-Orbiel (Font-Juvénal) ; II, Berriac (les Plots) ; 12, Villeneuve-Tolosane (la Terrasse) ; 13, Toulouse (Saint-Michel-du-Touch) ; 14, Launaguet (les Monges) ; 15, Saint-Rome-de-Cernon (grotte de Sargel) ; 16, Barret-de-Lioure (le Moulin) ; 17, Ballons (Tresclar) ; 18, Vercoiran (Sainte-Luce) ; 19, Montmaur-en-Diois (Saint-Antonnaire) ; 20, Die (Chanqueyras) ; 21, Saint-Uze (Plateau Raverre) ; 22, Simandres (les Estournelles) ; 23, Espaly-Saint-Marcel (les Rivaux) ; 24, Polignac (le Pirou) ; 25, Périgneux (le Suc de la Violette) ; 26, Clermont-Ferrand (rue de l’Oradoux) ; 27, Clermont-Ferrand (Poncharraud) ; 28, Ambérieu-en-Bugey (grotte du Gardon) ; 29, Cormoranche-sur-Saône (les Ordeliers) ; 30, Sion (le Petit Chasseur) ; 31, Saint-Léonard (sur le Grand Pré) ; 32, Chavannes-le-Chêne (le Vallon des Vaux) ; 33, Les Planches-près-Arbois (grotte des Planches) ; 34, Saint-Rémy (le Moulin de Droux) ; 35, Chassey (Camp de Chassey) ; 36, Marcheseuil (la Montagne de Bard) ; 37, Barbirey-sur-Ouche (grotte de Roche-Chèvre) ; 38, Uxeau (le Mont Dardon) ; 39, Saint-Éloi (Harlot) ; 40, La Groutte (Camp de César) ; 41, Gondenans-Montby (grotte de la Tuilerie) ; 42, Gonvillars (grotte de Gonvillars) ; 43, Wittenheim (Rue de la Forêt) ; 44, Entzheim (sablière Oesch) ; 45, Lingolsheim (sablière Zimmer) ; 46, Saint-Moré (grotte de Nermont) ; 47, Beaumont (le Crot aux Moines) ; 48, Passy (Richebourg) ; 49, Gisy-les-Nobles (le Pré Tomery) ; 50, Cannes-Écluse (la Vallée des Moulins) ; 51, Marolles-sur-Seine (le Chemin de Sens) ; 52, Balloy (les Réaudins) ; 53, Noyen-sur-Seine (le Haut des Nachères) ; 54, Paris (Bercy) ; 55, Boury-en-Vexin (le Cul froid) ; 56, Catenoy (Camp de César) ; 57, Jonquières (le Mont d’Huette) ; 58, Compiègne (le Coq Galleux) ; 59, Berry-au-Bac (la Croix Maigret) ; 60, Menneville (Derrière le Village) ; 61, Néons-sur-Creuse (Champagne) ; 62, Chambon (les Chevrettes) ; 63, Ligueil (les Sables de Mareuil) ; 64, Amboise (les Châtelliers) ; 65, Contres (le Château Gabillon) ; 66, Muides-sur-Loire (le Bas du Port Nord).

107Nous avons insisté sur la relation phylétique qui existe entre le Chasséen méridional ancien et le Chasséen de Chassey (fig. 142). En contrepartie, du fait de l’existence conjointe d’influences du Rössen et du Cerny et de la persistance d’un certain nombre de formes céramiques originelles, le Chasséen de la province bourguignonne présente des parallèles avec le Chasséen septentrional, même si pour ce dernier le fonds méridional est effectivement très atténué. Nous avons mentionné en particulier ce qui le rapproche du Chasséen de Picardie, celui de la période I (ou Chasséen septentrional ancien) tel que l’ont défini J.-C. Blanchet et R. Martinez à partir du camp du Mont-d’Huette à Jonquières, de celui de César à Catenoy et de l’enceinte du Coq Galleux à Compiègne (Blanchet, Martinez, 1986). D’un côté, l’influence Rössen est bien attestée à Jonquières où elle est intimement liée au « Chasséen ancien » régional (Blanchet, Martinez, 1986, p. 333 ; Blanchet et alii, 1984, p. 200), de l’autre, l’influence Cerny s’y manifeste par certains thèmes décoratifs céramiques (ibid., 1984, p. 239).

108S’il existe un certain parallélisme entre le Chasséen de Chassey et le Chasséen picard de la période I, ce dernier fait montre d’un certain nombre de différences notables par rapport au premier surtout en ce qui concerne le lithique (Bailloud, 1982 ; Blanchet, Martinez, 1986). En effet, l’industrie du silex de tradition Cerny fondée sur l’utilisation de l’éclat, ne comporte plus les perçoirs fins sur lames, les armatures tranchantes à retouches semi-abruptes d’un côté et envahissantes de l’autre, les armatures losangiques, bref l’outillage diversifié originel. L’industrie céramique conserve certes des écuelles carénées traditionnelles dont certaines à paroi très haute, des coupes en calotte sphérique, des vases globuleux à col, des coupes à socle cylindrique et cubique à décor rayé-quadrillé, des disques de cuisson nombreux ; mais il faut noter la quasi disparition de l’écuelle à rebord plat décoré et des modèles d’anses à perforations multiples, ainsi que l’apparition de coupes à socle à pieds et à décors curvilignes de style occidental.

109Ce Chasséen septentrional nous semble issu d’un courant qui emprunte, non pas l’axe Rhône-Saône comme on le suppose généralement, mais les vallées de la Loire et de l’Allier. Ce courant semble s’être engagé sur cette voie en même temps que celui qui concerne la vallée du Rhône, c’est-à-dire au Chasséen ancien (fig. 142). Il semble aussi être parvenu assez tôt en Île-de-France et dans le Soissonnais puisque, comme à Chassey, il s’est confronté au Cerny et a subi l’influence du Rössen. Cependant les modifications que, sur cette voie, enregistre le Chasséen ancien sont différentes de celles qu’on observe dans le bassin rhodanien. Les caractères que l’industrie lithique acquiert et renforce dans sa progression vers le nord, à partir du Berry, en abandonnant le support laminaire au profit de l’éclat, illustre ce phénomène (Bailloud, 1976a, p. 380).

110Sur cette trajectoire sud-nord, le Chasséen sera directement impliqué dans la formation de nouvelles tendances culturelles. Dans la région Seine-Yonne en particulier, les influences chasséennes semblent bien être arrivées par la vallée de la Loire, comme le présumait D. Mordant, plutôt que par la vallée de la Saône (Mordant, 1982, p. 125-126). Il s’agit selon toute vraisemblance d’un Chasséen correspondant, au moins chronologiquement, à celui de Chassey. L’interaction du Chasséen et du Rössen III est bien mise en évidence dans la région (Mordant, 1997, p. 86). Ce double impact s’est probablement exercé sur le substrat du Cerny pour donner naissance au groupe de Noyen. C’est sur ce fonds tripartite qui marque la phase ancienne du groupe que pourrait s’être formé le Michelsberg. Cette phase ancienne est même assimilée par C. Jeunesse à un « Michelsberg 0 » (Jeunesse, 1998b, p. 42-43). Le groupe de Noyen peut être aussi intégré dans le Michelsberg proprement dit (Constantin, Blanchet, 1998, p. 608).

111Le Chasséen ancien septentrional et le Chasséen initial de Bourgogne paraissent très proches sur le plan chronologique ; l’un et l’autre en effet établissent très tôt des relations avec le Rössen et avec le Cerny. Ces échanges sont généralement situés vers 4400 ou 4300 av. J.-C. (constantin, Blanchet, 1998, p. 604 ; Mordant, 1997, p. 85-86) ; ces dates sont un peu décalées par rapport à celles de la chronologie de l’est de la France qui place ces contacts entre Chasséen et Bischheim vers 4500 av. J.-C. (Jeunesse et alii, 2004, p. 234). Quoi qu’il en soit, il ressort nettement que le Chasséen a connu un mouvement d’expansion somme toute assez rapide, phénomène dont, il faut bien l’admettre, nous ne savons pas encore vraiment reconnaître les causes réelles, même si le développement démographique et la nécessité corrélative d’exploiter de nouvelles terres sont le plus souvent invoqués pour l’expliquer (Bailloud, 1985, p. 551).

LE NÉOLITHIQUE MOYEN BOURGUIGNON

112Bien que sa fonction soit celle d’un simple exhaussement du terrain par un remblai, le niveau 6 a fourni une documentation suffisamment abondante pour mettre en évidence les caractéristiques essentielles des industries qu’il contient, y compris celle des matières dures animales.

Diagnose des industries

Industrie lithique

Caractéristiques principales de l’industrie lithique

113L’industrie lithique du niveau 6 comporte cent vingt-trois individus (fig. 143). Dans cet ensemble les grattoirs se détachent de façon remarquable, car ils occupent à eux seuls 30 % du matériel retouché. Des pourcentages importants attirent aussi l’attention sur d’autres types d’outils notamment les microretouchés et les microdenticulés (19 %), les pointes bifaciales (10 %) et les denticulés (7 %). Se signalent en outre, avec des taux respectifs de 4 %, les burins, les coches ainsi que les racloirs.

114Sur le plan technologique les retouches bifaciales, qui intéressent les armatures perçantes et des lames de haches, affectent seulement un dixième des objets retouchés. Les retouches abruptes, qui ne sont pas réservées aux seules raclettes, mais caractérisent aussi des grattoirs ou des pointes, sont à peine moins représentées (9 %). C’est la microretouche, généralement semi-abrupte, qui prédomine (17 %). La microdenticulation se manifeste à hauteur de 2 %.

115Le débitage a produit principalement des éclats courts, parfois laminaires. Les lames sont exceptionnelles, de module moyen et de facture généralement fruste. Des outils conservent souvent des plages de cortex. Les matériaux employés sont essentiellement d’origine chalonnaise (près de 90 %), occasionnellement de provenance mâconnaise (4 %). Il faut noter, par rapport aux niveaux chasséens, un amoindrissement très important des silex originaires du Bassin parisien qui ne représentent que 4 % des matériaux siliceux utilisés.

Définition de l’industrie lithique du Néolithique Moyen Bourguignon

116De l’industrie lithique du niveau 6 dont le répertoire typologique apparaît beaucoup plus pauvre que celui des niveaux précédents, on peut retenir les caractéristiques suivantes :

  1. du point de vue de l’approvisionnement,

    1. l’utilisation prioritaire de matériaux de provenance locale (90 %), silex de qualité inégale, souvent moyenne à médiocre (chailles),

    2. la présence discrète de silex exogènes venant de régions voisines (Mâconnais) ou éloignées (Berry),

  1. du point de vue technologique,

    1. le recours à un débitage produisant principalement des éclats et des éclats laminaires,

    2. la place importante de la microretouche, linéaire ou denticulée,

    3. le rôle notable des retouches bifaciales réservées aux pointes de flèches et aux lames de haches,

  1. du point de vue typologique,

    1. la position prépondérante des grattoirs, presque tous en front d’éclats courts et souvent corticaux,

    2. la fonction plus prononcée qu’au Chasséen de certains outils tels que couteaux à dos, racloirs plus ou moins typés, lames-faucilles,

    3. le développement considérable des microretouchés, pour ainsi dire absents des niveaux chasséens,

    4. le taux marquant des denticulés,

    5. la présence (exclusive dans ce niveau) des armatures de flèches perçantes, à retouches bifaciales envahissantes ou couvrantes, de forme triangulaire (à base droite ou convexe) ou foliacée,

    6. la présence de lames de haches en silex, soit brutes de taille, soit partiellement polies.

Fig. 143.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.

Fig. 143.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.

117Les lames de haches en pierres polies, fabriquées dans des roches éruptives originaires des Alpes, du Massif central, des Vosges (pélite-quartz) et du sud de la Saône-et-Loire, sont de taille moyenne.

Industrie céramique

Caractéristiques principales de l’industrie céramique

118Les anses du niveau 6 sont au nombre de soixante et onze (fig. 144). Les boutons, bien représentés avec un taux de 27 %, sont pleins, à l’exception d’un bouton rond et de quatre boutons ensellés qui sont perforés ; trois modèles seulement figurent dans le corpus, boutons ronds, les plus nombreux (18 %), boutons olivaires (3 %) et boutons ensellés (6 %). Dans l’effectif des anses, une catégorie importante est formée par les mamelons qui représentent plus de la moitié des types (53 %) ; les modèles, tous perforés, sont, de la même manière que les boutons, ronds (45 %), olivaires (4 %) ou ensellés (4 %). Les baguettes et barrettes multiforées, qui se distinguent généralement de leurs homologues chasséennes par leur aspect massif et leurs grosses perforations, couvrent 15 % de l’ensemble des anses.

119Bien que l’inventaire des formes céramiques du niveau 6 compte cent douze individus, il prête à critique si l’on considère que de grands vases très fragmentaires n’ont probablement pas été catalogués (fig. 145). La liste met cependant en évidence une forme très caractéristique, celle des vases élevés, soit à ressaut, soit à léger épaulement, dont les taux respectifs sont de 17 et de 15 %. Le pourcentage des vases à paroi distincte et carène anguleuse qui s’élève à 14 % est proche de ceux des disques de terre cuite et des vases globuleux à col naissant (ou à profil en S) qui atteignent quant à eux des taux de 13 et de 12 %. Les formes simples qu’illustrent les petits vases hémisphériques, ont une place particulière avec un taux de 9 %. Les motifs décoratifs plastiques qui sont prédominants et les décors gravés qui sont exceptionnels intéressent au plus 5 % des vases.

Définition de l’industrie céramique du Néolithique Moyen Bourguignon

120L’industrie céramique, à l’exemple de l’industrie lithique, se distingue également de manière très tranchée de celle des niveaux chasséens. Pour la caractériser, nous pouvons retenir les points suivants :

  1. en ce qui concerne la technique,

    1. la préparation des terres avec un dégraissant, de granulométrie régulière, qui n’est plus essentiellement de nature siliceuse, mais en apparence surtout à base de calcite filonnienne concassée,

    2. l’usage développé du montage au colombin, au moins pour les gros vases,

    3. le soin apporté à la finition (surfaces souvent bien lissées, voire lustrées),

    4. la bonne qualité générale des cuissons ;

  1. en ce qui concerne les anses,

    1. le faible éventail des types d’anses (boutons ronds ou olivaires pleins, mamelons hémisphériques ou olivaires, aplatis ou ensellés, à grosse perforation basale, et languettes perforées),

    2. la présence de barrettes et de baguettes à grosses perforations multiples,

    3. la position sous la lèvre de certains éléments de suspension ;

  1. en ce qui concerne les formes,

    1. le partage assez équilibré entre formes hautes et formes basses,

    2. la spécificité des formes hautes (jarres à panse ovoïde et col individualisé par un ressaut et bouteilles à panse globuleuse et col étroit plus ou moins dégagé) qui représentent au moins un quart des formes,

Fig. 144.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses concernant le niveau 6.

Fig. 144.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses concernant le niveau 6.

Fig. 145.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des formes des vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.

Fig. 145.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des formes des vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.
  • la variété des formes basses qui rassemblent des écuelles à paroi distincte dégagée par une carène ou un épaulement, des bols et des gobelets semi-sphériques ainsi que des coupes en calotte sphérique ou à fond aplati,

  • la quantité notable (20 %) des coupes à carène vive ou mousse,

  • le nombre important des disques de cuisson (13 %),

  • la fréquence des fonds aplatis ou plats qui ne présentent pas un pied bien dessiné, ni à plus forte raison un pied saillant ;

  1. en ce qui concerne les décors,

  • la rareté des décors qui concernent environ 5 % des vases,

  • la préférence affirmée pour un décor plastique fait de petites barrettes verticales, couplées ou non, et de motifs arciformes à pointes pendantes, attenants à la ligne de ressaut ou d’épaulement de vases hauts,

  • l’emploi des impressions digitales pour décorer les disques de cuisson,

  • la présence accessoire de décors gravés à la manière chasséenne, peu élaborés voire anarchiques (panneaux de traits gravés à cru ou à cuit).

Industrie sur matières dures animales

121L’industrie des matières dures d’origine animale qui ne compte que cinquante-quatre objets (fig. 137), semble jouer pourtant un rôle notable.

122Le bois de cerf est une matière première appréciée, couramment utilisée. En sont tirées des gaines de haches soit à talon décortiqué et ressaut, soit totalement décortiquées voire abrasées, des baguettes, des haches-marteaux, des pioches. Les gobelets en bois de cerf conservés dans la collection Loydreau sont à rapporter au présent ensemble (Déchelette, 1908, fig. 197, nos 2 et 3).

123Les outils en os sont en général d’aspect lourd et massif à la différence de ceux du Chasséen. Des pointes rondes, des biseaux, à savoir ciseaux et tranchets, sont tirés de métapodes d’ovicapridés et de cervidés ainsi que d’esquilles d’os longs de bovidés.

Parure

124Même si les perles en segments de dentales et quelques pendeloques en os sont utilisées, la parure reste modeste (fig. 137) ; elle a recours principalement aux dents de carnivores perforées, canines de chien en priorité. Quelques « plats » de canines de suidés découpés et polis de la collection Loydreau pourraient venir compléter ces éléments de parure (Voruz, 1984, p. 116).

Les caractères du Néolithique Moyen Bourguignon de chassey

125À Chassey, le Néolithique Moyen Bourguignon du niveau 6 recouvre directement le Chasséen d’origine méridionale du niveau 7 dans lequel les influences du Rössen paraissent avoir disparu. Le niveau Néolithique Moyen Bourguignon est en totale discordance avec le dernier niveau chasséen. Une solution de continuité sans doute importante existe dans la stratification du secteur de la Redoute, mais nous ignorons si les conditions sont les mêmes dans d’autres parties du camp. La documentation du niveau 6 ne nous donne pas la possibilité de reconnaître l’origine du faciès régional qu’elle distingue, mais permet d’évaluer, par comparaison avec les groupes périphériques et synchroniques correspondants, certaines de ses composantes qui ont été d’ailleurs pour l’essentiel déjà présentées (Pétrequin, Gallay dir., 1986).

La tradition chasséenne

126Nous avons mis en avant la présence d’une composante chasséenne importante dans la structure du Néolithique Moyen Bourguignon régional (Thevenot, 1986). Dans le mobilier du niveau 6, la tradition chasséenne n’est en réalité sensible que dans le domaine de la céramique. Elle s’exprime dans les écuelles et les bols à paroi distincte verticale ou sortante, à carène vive, à léger épaulement et à ressaut. Elle s’identifie également dans quelques boutons olivaires et surtout dans les barrettes et baguettes à perforations multiples qui sont toutefois plus massives que celles du Chasséen proprement dit et qui ont des batteries de perforations généralement moins longues et des pertuis plus gros. On peut la reconnaître enfin dans les rares décors linéaires gravés qui apparaissent très sensiblement dégénérés. Les gobelets et les bols hémisphériques à paroi mince et d’aspect particulièrement soigné, de même que les coupes en calotte sphérique, peuvent être aussi rattachés à cette tradition chasséenne.

127En revanche, celle-ci n’est guère perceptible dans le domaine du lithique. Les silex exogènes ne sont plus de mise bien qu’un approvisionnement d’origine icaunaise persiste ; l’éclat simple et l’éclat laminaire remplacent la lame et le corpus des outils enregistre la disparition quasi totale des types méridionaux, perçoirs fins sur lames, pointes étroites à bords abattus, armatures géométriques tranchantes. On pourrait cependant considérer comme d’influence chasséenne les pointes bifaciales losangiques et peut-être les pointes foliacées.

128De manière générale, la tradition chasséenne est bien présente au sein du Néolithique Moyen Bourguignon de Bourgogne orientale. Dans le camp du Mont à Marcilly-sur-Tille (Gallay, 1977), ce sont des écuelles carénées qui la confirment de même qu’une armature de flèche tranchante à retouches bifaciales apparentée au type de Jean Cros. Dans le camp du Mont Myard à Vitteaux, ce sont des écuelles carénées, des baguettes multiforées, des cuillères à poignée plate ou encore une armature perçante losangique (Nicolardot, 1986, 2003). Dans l’habitat du Champ pendu à Mesmont, c’est une coupe à socle à décor gravé (fouilles E. Guyot). Dans le secteur champenois du Néolithique Moyen Bourguignon occidental, le mobilier du camp de la Vergentière à Cohons révèle aussi des influences chasséennes, au moins dans le secteur 2, par ses écuelles carénées et ses louches à poignée plate (Lepage, 1986, 1992).

129Sur le rebord occidental du Jura et dans la vallée du Doubs, la présence chasséenne est également très évidente, et même prépondérante par rapport à celle du Michelsberg, dans le mobilier des sites qu’A.-M. et P. Pétrequin rapportent à la phase la plus ancienne du Néolithique Moyen Bourguignon oriental (Pétrequin, Pétrequin, 1986). Dans le niveau B de la doline A, au camp de Moulin Rouge à Lavans-lès-Dole, qui caractérise cette phase, la tradition chasséenne se traduit notamment par la présence d’écuelles carénées, hautes et basses, de gobelets et de bols hémisphériques, de louches à poignée plate, de baguettes multiforées et de décors gravés simplifiés (Pétrequin, 1970b). Plusieurs de ces types s’observent aussi dans le camp de la Roche-d’Or à Besançon (Daugas et alii, 1971). Au cours de la phase suivante qu’illustre le mobilier du camp de Montmorot à Lons-le-Saunier, les influences chasséennes ne se distinguent plus que dans quelques formes segmentées et quelques baguettes multiforées (Pétrequin, Pétrequin, 1986).

La composante Michelsberg

130Le Michelsberg apparaît comme l’une des composantes essentielles du Néolithique Moyen Bourguignon sur laquelle l’accent a été mis largement (Pétrequin, Gallay dir., 1986). Elle n’est pas perceptible dans le matériel céramique du niveau 6 de Chassey dont le corpus rassemble des formes qui sont propres au Néolithique Moyen Bourguignon stricto sensu. Il faut faire référence par exemple au mobilier de la grotte du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant (Ratel, 1964), à ceux de la grotte de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot (Dufay-Galan, 1995) et du camp de la Vergentière à Cohons (Lepage, 1986, 1992), pour trouver les gobelets à panse profonde ronde ou conique et paroi évasée du genre tulipiforme, les vases à panse ovoïde et paroi élevée sortante, ainsi que les bouteilles et les jarres à panse globuleuse et anses bas placées correspondant à la tradition du Michelsberg ancien I-II (Lüning, 1968).

131Nous tirons de l’absence de ces formes dans le niveau 6, que le Néolithique Moyen Bourguignon du type de Chassey appartient a une phase certainement récente dans l’évolution du groupe. Le mobilier de Chassey peut être mis en parallèle avec celui du niveau V de l’habitat lacustre de la Motte aux Magnins à Clairvaux-les-Lacs (Pétrequin, Pétrequin, 1986, 1988) ; mais à Clairvaux, à la différence de Chassey, les réminiscences chasséennes ont pour ainsi dire disparu, et les influences qui prédominent sont nord-orientales de type Épi-Rössen et Aichbühl et orientales venant du Cortaillod classique (Pétrequin, Pétrequin, 1988). À la différence de ce que l’on observe en Franche-Comté, les influences chasséennes semblent donc perdurer plus nettement en Bourgogne orientale tout au long du développement du Néolithique Moyen Bourguignon.

L’influence Cortaillod

132L’entité Cortaillod, troisième composante du Néolithique Moyen Bourguignon, est très sensible en domaine franc-comtois. Les contacts entre le Néolithique Moyen Bourguignon de la province orientale et le Cortaillod de Suisse occidentale, affirmés dès le Cortaillod classique par l’échange de l’aphanite et de quelques céramiques, se renforcent au Cortaillod récent, en combe d’Ain notamment, comme nous venons de le voir, et concernent alors matériaux bruts, styles céramiques et outillage osseux (Pétrequin, Pétrequin, 1986). En Bourgogne orientale, l’influence Cortaillod s’exerce à une échelle bien moindre. Si elle n’est pas perceptible dans le mobilier du niveau 6 de la Redoute, elle est en revanche représentée dans le matériel osseux de la collection Loydreau, spécialement par des gobelets en bois de cerf, mais probablement aussi par bon nombre d’autres outils fabriqués dans ce matériau (Déchelette, 1908, fig. 197, nos 2, 3).

133C’est d’ailleurs essentiellement par ce genre d’objet que l’influence Cortaillod, dans sa phase classique, est identifiée dans les ensembles Néolithique Moyen Bourguignon de la province occidentale. Des gobelets en bois de cerf ont été trouvés en habitat de hauteur à Chassey (coll. Loydreau), en grotte au Peut Trou à Montceau-et-Écharnant (Ratel, 1964, fig. 4, n° 12 ; Billamboz, 1977, fig. 45), et en sépulture sous tumulus à Aubigny-la-Ronce, sur les Chaumes d’Auvenay (Mortillet, Mortillet, 1881. pl. LVII, n° 545).

134L’éloignement du Néolithique Moyen Bourguignon de la province occidentale par rapport au domaine du Cortaillod, de même peut-être que son homogénéité et sa cohérence assez tôt établies, peuvent expliquer la faible ampleur de l’influence du groupe jurassien en Bourgogne orientale. À l’ouest des plateaux du Jura et dans l’est du Bassin parisien, c’est en effet le Chasséen et le Michelsberg ancien qui exercent l’influence prépondérante sinon exclusive. Selon un point de vue récent, le groupe de Noyen serait significatif à cet égard de leur interaction (Hénocq-Pochinot, mordant, 1991).

Les caractères propres du Néolithique Moyen Bourguignon

135Gobelets et jarres de forme haute à panse ovoïde, à fond rond et à col bien dégagé plus ou moins éversé, pots et jarres de silhouette élevée ou trapue, à fond aplati ou plat et à col dégagé par un épaulement, constituent des formes spécifiques du Néolithique Moyen Bourguignon régional. Ils représentent les types principaux du corpus des formes dans l’ensemble du niveau 6 de Chassey. Les éléments décoratifs qui leur sont propres et qui demeurent essentiellement plastiques, sont d’une part des barrettes verticales plus ou moins saillantes et des boutons pleins, souvent couplés et placés sur un épaulement ou un décrochement, d’autre part des motifs arciformes à pointes pendantes. Les uns et les autres sont répartis dans tout le domaine qu’occupe le groupe en question.

136En Bourgogne, comme en Franche-Comté, l’évolution du Néolithique Moyen Bourguignon ne peut pas être appuyée pour le moment sur une stratigraphie. Nous ne savons pas s’il existe sur le site de Chassey un horizon antérieur au niveau 6 de la Redoute ; la collection Loydreau ne conserve pas de document permettant de le supposer. Pour la région, on peut envisager cependant, sur des critères typologiques, l’existence d’une phase ancienne représentée d’un côté par l’ensemble de la grotte du Peut Trou où la tradition Michelsberg est plus marquée dans la céramique et où l’outillage osseux présente également des caractères anciens (Voruz, 1986), de l’autre par la plus grande partie du mobilier du camp du Mont à Marcilly-sur-Tille (Planson, 1963, 1979) et une phase récente où la tradition Michelsberg a sinon disparu, du moins est bien assimilée, où l’identité Néolithique Moyen Bourguignon est bien affirmée, comme c’est le cas dans le niveau 6 de Chassey. La première pourrait être corrélée avec la phase type Moulin Rouge reconnue par A.-M. et P. Pétrequin en Franche-Comté et la seconde avec la phase type Clairvaux niveau V (Pétrequin, Pétrequin, 1986). Le site de la Charette à Tournus pourrait être considéré comme récent dans la mesure où les éléments de tradition chasséenne sont très réduits, les fonds plats très abondants, les plats à pain apparemment peu nombreux et les dates 14C plus récentes (Duriaud et alii, 1994).

137En chronologie 14C, à l’heure actuelle, on range le Néolithique Moyen Bourguignon entre 4200-4100 et 3600-3500 av. J.-C. (Jeunesse et alii, 1998, p. 521), ce qui recule notablement sa période de développement par rapport à ce que l’on estimait en 1984 (Gallay, 1986b, p. 132). Son remplacement, à Clairvaux, par le Port-Conty confirme sa disparition vers – 3500 (Pétrequin, Pétrequin, 1988, p. 61). Le Néolithique Moyen Bourguignon du niveau 6 de Chassey est daté entre -4095 et – 3385. Les cinq dates de la Mollepierre s’étalent entre -4100 et – 3400 (Dufay-Galan, 1995, p. 166). Nous n’avons pas d’argument pour aller au-delà de ces évaluations ici en partie concordantes.

LE NÉOLITHIQUE FINAL « DU TYPE DE CHASSEY »

138Le niveau 5 apporte une documentation significative pour le Néolithique final régional. Le matériel recueilli présente un certain nombre de caractéristiques originales qui le différencient sensiblement des industries de cette période reconnues jusqu’ici en Bourgogne, en particulier celles du groupe de la Saône.

Diagnose des industries

Industrie lithique

Caractéristiques principales de l’industrie lithique

139On compte quatre-vingt-sept individus retouchés dans le matériel lithique du niveau 5 (fig. 143). Dans la liste typologique, les grattoirs représentent 30 % de l’effectif retouché. Les microdenticulés et les microretouchés atteignent conjointement 18 % de cette population. Viennent ensuite les pointes bifaciales (13 %), les racloirs (7 %) et les denticulés (7 %). Certains objets se démarquent aussi, comme les raclettes, les troncatures et les pièces esquillées, dont les taux avoisinent 5 % de l’outillage. Des types nouveaux apparaissent comme les pointes à pédoncule et ailerons (3 %) et les poignards (3 %) qui sont taillés dans des silex exogènes dont celui du Grand-Pressigny. Les burins sont peu représentés (2 %). Les racloirs à encoches, absents de la série trouvée en fouille, mais dont un exemplaire a été recueilli en bordure du niveau à la rupture de pente, doivent cependant être intégrés à cet ensemble.

140En matière technologique, les retouches bifaciales, avec un taux de 16 %, retiennent l’attention. La retouche prédominante est, comme dans le niveau 6, la retouche semi-abrupte qui caractérise les outils communs, grattoirs et racloirs. Mais les microretouchés et les microdenticulés gardent une place importante comme dans le niveau 6, avec des taux respectifs de 11 et 7 %.

141L’industrie lithique utilise principalement, c’est-à-dire à près de 70 %, des silex chalonnais (types de Chamilly et surtout de Mellecey) débités en éclats ou en lames fortes et, de manière plus discrète, du silex du Sénonais (type de Paron). Les autres matériaux siliceux sont exceptionnels qu’ils soient du Mâconnais (type de Sennecé-lès-Mâcon) ou plus lointains tels ceux du Jura (type de Lains), du Lyonnais (type d’Oullins), de Picardie (type d’Origny-Sainte-Benoîte) et de Touraine (type du Grand-Pressigny). Ce dernier matériau, importé sous forme de lames et peut-être d’éclats, a fourni quelques objets dont certains repris dans des pièces détériorées comme on peut le constater d’après plusieurs outils de la collection Loydreau, grattoirs et racloirs à encoches par exemple (fig. 146).

Fig. 146.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. Objets en silex pressignien. 1-2, poignards ; 3, racloir à encoches tiré d’un segment médian de poignard ; 4, armature triangulaire à pédoncule et ailerons ; 5, grattoir à base encochée en bout, taillé dans un segment de poignard ; 6, grattoir frontal sur segment de lame à crête latérale. (Coll. Loydreau, Musée Rotin, Autun).

Fig. 146.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. Objets en silex pressignien. 1-2, poignards ; 3, racloir à encoches tiré d’un segment médian de poignard ; 4, armature triangulaire à pédoncule et ailerons ; 5, grattoir à base encochée en bout, taillé dans un segment de poignard ; 6, grattoir frontal sur segment de lame à crête latérale. (Coll. Loydreau, Musée Rotin, Autun).

Définition de l’industrie lithique du Néolithique final du type de Chassey

142Les caractéristiques essentielles de l’industrie lithique sont les suivants :

  1. du point de vue de l’approvisionnement,

    1. l’emploi prioritaire des silex locaux pour l’outillage courant (69 %),

    2. le rôle complémentaire des silex de l’Yonne (7 %),

    3. l’utilisation occasionnelle de silex exogènes inconnus des niveaux précédents, tels le silex de Touraine (Grand-Pressigny) et un silex du Vermandois (Origny-Sainte-Benoite) ;

  1. du point de vue technologique,

    1. la pratique d’un débitage en éclats ou éclats laminaires plutôt qu’en lames,

    2. la fréquence des microretouches et des micro-denticulations,

    3. l’usage de la retouche bifaciale pour les armatures perçantes et accessoirement pour les poignards ;

  1. du point de vue typologique,

    1. la prédominance des grattoirs (30 %),

    2. la part importante des microretouchés et des microdenticulés (18 %) comme c’est le cas dans le Néolithique Moyen Bourguignon,

    3. la place non négligeable des racloirs simples, des raclettes, des denticulés,

    4. l’apparition des poignards à soie (en silex pressignien ou non),

    5. la présence de racloirs à encoches latérales (un exemplaire a été trouvé en limite du niveau 5, mais d’autres de même type existent dans la collection Loydreau).

    6. l’essor des armatures de flèches perçantes à pédoncule et ailerons (par rapport aux armatures foliacées et pédonculées) de silhouette assez trapue et de technique dans l’ensemble relativement peu élaborée,

    7. l’intérêt pour les grandes lames de silex tourangeau.

143Les haches polies, en roches vertes, sont de taille moyenne, en tout cas généralement plus grandes que celles du Chasséen.

144Aucun objet perforé en roche tenace n’a été rencontré à la fouille, mais les « haches-marteaux » présentes en nombre dans la collection Loydreau (objets complets et pièces de technique telles des « carottes de perçage ») incitent à penser qu’elles sont partie intégrante du mobilier du Néolithique final du type de Chassey.

Industrie céramique

Caractéristiques principales de l’industrie céramique

145Bien que le trop faible nombre d’anses répertoriées dans le niveau 5 (quarante-cinq individus) interdise une analyse statistique, il est très net cependant que les formes simples, boutons, mamelons, languettes, pleins ou perforés, l’emportent en nombre. Les poignées-tiges, qui proviennent de cuillères ou de louches, sont fortement représentées (fig. 144).

146L’effectif des vases, en formes identifiables, est de soixante et onze (fig. 145). On notera d’une part que les formes anguleuses sont assez courantes qui représentent 11 % de l’ensemble, d’autre part que les vases cylindriques et les vases au galbe de tonneau, avec des taux respectifs de 25 % et de 8 %, prennent une position significative. Il en va de même pour les ustensiles à puiser et à boire, louches et cuillères, qui, avec un taux global de 20 %, couvrent un cinquième des formes.

147Les décors jouent ici un rôle important puisque leur taux est de 14 %. Ce sont des cordons en relief, des cannelures sous lèvre, et le décor au peigne.

Définition de l’industrie céramique du Néolithique final du type de Chassey

148L’industrie céramique du niveau 5 présente des caractères originaux dont on peut retenir les éléments suivants :

  1. en ce qui concerne la technique,

    1. l’association de vases d’aspect assez rustique au dégraissant apparent et de vases soignés à pâte finement dégraissée et à surface lisse,

    2. l’emploi généralisé de dégraissants de nature granitique (granite concassé et sables granitiques),

    3. l’intégration assez systématique de paillettes de mica noir altéré dans la pâte des vases rustiques,

    4. la fabrication de vases à décor campaniforme avec une pâte incorporant des paillettes de mica ;

  1. en ce qui concerne les anses,

    1. la variété, malgré leur faible nombre, des types d’anses (boutons et mamelons ronds ou olivaires pleins ou perforés, languettes, anses en ruban),

    2. la perduration des barrettes multiforées,

    3. le nombre important des poignées-tiges réservées aux cuillères et aux louches,

    4. la présence exceptionnelle de l’anse rostriforme de style artenacien ;

  1. en ce qui concerne les formes,

    1. la fréquence des formes élevées, cylindriques et galbées en tonneau, à fond rond ou aplati évoquant parfois les « pots à fleurs »,

    2. le taux notable des formes carénées,

    3. l’abondance remarquable des cuillères à bouche et des louches,

    4. la présence de types singuliers tels que la coupe carénée à anse en ruban et les campaniformes,

    5. l’absence du plat à pain ;

  1. en ce qui concerne les décors

    1. l’association de styles de décors différents (cordons lisses en relief, cannelures sous le rebord de style Horgen, décors au peigne de type campaniforme).

Industrie sur matières dures animales

149L’industrie des matières dures animales a un répertoire relativement réduit (fig. 137). Le bois de cerf, assez largement utilisé, donne des gaines droites ou à ressaut. Les pointes rondes, extraites surtout de métapodes d’ovicapridés et de cervidés, sont massives comme dans le Néolithique Moyen Bourguignon. Une armature losangique est faite dans une épaisse esquille d’os.

150L’industrie des matières dures animales reste dans la lignée de celle du Néolithique Moyen Bourguignon, avec prédominance du bois de cerf utilisé pour les gaines de haches et persistance des pointes rondes massives sur métapodes, d’ovicapridés principalement.

Parure

151La parure est peu développée : pendeloque arciforme en roche verte de style Seine-Oise-Marne, pendeloque taillée dans une coquille de grande mulette (Pseudunio auricularius), canine inférieure de porc percée. Une canine de suidé clivée, finement abrasée et appointie. peut être considérée comme un ornement (pectoral ou nasal) ; il existe deux exemplaires comparables dans la collection Loydreau (fig. 147, n° 1).

Les caractères du Néolithique final DU « TYPE DE Chassey »

152La composition des industries du Néolithique final du niveau 5 de la Redoute, à l’instar de celle du Néolithique Moyen Bourguignon, paraît relativement complexe. Elle résulte de l’assemblage de plusieurs éléments caractéristiques, dont certains sont très discrètement représentés, qui renvoient en principe à différentes cultures. Cette diversité ne devrait pas résulter de l’intégration de documents hétéroclites dans la couche 5, comme nous l’avons indiqué plus haut (chapitre VIII), étant donné l’homogénéité du sédiment et la position de ces documents au sein même de la couche. On ne trouve d’ailleurs dans la collection Loydreau ni les céramiques ni les objets de silex caractéristiques d’autres groupes culturels précis en nombre suffisant pour qu’on puisse considérer que ces groupes existent en propre à Chassey. Cette composition complexe ne semble donc pas résulter d’un mélange accidentel d’éléments culturels diachroniques, mais constituer en réalité la particularité du Néolithique final de Chassey.

Un reliquat du Néolithique moyen

153Nous avons tendance à considérer les formes carénées du corpus céramique du niveau 5, de même peut-être que l’anse triforée (fig. 127, n° 6), comme les témoins d’une persistance du Néolithique moyen, certes très atténuée. Nous avons montré ci-dessus l’impact sur le Néolithique Moyen Bourguignon de la tradition chasséenne que ce dernier a pu conserver et transmettre. Cette part du Néolithique moyen, assez réduite à Chassey, paraît plus marquée dans le répertoire des formes céramiques du groupe de la Saône, comme dans le site d’Ouroux-sur-Saône où se trouvent des vases à paroi distincte et carène vive ou arrondie, des boutons à perforation basale, des baguettes pleines et multiforées et même un décor géométrique gravé caractéristique quoique très nettement abâtardi (Thevenot, 1973).

Fig. 147.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1, ornement à deux pointes (nasal ou pectoral ?) tiré d’une canine de sanglier ; 2, pendeloque arciforme en roche verte ; 3, pendeloque en forme de hachette, en roche éruptive ; 4, plaquette biforée façonnée dans une plaquette tirée d’une canine de sanglier. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 147.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1, ornement à deux pointes (nasal ou pectoral ?) tiré d’une canine de sanglier ; 2, pendeloque arciforme en roche verte ; 3, pendeloque en forme de hachette, en roche éruptive ; 4, plaquette biforée façonnée dans une plaquette tirée d’une canine de sanglier. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

154On pourrait faire appel à une influence éventuelle des groupes du Néolithique final méditerranéen et rhodanien pour expliquer la présence des formes carénées et de la céramique fine et lustrée dans les ensembles régionaux du Néolithique final (Pétrequin et alii, 1988, p. 72). Mais il n’est pas exclu que cette présence soit le fruit d’une évolution sur place, le Néolithique final du niveau 5 et le Néolithique moyen du niveau 6 étant susceptibles de se placer sur une même ligne évolutive.

Un héritage du Seine-Oise-Marne et du Horgen

155La vallée de la Saône et les collines de la retombée calcaire occidentale en Saône-et-Loire et en Côte-d’Or, et tout spécialement le gisement de Chassey, sont placés suivant les auteurs tantôt dans l’aire d’extension de la culture de Seine-Oise-Marne (Bailloud, 1964 ; Pétrequin et alii, 1988), tantôt dans la zone occupée par le Horgen (Jeunesse et alii, 1998). Cette situation correspond tout à fait à la vocation naturelle de cette région et l’on est en droit de penser que ces deux entités culturelles, même si elles n’y sont pas pour le moment identifiées en tant que telles, ont pu laisser quelques témoins dans les industries du Néolithique final.

La part Seine-Oise-Marne

156En effet, quoique représentée par des sépultures de structure différente de celle des hypogées classiques de sa zone centrale, la culture de Seine-Oise-Marne est bien implantée dans le nord de la Bourgogne, en Sénonais et dans une partie de l’Auxerrois (Bailloud, 1964). La tombe en semi-hypogée des Durillons à Marsangy en est une illustration (Carré, 1982). Nous avons déjà évoqué l’influence que le Seine-Oise-Marne icaunais a exercée jusqu’en Bourgogne orientale (Thevenot, carré, 1976).

157Les objets provenant de Chassey qui semblent pouvoir témoigner de cette influence concernent surtout le domaine de la parure. Une plaquette subrectangulaire biforée de la collection Loydreau, taillée certes dans la face émaillée d’une canine de sanglier (fig. 147, n° 4), reproduit le modèle des pendeloques biforées en nacre ou en os courantes dans les tombes du Seine-Oise-Marne et peut être, en conséquence, suivant G. Bailloud, tenue pour typique de cette culture (Bailloud, 1964, fig. 46). Pourraient l’être également un « pendentif » en forme de quille de la collection Loydreau, façonné dans une pointe d’andouiller de cerf par dégagement d’une extrémité emboulée (Déchelette, 1908, fig. 197, n° 4), déjà signalé par G. Bailloud (Bailloud, 1964, p. 226), de même qu’une pendeloque en pierre en forme de hachette, tirée d’une roche éruptive de couleur grise et vert pâle, modèles connus l’un et l’autre en milieu Seine-Oise-Marne (Constantin, Blanchet, 1998, pl. 10).

158Mais la parenté est moins envisageable en ce qui concerne la pendeloque arciforme en pierre verte du niveau 5 et la plaquette uniforée en nacre qui l’accompagne (fig. 131, nos 2, 3), ou encore deux pendeloques arciformes en roche d’origine éruptive de la collection Loydreau (fig. 147, n° 2). Ces types de parures ont en effet une aire de répartition plus vaste puisqu’ils sont présents dans le Seine-Oise-Marne, mais aussi dans l’Artenac (Villes, 1983, p. 36).

159Certes les mobiliers céramique et lithique du niveau 5 ne sont pas attribuables ou assimilables au Seine-Oise-Marne proprement dit. Les nombreux points communs qu’ils présentent avec ceux du groupe du Gord, dont on sait d’après le site de Videlles qu’il se superpose au Seine-Oise-Marne, sont éloquents à ce sujet (Bailloud, Coiffard, 1967). En effet, dans le mobilier du niveau 5 se trouvent d’une part les vases tronconiques ou à flancs galbés à fond plat dotés généralement de deux languettes de préhension, les cuillères, les louches et les fusaïoles en terre cuite, d’autre part les racloirs à encoches, les microdenticulés nombreux, les armatures perçantes à pédoncule et ailerons peu élaborées et les poignards, qui sont considérés comme des éléments caractéristiques du groupe du Gord (Bailloud, 1982, fig. 19, n° 26 ; Blanchet, 1984 ; Cottiaux, 1995 ; Constantin, Blanchet, 1998, p. 615).

160Le mobilier du niveau 5 de Chassey se place apparemment sur un même niveau culturel et chronologique que celui du Gord. S’il n’y a pas lieu de croire à une perpétuation du groupe de Seine-Oise-Marne parallèlement au Gord (Bailloud, 1982, p. 34), ce dernier trouve indéniablement une grande partie de ses fondements dans la culture de Seine-Oise-Marne (Lambot, 1981, p. 17 ; Villes, 1983, p. 43), comme c’est aussi vraisemblablement le cas d’ailleurs pour la culture d’Artenac dont le répertoire mobilier présente beaucoup de points communs avec le Gord (Roussot-Larroque, 1984, p. 186). La présence dans le niveau 5 de Chassey d’éléments de caractère Seine-Oise-Marne peut donc s’expliquer, à notre sens, par l’influence que cette culture a exercée d’une manière générale, avec plus ou moins d’intensité, sur les groupes de la fin du Néolithique situés à son contact ou dans son emprise.

La part Horgen

161En est-il de même avec le Horgen ? À Chassey, on peut sans problème reconnaître que les tessons de vases à corps cylindrique ou tronconique du niveau 5, de technique rustique, marqués d’une gorge profondément inscrite dans la pâte fraîche à courte distance sous la lèvre, n’ont, dans l’aire géographique qui nous intéresse, d’autres homologues que dans le Horgen dont ils sont caractéristiques (fig. 129, nos 5 et 6) ; c’est également le cas des rebords amincis qui leur sont associés (fig. 129, n° 1). Ils sont considérés les uns et les autres comme de réels marqueurs stylistiques du Horgen (Giligny, 1995, p. 204). Les pièces bipointes étant fréquentes dans le Horgen, nous pourrions de la même façon considérer que l’armature losangique en os du niveau 5 pourrait être rattachée à cette culture. La même idée pourrait être retenue pour quelques pièces en bois de cerf de la collection Loydreau, notamment une soi-disant « pendeloque » à quatre ou cinq boules superposées qui a des homologues dans le Horgen de Suisse occidentale, comme à Portalban II à Delley (Ramseyer, 1987, fig. 52-53).

Fig. 148.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1-3, vases à fond plat avec ou sans anse ; 4, fragment de bol ou de coupe campaniforme décoré au peigne d’une bande à motif en arête de poisson et d’une bande à remplissage scalariforme ; 5, fragment de gobelet campaniforme à décor de bandes alternativement effectuées au peigne et à la cordelette. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

Fig. 148.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1-3, vases à fond plat avec ou sans anse ; 4, fragment de bol ou de coupe campaniforme décoré au peigne d’une bande à motif en arête de poisson et d’une bande à remplissage scalariforme ; 5, fragment de gobelet campaniforme à décor de bandes alternativement effectuées au peigne et à la cordelette. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).

162Les caractères horgeniens perceptibles dans le mobilier du niveau 5 sont en fait très discrets. Ils peuvent procéder cependant d’une transmission du même genre que celle à laquelle sont dus les caractères Seine-Oise-Marne que nous avons mis en évidence. Certes, les vases plutôt rustiques à pâte à gros dégraissant, au corps tronconique ou un peu galbé et à fond plat présents à Chassey (coll. Loydreau) ne peuvent ressortir vraiment au Horgen, car ils ne sont pas façonnés selon la technique si particulière des productions céramiques de ce groupe (Martineau, 2000, p. 123-136). Pour autant, les quelques éléments céramiques de style horgenien du niveau 5 de Chassey évoquent ceux de la céramique du Horgen de Suisse occidentale que les rebords amincis, les cannelures uniques sous rebord, les silhouettes galbées distinguent (Voruz, 1991b). La Bourgogne du Sud située sur les marges occidentales de l’aire d’extension du Horgen en a donc sans doute reçue l’influence (Jeunesse et alii, 1998, p. 527). Cette remarque serait d’autant plus fondée que l’influence du Horgen pourrait s’être exercée encore plus à l’ouest, jusque dans l’est du Berry, si l’on en croit les formes céramiques stéréotypées tronconiques et galbées et les cannelures sous rebord du répertoire des céramiques de l’enceinte du Montet à Déols dans l’Indre, reconnues comme antérieures au Gord et à l’Artenac (Hamon, 1997).

Une marque du Campaniforme

163Le Campaniforme est présent à Chassey comme à Ouroux-sur-Saône. Les rares témoins en sont d’une part les petits tessons trouvés dans le niveau 5 (fig. 129, n°s 7 à 9), d’autre part un fragment du rebord d’une coupe à décor au peigne en chevrons et en échelle ainsi qu’un tesson de vase décoré de lignes imprimées à la ficelle alternant avec des bandes de hachures obliques tracées au peigne, qui appartiennent tous deux à la collection Loydreau (fig. 148, nos 4 et 5). Les récipients dont proviennent les tessons du niveau 5 sont façonnés pour certains avec des pâtes micacées, comme une grande partie des produits céramiques du niveau, et n’ont pas la finition soignée ni la couleur brun rouge des campaniformes « classiques ».

164À Chassey l’effet campaniforme est peu marqué. Il n’existe assurément pas dans ce gisement un horizon de cette culture. La présence de décors au peigne sur des vases traités selon les techniques courantes, témoigne d’une simple assimilation du décor campaniforme. Le mobilier lithique du niveau 5, pas plus que celui de la collection Loydreau, ne comporte cependant d’armature à pédoncule et ailerons de type évolué. À l’inverse, à Ouroux, l’influence campaniforme ne se limite pas à quelques vases décorés au peigne, mais paraît plus affirmée, si l’on considère le nombre de tessons de vases campaniformes, le perfectionnement des flèches triangulaires et ogivales à ailerons carrés ou tronqués et la présence de poignards à retouches en écharpe, voire de perles en cuivre (Thevenot, 1973, fig. 35 et 38).

165Ces remarques apportent la preuve de l’existence d’une influence du groupe Campaniforme, dont on sait qu’il existe en propre dans la région, comme dans le site d’habitat de la Noue à Saint-Marcel, sur les groupes en place de Chassey et d’Ouroux, et donc la preuve de la perduration de ces groupes jusqu’à une phase avancée du Néolithique final. Ce phénomène semble s’être produit également avec le Gord (Constantin, Blanchet, 1998, p. 619) et peut-être avec l’Artenac (Roussot-Larroque, 1984, p. 188- 189).

Un indice d’Artenac

166Une écuelle à paroi distincte légèrement « épaulée » du niveau 5 porte une anse rostriforme qui est d’un modèle tenu pour caractéristique de la culture d’Artenac (fig. 126, n° 7). Ce type d’anse équipe par exemple un vase de Saint-Yzans-de-Médoc en Gironde et un autre de l’enceinte de Diconche à Saintes en Charente-Maritime, qui appartiennent à cette culture (Roussot-Larroque, 1998, pl. 9). Ce mode de préhension était toutefois connu du groupe néolithique moyen de Chambon (Irribaria, 1997, fig. 12).

167Nous ne voyons dans le témoin de Chassey qu’un indice d’une influence de la culture d’Artenac sur le Néolithique final de Bourgogne orientale, comme il semble que ce soit le cas pour le site lacustre des Baigneurs à Charavines (Bocquet, 1976). Il n’y a pas lieu en effet de rattacher toute la région à l’aire d’extension de la culture d’Artenac (Roussot-Larroque, 1984). Nous ne pensons pas, à l’instar de P. Pétrequin. que l’idée d’une appartenance à la culture d’Artenac du site d’Ouroux par exemple, et partant du groupe de la Saône, voire des sites du Jura et de Savoie, puisse être retenue sur la présence dans le répertoire mobilier, de racloirs à encoches, de poignards éventuellement du Grand-Pressigny, de vases en bouteilles, de languettes biforées, de fusaïoles, qui sont à cette phase du Néolithique plutôt ubiquistes (Roussot-Larroque, 1984, p. 187 ; Pétrequin, 1988a, p. 59 ; Pétrequin et alii, 1988, p. 71).

168Dans le même esprit, nous avons rattaché les pendeloques en forme de hachettes à une influence de la culture de Seine-Oise-Marne plutôt qu’à celle d’Artenac ; les pendentifs arciformes pourraient procéder d’une même action. En définitive, le Néolithique final de Chassey se fonde à notre avis pour une part importante, mais difficile à évaluer pour le moment, sur le Seine-Oise-Marne et le Horgen. Il est d’ailleurs généralement admis comme nous l’avons déjà indiqué que ces deux entités culturelles jouent un rôle sensible sinon primordial dans la région (Gallay, Gallay, 1968, p. 39 ; Chastel, Voruz, 1988, p. 108 ; Jeunesse et alii, 1998, p. 528-529).

Des prémices du Bronze ancien ?

169Le vase caréné à anse rubanée du niveau 5 (fig. 126, n° 1) ne détonne pas dans la série des céramiques fines du niveau ; il est bien dans la technique assez élaborée qui les caractérise. Sa forme est pourtant celle du vase caréné ansé qui sera l’une des caractéristiques du corpus céramique du Bronze ancien, même si la silhouette et les proportions peuvent alors en différer quelque peu. Des cruches, bien datées de cette période, sont présentes en Mâconnais, dans une sépulture sous tumulus de la Bergère à Verzé (Combier, 1962, fig. 64 ; Barthélemy, 1976, fig. 44) et dans la grotte de Rizerolles à Azé (Combier, 1959, fig. 21). La tasse tournugeoise de La Truchère, par son décor « cosmopolite » exceptionnel qui garde d’ailleurs encore des marques campaniformes évidentes, se place en quelque sorte en intermédiaire entre Néolithique final et Bronze ancien déclaré (Gallay, Gallay, 1968, fig. 11).

170Le vase du niveau 5 pourrait constituer en ce sens un indice de l’ancrage du Bronze ancien dans le Néolithique final régional. Les quelques cordons en relief qui l’accompagnent (fig. 132, n°s 1 à 4) pourraient venir renforcer cette remarque. D’autres indices que nous examinerons dans le chapitre suivant tendent à confirmer en effet l’absence de solution de continuité entre la fin du Néolithique et le début de l’Âge du Bronze du moins dans la région.

La part autochtone

171Les histogrammes relatifs aux industries des niveaux 6 et 5 mettent en évidence un certain nombre de similitudes entre le Néolithique Moyen Bourguignon et le Néolithique final du type de Chassey. Le graphique des produits lithiques, installés dans les deux cas de façon préférentielle sur éclats, montre les mêmes proportions de denticulés, de racloirs et de raclettes, un fort pourcentage de microretouchés et de microdenticulés, un faible nombre de burins, ou encore (au moins pour ces deux niveaux) l’absence d’armatures tranchantes (fig. 143). Le graphique des produits céramiques fait apparaître des pourcentages équivalents, à considérer les vases à paroi distincte à carène vive ou ronde et les vases sphériques et semi-sphériques (fig. 145). L’industrie osseuse enfin a un développement important dans les deux niveaux, avec le même usage développé du bois de cerf et les mêmes caractères massifs. Ces points communs tendent à prouver que les deux entités se placent sur une même ligne évolutive, en fait que le Néolithique final n’est pas, en matière d’industries, en rupture avec le Néolithique moyen (Thevenot, 1990, p. 203).

172Le Néolithique final du niveau 5 se distingue notoirement de celui du groupe de la Saône ne serait-ce que par l’industrie lithique techniquement très évoluée et typologiquement diversifiée du dernier. L’industrie du niveau 5 se retrouve par contre avec les mêmes caractéristiques dans d’autres sites de hauteur de Côte-d’Or tels les camps du Mont-Milan à Meursault (Chevillot, 1984b) et du Châtelet à Étaules (Nicolardot, 1984b, 1988b, 2003). Elle nous paraît en conséquence caractériser une entité originale que nous avons dénommée Néolithique final du « type de Chassey » en l’attente d’un nom plus approprié qu’un autre site bien documenté pourrait fournir (Thevenot, 1985a, p. 126).

173Les données relatives aux matériels des six niveaux néolithiques de la stratigraphie de la Redoute montrent bien au total l’existence de trois faciès techno-typologiques différents qui correspondent à trois groupes culturels différents. Le Chasséen, représenté par quatre niveaux, semble pouvoir être scindé en deux phases, l’une comprenant les niveaux 10 à 8 dans lesquels l’influence Rössen est très sensible, l’autre formée par le niveau 7 qui se distinguerait surtout par la disparition de la présence Rössen. Le Néolithique Moyen Bourguignon du niveau 6 ne caractérise quant à lui qu’un moment récent dans l’évolution de ce groupe dont il faut pour le moment rechercher ailleurs les autres phases. Le Néolithique final du niveau 5 enfin permet d’individualiser une entité différente de celle mieux connue jusqu’ici par le gisement d’Ouroux-sur-Saône, du groupe de la Saône. En guise de conclusion à ce travail monographique, nous tenterons dans le chapitre qui suit, de replacer ces trois « moments » dans le schéma général du Néolithique de Bourgogne orientale tel que nous pouvons l’esquisser aujourd’hui.

Table des illustrations

Titre Fig. 132.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 133 – Camp de Chassey. Chasséen (niv. 8). Origine des matériaux siliceux. Les matériaux siliceux du niveau 8 ont été analysés de façon exhaustive (Affolter, dans ce volume). 30 % des silex utilisés sont originaires du Chalonnais (1, Mellecey). 6 % proviennent de régions proches, Mâconnais (2, Sennecé-lès-Mâcon) et Revermont (3, Lains). Les silex exogènes de provenance lointaine, Yonne (4, Paron ; 5, Arces-Dilo) et Loir-et-Cher (6, Meusnes), ont des taux respectifs de 39 et de 20 %. Les silex de la basse vallée du Rhône (7, Treschenu-Creyers ; 8, Mont-Ventoux ; 9, Sanilhac) représentent moins de 4 % de l’approvisionnement. Sur l’ensemble des « silex blonds » du niveau 8, ceux qui viennent du sud ne représentent que 1,6 %. Pour les niveaux 9 et 7, les proportions entre les différents types de silex varient sensiblement. Voir également infra (fig. 158) la carte des lieux d’origine des silex utilisés par les Chasséens de Chassey.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 134.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 135.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 7). Matériel céramique : décompte typologique des formes de vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 136.– Camp de Chassey. Chasséen. Figurines anthropomorphes en terre cuite. 1, jambe de statuette en ronde bosse provenant du niveau 8 (fig. 75, n° 17) ; 2, statuette féminine dont le torse, de section ovalaire, est percé d’un trou vertical profond et dont le bassin, large et callipyge, est muni de deux boutons qui esquissent les jambes. (N° 2, coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 137.– Camp de Chassey. Chasséen (niv. 10 à 5). Objets en matières dures d’origine animale (os, bois de cerf, canines de suidés) et éléments de parure : décompte typologique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 138.– Camp de Chassey. Éléments de parure rapportés au Chasséen. 1-2, valve droite et valve gauche de moule perlière (Margaritifera margaritifera) biforées ; 3, fragment de valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) perforée ; 4-8, pendeloques, entières ou fragmentées, tirées de la face antérieure d’incisives inférieures de castor, les unes décorées, par grattage ou abrasion, de bandes transversales (n° 4), de taches semées en désordre (n° 5) ou de points alignés (n° 6) qui apparaissent en blanc sur le fond orange vif de l’émail, les autres dépourvues de décor (n°s 7-8). (N°s 3, 6-8, d’après des photographies d’É. Loydreau). (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 139.– Camp de Chassey. Décors de style Rössen. 1, ligne de boutons au repoussé ; 2, 5, 7, lignes superposées de triangles, pendants ou dressés, remplis à la pointe penchée ; 3, ligne tracée au poinçon plat penché ; 4, lignes de coups de poinçon bifide ; 6, quadrillage effectué à la pointe penchée ; 8-9, bandes poinçonnées disposées en chevrons imbriqués, sur des mamelons plats perforés ; 10, décor au poinçon bifide sur une carène ; 11, bande tracée au poinçon plat, pincée entre une ligne de coups de pointe penchée et une bande de triangles pendants hachurés à la pointe penchée ; 12, triangles et chevrons imbriqués tracés à cru sous une ligne de pastilles appliquées. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun, sauf n° 10, coll. Perrault, Musée Henri Régnier, Mont-Saint-Vincent).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 140.– Barbirey-sur-Ouche, Grotte de Roche-Chèvre. Vase à décor Rössen de style Bischheim rhénan. (Coll. R. et M. Vernet, Agey).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 141.– Composantes du Chasséen de Chassey (d’après les matériels des niveaux 10 à 8, complétés par quelques objets de la collection Loydreau). 1, éléments de type méridional, intégrés dans le « stock de base » du Chasséen ancien ou issus éventuellement des relations postérieures entretenues avec le Midi ; 2, éléments empruntés au Saint-Uze dans la vallée moyenne du Rhône ; 3, élément traduisant l’influence de la culture italienne des Vases à bouche carrée (transmise par le Chasséen ancien ou par le Saint-Uze) ; 4, éléments témoignant d’une influence du Cerny ; 5, éléments Rössen attachés aux relations avec le Bassin parisien et avec la vallée du Rhin. Dans le complexe matériel de Chassey, le fonds méridional tient la plus grande place (environ les deux tiers) ; les emprunts au Saint-Uze et au Rössen paraissent à peu près d’égale importance (entre 10 et 15 %) ; l’influence du Cerny semble plus faible (moins de 10 %) ; celle des Vases à bouche carrée reste ponctuelle.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre ► Fig. 142.– Expansion du Chasséen, hors du Midi méditerranéen, en direction de la Bourgogne et du Bassin parisien. Ce phénomène se situerait vers 4500-4400 av. J.-C. selon la chronologie généralement admise à l’heure actuelle dans l’est de la France. La ou les zones de Provence et du Languedoc d’où le Chasséen de Bourgogne serait issu ne peuvent être encore reconnues. Dans la vallée moyenne du Rhône, le Chasséen ancien traverse l’aire d’occupation du Saint-Uze. En s’engageant dans la vallée de la Saône, il entre dans un milieu culturel qui n’est pas encore nettement identifié (Saint-Uze dans la basse vallée de la Saône ? Cerny ou autre dans la vallée moyenne ?). Une fois installé dans le bassin moyen de la Saône, le Chasséen enregistre une influence du Rössen venant d’une part du Bassin parisien (Bischheim occidental ou Menneville sensu lato), d’autre part de l’Alsace (Bischheim rhénan) et intègre aussi quelques éléments Cerny venus du domaine icaunais ou assimilés sur place. Il connaît à ce moment là un développement important dans la région. – Le Chasséen du Midi languedocien qui emprunte les vallées de la Loire et de l’Allier, a déjà dans la vallée moyenne de la Loire perdu une part importante de ses caractères méridionaux. À hauteur de la confluence Seine-Yonne il entre en contact avec un Cerny encore fortement implanté et participera à la naissance au groupe de Noyen. Dans le Bassin parisien (Picardie), le Chasséen septentrional se trouve au contact du Bischheim occidental.
Légende Principaux sites mentionnés. 1, Nice (villa Giribaldi) ; 2, Salernes (baume Fontbrégoua) ; 3, Baudinard-sur-Verdon (grotte supérieure de l’Église) ; 4, Châteauneuf-lès-Martigues (la Font des Pigeons) ; 5, Istres (station 2 de Miouvin) ; 6, Montpellier (Jacques Coeur II) ; 7, Villeneuve-lès-Maguelonne (grotte de la Madeleine) ; 8, Ferrières-Poussarou (grotte de Camprafaud) ; 9, Sallèles-Cabardès (grotte Gazel) ; 10, Conques-sur-Orbiel (Font-Juvénal) ; II, Berriac (les Plots) ; 12, Villeneuve-Tolosane (la Terrasse) ; 13, Toulouse (Saint-Michel-du-Touch) ; 14, Launaguet (les Monges) ; 15, Saint-Rome-de-Cernon (grotte de Sargel) ; 16, Barret-de-Lioure (le Moulin) ; 17, Ballons (Tresclar) ; 18, Vercoiran (Sainte-Luce) ; 19, Montmaur-en-Diois (Saint-Antonnaire) ; 20, Die (Chanqueyras) ; 21, Saint-Uze (Plateau Raverre) ; 22, Simandres (les Estournelles) ; 23, Espaly-Saint-Marcel (les Rivaux) ; 24, Polignac (le Pirou) ; 25, Périgneux (le Suc de la Violette) ; 26, Clermont-Ferrand (rue de l’Oradoux) ; 27, Clermont-Ferrand (Poncharraud) ; 28, Ambérieu-en-Bugey (grotte du Gardon) ; 29, Cormoranche-sur-Saône (les Ordeliers) ; 30, Sion (le Petit Chasseur) ; 31, Saint-Léonard (sur le Grand Pré) ; 32, Chavannes-le-Chêne (le Vallon des Vaux) ; 33, Les Planches-près-Arbois (grotte des Planches) ; 34, Saint-Rémy (le Moulin de Droux) ; 35, Chassey (Camp de Chassey) ; 36, Marcheseuil (la Montagne de Bard) ; 37, Barbirey-sur-Ouche (grotte de Roche-Chèvre) ; 38, Uxeau (le Mont Dardon) ; 39, Saint-Éloi (Harlot) ; 40, La Groutte (Camp de César) ; 41, Gondenans-Montby (grotte de la Tuilerie) ; 42, Gonvillars (grotte de Gonvillars) ; 43, Wittenheim (Rue de la Forêt) ; 44, Entzheim (sablière Oesch) ; 45, Lingolsheim (sablière Zimmer) ; 46, Saint-Moré (grotte de Nermont) ; 47, Beaumont (le Crot aux Moines) ; 48, Passy (Richebourg) ; 49, Gisy-les-Nobles (le Pré Tomery) ; 50, Cannes-Écluse (la Vallée des Moulins) ; 51, Marolles-sur-Seine (le Chemin de Sens) ; 52, Balloy (les Réaudins) ; 53, Noyen-sur-Seine (le Haut des Nachères) ; 54, Paris (Bercy) ; 55, Boury-en-Vexin (le Cul froid) ; 56, Catenoy (Camp de César) ; 57, Jonquières (le Mont d’Huette) ; 58, Compiègne (le Coq Galleux) ; 59, Berry-au-Bac (la Croix Maigret) ; 60, Menneville (Derrière le Village) ; 61, Néons-sur-Creuse (Champagne) ; 62, Chambon (les Chevrettes) ; 63, Ligueil (les Sables de Mareuil) ; 64, Amboise (les Châtelliers) ; 65, Contres (le Château Gabillon) ; 66, Muides-sur-Loire (le Bas du Port Nord).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 143.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel lithique : décompte typologique des objets en matériaux siliceux et histogramme des pourcentages des types d’outils et d’armes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 144.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des éléments de préhension et de suspension et histogramme des pourcentages des types d’anses concernant le niveau 6.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 145.– Camp de Chassey. Néolithique Moyen Bourguignon et Néolithique final du type de Chassey (niv. 6 et 5). Matériel céramique : décompte typologique des formes des vases et histogramme des pourcentages des types de récipients.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 146.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. Objets en silex pressignien. 1-2, poignards ; 3, racloir à encoches tiré d’un segment médian de poignard ; 4, armature triangulaire à pédoncule et ailerons ; 5, grattoir à base encochée en bout, taillé dans un segment de poignard ; 6, grattoir frontal sur segment de lame à crête latérale. (Coll. Loydreau, Musée Rotin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 147.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1, ornement à deux pointes (nasal ou pectoral ?) tiré d’une canine de sanglier ; 2, pendeloque arciforme en roche verte ; 3, pendeloque en forme de hachette, en roche éruptive ; 4, plaquette biforée façonnée dans une plaquette tirée d’une canine de sanglier. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 148.– Camp de Chassey. Néolithique final du type de Chassey. 1-3, vases à fond plat avec ou sans anse ; 4, fragment de bol ou de coupe campaniforme décoré au peigne d’une bande à motif en arête de poisson et d’une bande à remplissage scalariforme ; 5, fragment de gobelet campaniforme à décor de bandes alternativement effectuées au peigne et à la cordelette. (Coll. Loydreau, Musée Rolin, Autun).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16870/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search