Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre VIII Le niveau 5

Texte intégral

1La couche 5 couvre une bande assez régulière de 7 m de largeur moyenne et représente une surface de 78 m2 (fig. 116).

2Coupée net du côté ouest par les fouilles d’É. Loydreau, elle s’interrompt naturellement en biseau du côté est, à la rupture de pente où l’érosion l’a plus ou moins tronquée. Bien que relativement plane, elle marque un notable pendage vers le nord qui suit, comme pour la couche 6, une dénivelée de 7 à 8 cm par mètre.

Fig. 116.– Plan de la couche 5. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Les modifications de la surface sont dues essentiellement aux « terrassements » liés à la construction du rempart protohistorique (arrachements en a et b) et de manière secondaire au creusement d’une sépulture et d’un trou de poteau également protohistoriques (c et d). La couche est recoupée à l’ouest par les fouilles d’É. Loydreau.

Fig. 116.– Plan de la couche 5. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Les modifications de la surface sont dues essentiellement aux « terrassements » liés à la construction du rempart protohistorique (arrachements en a et b) et de manière secondaire au creusement d’une sépulture et d’un trou de poteau également protohistoriques (c et d). La couche est recoupée à l’ouest par les fouilles d’É. Loydreau.

NATURE ET FONCTION

3La couche 5 n’a pas été difficile à délimiter du fait de sa composition géologique en contraste très marqué avec la couche 6, garnie de grosses pierres, et avec les couches protohistoriques au sédiment gris (couche 4) et brun (couche 3a) qui la surmontent.

Composition et genèse

4Le sédiment de couleur gris-brun foncé, de structure grumeleuse, qui compose la couche est défini comme un sable limono-argileux (Courty, 1982). Il enveloppe un cailloutis à éléments moyens et petits répartis de façon assez homogène et assez dense. Il montre une meilleure cohésion que le sédiment de la couche sous-jacente et ne manifeste aucune variation latérale dans sa composition. Sur le plateau, il mesure en moyenne 20 à 30 cm d’épaisseur.

5La couche 5 n’est toutefois pas totalement conservée. En effet les travaux d’aplanissement correspondant à la construction du complexe défensif protohistorique qui la recouvre l’ont érodée sur plusieurs mètres carrés du côté intérieur du camp et ont contribué à l’épaissir de notable façon sur le rebord du plateau. Ces arrachements ou décapages sont mis en évidence, en surface de la couche, par les sinuosités anormales des courbes de niveau dans les axes 55 à 57 (fig. 116, a et b). Une partie des terres a été en effet tirée sur la pente comme on le constate nettement dans les axes XLI à XLIII (fig. 117 et 118). La couche mesure à cet endroit 70 cm d’épaisseur ; deux tessons aboutables ont été d’ailleurs trouvés à la verticale l’un de l’autre, à 60 cm de distance. Au sud-ouest de la surface fouillée, dans les axes XLI et XLII, l’amincissement de la couche, en surface du plateau, est particulièrement visible. Les atteintes dues au creusement d’une fosse sépulcrale hallstattienne, ouverte contre le parement interne du rempart de pierres sèches, sont restées quant à elles limitées (fig. 116, c). En revanche un trou de poteau structuré lié au rempart lui-même ou à une sépulture, également hallstattienne, creusée dans sa masse, la traverse réellement (fig. 116, d).

Fig. 117.– Position de la couche 5 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se développait sans doute sur toute la largeur du plateau. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 117.– Position de la couche 5 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se développait sans doute sur toute la largeur du plateau. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 118.– Position de la couche 5 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 118.– Position de la couche 5 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 119 Niveau 5. Plan de répartition des fragments d’enduit de clayonnage. 1, fragments centimétriques d’enduit de clayonnage ; 2, gros fragments d’enduit présentant une surface lisse ou des négatifs de baguettes de clayonnage ; 3, fragments centimétriques d’argile cuite ; 4, gros fragments d’argile cuite, a, trou de poteau à calage de pierres ; b, trou de poteau ovalaire.

Fig. 119 Niveau 5. Plan de répartition des fragments d’enduit de clayonnage. 1, fragments centimétriques d’enduit de clayonnage ; 2, gros fragments d’enduit présentant une surface lisse ou des négatifs de baguettes de clayonnage ; 3, fragments centimétriques d’argile cuite ; 4, gros fragments d’argile cuite, a, trou de poteau à calage de pierres ; b, trou de poteau ovalaire.

6Ces modifications topographiques se sont donc faites principalement par ablation et n’ont pas engendré de perturbation dans le reste de la couche qui est bien en place sur le plateau. Nous avons en effet retenu, à la fouille de cette partie horizontale de la couche, une impression d’ensemble favorable, du fait qu’elle présente de manière générale une composition géologique régulière, une texture uniforme et un cailloutis moyen assez dense. Le seul secteur perturbé est donc celui du coin sud-est du secteur fouillé où les terres de la couche 5 elle-même ont été partiellement déplacées comme nous l’avons indiqué.

Organisation et fonction

7La nature et la fonction du niveau 5 sont délicates à déterminer. Le niveau contient des morceaux d’enduit de clayonnage façonné dans une argile très fine et homogène, dépourvue d’inclusion apparente de minéraux ou d’autre élément végétal, fortement durcie par le feu et colorée par la chaleur en rose ou le plus souvent en gris clair. Des morceaux d’argile cuite à texture grossière, dont quelques-uns présentent des surfaces modelées, les accompagnent. Le plan de répartition de ces éléments fait apparaître, à l’ouest de la surface décapée, une bande de trois mètres de longueur et d’un mètre de largeur sur laquelle se concentrent les plus gros fragments (fig. 119). Les autres éléments, parfois très petits, s’égrènent du nord au sud sans concentration significative.

8Les morceaux d’enduit les plus importants se singularisent par leur surface externe lisse et plane qui évoque non pas une paroi de four domestique, mais plutôt un panneau mural. Des négatifs de baguettes témoignent de l’existence d’une armature ; ces baguettes ont un diamètre qui varie de 1,5 à 3 cm ; certaines sont parallèles et contiguës ; d’autres se recoupent à la perpendiculaire, dessinant un entrelacs particulièrement serré (fîg. 120).

9Le rassemblement des gros morceaux d’enduit suggère la proximité d’une paroi clayonnée et revêtue d’argile. On peut imaginer qu’ils sont à mettre en relation avec deux trous de poteau profonds creusés à proximité ; le premier trou de poteau, à cheval sur les carrés L-54 et LI-54, présente un calage bien conservé de pierres plates piquées à la verticale et dessinant une forme rectangulaire (fig. 119, a) ; le second, inscrit dans le carré XLVII-55, dépourvu de pierres de calage, a une forme ovalaire (fig. 119, b).

10Il est difficile, sur ces maigres données, de proposer une interprétation ; la seule chose que l’on puisse dire est que le secteur concerné par la fouille se trouve selon toute probabilité au contact d’une construction dont la fonction n’est pas reconnue et qui ne pourrait être tenue pour une habitation que par hypothèse. Il reste que la couche avançait assez loin sur le plateau et en occupait certainement la plus grande partie ; la surface disponible pouvait donc accueillir des constructions, quelle qu’en ait été la fonction.

Fig. 120.– Niveau 5. Morceaux d’enduit de clayonnage portant les empreintes de baguettes disposées parallèlement ou à la perpendiculaire.

Fig. 120.– Niveau 5. Morceaux d’enduit de clayonnage portant les empreintes de baguettes disposées parallèlement ou à la perpendiculaire.

Fig. 121.– Niveau 5. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les concentrations principales de tessons correspondent à des fragments de vases écrasés sur place. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.

Fig. 121.– Niveau 5. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les concentrations principales de tessons correspondent à des fragments de vases écrasés sur place. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.

11Sur toute la surface intacte du niveau, le plan des témoins céramiques (fig. 121) et des vestiges lithiques, traduisent une « sédimentation » régulière. Le semis des tessons comme celui des éclats et des outils de silex ne révèlent pas de distribution significative, si ce n’est quelques vases ou gros éléments de vases dont les fragments sont toujours bien en place. De plus, les liaisons entre fragments séparés, toutes d’amplitude très réduite, ne mettent pas en évidence d’axes privilégiés de déplacement. L’impression dominante est donc celle d’un secteur stable. Puisqu’aucune activité domestique ni artisanale particulière n’y est décelable, il pourrait s’agir d’une zone située en marge de l’aire de vie quotidienne d’un habitat.

12En absence de données précises sur la fonction du niveau 5, nous ne pouvons évaluer la durée de mise en place de la couche qui lui correspond.

Cohérence archéologique

13La partie de la couche 5 étalée sur le plateau, apparaît donc comme intacte. Cependant quelques fragments de poteries susceptibles d’être attribués au Néolithique Moyen Bourguignon, ont été trouvés en son sein. Ces tessons peuvent avoir été tirés soit de la surface de la couche sous-jacente, soit de la pente où cette couche affleure et se sont trouvés intégrés dans le sédiment au cours de sa formation. Le fait que la ligne de séparation entre les couches 6 et 5 soit très sinueuse, comme nous l’avons précisé, a pu favoriser cette mobilisation. Quelques objets de style chasséen ont été également intégrés dans le niveau 5, comme deux segments de lames et une petite armature tranchante en silex marqué de cacholong. Ces objets ne proviennent manifestement pas de remaniements in loco, car la couche 6, très épaisse, fait écran entre la couche 5 et la séquence chasséenne inférieure ; mais ils proviennent probablement du rebord du plateau où les couches chasséennes affleurent elles aussi. Ces pièces ont été intégrées de la même manière dans le sédiment au cours de sa constitution. Comme ces éléments intrusifs sont rares et caractéristiques, il y a peu de risque de les prendre en compte dans le catalogue du mobilier du niveau en question.

14L’installation du rempart protohistorique a notablement aminci la couche 5, mais le creusement, au Hallstatt final, de la sépulture déjà citée et du trou de poteau à calage de pierres, ont eu une incidence très limitée. Nous avons montré que le décapage de l’époque ne semble pas avoir porté atteinte à la partie inférieure de la couche que nous avons trouvée très homogène à la fouille.

15Nous avons déjà signalé aussi que la distribution des vestiges aussi bien céramiques que lithiques ne révèle pas d’anomalies et que leur répartition, dans la partie conservée, qui montre pour les premiers des concentrations correspondant à des vases ou à de gros fragments de vases écrasés sur place, n’a pas été modifiée après leur intégration dans le sédiment. Les témoins céramiques du niveau 5 peuvent être rapportés à plusieurs styles culturels, comme nous le verrons plus loin. On pourrait donc être porté à considérer qu’ils sont en position remaniée et invoquer par exemple un phénomène de « compaction ». En fait, cela impliquerait, dans le cas présent, l’insertion de gros morceaux de poteries dans un sédiment dont nous avons vu ci-dessus qu’il était dense, homogène et surtout fourni en cailloux. Or les fragments de deux vases à léger épaulement, dont l’un porte une anse « artenacienne », apparaissent bien en place dans la couche (fig. 126, nos 6 et 7). En réalité, le fait que des tessons portant des cordons soient situés au beau milieu de cette couche (fig. 129, nos 2 et 3) et que d’autres de style Horgen (fig. 129, n°s 1 et 5) ou à décor campaniforme (fig. 129, n° 9) se trouvent tout à sa base, tend à prouver qu’ils font partie d’un même ensemble contenu dans une même unité stratigraphique.

COMPOSITION ARCHÉOLOGIQUE

16Les témoins des divers domaines d’activité artisanale et domestique sont représentés de façon assez équilibrée bien que les vestiges soient relativement peu abondants.

Industrie lithique

Matériel lithique taillé (silex)

Observations techniques

17Les matériaux siliceux employés sont d’abord les silex d’origine locale, déjà utilisés dans les niveaux précédents, c’est-à-dire, par ordre de priorité, le silex crétacé un peu jaune à taches rousses ou blanches du type de Mellecey, puis le silex jurassique gris à inclusions claires, très chailleux, du type de Chamilly ; l’un et l’autre représentent plus des deux tiers des silex utilisés (69 %). Les silex du nord de la région (type de Paron essentiellement) sont peu représentés (7 %), mais celui du sud de la région (type de Sennecé-lès-Mâcon) tient une place très réduite (4 %). Les silex du Jura (type de Lains) et de la vallée du Cher (type de Meusnes) interviennent respectivement à hauteur de 12 %. Parmi les autres matières siliceuses présentes il faut signaler d’une part un silex noir, plus ou moins translucide, à taches grises, très exceptionnel (une seule pièce) qui, selon J. Affolter, provient des assises sénoniennes du nord du Bassin parisien, des environs d’Origny-Sainte-Benoîte, dans l’Aisne, d’autre part, à titre également exceptionnel, car il n’est représenté que par quelques pièces, un silex turonien, de couleur « brun-miel », originaire de la région du Grand-Pressigny, en Indre-et-Loire.

18Le travail du silex ne fait pas appel à des techniques élaborées de débitage ou de retouche. Les nucléus, au nombre de onze, sont tous à éclats. Ils ont été débités jusqu’à l’extrême ; le plus gros n’atteint pas 80 grammes. Ils ne sont pas très typés ; sur six d’entre eux le débitage a été effectué à partir d’un seul plan de frappe, soit en façade pour deux exemplaires, soit de part et d’autre d’une carène pour les autres ; un seul nucléus à débitage unifacial offre deux plans de frappe opposés ; les autres n’ont aucun caractère défini. Tous portent, au stade d’exhaustion où ils se trouvent, les stigmates d’éclats courts.

19Sur l’ensemble des produits qu’ils ont fourni, les plans de frappe les plus nombreux, puisqu’ils tiennent plus de 60 % des talons, sont les plans de frappe lisses ; ils sont quatre fois plus souvent obtus que droits. Ces talons assez souvent larges, avec un point de percussion bien marqué, indiquent un martelage vigoureux au percuteur dur de pierre. Trois percuteurs entiers, deux en silex et un en quartz, très arrondis par l’usage et assez lourds puisqu’ils pèsent respectivement 120, 195 et 200 g, confirment ce mode de débitage. D’assez nombreux plans de frappe corticaux (10 %) le confirment aussi. Un débitage au percuteur doux, voire à la chasse, est cependant attesté par des plans de frappe punctiformes assez nombreux (15 %) ou encore, bien qu’ils soient plus rares, des plans de frappe linéaires, dièdres et facettés.

20L’examen des témoins de débitage atteste la prééminence des éclats sur les enlèvements laminaires. Ces derniers, lames proprement dites et éclats laminaires, n’atteignent que 14 % des types débités ; tous les autres appartiennent à la catégorie des éclats longs (16 %), assez longs (47 %) et larges (23 %). Le fait que des lames et des éclats laminaires aient été sélectionnés pour la fabrication des outils ne semble pas modifier sérieusement ces proportions. La presque totalité des produits bruts et façonnés, à l’exception de quelques pièces, se maintient dans de petits modules ; neuf sur dix en effet mesurent moins de 6 cm de longueur. Simplicité des modes de taille et de retouche et petitesse des pièces façonnées courantes, caractérisent l’industrie lithique du niveau 5.

21Les pièces restent de technique très moyenne, qu’il s’agisse de l’outillage courant ou des armes. La même observation peut d’ailleurs être faite sur le matériel néolithique final de la collection Loydreau.

Typologie

22En dépit du petit nombre d’objets lithiques inventoriés (quatre-vingt-sept) tous les types sont représentés à l’exception du « racloir à encoches » trouvé cependant en marge de la couche.

23Grattoirs (26 ex.).– Les grattoirs constituent les éléments les plus nombreux ; grattoirs entiers et fragments représentent vingt-six outils. Ils ont tous pour supports des éclats courts ou laminaires, éclats qui sont deux fois sur cinq corticaux. L’orientation de la partie active peut être frontale, sur un angle, déjetée ou latérale. Ils mesurent 4 à 5 cm de longueur, mais deux d’entre eux, très petits, tendent vers l’unguiforme. Ce sont principalement des grattoirs simples courts (fig. 122, nos 1 à 7) ou allongés à bords retouchés ou non (nos 8 à 11). Se distinguent dans le lot, deux grattoirs d’angle dont l’un double sur éclat épais (n°s 12 et 13), un grattoir en bout de lame (n° 14), un grattoir à front concave (n° 15) et un grattoir caréné double (n° 16).

24Denticulés (6 ex.).– Parmi les denticulés, au nombre de six, deux peuvent être considérés comme des grattoirs, l’un à retouches inverses (fig. 122, n° 17), l’autre à retouches directes (n° 18). Les autres pièces sont sur des éclats corticaux (n° 19) et dans un cas sur une lamelle (n° 20).

25Troncatures (4 ex.).– Trois troncatures droites sont aménagées en retouches subverticales sur des éclats, l’un en chaille et les autres en silex ; deux cassures en flexion limitent le front d’attaque de l’une des pièces en silex. Une seule troncature, façonnée dans une lamelle, est oblique (fig. 122, n° 21).

26Racloirs (6 ex.).– Au nombre de six, fragments compris, les racloirs se répartissent en deux catégories. La première regroupe des racloirs, en silex local, qui ne sont pas de qualité meilleure que celle des grattoirs ; retouche irrégulière, front sinueux, support cortical ou nucléiforme, sont de la même veine (fig. 122, nos 22 et 23). La seconde comprend deux outils qui, bien que brûlés et fragmentés, présentent une arête active à grand rayon de courbure traitée en retouches plates. Le moins mutilé occupe une large lame de section trapézoïdale, en silex lacustre, retouchée sur un seul côté (n° 24) ; il ne s’agit sans doute pas d’un racloir à encoches car sa longueur est importante, mais un exemplaire caractéristique de ce type d’outil provient des éboulis de pente.

27Raclettes (4 ex.).– Deux éclats dotés de retouches unilatérales courtes et abruptes peuvent être tenus pour des raclettes (fig. 122, nos 25 à 27). Un éclat à tranchant abattu transversalement et un autre à bord finement repris sur face plane s’y apparentent.

Fig. 122.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-7, grattoirs simples courts : 8-9, grattoirs allongés à bords retouchés ; 10-11, grattoirs simples allongés ; 12, grattoir épais double (jumeaux) d’angle ; 13, grattoir caréné d’angle ; 14, grattoir en bout de lame ; 15, grattoir court à front concave ; 16, grattoir caréné double ; 17-18, grattoirs denticulés ; 19-20, éclat cortical et lamelle denticulés ; 21, troncature oblique ; 22-23, racloirs épais à partie active sinueuse ; 24, racloir simple convexe sur lame large ; 25-27, éclats à retouches abruptes (raclettes) ; 28, éclat épais appointi par retouches alternes (alésoir) ; 29, pièce esquillée ; 30, éclat à bord microdenticulé.

Fig. 122.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-7, grattoirs simples courts : 8-9, grattoirs allongés à bords retouchés ; 10-11, grattoirs simples allongés ; 12, grattoir épais double (jumeaux) d’angle ; 13, grattoir caréné d’angle ; 14, grattoir en bout de lame ; 15, grattoir court à front concave ; 16, grattoir caréné double ; 17-18, grattoirs denticulés ; 19-20, éclat cortical et lamelle denticulés ; 21, troncature oblique ; 22-23, racloirs épais à partie active sinueuse ; 24, racloir simple convexe sur lame large ; 25-27, éclats à retouches abruptes (raclettes) ; 28, éclat épais appointi par retouches alternes (alésoir) ; 29, pièce esquillée ; 30, éclat à bord microdenticulé.

28Burins (2 ex.).– Ils n’apparaissent qu’à travers deux chutes de coups de burin, l’une première, l’autre de réaffûtage, et deux médiocres outils entiers sur troncatures retouchées, droite sur l’un, oblique sur l’autre, aux enlèvements ramassés et mal venus.

29Pointe à retouches alternes (alésoir) (1 ex.).– Un alésoir, opposé à un grattoir à front subvertical, est dégagé en pointe épaisse, d’un éclat en chaille rose, par des retouches alternes soignées (fig. 122, n° 28).

30Pièces esquillées (4 ex.).– Des enlèvements, unifaciaux ou bifaciaux, écailleux, voire scalariformes, caractérisent les quatre pièces esquillées répertoriées. Sur un éclat, le martelage a déterminé des esquilles opposées qui confirment une utilisation comme outil intermédiaire de percussion (fig. 122, n° 29) ; l’un des bords de cet outil présente une microretouche continue. Sur un autre les bords concaves très écrasés ressemblent à ceux d’une « pierre à feu ».

31Éclat retouché (1 ex.).– Un éclat laminaire, assez épais, est transformé en pointe massive par des retouches directes semi-abruptes et des retouches inverses plates (fig. 123, n° 7).

32Microdenticulés (6 ex.).– La série des microdenticulés comporte six pièces bien typées, établies sur des éclats et dans un cas sur une lamelle (fig. 122, n° 30 ; fig. 123, nos 1,2 et 6) ; la partie modifiée du tranchant est plus ou moins concave, sauf pour la lamelle dont la partie active est légèrement convexe. Sur l’une des pièces la section denticulée montre aussi une plage brillante (n° 1).

33Microretouchés (10 ex.).– Neuf éclats dont six conservent une plage plus ou moins étendue de cortex, et une lame, montrent un segment de tranchant à très fines retouches ; il s’agit soit de microretouches véritables, soit de microretouches nées de l’usure d’un bord initialement microdenticulé. Le segment de tranchant utilisé est rectiligne, concave ou sinueux ; celui de la lame est traité en microretouches alternantes (fig. 123, nos 3 à 5). La forte épaisseur des supports n’autorise guère un emmanchement tel qu’on l’imagine pour des éléments de faucille.

34Poignards (3 ex.).– Des trois fragments de poignards identifiés, l’un est une soie venue d’une grande lame de silhouette probablement losangique, en silex de couleur un peu grise du type du Grand-Pressigny (fig. 123, n° 8) ; la face dorsale tire sa convexité de retouches marginales semi-abruptes cambrées ; la face plane ne paraît pas avoir été rectifiée, sauf sur la soie à laquelle des retouches donnent une section biconvexe. Les deux autres fragments, altérés par un passage au feu, proviennent de lames étroites à section trapézoïdale et bords subparallèles qui ne sont pas en silex turonien ; ce sont des extrémités proximales ; l’une, à bords parallèles, montre un bord denticulé par de fines retouches (n° 9) ; l’autre, très épaisse, a conservé son plan de frappe lisse et son bulbe de percussion (n° 10).

35Armatures perçantes (11 ex.).– Les onze armatures de flèches découvertes sont toutes perçantes et séparables en deux lots suivant la qualité de la taille. Les unes sont taillées à forts éclats, épaisses et lourdes, les autres sont plus finement retouchées. Elles appartiennent à trois formes principales : pointes pleines losangiques ou triangulaire (fig. 123, nos 11 à 13), pointes à pédoncule et ailerons (nos 14 à 16), pointes à pédoncule (nos 17 et 18).

36Pièces bifaciales (3 ex.).– Deux pièces épaisses, façonnées de manière assez grossière par retouches bifaciales écailleuses envahissantes ou couvrantes, correspondent soit à des armatures peu élaborées, soit à des ébauches d’armatures (fig. 124, nos 1 et 2). Une pièce épaisse à bords subparallèles, travaillée en retouches écailleuses, se présente comme un tranchet dont la partie active est très écrasée (n° 3).

Matériel lithique poli (roches « vertes »)

37Des éclats d’outils polis et des fragments de roches prouvent l’emploi d’éclogitite, de diorite à hornblende verte, matériaux probablement d’origine alpine, de pélite-quartz issue de Plancher-les-Mines, d’ankaramite venue du Massif Central et d’actinotite provenant du sud de la Saône-et-Loire.

38« Tranchoir ? » (1 ex.).– Une sorte de plaquette rectangulaire (en actinotite gris vert) qui présente deux flancs partiellement surfacés et un bord que régularisent des retouches bifaciales, peut être interprétée comme un aiguisoir, voire comme un tranchoir (fig. 124, n° 4).

39Lames de haches (4 ex.).– Deux lames courtes, de silhouette trapézoïdale, sont complètes ; la première, en omphacitite, relativement plate, à tranchant cintré très acéré, a les côtés piquetés et les joues largement polies (fig. 124, n° 5) ; la seconde, en siltite verte, épaisse, totalement polie, a le tranchant abattu par des retouches unifaciales qui ne préparent pas la lame pour un nouveau polissage, mais créent plutôt une sorte de front de grattoir (n° 6). Un fragment de tranchant très vif, un éclat de bord piqueté, respectivement en pélite quartzeuse et en diorite à hornblende verte, n’indiquent pas la forme des lames dont elles sont extraites.

40Retouchoir (1 ex.).– D’un objet en quartz (galet ?) subsiste un fragment, mi-piqueté, mi-poli et irrégulièrement galbé, qui pouvait être un retouchoir.

Fig. 123.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1, éclat à bord microdenticulé et à poli brillant partiel ; 2, éclat microdenticulé ; 3, lame à microretouches alternantes sur un bord ; 4-5, éclats microretouchés ; 6, lamelle microdenticulée ; 7, éclat à pointe massive traitée par retouches directes semi-abruptes et inverses plates ; 8, soie de poignard à retouches bifaciales ; 9-10, talons de poignards à retouches bilatérales ; 11-13, pointes (losangiques et triangulaire) à retouches couvrantes surface convexe et partielles surface plane ; 14-16, pointes à pédoncule et ailerons ; 17-18, pointes (triangulaire et ogivale) à large pédoncule.

Fig. 123.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1, éclat à bord microdenticulé et à poli brillant partiel ; 2, éclat microdenticulé ; 3, lame à microretouches alternantes sur un bord ; 4-5, éclats microretouchés ; 6, lamelle microdenticulée ; 7, éclat à pointe massive traitée par retouches directes semi-abruptes et inverses plates ; 8, soie de poignard à retouches bifaciales ; 9-10, talons de poignards à retouches bilatérales ; 11-13, pointes (losangiques et triangulaire) à retouches couvrantes surface convexe et partielles surface plane ; 14-16, pointes à pédoncule et ailerons ; 17-18, pointes (triangulaire et ogivale) à large pédoncule.

Matériel lithique grenu et abrasif (granités, grès)

41Les morceaux de roche abrasive ne portant pas de trace de façonnage ni d’utilisation trouvés dans le niveau, sont du granité à muscovite (6 cas) ou du grès blond du Rhétien (2 cas).

42Meules (6 ex.).– Parmi les fragments d’objets identifiables, six meules peuvent être dénombrées : cinq en granité à muscovite et une en grès feldspathique (arkose).

43Broyons (1 ex.).– Un seul fragment d’un broyon plat à bord arrondi est reconnaissable.

44Aiguisoirs ou polissoirs (2 ex.).– Deux morceaux de grès fin ayant une face usée et lisse, sont probablement des fragments d’aiguisoirs ou de polissoirs.

Fig. 124 Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-2, pointes foliacées épaisses à retouches bifaciales ; 3, pièce épaisse subrectangulaire à retouches directes semi-abruptes et inverses plates et envahissantes (tranchet ?).Matériel lithique poli. 4, plaquette en actinotite à bord traité en retouches bifaciales (tranchoir) ; 5, lame trapézoïdale, en omphacitite, à tranchant convexe ; 6, lame de hache épaisse, en siltite, à tranchant abattu par des retouches unifaciales.

Fig. 124 Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-2, pointes foliacées épaisses à retouches bifaciales ; 3, pièce épaisse subrectangulaire à retouches directes semi-abruptes et inverses plates et envahissantes (tranchet ?).– Matériel lithique poli. 4, plaquette en actinotite à bord traité en retouches bifaciales (tranchoir) ; 5, lame trapézoïdale, en omphacitite, à tranchant convexe ; 6, lame de hache épaisse, en siltite, à tranchant abattu par des retouches unifaciales.

Industrie céramique

Observations techniques

45Les documents céramiques du niveau 5 peuvent se classer d’après leur aspect en deux lots principaux ; le premier, très homogène, est formé de céramiques à pâte micacée, le second, technologiquement plus diversifié, de céramiques à pâte non micacée. Les proportions de ces deux catégories sont très voisines puisqu’elles représentent respectivement 47 et 53 %. Même si l’échantillon n’est pas très abondant (à peine plus de mille tessons) ces proportions restent remarquables.

46Un simple examen macroscopique des fragments de poteries micacées du premier lot démontre que leur dégraissant est toujours de nature siliceuse. Pour la majorité des tessons il s’agit de gros éléments anguleux de quartz et de feldspath qui proviennent de granité concassé ; dans certains cas des grains de quartz émoussé, qui pourraient venir d’un sable triasique, éventuellement des sables déplacés par la Dheune, ont été ajoutés au dégraissant broyé. Ce dernier a le plus souvent une forte granulométrie (grains de 3 à 5 mm et plus), mais quelques tessons intègrent un dégraissant beaucoup plus finement calibré.

47Les pâtes contiennent toutes, en grande quantité, des paillettes de mica noir altéré qui donnent aux céramiques un aspect brillant et doré. Ces paillettes sont réparties de façon uniforme dans les argiles auxquelles elles ont été incorporées par un malaxage soigné. Le surfaçage des parois a orienté les micas qui apparaissent plaqués sur l’épiderme des vases ; le façonnage les a parfois distribués en lignes ou faisceaux, visibles dans les tranches de certains tessons. Les paillettes, sans doute sélectionnées en écrasant des morceaux de biotite, pourraient avoir acquis leur apparence dorée par cuisson ; on peut penser en effet que la chaleur, exprimant l’oxyde de fer, est responsable de leur altération. En ce cas, la chauffe peut avoir été réalisée préalablement à l’incorporation des fragments de mica noir dans la pâte, à moins que la transformation n’ait été produite par la cuisson même des vases, l’expérimentation restant à faire.

48Le procédé de montage des récipients au colombin ne paraît pas avoir été utilisé pour ces poteries car les fractures ne suivent pas de lignes préférentielles. Le surfaçage n’est jamais très poussé sauf pour quelques tessons à dégraissant fin, de sorte que les grains de quartz font quelquefois saillie sur les parois. L’aspect extérieur est de ce fait plutôt rugueux.

49Une analyse succincte des tessons à pâte non micacée prouve que les dégraissants des vases de cette catégorie sont, à quelques exceptions près, également de nature siliceuse. Les nombreux grains de quartz, les fragments de feldspath et les rares morceaux de biotite qui les composent proviennent, comme pour les poteries micacées, de blocs de granité concassés. À ces éléments anguleux sont parfois mêlés aussi des cristaux de quartz un peu émoussés associés à des grains d’oxyde de fer probablement tirés de sables d’origine triasique peu fournis en feldspath. Il semble que la présence d’un dégraissant calcaire, qui vient d’ailleurs dans les cas étudiés compléter un dégraissant siliceux, soit exceptionnelle. Le calibrage des dégraissants, très régulier dans l’ensemble, varie beaucoup d’un vase à l’autre, car les éléments les plus gros atteignent 5 mm, comme pour les poteries micacées, alors que les plus fins ont parfois moins de 0,5 mm.

50Les couleurs des poteries non micacées sont dans l’ensemble plutôt sombres, donnant plus souvent dans la gamme des bruns (brun noir, gris brun, brun rouge) que dans celle des ocres. Les surfaces sont toujours plus soignées, lissées, et généralement sans dégraissant apparent ; mais cette catégorie de vases compte aussi des récipients plus rustiques à dégraissant visible. Dans le premier cas les parois sont minces ; dans le second elles sont plus épaisses et correspondent à des vases de plus gros volume.

Rebords

51De l’ensemble des morceaux de poterie isolés ont été sortis cent trente-trois fragments de rebords. Qu’ils soient issus de poteries à pâte micacée ou non micacée, dans plus de deux cas sur trois (68 %), ces rebords ont des lèvres arrondies, même si leur profil est asymétrique. Les rebords à profil carré ou à lèvre plate sont assez abondants (23 %), mais les rebords à lèvre écrasée à bourrelet tiennent un faible pourcentage (8 %). Quelques rebords ont exceptionnellement une lèvre à section ogivale. Parmi les fragments de poteries à pâte micacée les rebords sont une fois sur deux à lèvre carrée ou à méplat, le type arrondi en cintre ne venant qu’en seconde place. Le fait que le profil du rebord puisse varier sur un même récipient, surtout lorsque le façonnage en est, comme ici, quelquefois peu raffiné, ne paraît pas devoir modifier sensiblement des pourcentages aussi tranchés.

Fonds

52Quelques tessons très galbés appartiennent à des fonds ronds, dans un cas légèrement aplati. D’autres fragments, plus facilement reconnaissables, au nombre de vingt-quatre, sont extraits de fonds plats ; les modes de raccordement entre le flanc et le fond sont variables, car la liaison s’effectue dans quatorze cas en arrondi régulier (fig. 126, n° 14) et dans dix cas en angle marqué (n° 15). La série ne comporte pas de fond plat à pied légèrement débordant tel qu’il en existe dans l’ensemble néolithique final de la collection Loydreau. Quel que soit le type de la pâte, les vases à fond plat ont souvent des parois épaisses et un dégraissant à gros grains de quartz apparents ; c’est dans cette catégorie que se trouvent les récipients de plus grande contenance.

Anses

53On dénombre quarante-cinq anses entières ou morphologiquement identifiables et douze fragments indéterminables parmi lesquels trois éléments perforés ; l’un de ces derniers adhère à une carène arrondie (fig. 126, n° 12).

54Boutons olivaires (7 ex.).– Il existe sept boutons olivaires, plus ou moins régulièrement façonnés, tous pleins (fig. 125, nos 1 à 4). Il n’est pas impossible qu’en dépit des variations de cambrure de la paroi qui les porte, deux d’entre eux appartiennent à un même vase à pâte micacée.

55Bouton pincé (1 ex.).– Un bouton pincé, à perforation horizontale, est placé à 6,5 cm du plan de l’ouverture d’un vase à pâte micacée, à haut rebord rentrant et panse probablement globuleuse (fig. 127, n° 9).

56Mamelons ronds (2 ex.).– Un mamelon rond à gros trou basal (fig. 125, n° 5) et un autre plein ont tous deux une pâte micacée.

57Mamelons olivaires (6 ex.).– Six mamelons olivaires bien saillants, non perforés, viennent aussi de vases micacés aux parois épaisses (fig. 125, nos 6 à 9).

58Anses en ruban (5 ex.).– Deux des quatre petits fragments d’anses rubanées reconnues, larges de 2 à 3 cm, se terminent par un tenon de fixation (fig. 125, n° 10). Un gros vase caréné est muni d’une anse rubanée fixée d’un bout sur la carène et accrochée de l’autre au milieu de la paroi (fig. 126, n° 1).

Fig. 125.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, boutons olivaires non perforés ; 5, mamelon rond perforé ; 6-9, mamelons olivaires non perforés ; 10, anse en ruban à section plate ; 11-13, 15, languettes pleines ; 14, barrette pleine ; 16, poignée-tige à bout rond.

Fig. 125.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, boutons olivaires non perforés ; 5, mamelon rond perforé ; 6-9, mamelons olivaires non perforés ; 10, anse en ruban à section plate ; 11-13, 15, languettes pleines ; 14, barrette pleine ; 16, poignée-tige à bout rond.

59Languettes (6 ex.).– Cinq languettes pleines épaisses et plus ou moins saillantes, dont quatre en pâte micacée, s’inscrivent dans les mêmes dimensions que les mamelons (fig. 125, n°s 11 à 13 et 15) ; l’une d’elles est fixée par un tenon traversant (n° 12). Une sixième languette, pleine également, est appliquée sur une carène ou un épaulement (n° 15).

60Barrette pleine (1 ex.).– Une barrette élevée, assez épaisse, dont l’extrémité conservée est arrondie, concerne un gros vase micacé (fig. 125, n° 14).

61Barrettes ou « oreilles » multiforées (2 ex.).– Deux barrettes massives, de profil cintré comme des « oreilles », percées de trois gros trous, flanquent un vase à rebord galbé rentrant (fig. 127, n° 6).

Fig. 126.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à carène vive, paroi concave et anse en ruban appuyée sur la carène ; 2, carène vive ; 3-4, carènes rondes ; 5, rebord à décrochement ; 6, 8, écuelles à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 7, écuelle à paroi rentrante appuyée sur un épaulement qui supporte une anse rostriforme très saillante ; 9-11, gobelets cylindriques ; 12, épaulement à perforation sous-cutanée ; 13-15, fonds plats ; 16, vase à fond supposé plat et corps bombé « en tonneau ».

Fig. 126.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à carène vive, paroi concave et anse en ruban appuyée sur la carène ; 2, carène vive ; 3-4, carènes rondes ; 5, rebord à décrochement ; 6, 8, écuelles à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 7, écuelle à paroi rentrante appuyée sur un épaulement qui supporte une anse rostriforme très saillante ; 9-11, gobelets cylindriques ; 12, épaulement à perforation sous-cutanée ; 13-15, fonds plats ; 16, vase à fond supposé plat et corps bombé « en tonneau ».

Fig. 127.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à corps bombé « en tonneau » ; 2, 6, 8, parties supérieures de vases à corps bombé munis d’anses probablement doubles (n° 2, bouton olivaire ; n° 6, languette triforée ; n° 8, languette pleine) ; 3-5, fragments de vases en portion de sphère ; 7, gobelet sphérique ; 9, rebord de vase à panse globuleuse et col naissant, portant un bouton pincé perforé ; 10-11, coupelles en calotte sphérique ; 12-13, écuelles sphériques.

Fig. 127.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à corps bombé « en tonneau » ; 2, 6, 8, parties supérieures de vases à corps bombé munis d’anses probablement doubles (n° 2, bouton olivaire ; n° 6, languette triforée ; n° 8, languette pleine) ; 3-5, fragments de vases en portion de sphère ; 7, gobelet sphérique ; 9, rebord de vase à panse globuleuse et col naissant, portant un bouton pincé perforé ; 10-11, coupelles en calotte sphérique ; 12-13, écuelles sphériques.

Fig. 128.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, cuillères à coupelle ovale et poignée-tige à bout rond ; 5, cuillère à coupelle supposée ronde et poignée en languette redressée ; 6- 7, louches à coupelle ronde et poignée à section ovalaire ou plan-convexe.

Fig. 128.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, cuillères à coupelle ovale et poignée-tige à bout rond ; 5, cuillère à coupelle supposée ronde et poignée en languette redressée ; 6- 7, louches à coupelle ronde et poignée à section ovalaire ou plan-convexe.

62Poignées-tiges (14 ex.).– Une dizaine de fragments de poignées fines et de section plus souvent ronde qu’ovalaire, sont des segments de manche de cuillères à bouche. Elles sont modelées avec la coupelle ou bien fixées à elle par un tenon ; elles sont en principe toutes plus ou moins cambrées. Leur extrémité libre est arrondie (fig. 125, n° 16). Une poignée entière illustre le modèle long (fig. 128, n° 1) et une autre le modèle court (128, n° 5).

63Des poignées épaisses et larges, de section plus ou moins ovalaire, caractérisent les louches. Une seule est entière, rattachée à une coupelle ronde (fig. 128, n° 7) ; les trois autres sont réduites à de menus fragments (n° 6).

64Anse rostriforme (1 ex.).– Exemplaire unique, une anse rostriforme fait saillie sur l’épaulement d’une écuelle à épaulement et paroi distincte rentrante (fig. 126, n° 7).

Formes nues

65Les formes reconstituables, de même que les fragments ayant un intérêt morphologique, sont peu abondants. La faible dimension et le caractère peu typique de certains tessons rendent difficile un dénombrement précis des vases de chaque sorte. Il semble toutefois que le registre compte plus de formes simples que de formes composées. Les pâtes micacées seront indiquées.

66Vases à paroi distincte et carène anguleuse (8 ex.).– Une huitaine de vases à paroi distincte et carène anguleuse peuvent être répertoriés à partir des seuls fragments de carènes. Ce sont des vases à pâte non micacée de technologie soignée, moins toutefois que celle des vases carénés chasséens. Les parois distinctes sont apparemment surtout rentrantes (fig. 126, nos 1 et 2). Seul un vase à paroi épaisse, dont le diamètre à la carène est de l’ordre de 25 cm, porte, appuyée sur cette carène, une anse en large ruban ; cette anse prolonge la courbure du fond et se fixe à mi-hauteur de la paroi (n° 1).

67Vases à paroi distincte et carène ronde (5 ex.).– Les vases à carène arrondie ou mousse ont des formes lourdes. Les cinq exemplaires dénombrés ont des parois d’épaisseur variable qui atteint 1 cm dans un cas. Leur technologie est la même que celle des vases à carène vive. Une écuelle a une carène bien ronde, de 18 cm de diamètre, que surmonte une paroi distincte verticale (fig. 126, n° 8). Les autres fragments semblent avoir des parois rentrantes (nos 3 et 4).

68Vases à décrochement (2 ex.).– Les deux exemplaires de la présente catégorie ne sont identifiés qu’à partir d’infimes fragments de rebords sous lesquels se place un décrochement prononcé ; celui-ci concerne des vases d’aspect assez rustique (fig. 126, n° 5).

69Vases à épaulement (3 ex.).– Deux vases de cette catégorie sont reconstituables. Le premier, à surface noire lustrée, mesure 17,5 cm de diamètre à l’ouverture, 19 cm à la carène et presque 12 cm de hauteur ; il possède une panse profonde et une paroi très courte, verticale et concave, qui s’appuie sur un épaulement étroit ; la partie qui en est conservée ne porte pas d’anse (fig. 126, n° 6). Le second, à surface noire lissée, fait environ 18 cm de diamètre au niveau de l’épaulement ; celui-ci, bien accentué, supporte une paroi rentrante et une anse originale très dégagée en forme de rostre qui n’avait peut-être pas de symétrique (n° 7). Enfin un fragment d’épaulement d’un autre récipient conserve la base d’un mamelon ou d’un bouton que traverse une perforation du genre « sous-cutané » (n° 12).

70Vases cylindriques (18 ex.).– Quelques formes sont bien caractérisées, tels deux petits vases du genre gobelet, dont l’un, conservé à moitié et pourvu d’un fond légèrement bombé, mesure 7 cm de hauteur et 9 cm de diamètre (fig. 126, nos 9 et 10), et tel autre finement poli, de silhouette plus élancée, de 14 cm environ de diamètre, qui subsiste sous forme d’un fragment de rebord (n° 11).

71La distinction entre les formes cylindriques et les formes renflées ou « en tonneau » est plus difficile à faire à partir des autres fragments ; quatorze rebords très raides dont neuf proviennent de vases à pâte micacée, peuvent être retenus cependant, ainsi que trois fragments de vases micacés porteurs d’un élément de préhension, languette ou mamelon (fig. 125, n°s 8 et 13). Les fonds ne sont pas connus, mais il est vraisemblable qu’il faille leur rapporter au moins en partie les fonds plats décrits plus haut.

72Les deux tessons dont un décrochement souligne le rebord, pourraient faire partie des formes cylindriques (fig. 126, n° 5).

73Vases renflés ou « en tonneau » (6 ex.).– On peut en dénombrer trois d’après des fragments assez gros. Leur nombre est sans doute plus élevé, et cinq ou six rebords qui nous paraissent appartenir à de tels vases nous incitent à en intégrer six au moins dans la série. Ces vases, plutôt rustiques, sont principalement modelés dans une pâte micacée incluant de gros grains de quartz qui affleurent la surface.

74Le plus complet, de 13 cm de diamètre maximal, était légèrement plus haut que large ; nous ne connaissons pas la forme du fond (fig. 126, n° 16). Les plus gros récipients représentés par des rebords et des fragments de panse, dans deux cas avec languette pleine, font 25 à 30 cm de diamètre (fig. 127, nos 1 et 8) ; leurs parois dépassent parfois 1,5 cm d’épaisseur. On peut raisonnablement supposer que certains s’appuyaient sur des fonds plats. Les anses dont ils sont dotés sont apparemment des prises massives ; mais un récipient (dont nous ne pouvons donner la forme en dépit du nombre de tessons, car il est très irrégulièrement monté et accidenté à la cuisson) à rebord galbé et rentrant, à corps très faiblement bombé reposant sur un fond plat, en terre rouge à peine micacée, est doté de deux barrettes épaisses percées chacune de trois gros trous (fig. 127, n° 6). Un petit vase, de 11 cm de diamètre à l’ouverture, à lèvre un peu éversée et bouton plein, pourrait entrer dans cette série (fig. 127, n° 2).

75Vase globuleux à col naissant (2 ex.).– Un fragment du rebord d’un vase de technologie soignée, noir lustré comme les vases à épaulement, a lèvre aplatie, peut rentrer dans le profil d’un vase globuleux à col naissant. Un autre rebord portant un bouton pincé perforé, provient aussi d’un vase de ce type dont la pâte est micacée (fig. 127, n° 9).

76Coupes en calottes sphériques (6 ex.).– Deux petites coupes en calottes peu profondes sont complètes (fig. 127, n°s 10 et 11) ; elles ne sont pas rondes, mais légèrement ovalisées, les grands et les petits axes mesurant respectivement 12 et 11 cm pour l’une, 11 et 10 cm pour l’autre. Un tesson en pâte brun rouge faiblement micacée pourrait provenir d’une coupe de diamètre plus important.

77Vases en portion de sphère (7 ex.).– La présence de vases semi-sphériques est déduite de trois fragments de rebords au galbe régulier, à lèvre arrondie dans trois cas et légèrement éversée dans le cas unique d’un bol très soigné de 18 à 20 cm de diamètre (fig. 127, nos 4 et 5). Trois vases ont une forme globulaire dépassant légèrement la demi-sphère. Leurs diamètres sont respectivement de 8,5, 18 et 20 cm environ (nos 7, 12 et 13) ; le second est conservé de manière assez complète pour qu’on puisse constater l’absence d’élément de préhension. Deux fragments peuvent être rapportés à des formes approchantes. Un dernier vase qui se referme nettement, a une paroi épaisse et un rebord à lèvre aiguë ; sa pâte très légère et poreuse semble gonflée et boursoufflée par surcuisson (n° 3). Aucun de ces récipients n’a une pâte enrichie en mica.

78Cuillères (10 ex.).– Le seul exemplaire entier mesure 11,5 cm de longueur. Le cuilleron a le contour d’une ellipse de 7 cm sur 4 ; la lèvre est ronde. Le manche, en forme de tige de section ronde, se redresse en suivant le galbe de la coupe ; il s’amincit régulièrement pour se terminer en arrondi (fig. 128, n° 1). Trois fragments de manches conservent le départ du cuilleron ; le rebord fait dans deux cas une légère saillie par rapport au point d’attache du manche (nos 2 à 4). La petite poignée en languette courte citée plus haut (no 5), appartient à une cuillère à coupelle ronde du genre de celle qui est conservée dans la collection Loydreau (Thevenot, 1969, pl. 12, n° 2) ; nous supposions alors que les cuillères à coupelle oblongue, de même que les louches, étaient toutes du domaine chasséen.

79Louches (4 ex.).– Une poignée massive et une coupe en calotte sphérique caractérisent ces ustensiles dont existent quatre spécimens. La poignée de la pièce la plus complète, longue de 6 cm et de section ovalaire, soutient une coupe profonde à laquelle la fixe une large embase ; cette poignée, comme celle d’un exemplaire réduit à un maigre fragment, s’attache à quelques millimètres au-dessous du rebord de la coupe (fig. 128, n° 7). Sur les deux autres fragments l’ouverture de la coupe et la partie supérieure du manche se situent dans le même plan (n° 6).

Éléments de décor

80Aucune forme de vase portant un décor n’a été restituée avec précision. Les éléments de décor représentés sont soit modelés, soit imprimés.

81Cordons en relief (9 ex.).– Des cordons en relief figurent sur neuf fragments. Ils sont de section triangulaire ou arrondie, étroits et en nette saillie ou bien larges et aplatis (fig. 129, n°s 1 à 4). À trois reprises, deux cordons sont placés perpendiculairement l’un à l’autre (nos 2 et 4) ; dans un cas un petit bouton saillant renforce le point de jonction d’un cordon horizontal et d’un cordon vertical (n° 2). Un cordon vertical vient s’arrêter contre une cannelure qui cerne un rebord à lèvre amincie (n° 1).

82Cannelures (3 ex.).– Sur trois tessons une cannelure profonde, large de 4 à 5 mm, souligne un rebord à lèvre arrondie en cintre (fig. 129, nos 5 et 6). Sur l’un d’eux, mentionné ci-dessus, un cordon vertical vient s’arrêter sur la cannelure (n° 1).

83Décors au peigne (3 ex.).– Trois fragments enfin sont marqués de traits étroits assez profondément inscrits. Un très petit tesson porte de fines cannelures parallèles, tracées dans une pâte encore tendre, peut-être avec un peigne à dents très fines et peu dégagées (fig. 129, n° 7). La technique est plus lisible pour les deux autres qui proviennent de vases « campaniformes » décorés très nettement au peigne à dents carrées ; l’un, en pâte grise, est creusé de trois lignes parallèles (n° 8) ; l’autre, en terre micacée à fin dégraissant siliceux et à surface lissée, est marqué de lignes parallèles et d’une bande remplie de hachures perpendiculaires peu serrées (n° 9).

Fig. 129.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, rebord à lèvre soulignée par une cannelure et présentant un cordon vertical ; 2-4, cordons en relief, horizontaux et verticaux ; 5-6, rebords soulignés par une cannelure profonde ; 7-8, décor de lignes parallèles tracées au peigne ; 9, décor scalariforme tracé au peigne à dents carrées ; 10-11, fusaïoles biconiques ; 12-13, fusaïoles discoïdes.

Fig. 129.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, rebord à lèvre soulignée par une cannelure et présentant un cordon vertical ; 2-4, cordons en relief, horizontaux et verticaux ; 5-6, rebords soulignés par une cannelure profonde ; 7-8, décor de lignes parallèles tracées au peigne ; 9, décor scalariforme tracé au peigne à dents carrées ; 10-11, fusaïoles biconiques ; 12-13, fusaïoles discoïdes.

Autres objets en terre cuite

84Fusaïoles (5 ex.).– On dénombre cinq fusaïoles dont quatre entières. Deux sont biconiques, l’une massive, l’autre plus fine (fig. 129, n°s 10 et 11). Deux sont discoïdes, l’une épaisse, l’autre plate (nos 12 et 13). Leurs diamètres respectifs sont de 4,5 cm, 4,7 cm, 4,1 cm et 5,2 cm. Aucune n’est en pâte micacée.

Industrie sur matières dures animales

85L’industrie des matières dures d’origine animale ne paraît pas mettre moins en œuvre le bois de cerf que l’os.

Objets en os

86Pointes rondes (7 ex.).– Quatre pointes effilées tirées de métapodes d’ovicapridés peuvent être réellement décomptées (fig. 130, n° 1) ; mais un segment mésial et une épiphyse proximale latéralement polie se rapportent sans doute aussi à ce type d’outil. Une pointe massive est extraite d’un cubitus gauche de cerf dont un fort polissage a supprimé complètement les irrégularités de la surface de contact avec le radius (n° 2).

87« Baguette » à bout arrondi (1 ex.).– Une longue baguette à bords parallèles, sortie d’un métapode d’ovicapridé désépiphysé, scié en long, est travaillée avec soin comme une pointe normale sur métapode (fig. 130, n° 3). Son extrémité distale, simplement arrondie, a conservé la cambrure naturelle de l’os et gardé des traces de la matière spongieuse ; cet arrondi, légèrement abîmé, doit représenter la partie active de l’outil.

88Pointe losangique (1 ex.).– Une armature en os à double pointe, en forme de losange asymétrique, aux bords plus ou moins nettement arrondis, mesure 8,9 cm de longueur (fig. 130, n° 4) ; ses deux faces sont striées de rayures longitudinales irrégulières et profondes qui s’étendent jusqu’à la pointe la plus aiguë, mais entament à peine le court triangle de base. La pièce peut armer une sagaie ou une flèche.

Objets en bois de cerf

89Un fragment d’un cercle de pierrures provient d’un bois de mue. Les autres pièces sont tirées de bois de massacre ; les pédicules des bois d’un même animal ont été sectionnés, l’un au ras du crâne et l’autre à mi-hauteur de la cheville osseuse, à partir d’une profonde entaille périphérique en V. Des chutes d’andouillers et quelques gaines de haches confirment le procédé habituel de segmentation par entaillage périphérique à petites incisions scutiformes et fracture en flexion du noyau spongieux ; un morceau de perche garde cependant la facette droite et plane d’une entaille vigoureuse effectuée avec un instrument coupant. On ne constate pas de trace de sciage, ni longitudinal, ni transversal.

90Gaines droites (2 ex.).– Deux gaines droites, réduites chacune à un fragment, sont entièrement décortiquées, grattées et abrasées (fig. 130, n° 6) ; le tenon descend jusqu’à un large bord distal bombé auquel il se raccorde en formant une carène.

91Gaines à ressaut (7 ex.).– Les gaines à ressaut sont connues par trois pièces entières, une à moitié conservée et trois fragments. Trois d’entre elles, hautes de 7 cm environ, sont des gaines de silhouette trapézoïdale à couronne basse et tenon gratté que dégage un ressaut qui a l’épaisseur des reliefs superficiels (fig. 130, nos 5, 7 et 9) ; le biseau distal, étroit, est facetté par les entailles de débitage ou poncé au grès ; les douilles sont plates, les gaines ayant été prélevées au niveau des chevillures. Un fragment de couronne à ressaut épidermique et biseau étroit peut être attribué à ce type. Une autre gaine, haute de 9,5 cm, de silhouette plus raide, possède un tenon droit de section ovalaire, poncé avec soin, qu’un ressaut abrupt sépare d’une couronne large à court ergot (n° 10) ; la couronne s’arrête sur un ample biseau convexe finement grésé ; la section de la lame de hache ne peut être reconnue, car ne subsiste qu’une faible partie de la paroi de la cavité dans laquelle elle était enfoncée. Un fragment de bois que limite un biseau convexe poli de largeur irrégulière peut être affecté à une gaine droite.

Objets tirés de dents

92Indéterminé (1 ex.).– Une incisive deuxième inférieure gauche de sanglier semble avoir été utilisée comme outil si l’on en croit la facette polie surcreusée qui marque l’une de ses extrémités ; mais la fonction reste inconnue.

PARURE

93La parure proprement dite ne compte que quatre pièces.

94Dent percée (1 ex.).– Une canine inférieure gauche de porc est percée bilatéralement d’un petit trou d’à peine 2 mm de diamètre, à entrées coniques (fig. 131, n° 1).

Fig. 130.– Niveau 5. Outillage sur matières dures animales. Os : 1, pointe fine sur métapode d’ovicapridé ; 2, pointe sur cubitus de cervidé ; 3, palette arrondie sur demi-métapode d’ovicapridé ; 4, pointe losangique. Bois de cerf : 5, 7, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal brut de sectionnement ; 6, 8, fragments de gaines entièrement décortiquées, à bombé distal abrasé ; 9-10, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal poli.

Fig. 130.– Niveau 5. Outillage sur matières dures animales. Os : 1, pointe fine sur métapode d’ovicapridé ; 2, pointe sur cubitus de cervidé ; 3, palette arrondie sur demi-métapode d’ovicapridé ; 4, pointe losangique. Bois de cerf : 5, 7, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal brut de sectionnement ; 6, 8, fragments de gaines entièrement décortiquées, à bombé distal abrasé ; 9-10, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal poli.

95Pendeloques (2 ex.).– Des deux pendeloques trouvées, la première, tirée d’une roche gris vert sombre, est une plaquette arciforme de section biconvexe aux bords adoucis, perforée à double cône à une extrémité (fig. 131, n° 2). La seconde, découpée dans une valve de grande mulette (Pseudunio auricularius), sensiblement dans le sens des stries de croissance, a la forme d’un quadrilatère allongé irrégulier, percé, à cônes décalés, près d’un petit côté (n° 3).

96Ornement à « crochets » latéraux (1 ex.).– D’un objet détouré dans une plaquette extraite d’une canine inférieure droite de sanglier subsiste un fragment dégagé en pointe (fig. 131, n° 4) ; il pourrait s’inscrire dans la silhouette d’un ornement (nasal ou pectoral ?) à renflement médian et pointes ou crochets latéraux symétriques connu par deux exemplaires complets, mais non datés, de la collection Loydreau (fig. 147, n° 1). Un grésage transversal a modifié la face interne de la pièce en l’arrondissant de façon régulière.

97Morceau d’ocre (1 ex.).– Un petit morceau d’ocre, de nuance brun rouge, dont une face est aplanie par usure, peut avoir servi à la décoration corporelle.

Fig. 131.– Niveau 5. Éléments de parure. 1, canine supérieure de suidé, percée ; 2, pendeloque arciforme en roche verte, à section lenticulaire ; 3, pendeloque trapézoïdale taillée dans une valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) ; 4, objet taillé dans une canine inférieure de suidé, clivée et finement polie, tenu pour un ornement (nasal ou pectoral).

Fig. 131.– Niveau 5. Éléments de parure. 1, canine supérieure de suidé, percée ; 2, pendeloque arciforme en roche verte, à section lenticulaire ; 3, pendeloque trapézoïdale taillée dans une valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) ; 4, objet taillé dans une canine inférieure de suidé, clivée et finement polie, tenu pour un ornement (nasal ou pectoral).

Table des illustrations

Titre Fig. 116.– Plan de la couche 5. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Les modifications de la surface sont dues essentiellement aux « terrassements » liés à la construction du rempart protohistorique (arrachements en a et b) et de manière secondaire au creusement d’une sépulture et d’un trou de poteau également protohistoriques (c et d). La couche est recoupée à l’ouest par les fouilles d’É. Loydreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 117.– Position de la couche 5 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se développait sans doute sur toute la largeur du plateau. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 118.– Position de la couche 5 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 119 Niveau 5. Plan de répartition des fragments d’enduit de clayonnage. 1, fragments centimétriques d’enduit de clayonnage ; 2, gros fragments d’enduit présentant une surface lisse ou des négatifs de baguettes de clayonnage ; 3, fragments centimétriques d’argile cuite ; 4, gros fragments d’argile cuite, a, trou de poteau à calage de pierres ; b, trou de poteau ovalaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 120.– Niveau 5. Morceaux d’enduit de clayonnage portant les empreintes de baguettes disposées parallèlement ou à la perpendiculaire.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 121.– Niveau 5. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les concentrations principales de tessons correspondent à des fragments de vases écrasés sur place. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 122.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-7, grattoirs simples courts : 8-9, grattoirs allongés à bords retouchés ; 10-11, grattoirs simples allongés ; 12, grattoir épais double (jumeaux) d’angle ; 13, grattoir caréné d’angle ; 14, grattoir en bout de lame ; 15, grattoir court à front concave ; 16, grattoir caréné double ; 17-18, grattoirs denticulés ; 19-20, éclat cortical et lamelle denticulés ; 21, troncature oblique ; 22-23, racloirs épais à partie active sinueuse ; 24, racloir simple convexe sur lame large ; 25-27, éclats à retouches abruptes (raclettes) ; 28, éclat épais appointi par retouches alternes (alésoir) ; 29, pièce esquillée ; 30, éclat à bord microdenticulé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 123.– Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1, éclat à bord microdenticulé et à poli brillant partiel ; 2, éclat microdenticulé ; 3, lame à microretouches alternantes sur un bord ; 4-5, éclats microretouchés ; 6, lamelle microdenticulée ; 7, éclat à pointe massive traitée par retouches directes semi-abruptes et inverses plates ; 8, soie de poignard à retouches bifaciales ; 9-10, talons de poignards à retouches bilatérales ; 11-13, pointes (losangiques et triangulaire) à retouches couvrantes surface convexe et partielles surface plane ; 14-16, pointes à pédoncule et ailerons ; 17-18, pointes (triangulaire et ogivale) à large pédoncule.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 124 Niveau 5. Matériel lithique taillé. 1-2, pointes foliacées épaisses à retouches bifaciales ; 3, pièce épaisse subrectangulaire à retouches directes semi-abruptes et inverses plates et envahissantes (tranchet ?).Matériel lithique poli. 4, plaquette en actinotite à bord traité en retouches bifaciales (tranchoir) ; 5, lame trapézoïdale, en omphacitite, à tranchant convexe ; 6, lame de hache épaisse, en siltite, à tranchant abattu par des retouches unifaciales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 125.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, boutons olivaires non perforés ; 5, mamelon rond perforé ; 6-9, mamelons olivaires non perforés ; 10, anse en ruban à section plate ; 11-13, 15, languettes pleines ; 14, barrette pleine ; 16, poignée-tige à bout rond.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 126.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à carène vive, paroi concave et anse en ruban appuyée sur la carène ; 2, carène vive ; 3-4, carènes rondes ; 5, rebord à décrochement ; 6, 8, écuelles à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 7, écuelle à paroi rentrante appuyée sur un épaulement qui supporte une anse rostriforme très saillante ; 9-11, gobelets cylindriques ; 12, épaulement à perforation sous-cutanée ; 13-15, fonds plats ; 16, vase à fond supposé plat et corps bombé « en tonneau ».
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 127.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, vase à corps bombé « en tonneau » ; 2, 6, 8, parties supérieures de vases à corps bombé munis d’anses probablement doubles (n° 2, bouton olivaire ; n° 6, languette triforée ; n° 8, languette pleine) ; 3-5, fragments de vases en portion de sphère ; 7, gobelet sphérique ; 9, rebord de vase à panse globuleuse et col naissant, portant un bouton pincé perforé ; 10-11, coupelles en calotte sphérique ; 12-13, écuelles sphériques.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 128.– Niveau 5. Matériel céramique. 1-4, cuillères à coupelle ovale et poignée-tige à bout rond ; 5, cuillère à coupelle supposée ronde et poignée en languette redressée ; 6- 7, louches à coupelle ronde et poignée à section ovalaire ou plan-convexe.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 129.– Niveau 5. Matériel céramique. 1, rebord à lèvre soulignée par une cannelure et présentant un cordon vertical ; 2-4, cordons en relief, horizontaux et verticaux ; 5-6, rebords soulignés par une cannelure profonde ; 7-8, décor de lignes parallèles tracées au peigne ; 9, décor scalariforme tracé au peigne à dents carrées ; 10-11, fusaïoles biconiques ; 12-13, fusaïoles discoïdes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 130.– Niveau 5. Outillage sur matières dures animales. Os : 1, pointe fine sur métapode d’ovicapridé ; 2, pointe sur cubitus de cervidé ; 3, palette arrondie sur demi-métapode d’ovicapridé ; 4, pointe losangique. Bois de cerf : 5, 7, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal brut de sectionnement ; 6, 8, fragments de gaines entièrement décortiquées, à bombé distal abrasé ; 9-10, gaines à talon décortiqué, à léger ressaut et à bombé distal poli.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 131.– Niveau 5. Éléments de parure. 1, canine supérieure de suidé, percée ; 2, pendeloque arciforme en roche verte, à section lenticulaire ; 3, pendeloque trapézoïdale taillée dans une valve de grande mulette (Pseudunio auricularius) ; 4, objet taillé dans une canine inférieure de suidé, clivée et finement polie, tenu pour un ornement (nasal ou pectoral).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16867/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search