Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre VII. Le niveau 6

Texte intégral

1La couche 6 forme une bande de 7 m de largeur moyenne ; elle a été reconnue sur une surface d’environ 78 m2 (fig. 95). Sa limite occidentale, presque rectiligne, correspond à la paroi de l’excavation pratiquée, au xixe siècle, par le fouilleur attitré d’É. Loydreau. Sa limite orientale, très sinueuse, se trouve à un mètre environ en arrière de celle de la couche 7. Dans le secteur nord de la fouille, une mince bande de terre apparaît détachée de la couche 6, comme glissée sur la pente. La surface supérieure de la couche suit un pendage assez fort, du sud vers le nord, matérialisant une dénivellation qui atteint presque un mètre.

Fig. 95.– Plan de la couche 6. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Des « terrassements » liés à l’installation de la couche 5 en altèrent quelque peu la surface. La limite occidentale de la couche correspond au front d’attaque des fouilles d’É. Loydreau.

Fig. 95.– Plan de la couche 6. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Des « terrassements » liés à l’installation de la couche 5 en altèrent quelque peu la surface. La limite occidentale de la couche correspond au front d’attaque des fouilles d’É. Loydreau.

NATURE ET FONCTION

2La couche 6 se lit facilement dans les coupes stratigraphiques par contraste avec les couches qui l’encadrent, aussi bien en raison du fort calibrage des pierres qu’elle renferme que de l’aspect particulier du sédiment qui les enserre.

Composition et genèse

3La couche est constituée en effet d’une forte accumulation de pierres, généralement de grosse taille, plaques et même dalles, que lie généralement une terre grumeleuse, poreuse, plus ou moins meuble, de couleur brun-gris (Courty, 1982). Les pierres, toujours abondantes, sont réparties en apparence sans ordre, sur toute l’épaisseur de la couche ; mais, à sa base, elles reposent souvent à plat, à la surface de la formation sous-jacente. L’épaisseur de cette biocaille, qui est de 30 cm environ dans le secteur nord de la fouille, croît très fortement en direction du sud ; elle atteint en effet près de 80 cm dans les axes XLI et XLII (fîg. 96 et 97). La matrice terreuse est fournie en éléments fins comme celle de la couche 9 ; de ce fait l’action de la faune endogée sur la structure du sédiment est relativement importante ; celle-ci n’a certainement pas modifié la position des objets archéologiques compte tenu de l’importance et de la densité de la masse pierreuse.

4La couche est entièrement d’origine anthropique. Elle est constituée en effet par l’accumulation volontaire de matériaux, pierres plates et terre granuleuse, apportés en grande quantité ; les pierres plates sont très abondantes et souvent de grande taille, certaines dépassant les 50 cm. Dans le secteur nord de la fouille, elles sont dans l’ensemble disposées à l’horizontale, comme empilées, ou quelquefois en léger pendage et glissées les unes sur les autres. Dans le secteur sud de la fouille, les matériaux ont été déversés par « paquets » successifs, en tas juxtaposés ou le plus souvent imbriqués (fig. 98). Cette technique de remblaiement a été plus facile à reconnaître dans les coupes stratigraphiques qu’à suivre à la fouille en décapage. Dans ce secteur en effet, les pierres plates suivent des pendages qui dessinent des sortes de dômes ou de tas plus ou moins structurés, se recouvrant en écaille. Ces amas correspondent en fait à des « charges » déversées les unes après les autres, basculées les unes à côté des autres ou en se chevauchant partiellement.

Fig. 96.– Position de la couche 6 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se prolongeait sans doute loin sur le plateau et en couvrait peut-être toute la surface. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 96.– Position de la couche 6 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se prolongeait sans doute loin sur le plateau et en couvrait peut-être toute la surface. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 97.– Position de la couche 6 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 97.– Position de la couche 6 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 98.– Niveau 6. Coupes montrant la structure du remblai. Les pierres qui composent l’ossature du remblai s’organisent en tas juxtaposés ou imbriqués. Les amas s’étalent en une couche unique dans le secteur nord de la fouille (axes XLIV à LII), ou en deux couches bien distinctes dans le secteur sud (axes XLI à XLIII). Le plan en courbes de niveau de la partie supérieure de la couche met en évidence ce dénivelé (fig. 95).

Fig. 98.– Niveau 6. Coupes montrant la structure du remblai. Les pierres qui composent l’ossature du remblai s’organisent en tas juxtaposés ou imbriqués. Les amas s’étalent en une couche unique dans le secteur nord de la fouille (axes XLIV à LII), ou en deux couches bien distinctes dans le secteur sud (axes XLI à XLIII). Le plan en courbes de niveau de la partie supérieure de la couche met en évidence ce dénivelé (fig. 95).

5Les matériaux qui constituent ce remblai ont été empruntés en partie au moins aux couches déjà en place sur le plateau, notamment à la couche 7 dont nous avons vu qu’elle a été localement érodée. Mais ils proviennent pour l’essentiel, compte tenu de l’important cubage qu’ils représentent, d’apports de terre et surtout de pierres, ramassées sur un plus large espace. Les pierres et les dalles plus ou moins grosses ont probablement été prélevées à proximité, sur les pointe – ments rocheux encore à nu de l’extrémité sud du plateau. Les terres qui contiennent des objets archéologiques volumineux ont été soit prises dans un endroit proche déjà occupé par les aménageurs du remblai, soit, plus probablement, incorporées aux terres du remblai au moment où elles ont été accumulées au bord du plateau, comme semblent l’indiquer les fragments de gros morceaux de vases et même d’un vase complet restés contigus (fig. 99).

6Quel que soit le mode de déversement des matériaux, on constate qu’il y a, très nettement, une seule couche de remblai dans le secteur nord de la fouille et deux couches dans le secteur sud, c’est-à-dire dans les axes XLI, XLII et XLIII ; la différence de niveau, assez brutale, se lit d’ailleurs aisément en surface de la couche (fig. 95). Il faut noter que la surface supérieure des remblais de la couche 6 est assez irrégulière, les petites dépressions séparant les différents tas ou amas de remblai n’ayant pas été systématiquement bouchées ou ne s’étant pas comblées de façon naturelle.

Fig. 99.– Niveau 6. Vue d’un vase coincé entre les pierres du remblai (fig. 107, n 12). Plusieurs gros fragments de vases ont été trouvés ainsi dans les amas de pierres et de terre qui constituent la couche 6 (fig. 107, n° 13 ; fig. 108, n° 1).

Fig. 99.– Niveau 6. Vue d’un vase coincé entre les pierres du remblai (fig. 107, n 12). Plusieurs gros fragments de vases ont été trouvés ainsi dans les amas de pierres et de terre qui constituent la couche 6 (fig. 107, n° 13 ; fig. 108, n° 1).

Organisation et fonction

7Aucune structure domestique n’a été évidemment rencontrée dans le niveau 6 et la répartition des vestiges n’y révèle naturellement aucune organisation particulière.

Fig. 100.– Niveau 6. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.

Fig. 100.– Niveau 6. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.

8Cette accumulation de terre et de pierres de grosse taille semble avoir été effectuée assez rapidement ; deux tessons aboutables ont été trouvés par exemple à la verticale l’un de l’autre, à 47 cm de distance. Il y a donc lieu de penser que le remblai est le fruit d’une véritable « programmation ».

9Ce remblaiement a été effectivement organisé et pour ainsi dire planifié. Les tas ne sont pas disposés de manière anarchique, mais de façon suivie. Les plans de répartition des vestiges, celui des fragments de poterie par exemple, suggèrent des concentrations qui correspondent en partie à ces différents tas de remblai (fig. 100). Sur toute la longueur de la fouille, dans les axes 58 notamment, et sur le rebord du plateau, de grosses pierres plates ont été accumulées, quelquefois presque à sec, dans le but manifeste d’empêcher les matériaux de glisser sur la pente. 11 s’agit donc bien ici d’une opération de remblaiement coordonnée, analogue à celle que nous avons constatée dans le niveau 10, même si elle n’a pas la même destination.

10L’absence de toute trace d’organisation de l’espace met en fait ce secteur extrême du plateau de Chassey à l’écart d’un habitat proprement dit. Le rehaussement du terrain ne paraît pas avoir eu en effet pour but d’étendre une aire d’occupation domestique, comme ce devait être le cas pour le niveau 10, car la surface du remblai n’a pas été régularisée ; mais il a pu être réalisé en vue de dégager ou d’aplanir un secteur fréquenté. Il se pourrait aussi que l’on ait simplement voulu surélever le sol de la pointe méridionale du plateau afin de renforcer la position ; cet endroit n’est pas bordé d’abrupts rocheux et seul l’exhaussement du terrain permet d’accentuer la dénivellation relativement faible qui existe entre le plateau occupé et le col qui le sépare de la colline voisine dite de « la Garenne ». Les gens de l’Âge du Bronze auront ce genre de préoccupation en édifiant leur rempart de pierres sèches.

11On ne peut affirmer être ici en présence d’une première « construction » ou d’un premier aménagement du terrain dont la fonction pourrait être défensive. Nous en restons au niveau de l’hypothèse, car nous n’avons pas relevé de trace de trou de poteau susceptible d’indiquer l’existence d’une éventuelle palissade ; les deux trous de poteau observés respectivement dans les carrés LI-54 et XLVII-55 qui pénètrent profondément dans le niveau 6, se relient en fait au niveau 5 (voir infra fig. 119).

Cohérence archéologique

12Les objets archéologiques que le niveau 6 renferme sont culturellement spécifiques. Ceux qui lui sont propres, la plupart du temps de grande taille, différent avec netteté des documents chasséens, rares au total et en général réduits à de petits fragments, qui se sont trouvés inclus de manière accidentelle dans la matrice terreuse, en provenance probable, comme nous l’avons signalé, du secteur nord du niveau 7. Les documents chasséens les plus remarquables sont, pour la céramique, deux petits tessons à décor gravé, une courte poignée plate perforée, deux fragments de poignées rondes, un petit bouton sur carène, et, pour le lithique, deux extrémités de perçoirs d’axe, trois fragments de burins d’angle, deux armatures tranchantes et une lame étroite à retouches bilatérales continues, en silex « blond ».

13Comme les éléments chasséens intrusifs peuvent être identifiés sans grand risque d’erreur, comme les documents propres au niveau 6 sont eux-mêmes très caractéristiques, qu’il s’agisse de la poterie ou des objets de silex, nous croyons pouvoir conclure que le niveau 6 est recevable sur le plan archéologique. Le fait que la ligne de contact entre les couches 6 et 5, bien que parfois sinueuse, ait été toujours très nette constitue également un élément favorable.

14Sur toute la surface de la fouille les coupes archéologiques montrent une répartition des vestiges relativement homogène. Une subdivision stratigraphique n’a pu être effectivement reconnue dans le niveau, que sur une bande étroite, dans les axes XLI, XLII et XLIII du secteur sud de la fouille où les tas de remblai ont été accumulés sur deux épaisseurs. Cette distinction, nous l’avons vu, n’implique pas pour autant une subdivision stratigraphique significative puisque les deux niveaux de remblai se succèdent en apparence immédiatement dans le temps, l’exhaussement du terrain à la pointe méridionale du plateau n’ayant donné lieu selon toute probabilité qu’à une seule phase de travaux. Nous les présenterons donc comme un tout.

COMPOSITION ARCHÉOLOGIQUE

15Le mobilier archéologique du niveau 6 est peu abondant, mais il est très caractéristique et très différent de celui des niveaux qui le précédent.

Industrie lithique

Matériel lithique taillé (silex)

Observations techniques

16Les matériaux siliceux employés apparaissent dans l’ensemble de qualité moyenne ou souvent médiocre. Il s’agit presque exclusivement de matières premières d’origine chalonnaise déjà bien connues des Chasséens, à savoir le silex crétacé un peu jaune à taches brunes ou blanches du type de Mellecey et le silex jurassique gris à cortex épais et souvent chailleux du type de Chamilly ; ils représentent à eux seuls 90 % (respectivement 80 % et 10 %) de l’ensemble des matières siliceuses utilisées. Les silex du Mâconnais du type de Sennecé-lès-Mâcon et du type de Verzé, avec un taux de 4 %, ne viennent qu’en appoint. Quelques autres matières, comme le silex de la vallée du Cher (type de Meusnes), du Sénonais et de la Forêt d’Othe (types de Paron et d’Arces-Dilo), sont très occasionnelles (AFfolter, dans ce volume).

17Mis à part quatre nucléus en silex d’assez bonne qualité et un en chaille qui sont débités à partir d’un plan de frappe unique, les quatorze autres, c’est-à-dire cinq en mauvais silex, quatre en chaille et cinq en assez bon silex, ont été soumis à un débitage multidirectionnel. Ils ont fourni dans l’ensemble de simples éclats, sauf deux d’entre eux, l’un en silex, l’autre en chaille, dont on a extrait des éclats laminaires, voire des lamelles. Le débitage est en effet orienté essentiellement vers la production d’éclats ; les éclats simples représentent 77 % et les éclats laminaires 16 % de l’ensemble des produits ; les lames atteignent 7 % seulement, encore sont-elles de venue souvent irrégulière et de module plutôt moyen.

18Le mode de débitage qui semble avoir prévalu est celui en percussion directe ; viennent le confirmer trois gros percuteurs en silex, pesant respectivement 340, 220 et 165 g, et un quatrième, fragmentaire, ainsi qu’un percuteur en arkose fine de 170 g. Parmi les types de plans de frappe, les plans lisses prédominent naturellement ; 39 % sont lisses et droits et 22 % lisses et obliques obtus. Les autres types sont, par ordre décroissant, corticaux (12 %), punctiformes (10 %), dièdres (7 %), linéaires (5 %) ou facettés (5 %).

Fig. 101- Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-4, grattoirs simples sur d’éclats longs ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8-9, grattoirs courts ovalaires ; 10, grattoir épais circulaire ; 11-14, grattoirs carénés ; 15-16, grattoirs anguleux sur éclats laminaires ; 17-18, grattoirs déjetés ; 19-20, grattoirs à bords retouchés sur éclats laminaires ; 21, grattoir latéral ; 22, grattoir double ; 23-26, grattoirs denticulés ; 27-28, éclats à une ou deux coches ; 29-30, troncatures obliques ; 31, éclat cortical à bord régulièrement retouché (traces de résine-colle).

Fig. 101- Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-4, grattoirs simples sur d’éclats longs ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8-9, grattoirs courts ovalaires ; 10, grattoir épais circulaire ; 11-14, grattoirs carénés ; 15-16, grattoirs anguleux sur éclats laminaires ; 17-18, grattoirs déjetés ; 19-20, grattoirs à bords retouchés sur éclats laminaires ; 21, grattoir latéral ; 22, grattoir double ; 23-26, grattoirs denticulés ; 27-28, éclats à une ou deux coches ; 29-30, troncatures obliques ; 31, éclat cortical à bord régulièrement retouché (traces de résine-colle).

19Les outils ont été obtenus en grande majorité à partir d’éclats simples (62 %), une fois sur quatre à partir d’éclats laminaires (25 %) et plus rarement à partir de lames (13 %). Ces dernières sont des lames courtes et larges, de profil assez raide.

Typologie

20Les types d’outils et d’armes déterminables provenant du niveau 6 représentent cent vingt-trois objets.

21Grattoirs (37 ex.).– On dénombre trente-sept grattoirs, dont six fragments, qui sont dans l’ensemble de petite taille et tous en silex, sauf un tiré d’une chaille rose (fig. 101, nos 1 à 22). Ce sont majoritairement des grattoirs frontaux, généralement assez bien retouchés et le plus souvent de petite taille. Ils ont pour support des éclats laminaires (nos 1 à 4) ou des éclats courts (nos 6 à 10). Les plus typés sont, d’après leur forme, des grattoirs ovalaires (nos 8 et 9) et circulaires (n° 10), et, suivant l’épaisseur de leur partie active, des grattoirs plats (nos 2 et 5) et carénés (nos 11 à 14). Quelques éléments se singularisent par leur front anguleux (nos 15 et 16), déjeté (nos 17 et 18) ou en position latérale (n° 21). Un seul grattoir est double (n° 22).

22Denticulés (9 ex.).– Neuf éclats, à retouches creuses, sont en fait des grattoirs à front denticulé (fig. 101, nos 23 à 26). Cinq d’entre eux sont dotés de petites encoches accolées qui isolent un ergot, élément en apparence fonctionnel (n° 23).

23Coches (5 ex.).– Quatre éclats possèdent une encoche plus ou moins large, soigneusement retouchée (fig. 101. n° 27) ; mais un cinquième en présente deux, obtenues par retouches inverses (n° 28).

24Troncatures (2).– Un segment de lame à troncature oblique (fig. 101, n° 29) et un éclat cortical à troncature oblique et à bord retouché (n° 30) sont les seuls individus dans cette catégorie.

25Racloirs (5 ex.).– Un éclat cortical allongé présente un bord régulier de racloir traité en retouches semi-abruptes opposé à un dos moins bien retouché (fig. 101, n° 31) ; l’outil conserve sur sa face convexe des restes d’une colle résineuse indiquant qu’il était fixé longitudinalement dans un manche. Deux racloirs, installés l’un sur un large éclat plat, l’autre sur un éclat laminaire, ont une partie active, respectivement convexo-concave et convexe, traitée en retouches régulières semi-abruptes (fig. 102, n°s 1 et 2). Trois autres racloirs, sur éclats, sont moins typés ; l’un, transversal, est très épais.

26Raclettes (4 ex.).– Ce sont des éclats quelconques repris par des retouches courtes soit directes (fig. 102, nos 3 à 5), soit inverses (n° 6).

27Burins (5 ex.).– Ils sont peu nombreux, mais bien caractérisés ; il s’agit d’un burin d’angle sur troncature oblique (fig. 102, n° 7), d’un burin transversal sur bord retouché (n° 8), d’un burin plan transversal (n° 9), d’un outil double, sur éclat cortical, qui oppose un burin dièdre d’axe à un burin d’angle sur troncature retouchée (n° 10), enfin d’un burin d’angle sur troncature retouchée concave porté par une lame dont un côté est repris en retouches lamellaires continues (n° 11).

28Pointes à retouches alternes (2 ex.).– Nous rangeons dans cette catégorie un éclat bulbeux appointi par des retouches abruptes directes (fig. 102, n° 12) et un petit éclat sans caractère auquel des retouches alternes abruptes donnent une pointe nettement usée par un mouvement de rotation (n° 13).

29Pièces esquillées (4 ex.).– Trois éclats de forme rectangulaire ainsi qu’une lame large, à plages esquillées opposées, sont bien représentatifs du type (fig. 102, nos 14 et 15).

30Couteaux à dos (4 ex.).– Trois éclats, dont un cortical, ont un dos arrondi en arc régulier par des retouches semi-abruptes qui s’oppose à un tranchant presque rectiligne (fig. 102, nos 17 à 19) ; la quatrième pièce, bien que typique, est beaucoup moins régulière.

31Lustrés (2 ex.).– Un éclat laminaire présente, sur un bord, un poli brillant qui affecte quelques fines esquillures (fig. 102, n° 20). Une pièce à tranchant lustré répond à la définition du couteau à moissonner ; il s’agit d’une lame de 11.3 cm de longueur, de section triangulaire, qui conserve sur un bord une plage de cortex (n° 16). Un lustré largement étendu aux joues marque de façon prononcée le tranchant que des retouches plates rectifient en partie proximale. Le dos a gardé, accrochés au cortex sur une longueur de 5 cm et une largeur de 8 à 10 mm, des morceaux d’un goudron de fixation à un manche, comme le racloir décrit plus haut. L’outil a été soumis à une forte chaleur qui en a altéré la surface.

32Lames et éclats laminaires retouchés (5 ex.).– Trois lames dont une à crête et deux corticales ont un bord rectifié sur toute sa longueur par des retouches plates et plutôt courtes (fig. 102, nos 21 et 24). Un éclat laminaire à dos cortical a le bord rectifié par des retouches courtes partiellement bifaciales (n° 22) ; un autre épais a des retouches partielles (fig. 103, n° 1).

33Ne sont pas inclus dans ce décompte trois lames, ainsi que neuf éclats laminaires et cinq éclats simples qui portent des traces d’utilisation sous forme d’esquillures ou de retouches partielles sans correspondre toutefois à un type déterminé.

34Microdenticulés (3 ex.).– Deux éclats ainsi qu’une lame présentent une denticulation fine et régulière très typique qui intéresse tout ou partie d’un bord (fig. 103, nos 2 à 4).

35Microretouchés (20 ex.).– Une lamelle, trois éclats laminaires ainsi que seize éclats simples présentent, sur tout ou partie d’un tranchant, des retouches continues, fines, souvent régulières, parfois localement bifaciales (fig. 103, n°s 5 à 8). Il est probable que certains microretouchés aient été initialement des microdenticulés simplement abrasés du fait de leur utilisation.

Fig. 102.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-2, éclats à retouches unilatérales (racloirs) ; 3-6, éclats à retouches semi-abruptes (raclettes) ; 7, burin d’angle sur troncature ; 8-9, burins transversaux ; 10, burin d’angle sur troncature opposé à un burin dièdre d’axe ; 11, burin d’angle sur troncature concave ; 12, éclat bulbeux appointi par retouches abruptes inverses ; 13, éclat mince appointi par retouches alternes (alésoir) ; 14-15, pièces esquillées ; 16, lame à lustré brillant avec traces de résine-colle (couteau à moissonner) ; 17-19, couteaux à dos ; 20, éclat laminaire à poli brillant ; 21-22, éclats laminaires à bord retouché ; 23, pièce ovalaire à retouches partiellement bifaciales, à extrémité présentant une forte usure brillante ; 24, lame à crête à retouches marginales.

Fig. 102.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-2, éclats à retouches unilatérales (racloirs) ; 3-6, éclats à retouches semi-abruptes (raclettes) ; 7, burin d’angle sur troncature ; 8-9, burins transversaux ; 10, burin d’angle sur troncature opposé à un burin dièdre d’axe ; 11, burin d’angle sur troncature concave ; 12, éclat bulbeux appointi par retouches abruptes inverses ; 13, éclat mince appointi par retouches alternes (alésoir) ; 14-15, pièces esquillées ; 16, lame à lustré brillant avec traces de résine-colle (couteau à moissonner) ; 17-19, couteaux à dos ; 20, éclat laminaire à poli brillant ; 21-22, éclats laminaires à bord retouché ; 23, pièce ovalaire à retouches partiellement bifaciales, à extrémité présentant une forte usure brillante ; 24, lame à crête à retouches marginales.

Fig. 103.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1, lame épaisse à retouches partielles ; 2-4, lame et éclats laminaires à bord microdenticulé ; 5-8, éclats à bord microretouchê ; 9, éclat à retouches rasantes obtenues par pression (ébauche probable de pointe bifaciale) ; 10-13, pointes ogivales à base convexe et à retouches marginales courtes ou envahissantes, sur lame ou sur éclat ; 14-17, pointes triangulaire et ogivales à base légèrement concave et à retouches marginales courtes ou envahissantes ; 18, pointe foliacée à retouches marginales plus ou moins envahissantes et à base naturelle convexe (cassure en charnière) ; 19, pointe triangulaire à pédoncule large ; 20, lame de hache à tranchant arrondi, à retouches marginales rasantes partiellement bifaciales.Matériel lithique poli. 21, fragment de lame de hache en silex partiellement polie ; 22, lame de hache subrectangulaire, en pélite-quartz, retaillée dans une pièce antérieurement polie ; 23, talon de lame de hache épaisse, en ankaramite.

Fig. 103.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1, lame épaisse à retouches partielles ; 2-4, lame et éclats laminaires à bord microdenticulé ; 5-8, éclats à bord microretouchê ; 9, éclat à retouches rasantes obtenues par pression (ébauche probable de pointe bifaciale) ; 10-13, pointes ogivales à base convexe et à retouches marginales courtes ou envahissantes, sur lame ou sur éclat ; 14-17, pointes triangulaire et ogivales à base légèrement concave et à retouches marginales courtes ou envahissantes ; 18, pointe foliacée à retouches marginales plus ou moins envahissantes et à base naturelle convexe (cassure en charnière) ; 19, pointe triangulaire à pédoncule large ; 20, lame de hache à tranchant arrondi, à retouches marginales rasantes partiellement bifaciales.– Matériel lithique poli. 21, fragment de lame de hache en silex partiellement polie ; 22, lame de hache subrectangulaire, en pélite-quartz, retaillée dans une pièce antérieurement polie ; 23, talon de lame de hache épaisse, en ankaramite.

36Pièce usée en bout 1 ex.).– Une lame en silex zoné, à retouches bilatérales et en partie bifaciales, est fortement usée et comme polie, notamment à son extrémité arrondie (fig. 102, n° 23).

37Armatures perçantes (12 ex.).– Sur douze armatures perçantes trois sont tirées de lames ou d’éclats laminaires. Elles sont taillées dans des silex principalement locaux. Dix sont entières. Les types sont simples : pointes ogivales à base convexe et à retouches marginales ou envahissantes (fig. 103, nos 10 à 13), pointes ogivales à base concave à retouches marginales ou couvrantes (nos 14 à 17), pointe foliacée dont la base convexe est une cassure naturelle en charnière (n° 18), pointe bifaciale triangulaire à long pédoncule (n° 19). Un petit éclat à retouches unifaciales très plates obtenues par pression peut être considéré comme une ébauche d’armature (n° 9).

38Lame de hache (1 ex.).– Un large éclat de silex gris du type de Mellecey, relativement mince, est façonné en forme de lame de hache par des retouches bifaciales envahissantes sur les côtés, plates et courtes sur le tranchant ; ce dernier s’arrondit en cintre régulier ; le talon fait défaut (fig. 103, n° 20) ; la lame ne porte pas de trace de polissage.

Matériel lithique poli (silex, roches « vertes »)

39À la différence des niveaux chasséens, le niveau 6 contient des lames polies non seulement en roches vertes, mais aussi en silex.

40Lames de hache en silex poli (2 ex.).– Un fragment d’un outil en silex, déformé par un passage au feu, provient d’une lame de hache, probablement assez étroite, dont les deux faces, travaillées en retouches esquilleuses non couvrantes, ont été partiellement polies (fig. 103, n° 21). Un autre fragment très petit, éclaté par un fort chauffage, présente une surface polie et semble appartenir lui aussi à une lame de hache, sans doute plus large que la précédente, en silex reconnu par J. Affolter comme provenant de l’Yonne (Affolter, dans ce volume).

41Lame de hache en roche « verte » (3 ex.).– Les morceaux de roches vertes sont assez nombreux, mais seuls trois outils sont identifiables ; il s’agit d’une petite lame subrectangulaire en pélite-quartz de Plancher-les-Mines, retaillée à gros éclats dans une pièce antérieurement polie (fig. 103, n° 22), du talon d’une grande lame épaisse, en ankaramite, de section ovalaire (n° 23) et du fragment du tranchant d’une lame étroite.

42D’autres roches telles que l’actinotite, la pyroxénite à grenats, l’amphibolite à actinote et à épidote, la diorite à hornblende, ainsi qu’une lave andésitique, ont été déterminées à partir de fragments et d’éclats d’outils polis dont la forme n’est pas connue.

Matériel lithique grenu et abrasif (granites, grès)

43Les fragments d’objets tirés de roches granitiques et gréseuses rencontrés dans le niveau 6 sont assez nombreux. Aucun cependant n’est de grande taille. Le grès gris du Permien apparaît ici privilégié au détriment des granites ; cependant le grès blond du Rhétien est toujours présent (Garcia, Petit, dans ce volume). C’est vraisemblablement au travail de mise en forme des meules que semble devoir être rapportée une boule de grès permien, de plus de 1 kg, aux angles arrondis par un travail en percussion, qui peut avoir servi de marteau en vue d’abattre les arêtes des blocs sélectionnés et de « surfacer » les tables d’usure (fig. 104, n° 3).

44Meules (14 ex.).– L’épaisseur des cinq plus gros fragments de meules, qui est comprise entre 10 et 14 cm, est celle de pièces massives et lourdes. Ces meules sont façonnées dans le grès grossier du Permien. Un fragment qui vient d’une meule en granité à muscovite, montre une extrémité étroite et arrondie et une table, large de 29 cm, presque plate transversalement (fig. 104, n° 1).

45Broyons (3 ex.).– Les broyons couplés aux meules sont du modèle plat pour deux d’entre eux (3 à 4 cm) et du modèle épais pour le troisième (6 cm). La pièce la plus complète, en grès blond du Rhétien, a conservé un bord brut de fracture dont les arêtes ont été simplement adoucies, alors que les arêtes du bord opposé ont été abattues à petits éclats et non pas arrondies par piquetage (fig. 104, n° 2). Les deux autres pièces sont respectivement en granité à biotite et en granité à muscovite.

46Molettes (1 ex.).– Un « galet » ovoïde de grès permien, pesant environ 900 g, présente une face finement usée et lisse, très faiblement cintrée, montrant qu’il a travaillé dans un mouvement longitudinal peu oscillant (fig. 104, n° 4).

47Aiguisoirs (2 ex.?).– Deux morceaux de grès blond du Rhétien qui montrent une facette usée, proviennent probablement d’aiguisoirs ou de polissoirs. Deux pièces seulement, en forme de plaquettes biconcaves, sont des aiguisoirs portables (fig. 104, n° 5).

Fig. 104.– Niveau 9. Matériel lithique grenu et abrasif. I, extrémité de meule épaisse ; 2, broyon plat rectangulaire ; 3, percuteur lourd ; 4, molette à surface active faiblement cintrée ; 5, aiguisoir en plaquette biconcave. N° 1, granite à muscovite ; n°s 2, 5, grès blond ; nos 3, 4, grès permien. Nos 1-3, échelle A ; nos 4-5, échelle B.

Fig. 104.– Niveau 9. Matériel lithique grenu et abrasif. I, extrémité de meule épaisse ; 2, broyon plat rectangulaire ; 3, percuteur lourd ; 4, molette à surface active faiblement cintrée ; 5, aiguisoir en plaquette biconcave. N° 1, granite à muscovite ; n°s 2, 5, grès blond ; nos 3, 4, grès permien. Nos 1-3, échelle A ; nos 4-5, échelle B.

Industrie céramique

Observations techniques

48La céramique est généralement bien cuite. Les surfaces n’atteignent jamais la brillance de certains vases chasséens, mais sont souvent lissées, voire polies. Elles laissent souvent apparaître un dégraissant très fin ; mais plusieurs récipients de grande taille présentent, à l’intérieur comme à l’extérieur, une surface comme engobée, soigneusement lissée. Les couleurs s’étalent du chamois au brun foncé en passant par le brun havane, le brun roux et le brun gris ; les nuances foncées prédominent cependant.

49Le dégraissant est beaucoup moins varié que dans les niveaux précédents ; son calibrage toutefois demeure régulier et les grains sont généralement de très petit calibre. Il est, dans la majorité des cas, fait à base de calcite broyée, ce qu’attestent de très nombreux petits blocs de calcite brute, cristallisée en bâtonnets, trouvés isolés ou parfois groupés en tas comme dans le carré XLV-55. Un tesson examiné par F. Chevalier contient un dégraissant qui associe aux grains de calcite pilée largement prédominants, quelques feldspaths alcalins et quelques grains de quartz arrondis. Mais d’autres pâtes ont été dégraissées avec un sable granitique obtenu par concassage d’une roche granitique à deux micas. Ce dégraissant est utilisé tel quel ou mélangé à des grains de calcite pilée comme l’indique un autre échantillon étudié en lame mince. Enfin les pâtes contiennent exceptionnellement des paillettes de mica blanc bien intégrées dans la pâte ou donnant parfois des surfaces brillantes. La calcite a eu toutefois la préférence.

50Les parois ont une épaisseur assez forte, comprise en général entre 8 et 12 mm, mais celle de certains petits vases peut descendre à 4 ou 5 mm et celle de quelques très gros récipients atteindre 20 mm et plus s’il s’agit de fragments proches du fond. La forme rectangulaire de nombreux tessons qui proviennent de vases brisés selon des lignes parallèles, de même que les traces de plans transversaux de collage visibles dans la tranche ou sur les bords de maints fragments, attestent l’emploi prioritaire de la technique du montage au colombin. C. Colas a constaté que la soudure des colombins est faite de manière préférentielle du haut vers le bas, à l’inverse de ce que l’on observe dans les niveaux 9 et 8 par exemple (Colas, 2000, p. 229). Les disques de cuisson sont fabriqués par estampage sur un support plat, éventuellement sur une vannerie ou à même le sol comme l’indiquent deux fragments (fig. 110, n° 9).

Rebords

51Sur les trois cent cinquante tessons dénombrés (350), prédominent très largement les lèvres arrondies, aussi bien régulières qu’asymétriques, puisqu’elles atteignent conjointement presque les deux tiers du total des rebords (respectivement 31 et 34 %). Les lèvres aplaties et les lèvres roulées ou rabattues sont courantes (13 et 8 %), mais les lèvres carrées de même que les lèvres ogivales et asymétriques aiguës restent assez rares (5, 4 et 4 %). Quant aux lèvres épaissies en pseudo-marli, elles sont exceptionnelles (moins de 1 %).

Fonds

52Les fonds aplatis ou plats, au nombre de vingt-quatre, pourraient être tenus pour prédominants par rapport aux fonds ronds, connus par six tessons seulement, si les premiers n’étaient pas plus faciles à reconnaître que les seconds. Le raccord des fonds plats ou aplatis avec le corps des récipients se fait toujours en arrondi plus ou moins serré ; il n’existe pas de fond plat à bord très nettement anguleux, à plus forte raison de pied bien dégagé ou saillant (fig. 107, n° 12 ; fig. 108, nos 1. 3 à 5, 10 à 12). Le diamètre de ces fonds va de 8 à 25 cm et leur épaisseur varie de 0,8 à 2 cm. Ils concernent aussi bien des formes élevées comme les vases à ressaut ou à épaulement, que des formes très ouvertes du type des plats à rebord oblique.

Anses

53Le niveau 6 a donné soixante et onze anses intactes ou morphologiquement déterminables plus une quarantaine de fragments. Certains éléments, comme de petits boutons et les barrettes verticales, souvent placés sur un ressaut, ne sont pas inclus dans ce dénombrement parce que leur fonction décorative prime probablement sur leur rôle d’aide à la tenue en mains des vases qu’ils équipent ; c’est aussi le cas d’une anse, à perforation sous-cutanée, qui ne peut pas être rapportée à un modèle précis (fig. 105, n° 13).

54Boutons ronds (13 ex.).– La série des boutons ronds compte treize individus, plus ou moins saillants, de diamètre compris entre 1 et 2 cm, et tous pleins (fig. 105, nos 1 à 8), sauf un à perforation basse (n° 9). Deux d’entre eux sont placés sur un rebord à proximité de la lèvre (nos 1 et 2), trois appliqués contre un ressaut (nos 3 et 4) et un collé sur une carène ronde (n° 5) ; les autres semblent être installés en pleine paroi.

55Boutons olivaires (2 ex.).– Deux boutons olivaires, appartenant probablement au même vase et placés directement sous un ressaut, sont pleins (fig. 105, nos 14 à 16).

56Boutons ensellés (4 ex.).– Quatre boutons sont ensellés (fig. 106, nos 2 et 3) ; l’un d’eux a été modelé à partir de deux petites boulettes de terre enfoncées dans la paroi (n° 3).

57Mamelons ronds (32 ex.).– Beaucoup de fragments d’anses perforées sont des mamelons, mais seuls quatorze exemplaires entiers et dix-huit autres coupés en deux peuvent être retenus sans conteste. Ils appartiennent à deux modèles. Les premiers, au nombre de treize, sont des mamelons plats, comme écrasés, plus ou moins ronds, dont la grosse perforation mord autant le corps du mamelon que la paroi du vase ; leur diamètre avoisine 5 à 6 cm (fig. 105, nos 10 et 11). Les seconds, au nombre de dix-neuf, sont des mamelons bien saillants, parfois hémisphériques, tous percés d’un gros trou qui entame ou non la paroi des vases ; leur diamètre est en moyenne de 4 à 5 cm (n° 12). Tous ces éléments garnissent des récipients de fort volume.

58Mamelons olivaires (3 ex.).– Trois mamelons olivaires, très saillants, probablement fixés sur la convexité de gros vases, sont percés à cœur (fig. 105, nos 17 et 18).

59Mamelons ensellés (3 ex.).– Trois mamelons de même taille que les précédents ont la grosse perforation basale habituelle des mamelons simples décrits ci-dessus, mais leur sommet est creusé d’un net ensellement (fig. 106, n° 1).

Fig. 105.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-8, boutons pleins, placés sous une lèvre (nos 1-2), au bord d’un ressaut (nos 3-4) ou en pleine paroi (n°s 5-8) ; 9, bouton rond perforé ; 10-12, mamelons perforés ; 13, perforation « sous-cutanée » ; 14-16, boutons olivaires pleins ; 17-18, mamelons olivaires perforés.

Fig. 105.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-8, boutons pleins, placés sous une lèvre (nos 1-2), au bord d’un ressaut (nos 3-4) ou en pleine paroi (n°s 5-8) ; 9, bouton rond perforé ; 10-12, mamelons perforés ; 13, perforation « sous-cutanée » ; 14-16, boutons olivaires pleins ; 17-18, mamelons olivaires perforés.

60Anses en ruban (3 ex.).– Trois anses en ruban sont attestées par de petits fragments ; l’une, bombée et massive et de section lenticulaire, évoque un gros mamelon (fïg. 106, n° 5).

61Baguettes multiforées (11 ex.).– Les anses multiforées se distinguent par leur caractère massif, leur profil écrasé et leurs perforations de gros diamètre ; elles se démarquent de ce fait des baguettes chasséennes. Comme aucun élément n’est complet, on ne peut affirmer qu’il s’agisse de baguettes plutôt que de barrettes. Certaines de ces anses (six individus), larges et de profil ramassé, aux extrémités arrondies, ont des perforations qui traversent le corps de la protubérance ou bien creusent profondément la paroi du vase (fig. 106, nos 4, 6 et 8). Les autres (quatre individus), plus étroites, ont également de grosses perforations. Nous ignorons à quels types de vases ces éléments étaient de préférence appliqués. Une baguette est fixée contre le rebord d’un vase à la technique soignée (n° 10). Une autre, collée sur le bord extérieur de la lèvre d’un vase à surface lissée, est formée d’au moins trois petits boutons façonnés dans un même boudin d’argile, tous perforés en oblique à partir de l’intérieur du récipient (n° 11).

Fig. 106.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, mamelon et boutons ensellés ; 4, 6-9, barrettes et baguettes multiforées ; 5, anse en ruban ; 10, baguette multiforée placée sous la lèvre ; 11, barrette formée de boutons alignés sous la lèvre et perforés en oblique depuis l’intérieur du vase.

Fig. 106.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, mamelon et boutons ensellés ; 4, 6-9, barrettes et baguettes multiforées ; 5, anse en ruban ; 10, baguette multiforée placée sous la lèvre ; 11, barrette formée de boutons alignés sous la lèvre et perforés en oblique depuis l’intérieur du vase.

Formes nues

62L’identification et le dénombrement des formes céramiques du niveau 6 sont d’autant plus ardus que les vases, souvent de grande taille, aux profils généralement sinueux, sont très fragmentés. Nous n’avons retenu dans l’inventaire suivant que les formes que nous croyons assurées, avec assez souvent d’ailleurs des réserves sur le dessin précis du fond ou la hauteur exacte de la paroi ou du col ; les récipients de très grand volume représentés par un nombre réduit de tessons, comme un probable vase-silo dont le diamètre au niveau du col atteint pourtant 50 cm, échappent à cet inventaire.

63Vases à paroi distincte et carène anguleuse (15 ex.).– Les vases de ce type, connus par des fragments réduits de carène, se démarquent très nettement des vases chasséens correspondants dont ils n’ont pas la minceur, ni le fini lustré. D’une manière générale les formes paraissent lourdes bien que les carènes soient très nettes et quelques-unes même pincées et saillantes. Le nombre des vases carénés s’élève au moins à quinze individus. Les parois, généralement concaves, sont le plus souvent verticales ou rentrantes. Un petit vase à carène très vive, du genre gobelet, a un diamètre de 10 cm (fig. 107, n° 1) ; deux autres vases, de type bol et coupe, à paroi verticale pour l’un et sortante pour l’autre, identifiés à partir de tessons ne comportant pas le rebord, ont un diamètre respectif voisin de 12 et de 16 cm (nos 3 et 5).

64Vases à paroi distincte et carène ronde (8 ex.).– Les fragments de carènes arrondies ou mousses permettent d’identifier au moins six vases de ce type. Une écuelle à carène ronde se singularise par un léger ressaut qui cerne la base de la paroi rentrante (fig. 107, n° 6). Une jatte de 29 à 30 cm de diamètre, qui présente une carène arrondie sinueuse, un fond peu convexe et une paroi fortement inclinée vers l’extérieur, se distingue aussi parce qu’elle est façonnée sans grande régularité (n° 2). Une carène porte un petit bouton plein, en faible relief (n° 9).

Fig. 107.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, 3-5, gobelet, coupe et bol à carène anguleuse et paroi distincte ; 2, jatte à carène arrondie, à fond peu convexe et paroi sortante ; 6, bol à carène arrondie et paroi rentrante marquée d’un ressaut ; 7-9, carènes arrondies (n° 8 avec léger ressaut et n° 9 portant un bouton plein) ; 10, épaulement ; 11, bol à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 12, vase élevé à fond plat, paroi dressée concave et à épaulement portant deux fois deux couples de boutons pleins non opposés diamétralement ; 13, vase à panse ovoïde, à col vertical dégagé par un ressaut étroit portant une applique arciforme.

Fig. 107.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, 3-5, gobelet, coupe et bol à carène anguleuse et paroi distincte ; 2, jatte à carène arrondie, à fond peu convexe et paroi sortante ; 6, bol à carène arrondie et paroi rentrante marquée d’un ressaut ; 7-9, carènes arrondies (n° 8 avec léger ressaut et n° 9 portant un bouton plein) ; 10, épaulement ; 11, bol à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 12, vase élevé à fond plat, paroi dressée concave et à épaulement portant deux fois deux couples de boutons pleins non opposés diamétralement ; 13, vase à panse ovoïde, à col vertical dégagé par un ressaut étroit portant une applique arciforme.

Fig. 108.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse ovoïde, fond aplati, col vertical concave, épaulement étroit portant une applique arciforme ; 2, épaulement étroit ; 3-5, 10-12, fonds plats ; 6, vase à panse profonde, à fond probablement arrondi et à col vertical appuyé sur un épaulement anguleux auquel s’accroche une barrette verticale ; 7-9, épaulements plus ou moins prononcés.

Fig. 108.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse ovoïde, fond aplati, col vertical concave, épaulement étroit portant une applique arciforme ; 2, épaulement étroit ; 3-5, 10-12, fonds plats ; 6, vase à panse profonde, à fond probablement arrondi et à col vertical appuyé sur un épaulement anguleux auquel s’accroche une barrette verticale ; 7-9, épaulements plus ou moins prononcés.

65Vases à ressaut (19 ex.).– On a affaire ici à des vases dont un léger ressaut, de largeur millimétrique, quelquefois marqué d’un trait tracé au poinçon ou au tranchant de l’estèque, souligne une paroi ou un col vertical ou rentrant. La ligne de ressaut est inscrite au-dessus de la convexité maximale de la panse. Ces récipients sont de forme élevée, comme celle des vases à épaulement décrits ci-après.

66Les vases à ressaut ne sont représentés que par des fragments qui permettent d’identifier au moins dix-neuf individus. Un très haut vase, de 26 à 27 cm de diamètre maximal, à fond peut-être aplati, illustre bien cette catégorie (fig. 107, n° 13) ; un arceau en léger relief, aujourd’hui décollé, comparable à celui qui décore un vase à épaulement cité plus loin, tangente la ligne du ressaut. Des fragments d’un très grand vase dont la surface, tant intérieure qu’extérieure, est simplement régularisée à larges coups d’estèque, montrent un ressaut profond qui raye la base d’une paroi ou d’un col rentrant.

67Vases à épaulement (17 ex.).– Les vases de cette catégorie appartiennent, comme les précédents, à des formes hautes. Leur panse se raccorde à la paroi ou au col par un ressaut prononcé, un décrochement que nous dénommons épaulement bien qu’il reste étroit dans tous les cas. Il semble que ces récipients aient eu majoritairement un fond aplati ou plat. On compte une douzaine de vases bien différenciés, de diamètre compris entre 15 et 25 cm, représentés toutefois par d’assez menus fragments. Trois vases sont plus complets. Le premier, haut de 15 cm, à fond bien plat et paroi concave verticale, a un épaulement aplati bordé par deux couples de petits boutons qui ne se placent pas en opposition diamétrale (fig. 107, n° 12). Le second, à panse plus convexe, de 21 cm de diamètre maximal, à col court également dressé et à fond aplati, présente un épaulement plus mou auquel est pendu un motif arciforme en très faible relief (fig. 108, n° 1). Le troisième, à haute panse ronde reposant soit sur un fond oscillant, soit sur un fond aplati, de 31 à 32 cm de diamètre maximal et de hauteur à peine inférieure, à paroi distincte courte et dressée, possède un épaulement anguleux auquel s’accroche une barrette saillante verticale (fig. 108, n° 6). Nous rapprochons de cette série une forme basse, un gobelet à paroi redressée, parce qu’il présente une courte barrette verticale protubérante qui vient à fleur d’un épaulement arrondi comme sur les vases hauts (fig. 107, n° 11).

68Sur un vase à panse apparemment globuleuse, de 15 cm de diamètre à l’ouverture, une sorte d’épaulement bien plat resserre le rebord qui forme une sorte de col très court (fig. 109, n° 2). Il n’y a pas d’autre exemple de rebord ainsi « décroché ».

69Vases cylindriques (3 ex.).– À la catégorie des vases cylindriques ne paraissent pouvoir être rapportés que trois rebords bien droits dont on ne voit pas à quelle autre forme ils pourraient être raccordés (fig. 109, nos 3 à 5) ; ils proviennent de vases mesurant approximativement 10, 20 et 30 cm de diamètre.

70Vases globuleux à col naissant (13 ex.).– Nous rangeons sous cette rubrique un lot de fragments issus de vases à panse globuleuse à laquelle se raccorde, en courbe plus ou moins ouverte, un col de diamètre légèrement inférieur ; la panse sphérique et le profil en S très étiré des vases concernés les distinguent des vases à col proprement dits. La série compte au moins treize récipients dont les plus gros ont un diamètre qui se situe vers 25 à 30 cm ; ils paraissent avoir été équipés de préférence de deux anses en mamelons assez plats, à grosse perforation, placées un peu au-dessus de l’équateur de la panse (fig. 109, n° 15 ; fig. 110, n° 1).

71Vases à col (4 ex.).– Les conditions d’identification des vases de ce type sont extrêmement difficiles, car les morceaux de bases de cols qui permettent de les reconnaître sont ici très petits ; quatre éléments peuvent cependant être isolés qui esquissent un col étroit, redressé à la verticale, sommant une panse globuleuse (fig. 109, nos 6 à 9).

72Vases en portion de sphère (10 ex.).– Les vases hémisphériques et, dans un cas, en trois quarts de sphère, constituent une série importante puisqu’elle compte au moins dix individus. Ce sont tous des vases de petite taille, de diamètre compris entre 9 et 13 cm, c’est-à-dire du genre gobelet ou bol (fig. 109, nos 10 à 13). Ils sont très probablement dépourvus d’anses. Leur finition est de qualité très moyenne. L’un d’eux, minuscule, est répertorié ci-dessous (n° 14).

73Coupes et plats à fond peu convexe ou plat (7 ex.).– Il n’existe aucun fragment de rebord dont la courbure soit assez développée pour permettre de reconnaître une coupe en calotte sphérique véritable. Il semble qu’il s’agisse essentiellement de coupes ou de plats à bords obliques peu élevés, reliés tantôt à un fond peu convexe par une sorte de carène très ouverte, tantôt à un fond aplati ou réellement plat. Il y a quatre exemplaires assez caractérisés de ce modèle au bord oblique tendu ou à lèvre évasée (fig. 110), nos 3 à 5, 8 et 10). Un fond plat de 25 cm de diamètre pourrait appartenir à ce genre de récipient.

Fig. 109.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à col vertical et à épaulement ; 2, partie supérieure d’un vase galbé à lèvre amincie, dégagée par un ressaut ; 3-5, rebords de vases cylindriques ; 6-8, cols sur panses globuleuses ; 9, vase à panse globuleuse et large col vertical ; 10-14, gobelet, coupelles, godet, en portion de sphère ; 15, vase à panse ovoïde et col naissant doté de boutons perforés opposés.

Fig. 109.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à col vertical et à épaulement ; 2, partie supérieure d’un vase galbé à lèvre amincie, dégagée par un ressaut ; 3-5, rebords de vases cylindriques ; 6-8, cols sur panses globuleuses ; 9, vase à panse globuleuse et large col vertical ; 10-14, gobelet, coupelles, godet, en portion de sphère ; 15, vase à panse ovoïde et col naissant doté de boutons perforés opposés.

Fig. 110.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse globuleuse et col naissant, doté de deux boutons perforés opposés ; 2, gobelet sphérique ; 3-5, rebords de coupes ou de plats ; 6-7, 9, 11-14, rebords de disques de cuisson (n° 9 avec trace de vannerie) ; 8, 10, plats ou coupes à bord relevé et lèvre éversée.

Fig. 110.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse globuleuse et col naissant, doté de deux boutons perforés opposés ; 2, gobelet sphérique ; 3-5, rebords de coupes ou de plats ; 6-7, 9, 11-14, rebords de disques de cuisson (n° 9 avec trace de vannerie) ; 8, 10, plats ou coupes à bord relevé et lèvre éversée.

Fig. 111 Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, barrettes pleines verticales placées sous un ressaut ou sur un épaulement ; 4, cannelure large et irrégulière sur flanc de vase : 5, rebord de vase à col élevé décoré de traits irrégulièrement tracés pour former une bande soutendue de losanges ; 6, traits irréguliers gravés à même la panse ; 7, rebord de disque de cuisson orné d’impressions digitales.

Fig. 111 Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, barrettes pleines verticales placées sous un ressaut ou sur un épaulement ; 4, cannelure large et irrégulière sur flanc de vase : 5, rebord de vase à col élevé décoré de traits irrégulièrement tracés pour former une bande soutendue de losanges ; 6, traits irréguliers gravés à même la panse ; 7, rebord de disque de cuisson orné d’impressions digitales.

74Vases miniatures (2).– Deux microvases, l’un de 6 cm, l’autre de 4 cm de diamètre, ne sont que des petits godets, le premier tronconique avec un fond aplati (fig. 108, n° 5), le second semi-sphérique (fig. 109, n° 14).

75Disques de cuisson (14 ex.).– En classant les dix-huit fragments de disques en terre cuite découverts dans le niveau 6 d’après leurs particularités morphologiques et leurs types de pâte, on peut identifier avec assurance quatorze individus (fig. 110, nos 6, 7, 9 et 11 à 14). Leur diamètre varie de 18 cm pour le plus petit (n° 9) à 35 ou 36 cm pour le plus grand (n° 12). Huit disques, au chant arrondi ou chanfreiné, sont minces et presque plats ; les autres sont creux, car leur rebord se surélève jusqu’à mesurer 2 cm et plus d’épaisseur. La face concave est lissée, la face plane rapidement planée à l’estèque, voire rugueuse ; la face inférieure conserve, sur l’un des disques minces, l’empreinte discrète d’une vannerie à tressage circulaire (n° 9) et, sur un disque plus épais, les traces des graviers et des brins d’herbes d’un sol grossièrement battu. Un seul petit tesson indique qu’un disque était bordé d’empreintes digitales oblongues (fig. 111, n° 7).

Éléments de décor

76Les décors, bien que très rares, sont principalement plastiques. Dans ce contexte le décor linéaire incisé apparaît exceptionnel.

77Boutons couplés (2 ex.).– Des boutons à faible relief ont dû jouer un rôle essentiellement ornemental, comme les petits boutons couplés qui sortent de l’épaulement d’un vase cité plus haut, (fig. 107, n° 12).

78Barrettes (6 ex.).– Il en probablement de même pour les barrettes pleines. Elles sont vigoureusement modelées et bien en relief (fig. 108, n° 6 ; fig. 111, nos 1 à 3). Elles sont placées à la verticale, sur le flanc des vases et le plus souvent juste au-dessous d’un ressaut de la paroi ou d’un épaulement ; elles mesurent entre 1,5 et 4 cm de longueur.

79Impressions digitales (1 ex.).– Les impressions digitales qui suivent le bord d’un disque de cuisson décrit ci-dessus (fig. 111, n° 7) illustrent une technique d’ornementation qui semble réservée à ces objets très particuliers, si l’on se réfère aux exemplaires de la collection Loydreau (Thevenot, 1969, pl. 14, nos 1 et 6).

80Appliques arciformes (2 ex.).– Les appliques en forme de croissant, à peine saillantes, sont dans les deux cas connus, collées, pointes pendantes, au contact de l’épaulement de vases à panse ovoïde (fig. 107, n° 13 ; fig. 108, n° 1).

81Cannelure (1 ex.).– Une cannelure large, inscrite apparemment à la convexité de la panse, cercle un vase à paroi épaisse (fig. 111, n° 4).

82Motifs linéaires incisés (2 ex.).– Un décor tracé avec une pointe fine dans la pâte encore un peu humide d’un vase soigné à paroi mince, aligne des losanges mal esquissés sous un large ruban de traits regroupés sans grand ordre sous le rebord (fig. 111, n° 5). Un fragment d’un autre grand vase porte un décor aussi peu soigné de traits rassemblés en une bande irrégulière (n° 6).

Industrie sur matières dures animales

83Dans le niveau 6, l’os et le bois de cerf semblent utilisés dans des proportions à peu près équivalentes. L’outillage qui en est tiré tient une place plus importante que dans les niveaux précédents.

Objets en os

84Les rebuts du travail de l’os sont d’une part un morceau de diaphyse d’un tibia gauche de chevreuil scié en travers, d’autre part quatre fragments de métapodes de cerf débités par rainurage dont un métacarpien gauche en cours de sciage longitudinal et une baguette déjà détachée, mais cassée aux deux bouts. Un métacarpien droit de chevreuil présente quant à lui, outre les traces d’un début de sciage au creux de la gorge longitudinale postérieure, de larges facettes d’usure légèrement obliques, rayées de petites stries transversales, qui affectent toute la face antérieure de l’os et la moitié proximale de la face postérieure (fig. 112, n° 1) ; les surfaces aplanies semblant avoir été usées avec un grès à gros grain, on est probablement en présence d’une tentative de sectionnement du métapode par abrasion, technique dont nous ne connaissons pas d’autre exemple à Chassey (Camps-Fabrer et alii, 1990 ; Camps-Fabrer, 1993).

85Pointes rondes (15 ex.).– Les quinze pointes reconnaissables sont établies soit sur métapodes d’ovicapridés, soit sur métapodes de cerfs. Les premières, au nombre de dix, toutes fragmentaires sauf une, sont assez effilées (fig. 112, nos 2 à 5) ; dans deux cas le talon est formé de la poulie articulaire brute ; dans un cas le talon, apparemment en extrémité proximale de l’os, est entièrement poli (n° 5). Les secondes sont plus massives (nos 6 à 10) ; trois d’entre elles sont taillées dans des quarts de métapodes de cerfs sciés en long (n° 8) et deux autres fabriquées dans des demi-métapodes ; deux exemplaires qui ont conservé au talon la surface articulaire proximale de l’os, mesurent respectivement 11,2 cm et 8,8 cm de longueur (nos 6 et 7). Deux segments médians et deux talons proximaux partiellement ou totalement polis, non retenus dans les décomptes, pourraient avoir appartenu à des outils de ce type.

86Pointe plate (1 ex.).– Une pointe plate est taillée dans une esquille d’os plat indéterminé.

87Biseaux (11 ex.).– Les supports des biseaux sont apparemment surtout des os de cerf : simples esquilles de gros os, comme un tibia gauche, baguettes de métapodes sciés en deux ou en quatre ou encore segment de côte. Ils sont longs et généralement étroits, ou courts et larges. Les premiers ont une partie active bien arrondie (fig. 112, nos 11 à 15), sauf sur un exemplaire façonné dans une côte (fig. 112, n° 16). Les seconds, tous tirés d’esquilles de gros os, ont un « tranchant » peu arrondi ou rectiligne (fig. 113, nos 1 à 3). Ces biseaux larges pourraient être interprétés comme des ciseaux ou des tranchets.

88Support de découpe (1 ex.).– La face extérieure d’une côte de bœuf, aujourd’hui clivée en long, est zébrée de sillons longitudinaux plus ou moins profonds qui semblent avoir été laissés par un travail de tranchage, de peau ou de cuir par exemple, avec un silex ; il s’agirait alors d’une sorte de support de découpe (fig. 113, n° 5).

89Tube (1 ex.).– Un tube, long de 10,7 cm, finement adouci et poli aux deux bouts, est tiré, par sectionnement des épiphyses, d’une ulna droite d’oie qui pourrait correspondre selon C. Mourer à l’oie des moissons (Ancer fabalis) ou à l’oie rieuse (Ancer albifrons) (fig. 113, n° 4). Ce tube est susceptible d’avoir servi par exemple de sifflet ou d’appeau, mais nous ne pensons pas qu’il puisse s’agir d’un manche, même assez long, comme on en connaît plusieurs exemplaires (Barge-Mahieu, 1990).

90Indéterminés (3 ex.).– Trois esquilles d’os portent des traces d’usure appuyées indiquant qu’elles ont réellement servi d’outils pour des travaux que nous n’avons pas identifiés.

Objets en bois de cerf

91On compte une vingtaine d’instruments faits dans du bois de cerf et une quinzaine de rebuts de débitage. Parmi ces derniers se remarquent la base d’un bois de chute, plusieurs segments de fût (fig. 113, n° 6), des andouillers et même une fourche, tous débités par entaille périmétrale de la matière dure à petites incisions au silex et par brisure en flexion de la matière spongieuse. Les objets fonctionnels sont surtout des gaines de haches et des manches.

92Gaines droites simples (3 ex.).– Deux gaines droites sont brutes de sectionnement ; l’une, complète et longue de 5,5 cm, devait être munie d’une petite lame du genre tranchet (fig. 113, n° 7). En revanche une gaine droite, longue de 6 cm, est entièrement décortiquée et abrasée et son bombé distal est même poli (n° 9).

93Gaines à ressaut (8 ex.).– Les gaines à ressaut, qui comptent au moins huit pièces dont deux entières, forment la série dominante parmi les instruments en bois de cerf. Le tenon est décortiqué avec soin à petits copeaux, voire localement abrasé (fig. 113, nos 8, 10 à 14 ; fig. 114, n° 1) ; il est de section ovalaire, sauf dans un cas (fig. 113, n° 4). La couronne est étroite, avec un ergot peu prononcé sur trois exemplaires (fig. 113, nos 11 et 12). Le ressaut est tantôt à peine marqué, tantôt bien profond. Le poli distal est fortement bombé, mais dans un cas les facettes du débitage subsistent. La longueur des gaines se situe entre 6 cm et 7,5 cm. Le logement de la lame de pierre n’est resté bien inscrit dans la matière spongieuse que pour la gaine à talon anguleux (fig. 113, n° 13) ; la lame avait en l’occurrence des joues peu bombées et des chants aplatis.

Fig. 112.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. 1, métapode de chevreuil, fortement abrasé sur ses faces antérieure et postérieure en vue de le diviser en deux ; 2, pointe fine à poulie brute, sur métapode d’ovicapridé ; 3-5, pointes fines sur métapodes d’ovicapridés ; 6-10, pointes sur os de cervidés ; 11, biseau double sur radius de cervidé, refendu ; 12-15, biseaux doubles sur métapodes de cervidés ; 16, biseau simple transversal sur côte de cervidé.

Fig. 112.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. 1, métapode de chevreuil, fortement abrasé sur ses faces antérieure et postérieure en vue de le diviser en deux ; 2, pointe fine à poulie brute, sur métapode d’ovicapridé ; 3-5, pointes fines sur métapodes d’ovicapridés ; 6-10, pointes sur os de cervidés ; 11, biseau double sur radius de cervidé, refendu ; 12-15, biseaux doubles sur métapodes de cervidés ; 16, biseau simple transversal sur côte de cervidé.

Fig. 113 Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, biseaux doubles larges sur os de cervidés et de bovidés (ciseaux ou tranchets ?) ; 4, tube aux extrémités polies, tiré d’une ulna d’oie (Anser fabalis ou Anser albifrons), appeau ou sifflet possible ; 5, côte de bovidé rayée d’incisions profondes, utilisée comme support de coupe. Bois de cerf : 6, segment de fût, brut ; 7, gaine droite simple ayant conservé le logement de la lame ou du ciseau ; 8, 10-11, gaines droites à talon décortiqué et à léger ressaut ; 9, fragment de gaine droite entièrement abrasée et polie ; 12, gaine droite à talon décortiqué et à ergot ; 13-14, gaines à talon décortiqué, à ressaut marqué et à fort bombé distal (le n° 13 ayant conservé le logement de la lame).

Fig. 113 Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, biseaux doubles larges sur os de cervidés et de bovidés (ciseaux ou tranchets ?) ; 4, tube aux extrémités polies, tiré d’une ulna d’oie (Anser fabalis ou Anser albifrons), appeau ou sifflet possible ; 5, côte de bovidé rayée d’incisions profondes, utilisée comme support de coupe. Bois de cerf : 6, segment de fût, brut ; 7, gaine droite simple ayant conservé le logement de la lame ou du ciseau ; 8, 10-11, gaines droites à talon décortiqué et à léger ressaut ; 9, fragment de gaine droite entièrement abrasée et polie ; 12, gaine droite à talon décortiqué et à ergot ; 13-14, gaines à talon décortiqué, à ressaut marqué et à fort bombé distal (le n° 13 ayant conservé le logement de la lame).

Fig. 114.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Bois de cerf : 1, gaine droite à talon décortiqué et à poli distal bombé ; 2, fragment de gaine perforée en travers ; 3-6, manches courts en segments d’andouillers (le n° 6 ayant conservé à une extrémité, la soie d’un outil en os serti en force) ; 7-8, fragments d’une masse en bois de cerf entièrement polie, à grosse perforation transversale. Dents de suidés : 9, fragment d’incisive refendue et abrasée (outil ?) ; 10, canine clivée et utilisée comme outil ; 11, biseau sur canine.

Fig. 114.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Bois de cerf : 1, gaine droite à talon décortiqué et à poli distal bombé ; 2, fragment de gaine perforée en travers ; 3-6, manches courts en segments d’andouillers (le n° 6 ayant conservé à une extrémité, la soie d’un outil en os serti en force) ; 7-8, fragments d’une masse en bois de cerf entièrement polie, à grosse perforation transversale. Dents de suidés : 9, fragment d’incisive refendue et abrasée (outil ?) ; 10, canine clivée et utilisée comme outil ; 11, biseau sur canine.

94Objets perforés (2 ex.).– Un fragment de ce qui paraît être une gaine à talon décortiqué et à couronne étroite affleurante montre une perforation circulaire, localisée dans son tiers distal, dont nous ignorons la fonction (fig. 114, n° 2). Deux autres morceaux d’objet perforé, éclatés et brunis au feu, aux surfaces soigneusement abrasées et polies, semblent appartenir à la tête, aplatie et aux bords vifs, d’une même pièce ; ils présentent les traces d’une grosse perforation assez régulière, de plus de 4 cm de diamètre, à laquelle correspond un renflement extérieur, bien séparé de la tête par une incision profonde (nos 7 et 8) ; ce type d’objet fait penser à une hache-marteau.

95Manches (4 ex.).– Trois petits objets, fabriqués dans des segments d’andouillers, ont servi de manches. Le premier, long de 2,8 cm. piriforme, entièrement poli, est percé d’un trou régulier de section subrectangulaire (fig. 114, n° 4). Le second, long de 4,4 cm, bien poli aux deux bouts, est perforé sur toute sa longueur d’un trou conique régulier (n° 5). Le troisième, long de 3,3 cm, lisse et arrondi à une extrémité, mais brut de débitage à l’autre, a conservé un petit morceau d’un outil planté dans la partie spongieuse du bois ; cet outil est fait dans de l’os ou tiré d’une dent (n° 6). Un fragment d’un quatrième segment d’andouiller, de 2,6 cm de longueur, complètement poli, doit avoir lui aussi servi de manche (n° 3).

96Pointe (1 ex.).– Un andouiller d’œil, sectionné à sa base, est aiguisé, à son extrémité distale, par un grattage longitudinal soigné qui détermine une courte pointe conique régulière.

97Biseau (1 ex.).– Un andouiller secondaire, dégradé, a son extrémité distale taillée en double biseau.

Objets tirés de dents

98Biseau (1 ex.).– D’une canine inférieure gauche de suidé ne reste que la pointe polie en biseau acéré qui forme une sorte de burin très étroit (fig. 114, n° 11).

99Indéterminés (2 ex.).– La partie émaillée d’une incisive première inférieure droite de sanglier, fendue en long dans l’axe du canal médian, a sa face intérieure toute usée et comme polie par un travail dont nous ne connaissons pas la nature (fig. 114, n° 9). Il en est de même pour une canine inférieure droite, réduite à sa face bombée détachée par clivage ; dans la concavité du bord interne et même sur la bordure de la facette intérieure masticatoire, se trouvent deux plages marquées de rayures transversales qui indiquent un fort travail de raclage ou d’abrasion (n° 10).

PARURE

100Les éléments de parure dominants sont des dents percées.

101Dents percées (9 ex.).– Neuf dents percées, toutes des canines, une de blaireau (fig. 115, n° 1) et huit de chien (nos 2 à 9), constituent en effet l’essentiel des éléments de parure ; les dents de chien appartiennent à des animaux de petite taille.

102Dentales (2 ex.).– Les éléments de parure les plus délicats sont une petite perle tronconique, faite d’un segment de dentale, peut-être de l’espèce Dentalium dentalis (cochet, dans ce volume), de 10 mm de longueur et de 4,5 mm de diamètre, qui en contient une autre, longue de 4 mm seulement et de même forme, coincée en force contre sa paroi interne (fig. 115, n° 10).

Fig. 115.– Niveau 6. Éléments de parure. 1, canine de blaireau percée ; 2-9, canines de chiens percées ; 10, segments de Dentalium emboîtés l’un dans l’autre ; 11, baguette tirée d’un bois de cerf par sciage en long, entièrement polie et présentant un début de perforation.

Fig. 115.– Niveau 6. Éléments de parure. 1, canine de blaireau percée ; 2-9, canines de chiens percées ; 10, segments de Dentalium emboîtés l’un dans l’autre ; 11, baguette tirée d’un bois de cerf par sciage en long, entièrement polie et présentant un début de perforation.

103Pendeloque (1 ex.).– Un objet apparemment en bois de cerf, poli sur ses faces et ses longs côtés, présente, près de son extrémité intacte, un début de perforation en forme de cône qui aurait pu permettre d’en faire une pendeloque (fig. 115, n° 11).

Table des illustrations

Titre Fig. 95.– Plan de la couche 6. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Des « terrassements » liés à l’installation de la couche 5 en altèrent quelque peu la surface. La limite occidentale de la couche correspond au front d’attaque des fouilles d’É. Loydreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 96.– Position de la couche 6 tronquée par les fouilles du XIXe siècle. La couche se prolongeait sans doute loin sur le plateau et en couvrait peut-être toute la surface. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 97.– Position de la couche 6 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 98.– Niveau 6. Coupes montrant la structure du remblai. Les pierres qui composent l’ossature du remblai s’organisent en tas juxtaposés ou imbriqués. Les amas s’étalent en une couche unique dans le secteur nord de la fouille (axes XLIV à LII), ou en deux couches bien distinctes dans le secteur sud (axes XLI à XLIII). Le plan en courbes de niveau de la partie supérieure de la couche met en évidence ce dénivelé (fig. 95).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 99.– Niveau 6. Vue d’un vase coincé entre les pierres du remblai (fig. 107, n 12). Plusieurs gros fragments de vases ont été trouvés ainsi dans les amas de pierres et de terre qui constituent la couche 6 (fig. 107, n° 13 ; fig. 108, n° 1).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 100.– Niveau 6. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limite des fouilles d’É. Loydreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 101- Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-4, grattoirs simples sur d’éclats longs ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8-9, grattoirs courts ovalaires ; 10, grattoir épais circulaire ; 11-14, grattoirs carénés ; 15-16, grattoirs anguleux sur éclats laminaires ; 17-18, grattoirs déjetés ; 19-20, grattoirs à bords retouchés sur éclats laminaires ; 21, grattoir latéral ; 22, grattoir double ; 23-26, grattoirs denticulés ; 27-28, éclats à une ou deux coches ; 29-30, troncatures obliques ; 31, éclat cortical à bord régulièrement retouché (traces de résine-colle).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 102.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1-2, éclats à retouches unilatérales (racloirs) ; 3-6, éclats à retouches semi-abruptes (raclettes) ; 7, burin d’angle sur troncature ; 8-9, burins transversaux ; 10, burin d’angle sur troncature opposé à un burin dièdre d’axe ; 11, burin d’angle sur troncature concave ; 12, éclat bulbeux appointi par retouches abruptes inverses ; 13, éclat mince appointi par retouches alternes (alésoir) ; 14-15, pièces esquillées ; 16, lame à lustré brillant avec traces de résine-colle (couteau à moissonner) ; 17-19, couteaux à dos ; 20, éclat laminaire à poli brillant ; 21-22, éclats laminaires à bord retouché ; 23, pièce ovalaire à retouches partiellement bifaciales, à extrémité présentant une forte usure brillante ; 24, lame à crête à retouches marginales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 103.– Niveau 6. Matériel lithique taillé. 1, lame épaisse à retouches partielles ; 2-4, lame et éclats laminaires à bord microdenticulé ; 5-8, éclats à bord microretouchê ; 9, éclat à retouches rasantes obtenues par pression (ébauche probable de pointe bifaciale) ; 10-13, pointes ogivales à base convexe et à retouches marginales courtes ou envahissantes, sur lame ou sur éclat ; 14-17, pointes triangulaire et ogivales à base légèrement concave et à retouches marginales courtes ou envahissantes ; 18, pointe foliacée à retouches marginales plus ou moins envahissantes et à base naturelle convexe (cassure en charnière) ; 19, pointe triangulaire à pédoncule large ; 20, lame de hache à tranchant arrondi, à retouches marginales rasantes partiellement bifaciales.Matériel lithique poli. 21, fragment de lame de hache en silex partiellement polie ; 22, lame de hache subrectangulaire, en pélite-quartz, retaillée dans une pièce antérieurement polie ; 23, talon de lame de hache épaisse, en ankaramite.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 104.– Niveau 9. Matériel lithique grenu et abrasif. I, extrémité de meule épaisse ; 2, broyon plat rectangulaire ; 3, percuteur lourd ; 4, molette à surface active faiblement cintrée ; 5, aiguisoir en plaquette biconcave. N° 1, granite à muscovite ; n°s 2, 5, grès blond ; nos 3, 4, grès permien. Nos 1-3, échelle A ; nos 4-5, échelle B.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 105.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-8, boutons pleins, placés sous une lèvre (nos 1-2), au bord d’un ressaut (nos 3-4) ou en pleine paroi (n°s 5-8) ; 9, bouton rond perforé ; 10-12, mamelons perforés ; 13, perforation « sous-cutanée » ; 14-16, boutons olivaires pleins ; 17-18, mamelons olivaires perforés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 106.– Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, mamelon et boutons ensellés ; 4, 6-9, barrettes et baguettes multiforées ; 5, anse en ruban ; 10, baguette multiforée placée sous la lèvre ; 11, barrette formée de boutons alignés sous la lèvre et perforés en oblique depuis l’intérieur du vase.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 107.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, 3-5, gobelet, coupe et bol à carène anguleuse et paroi distincte ; 2, jatte à carène arrondie, à fond peu convexe et paroi sortante ; 6, bol à carène arrondie et paroi rentrante marquée d’un ressaut ; 7-9, carènes arrondies (n° 8 avec léger ressaut et n° 9 portant un bouton plein) ; 10, épaulement ; 11, bol à paroi verticale dégagée par un épaulement ; 12, vase élevé à fond plat, paroi dressée concave et à épaulement portant deux fois deux couples de boutons pleins non opposés diamétralement ; 13, vase à panse ovoïde, à col vertical dégagé par un ressaut étroit portant une applique arciforme.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 108.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse ovoïde, fond aplati, col vertical concave, épaulement étroit portant une applique arciforme ; 2, épaulement étroit ; 3-5, 10-12, fonds plats ; 6, vase à panse profonde, à fond probablement arrondi et à col vertical appuyé sur un épaulement anguleux auquel s’accroche une barrette verticale ; 7-9, épaulements plus ou moins prononcés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 109.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à col vertical et à épaulement ; 2, partie supérieure d’un vase galbé à lèvre amincie, dégagée par un ressaut ; 3-5, rebords de vases cylindriques ; 6-8, cols sur panses globuleuses ; 9, vase à panse globuleuse et large col vertical ; 10-14, gobelet, coupelles, godet, en portion de sphère ; 15, vase à panse ovoïde et col naissant doté de boutons perforés opposés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 110.– Niveau 6. Matériel céramique. 1, vase à panse globuleuse et col naissant, doté de deux boutons perforés opposés ; 2, gobelet sphérique ; 3-5, rebords de coupes ou de plats ; 6-7, 9, 11-14, rebords de disques de cuisson (n° 9 avec trace de vannerie) ; 8, 10, plats ou coupes à bord relevé et lèvre éversée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 111 Niveau 6. Matériel céramique. 1-3, barrettes pleines verticales placées sous un ressaut ou sur un épaulement ; 4, cannelure large et irrégulière sur flanc de vase : 5, rebord de vase à col élevé décoré de traits irrégulièrement tracés pour former une bande soutendue de losanges ; 6, traits irréguliers gravés à même la panse ; 7, rebord de disque de cuisson orné d’impressions digitales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 112.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. 1, métapode de chevreuil, fortement abrasé sur ses faces antérieure et postérieure en vue de le diviser en deux ; 2, pointe fine à poulie brute, sur métapode d’ovicapridé ; 3-5, pointes fines sur métapodes d’ovicapridés ; 6-10, pointes sur os de cervidés ; 11, biseau double sur radius de cervidé, refendu ; 12-15, biseaux doubles sur métapodes de cervidés ; 16, biseau simple transversal sur côte de cervidé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 113 Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, biseaux doubles larges sur os de cervidés et de bovidés (ciseaux ou tranchets ?) ; 4, tube aux extrémités polies, tiré d’une ulna d’oie (Anser fabalis ou Anser albifrons), appeau ou sifflet possible ; 5, côte de bovidé rayée d’incisions profondes, utilisée comme support de coupe. Bois de cerf : 6, segment de fût, brut ; 7, gaine droite simple ayant conservé le logement de la lame ou du ciseau ; 8, 10-11, gaines droites à talon décortiqué et à léger ressaut ; 9, fragment de gaine droite entièrement abrasée et polie ; 12, gaine droite à talon décortiqué et à ergot ; 13-14, gaines à talon décortiqué, à ressaut marqué et à fort bombé distal (le n° 13 ayant conservé le logement de la lame).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 114.– Niveau 6. Outillage sur matières dures animales. Bois de cerf : 1, gaine droite à talon décortiqué et à poli distal bombé ; 2, fragment de gaine perforée en travers ; 3-6, manches courts en segments d’andouillers (le n° 6 ayant conservé à une extrémité, la soie d’un outil en os serti en force) ; 7-8, fragments d’une masse en bois de cerf entièrement polie, à grosse perforation transversale. Dents de suidés : 9, fragment d’incisive refendue et abrasée (outil ?) ; 10, canine clivée et utilisée comme outil ; 11, biseau sur canine.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 115.– Niveau 6. Éléments de parure. 1, canine de blaireau percée ; 2-9, canines de chiens percées ; 10, segments de Dentalium emboîtés l’un dans l’autre ; 11, baguette tirée d’un bois de cerf par sciage en long, entièrement polie et présentant un début de perforation.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16864/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search