Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre VI. Le niveau 7

Texte intégral

1La couche 7 occupe, dans la fouille, une surface d’un peu moins de 80 m2. Elle masque totalement la couche 8 dans la moitié sud de l’aire étudiée ; mais, dans la moitié nord, du côté intérieur du camp, elle en est distante d’environ 2 m (fig. 78).

2Elle s’étale sur 8 à 10 m de largeur dans la zone méridionale et sur 5 à 6 m seulement dans la zone septentrionale. Dans la première partie, son épaisseur oscille entre 20 et 30 cm et localement un peu plus (par exemple dans l’axe XLIII), mais dans la seconde, elle se réduit à 10 ou 15 cm (fig. 79 et 80). Sa surface supérieure, dans l’ensemble régulière, affecte un pendage relativement faible vers le nord ; une rupture de pente très marquée en trace la limite au bord du plateau. Le fossé à peu près rectiligne déjà cité, creusé parallèlement à la bordure du plateau, qui divise le secteur concerné en deux parties inégales, n’est pas perceptible en surface.

Fig. 78.– Plan de la couche 7. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche.

Fig. 78.– Plan de la couche 7. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche.

NATURE ET FONCTION

3Dans les coupes géologiques, l’interface entre les couches 8 et 7 étant peu marquée, c’est la légère différence d’aspect des sédiments respectifs et de distribution des cailloutis emballés qui a permis de distinguer, à la fouille, les deux couches. En revanche la ligne de contact entre les couches 7 et 6 est relativement facile à suivre dans la mesure où le contraste dans la composition et l’aspect des sédiments ainsi que dans le calibre des pierres incluses, est assez net et du fait que les documents archéologiques qu’ils renferment sont très différents du point de vue morphologique et technologique.

Composition et genèse

4Sur le plateau lui-même la couche 7 est formée, très régulièrement, de terre compacte, de couleur gris brun clair, qui renferme un cailloutis assez dense de taille moyenne à petite. Au-delà du fossé qui la coupe en deux, le sédiment, plus brun, moins tassé, enserre un cailloutis semblable et des pierres plus grosses, voire des dalles, glissées sur la pente, mais qui retiennent en fait les matériaux.

5Le fossé lui-même contient beaucoup de pierres plates plus ou moins inclinées ou même dressées, parfois de grande taille, accumulées souvent à sec avec de nombreux vides (fig. 81) ; la terre interstitielle peu abondante, de couleur brun-gris, du même type que celle du plateau, mais sans cohésion, renferme beaucoup de mollusques et, par endroits, quelques charbons de bois.

6Le sédiment de la couche proprement dite, en surface du plateau, est plus riche en éléments fins que celui du fossé et que celui, plus graveleux, de la bordure de pente. Les analyses sédimentologiques montrent cependant qu’en dépit de leur différence de cohésion, la terre de la partie horizontale de la couche 7 et celle du remplissage du fossé sont de composition quasiment identique et très voisine de celle du sédiment du début de la pente (Courty, 1982).

7La structuration biologique du sédiment de la couche 7 est très faible par rapport à celle qui s’observe dans les sédiments des deux couches sous-jacentes ; les matériaux anthropiques apportés, tels que les accumulations cendreuses mêlées de microcharbons de bois, y sont en effet nettement moins abondants que dans les couches 8 et 9.

Fig. 79.– Position de la couche 7 par rapport à la couche 8 qu’elle ne recouvre pas totalement. Altitudes N.G.F. La largeur de la couche était de l’ordre d’une dizaine de mètres.

Fig. 79.– Position de la couche 7 par rapport à la couche 8 qu’elle ne recouvre pas totalement. Altitudes N.G.F. La largeur de la couche était de l’ordre d’une dizaine de mètres.

Fig. 80.– Position de la couche 7 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 80.– Position de la couche 7 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 81.– Niveau 7. Coupe de la tranchée montrant son remplissage de pierres en chute prises dans une matrice de terre légère ou parfois accumulées à sec (coupe suivant l’axe XLIII, à hauteur des carrés 57-58). La tranchée mesure environ un mètre de largeur à l’ouverture. Elle traverse la couche 8 et pénètre profondément dans la couche 9 (voir fig. 80). Vue prise du nord-nord-est.

Fig. 81.– Niveau 7. Coupe de la tranchée montrant son remplissage de pierres en chute prises dans une matrice de terre légère ou parfois accumulées à sec (coupe suivant l’axe XLIII, à hauteur des carrés 57-58). La tranchée mesure environ un mètre de largeur à l’ouverture. Elle traverse la couche 8 et pénètre profondément dans la couche 9 (voir fig. 80). Vue prise du nord-nord-est.

8Comme les couches précédentes, la couche 7 s’est formée par l’accumulation de matériaux liée à une activité de nature domestique. Les pierres plates plus ou moins grosses qui s’entassent à la rupture de pente paraissent avoir été rassemblées à cet endroit pour contenir les terres. La couche s’est constituée de manière régulière, mais nous verrons ci-après qu’elle a enregistré, dans le secteur nord, des modifications superficielles dues en particulier à la mise en place de la couche 6.

Organisation et fonction

9La couche 7 ne renferme pas de structure définie autre que le fossé mentionné. En revanche, elle comporte deux concentrations de restes osseux humains.

10Le fossé relié au niveau 7, relevé sur une longueur de 12 m, a été creusé, comme nous l’avons déjà indiqué, aux dépens des trois niveaux sous-jacents ; il coupe en deux le niveau 8, traverse sur une grande longueur le niveau 9 et entame profondément le niveau 10 dans sa partie septentrionale (fig. 80). Du sud au nord, sa profondeur passe de 0,80 m à 1,20 m et sa largeur de 1,10 à 1,40 m. Ses parois sont légèrement sinueuses. Le fossé a été très facile à délimiter, car il traverse les couches 8 et 9 aux sédiments denses (voir supra fig. 27) ; de plus, son remplissage, sans cohésion, est formé principalement de pierres souvent piquées.

11Il apparaît très nettement que les terres extraites des couches inférieures ont été évacuées de façon préférentielle, comme cela est naturel, du côté extérieur du camp, au tout début de la pente. En effet des paquets importants de matériaux graveleux de couleur ocre, tirés à l’évidence de la couche 10, ont été retrouvés, sans mélange, sur le bord extérieur du fossé, notamment dans le secteur nord de la fouille (carrés XLVIII- 58 et IL-58) où cette couche a été assez profondément atteinte. Mais quelques terres ont pu être tirées sur le plateau lui-même, car un petit morceau de coupe à socle gravé, dont les éléments principaux se trouvent dans le niveau 9, a été recueilli au-dessus du niveau 7 où il s’est trouvé rejeté au moment du creusement du fossé (fig. 48, n° 9).

12La question se pose de savoir à quel moment le fossé a été creusé. Plusieurs indices nous conduisent à penser qu’il a été ouvert à un moment où la couche 7 était déjà plus qu’à moitié constituée, voire presque totalement constituée. Plusieurs remarques interviennent en effet dans ce sens :

  • les ossements humains du secteur sud, répartis dans les carrés XLI-57 et 58, reposent pour une part dans la moitié supérieure de la couche 7 et pour une autre dans le remplissage même du fossé et jusqu’au fond (fig. 84) ;
  • la couche 7 qui se développe sur le plateau et s’engage même sur la pente, comme le montrent les coupes géologiques et archéologiques, est très nettement recoupée par le fossé, sans que l’on constate de variation dans la densité des vestiges d’industrie et des ossements animaux, ni de perturbation particulière dans leur répartition de part et d’autre du fossé (fig. 8 et 9, voir supra p. 33 et 34) ;
  • le sédiment qui forme la couche 7 et celui qui comble le fossé sont de composition identique comme le prouvent sans conteste les analyses sédimentologiques (Courty, 1982) ;
  • enfin quelques fragments d’objets dont les éléments principaux se trouvent en plein niveau 7, comme une coupe à socle (fig. 93, n° 8), ont été intégrés dans le remplissage même du fossé.

13À ce moment, une fois ouvert, le fossé semble avoir été comblé rapidement comme l’indiquent non seulement les ossements humains présents dans toute l’épaisseur du remplissage, mais aussi le manque de cohésion des terres qui le remplissent ainsi que les nombreux espaces vides observés entre les pierres qui y sont accumulées sans ordre.

Fig. 82.– Niveau 7. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limites du fossé.

Fig. 82.– Niveau 7. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limites du fossé.

14Quelle pouvait être la fonction de ce fossé ? Les pierres plates et les dalles qui se trouvent soit prises dans la matrice terreuse très lâche, soit accumulées à sec, bien que généralement piquées à la verticale ou suivant l’oblique des parois, ne s’organisent jamais de façon lisible pour former des calages fonctionnels de poteaux. De même les charbons de bois, le plus souvent très petits, ne sont pas suffisamment regroupés pour correspondre à d’éventuelles pièces de bois carbonisées sur place. Le fossé ne semble donc pas avoir servi à maintenir une palissade lourde faite de forts poteaux ; mais il pouvait éventuellement maintenir une palissade légère, voire une haie de branchages, qui ne nécessitent pas en principe de calages structurés.

15Le fossé a été suivi sur toute la longueur de la fouille, parallèlement au bord du plateau. Nous ne savons pas jusqu’où il se prolonge vers le nord, ni s’il se tord en boucle pour fermer au sud la pointe méridionale de la Redoute. Il n’existe certainement pas sur le bord ouest de cette extrémité du plateau, car le substrat rocheux y affleure (fig. 5). Les fouilles anciennes qui ont pourtant intéressé toute l’extrémité méridionale du plateau de Chassey n’ont pas apporté d’indication à ce sujet.

16Les plans de répartition des pièces d’industrie lithique et céramique révèlent un semis d’objets plus dense dans le secteur sud que dans le secteur nord de la zone fouillée, ce qui correspond naturellement à leur différence d’épaisseur respective (fig. 82). Aucune concentration significative n’apparaît toutefois dans le secteur sud en dehors de celle de quelques tessons qui appartiennent à un même vase. Les quelques liaisons qui ont pu être établies entre des fragments d’objets ne fournissent pas d’indications particulières sur les circulations, ni sur une quelconque organisation de l’espace. L’absence de toute structure domestique, telle qu’un foyer, l’abondance des restes osseux animaux partout densément répartis, portent à penser que le niveau 7 s’est formé surtout par des rejets successifs et continus de déchets.

Fig. 83.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 1) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les restes d’une partie du crâne et d’une partie du tronc d’un individu de sexe masculin (sujet 1, adulte mature) sont rassemblés sur un mètre carré.

Fig. 83.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 1) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les restes d’une partie du crâne et d’une partie du tronc d’un individu de sexe masculin (sujet 1, adulte mature) sont rassemblés sur un mètre carré.

17La zone concernée peut être considérée de ce fait comme située à l’écart des habitats proprement dits, même si elle en était en réalité peu éloignée. Il s’agit cependant d’un endroit habituellement parcouru puisque la terre s’est révélée à la fouille le plus souvent dure et compacte, comme tassée par piétinement. Le secteur se présente ainsi plutôt comme une zone marginale de fréquentation, située en bout du plateau habité, comme une sorte de « cul-de-sac » fermé par le fossé, qu’il ait été muni ou non d’une palissade légère. Il faut noter que des chiens circulaient librement dans ce secteur comme en témoignent quelques os rongés ainsi que des coprolithes.

Fig. 84.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 2) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les ossements d’un individu de sexe masculin (sujet 2, adulte jeune), se rapportant à la partie supérieure du corps, sont répandus, à plat, sur le sol du plateau et répartis, en chute, dans le remplissage du fossé qui le borde.

Fig. 84.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 2) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les ossements d’un individu de sexe masculin (sujet 2, adulte jeune), se rapportant à la partie supérieure du corps, sont répandus, à plat, sur le sol du plateau et répartis, en chute, dans le remplissage du fossé qui le borde.

18Mais la présence d’ossements humains rassemblés en deux groupes et de quelques autres dispersés sur toute l’aire fouillée apparaît comme une singularité du niveau 7 compte tenu de leur nombre. G. Depierre a déterminé au moins quatre individus, avec deux concentrations particulières d’ossements concernant deux adultes (Depierre, dans ce volume). Dans le premier cas, les restes du crâne et de la partie supérieure d’un adulte mature, âgé de trente à cinquante ans au moins, se trouvent sur le plateau, répartis sur un peu plus d’un mètre carré (carré XLV-54 et carrés voisins), dans la moitié inférieure du niveau (fig. 83). Dans le second cas, les restes du crâne, du thorax et du bassin d’un adulte jeune, âgé d’environ vingt ans, sont étalés pour une part dans la partie supérieure du niveau (carrés XLI-56 et 57), et pour une autre part répartis sur toute l’épaisseur du remplissage du fossé (fig. 84). Un tibia et un fémur gauches d’un bébé mort à la naissance a priori légèrement prématuré, gisent à peu de distance du premier individu (carrés XLIV-56 et 57). Des dents isolées indiquent en outre la présence d’au moins un enfant âgé de six à dix ans.

19Les raisons de la présence de ces vestiges humains restent à déterminer. Il ne s’agit pas uniquement d’ossements erratiques comme c’est le cas dans le niveau 9, mais de parties importantes de squelettes d’individus identifiés. Certes une pierre plate recouvrait une partie des ossements de l’adulte jeune, mais est-ce suffisant pour parler de sépulture ? Il semble que les corps ne se soient pas décomposés entièrement sur place, mais qu’ils s’y trouvent en position secondaire. Aucun squelette n’est complet ; les membres inférieurs manquent et pour le sujet jeune au moins certaines connexions persistantes ont conservé leur logique anatomique. Les ossements de cet adulte jeune ont été en partie poussés dans le fossé au moment de son comblement, alors qu’ils étaient déjà dégagés très certainement de toute enveloppe terreuse. De plus, fait jusqu’ici non signalé, des dents de l’adulte mature ont été volontairement cassées, dans un but qui nous échappe, après décomposition du corps (Depierre, dans ce volume).

20La présence de ces restes humains, dans une couche que nous sommes porté à interpréter comme une couche de rejets, ne nous semble pourtant pas fortuite. Les ossements humains se trouvent aussi bien à la base du niveau que dans sa partie supérieure. La concentration particulière d’ossements dans toute l’épaisseur de la couche, dans un endroit assez écarté, situé à la pointe du plateau habité, autorise à penser que le lieu pouvait avoir en fait une fonction « funéraire » très spécifique. Le fossé censé maintenir une clôture légère peut avoir servi à limiter ce lieu singulier.

Cohérence archéologique

21La couche 7 n’est pas entièrement conservée. Les différences de largeur et d’épaisseur qui s’observent entre ses deux zones nord et sud résultent sans aucun doute de travaux de déblaiement dont elle a été l’objet. L’amincissement partiel qu’elle a subi dans la partie nord paraît devoir être imputé en effet à des terrassements opérés au moment de l’établissement de la couche 6 ; cette dernière contient en effet, à côté de nombreux et volumineux éléments lithiques et céramiques qui lui sont propres, quelques documents chasséens souvent fragmentaires qui se sont trouvés intégrés à l’évidence de façon accidentelle. Ce qui subsiste de la couche 7 dans la partie nord constitue donc un témoin, d’épaisseur très sensiblement réduite, mais qui n’apparaît pas perturbé en lui-même.

22Le sédiment de la couche 7, compact et tassé, qui recouvre toute la zone du plateau a, rappelons-le, une composition très homogène (Courty, 1982). Les conditions de sa mise en place ne semblent pas avoir vraiment varié, avant ou après le creusement du fossé ; le fait que de gros fragments de poteries et même un vase entier y aient été trouvés, tend même à montrer que la couche s’est formée de manière plutôt régulière. Nous n’avons pas pu y reconnaître de réelle subdivision.

23Le remplissage du fossé est un milieu éminemment favorable aux mélanges d’objets. Des pièces appartenant aux niveaux recoupés, notamment 8 et 9, sont tombées de manière naturelle des parois du fossé, comme l’indiquent entre autres, un court segment de baguette en bois de cerf dont les autres morceaux gisent dans la masse même du niveau 8 (fig. 76, n° 17) ou un petit fragment d’une coupe à socle au décor de croisillons lâches dont les homologues se trouvent dans le niveau 9 (fig. 48, n° 9).

24C’est pourquoi notre analyse du mobilier archéologique ne portera que sur les objets trouvés dans la partie principale du niveau, celle qui occupe strictement le plateau, où le sédiment nous est apparu compact et tassé et de ce fait peu favorable aux inclusions accidentelles d’éléments étrangers. Nous avons en plus écarté tous les documents inclus dans le remplissage du fossé, ainsi que tous les objets situés au-delà du fossé, sur le rebord de pente et sur la pente où n’existe aucune garantie d’homogénéité archéologique compte tenu des rejets qui y ont été faits. Nous croyons avoir ainsi considérablement limité les risques de contamination.

COMPOSITION ARCHÉOLOGIQUE

25Pour ces raisons, le nombre d’objets que nous avons retenus sera moins important que celui du niveau précédent bien que la surface concernée par la fouille soit à peu près équivalente.

Industrie lithique

Matériel lithique taillé (silex, quartz)

Observations techniques

26Dans le domaine du lithique, les matériaux siliceux employés sont les mêmes que ceux rencontrés dans les niveaux sous-jacents (Affolter, dans ce volume). Les silex du Chalonnais (types de Mellecey et de Chamilly) et du Mâconnais (type de Sennecé-lès-Mâcon) sont utilisés dans des proportions identiques à celles du niveau 9, c’est-à-dire à hauteur de 47 % pour les uns et de 4 % pour l’autre. Les silex du Sénonais et de la Forêt d’Othe (types de Paron et d’Arces-Dilo) d’une part et ceux du Berry (type de Meusnes) d’autre part, ont des taux respectifs de 29 % et de 10 %. Les autres silex restent exceptionnels, avec des taux tous inférieurs à 1 % ; parmi ceux-ci un silex du Vercors (type de Vassieux-en-Vercors) apparaît pour la première fois, représenté par un seul objet qui est une lamelle.

27Les nucléus, au nombre de douze, sont pour moitié en silex exogènes de qualité, pour moitié en silex locaux assez médiocres. Seuls deux nucléus en « silex blond », à débitage unipolaire, dont l’un n’est autre qu’un éclat assez épais, ont produit des lamelles ; tous les autres, à débitage généralement multidirectionnel, ont donné des éclats, au moins à leur phase ultime d’exploitation. Deux tablettes d’avivage, de même que deux percuteurs en silex, notamment un petit, de forme subsphérique, d’un peu moins de 30 g, confirment un débitage et un travail par percussion directe.

28Même si les nucléus conservés témoignent surtout de la production d’éclats, de nombreuses lames de « silex blond » en ont été sorties ; elles sont plus souvent tirées des silex du bassin de l’Yonne que de ceux de la vallée du Cher ; mais le silex local en a donné aussi. Ce sont dans l’ensemble des lames classiques, à section généralement trapézoïdale, dont aucune toutefois n’est entière. Les plans de frappe sont plus souvent punctiformes ou linéaires que lisses ou facettés, ce qui semble indiquer, pour ces produits, un débitage préférentiel à la chasse. Du quartz hyalin ont été extraites des lamelles quelquefois très fines (fig. 85, n° 1).

Typologie

29L’outillage lithique du niveau 7, moins abondant que celui des niveaux précédents (cent vingt-huit objets), n’en est pas moins varié.

30Grattoirs (23 ex.).– Seize grattoirs sont entiers et sept fragmentaires (fig. 85, nos 2 à 14). Ils apparaissent dans l’ensemble plutôt médiocres. À l’exception de deux grattoirs placés en bout de lamelles, respectivement en front et sur un angle, ils ont tous pour supports des éclats courts, plus ou moins épais, parfois corticaux ; ils sont de taille réduite, comprise entre 2,5 et 5 cm. Ce sont presque exclusivement des grattoirs frontaux dont la partie active est plus ou moins convexe et dans un cas convexo-concave (n° 12). Les retouches frontales sont dans l’ensemble peu régulières, semi-abruptes ou souvent même redressées (nos 9 et 10). Des retouches normales, inverses dans un cas, rectifient les bords de rares exemplaires. Deux grattoirs ont la face plane amincie (nos 13 et 14).

31Denticulés (3 ex.).– Deux éclats épais se présentent comme des troncatures obliques denticulées (fig. 85, n° 15) ; un autre est d’allure nucléiforme.

32Troncatures (7 ex.).– Quatre éclats ont une troncature transversale ou oblique (fig. 85, n°s 16 et 17) et un cinquième une troncature angulaire à retouches inverses (n° 21). Les autres pièces concernent une lame à troncature traitée en retouches inverses et limitée par une petite encoche latérale (n° 18) ainsi qu’une lamelle (n° 19) et deux lames dont l’une présente, en extrémité proximale, une troncature normale à retouches bifaciales (n° 20).

33Racloirs (6 ex.).– Les racloirs ont pour supports des éclats épais, plus ou moins corticaux, ou des éclats laminaires. Ils sont doubles convexes (fig. 85, nos 22 et 23) ou simples, à retouches normales (nos 24 et 25) ou, dans un cas, partiellement bifaciales (n° 26).

34Raclettes (3 ex.).– Trois éclats, dont un petit éclat laminaire, montrent sur un bord des retouches abruptes, directes ou inverses, caractéristiques des raclettes.

35Pointes à section triangulaire (2 ex.).– Deux éclats, à section triangulaire, aux arêtes retouchées portant des marques d’usure, peuvent être tenus pour des forets (fig. 85, n°s 27 et 28).

36Pointes étroites à bords abattus (2 ex.).– Deux pièces épaisses sont travaillées en pointes étroites par des retouches bilatérales directes (fig. 85, nos 29 et 30).

37Microlamelle bipointe (1 ex.).– Une microlamelle, longue de 18 mm, est transformée en armature bipointe par des retouches semi-abruptes continues, bilatérales sur face convexe et unilatérales sur face plane (fig. 86, n° 1).

38Lame appointie (1 ex.).– Nous isolons dans cette catégorie l’extrémité distale d’une lame à section trapézoïdale adaptée en pointe ogivale par des retouches bifaciales (fig. 87, n° 3).

39Burins (20 ex.).– La série se compose de vingt burins, dont sept sur lames, auxquels s’ajoutent sept chutes dont deux chutes outrepassées. Deux catégories se dégagent, que représentent respectivement quinze burins simples et cinq burins multiples. La première comprend six burins d’angle sur troncature retouchée, rectiligne ou légèrement concave, normale ou oblique, tous sur éclats (fig. 86, nos 2 à 7), trois burins transversaux sur éclats courts, l’un sur cassure (n° 8), l’autre sur bord retouché (n° 9), le dernier sur troncature (n° 10), sept burins d’angle sur cassures transversales dont quatre ont des lames pour support (nos 11 et 12), un burin dièdre d’axe (n° 13).

40La seconde catégorie se compose d’un burin double (opposés) d’axe et d’angle (fig. 86, n° 14), d’un burin double (jumeaux) d’angle sur cassure transversale (n° 15), d’un burin double (opposés) d’angle sur troncatures retouchées (n° 16), d’un burin triple d’angle sur cassure et double (jumeaux) d’angle sur troncature retouchée (n° 17) et d’un burin triple d’axe sur bord retouché et double (jumeaux) d’angle sur cassure (n° 18).

41Perçoirs (5 ex.).– Trois perçoirs appartiennent au type classique à pointe axiale ou légèrement oblique, taillée en bout de lame par retouches directes couvrantes accompagnées de quelques retouches inverses (fig. 86, nos 19 et 20). Deux perçoirs ont des pointes fines, déjetées, à retouches bifaciales (n° 21) ou directes (n° 22).

Fig. 85.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2-4, grattoirs simples à retouches unilatérales ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8, grattoir sur éclat nucléiforme ; 9, grattoir épais à bord denticulé ; 10-11, grattoirs épais, circulaires ; 12, grattoir à front sinueux ; 13-14, grattoirs à face plane amincie ; 15, grattoir denticulé ; 16-17, éclats tronqués ; 18-20, lames et lamelle tronquées, à retouches inverses (n° 18), à retouches directes (n° 19), à retouches bifaciales (n° 20) ; 21, éclat à troncature anguleuse à retouches inverses ; 22-23, éclats à bords retouchés (racloirs doubles convexes) ; 24-25, éclats à retouches unilatérales continues (racloirs) ; 26, pièce à retouches bifaciales (racloir ou tranchoir à dos naturel) ; 27-28, éclats à section triangulaire, à arêtes retouchées, présentant une usure prononcée mate (forets) ; 29-30, pièces étroites appointies par retouches bilatérales directes.

Fig. 85.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2-4, grattoirs simples à retouches unilatérales ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8, grattoir sur éclat nucléiforme ; 9, grattoir épais à bord denticulé ; 10-11, grattoirs épais, circulaires ; 12, grattoir à front sinueux ; 13-14, grattoirs à face plane amincie ; 15, grattoir denticulé ; 16-17, éclats tronqués ; 18-20, lames et lamelle tronquées, à retouches inverses (n° 18), à retouches directes (n° 19), à retouches bifaciales (n° 20) ; 21, éclat à troncature anguleuse à retouches inverses ; 22-23, éclats à bords retouchés (racloirs doubles convexes) ; 24-25, éclats à retouches unilatérales continues (racloirs) ; 26, pièce à retouches bifaciales (racloir ou tranchoir à dos naturel) ; 27-28, éclats à section triangulaire, à arêtes retouchées, présentant une usure prononcée mate (forets) ; 29-30, pièces étroites appointies par retouches bilatérales directes.

Fig. 86.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, microlithe bipointe à retouches directes sur un bord et bifaciales de l’autre (mèche de foret) ; 2-6, burins d’angle sur troncature retouchée (sur lames ou sur éclats) ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, burin transversal sur cassure ; 9, burin transversal sur bord retouché ; 10, burin plan, transversal, sur troncature ; 11-12, burins d’angle sur cassure, sur lame et sur éclat ; 13, burin dièdre d’axe ; 14, burin double (opposés) d’axe et d’angle ; 15, burin double (jumeaux) sur cassure ; 16, burin double (opposés) d’angle sur troncatures ; 17, burin triple, double (jumeaux) d’angle sur troncature retouchée et d’angle sur cassure ; 18, burin triple, d’axe sur bord retouché et double (jumeaux) d’angle sur cassure ; 19-22, perçoirs à pointe fine, d’axe ou déjetée, à retouches couvrantes surface convexe et semi-abruptes surface plane ou à retouches directes (n° 22) ; 23-24, pièces esquillées ; 25-26, lame et lamelle à microretouches bilatérales discontinues ; 27, lamelle appointie par retouches directes.

Fig. 86.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, microlithe bipointe à retouches directes sur un bord et bifaciales de l’autre (mèche de foret) ; 2-6, burins d’angle sur troncature retouchée (sur lames ou sur éclats) ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, burin transversal sur cassure ; 9, burin transversal sur bord retouché ; 10, burin plan, transversal, sur troncature ; 11-12, burins d’angle sur cassure, sur lame et sur éclat ; 13, burin dièdre d’axe ; 14, burin double (opposés) d’axe et d’angle ; 15, burin double (jumeaux) sur cassure ; 16, burin double (opposés) d’angle sur troncatures ; 17, burin triple, double (jumeaux) d’angle sur troncature retouchée et d’angle sur cassure ; 18, burin triple, d’axe sur bord retouché et double (jumeaux) d’angle sur cassure ; 19-22, perçoirs à pointe fine, d’axe ou déjetée, à retouches couvrantes surface convexe et semi-abruptes surface plane ou à retouches directes (n° 22) ; 23-24, pièces esquillées ; 25-26, lame et lamelle à microretouches bilatérales discontinues ; 27, lamelle appointie par retouches directes.

Fig. 87.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, éclat laminaire retouché sur un angle ; 2, extrémité proximale de lame présentant deux encoches latérales ; 3, extrémité distale de lame appointie par retouches semi-abruptes sur face plane et plates sur face convexe : 4, lame aux bords microdenticulés (poli brillant dans la partie concave) ; 5, extrémité de lame retouchée à usure prononcée mate ; 6, éclat triangulaire tronqué (armature tranchante ?) ; 7-10, armatures tranchantes à retouches directes ; 11, armature à retouches alternes ; 12, armature à retouches directes d’un côté et cassure de l’autre ; 13, armature aux bords cassés repris sur face plane par retouches plates ; 14-16, armatures à retouches semi-abruptes surface convexe et marginales plates sur face plane ; 17-22, armatures à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 23-24, armatures à retouches bifaciales ; 25, pointe à retouches directes ; 26, pointe ogivale sur éclat à retouches directes à la pointe et inverses à la base ; 27-31, pointes triangulaires et ogivales, à base droite, convexe ou concave ; 32-33, pointes foliacées à base droite ou concave ; 34, pointe ogivale à pédoncule court, à retouches bifaciales marginales.

Fig. 87.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, éclat laminaire retouché sur un angle ; 2, extrémité proximale de lame présentant deux encoches latérales ; 3, extrémité distale de lame appointie par retouches semi-abruptes sur face plane et plates sur face convexe : 4, lame aux bords microdenticulés (poli brillant dans la partie concave) ; 5, extrémité de lame retouchée à usure prononcée mate ; 6, éclat triangulaire tronqué (armature tranchante ?) ; 7-10, armatures tranchantes à retouches directes ; 11, armature à retouches alternes ; 12, armature à retouches directes d’un côté et cassure de l’autre ; 13, armature aux bords cassés repris sur face plane par retouches plates ; 14-16, armatures à retouches semi-abruptes surface convexe et marginales plates sur face plane ; 17-22, armatures à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 23-24, armatures à retouches bifaciales ; 25, pointe à retouches directes ; 26, pointe ogivale sur éclat à retouches directes à la pointe et inverses à la base ; 27-31, pointes triangulaires et ogivales, à base droite, convexe ou concave ; 32-33, pointes foliacées à base droite ou concave ; 34, pointe ogivale à pédoncule court, à retouches bifaciales marginales.

Fig. 88.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, pointe losangique à retouches bifaciales marginales ; 2, pièce épaisse à biseau, à retouches couvrantes surface convexe et rasantes surface plane (tranchet) ; 3, extrémité de pièce bifaciale épaisse (talon de hache).Matériel lithique poli. 4, bloc tiré d’un fragment de lame polie en pélite chloriteuse, marqué de traces de percussion dans la partie concave et aux deux extrémités, utilisé comme retouchoir ; 5, tranchant peu cintré de lame épaisse en actinotite, peut-être reprise, par sciage et cassure, dans une lame plus grosse ; 6, talon de lame en actinotite, à joue bombée bien polie d’un côté et irrégulière de l’autre ; 7, tranchant de longue lame assez mince, arrondi en cintre régulier.

Fig. 88.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, pointe losangique à retouches bifaciales marginales ; 2, pièce épaisse à biseau, à retouches couvrantes surface convexe et rasantes surface plane (tranchet) ; 3, extrémité de pièce bifaciale épaisse (talon de hache).– Matériel lithique poli. 4, bloc tiré d’un fragment de lame polie en pélite chloriteuse, marqué de traces de percussion dans la partie concave et aux deux extrémités, utilisé comme retouchoir ; 5, tranchant peu cintré de lame épaisse en actinotite, peut-être reprise, par sciage et cassure, dans une lame plus grosse ; 6, talon de lame en actinotite, à joue bombée bien polie d’un côté et irrégulière de l’autre ; 7, tranchant de longue lame assez mince, arrondi en cintre régulier.

42Pièces esquillées (3 ex.).– Trois éclats ont des esquillures plates caractéristiques à une extrémité ou aux deux (fig. 86, nos 23 et 24).

43Lames retouchées (5 ex.).– Des lames et lamelles portent des retouches bilatérales continues ou discontinues (fig. 86, nos 25 et 26), déterminant une pointe (fig. 86, n° 27) ou affectant un angle (fig. 87, n° 1). Une extrémité proximale de lame est dotée de deux coches latérales (fig. 87, n° 2).

44Nous signalons ici, sans les prendre en compte, une sizaine de lames et lamelles presque toutes fragmentaires, qui ont conservé des retouches limitées ou des esquillures montrant qu’elles ont servi d’outils.

45Éclats retouchés (4 ex.).– Trois éclats qui portent des retouches limitées, n’ont pas de fonction évidente ; mais un autre, en chaille, forme une pointe bien dégagée.

46Microdenticulé (1 ex.).– Une large lame, à section triangulaire, a ses deux bords microretouchés, avec un poli brillant d’un côté (fig. 87, n° 4).

47Pièce usée en bout (1 ex.).– Une extrémité de lame large aux bords retouchés présente une usure prononcée mate (fig. 87, n° 5).

48Armatures tranchantes (27 ex.).– Sur un ensemble de vingt-sept pièces, onze ou douze sont tirées de lames, les autres de simples éclats. Elles se partagent en deux catégories à peu près égales suivant que leurs retouches affectent une face ou les deux. Les armatures à retouches unifaciales, qui sont triangulaires ou trapézoïdales, manifestent quelque variété suivant le traitement des troncatures : retouches directes simples (fig. 87, nos 7 à 10), retouches alternes (n° 11), retouches directes d’un côté et cassure de l’autre (n° 12), enfin, cas assez rare, cassures simples reprises par des retouches inverses plates (n° 13).

49Les armatures à retouches bifaciales, également triangulaires ou trapézoïdales, sont de plusieurs types : à retouches semi-abruptes sur face convexe et plates sur face plane (fig. 87, nos 14 à 16), à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe (nos 17 à 22), à retouches bifaciales (nos 23 et 24).

50Armatures perçantes (11 ex.).– Toutes ces armatures sont façonnées dans des éclats, parfois corticaux, de silex blond ou gris, travaillés en retouches bifaciales couvrantes ou simplement transformés par des retouches marginales partielles ; c’est le cas d’une armature, foliacée, silhouettée dans un éclat par des retouches marginales directes (fig. 87, n° 25) et d’une armature ogivale à base convexe à peine retouchée à sa pointe et à sa base (n° 26). Des pointes aux formes simples, les unes triangulaires, trois à base droite (nos 28 à 29), deux à base convexe (nos 30 et 31), les autres foliacées, l’une à base droite (n° 32), l’autre à base concave (n° 33), forment la série principale. S’en détachent une pointe ogivale à pédoncule court (n° 34) et une pointe losangique (fig. 88, n° 1), toutes deux façonnées par des retouches marginales semi-abruptes.

51Tranchets (2 ex.).– Un tranchet épais, à bords parallèles et de section presque plan-convexe du fait de son mode de retouche, présente une partie fonctionnelle que ravive une retouche oblique (fig. 88, n° 2). Une partie médiane appartient à un tranchet à retouches plates sur face plane et à retouches semi-abruptes ou plus ou moins envahissantes sur face convexe.

52Pièce à retouches bifaciales (1 ex.).– La partie proximale d’un outil en chaille, très épais et relativement étroit, à retouches bifaciales, peut être rapportée à un pic ou peut-être à une lame de hache (fig. 88, n° 3). Des retouches cambrées, vigoureuses, ont créé des bords plus ou moins réguliers et donné à la pièce une section biconvexe.

Matériel lithique poli (roches « vertes »)

53L’outillage en « roches vertes » du niveau 7 comporte peu d’objets. Une sorte de percuteur ou de retouchoir (en pélite chloriteuse), à surface active concave, réutilise semble-t-il un fragment de lame épaisse (fig. 88, n° 4).

54Lames de haches (4 ex.).– Les haches proprement dites, toutes fragmentaires, se réduisent au tranchant d’une lame étroite, à joues bombées, retaillée par sciage longitudinal dans une pièce plus grosse (fig. 88, n° 5), au talon, arrondi en cintre, d’une lame épaisse (n° 6), au tranchant acéré et fortement cintré d’une lame large (n° 7), toutes pièces en actinotite du Haut-Clunisois, enfin au talon entièrement piqueté d’une lame de section ronde, en pélite quartzeuse vosgienne.

55Des éclats d’outils non identifiables indiquent l’emploi de l’amphibolite à grenats et de la pélite quartzeuse.

Matériel lithique grenu et abrasif (granités, grès)

56Le niveau 7 ne contient qu’une douzaine de fragments d’objets en roche grenue ou abrasive. Si le granité à muscovite, si présent dans le niveau 9, ne figure pas dans la liste des matériaux, le grès grossier du Permien, déjà identifié dans le niveau 8, se reconnaît dans six fragments (Garcia, Petit, dans ce volume). Ce matériau pourrait être ici privilégié.

57Meules (4 ex.).– Des quatre meules identifiées par des fragments, l’une au moins avait une forte épaisseur ; trois d’entre elles sont taillées dans le grès grossier permien, la quatrième dans un granité à biotite plus fin.

58Aiguisoirs et polissoirs (3 ex.?).– Des morceaux de grès blond du Rhétien, mais aussi de grès grossier du Permien peuvent avoir été utilisés pour façonner ou aiguiser des objets de pierre ou d’os.

Industrie céramique

Observations techniques

59Dans ce domaine, la documentation est notablement moins abondante que dans les unités stratigraphiques précédentes. Cependant les caractéristiques techniques de la céramique du niveau 7 restent dans la droite ligne de celle des niveaux 10 à 8. Le dégraissant principal est toujours à base de granite, qu’il s’agisse de roche concassée, toujours employée de façon prioritaire, ou d’arène prélevée dans les alluvions de la Dheune. Un fragment d’une écuelle à rebord plat décoré, analysé sur lame mince par F. Chevalier, confirme l’utilisation d’un granité à deux micas finement broyé (fig. 93, n° 1). C’est encore le mica extrait de granité broyé et lavé qui donne à certains vases une brillance dorée ou argentée. La calcite ne semble pas avoir été utilisée, non plus que la chamotte, ni l’os.

60Le montage au colombin demeure la technique principale de fabrication ; mais C. Colas a constaté que dans le niveau 7, comme cela apparaissait déjà un peu dans le niveau 8, les traces de montage sont plus souvent visibles. De plus, les surfaces sont aussi sensiblement moins bien travaillées, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des récipients. Le polissage représente les deux tiers des finitions (Colas, 2000). La couleur dominante est le gris et le gris foncé ; le brun et le beige sont assez courants, mais l’orange assez rare. La cuisson réductrice est toujours prédominante.

Fig. 89.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, bouton rond plein ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, tenon plein ; 5, 7-8, boutons olivaires perforés ; 6, tenon perforé ; 9-10, boutons ensellés ; 11-12, boutons pincés perforés ; 13, bouton allongé (tunnelliforme) ; 14-15, boutons perforés à bords dressés.

Fig. 89.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, bouton rond plein ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, tenon plein ; 5, 7-8, boutons olivaires perforés ; 6, tenon perforé ; 9-10, boutons ensellés ; 11-12, boutons pincés perforés ; 13, bouton allongé (tunnelliforme) ; 14-15, boutons perforés à bords dressés.

Rebords

61Les rebords, au nombre de deux cent trente-deux, ont surtout des lèvres arrondies, qu’elles terminent des rebords d’épaisseur régulière comme sur les vases cylindriques (38 %) ou qu’elles ferment des rebords amincis ou asymétriques comme sur les vases carénés à paroi distincte (33 %). Les lèvres sont encore assez souvent aplaties (14,5 %), mais beaucoup plus rarement carrées (5 %), ogivales (3,5 %) ou tronquées en oblique (3 %). Elles sont quelquefois roulées (2 %) ou même rabattues (1 %) sur les parois distinctes des vases carénés.

Anses

62On dénombre soixante-neuf anses dont soixante et une sont morphologiquement déterminables.

63Boutons ronds (7 ex.).– Les boutons ronds ou hémisphériques sont plus ou moins saillants ; un seul est plein, les autres ont une perforation basale qui entame ou non la paroi ; l’un d’eux est placé sur une carène, un autre à l’extérieur d’une coupe en calotte sphérique (fig. 89, nos 1 à 3). Deux boutons ronds perforés équipent des écuelles l’une à rebord nu et l’autre à rebord décoré (fig. 92, n° 9 ; fig. 93, n° 1).

64Boutons en tenon (2 ex.).– Une prise pleine, relativement courte, forme un tenon à bout carré (fig. 89, n° 4). Une autre, placée sur un grand vase à surface lissée, forme une masse parallélépipédique perforée à sa base (n° 6).

65Boutons olivaires (6 ex.).– Cinq boutons olivaires, bien saillants, ont une perforation longitudinale, transversale dans un cas, qui affecte ou non la paroi ; deux d’entre eux sont en place sur une carène (fig. 89, nos 5 et 7). Un sixième exemplaire est fixé à l’extérieur d’une coupe en calotte sphérique (fig. 92, n° 2).

66Bouton allongé ou tunnelliforme (1 ex.).– Un bouton long et très plat, à perforation profonde de type sous-cutané, est apparemment placé sur un vase ouvert du genre coupe en calotte sphérique (fig. 89, n° 13).

Fig. 90.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-3, anses en ruban ; 4-5, anses en ruban à dos creux ; 6-7, anses en boudin ; 8-13, baguettes multiforées étroites (n° 9 à extrémité adoucie) ; 14, ruban orné de cannelures verticales ; 15, poignée-tige évasée en queue d’aronde.

Fig. 90.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-3, anses en ruban ; 4-5, anses en ruban à dos creux ; 6-7, anses en boudin ; 8-13, baguettes multiforées étroites (n° 9 à extrémité adoucie) ; 14, ruban orné de cannelures verticales ; 15, poignée-tige évasée en queue d’aronde.

67Boutons ensellés (2 ex.).– Il existe deux boutons à dos ensellé perforés (fig. 89, nos 9 et 10).

68Boutons pincés (2 ex.).– Deux boutons ronds, bien saillants, comprimés latéralement, ont une perforation basale (fig. 89, nos 11 et 12).

69Boutons à bords dressés (6 ex.).– Cinq boutons à bords dressés, très petits, à perforation mordant la paroi, sont installés sur de petits vases à paroi distincte, au contact de légers ressauts ou bien immédiatement au-dessous (fig. 89, nos 14 et 15). Un autre, plus gros et de forme anguleuse, est fragmentaire.

70Mamelons perforés (2 ex.).– Deux mamelons perforés, appliqués au flanc d’une écuelle, sont régulièrement arrondis (fig. 91, n° 4).

71Anses en ruban (17 ex.).– Les anses rubanées, dont six seulement sont entières, sont de taille moyenne ou petite ; onze d’entre elles forment un ruban plat, trois un ruban plan-convexe, et trois sont creusées d’une gorge longitudinale plus ou moins profonde (fig. 90, nos 1 à 5). Deux d’entre elles ont appartenu à un même vase à pâte légèrement micacée (nos 2 et 4).

72Anses en boudin (3 ex.).– Des trois anses en boudin répertoriées, deux, très dégagées et de section un peu anguleuse, semblent avoir été collées à la barbotine à la paroi du vase (fig. 90, nos 6 et 7).

73Baguettes multiforées ex.).– Plusieurs fragments non jointifs se rapportent à deux baguettes multiforées étroites, de section trapézoïdale, qui appartiennent très certainement à un même vase caréné à paroi rentrante, à surface extérieure partiellement desquamée (fig. 90, nos 9 à 11 ; fig. 91, n° 5). Une longue baguette dont une extrémité est percée de quatre trous équipe un vase qui a la même forme (fig. 91, n° 6). Quatre autres fragments viennent de baguettes plus larges, à dos arrondi (fig. 90, nos 8, 12 et 13). Dans des petits seg ments isolés, on peut reconnaître enfin trois autres baguettes étroites.

Fig. 91.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-2, coupes basses carénées à paroi sortante ; 3, gobelet caréné à paroi rentrante ; 4, écuelle à paroi sortante munie de deux mamelons perforés ; 5, écuelle à paroi rentrante dégagée par un ressaut, munie de baguettes multiforées ; 6, jatte à paroi rentrante munie de baguettes multiforées ; 7-8, carènes vives (n° 8, couvercle ?) ; 9, carène ronde ; 10, profil de vase à ressaut à panse profonde ; 11, écuelle à paroi dégagée par un ressaut ; 12-13, épaulements ; 14, écuelle sans anse, à paroi rentrante dégagée par un épaulement ; 15, partie supérieure de vase subcylindrique ou ovoïde ; 16, col de vase ovoïde.

Fig. 91.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-2, coupes basses carénées à paroi sortante ; 3, gobelet caréné à paroi rentrante ; 4, écuelle à paroi sortante munie de deux mamelons perforés ; 5, écuelle à paroi rentrante dégagée par un ressaut, munie de baguettes multiforées ; 6, jatte à paroi rentrante munie de baguettes multiforées ; 7-8, carènes vives (n° 8, couvercle ?) ; 9, carène ronde ; 10, profil de vase à ressaut à panse profonde ; 11, écuelle à paroi dégagée par un ressaut ; 12-13, épaulements ; 14, écuelle sans anse, à paroi rentrante dégagée par un épaulement ; 15, partie supérieure de vase subcylindrique ou ovoïde ; 16, col de vase ovoïde.

Fig. 92.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, partie supérieure d’un vase ovoïde ; 2, coupe en calotte sphérique dotée d’un bouton olivaire perforé ; 3-4, fragments de cols de vases à panse globuleuse ; 5-6, 8, coupes en calotte sphérique ; 7, godet semi-sphérique ; 9-11, rebords plats d’écuelles en calotte sphérique (n° 9 doté d’un bouton perforé) ; 12, cuillère à poignée-tige courte et relevée.

Fig. 92.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, partie supérieure d’un vase ovoïde ; 2, coupe en calotte sphérique dotée d’un bouton olivaire perforé ; 3-4, fragments de cols de vases à panse globuleuse ; 5-6, 8, coupes en calotte sphérique ; 7, godet semi-sphérique ; 9-11, rebords plats d’écuelles en calotte sphérique (n° 9 doté d’un bouton perforé) ; 12, cuillère à poignée-tige courte et relevée.

74Ruban en applique décoré (1 ex.).– Une large plaquette, décollée de son support, est un fragment de ruban, au bord supérieur très abrupt (fig. 90, n° 14) ; il présente, en façade, une cannelure verticale, élément décoratif connu sur ce genre de garniture (Thevenot, 1969, pl. 26, n° 2) ; il était probablement multiforé.

75Poignées-tiges (2 ex.).– Une petite poignée de section ovalaire, à extrémité évasée en queue-d’aronde, provient probablement d’une cuillère à bouche (fig. 90, n° 15). Une autre poignée à section ronde, courte et redressée, est encore attenante à sa coupelle (fig. 92, n° 12).

Formes nues

76Vases à paroi distincte et carène anguleuse (30 ex.).– Cette série comporte une trentaine de vases identifiés par autant de fragments de carènes quelquefois très petits ; les carènes sont très nettes et vives pour vingt-cinq d’entre eux. Il n’est pas possible de déterminer le nombre exact de parois sortantes, droites et rentrantes et les diamètres sont généralement impossibles à évaluer. Trois vases seulement sont reconstituables, à savoir deux écuelles, de forme basse, à paroi sortante, qui mesurent environ 11 et 16 cm de diamètre à l’ouverture (fig. 91, nos 1 et 2), et un bol, plus trapu, à paroi rentrante, de 13 cm de diamètre à la carène (n° 3). Deux fragments dont les carènes forment un angle droit peuvent appartenir à des couvercles (n° 8). Nous ne décomptons pas dans la présente série un fragment du rebord d’un grand vase de plus de 42 cm de diamètre, à paroi très épaisse (1,3 cm), qui pourrait venir, sous toutes réserves, d’une forme carénée.

77Vases à paroi distincte et carène ronde (3 ex.).– Deux fragments de carènes appartiennent à deux vases à paroi distincte, de profil sinueux (fig. 91, n° 9). Une grande écuelle, presque une jatte, munie de deux boutons ovalaires perforés appliqués sur la convexité d’une panse basse, a une paroi distincte évasée courte mais bien marquée qui la distingue des coupes en calotte sphérique (n° 4).

78Vases à ressaut (3 ex.).– Deux écuelles basses, à paroi légèrement rentrante, dont l’une était munie de baguettes multiforées, ont une ligne de ressaut placée légèrement au-dessus de la convexité de la panse ; elles mesurent l’une et l’autre autour de 16 cm de diamètre à la carène (fig. 91, nos 5 et 11). Un tesson d’un récipient de plus grande taille, à la panse très profonde et à la paroi presque verticale, est coupé par un ressaut bien net auquel se rattachait un élément de préhension ou de suspension (n° 10).

79Vases à épaulement (3 ex.).– Un vase complet, à panse profonde et paroi rentrante étroite raccordée au fond par un épaulement bien dégagé, est dépourvu d’élément de suspension (fig. 91, n° 14). Deux tessons proviennent de vases à épaulement bien marqué dont l’un est du même genre que le précédent (n°s 12 et 13).

80Vases cylindriques (2 ex.).– Deux ou trois fragments de rebords peuvent provenir de vases cylindriques (fig. 91, n° 15).

81Vases ovoïdes (4 ex.).– Un vase à rebord resserré et trois ou quatre vases dont le bord légèrement concave esquisse un col court, sont connus par des fragments de leur rebord (fig. 91, n° 16 ; fig. 92, n° 1).

82Vases à col (5 ex.).– Au moins cinq récipients à panse globuleuse et col bien dégagé peuvent être identifiés à partir de fragments de la jonction du col et de la panse (fig. 92, nos 3 et 4) ; il devait s’agir de récipients de taille moyenne.

83Coupes en calotte sphérique (10 ex.).– Leur nombre, bien que difficile à évaluer à partir de fragments de rebords, est d’au moins une dizaine. Trois coupes sont reconstituables ; l’une, très profonde, de 24 cm de diamètre environ, est dotée d’un bouton olivaire perforé (fig. 92, n° 2) ; la seconde et la troisième dont le diamètre est voisin de 40 cm, devaient avoir un fond légèrement aplati (nos 5 et 8). Un tesson présente près d’une cassure un trou de réparation.

84Vase en portion de sphère (1 ex.).– Un petit vase à paroi très mince, du genre godet, a un corps bien arrondi (fig. 92, n° 7)

85Écuelles à rebord plat (4 ex.).– Quatre écuelles ont un rebord plat nu dont le ressaut interne est soit à peine esquissé, soit très accentué (fig. 92, nos 9 à 11) ; l’une de ces assiettes a une surface interne parfaitement lissée et une paroi externe, rayée de coups de spatule, à laquelle est fixé un petit bouton perforé (n° 9).

86Cuillère (1 ex.).– Une cuillère, à poignée ronde très courte, mais fortement relevée, prolonge une coupelle creuse dont nous ne saurions dire la forme précise, même si la forme ronde semble préférée dans le Chasséen (fig. 92, n° 12).

Formes décorées

87Écuelles à rebord plat (3 ex.).– Une écuelle, conservée à moitié, dont le rebord plat porte un décor continu de chevrons, est dotée d’un bouton rond perforé assez bas placé sur sa coupelle profonde (fig. 93, n° 1). Deux rebords d’assiettes très finement surfacées sont décorés, l’un de chevrons apparemment imbriqués, l’autre de triangles hachurés pointés vers l’intérieur (nos 2 et 3).

88Coupe à socle cubique (1 ex.).– Un morceau d’un rebord plat, orné de triangles hachurés pointés vers l’intérieur, provient de l’un des angles d’une coupe à socle cubique (fig. 93, n° 7).

89Coupes à socle cylindrique (5 ex.).– Trois coupes à socle cylindrique ne sont représentées que par de petits fragments dont l’un vient de la base d’un socle grossièrement décoré (fig. 93, n° 4). Des deux autres exemplaires plus identifiables, le premier, au décor anarchique et incomplet de chevrons et de triangles à hachures simples ou entrecroisées, de 14 cm de diamètre, présente une paroi concave, mais une coupelle assez plate (n° 8) et le second, de 12 cm de diamètre, possède un rebord plat de largeur irrégulière, orné de chevrons finement gravés, qu’une paroi concave met en forte saillie (n° 9).

90Vase de forme indéterminée (1 ex.).– Deux petits tessons ornés de traits régulièrement espacés, inscrits probablement au poinçon penché, en portées horizontales ou obliques, pourraient provenir d’un même vase à paroi mince (fig. 93, n°s 5 et 6).

91Disques de cuisson (2 ex.).– Un fragment de rebord au profil ogival et un fragment médian provenant apparemment de deux disques de terre cuite distincts, sont marqués sur leur face concave d’impressions digitales distribuées en semis lâche (fig. 93, nos 10 et 11).

Industrie sur matières dures animales

92L’outillage conservé est tiré principalement d’os d’ovicapridés et de cervidés, beaucoup moins de bois de cervidés et de dents de suidés.

Objets en os

93Quatre ossements portent des traces de débitage : une diaphyse de métacarpien droit d’ovicapridé marquée en long d’une profonde gorge de sciage préalable à la bipartition de l’os, l’extrémité distale d’un métacarpien droit de cerf sectionné en flexion à partir d’une saignée périphérique pratiquée en retrait des poulies, l’extrémité proximale d’un métatarsien gauche de cerf coupé longitudinalement en deux, enfin un fragment de l’extrémité distale d’un radius d’un oiseau de grande taille, probablement un Accipitriforme (aigle royal ou pygargue) selon C. Mourer-Chauviré, qui porte des traces périphériques de sciage préparant semble-t-il la fabrication d’un tube (Mourer-Chauviré, dans ce volume).

Fig. 93.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, écuelle à rebord plat décoré de chevrons et dotée d’un bouton perforé ; 2-3, rebords plats décorés ; 4, fragment de base de socle cylindrique décoré ; 5-6, fragments de vase portant un décor de lignes parallèles, horizontales et obliques ; 7, angle d’une coupe à socle cubique décorée ; 8-9, parties supérieures de coupes à socle cylindrique, à rebord décoré de triangles et de chevrons ; 10-11, fragments de disques de cuisson décorés d’impressions digitales.

Fig. 93.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, écuelle à rebord plat décoré de chevrons et dotée d’un bouton perforé ; 2-3, rebords plats décorés ; 4, fragment de base de socle cylindrique décoré ; 5-6, fragments de vase portant un décor de lignes parallèles, horizontales et obliques ; 7, angle d’une coupe à socle cubique décorée ; 8-9, parties supérieures de coupes à socle cylindrique, à rebord décoré de triangles et de chevrons ; 10-11, fragments de disques de cuisson décorés d’impressions digitales.

94Pointes fines (15 ex.).– Les pointes rondes à épiphyses ont exclusivement pour supports des métapodes d’ovicapridés sciés ou fendus en long (fig. 94, nos 1 à 5). Sur les quinze pointes déterminables, trois seulement sont complètes. Les surfaces articulaires conservées sont brutes ou bien reprises par un grésage plus ou moins appuyé ; dans trois cas il s’agit de la partie proximale des os et dans six cas de la partie distale. Trois segments médians se rapportent probablement à des outils de cette catégorie.

95Biseaux (4 ex.).– Un biseau simple tronque une diaphyse de tibia gauche d’ovicapridé (fig. 94, n° 6). Un autre biseau simple façonné dans un morceau proximal de métacarpien droit de cerf, est en fait un outil d’économie, comme l’indique l’usure partielle des arêtes de la cassure (n° 8) ; il peut s’agir d’une pièce cassée réutilisée. Un biseau double n’est représenté que par son extrémité fonctionnelle (n° 7), mais un autre, tiré d’un quart proximal de métacarpien gauche de cerf, est complet (n° 9). Un biseau double, très large et peu convexe, dont ne reste que la partie distale, est fait dans un demi-métapode de cerf (n° 10).

96Palettes (2 ex.).– Deux fragments de palettes, taillées dans des côtes refendues, abrasées sur les deux faces, portent les traces de cassures en flexion partant d’une rainure transversale de sciage (fig. 94, nos 12 et 13).

97« Tranchet » (1 ex.).– Une esquille venant d’une côte de cerf a été grésée pour en faire une sorte de petit tranchet qui reproduit des modèles en pierre polie de même taille nombreux dans la collection Loydreau (fig. 94, n° 11).

Fig. 94.– Niveau 7. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, pointes fines à poulie, sur métapodes d’ovicapridés ; 4-5, pointes sur métapodes refendus totalement polies ; 6, esquille de radius d ’ovicapridé appointie ; 7-9, biseaux doubles sur métapodes de cervidés refendus ; 10, biseau bouble large, sur métapode de cervidé ; 11, tranchet sur esquille ; 12-13, segments de palettes, sur côtes refendues et abrasées. Bois de cerf : 14, fragment de gaine de hache à talon décortiqué ; 15, segment d’andouiller usé en bout (pilon).

Fig. 94.– Niveau 7. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, pointes fines à poulie, sur métapodes d’ovicapridés ; 4-5, pointes sur métapodes refendus totalement polies ; 6, esquille de radius d ’ovicapridé appointie ; 7-9, biseaux doubles sur métapodes de cervidés refendus ; 10, biseau bouble large, sur métapode de cervidé ; 11, tranchet sur esquille ; 12-13, segments de palettes, sur côtes refendues et abrasées. Bois de cerf : 14, fragment de gaine de hache à talon décortiqué ; 15, segment d’andouiller usé en bout (pilon).

Objets en bois de cerf

98Gaine de hache (1 ex.).– Deux fragments, très altérés, appartiennent probablement à la même gaine ; ils montrent un talon simple décortiqué et une couronne à très léger ressaut (fig. 94, n° 14).

99Pilon (1 ex.).– Un andouiller dont la pointe est marquée de deux rainures périphériques destinées à en favoriser la segmentation, a été employé tel quel à la façon d’un pilon ou d’une molette ; une usure prononcée arrondit et polit en effet presque toute son extrémité la plus large (fig. 94, n° 15).

Objets tirés de dents

100Une canine inférieure gauche de suidé dont la plage d’usure naturelle présente des stries longitudinales, pourrait avoir été employée comme outil, mais un chauffage ultérieur l’a presque entièrement desquamée.

PARURE

101Le niveau 7 n’a livré aucun objet de parure. Mais il n’est pas impossible que des coquilles de moule d’eau douce, identifiées dans le niveau par de menus fragments, aient été transformées en pendentifs.

Table des illustrations

Titre Fig. 78.– Plan de la couche 7. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 79.– Position de la couche 7 par rapport à la couche 8 qu’elle ne recouvre pas totalement. Altitudes N.G.F. La largeur de la couche était de l’ordre d’une dizaine de mètres.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 80.– Position de la couche 7 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 81.– Niveau 7. Coupe de la tranchée montrant son remplissage de pierres en chute prises dans une matrice de terre légère ou parfois accumulées à sec (coupe suivant l’axe XLIII, à hauteur des carrés 57-58). La tranchée mesure environ un mètre de largeur à l’ouverture. Elle traverse la couche 8 et pénètre profondément dans la couche 9 (voir fig. 80). Vue prise du nord-nord-est.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 82.– Niveau 7. Plan de répartition des vestiges céramiques. En trait plein, limite naturelle de la couche ; en tireté, limites du fossé.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 83.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 1) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les restes d’une partie du crâne et d’une partie du tronc d’un individu de sexe masculin (sujet 1, adulte mature) sont rassemblés sur un mètre carré.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 84.– Niveau 7. Vestiges osseux humains (sujet 2) : plan de répartition des ossements et position dans la coupe. Les ossements d’un individu de sexe masculin (sujet 2, adulte jeune), se rapportant à la partie supérieure du corps, sont répandus, à plat, sur le sol du plateau et répartis, en chute, dans le remplissage du fossé qui le borde.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Fig. 85.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, lamelle de quartz hyalin ; 2-4, grattoirs simples à retouches unilatérales ; 5-7, grattoirs simples courts ; 8, grattoir sur éclat nucléiforme ; 9, grattoir épais à bord denticulé ; 10-11, grattoirs épais, circulaires ; 12, grattoir à front sinueux ; 13-14, grattoirs à face plane amincie ; 15, grattoir denticulé ; 16-17, éclats tronqués ; 18-20, lames et lamelle tronquées, à retouches inverses (n° 18), à retouches directes (n° 19), à retouches bifaciales (n° 20) ; 21, éclat à troncature anguleuse à retouches inverses ; 22-23, éclats à bords retouchés (racloirs doubles convexes) ; 24-25, éclats à retouches unilatérales continues (racloirs) ; 26, pièce à retouches bifaciales (racloir ou tranchoir à dos naturel) ; 27-28, éclats à section triangulaire, à arêtes retouchées, présentant une usure prononcée mate (forets) ; 29-30, pièces étroites appointies par retouches bilatérales directes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 86.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, microlithe bipointe à retouches directes sur un bord et bifaciales de l’autre (mèche de foret) ; 2-6, burins d’angle sur troncature retouchée (sur lames ou sur éclats) ; 7, burin d’angle sur troncature oblique ; 8, burin transversal sur cassure ; 9, burin transversal sur bord retouché ; 10, burin plan, transversal, sur troncature ; 11-12, burins d’angle sur cassure, sur lame et sur éclat ; 13, burin dièdre d’axe ; 14, burin double (opposés) d’axe et d’angle ; 15, burin double (jumeaux) sur cassure ; 16, burin double (opposés) d’angle sur troncatures ; 17, burin triple, double (jumeaux) d’angle sur troncature retouchée et d’angle sur cassure ; 18, burin triple, d’axe sur bord retouché et double (jumeaux) d’angle sur cassure ; 19-22, perçoirs à pointe fine, d’axe ou déjetée, à retouches couvrantes surface convexe et semi-abruptes surface plane ou à retouches directes (n° 22) ; 23-24, pièces esquillées ; 25-26, lame et lamelle à microretouches bilatérales discontinues ; 27, lamelle appointie par retouches directes.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 87.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, éclat laminaire retouché sur un angle ; 2, extrémité proximale de lame présentant deux encoches latérales ; 3, extrémité distale de lame appointie par retouches semi-abruptes sur face plane et plates sur face convexe : 4, lame aux bords microdenticulés (poli brillant dans la partie concave) ; 5, extrémité de lame retouchée à usure prononcée mate ; 6, éclat triangulaire tronqué (armature tranchante ?) ; 7-10, armatures tranchantes à retouches directes ; 11, armature à retouches alternes ; 12, armature à retouches directes d’un côté et cassure de l’autre ; 13, armature aux bords cassés repris sur face plane par retouches plates ; 14-16, armatures à retouches semi-abruptes surface convexe et marginales plates sur face plane ; 17-22, armatures à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 23-24, armatures à retouches bifaciales ; 25, pointe à retouches directes ; 26, pointe ogivale sur éclat à retouches directes à la pointe et inverses à la base ; 27-31, pointes triangulaires et ogivales, à base droite, convexe ou concave ; 32-33, pointes foliacées à base droite ou concave ; 34, pointe ogivale à pédoncule court, à retouches bifaciales marginales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 88.– Niveau 7. Matériel lithique taillé. 1, pointe losangique à retouches bifaciales marginales ; 2, pièce épaisse à biseau, à retouches couvrantes surface convexe et rasantes surface plane (tranchet) ; 3, extrémité de pièce bifaciale épaisse (talon de hache).Matériel lithique poli. 4, bloc tiré d’un fragment de lame polie en pélite chloriteuse, marqué de traces de percussion dans la partie concave et aux deux extrémités, utilisé comme retouchoir ; 5, tranchant peu cintré de lame épaisse en actinotite, peut-être reprise, par sciage et cassure, dans une lame plus grosse ; 6, talon de lame en actinotite, à joue bombée bien polie d’un côté et irrégulière de l’autre ; 7, tranchant de longue lame assez mince, arrondi en cintre régulier.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 89.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, bouton rond plein ; 2-3, boutons ronds perforés ; 4, tenon plein ; 5, 7-8, boutons olivaires perforés ; 6, tenon perforé ; 9-10, boutons ensellés ; 11-12, boutons pincés perforés ; 13, bouton allongé (tunnelliforme) ; 14-15, boutons perforés à bords dressés.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 90.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-3, anses en ruban ; 4-5, anses en ruban à dos creux ; 6-7, anses en boudin ; 8-13, baguettes multiforées étroites (n° 9 à extrémité adoucie) ; 14, ruban orné de cannelures verticales ; 15, poignée-tige évasée en queue d’aronde.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 91.– Niveau 7. Matériel céramique. 1-2, coupes basses carénées à paroi sortante ; 3, gobelet caréné à paroi rentrante ; 4, écuelle à paroi sortante munie de deux mamelons perforés ; 5, écuelle à paroi rentrante dégagée par un ressaut, munie de baguettes multiforées ; 6, jatte à paroi rentrante munie de baguettes multiforées ; 7-8, carènes vives (n° 8, couvercle ?) ; 9, carène ronde ; 10, profil de vase à ressaut à panse profonde ; 11, écuelle à paroi dégagée par un ressaut ; 12-13, épaulements ; 14, écuelle sans anse, à paroi rentrante dégagée par un épaulement ; 15, partie supérieure de vase subcylindrique ou ovoïde ; 16, col de vase ovoïde.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 92.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, partie supérieure d’un vase ovoïde ; 2, coupe en calotte sphérique dotée d’un bouton olivaire perforé ; 3-4, fragments de cols de vases à panse globuleuse ; 5-6, 8, coupes en calotte sphérique ; 7, godet semi-sphérique ; 9-11, rebords plats d’écuelles en calotte sphérique (n° 9 doté d’un bouton perforé) ; 12, cuillère à poignée-tige courte et relevée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 93.– Niveau 7. Matériel céramique. 1, écuelle à rebord plat décoré de chevrons et dotée d’un bouton perforé ; 2-3, rebords plats décorés ; 4, fragment de base de socle cylindrique décoré ; 5-6, fragments de vase portant un décor de lignes parallèles, horizontales et obliques ; 7, angle d’une coupe à socle cubique décorée ; 8-9, parties supérieures de coupes à socle cylindrique, à rebord décoré de triangles et de chevrons ; 10-11, fragments de disques de cuisson décorés d’impressions digitales.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 94.– Niveau 7. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-3, pointes fines à poulie, sur métapodes d’ovicapridés ; 4-5, pointes sur métapodes refendus totalement polies ; 6, esquille de radius d ’ovicapridé appointie ; 7-9, biseaux doubles sur métapodes de cervidés refendus ; 10, biseau bouble large, sur métapode de cervidé ; 11, tranchet sur esquille ; 12-13, segments de palettes, sur côtes refendues et abrasées. Bois de cerf : 14, fragment de gaine de hache à talon décortiqué ; 15, segment d’andouiller usé en bout (pilon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16861/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search