Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre III. Le niveau 10

Texte intégral

1La couche 10 est plaquée directement sur les blocs basculés de l’assise rocheuse bajocienne qui s’étagent localement en gradins irréguliers, sauf dans le secteur sud de la fouille où un témoin de la couche 11, conservé sur une douzaine de mètres carrés en position géologique naturelle (notamment dans les carrés XLI-56 à 63 et XLII-57 à 62), s’interpose entre elle et le substrat. La couche 10 n’occupe pas toute la surface rocheuse, mais seulement les degrés inférieurs sur lesquels elle se développe en une bande de terrain de 6 à 8 m de largeur qui longe le bord du plateau (fig. 11). Son épaisseur, qui s’accroît dans l’ensemble d’ouest en est, peut atteindre 0,70 m sur les blocs les plus profonds. La couche, reconnue sur environ 60 m2, affecte un pendage assez prononcé vers l’est ; sa surface et celle de la roche restée nue se trouvent sensiblement dans le prolongement l’une de l’autre et constituent de ce fait une sorte de plan plus ou moins régulier (fig. 12). Nous ne savons pas jusqu’à quelle distance la couche s’étale sur la pente.

NATURE ET FONCTION

2Dans l’ensemble du « bloc » stratigraphique que nous avons fouillé, la couche 10 se distingue très nettement de la couche 9 qui la recouvre en raison de sa couleur beaucoup plus claire, de sa texture très granuleuse et de sa composition sédimentologique bien particulière (fig. 13).

Composition et genèse

3La couche est constituée en effet d’un sédiment de couleur généralement ocre-roux dans lequel dominent les éléments grossiers, fragments anguleux de calcaires bioclastiques et à entroques, produits de la désagrégation de la roche-mère bajocienne, ainsi que de nombreux morceaux de roche en forme de dallettes, de plaques et parfois de grosses dalles. Ces éléments lithiques sont généralement enveloppés dans la matrice, mais par endroits accumulés presque à sec. Le sédiment renferme aussi des vestiges archéologiques, disséminés dans sa masse de façon irrégulière et en général assez lâche, ainsi que de petits morceaux épars de charbons de bois. Ce sédiment est granulométriquement très proche de celui qui se rencontre, en position géologique propre, dans les dépressions et les diaclases qui séparent les blocs du substrat comme c’est le cas sous le foyer 10a (fig. 14) et dans le coin sud-est de la fouille, en particulier dans l’axe XLI où il s’étale en surface du rocher. Le sédiment de la couche 10 est toujours meuble, aéré, instable, à l’inverse du sédiment autochtone qui est en général un peu plus compact ; l’analyse montre qu’ils appartiennent l’un et l’autre à la même formation géologique (Courty, 1982).

4Il est donc clair d’une part que le matériau principal de la couche 10 provient, en direct, des formations de sédiment graveleux se trouvant en surface du socle rocheux ou dans les dépressions voire les diaclases qui l’affectent, d’autre part que les éléments lithiques, dallettes et plaques, qu’il enrobe, ont été ramassés sur place ou extraits par délitage des blocs sur lesquels il repose. Que ces pierres aient été recueillies en desquamant les assises rocheuses du plateau semble être confirmé par le fait que, dans le secteur sud de la fouille, les lits saillants des blocs présentent des arêtes très vives, alors que, dans le secteur nord, les blocs, plus cohérents et par conséquent beaucoup plus difficilement délitables, ont conservé des angles arrondis par l’érosion naturelle.

5La couche 10 a donc été formée en tirant sur le bord du plateau des matériaux disponibles à proximité. Dans plusieurs endroits, et en particulier sur la rupture de pente (fig. 8, carrés des axes 61, 62 et 63, voir p. 33), la couche est surtout formée de dallettes et de plaques, entassées sans lien ou avec un sédiment graveleux très rare. Dans sa tranchée III, située précisément sur le début de la pente (fig. 5), H. Parriat avait cru devoir distinguer deux couches, dans l’amas de pierraille, en fonction de la présence ou de l’absence de matrice terreuse (Parriat, Sailly, 1955) ; en réalité, il s’agit bien dans cette tranchée, comme dans notre fouille, d’une seule et même entité stratigraphique.

Fig. 11.– Plan de la couche 10. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Celle-ci est recoupée par la tranchée issue de la couche 8 (axe IL-L) et entaillée profondément, dans le secteur nord, par la tranchée issue de la couche 7 (axes 57-58). Les plages hachurées (A et B) correspondent à des cavités naturelles de la roche modifiées par un travail de piquetage.

Fig. 11.– Plan de la couche 10. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Celle-ci est recoupée par la tranchée issue de la couche 8 (axe IL-L) et entaillée profondément, dans le secteur nord, par la tranchée issue de la couche 7 (axes 57-58). Les plages hachurées (A et B) correspondent à des cavités naturelles de la roche modifiées par un travail de piquetage.

6Les vestiges archéologiques sont répartis au sein de la formation de manière clairsemée, sauf sur la marge septentrionale de la fouille où ils sont un peu plus nombreux, comme le montre par exemple le plan de répartition des fragments de poteries (fig. 15). Les ossements aussi bien que les tessons incorporés au sédiment ne sont pas endommagés ni érodés et n’ont donc pas subi de réels transports. Cela tend à confirmer qu’ils se rapportent effectivement à une unité stratigraphique, liée à un habitat très proche, d’où ils semblent avoir été extraits au moment de la constitution du remblai. Nous en voyons la preuve dans le fait que dans le secteur nord de l’aire fouillée, notamment dans les carrés LI-58 et 59 (fig. 11), le sédiment graveleux a une couleur grise très soutenue, qu’il est plus riche en cendres et en divers résidus organiques et plus fourni aussi en documents archéologiques comme nous venons de l’indiquer. Le sédiment de couleur grise, de même nature que le sédiment de couleur claire qui constitue la couche 10 sur presque toute la surface que nous avons fouillée, ne représente donc qu’une variation latérale du sédiment au sein d’une même formation ou d’une même unité stratigraphique.

Organisation et fonction

7Comme ce sédiment repose à même la roche, sur presque toute la surface de la fouille, on peut supposer qu’au moment de sa mise en place, la pointe méridionale du plateau de Chassey formait une sorte de chaos de blocs, probablement en grande partie dépourvus de couverture terreuse. On est donc en droit de penser que les graviers de la couche 10 ont été étalés en remblai sur les blocs inégaux du substrat en vue de rectifier leur forte déclivité et de former, sur le bord du plateau, une sorte de « terrasse » de cinq à six mètres de largeur destinée à étendre la surface utilisable de terrain, c’est-à-dire à créer une nouvelle aire praticable en prolongement d’un secteur déjà occupé. Les dalles et les pierres rejetées sur le bord de la pente constitueraient en la circonstance un soutènement du remblai.

8La présence, le long de ce remblai, du côté intérieur du plateau, de trois petites dépressions naturelles de la roche pouvait même faire penser à une certaine organisation du lieu. Deux de ces cavités peu profondes, très nettement remodelées par un travail de piquetage, ont été selon toute vraisemblance adaptées au moment où les blocs étaient nus (fig. 11. A et B). Ces cavités pourraient être considérées comme des assises de poteaux, car elles sont alignées et presque équidistantes. Mais aucun lien ne les rattache directement au remblai de graviers, de sorte qu’elles pourraient avoir été effectuées avant qu’il n’ait été étalé. Elles sont en tout cas, en apparence, antérieures au niveau 9 puisqu’aucun aménagement spécial, calage ou autre, n’a été identifié à leur aplomb. Leur rôle demeure indéterminé.

9Les traces d’un foyer entouré de restes osseux ont été découvertes à la base du remblai ; l’ensemble forme le sous-niveau 10a (fig. 14). Le foyer proprement dit, d’environ cinquante centimètres de diamètre, est installé, à plat et sans aménagement particulier, sur le gravier ocre-roux formant le remplissage naturel d’une large diaclase. Des taches grises faites de cendres, des taches sombres incluant de microcharbons de bois et quelques petites plages rouge-orangées de terre chauffée le matérialisent. Le sédiment sur lequel il repose est compact. Une arête de la roche, faisant saillie, a été rougie par la chaleur.

10Il y a tout lieu de supposer que ce petit foyer a été allumé par les gens qui ont travaillé au remblai de la terrasse. Des ossements d’animaux domestiques, brûlés dans deux cas, sont répartis à proximité, sur une surface de l’ordre de 4 m2. Certaines pièces osseuses en connexion anatomique (métapodes d’ovicapridé et métapode de bœuf avec leurs phalanges) prouvent que les restes sont bien en place. Ces vestiges osseux peuvent être interprétés comme les reliefs d’un repas pris sur le chantier même. Quelques silex et quelques fragments de poteries les accompagnent ; leur densité est plus forte que dans le reste de la couche 10 de sorte qu’ils se présentent comme constituant une véritable unité stratigraphique (fig. 14, 2). Il faut noter toutefois que ce petit niveau, dont on ne peut pas dire qu’il ait duré bien longtemps, présente malgré cela une épaisseur de l’ordre de 10 cm ; la légèreté, du moins à l’état sec, du matériau rapporté explique sans doute ce phénomène, le piétinement ayant certainement facilité la pénétration de certains objets dans le sédiment.

Fig. 12.– Position de la couche 10 par rapport au socle rocheux. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 12.– Position de la couche 10 par rapport au socle rocheux. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.

Fig. 13.– Position de la couche 10 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 13.– Position de la couche 10 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.

Fig. 14.– Niveau 10a. Plan du secteur du foyer. 1, localisation du niveau 10a dans le secteur fouillé (voir fig. 5). 2, coupe stratigraphique montrant la position du foyer en surface du remplissage d’une diaclase (couche 11). 3, symboles : a, fragment de poterie ; b, silex (la lettre F signale les armatures de flèches) ; c, ossements animaux ; d, foyer proprement dit (avec en sombre les zones fournies en charbons de bois).

Fig. 14.– Niveau 10a. Plan du secteur du foyer. 1, localisation du niveau 10a dans le secteur fouillé (voir fig. 5). 2, coupe stratigraphique montrant la position du foyer en surface du remplissage d’une diaclase (couche 11). 3, symboles : a, fragment de poterie ; b, silex (la lettre F signale les armatures de flèches) ; c, ossements animaux ; d, foyer proprement dit (avec en sombre les zones fournies en charbons de bois).

Fig. 15.– Niveau 10. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les fragments de poteries sont distribués de manière clairsemée, sauf sur la marge septentrionale de la fouille où ils sont un peu plus nombreux, indice probable de la proximité d’une aire d’habitat.

Fig. 15.– Niveau 10. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les fragments de poteries sont distribués de manière clairsemée, sauf sur la marge septentrionale de la fouille où ils sont un peu plus nombreux, indice probable de la proximité d’une aire d’habitat.

Cohérence archéologique

11Les vestiges archéologiques du niveau 10 proprement dit, quelle que soit leur position en son sein, ont tous un aspect très frais. Les fragments de poteries ne sont jamais « roulés » ; de plus lorsque la matrice est presque dépourvue de pierres, de minces coquilles de moules d’eau douce et des os très fragiles, comme des omoplates d’ovicapridés, apparaissent souvent complets et intacts. Enfin aucun témoin d’un sédiment de nature différente du sédiment propre à la couche 10 n’a été rencontré dans tout le volume fouillé. Il semble donc, comme nous l’évoquions plus haut, que tous ces objets ont été incorporés à la terre au moment où celle-ci a été accumulée sur le bord du plateau ou, à tout le moins, notamment dans le secteur nord de la fouille, qu’ils ont été déplacés avec elle sur une très courte distance. Dans ces conditions nous pouvons raisonnablement supposer que le matériel archéologique qu’il contient a une forte probabilité d’être homogène.

12Le remblai a été plus ou moins profondément entamé lors du creusement de tranchées, issues des niveaux supérieurs 8 et 7 (fig. 11). La tranchée rapportée au niveau 8 l’entaille d’est en ouest ; sa limite orientale est particulièrement nette (carrés IL-58 et L-58). Celle qui se rattache au niveau 7 l’incise plus ou moins, du nord au sud ; des paquets de gravier ocre-roux, sortis tels quels de la couche 10, ont été observés localement, au sein de la couche 7, sur le bord extérieur de la tranchée (carré IL-58). Ces terrassements successifs n’ont pas en eux-mêmes affecté la composition archéologique du niveau 10. En revanche, il se peut que certains vestiges du niveau 9 aient pénétré dans la partie supérieure du remblai en raison de la grande mobilité que présente, à l’état sec, le matériau graveleux qui le compose ; dans l’ensemble pourtant le contact des deux unités est apparu assez tranché. Quoi qu’il en soit, nous ne retiendrons, dans la description archéologique qui suit, que les éléments dont la position au sein du niveau 10 nous a paru pleinement assurée.

COMPOSITION ARCHÉOLOGIQUE

13Les objets contenus dans le sous-niveau 10a qui correspond au petit foyer décrit ci-dessus et à son environnement immédiat constituent un petit ensemble comptant dix-neuf silex et dix fragments de poterie. La série lithique est composée de deux grattoirs courts frontaux (fig. 16, n° 1), d’un burin d’angle sur troncature retouchée (n° 2) et de sept armatures de flèches, à savoir, quatre armatures perçantes, pour moitié à base convexe, pour moitié à base concave (nos 3 à 6), et trois armatures tranchantes à retouches abruptes (nos 7 et 8). Le lot de fragments de poteries comprend deux rebords à lèvre arrondie, droite pour l’un, éversée pour l’autre (nos 9 et 10) ainsi que deux éléments de préhension, à savoir une extrémité de barrette perforée, appliquée sur une panse globuleuse, et un mamelon également perforé (nos 11 et 12). La présence de tessons lissés et polis, technologiquement très caractéristiques, ainsi que de silex blonds à débitage laminaire, confirme le caractère chasséen de ce petit lot.

14Les objets trouvés dans la masse même du remblai graveleux, ou niveau 10 proprement dit, sont peu nombreux, mais très typés.

Industrie lithique

Matériel lithique taillé (silex, quartz)

Observations techniques

15En classant les silex provenant du niveau 10 d’après la couleur, le grain, les inclusions, l’aspect du cortex et la forme initiale de la matière première, nous avons pu reconnaître des matériaux d’origine locale ou régionale et des matériaux d’origine extérieure ; ces critères macroscopiques ne nous ont pas permis cependant, sauf pour les produits indigènes, d’en identifier la source exacte. Les silex dits blonds, représentés en forte proportion, bien que souvent qualifiés de méridionaux, nous paraissaient avoir en fait plusieurs provenances possibles, car des silex blonds très comparables à certains silex des niveaux de Chassey peuvent se trouver dans le nord de la Bourgogne, dans le Sénonais en particulier (Thevenot, 1991). À ce premier classement, les analyses microscopiques que J. Affolter a faites de l’ensemble des matières siliceuses de Chassey, ont apporté de très notables précisions ; elles lui ont permis en effet d’une part de caractériser les différents types de silex employés, d’autre part de proposer un certain nombre de gîtes sûrs ou possibles d’approvisionnement (AFfolter, dans ce volume).

Fig. 16.– Niveau 10a. Matériels lithique et céramique. 1, grattoir simple court ; 2, burin d’angle sur troncature retouchée ; 3-4, pointes ogivales à base convexe, à retouches bifaciales partielles ; 5, pointe ogivale à base concave, à retouches partiellement couvrantes ; 6, pointe triangulaire à base concave, à retouches bifaciales partielles ; 7-8, armatures tranchantes à retouches abruptes directes ; 9, rebord à lèvre éversée ; 10, rebord droit ; 11, anse en barrette perforée ; 12, bouton à perforation verticale.

Fig. 16.– Niveau 10a. Matériels lithique et céramique. 1, grattoir simple court ; 2, burin d’angle sur troncature retouchée ; 3-4, pointes ogivales à base convexe, à retouches bifaciales partielles ; 5, pointe ogivale à base concave, à retouches partiellement couvrantes ; 6, pointe triangulaire à base concave, à retouches bifaciales partielles ; 7-8, armatures tranchantes à retouches abruptes directes ; 9, rebord à lèvre éversée ; 10, rebord droit ; 11, anse en barrette perforée ; 12, bouton à perforation verticale.

16En dépit du nombre relativement modeste d’objets lithiques répertoriés dans le niveau 10, les matériaux utilisés pour les fabriquer forment une liste importante qui se retrouvera d’ailleurs, avec peu de différences, dans les niveaux suivants 9, 8 et 7. Pour cette présentation, nous rappellerons ici les caractères macroscopiques, les plus facilement reconnaissables.

17Silex locaux et régionaux.– Les silex d’origine locale ou régionale sont plutôt de qualité moyenne, voire médiocre, et ne semblent pas, en tout cas pour les matériaux locaux, avoir été disponibles en rognons ou blocs suffisamment gros pour donner de longues lames. On en reconnaît trois types au moins :

  • un silex jurassique, de couleur généralement grise avec des inclusions claires ayant l’aspect de la chaille ou avec des passées violettes plus ou moins diffuses, qui se trouve, en petits rognons à cortex irrégulier, dans les formations, remaniées ou non, du Bathonien du nord de la côte chalonnaise, entre autres sur la colline de Chassey à Chamilly (ce matériau était déjà connu des Moustériens de la région, mais les artefacts de cette période présentent souvent une couleur beige, car ils ont séjourné dans des milieux argilo-ferreux qui en ont altéré la surface),
  • un silex crétacé supérieur, de couleur brun gris ou ocre un peu jaune, à cortex tourmenté souligné d’une bande de couleur rouille, comportant des taches brunes ou rousses et des taches blanches, présent en position secondaire dans les argiles à silex le long de la retombée de la côte chalonnaise, entre autres à Mellecey, tout près de Chassey, et dans d’autres affleurements locaux (il peut être exceptionnellement de type blond très clair, translucide, incluant de petits points noirs d’oxyde de manganèse et peut être classé dans ce cas dans le groupe des « silex blonds »),
  • un silex crétacé supérieur, gris clair, à cortex irrégulier mince, contenant assez fréquemment de gros fragments de colonies rameuses de bryozoaires, répertorié dans le Mâconnais, notamment à la Sénétrière, à Sennecey-lès-Mâcon (Saône-et-Loire).

18Silex extérieurs.– Les silex d’origine extérieure à la région sont nettement plus variés. Dans cet ensemble, les silex « blonds » tiennent une place particulière en raison de leur nombre proportionnellement important et de leur grande qualité. Par l’étude de leurs caractères microscopiques, en particulier des structures biologiques et des particules minérales qu’ils emprisonnent, J. Affolter a montré qu’ils appartiennent en fait à plusieurs variétés d’époques géologiques différentes et qu’ils ont en conséquence des origines diverses. Trois types de silex « blond » sont présents dans le niveau 10, à savoir :

  • un silex sénonien que l’on trouve en abondance dans la région de Sens, dans le nord de la Bourgogne (type de Paron et type de Charme à Arces, Yonne),
  • un silex également sénonien connu dans le Berry, en bordure du Cher (type de Meusnes et de Couffi, Loir-et-Cher),
  • un silex barrémien classique des affleurements du Mont-Ventoux (type de la Combe de Launier à Malaucène, Vaucluse).

19Ces silex, dits blonds, sont dans l’ensemble de couleur brun clair à brun très clair, ou caramel clair à très clair, parfois brun rosé comme celui du Mont-Ventoux ; ils sont le plus souvent translucides, mats ou brillants, d’aspect homogène ou bien incluant des taches de couleur rouille ou des opacités blanches. Leur attribution à des gîtes bien définis pose quelques problèmes et même les variétés les plus connues à l’heure actuelle, comme celles du Vaucluse ou du Sud de la Drôme, ne peuvent pas être toujours nettement séparées (riche, 2000). Cependant les silex « blonds » du Midi de la France se distinguent aisément des silex « blonds » des autres régions notamment ceux de Bourgogne du Nord ou du Berry.

20À la différence de la plupart de ces silex dits blonds, les autres silex exogènes sont tous assez rares. J. Affolter a identifié, avec certitude,

  • un silex crétacé de couleur gris clair, roux ou brun clair, hétérogène, se présentant en plaquettes ou en nodules à cortex irrégulier, qui existe dans la région de Lains, dans le Jura. Elle en a reconnu un certain nombre d’autres pour lesquels l’origine proposée ne reste encore qu’une hypothèse ; ce sont :
  • un silex valanginien de couleur ocre à rouille, lité, qui, en raison de son microfaciès sédimentaire, pourrait provenir du Bugey (Ain),
  • un silex lacustre de couleur brun assez foncé, plus ou moins opaque, qui correspond au silex que l’on trouve à Oullins (Rhône),
  • un silex brun translucide, parfois tacheté de blanc, correspondant à un silex utilisé dans le Gard (type de La Laouzas, site de Sanilhac). Autres matériaux.– D’autres matériaux enfin ont été utilisés dans l’industrie lithique, tels que :
  • le quartz hyalin et le quartz fumé, recueillis en cristaux plus ou moins volumineux, peut-être dans le massif cristallin du Morvan, tout proche, mais peut-être aussi, comme on peut le supposer, importés de régions plus lointaines, Massif central ou Alpes, ce que des analyses des inclusions fluides pourraient déterminer (Cousseran, 2000 ; Cousseran et alii, 2000),
  • un silex calcédonieux (calcédoine, dite « opale résinite ») qui pourrait provenir du Massif central, notamment de Limagne, et qui est représenté par quelques pièces très patinées d’aspect porcelainé.

Fig. 17.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1, lamelle en quartz, hyalin ; 2-7, grattoirs simples ; 8, grattoir épais à front rectiligne ; 9, grattoir latéral ; 10-11, grattoirs en bout d’éclats laminaires ; 12-13, grattoirs denticulés ; 14, éclat à coche basilaire ; 15, troncature oblique sur éclat à retouches unilatérales inverses ; 16, troncature oblique ; 17, troncature normale ; 18-20, éclats minces à retouches abruptes (raclettes) ; 21-23, pièces étroites à bords abattus par retouches directes abruptes ; 24, burin transversal sur bord retouché ; 25, burin d’angle double (jumeaux) sur troncature à retouches inverses ; 26, perçoir à pointe fine à retouches bifaciales, sur éclat ; 27, perçoir court à retouches directes ; 28, éclat à extrémité dégagée par microretouches alternes ; 29, couteau à dos courbe ; 30, éclat laminaire à retouches abruptes bilatérales ; 31, éclat laminaire à microretouches directes et partiellement bifaciales ; 32, pièce esquillée.

Fig. 17.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1, lamelle en quartz, hyalin ; 2-7, grattoirs simples ; 8, grattoir épais à front rectiligne ; 9, grattoir latéral ; 10-11, grattoirs en bout d’éclats laminaires ; 12-13, grattoirs denticulés ; 14, éclat à coche basilaire ; 15, troncature oblique sur éclat à retouches unilatérales inverses ; 16, troncature oblique ; 17, troncature normale ; 18-20, éclats minces à retouches abruptes (raclettes) ; 21-23, pièces étroites à bords abattus par retouches directes abruptes ; 24, burin transversal sur bord retouché ; 25, burin d’angle double (jumeaux) sur troncature à retouches inverses ; 26, perçoir à pointe fine à retouches bifaciales, sur éclat ; 27, perçoir court à retouches directes ; 28, éclat à extrémité dégagée par microretouches alternes ; 29, couteau à dos courbe ; 30, éclat laminaire à retouches abruptes bilatérales ; 31, éclat laminaire à microretouches directes et partiellement bifaciales ; 32, pièce esquillée.

21Parmi les éléments lithiques (non brûlés), résidus de taille et pièces travaillées, qui figurent dans le catalogue du niveau 10, le silex prédomine très largement. Les silex locaux gris et jaune des types de Chamilly et surtout de Mellecey, représentent plus du tiers des matériaux (37 %) ; les silex issus des gîtes du Bassin parisien, Sénonais (types de Paron et d’Arces) et Berry (type de Meusnes), tiennent une place équivalente (38 %) ; le silex du Jura (type de Lains) atteint 12 % et celui du Sud (type de Sanilhac) 6 % ; les silex d’autres origines ainsi que le quartz hyalin (fig. 17, n° 1) et l’opale résinite, ont des taux extrêmement réduits (Affolter, dans ce volume).

22Dans cette population, les éclats sont dix fois plus nombreux que les lames. Les rares nucléus, au moins au stade d’exhaustion qu’ils ont atteint, ont produit des éclats. Les lames et les lamelles, au nombre de dix-neuf, sont quant à elles deux fois plus souvent tirées des silex blonds que des silex locaux ; le plan de frappe de trois lamelles en silex blond est punctiforme, tout comme celui d’une longue lamelle en quartz hyalin. Il est à remarquer que le silex brun foncé a exclusivement servi de support à des armatures de flèches perçantes et qu’aucun éclat de ce matériau particulier n’a été découvert en fouille.

Typologie

23Les objets taillés composent une série de soixante-quatre éléments, fragments de pièces identifiables compris. Ils couvrent un répertoire typologique dont la représentativité nous paraît d’emblée pouvoir être mise en cause ; la composition semble en effet déséquilibrée, car les armatures et les grattoirs, avec des taux respectifs de 32 % et 27 %, l’emportent trop largement sur les autres produits lithiques.

24Grattoirs (17 ex.).– On en compte dix-sept dont trois fragments. Cinq sont taillés dans du silex blond sénonais (type de Paron), quatre dans du silex jurassien (type de Lains) et les autres dans du silex local (type de Mellecey). Les supports sont des éclats courts (fig. 17, nos 2 à 9), une seule fois un éclat laminaire (n° 10) et une seule fois une lame (n° 11). Il s’agit de grattoirs frontaux, à l’exception d’un grattoir latéral (n° 9). Leur taille moyenne est de 4 à 5 cm ; un seul est plus petit, de type unguiforme (n° 5). Les parties actives se développent en cintres plus ou moins réguliers ; elles ne sont droites que dans deux cas (n° 8). Deux grattoirs nucléiformes peu soignés complètent la série.

25Denticulés (2 ex.).– Deux éclats épais appartiennent plutôt à la catégorie des grattoirs denticulés (fig. 17, nos 12 et 13).

26Coche (1 ex.).– Un petit éclat présente une encoche basilaire (fig. 17, n° 14).

27Troncatures (4 ex.).– Deux éclats laminaires en silex local gris, sont tronqués en oblique par des retouches très abruptes (fig. 17, nos 15 et 16) ; le premier présente en plus des retouches unilatérales inverses. Une lame de section trapézoïdale est recoupée en bout par une troncature droite, de même qu’un petit éclat laminaire cortical en silex local ocre (n° 17).

28Raclettes (3 ex.).– On compte trois raclettes, sur éclats, dont l’une, en silex blond sénonais, est retouchée sur face plane (fig. 17, nos 18 à 20).

29Pointes étroites à bords abrupts (3 ex.).– Deux éclats laminaires épais sont taillés en pointes étroites par des retouches bilatérales abruptes ; un troisième est rectifié par des retouches alternes du même genre (fig. 17, nos 21 à 23).

30Burins (2 ex.).– Les burins sont attestés par deux chutes premières et un burin double d’angle sur troncature retouchée, tous trois en silex blond du Berry, et par un burin transversal sur bord retouché (fig. 17, nos 24 et 25).

31Perçoirs (2 ex.).– Un perçoir en silex blond sénonais, installé sur un éclat à charnière, a une pointe dégagée par d’amples retouches bifaciales (fig. 17, n° 26) ; un autre, en silex local ocre à passées brunes, forme une pointe épaisse et trapue (n° 27).

32Pointe à retouches alternes (1 ex.).– Une pièce, en silex blond sénonais, dont l’extrémité, bien que large, est mise en saillie, au bout d’un éclat laminaire, par des retouches alternes peut être considérée comme un alésoir (fig. 17, n° 28).

33Couteau à dos (1 ex.).– Un exemplaire unique, mais bien typé, en silex local ocre, présente un dos épais, retouché en arc de cercle régulier (fig. 17, n° 29).

34Lames retouchées (6 ex.).– Elles sont représentées par six fragments dont deux proviennent de lames à retouches bilatérales apparemment continues (fig. 17, nos 30 et 31).

35Pièces esquillées (3 ex.).– Les trois pièces de cette catégorie sont en silex blond sénonais pour deux d’entre elles et berrichon pour la troisième ; deux d’entre elles, du même modèle, se présentent sous forme d’éclats laminaires dont la base apparaît comme tronquée (fig. 17, n° 32).

36Armatures tranchantes (10 ex.).– Les armatures de cette série sont taillées dans du silex blond sénonais (type de Paron) ou dans du silex local (type de Mellecey). Elles semblent tirées plus souvent d’éclats quelconques (fig. 18, nos 3 et 5) que de lames proprement dites (nos 4, 9 et 10) ; elles sont trapézoïdales ou triangulaires, à retouches abruptes directes (nos 1 à 3), alternes (nos 4 et 5), directes d’un côté et croisées de l’autre (n° 6) ou bifaciales (nos 7 et 8). Sur les dix pièces de cette série, deux sont des armatures trapézoïdales façonnées dans des lames de silex blond sénonais par retouches inverses semi-abruptes et retouches directes rasantes (nos 9 et 10). Deux armatures à retouches abruptes directes sont du modèle triangulaire allongé (nos 4 et 6).

Fig. 18.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1-3, armatures tranchantes à retouches directes ; 4-5, armatures à retouches alternes, sur éclat ; 6, armature à retouches directes d’un côté et croisées de l’autre ; 7-8, armatures à retouches bifaciales rasantes ; 9-10, armatures trapézoïdales à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 11-14, pointes ogivales à base droite ou légèrement concave ; 15, pointe foliacée ; 16-19, pointes ogivales à base plus ou moins concave, à retouches envahissantes ou couvrantes.Matériel lithique poli. 20-21, lames de haches à talon arrondi et tranchant moyennement cintré (roches non déterminées).

Fig. 18.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1-3, armatures tranchantes à retouches directes ; 4-5, armatures à retouches alternes, sur éclat ; 6, armature à retouches directes d’un côté et croisées de l’autre ; 7-8, armatures à retouches bifaciales rasantes ; 9-10, armatures trapézoïdales à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 11-14, pointes ogivales à base droite ou légèrement concave ; 15, pointe foliacée ; 16-19, pointes ogivales à base plus ou moins concave, à retouches envahissantes ou couvrantes.– Matériel lithique poli. 20-21, lames de haches à talon arrondi et tranchant moyennement cintré (roches non déterminées).

37Armatures perçantes (9 ex.).– Elles sont façonnées, à retouches envahissantes ou couvrantes, dans des éclats ou des segments de lames. Sur les neuf pièces de la série, une seule, tirée d’un silex gris olive du type de Veaux (Mont-Ventoux), est du modèle foliacé (fig. 18, n° 15). Les autres sont ogivales à base droite (n° 12), à base légèrement concave (nos 11, 13 et 14, 16 à 18) et très creuse dans un cas (n° 19) ; six armatures de cette catégorie sont en silex du type de Sanilhac (nos 11, 12, 14, 16, 18 et 19).

Matériel lithique poli (roches « vertes »)

38Deux lames polies en roches vertes compactes et finement grenues, entières, appartiennent à des modèles très proches, relativement courts (6,9 cm et 6,1 cm), avec talon arrondi, tranchant moyennement cintré, côtés à peine bombés pour l’une et légèrement concaves pour l’autre (ftg. 18, nos 20 et 21). Leur surface est toute piquetée ; seules les joues près du tranchant sont polies. Elles n’ont pas donné lieu à une détermination pétrographique.

39En revanche une lame dont subsiste un angle du tranchant est taillée dans une pélite classique des séries viséennes du sud des Vosges et un objet poli dont ne reste qu’un éclat, est tiré d’une amphibolite probablement d’origine alpine.

Industrie céramique

Observations techniques

40Les fragments de poteries, assez nombreux, trouvés dans le niveau 10, révèlent une céramique bien cuite et d’aspect soigné. Les couleurs sombres (noir, brun foncé, brun rouge) l’emportent sur les couleurs claires (beige, chamois, orangé, gris clair), indiquant une cuisson essentiellement réductrice. Les surfaces externes sont généralement très régulières, soit lissées, soit polies ; le polissage représente selon C. Colas environ 40 % des finitions (Colas, 2000, p. 232). Le montage des vases apparaît également très appliqué ; le traitement de finition a généralement fait disparaître les traces de fabrication. Les parois de certains petits récipients sont parfois très minces (2 à 3 mm) évoquant moins un grattage superficiel qu’un modelage ou un montage méticuleux.

41Sans analyse systématique, sur lames minces, des composants des pâtes, seules quelques remarques générales peuvent être naturellement faites sur le plan technologique. Quels que soient les types de vases, il semble, en examen macroscopique, que le dégraissant le plus couramment utilisé soit de nature granitique ; les examens que C. Colas a faits de l’ensemble des tessons viennent le confirmer (Colas, 2000). Ce dégraissant est formé généralement d’éléments anguleux de quartz, de felspath et de mica, probablement issus d’un granité concassé ; le fragment du vase à bouche carrée décrit ci-dessous (fig. 19, n° 19), étudié sur lame mince par F. Chevalier, contient des minéraux assez nombreux (25 %) qui proviennent précisément d’un granité broyé non trié (Chevalier, dans ce volume). Les blocs de granite, matériau utilisé par ailleurs pour fabriquer des meules et des broyons, sont susceptibles de provenir des affleurements cristallins situés à courte distance du plateau de Chassey, de l’autre côté de la vallée de la Dheune. Le sable granitique, d’aspect généralement peu roulé, présent en abondance sur les rives de la Dheune, peut avoir été également employé. Des paillettes de mica blanc ont été assez souvent intégrées dans la pâte ou étendues en surface ; elles ont probablement été obtenues et sélectionnées par broyage de blocs de granité et par décantation. Dans de rares cas, dans le niveau 10, la pâte apparaît intentionnellement enrichie en paillettes de mica doré qui donnent au récipient une brillance métallique.

42Un tesson d’un vase à léger ressaut (fig. 19, n° 13) a été identifié par C. Colas comme contenant un dégraissant à l’os ; la lame mince qui en a été tirée montre une matrice argileuse compacte, abondante, qui contient un dégraissant composé en majorité de fragments d’os d’assez grande taille fortement brûlés (10 %) et de quartz peu nombreux (5 %) qui proviennent d’un granité broyé probablement « tamisé » (Chevalier, dans ce volume). Un autre tesson d’une poterie fine, noire et lustrée, présente une pâte vacuolaire dans laquelle les éléments quartzeux, millimétriques, sont très dispersés ; les vacuoles semblent correspondre aux cavités laissées par des matières combustibles mélangées à la pâte.

43Le calibrage du dégraissant varie quelque peu suivant la qualité et la destination de la poterie envisagée. Des vases de grand volume et à paroi plus épaisse ont un dégraissant parfois très dense ; pour quelques céramiques minces il peut être extrêmement fin et rare.

Rebords

44Le niveau 10 a fourni un peu plus de soixante morceaux de rebords différents. Les lèvres sont dans leur majorité simplement arrondies (70 %) ; elles sont assez souvent aplaties ou carrées (20 %), parfois épaissies ou à bourrelet (10 %).

Anses

45Les anses, quel que soit leur type, sont en général simplement plaquées à la paroi ; un seul élément est fixé par une cheville. Peu de types sont représentés.

46Boutons ronds (3 ex.).– Deux boutons hémisphériques appartenant probablement au même récipient sont pleins (fig. 19, nos 1 et 2), mais un troisième, décollé d’un vase fin de couleur beige-orangé a une perforation basale (n° 3).

47Bouton olivaire (1 ex.).– Un bouton olivaire, placé sous le rebord d’un vase de forme probablement cylindrique, est biforé verticalement (fig. 19, n° 4).

48Languettes (3 ex.).– Une languette mince est monoforée (fig. 19, n° 5) ; une seconde, biforée, appartient au vase à bouche carrée décrit ci-dessous (n° 19) ; le fragment d’une troisième languette perforée pourrait provenir de ce même vase.

Fig. 19 Niveau 10. Matériel céramique. 1-2, boutons ronds pleins ; 3, bouton olivaire perforé (modelé en applique) ; 4. languette biforée placée près du rebord sur vase cylindrique ; 5, languette monoforée ; 6, barrette massive perforée ; 7, anse en ruban à section ovalaire ; 8, col cylindrique sur vase à panse globuleuse ; 9-10, rebords de vases à paroi rentrante du genre écuelles à paroi distincte ; 11-12, carènes anguleuses d’écuelles à paroi distincte ; 13, fragment de vase à paroi verticale présentant un ressaut ; 14, rebord de vase cylindrique ; 15, rebord étroit et plat de coupe en calotte sphérique ; 16, rebord de coupe en calotte sphérique décoré extérieurement de deux traits incisés soulignant la lèvre ; 17, coupe à socle cylindrique à rebord plat non décoré ; 18, décor de lignes parallèles tracées au poinçon penché ; 19, flanc de vase « à bouche carrée » ou déformée, muni d’une languette biforée, décorée de part et d’autre d’impressions digitales peu profondes disposées en festons.

Fig. 19 Niveau 10. Matériel céramique. 1-2, boutons ronds pleins ; 3, bouton olivaire perforé (modelé en applique) ; 4. languette biforée placée près du rebord sur vase cylindrique ; 5, languette monoforée ; 6, barrette massive perforée ; 7, anse en ruban à section ovalaire ; 8, col cylindrique sur vase à panse globuleuse ; 9-10, rebords de vases à paroi rentrante du genre écuelles à paroi distincte ; 11-12, carènes anguleuses d’écuelles à paroi distincte ; 13, fragment de vase à paroi verticale présentant un ressaut ; 14, rebord de vase cylindrique ; 15, rebord étroit et plat de coupe en calotte sphérique ; 16, rebord de coupe en calotte sphérique décoré extérieurement de deux traits incisés soulignant la lèvre ; 17, coupe à socle cylindrique à rebord plat non décoré ; 18, décor de lignes parallèles tracées au poinçon penché ; 19, flanc de vase « à bouche carrée » ou déformée, muni d’une languette biforée, décorée de part et d’autre d’impressions digitales peu profondes disposées en festons.

Fig. 20.– Niveau 10. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-2, pointes rondes à poulies brutes, sur métapodes d’ovicapridés ; 3-5, pointes rondes à poulies partiellement abrasées ; 6, biseau sur métapode d’ovicapridé.Élément de parure. 7, valve droite de moule d’eau douce (Margaritifera margaritifera) présentant une perforation biconique.

Fig. 20.– Niveau 10. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-2, pointes rondes à poulies brutes, sur métapodes d’ovicapridés ; 3-5, pointes rondes à poulies partiellement abrasées ; 6, biseau sur métapode d’ovicapridé.– Élément de parure. 7, valve droite de moule d’eau douce (Margaritifera margaritifera) présentant une perforation biconique.

49Barrette (1 ex.).– Un fragment d’une barrette très massive, anguleuse et saillante, conserve la marque d’une grosse perforation verticale (fig. 19, n° 6) ; cet élément devait équiper un gros vase.

50Anses en ruban (4 ex.).– Quatre anses dont une seule est entière sont du type en ruban (fig. 19, n° 7).

Formes nues

51Aucun vase n’est archéologiquement complet. De plus les formes qui peuvent être identifiées sont rares.

52Vases à paroi distincte et carène anguleuse (9 ex.).– Neuf tessons se rapportent à des écuelles à paroi distincte, droite dans huit cas et concave dans un seul, à carènes plus ou moins anguleuses ; il s’agit de vases fins surfacés jusqu’à la brillance (fig. 19. nos 9 à 12). Deux fragments de fonds arrondis appartiennent sans doute à des récipients de ce type.

53Vase à paroi distincte et carène ronde (1 ex.).– Un tesson mince, lissé, évoque une écuelle à paroi distincte de profil sinueux.

54Vase à ressaut (1 ex.).– Un vase possède une paroi dressée, séparée d’une panse très peu renflée par un ressaut bien marqué (fig. 19, n° 13) ; la pâte est dégraissée à l’os.

55Vase cylindrique (1 ex.).– Un petit vase cylindrique à paroi très fine n’est identifié qu’à partir d’un fragment de rebord (fig. 19, n° 14).

56Vase à col (1 ex.).– D’un grand vase pansu ne reste qu’une partie du col de forme bien cylindrique (fig. 19, n° 8).

57Coupes en calotte sphérique (2 ex.).– Deux vases ouverts du genre coupe sont représentés par un segment de rebord ; sur l’un, le rebord est simplement arrondi ; sur l’autre il s’épaissit en un marli étroit à peine surhaussé (fig. 19, n° 15).

58Coupe à socle cylindrique (1 ex.).– Un fragment de coupe à socle a conservé une partie de son rebord étroit dépourvu de décor, un quart de sa coupelle operculaire et l’amorce de son socle sans doute légèrement concave (fig. 19, n° 17) ; ce dernier pouvait être décoré. La pièce mesure près de 11 cm de diamètre.

Formes décorées

59Vase « à bouche carrée » (1 ex.).– Un tesson très plan, que limite un rebord droit, amorce d’un côté un retour en arrondi ; il est tiré d’un récipient à ouverture subcubique et paroi redressée au carré (fig. 19, n° 19). Ce fragment porte une oreille horizontale biforée aux extrémités de laquelle s’accrochent deux lignes d’impressions digitales rondes et espacées, formant une guirlande. Il s’agit d’un vase soigné dont la pâte, à dégraissant de granité concassé, de couleur grise, bien cuite et sonnante, est lissée à l’intérieur comme à l’extérieur.

60Autres décors (2 ex.).– Il n’existe que deux autres décors. L’un consiste en deux traits parallèles, inscrits dans la pâte encore tendre, sous la lèvre d’un vase qui semble appartenir à une forme ouverte du genre coupe en calotte sphérique (fig. 19, n° 16). L’autre est un petit panneau formé de quelques lignes parallèles tracées au poinçon penché, bordé de coups de poinçon obliques et espacés, de style Rössen (n° 18).

Industrie sur matières dures animales

61L’industrie de l’os est la seule représentée ; elle compte moins d’une douzaine d’objets entiers ou fragmentaires, tous fabriqués dans des métapodes.

62Pointes fines (10 ex.). – Huit pointes sont tirées de métapodes d’ovicapridés, sciés en long ; les poulies articulaires sont tantôt conservées, tantôt plus ou moins usées au grès (fig. 20, nos 1 à 5). Deux pointes plus fortes dont ne restent que des segments, sont apparemment extraites de métapodes de cervidé.

63Biseau (1 ex.).– De la seule pièce identifiable subsiste l’extrémité distale, au biseau acéré ; l’outil est tiré d’un demi métapode d’ovicapridé (fig. 20, n° 6). C’est probablement à un ciseau de plus grosse taille qu’appartient un segment médian d’une baguette large, à bords parallèles, sciée dans un métapode de cervidé.

PARURE

64Plusieurs fragments de coquilles de moules d’eau douce, déterminées par G. Cochet comme appartenant à l’espèce Margaritifera margaritifera (Cochet, dans ce volume), ont été recueillis dans le niveau 10, mais un seul entre dans la rubrique des éléments de parure.

65Pendentif (1 ex.).– Ce morceau de valve de mulette ou moule perlière garde en effet un petit trou très régulièrement foré en cône à partir des deux faces (fig. 20, n° 7). Plusieurs valves entières de ces lamellibranches, conservées dans la collection Loydreau, sont percées de deux trous et devaient être portées horizontalement, en appliques ou plus vraisemblablement en pendentifs.

Table des illustrations

Titre Fig. 11.– Plan de la couche 10. Les courbes de niveau, équidistantes de 10 cm, matérialisent la partie supérieure de la couche. Celle-ci est recoupée par la tranchée issue de la couche 8 (axe IL-L) et entaillée profondément, dans le secteur nord, par la tranchée issue de la couche 7 (axes 57-58). Les plages hachurées (A et B) correspondent à des cavités naturelles de la roche modifiées par un travail de piquetage.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 12.– Position de la couche 10 par rapport au socle rocheux. Vue axonométrique. Altitudes N.G.F.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 13.– Position de la couche 10 dans les coupes stratigraphiques de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant les axes XLII, XLV, XLVIII et LI. Vue axonométrique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 14.– Niveau 10a. Plan du secteur du foyer. 1, localisation du niveau 10a dans le secteur fouillé (voir fig. 5). 2, coupe stratigraphique montrant la position du foyer en surface du remplissage d’une diaclase (couche 11). 3, symboles : a, fragment de poterie ; b, silex (la lettre F signale les armatures de flèches) ; c, ossements animaux ; d, foyer proprement dit (avec en sombre les zones fournies en charbons de bois).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 15.– Niveau 10. Plan de répartition des vestiges céramiques. Les fragments de poteries sont distribués de manière clairsemée, sauf sur la marge septentrionale de la fouille où ils sont un peu plus nombreux, indice probable de la proximité d’une aire d’habitat.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Fig. 16.– Niveau 10a. Matériels lithique et céramique. 1, grattoir simple court ; 2, burin d’angle sur troncature retouchée ; 3-4, pointes ogivales à base convexe, à retouches bifaciales partielles ; 5, pointe ogivale à base concave, à retouches partiellement couvrantes ; 6, pointe triangulaire à base concave, à retouches bifaciales partielles ; 7-8, armatures tranchantes à retouches abruptes directes ; 9, rebord à lèvre éversée ; 10, rebord droit ; 11, anse en barrette perforée ; 12, bouton à perforation verticale.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Fig. 17.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1, lamelle en quartz, hyalin ; 2-7, grattoirs simples ; 8, grattoir épais à front rectiligne ; 9, grattoir latéral ; 10-11, grattoirs en bout d’éclats laminaires ; 12-13, grattoirs denticulés ; 14, éclat à coche basilaire ; 15, troncature oblique sur éclat à retouches unilatérales inverses ; 16, troncature oblique ; 17, troncature normale ; 18-20, éclats minces à retouches abruptes (raclettes) ; 21-23, pièces étroites à bords abattus par retouches directes abruptes ; 24, burin transversal sur bord retouché ; 25, burin d’angle double (jumeaux) sur troncature à retouches inverses ; 26, perçoir à pointe fine à retouches bifaciales, sur éclat ; 27, perçoir court à retouches directes ; 28, éclat à extrémité dégagée par microretouches alternes ; 29, couteau à dos courbe ; 30, éclat laminaire à retouches abruptes bilatérales ; 31, éclat laminaire à microretouches directes et partiellement bifaciales ; 32, pièce esquillée.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. 18.– Niveau 10. Matériel lithique taillé. 1-3, armatures tranchantes à retouches directes ; 4-5, armatures à retouches alternes, sur éclat ; 6, armature à retouches directes d’un côté et croisées de l’autre ; 7-8, armatures à retouches bifaciales rasantes ; 9-10, armatures trapézoïdales à retouches semi-abruptes sur face plane et envahissantes sur face convexe ; 11-14, pointes ogivales à base droite ou légèrement concave ; 15, pointe foliacée ; 16-19, pointes ogivales à base plus ou moins concave, à retouches envahissantes ou couvrantes.Matériel lithique poli. 20-21, lames de haches à talon arrondi et tranchant moyennement cintré (roches non déterminées).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 19 Niveau 10. Matériel céramique. 1-2, boutons ronds pleins ; 3, bouton olivaire perforé (modelé en applique) ; 4. languette biforée placée près du rebord sur vase cylindrique ; 5, languette monoforée ; 6, barrette massive perforée ; 7, anse en ruban à section ovalaire ; 8, col cylindrique sur vase à panse globuleuse ; 9-10, rebords de vases à paroi rentrante du genre écuelles à paroi distincte ; 11-12, carènes anguleuses d’écuelles à paroi distincte ; 13, fragment de vase à paroi verticale présentant un ressaut ; 14, rebord de vase cylindrique ; 15, rebord étroit et plat de coupe en calotte sphérique ; 16, rebord de coupe en calotte sphérique décoré extérieurement de deux traits incisés soulignant la lèvre ; 17, coupe à socle cylindrique à rebord plat non décoré ; 18, décor de lignes parallèles tracées au poinçon penché ; 19, flanc de vase « à bouche carrée » ou déformée, muni d’une languette biforée, décorée de part et d’autre d’impressions digitales peu profondes disposées en festons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 20.– Niveau 10. Outillage sur matières dures animales. Os : 1-2, pointes rondes à poulies brutes, sur métapodes d’ovicapridés ; 3-5, pointes rondes à poulies partiellement abrasées ; 6, biseau sur métapode d’ovicapridé.Élément de parure. 7, valve droite de moule d’eau douce (Margaritifera margaritifera) présentant une perforation biconique.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16852/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search