Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre II. Les fouilles de « la Redoute » (1969-1979)

Texte intégral

1Les gisements de Chassey et de Solutré, respectivement découverts en 1865 et en 1866, ont joué un rôle inégal dans l’évolution de la Préhistoire en France, bien qu’ils aient été l’un et l’autre élevés au rang d’éponymes. Les fouilles de Solutré ont contribué de façon notable à préciser la succession des cultures du Paléolithique supérieur, en particulier à établir l’antériorité de l’Aurignacien par rapport au Solutréen, mais celles de Chassey ont permis tout au plus d’identifier un style original de la céramique néolithique. Bien qu’il reste l’un des sites les plus renommés de la Préhistoire récente occidentale, Chassey, à l’instar de beaucoup d’autres grands gisements identifiés à cette époque, n’a pas tenu une place primordiale dans la définition de la culture qu’il est censé illustrer. En un siècle de recherches assidues et de fouilles extensives aucune série de couches n’y a été vraiment relevée et l’identification des cultures qui l’ont occupé s’est fondée jusqu’ici sur l’étude des collections rassemblées par les chercheurs locaux.

LE CAMP DE CHASSEY ET LES RECHERCHES ANCIENNES

2Au milieu du XIXe siècle les constructions défensives qui renforcent la montagne de Chassey étaient déjà bien connues. J.-G. Bulliot, le fouilleur de Bibracte, leur attribuait une grande importance puisqu’il faisait du « camp » l’un des éléments principaux du système défensif des Romains dans le Pays éduen (Bulliot, 1856). Il est vrai que la colline de Chassey occupe une situation stratégique éminemment favorable, à l’extrémité septentrionale des collines du Chalonnais, au débouché de la vallée de la Dheune dans la plaine de la Saône, sur un axe qui relie d’est en ouest les grandes voies de circulation que sont la vallée de la Saône et celle de la Loire (fig. 2).

3C’est pourtant É. Flouest, préhistorien et proto-historien de la première génération, qui fut, en 1865, le réel inventeur du Chassey néolithique. Il comprit immédiatement l’intérêt archéologique de cette nouvelle « station », densément habitée à en juger par la présence de nombreux silex, et provoqua sans retard l’ouverture de fouilles en divers points du gisement, notamment dans les terres cultivées situées au sud et à l’est du plateau où se concentraient les vestiges. Il lui consacra, cinq ans à peine après sa découverte, une monographie bien illustrée qui présentait avec une grande clarté la succession de ses occupations aux époques alors reconnues et faisait une large place aux témoins de l’âge de la Pierre polie (Flouest, 1869).

4L’ouvrage d’É. Flouest contient un plan très précis du camp qui met en évidence les caractéristiques défensives naturelles du site ainsi que les travaux de fortification identifiés dès l’origine (Flouest, 1869, pl. 1). Le camp tient en effet la partie sommitale de la montagne de Chassey, structure monoclinale dont la couverture calcaire bajocienne, assise sur les marnes du Lias, s’étire en promontoire, du nord-est au sud-ouest. La partie fortifiée de la colline, c’est-à-dire le secteur formant plateau, domine à l’ouest de plus de 200 m la large vallée de la Dheune et à l’est de 140 à 150 m l’étroit vallon des « Bas Roches » (fig. 3).

5La surface enclose, qui mesure 750 m de longueur et 230 m dans sa plus grande largeur, couvre neuf hectares. Le plateau est bordé de façon discontinue de rochers escarpés que confortent plusieurs constructions défensives (fig. 4). Au nord, un rempart, appelé « le Château », formé d’un amoncellement de pierres haut de 10 m, long de 150 m, barre transversalement la colline en tirant probablement parti d’une dénivellation naturelle liée à une ligne de faille ; à ses deux extrémités, la crête du rempart, formant levée, vient en retour sur le rebord du plateau. Au sud, un rempart en forme de croissant, dénommé « la Redoute », appuyé de sa base sur des blocs rocheux glissés de la corniche, ferme la pointe du plateau et accentue l’ensellement qui le sépare de la butte voisine dite montagne de « la Garenne ». À l’ouest, un haut talus en remblai à forte pente se développe en arc de cercle, sur une longueur de 200 m, dans le prolongement de la corniche calcaire. Sur le bord même du plateau, des glacis de pierres et de terres coulantes plus ou moins étendus renforcent tous les secteurs où les escarpements rocheux font défaut.

Fig. 2.– Le camp de Chassey (commune de Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire), situé au nord des collines du Chalonnais, au débouché de la vallée de la Dheune dans la plaine de la Saône, occupe une place privilégiée sur l’axe Dheune-Bourbince qui relie la vallée de la Saône à celle de la Loire. La surface hachurée correspond aux altitudes supérieures à 300 m.

Fig. 2.– Le camp de Chassey (commune de Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire), situé au nord des collines du Chalonnais, au débouché de la vallée de la Dheune dans la plaine de la Saône, occupe une place privilégiée sur l’axe Dheune-Bourbince qui relie la vallée de la Saône à celle de la Loire. La surface hachurée correspond aux altitudes supérieures à 300 m.

6Deux sentiers bien tracés qui s’élèvent en oblique, à partir du sud, de part et d’autre du rempart de la Redoute, sont les seules voies d’accès au plateau, aujourd’hui conservées, dont l’origine paraisse ancienne ; leur intégration dans le complexe de défense laisse à penser qu’ils pourraient être d’âge protohistorique plutôt que néolithique. Le rempart de la Redoute est resté bien conservé, mais celui du Château s’est vu déformé au XIXe siècle par la construction, à sa base ainsi qu’à son sommet, de murs de soutènement destinés à retenir les produits d’épierrage des champs contigus ; le chemin qui le traverse à son extrémité occidentale a été ouvert vers 1835 pour faciliter l’accès au plateau et permettre de le défricher pour y effectuer des cultures. Ce dernier élément de défense est supposé protohistorique ; mais aucune fouille ne l’ayant réellement concerné en propre, on ignore si ses fondements sont néolithiques ou s’il répète dans son ensemble le schéma classique des remparts des grands camps de hauteur de Côte-d’Or dont les structures peuvent s’étager du Néolithique moyen au Hallstatt final, voire à La Tène. Le grand talus de la bordure occidentale est lui aussi non daté.

Fig. 3.– Vue aérienne du camp de Chassey. La photographie de la colline de Chassey a été prise à basse altitude, en direction du nord-est, par R. Goguey, en juillet 1968. À droite de la photographie le vallon des Bas Roches, à gauche la vallée de la Dheune.

Fig. 3.– Vue aérienne du camp de Chassey. La photographie de la colline de Chassey a été prise à basse altitude, en direction du nord-est, par R. Goguey, en juillet 1968. À droite de la photographie le vallon des Bas Roches, à gauche la vallée de la Dheune.

7La surface intérieure du camp, accidentée d’affleurements et de bancs rocheux qui délimitent les compartiments basculés de la dalle bajocienne diaclasée, suit un pendage général plus ou moins accentué vers l’est ; la dénivellation majeure, qui correspond à une haute barre rocheuse longitudinale, surplombe un large pan affaissé qui, à l’inverse des autres compartiments, s’incline vers l’ouest. L’épaisseur des sédiments varie beaucoup suivant les endroits, mais paraît plus importante dans toute la partie orientale du camp de même que dans la partie septentrionale, en arrière du rempart principal. Le parcellaire, créé dans la première moitié du xixe siècle pour la mise en culture du plateau, matérialise les secteurs où le sol était suffisamment épais pour une exploitation agricole. C’est de toute évidence dans ces secteurs privilégiés, alors faciles à prospecter, qu’ont été opérées les fouilles les plus considérables.

Fig. 4.– Plan du camp de Chassey. Les grisés représentent les talus qui bordent le plateau aux endroits où les abrupts rocheux font défaut, ainsi que les remparts qui le ferment au nord (le Château) et au sud (la Redoute). Les hachures indiquent les surfaces intensément fouillées au xixe siècle et dans la première moitié du xxe ; a, b et c, secteurs fouillés par Loydreau, Perrault et Variot. Pour la partie encadrée du rempart de la Redoute, voir le plan détaillé, figure 5.

Fig. 4.– Plan du camp de Chassey. Les grisés représentent les talus qui bordent le plateau aux endroits où les abrupts rocheux font défaut, ainsi que les remparts qui le ferment au nord (le Château) et au sud (la Redoute). Les hachures indiquent les surfaces intensément fouillées au xixe siècle et dans la première moitié du xxe ; a, b et c, secteurs fouillés par Loydreau, Perrault et Variot. Pour la partie encadrée du rempart de la Redoute, voir le plan détaillé, figure 5.

8Le bilan général des recherches conduites au camp de Chassey est pourtant singulièrement pauvre ; l’historique des fouilles menées depuis 1866 n’apporte pas d’indication précise sur la localisation des excavations effectuées, sur les structures d’habitat et de défense découvertes, sur les caractères propres des groupes culturels représentés (Thevenot, 1968). On ignore totalement si des recherches ont été effectuées sur la vaste terrasse occidentale qui regarde la vallée de la Dheune. En revanche, tous les secteurs du plateau proprement dit favorables à l’accumulation des matériaux anthropiques, et qui ne représentent pas plus de cinq à six hectares compte tenu des affleurements rocheux qui accidentent le plateau, paraissent avoir été fouillés, dans des proportions qui sont toutefois très difficiles à évaluer aujourd’hui. Les secteurs les plus touchés semblent avoir été toute la partie méridionale du camp ainsi que l’essentiel de la bordure orientale, notamment les zones protégées par les ressauts rocheux où étaient installés des habitats (fig. 4, a et b). Il semble que la terre qui s’étire le long du rempart nord ait été la moins perturbée.

9De ces fouilles multiples, souvent d’envergure, menées sans grande méthode pendant plus d’un siècle, ne restent en réalité que des collections. La plus importante en nombre et en qualité est sans aucun doute celle qu’É. Loydreau a réunie, en fouilles continues, de 1866 à 1880. Cette remarquable série d’objets, entrée en 1906 au musée Rolin à Autun, a joué un rôle non négligeable dans l’histoire du camp de Chassey et accessoirement dans celle du Chasséen. En effet c’est en lui donnant une place de premier plan, dans son célèbre Manuel, que J. Déchelette a contribué à faire de Chassey un site classique du Néolithique occidental. Il a mis alors en évidence la singularité morphologique et décorative de sa céramique à laquelle il reconnaissait déjà une origine méditerranéenne (Déchelette, 1908).

10Chassey a en effet caractérisé d’abord un style céramique et surtout un décor spécifique que J.-J. Thomasset a qualifié très tôt de « chasséen » (Thomasset, 1927). L’originalité de ces productions a certes conduit V. Gordon-Childe à évoquer vers 1930 l’existence d’un groupe de Chassey ou d’une culture de Chassey (Gordon-Childe, 1932), mais cette idée n’a pris corps que dans les années 1950 lorsque J. Arnal a donné une première définition de la civilisation de Chassey, ou « Chasséen », en se reportant aux ensembles céramiques connus (Arnal, 1953) ; peu après, S. Piggott a présenté une synthèse plus structurée de cette nouvelle entité culturelle en exploitant les stratigraphies existantes (Piggott, 1953-1954).

11Jamais pourtant, faute de données stratigraphiques, Chassey n’a été un véritable site de référence ; le gisement a même été qualifié, avec quelque raison il est vrai, de « station martyre » (Thomasset, 1957). Que savait-on jusqu’alors du Chasséen de Chassey ? Rien de précis, tout au plus que dans le matériel céramique et l’outillage lithique les caractères méridionaux sont sans conteste prépondérants au regard des caractères orientaux ou septentrionaux et que ces derniers sont assimilés surtout à des éléments « Rössen », les seuls réellement identifiés (Thevenot, 1969). En dépit de très nombreuses recherches et de surfaces fouillées considérables, les résultats scientifiques sont donc restés d’une grande indigence et l’on n’a jusqu’à présent fait appel aux séries de Chassey que pour mentionner, à titre comparatif, quelque profil céramique ou quelque décor, naturellement toujours dépourvu de contexte.

PROBLÉMATIQUE ET STRATÉGIE DES FOUILLES NOUVELLES

12Pourtant la preuve de l’existence de couches superposées, susceptibles de révéler la succession des groupes culturels néolithiques, voire protohistoriques, qui ont occupé le camp, avait été déjà apportée lors des fouilles anciennes au moins par deux chercheurs. E. Perrault d’abord, indique avoir rencontré une série de couches à l’occasion de la fouille d’un « foyer » néolithique, de toute évidence intact, situé sur la bordure orientale du camp, à l’abri d’une petite barre rocheuse (fig. 4, b) ; il confirme même la présence de groupements d’objets ainsi que de structures, notamment celle d’un dallage de pierres brûlées, qui évoquent un habitat organisé ; mais l’ensemble de la documentation archéologique correspondante, qu’il présente de manière globale, comporte d’évidents mélanges d’industries (Perrault, 1870). Près de soixante ans plus tard, G. Variot décrit de façon sommaire lui aussi et sans la figurer, une coupe stratigraphique, développée sur une épaisseur considérable de 4,5 m, relevée en arrière du rempart nord du camp (fig. 4, c) ; il ne donne toutefois aucune indication sur les objets trouvés dans les couches, au reste fort épaisses, qu’il avait individualisées (Variot, 1928).

13En définitive les fouilles qui nous intéressent le plus directement sont celles qu’H. Parriat a menées en 1953 dans le secteur de la Redoute (Parriat, Sailly, 1955). Ces recherches ont ouvert en effet des perspectives nouvelles. Une tranchée creusée dans l’axe longitudinal du plateau, en direction du rempart, a recoupé des terres complètement bouleversées par les fouilleurs du xixe siècle (fig. 5, b, tranchée II), mais le sondage effectué au pied même de la construction a montré que le rempart lui-même paraissait relativement intact (tranchée I) ; trois autres tranchées, pratiquées à l’extrémité de la branche orientale du rempart et sur sa bordure extérieure, perpendiculairement au bord du plateau, ont rencontré des couches bien en place (tranchées III, IV et V). Les coupes stratigraphiques alors relevées l’ont nettement démontré, mais l’interprétation de cette séquence ne s’est pas révélée convaincante. En effet la technique de fouille trop imprécise mise en œuvre n’a pas permis de raccorder avec certitude les objets archéologiques recueillis aux couches individualisées. Le mérite de ces travaux a été toutefois de montrer que le rempart de la Redoute était relativement intact, qu’une stratigraphie comportant au moins trois niveaux archéologiques y était préservée et que le mobilier était suffisamment abondant pour donner matière à une définition des cultures impliquées.

14De nouvelles fouilles plus méthodiques apparaissaient dès lors comme nécessaires dans le renouveau des études consacrées au Néolithique, initié par G. Bailloud (Bailloud, Mieg de Boofzheim, 1955). Le bilan des recherches que nous avons d’abord dressé (Thevenot, 1968), puis l’étude spécifique de la céramique chasséenne de la riche collection Loydreau que nous avons tentée (Thevenot, 1969), avaient pour but de réunir les premiers éléments de réflexion sur les questions à poser. Sur les bases ainsi établies nous avons, en 1969, installé un chantier de fouille au sud immédiat des tranchées creusées par H. Parriat, dans l’axe même de la branche orientale de la Redoute qui est la plus développée et la plus régulière des deux branches de la lunule défensive (fig. 5, c).

15Trois problèmes principaux nous semblaient devoir être traités en priorité. C’est pourquoi nous avions pour objectifs :

  • de rechercher une stratigraphie qui permît de dresser un tableau aussi complet que possible des occupations successives du secteur de la Redoute, et par conséquent de reconnaître le rôle respectif des différentes cultures pré- et protohistoriques dans l’édification du rempart,
  • de recueillir un matériel suffisamment abondant pour donner une diagnose des groupes culturels représentés et notamment pour définir avec précision le Chasséen régional, identifier les influences qu’il semblait avoir assimilées, établir si possible son évolution et apprécier son rôle dans la diffusion du courant chasséen dans l’est de la France,
  • de rassembler enfin des données sur les fondements de l’économie vivrière et éventuellement sur le genre de vie des Chasséens et des autres groupes culturels identifiés et d’obtenir, dans la mesure du possible, des indications paléoenvironnementales.

16Au moment de la mise en place de notre chantier, nous avions assez d’indications pour évaluer convenablement l’état de conservation du secteur de la Redoute. Les recherches d’H. Parriat, de même que le plan en courbes de niveau effectué avant les travaux par M. Roblin et A. Coffin (fig. 5 et 6), montraient avec netteté que toute la surface du plateau, dans cet endroit, avait été intensément explorée, surtout probablement par le fouilleur attitré d’É. Loydreau, mais que la construction défensive elle-même était presque intacte, sauf dans sa partie sommitale dont un sondage, effectué en 1925 par G. Variot, déformait quelque peu le modelé (Thevenot, 1968, p. 166). Les observations faites à l’occasion des fouilles et du levé du plan indiquaient de plus que l’épaisseur du sédiment était très faible sur la bordure occidentale du plateau, où pointe d’ailleurs le socle rocheux, mais s’accroissait vers l’est pour atteindre deux mètres et plus sur sa bordure orientale.

17Limitées au nord par les tranchées d’H. Parriat, à l’ouest par les terrassements d’É. Loydreau, nos fouilles, situées en outre sur la marge du plateau, intéressaient tout compte fait une bande-témoin relativement étroite. Il était donc bien évident qu’elles ne pouvaient prétendre apporter des informations paléo-ethnologiques de grande ampleur et que leur intérêt principal serait d’ordre stratigraphique.

18Les travaux de fouille se sont déroulés sur onze années, de 1969 à 1979, et ont concerné cent seize mètres carrés dont cent cinq absolument intacts (fig. 6). Le chantier a bénéficié durant cette période de tous les équipements de terrain nécessaires, installés dès le début des recherches (couverture permanente de la surface fouillée par une structure en voûte, station de tamisage, abri de lavage-marquage, entrepôt), ainsi que d’un financement constant de la part du Ministère de la Culture (Bureau des Fouilles, puis Sous-Direction de l’Archéologie) et du Conseil Général du département de Saône-et-Loire. Il a en outre servi de chantier de formation aux techniques de fouilles préhistoriques.

19La fouille proprement dite a été menée au sein d’un carroyage métrique axé sur la branche orientale du rempart, considéré en l’occurrence comme un gisement en soi, de façon à obtenir des coupes correctement orientées et bien lisibles. Les travaux ont été réalisés exclusivement au grattoir et au pinceau. Tous les objets et toutes les structures ont été cotés en coordonnées cartésiennes afin de permettre l’établissement de coupes stratigraphiques et de plans aussi précis que possible. Notre souci a été en effet de pouvoir confron ter en permanence les données planimétriques et les données stratigraphiques, à la fois géologiques et archéologiques, dans le but de contrôler, de façon constante et scrupuleuse, la validité des entités chronologiques reconnues. Les coupes géologiques, de même que les plans de décapages, ont été relevés soit graphiquement, en mesurant toutes les pierres et tous les éléments archéologiques notables, soit photographiquement, mètre carré par mètre carré, en dessinant sur les tirages photographiques, à partir des coupes et plans réels, chaque pierre et chaque élément remarquable (fig. 7). Après la réalisation d’une coupe transversale destinée à reconnaître la stratigraphie proprement dite du secteur, notre fouille a été conduite par décapages successifs en vue de dégager des surfaces suffisamment étendues pour aider à comprendre l’organisation éventuelle des niveaux archéologiques rencontrés. Cette technique a été appliquée à l’ensemble du secteur fouillé.

Fig. 5.– Plan de localisation des fouilles de la Redoute, a, sondage G. Variot (1925) ; b, fouilles H. Parriat (1952-1953), élargies par les éboulements et les grattages ultérieurs ; c, fouilles J.-P. Thevenot (1969-1979), remblayées. Le plateau, très accidenté, a été largement exploré, surtout entre 1870 et 1880, par le fouilleur attitré d’É. Loydreau. Le plan en courbes de niveau, rapportées au point géodésique local, a été dressé, de 1969 à 1973, par M. Roblin et A. Coffin.

Fig. 5.– Plan de localisation des fouilles de la Redoute, a, sondage G. Variot (1925) ; b, fouilles H. Parriat (1952-1953), élargies par les éboulements et les grattages ultérieurs ; c, fouilles J.-P. Thevenot (1969-1979), remblayées. Le plateau, très accidenté, a été largement exploré, surtout entre 1870 et 1880, par le fouilleur attitré d’É. Loydreau. Le plan en courbes de niveau, rapportées au point géodésique local, a été dressé, de 1969 à 1973, par M. Roblin et A. Coffin.

Fig. 6.– Plan du secteur fouillé de 1969 à 1979 (voir fig. 5). Le plan détaillé a été levé en 1969 par M. Roblin et A. Coffin. Le terrain est découpé en carrés de 1 m de côté ; l’équidistance des courbes de niveau est de 10 cm. La ligne AB qui suit l’axe XLI, matérialise la coupe géologique représentée sur la figure 7 et la coupe archéologique correspondante donnée par la figure 8 (voir dépliant p. 33). Les hachures indiquent le secteur fouillé au xixe siècle par É. Loydreau.

Fig. 6.– Plan du secteur fouillé de 1969 à 1979 (voir fig. 5). Le plan détaillé a été levé en 1969 par M. Roblin et A. Coffin. Le terrain est découpé en carrés de 1 m de côté ; l’équidistance des courbes de niveau est de 10 cm. La ligne AB qui suit l’axe XLI, matérialise la coupe géologique représentée sur la figure 7 et la coupe archéologique correspondante donnée par la figure 8 (voir dépliant p. 33). Les hachures indiquent le secteur fouillé au xixe siècle par É. Loydreau.

20Bien que les essais de recherche par lavage de macrorestes, notamment de graines, n’aient pas été concluants, tous les sédiments ont été en outre tamisés, au moins à sec, de façon systématique sur grille à maille de 5 ou de 3 mm, ce qui nous a permis, entre autres, de compléter la documentation sur la petite faune, en particulier les amphibiens et les poissons.

Fig. 7.– Coupe transversale partielle du rempart de la Redoute dans l’axe XLIV (centrée sur les carrés 55-57). La série de couches est la même sur toute la surface de la fouille, sauf dans les axes IL et L qui passent dans la tranchée liée au niveau 8. La photographie est prise du nord-nord-est ; à l’inverse, les coupes, stratigraphique et archéologique, des figures 8 et 9 (voir dépliants p. 33 et 34) sont vues depuis le sud-sud-ouest.

Fig. 7.– Coupe transversale partielle du rempart de la Redoute dans l’axe XLIV (centrée sur les carrés 55-57). La série de couches est la même sur toute la surface de la fouille, sauf dans les axes IL et L qui passent dans la tranchée liée au niveau 8. La photographie est prise du nord-nord-est ; à l’inverse, les coupes, stratigraphique et archéologique, des figures 8 et 9 (voir dépliants p. 33 et 34) sont vues depuis le sud-sud-ouest.

LA STRATIGRAPHIE DE LA REDOUTE ET LE PROBLÈME DE LA CHRONOLOGIE

21Compte tenu de la faible surface du témoin conservé, il était clair que nous ne pouvions espérer saisir vraiment, au moins pour le Néolithique, l’organisation ni même la fonction du secteur méridional du camp. L’intérêt premier de nos fouilles est donc d’avoir confirmé l’existence, au sud du secteur étudié par H. Parriat, d’une série de niveaux archéologiques protégés par le massif de pierres qui forme l’ossature du rempart de la Redoute. La séquence stratigraphique que nous avons relevée est plus complète que celle qu’H. Parriat avait observée, simplement parce que l’épaisseur des sédiments est plus considérable à l’endroit où la branche orientale du rempart a tout son développement qu’à son extrémité où ne subsiste qu’un léger bourrelet de pierres, sorte de petit agger, d’époque indéterminée, qui suit la bordure du plateau.

22La série stratigraphique que nous avons rencontrée comporte sur toute la surface de la fouille le même nombre d’unités archéologiques. Toutes les coupes transversales au rempart peuvent servir de référence, sauf celles des axes IL et L qui passent en long dans une tranchée, liée au niveau 8, orientée perpendiculairement au rebord du plateau. Nous avons retenu plus spécialement, pour la figurer, celle de l’axe XLI parce qu’elle se développe sur une longueur de treize mètres et parce que les couches bien individualisées et les niveaux bien documentés se suivent jusqu’à la rupture de pente (fig. 8, coupe AB, voir p. 33).

23Comme les descriptions stratigraphiques font appel à une terminologie qui varie beaucoup suivant les auteurs, nous avons choisi de désigner ici, à l’instar des paléolithiciens, chaque unité de la stratigraphie géologique par le mot « couche » auquel nous conservons le sens classique de couche sédimentaire, et chaque unité de la stratigraphie archéologique correspondante par le mot « niveau » auquel nous réservons, dans une acception comparative, le sens d’étage dans l’échelle du temps et, par extension, celui de degré dans l’évolution culturelle.

24Les analyses sédimentologiques conduites par M.-A. Courty en 1982 à l’Université de Bordeaux I (Courty, 1982), et par É. Vincent en 1987 à l’Université de Bourgogne, ont été synthétisées en 2003 par C. Petit et V. Ollive (Petit, Ollive, dans ce volume). Elles avaient pour but non seulement de déterminer la composition des couches stratifiées, mais aussi d’évaluer l’impact de l’homme dans leur élaboration. Du point de vue géologique ou sédimentologique la stratigraphie de la Redoute, qui compte onze couches, apparaît presque totalement d’origine anthropique. Du point de vue archéologique, elle s’organise en deux séquences principales, l’une néolithique formée des niveaux 10 à 5, l’autre protohistorique représentée par les niveaux 4 à 2. La séquence stratigraphique comprend dans le détail, de bas en haut, les unités suivantes (fig. 8 et 9, voir p. 33 et 34).

25Socle. Substrat rocheux bajocien divisé en blocs basculés vers l’est, séparés par des diaclases plus ou moins ouvertes et disposés en gradins plus ou moins décalés. La partie supérieure de certains blocs montre, dans la moitié sud de la fouille, des arêtes vives, qui témoignent d’un délitage intentionnel et, par places, des emplacements rougis qui tiennent à la présence de foyers. Dans la partie occidentale de la zone fouillée, de petites cavités naturelles de la roche ont été agrandies par un travail de piquetage.

2611. Sédiment graveleux et caillouteux ocre-jaune, né de la désagrégation de la roche-mère bajocienne. Dans le secteur sud-est de la zone fouillée, où il subsiste sous forme d’une bande étroite (dans les axes XLI et XLII), le sédiment est peu serré et mêlé de dallettes de desquamation de la roche ; dans les diaclases séparant les blocs rocheux, qu’il remplit jusqu’à une profondeur indéterminée, il est généralement plus compact et parfois même localement pris en brèche.

2710. Sédiment graveleux de couleur ocre-jaune, de texture lâche, mais de composition identique à celle du sédiment qui subsiste en surface des blocs ou qui comble les diaclases (couche 11) ; il est mêlé de cailloux, de plaquettes, voire de dalles, répartis sans ordre, qui proviennent de la desquamation naturelle et du délitage intentionnel des blocs du substrat ; la couche est plus épaisse dans le secteur sud de la fouille que dans le secteur nord où le sédiment se colore de gris ; elle repose généralement à même les blocs rocheux du substrat (sauf dans le secteur sud où s’interpose la couche 11). Dans l’ensemble du niveau se répartissent des vestiges d’industries et de faune peu nombreux appartenant au Chasséen ; à la base du niveau 10, un sous-niveau lenticulaire, peu étendu, s’organise autour d’un foyer qui contient quelques vestiges archéologiques également attribuables au Chasséen (niveau 10 a).

289. Sédiment homogène très fin, poudreux à l’état sec, de couleur grise, contenant très peu d’éléments pierreux, sauf à la rupture de pente où il se mêle de cailloux et de plaques plus ou moins grandes et prend une couleur brune ; il est traversé, en trois endroits notamment, de passées gris clair ou rougeâtres, accompagnées de semis de charbons de bois, qui correspondent à des structures de combustion ; il est accumulé sur une épaisseur qui varie suivant les endroits de 20 à 40 cm. Le niveau présente en effet trois foyers qui s’alignent parallèlement à la bordure du plateau ; il contient des restes très denses d’industries et de faune relevant du Chasséen.

298. Sédiment de couleur brun-gris à brun-jaune, développé sur une épaisseur assez constante de 20 cm, contenant un cailloutis relativement dense à éléments petits et moyens en général régulièrement répartis ; sa composition reste homogène sur toute la surface décapée. Le niveau comporte une nappe épaisse de rognons de chaille limitée du côté nord par une tranchée profonde creusée, dans l’axe d’une diaclase, perpendiculairement à la bordure du plateau et, à proximité, un foyer recouvert d’une carapace de pierres plates ; les restes abondants d’industries et de faune sont chasséens.

307. Sédiment de couleur brun-jaune englobant de nombreux cailloux de taille généralement moyenne et petite, de densité irrégulière ; la couche a une épaisseur qui varie de 20 à 30 cm. Le niveau, uniforme, ne renferme pas de structure domestique, mais est longé par un fossé creusé parallèlement à la bordure du plateau ; le niveau contient des restes d’industries et de faune peu abondants qui ressortissent au Chasséen.

316. Couche épaisse formée par une accumulation de grosses pierres plates, parfois de grande taille, disposées généralement en désordre, mais basculées quelquefois par ensembles ou séries ; ces pierres sont liées par un sédiment argilo-limoneux peu abondant, de couleur brune et de texture granuleuse ; les matériaux sont amoncelés sur une épaisseur qui passe de 30 cm au nord du secteur décapé à 60 et même 80 cm au sud. Le niveau, sans structure domestique particulière, contient des pièces d’industries et de faune relativement éparses qui se rapportent au Néolithique Moyen Bourguignon (N.M.B.).

325. Couche, assez mince sur le plateau (10 à 20 cm), mais beaucoup plus épaisse du côté du rebord du plateau (30 à 40 cm), de terre de couleur brun foncé, un peu serrée et tassée, ennoyant un cailloutis dense, à éléments moyens et surtout petits. Le niveau est dépourvu de structure domestique ; il renferme une industrie et une faune peu fournies du Néolithique final.

334. Sédiment gris, mêlé de pierres de petite taille, formant une couche assez mince ; peu développée en largeur, elle semble servir d’assise au rempart de pierres sèches (niveau 3). Le niveau contient quelques vestiges de l’Âge du Bronze.

343. Massif de pierres structuré, de 1,50 m de largeur moyenne et de 0,50 à 0,60 m de hauteur, en l’état ; il est formé de grosses pierres plates encore empilées en parement soigné sur trois ou quatre rangs du côté intérieur du camp, mais glissées sur la pente du côté extérieur ; elles encadrent une blocaille de remplissage plus souvent sèche que mêlée de terre. Cette muraille parementée renferme des documents archéologiques erratiques, très rares et peu caractéristiques, rapportés au Bronze final par hypothèse. Contre le parement interne du rempart s’étend une couche composée de terre brune enrobant des pierres plates et un cailloutis moyen et petit (niveau 3a) ; sa partie supérieure s’incline du côté intérieur du camp en formant un talus. Le niveau contient des documents archéologiques dispersés attribués au Bronze final et renferme une sépulture d’enfant rapportée au Hallstatt.

352. Couche en léger pendage du côté intérieur du camp, composée de terre de couleur brun-gris, granuleuse à l’état sec, englobant un cailloutis à éléments moyens et petits ; du côté extérieur du camp, de grosses pierres plates arrêtent la couche sur la bordure de pente. Le niveau archéologique se divise en deux sous-niveaux qui se chevauchent partiellement (niveaux 2a supérieur et 2b inférieur) ; ils sont caractérisés par une industrie et une faune abondantes datées du Hallstatt final.

361. Couche superficielle, de 10 à 15 cm d’épaisseur, constituée d’une terre très légère de texture fine, de couleur brun-gris, mêlée d’un cailloutis moyen assez lâche ; le niveau compte peu de vestiges archéologiques dont les plus récents sont de l’époque actuelle. La partie de la couche 1 qui s’étale sur la pente à l’extérieur du camp est composée d’une terre de couleur brune, caillouteuse ; elle contient un mélange de documents préhistoriques et modernes (niveau 1 a). L’épaisse couche qui recouvre la surface intérieure du camp, est relativement homogène, formée de terre de couleur brun-gris enveloppant un cailloutis moyen et petit régulièrement réparti ; elle a été remaniée sur toute son épaisseur, jusqu’au roc, par les fouilleurs du xixe siècle (fouilles d’É. Loydreau principalement) ; le niveau contient quelques menus objets pré- et protohistoriques délaissés par les anciens chercheurs (niveau 1b).

37La stratigraphie de la branche orientale de la Redoute intéresse donc le Néolithique moyen avec le Chasséen (niveaux 10 à 7) et le Néolithique Moyen Bourguignon (niveau 6), le Néolithique final (niveau 5), l’Âge du Bronze (niveaux 4, 3 et 3a) et le premier Âge du Fer (niveaux 2a et 2b). Toutes les cultures ou périodes identifiées à partir des collections anciennes de Chassey n’y sont pas représentées, notamment celles qui concernent la Protohistoire puisque manquent le Bronze ancien, le Bronze moyen et le Second Âge du Fer. La séquence néolithique elle-même est sans doute partielle ; il est fort possible en effet que des niveaux complémentaires existent en d’autres endroits du camp, car la pointe de la Redoute n’est pas nécessairement le secteur du plateau de Chassey que les hommes ont sélectionné de prime abord pour y installer leurs habitations, ni celui qu’ils ont aménagé en dernier ; de plus, il est vraisemblable qu’ils ne l’ont pas occupé non plus en permanence.

38Comme la Préhistoire récente en Bourgogne, à l’époque même des fouilles, manquait notablement de données en matière de chronologie absolue, nous avons tenu à faire réaliser, pour Chassey, une série de datations par le radiocarbone. Toutes ont été effectuées par le Centre de Datations par le Radiocarbone de l’Université de Lyon, en trois séquences, en 1978, en 1985, puis en 2002. Différents matériaux ont été choisis, les uns tenus pour fiables tels que les charbons de bois et les ossements (Évin, 1992), d’autres, comme les tessons de poterie noire, censés contenir assez de carbone pour permettre une analyse de leur teneur en 14C ; ces poteries ont été utilisées à titre expérimental, car l’origine de leur carbone, et, partant, la signification chronologique de leur teneur en 14C, restent encore indéterminées (Évin et alii, 1988 ; Gabasio, 1988). Les charbons de bois denses, jamais très nombreux, ont été recueillis en quantité suffisante dans tous les niveaux, sauf dans le niveau 10 ; l’os s’est toujours trouvé en abondance, de même que la poterie. Sur les vingt et une dates obtenues, douze l’ont été à partir de charbons de bois, six à partir d’os et trois à partir de poteries (fig. 10).

Fig. 10.– Tableau des datations par le radiocarbone concernant les niveaux néolithiques de la Redoute, obtenues à partir de charbons de bois, d’ossements et de fragments de poteries (Centre de datation par le radiocarbone, Lyon).

Fig. 10.– Tableau des datations par le radiocarbone concernant les niveaux néolithiques de la Redoute, obtenues à partir de charbons de bois, d’ossements et de fragments de poteries (Centre de datation par le radiocarbone, Lyon).

39Étant donné que les stratigraphies, géologique et archéologique, du secteur de la Redoute se présentaient de façon très régulière, on pouvait s’attendre à ce que les datations isotopiques permissent d’établir une chronologie elle aussi régulière ; or certaines dates apparaissent manifestement anormales.

40Si l’on considère d’abord les trois dates obtenues à partir de tessons de poteries, deux d’entre elles, Ly-3503 (5100 ± 150) et Ly-3504 (5150 ± 120), correspondent à celles fournies par le matériel contemporain réputé fiable. Néanmoins la troisième, Ly-3505 (4790 ± 120), relative au niveau 9, est notoirement trop récente. Comme la matière de base était dans les trois cas de même qualité, il faut reconnaître que, dans l’état de la recherche méthodologique sur le 14C au moment des analyses, les tessons ne constituaient pas un matériau totalement sûr (Gabasio. 1988). En conséquence, les trois dates ne peuvent être validées, le fait que deux d’entre elles paraissent cohérentes pouvant relever du hasard.

41Si l’on examine ensuite l’ensemble des autres datations effectuées en 1978 et en 1985, on note certes une sorte de progression générale en âges suivant la succession des niveaux, mais l’examen de chaque résultat amène à nuancer cette remarque globale, en particulier pour le niveau 10 et pour le niveau 5.

42On constate d’abord que la date qui se rapporte au niveau 10, Ly-3474 (5400 ± 100), et qui devait être la plus ancienne de la suite chronologique, ne l’est pas et qu’elle s’inscrit, au contraire, au sein même de la série des dates, normalement plus récentes, du niveau 9, qui s’étagent de 5660 ± 150 à 5300 ± 110. Le fait que les plages de temps en années réelles soient très étendues, en raison de la grande valeur de la marge statistique des dates B.P., peut être cause de cette discordance. En définitive la date Ly-3474 permettrait seulement de supposer que, selon toute probabilité, les deux niveaux 10 et 9 se succèdent immédiatement dans le temps.

43En ce qui concerne le niveau 5, la date Ly-3469 (4760 ± 140) apparaît trop ancienne pour du Néolithique final, compte tenu surtout des caractéristiques de l’industrie céramique qui orientent vers la seconde phase de cette période.

44Enfin la date Ly-1772 (5700 ± 150), qui appartient au niveau 8, se présente, même si c’est de peu, comme la plus ancienne du tableau ; elle a été effectuée sur des charbons de bois prélevés, à titre de contrôle, dans les sédiments comblant la tranchée creusée, depuis le niveau 8, à travers le niveau 9, dans l’axe d’une profonde diaclase. L’hétérogénéité probable de l’échantillonnage ne suffit pas à expliquer cette anomalie.

45En réalité dix dates sur quinze peuvent être considérées comme plausibles, dans la mesure où elles se distribuent, sans chevauchements excessifs, dans une suite logique. Dans ce cas, le créneau des dates dans lequel se placent les niveaux 10 à 7 (toute la séquence chasséenne se tient entre 5660 ± 150 et 5100 ± 150) porte à penser qu’ils se sont probablement succédé sans notable interruption ; l’étude du matériel archéologique tend à confirmer cette remarque. Le niveau 6 arrive en position normale dans la série (Ly-3470, 4980 ± 150), de sorte que le tableau des résultats semblerait donner une impression de cohérence, au moins pour le Néolithique moyen. Même si, dans l’état actuel des techniques d’étude, on considère que les dates les plus acceptables sont celles qui proviennent du charbon de bois et de l’os, il faut bien constater que les dates radiocarbone de Chassey ne sont pas acceptables sans certaines réserves ; ceci pourrait tenir d’abord au matériau choisi, ensuite à la relativement large imprécision des datations, puisque les plages s’étalent de ± 110 à ± 150.

46C’est la raison pour laquelle de nouvelles analyses ont été réalisées en 2002 à partir de charbons de bois tous prélevés au cœur même des niveaux néolithiques (Ly-11225 à 11228 et Ly-1893 OxA). La date qui concerne le niveau 10, le plus ancien, est cependant, comme auparavant, la plus récente de cette série (Ly- 11228, -4895 ± 75), sans que l’on puisse encore donner une explication plausible. En revanche, les dates relatives aux niveaux 9, 8 et 7 s’intègrent dans les intervalles précédents (fig. 10). Les dates qui correspondent aux niveaux 6 et 5 sont plus récentes que celles obtenues antérieurement. Au total, ces nouvelles analyses, malgré la marge de précision plus étroite qu’elles apportent, ne viennent pas modifier les remarques émises sur les deux séries de dates examinées ci-dessus. On retiendra en définitive que celles qui intéressent le Chasséen le situent dans une tranche chronologique ancienne dans le tableau des siècles au cours desquels se développe cette culture.

L’APPORT DES ÉTUDES SPÉCIALISÉES

47Au cours des fouilles et à leur suite, nous avons fait appel à plusieurs spécialistes pour compléter notre information sur la composition des sédiments stratifiés, sur la chronologie des entités culturelles reconnues, sur la nature et l’origine des matériaux utilisés dans l’industrie lithique et céramique, sur la faune domestique et sauvage, sur les restes humains et, dans la mesure du possible, sur le cadre environnemental.

48Les études géologiques de M.-A. Courty (Courty, 1982) et d’É. Vincent auxquelles nous avons fait référence ci-dessus, complétées par les remarques géo-archéologiques de C. Petit et V. Ollive (Petit, Ollive, dans ce volume), ont non seulement permis de caractériser les sédiments stratifiés du « rempart » de la Redoute et de déterminer l’impact anthropique dans leur élaboration, mais ont aussi confirmé et renforcé les distinctions établies dans la stratigraphie purement archéologique.

49Les dosages du radiocarbone effectués au Centre de datations par le radiocarbone de Lyon sur charbons de bois et os de façon classique et sur poteries dans un but de recherche, n’ont pas fixé de façon affirmée, comme nous venons de le voir, la position chronologique des différents niveaux reconnus (Évin et alii, 1988).

50Nous avons, dans la plus large mesure, eu recours aux analyses pétrographiques afin de caractériser les roches employées pour l’outillage poli et de localiser, autant que possible, leurs gîtes d’origine. Les instruments en pierre polie, les fragments d’outils ainsi que les éclats et les blocs de roches tenaces, ont été presque tous analysés sur lames minces, à l’U.F.R. des Sciences de la Terre, à l’Université de Bourgogne, pour l’essentiel par J. Teste en 1978, et pour le complément par G. Lucotte et Y. Paquette, respectivement en 1979 et 1980. Les roches déterminées comme étant des pélites ont été contrôlées par M. Rossy, au Laboratoire de Pétrographie et de Minéralogie, à l’Université de Franche-Comté, dans le cadre d’une étude générale consacrée aux productions des carrières de pélite-quartz de Plancher-les-Mines, en Haute-Saône (Pétrequin, jeunesse dir., 1995). Les roches susceptibles de s’apparenter aux roches armoricaines, déjà connues en Bourgogne par quelques haches trouvées en Côte-d’Or, ont été examinées par Ch.-T. Le Roux pour servir à l’inventaire, sur l’ensemble de la France, des lames polies d’origine bretonne et pour déterminer leur aire de répartition (Le Roux, 1990). L’ensemble des échantillons, enfin, a été repris par M. Ricq-de Bouard, dans une étude globale des matériaux d’origine alpine utilisés pour les lames polies dans le Midi de la France et le bassin rhodanien (Ricq-de Bouard, Compagnoni, 1991), et, de manière plus ponctuelle, dans une évaluation du rôle des productions locales et des importations d’outils en pierre polie en Chalonnais et en Tournugeois (Ricq-de Bouard, 1996).

51Dans la même perspective, les roches siliceuses des niveaux néolithiques ont été examinées par J. Affolter, au Laboratoire de Paléobiodiversité et de Préhistoire, à l’Université de Bourgogne, et au Service Cantonal d’Archéologie de Neuchâtel, pour venir en complément d’une étude générale des silex utilisés au cours de la Préhistoire en Suisse et dans les régions voisines (Affolter, 2002). Enfin les autres roches, inconnues sur le site même de Chassey, telles que celles utilisées pour les meules, les broyons et les aiguisoirs, ont été déterminées en partie par J. Teste en 1978, puis dans leur totalité en 2004 par J.-P. Garcia et C. Petit, à l’U.F.R. des Sciences de la Terre à l’Université de Bourgogne.

52Le mobilier céramique n’a pas pu bénéficier d’une étude aussi approfondie que celle dont l’outillage lithique a fait l’objet. Cependant l’ensemble des tessons des niveaux 10 à 6 qui couvrent le Néolithique moyen, a été traité par C. Colas, en examen macroscopique, dans le cadre d’une thèse sur les techniques des potiers du Néolithique moyen dans la moitié nord de la France (Colas, 2000). Elle a pu mettre en évidence les différentes caractéristiques techniques des poteries, en se fondant sur la nature des dégraissants, les modes de montage, les traitements des surfaces et les types de cuisson, reconnaître les chaînes opératoires de fabrication et confirmer un certain nombre de conclusions sur l’appartenance culturelle des plusieurs produits, comme l’existence de contacts avec le Cerny, que la simple étude des formes nous permettait déjà d’établir. Quelques indications complémentaires ont été tirées de l’analyse faite par F. Chevalier en 1996, à l’U.F.R. des Sciences de la Terre, à l’Université de Bourgogne, de lames minces tirées de seize échantillons sélectionnés dans le lot précédent pour leurs caractères particuliers comme la présence de dégraissant à l’os ou de chamotte.

53L’ensemble des restes de grosse faune, abondants et toujours très bien conservés à Chassey, a été analysé par T. Poulain en 1993. Cette étude générale fournit des indications précises sur la composition du cheptel et sa gestion ainsi que sur le rôle de la chasse dans l’alimentation. La petite faune, issue de différents milieux, est beaucoup moins nombreuse. Les restes de poissons ont été déterminés par N. Desse-Berset, au Centre de Recherche Archéologique de Valbonne, ceux de batraciens par S. Bailon, au Laboratoire départemental de Préhistoire du Lazaret à Nice et les ossements d’oiseaux par C. Mourer-Chauviré, au Centre des Sciences de la Terre, à l’Université Claude Bernard, à Lyon ; G. Cochet, correspondant au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, a fait la détermination des coquilles de mollusques aquatiques.

54Nous n’avons pas trouvé de graines qui nous eussent informé sur un domaine essentiel de l’économie de production. Et, bien que celles qu’ont recueillies nos prédécesseurs soient toujours conservées au Musée Rolin à Autun, nous ne pourrons en faire état, car leur position stratigraphique et leur appartenance culturelle nous demeurent totalement inconnues (Gillot, 1907).

55Les ossements humains néolithiques, tous recueillis en niveau d’habitat, ont été examinés par G. Depierre, à l’Unité Mixte de Recherche « Archéologie, Cultures et Sociétés », à l’Université de Bourgogne, dans une perspective anthropologique classique, mais aussi afin de déterminer, dans la mesure du possible, leurs conditions d’enfouissement.

56Enfin, pour tenter d’obtenir des indications concernant le cadre environnemental sur lequel l’étude de la faune apporte déjà quelques éléments, et pour apprécier éventuellement l’impact des activités humaines sur le paysage, deux études ont été envisagées. La première consacrée à la palynologie a été menée par J. Argant en 1980 (Argant, 1980 ; Argant et alii, 1997), et la seconde consacrée à la malacofaune a été réalisée par N. Limondin-Lozouet en 1986. Les résultats en ont été rassemblés dans une étude synthétique incluse dans ce volume.

57Toutes ces analyses ont été enregistrées sur fiches ou ont donné matière à des notes et à des études dont certaines ont été publiées ; les documents et les dossiers inédits ont été déposés au Service Régional de l’ Archéologie de Bourgogne, à Dijon.

58Nous nous référerons à ces études spécialisées tout au long du présent travail. Nous commencerons par la présentation des différents niveaux néolithiques qui comportera la description des structures qu’ils recèlent et un inventaire des industries qui leur sont propres, en allant du plus ancien, le niveau 10, au plus récent, le niveau 5.

Fig. 8.– Coupe géologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant l ’axe XLI (coupe AB, fig. 6) : 11, couche naturelle géologique ; 10 à 5, couches anthropiques, rapportées au Néolithique (10 à 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. ; 5, Néolithique final) ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne ; T, tranchée de fondation de l’abri de fouille. En haut à droite, localisation du relevé dans la coupe transversale du secteur de la Redoute ; en bas à gauche, coupe schématique montrant les unités stratigraphiques reconnues.

Fig. 8.– Coupe géologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant l ’axe XLI (coupe AB, fig. 6) : 11, couche naturelle géologique ; 10 à 5, couches anthropiques, rapportées au Néolithique (10 à 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. ; 5, Néolithique final) ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne ; T, tranchée de fondation de l’abri de fouille. En haut à droite, localisation du relevé dans la coupe transversale du secteur de la Redoute ; en bas à gauche, coupe schématique montrant les unités stratigraphiques reconnues.

Fig. 9.– Coupe archéologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, obtenue par projection frontale des vestiges dans les carrés d’axe XLI (coupe AB, fig. 6). Niveaux : 10, 9, 8 et 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. (la ligne en pointillé indique les deux niveaux du remblai qui, dans cet endroit, constituent la couche) ; 5, Néolithique final ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne. Symboles : 1, fragment de poterie ; 2, objet en silex ; 3, objet en pierre polie ; 4, objet en os ou en bois de cerf ; 5, élément de parure néolithique ; 6, objet en métal (bronze ou fer) ; 7, fragment de meule ; 8, fragment de clayonnage ; 9, fragment d’argile cuite ; 10, charbon de bois ; 11, ossement animal ; 12, ossement humain.

Fig. 9.– Coupe archéologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, obtenue par projection frontale des vestiges dans les carrés d’axe XLI (coupe AB, fig. 6). Niveaux : 10, 9, 8 et 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. (la ligne en pointillé indique les deux niveaux du remblai qui, dans cet endroit, constituent la couche) ; 5, Néolithique final ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne. Symboles : 1, fragment de poterie ; 2, objet en silex ; 3, objet en pierre polie ; 4, objet en os ou en bois de cerf ; 5, élément de parure néolithique ; 6, objet en métal (bronze ou fer) ; 7, fragment de meule ; 8, fragment de clayonnage ; 9, fragment d’argile cuite ; 10, charbon de bois ; 11, ossement animal ; 12, ossement humain.

Table des illustrations

Titre Fig. 2.– Le camp de Chassey (commune de Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire), situé au nord des collines du Chalonnais, au débouché de la vallée de la Dheune dans la plaine de la Saône, occupe une place privilégiée sur l’axe Dheune-Bourbince qui relie la vallée de la Saône à celle de la Loire. La surface hachurée correspond aux altitudes supérieures à 300 m.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 3.– Vue aérienne du camp de Chassey. La photographie de la colline de Chassey a été prise à basse altitude, en direction du nord-est, par R. Goguey, en juillet 1968. À droite de la photographie le vallon des Bas Roches, à gauche la vallée de la Dheune.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 4.– Plan du camp de Chassey. Les grisés représentent les talus qui bordent le plateau aux endroits où les abrupts rocheux font défaut, ainsi que les remparts qui le ferment au nord (le Château) et au sud (la Redoute). Les hachures indiquent les surfaces intensément fouillées au xixe siècle et dans la première moitié du xxe ; a, b et c, secteurs fouillés par Loydreau, Perrault et Variot. Pour la partie encadrée du rempart de la Redoute, voir le plan détaillé, figure 5.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 5.– Plan de localisation des fouilles de la Redoute, a, sondage G. Variot (1925) ; b, fouilles H. Parriat (1952-1953), élargies par les éboulements et les grattages ultérieurs ; c, fouilles J.-P. Thevenot (1969-1979), remblayées. Le plateau, très accidenté, a été largement exploré, surtout entre 1870 et 1880, par le fouilleur attitré d’É. Loydreau. Le plan en courbes de niveau, rapportées au point géodésique local, a été dressé, de 1969 à 1973, par M. Roblin et A. Coffin.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 6.– Plan du secteur fouillé de 1969 à 1979 (voir fig. 5). Le plan détaillé a été levé en 1969 par M. Roblin et A. Coffin. Le terrain est découpé en carrés de 1 m de côté ; l’équidistance des courbes de niveau est de 10 cm. La ligne AB qui suit l’axe XLI, matérialise la coupe géologique représentée sur la figure 7 et la coupe archéologique correspondante donnée par la figure 8 (voir dépliant p. 33). Les hachures indiquent le secteur fouillé au xixe siècle par É. Loydreau.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 7.– Coupe transversale partielle du rempart de la Redoute dans l’axe XLIV (centrée sur les carrés 55-57). La série de couches est la même sur toute la surface de la fouille, sauf dans les axes IL et L qui passent dans la tranchée liée au niveau 8. La photographie est prise du nord-nord-est ; à l’inverse, les coupes, stratigraphique et archéologique, des figures 8 et 9 (voir dépliants p. 33 et 34) sont vues depuis le sud-sud-ouest.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 10.– Tableau des datations par le radiocarbone concernant les niveaux néolithiques de la Redoute, obtenues à partir de charbons de bois, d’ossements et de fragments de poteries (Centre de datation par le radiocarbone, Lyon).
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 8.– Coupe géologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, suivant l ’axe XLI (coupe AB, fig. 6) : 11, couche naturelle géologique ; 10 à 5, couches anthropiques, rapportées au Néolithique (10 à 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. ; 5, Néolithique final) ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne ; T, tranchée de fondation de l’abri de fouille. En haut à droite, localisation du relevé dans la coupe transversale du secteur de la Redoute ; en bas à gauche, coupe schématique montrant les unités stratigraphiques reconnues.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Fig. 9.– Coupe archéologique de la branche orientale du rempart de la Redoute, obtenue par projection frontale des vestiges dans les carrés d’axe XLI (coupe AB, fig. 6). Niveaux : 10, 9, 8 et 7, Néolithique moyen, Chasséen ; 6, Néolithique moyen, N.M.B. (la ligne en pointillé indique les deux niveaux du remblai qui, dans cet endroit, constituent la couche) ; 5, Néolithique final ; 4, 3 et 3a, Bronze final ; 2, Hallstatt final ; 1, 1a et 1b, Moderne. Symboles : 1, fragment de poterie ; 2, objet en silex ; 3, objet en pierre polie ; 4, objet en os ou en bois de cerf ; 5, élément de parure néolithique ; 6, objet en métal (bronze ou fer) ; 7, fragment de meule ; 8, fragment de clayonnage ; 9, fragment d’argile cuite ; 10, charbon de bois ; 11, ossement animal ; 12, ossement humain.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16849/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search