Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Première partie. Étude archéologique

Chapitre I. Historique des recherches sur le Néolithique en Bourgogne orientale

Texte intégral

1Les séquences stratigraphiques développées, les complexes étendus de structures d’habitat, les séries bien documentées de productions matérielles relatives au Néolithique ne sont pas légion en Haute Bourgogne. Ceci tient non seulement à la nature des sites et à leurs conditions de gisement, mais aussi au fait que les archéologues des départements de Saône-et-Loire et de Côte-d’Or en particulier ont privilégié longtemps la Protohistoire.

2Ce n’est en réalité qu’à partir des années 1950, suivant l’exemple des néolithiciens méridionaux tels J. Arnal (Arnal, 1953 ; Arnal, Burnez, 1957) et M. Escalon de Fonton (Escalon de Fonton, 1956) et s’appuyant avant tout sur les travaux synthétiques de G. Bailloud (Bailloud, Mieg de Boofzheim, 1955), que les chercheurs régionaux se sont portés vers la Préhistoire récente. Ils ont fait connaître depuis lors des ensembles divers du Néolithique moyen et du Néolithique final provenant aussi bien de stations dites de surface que de gisements stratifiés répartis dans un domaine qui, du Dijonnais au Mâconnais, comprend le val de Saône, la retombée occidentale des côtes et les collines de l’arrière-côte jusqu’au socle primaire, et que nous dénommons ici Bourgogne orientale.

DES RECHERCHES MULTIPLES ET DISPERSÉES

3Les fouilles qui ont apporté des informations sur la succession des cultures ou qui ont fourni des séries validées d’industries sont restées le plus souvent très limitées. Il est vrai que dans les départements cités, le développement de l’exploitation des matériaux alluvionnaires a concerné plus le lit mineur de la Saône que la plaine inondable proprement dite. Ce phénomène n’a pas favorisé les fouilles extensives, comme c’est le cas dans les vallées de l’Yonne et de la Seine où les sites néolithiques aussi bien que protohistoriques sont d’ailleurs beaucoup plus facilement repérables compte tenu des conditions d’alluvionnement. En revanche, en Saône-et-Loire notamment, des recherches systématiques effectuées sur des stations de surface ont donné des séries lithiques, et quelquefois céramiques, plus ou moins abondantes, auxquelles une homogénéité apparente ou bien des objets spécifiques confèrent un certain intérêt.

4Plusieurs études des cinq dernières décennies peuvent être utilisées avec quelque assurance, parce que les recherches qui en sont à l’origine ont été menées avec suffisamment de rigueur. De même plusieurs associations de mobiliers peuvent être prises en compte parce que les conditions de fouille ou de prospection dans lesquelles elles ont été recueillies offrent de réelles garanties et parce qu’elles apparaissent cohérentes.

5En Côte-d’Or, l’attention des archéologues s’est orientée très tôt vers les camps fortifiés dont les formations géologiques locales, riches en plateaux et en structures monoclinales découpées en promontoires, favorisaient grandement l’installation. Dès le début du XXe siècle, P. Jobard en avait dressé un inventaire critique détaillé (Jobard, 1906). Il n’est donc pas étonnant que ce soit en priorité sur ces gisements de hauteur, faciles à identifier, nombreux et généralement bien conservés, qu’aient été conduites les fouilles de ces dernières décennies.

6Les recherches les plus organisées, quoique d’ampleur très inégale, faisant suite pour quelques-unes à des travaux anciens, ont été effectuées dans le camp de Crais à Charigny (Joly, 1954), dans celui du Mont à Marcilly-sur-Tille (Planson, 1963, 1979), dans ceux du Châtelet à Étaules et du Mont Myard à Vitteaux (Nicolardot, 1988b, 1998, 2003) ou encore dans celui du Mont Milan à Meursault (Chevillot, 1984b, 1990). Les recherches ont concerné plus rarement des habitats ouverts de la côte et de l’arrière-côte comme celui du Verger à Saint-Romain (Grappin, Rollier, 1984) ou même des grottes comme celle de la Mollepierre à Mavilly-Mandelot (Galan, 1990 ; Dufay-Galan, 1996) et celle du Trou du Diable à Mâlain (Buvot, Martin, 1996, 1998). Plusieurs tumulus à coffres anciennement fouillés ont été réexaminés aussi durant cette période dans la perspective d’une reprise de l’étude des mobiliers et des techniques architecturales, tels celui du Poiset à Détain-et-Bruant (Dorion et alii, 1987) ou ceux de la nécropole du Croconnet à Bouze-lès-Beaune (Joly, 1972 ; sauvetage J.-P. Thevenot) et de celui des Roches à Fleurey-sur-Ouche (Joly, 1970a ; Buvot, Dorion, 1990). D’autres tertres funéraires ont été traités en opération de fouille programmée ou de sauvetage comme ceux du Champ du Saule et des Champs d’Aniers à Marcilly-Ogny que des travaux de remembrement mettaient en péril (Dorion, 1990 ; Nicolardot, 1993). Des interventions récentes, effectuées à l’occasion des grands travaux, ont permis la découverte, dans la plaine dijonnaise, des sites de Larrivoux à Pluvet (fouille R. Labeaune), des Allées cavalières à Quetigny (Saint-Jean-Vitus, 2000), des Quetinières à Longvic (Labeaune et alii, 2003) ou de Champ Chardron à Chevigny-Saint-Sauveur (Virlogeux dir., 2002).

7Plusieurs autres sites sont à retenir également parce qu’ils ont donné quelques séries céramiques et lithiques intéressantes, même si elles ont été fortuitement mises au jour à l’occasion de travaux carriers ou de terrassement ou encore recueillies lors de fouilles impromptues : ainsi les mobiliers surtout céramiques du gisement du Champ Pendu à Mesmont (intervention E. Guyot) et de la grotte du Peut Trou à Montceau-et-Écharnant (Ratel, 1964), ainsi les objets du remplissage chaotique de la grotte de Roche-Chèvre à Barbirey-sur-Ouche (Vernet, 1955 ; Gallay, 1977).

8Pour la Saône-et-Loire, les conditions de la recherche sont un peu différentes, car les premières prospections de la fin des années 1860, dues entre autres à A. Arcelin et H. de Ferry, premiers disciples de Boucher de Perthes, ont concerné principalement, pour ce qui est de l’âge de la « Pierre polie », les sites inclus dans les limons postglaciaires du lit mineur de la Saône sur la plus grande partie de son cours (Ferry, 1869 ; Arcelin, 1869). Seul, à cette période initiale de la recherche préhistorique, le camp de Chassey, identifié en 1865, a été en fait soumis à des investigations d’une certaine ampleur (Flouest, 1869 ; Perrault, 1870 ; Loydreau, 1877) dont témoignent encore d’importantes collections (fig. 1). Depuis cette époque cependant, les fouilles ont intéressé des types de gisements variés et beaucoup de prospections ont été conduites de manière systématique dans des stations de surface.

9Des fouilles, généralement peu étendues, ont été menées dans des sites de la plaine alluviale de la Saône stratifiés dans les limons de débordement, comme les habitats du Grand Bois à Ouroux-sur-Saône (Thevenot, 1973 ; Gros, à paraître), de la Charette à Tournus (Duriaud, 1996c), de la Condemine au Villars (Duriaud, 2000), des Ordeliers à Cormoranche-sur-Saône (Barthélemy, 1983b), ou situés en surface de ces formations comme dans le gisement de la Noue à Saint-Marcel (Amrane, Ducreux, 1996). D’autres ont été effectuées dans des sites des collines, tantôt gisements à caractère défensif comme le camp de Chassey (Parriat, Sailly, 1955 ; Thevenot, 1977, 1985a, 1990), tantôt habitats ouverts comme les sites de Bois Derrière à Ozenay, de Beauvois à Plottes ou de la Croix Léonard à Tournus (Duriaud, 1982, 1996d, 1996e). Enfin, cas particulier en Saône-et-Loire, la reprise de l’étude des menhirs et l’exécution de fouilles ont permis de reconnaître à ces monuments une ancienneté néolithique qui leur était jusqu’ici discutée (Lagrost, 1996a ; Duriaud, 1996f).

10Quelques séries d’industries qui proviennent de gisements de surface peuvent être également consultées, soit que des documents céramiques caractéristiques en fassent partie, soit que leur homogénéité apparaisse crédible. Des ensembles susceptibles d’être retenus ont été trouvés, entre autres, dans le Chalonnais, sur les stations du Monceau à Moroges (Thevenot, 1959), du Roc blanc à Aluze (Gros, 1959), du Mont à Crissey (Gros, 1966), du Moulin de Droux à Saint-Rémy (prospections Thevenot et Gros), dans le Tournugeois, sur les stations des Cras à Mancey, de Vaivre à Boyer (Duriaud, 1976, 1977), de Champ Villars au Villars (Duriaud et alii, 1983), en Mâconnais, sur celles de la Roche Bregnat à Bussières ou de la Belouze à La Roche-Vineuse (Barthélemy, 1958, 1959).

DES RÉSULTATS INÉGAUX

11Le nombre des sites que nous venons de mentionner ne doit pourtant pas faire illusion. Toutes les données acquises par les recherches dont ces gisements et d’autres ont été l’objet ne constituent pas une masse de documents très fournie et ne couvrent pas l’ensemble du Néolithique. La période ancienne est la moins documentée pour ne pas dire la plus carentielle ; la néolithisation de la région reste encore un phénomène obscur et la transition entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen demeure tout aussi difficile à saisir. Les matériaux rassemblés ont cependant donné matière à quelques essais de synthèse qui concernent toutefois des aires géographiques et des périodes d’étendue différente.

Fig. 1.– Photographie prise en 1885 par le docteur Édouard Loydreau. Édouard Loydreau (1820-1905) a réalisé à partir de 1885 plus de sept cents planches photographiques des objets provenant des fouilles qu’il avait conduites au camp de Chassey de 1866 à 1880. Il avait dans ce but restauré avec art un grand nombre de céramiques et même d’outils en silex taillé, en pierre polie et en os. Il envisageait en effet de réaliser un atlas photographique de tous les documents mis au jour, à la manière du « Musée préhistorique » d’Adrien et Gabriel de Mortillet paru en 1880. Ce tirage montre des fragments d’écuelles à rebords plats décorés de motifs géométriques, gravés après cuisson, qu ’un remplissage de matière de couleur blanche faisait ressortir sur le fond brun ou noir des poteries (voir Thevenot, 1969, pl. 35 à 37). Le cliché est daté du 12 août 1885. Le tirage est réduit d’un dixième.

Fig. 1.– Photographie prise en 1885 par le docteur Édouard Loydreau. Édouard Loydreau (1820-1905) a réalisé à partir de 1885 plus de sept cents planches photographiques des objets provenant des fouilles qu’il avait conduites au camp de Chassey de 1866 à 1880. Il avait dans ce but restauré avec art un grand nombre de céramiques et même d’outils en silex taillé, en pierre polie et en os. Il envisageait en effet de réaliser un atlas photographique de tous les documents mis au jour, à la manière du « Musée préhistorique » d’Adrien et Gabriel de Mortillet paru en 1880. Ce tirage montre des fragments d’écuelles à rebords plats décorés de motifs géométriques, gravés après cuisson, qu ’un remplissage de matière de couleur blanche faisait ressortir sur le fond brun ou noir des poteries (voir Thevenot, 1969, pl. 35 à 37). Le cliché est daté du 12 août 1885. Le tirage est réduit d’un dixième.

12La première vue d’ensemble consacrée au Néolithique en Côte-d’Or, due à J. Joly, datée du milieu du siècle passé, reste très générale ; elle ne prend en compte que le matériel en silex et n’aborde pas les problèmes de chronologie ni de culture encore peu soulevés d’ailleurs à cette époque, les entités reconnues se limitant à la « culture des plateaux » et à la « culture des vallées » (Joly, 1950). Une étude portant sur la technique campignienne en Côte-d’Or reste dans le même esprit (Joly, 1961b).

13Une seconde synthèse du même auteur, rédigée en 1955 et mise à jour en 1965, porte sur les tombes mégalithiques du département de la Côte-d’Or ; elle dresse un inventaire critique des tumulus à coffres et des dolmens, présente des éléments de leur architecture et décrit les mobiliers recueillis, mais ne cherche pas vraiment à identifier les groupes culturels impliqués ni à proposer non plus un cadre chronologique (Joly, 1955, 1965b). A. et G. Gallay reprennent en partie ces documents, notamment le mobilier de la nécropole tumulaire de Bouze-lès-Beaune, ainsi que quelques pièces campaniformes de Saône-et-Loire, dans leur travail sur la séquence Néolithique récent-Bronze ancien du Jura, et les replacent dans une chronologie générale de la séquence concernée qui intéresse la Suisse occidentale, le sud-ouest de l’Allemagne et l’est de la France (Gallay, Gallay, 1968). En 1973, le travail de J. Bill, sur la culture campaniforme dans le bassin du Rhône et la Suisse occidentale, examine plus spécifiquement les mobiliers campaniformes de Bourgogne orientale pour en caractériser les styles et en évaluer la position chronologique (Bill, 1973).

14En 1973 également, nous soulignons un moment du Néolithique final dans la vallée de la Saône en faisant connaître les résultats des fouilles d’Ouroux-sur-Saône, et en donnant, à partir des caractères originaux de son industrie, de son habitat, de son économie, la définition d’un groupe particulier établi sur les rives de la Saône, apparenté aux groupes lacustres du Jura et de la Suisse, le « groupe d’Ouroux » ou « de la Saône » (Thevenot, 1973). Celui-ci sera intégré en 1976 dans la civilisation « Saône-Rhône » (Thevenot, Strahm et alii, 1976) dont le concept sera rediscuté par la suite (Pétrequin et alii, 1988).

15En 1976, nous tentons une première esquisse d’ensemble du Néolithique de la Bourgogne (Thevenot, Carré, 1976). Pour la partie orientale de la région, nous évoquons la présence en Côte-d’Or du Rubané récent, estimons le rôle du groupe d’Augy et donnons la diagnose du Chasséen régional et du groupe « Néolithique Moyen Bourguignon » dont P. Pétrequin décrit parallèlement le faciès jurassien (Pétrequin, 1976). Nous présentons en outre le groupe de la Saône, mesurons l’influence du groupe de Seine-Oise-Marne et abordons la question des phénomènes mégalithique et campaniforme.

16En 1977, dans une étude générale d’envergure sur le Néolithique moyen du Jura et des plaines de la Saône, A. Gallay reprend également l’ensemble de la documentation disponible relative à cette période (Gallay, 1977). Il aborde, sur des bases typologiques, des questions générales concernant la structure et la chronologie du Chasséen et du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye (ibid., 1977, p. 147 sqq.) ou des questions ponctuelles portant par exemple sur l’ancienneté des « cistes » à grandes dalles de Côte-d’Or. Mais il rassemble surtout des éléments de définition du « groupe de Marcilly-sur-Tille », s’attachant à déterminer les caractères propres de ses industries. Ce groupe de Marcilly, le « faciès salinois » de G. Bailloud, s’identifie au « Néolithique Moyen Bourguignon ». Le terme « groupe de Marcilly » ayant été employé par G. Bailloud pour caractériser une entité culturelle proche du groupe d’Augy, centrée sur le Loir-et-Cher (Bailloud, 1971, 1976a), le groupe et le terme « Néolithique Moyen Bourguignon » dont nous faisions déjà usage (Pétrequin, 1976 ; Thevenot, Carré, 1976), seront retenus en 1983 au colloque de Beffia (Pétrequin, Gallay dir., 1986).

17En 1996, dans un tableau rapide du Néolithique de la Côte-d’Or (Thevenot, 1996a), nous faisons état de la présence avérée dans ce département du Néolithique ancien rubané, après la re-publication par G. Gallay du mobilier perdu de la sépulture des Lentillières à Dijon (Gallay, 1981), mais aussi de celle probable d’un Néolithique ancien non rubané ; nous évoquons en outre, à propos de quelques témoins céramiques, la présence éventuelle du groupe de Villeneuve-Saint-Germain et du Cerny. Nous reprenons ces idées dans un aperçu sur le Néolithique du département de Saône-et-Loire et mettons en parallèle le groupe de la Saône et le groupe Néolithique final du type de Chassey (Thevenot, 1996b).

18A la fin des années 1990, faisant référence à des ensembles lithiques et céramiques issus de stations de surface ainsi que de fouilles, J. Duriaud caractérise le Néolithique tournugeois, de la plaine de Bresse à L’arrière-côte, dans ses phases moyenne et finale, insistant sur les différences qui se manifestent entre les mobiliers des sites de la vallée de la Saône et de ceux de sa bordure montagneuse (Duriaud, 1996a, 1996b, 1998, 1999). Il pose à nouveau la question de la présence du Néolithique ancien dans la région.

19La récente monographie consacrée aux camps de Vitteaux et d’Étaules (Nicolardot, 2003) vient enrichir plus spécialement nos connaissances sur les habitats des sites de hauteur du Néolithique moyen et final et leurs liens avec les structures qui les défendent.

UNE PREMIÈRE STRATIGRAPHIE

20Au total, le tableau du Néolithique de Bourgogne orientale apparaît encore extrêmement lacunaire, beaucoup plus en tout cas que celui de la Bourgogne du Nord que les nombreuses interventions liées à l’exploitation des gravières ont permis de brosser de manière un peu plus complète. On comprend dès lors que l’identification et la définition des entités culturelles, de même que la conception d’hypothèses explicatives de l’évolution des cultures matérielles et de leur succession, soient particulièrement difficiles, et que les modifications économiques et sociales ne puissent être suivies de façon continue.

21Chassey contribue cependant à combler certaines de ces lacunes. Les fouilles menées dans le camp de 1969 à 1979 donnent en effet à ce gisement une place particulière en raison des informations qu’elles apportent sur la succession des cultures dans cette partie du bassin de la Saône, au cours du Néolithique moyen et final, et sur la composition des complexes industriels qui les caractérisent.

22Notre programme initial de travail, fondé sur un bilan des investigations menées depuis 1865 dans ce gisement et sur l’étude de la collection Loydreau rassemblée à la fin du xixe siècle et conservée au musée Rolin à Autun, intégrait en principe la recherche de structures d’habitats (Thevenot, 1968). Cependant, la découverte en 1952 et 1953 par H. Parriat, dans le secteur sud du camp, sur la bordure orientale du plateau, d’une superposition de couches néolithiques bien conservées (Parriat, Sailly, 1955), nous a conduit à privilégier la recherche d’une stratigraphie dans l’espoir de compléter les données chronologiques et culturelles encore réduites concernant le Néolithique régional. La séquence mise au jour s’est révélée en fait intéresser non seulement le Néolithique, mais aussi les Âges des métaux.

23L’intérêt premier de nos fouilles vient en effet de la découverte, sous le couvert d’un rempart protohistorique, de cinq couches du Néolithique moyen et d’une couche du Néolithique final, relativement bien documentées en matière d’industries et de faunes, et conservées pour l’essentiel dans de bonnes conditions stratigraphiques. La nature des informations recueillies explique la forme que nous avons donnée au travail qui suit et que nous présentons de manière traditionnelle, pour ne pas dire classique. Nous n’échappons pas ainsi à une archéologie du matériel, naturaliste, descriptive, typologique et chronologique qu’à l’instar des paléolithiciens, les spécialistes du Néolithique s’attachent depuis quelque temps à dépasser.

24Certes les décapages de vastes étendues ouvrent-ils des perspectives d’études paléo-ethnologiques et les analyses de détail aident-elles à comprendre un peu mieux la vie quotidienne des hommes préhistoriques, mais nous ne pensons pas qu’il faille pour autant considérer cette archéologie traditionnelle comme désuète, car non seulement elle apporte des éléments de définition des cultures, mais surtout elle permet de les intégrer dans un cadre chronologique, même s’il s’agit de chronologie relative. Certaines hésitations dans le « phasage » ou le positionnement d’entités culturelles comme l’Augy-Sainte-Pallaye ou de gisements comme celui de Granges pour ne pas sortir du cadre régional, montrent bien que les stratigraphies, quelle que soit l’étendue de leur registre, sont fort nécessaires.

25Nous aurions voulu aussi évidemment, approfondir la connaissance des caractères de l’économie, l’analyse de l’occupation du sol, voire l’interprétation sociale des structures d’habitats, mais l’endroit que nous avons fouillé ne se prêtait pas à ce genre de travail. Il faudrait d’ailleurs procéder à de nombreux sondages pour déterminer les secteurs du plateau de Chassey qui seraient susceptibles de fournir de telles possibilités d’étude si tant est qu’elles existent encore vraiment.

26Nous n’avons pas voulu détailler outre mesure, dans notre exposé, les descriptions techniques et les analyses statistiques qui ne nous apportaient pas d’indications utilisables pour des comparaisons entre les industries ou qui ne débouchaient pas assez nettement sur des conclusions actuellement exploitables. Nous nous sommes efforcé de présenter simplement les données enregistrées, avec le souci de garder au lecteur la plus grande marge de critique possible. Nous n’avons au total réuni que peu de faits matériels et, à supposer que l’interprétation que nous donnons à leur sujet soit la bonne, nous n’atteignons que de façon infime la connaissance du quotidien, de la « réalité vivante » pour reprendre une expression d’A. Gallay (Gallay, 1986c). Nous n’avions pas les éléments nécessaires pour saisir de façon vraiment satisfaisante, au moins pour le Néolithique, l’organisation fonctionnelle de ce secteur méridional du camp. Il était difficile d’exercer rentablement l’imagination sur une matière peu fournie dans le domaine ethnologique. Il reste que les fouilles du rempart de la Redoute révèlent la première séquence chrono-culturelle développée pour le Néolithique de la région.

27Nous n’avons fourni jusqu’ici que des indications générales sur les résultats de ces fouilles dans des présentations succinctes globales (Thevenot, 1977, 1990) ou des analyses particulières (Thevenot, 1985a, 1991). Le compte rendu que nous voulons en faire ci-après aura la forme d’une monographie. Celle-ci comportera deux parties. Dans la première, nous présenterons les niveaux successifs et leur matériel, chercherons à définir les caractères des industries propres aux groupes culturels identifiés et tenterons en conclusion de les replacer dans le cadre de la Préhistoire récente de Bourgogne orientale tel que nous croyons pouvoir le construire aujourd’hui. La seconde sera consacrée aux études spécialisées relatives à la faune chassée et consommée (mammifères domestiques et sauvages, batraciens, oiseaux, poissons, naïades), ainsi qu’à des analyses intéressant le domaine environnemental (pollens, mollusques) et la nature des matériaux utilisés (silex, roches grenues et abrasives). Les autres études spécialisées auxquelles il sera fait référence ont été soit déjà publiées, soit intégrées dans des thèses multigraphiées, soit conservées sous forme de rapports ou de fiches documentaires consultables au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne à Dijon.

Table des illustrations

Titre Fig. 1.– Photographie prise en 1885 par le docteur Édouard Loydreau. Édouard Loydreau (1820-1905) a réalisé à partir de 1885 plus de sept cents planches photographiques des objets provenant des fouilles qu’il avait conduites au camp de Chassey de 1866 à 1880. Il avait dans ce but restauré avec art un grand nombre de céramiques et même d’outils en silex taillé, en pierre polie et en os. Il envisageait en effet de réaliser un atlas photographique de tous les documents mis au jour, à la manière du « Musée préhistorique » d’Adrien et Gabriel de Mortillet paru en 1880. Ce tirage montre des fragments d’écuelles à rebords plats décorés de motifs géométriques, gravés après cuisson, qu ’un remplissage de matière de couleur blanche faisait ressortir sur le fond brun ou noir des poteries (voir Thevenot, 1969, pl. 35 à 37). Le cliché est daté du 12 août 1885. Le tirage est réduit d’un dixième.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/16846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search