Version classiqueVersion mobile

Le camp de Chassey (Chassey-le-Camp, Saône-et-Loire)

 | 
Jean-Paul Thevenot

Avant-propos

Texte intégral

1Plus de quatre-vingts personnes ont participé aux recherches conduites au camp de Chassey de 1969 à 1979. Elles ont, pour la moitié d’entre elles, effectué au moins deux campagnes de fouille. Je tiens à les remercier toutes de l’intérêt qu’elles ont porté à cette entreprise et du dévouement dont elles ont fait preuve pour mener à bien les travaux de terrain dans des conditions qui furent parfois difficiles. Elles comprendront que je mette en exergue les noms de Pierre Buvot, Guy Guyon et Roseline Thevenot qui, avec constance et compétence, ont joué un rôle essentiel dans la gestion du chantier tout au long de l’opération, et que je cite également ceux de Jean-Claude Alary, Éric Baudin, Jean-Pierre Bontemps, Danielle Buvot, Nicole Desbois, Jean-Charles Chéritat, Jean-Michel Chéritat, Denis Flacelière, Ginette Picard, Jean Thevenot qui ont collaboré aux recherches pendant au moins quatre campagnes consécutives.

2Je dois aussi beaucoup aux personnes qui m’ont aidé à mettre en forme la documentation recueillie, soit pendant les fouilles, soit après leur achèvement, et je leur sais gré de leur concours. Pierre Buvot a mis au point des techniques élaborées pour relever les coupes stratigraphiques et les plans des décapages et a réalisé la quasi totalité des clichés photographiques. Michel Carriquiry s’est appliqué longtemps à remonter les céramiques dont plusieurs ont été reconstituées dans un but muséographique au sein du Laboratoire de céramologie de Montpellier dirigé par Gaston-Bernard Arnal. Pierrette Guérardini a préparé les dessins des silex trouvés lors des deux premières campagnes de fouilles. Christian Verjux a effectué l’essentiel des dessins des silex, des poteries et des os travaillés provenant des niveaux 10, 9 et 5. Olivier Gaiffe a fait le même travail pour le niveau 6 et pour une partie du niveau 8. Philippe Camin a dessiné la plupart des outils polis en pierre. Grâce à eux, je n’ai eu que les pièces en attente des niveaux 8 et 6 et celles du niveau 7 à traiter, et je n’ai pas eu de problème pour mettre au propre et ombrer l’ensemble des croquis ainsi réalisés. Des photographies prises d’avion par René Goguey et Pierre Buvot ainsi que des plans en courbes de niveau du secteur des fouilles dressés par Michel Roblin et Alain Coffin sont venus compléter cette documentation. Tout au long des opérations, les tirages photographiques nécessaires ont été réalisés soit par Pierre Buvot, soit par Jean-Luc Duthu et Michel Thierry du Service de l’inventaire Général à la Direction Régionale des Affaires Culturelles.

3Je veux en outre assurer de ma reconnaissance les chercheurs qui ont réalisé les études spécialisées, contributions indispensables à ce genre de monographie, et qui les ont menées dans le but de répondre à des questions d’ordre archéologique : Jehanne Affolter (matériaux siliceux), Jacqueline Argant (palynologie), Salvador Bailon (amphibiens), Francis Chevalier (pétrographie des céramiques), Gilbert Cochet (malacologie : naïades), Marie-Agnès Courty (sédimentologie), Germaine Depierre (archéo-anthropologie), Nathalie Desse-Berset (ichtyologie), Jacques Évin (14C), Jean-Pierre Garcia (pétrographie des roches abrasives), Nicole Limondin-Lozouet (malacologie), Gilbert Lucotte (pétrographie des haches), Cécile Mourer-Chauviré (ornithologie), Christine Oberlin (14C), Vincent Ollive (géo-archéologie), Yves Paquette (pétrographie des haches), Christophe Petit (géo-archéologie et pétrographie des outils abrasifs), Thérèse Poulain (mammalogie), Monique Ricq-de Bouard (pétrographie des haches), Michel Rossy (pétrographie des haches : pélites), Jacqueline Teste (pétrographie des haches et des outils abrasifs), Éric Vincent (sédimentologie). Les études qui sont intégrées dans des mémoires universitaires ou qui ont été déjà publiées sont mentionnées en bibliographie et appelées dans le texte ; les autres font le corps de la deuxième partie de ce volume.

4C’est pour moi plus qu’une simple politesse de remercier aussi :

  • les collègues néolithiciens qui m’ont aidé à compléter ma documentation, à tirer parti d’objets posant question, à enrichir des interprétations, à rectifier des inexactitudes, tout spécialement : Alain Beeching, Didier Binder, Jean-Claude Blanchet, Jérôme Dubouloz, Pascal Duhamel, Xavier Gutherz, Christian Jeunesse, Daniel Mordant, Pierre Pétrequin, Michel Prestreau, Jean Vaquer, Alain Villes, Jean-Louis Voruz ;
  • mais également les archéologues qui m’ont donné des renseignements divers sur leurs travaux ou bien ouvert leurs collections : Jean-Claude Alary, Anne Augereau, Daniel Barthélemy, Jean-Noël Blanchot, Christophe Bontemps, Pierre Buvot, Henri Carré, Jean-Pierre Daugas, Jean-Paul Delor, Frank Ducreux, Jean Duriaud, Jean-Paul Farrugia, Anne Flouest, René Gili, Serge Grappin, André-Charles Gros, Régis Labeaune, Louis Lagrost, Marina Lasserre, Rémi Martineau, Raymond Montjardin, Charles-Tanguy Leroux, Sophie Liégard, Gilles Martin, André Merlange, Fabrice Müller, Jean-Pierre Nicolardot, Jean-François Piningre, Yannick Rialland, Frédéric Séara, Claude Sestier ;
  • enfin les conservateurs de musées qui, il y a longtemps ou il y a peu, m’ont facilité l’accès aux collections placées sous leur responsabilité : Louis Bonnamour (Musée Denon, Chalon-sur-Saône), Monique Jannet-Vallat, Christian Vernou (Musée archéologique, Dijon), Jean-Louis Coudrot (Musée du Châtillonnais, Châtillon-sur-Seine), Marion Leuba (Musée des Beaux-Arts et Musée Marey, Beaune), Sandrine Balan (Musée municipal, Semur-en-Auxois), Sophie Serra, Arnaud Vaillant (Musée d’Art et d’Histoire, Langres), Geneviève Viallefond, Georges Vuillemot, Mathieu Pinette, Brigitte Maurice-Chabard (Musée Rolin, Autun), Jean-François Garmier, Marie Lapalus (Musée des Ursulines, Mâcon).

5Je me dois de mentionner le Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne, à la Direction Régionale des Affaires Culturelles, dont j’ai été membre pendant sept lustres, car les recherches menées à Chassey se sont déroulées dans le cadre des activités de ce Service dénommé alors Direction Régionale des Antiquités Préhistoriques. Le financement des fouilles a été assuré de façon constante de 1969 à 1979 par le Bureau des Fouilles et Antiquités, devenu Sous-Direction de L’ Archéologie à la Direction du Patrimoine, au sein du Ministère de la Culture et de la Communication. Le Conseil général de Saône-et-Loire a soutenu également cette opération concernant le tout premier site préhistorique découvert dans le département. La Sous-Direction de l’Archéologie a en outre financé, après la fouille, des travaux de dessins ainsi que des analyses.

6Je suis enfin reconnaissant aux maires des communes de Chassey-le-Camp et de Chamilly qui ont grandement aidé à l’installation du chantier et contribué au bon déroulement des opérations en facilitant l’hébergement des fouilleurs, l’entrepôt des matériels et l’entretien du terrain.

7Mes responsabilités à la Direction des Antiquités Préhistoriques de Bourgogne, de 1972 à 1990, ne m’ont pas permis d’étudier en temps voulu ou souhaité, l’abondant mobilier recueilli pendant onze années de fouilles. Ensuite la tâche qui m’a été donnée en 1993 de mettre en place à Dijon une Unité de recherche associant le C.N.R.S., la Sous-Direction de l’Archéologie et l’Université de Bourgogne, et la gestion qui m’en a été confiée pendant six ans, m’ont laissé peu de temps pour avancer cette étude. Je n’ai pu travailler vraiment sur le matériel de Chassey que d’octobre 1990 à octobre 1992 dans le cadre d’un détachement au « Centre d’Archéologie » de Toulouse, Unité Mixte de Recherche 8555 du C.N.R.S. dirigée par Jean Guilaine auquel je dis toute ma gratitude, puis, à partir de 1999, au sein de l’Unité Mixte de Recherche 5594 « Archéologie, cultures et sociétés : la Bourgogne et la France orientale du Néolithique au Moyen Âge » dirigée successivement par Christian Sapin et Claude Mordant que je remercie aussi de façon toute spéciale. Chassey a été alors un élément essentiel du thème « Terroirs, sociétés et territoires au Néolithique » développé dans le programme de cette Unité de recherche. J’ai également une dette de reconnaissance particulière envers Jean-François Texier, Sous-Directeur de l’Archéologie, qui m’a permis de me consacrer entièrement à ce travail durant ma dernière période d’activité professionnelle au sein de la Sous-Direction de l’Archéologie, et envers Jean-Claude Blanchet, Inspecteur général de l’Archéologie, qui m’a toujours amicalement soutenu. Je sais gré enfin à Jean-Pierre Giraud et à Jean-Olivier Guilhot, chefs successifs du Service Régional de l’Archéologie, d’avoir contribué grandement à l’aboutissement du dossier de Chassey.

8La mise au propre du manuscrit a été faite avec les moyens techniques de l’U.M.R. 5594. Y ont participé, pour différentes illustrations, Albane Burens, Pascal Duhamel, Clément Moreau et Claire Touzel que je remercie très vivement. La réalisation pratique et la maquette du volume sont dues à Virginie Teillet de l’atelier « Italiques ».

9La publication de cette monographie a été rendue possible grâce aux financements conjoints de la Sous-Direction de l’Archéologie (Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication), du Conseil Régional de Bourgogne, du Conseil Général de Saône-et-Loire, du Comité Régional de la Recherche Archéologique de Bourgogne, du Comité Départemental de la Recherche Archéologique de Saône-et-Loire, de l’Unité Mixte de Recherche 5594 du C.N.R.S. ainsi que de la Société Archéologique de l’Est qui en assure aujourd’hui l’édition.

© ARTEHIS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search